Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

Texte, discours et genres : retour sur la théorie

Texte et discours se comprennent-ils ?

Guy Achard-Bayle

Texte intégral

  • 1 Propos d’Adam lors de notre entretien (Achard-Bayle, 2006, p. 33).

J’essaie de remettre les choses à plat en opérant un travail d’information sur l’évolution de mes positions1.

  • 2 Nous suivons cette voie dans notre introduction au numéro « Linguistique du texte : états de lieux (...)

1Dans leur panorama historique, Les Grandes Théories de la linguistique (2003), Marie-Anne Paveau et Georges-Élia Sarfati consacrent un chapitre (l’avant-dernier de leur sommaire, qui suit grosso modo la chronologie) à ce qu’ils appellent les « linguistiques discursives », au nombre desquelles ils placent, en premier lieu, la linguistique textuelle. Mais ils abordent également la question sous l’angle, original, d’une « géographie » des idées2, qui leur fait dire :

C’est de la Suisse que vient l’élaboration théorique la plus complète en linguistique sur la notion de texte, avec Jean-Michel Adam [...], dont les travaux, à la fois nombreux et évolutifs, constituent actuellement la référence en matière de [linguistique textuelle]. (Paveau & Sarfati, 2003, p. 185)

2Cette citation liminaire nous permettra de faire plusieurs choses : de reprendre l’hommage à notre compte, en soulignant que, quelque dix ans plus tard, le constat n’est pas démenti – même s’il s’agit moins, dans tous les cas, d’une assertion que d’une appréciation dont la vérification est laissée au soin de la communauté scientifique – ; d’en retenir le terme « évolutifs », qui place l’auteur de référence dans la diachronie – c’est aussi notre projet, nous nous en expliquerons.

3Quant au titre du chapitre, « Les linguistiques discursives », chapitre dont le contenu se décompose en « 1. La linguistique textuelle » (LT) et « 2. L’analyse du discours » (AD), il résume la problématique que nous voulons développer : le discursif comprend le texte, mais aussi du discours ; autrement dit, si texte et discours se conjuguent pour constituer le discursif, il resterait à voir en quoi le discours se distingue du discursif, ce qui reviendrait à distinguer deux niveaux de discursivité ; mais pour ce qui nous concerne ici, c’est-à-dire dès lors que nous prenons pour corpus les ouvrages d’Adam, il resterait surtout (et il nous restera effectivement) à voir en quoi texte et discours se distinguent, tout en collaborant à la constitution de la notion qui les subsume, le discursif. Voilà pourquoi nous nous demanderons si et comment texte et discours se comprennent, ce qui peut se paraphraser de la double manière suivante : d’une part, nous nous demanderons si et comment l’un est inclus dans l’autre ; d’autre part, si et jusqu’à quel point ils sont compatibles.

4Nous terminons cette brève introduction par l’éclaircissement de notre allusion précédente à la diachronie : il nous semble en effet intéressant de placer notre entreprise dans une perspective « évolutive », soit dans le temps. Nous pourrons ainsi voir comment les positions d’Adam, dans le champ de la LT, face à ou aux côtés de celui de l’AD, ont pu changer : nous nous donnerons comme empan les presque trente ans qui vont d’Adam (1985) à Adam (2011 c). L’hypothèse de lecture que nous pouvons formuler – modestement – est la suivante : si l’on convient généralement qu’Adam suit une trajectoire qui le rapproche du discours – sans pour autant pouvoir dire : qui le ramène au discours –, il est alors intéressant de voir (vérifier) que le texte, sous sa forme plus ou moins originelle de discours décontextualisé, se maintient, plus ou moins comme tel, jusque dans ses ultimes travaux.

L’ARRIÈRE-PLAN DISCURSIF

  • 3 Sans contester bien entendu celui de l’ouvrage de Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau (200 (...)
  • 4 Voir encore : « La notion de discours est employée avec des acceptions très variées. » (Mainguenea (...)

5Nous constituerons cet arrière-plan des points de vue théorique et chronologique au moyen de l’ouvrage de Dominique Maingueneau dont l’intérêt, qui demeure aujourd’hui3, est de poser d’emblée la complexité de l’objet d’analyse, la difficulté sinon de le saisir, du moins de le définir4. Maingueneau parvient néanmoins à débrouiller le concept en ouvrant cinq à six entrées métalinguistiques (Maingueneau, 1976, p. 11), dont nous retiendrons les quatre suivantes :

  1. Le discours est entendu au sens saussurien, équivalent de la parole (par opposition à la langue). Cette acception et cette dichotomie se retrouvent dans l’entrée « Langue / discours » du Lexique de Franck Neveu : « la langue préexiste nécessairement au discours » (Neveu, 2000, p. 65). Il résulte de cette opposition que le discours est conçu « comme le lieu où s’exerce la créativité » (Maingueneau, 1976, p. 10), d’où la distinction qui fera fortune entre sens et signification : « si on considère l’énoncé dans son cadre énonciatif, alors cet énoncé devient discours avec, outre son sens-consensus (fondé sur le consensus linguistique des sujets parlants), une signification spécifique » (Charaudeau, 1973, p. 28 ; cité par Maingueneau, 1976, p. 11).
  2. On retrouve l’écho de cette dichotomie chez Émile Benveniste (1966) et son fameux « niveau d’analyse » attaché à une « unité linguistique supérieure à la phrase » ; puis dans le Dictionnaire d’Oswald Ducrot et Tzvetan Todorov pour qui discours = (acte d’)énonciation : « on appelle situation de discours l’ensemble des circonstances au milieu desquelles se déroule un acte d’énonciation (qu’il soit écrit ou oral) » (Ducrot & Todorov, 1979, p. 417). Cette conception s’appuie sans doute sur Benveniste qui pour le coup ouvre l’analyse à la pragmatique : « Il faut entendre discours dans sa plus large extension : toute énonciation supposant un locuteur et un auditeur, et chez le premier l’intention d’influencer l’autre en quelque manière. » (Benveniste, 1966, p. 242)
  3. Le discours selon Zellig S. Harris (1952) peut faire écho à ce que l’on vient de dire de Benveniste (écho non dans l’ordre chronologique, mais dans celui de notre exposition) : il consiste en des « enchaînements des suites de phrases composant l’énoncé » (Maingueneau, 1976, p. 11). Mais cette conception est surtout pour nous prometteuse en ce qu’elle aura permis d’ouvrir une brèche discursive ou textuelle dans le modèle alors dominant, le formalisme structural5. Cependant, à ce niveau, ou à ce moment-là, la différence n’est pas faite entre discours et texte, ou n’est pas encore pertinente, signe de cette « confusion » mais plus étonnant pour nous aujourd’hui, Maingueneau mentionne Denis Slatka comme l’un des premiers « théoricien[s] de la linguistique du discours » (ibid., p. 10), alors qu’il est plutôt reconnu aujourd’hui comme linguiste du texte (Adam, 2010).
  4. Pour terminer, nous retiendrons, même si ce n’est que partiellement, ce que Maingueneau retient lui-même de ce qu’il est désormais convenu d’appeler « l’AD (à la) française6 ». Si l’on suit la conception du discours comme acte d’énonciation contextualisé, on doit alors considérer que « l’analyse du discours suppose la mise ensemble de plusieurs textes » (Provost-Chauveau, 1971 ; citée par Maingueneau, 1976, p. 17). On trouve dans cette citation la trace des travaux de Julia Kristeva sur le translinguistique, l’intertextualité, où le texte apparaît comme « un appareil translinguistique qui redistribue l’ordre de la langue [...], ce qui veut dire : 1. [...] il est abordable à travers des catégories logiques plutôt que purement linguistiques. 2. Il est une permutation de textes, une intertextualité » (Kristeva, 1968 ; citée par Maingueneau, 1976, p. 157).

