Version classiqueVersion mobile

Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) - Volume 2

 | 
Yves Lequin

Chapitre III. De la république à la république (1848-1876)

Texte intégral

  • 1 Audiganne (A.), Les populations ouvrières de la France, 1854, t. 1, p. 221.
  • 2 Dolléans (E), Histoire du mouvement ouvrier en France t. 1, 1830-1870 : Lyon est cité 38 f (...)

1« Les ouvriers de Lyon ont été entourés, pendant une vingtaine d’années, d’un grand et sinistre éclat. Combien de fois, durant de longues journées d’angoisses, l’attention de la France n’a-t-elle pas été suspendue dans l’ancienne métropole des Gaules, où des masses égarées agitaient le drapeau de la guerre sociale ? Même dans les intervalles de tranquillité, les regards s’attachaient encore sur cet Etna mal éteint, d’où l’on craignait de voir soudainement sortir des explosions nouvelles... »1. Audiganne traduit, avec quelque lyrisme, l’opinion, et la crainte du commun. Est-il besoin d’en rappeler les raisons, et la guerre civile, et les insurrections prolétariennes de 1831 et de 1834 ? Les années qui les ont suivies n’ont pas fait mentir l’idée qu’on avait d’une ville devenue, sous la Monarchie de Juillet, le carrefour de toutes les utopies sociales2. Capitale prolétarienne de la France et ville sainte du socialisme, n’annonce-t-elle pas les bouleversements de demain, que l’on redoute, que l’on espère ?

  • 3 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 2.7.1850.

2Plus précis, plus pratique, le procureur général fait écho : « Le danger vient ici de ce que notre population troublée depuis vingt ans par des luttes industrielles que l’esprit du temps, le socialisme, les passions révolutionnaires ont cruellement envenimées, se sépare en deux parties travaillées d’un ardent antagonisme et toujours au moment d’en venir à un conflit. Des masses ouvrières, très prépondérantes par le nombre, se dressent contre une bourgeoisie peu en mesure de leur résister »3. Peut-on dire mieux ce que d’autres, à peu près en même temps, commencent à ériger en théorie ? Il est vrai qu’Audiganne comme le procureur général parlent en connaissance de cause, quelques années ou quelques mois après une explosion qui, pour être moins formidable que celles de 1831 et 1834, n’en est pas moins venue aviver ce « ... grand et sinistre éclat... »

I. Une république perdue

1. Du printemps de 1848 à l’hiver de 1851

A. La République libératrice.

  • 4 Cf. Dutacq (F.), Histoire politique de Lyon pendant la Révolution de 1848… 1910, p. 91 et (...)

3Lyon et les centres industriels de la région n’ont aucune part à la chute de la Monarchie bourgeoise : pour elles, la « Révolution de février » est un changement d’autorités administratives4. Mais dès que la République est établie, c’est l’explosion ouvrière : sa violence tranche avec le calme et la concorde qu’entraîne, partout ailleurs, le ralliement de tous les partis au nouveau régime.

  • 5 Cf. Duroselle (J.B.), Les débuts du catholicisme social en France, 1822-1870, p. 429 et su (...)
  • 6 La question demeure à l’ordre du jour après les émeutes du printemps 1848 : la fermeture d (...)
  • 7 Dutacq (F.), ouvr. cit., p. 65-66.

4Depuis une dizaine d’années déjà, le travail des communautés cristallisait l’opposition des « canuts » de la Fabrique à Lyon, des rubanniers à Saint-Etienne. Dans la plupart des cas, il s’agissait de « Providences » destinées à recueillir des enfants orphelins ou délinquants, des jeunes filles surtout, certaines d’entre elles se rattachant à l’œuvre de Saint-François-Xavier, implantée surtout à Paris et à Marseille5. Dès 1840, elles avaient été dénoncées par la presse démocrate et ouvrière, à la fois pour la concurrence qu’elles faisaient au travail libre et comme centres de propagande carliste. A ce double titre, la grande majorité des « canuts » et des passementiers foréziens demandaient leur fermeture6 ; à Lyon, l’hostilité était particulièrement forte à l’égard des Frères de la Montée Saint-Barthélemy, à Caluire, qui y avaient monté une vaste usine et pratiquaient la vente directe. En septembre 1847, des incidents avaient déjà éclaté à l’occasion d’une affaire de mœurs survenue d’ailleurs dans une « providence » toute laïque, mais qui avait provoqué une fièvre considérable7.

  • 8 Les dossiers des affaires de pillage se trouvent, pour l’essentiel dans A.M.L., 12, 40, et (...)

5Aussi, le 25 février 1848, se masse-t-on à quelques centaines devant les principaux ateliers religieux8 : à celui du Clos des Chartreux, sur les pentes de La Croix-Rousse, au pensionnat de la Montée Saint-Barthélemy, à l’Oeuvre de l’abbé Collet, à Caluire, les métiers sont brisés, les ateliers saccagés, les « cartons » et les dessins jetés dans la cour et brûlés ; dans la nuit suivante, on tente d’attaquer l’archevêché. Puis, le 26 et le 27, les bandes d’ouvriers commencent à parcourir le reste de la ville et, déjà, la banlieue ; toutes les communautés suspectes de Fourvière, de Saint-Just, des orphelinats de Caluire sont visitées : on brûle une partie du mobilier chez les Maristes de Sainte-Foy, on saccage les couvents des Trappistines et de la « Sainte-Famille », à Gorge de Loup. Mais, déjà, le mouvement déborde le domaine de la Fabrique : car à Vaise, on s’attaque aussi aux machines d’une scierie mécanique, d’une fabrique d’allumettes et aux chantiers fluviaux « des Hirondelles », où les plus grosses pièces sont jetées à la Saône ; et le 28 février, c’est à la Manufacture des Tabacs qu’on les brise, dans une menuiserie.

  • 9 Cf. aussi, pour la banlieue lointaine, A.D. L, , 10 M 27, Maire Chavanay (Loire), 1.3.1848 (...)
  • 10 A.N., BB 18.1460, proc. gal Lyon, 17.5.1848.

6L’émeute commence aussi à faire tache d’huile : une véritable expédition est montée contre le Refuge pénitentiaire Saint-Joseph, à Oullins, dont les pensionnaires étaient occupés à tisser le velours, mais aussi le coton, et où l’on montait des meubles ; le cortège, parti de Vaise et de La Croix-Rousse traverse toute la ville, brûle une voiture chargée de tissus qui sortait de la colonie, commence par briser métiers et mobiliers, puis, finalement, incendie les bâtiments. Le 29 février, on continue vers Saint-Genis-Laval, et les « mécaniques » font un feu de joie sur la place de la Mairie ; dans les jours suivants, des patrouilles parcourent le plateau lyonnais ; à Couzon au Mont-d’Or, le couvent de la Viarde – réservé aux jeunes filles pauvres – est mis à sac. A Bourg, dans l’Ain, on jette dans la boue les pièces d’étoffes tissées au Refuge du Bon Pasteur. A Villefranche-sur-Saône, c’est dans la nuit du 27 au 28 que l’on danse autour des métiers de la « Providence des garçons », brisés et en flammes ; et l’on pille les magasins d’un fabricant particulièrement détesté. En mars, on démolit une machine à battre dans les Dombes, et on signale des bandes à la recherche des métiers dans la région de Givors9. Enfin, le 17 mai encore, ce sont les ouvriers d’un chantier de terrassement, cours d’Herbouville, qui barrent le faubourg Saint-Clair à une voiture en route vers Jujurieux : les métiers qu’elle transportait pour Claude-Joseph Bonnet sont saisis et détruits sur place10.

  • 11 A.N., C 956, Enquête 1848..., rubanniers Saint-Etienne ; Faure (P.), Histoire du mouvement (...)

7Entre temps, avec un décalage de plus de quinze jours, l’émeute a gagné Saint-Etienne, après une semaine d’agitation et d’hésitations. C’est le 13 avril 1848 que la foule met à sac ces « prétendus établissements de charité » – c’est l’expression qu’emploie la réponse des rubanniers à l’enquête de 1848 –, jette dans de grands bûchers métiers, meubles et étoffes saisis aux couvents dits « de la Reine » et « du Refuge », puis, le lendemain, à la « Maison des Dames de l’instruction », et pille la maison de « La Providence », où l’on n’a rien trouvé11. Or, l’assaut des couvents lyonnais et stéphanois n’est que l’épisode le plus violent d’une agitation généralisée.

  • 12 A.N., BB 18.1461, proc. gal Lyon, s.d. (mars 1848) ; Gras (L.J.), Histoire économique géné (...)
  • 13 Gras (L.J.), ouvr. cit., t. 1, p. 348 et suiv. ; surtout, Guillaume (P.), La Compagnie des (...)

8En effet, dans le bassin stéphanois, les mineurs n’ont pas attendu que la rubannerie se mette en marche. Dès les premiers jours de mars, la fièvre atteint presque tous les puits de Saint-Etienne, s’étend à Rive-de-Gier ; des cortèges armés de bâtons parcourent la région pour arrêter le travail, mais la grève n’éclate pas véritablement12. Par contre, la République relance le débat sur le « monopole » de la « Compagnie des Mines de la Loire » : le 7 mars, on promène les mannequins de quelques-uns de ses dirigeants, et le 9, une bande armée va déloger l’un d’eux de sa maison de campagne, en banlieue13 ; pendant plusieurs jours, les cortèges carnavalesques se succèdent.

  • 14 A.N., BB 18.1461, proc. gal Grenoble, 29.2.1848 ; Rude (F.), « L’arrondissement de Vienne (...)
  • 15 A.N., BB 30.360, proc. gal Grenoble, mars à juillet 1848 ; Leon (P.), La naissance de la g (...)
  • 16 A.N., BB 18.1461, proc. gal Nîmes, 6.3.1848 et Reynier (E.), La Seconde République dans l’ (...)
  • 17 A.N., BB 10.1461, commiss. gouv. Trib. Lyon, 8.3.1848.

9A Vienne, la classe ouvrière gronde depuis le 26 février, où des cortèges ont parcouru la ville et attaqué la cure de Saint-Maurice, et à partir du 14 mars, les tisseurs de draps réclament un relèvement des prix de façon ; pendant une quinzaine de jours, pétitions et cortèges se succèdent, et finissent par devenir menaçants ; on murmure aussi chez les portefaix, qui seraient en liaison avec ceux de Lyon et de Givors14. Dans le même temps, les ouvriers du textile demandent augmentation des salaires et baisse de la journée de travail à Jallieu, à Vizille, à Montélimar, à Valence15. A Annonay, ce sont les ouvriers des chantiers municipaux, qui, à 300, manifestent le 12 mars, en réclamant 2 francs par jour ; ils effraient d’autant plus que quelques jours auparavant, des bandes d’ouvriers ont pillé, sans revendications précises, les maisons de deux fabricants16. Enfin, à Sainte-Foy-les-Lyon, un groupe « ... composé en grande partie de terrassiers... » assiège la mairie en réclamant des bons de vivres ; la garde nationale doit intervenir pour le disperser, et il y a plusieurs arrestations17.

  • 18 Cf. notamment l’explosion des délits forestiers dans certaines régions rurales (Vigier, Ph (...)
  • 19 En dehors des sabotages ou des déprédations pendant les incidents des grèves, on n’a trouv (...)
  • 20 On trouve des sentiments analogues chez les typographes lyonnais, dans leur réponse à l’En (...)

10L’agitation ouvrière est donc multiple, empruntant à la fois les voies nouvelles de la revendication salariale, mais fleurant aussi l’émotion populaire, surtout si on la replace dans un cadre plus large18. Localement, dans chaque corporation, elle se situe dans le contexte des préoccupations immédiates, ici la concurrence du travail conventuel, là les dangers du « monopole » houiller, ailleurs l’abaissement du niveau de vie au lendemain de la crise de 1846-1847. Très largement, les facteurs sociaux dominent : le mouvement constitue notamment l’une des dernières manifestations du luddisme, même si, par la suite, le développement du machinisme suscite des poussées de fièvre : celles-ci ne dépasseront pas le stade de l’intention19. Il traduit aussi la méfiance devant la manufacture dans des corporations habituées au système de la « fabrique » et de l’entreprise : il existe d’autres signes, dans le textile au moins, d’hostilité à ce qui paraît fausser un certain type de relations entre les ouvriers et les « fabricants »20.

  • 21 D’autant plus qu’ailleurs, dans la région, il y a toute une série d’incidents analogues : (...)
  • 22 Duroselle (J.B.), ouvr. cit., p. 430 ; surtout Bruhat (J.), Anticléricalisme et mouvement (...)
  • 23 Et dont l’histoire reste à faire : d’une part, en reliant l’image de l’Eglise catholique à (...)

11Enfin, le mouvement n’est pas exempt d’une charge idéologique, puisqu’il est aussi l’occasion d’une forte poussée anticléricale, même si les personnes des religieux ont toujours été épargnées : comment expliquer d’une autre manière l’attaque de l’archevêché de Lyon ?21. On tient là une des racines économiques de l’hostilité ouvrière22. Mais il y a d’autres éléments qui tiennent à une certaine légende noire de l’Eglise, fort répandue dans les milieux populaires au XIXe siècle23 ; par là, le prolétariat soyeux anticipe sur l’évolution du « parti » républicain. Si bien que l’émeute ouvrière du printemps naissant de 1848 est à la croisée des revendications matérielles et des pulsions les plus irrationnelles : qu’elle salue l’avènement de la République, c’est la preuve que la classe ouvrière n’attend pas seulement d’elle l’avènement de la démocratie politique, mais aussi, au-delà de la promesse d’une démocratie sociale, une immédiate libération.

B. Des lendemains inattendus

  • 24 Cf. Dutacq (F.), ouvr. cit., p. 421-429 ; la dispersion des chantiers nationaux se fait en (...)
  • 25 Kleinclausz (A.), Histoire de Lyon, t. III, p. 160-161.
  • 26 A.D.L., 10 M 31, préfet, 20.10.1849.
  • 27 A.N., BB 30.378, proc. gal Lyon, 9.1.1850 et Leon (P.), ouvr. cit., t. 2, p. 765.

12L’illusion lyrique ne dure pas plus longtemps qu’à Paris. Très logiquement, la classe ouvrière fournit, dans les villes, l’essentiel des corps irréguliers de la nouvelle sans-culotterie, dont les « Voraces » lyonnais constituent l’exemple le plus connu. A Lyon, les journées parisiennes de juin entraînent simplement la saisie des armes distribuées un peu à tout un chacun : les réactions y sont somme toute modérées, se réduisent à quelques attentats contre des militaires, de rares cortèges tumultueux, des placards vengeurs ; mais l’insurrection attendue à La Croix-Rousse ne se produit pas24. Ce n’est qu’une année plus tard, le 15 juin 1849, au lendemain des législatives et de la victoire du parti de l’ordre que l’armée brise les dernières espérances de la démocratie sociale en chassant les émeutiers des pentes et du plateau des « canuts »25. A Rive-de-Gier, on pense un instant, chez les mineurs, à venir au secours des Lyonnais, mais on n’en fait rien26 ; et si l’on manifeste quelque émotion à Valence et à Grenoble, Vienne est la seule ville de la région où l’on réponde par l’émeute : des ouvriers armés dressent des barricades, une compagnie de la Garde nationale passe à l’insurrection, mais la troupe en vient facilement à bout27. A partir de là, l’état de siège entrave toute possibilité d’action. Et l’on peut s’interroger sur le véritable caractère de ces « journées », plus proches des mouvements populaires urbains que véritablement prolétariennes, même si, par force, la classe ouvrière constitue le gros de la troupe dans des villes où elle est majoritaire.

  • 28 Cf. Charriere (Ch.), Les crises de l’économie lyonnaise à la fin de la Monarchie de Juille (...)
  • 29 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 8.9.1851.
  • 30 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, Rive-de-Gier, Saint-Jean Soleymieux ; (...)
  • 31 Cf. Léon (P.), ouvr. cit., t. 2, p. 801.

13Car, dans le même temps, les conséquences sociales du malaise économique relancent l’action revendicative, et la République n’a pas résolu les problèmes si fortement posés à la fin de février. A Lyon même, dès le début de mars, on parle de 40 000 ouvriers sans travail ni ressources, qu’une Commission du Travail créée le 7 mars 1848, à l’image de celle du Luxembourg, tente d’occuper dans les chantiers nationaux, jusqu’en juillet ; si la Fabrique repart dans l’été, elle s’effondre à nouveau en décembre ; et après deux années normales – 1849-1850 –, la tendance à la baisse reprend à partir du printemps 185128, et en août ; par moitié, les métiers sont démontés29. Et l’enquête sur le travail, faite tardivement, on le sait, est pleine des doléances sur le manque d’ouvrage : à Rive-de-Gier, le chômage saisonnier a été deux fois plus long qu’à l’accoutumée dans la verrerie, le marasme de la métallurgie atteint l’ensemble de la classe ouvrière forézienne ; à La Mure, la crise est totale ; la fabrication des chapeaux est arrêtée en Lyonnais30 ; en Dauphiné, à Vienne, dans les communes soyeuses, à Tullins, à Bourgoin, le travail manque31.

  • 32 A.D.L., 92 M 7, police Rive-de-Gier, 16.9.1848 et 10 M 28, maire Beaubrun, 3.11.1848.
  • 33 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, réponse délégués mineurs Saint-Etienne, qui (...)

14Or dès septembre 1848, de nouvelles grèves ont éclaté chez les mineurs foréziens, à Rive-de-Gier, puis en novembre, à Beaubrun, dans la banlieue stéphanoise32. C’est le début d’une agitation à peu près sans discontinuité, jusqu’à la fin de 1851, et au-delà, dont la toile de fond demeure la question du « monopole », alors qu’« ... au premier abord (sic) de la République les ouvriers mineurs semblaient avoir trouvé la force de se dégager de ce joug d’esclave sous lequel ils étaient courbés depuis 4 ou 5 ans... »33.

  • 34 A.D.L., 92 M 7, police et préfet, 55 pièces, mars-avril 1849.
  • 35 A.D.L., 10 M 31, maire Rive-de-Gier, 23.11.1849.
  • 36 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 27.12.1850 et 2.6.1851 : « l’exaspération de la populatio (...)
  • 37 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.2.1851.

15Et c’est la réorganisation que veut imposer dans ses puits la Compagnie des Mines de la Loire qui déclenche, le 6 mars 1849, la grève générale de la circonscription de Rive-de-Gier ; en janvier déjà, un mouvement partiel avait révélé la nervosité ouvrière, et la cessation du travail s’accompagne de pressions et de menaces réciproques. Elle s’étend bientôt aux compagnies dissidentes et dure 31 jours pour plus d’un millier de mineurs ; la troupe occupe les puits, 32 ouvriers sont poursuivis, et si l’on reprend sur un compromis, les renvois se multiplient34 ; mais en novembre, c’est à nouveau la grève – pour quelques jours – dans un des puits du « monopole »35. En 1850 et au début de 1851, l’opposition ne faiblit pas, si elle n’entraîne pas de nouveaux arrêts de travail : on accuse tour à tour de restreindre volontairement la production, de vouloir la faillite du canal de Givors36, à tel point qu’au printemps de 1851, le procureur général de Lyon estime que la question « devient de plus en plus irritante et dangereuse pour la tranquillité du pays... », et « … qu’une solution quelconque est plus que jamais désirable... »37 dans l’atmosphère de crise, de chômage et d’angoisse politique qui enserre le bassin.

  • 38 Offices du Travail, Les associations professionnelles ouvrières, t. 2, p. 165, et A.D.L., (...)
  • 39 A.D.L., 10 M 30, police Valbenoite, 12.3. et 29.6.1849.
  • 40 A.D.L., 10 M 30, préfet, 21.4.1849 et 84 M 7, sous-préfet Roanne, 14.8.1849.
  • 41 A.D.L., 92 M 7, proc. Saint-Etienne, 4.9.1849 ; A.N., C. 3021, enquête parlementaire... 18 (...)
  • 42 Reynier (E.), ouvr. cit., p. 25-26.

16S’ils attirent plus que d’autres l’attention, les mineurs ne sont pas les seuls à s’agiter. Dès 1848, une grève dure plus de 3 mois chez les tanneurs et les corroyeurs de Lyon et de Givors, entraînant près de 300 d’entre eux et à Saint-Etienne, on redoute un vaste mouvement des rubanniers38. Et dans le printemps 1849, l’action revendicative s’étend au textile : 4 ouvriers teinturiers de Valbenoite – une commune suburbaine de Saint-Etienne – sont poursuivis en mars pour délit de coalition ; mais, en juin, la fièvre n’est pas retombée39. En août, c’est à Roanne qu’on se plaint, par pétition, du système de mesure des pièces, chez les tisseurs de coton, alors que plusieurs autres corporations grondent depuis avril40 ; puis, à nouveau, on réclame chez les teinturiers de la banlieue stéphanoise, à Lyon – où l’on finit par se mettre en grève, tandis qu’ébénistes et menuisiers emboîtent le pas41 ; à Privas, ce sont les cordonniers qui réclament pour leurs salaires42.

  • 43 Chronique politique quotidienne.... Académie florimontane, Annecy, manuscrit n° 679, (cf. (...)
  • 44 A.N., BB 18.1479, proc. gal Lyon, 23.4.1850.
  • 45 A.N., BB 18.1479 et BB 30.379, proc. gal Lyon, 7 et 13.2.1850.
  • 46 A.N., BB 18.1479 et BB.30.378, proc. gal Grenoble, 12 et 22.7., 15.10.1850.
  • 47 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 3.3.1851 et A.D.D., M 1297, police, s.d. (1851) ; A.N (...)
  • 48 A.N., BB 30.382, proc. gal Nîmes, 9.6.1850, et Reynier (E.), ouvr. cit., p. 25.

17Jusqu’au Coup d’Etat, l’élan ne faiblit pas. A Lyon, au printemps 1850, ce sont les charpentiers et les mécaniciens qui présentent leurs revendications, et la rupture est évitée de justesse43 ; seules des « ... poursuites promptes et sévères... » permettent de briser une grève des maçons44 ; et à Tarare, la crainte des renvois dans un tissage de peluche fait arrêter pendant 15 jours la centaine d’ouvrières de la fabrique Brisson en février 185045. En Dauphiné, ce sont les mégissiers de La Tronche, puis les terrassiers de Jallieu qui s’arrêtent en juillet 1850 ; et, en octobre, les teinturiers de la ganterie de Grenoble, qui entraînent un début d’agitation chez les mégissiers46. L’année suivante, en février, un arrêt de travail d’une douzaine de jours chez les drapiers de Dieulefit, et, en mars, c’est à Bully, dans le Roannais, qu’on signale le mouvement d’une centaine de carriers47. Enfin, depuis mai 1850, la revendication est permanente dans la mégisserie d’Annonay, et seules l’abondance du travail et les concessions patronales ont empêché, en septembre, qu’une grève partielle ne se généralise48.

  • 49 A.D.L., 92 M 7, sous-préfet Saint-Etienne, 3.7.1849.
  • 50 A.N., BB 18.1472, proc. gal Lyon, 2.8.1848, pour qui la continuité parait évidente, surtou (...)

18Or « ... les plaintes d’ouvriers en masse, les grèves sont en général les avants-coureurs (sic) des complots formés par les anarchistes qui exploitent avec tant de perfidie et de cruauté l’ignorance et la crédulité des ouvriers... » ; c’est du moins l’avis, en juillet 1849, du sous-préfet de Saint-Etienne49. Et, logiquement, les clubs républicains, bientôt à nouveau réduits à prendre des allures de sociétés secrètes, ne sont-ils pas l’incarnation nouvelle des « sectes communistes », si fortement implantées avant 1848 à Lyon et dans les villes ouvrières de sa mouvance ?50.

C. Un enracinement

  • 51 Dutacq (F.), ouvr. cit., p. 164 et suiv.
  • 52 A.N., BB30.379, proc. gal Lyon, 1.12.1849, 11.1. et 27.12.1850 : à La Guillotière, il y au (...)

19L’exacte participation de la classe ouvrière n’est pas aisée à déterminer dans les clubs multiples surgis au lendemain de février. Tels, à Lyon, la « Société démocratique » les cercles de « L’Egalité, de la Fraternité, de La Croix-Pâquet, » presque tous installés dans les quartiers de la Fabrique, et affiliés à un « Club central démocratique, à la fois comités électoraux et organisateurs des « journées »51. Au lendemain de l’insurrection – parisienne – de juin 1848, la confusion est, de surcroît, fréquente avec les premières associations proprement ouvrières. Ainsi à la fin de 1849 met-on ensemble, pêle-mêle, la Société des « Mutuellistes » – dont on verra le rôle –, les « Carbonari », les « Voraces », et la Société des Droits de l’Homme. Il semble d’ailleurs qu’aux yeux mêmes de leurs adeptes, le partage n’ait pas été clair : une toute nouvelle « Démocratie fraternelle », donnée pour une autre mouture des « Voraces » se proposerait de fédérer les Sociétés de secours mutuels, et on retrouve parmi ses dirigeants plusieurs responsables de celles des veloutiers, des tisseurs de façonnés et d’unis : dont un certain Brosse, qu’on reverra. Les unes et les autres seraient d’ailleurs en train de se fondre dans « La Solidarité » ; et en novembre 1850, on annonce les premières manifestations de « La Propagande » qui, organisée selon le modèle cloisonné des « Saisons », aurait des ramifications dans la région stéphanoise52.

  • 53 Cf. Rude (F.), art. cit., in « La Révolution de 1848 dans le département de l’Isère », p.  (...)
  • 54 Rude (F.), art. cit., note 53, p. 321 et suiv. ; en avril 1848, il en est 6 à signer une d (...)
  • 55 A.D.L., 10 M 30, préfet, 27.4.1849 et 92 M 7, police Rive de Gier, 4.4.1849 ; il existe au (...)

20A Grenoble, le « Cercle sociétaire » est créé par les Phalanstériens, et les ouvriers, des gantiers notamment, sont très nombreux, en mars 1848, au « Club républicain » ; ils composent la totalité du bureau au « Comité des travailleurs », présidé par un mécanicien53. Un « Club populaire » s’est constitué à Vienne dès le 26 février, devenu bientôt « Société républicaine », avant de fusionner avec un « Comité des travailleurs » présidé par un jeune ouvrier menuisier, et l’on compte quelques organisations de quartier ou de banlieue, comme celle de Pont-Evêque, dirigée par le typographe Etienne Ravat54. Les passementiers sont en grand nombre à la « Société populaire » de Saint-Etienne, bien qu’elle apparaisse totalement dirigée par des notables locaux, et au début de 1849, on parle de projets de « cercle » chez les mineurs de Saint-Paul-en-Jarez, de filiale de la « Solidarité républicaine » de Paris chez ceux de Rive-de-Gier55.

  • 56 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.12.1849, 11.1. et 7.2.1850.
  • 57 Chronique politique..., ouvr. cit., 4.3.1850, p. 3, 5 et 8.
  • 58 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, rapports trimestriels mars 1850 à décembre 1850 ; Kleincl (...)

21Quel que soit l’enracinement réel de ces sociétés multiples dans la classe ouvrière, celle-ci s’installe après juin 1848 dans un silence hostile et lourd de menaces : car on ne sait s’il est signe de découragement, d’indifférence ou bien préparation occulte à l’insurrection. « Aucune effervescence... pas de protestation politique, une contenance tranquille et presque passive... », note-t-on à Lyon en février 1850 ; mais aussitôt après, on parle à nouveau de soulèvement, des lettres sont saisies qui montrent que « ... Lyon est véritablement un grand foyer révolutionnaire... »56 ; à La Croix-Rousse se tiennent des conciliabules cabetistes, les souscriptions pour les colons d’Icarie et pour les proscrits parisiens de Londres et de Genève57. Au-delà des péripéties électorales, des jugements contradictoires, le feu couve bel et bien : d’une part, les ouvriers lyonnais portent une attention aux nouvelles politiques qui révèle leur intérêt profond sous un calme apparent : tel observateur montre les attroupements autour du télégraphe de Saint-Just, à l’arrivée de la malle-poste ; d’autre part, les victoires partielles de la Montagne, en avril et mai 1850 notamment, les convainquent, comme ailleurs, que leur victoire – celle de la République démocratique – peut sortir du suffrage universel. Aussi la modification de la loi électorale les déçoit-elle profondément ; et la tension demeure « curieuse et hostile... » : le désordre s’avère réel, estime le procureur général, car il est au fond des esprits58.

  • 59 A.D.L., 10 M 30, préfet, 2.1.1849 et 10 M 31, 20.10.1849.
  • 60 A.D.L., 10 M 30, police Saint-Etienne, 2.4., 16.5., 14.6 et 15.9.1849 ; 92 M 7, police Sai (...)
  • 61 A.N., BB 379, proc. gal Lyon, 1.12.1849, 7.2., 21.5. et 25.9.1850.

22Dans le bassin de la Loire, depuis la fin de 1848, c’est « ... le calme le plus parfait... »59. Et comme à Lyon, on quitte à toute bride les ateliers pour courir au résultat des élections : car c’est « … toujours la même tranquillité apparente et le même malaise... ». A la fin de l’année, « ... l’esprit public est toujours mauvais, du moins dans la classe ouvrière... », de surcroît « ... mal disposée contre les riches et la bourgeoisie... »60. Les signes sont les mêmes : les débats parlementaires, les projets de loi sont discutés dans les cabarets, « ... comme si ces hommes croyaient devoir faire des études dont l’application serait prochaine... » ; et le calme de la classe ouvrière n’est que « … l’exacte discipline... » des partis démagogiques, qui « ... paraissent résolus à éviter avec soin toute occasion de désordre qui pourrait retarder les modifications politiques qu’ils espèrent... »61.

  • 62 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 9.1.1850 et 10.6.1851.
  • 63 A.N., BB 30.378, id., 19.4. et 19.9.1851.
  • 64 A.N., BB 30.382, proc. gal Nîmes, 15.5.1851 et A.D. Ar, M, non classée, gendarmerie, 10.11 (...)
  • 65 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 8.10.1851 et A.D.L., 10 M 35, préfet, 3.7.1851.
  • 66 A.N., BB 18.1461, proc. gal Lyon, 8.5.1849.
  • 67 A.N., F 1 C III, 6, Ain, préfet, 2.12.1851.

23Ailleurs, la carte de l’adhésion démocratique se calque sur celle de la classe ouvrière : Vienne demeure un centre « révolutionnaire » redoutable, la seule ville de la région où la classe ouvrière ait accueilli les journées parisiennes de juin 1848 par une émeute ; en juin 1851, les partis extrêmes y « ... conservent leur organisation... »62. Vizille est en correspondance active avec les agitateurs lyonnais, à Voiron, la « ... propagande des opinions extrêmes a pénétré au cœur des classes ouvrières... »63. A Annonay, bien qu’elle soit tranquille, la « majeure partie de la classe ouvrière est reconnue comme professant des principes socialistes », et la force du parti démagogique s’explique par le grand nombre des ouvriers mégissiers64. Dans les Monts du Beaujolais, dans les petits centres manufacturiers de Tarare et de Chessy, les ouvriers sont contaminés, comme ceux de Roanne65 ; à Villefranche, on crie « Vive la République démocratique et sociale » sur le passage de Bugeaud66, et dans l’Ain, à Oyonnax surtout « ... la population ouvrière des villes est profondément pervertie... »67.

  • 68 Cf. l’esquisse de Jardin (A.) et Tudesq (A.J.), La France des notables, 2, La vie de la na (...)
  • 69 Dans la Provence d’Agulhon (M.), La République au village, Paris, 1970, notamment.

24Il s’agit là, bien sûr, de notations partielles, et qu’il importerait de vérifier par des analyses de détail, celles du comportement électoral notamment, mais qui échappent à notre propos ; et, ici et là, il faudrait sans doute fortement nuancer, d’un scrutin à l’autre. Mais le tableau d’ensemble est net : au-delà du vocabulaire – démagogie, « socialisme » – , partout la classe ouvrière est acquise, profondément, à la République, et à une République qu’elle a l’impression d’avoir perdue à partir de juin 1848, qu’elle espère retrouver aux élections de 1852. C’est poser le problème de sa pénétration antérieure dans les esprits68 comme on l’a fait pour d’autres régions, rurales celles-ci, et qui viennent de bien plus loin69 ; pour l’heure, il faut se contenter d’un constat.

  • 70 Cf. Weill (G.), Histoire du Parti républicain en France de 1814 à 1870, 1900, p. 358 et su (...)
  • 71 Sur les insurrections de la Drôme – et du Vaucluse et des Hautes-Alpes, tout a été dit par (...)
  • 72 La résistance armée dans l’Ardèche n’a pas vraiment trouvé son historien ; l’essentiel de (...)

25Pourtant, lorsque, le 2 décembre 1851, le Coup d’Etat détruit le régime républicain en droit sinon en fait, c’est, dans les villes ouvrières de la région comme ailleurs, le calme, ou presque : tout au plus, à Lyon, une petite poussée de fièvre, vite retombée. Il est vrai que « toutes les mesures sont prises pour assurer la tranquillité publique », note le général de Castellane, après s’en être félicité. Et aucun centre ouvrier de la région lyonnaise ne figure dans la géographie de la résistance républicaine70, alors qu’explose une partie des campagnes de la Drôme71 et de l’Ardèche72 ; mieux, sur la rive gauche du Rhône, c’est sur Crest et Montélimar que buttent les colonnes républicaines, de l’autre côté c’est devant Privas que les insurgés venus des cantons de Chomérac, d’Antraigues et de l’arrondissement de Largentière sont stoppés. Dans les villes, à Grenoble, à Valence, à Romans, comme à Lyon, on s’attroupe ; pour quelques heures. La classe ouvrière régionale n’a pas un comportement différent de celui des autres régions industrielles françaises. Et pourtant...

26Que les sociétés républicaines aient été fortement implantées dans la classe ouvrière, les poursuites qui suivent le Coup d’Etat du Deux-Décembre viennent le corroborer sans équivoque dans les trois départements où se concentre l’essentiel de la population industrielle.

  • 73 A.D.R., série M, non cotée, 1851, liste des personnes poursuivies à l’occasion du Coup d’E (...)
  • 74 Il y avait eu d’abord 840 arrestations dans la ville de Lyon, dont 465 maintenues (cf. Kle (...)

27Dans le Rhône, on connaît la personnalité de 352 condamnés par les commissions mixtes73 ; la ville même de Lyon et les communes de sa banlieue en fournissent à elles seules 33274, soit 94,3 %, presque tous les autres ayant été arrêtés à Givors. Or, si l’on s’en tient aux seuls Lyonnais, la répartition socio-professionnelle est la suivante :

CONDAMNÉS DES COMMISSIONS MIXTES, LYON, DÉCEMBRE 1851

CONDAMNÉS DES COMMISSIONS MIXTES, LYON, DÉCEMBRE 1851

28Donc, la classe ouvrière fournit 69,8 % des condamnés et la Fabrique, à elle seule, 27,4 %, plus d’ 1 sur 4.

  • 75 A.D.L., 10 M 37, préfet, s.d. (1852) ; à Saint-Chamond il n’y a par contre aucun ouvrier p (...)

29Dans ses grandes lignes, le partage des suspects n’est guère différent dans la mouvance de Saint-Etienne, où l’on en connaît 146 avec précision, bien que la part de la classe ouvrière soit moins forte, très légèrement supérieure à la moitié (50,7 %)75 :

SUSPECTS DES COMMISSIONS MIXTES, SAINT-ÉTIENNE, 1851

SUSPECTS DES COMMISSIONS MIXTES, SAINT-ÉTIENNE, 1851

30Et, à nouveau, la première place est tenue par la passementerie, où travaillent 1 condamné sur 3 (31,5 %) et 3 ouvriers sur 5 (62,2 %).

  • 76 A.D.I., 52 M 30, police, s.d. et Vigier (Ph.), ouvr. cit. t. II, p. 356-357.

31Enfin, l’Isère, où la répartition géographique se calque sur l’implantation ouvrière76 : sur 140 condamnés dont on sait le lieu d’habitation, il conviendrait d’ailleurs d’en retrancher 17 qui, domiciliés à Vénissieux et à Villeurbanne, sont en fait des Lyonnais. Si on retient les 123 qui restent, Grenoble fournit le plus gros contingent : une trentaine, soit 1 sur 4 (24,3 %) ; mais le chef-lieu départemental est dépassé, largement, par le Bas-Dauphiné textile où l’on a arrêté 57 « suspects », donc près d’ 1 sur 2 (46,4 %) et, parmi eux, 13 dans le seul centre de Voiron ; seule surprend la faiblesse de la répression à Vienne, qui n’a que 4 condamnés.

32La ventilation socio-professionnelle traduit, bien sûr, un visage différent, pour les 150 dont on connaît le statut :

CONDAMNÉS DES COMMISSIONS MIXTES, ISÈRE, 1851

CONDAMNÉS DES COMMISSIONS MIXTES, ISÈRE, 1851

33Mais une fois encore, on a poursuivi plus de maçons ou de tailleurs que d’avocats ou de commerçants : mieux, plus de 3 sur 5 condamnés, ou presque, sont des ouvriers, à un niveau (56,6 %) supérieur à celui de la région stéphanoise.

  • 77 Pour l’ensemble de la France, la totalité des secteurs industriel et artisanal fournit 48  (...)
  • 78 A.D. Ar, 15 M 18, liste nominative, par commune, des condamnés des commissions mixtes ; da (...)

34Si l’on reprend la totalité des trois tableaux, quelques traits communs se dégagent de surcroît77. D’une part la coïncidence de la ventilation, parmi les ouvriers, avec les grands secteurs locaux, ou régionaux, de l’emploi industriel : l’adhésion à la République n’est pas le fait d’éléments marginaux de la classe ouvrière ; l’absence relative des travailleurs de la « grande industrie » n’a rien d’étonnant, puisque celle-ci représente peu de choses. La remarque vaut seulement pour les mineurs stéphanois et les drapiers viennois : on peut aussi la faire à Annonay, où il n’y a eu aucune arrestation parmi les mégissiers alors que le département de l’Ardèche est lourdement frappé au lendemain des tentatives d’insurrection, mais aussi pour les chapeliers et les ouvriers du cuir de Bourg de Péage et de Romans78. La place exceptionnelle des « canuts » à Lyon, des passementiers à Saint-Etienne, dans les vieilles « Fabriques » correspond tout simplement à la primauté du textile ; mais la part des métallurgistes, des « manœuvres » dans la capitale rhodanienne – où l’on retrouve de très nombreux portefaix du port de Vaise – montre que la pénétration des idées républicaines atteint aussi des catégories moins directement liées à une tradition urbaine.

  • 79 Les métiers du vêtement (où l’on trouve 1 107 cordonniers) avec 2 204 individus et ceux du (...)

35Logiquement, on trouve ensuite tous les « métiers », autour des trois grands pôles du bâtiment, du vêtement et du livre, auxquels il serait normal de joindre ceux qu’on a classés sous le titre « divers » ; parmi eux, nombre de cordonniers – 13 dans l’Isère ! –, de menuisiers, de charpentiers ; donc, de représentants du monde artisanal, compagnons ou maîtres sans main-d’œuvre, qu’il n’est pas possible de séparer, et dont la prépondérance est écrasante hors des grandes villes : en Dauphiné, ils entrent pour 50 % de l’ensemble des condamnés79.

  • 80 Cf. Maitron (J.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français : sur Alexis Man (...)
  • 81 Sur P. Charbonnier, mêlé à l’agitation contre le Monopole des Mines de la Loire, cf. Maitr (...)
  • 82 Cf. le témoignage du préfet de la Loire sur l’influence multiforme d’Antide Martin, notair (...)

36Le « parti républicain » tel que le dessinent les autorités judiciaires, s’il est à majorité ouvrière, ne coïncide pourtant pas, semble-t-il, avec les limites, fort incertaines, d’un mouvement ouvrier. Car, parmi les emprisonnés, rares sont ceux dont le rôle de militant mutualiste ou coopérateur est évoqué : à Lyon notamment, il n’en est que 9 dans ce cas, dont 2 dirigeants d’une « Société fraternelle des chapeliers », un créateur d’association de secours mutuels, deux responsables occultes de la vieille organisation des « mutuellistes »80 ; à Saint-Etienne, seuls les deux Chapuis, père et fils, ont été mêlés à une grève des houillères ; Pierre Charbonnier (sic) anime une « Société des mineurs et charbonniers »81. A l’inverse, la place des représentants des couches moyennes, avocats, notaires, petits commerçants – où les aubergistes sont particulièrement nombreux – est loin d’être négligeable. Le trait n’est pas original, pas plus que l’analyse qui le trace : le rôle de cette petite bourgeoisie de basoche et de négoce est connu depuis longtemps. Mais sa présence montre combien l’expression politique de la classe ouvrière déborde ses propres limites, s’intégre dans un mouvement dont la base sociale est beaucoup plus large, se noie dans un « parti républicain » où beaucoup d’autres se reconnaissent et où elle-même perd en partie son identité82 ; ce n’est qu’un commencement.

  • 83 Cf. A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 22.5.1850 : après les victoires « socialistes » de ma (...)

37Que l’adhésion aux « Sociétés démagogiques » ne soit pas la démarche marginale d’une minorité, les résultats du plébiscite de décembre 1851 viennent le prouver. Derrière les militants, la classe ouvrière des principaux centres de la région affirme son attachement au régime menacé, soit en refusant la confiance au Prince-Président, soit en s’abstenant. L’apprentissage du suffrage universel a été rapide ; le vote est devenu un moyen d’action qui a remplacé le vieux rêve romantique d’insurrection83 ; si, à la fin de 1851, l’arme est émoussée, l’ennemi vers lequel on la dirige est clairement désigné dans un combat pour l’heure défensif, mais qui mobilise sans doute, à Lyon et autour de Saint-Etienne, la majorité de la classe ouvrière.

  • 84 Kleinclausz (A.), ouvr. cit., t. 3, p. 168. Pour l’ensemble du département du Rhône, on co (...)
  • 85 Les liasses où étaient consignés les résultats des plébicites impériaux ont été en effet « (...)

38A Lyon, la réserve, pour ne pas dire l’hostilité, est manifeste : 1 électeur sur 4 s’abstient, ou presque (23 %), et l’on ne compte pas moins de 17 669 votes négatifs contre 32 392 bulletins affirmatifs ; soit environ 26,5 % des inscrits, plus d’ 1 sur 3 des votants (35,3 %). A elle seule la ville fournit plus des trois-quarts des « non » du département, 22 670, soit 14,5 % des inscrits84, et les résultats y contrastent fortement avec ceux du plat pays. Il n’est malheureusement pas possible de pousser plus loin l’analyse pour démêler la spécificité du vote ouvrier de l’expression urbaine globale85. Tels quels, les résultats n’en demeurent pas moins significatifs.

  • 86 A.D.L., 2 M 1, Plébiscite de 1851.
  • 87 Soit 33,6 % à Beaubrun, 30 % à Valbenoite, 41,7 % à Saint-Etienne, 29,3 % à Lorette et 21, (...)

39Dans la Loire par contre, l’opposition ouvrière au Coup d’Etat et l’attachement à la République apparaissent en pleine lumière : par les votes hostiles bien sûr, mais aussi au travers des abstentions86. Sans doute n’y a-t-il, dans l’ensemble du département, que 6,6 % de « non », sur le nombre des inscrits ; mais 13 % dans l’arrondissement de Saint-Etienne. Dans les cantons de l’agglomération, le pourcentage monte à 26,5 % et les taux les plus élevés de tout le bassin sont atteints dans la ville même et dans les communes suburbaines : 29,7 % à Saint-Etienne, 20,7 % à Valbenoite, 24,3 % à Beaubrun et 33,3 % à Montaud ; seule Outrefurens est un peu à la traine, mais à 15 % encore. A proximité immédiate, Saint-Genis-Terrenoire est à 17,3 % et Lorette à 19,6 %. Par rapport au nombre des votants, la proportion des suffrages négatifs s’élève de 15,8 %, à Outrefurens, à 53,4 %, à Montaud, seule commune de France à leur donner la majorité – 578 « non » contre 496 « oui »87. Et, à l’autre bout du département, dans un arrondissement emporté par la vague napoléonienne, – on n’y compte que 2,3 % de suffrages négatifs par rapport aux inscrits –, le canton cotonnier de Roanne se distingue, avec 8,1 % ; la commune elle-même est à 13 %, et sa banlieue des teinturiers, au Coteau, à 22,2 %, soit, respectivement 22,3 et 28,8 % des votants.

40Or, en même temps, toutes deux présentent la plus forte part d’abstentions du département : 42 % à Roanne, 41,2 % au Coteau ; de même, dans le bassin houiller, c’est Montaud qui l’emporte, avec 37,6 %, alors que l’arrondissement de Saint-Etienne n’en a que 25,4 %. Si, encore une fois Outrefurens fait exception, à 4,4 % seulement, avec, il est vrai, Valbenoite (22,8 %) et Saint-Genis Terrenoire (19,4 %), les autres communes hostiles sont aussi celles où l’on a le plus fortement boudé le plébiscite : 28,7 % des électeurs à Saint-Etienne, 28 % à Beaubrun, 33 % à Lorette ne se sont pas rendus aux urnes ; mais ils sont aussi nombreux à Rive-de-Gier (33,1 %) où les suffrages négatifs sont par ailleurs plus médiocres (8,9 %). L’abstention n’est donc pas simple négligence, mais signe affirmé d’une hostilité, en tout cas d’une réserve, et d’un attachement à la République déjà profondément chevillé.

  • 88 Pour l’Isère, A.D.I., 5 M 1, Plébiscite de 1851 ; Vigier (Ph.) et Argenton (G.), Les élect (...)
  • 89 Il existe aussi en Dauphiné de forts noyaux républicains dans les campagnes, dans le canto (...)

41Le comportement des noyaux ouvriers hors des deux grandes concentrations régionales ne va pas à contre-courant. Dans l’Isère, où les votes négatifs s’inscrivent à 7,9 % des inscrits et à 9,7 % des suffrages exprimés, plusieurs centres industriels sont nettement orientés à la résistance, même si celle-ci demeure fortement minoritaire88 ; dans le canton de La Mure, c’est 26 % des votants qui refusent le Coup d’Etat, et 43 % au chef-lieu ; dans celui de Vizille, 16,5 %, et 46 % dans la commune elle-même ; dans la ville de Vienne, 26 %. De même, dans la Drôme, et hors des régions secouées par l’insurrection, les cantons ouvriers, comme ceux de Romans et de Bourg-de-Péage sont parmi ceux qui se rallient le moins facilement89.

2. La République sous l’Empire

  • 90 A.N., BB 30.379 et BB 18.1505, proc. gai Lyon, 6.5.1852.
  • 91 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 3.6.1852.

42Or, la dictature militaire de l’année 1852 ne met pas fin à l’agitation ouvrière : simplement, elle passe au plan de la revendication, puisque toute expression politique est étouffée ailleurs que dans l’isoloir. Le Prince-Président n’a pas encore cédé la place à l’Empereur qu’elle reprend, sous sa forme la plus inquiétante. En mars 1852, ils sont près de 700 tisseurs de peluche à arrêter le travail dans l’usine Martin, de Tarare, et on leur soupçonne des correspondances lyonnaises ; en avril, c’est le coton roannais qui s’agite90 ; en mai, c’est au tour des imprimeurs sur étoffes, des terrassiers, des charpentiers et des maçons de Lyon de se lancer dans des grèves que les poursuites judiciaires arrêtent bien vite, mais qui révèlent un climat91.

  • 92 A.N., BB 18.1506, proc. gal Lyon, 21 et 22.5.1852. En outre, pièces diverses, police, préf (...)
  • 93 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 29.6.1852 ; 92 M 8, sous-préfet Saint-Etienne, 9 et 26 (...)
  • 94 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 5.7.1852 et BB 18.1506, id., 16.6.1852 ; sur le décret d’ (...)
  • 95 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 30.6., 7 et 15.7.1852 ; id., Loire, 6, préfet, 9.11.18 (...)
  • 96 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 5.7.1852 ; en septembre, le prince-président reçoit un ac (...)

43Surtout, une agitation perceptible depuis plusieurs semaines aboutit, le 2 juin, à la grève brutale des 2 000 mineurs de Rive-de-Gier : encore une fois, la politique du « Monopole » est en cause92 ; bientôt, leur mouvement est en passe de s’étendre aux verriers, jusqu’à Givors et même Lyon, à Saint-Romain-du-Gier et à Saint-Etienne, où la fabrique de faulx de Montaud s’arrête pour quelques jours93. Mais presqu’aussitôt, les mineurs demandent l’arbitrage du Prince-Président : la réception à la grande surprise de tous de leur délégation à Paris, ne règle pas le litige, et la rentrée, le 3 juillet, se fait sur la défaite des ouvriers ; mais l’atmosphère est détendue, et le décret du 23 octobre 1852, qui porte le premier coup au « Monopole », paraît annoncer une ère de bons sentiments94 ; de nouvelles grèves chez les cordonniers de Villefranche, les tisseurs de foulards de Neuville-sur-Saône en juillet, les mineurs de Firminy en novembre, l’agitation des rubanniers d’Izieux constituent des mouvements sans importance95. Et les résultats triomphaux – avec quelques nuances – du plébiscite de décembre 1852 paraissent consacrer « ... cet élan de confiance vers le Prince... », que le procureur général de Lyon croit pouvoir affirmer96. L’illusion est éphémère : pendant près de vingt ans, chaque forteresse ouvrière de la région lyonnaise va constituer un foyer d’agitation sociale et de fidélité républicaine, l’une et l’autre se renforçant mutuellement.

A. Lyon « plutôt soumise que ralliée »

  • 97 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 8.3.1852 et F 1 C III, Rhône, 6, préfet, 18.8.1852.

44Si Lyon se tait, c’est à cause « ... de la crainte seule que lui inspire l’énergie du pouvoir... », et de « ... la terreur salutaire de l’état de siège... »97. Après quelques années de répit, le retour à l’agitation revendicative relance l’opposition irréductible entre le régime impérial et la classe ouvrière lyonnaise, en un temps où la grève est, pour une dizaine d’années encore, un délit.

  • 98 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 29.4.1853 ; cf. aussi BB 18.1519, dossier 3191.
  • 99 A.N., BB 18.1537, d. 5285, parquet Lyon au procureur général, 8 et 19.3., 8.6. et 17.10.18 (...)
  • 100 A.N., BB 18.1537, proc. gal Lyon, 20.12.1857.
  • 101 A.N., BB 18.1587, proc. gal Lyon, 2.11.1858 ; BB 30.369, id., 21.5.1859 ; F 1 C III, Rhône (...)
  • 102 A.N., BB 18.1616, proc. gal Lyon, 26.9. et 18.10.1860.
  • 103 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, gendarmerie, 14.8.1861.
  • 104 A.N., BB 18.1669, proc. gal Lyon, 28.10. et 28.11.1863.
  • 105 A.D.L., 92 M 10, sous-préfet Montbrison, 28.5.1856 ; A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 3. (...)

45En avril 1853, les fondeurs d’Oullins arrêtent le travail, à 300, et s’attroupent devant leur usine : on en emprisonne une quinzaine98. Et au printemps de 1855, c’est la première épreuve de force ; les teinturiers donnent le signal en mars, chôment pendant 17 jours : ils sont 700, on en arrête 91, on en condamne 22 ; d’avril à juin, 9 autres corporations les imitent : tour à tour, celles des 800 teinturiers, des 360 tullistes, des veloutiers, des maçons, des scieurs de long, des menuisiers, des tailleurs de pierre, des charrons, des tonneliers ; au total, 132 arrestations s’ensuivent, au moins, dont celles de 90 maçons ; en octobre, un millier de métallurgistes d’Oullins se mettent en branle : leur mouvement ne dure pas une journée99. Il ne se passe pas ensuite une seule année sans, qu’ici ou là, la revendication réapparaisse avec force, et avec elle la répression judiciaire ou les mesures policières. En décembre 1856, grève des chapeliers : 9 arrestations ; en novembre 1857, des terrassiers : 2 condamnations, à trois mois et 1 an de prison100 ; en juin 1858, agitation des ouvriers boulangers : on s’empare des leaders, et quand ils recommencent en mai 1859, ils sont « ... arrêtés dès l’origine... », par les menaces du procureur101. En septembre 1860, c’est au tour des tisseurs de châles, à La Croix-Rousse : 5 arrestations, des peines de prison102 ; en août 1861, des scieurs de long : 32 arrestations sur 150 grévistes103 ; des ouvriers en châles, à nouveau, en septembre 1863 : les deux dirigeants sont condamnés104. Et, s’ils ont échappé aux poursuites, soit parce que leur mouvement a été trop bref, soit parce qu’il a avorté, les marbriers en mai 1856, les tisseurs de châles déjà en octobre 1856, les charpentiers en juillet 1861, les mégissiers en mars 1863 ont tour à tour maintenu la flamme de la grève105.

  • 106 A.N., BB 18.1688, proc. gal Lyon, 25.6.1864.
  • 107 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 7.10.1864 ; F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 16.10.1864 et F  (...)
  • 108 A.N., F 12.2370/2372, Minsitre Agric. et Commerce, 26.5.1865.
  • 109 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 24.6.1865, et divers dans A.N.C 3021, F 12.4651 et 4666, (...)
  • 110 A.D.R., M, grèves antérieures à 1869, préfet, 3.7.1870 et divers, A.N., cf. note précédent (...)
  • 111 A.N., F 12.4652 et 4656, préfet Rhône, 31.5. et 17.9.1866 ; A.N., F 1 C III, Rhône 5 et 10 (...)
  • 112 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 28.6.1867 ; F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 20.7.1867.

46L’abrogation de la loi sur les coalitions atténue ce caractère de lutte ouverte contre les autorités ; mais elle ne met pas fin au mouvement revendicatif. Deux secteurs se distinguent désormais par leur turbulence : le bâtiment et surtout la Fabrique, demeurée relativement calme pendant une décennie. En juin 1864, les tullistes arrêtent le travail « ... en grand nombre... » et entraînent ceux de la banlieue106 ; dans l’automne, c’est la grève générale de la corporation, aux Charpennes, aux Brotteaux, pour 700 d’entre eux, pendant près de 3 semaines107. En mai 1865, c’est toute la Fabrique qui s’agite, compagnons et chefs d’atelier multiplient les pétitions pour l’augmentation des « prix de façon »108, alors qu’à nouveau les tullistes ont déserté les ateliers : jusqu’en juin, pendant deux longs mois, leurs cortèges parcourent les quartiers de la rive gauche, entraînent attroupements et incidents109. A peine ont-ils terminé que le relais est pris par les teinturiers, le 14 juin : 2 000 d’entre eux quittent les usines, mènent une longue lutte de 26 jours, jusqu’à la mi-juillet, marquée par des violences contre les réfractaires et une douzaine d’arrestations110. Quant aux tullistes, ils recommencent, avec moins de force – seuls quelques ateliers sont touchés – en mai et septembre 1866111 puis en juin 1867, où se produisent de graves incidents112.

  • 113 A.N., F 12.4651, « résumé des coalitions », 1864-1872 ; rapports divers dans F 12.4666 et (...)
  • 114 A.N., F 12.4651, préfet Rhône, 18.8.1865.
  • 115 Du 28 février au 22 mars 1864, 400 d’entre eux ont soutenu une grève très dure, marquée pa (...)
  • 116 A.N., F 12.4651 ; sur l’ensemble des grèves lyonnaises de 1863-1867, Maritch (S.), Histoir (...)

47Dans le bâtiment, ce sont les maçons qui lancent une longue grève de plus d’un mois en juillet 1865, quasi totale, et massive, puisqu’ils sont 3 500 à y participer sur les 4 000 de la ville113 ; en août, l’affaire rebondit, et les tailleurs de pierre sont sur le point de se joindre à eux114. La quasi-simultanéité avec les grèves des tullistes et des teinturiers crée dans la ville une agitation généralisée ; à laquelle participent les tanneurs-corroyeurs, qui s’étaient déjà signalés en février-mars 1864115 ; les cantonniers, les cochers, les chaudronniers puis, dans l’automne, à nouveau, les garçons boulangers : seul l’échec final des maçons les empêche de verser dans la grève116. Si bien que l’année 1865 répond, à une décennie de distance, à la flambée de 1865 ; et la crise de la soierie, à la fin de l’été 1866, entraîne une très vive agitation de la misère à La Croix-Rousse pendant tout le mois d’octobre. Déjà, un certain changement de ton commence à se faire perceptible.

  • 117 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 24.2.1869.
  • 118 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 11.12.1852 ; au total, il y avait 7 560 « non ».
  • 119 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 8.3.1852.
  • 120 A.N., F 1 C III, Rhône, préfet, 3.6.1852, et Ain, 8, préfet, 3.11.1852.
  • 121 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 4.3. et 28.12.1853.

48Dans le domaine politique, Lyon est resté une ville inquiète et inquiétante117. L’Empire y était né pourtant sous d’heureux auspices : au plébiscite de décembre 1852, si le nombre des abstentions avait quasiment égalé celui des « oui » – 23 812 contre 27 260 –, c’était surtout le fait d’une bourgeoisie animée d’un « ... légitimisme mystique » ; et à La Croix-Rousse, le nombre des bulletins positifs avait augmenté de 1 102 sur 1851118. Il n’en demeure pas moins que quelques mois auparavant, La Guillotière avait élu député, en mars, le médecin républicain Jacques Hénon, « ... sans réunion préparatoires, sans circulaires, sans publicité de journaux... »119 ; que les pamphlets de Victor Hugo circulent un peu partout, et que les collectes en faveur des condamnés à la déportation rencontrent un vif succès dans les quartiers ouvriers120. Mieux, le 24 février 1853, les deux tiers des métiers de La Croix-Rousse s’arrêtent quelques instants de battre, pour « ... célébrer l’anniversaire de la République... ». Et à la fin de l’année, c’est un constat d’échec que dresse le procureur général : la bienveillance du régime en faveur de la classe ouvrière n’obtient « … rien d’une classe profondément aliénée. Ces égards sont au contraire reçus comme une marque de faiblesse... »121.

  • 122 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, sous-préfet Villefranche, 20.7.1854 et A.D.L., 92 M 11, préfet, (...)
  • 123 A.N., BB 18.1543, proc. gal Lyon, 18.6.1855 et BB 30.379, id., juillet 1857.
  • 124 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 6.8.1858, 7.4. et 30.12.1859.

49Cette hostilité n’est pas grosse d’une insurrection, pourtant, et les autorités elles-mêmes ne sont jamais dupes des rumeurs périodiques122 : celles-ci ne sont-elles pas significatives en elles-mêmes ? Mais à chaque consultation électorale le vote pour les candidats de l’opposition, et l’abstention montrent à l’évidence que la « ... mauvaise volonté persiste avec les espérances d’un bouleversement dans lequel les rôles seront changés et où les derniers seront les premiers... »123. La classe ouvrière « … conserve ses rancunes, ses ressentiments et ses défiances... » ; même à l’occasion de la désignation des conseillers prud’hommes, on écarte tous les « ... suspects d’avoir des sentiments religieux... », où « ... d’obéir à un modérantisme politique... », et les tisseurs notamment « ... choisissent des socialistes exaltés... ». En somme, les ouvriers lyonnais ne sont « ... plus livrés aux agitateurs, et leurs habitudes deviennent régulières et paisibles. Toutefois, ils sont plutôt soumis que ralliés... »124. L’antienne ne changera plus.

  • 125 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 10.7.1859.
  • 126 A.N., BB 30.369, proc. gal, 4.6.1859 et 25.7.1859.
  • 127 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.1. et 22.2.1861.
  • 128 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 9.7.1860 ; en 1866, à la veille de la guerre austro-itali (...)

50Sinon quelques mois à la fin de 1859, où l’intervention française en Italie « … semble éveiller (dans la classe ouvrière) de bons sentiments. Il s’agit de l’indépendance d’un peuplé, de la défaite d’un gouvernement absolu, et elle y voit la réalisation de son programme... ». Même à La Croix-Rousse, « ... l’empereur devient (son) héros... » ; « ... mais je regrette d’ajouter », nuance le procureur général, « ... qu’elle place à ses côtés Garibaldi… » pour s’exalter au récit de ses exploits125. Et la méfiance revient vite : à la (fausse) nouvelle de la capture de son idole, on parle de trahison, les « ... commentaires des hommes de désordre... » trouvent aussitôt « ... écho au milieu des populations de La Croix-Rousse et de La Guillotière… » qu’exaspère, en juin 1859, l’annonce de l’armistice de Villafranca126. L’agitation d’une partie de la bourgeoisie légitimiste et cléricale lyonnaise sur la question romaine ramène ensuite les ouvriers de la ville à de meilleurs sentiments127 ; ceux-ci ne doivent pas leurrer : dans l’été 1860, ne voit-on pas les « ... chefs de la démagogie lyonnaise... prêts en vue d’éventualités prochaines...?128 ».

  • 129 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 29.12.1862 et 27.6.1863.
  • 130 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 29.12.1862, 7.10.1864, 8.1.1866, 19.3.1868 et BB 18.1770, (...)

51Les applaudissements qui saluent l’Empereur un moment sont tout aussi trompeurs : ces mêmes ouvriers qui l’acclament « ... iront docilement, pour obéir à un mot d’ordre, porter leurs bulletins dans les urnes... avec des noms notoirement hostiles... », et « ... leurs votes signifient Révolution... »129. Sans doute ne suivraient-ils pas le noyau des « ... 500 à 600 hommes prêts à tout... », mais jusqu’au bout c’est, dans la classe ouvrière, « … une irritation sourde... », qui ne fait que s’enhardir en 1868-1869130. Dans l’autre grande agglomération ouvrière de la région, il n’en va pas autrement.

B. Les ouvriers du bassin stéphanois : « la lutte de l’Empire contre la Révolution… »

52L’attention des pouvoirs publics aux problèmes ouvriers dans l’été 1852 avait soulevé, on l’a vu, de grandes espérances de concorde ; celle-ci dure le temps d’un voyage présidentiel : l’agitation reprend aussitôt, et pas plus que la classe ouvrière lyonnaise, le prolétariat du bassin forézien ne se rallie à l’Empire.

  • 131 Sans qu’il y ait arrêt de travail, il y a pendant tout le printemps de 1853 « ... une appa (...)
  • 132 A.N., BB 18.1520, proc. gal Lyon, juin 1853 et F 1 C III, Loire, 6, préfet, 10.5.1853 et L (...)
  • 133 A.N., BB 18.1523, proc. gal Lyon, 10.10.1853 et 92 M 9, sous-préfet Saint-Etienne, 8.9.185 (...)
  • 134 A.D.L., 92 M 10, sous-préfet Saint-Etienne, 14.5.1855 ; sur l’ensemble de l’année, A.N., F (...)
  • 135 A.N., BB 18.1537, dossier 5285 ; 92 M 10, police Saint-Etienne, 3.5.1856 et sous-préfet Mo (...)