6On peut alors, pour clore cette section, prolonger le propos de Geneviève Provost-Chauveau qui est sans doute pionnière en matière de distinction texte / discours, et qui de ce fait institue le rattachement de la réflexion sur le texte comme tel à la problématique de la typologie – que l’on retrouvera aussitôt après dans les premiers travaux d’Adam :

l’analyse du discours suppose la mise ensemble de plusieurs textes étant donné que l’organisation interne du texte pris isolément ne peut renvoyer qu’à lui-même (structure close) [...]. Lorsque l’analyse est conduite sur un seul texte, on se réfère à une typologie existante [...]. (Provost-Chauveau, 1971, p. 19)

7Maingueneau pose alors la notion d’invariant comme une nécessité de l’AD, notamment pour la « constitution de corpus » : « la comparabilité des discours suppose des invariants » (Maingueneau, 1976, p. 17). Cette notion d’invariant ne doit certes pas être confondue avec celle de typologie ; pour autant, il existe bien, précise l’auteur, « des régulations transphrastiques d’un grand niveau de généralité (narratif, argumentatif, dialogue, etc.) » (ibid.).

TYPOLOGIE(S) ET TEXTE(S)

  • 8 Sur la question de la variabilité typologique, voir Petitjean, 1989. Ce texte est même le point de (...)
  • 9 Maingueneau la traite, plus tard, sous la forme des « Genres de discours » (Maingueneau, 2004, p.  (...)
  • 10 On retrouve ce « prérequis » dans Genres de récits où Adam fait remonter la « théorie des genres » (...)
  • 11 Voir infra la citation de Foucault (1969) et son commentaire.

8La question de la ou plutôt des typologies8 nous conduit à la notion de texte(s) à laquelle elle est, dès l’origine (de notre chronologie), étroitement associée9. Le premier ouvrage d’Adam que nous analyserons (Adam, 1985 a) part de ce « prérequis10 » : il existe des types (de production verbale transphrastique) et ces types sont (dits11) « textuels ». Il y a dans ce prérequis une nécessité disciplinaire stratégique : il fonde la LT par ce que l’on peut considérer comme une déclaration de son indépendance, non seulement vis-à-vis des études littéraires, mais plus scientifiquement, si l’on peut dire, vis-à-vis de la narratologie et de la sémiotique, en plein essor dans les années 1970 (ibid., p. 3). Cette déclaration, toutefois, prend un autre sens, ou tout son sens épistémologique, dès lors qu’on la fait reposer sur la confrontation plus fondamentale texte vs discours ; elle instaure aussi le contraste que l’on vient de rencontrer et de relever chez Maingueneau (1976), et qui perdurera du point de vue métalinguistique, entre la variabilité associée à discours et la stabilité associée à texte. Ainsi, pour le narratif, Adam écrit : « Les discours narratifs sont tellement variés qu’il semble difficile de ne pas prendre en considération des approches aussi diverses que possible » (Adam, 1985 a, p. 3).

9Inversement, le projet et l’« apport » de la LT seront de porter « sur les aspects les plus stables, sur les configurations les plus répétitives » (ibid.). À commencer donc par le texte narratif, qui, alors, offre déjà des cadres d’analyse stabilisés, même si c’est ou si cela a été le fait des formalistes russes et des sémioticiens : car l’orientation est donnée, et avec elle sa spécificité, à la LT qui s’occupera avant tout de « cohésion-cohérence » (ibid.) – ce sont les premiers termes techniques du programme de grammaire textuelle qu’Adam avance et propose dans cet ouvrage qui nous sert de point de départ et de repère.

10Pour autant la notion de discours (narratif en l’occurrence) ne disparaît pas dans cet ouvrage fondateur de la LT, bien au contraire... Le discours se trouve et se retrouve dès l’avant-propos, que nous analysons ici pour son rôle programmatique, en deux sens :

  • d’abord au sens d’interaction communicative : ainsi, les régularités relevées précédemment ne sauraient « restreindre » le « propos » de l’ouvrage « à des questions de structure textuelle (de “grammaire” du récit) » (Adam, 1985 a, p. 6) ; elles sont parmi d’autres des « éléments d’une stratégie discursive » (ibid.). Cet ouvrage de 1985 contient donc déjà en germe le programme de cette pragmatique textuelle qui se poursuivra notamment dans le texte emblématique de 1989 (voir section suivante) ;
  • ensuite au sens, genettien, de « discours narratif » : il est alors ce « processus de production » tel qu’il est donné à « l’interprétation » (Adam, 1985 a, p. 7).

11Pour autant, il semble difficile de faire la part entre ce qui ressortit à « l’histoire racontée » et ce qui ressortit à la « conception communicationnelle des stratégies discursives » (ibid.) ; les expressions se suivent de très près dans l’argumentation d’Adam, et se concentrent même en une formule particulièrement ramassée, par ailleurs suggestive de cette continuité des sens de la notion de discours : « Un récit est toujours un discours adressé » (ibid.).