53Toute l’année 1853 prolonge et même amplifie l’agitation revendicative de 1852, orchestrée par les grèves de mineurs, ou inspirée par leur exemple131. Au printemps, toute la vallée du Gier est en effervescence : les charpentiers, les maçons arrêtent le travail en mai, entraînent ceux de Lorette, puis de Saint-Etienne, avec les menuisiers aussi ; et 114 d’entre eux sont arrêtés132. Puis en août, les mineurs de Firminy et de Rive-de-Gier ; ils sont 900, créent des désordres de rue pendant une quarantaine de jours : 8 arrestations ; en novembre, c’est au tour de ceux de Rive-de-Gier, mais dans un seul puits133 ; succède une période d’accalmie, on ne signale aucune agitation en 1854. En 1855, surtout, et au début de 1866, on retrouve la poussée de fièvre déjà sensible à Lyon : mais dans la région stéphanoise, elle prend racine chez les ouvriers du bâtiment. En juin 1855, les plâtriers, imités par les charrons-forgeurs, arrêtent le travail à Saint-Etienne, suivis par les tailleurs de pierre et quelques mineurs de Roche-la-Molière ; on se saisit des meneurs, on en expulse quelques-uns, mais l’effervescence s’étale : les menuisiers, les plâtriers, les tuiliers, les maçons adressent des pétitions aux autorités, dans un climat « ... d’une certaine inquiétude et d’une vague agitation134 ». Au printemps suivant, c’est à Rive-de-Gier que les charpentiers déclenchent la grève, en même temps que les mineurs de la Compagnie de La Chazotte, à Sorbiers et à Saint-Héand, à Saint-Etienne que les marbriers et les plâtriers grondent, puis les maçons et les tailleurs de pierre qui travaillent à construire le palais de justice, à l’automne135.

  • 136 A.N., BB 18.1616, dossier 3597 et F 1 C III, Loire, 9, préfet, 17.11.1860 ; A.D.L., 10 M 5 (...)
  • 137 A.N., BB 18.1669, dossier 1515 ; 1688, dossier 399 ; 1751, proc. gal Lyon, 31.7.1867, A.N. (...)
  • 138 A.N., BB 18.1732, proc. gal Lyon, 16.4.1866 et BB 18.1772, id., 7.1.1868 ; F 1 C III, Loir (...)
  • 139 A.D.L., 92 M 11, gendarmerie, 14.3.1864.
  • 140 A.N., F 12.4666, résumé coalitions 1864-1872 et F 1 C III, Loire, 6, préfet, 25.10.1865.

54Puis, pendant trois longues années, 4 même, ce sont les basses eaux ; puisque de 1857 à 1862, seuls une soixantaine de tailleurs de limes du Chambon-Feugerolles tentent une grève enrayée au bout d’une journée, en septembre 1860, par des « … conseils et observations sévères... », et qu’on ne déplore guère, dans le même temps, qu’une brève agitation des ouvriers layetiers stéphanois136. Et en juillet 1863, les mineurs de Roche-la-Molière donnent un nouveau départ : à 400, ils luttent 17 jours ; en mars 1864, en juillet 1865, de nouvelles grèves éclatent chez eux, et ils entraînent ceux de Fraisses ; puis dans l’été 1867137. Elles sont, dans l’ensemble, médiocres, et hors des houillères, on ne perçoit guère d’agitation que chez les tailleurs de pierre et les maçons stéphanois en septembre 1865, en avril 1866, chez les menuisiers en août 1868138. Or elles sont prémonitoires, comme le mouvement aussitôt brisé aux « Forges et Aciéries de Firminy », en mars 1864139, mais s’effacent devant la grande grève générale des veloutiers, la première du genre, qui secoue la région d’octobre à décembre 1865, pendant 65 jours, et à laquelle participent 3 400 tisseurs peut-être140. La traditionnelle – et persistante – turbulence des mineurs gagne les autres corporations de la ville au moment où le régime commence à perdre de son autorité.

  • 141 A.D.L., 92 M 11, préfet, 11.1.1856.
  • 142 A.N., F 1 C III, Loire, 6, sous-préfet Roanne, s.d. (1857).
  • 143 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 6.8.1858 et F 1 C III, Loire, 6, préfet, 15.4.1858.

55Or, autant qu’à Lyon, il est resté l’intrus. Sans doute n’est-il jamais question de révolte ouverte : les bruits qui peuvent courir d’une insurrection, en 1856, sont absurdes141. Mais déjà les condamnés de 1851 ont retrouvé toute leur audience dans la classe ouvrière, et ce sont eux qui mènent la campagne des législatives de 1857, où « ... plus de 13 000 ouvriers répondent à l’appel du parti démagogique... » ; la régularité des opérations de vote, l’ordre qui les accompagne ne doivent pas tromper : « … l’agitation est grande dans les centres industriels... »142 ; et en 1858, ce ne sont que « … mauvais propos... », fausses nouvelles, bruits malveillants ». La classe ouvrière stéphanoise – et d’alentours – « … a conservé tous ses instincts révolutionnaires... » qui la rendent encore plus dangereuse qu’à Lyon, car implantés dans une population « grossière et rude... »143.

  • 144 A.N., F 1 C III, Loire, 9, préfet, 1.10.1862.
  • 145 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 8.1.1866 et BB 18.1770, id., 6.6.1868.
  • 146 A.D.L., 10 M 62, préfet, 1.7.1869.
  • 147 Sur les élections de 1869, cf. Merley (J.), Les élections de 1869 dans le département de l (...)
  • 148 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 6.8.1858.

56Un instant, on espère. Mais dans les années 1860, les brochures républicaines ne cessent pas de circuler en son sein144 ; et en janvier 1866, plus de 1 200 ouvriers escortent à la gare l’avocat Picard, prouvant « ... une fois de plus combien les mots d’ordre se transmettent rapidement dans les ateliers et combien ils y sont acceptés avec une soumission complète... ». Aux municipales de 1865, les 5 communes qui se donnent une majorité républicaine dans l’arrondissement sont les plus industrialisées (Saint-Etienne, Saint-Chamond, Rive-de-Gier, Le Chambon, Firminy), et en 1868, les souscriptions « … ardemment sollicitées par les journaux démocratiques rencontrent partout plein succès145… ». « C’est la lutte de la Révolution contre l’Empire », affirme le préfet à la veille des élections législatives de 1869146. Les résultats, qui donnent plus de 70 % des voix à l’opposition dans 3 cantons stéphanois sur 4, plus de 50 % dans ceux de Rive-de-Gier, de Saint-Chamond et du Chambon Feugerolles, et assurent le succès de Dorian dès le premier tour à Saint-Etienne-ville signifient au moins la victoire de la République147. Il ne manque que des organisations et des meneurs, disait-on en 1859 ; voire : le parti républicain ouvrier stéphanois n’est pas seulement un état d’esprit, mais un engagement politique148.

  • 149 A.D.L., 10 M 53, police Saint-Etienne, s.d. ; 10 M 54, préfet, s.d. (1858) et 10 M 57, pol (...)

57La liste des éléments dangereux dressée à l’occasion de la loi de sûreté générale comporte 172 noms de suspects dans la Loire : or, 132 d’entre eux (76,6 %) habitent dans l’arrondissement de Saint-Etienne149. Le chef-lieu en a 69 à lui seul, et la répartition socio-professionnelle et géographique par cantons confirme la forte tonalité ouvrière de ce diffus « parti » républicain :

  • 150 On a regroupé sous le vocable tous les métiers qui touchent à la « rubannerie », et (...)

“SUSPECTS DANGEREUX”, ARRONDISSEMENT DE SAINT-ÉTIENNE, 1858150

“SUSPECTS DANGEREUX”, ARRONDISSEMENT DE SAINT-ÉTIENNE, 1858150
  • 151 A.D.L., 10 M 57, police Saint-Etienne, s.d. (1860).

58Si les passementiers constituent toujours le groupe le plus nombreux (pour 24,2 % des suspects) d’une classe ouvrière légèrement majoritaire (à 53 %), il y a un léger progrès des petits métiers de la métallurgie à domicile et, surtout, des mineurs, à peu près exclus des poursuites de 1851. On peut d’ailleurs se demander si l’enquête policière est bien parvenue à recenser les éléments véritablement dangereux. Sept ans après le Coup d’Etat, on retrouve un grand nombre de noms déjà connus ; n’a-t-on pas, en partie, repris un certain nombre d’entre eux, par commodité ou par ignorance ? La liste des adhérents, en 1860, à la Société secrète dite des « Pères de familles » donne une répartition assez différente151 ; mais elle renforce encore l’image d’un prolétariat tout entier pénétré par les doctrines républicaines ; pour 87 membres et en reprenant les catégories de 1851, on a le tableau suivant :

“SOCIÉTÉ DES PÈRES DE FAMILLE”, SAINT-ÉTIENNE, 1860

“SOCIÉTÉ DES PÈRES DE FAMILLE”, SAINT-ÉTIENNE, 1860

59Donc, 3 ouvriers ou artisans sur 4 adhérents, et plus d’un rubannier sur 3 ; avec, toujours, il est vrai, la forte place des travailleurs de la petite industrie dispersée et l’absence, cette fois-ci, des mineurs.

  • 152 A.D.L., 10 M 70, police..., s.d. (octobre 1871).

60Enfin, une décennie plus tard, quand la République est reconquise même si elle n’a pas exactement le visage espéré, le recrutement de l’Alliance Républicaine associe toujours minorité bourgeoise et majorité ouvrière152 ; mais avec, à l’intérieur de celle-ci, de nouveaux venus ; on connaît le statut social et la profession de 373 de ses 474 adhérents ; ils se répartissent ainsi :

“ALLIANCE RÉPUBLICAINE ", SAINT-ÉTIENNE, 1871

“ALLIANCE RÉPUBLICAINE ", SAINT-ÉTIENNE, 1871
  • 153 Dont le nombre est d’ailleurs peut-être encore minoré : il est possible qu’on ait classé c (...)
  • 154 A noter pourtant l’abstention relative des mineurs, qui fait problème.

61Il est inutile de revenir sur la majorité ouvrière renouvelée même si elle est moins forte qu’en 1860 : la grande nouveauté c’est, outre le recul corollaire des rubanniers (qui demeurent pourtant les plus nombreux) et la stagnation relative des armuriers, la multiplication des ouvriers des usines métallurgiques, et, surtout l’étonnante présence d’une très forte minorité de cheminots153. La République n’est pas seulement un souvenir de 1848 dans les vieilles « Fabriques » ; elle est devenue aussi chère aux nouvelles catégories ouvrières que fait surgir la mutation économique154.

C. Une carte ouvrière de la grève et de l’opposition politique

62Aucun autre centre ouvrier de la région lyonnaise ne se présente sous un autre visage : partout, le doublet grève et tendances démagogiques traduit le refus des prolétariats urbains.

  • 155 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 9.1.1850.
  • 156 « Sur 34 126 votes, il ne s’est trouvé que 569 bulletins négatifs » : les ouvriers ont-ils (...)
  • 157 A.N., F 1 C 111, Isère, 7, sous-préfet, Vienne, 27.4.1854 et BB 18.1544, proc. gal Grenobl (...)
  • 158 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 23.12.1856.
  • 159 A.D.I., 52 M 43, préfet, 23.9.1861.

63A Vienne, d’abord, où d’aucuns n’hésitent pas à voir un simple prolongement de La Guillotière155, et malgré l’heureuse surprise du plébiscite de décembre 1852156. Sans doute les premières années de l’Ernpire sont-elles relativement calmes, une grève des verriers en avril 1854 n’est que le prolongement de l’agitation stéphanoise, celle des charpentiers en 1855 n’a pas grande importance157. Mais le calme ne signifie pas indifférence politique : les ouvriers viennois, plus que jamais, restent « ... très disciplinés... », « … presque tous hostiles... », et prêts à suivre le mot d’ordre qui serait donné par leurs frères de Lyon... »158. Et l’état des suspects dressé en 1861 privilégie l’arrondissement de Vienne, qui en compterait 26 à lui seul – le tiers environ de tous ceux de l’Isère, dont 17 dans la ville elle-même ; parmi eux, 11 ouvriers, dont 4 tisseurs et fouleurs de drap159.

  • 160 A.N., BB 18.1631, dossier 4884 ; pièces éparses dans F 1 C III, Isère, 10 (dont préfet, 27 (...)
  • 161 A.D.I., 52 M 42, sous-préfet Vienne, 19.2. et 8.11.1860 ; 52 M 43, id., 28.4.1861.
  • 162 A.D.I., 52 M 44, sous-préfet Vienne, 2.10.1865 ; 52 M 45, id., 2.4.1855, à l’approche des (...)

64En 1861 d’ailleurs, c’est la première alerte sérieuse, avec une grève de métallurgistes qui dure une dizaine de jours et entraîne 9 condamnations : la répression fait une « ... grande impression salutaire », mais n’empêche pas les charpentiers, puis les maçons, en août, de les imiter, à plus de 200160. Plus que jamais, « Les ouvriers sont généralement hostiles... », gangrénés de « socialisme »161. Le « parti républicain » ne cesse pas de gagner du terrain dans les années suivantes, et il ne se lasse pas162 ; en même temps que monte l’agitation revendicative, et, cette fois-ci, dans la draperie.

  • 163 A.N., F 12.4651, préfet Isère, 6.11.1863.
  • 164 A.D.I., 166 M 1, pétition drapiers Vienne à préfet Isère, 8.5.1866.
  • 165 A.D.I., 52 M 45, police Vienne, 31.3.1867 et sous-préfet 2.7.1867.
  • 166 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 31.1.1865 et 10.4.1866, pour lequel on est pratiqueme (...)

65Les premiers signes sont de l’hiver 1863163. Puis il y a une nouvelle alerte au printemps 1866, où l’on se réunit pour discuter des « tarifs »164, une autre en mars, de 1867 et qui, cette fois-ci, se prolonge jusqu’à l’été165. L’explosion se fera finalement en avril 1868, prémonitoire, et déjà d’une autre étape. Elle ne surprendra pas, les « … forces de l’opposition s’accroissant depuis 1865-1866… », sinon par la maturité qu’elle révélera, signe de la « ... profonde modification qui s’est opérée dans la classe ouvrière depuis vingt ans... »166.

  • 167 A.N., BB 18.1530, proc. gal Lyon, 15.4.1854 et A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 9.6.1866 (...)
  • 168 A.N., F 1 C III, Ain, 9, préfet, 14.8.1866.

66Presqu’ en face, de l’autre côté du Rhône, Givors tire son mauvais esprit à la fois des influences lyonnaises et viennoises ; mais dans l’ensemble, on y est calme, si l’on excepte une courte grève des verriers, en avril 1854, et un mouvement chez les maçons, en mai 1866, qui entendent « ... rester dans les limites fixées par la loi... »167. Le centre teinturier de Miribel, dans l’Ain, est par contre contaminé par ses relations fréquentes avec la population de La Croix-Rousse168 ; comme nombre de communes textiles du Bas-Dauphiné, où le mauvais esprit et la République ont cheminé avec les métiers.

  • 169 A.N., BB 30.378, proc. gal Lyon, 9.1.1850.
  • 170 A.N., BB 18.1544, proc. gal Grenoble, 28.6.1855 et 26.5.1856.
  • 171 Bien qu’à l’instar des ouvriers lyonnais, ceux du Bas-Dauphiné aient été un instant ébranl (...)
  • 172 A.D.I., 52 M 43, préfet, 23.9.1861.
  • 173 A.D.I., 166 M 1, police, 22 et 26.3.1867, sous-préfet La-Tour-du-Pin, 28.3.1867.
  • 174 A.N., BB 18.1747, dossier 4641 et A.D.I., 166 M 1, sous-préfet, 29.4.1867 et maire Voiron, (...)
  • 175 A.D.I., 52 M 46, sous-préfet La-Tour-du-Pin, 31.8.1868.

67Depuis longtemps, tout l’arrondissement de Bourgoin et ses petits centres industriels partagent les manifestations turbulentes de Lyon, apportées d’abord par les bateliers du haut-Rhône, puis par l’intégration à la Fabrique169. Pendant quelque temps, on peut croire leurs mauvaises dispositions assoupies. Mais une rafale de grèves à Voiron, en juin 1855 dans le bâtiment, prolongée à Jallieu l’année suivante montre que le feu n’est pas éteint170. S’il ne s’en reproduit point d’autres, l’évolution politique continue171 : des suspects de 1861, on ne compte que 19 habitants de l’arrondissement de La Tour-du-Pin, et 14 de celui de Saint-Marcellin ; mais parmi eux, 13 de Tullins et des communes soyeuses voisines, 5 de Bourgoin, autant de La Tour-du-Pin, 7 épars dans les hameaux du tissage ; et dans l’arrondissement de Grenoble, Voiron en a 4. Si bien qu’au total 29 des suspects vivent dans le Bas-Dauphiné textile, près de deux-cinquièmes de ceux de l’Isère172. Au printemps de 1867, « ... le vent est à la grève... » à Pont-de-Beauvoisin, emporte les cordonniers, secoue les lavandières et les ouvriers menuisiers173 ; en avril il s’enfle à Montalieu, et à Villebois, de l’autre côté du Rhône : 400 carriers et tailleurs de pierre, depuis toujours liés à Lyon, s’arrêtent pendant une douzaine de jours ; puis, en juillet, chez les métallurgistes de Voiron174. Et dans l’Empire finissant, si les campagnes sont bonnes, l’esprit public est exécrable dans les centres industriels, surtout à Bourgoin et Jallieu175.

  • 176 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 12.1.1859 ; BB 18.1566, id., 31.5.1857.
  • 177 A.D.I., 166 M 1, police Vizille, 10.5., 27.4. et 11.5.1867 ; 25.9. au 2.11.1867.
  • 178 De même, il n’est plus question des « ... opinions subversives... » relevées à Allevard en (...)
  • 179 A.N., BB 18.1544, proc. gal Grenoble, 28.6.1855 et 12.1.1856, BB 18.1559, id., 2.12.1856, (...)

68L’explication par les influences directes ne suffit pas, puisque l’attitude des centres les plus éloignés de Lyon, voire les moins liés avec elle, n’est guère différente. En Dauphiné, à Vizille, tout au long de l’Empire, les ouvriers sont « ... plus avancés en opinion... »176, et aussi des plus turbulents : en mai 1857, les 500 ouvriers de Revilliod, l’usine d’impression des étoffes mènent l’une des grèves les plus puissantes des premières années de l’Empire ; en 1866, ils tiennent 15 jours, entraînent les plâtriers et les maçons dans leur sillage, s’agitent à nouveau à l’automne 1867177. A tel point qu’ils paraissent politiquement plus dangereux que les ouvriers de Grenoble où, pourtant, l’agitation revendicative ne faiblit jamais178. A partir de 1855 – où les charpentiers arrêtent le travail pendant 51 jours, dans une ambiance d’effervescence générale – il n’est pas une année où n’éclate pas une grève dans la ville. La corporation la plus ardente est celle des coloristes et des palissonneurs de la mégisserie, qu’on retrouve en décembre 1856, en mars 1860, en février 1861 où 3 usines sont touchées, et où le mouvement rebondit au bout de plusieurs semaines, en février 1862, en août 1864 à Fontaines, puis en décembre, en septembre 1865, en avril 1866, en février 1867 enfin !179.

  • 180 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, sous-préfet, Tournon, 12.11.1852.
  • 181 A.N., BB 18.1543, dossier 5813 ; BB 30.382, proc. gal Nîmes, 9.8.1856 ; F 1 C III, Ardèche (...)
  • 182 A.N., F 1 C III, maire Annonay, 9.12.1861.
  • 183 A.N., BB 18.1655, proc. gal Nîmes, 10.7.1862 ; BB 18.1714, dossier 3007 ; F 1 C III, Ardèc (...)
  • 184 A.N., F 12.4651, préfet Ardèche, s.d. (1864) et 13.5.1865.
  • 185 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 8.4. et 8.8.1867 ; A.D. Ar, 15 M 41, sous-préfet Tour (...)
  • 186 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 4.7.1857 et 26.3.1859, et sous-préfet Tournon, 26.3.1 (...)

69A Annonay, ce sont encore les mégissiers qui mènent l’action ; mais à leur esprit revendicatif, ils mêlent des tendances démagogiques marquées et précoces, et qui ne se démentent point : « soldats de l’émeute », dit-on en 1852, « ... habitués aux dissimulations des sociétés secrètes... », comme tous les ouvriers nomades180. En juin 1855, l’agitation, après une courte grève, dure deux mois, malgré des arrestations et l’arrivée de renforts ; l’année suivante, en juillet, ils se rassemblent, menacent, à plus de 1 500 : 7 condamnations, qui n’empêchent pas l’affaire de rebondir en septembre, puis en juillet de 1857 et en 1858181. Pas de grèves en 1860 et 1861, mais les « … attitudes agressives... » demeurent182, et l’on recommence en juillet 1862, et surtout en juin 1865 ; pendant 3 semaines, 1 830 mégissiers tiennent le haut du pavé dans une ville envahie par la troupe183 et ils entraînent avec eux les menuisiers184. Et il y a encore une certaine fièvre en 1866 en avril et en juillet 1867185. Leur exemple est d’autant plus redoutable qu’ils votent contre le gouvernement de manière « ostentatoire », « ... avec un ensemble qui montre assez à quelle influence ils obéissent aveuglément... », ne perdant pas une occasion de manifester leurs « … mauvais esprit... » : même au Conseil des Prud’hommes, ils donnent la préférence à ceux dont les idées républicaines sont connues !186.

  • 187 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 22.7.1860.
  • 188 A.N., BB 18.1544, proc. gal Grenoble, 14 et 17.3.1860 ; BB 18.1612, id., 8.6.1860 ; BB 30. (...)
  • 189 A.N., F 1 C III, Drôme, 8, préfet, 6.6.1866.

70A tel point que la classe ouvrière de Romans et de Bourg de Péage, où, tout à la fois « ... on aime l’Empereur… et l’on est « socialiste »187 paraît rassurante, malgré les 4 grèves que chapeliers et cordiers mènent entre 1856 et 1864, et l’agitation qui s’installe au printemps 1866188 ; elle n’en a donné pas moins 600 suffrages aux « socialistes » en 1858, et l’abstention y est traditionnellement élevée, comme à Valence et Montélimar, les autres centres ouvriers du département189.

  • 190 A.N., F 1 C III, Loire, 4, préfet, 3.10.1852, qui suspend aussitôt le Conseil municipal ré (...)
  • 191 A.D.L., 10 M 54, préfet, s.d. (1857). .
  • 192 A.D.L., 10 M 47, préfet, s.d. (1860).
  • 193 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 2.7.1862 ; F 1 C III, Loire, 9, préfet, 11.6.1862 et F 12 (...)
  • 194 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 7.10.1865 et F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 23.9. et 23.11 (...)
  • 195 A.D.R., 10 M 70, police, s.d. (1871) et sous-préfet Roanne, s.d.

71Enfin les tisseurs du coton roannais sont eux aussi restés fidèles à la République, et ceux du chef-lieu le confirment dès les élections municipales de 1852, où « ... l’intrigue a obtenu le succès le plus complet... », sous la direction de ceux qu’on avait renoncé à déporter quelques mois auparavant !190. En 1858, on recense 27 suspects dangereux dans l’arrondissement, dont 9 Roannais ; mais aussi 6 à Saint-Germain-Laval, 9 à Charlieu (dont 3 ouvriers en soie), dans les communes de l’essaimage191 ; en 1860, 30 au total, dont 15 ouvriers et artisans192. Après une grève importante du tissage – mais partielle – en juin 1862 la ville est secouée au printemps de 1865 par celles, parallèles, des cordonniers, des ébénistes, des charpentiers, des plâtriers et d’une partie des teinturiers193, au lendemain d’une très vive agitation à Cours (où l’arrêt de travail par les cardeurs a jeté, en janvier, 2 000 couvertutiers à la rue), renouvelée en septembre et étendue aux blanchisseurs de Tarare et aux cotonniers de Thizy194. Et la composition socio-professionnelle de l’Alliance Républicaine de Roanne, en 1871, montre à quel point le régime que les tisseurs de coton n’avaient point renié en 1851-1852 recrute chez eux la masse de ses militants ; pour 463 adhérents, la répartition est donnée par le tableau qui suit195 :

72Il n’a pas besoin d’un large commentaire, et comme le note le sous-préfet, si l’Alliance est une création des notables, son succès vient de l’empressement de la classe ouvrière à y adhérer : plus de 3 sur 4 des affiliés en viennent, près d’un sur deux de l’ensemble est un ouvrier du coton.

" ALLIANCE RÉPUBLICAINE ", ROANNE, 1871, PAR PROFESSIONS

" ALLIANCE RÉPUBLICAINE ", ROANNE, 1871, PAR PROFESSIONS
  • 196 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 14.10.1858.
  • 197 A.N., F 1 C III, Drôme, 8, préfet, 15.10.1857.

73Cette République qui n’a cessé de vivre, et de gagner dans les esprits, les ouvriers l’ont sans doute plus « … agitée en paroles qu’en action... »196 et leurs « ... manifestations... ne vont pas jusqu’à la résistance... »197. Si l’on entend, par là, l’insurrection, ou l’émeute armée. Mais lorsque, une nouvelle fois, c’est l’Empire qui est en cause, ils manifestent sans équivoque à la fois leurs préférences politiques et les progrès de la République en leur sein après deux décennies de régime impérial.

D. Le plébiscite de 1870

74Le plébiscite de mai 1870 pose à nouveau la question du régime. La réponse de la classe ouvrière est sans équivoque ; en votant contre l’Empire ravalé, elle renouvelle sa fidélité à une République qui, désormais, ne s’identifie plus à un combat défensif, comme en 1851, mais à l’espoir d’une révolution politique prochaine.

  • 198 Recueil des Actes administratifs du département du Rhône, 1870, Recensement des votes sur (...)
  • 199 A l’exception de ceux de Sainte-Foy (41,6 % des inscrits) et d’Oullins (40 %), déjà fortem (...)

75A Lyon, la classe ouvrière refuse massivement sa confiance : les votes négatifs l’emportent dans 5 arrondissements sur 6, et c’est dans les quartiers ouvriers qu’ils sont le plus nombreux198. Aux Brotteaux, ils atteignent 46,8 % des électeurs inscrits dans le 6e arrondissement ; à La Guillotière (le 3e), 51 %, avec des maxima de 52,2 à la section de la Part-Dieu et de 54,3 % à celle de La Madeleine ; sur le plateau de La Croix-Rousse, 58,2 %, et, sur ses pentes, 52,3 % au bureau de la rue de l’Annonciade, 60,4 % à celui qui englobe la Grande-Côte, le quartier du Jardin des Plantes et la rue des Fantasques. Sur la rive droite de la Saône, pour être moins net – à 37,8 %, mais à 46 % à Vaise –, le succès des « non » n’est pas moins réel, et encore plus autour des Terreaux (42,9 %) ; enfin, il est légèrement supérieur à 50 % derrière les voûtes de Perrache, quartier prolétarien contigu aux demeures aristocratiques d’Ainay et bourgeoises de Bellecour dont le vote de confiance explique, dans le 2e arrondissement, le succès des « oui » : de justesse, 6 116 contre 5 986 « non » et 36,8 % des inscrits. L’équivoque de 1851 n’est plus de mise : contre l’ensemble des classes dirigeantes de la ville, le prolétariat lyonnais choisit la République. Et c’est son vote qui assure le succès du « non » dans l’ensemble de la ville ; à 35 769 – soit 44,8 %, quand le taux de l’arrondissement n’est que de 33,3 % et celui du département à 28 % – contre 22 294 « oui »199.

  • 200 A.D.L., 2 M 4, Plébiscite de 1870.

76La classe ouvrière forézienne accentue, elle aussi, son choix de 1851, et d’avant200. Dans l’arrondissement de Saint-Etienne, le nombre des votes hostiles a triplé en valeur relative : à 39,1 % des inscrits, ils sont plus nombreux – 26 010 – que les bulletins favorables – 23 597 ; et pour l’ensemble des cantons de Saint-Etienne et du Chambon-Feugerolles, ils se haussent à 54,1 % et 56 %. Ils l’emportent nettement, au total, dans 14 communes du bassin, et ne sont pas loin de la majorité des votants dans 3 autres. C’est dans les localités minières que les meilleurs pourcentages sont obtenus : 63,5 à Roche-la-Molière, 66,3 à Saint-Genest-Lerpt, 69,7 à Unieux ; et dans la vallée de l’Ondaine, où ils atteignent 55,8 à Firminy, 57,1 à La Ricamarie, 60,3 à Fraisses, la vallée du Gier sans être en reste, étant tout de même un peu à la traine, même si Grand-Croix s’inscrit à 59,8 % : à Lorette, on est à 44,4, à Saint-Jean-Bonnefonds à 48,8, à Saint-Chamond à 39,2, à Rive-de-Gier à 32,6, à Izieux à 30,2 ; c’est-à-dire à des niveaux qui, pour être encore élevés, peuvent pourtant se situer en-dessous de celui de l’arrondissement. Quant à la commune même de Saint-Etienne, elle fournit, avec 56,6 % des inscrits, le taux le plus élevé de suffrages négatifs des grandes villes françaises : 13 303 électeurs rejettent l’Empire, pour lequel on ne dénombre pas plus de 3 932 voix !

  • 201 En dehors des localités ouvrières, seule la commune de Sury-le-Comtal donne la majorité au (...)
  • 202 Cf. la carte dressée par Léon (P.), Les grèves de 1867-1870 dans le département de l’Isère (...)
  • 203 Janin (L.), Le département de l’Ain de 1871 à 1914... p. 15-16.

77Mais, surtout, c’est désormais l’ensemble de la classe ouvrière qui se rallie aux idées républicaines. Le canton de Roanne donne 33,7 % de « non » – l’arrondissement, 11,6 % seulement –, qui l’emportent dans la commune même, avec 49 % des inscrits. En banlieue, à Régny et au Coteau, on est à 29,6 et 34 % ; et à Charlieu, à 26,6 %201. De même, dans le Rhône, l’agglomération lyonnaise ne fait plus figure de tache isolée : la majorité se prononce contre l’Empire à Thizy (41,3 % des inscrits), à Villefranche (43 %), à Tarare (48,2 %), à L’Arbresle (57,8 %) et dans le centre minier de Sainte-Foy-Largentière (42 %) ; on n’est pas loin de l’emporter à Givors (38,2) et il existe de très fortes minorités à Amplepuis (24,8) et dans la petite commune soyeuse de Pontcharra-sur-Turdine (19,7). Dans l’Isère, la carte des « non » se calque sur celle des localisations industrielles, et certains cantons du Bas-Dauphiné textile – comme ceux de La Tour-du-Pin, de Pont-de-Beauvoisin, de Tullins – sont parmi les plus hostiles ; à Grenoble (avec 43 % des inscrits) et à Vienne (45 %), l’opposition l’emporte, comme à Romans, où l’on ne dénombre que 604 suffrages positifs contre 2 265 refus !202. Oyonnax est la seule commune de l’Ain qui soit dans le même cas – 563 non, 206 oui –, et à Nantua, la balance est quasiment égale (397 contre 401)203.

  • 204 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 28.3.1867.

78Et pourtant, rapportait en 1867 le procureur général de Lyon, les « ... théories politiques préoccupent moins que les théories sociales... »204 ; il aurait pu préciser, qu’une certaine pratique. En effet, occupés à traquer les sociétés secrètes et « démagogiques », les autorités voient mal le sens d’une organisation ouvrière permanente, corporative, que, longtemps, elles encouragent ; sans doute commencent-elles à s’inquiéter, quand elles soupçonnent ou découvrent des « comités occultes » derrière telle discipline collective, à l’appui de grèves dont la multiplication intrigue ; que ce soit à Lyon chez les ouvriers en châles en octobre 1863, chez les tullistes et les corroyeurs l’année suivante, puis à nouveau en avril-mai 1865, chez les teinturiers en juillet ; mais aussi parmi les mégissiers d’Annonay en juin 1865, les veloutiers de Saint-Etienne dans l’automne qui suit, les charpentiers de Grenoble en avril 1866, premiers signes en clair d’une association à laquelle la classe ouvrière, étrangère à un régime qu’elle refusait, a consacré l’essentiel de son effort.