  • 12 Adam (1985 b) s’était posé la question : « Quels types de textes ? »

12Pour en finir, ou pour sortir, si l’on veut, de ces questions de types / typologies de textes, il faut bien entendu faire référence à l’ouvrage Les Textes : types et prototypes (Adam, 2011 a). Nous l’aborderons d’un point de vue méthodologique et nous contenterons de dire, très vite, que la LT s’y présente de nouveau et même s’y affirme comme une technique de traitement privilégiant les régularités. Autrement dit comme une technique « stabilisante », et d’autant plus stabilisante qu’à la typologie des textes (par exemple narratifs ou descriptifs) succédera celle des séquences textuelles, de configuration plus maniable : les articles d’Adam (1987) et de Petitjean (1989) pour Pratiques ont, si l’on peut dire, « enterré », et même assez vite, l’idée d’un inventaire des types de textes12.

PRAGMATIQUE (DU DISCOURS) VS LINGUISTIQUE (DU TEXTE) ?

13Nous allons creuser maintenant la question des champs et des objets disciplinaires, leur répartition, voire leur partition, chez Adam. Nous le ferons en deux temps : cette section suivra un itinéraire discours-texte ; la suivante, un « sens inverse ».

  • 13 On revient plus bas sur la composition et le sens de ce titre polylexical. Dans le chapitre 1 des (...)
  • 14 Conception, ou conviction (« sentiment linguistique »), largement partagée, par la communauté sava (...)

14Le texte de 1989 est proprement programmatique, comme le laisse entendre son titre : « Pour une pragmatique linguistique et textuelle13 ». Comme souvent chez Adam, il est placé sous l’autorité de Bakhtine (en l’occurrence le Bakhtine d’Esthétique de la création verbale [1984]), pour retenir de lui à la fois la notion de « genres du discours » et l’idée d’un « tout discursif » (Adam, 1989, p. 183) : ce « tout » nous rapproche ainsi d’une définition (ou d’une intuition) du texte comme suite d’unités propositionnelles ou séquentielles satisfaisant (ou non) cohérence et complétude14.

15Pour revenir à Bakhtine, le problème est, d’une part, qu’il réduit texte à « texte écrit » (Bakhtine, 1984, p. 10 ; cité par Adam, 1989, p. 186), d’autre part, qu’il ne se préoccupe pas de « distinguer les textes des discours » (Adam, 1989, p. 187). Adam se pose alors la question, lourde de sens : « Le “discours” est-il un objet linguistique ? », précédée de cette autre : « l’analyse linguistique “pure” est-elle encore possible quand sont franchies les limites morphosyntaxiques de la langue comme système ? » (ibid.) Dans ce texte, qui commence par le long constat de la diversité et de la variabilité (« mobilité » [Adam, 1989, p. 188]) des genres de discours et des pratiques discursives, fussent-elles « réglées » (ibid., p. 187), Adam réaffirme la nécessité à la fois de poursuivre l’observation linguistique des régularités transphrastiques et de se demander ce que sont les genres de discours (nous reformulons). Adam cite ensuite longuement Foucault qui, dans une vertigineuse mise en abyme, met en doute les « découpages – qu’il s’agisse de ceux que nous admettons, ou de ceux qui sont contemporains des discours étudiés – », parce qu’ils « sont toujours eux-mêmes des catégories réflexives, des principes de classement, des règles normatives, des types institutionnalisés : ce sont à leur tour des faits de discours qui méritent d’être analysés à côté des autres » (Foucault, 1969, p. 33). On arrive ainsi à se demander si le programme annoncé, aussitôt qu’annoncé et tel qu’il est annoncé (poursuivant une double voie discursive et textuelle), ne se trouve pas remis en cause par « cette méfiance » (Adam, 1989, p. 190) ; en tout cas, c’est très exactement à ce moment-là qu’Adam introduit son célèbre schéma :

Discours = Texte + Contexte
Texte = Discours – Contexte

16La suite est extrêmement éclairante pour notre propos, nous devons donc la citer assez longuement :

En d’autres termes, un discours est un énoncé caractérisable certes par des propriétés textuelles mais surtout comme acte de discours accompli dans une situation (participants, institutions, lieu, temps). Le texte est un objet abstrait résultant de la soustraction du contexte opérée sur l’objet empirique (discours). Soit une définition du texte comme objet abstrait qu’avec C. Fuchs [1985] (à la suite de D. Slatka [1985]) j’oppose au discours, « considéré [...] en tant qu’objet concret, produit dans une situation déterminée sous l’effet d’un réseau complexe de déterminations extralinguistiques (sociales, idéologiques) » (1985, p. 22). À ceci j’ajoute, pour ma part, une première délimitation : le discours ne peut pas être l’objet d’une approche linguistique. Linguistique et pragmatique textuelles doivent donc définir un champ de recherche limité, à l’intérieur du domaine plus vaste du discours que d’autres disciplines (histoire, sociologie, psycho-sociologie, psychanalyse, etc.) sont probablement plus à même de décrire. (ibid., p. 190-191)

17J’ajouterai à cette longue citation quelques commentaires.

  • 15 Cela vaut pour une très longue période qui va de Combettes (1983) à Combettes (2010).
  • 16 Voir également, en toute modestie, notre démonstration finale.

18On peut dire tout d’abord que cette citation, parmi d’autres certes (on l’a vu dans la section précédente), est l’acte fondateur de cette LT qu’Adam incarne emblématiquement (voir Paveau & Sarfati, 2003, p. 185). L’entreprise – voire l’aventure – épistémologique est d’autant plus ambitieuse qu’elle instaure, semble-t-il paradoxalement, un sous-champ indépendant du champ disciplinaire où il est pourtant inclus ; mais ce paradoxe disparaît dès lors qu’il est convenu, nombre de recherches l’attestent, que le texte s’analyse bien comme tel en dehors de ses conditions de production, même si cela vaut davantage pour (les opérations et les outils de) la cohésion que pour (celles et ceux de) la cohérence. Ainsi, les Praguois de deuxième génération (voir Achard-Bayle, 2010) et Combettes à leur suite15 ont bien montré comment on pouvait établir des réseaux thématiques (autrement dit référentiels, suivant Jakobson) dans des suites de propositions ou des extraits de textes détachés de leur contexte d’effectuation, c’est-à-dire en ne tenant finalement compte que (ou presque que) de leur cotexte16.

  • 17 Quant à la pragmatique textuelle, elle sera donc également limitée aux opérations et aux marques t (...)