II. Le développement des associations ouvrières

79Hostiles à un régime où ils ne se reconnaissent pas, déçus à deux reprises par une République qui n’est pas la leur, les ouvriers de la région lyonnaise se sont tournés vers ces « intérêts de classe » dont parlait le procureur général. L’idée de leur organisation n’est pas neuve dans une région, dans une ville surtout où la pénétration est ancienne des premiers « socialismes » français. On reprend donc des formes déjà éprouvées, autour d’un idéal d’association que traduit alors la pensée proudhonienne, même si son influence n’est pas toujours directe, ni même évidente : le développement des coopératives, de production avant tout, est à son tour dépassé par l’essor du mutuellisme. Par vagues successives, dont la suivante nait quand la précédente n’a pas fini de mourir, l’organisation ouvrière affûte progressivement l’instrument d’une action collective qui se veut de plus en plus autonome ; comme ailleurs, la mise à l’écart du compagnonnage traduit la mutation.

1. L’effacement du compagnonnage

  • 205 Cf. Office du Travail. Les Associations professionnelles ouvrières, t. 1, p. 148 et suiv.  (...)

80Sauf très rares exceptions, son action ne dépasse pas les limites de l’agglomération lyonnaise. Celle-ci avait été, sous la Restauration notamment, un centre très important de compagnonnage ; elle le demeure après 1848205. Mais, désormais, le mouvement se coupe de l’action réelle de la classe ouvrière ; ses adhérents ne sont pas seulement une poignée – ils s’étaient toujours voulus une élite : ils deviennent des marginaux attardés du mouvement ouvrier. Leur influence est tout à fait exceptionnelle, dans quelques rares secteurs d’emploi figés par l’immobilisme technique, comme les métiers du bâtiment. Et là où le compagnonnage subsiste, son attachement à des formes surannées change le sens de son action : alors qu’il avait été, pendant la première moitié du siècle, un cadre tout trouvé pour des mouvements collectifs souvent hardis, il devient un obstacle même quand il tente de s’adapter aux nouveautés du temps.

  • 206 Cornaert (E.), ouvr. cit., p. 86 et Agulhon (M.), Une ville ouvrière au temps du socialism (...)
  • 207 Office du Travail, ouvr. cit., t. I, p. 170-171 ; Godart (J.), Travailleurs et métiers lyo (...)

81Pourtant, à Lyon plus qu’ailleurs encore, son effacement est celui d’une rénovation manquée. Car c’est de la ville qu’étaient parties, dès 1842, un certain nombre d’initiatives propres à transformer l’institution en l’ouvrant plus largement et en faisant sauter les cloisonnements des rites, dans la ligne de l’Union créée à Toulon en 1832206. La « Société des Amis de l’Industrie », née en 1842, approuvée en 1844 était composée à la fois d’Enfants de Maître Jacques et d’Enfants de Soubise. Et en 1864, l’imite une association dite de « tous les Devoirs réunis » dont les dirigeants, Crespin, un coutelier, et Chupin, un Angevin, ouvrent l’accès aux ouvriers de tous les métiers et aux compagnons de tous les rites207.

82C’est dans ce milieu lyonnais qu’apparaît, au premier plan, en 1868, un ouvrier bourrelier-harnacheur, Lucien Blanc, Provençal-le-Résolu. Né à Ménerbes, dans l’Hérault, le 19 août 1823, reçu compagnon du Devoir à Paris en décembre 1845, il a été successivement « second en ville » à Nantes et à Bordeaux, puis « premier » à Marseille et à Lyon, où il réside depuis 1852 ; vers 1860, il milite pour la réconciliation des « Devoirs ». En 1868 donc, il est élu président de la « Société des Amis de l’Industrie » ; et en 1874, après avoir obtenu en 1872 la fusion avec la « Société des Anciens Compagnons de tous les devoirs réunis », il lance l’invitation à un Congrès national du Compagnonnage, qui se réunit à Lyon du 1er au 3 novembre.

  • 208 A.N., F 7.12385, C.R. Congrès compagnonnique tenu à Lyon les 25, 26 et 27.9.1879, brochure (...)

83Dix-neuf délégués des trois rites participent aux travaux, dont certains viennent de Rive-de-Gier, de Saint-Chamond et de Saint-Etienne. Ils décident la création d’une « Fédération compagnonnique » dont Lucien Blanc est président et qui fixe son siège à Lyon, rue Bugeaud, le secrétaire de la Ville-Mère assurant le secrétariat général. A partir de 1878, on l’étendra aux Compagnons encore en activité ; et, surtout, en septembre 1879, un second Congrès, à Lyon de nouveau, fixera l’organisation définitive : 33 corps de compagnonnage pour le Tour de France et 27 délégués des villes répondront à l’appel ; d’autres réunions suivront, à Bordeaux en 1884, où la « Fédération », jugée trop lâche, se transformera en « Union compagnonnique », puis en 1889, en 1894, en 1899, etc..., toujours sous la direction indiscutée de Lucien Blanc208.

  • 209 A.N., BB 18.1647 A, d. 6326, proc. gal Lyon, 14.9.1848 : la rixe a eu lieu au sortir de l’ (...)
  • 210 A.N., BB 18.1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.6.1855.
  • 211 A.D.L., 93 M 1, police Saint-Etienne, 7.2.1861.
  • 212 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, s.d. (1872).
  • 213 A.N., F 7.12385, préfet Loire, 20.6.1895 et police Vienne, 2.7.1895.

84Mais l’initiative était venue trop tard, et ses formes étaient sans doute inadaptées. Car la réalité du Compagnonnage est, derrière elle, fort médiocre. Et, finalement, en plus de trente ans, ses manifestations ne sortent pas de l’anecdote. Une rixe sanglante entre cordonniers, à Villefranche, en septembre 1848, fait un mort ; mais elle paraît la dernière du genre209. En juin 1855, le procureur général de Lyon croit distinguer la main des compagnons dans une grève des menuisiers, « … corps d’Etat où l’organisation du compagnonnage est la plus complète... » ; sans preuve210. En février 1861, la manifestation qui accompagne à Saint-Etienne une cérémonie funèbre paraît plutôt emprunter ses formes – 80 membres de la société occulte des ferrandinniers défilent sur deux rangs, en gants de coton blanc, le crêpe au bras gauche – que révèler sa présence211. Et au lendemain de la chute de l’Empire, le préfet du Rhône, après s’être réjoui que les corporations qui y adhèrent « ... résistent plus facilement que les autres à l’action de l’Internationale... », déplore que celle des charpentiers soit « … une des rares... où le compagnonnage reste encore en vigueur... »212. Quelques groupes apparus sous le Second Empire, comme la « Société des anciens compagnons réunis » de Vienne (1865) et « l’Union compagnonnique des compagnons du Tour de France » de Saint-Etienne (1866) ont des effectifs insignifiants213.

  • 214 Godard (J.), ouvr. cit., p. 69 et suiv. et Cornaert (E.), ouvr. cit., p. 115.
  • 215 A.D.R., Grèves antérieures à 1879, police, s.d. (1876).
  • 216 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 17.2.1886.
  • 217 Des états dressés par Lucien Blanc lui-même pour le Ministère de l’intérieur compteront 1  (...)

85A Lyon même, le compagnonnage ne réussit à aucun moment à mordre sur la Fabrique et à retrouver l’audience un temps esquissée en 1832, chez les ferrandinniers, puis gaspillée en scissions, et en 1844 par une « Société de bienfaisance des ouvriers tisseurs de la ville de Lyon », affiliée à l’Union des Travailleurs du Tour de France mais disparue en 1847 pour se diluer dans la formation des « Voraces »214. Car déjà, les « canuts » ne s’y reconnaissent pas, et trouvent dans d’autres formes d’associations un esprit plus conforme à leur état d’esprit ; d’ailleurs, dès 1852, la « Société des Amis de l’Industrie » s’était fait immatriculer « 123e société de Secours mutuels ». Le décrochage est total d’avec le mouvement ouvrier : si, à Lyon, en 1876, les maréchaux-ferrants et les couvreurs se réunissent encore chez la « mère » pour préparer un cahier de revendications215, dix ans plus tard, celle des charpentiers fournira aux entrepreneurs de réfection du pont Morand les remplaçants à leurs ouvriers en grève216. Et la Fédération compagnonnique elle-même ne représentera pas grand-chose217.

2. Les deux temps de la coopération

A. Une idée qui court depuis longtemps

  • 218 Sur la tradition coopérative à Lyon, cf. Gaumont (J.), Histoire générale de la Coopération (...)
  • 219 Office du Travail, Les Associations professionnelles ouvrières, t. II, p. 258.

86L’idée de l’association ouvrière, c’est-à-dire de la coopérative de consommation et surtout de production conserve par contre toute sa charge idéologique au milieu du XIXe siècle. Et c’est à Lyon qu’elle avait rencontré le plus vif succès sous la Monarchie de Juillet : dans les années 1830-1840, elle avait été au cœur du débat, avec une forte teinte de fouriérisme. La Fabrique se prêtait particulièrement bien à l’expérience, et sans que la filiation théorique soit évidente, plusieurs tentatives éphémères avaient été faites dès 1831-1832 ; en 1833, des tireurs d’or, des guimpiers, puis des tailleurs d’habit avaient travaillé quelque temps en ateliers coopératifs. Puis en octobre 1834 s’était créée, sous la forme d’une Société en nom collectif – Bonnard, Charpin, Lacombe et Compagnie – une association qui, réunissant compagnons et chefs d’atelier, paraît avoir rencontré un très vif succès. Pour soutenir les uns et les autres, à partir de 1832, un « Cercle industriel » s’était constitué en caisse de prêts. Mais en 1837, tout l’édifice s’était effondré. L’échec avait relancé le débat sur la forme de la coopérative, puisque dans le même temps, commençait à prospérer, sous la direction de Joseph-François Reynier, un ancien chef d’atelier et Michel Derrion, une véritable chaîne d’épiceries coopératives, « Le Commerce véridique et social », développée à partir d’un magasin établi en 1835 montée de la Grand Côte, à La Croix-Rousse218. Hors de Lyon, on n’avait guère signalé de tentative semblable qu’à Saint-Etienne où, en 1841, une « Société des rubanniers » était restée à l’état de projet, ses promoteurs ayant été aussitôt poursuivis et lourdement condamnés pour délit de coalition219.

87Aussi le mouvement explose-t-il tout naturellement à Lyon plus qu’ailleurs quand l’encouragement à l’association ouvrière devient politique officielle de la Deuxième République naissante.

B. L’esprit de 1848

  • 220 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.12.1849 et 24.1.1850.
  • 221 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 368-370.

88Presqu’aussitôt, le Comité de l’organisation du travail est saisi d’une multitude de projets émanant surtout des milieux fouriéristes et saint-simoniens. Tour à tour, l’autorité approuve la constitution de coopératives de production chez les menuisiers, chez les tailleurs de pierre, chez les charpentiers, chez les plâtriers, les serruriers, les tourneurs de fer, etc…, pendant tout le printemps de 1848220 ; un peu plus tard, c’est au tour des couturières et des lingères, sous le sigle des « Fourmies réunies » d’ouvrir un atelier et un magasin de vente, puis des fabricants de chaise. Mieux, les « associations fraternelles » des ouvriers menuisiers, tailleurs de pierre et charpentiers se rassemblent en une « Association générale des travailleurs du bâtiment », où ils ne seraient pas moins de 700221.

  • 222 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 11.1.1850.
  • 223 A.N., C 963, Enquête sur le travail... 1848, 6e canton Lyon et BB 30.379, proc. gal Lyon, (...)
  • 224 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 260-261 ; Pariset (E.), Histoire de la Fabrique ly (...)
  • 225 Cf. Godard (J.), ouvr. cit., p. 24 et suiv. : l’Union des Travailleurs » prévoit une assoc (...)

89L’élan, s’il se ralentit, ne se brise pas dans les mois qui suivent, alors même que les premières sociétés sont en difficultés, quand elles n’ont pas déjà disparu. En janvier 1850, elles « ... continuent de s’organiser... » et les ouvriers « ... s’y engagent avec un dévouement extrême... »222 : comme les cordonniers de la « Société fraternelle », une centaine, à La Croix-Rousse ; les bottiers, qui ouvrent à la fin de 1849 des magasins-échoppes sur le plateau et à La Guillotière ; les fabricants de châles d’une « Association fraternelle et progressive », les relieurs, les cordiers et les sculpteurs223, les tisseurs de la Fabrique enfin. Le mouvement esquissé à la fin de 1848 par les veloutiers aboutit, en mars 1849, à l’« Association Brosse et Compagnie », où ils se retrouvent à 280 chefs d’atelier, chacun d’entre eux versant 300 francs par métier en sa possession, le reste de l’apport total de 1 000 francs devant être fait par paiements échelonnés ; et ils obtiennent, assez facilement, un prêt gouvernemental de 200 000 francs. Puis, après l’avortement en avril d’une « Association commerciale et philantropique des tisseurs réunis » c’est en mai la naissance de « Félix Martin et Compagnie », où s’associent 88 chefs d’atelier : eux aussi bénéficient d’un prêt de 200 000 francs pour faire démarrer l’affaire224. Enfin, un des projets les plus ambitieux paraît être une « Union des travailleurs », où l’on retrouve, directement, l’inspiration fouriériste, qui se propose un moment de regrouper 6 000 ouvriers dans une organisation très stricte, une armée industrielle, en colonnes de 300 hommes, pour prendre en adjudication la construction de la ligne de chemin de fer de Paris à Lyon et à Avignon225.

  • 226 Godard (J.), ouvr. cit., p. 11 et suiv. ; Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 375-376, p. 3 (...)
  • 227 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 1.12.1849.
  • 228 Il faut sans doute mettre à part l’« Association fraternelle de l’industrie française » du (...)

90Enfin, sans qu’il y ait multiplication de sociétés nouvelles, les coopératives de consommation reçoivent le même coup de fouet. En 1849, la chaîne des « Travailleurs réunis » née en janvier 1849 à partir d’une boulangerie, rassemble 25 d’entre elles et progresse rapidement : à la fin de 1851, elle assure le fonctionnement de 7 épiceries de détail, 1 magasin de gros, 1 boulangerie, 2 boucheries, 2 caves à charbon, 1 entrepôt de vins et. 1 pâtisserie, et elle y emploie une cinquantaine de commis ; elle y ajoute même un moment 2 écoles primaires et 1 caisse d’invalides du travail. Son succès est considérable chez les tisseurs : elle y a 1 500 adhérents, touche plus de 4 000 personnes, fabrique elle-même son pain – 2 000 kg par jour –, son chocolat et sa charcuterie. Son succès laisse loin derrière les « Travailleurs économes » – qui se séparent d’elle à la fin de 1849 –, l’« Association d’approvisionnement collectif », la « Société fraternelle des castors » ; et celle de Perrache se borne à vendre vins et épicerie, mais la situation topographique montre le progrès de l’idée coopérative dans de nouvelles catégories de la classe ouvrière226 et l’engouement pour ces « ... sociétés coopératives (fondées) sur un capital fourni par parcelles d’actions et qui recrutent dans la plèbe... tous leurs actionnaires... » sous « ... le nom de magasins fraternels... »227. Et deux mois avant le coup d’Etat, on signale encore de nouvelles créations de boucheries et de boulangeries228.

  • 229 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 13.2.1851.
  • 230 A.N., C 943, enquête sur le travail... 1848, canton de Lagnieu ; il y avait déjà eu un ess (...)
  • 231 A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le Travail... 1848, Vizille, 6.10.1848.
  • 232 A.D.D., 80 M 8, police, et « Statuts de l’Association Guigon cadet », 1.8.1850 ; Festy (O. (...)
  • 233 A.D.L., 84 M 7, préfet, 11.8.1849 et 90 M 1, Chambre Commerce Roanne, s.d. (1848), et Dumo (...)

91Le mouvement ne reste pas confiné à la ville de Lyon, et c’est là qu’est la nouveauté. A Rive-de-Gier, les verriers tentent de mettre sur pied une association de production et de vente des bouteilles229. En Bugey, les carriers et les tailleurs de pierre de Villebois donnent forme officielle à une pratique déjà ancienne – elle datait de 1834 –, et ceux de Lagnieu se groupent « en nom collectif » pour 9 ans : les 43 associés prévoient qu’un dixième des bénéfices sera versé au fonds commun230. A Vizille, ce sont les ouvriers graveurs de bois pour l’impression des tissus qui s’organisent de même manière pour acheter en commun outils et matières premières et passer marché collectif avec le patron : le travail est ensuite réparti entre eux, et le produit distribué « ... d’une manière inégale... »« ... selon le talent... »231. A Nyons, c’est un patron moulinier, Guigon, qui s’associe à 5 de ses ouvriers par devant notaire, « ... dans l’esprit du décret du 5 juillet 1848… », et obtient un prêt de 30 000 francs232. A Roanne, enfin, c’est en octobre 1848 le projet d’une « Union des tisseurs » de coton, fort ambitieux, puisqu’il prévoit un capital de 200 000 francs, et en 1850, une nouvelle tentative est faite, sous le nom de « La Renaissance » ; au total il y aurait eu trois essais successifs233.

  • 234 A.D. Ar, 15 M, non cotée, sous-préfet Tournon, 8 et 10.1.1850 et Godard (J.), ouvr. cit., (...)
  • 235 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 423 et suiv. et Lacroix (J.), Vienne sous la IIerépubli (...)

92Dans les coopératives de consommation, la filiation lyonnaise est parfois directe, par imitation plus que par liaisons. A Annonay, par exemple, où naît en janvier 1850 une « Association pour la boulangerie et la boucherie » qui aurait pris pour modèle les « Travailleurs réunis » de La Croix-Rousse ; l’idée est lancée dans un vaste meeting, et elle rencontrerait un large succès, puisque 1 600 personnes souscriraient aussitôt, pour un franc234. De même, à Vienne, lorsqu’éclôt une organisation qui couvait depuis 1845 et prend le nom de « Société fraternelle des Travailleurs Unis de Vienne » : avec un capital de 50 000 francs en actions de 1 franc, ses ambitions sont très larges, puisqu’elle se propose de « 1° fournir aux sociétaires et au public des denrées et des produits exempts de fraude, de qualité supérieure, au plus bas prix possible. 2° de faciliter l’échange des produits du travail. 3° d’organiser autant que possible la production et la consommation ». En quelques mois, elle attirerait plus d’un millier d’ouvriers à ses magasins d’épicerie et de boulangerie235.

  • 236 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 7.2.1850.
  • 237 A.D.L., 84 M 7, préfet, 11.8.1849.
  • 238 Ainsi, à Rive-de-Gier, où le procureur général note, après la dissolution de la coopérativ (...)
  • 239 Chez les typographes, on note que « ... la population ouvrière, habituée dès l’enfance à u (...)
  • 240 A.N., C 951, Enquête sur le travail... 1848, Drôme, juge de paix, Saint-Jean-en-Royans.

93Le succès est certain de ces « magasins fraternels », à Lyon comme ailleurs, qu’expliquent à la fois la présence d’un idéal corporatif très fortement ancré et repris par les adeptes des différentes écoles socialistes, et les services réels qu’ils rendent en permettant un approvisionnement à meilleur compte. Il contraste d’autant plus avec la médiocrité du destin des coopératives de production ; la multiplication des créations ne doit pas tromper, même si elle est, en soi, fort significative. Dans plus d’un cas, on ne dépasse pas le stade du projet ; des autres, le nombre des participants est invérifiable, et les difficultés sont très précoces : ainsi à Lyon, la vaste association des ouvriers du bâtiment est-elle en pleine décadence quelques mois à peine après sa naissance, déjà déchirée par les dissensions, voire la chicane judiciaire, et « ... pas loin de sa dissolution... » ; dès la fin de 1849, elle n’a pas plus de 150 sociétaires, quatre fois moins qu’à sa naissance236. Les trois tentatives roannaises échouent très vite, par manque de ressources237. Sans doute celui-ci, pour toutes, a-t-il joué un rôle essentiel ; mais les désaccords nés de la gestion sont autrement importants : les nécessités économiques entraînent dans la plupart d’entre elles, de facto, un renouveau du pouvoir patronal d’autant moins supportable que l’exercent ceux qu’on s’est soi-même choisis pour associés238. A Lyon même, instruites par l’exemple, plusieurs corporations, un instant tentées, finissent par s’abstenir après en avoir discuté, comme celles du livre, d’autres sont franchement réticentes, telle celle des teinturiers239. Parce qu’elles préfèrent sans doute, comme le note en 1848 le juge de paix de Saint-Jean-en-Royans « ... retirer régulièrement leurs salaires aux chances du bénéfice... de l’association... »240.

  • 241 Cf. Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 371 et Pariset (E.), ouvr. cit., p. 325 ; Maitron ( (...)
  • 242 Lacroix (J.), ouvr. cit., p. 63.
  • 243 A. N. BB 30.379, proc. gal Lyon, 11 et 24.1.1850.
  • 244 A.D. Ar, 15 M, non cotée, sous-préfet Tournon, 8.1.1850.

94C’est moins leur puissance que leur orientation qui attire, au lendemain du Coup d’Etat, les foudres administratives. Même si elles ne sont pas des organisations politiques, elles n’en sont pas moins inspirées des adeptes des écoles socialistes, qui sont, aussi, les cadres du mouvement républicain ouvrier à Lyon : Ennemond Brosse, qui donne son nom à la première coopérative de la Fabrique, a été aussi membre du Comité qui tient lieu de municipalité au lendemain de la Révolution de février, et il est inquiété un moment en juin 1848 pour son rôle dans une émeute à La Croix-Rousse ; Félix Martin est un des fondateurs de la Société secrète dite « des Mutuellistes », et c’est l’un des « coryphées du socialisme » lyonnais241 ; parmi les ouvriers qui lancent l’appel des « Travailleurs réunis » de Vienne, l’un d’eux, le charpentier Xavier Charre, est président d’un club blanquiste, deux autres au moins, le fileur Lhéritier et le tisseur Pierre Monnet sont des orateurs bien connus de réunions publiques, et il y a 4 conseillers prud’hommes du tissage, dont Joseph Barnasson, le président242. « Ecloses sous le souffle du socialisme », dit le procureur général de Lyon en janvier 1850, « ... liées aux sociétés secrètes... »243, voire simple prétexte pour « ... réunir la classe ouvrière... sous la main des chefs socialistes... », comme à Annonay244, elles attirent, de plus en plus, la méfiance du pouvoir, non sans raison. Le gouvernement militaire de Castellane ne cherche pas à démêler en décembre 1851. Mais en prononçant, en plusieurs décrets successifs, la dissolution de toutes les « associations fraternelles » dans la région que l’état de siège a mise en son pouvoir, il achève simplement une institution déjà moribonde.

C. Une seconde naissance

  • 245 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 260-261 et Pariset (E.), ouvr. cit., p. 325.
  • 246 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 443.
  • 247 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 347.
  • 248 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 444.
  • 249 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 612 et suiv. et Godard (J.), ouvr. cit., p. 11 et suiv.

95Quelques coopératives parviennent pourtant à survivre. Mais elles perdent leur charge idéologique, l’idée d’association ouvrière n’apparaissant plus à personne comme le levier qui transformera la Société. L’« Association des veloutiers Unis Brosse et Compagnie » réapparaît telle quelle, presqu’aussitôt, et on ferme les yeux ; mais elle doit être liquidée à la fin de 1857, et les 262 sociétaires laissent un passif de 362 000 francs245. Il demeure quelques lambeaux des magasins coopératifs à La Croix-Rousse246. En 1855, c’est à Saint-Etienne qu’apparaît une « Société de consommation des matières premières » pour les passementiers, mais elle demeure à demi-clandestine247. Seule Vienne.conserve une certaine activité : en 1856 naissent, coup sur coup, une « Association des tisseurs Vially-Decotes et Compagnie », et une « Société des tisseurs unis Chassin et Compagnie », l’une avec 70 ouvriers, l’autre avec une trentaine ; en 1867, elles seront toujours en activité248. Mais elles pâlissent devant la deuxième naissance des « Travailleurs réunis » : quelques mois à peine après leur dissolution, ils se reconstituent sous le nom de « Société agricole et maison de santé et de sevrage de Beauregard ». En effet, l’achat d’un domaine dans les environs de Vienne permet l’installation d’une sorte de village sociétaire, autour de l’exploitation agricole et d’une colonie enfantine ; tour à tour, on y adjoint une coopérative de charbon et une fabrique de draps (1853), une boulangerie et une meunerie qui vend sa farine, entre autres, aux magasins fraternels de Lyon et de Saint-Etienne (1857), un atelier d’apprêts (1859), un restaurant populaire (1860), outre une bibliothèque et un salon communautaire ; enfin, en 1867, une boucherie, un atelier de menuiserie et de charpente, des installations de battage et de lavage des laines. Devenue en 1860 « Société agricole et industrielle de Beauregard », elle emploie 71 salariés, et associe 180 ouvriers et artisans à 120 personnes qualifiées de « bourgeois ». Mais elle a cessé de constituer une exception249.

  • 250 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 27.3.1866 et Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 572, p. 5 (...)

96A partir de 1859-1860 en effet, c’est un second printemps de. l’« Association ». C’est à La Croix-Rousse que se manifeste une « Société alimentaire », bientôt suivie d’une « Epicerie ouvrière » et d’un « Avenir des Travailleurs », qui a le même but ; puis, en 1863 renaît de ses cendres la société des « Travailleurs réunis », avant une « Union ouvrière » qui s’installe à Oullins, à l’initiative des ouvriers de l’atelier ferroviaire ; en 1864 et 1865, il n’y a pas moins de 9 créations de magasins d’alimentation, dont 6 à La Croix-Rousse. Au début de 1866, Lyon compte une quinzaine de coopératives d’alimentation ; en 1867, et en 1868, 25 au total, chacune d’entre elles ayant entre 100 et 200 adhérents : en tout, 4 000 environ dont 258 ouvriers du chemin de fer, les autres se recrutant, dans leur quasi totalité, parmi les métiers de la Fabrique250.

  • 251 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 7.10.1864.
  • 252 Id., et A.D.R., Grèves antérieures à 1879, Pétition (des ouvriers de l’usine Morand et Mur (...)
  • 253 Cf. Levasseur (E.), Histoire des classes ouvrières et de l’industrie en France de 1789 à 1 (...)
  • 254 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 265 ; Pariset (E.), ouvr. cit., p. 325 ; Gaumont ( (...)
  • 255 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 27.3.1866 ; Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 595 ; Mari (...)
  • 256 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 777 et suiv.
  • 257 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 28.3.1867 et F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 8.2.1865 ; A.M. (...)
  • 258 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 27.3.1866.

97Le succès est donc rapide, si bien que, depuis 1864, on reparle d’établir « … sur les mêmes bases des sociétés pour la fabrication des châles et des étoffes de soieries... »251. C’est déjà chose faite. Dès juillet 1863, quand l’atelier de teinture Morand et Murat, à La Guillotière, a fermé ses portes, deux délégués des 60 ouvriers licenciés se sont présentés avec le projet « ... de gérer l’affaire et de faire exploiter l’usine... » ; leur requête n’a pas de suite, mais elle est significative du retour à cette tendance qui « ... pousse les populations ouvrières vers les idées d’association... »252, à Lyon comme ailleurs253. En même temps est apparue une « Société industrielle, commerciale et de prévoyance des tisseurs de la ville de Lyon », organisée en « séries » de 30 membres ; en avril, on ne compte encore que 167 adhérents : en décembre, il y a 65 « séries » en place, et la totalité du capital – 200 000 francs – est souscrite (mais non libérée) dans l’automne 1866. Peu après elle s’est mise en place – en octobre 1863 – une « Société industrielle et de prévoyance des ouvriers teinturiers de Lyon et de Saint-Etienne » : ceux-ci y seraient plus de 850 en 1867, quand s’organisent à leur tour les tisseurs de tulle de soie254. Entre temps, des coopératives de production se sont fondées – parfois sous la forme de la législation commune des sociétés – chez les ouvriers en châles, les fabricants de meubles, les chapeliers, les tailleurs de pierre, les maçons, les bottiers, les tourneurs de cannes et les bronziers !255. En mars 1864, une cinquantaine de typographes ont commencé à constituer un capital commun, à raison d’un versement mensuel d’ 1 franc ; en avril 1866, ils sont 71 qui peuvent acheter le matériel d’un imprimeur en faillite au profit d’une « Association des typographes lyonnais »256. Au commencement de 1867, il y a une quinzaine de coopératives de production dans la ville, s’ajoutant aux 20 organisations de consommateurs, et les « … ouvriers demeurent tout entiers à leur œuvre d’organisation... »257 ; dans la mouvance immédiate, on en compterait 24, dont plusieurs à Villefranche et à Tarare « ... qui fonctionnent régulièrement... »258.

  • 259 A.D.L., 93 M 114, police Saint-Etienne, 15.11.1876 ; Gras (L.J.), Histoire de la Rubanneri (...)
  • 260 A.D.L., 10 M 60, commiss. central Saint-Etienne, 26.6.1867.
  • 261 A.N., BB 18.1704, d. 2060, proc. gal Grenoble, 14.12.1864 et A.D.D., M. 1298, préfet, 31.1 (...)
  • 262 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 11.4.1867.

98L’essaimage de cette seconde vague est, de fait, beaucoup plus étendu qu’en 1848. A Saint-Etienne, après plusieurs années difficiles, la « Société de consommation de matières premières » est sortie de l’ombre pour étendre ses activités : en 1865, sa boulangerie débite 700 kg de pain par jour, et l’on se dote l’année suivante d’une fabrique de chocolat, d’une scierie et d’une casserie de sucre, avant de prendre le nom de « Ruche stéphanoise » d’où sortent, en 1867, une « Ruche du Midi » et « Les Familles réunies ». En 1863 s’est créée une « Société des rubanniers », pour le tissage, qui rassemble en 1865-1867 plus de 1 300 souscripteurs représentant 2 500 à 3 000 métiers battants ; puis, en 1865, c’est l’« Association commerciale et industrielle des veloutiers réunis », qui admet les compagnons ; et, outre les teinturiers, dont plusieurs centaines se seraient rattachés à la coopérative lyonnaise259, on trouve trace de coopératives de production chez les maçons et les tailleurs de pierre, et chez les cordonniers, en juin 1867, « … ayant pour objet la confection de la chaussure, dans le but de faire concurrence aux maîtres... »260. De même, à Romans et à Bourg-de-Péage, « ... plusieurs associations d’ouvriers se sont constituées en vue d’exploiter directement la chapellerie et la corderie… » en 1864 et 1865261 ; c’est à Vizille enfin, qu’en 1867, les imprimeurs sur étoffes de la fabrique des Périer, menacés par l’éventualité d’un transfert de l’usine en Ardèche, proposent « ... au propriétaire... de former... une société de coopération... »262.

  • 263 Godard (J.), ouvr. cit., p. 30-37.
  • 264 A.D.L., 93 M 114, police Saint-Etienne, 15.11.1876.
  • 265 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 585 et suiv. et Maritch (S.), ouvr. cit., p. 119- 120.