19Adam délimite ainsi un domaine « purement linguistique », ce qui l’oblige à revoir le titre de son chapitre : en fait de « Pragmatique linguistique et textuelle », il s’agira de fonder une linguistique textuelle qui trouvera sa place aux côtés de, dans la pragmatique17. On voit bien dès lors en quoi cette partition, à la fois inclusion et délimitation (« étanche », aurait-on envie d’ajouter), posera problème : il faut en effet justifier le passage de l’abstrait au concret, et l’utilité d’une phase d’analyse abstraite (ne serait-ce qu’en termes d’interprétation psycho-linguistique ou de cognition interne), comme préalable à la prise en compte de l’objet en tant que tel, concret...

  • 18 On comprend volontiers la « méfiance » d’Adam, après et d’après Foucault, face aux discours, génér (...)

20J’y reviendrai, après avoir dit, pour en finir avec mes commentaires, que par cette partition, voire cette sécession, Adam ne se fait pas que des amis chez les discursivistes qui, avec ladite « soustraction », se trouveraient ainsi rejetés hors du champ de la linguistique18.

21Dans un entretien qu’il nous a accordé en 2006 pour un numéro de la revue Pratiques, Adam reviendra sur cette partition-soustraction ; nous lui laissons de nouveau la parole, et de nouveau assez longuement :

Je dirai donc qu’il faut aujourd’hui l’écarter pour deux raisons. D’abord parce qu’elle laisse entendre une opposition et une complémentarité des concepts de texte et de discours alors qu’il s’agit de dire que ces deux concepts se chevauchent et se recoupent avant tout en fonction de la perspective d’analyse choisie. Ensuite parce qu’il faut tenir compte de ce que Jacques Guilhaumou (1993 ; 2002, p. 32) décrit comme le passage d’une conception sociolinguistique de l’AD à sa redéfinition comme « discipline herméneutique à part entière ». Ce tournant herméneutique et plus largement d’ouverture de la linguistique à l’interprétation (Cossutta, 2004) ne semble possible qu’à condition de commencer par « récuser la notion de conditions de production, et son corollaire, la situation de communication, en situant les sources interprétatives des textes en leur sein » (Guilhaumou, 2002, p. 32). (Achard-Bayle, 2006, p. 23)

  • 19 Même si l’itinéraire se redessine : on pourrait ainsi comparer, sinon opposer, le début de la déce (...)

22Adam rejette ainsi le schéma que nous avons reproduit plus haut et qu’il a reproduit lui-même en 1990 (p. 23) et en 1999 (p. 39). Pour autant le cap est maintenu19 : la suite, et plus exactement la fin de l’entretien, confirme cette évolution par l’inscription, donc le maintien, de la LT dans un vaste ensemble d’AD. En même temps, un degré d’autonomie, un niveau de traitement propre au texte est maintenu, tandis que s’opère avec soin la « communication » méthodologique et épistémologique entre les deux champs au sein de la (ré)partition LT / AD :

  • 20 Adam, 2011 b.

Je défends l’idée de la nécessité, au sein du champ interdisciplinaire de l’AD, d’une théorie du texte. La linguistique textuelle a selon moi la double tâche de fournir à l’analyse de discours une redéfinition (non grammaticale, non textualiste-formaliste) du concept de texte et de décrire les agencements d’énoncés élémentaires au sein de l’unité de haute complexité que constitue un texte. Cette dernière tâche l’oblige à théoriser et fournir les instruments de description des relations d’interdépendance co-textuelles qui font d’un texte un réseau de codéterminations. Mon dernier livre20 porte sur la description et la définition des différentes unités textuelles ainsi que sur les opérations de textualisation dont, à tous les niveaux de complexité, les énoncés portent la trace : opérations de segmentation (discontinuité de la chaîne verbale qui va de la segmentation des mots à celle des paragraphes et parties d’un texte) et opérations de liage (fabrique du continu). (Achard-Bayle, 2006, p. 32)

DES TEXTES AUX DISCOURS

23Avec cette citation, et sa mention de La Linguistique textuelle (Adam, 2011 b), la transition est toute faite vers les travaux et les ouvrages de la dernière décennie, qui, comme nous l’avons dit au début de la section précédente, suivront selon nous un sens inverse. Pour autant, bien avant, l’ouvrage de 1999 mettait l’accent sur les opérations de textualisation, ou sur leur résultat, la texture (Adam, 1999, p. 40). Paveau et Sarfati voient d’ailleurs dans cet ouvrage une « évolution de la LT », des « avancées décisives dans [s] es théories [...], reposant surtout sur son articulation avec le domaine de l’AD » (Paveau & Sarfati, 2003, p. 192). Selon ces auteurs, en effet :

[Adam] redéfinit l’objet de la LT comme étant celui de « la proposition énoncée et de sa mise en paquets » (1999, p. 35). Cette redéfinition est articulée sur celle de l’objet de l’AD, ce qui relie théoriquement les deux disciplines au sein de ce que nous avons appelé dans ce chapitre les linguistiques discursives :
« La linguistique textuelle a pour tâche de décrire les principes ascendants qui régissent les agencements complexes mais non anarchiques de propositions au sein du système d’une unité texte aux réalisations toujours singulières. L’analyse du discours – pour moi analyse des pratiques discursives qui renonce à traiter comme identiques les discours judiciaire, politique, publicitaire, journalistique, universitaire, etc. – s’attarde quant à elle prioritairement sur la description des régulations descendantes que les situations d’interaction, les langues et les genres imposent aux composantes de la textualité » (1999, p. 35). (Paveau & Sarfati, 2003, p. 192)

24J’ajouterai deux observations.

25À l’issue de la décennie envisagée précédemment, les relations texte / discours prennent un autre tour. Si elles maintiennent une hiérarchie, AD au sommet, LT à la base, l’aller-retour ascendant-descendant prend davantage en compte l’interaction entre les domaines et leurs objets respectifs. L’inclusion précédente (Adam, 2011 a), schématisée par des relations horizontales (Adam, 1999, schéma 1, p. 36), laisse ainsi la place à un schéma organisé verticalement (ibid., schéma 3, p. 41). On peut en outre citer comme notions ou opérations emblématiques de cet aller-retour « l’interdiscursivité dans laquelle chaque texte est pris » et la « transtextualité qui rattache le singulier du texte à des catégories historiques, des “airs de famille” qui renvoient toujours [...] un texte à la chaîne des discours propres à sa formation discursive » (ibid., p. 40).

26Si la relation texte / discours se précise dans Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes (Adam, 1999) par la continuité même qui s’installe ou se renforce entre les deux notions ou objets (« Parler de discours, c’est ouvrir le texte, d’une part, sur une situation d’énonciation-interaction toujours singulière, d’autre part, sur l’interdiscursivité » [ibid., p. 40]), elle se raffine également par la distinction introduite entre :

  • « le texte comme objet abstrait [...], agencement d’unités (ce qu’on appellera la texture pour désigner des faits microlinguistiques et la structure pour les faits macrolinguistiques) » ;
  • « les textes comme objets concrets, matériels, empiriques » (ibid.)

27Par voie de conséquence, l’analyse textuelle élargit son champ d’action, ou varie ses méthodes : avec, d’un côté, les « approches logico-grammaticales » qui « visent le général [...], le reproductible » (ibid. ; ci-dessus [i]), de l’autre, les « approches stylistiques », « attentives au singulier », « articulant historicité et interprétation » (ibid. ; ci-dessus [ii]).

  • 21 Première édition en 2005, seconde en 2008.

28En 2011, dans un compte rendu de la troisième édition « considérablement augmentée et partiellement remaniée » de La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours21, Jean-Marie Vilprey fera remarquer que cet ouvrage est en fait une quatrième version du livre de 1999, Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes (Vilprey, 2011, p. 182). Il y a toutefois une différence remarquable, sinon considérable entre les deux livres : la formulation d’une nouvelle méthode et de ses objets / objectifs : « l’analyse textuelle des discours » (ATD). Or, non seulement cette nouvelle formulation suspend, par sa composition lexicale et syntaxique même, l’opposition LT / AD, mais c’est bien la nouvelle méthode qu’elle désigne et introduit qui nous a fait dire que l’itinéraire se ferait désormais en sens inverse de celui de 1999 (« Des genres de discours aux textes ») : autrement dit de la textualité vers la discursivité...

29Cette formulation nous semble plus conforme à l’esprit de la méthode que « des textes aux discours » : nous disons donc bien vers et non à, car pour nous – c’est-à-dire pour Adam selon nous –, il ne s’agit pas, toujours pas, d’investir le champ de l’AD, plutôt de le servir, par l’ATD précisément. La composition lexico-syntaxique, donc sémantique, d’ATD laisse bien entendre le rapport logique qui unit dans cette nouvelle méthode (L) T à (A) D :

  • 22 L’intérêt de cet ouvrage est donc aussi, comme le relève Vilprey, que par cette suite d’ouvrages e (...)

Entre mes Éléments de linguistique textuelle (1990) et Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes (1999), l’évolution théorique et méthodologique la plus importante est venue du renoncement à la décontextualisation et à la dissociation entre texte et discours que préconisait mon essai de 199022 [...]. Les pages qui suivent s’inscrivent dans la perspective d’un positionnement théorique et méthodologique qui, dans le but de penser le texte et le discours dans de nouvelles catégories, situe résolument la linguistique textuelle dans le cadre englobant de l’analyse de discours. (Adam, 2011 b, p. 13)

  • 23 Voir également l’analyse qu’en fait Adam, 2010.

30Prenant pour modèle la LT de Coseriu23 (1994) et pour appui la différence que cet auteur fait entre la LT et la « grammaire transphrastique », Adam propose donc « une théorie de la production co(n)textuelle de sens, qu’il est nécessaire de fonder sur l’analyse des textes concrets » (Adam, 2011 b, p. 13).

31Nous revenons ainsi à notre choix de la préposition vers : la citation qui suit va nous permettre et de mieux comprendre cette nouvelle tension (intention) textuelle vers le discursif, et d’en préciser la méthode, autrement dit l’itinéraire :

Par rapport à l’ambitieuse « sémiotique de la culture » développée par François Rastier (2001), le présent ouvrage souhaite, dans le cadre des sciences du langage et d’une refonte des sciences et disciplines des textes, fournir une définition de la textualité comme ensemble d’opérations qui amènent un sujet à considérer à la production et / ou à la lecture / audition qu’une suite d’énoncés forme un tout signifiant. (Adam, 2011 b, p. 12)

32Nous suspendons notre panorama avec cette citation, et plus exactement la fin de cette citation, car arrivés (quasiment) au terme de notre parcours, nous y retrouvons deux des idées fondamentales et fondatrices de la LT « standard » (« à la Adam », pourrait-on dire désormais) : le texte comme suite et le texte comme tout. On peut y voir, au terme d’un cheminement riche et complexe, un retour aux fondamentaux : « Rançon du succès ? » disions-nous (Achard-Bayle, 2006, p. 21).

Bibliographie

Références bibliographiques

Achard-Bayle Guy, 2006, « Textes / discours et co(n)textes, entretiens avec Jean-Michel Adam, Bernard Combettes, Dominique Maingueneau, Sophie Moirand », Pratiques, no 129-130, p. 20-49.

Achard-Bayle Guy (dir.), 2010, dossier « Linguistique du texte : états de lieux », Verbum, vol. 32, no 2.

Achard-bayle Guy, 2012, « Linguistique de la métamorphose », dans Florence Bancaud et Karine Winkelvoss (dir.), Poétiques de la métamorphose dans l’espace germanique et européen, Rouen, Presses universitaires de Rouen, p. 217-229.

Adam Jean-Michel, 1985 a, Le Texte narratif, Paris, Nathan.

Adam Jean-Michel, 1985 b, « Quels types de textes ? », Le Français dans le monde, no 192, p. 39-44.

Adam Jean-Michel, 1987, « Types de séquences textuelles élémentaires », Pratiques, no 56, p. 54-79.

Adam Jean-Michel, 1989, « Pour une pragmatique linguistique et textuelle », dans Claude Reichler (dir.), L’Interprétation des textes, Paris, Éditions de Minuit, p. 183-222.

Adam Jean-Michel, 1990, Éléments de linguistique textuelle. Théorie et pratique de l’analyse textuelle, Liège, Mardaga, coll. « Philosophie et langage ».

Adam Jean-Michel, 1999, Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, Paris, Nathan.

Adam Jean-Michel, 2010, « L’émergence de la linguistique textuelle en France (1975-2010). Parcours bibliographique en 100 titres », Verbum, vol. 32, no 2, p. 237-262.