99Enfin, le mouvement s’étend au domaine du Crédit, qui avait fait si cruellement défaut en 1848. A Lyon en 1860 est apparue une « Société des Dix Centimes » – l’apport étant de 0,10 franc par semaine pour ses adhérents – destinée à soutenir la trésorerie des coopératives ; divisée en « groupes » de 20 à 30 adhérents, elle a des bureaux de quartier, une cinquantaine en 1866263. A Saint-Etienne fonctionne, vers 1864- 1865, à l’initiative d’un certain P. Laforest, une « Société stéphanoise de crédit au travail », banque mutualiste destinée à faciliter l’escompte aux petits patrons et aux ouvriers264. Puis, en avril 1865, c’est la « Société lyonnaise de crédit au travail » – mais on change totalement de registre : parmi ses administrateurs, Eugène Flotard, ancien magistrat, docteur en droit, savant orientaliste, qui tient la rubrique coopérative du Progrès côtoie Emile Bonnardel, agent de change et entrepreneur de transports, et Henri Germain, qui vient de fonder le Crédit Lyonnais !265.

  • 266 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 28.3.1867.
  • 267 A.D.L., 93 M 114, police Saint-Etienne, 15.11.1876 et Gras (L.J.), ouvr. cit., p. 219.
  • 268 A.D.D., M 1298, préfet, 31.1.1865.
  • 269 A.D.L., 10 M 60, police Saint-Etienne, 26.6.1867.
  • 270 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 19.9.1868.

100L’intervention de la bourgeoisie libérale lyonnaise montre à l’évidence le changement de tonalité, dans les coopératives qui parviennent à survivre aux premiers mois. Or, dans le domaine de la production, c’est à nouveau l’échec rapide, partout ; à Lyon même, celles des tisseurs, des tullistes et des teinturiers n’en finissent pas de s’organiser : en fait, beaucoup d’entre elles demeurent, de 1865 à 1867, « ... en voie de formation » et, plus justement « … en état d’enfantement... » qui se perpétue266. Toutes (ou presque) celles qui réussissent à voir le jour, sont éphémères. A Saint-Etienne, les deux groupes de rubanniers sont liquidés dès 1867, après un an et 18 mois d’existence difficile267. A peine née, l’association des cordiers de Bourg-de-Péage est à bout de souffle, et dans les autres corporations, « ... la stagnation des affaires fait craindre qu’elles ne puissent écouler de longtemps les objets en magasin... » ; elles n’ont « ... pas les fonds nécessaires pour attendre que la vente s’en effectue dans de bonnes conditions... »268. A Vizille, les Périer ne donnent pas de suites à la demande, et le projet des cordonniers stéphanois parait être une simple manœuvre tactique pour faire pression sur les patrons269. En septembre 1868, observe le préfet du Rhône, les « … Sociétés coopératives ont perdu beaucoup de leur activité... » ; celle des tullistes, qui avait enfin abouti, est en déclin, et l’intérêt des ouvriers parait nettement se relâcher, un peu partout270 . Quant à la banque Laforest, de Saint-Etienne, elle survit en se transformant en établissement ordinaire.

  • 271 Le Progrès, journal des libéraux lyonnais publie à partir d’octobre 1862 une traduction de (...)
  • 272 En octobre 1864, à l’appartition des premières coopératives, le procureur général de Lyon (...)
  • 273 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 7.5.1866.
  • 274 A.N., id., préfet, 19.12.1866 et 8.2.1867.
  • 275 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 572.
  • 276 Maritch (S.), ouvr. cit., p. 124-125.
  • 277 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 265 et Pariset (E.), ouvr. cit., p. 325 ; Henri Ge (...)
  • 278 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 607, sur les coopératives de consommation « sans idéal  (...)

101Seules demeurent les coopératives qui perdent progressivement, leur caractère d’association exclusivement ouvrière : qu’elles soient aidées par des notables libéraux influencées par les idées de Schultze-Delitzsch ou les expériences anglaises, ou par le gouvernement impérial271; car, après une première réaction de méfiance des pouvoirs publics272, ceux-ci y voient un « ... puissant et heureux dérivatif... »273 qui fait abandonner aux ouvriers « … les stériles discussions des clubs... » et les rattache « ... de plus en plus aux idées d’ordre... »274. Au début de 1865, une Société dite « L’Universelle » s’est établie à Valence, à l’initiative exclusive de notables régionaux, et commandite en 1867 plusieurs magasins coopératifs à Grenoble et dans l’Isère275. A Lyon, c’est un homme de la Chambre de Commerce, Charles Gaumont, appelé pour organiser des cours professionnels, qui tente, en 1865, de créer une centrale d’achat des coopératives de consommation, « La Vie à Bon Marché », soutenue par quelques chefs d’atelier bonapartistes276 ; quant à l’Association des tisseurs de Lyon, son destin est exemplaire : elle se transforme en 1866 en Société anonyme pour pouvoir bénéficier, dans un premier temps, d’une aide de 300 000 francs de la Société du Prince Impérial, puis d’une commande de 200 000 francs de la Cour des Tuileries277. Quant aux coopératives de consommation – à l’exception viennoise de la Société de Beauregard, et encore – elles auraient cessé très tôt d’avoir un contenu idéologique pour devenir de simples organisations commerciales278.

  • 279 Cf. Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 575 et p. 585-586 ; à Vienne, le secrétaire du Cons (...)
  • 280 A.N., C 3021, enquête parlementaire... 1872, réponse Chambre Commerce Lyon.
  • 281 A.D.L., 10 M 116, police Roanne, 25.4.1897 ; à partir de 1880, la plupart des coopérateurs (...)
  • 282 Chomienne (C.), Histoire de Rive-de-Gier, p. 148 et suiv.
  • 283 D’Urbal, L’industrie drapière à Vienne, p. 258, et A.D.I., 52 M 56, sous-préfet Vienne, 22 (...)
  • 284 A.D.L., 93 M 114, police Saint-Etienne, 15.11.1876 : les 25 membres de la « Société » des (...)

102En fait, l’« association » et son renouveau sont à mettre dans le cadre plus général de la résurgence du mouvement ouvrier des années 1860 ; par pente naturelle : on se regroupe, d’emblée, selon les formes d’organisations antérieures ; d’autre part, la tolérance du pouvoir y favorise une certaine liberté de groupement de fait qui, en soi, est un élément précieux : beaucoup de « cercles d’études » lyonnais, d’abord sociétés d’éducation ouvrière puis clubs politiques sont des créations directes des coopératives de consommation. Et la liste est impressionnante des militants futurs des sociétés de résistance et de l’internationale qui y font leurs premiers pas279. Simplement, après quelques années de tâtonnements dans les bottes des années 1840, l’organisation collective adopte des voies nouvelles ; sans renoncer totalement : les créations coopératives continuent après 1868-1869, et en 1872, on note le succès renouvelé des « ... associations de consommation généralement administrées avec intelligence... »280 ; de nouvelles créations sont signalées à Roanne, « ... par les socialistes... » (1872)281 ; à Rive-de-Gier, « La Boulangerie des travailleurs » rassemble d’emblée 565 ouvriers (1873)282 ; à Vienne, avec « La Fédération » et ses 3 succursales (1875), destinées aux ouvriers en laine qui reviennent encore, en 1879, à l’idée d’une « association ouvrière pour la fabrication des draps »283 ; à Saint-Etienne, ce sont des menuisiers et des ébénistes qui se groupent en 1873, et des métallurgistes, dans une « Société civile d’épargne, de crédit et de production »284. Jusqu’à la veille de la guerre, le mouvement coopératif se développera, mais, désormais, en annexe des organisations syndicales et socialistes, en simple service pour leurs adhérents ; on verra les inattendus et significatifs surgeons de la coopérative de production. C’est pourtant par des voies plus traditionnelles qu’éclôt un véritable mouvement ouvrier.

3. Le creuset du mutuellisme

  • 285 Cf. A.N., C 963, Enquête sur le travail..., 1848, juges de paix 4eet 6e cantons de Lyon ; (...)
  • 286 Levasseur (E.), ouvr. cit., ..., t. 1, p. 647 et suiv.

103Le mutuellisme non plus n’avait pas attendu les années 1850 pour s’épanouir dans la région lyonnaise ; et la ville elle-même aurait vu naître 71 sociétés de secours mutuels sous la Monarchie de Juillet, pour en compter une centaine en 1848, au moment de l’Enquête sur le travail285. Il ne s’agit d’ailleurs pas toujours de sociétés ouvrières, à proprement parler : sous la Restauration notamment, certaines d’entre elles n’étaient que l’expression d’une activité charitable des classes supérieures encouragée par les milieux gouvernementaux ; et, souvent, leurs limites ne passaient pas celles de la profession, encore moins de la classe sociale286. Mais pour d’autres, elles ont bien constitué la première forme d’organisation collective ouvrière, comme le révèle leur évolution ultérieure.

A. Tradition charitable et solidarité ouvrière

  • 287 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 242 et suiv. ; Rude (F.), Le mouvement ouvrier à L (...)
  • 288 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 674-677 ; t. 2, p. 43 et suiv. ; p. 165 ; p. 537-5 (...)

104A Lyon donc, la Fabrique avait été très anciennement touchée : dès 1804, et jusqu’en 1828, 8 sociétés de secours mutuels y avaient vu le jour, associant le plus souvent compagnons et chefs d’atelier ; de 1831 à 1853, une dizaine d’autres étaient apparues, quelquefois dans des métiers plus spécialisés, comme chez les apprêteurs de soieries et les tisseurs de mousseline287. Très tôt également s’étaient organisés les ouvriers approprieurs de la chapellerie – en 1804, dans une caisse de retraite qui reprenait l’essentiel de la confrérie d’Ancien Régime –, imités quelques années plus tard (en 1811) par les fouleurs ; les deux sociétés avaient fonctionné régulièrement pendant toute la première moitié du siècle. Puis d’autres avaient été créées tour à tour par les cordonniers, eux aussi associés aux petits patrons, en 1808, en 1832, en 1843 ; par les typographes, en 1822, et les lithographes, en 1839 ; par les maçons, en 1828 ; par les « ouvriers tanneurs, corroyeurs et maroquiniers » en 1840, dont la « Société de Secours mutuels », à l’initiative de quelques dissidents du compagnonnage, comportait fonds de chômage et bureau de placement ; enfin, par les tailleurs de cristaux en 1845, autour d’une caisse de retraite et de maladie288.

  • 289 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 142 et suiv. ; sur les autres sociétés de secours (...)
  • 290 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 341-342 et Gras (L.J.), Histoire de la rubannerie (...)
  • 291 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 368 et D’Urbal, ouvr. cit., p. 271.

105Mais l’exemple de plus parfaite réussite n’est pas lyonnais : c’est celui de la « Société de prévoyance et de bienfaisance mutuelles des gantiers de Grenoble », qui datait du mois de mai 1803, avait lentement grandi pour rassembler 650 à 700 d’entre eux autour de 1850. Et son modèle avait inspiré en juin 1807 un « Bureau de bienfaisance des chamoiseurs, mégissiers, tanneurs et corroyeurs », qui assurait une allocation et de chômage et de maladie289. Dans le bassin stéphanois, une « Société de Secours mutuels des maîtres et des ouvriers veloutiers » fonctionnait régulièrement depuis 1810, celle des « ouvriers teinturiers » depuis 1833290 ; et à Vienne, les « ouvriers drapiers » (1819) avaient été imités quelques années plus tard (1822) par les « tondeurs de drap »291. L’énumération est bien sûr fort partielle : mais elle révèle la généralité du mouvement, et la pénétration dans tous les domaines de l’activité industrielle.

  • 292 A.N., C 963, Enquête sur le travail... 1848, juges de paix 4e et 6e cantons Lyon.

106Sans atteindre non plus la totalité des sociétés de secours mutuels, l’Enquête de 1848 fait le point et éclaire sur leurs principales caractéristiques. Parmi celles de Lyon, à peu près toutes bâties sur le même patron, elle distingue celle des teinturiers, « bien administrée » et en pleine expansion ; celles des ouvriers en chapellerie, qui veulent « ... soustraire l’ouvrier âgé ou infirme à la mendicité... » ; l’organisation des typographes est en passe de s’étendre aux autres métiers du livre, et l’on y rêve déjà d’une fédération professionnelle animée par une banque centrale. Toutes étaient connues, les juges de paix ne font que confirmer leur vitalité ; mais ils mettent aussi au rang des plus importantes les sociétés des ouvriers boutonniers, et des fabricants de bijoux qui, après un essai malheureux en janvier 1848, sont unanimes à « ... demander l’organisation d’une caisse de secours et de retraite », sous la surveillance du gouvernement292.

  • 293 A.N., C 956, Enquête sur le travail... 1848, délégué rubannerie Saint-Etienne ; A.D.L., 10 (...)
  • 294 A.N., C 956, id., canton Rive-de-Gier.
  • 295 Gras (L.J.), Le Forez et le Jarez navigables..., p. 110 et suiv.
  • 296 A.N., C 956, id., Roanne et Dumoulin, ouvr. cit., p. 220-229.
  • 297 A.D.I., 162 M 2, id., Vienne Nord et Sud.

107Partout ailleurs, la République relancé le mouvement mutualiste. A Saint-Etienne, c’est au début de 1849 que s’organise une nouvelle « Association industrielle ou de secours mutuels », dite aussi « Société Populaire », en faveur des passementiers ; d’emblée, elle affirme ses prétentions en s’articulant en 200 sections qui paraissent rencontrer un vif succès293. A Rive-de-Gier, ce sont les verriers qui s’unissent en une « caisse de secours général », à l’imitation des mineurs294 ; la Société des mariniers de Givors, vieille d’un demi-siècle, prend un nouveau départ295. A Roanne, les « tisserands, fileurs et teinturiers » de coton avaient échoué en 1844-1845 ; en novembre 1848, un nouvel essai aboutit ; ils sont déjà une soixantaine quand vient s’ajouter, un peu plus tard, une nouvelle « Union des tisseurs »296. A Vienne, dans « ... presque chaque spécialité de l’industrie il existe une caisse de prévoyance et de secours mutuels... »297.

  • 298 A.N., C 951, Enquête... 1848, Bourg-de-Péage.
  • 299 A.N., C 951, id., Crest ; C 943, id., Nantua et Oyonnax ; C 958, id., Saint-Rambert ; C 96 (...)

108En Vivarais, c’est tout naturellement à Annonay que le mouvement mutuelliste s’est le plus fortement implanté : à une société dite « du Soleil », qui n’a pas une base seulement professionnelle, et à celle du « Firmament » – inspirée par la Société Saint-Vincent de Paul ? – s’ajoutent en 1850 une « Association fraternelle des travailleurs unis » et, surtout, une « Union des mégissiers »298. Bourg-de-Péage n’en compte pas moins de 7, à l’image de la plus ancienne, celle des cordonniers ; la plus importante d’entre elles recrute dans l’ensemble des activités industrielles, et compte plus de 200 membres, celle des peigneurs de chanvre 160 ; les travailleurs du bâtiment sont 85 à s’être groupés, ceux de la chaussure 45 ; deux autres sociétés sont en gestation au moment de l’Enquête chez les chapeliers et chez les ouvrières, et il y aurait déjà 155 postulants des deux sexes299. Des 3 de Crest, l’une s’adresse au seul travail de la laine, la « Société de bienfaisance des ouvriers drapiers et filateurs ».

  • 300 A.N., C 963, Enquête... 1848, Saint-Genis-Laval, 30.11.1848.

109A l’autre bout de la région, Nantua a 5 sociétés de secours mutuels, et Oyonnax 2. Mais il y en a aussi au moins une à Valence – elle date de 1844 –, à Montélimar et à Tournon ; à Saint-Rambert sur Loire, les mariniers de la Loire s’organisent à leur tour en 1848. D’autres formations sont recensées à Villefranche – deux, dont l’une n’admet que les tisserands – ; à Limonest, à Saint-Genis-Laval, où les imprimeurs de papiers peints ont leur propre association depuis plusieurs années et où les « … ouvriers des autres industries sont en général affiliées à des Sociétés de secours dont le siège est à Lyon... »300. En pratique, donc, il n’est aucun des centres industriels urbains de la région pour rester à l’écart.

  • 301 A.N., C 963, id., L’Arbresle, 1.11.1849.
  • 302 A.N., C 963, id., Montant ; C 951, id., Montélimar, Valence, Dieulefit ; C 943, Chatillon, (...)

110Dans les bourgs et les campagnes des industries dispersées, le mouvement a, par la force des choses, moins d’ampleur ; le consensus s’obtient plus difficilement pour y parvenir, comme à L’Arbresle, où « ... les ouvriers en soie se divisent sur cette question », les uns optant pour une caisse centralisée au chef-lieu de canton, et l’obligation d’y adhérer, les autres pour une décentralisation communale et la liberté d’affiliation301. Mais l’idée est dans l’air ; comme à Mornant, sur le plateau lyonnais, où l’on est sur le point d’aboutir. Des « ... résultats satisfaisants » sont en passe d’être obtenus à Trévoux, à Chatillon-sur-Chalaronne, en Dombes, à Dieulefit. Le réseau dauphinois resserre ses mailles : à Bourgoin, les imprimeurs sur étoffes viennent de mettre en place une « caisse mutuelle », et l’on signale des institutions analogues à Saint-Jean-de-Bournay, à Tullins, à Pont en Royans, à Saint-Marcellin, à Pont-de-Beauvoisin, au Grand Lemps. Dans l’arrondissement de Grenoble, la « Société de bienfaisance » de Vizille aurait plus de 1 200 ouvriers affiliés, et d’autres fonctionnent à La Mure – depuis 1833 –, à Vif – en 1843 –, à Crolles et dans plusieurs communes du canton du Touvet, en Graisivaudan302.

111Toutes ces sociétés se ressemblent à peu près, s’organisent autour des mêmes institutions, selon des modes de fonctionnement semblables. Le financement est assuré par une cotisation ouvrière mensuelle, qui va de 0,5 franc chez les teinturiers de Lyon à 3 francs chez les mariniers de Givors, la règle étant de 1 à 1,5 francs. Très souvent, l’admisssion est soumise au préalable d’un droit d’entrée : celui-ci atteint 20 francs dans la teinturerie lyonnaise, 6 à 12 francs selon l’âge chez les tisserands de Roanne, de 5 à 20 à Montélimar, de 10 à Valence. En échange, dans toutes les sociétés lyonnaises par exemple, on reçoit une indemnité en cas de maladie, et un semblant de retraite à partir d’un certain âge : dans le premier cas, en général, 2 francs par jour pendant les 3 premiers mois et 1 franc dans le trimestre suivant, puis 15 francs par mois pour ceux qui, ce délai passé, sont considérés comme incurables. C’est aussi le montant de la retraite servie aux tisserands et aux fileurs de Roanne. A Oyonnax, par contre, on s’en tient à une allocation-maladie, comme à Annonay, où l’on prend en charge frais de médecin et de pharmacie, et où l’on verse une indemnité aux veuves et aux orphelins. A Valence, on entretient un orphelinat et la Société de Trévoux assure les dépenses d’hospitalisation. Enfin, ici et là, on se charge des cortèges funèbres.

112Ces sociétés sont, incontestablement, jaillies de la classe ouvrière, mais sans qu’il y ait rupture avec une tradition ancienne d’assistance mutuelle qui ne se sépare pas d’un souci affirmé de moralisation : ainsi s’explique la fréquence des conditions d’admission, qui ne procèdent pas seulement de simples précautions de solvabilité. « ... Tous les hommes doivent se secourir mutuellement dans leurs infirmités, leurs misères et se rendre les derniers devoirs... », proclame-t-on à Saint-Jean-de-Bournay ; en foi de quoi, « ... il faut justifier de sa moralité... si l’on veut être admis » ; et une mauvaise conduite entraîne la radiation. A Saint-Marcellin, on exige un « certificat de probité »... ; et sont exclus de toute aide ceux qui sont « ... atteints de maladies honteuses ou blessés dans une rixe... », les faillis, et ceux « ... qui se livreraient à la débauche et au libertinage... » ; les veuves non remariées doivent justifier « ... d’une conduite... irréprochable... ». A Valence aussi, « L’Abeille » réclame un certificat de bonne vie et mœurs, et inconduite ou ivrognerie sont incompatibles avec l’assistance mutuelle à Annonay. Partout, on affirme la vocation moralisatrice des Sociétés : et à Vizille, dit-on, « ... on distingue les affiliés de ceux qui ne le sont pas par leur bonne conduite et leur amour du travail... ».

  • 303 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 92-93.
  • 304 Ainsi à Givors, où l’on a mis au nombre des sociétés de secours mutuels les fondations du (...)

113Quant à l’aide patronale, elle va de soi : il est vrai que dans les secteurs où les sociétés mutualistes se sont implantées, l’émiettement des entreprises favorise la confusion. Ici, des patrons – chefs d’atelier ou notables – contribuent à leur marche par une cotisation que justifie leur statut de membre honoraire, comme à Valence, à Vif, à Pont-de-Beauvoisin, ou chez les teinturiers de Lyon ; là, ils sont adhérents à part entière et ès-qualités, avec tous les devoirs et les droits qui en découlent, à La Mure, à Bourgoin, à Crest, à Oyonnax, à Vizille, parmi les chapeliers lyonnais. Mieux, dans la grande et ancienne association des gantiers de Grenoble, un des grands noms de l’industrie dauphinoise, Xavier Jouvin, a fait verser 5 centimes par douzaine de gants coupés à l’emporte-pièce automatique de 1840 à 1849, pendant la décennie où son brevet lui avait assuré le monopole ; en 1851, il est imité par un autre fabricant, et au cours des années suivantes, des dons de même nature se multiplieront303. A tel point qu’ici et là, les enquêteurs de 1848 ne distinguent pas toujours entre les sociétés de secours mutuels plus ou moins nettement subventionnées et les caisses de secours exclusivement patronales304. De même le recrutement est rarement limité à une seule activité ; et celles qui naissent dans une corporation précise finissent presque toujours par s’ouvrir à tous vents, comme celles des drapiers de Vienne, des mégissiers d’Annonay et des cordonniers lyonnais.

  • 305 A noter pourtant que le mutuellisme traditionnel continuera son action par la suite, et qu (...)

114Enfin l’invocation religieuse n’est pas absente, si elle n’est pas fréquente, même quand l’action directe des associations catholiques n’est pas certaine : ainsi, à Bourg-de-Péage, les peigneurs de chanvre se sont réunis sous la protection de Saint-Paul, les ouvriers du bâtiment sous celle de Sainte-Agathe et les cordonniers, naturellement, sont voués à Saint-Crépin. La note achève de rattacher le mutuellisme au passé : il n’a rien à voir avec l’espoir de libération ouvrière, de transformation sociale qui animent le mouvement coopératif. Pourtant, plus que lui, il offre, un cadre d’accueil à l’action collective permanente et, surtout, lui fournit un support matériel : à Vizille, à La Mure, ne prévoit-on pas une allocation aux adhérents « ... lorsqu’ils manquent d’ouvrage... » ? De la société de secours mutuels à la caisse de grève, puis au fonds permanent de résistance et, finalement, au comportement syndical avant la lettre, il n’y a point de barrière à une évolution logique ; pour quelques corporations, le pas a déjà été franchi, à l’occasion ; pour celles qui naissent après les années 1850, la mutation s’impose progressivement305.

B. Des caisses de chômage aux sociétés de résistance

  • 306 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 268 ; D’Urbal, ouvr. cit., p. 271 et suiv.
  • 307 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 95-98.
  • 308 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, « Historique de la grève des ouvriers chapeliers à L (...)
  • 309 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 548.
  • 310 Office du Travail, ouvr. cit., t. 4, p. 304.
  • 311 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 143 et p. 166-167.

115Après un léger reflux au lendemain du Coup d’Etat, l’essor du mutualisme reprend très vite et ne se ralentit pas sous le Second Empire. La Société des ouvriers drapiers de Vienne comptera 500 cotisants en 1870, et fonctionnera toujours en 1911306. La grande « société de prévoyance » des gantiers de Grenoble continue sur sa lancée pour toucher plus de 1 100 d’entre eux vers 1871-1875, avant de retomber dans les années 1880 : mais ils seront encore 800 à y participer à la fin du siècle307. Soixante-quinze ans après sa création, celle des approprieurs chapeliers de Lyon se réunit toujours régulièrement, au moins une fois par quinzaine308, après avoir donné naissance, en 1860, à un rameau plus dynamique encore309. En 1854, ce sont les tailleurs de pierre qui se sont dotés d’une société de secours mutuels, puis d’une autre en 1866310 ; et en 1862, les ouvriers de la tannerie et de la corroierie lyonnaises se sont groupés autour d’une caisse de retraite et de maladie, imités en 1869 par les mégissiers et palissonneurs de Fontaine, Grenoble et La Tronche311. Mais déjà, un peu partout, la « société de résistance » a pris alors le pas sur le simple souci d’entraide.

  • 312 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 543 et suiv. et p. 674-677 ; cf. aussi Chauvet (P. (...)

116C’est chez les chapeliers de Lyon qu’on en trouve la plus ancienne trace : en 1817, une grève avait été soutenue par une « Bourse commune » ; surtout, en 1833, une « Société auxiliaire » était née et avait grandi à l’ombre de la Société de secours mutuels des approprieurs ; appuyée sur une comptabilité secrète, elle était intervenue en 1836 dans un conflit du travail avant d’apparaître au grand jour en 1848 pour négocier un « tarif » collectif avec les patrons et y réussir. Elle est dissoute par Castellane en décembre 1851, en même temps qu’une « auxiliaire » des fouleurs, née au début de 1848, et qu’une « société des lithographes » dissidents de la mutuelle et qui venait, elle aussi, en 1849, de conclure un accord à l’amiable avec les imprimeurs sur une hausse des salaires. Chez les typographes enfin, c’est la société de secours mutuels elle-même qui engage le débat en février 1848 et obtient l’engagement, pour 4 ans, des principales maisons lyonnaises312.

  • 313 Sur P. Charnier et la « Société du Devoir Mutuel », cf. Rude (F.), Le mouvement ouvrier... (...)
  • 314 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 242 et suiv. ; la « Société de secours mutuels et (...)
  • 315 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 342-344 et Gras (L.J.), Histoire de la rubannerie. (...)
  • 316 Office du Travail, ouvr. cit., t. 3, p. 620.

117La « société de résistance », qui annonce la chambre syndicale, n’est pas non plus une nouveauté. Ici et là, à Lyon notamment, plusieurs associations ouvrières s’étaient constituées sous cette forme, et avaient survécu aux poursuites. La plus connue d’entre elles est, bien sûr, la « Société du Devoir Mutuel », créée en 1829 par le chef d’atelier Pierre Charnier ; malgré son nom, elle n’avait rien d’une société de secours mutuels, avait joué le premier rôle dans la lutte des « canuts » pour le « tarif » et s’était ainsi trouvée au cœur de l’insurrection de 1831. En 1834, elle comptait 3 000 adhérents, avant de vivre dans la clandestinité pendant tout le règne de Louis-Philippe ; en 1848, elle aurait eu encore 766 membres organisés en 37 « ateliers », et elle est une des formations dissoutes par Castellane en décembre 1851313. Entre temps avaient fonctionné, avec moins de pérennité, un groupe des « Compagnons tisseurs ferrandinniers », apparu en 1832 sous une forme compagnonnique, et un « cercle des chefs d’atelier » : mais l’un comme l’autre n’avaient plus grande influence depuis les années 1840314. A Saint-Etienne, la « Société des compagnons ferrandinniers », sous la direction d’une « mère », selon la tradition, avait joué un rôle analogue à partir de 1832, et suscité notamment une très vive agitation pour obtenir une mercuriale des prix de façon en 1833, avant de tomber dans un certain oubli, mais sans disparaître315. Chez les verriers de Givors, c’est en 1839 qu’on avait trouvé trace d’une entente avec ceux de Lyon et de Rive-de-Gier pour ensemble « ... faire revivre les vieux règlements... » ; mais l’enquête n’avait pas abouti316.

  • 317 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 346-347 et Gras (L.J.), ouvr. cit., p. 213 et suiv

118Dans cette direction, le printemps de 1848 n’est pas un temps de floraison ; une partie de l’énergie se détourne un moment vers les coopératives de production. A deux exceptions seulement mais qui sont de taille, dans le bassin stéphanois. En effet, la « Société industrielle et de secours mutuels des chefs d’atelier et des ouvriers rubanniers de Saint-Etienne », apparue en octobre 1848, n’affirme pas d’autre buts ; et son premier soin est de demander, et d’obtenir la règlementation des heures de travail. A la fin de l’année, elle rassemblerait 8 000 ouvriers, et 5 000 encore en 1851 quand elle est dissoute au lendemain du Coup d’Etat317. Et, chez les mineurs, la République se traduit par une tentative semblable, encore bien plus riche d’avenir.

  • 318 Sur les grèves du bassin minier de la Loire sous la Monarchie de Juillet, cf. Aguet (J.P.) (...)
  • 319 Cit. par Guillaume (P.), Les mineurs de la Loire au milieu du XIXe siècle, Le Mouvement so (...)

119Très tôt, l’ampleur et la discipline des mouvements revendicatifs chez les mineurs avaient fait soupçonner l’existence d’organisations secrètes318. A Rive-de-Gier en 1840, en 1844 surtout, le calme même des grévistes avait paru une preuve irréfutable, quand ils s’étaient mis en marche « avec un ensemble qui étonna tout le monde », révélant ainsi « ... qu’ils étaient parfaitement organisés... »319. De fait, il semble bien qu’il y ait eu au moins intervention après coup de sociétés secrètes lyonnaises, aide financière, et sans doute comités de soutien, ici et là ; mais ceux-ci n’avaient pas survécu à la grève. De même, à Saint-Etienne en mars 1846, l’intervention des notables républicains n’avait pas entraîné de véritable organisation professionnelle dans un milieu encore fort divisé.

  • 320 Cit. par Guillaume (P.), art. cit., Le Mouvement social, n° 43, p. 13-14 ; du même, cf. La (...)

120Les premiers mois de 1848 avaient marqué le premier changement véritable. On a noté, déjà, l’identité du ton, de Firminy à Rive-de-Gier, dans les réponses à l’Enquête sur le travail ; mieux, celles-ci révèlent un programme revendicatif élaboré, autour de la limitation de la journée de travail et de l’élection des « gouverneurs ». La grève de juin 1848 – qui s’oppose à la décision des compagnies de ne plus faire travailler que 4 jours par semaine – est déjà révélatrice d’une « ... impulsion unique et centrale... », attribuée à un « Comité Central » alimenté par une retenue sur les salaires320. Si dans les mois qui suivent, son action ne peut se déployer plus largement, elle n’en est pas moins évidente, en janvier 1849, à Rive-de-Gier, où des « présidents de puits » présentent certaines demandes au nom de leurs camarades. En mars, on soupçonne des liaisons lyonnaises et parisiennes, et pendant tout le printemps, à Saint-Etienne, les réunions se multiplient « … sous le prétexte de s’occuper de questions de travail, de salaires et d’autres relatives à leur industrie... ».

  • 321 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 333-334 ; la Société de secours mutuels de Rive-de (...)
  • 322 A.D.L., 92 M 7, police Rive-de-Gier, 19.3.1848 et 10 M 30, id., Saint-Etienne, s.d. (mars  (...)
  • 323 A.N., BB 18.1506, proc. gal Lyon, 16.6.1852 et « pétition des ouvriers mineurs de Rive-de- (...)
  • 324 Sur Garon et la délégation à Paris, Maitron (J.), Dictionnaire biographique..., ouvr. cit.(...)
  • 325 A.D.L., 10 M 42, sous-préfet Saint-Etienne, 9.7.1855 et 10 M 52, police Rive-de-Gier, s.d. (...)