Adam Jean-Michel, [1992] 2011 a, Les Textes : types et prototypes, Paris, Armand Colin.

Adam Jean-Michel, [2005] 2011 b, La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus ».

Adam Jean-Michel, 2011 c, Genres de récits. Narrativité et généricité des textes, Louvain-la-Neuve / Paris, Academia / L’Harmattan.

Apothéloz Denis, 1995, Rôle et fonctionnement de l’anaphore dans la dynamique textuelle, Genève / Paris, Droz.

Bakhtine Mikhaïl, 1984, Esthétique de la création verbale, Alfreda Aucouturier (trad.), Paris, Gallimard.

Benveniste Émile, [1962] 1966, « Les niveaux de l’analyse linguistique », Problèmes de linguistique générale I, Paris, Gallimard, p. 237-250.

Charaudeau Patrick, 1973, « Réflexions pour une typologie des discours », Études de linguistique appliquée, no 11, p. 22-48.

Charaudeau Patrick & Maingueneau Dominique (dir.), 2005, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Éditions du Seuil.

Combettes Bernard, 1983, Pour une grammaire textuelle. La progression thématique, Bruxelles / Metz, De Boeck-Duculot / Pratiques.

Combettes Bernard, 1986, « Introduction et reprise des éléments d’un texte », Pratiques, no 49, p. 69-84.

Combettes Bernard, 2010, « Émergence de la linguistique du texte en France et didactique », Verbum, vol. 32, no 2, p. 219-236.

Corblin Francis, 1995, Les Formes de reprise dans le discours. Anaphores et chaînes de référence, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Coseriu Eugenio, [1980] 1994, Textlinguistik. Eine Einführung, Tubingue / Bâle, Francke.

Cossutta Frédéric, 2004, « Catégories descriptives et catégories interprétatives en analyse de discours », dans Jean-Michel Adam, Magid Ali Bouacha et Jean-Blaise Grize (dir.), Textes et discours : catégories pour l’analyse, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, p. 189-213.

Ducrot Oswald & Todorov Tzvetan, [1972] 1979, Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points ».

Foucault Michel, 1969, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

Fuchs Catherine (dir.), 1985, Aspects de l’ambiguïté et de la paraphrase dans les langues naturelles, Berne, P. Lang.

Guilhaumou Jacques, 1993, « À propos de l’analyse de discours : les historiens et le “tournant linguistique” (l’exemple du porte-parole durant la Révolution) », Langage et société, no 65, p. 5-39.

Guilhaumou Jacques, 2002, « Le corpus en analyse de discours : perspective historique », Corpus, no 1, p. 21-49.

Harris Zellig S., 1952, « Discourse Analysis », Language, no 28, p. 1-30.

Kristeva Julia, 1968, « Problèmes de la structuration du texte », dans Théorie d’ensemble, collectif d’essais, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Tel quel », p. 298-317.

Maingueneau Dominique, 1976, Initiation aux méthodes de l’analyse de discours, Paris, Hachette.

Maingueneau Dominique, 1984, Genèses du discours, Liège, Mardaga.

Maingueneau Dominique, 2004, « Retour sur une catégorie : le genre », dans Jean-Michel Adam, Magid Ali Bouacha et Jean-Blaise Grize (dir.), Texte et discours : catégories pour l’analyse, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, p. 107-118.

Mazière Francine, 2005, L’Analyse du discours, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? ».

Neveu Franck, 2000, Lexique des notions linguistiques, Paris, Nathan, coll. « 128 ».

Paveau Marie-Anne & Sarfati Georges-Élia, 2003, Les Grandes Théories de la linguistique, Paris, Armand Colin.

Pêcheux Michel, 1981, « Ouverture du colloque », dans Bernard Conein et al. (dir.), Matérialités discursives, colloque des 24-26 avril 1980 de l’Université Paris X-Nanterre, Lille, Presses universitaires de Lille, p. 15-18.

Petitjean André, 1989, « Les typologies textuelles », Pratiques, no 62, p. 86-125.

Provost-Chauveau Geneviève, 1971, « Problèmes théoriques et méthodologiques de l’analyse du discours », Langue française, no 9, p. 6-21.

Rastier François, 2001, Arts et sciences du texte, Paris, Presses universitaires de France.

Slatka Denis, 1985, « Grammaire de texte : synonymie et paraphrase », dans Catherine Fuchs (dir.), Aspects de l’ambiguïté et de la paraphrase dans les langues naturelles, Berne, P. Lang, p. 123-140.

Vilprey Jean-Marie, 2011, « Comptes rendus de lecture : Jean-Michel Adam, La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours », Semen, no 32, p. 182-185.

Annexes

APPENDICES

Nous terminons avec Genres de récits (Adam, 2011 c), même si cet ouvrage se focalise davantage sur la notion de genre(s) et sur un genre textuel, le récit, que sur la ou les paires (L) T-(A) D. Nous retrouvons dans cet ouvrage, qui dans notre panorama pourrait faire boucle avec Le Texte narratif (Adam, 1985 a), l’idée d’un modèle ou d’une base stable24 : pourtant il ne s’agit ici ni de type de texte, ni de type de séquence (Adam, 2011 a), mais d’« une forme de mise en texte » (Adam, 2011 c, p. 7). Pour autant, l’ouvrage se place d’emblée sous l’autorité des genres, donc de leur « diversité », laquelle est ici rassemblée au niveau des « genres de discours caractérisés par un effet de narrativité » (ibid., p. 9) puis, inversement, à un autre niveau, déclinée en genres narratifs proprement dits : fable, conte philosophique, récit de rêve, histoire drôle... En arrière-plan, il faut également tenir compte du fait que cette généricité se décline de nouveau en formes narratives écrites ou orales, et à un autre plan en « genres propres à des domaines socio-discursifs » (ibid., p. 7) : discours de presse, discours journalistique, littéraire, médical... On a donc de nouveau et le constat premier d’une extrême diversité, source d’autant de complexité, et, inversement, la nécessité d’un recours méthodologique à un socle stable de traitement qui sera fourni par les « catégories textuelles » (ibid., p. 9), autrement dit par des « formes de textualisation » : narratives, mais aussi « descriptives, argumentatives, explicatives, dialogales ou encore fondées sur l’incitation à l’action » (ibid.). Au chapitre 1, consacré à une « narratologie textuelle et discursive », où se retrouve donc cette tension texte / discours propre à tous les textes de notre panorama, une proposition résume bien le travail d’Adam, sans cesse partagé entre prise en compte de la diversité discursive et recours à l’unité texte : ainsi pour le ou les genres qui nous concernent ici, « la continuité textuelle » et « la cohérence interne des récits » fourniront « les bases d’une stratégie narrative qui confère un “air de famille” à différents genres de récit » (Adam, 2011 c, p. 50). Mais Adam ne cherche pas, ou plus, à opposer texte et discours, plutôt à les concilier en des espaces formels et énonciatifs très savamment articulés ; il donne pour cela des exemples de formules quasiment figées qui sont autant de « modèles prototypiques de formulation textuelle », narrative entre autres : « Il était une fois » pour le conte merveilleux ; « C’était au temps que les bêtes parlaient » pour une légende (ibid., p. 17).

Pour finir nous voudrions dire comment nous avons nous-même traité cette tension texte / discours (Achard-Bayle, 2012). Dans l’étude intitulée « Linguistique des métamorphoses », nous nous sommes penché sur un extrait du dernier chapitre de L’Étrange Cas du Dr Jekyll et de M. Hyde, qui est « l’examen du cas » par Jekyll, qui passe donc par une délibération : on a ainsi affaire à une forme à la fois monologale – mais partagée, adressée (à plusieurs publics) –, et narrative au sens où cette délibération est mémorielle, réinscrite dans le fil du temps ; on peut donc parler, pour synthétiser, d’histoire dans l’histoire, ou encore, pour s’inspirer d’Adam (2011 c, chap. 5, « Raconter en co(n)texte dialogal »), d’une forme de « monologue narratif en co(n)texte dialogal » :

Je sentis alors qu’il me fallait trancher. Mes deux natures possédaient en commun la mémoire, mais toutes les autres facultés étaient inégalement réparties entre elles deux. Jekyll était composite : tantôt avec les plus vives appréhensions, tantôt avec une avidité féroce, il s’extériorisait pour partager les plaisirs et les aventures de Hyde. Hyde au contraire n’avait qu’indifférence pour Jekyll, ou bien il s’en souvenait uniquement comme le bandit des montagnes se souvient de la caverne dans laquelle il se réfugie pour échapper à ses poursuivants. Jekyll manifestait plus que de l’affection paternelle ; Hyde manifestait plus que de l’indifférence filiale [...]25.

Ce texte se rattache à deux genres : le récit fantastique de dédoublement et, comme on l’a dit, la délibération, genres qui a priori n’ont rien à voir l’un avec l’autre. On y trouve trois sujets, autrement dit, en termes de marques linguistiques, trois séries de marques personnelles distinctes (en italiques ici) : pour commencer, un je qui, dans ce double cadre ou dispositif générique, et à ce moment où s’enchâssent deux discours (diégèse, délibération sur le cas), est à la fois une marque personnelle d’énonciateur et, inévitablement pour un tel cas de dédoublement, la désignation du personnage qui se fait locuteur (scripteur) pour procéder à la délibération, quoique cette désignation ne fonctionne pas vraiment par indexation directe. Les deux autres sujets sont désignés par des marques de troisième personne : ces autres personnes sont ainsi tenues à (égale) distance du je, qui n’emploie que leur nom propre : cette forme de désignation et surtout sa répétition étant particulièrement contraintes, on peut dire qu’ici la répétition du nom propre est « la trace d’un problème » (Combettes, 1986, p. 81)26 ; elle est pourtant, sans aucun doute, caractéristique et de ce genre de fiction et de ce moment de la fiction où prend véritablement corps le dédoublement ; elle est représentative aussi, et plus banalement, du genre qu’est la délibération :

[La délibération] est le lieu (textuel) ou le moment (discursif) où, entre bilan, mise en balance et projection dans l’avenir, il s’agit, pour qui délibère, d’être mesuré et clairvoyant ; c’est ainsi que, linguistiquement parlant, le substitut du nom propre n’a pas sa place, ou est mal à sa place, dans la mesure où [si l’on a par exemple « le docteur » ou « le monstre », on a alors affaire à] un syntagme bâti à partir d’un nom commun qui, à l’inverse du nom propre, est descriptif, donc potentiellement [ou forcément] connotatif [...]. (Achard-Bayle, 2012, p. 228-229)

Ce qui nous intéresse ici, à la relecture, c’est la distinction, fût-elle rapide, que nous faisons entre texte et discours à propos d’un même genre ; nous voudrions donc nous en expliquer davantage. Nous parlons tout d’abord de discours, dans la mesure où même sous sa forme première de monologue intérieur, la délibération passe par un échange de pensées-paroles auto-adressées. Les choses se compliquent, si l’on peut dire, avec la forme écrite que le docteur Jekyll donne à cette délibération : le dispositif énonciatif et interactionnel implique alors un ou des lecteurs potentiels et prend ainsi un tour autrement dialogique, comme sur la scène d’un théâtre, ainsi que nous l’indiquions plus haut, en parlant, avec Adam (2011 c, p. 8), de « récit dramatique ». Il nous semble pourtant que ces analyses, qui sont plutôt des caractérisations discursives, n’auraient qu’une valeur spéculative, pour ne pas dire, à la manière de Pêcheux, une « prétention » quasi littéraire, si elles n’étaient suivies ou étayées d’analyses textuelles. Nous avons donc procédé au relevé et au suivi des marques coréférentielles, à des tests sur les chaînes de référence, les types de substituts anaphoriques : le pronom, égal pour les deux référents, ne convient absolument pas ; les corrélats ne franchissent pas le seuil de la seconde redénomination à l’identique, au-delà le rédacteur et le lecteur « s’embrouillent » ; la redénomination par noms communs, à vocation descriptive, voire connotative (le docteur, le monstre), trahirait le principe même, c’est-à-dire la neutralité de la délibération, en la rendant pragmatiquement invalide... On voit donc combien le genre en général et cette effectuation en particulier sont discursivement tributaires d’outils, de saisies, de mises en forme, relevant de la textualisation.

Notes

1 Propos d’Adam lors de notre entretien (Achard-Bayle, 2006, p. 33).

2 Nous suivons cette voie dans notre introduction au numéro « Linguistique du texte : états de lieux » de la revue Verbum (Achard-Bayle, 2010).