121D’emblée donc, on peut parler d’une organisation de caractère syndical, très en avance sur l’action des autres corporations. Les mineurs participent peu aux formes dominantes de l’association ouvrière des années 1840-1850 : la Société de secours mutuels des mineurs de Rive-de-Gier, née en janvier 1849, réunit un instant 350 personnes ; mais elle s’effiloche presqu’aussitôt, et sa dissolution par l’autorité préfectorale en janvier 1852 consacre un état de fait321. Alors que de 1849 à 1852, il semble bien que le « Comité central » conserve toute son influence et acère sa réflexion même s’il n’en sort pas une véritable organisation322. La pétition adressée en juin 1852 au Prince-Président par les grévistes de Rive-de-Gier traduit au moins un consensus autour d’un programme revendicatif qui révèle une réflexion approfondie ; bien construit, précis, synthétique, il rappelle dans un préambule les luttes du passé sur la journée de travail et les vaines promesses du patronat en 1849, avant d’énumérer des griefs, à propos du travail des enfants, des cadences d’extraction et des retenues pour les caisses de secours qui dépassent de loin la cause originelle de la grève ; il n’y manque même pas les références aux premières lois protectrices du travail323. Quel a été le rôle de Garon, ce piqueur venu de La Grand Combe qui mène la délégation à Paris et dont l’action paraît se poursuivre en 1853 ?324. En 1855 encore, à Rive-de-Gier, à Saint-Jean-Bonnefonds, « ... on parle sourdement... » ; pour les mineurs, c’est avant un long silence d’une dizaine d’années ; mais pour d’autres, c’est au contraire le début d’une nouvelle étape325.

C. Naissance du syndicalisme

  • 326 A.N., BB 18.1537, proc. gal Lyon, 2.12.1856, à propos de la Société des imprimeurs sur éto (...)
  • 327 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 3.1.1857, et tout le dossier A.M.L., corporations, grèves (...)

122La même année en effet, on commence à s’inquiéter, à Grenoble et à Lyon, de ces sociétés de secours mutuels qui « ... réunissent les hommes appartenant à la même profession, unis par les mêmes passions et les mêmes intérêts... » et qui « ... toutes les fois qu’il s’agit de salaires, de grèves ou tout ce qui les touche vivement... trouvent dans la réunion autorisée une occasion toute simple de s’en entretenir et de s’échauffer à ce sujet... »326. Puis, en 1857, les soupçons se précisent sur la mutation qui s’accomplit dans ces sociétés, « ... quel que soit le drapeau de charité sous lequel elles se forment... », qu’il s’agisse de celles des chapeliers, des veloutiers, des typographes, des imprimeurs sur étoffes, ou des « ferrandinniers »327.

123C’est, en fait, le début d’un mouvement auquel échappent rarement les principaux secteurs de l’industrie régionale. Forme nouvelle d’association ouvrière, il s’épanouit, aux côtés des pratiques plus traditionnelles, dans le cadre du réveil général des années 1860. S’il a, lui aussi, un passé, on l’a vu, l’ampleur qu’il prend très vite change aussi sa qualité ; et sous des appellations diverses et souvent anodines, les « sociétés de résistance » prennent déjà peu à peu tous les caractères d’un syndicalisme ouvrier. Les premières d’entre elles apparaissent là où l’on s’était abstenu entre 1848 et 1851, peut-être parce qu’ailleurs, la surveillance policière et l’échec premier bloquent les initiatives ; puis c’est la tache d’huile, et à partir de 1865, on renoue les fils rompus en 1851 chez les mineurs et dans les Fabriques.

  • 328 Cf. Pierre (R.), Aux origines du mouvement ouvrier dans la Drôme : les ouvriers chapeliers (...)
  • 329 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 547 ; A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 27.12.1859.
  • 330 A.N., BB 30.382, proc. gal Nîmes, 9.4.1859 et Reynier (E.), L’organisation syndicale dans (...)
  • 331 A.N., F 12.4653, préfet Ardèche, 6.7.1874.

124Dans cette année 1855, donc, les signes se multiplient. Chez les chapeliers, d’abord : à Romans et à Bourg-de-Péage, une grève à l’usine Mossant fait soupçonner, à juste titre, l’action d’une organisation encore informelle de soutien, qui se manifeste clairement quelques mois plus tard, au printemps de 1856, quand les ouvriers des deux villes parviennent à imposer un « tarif » à 16 patrons sur 24328. A Lyon, dans le même temps, on en vient à parler d’un « comité secret » qui, chez les approprieurs, « ... règne sur les ateliers, substituant le travail à la journée à celui à la tâche, imposant des règles... », suscite pour y parvenir, une grève partielle avant de prononcer, en 1857, plusieurs mises en interdit329. Chez les travailleurs du cuir, à Annonay, c’est une grève générale de la mégisserie qui révèle, en 1855 toujours, le premier essai de coalition permanente : on fait état de collectes et de solidarité en faveur des ouvriers arrêtés sans qu’il soit possible de découvrir la « société secrète » dont on soupçonne l’existence. Mais en 1859, on est persuadé de son action, tant la cohésion des conduites collectives est forte, notamment au moment des élections prudhommales330 ; et ce consensus occulte se maintient intact au cours des années suivantes : en 1874 encore, le préfet de l’Ardèche en sera frappé331.

  • 332 Office du Travail, ouvr. cit., t. 3, p. 620 et suiv.
  • 333 A.N., BB 18.1592, proc. gal Lyon, 10.1.1860.
  • 334 A.N., BB 18.1459, proc. gal Lyon, 5.4.1860.

125Entre-temps, à Lyon, c’est chez les verriers qu’on soupçonne une formation occulte, quand ceux de Mesmer, à La Guillotière, engagent la lutte contre les « corgniauds »332. Et, surtout, on réussit à arrêter les meneurs du « comité secret » des approprieurs ; pour « … maintenir le prix du salaire fixé dans un tarif imposé par les ouvriers en 1848… », il se propose de servir une indemnité pécuniaire à ceux « … qu’une circonstance exceptionnelle empêche de travailler... » ; à l’occasion d’une mise à l’index ou d’une grève, notamment. On saisit une somme de 16 000 francs déposés chez notaire par un prête-nom. Mais la condamnation des dirigeants – dont un certain Louis Nigay, un jeune Caladois de 28 ans paraît être le chef – n’a pas grand effet333 ; quelques mois plus tard, en avril 1860, il faut procéder à une quinzaine de nouvelles inculpations334.

  • 335 A.N., BB 18.1612, proc. gal Grenoble, 8.6.1860 et BB 30.379, id., 22.7.1860.

126A Romans, l’organisation des chapeliers se manifeste quasiment au grand jour, à l’abri d’une « Société mutuelle auxiliaire » non autorisée mais tolérée par la préfecture, et qui regroupe 225 des 350 ouvriers de la ville et de Bourg-dé-Péage ; la fabrication d’un article nouveau déclenche la grève dans plusieurs ateliers, et c’est le secrétaire de la mutuelle, Alexandre Fiori – ou Fiory –, un ancien de Mossant, en 1855, qui présente le cahier de revendications. Pour le procureur général, la « Société chapelière » aurait organisé un véritable contrôle de l’embauche, ne permettant « … d’entrer dans une fabrique qu’avec (sa) carte... », imposant à « ... tous ses membres de (la) quitter dès qu’on y reçoit un compagnon qui n’est pas affilié... », et assurant son emprise par un système d’amendes ; de fait, une perquisition entraîne la découverte d’une comptabilité parallèle335.

  • 336 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 674 et t. 4, p. 273.
  • 337 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 743 et suiv.
  • 338 A.N., BB 18.1704, proc. gal Grenoble, 31.12.1864 et A.D.I., 166 M 1, préfet, 17.12.1864 ; (...)
  • 339 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 31.1.1865.

127A Lyon même, les lithographes avaient depuis déjà plusieurs années une « annexe » syndicale à l’ombre de leur « société de secours mutuels » ; sans doute y a-t-il un « comité occulte » derrière les revendications des maçons. Et voici qu’ils sont rejoints, en 1861, par les typographes, qui créent eux aussi une « caisse annexe »336 : elle se charge à la fois du placement et des secours aux chômeurs forcés ; à peine née, elle négocie un nouveau « tarif » avec les imprimeurs et l’obtient ; en 1862, elle compte 200 adhérents, et on la retrouve dans deux grèves en 1863337. A Grenoble, c’est chez les « coloristes » et les « palissonneurs » de la mégisserie que, sous couvert de mutualité, deux « sociétés de prévoyance » commencent à fonctionner en 1863 ; bien qu’elles rassurent, car « ... formées en dehors de toute pensée politique... », elles ont pour premier soin d’organiser un fond de grève ; quelques mois après leur naissance, elles ont respectivement 240 et 250 membres338. Puis ce sont les gantiers qu’on soupçonne d’« accord pour une... force permanente contre les patrons... »« ... à l’aide d’une cotisation... », – ils n’auraient pas compris le sens de la loi de 1864 sur les coalitions –, et il y a quelque chose chez les cordiers de Bourg-de-Péage339.

  • 340 Les compagnons dissidents de 1840 avaient en effet réintégré, dix ans plus tard, l’« Union (...)
  • 341 A.D.I., 166 M 1, police Vienne, 24.9.1867 et Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 370.

128Et le mouvement touche encore de nouvelles catégories à partir de 1865 : après plusieurs grèves, les corroyeurs de Lyon créent un groupe de défense professionnelle, sous le nom de « gourmandins », par sections de 45 membres, autour d’une caisse de résistance340. A Vienne, dans l’industrie lainière, c’est le début de la mécanisation qui entraîne la création d’une organisation analogue chez les tisseurs : ils y seraient 1 200 en 1866 ; et c’est par son intermédiaire qu’ils entreprennent une longue campagne de réunions publiques pour demander l’augmentation des prix de façon ; c’est elle qui anime, en 1867, la longue grève de 5 semaines qui s’ensuit, fournit des secours à une centaine de participants et arrache une semi-victoire. Après la reprise, elle poursuit son action pour « ... venir en aide aux ouvriers sans travail... et empêcher ainsi toute diminution de salaire de la part des patrons... »341.

  • 342 A.N., BB 18.1674, proc. gal Grenoble, 24.9. et 16.12.1863, 22.1.1864 ; A.D.I., 166 M 1, do (...)
  • 343 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 12.3.1870.
  • 344 A.D.I., 166 M 1, pétition des imprimeurs sur étoffes de Saint-Symphorien-d’Ozon, 6.11.1869

129Enfin, les imprimeurs d’étoffes réussissent à dépasser le stade de l’organisation locale et à esquisser un réseau régional de solidarité syndicale ; c’est à Jallieu, en Bas-Dauphiné, qu’on trouve, dans l’été 1863 aussi, les premières traces d’une caisse clandestine de chômage, à l’occasion d’une mise en interdit ; 5 de ses promoteurs sont condamnés, et l’enquête révèle une active correspondance avec les Lyonnais. Au début de 1864, il faut recommencer les poursuites, la société continue à fonctionner342. Si l’on ne sait plus rien d’elle dans les années suivantes, c’est à Lyon qu’elle réapparaît en 1868 ; plus exactement à Neuville-sur-Saône, dans la banlieue Nord. Sous la forme d’une « société de crédit mutuel », elle étend son emprise sur le quartier lyonnais de Saint-Clair – fief de la teinturerie et de l’apprêt –, sur Pierre-Bénite et Saint-Symphorien d’Ozon ; mais elle pousse aussi des antennes à Bourg-Argental, dans le Pilat, à Tournon, à Valence et au Cheylard, en Vivarais. Quand elle déclenche une grève en novembre 1869, elle aurait réussi à grouper les trois-cinquièmes des ouvriers dans tous les centres régionaux de l’impression des étoffes sur un programme précis et multiforme, où la première place est tenue par une demande d’augmentation de 40 à 50 % des tarifs et le paiement des heures supplémentaires du dimanche. Une quinzaine d’établissements sont atteints : 4 cèdent aussitôt, 3 autres font quelques concessions, les 8 restant sont totalement désertés343, et l’agitation reprend à Jallieu, où les termes de la pétition présentée aux patrons sont très exactement les mêmes que ceux rédigés dans la grande banlieue lyonnaise344.

130Mais, désormais, ces sociétés de résistance pâlissent devant les organisations syndicales de masse qui ressuscitent chez les rubanniers et les mineurs stéphanois, puis dans la Fabrique lyonnaise, en attendant que le mouvement se généralise et explose dans les derniers mois de l’Empire.

  • 345 A.D.L., 93 M 1, préfet, 17.10.1856.
  • 346 A.N., BB 18.1624, proc. gal Lyon, 19.2. et 30.4.1861 ; A.D.L., 93 M 1, préfet, 16.2.1860.
  • 347 A.D.L., 93 M 1, préfet, 10.12.1861 et 17.9.1866, police Saint-Etienne, 6.1.1869.

131Dans la passementerie, la flamme ne s’était jamais tout à fait éteinte ; il était demeuré un certain état d’esprit recueilli en partie par les « compagnons ferrandinniers », bien que ceux-ci se soient vite épuisés dans des rixes qui avaient entraîné, en mai 1856, la dissolution de leurs sociétés et des poursuites contre leurs principaux dirigeants dont un certain Rochette, la « mère »345. En fait, ils semblent bien s’être reconstitués vers 1860, malgré le refus qui leur avait été opposé par les autorités : en avril 1861, on surprend des conciliabules, on saisit des livres de compte, et 7 militants sont condamnés à des peines – bénignes – de prison346. D’autres demandes sont faites en décembre 1861, en septembre 1866, en janvier 1869, attestant au moins de la survie d’un noyau militant347.

  • 348 A.N., F 12.4651, préfet Loire, 19 et 26.10, 8.11.1865 ; Office du Travail, ouvr. cit., t. (...)

132L’initiative, et le succès, viennent pourtant d’ailleurs, d’une « société générale des maîtres et ouvriers veloutiers » surgie, en 1865, d’une grève fort suivie après l’introduction d’une nouvelle fabrication mal payée. Douze à quinze groupes d’une dizaine de membres envoient des délégués à un « Comité central » qui étend bientôt son influence à plus de 1 500 passementiers, met en place une caisse de grève et agit en chambre syndicale. Ses 5 principaux dirigeants sont jetés en prison ; mais nonobstant les apparences, la société ne se disperse pas, et quelques mois plus tard, elle est surprise à organiser les relations de toute la profession avec les fabricants : de véritables contrats bipartites règlent notamment le nombre des ouvriers à employer par atelier. Malgré de nouvelles poursuites, elle reste en place pour réapparaître, telle quelle, en 1869-1870348.

  • 349 Sur la Caisse fraternelle et son action jusqu’en 1870, Office du Travail, ouvr. cit., t. 1 (...)
  • 350 Sur Michel Rondet et les participants à la réunion de juin 1866, Maitron (J.), Dictionnair (...)

133Aux houillères, l’incarnation est de juin 1866, quand 25 ouvriers de Saint-Etienne sont autorisés à se réunir pour créer une « caisse fraternelle de prévoyance des mineurs de la Loire »349. Le 14 novembre suivant, le préfet reconnaît ce qui n’est, en apparence, qu’une nouvelle société de secours mutuels. Elle prévoit en effet, par ses statuts, de fournir, contre une cotisation mensuelle de 1 franc, soins médicaux et indemnités de maladie, secours aux incurables et funérailles décentes ; plus tard, on envisagera la gratuité des médicaments et un service de retraite. Or, deux ans plus tard, elle groupe 5 000 mineurs – la moitié de tous ceux du bassin – et se dote d’un dirigeant permanent, un de ses vice-présidents, Michel Rondet, qui venait d’être renvoyé de son puits350. Car la « caisse » venait à son heure pour répondre à un des soucis fondamentaux de la population minière en aboutissement d’une agitation déjà ancienne.

  • 351 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 331, et Gras (L.J.), Histoire économique des mines (...)
  • 352 A.N., C 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, réponse mineurs de Saint-Etienne : on (...)
  • 353 A.N., BB 18.1634, proc. gal Lyon, 24.1.1866 et BB 30.379, id., 27.3.1866 ; Office du Trava (...)
  • 354 A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 30.11.1866, qui affirme « ... les ouvriers m’ont su le (...)

134L’idée avait été émise en effet dès 1841, à Saint-Etienne, par une feuille éphémère, L’Ami des ouvriers : créer une caisse centrale du bassin à cotisation ouvrière et à contribution patronale permettrait d’échapper à l’arbitraire des compagnies houillères351. En 1848, aussi, on s’en était pris à celles-ci, mais on sait que l’action avait emprunté d’autres voies352. L’agitation se réveillant en 1864, l’idée est aussitôt réapparue d’une vaste « société de secours », avec assez de force pour que le procureur général de Lyon y fasse écho. L’année 1866 avait commencé sur un demi-succès : après quelques incidents, les compagnies avaient augmenté le taux des indemnités servies aux blessés et accepté que les conseils des caisses patronales aient, aux trois-quarts, une participation ouvrière ; surtout, l’intervention du préfet avait permis la création d’une caisse centrale que six compagnies avaient acceptée ; mais le refus des petites sociétés fait échouer le projet, et la caisse fraternelle répond à cet échec, dans une ambiance de très vive agitation353 ; elle inquiète d’autant moins que les mineurs paraissent très satisfaits de l’attitude des autorités : en novembre, ils viennent en cortège remercier le préfet avec une chaleur et une puissance qui finissent par l’affoler354.

  • 355 A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 30.4.1867 et A.D.L., 10 M 60, police 1er arrondissement (...)
  • 356 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 28.3.1867 ; dès mars 1866, il avait saisi le danger en af (...)
  • 357 A.N., BB 18.1759, proc. gal Lyon, 31.7.1867 et F 1 C III, Loire, 6, préfet, même date.

135La fièvre ne retombe pourtant pas en 1867. « Les ouvriers mineurs s’occupent activement de leur caisse de secours mutuels... » ; on sait avec quelle efficacité. Mais, déjà, ils demandent la fusion avec celles des compagnies ; des différends éclatent, ici et là ; la masse globale des cotisations qu’elle perçoit donne à la caisse fraternelle des moyens financiers considérables, en même temps qu’elle fournit, pour la première fois au grand jour, un cadre institutionnel stable au mécontentement collectif355. La « société des mineurs », dit désormais d’elle le procureur général ; en mars 1867, on commence à y parler de grèves « ... pour les luttes de salaires... », voire d’action « ... pour les élections politiques... »356. Et, en avril, on agite, en assemblée générale, l’idée d’un arrêt de travail. Le 24 juillet, effectivement, une grève éclate à Roche-la-Molière, au puits Sagnat ; après 6 jours de lutte, les 120 participants doivent reprendre sans obtenir ni la diminution de travail, ni l’augmentation de salaire qu’ils demandaient. Le mouvement est médiocre ; « … sans motif sérieux... », d’après le préfet, il témoigne pourtant de la dégradation de la situation357.

  • 358 A.N., BB 30.389, proc. gal Lyon, 10.7.1869.

136Le conflit n’éclatera vraiment que le 11 juin 1869, pour embraser le bassin tout entier. Ce qu’on demandera, c’est toujours, « ... la fusion dans la caisse de la société « La Fraternelle » de toutes les caisses de secours administrées jusqu’ici par chacune des compagnies... » ; mais aussi la montée des salaires et, déjà, la journée de 8 heures. Très largement, c’est l’aboutissement de l’agitation déclenchée par la Caisse fraternelle, et que 12 000 à 13 000 mineurs y participent donne la mesure de son audience358.

  • 359 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 267-269.
  • 360 Plusieurs des commissions surgies en 1869 fonctionnent depuis plusieurs années, discrèteme (...)

137A Lyon, le relais des « mutuellistes » de la Monarchie de Juillet est pris, à nouveau, autour de la vieille idée du « tarif ». C’est en 1863 que se constitue un « Bureau d’indication des tisseurs de l’article meuble, articles du Levant et ornement d’Eglise » : il se réunit périodiquement pour faire le point sur le marché du travail et les salaires, avant de mettre en place des « séries » de tisseurs spécialisés, longtemps occultes, et qui sortent progressivement de l’ombre dans les années suivantes359. Si bien qu’en 1869, c’est sur le modèle du « Bureau d’indication » que l’on réunit des « commissions de spécialités » pour obtenir un relèvement des prix de façon360.

  • 361 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 269 et suiv., et Pariset (E.), Histoire de la Fabr (...)

138Et, en décembre, au lendemain d’une campagne qui les a fait hausser de 20 % par négociations à l’amiable, naît une « Corporation des tisseurs de velours uni, ville et campagne » qui associe compagnons et chefs d’atelier en « commissions » urbaines et « sous-commissions » rurales, elles-mêmes subdivisées en « séries ». Des délégations s’en vont en Lyonnais, en Beaujolais, en Bugey et en Dauphiné, qui obtiennent le ralliement des campagnes ; au printemps 1870, 3 000 « métiers » environ sur 5 000 battant adhèrent à la « corporation »361.

  • 362 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, gendarmerie Croix-Rousse, 22.2.1872. Office du Trava (...)
  • 363 Les « séries » sont elles-mêmes rassemblées en « groupes » que coiffe un « Bureau central  (...)

139Entre temps, les délégués des autres catégories se sont réunis le 27 mars 1870 pour créer, à son image, une « Société civile de prévoyance et de renseignements pour le travail des tisseurs de la Fabrique » où s’est fondu le « Bureau indicateur » de l’article meuble. Elle aussi s’articule en « séries » de 20 membres financièrement autonomes, établit un bureau de renseignements sur le travail et les prix et soutient aussitôt plusieurs grèves partielles à L’Arbresle et en Dauphiné362. Malgré l’indifférence qu’elle rencontre dans les campagnes, son succès est rapide, et formidable, à Lyon même : dès le mois de mai 1870, elle aurait 10 681 adhérents dans la ville ; et en juin, on estime que la totalité des 25 000 « canuts » est touchée par ses 619 « séries » dont le « ... but principal (est) de maintenir ou d’augmenter le taux des salaires de ses membres et de soutenir les grèves... »363.

  • 364 A.D.R., 10 M 29, police Lyon, 24.11.1876 et M, grèves antérieures à 1879, commiss. spéc. L (...)

140En dehors, tous les métiers annexes de la Fabrique paraissent entraînés par le mouvement. Depuis janvier 1870, fonctionne une « Société civile... des ouvriers tullistes de Lyon », organisée selon le même principe, en même temps qu’un « Cercle de l’Union fraternelle des apprêteurs », un peu plus ancien en réalité, et qu’une « Société de Prévoyance et de renseignements des travailleurs de la Teinturerie lyonnaise »364.

  • 365 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 168 et suiv. ; en juillet 1870 notamment, elle imp (...)
  • 366 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 81-82.
  • 367 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 674 et suiv. ; t. 2, p. 43 ; t. 4, p. 273 et p. 30 (...)

141A vrai dire, ce qui est, maintenant, un réel mouvement syndical, dépasse de loin le cadre de la Fabrique. Après la dispersion rapide des « gourmandins », les ouvriers du cuir ont créé au début de 1868 une « Société de crédit mutuel de la tannerie lyonnaise » pour « ... venir en aide à ceux qui seront atteints par le chômage ou les exigences des patrons » ; avec 500 adhérents en 1869, elle réunit pratiquement la totalité de la profession, parvient à faire éliminer des ateliers de la ville ceux qui – très peu nombreux – se tiennent à l’écart et mène victorieusement plusieurs actions revendicatives365. Les « coupeurs de chaussures » se rassemblent à leur tour en une « Association civile de prévoyance, d’épargne et de crédit » qui mêle secours aux malades et « ... défense des intérêts professionnels »...366. Au début de 1870, c’est au tour des tailleurs de pierre, puis des maçons, de prendre le même chemin ; les cordonniers s’assemblent en « séries » de 20 membres autour d’un « bureau central » des délégués : en un mois, ils sont 400, et, en avril, leur société impose un relèvement des tarifs grâce à une mise à l’index tournante. L’« annexe » des lithographes, effilochée en 1866 pour n’avoir pas pu imposer ses conditions se reconstitue en « société de crédit mutuel », attire 125 des 150 spécialistes que compte la ville et prend des contacts avec ceux de Saint-Etienne, de Bordeaux et d’Avignon367. Dès l’été 1869, toutes les corporations lyonnaises auraient eu leur caisse de résistance, bien organisée, disposant de fonds importants.

  • 368 A.D.R., 4 M 6, police Lyon, décembre 1871 et Maritch (S.), ouvr. cit., p. 225- 226.

142Parmi ces nouvelles organisations, la plus remarquable – car implantée dans un milieu jusque là peu touché –, paraît être l’Union des ouvriers métallurgistes, dont les premières manifestations datent de l’automne 1868 ; elle conduit plusieurs grèves dans le courant de 1869 et 1870 et crée un « cercle de l’Union » dans une salle de La Guillotière, parvient au printemps à relier entre elles les corporations des fondeurs, des bronziers, des mécaniciens, etc. C’est donc une esquisse de fédération, qui se retrouve en juin dans une « Chambre syndicale générale des ouvriers du bâtiment », sur le point d’aboutir quand la guerre éclate368.

  • 369 Cf. Vial (J.), La coutume chapelière..., p. 174 et suiv.
  • 370 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 549-550 ; à Lyon est venue s’ajouter aux approprie (...)
  • 371 A.N., F 12.2370, Ministre Agriculture et Commerce, 28.10.1869.

143Enfin, les syndicats de chapeliers commencent, à l’appel de la corporation parisienne, à se rallier à une organisation centrale369. En juin 1869, c’est la « Société de Romans » qui y répond pour se transformer, en pleine grève, en « Chambre syndicale des ouvriers chapeliers de Bourg-de-Péage et de Romans », en mars 1870 ; puis, en mai, ceux de Lyon, qui n’avaient jamais répondu à l’invite de dissolution en 1860, se rallient à leur tour370. Ils annoncent ainsi une voie nouvelle, au moment où, partout, les sociétés de résistance un instant disparues reviennent sur le devant de la scène, comme chez les drapiers viennois, ou se créent là où elles n’existaient pas, à Grenoble par exemple où mécaniciens, chaudronniers et serruriers proclament leur intention de s’organiser371.

144Mais depuis une bonne année déjà, des temps nouveaux semblent s’annoncer. La région lyonnaise, à l’image du reste de la France, ressent les effets d’une double et profonde crise : politique d’abord, l’Empire se libéralisant pour survivre sans parvenir à désarmer les oppositions, celle de la classe ouvrière notamment : le plébiscite de mai 1870 – on l’a vu – allait bientôt le montrer ; sociale ensuite, avec une poussée d’agitation revendicative sans précédent et une vague de grèves qui, pour certaines d’entre elles, marquent tragiquement les dernières années du régime.

III. L’espoir d’une nouvelle république et le renforcement de l’organisation syndicale (1868-1876)

145Une longue décennie commence où, longtemps encore, la République retrouvée ne sera pas celle qu’on espérait : après quelques mois, de septembre 1870 à mai 1871, elle reprend le visage sinon toujours de la répression – si l’on excepte Paris et ses fusillés innombrables –, du moins de l’intolérance. En un sens, la République de Monsieur Thiers et des Ducs continue l’Empire. Elle commence pourtant sur de nouveaux progrès, lancés depuis les années 1865, tragiquement brisés, a-t-on dit : troisième défaite du prolétariat français ou, pour la classe ouvrière régionale au moins, simple péripétie ?

1. De la grève à une révolution manquée (1868-1871)

146Les grèves qui déferlent de la fin de 1868 au printemps de 1870 sont aussi en partie – mais en partie seulement, on le sait –, l’aboutissement de l’essor des organisations ouvrières devenues plus sûres d’elles-mêmes. En retour, elles relancent leur diffusion et, surtout, favorisent un regroupement sur des positions qui, pour être multiformes, se veulent désormais propres à la classe ouvrière. Au-delà des débats sur sa véritable nature, l’Association Internationale des Travailleurs fait transcender, pour la première fois globalement, les frontières du métier et de la géographie ; le message révolutionnaire diffus dont elle est porteuse annonce les bouleversements qui se préparent et lui assure un large écho dans un prolétariat qui n’avait jamais cessé de rêver.

A. Les grèves des années 1868-1870372

  • 372 Pour simplifier, nous renvoyons au chapitre précédent : tout le paragraphe utilise en effe (...)
  • 373 Outre des ouvrages généraux récents, tels Jeloubovskaia (E.), La chute du Second Empire et (...)

147Cette extraordinaire poussée gréviste n’est pas une découverte, et on a su depuis longtemps en voir la nouveauté373, la grandeur aussi de mouvements aussi célèbres que ceux de la grève des « ovalistes » lyonnaises de 1869, qui marque l’entrée massive d’une corporation féminine dans la lutte, de celle des mineurs du bassin de la Loire lugubrement auréolée du massacre de La Ricamarie, au printemps de 1869, de l’extraordinaire embrasement lyonnais qui se produit en même temps. En fait, ce serait singulièrement appauvrir leur sens que de s’en tenir à quelques épisodes plus relevés.

  • 374 A.N., BB 18.1764, proc. gal Lyon, 8 et 11.2.1868.
  • 375 A.N., BB 30.389, proc. gal Lyon, 28.12.1868 ; F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 4.7.1868 et i (...)

148La vague revendicative part en effet de loin, et assez tôt, les signes d’agitation se multiplient sans que l’on arrête forcément le travail. En février 1868 déjà, des rassemblements de chômeurs se forment chaque jour sur la place Bellecour, à Lyon ; de paisibles, ils deviennent houleux, des insultes et des provocations sont échangées, la police intervient, arrête, la justice condamne quelques-uns374. Puis au printemps, on retrouve les turbulents mégissiers d’Annonay, les ouvriers du bâtiment à Saint-Etienne, ceux des chantiers de travaux publics savoyards, les serruriers foréziens en septembre, les bijoutiers et les chapeliers en paille de Lyon à la fin de l’année375. En réalité, en dehors d’eux, l’embrasement a déjà commencé.

  • 376 En fait, l’agitation dure toute l’année 1868, et en décembre, on craint que les tisseurs n (...)

149Il a débuté, au printemps, par les drapiers viennois376. Si au total, l’ensemble de l’année 1868 ne voit se déclarer que 8 grèves dans la région, 1869 en révèle 58 et 1870, 44, qui laissent loin derrière les deux grandes poussées de 1855 et de 1865, qui avaient tout juste atteint 24. Si bien qu’en 28 mois, d’avril 1868 à juillet 1870, il s’en produit 110, soit autant qu’en dix années, entre 1858 et 1867. Ce sont des fièvres printanières, pour l’essentiel ; ce qui ne va pas à l’encontre de la normale : 6 entre avril et juillet 1868, sur 8 ; 20 de mars à juin 1869 ; 38 dans le même temps en 1869 ; aux trois cinquièmes donc.

  • 377 De surcroît, l’agitation est très vive, sans qu’il y ait arrêt de travail, dans l’agglomér (...)

150La réalité est pourtant plus complexe, et la chronologie plus hachée, par phases successives que définissent la géographie et le secteur industriel croisés. En tout, on peut en distinguer pas moins de 7, coupés de basses eaux : le printemps de 1868 est celui de la seule draperie viennoise, bien qu’elle entraîne, un peu plus tard, les maçons de la ville ; de janvier à juin 1869, c’est l’assaut du Forez stéphanois, assez mêlé, autour de la grande grève des mineurs ; à partir de mai, il interfère avec le flux lyonnais des métiers urbains, mais dominés par les industries annexes de la Fabrique ; puis dans le plein de l’été, c’est au tour du Forez extérieur au bassin métallurgique et charbonnier, celui de la soie et du textile, à Chazelles, à Bourg-Argental, dans le Pilat. Après un long répit hivernal, la nouvelle vague qui commence en mars 1870 est plus diffuse, quasi généralisée, mais avec une considérable dominante du Dauphiné soyeux, du seuil de Voreppe aux confins de l’agglomération lyonnaise, puisque 16 grèves y éclatent sur les 38 du printemps 1870 dans toute la région, dont 2 à Rives et 5 à Voiron377. Par vagues, c’est donc la totalité des activités et des centres ouvriers de la région qui sont touchés.