3 Sans contester bien entendu celui de l’ouvrage de Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau (2005).

4 Voir encore : « La notion de discours est employée avec des acceptions très variées. » (Maingueneau, 1984, p. 5) On pourrait également gloser, chez l’auteur, les occurrences diverses – et leurs contextes – d’analyse « du discours » vs analyse « de discours », qui impliquent elles-mêmes des emplois singuliers vs pluriels de « discours ».

5 Voir Paveau & Sarfati, 2003, chap. 8, « Les formalismes ».

6 Ou l’« école française d’analyse du discours » (Maingueneau, 1984, p. 5).

7 Voir ensuite la notion d’interdiscours chez Maingueneau (1984, chap. 1, « Primauté de l’interdiscours »), que nous ne développerons pas ici.

8 Sur la question de la variabilité typologique, voir Petitjean, 1989. Ce texte est même le point de départ, parmi trois ou quatre autres, de l’ouvrage d’Adam (2011 a) sur les typ(ologi)es ; mais, alors, Adam (1985 b ; 1987) a déjà écrit sur le sujet.

9 Maingueneau la traite, plus tard, sous la forme des « Genres de discours » (Maingueneau, 2004, p. 107), en renvoyant lui aussi pour commencer à Petitjean (1989).

10 On retrouve ce « prérequis » dans Genres de récits où Adam fait remonter la « théorie des genres » à la Poétique et à la Rhétorique d’Aristote (Adam, 2011 c, p. 3).

11 Voir infra la citation de Foucault (1969) et son commentaire.

12 Adam (1985 b) s’était posé la question : « Quels types de textes ? »

13 On revient plus bas sur la composition et le sens de ce titre polylexical. Dans le chapitre 1 des Éléments de linguistique textuelle (Adam, 1990), le titre est reformulé en (et si l’on peut dire « réduit » à) « Vers une pragmatique textuelle ». On peut penser que l’utilisation de vers dans ce titre annonce les ouvrages futurs (voir la section suivante) qui tracent un itinéraire des textes aux discours.

14 Conception, ou conviction (« sentiment linguistique »), largement partagée, par la communauté savante ou non. On la trouve par exemple chez Apothéloz : « Qu’est-ce qu’un texte ? Posée ainsi, cette question peut paraître provocante, voire assez vaine, en raison de son caractère excessivement général. Une question plus précise et probablement plus pertinente consisterait à se demander, par exemple, ce qui différencie un enchaînement de phrases dans lequel tout le monde s’accorde à voir un texte, d’un enchaînement de phrases dans lequel tout le monde ne s’accorde à voir qu’un enchaînement de phrases. » (Apothéloz, 1995, p. 9) On la retrouve dans le dernier ouvrage d’Adam : « Dès qu’il y a texte, c’est-à-dire reconnaissance par un sujet du fait qu’une suite d’énoncés forme une unité de communication, il y a effet de généricité, c’est-à-dire inscription de cette suite d’énoncés dans une classe de discours. » (Adam, 2011 c, p. 20)

15 Cela vaut pour une très longue période qui va de Combettes (1983) à Combettes (2010).

16 Voir également, en toute modestie, notre démonstration finale.

17 Quant à la pragmatique textuelle, elle sera donc également limitée aux opérations et aux marques textuelles de prise en charge énonciative et d’orientation argumentative. Mais alors : pourquoi « textuelles » et non discursives ? Parce qu’une fois encore le texte est pris comme objet abstrait, mais au sens d’abstrait de son contexte, car les marques qu’on y cherche, relève et analyse sont elles bien concrètes. L’activité textualiste est donc tout ce qu’il y a de plus empirique, voire terre à terre : un « parti pris pour l’imbécillité » face à la « prétention d’analyser les discours », comme le dit Michel Pêcheux (1981 ; cité par Mazière, 2005, p. 53) ?

18 On comprend volontiers la « méfiance » d’Adam, après et d’après Foucault, face aux discours, génériquement multiples, mobiles. On comprend dès lors aussi ce que la LT « dans sa version standard » (Paveau & Sarfati, 2003, p. 187) peut avoir de rassurant, ce qui explique donc (suivant les mêmes auteurs) le succès de sa didactisation, du fait qu’elle balise bien ses secteurs : cohésion-cohérence, progressions thématiques, typologie des séquences textuelles.

19 Même si l’itinéraire se redessine : on pourrait ainsi comparer, sinon opposer, le début de la décennie qui conduit l’auteur « Du discours au texte » (titre de la section 3 d’Adam, 1990, p. 19), à la fin de la décennie où l’itinéraire se diversifie et se complexifie du même coup : « Des genres de discours aux textes » (sous-titre d’Adam, 1999).

20 Adam, 2011 b.

21 Première édition en 2005, seconde en 2008.

22 L’intérêt de cet ouvrage est donc aussi, comme le relève Vilprey, que par cette suite d’ouvrages et d’éditions, qui paraissent à intervalles réguliers et rapprochés tout au long de la décennie, « Jean-Michel Adam semble décidé à constituer de ses propres travaux un dossier complexe de génétique textuelle » (Vilprey, 2011, p. 182). Voir également supra la citation en exergue, p. 23.

23 Voir également l’analyse qu’en fait Adam, 2010.

24 Adam parle également de Textmuster (« trame ou moule textuel »), qu’il emprunte à la Textlinguistik (Adam, 2011 c, p. 26).

25 Robert Louis Stevenson, L’Étrange Cas de Dr Jekyl et de M. Hyde [1886], Jean-Pierre Naugrette (trad.), édition bilingue, Paris, Librairie générale française, « Le Livre de poche », 1988, p. 197 ; nous soulignons.

26 Voir aussi : « [le nom propre] ne peut pas être naturellement répété dans les discours en langue naturelle » (Corblin, 1995, p. 17).

Auteur

Professeur de linguistique textuelle à l’Université de Lorraine depuis 2004. De 1975 à 1988, il a été détaché auprès des ministères de la Coopération et des Affaires étrangères, en poste au Maroc, au Cameroun, en Autriche et au Portugal. Il a ensuite enseigné à Paris VI, Paris X-Nanterre et Toulouse II-Le Mirail. Agrégé de lettres modernes en 1992, il a soutenu sa thèse de doctorat à Nancy 2 en 1996 et son habilitation à diriger des recherches (HDR) à la Sorbonne nouvelle-Paris 3 en 2002. Ses autres domaines de recherche sont la linguistique cognitive, la sémantique référentielle, la logique naturelle (et la logique de la fiction). Il est l’auteur de trois ouvrages et d’une centaine de publications.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site