  • 378 Et il faudrait ajouter l’agitation qui se produit, de janvier à juillet 1869, chez les fil (...)

151Le second trait original va dans le même sens ; pour la première fois sont entraînés des groupes où l’action revendicative était sporadique, voire inexistante : dans des centres urbains, mais trop éloignés des foyers traditionnels d’irradiation, dans les campagnes des « diasporas » surtout. Ainsi, les drapiers viennois eux-mêmes, malgré la mauvaise réputation de leurs attaches lyonnaises, et qui entrent à quatre reprises dans la lutte en 1868, mais aussi les chapeliers de Chazelles-sur-Lyon, en juin 1868 et en octobre 1869 ; les papetiers du Dauphiné, en juillet 1869 et en juin 1870 ; les ouvriers en peignes d’Oyonnax, en mars 1870, les mineurs de La Mure en septembre 1869, les drapiers de Crest en février 1870. Et, dans les campagnes, les cotonniers de La Gresle en septembre 1868, les veloutiers de L’Arbresle en février 1870, les mouliniers du Pilat, en juin et juillet 1869, les tisseurs de toiles de Panissières, à trois reprises, en août 1869 et en octobre, les tisseurs de soie du Bas-Dauphiné enfin au printemps de 1870, imités par ceux de Faverges, en Haute-Savoie, en mars378.

  • 379 Encore connaît-on mal l’ampleur des grèves lyonnaises, hors celle des « façonniers » ; il (...)

152L’importance du mouvement n’est pas seulement dans le nombre des grèves, mais dans l’ampleur, souvent considérable, de celui des participants, même s’il n’est jamais possible de la déterminer avec précision. Mais 14 au moins d’entre elles mettent en marche plusieurs centaines de participants, et presque toutes débordent sur un grand nombre d’entreprises, quand elles ne prennent pas un caractère généralisé : les ouvriers en lacets d’Izieux sont 300 environ et la nuance vaut pour tous ; les ouvriers en soie de Saint-Julien-Molin-Molette, petit village du Pilat, 500, les tisseurs de Panissières, une première fois, plus de 800, les imprimeurs de Saint-Genis-Laval 650, les chapeliers de Bourg-de-Péage 350, les mineurs de La Mure 500, les mégissiers d’Annonay 670, les métallurgistes de Vienne 270, les maçons de Rive-de-Gier 350, les plâtriers de Saint-Etienne, 500 à 600, et les puddleurs 350. Huit autres entraînent plus d’un millier de personnes : les chapeliers de Chazelles, sont à peu près 1 200, comme les fileurs de Vienne et les ouvriers en soie de Bourg-Argental ; mais ils sont 3 000, une autre fois, au tissage de Panissières, 6 000 à 7 000 parmi les tisseurs de la région de La Tour-du-Pin, 7 000 à 8 000 chez les drapiers de Vienne, 8 000 à 10 000 à Lyon, pendant la grève du « façonné » ; c’est la quasi totalité des 15 000 mineurs de la Loire qui descendent dans l’arène en juin 1869. Et la nouveauté est peut-être moins dans l’ampleur de tels ou tels chiffres, que dans leur fréquence379.

153Que la conscience collective ait dépassé les cadres corporatifs habituels, les effets d’entraînement sont là pour le démontrer. Ils jouent, naturellement, à l’intérieur des villes, où l’on se côtoie chaque jour : typographes, maçons et charpentiers sont ensemble à Saint-Etienne en janvier 1869, puis avec les mineurs, en mai-juin, les plâtriers, les menuisiers et les ouvriers de la construction mécanique ; en mai-juin, à Lyon, douze corporations diverses, de la métallurgie et du bâtiment, principalement, se retrouvent autour des ovalistes, des guimpiers, des mouliniers et des apprêteurs. Le phénomène est encore plus étonnant dans la petite ville de Bourg-Argentai, en août 1869, où maçons, papetiers, menuisiers luttent aux côtés des mouliniers ; d’avril à juin 1870, on le retrouve à Saint-Etienne, métallurgistes, plâtriers, gaziers, serruriers, imprimeurs sur étoffes au coude à coude ; dans tout le Bas-Dauphiné enfin, où les métiers du bâtiment, des potiers, des cordonniers, sont entraînés dans le sillage des tisseurs de soie.

  • 380 La propagande dans les campagnes débute avec l’année 1870, même dans les campagnes à l’oue (...)

154Mais ces solidarités géographiques interfèrent avec celles, horizontales, de la communauté d’industrie. En août 1869 coïncident à peu près exactement les grèves des imprimeurs sur étoffes du Cheylard, en Ardèche, et de Jallieu, en Isère ; et en novembre-décembre 1869, dans la même corporation, c’est à peu près en même temps qu’on arrête le travail à Saint-Genis-Laval, à Bourg-Argentai, à Tournon, au Cheylard, à Jallieu et à Bourg-les-Valence ! Il y a une étrange simultanéité entre les mouvements des métallurgistes de Lyon, de Saint-Etienne et de Vienne en avril-avril 1870. Enfin, la filiation est directe entre la grande grève des tisseurs de soieries façonnées qui éclate à Lyon en mai 1870 et l’explosion du Bas-Dauphiné soyeux en avril : simplement, les ouvriers ruraux sont partis plus tôt que les canuts de la ville, « engagés dans cette voie par des délégués du Comité de Lyon qui parcourent les campagnes avec des tisseurs inoccupés... »380.

  • 381 Selon l’expression de L’Huillier (F.), ouvr. cit., p. 5 sur les grèves du Creusot, id., p. (...)
  • 382 A.N., BB 18.1767, proc. gal Grenoble, 7.12.1868.

155Dès lors, quelle est la part des liaisons, ouvertes ou inavouées ? Plus précisément, des associations ouvrières, dont les ramifications seraient étendues au-delà des craintes ? Sans doute y a-t-il eu aussi des influences extérieures, par mimétisme plus que par influence directe. Le Creusot n’est pas si loin, où l’agitation est sporadique chez Eugène Schneider, maître de forges mais aussi dignitaire du régime impérial, à partir de juillet 1870, où deux grandes grèves « sonnent le tocsin de la guerre sociale... »381. Et, sur place, on s’accorde pour trouver, en maint endroit, la trace des organisations ouvrières : chez les tisseurs de Vienne, chez les peigniers d’Oyonnax, chez les imprimeurs de foulards, presque toujours, et dans toutes les grèves lyonnaises du printemps 1869, l’aide financière est certaine. Mais, aussi, souvent, l’action des grandes sociétés de résistance : on sait que c’est la Caisse fraternelle de 1866 qui mène, ès-qualités, le combat des mineurs stéphanois, et derrière la lutte des « canuts » en façonné de Lyon, il y a les « séries » de la puissante Société civile et de prévoyance ; les imprimeurs sur étoffes ont eux aussi une « ... direction aveuglément acceptée... » et qui s’étend à toute la région. Le Cercle des métallurgistes lyonnais organise lui-même tous les mouvements de la corporation sur place, et il intervient chez les fondeurs de Vienne ; les chapeliers de Chazelles sont « ... groupés en société... », mais sans autre précision ; et des comités plus éphémères se retrouvent chez les fileurs de laine – « ... une caisse assez riche pour permettre d’aller quelque temps... »382 –, les mineurs de La Mure – qui sont en « séries », par galeries –, les tisseuses de soie, les tailleurs de pierre de Bourg, voire les tisseuses de l’arrondissement de La-Tour-du-Pin.

  • 383 A.N., BB 18.1767, id., même rapport.

156Mais un nom nouveau commence à revenir fréquemment dans les rapports des autorités, à Vienne d’abord, où, en avril 1864, « ... il parait que le mot d’ordre serait venu de Londres... »383 ; à Saint-Genis-Laval, à Bourg-Argental, et surtout à Lyon, pendant l’explosion surprenante du printemps 1869 : c’est celui de la « Société Internationale », comme l’on dit.

B. L’internationale, rassemblement et dépassement des organisations ouvrières

  • 384 Depuis Maritch (S.), ouvr. cit., p. 143-170, p. 217-263, jusqu’à Moissonnier (M.), La Prem (...)

157Sur l’implantation régionale de l’internationale et sur la Fédération lyonnaise, tout parait avoir été dit384. Il n’est pourtant pas sans intérêt de faire le point, dans nos perspectives propres, abstraction faite de l’important débat idéologique qui se poursuit dans ses sections.

  • 385 Maritch (E.), ouvr. cit., p. 144-149 ; Rougerie (J.), art. cit., Annali..., p. 127- 128 ; (...)

158Lyon est donc l’une des premières villes de France à répondre à l’appel lancé, le 28 septembre 1864, par le meeting de Saint-Martin’s Hall ; il est vrai que les délégués de la ville à l’exposition de Londres en août 1862 avaient participé, activement, à la réunion ouvrière où, pour la première fois, avait été lancée l’idée d’une association internationale. L’initiative locale est double : d’une part, quelques anciens délégués créent un comité de correspondance, où l’on retrouve des militants du mouvement coopératif, tels le coutelier Chupin ; d’autre part, au début de 1865, un autre groupe réunit autour du mécanicien A. Schettel et d’un jeune fils de teinturier, Albert Richard, un certain nombre d’ouvriers républicains : il y a parmi eux plusieurs anciens de 1848, et des candidats au conseil d’arrondissement en 1863. L’accord finit par se faire, les liaisons sont établies avec Londres, mais c’est finalement une formation assez disparate qui commence à fonctionner au début de 1866, quand le noyau dirigeant se renforce du tailleur Louis Palix385.

  • 386 Testut (O.), ouvr. cit., p. 167 et suiv.
  • 387 A.M.L., I 2, 43, police Lyon, 11.1.1867 et 24.4.1867 ; le texte du rapport à Genève est re (...)

159Les débuts sont difficiles, en tout cas suffisamment modestes pour ne pas attirer l’attention des autorités ; l’évaluation du nombre des adhérents est fort incertaine, de 150 à 200 au mois de mars 1866 à moins de 500 l’année suivante – c’est là le nombre des cartes que l’on demande – , répartis en 18 groupes de quartier, dont ceux de La Buire, de La Villette, à La Guillotière, des Chartreux, de Pierre Seize, de Serin et de Saint-Clair, aux abords de La Croix-Rousse et à Vaise386. La propagande se fait au grand jour d’une société difficile à classer dans les cadres du mouvement ouvrier du moment. En septembre 1866, elle envoie une délégation au Congrès de l’internationale à Genève et y présente un rapport assez vague, modéré et moralisant, en tout cas sans ligne politique réelle. Mais au retour, c’est la scission, entre les « socialistes » qui l’ont inspirée et les « jacobins » qui leur reprochent d’être une gêne dans la lutte prioritaire contre l’Empire, et le début d’une période de querelles intestines et d’excommunications où les rivalités personnelles jouent un rôle aussi grand que les oppositions idéologiques387.

  • 388 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 8.2. et 26.4.1867 ; A.M.L., I 2, 43, police Lyon, 17.8. (...)

160Si bien qu’au début de 1867, « … l’association internationale est inactive... » à Lyon, si l’on excepte quelques rencontres des chefs de groupe, dont il ne sort rien ; elle n’est qu’une société politique parmi d’autres dans la nébuleuse des groupes d’opposition dont les membres se réunissent dans les cafés pour lire en commun la presse antigouvernementale ; « ... je dois constater que les appels de ces hommes ne sont pas écoutés par les masses... », assure le préfet, qui leur oppose l’intérêt que les ouvriers portent au mouvement coopératif. En mars, les dissensions sont à leur paroxysme, la section lyonnaise éclate en trois factions, et dans les premiers mois de 1868, paraît s’être complètement éteinte388.

  • 389 A.N., BB 30.375, proc. gal Chambéry, 31.3.1868 et BB. 18.1735, proc. gal Lyon, 8.6.1868 ; (...)

161Des recherches faites hors de Lyon après les poursuites engagées contre les Internationalistes à Paris, en mars, sont tout à fait négatives ; sur place, l’action répressive paraît tout aussi vaine : le découragement est général, depuis septembre 1867 il n’y a plus de réunions régulières, et les perquisitions chez les principaux leaders, dont A. Schettel, considéré comme l’âme de l’Association, n’apportent rien d’autre qu’une saisie de cartes et de procès-verbaux antérieurs. L’Internationale « ... tend à se dissoudre à Lyon : .. », se réjouit le procureur général jusque là plus méfiant à l’égard d’une « ... population ouvrière nombreuse et naturellement sympathique à ses principes... »389.

  • 390 Sur le personnage, complexe, brouillon, un rien mégalomane, et qui ne fait que passer, en  (...)
  • 391 Testut (O.), ouvr. cit., p. 169 et suiv. et Moissonnier (M.), La section lyonnaise de l’in (...)

162Mais au printemps de 1869, c’est la seconde naissance, autour d’Albert Richard, qui a repris des contacts londoniens dans l’été 1868 et, surtout, est entré en septembre en contact avec Bakounine, à l’occasion du Congrès de la Ligue de la Paix, à Bruxelles ; dans les mois qui suivent, c’est à lui que s’identifie l’A.I.T. à Lyon et dans la région390. Or, elle est littéralement portée par la vague de grèves qui déferle, en une année, sur la ville et le plat-pays : il y a là une rencontre exceptionnelle entre une organisation politique, qui n’avait pas plus de 200 à 300 membres à Lyon en juin 1869, et un mouvement revendicatif ; en intervenant directement dans les grèves, la section lyonnaise embraye sur le mouvement ouvrier par le jeu de la solidarité pécuniaire à partir du fameux combat des ouvrières ovalistes, qui adhèrent en retour. Dès lors, le processus est cumulatif : l’aide financière devient systématique, et de plus en plus forte à mesure que le nombre s’enfle ; et les affiliations de grévistes et des sociétés de résistance qui les guident et les encadrent se multiplient à leur tour ; comme, dans l’été 1869, les menuisiers, les bronziers, les marbriers et les passementiers391.

  • 392 Testut (O.), ouvr. cit., p. 169-170 ; Maritch (J.), ouvr. cit., p. 231-232 ; sur les liais (...)
  • 393 Cf. A.N., BB 18.1783, proc. gal Lyon, 26.3.1870 et BB 30.390, id., 10.4.1870 qui fait part (...)
  • 394 Sur la multiplication des adhésions, Rougerie (J.), art. cit., Annali..., p. 142 ; sur l’i (...)

163Le succès trace la ligne à suivre, et sous l’impulsion d’A. Richard, l’internationale se donne comme objectif de rassembler en une puissante fédération, lyonnaise d’abord, plus large ensuite, ces chambres syndicales avant la lettre. En janvier 1870, on nomme une « commission d’initiative » de 20 membres, dont la moitié appartiennent à la Fabrique et à ses activités annexes ; les réunions de propagande se multiplient dans les semaines d’après, et en mars, le 13, se réunit aux Brotteaux un véritable Congrès national, devant 5 000 à 6 000 auditeurs, sous la présidence effective d’Eugène Varlin, en présence de Bastelica et de délégations de la Suisse Romande, et qui reçoit un message d’adhésion de Bakounine392. La « commission » de 15 membres qui en sort est chargée de créer une « Fédération lyonnaise des travailleurs », et projette de publier un journal ; une trentaine de corps de métier ont adhéré à ce moment là à l’internationale, dans la ville même, et en banlieue, à Oullins par exemple393 ; en juin, on intervient à nouveau dans les grèves de la soie. Les « lisseuses » demandent une augmentation de salaire, et Meda, dirigeant notoire, et du Cercle des métallurgistes, et de la Fédération lyonnaise, est leur conseiller officiel ; dans le même temps, on retrouve les Internationalistes à l’origine des tentatives de regroupement de la métallurgie et du bâtiment394.

  • 395 A noter que le début des poursuites (cf. le télégramme du Garde des Sceaux aux procureurs (...)
  • 396 Cf. Testut (O.), ouvr. cit., p. 175-176 ; Rougerie (J.) art. cit. in L’Internationale..., (...)
  • 397 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 25.4.1868 ; A.D.I. 166 M 1, sous-préfet Vienne, 7.4.1 (...)

164Or, des foyers nouveaux apparaissent parallèlement dans plusieurs villes ouvrières de la région où, souvent, le grain avait été précocement semé395. La section de Neuville-sur-Saône, appuyée sur les imprimeurs sur étoffes, s’est manifestée dès 1865-1866, et son destin épouse étroitement celui de la Fédération lyonnaise396. Fort logiquement Vienne a été touchée à peu près en même temps : on sait les liaisons rhodaniennes ; dès 1866, l’internationale s’y est manifestée, et serait passée d’une cinquantaine d’adhérents à 500 l’année suivante ; au Congrès de Lausanne, elle a envoyé le fondeur sur métaux Alphonse Ailloud, qui est aussi un des dirigeants de la « Société de Beauregard ». Après une période d’atonie, – quel est son rôle dans l’agitation des drapiers en avril 1867 ? l’ampleur du mouvement entraîne les soupçons du commissaire de police – , elle fait à nouveau parler d’elle en avril 1868, lors d’une grève dans le tissage de laine et, surtout, vient directement en aide aux ovalistes de Saint-Symphorien d’Ozon397.

  • 398 Testut (O.), ouvr. cit., p. 175.
  • 399 A.D.L., 10 M 62, police Saint-Etienne, 25.10.1869.
  • 400 Outre Testut (O.), ouvr. cit., p. 174-175, A.N., BB 30.390, proc. gal Lyon, 21.1. et 9.7.1 (...)
  • 401 A.D.L., 92 M 12, juge paix Bourg Argentai, 3.8.1869 et A.N., F 1 C III, Loire, 9, 8.6.1870 (...)

165Vers le bassin forézien, la pénétration est plus tardive ; au début de 1869, c’est à Givors que deux délégués lyonnais suscitent le ralliement des verriers en grève398 ; puis, en octobre, à Saint-Etienne, où l’on déplore un « ... certain mouvement de ralliement dans le parti démocratique... » ; entre les membres des anciens clubs républicains, les « … conversations roulent... sur la société l’internationale dont ils pourraient bien faire partie... »399 ; jugement particulièrement lucide, puisque des correspondants de la section lyonnaise sont précisément en train de créer un « Comité d’initiative » qui comporte des sections chez les mineurs et chez les rubanniers ; au début de 1870, le rattachement est officiel à la « Fédération » qu’Albert Richard met sur pied, et il vient lui-même consacrer l’affiliation en avril. Les progrès seraient alors très rapides, on obtient l’adhésion de la « Société civile et de prévoyance » des passementiers ; en juin, on envoie des missions auprès des différentes corporations des autres villes du bassin avec, dit-on, un certain succès chez les verriers de Rive-de-Gier400. Et l’on soupçonne l’action de l’internationale chez les imprimeurs sur étoffes de Bourg-Argental, en janvier : il semble qu’une souscription ait été ouverte par les sections genevoises pour leur venir en aide401.

  • 402 Testut (O.), ouvr. cit., p. 182-183 ; on parle aussi d’un groupe à Tarare, en juillet 1870 (...)
  • 403 A.N., F 12.4652, préfet Ardèche, 10.12.1869 et A.D. Ar., 15 M 42, sous-préfet Tournon, 1.3 (...)
  • 404 Chagny (R.), Le mouvement ouvrier à Grenoble à la fin du Second Empire, in Grenoble à l’ép (...)
  • 405 A.N., F 1 C III, Ain, 9, préfet, 3.4.1869.
  • 406 Cf. Vuilleumier (M.), La Première Internationale à Annecy et en Haute-Savoie, Bolletino st (...)

166Ailleurs, qu’est devenu le groupe de Villefranche, qui aurait eu 50 adhérents en 1867 ? Qu’en est-il exactement à Crest, où l’on en parlait au même moment 7402. A Tournon, par contre, en décembre 1869, puis à nouveau en mars 1870, en même temps qu’au Cheylard, l’aide financière est patente, en même temps que les mots d’ordre lyonnais, par l’intermédiaire de ce vaste réseau de solidarité qui s’est implanté dans l’impression des étoffes et dont on sait l’extension géographique403. A Grenoble404, on trouve quelques traces, et dans l’Ain, il y a au moins quelques tentatives isolées de recrutement individuel, notamment chez les ouvriers qui travaillent, à l’occasion, à Genève405. Enfin, c’est à la Fédération de la Suisse romande que se rattache la section un peu erratique d’Annecy, créée autour d’un photographe, Philippe Calligé, à la fin de 1870, qui a quelques dizaines d’affiliés – les estimations oscillent de 50 à 180, ce qui serait beaucoup pour une ville non-industrielle – ; et il est difficile de distinguer son action de celle des autres formations républicaines406.

  • 407 Cf. les remarques d’E. Labrousse, in La Première Internationale..., Colloque du C.N.R.S., (...)
  • 408 A.N., BB 30.389, proc. gal Lyon, 10.7.1869, à propos des grèves des mineurs de la Loire et (...)

167La variété même des formes d’adhésion rend impossible l’évaluation des forces réelles de l’internationale407 ; quant à voir en elle le détonateur du mouvement gréviste, rien ne permet de l’affirmer, malgré les soupçons des autorités408 ; qu’elle ait représenté un nouveau type d’association mieux adaptée aux ouvriers de la nouvelle grande industrie est une hypothèse d’école enfin.

  • 409 A.D.I., 166 M 1, police Grenoble, 19.7.1870.
  • 410 A.D.I., 166 M 1, police Voiron, 9.6.1870.
  • 411 A.D.L., 92 M 12, préfet Loire, 4.8.1869.
  • 412 A.N., F 1 C III, Drôme, 8, préfet, 13.4.1870.
  • 413 A.D.L., 92 M 12, juge de paix Bourg-Argental, 3.8.1869.
  • 414 A.D.L., 92 M 12, gendarmerie, 11.11.1869.
  • 415 A.D.I., 52 M 53, préfet, 4.4. et 7.6.1870 ; 166 M 1, police Vienne, 22.5.1870.
  • 416 Ainsi, les chapeliers de Chazelles sont en relation, en octobre 1869, avec ceux de Paris ( (...)

168Il semble, en fait, qu’il y ait rencontre entre l’idéologie qu’elle représente – au sens le plus large, donc le plus vague du terme – et l’apparition d’horizons nouveaux dans la lutte ouvrière, que révèle la vague des grèves entre 1867 et 1870 ; et qui s’inscrivent autour de deux grands thèmes. D’abord, un effet d’imitation, qui dépasse les motivations de la conjoncture socio-économique, et qu’on a noté un peu partout, surtout là où la grève était un fait neuf : inspiration « … d’esprit malsain, d’une presse hargneuse et d’une politique subversive...? »409 ; l’explication est un peu courte ; mais on l’adopte ou on ne trouve pas le fil : « ... les grèves font explosion de tous côtés... »410, « ... le caractère de généralité... tend à faire croire qu’elles (n’ont été mises) en mouvement que par des excitations venues du dehors... »411, « … il semble que les ouvriers obéissent à un mot d’ordre général... »412. Mais à Bourg-Argentai, à Saint-Etienne « ... faire comme les autres, c’est là le grand motif... »413, et les imprimeurs sur étoffes répondent « ... qu’appartenant à la corporation des ouvriers, ils sont obligés de faire comme les autres... », sans contrainte physique414. Ensuite, une découverte de la solidarité de classe qui découle de cet instinct. La simple chronologie des grèves a laissé deviner les liens des mouvements et des hommes ; les investigations policières les confirment415 et ils s’étendent encore bien plus loin qu’on ne l’imaginait416.

  • 417 A.D.I., 166 M 1, lettre Comité grève métallurgistes de Vienne à ceux de Lyon « ... afin d’ (...)
  • 418 Cf. Dutacq (F.), art. cit., La Révolution de 1848, t. XXI, 1924-1926, p. 228-231.
  • 419 Moissonnier (M.), ouvr. cit., p. 235 et suiv. ; au lendemain du 4 septembre l’A.I.T. n’a p (...)

169Il n’y a pas un choix (donc une conversion) idéologique fondé sur la mutation des structures industrielles. L’Internationale décalque un mouvement ouvrier multiforme, qui va de la grève à la chambre syndicale, en passant par toutes les autres formes de l’association, permanente ou éphémère ; qu’on revienne au tableau des sociétés et à l’évolution des grèves de 1867-1871 : en les lisant d’un œil fourchu, on y retrouve les grands traits d’une Internationale, qui est une autre incarnation de l’espoir ; comme chez ces métallurgistes de Vienne : sur le point de se mettre en grève, ils demandent « ... des adresses de la ville de Londres, Angleterre... »417. Pourtant, en apparence, il suffit, en mai, de l’arrestation d’une vingtaine de militants lyonnais – Albert Richard s’enfuyant en Suisse – pour que l’A.I.T. disparaisse de la scène418 ; qu’on laisse les autres en liberté semble prouver que son temps est fini ; et l’équipée rocambolesque d’ A. Richard et de Bakounine, décrétant l’abolition de l’Etat dans une mairie occupée pour quelques heures, le 28 septembre 1870, achèvera de la discréditer419.

C. La République retrouvée

  • 420 A.N., BB 30.390, proc. gal Lyon, 10.4.1870.
  • 421 A.N., BB 30.389, proc. gal Grenoble, 7.7.1869 ; cf. aussi A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préf (...)
  • 422 A noter qu’à plusieurs reprises, depuis longtemps déjà, les mouvements revendicatifs avaie (...)

170Qu’il y ait eu derrière le mouvement ouvrier et ceux qui l’inspiraient une intention de bouleversement plus large, le procureur général de Lyon n’en avait jamais douté, qui écrivait en avril 1870 que « ... pour l’internationale, comme pour les principaux meneurs du mouvement lyonnais, les discussions économiques qui les préparent (sont), avant tout, un moyen révolutionnaire420. Et la liaison paraît évidente avec l’opposition politique au régime, déçue et encouragée à la fois par le résultat des élections législatives de l’année précédente : « ... la simultanéité des troubles et des grèves... en est... la preuve éclatante... ; en un mot, les forces des partis hostiles à la France impériale sont parfaitement organisées... »421. Renvoyons au plébiscite de 1870 ; si les deux mouvements sont autonomes, ils ont au moins en partie les mêmes tenants422.

  • 423 On descend en effet dans la rue à l’annonce d’un grave revers des volontaires lyonnais à N (...)
  • 424 Cf. sur Saint-Etienne, Vidal (J.F.), La Commune de 1871 à Saint-Etienne, MM., Lyon, p. 28  (...)

171La République, une fois proclamée, dans toutes les villes des militants de l’A.I.T. et des sociétés ouvrières participent aux nouveaux pouvoirs provisoires. A Lyon, on les retrouve au « Comité de Salut public » qui tient lieu de municipalité, et l’adoption du drapeau rouge montre la volonté de donner au nouveau régime l’allure démocratique qu’il avait eue en février 1848 ; et à la tête des nouveaux « Comités » qui reprennent la tradition des Clubs. Mais l’élément prolétarien est noyé dans l’ensemble des milieux populaires et de la petite bourgeoisie, et participe du jacobinisme dominant : l’émeute du 20 décembre 1870, où le commandant Arnaud est assassiné, est bien à forte participation ouvrière, mais elle est, au départ, réflexe patriotique423. A Saint-Etienne, à Grenoble, la réalité n’est pas différente, où la classe ouvrière fournit les troupes du radicalisme424.

  • 425 Moissonnier (M.), ouvr. cit., p. 317 et suiv. ; Donné (J.P.), Une société en crise, La Com (...)
  • 426 Sur la participation ouvrière, qui montre la part des travailleurs des nouvelles industrie (...)
  • 427 Faure (P.), ouvr. cit., p. 180 et suiv. ; Vidal (J.F.), ouvr. cit., p. 52 et suiv.
  • 428 A.D.L., 10 M 73, sous-préfet Roanne, 12.4., 7 et 21.5.1871 ; A.D.R., M, grèves antérieures (...)
  • 429 Cf. Bruhat (J.), Dautry (J.)..., La Commune de 1871, 1960, p. 310-312.

172De même, si l’insurrection lyonnaise du 22 mars 1871, qui veut répondre à l’appel de Paris, entraîne la proclamation de la Commune à La Croix-Rousse et à La Guillotière, si la garde nationale qui la déclenche est à forte majorité ouvrière, la journée n’est qu’une émeute de plus sous le signe de la défense de la « vraie » République, celle du 4 septembre425 ; le soulèvement de La Guillotière, le 30 avril 1871, s’il marque une rupture d’avec la petite bourgeoisie radicale, est écrasé en quelques heures, et La Croix-Rousse ne suit pas426. A Saint-Etienne, c’est le soir du 23 mars, à l’annonce des événements lyonnais que le mouvement éclate, dans le même contexte politique ; mais l’envahissement de l’Hôtel de Ville tourne court après l’assassinat du préfet par un déséquilibré ; le 28, tout est fini, et la présence de Michel Rondet, devenu inspecteur de police municipale est fortuite, sans lien avec ses responsabilités dans l’organisation des mineurs427. A Grenoble, une manifestation réunit 400 à 500 personnes devant la Préfecture le 23 mars au soir, une autre est balayée par la troupe le 16 avril ; le drapeau rouge est un moment hissé sur les chantiers municipaux à Annonay, une « ... certaine émotion... » se manifeste à Roanne, où la foule insulte les affiches versaillaises et se rassemble aux nouvelles ; à Villefranche enfin, « ... ce n’est pas l’envie qui manque aux ouvriers... » et ils « ... seraient heureux de marcher sur les traces de leurs frères de Paris... »428 et il se produit quelques incidents à Voiron, à Vienne, à Romans429.

  • 430 A.D.R., 4 M 6/5, police, décembre 1872. Les anciens Internationalistes sont particulièreme (...)

173Par la suite, à Lyon au moins, un certain nombre des organisations ouvrières politiques qui avaient, avec les formations corporatives, servi de support à la Fédération de l’A.I.T. demeurent en place en 1872. Si le plus important d’entre eux, le « Cercle des travailleurs des Brotteaux », qui a été fondé en août 1867 et compte 240 adhérents est bien « dominé par l’élément démagogique... », il est, malgré son nom, largement ouvert aux professions libérales. Mais le « Cercle progressif des travailleurs du 4e arrondissement », avec 125 adhérents, est plus spécifique de la classe ouvrière ; comme le « Cercle de la Solidarité », né en octobre 1868, avec ses 75 cotisants, et une direction fortement influencée par les anciens militants de l’internationale, tels Jean Théry, son président, son secrétaire Chapié, un tisseur et son trésorier Aimât ; et comme « La Ruche », créée en même temps, dont tous les dirigeants – dont Claude Moreau, un guimpier – ont commencé à faire parler d’eux en 1869-1870 et qui compte 84 adhérents. Avec le « Cercle des Amis des Arts », lui aussi vieux de plus de 4 ans, implanté à La Guillotière, et les nouveaux venus de 1872 – Cercle fraternel de Pierre Seize, Cercle de l’Amitié et du Travail, dans le vieux Lyon, – tous regroupent des éléments radicaux, ou simplement républicains ; le maire Barodet appartient à deux d’entre eux ; mais ils sont, aussi, le refuge de nombre de militants de l’A.I.T.430 ; et la continuité des hommes est assurée, sinon celle de l’organisation. Ce n’est pas l’avis de tous.

2. Un fil qui ne s’est pas dénoué

A. L’internationale après l’internationale : le sens d’une survie

  • 431 Episode isolé, mais révélateur, qu’un incident survenu à Albertville en juillet 1871, où l (...)

174L’Internationale survit-elle à l’internationale ? Il est difficile de répondre clairement. Car au lendemain de la Commune, puis de la loi Dufaure qui l’interdit, elle prend rang parmi les obsessions policières voire préfectorales, et se pare aussi du prestige inquiétant des sociétés secrètes431 : pour beaucoup et même pour une fraction de l’opinion publique, elle devient donc l’ultima ratio d’une analyse sommaire appliquée à tout trouble de caractère revendicatif et politique. La proximité de Genève et la présence d’une forte colonie de réfugiés communards ajoutent encore à la confusion.

  • 432 A.D.S., 9 M II/ 8, police Saint-Michel-de-Maurienne, 5.3.1872 et 9 M 11/9, Ministre Intéri (...)
  • 433 A.D.H.S., 6 M, Affaires politiques, 1873, sous-préfet Saint-Julien, 15.9.1873.
  • 434 A.D.H.S., 6 M, id., police frontière Moellesuellaz, 1 et 5.9.1873.
  • 435 A.D.H.S., 6 M, id., 1874-1876, sous-préfet Bonneville, 28.9.1874.
  • 436 A.D.S., 9 M 11/ 8, Consul Italie, 18.10.1877.
  • 437 A.D.H.S., 6 M, 1870-1872, préfet, 11.3. et 25.5.1872 et 15 M, Industrie et Commerce, 1861- (...)

175Formation occulte en France, l’internationale est assimilée à une redoutable force armée, agissant à découvert, à l’étranger. Et c’est tout naturellement dans les départements frontaliers que se multiplient les « signes » de sa présence. Au printemps de 1872 court même le bruit d’une invasion, à partir de Genève et de l’Italie, par Bellegarde et Annemasse, et qui trouverait des complicités dans les garnisons françaises : la crainte est suffisamment forte pour entraîner un étroit contrôle des saisonniers italiens, à Modane et à Bellegarde, et même des mouvements de troupes432. En 1873, c’est à l’occasion des pélerinages qu’on soupçonne les allées et venues des émissaires de l’A.I.T.433. Que les liaisons individuelles demeurent entre exilés helvétiques et militants français, c’est certain434, mais elles ne justifient guère l’étroite surveillance des petits groupes savoyards, sur de simples ragots : à Bonneville, où vivent quelques individus « ... d’affiliation notoire... »435, à Chambéry436’ et surtout à Annecy, qui a bel et bien eu sa section en 1870 : que Ph. Calligé ait avec ses amis des conciliabules « soit dans la rue, soit au cabaret » relève du commérage, pas de l’observation politique437. Et qu’il y ait alarme là où l’on sait clairement qu’il ne se passe rien jette la suspicion sur le reste.

  • 438 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police, 27.9.1871.
  • 439 A.D.R., id., 8.8.1871.
  • 440 A.D.R., id., gendarmerie, 19.12.1871.
  • 441 A.D.L., 92 M 13, sous-préfet Roanne, 20.4.1872.
  • 442 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, commiss. spéc. Lyon, 31.3.1874.
  • 443 A.D.I., 166 M 1, police Voiron, 23.7.1875.
  • 444 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police, 11.8.1875.

176La tendance paraît générale à voir l’action de l’internationale dans toute agitation revendicative, ou presque, mais avec un art du conditionnel ou du doute qui en dit long : à Lyon, en 1871, quand les ouvriers de La Buire s’agitent, « … l’action de l’internationale paraît évidente... » estime le directeur438, et dans le mouvement des typographes « ... on croit qu’ (elle) est pour beaucoup… »439 ; les tisseurs de Tarare, en décembre, ont accueilli deux ouvriers de Lyon « ... sans doute émissaires de l’Internationale... »440 ; à Roanne l’année suivante, les tailleurs de pierre reçoivent une aide financière de l’extérieur : « … d’une association plus ou moins internationale... »441 ; en 1874 encore, la preuve de l’intervention dans la grève des menuisiers lyonnais n’est-elle pas dans la simultanéité avec un mouvement du bâtiment genevois ?442. A Grenoble en juin 1875, le leader des mégissiers est un ouvrier nomade : « ... donc (sic) probablement un agent de l’Internationale... », les subsides de toute la France que reçoivent les fondeurs de Voiron « … sentent l’internationale... »443 ; les meneurs des couverturiers de Cours sont « … au nombre de 12, et tous doivent être des affiliés de l’Internationale... », d’après « ... tous les honnêtes gens... »444 ; on ne saurait mieux dire : le consensus de la crainte est tenu pour preuve.

  • 445 A.D.I., 52 M 54, sous-préfet Vienne, 30.3.1872 et 166 M 1, id., 4.11.1875.
  • 446 A.D.D., 84 M 1, commiss. spéc. Bourg de Péage, 4.2.1875.
  • 447 A.D. Ar., 15 M 44, Ministre Intérieur, 15.1.1876 ; il y aurait en outre, toujours, quelque (...)
  • 448 A.D.L., 10 M 66, Ministre Intérieur, 15.10.1873, qui signale une réunion à Genève où quelq (...)
  • 449 A.D.L., 10 M 66, police Saint-Etienne, 5.8.1871 et Ministre Intérieur, 22.2.1875 ; 10 M 71 (...)

177Pour les organisations ouvrières, c’est l’affiliation d’avant qui dicte le camouflage d’aujourd’hui. La géographie de la survie reflète donc celle de l’expansion d’avant 1871, avec les mêmes places-fortes, et les mêmes suppositions. Vienne tient une place de choix : en 1872, on tient pour certaine l’action de l’A.I.T. dans une tentative de regroupement des sociétés de secours mutuels, on soupçonne derrière leurs dirigeants rassurants l’existence d’un « bureau occulte », et la Société civile d’épargne et de crédit des ouvriers fondeurs n’est, en 1875, que le « manteau sous lequel se cache une variété de l’Internationale... ». A Grenoble, la gangrène est dans l’association des gantiers, et dans celle des mégissiers ; elle gagne d’ailleurs à Voiron445 ; derrière les cordiers de Bourg-de-Péage, il y a sans doute des hommes « affiliés à l’internationale... »446, et jusqu’en 1873, les imprimeurs sur étoffes de Tournon lui sont fidèles447. A Roanne, la médiocrité de la caisse de résistance des charpentiers ne leur permet pas des positions si intransigeantes vis-à-vis du patronat : il vient des fonds de l’internationale, à coup sûr448. A Saint-Etienne enfin, ses affiliés pullulent, à Firminy, au Chambon-Feugerolles, à La Ricamarie, à Terrenoire, où l’on murmure, en août 1871 ; tous les débats internes à l’organisation minière sont interprétés en terme d’influence de l’internationale et de résistance à ses pressions, et une coopérative de production métallurgique est dissoute en juillet 1874 pour ses liaisons soupçonnées449.

178A Lyon enfin, l’affirmation est péremptoire : « ... l’internationale est aujourd’hui le principal moteur de ces coalitions... » ; elle demeure particulièrement puissante dans l’industrie des soies : n’y fait-on pas sur chaque ouvrier un prélèvement mensuel pour un fonds commun qui, s’il n’est pas l’A.I.T., est bien « ... quelque chose de semblable... ».

  • 450 A.N., C 3021, enq. parlement. 1872, réponse Conseil hygiène Lyon et A.D.R., M, grèves anté (...)

179Il n’y a pas de doute non plus sur les autres principales sociétés ouvrières de la ville, comme celle des tanneurs, en 1874, ou l’Union fraternelle des apprêteurs de Lyon, dont on réclame la dissolution. Et ne tente-t-on pas, en juillet 1872, de ressusciter une « … grande fédération des ouvriers lyonnais... qui n’est pas autre chose que l’A.I.T. sous une nouvelle forme... » Faut-il ajouter qu’à aucun moment pas plus à Lyon qu’ailleurs, il n’est apporté de preuve formelle450 ?

  • 451 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, s.d. (1872).

180Dès lors, propos de subalternes ? L’Internationale « … est beaucoup moins forte qu’on ne se plait généralement à le croire et... la Fédération lyonnaise autrefois si puissante et si nombreuse n’existe plus (en 1872) que de nom... » ; les grèves ? Partout, en Angleterre, en Allemagne, en Espagne, « ... le prolétariat se remue... » (sic)451 ». On revient alors à l’interprétation mythique : l’image vit chez ceux qui la craignent après la dissolution de l’internationale comme l’avaient amplifiée avant 1871 ceux qui espéraient en elle.

  • 452 Cf. Maitron (J.), Dictionnaire biographique..., ouvr. cit., t. 7, p. 175 et t. 9, p. 330.
  • 453 A.D.I., 52 M 54, sous-préfet Tour-du-Pin, 2.4.1872.
  • 454 A.D.L., 10 M 71, sous-préfet Roanne, 21.4.1872.

181C’est peut-être mal poser la question : il n’est pas certain qu’il y ait discontinuité ; et parmi les militants que l’on soupçonne, certains sont bel et bien d’anciens responsables de l’A.I.T. : faut-il penser qu’ils ont renoncé à leurs idées, cet Auguste Vindry, conseiller prud’homme et chef d’atelier teinturier, président de l’Union fraternelle des apprêteurs, membre influent, en 1867, de la section de Pierre Seize, ou cet Arthur Loenger, des brossiers, ancien militant du groupe de la rue Masséna, à La Guillotière ?452. « Les masses récèlent dans leur sein les traces profondes de la propagande de l’Internationale... » note en avril 1872 le sous-préfet de La Tour-du-Pin453 ; et celui de Roanne, à propos de la phraséologie jugée inquiétante d’une coopérative de son ressort d’ajouter qu’on ne peut « … induire de ce seul fait qu’ (elle) soit affiliée au Conseil général de Londres... » ; car les « … principes (de l’Internationale) ne sont (-ils pas) professés aujourd’hui, en France, par tous les ouvriers socialistes...? »454.

182C’est aller, sans doute, un peu vite. Mais la longue plainte qui répond, de la part du patronat et des autorités, à l’Enquête parlementaire de 1872, s’explique-t-elle seulement par l’esprit du temps ? L’ampleur de l’action commune en 1869-1870, le caractère d’ensemble de la vague revendicative ont laissé des traces dans les esprits : conscience de classe déjà ? Mais elle n’était pas inconnue, et, historiquement, quelles en sont les étapes ? Extension géographique et corporative d’un sentiment d’appartenance collective, sûrement, qui est aussi une rupture d’avec les autres catégories sociales. Or, l’Internationale, en dépassant le cadre de la ville ou du métier, a incarné cet esprit nouveau, même si elle n’est plus présente en tant que telle.

  • 455 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, Genin, industriel à Moirans.
  • 456 A.N., C 3021, id., réponses Brunet Lecompte, fabricant à Bourgoin, et Forges Allevard.
  • 457 A.N., C 3021, id., Chambre Commerce Vienne.
  • 458 A.N., C 3021, id. Conseil Hygiène et Chambre Commerce Lyon : le désordre des esprits est t (...)

183C’est ce que traduit, naïvement, un industriel de Moirans qui résume, en une formule lapidaire, « l’état moral » – c’est une des questions de l’Enquête – de ses ouvriers : « Soumission absolue à l’Internationale... »455 ; mais à Bourgoin aussi, il est « Détestable, complètement perverti par les idées socialistes », et à Allevard, où il a été longtemps « parfait », il « ... s’est beaucoup altéré... »456. « L’ouvrier comme individu vaut peut-être mieux qu’autrefois ; comme groupe, il vaut moins... », remarque la Chambre de Commerce de Vienne, qui analyse la nouveauté d’un vague sentiment de frustration ; et l’idéal « ... d’une égalité malsaine et mal comprise... (qui) le rendent souvent envieux et haineux... »457. Même à Lyon, où depuis toujours « … l’idée de progrès le séduit et l’attire aisément... (et où)… de tout temps il a été accessible aux idées nouvelles... », il y a quelque chose de cassé ; dans la Fabrique notamment, où la fêlure correspond au salariat et où germe l’opposition entre compagnons et chefs d’atelier, au lendemain « … des longues luttes soutenues à propos des salaires... »458.

  • 459 A.N., C 3025, Enquête parlementaire... 1872, rapport général de la 2e sous-commission, p.  (...)
  • 460 A.N., C 3021, id., Chambre Commerce Lyon, qui remarque, à l’inverse le médiocre succès de (...)
  • 461 A.D.I., 166 M 1, sous-préfet Vienne, 4.11.1875 ; A.D.L. 10 M 71, sous-préfet Roanne, 21.4. (...)

184Or, le remède, comme l’affirme un rapport de synthèse « ... consiste dans la suppression de toutes les caisses de résistance... » ; c’est-à-dire, la plupart du temps, la liquidation des sociétés ouvrières, mutualistes surtout459. Plus que jamais, ce qui y attire les ouvriers « … c’est la possibilité de se grouper entre gens de mêmes idées... » : c’est à Lyon qu’on le remarque460. Mais aussi ailleurs, quelle que soit la forme qu’on adopte ; à Roanne, en 1872, une nouvelle coopérative de consommation « ... n’est autre chose qu’une œuvre de propagande révolutionnaire... » et on le montre au travers de ses dirigeants, de sa phraséologie aussi « ... sans qu’on puisse dire à quelle école elle se rattache spécialement... » ; en septembre 1873, c’est à Vienne qu’une « Société civile » des ouvriers fondeurs en fer – on la retrouvera – se présente, d’abord, comme une coopérative de production : c’est l’analyse des statuts qui permet d’y déceler d’autres intentions ; à Dieulefit enfin en mai 1875461.

  • 462 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, Chanard, fabrique savons Bourg ; Jacotet-Carp (...)

185Car le succès des mutualités ne se dément pas, là où l’on peut la saisir ; entre autres, dans les centres industriels où la pratique est inconnue : à Lyon, autour de Vienne, où, en 1872, on les trouve en grand nombre dans toutes les localités ouvrières : presque tous les travailleurs en font partie, dit-on, et le chef-lieu à lui seul en compte 13 quelques années plus tard ; dans la Loire, où il y en a une soixantaine, dont 20 de « libres », c’est-à-dire non autorisées, donc non contrôlées. Mais ailleurs aussi, à Bourg, par exemple, chez les horlogers du Faucigny, bien que les cotisations patronales y soient toujours acceptées462. Et, surtout, les grandes chambres syndicales continuent à se développer.

B. Les Chambres syndicales : un premier épanouissement

  • 463 Cf. Weil (G.), Histoire du mouvement social..., ouvr. cit., p. 188 et suiv. ; Dolleans (E. (...)

186Les événements de 1871 ne constituent en aucune manière une rupture dans le développement, et de l’association, et du mouvement ouvrier de la région lyonnaise qui échappe ainsi à un certain modèle national peut être construit d’ailleurs par extrapolation de ce qui s’est passé à Paris463. Sans doute un certain nombre de sociétés très directement liées à l’action de l’internationale ont-elles disparu : avec les dirigeants ouvriers compromis dans les « journées » lyonnaises et stéphanoises de 1871.

  • 464 Une tentative de relance du conflit avorte assez vite à l’automne 1869, à Rive-de-Gier ; à (...)
  • 465 Michel Rondet lui-même ayant été condamné le 5 décembre 1871 à 5 ans de prison par la Cour (...)
  • 466 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 341 ; sur les mouvements dans la vallée de l’Ondai (...)

187Quant à la Caisse fraternelle des mineurs de la Loire, elle n’avait même pas survécu à l’échec de la grève générale du bassin, en août 1869, où elle avait engagé à fond et ses moyens financiers, et ses hommes ; elle en était sortie pécuniairement épuisée464. Au printemps de 1870, on avait bien parlé, à nouveau, de la fusion des caisses, sur un ton menaçant, même. Mais six semaines de manque à gagner avaient liquidé les réserves des ouvriers mineurs. Aussi la désagrégation de la Caisse fraternelle a-t-elle été rapide ; en juillet 1870, c’est chose faite. Et jusqu’en 1876, aucune initiative ne vient en reprendre l’idée : la bonne marche de l’extraction garantit la hausse des salaires et détourne de l’organisation, les responsables sont dispersés465. Quelques grèves partielles et médiocres, à Roche-la-Molière en juillet 1872, à Firminy en juin 1873 et en avril 1875 naissent d’incidents locaux et hors de toute formation permanente466.

188Mais c’est là l’exception. Mieux, c’est après 1871 que les « chambres syndicales » apparues, sous des visages changeants, dans la fin des années 1860, atteignent un premier sommet, tandis que se multiplient les nouvelles associations.

  • 467 A.D.R., 4 M 5 et 6, préfet Rhône, 10.10.1874.
  • 468 A.D.R., 4 M 5 et 6, notes police diverses, 1872-1873, qui insistent toutes sur la modérati (...)

189Celles-ci pullulent à Lyon dès l’été 1871 : et de novembre 1870 à mars 1874, il n’en est pas moins de 18 pour demander l’autorisation préfectorale. Sans doute celle-ci ne fait-elle souvent que sanctionner une existence antérieure mais elle consacre aussi un dynamisme renouvelé. Dans la seule année 1872, une douzaine de « sociétés civiles de prévoyance » – c’est là le titre le plus fréquemment employé – apparaissent ainsi au grand jour ; toutes les corporations sont touchées : la Fabrique et le bâtiment surtout, mais aussi les métiers urbains comme la bijouterie, l’orfèvrerie, et, déjà, « les services », avec les associations des camionneurs et des employés de banque467. Chacune de ces chambres syndicales compte au plus quelques dizaines de membres, à l’exception de celle des maçons, qui s’y retrouvent 162 ; pour l’heure, elles ne paraissent pas participer directement à des luttes revendicatives ; bien que l’on soupçonne leur influence dans quelques grèves, pendant l’été 1872, des gantiers en étoffes et des tailleurs de pierre468.

  • 469 A.D.R., M., grèves antérieures à 1879, « La Solidaire », statuts et note de police annexe (...)
  • 470 A.D.R., M, id., commiss. spéc. Lyon, 6.12.1875.
  • 471 A.D.L., 10 M 76, police Saint-Etienne, 12.9.1876 et 93 M 114, id., 15.11.1876.

190Que la lancée des années 1865 ne soit pas retombée, l’essaimage de la syndicalisation est là pour le prouver ; car Lyon ne constitue par l’exception, loin de là. A Tarare naît en janvier 1872 une « Société de prévoyance des ouvriers blanchisseurs «, en « séries » de 20 membres ; l’article 18 de ses statuts est sans équivoque : elle apportera secours financier à ses membres « ... si leurs conditions de travail ne sont pas conformes à celles de la société... » ; et son premier soin est de négocier une convention collective avec les patrons sur le taux des salaires, l’organisation de la journée, le travail du dimanche469. A Givors, c’est une « Société civile d’épargne des ouvriers fondeurs » qui se constitue au même moment, à l’initiative d’un certain Brosse, venu de Lyon ; elle réunit plus d’une cinquantaine d’adhérents470. Enfin, à Saint-Etienne se manifeste, sans qu’on puisse fixer la date exacte de son apparition, une « Société civile d’épargne et de crédit des ouvriers métallurgistes », et en février 1874, c’est une « corporation des lithographes » qui sollicite l’autorisation préfectorale471.

  • 472 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 269 et suiv., et Pariset (E.), ouvr. cit., p. 330.
  • 473 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, Faye et Thévenin, soieries à Lyon.
  • 474 Une « Corporation des tisseurs de velours à 2 pièces », née d’une scission en 1871, après (...)

191Et les unes et les autres viennent s’ajouter aux chambres syndicales d’avant 1870, qui, toutes, poursuivent leur marche en avant. Comme celles de la Fabrique lyonnaise, qui ont traversé sans dommage les bouleversements politiques. La Corporation des tisseurs de velours uni ne connaît qu’un léger reflux à l’occasion de la guerre ; puis elle obtient l’autorisation préfectorale en février 1872, et reprend sa marche : en mai, avec 7 129 « métiers » adhérents, en 243 « séries », dont 77 à Lyon, en février 1873 avec 7 858, elle regroupe à peu près les 4/5 de ceux qui tissent le velours dans toute la région472. La « Société civile de prévoyance » est une « véritable puissance contre laquelle les patrons qui ont des intérêts divisés par la concurrence ne peuvent résister... », et, toujours, « ... presque tous les ouvriers lyonnais en font partie... » en 1872473. De fait, malgré les hostilités, on comptait encore 9 040 membres actifs en juillet 1871 ; et, autorisée en décembre, elle a ouvert un nouveau « bureau indicateur » à La Croix-Rousse. L’importance des sommes qu’elle collecte permet d’imposer aux fabricants le respect des tarifs. Malgré une scission, au début de 1872, chez les veloutiers, et la disparition rapide des quelques « séries » rurales, c’est l’ensemble de la Fabrique qui demeure fortement organisée en 1873-1874, puisque la « Société des tullistes » demeure aussi bien vivante, avec plus de 400 membres, comme celle des teinturiers et le « Cercle des apprêteurs »474.

192La persistance de leur succès auprès de la classe ouvrière tient à l’efficacité de leur action. La « corporation des tisseurs de velours » sait imposer, par la menace d’une mise à l’index et la surveillance des ateliers, le respect du « tarif » qu’elle avait négocié ; mieux, elle impose ses propres normes d’apprentissage à 34 fabricants sur les 48 de l’article uni. Dans l’été 1873, dans les communes rurales, ce sont des « délégués-arbitres » qui plaident, au nom de la corporation, auprès des juges de paix appelés à trancher des conflits du travail ; et des réunions régulières assurent la cohésion des « séries » ; sans pousser la vigilance aussi loin, la « Société civile » parvient-elle aussi à s’assurer les moyens de la résistance et de l’action pour faire appliquer le « tarif » convenu.

  • 475 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 787 ; t. 2, p. 43 et t. 4, p. 304 et suiv.
  • 476 A.D.R., 4 M 5/6, police Lyon, décembre 1872.
  • 477 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Vaise, 26 et 30.10.1874 ; Office du Travail, (...)

193De même, la société des tailleurs de pierre n’a fait que suspendre ses activités pendant la guerre ; en mars 1872, elle refait surface, discute des salaires, rassemble 270 adhérents ; en décembre, la « Société civile » des cordonniers en a 400, s’adjoint un bureau de placement, et la vieille « caisse annexe » des typographes crée un « cercle d’études » et une bibliothèque475. Le « cercle des bronziers », qui sert, dans le langage courant, à désigner l’Union des métallurgistes a repris toutes ses activités à la fin de 1872, et il aurait 500 membres au moins476. La vieille « société de crédit mutuel » des corroyeurs (1860) soutient deux grèves dans les derniers mois de 1871 avant de se transformer en « société de prévoyance des ouvriers tanneurs » qui déploie largement son drapeau au début de 1874 : ses statuts font référence aux « ... droits des prolétaires... », pour constituer une « caisse de résistance à la diminution des salaires... » et s’opposer à celle-ci par « ... tous les moyens légaux... » ; en octobre, elle intervient dans un conflit chez Ullmo, la grande tannerie de Vaise, bien qu’elle ait été invitée depuis longtemps à se dissoudre477.

  • 478 A.D.I., 166 M 1, police Vienne, 17.1 1.1875 et 166 M 2, sous-préfet, 15.2.1878 ; Office du (...)
  • 479 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, commiss. spéc. Lyon, 6.12.1875.
  • 480 A.D.L., 93 M 114, police Saint-Etienne, 15.11.1876.

194Chez les drapiers de Vienne, la « caisse de secours » continue à vivre dans la clandestinité, et réapparaîtra officiellement en 1875, quand elle demandera à se transformer en Chambre syndicale ; au moment même où Brosse, dont on sait l’action crée une « Société civile d’épargne et de crédit de fondeurs en fer478 », et aussi où celle de Givors déclenche une grève, en novembre, à l’usine Jouffroy (?)479. A Saint-Etienne, la « société générale » des rubanniers de 1865 est toujours en place, et la chambre des « passementiers, veloutiers et caoutchoutiers de la ville » qui prend sa suite compte 2 000 adhérents au début de 1874 ; peu après, elle est rejointe par celle des « ouvriers teinturiers »480.

  • 481 A.D.D., M 1498, police Bourg-de-Péage, 12.8.1874 et Pierre (R.), art. cit., Cahiers d’Hist (...)

195Enfin, c’est au lendemain de 1871 que les chapeliers réussissent à mettre sur pied une organisation dont l’ampleur et les ambitions rappellent l’effort des mineurs foréziens de 1866 et des veloutiers lyonnais de 1869. Elle prend appui sur Lyon et sa banlieue. Car si les chapeliers de Romans font revivre en 1872 leurs chambres syndicales, celles-ci ne paraissent pas être très actives dans les années qui suivent481.

  • 482 A.D.R., 10M 11, police Lyon, 12.8.1874.

196Celle de Lyon n’est pas, en apparence, plus dynamique, et ne compte qu’une centaine de membres en 1872. Mais depuis l’année d’avant, elle est en liaison avec les chapeliers d’Aix-en-Provence, de Carpentras, et même de Turin, dont elle a financé les mouvements revendicatifs482 ; et, dans la mouvance immédiate de la ville, elle parvient à tisser un réseau d’organisations affiliées, à Grigny, à Givors, à Saint-Genis-Laval, à Brignais, à Mornant, à Vernaison et à Saint-Andéol-le-Château. En février 1872, c’est un congrès commun qui vote l’aide aux grévistes du Vaucluse et engage un échange de renseignements avec les syndicats de Paris, de Romans et Bourg-de-Péage, de Marseille et d’Avignon.

  • 483 A.D.R., 10 M 11, police, 12.8.1874 et juge instruction Lyon, 16.11.1874 ; A.D.L., 92 M 13, (...)

197A partir de là, on tient des réunions régulières de délégués communaux et, en octobre 1872, une seconde rencontre fixe la ligne de l’organisation autour d’une « … discipline... sévère et appliquée sans faiblesse... », prend contact avec les chapeliers de Chazelles, dans la Loire, où le regroupement professionnel est encore à l’état embryonnaire. Ainsi peut-on réunir en mai 1873 une « commission des tarifs », et prévoir des consultations trimestrielles pour veiller au respect des salaires : elles sont effectivement réalisées dans les premiers mois de 1874483.

198La dissolution de l’organisation chapelière, en 1874, s’inscrit dans une ligne plus générale des autorités qui, désormais, refusent les autorisations et invitent à se disperser les Chambres syndicales déjà existantes ; mais leur action contraignante ne constitue qu’une simple péripétie.

  • 484 Le « Cercle... des apprêteurs… » a été dénoncé un peu avant comme un club politique, « ... (...)

199Les principales branches de la Fabrique paraissent fortement organisées lorsque, malgré les protestations de leur « bon esprit », toutes les organisations sont dissoutes par le préfet du Rhône entre avril 1874 et janvier 1875484 ; la dernière assemblée générale de la « Société civile... des tisseurs » n’avait pas réuni, en juillet, moins de 2 200 personnes.

  • 485 A.D.R., 10 M 111, police Givors, 11.3.1874 et préfet, 25.2.1875.
  • 486 A.D.R., M., grèves antérieures à 1879, « Historique de la grève des ouvriers chapeliers de (...)
  • 487 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 551-552.
  • 488 En 1879 ; ce n’est qu’en 1883 qu’elle prendra officiellement le titre de « Chambre syndica (...)

200Dès février 1875, il faut engager des poursuites à Grigny contre plusieurs militants chapeliers pour avoir reconstitué une « association illicite »485. Et en octobre 1876 apparaît à Lyon une « Société coopérative » (sic) qui est la réincarnation pure et simple de la Chambre syndicale, véritable « … caisse noire annexe... » de la Société de secours mutuels. Forte de 250 à 300 membres, elle se ramifie aussitôt dans la grande banlieue et les départements limitrophes, conduit dès novembre une grève à Lyon486, et c’est d’elle que sort, à nouveau, en mai 1877, une « Chambre syndicale des approprieurs chapeliers »487. En 1876, celles des maçons, des cordonniers, des tailleurs de pierre, toutes dissoutes dans l’été 1874, réapparaissent sous d’autres noms ; et la « Caisse annexe » des typographes continue ses activités avant de participer au Congrès ouvrier de Paris ; elle négociera bientôt, en tant que telle, un nouveau tarif488.

  • 489 A.D.I., 52 M 56, Ministre Intérieur, 17.1.1877 et Commiss. central Grenoble, 22.1.1877 et  (...)
  • 490 A.D.I., 166 M 2, sous-préfet Vienne, 15.2.1878.
  • 491 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 352.
  • 492 A.D.L., 10 M 76, police Saint-Etienne, 12.9.1876 et 93 M 114, id., 15.11.1876 ; à noter au (...)
  • 493 Cf. A.N., F 12.4654, préfet Rhône, 12.8.1878.

201L’« Association syndicale des ouvriers gantiers » de l’Isère, apparue en juillet 1874, a plus de 300 cotisants en 1875, et envoie son principal responsable, Louis Martin, au Congrès de Philadelphie, en 1876, et la préparation du voyage est l’occasion d’une agitation intense489. Celle des « ouvriers en draperie de Vienne » n’est pas agréée en 1875, quand elle en fait la demande ; malgré l’interdiction, elle n’en continue pas moins à se réunir en 1876 et 1877490. L’« Union de la Fabrique de rubans » de Saint-Etienne soude, en 1875, en associant compagnons et chefs d’atelier, le cours rompu en avril de l’année précédente par les autorités préfectorales491 ; en septembre 1876, c’est la « Société civile des métallurgistes », frappée en juin 1874 qui reprend ses activités, à l’instigation de nouveaux militants venus de Lyon, tandis que se constitue un syndicat des garçons-coiffeurs, malgré l’interdiction qui lui en est faite492. A Lyon comme ailleurs, la nouvelle dissolution générale des organisations ouvrières qui est promulguée en juillet 1877 ne fait que gêner pendant quelques semaines un mouvement syndical en pleine expansion dans un contexte social et politique déjà tout à fait différent493.

Conclusion

  • 494 A.N., BB 18.379, proc. gal Lyon, 28.3.1867.
  • 495 A.N., BB 18.379, id., 13.11.1867.
  • 496 A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 30.11.1866.

202Quinze ans après, le procureur général de Lyon peut faire écho à son prédécesseur : « Une révolution politique n’est plus l’objectif ; le but est de changer les conditions sociales. Se délivrer de la puissance des maîtres, modifier les bases du salaire, devenir forts par l’association, arriver aux bénéfices du capital, voilà bien le programme à l’ordre du jour »494. Ecrit en 1866, au moment où éclate le mouvement coopératif lyonnais, il résume assez fidèlement les mutations en cours ; avec quelque optimisme : un an plus tard, il nuance « Notre ennemi, c’est notre maître ; ces mots traduisent assez fidèlement les sentiments intimes de cette classe... »495, en écho au préfet de la Loire. « Il y a deux camps bien tranchés... il existe entre les patrons et les ouvriers... une scission profonde qui pourra, dans un avenir qui n’est pas éloigné, créer au gouvernement les plus sérieux embarras... »496. Quelques années plus tard, la double explosion revendicative et politique laisserait à penser que les deux domaines ne sont peut-être pas si différents que cela. En fait, dans les trente années qui séparent février 1848 de la République retrouvée s’inscrit une double mutation.

203D’une part, c’est l’enracinement profond de la République dans la classe ouvrière, contemporain de l’apprentissage du suffrage universel ; accueillie comme une libération non seulement politique, mais aussi sociale, son espoir survit aux journées de juin et au Coup d’Etat et, à dix-neuf ans de distance quand se pose la question du régime impérial, la réponse est sans équivoque ; les villes et les quartiers ouvriers sont les forteresses de la République, jamais rendues, toujours renforcées. En 1870-1871 comme en 1848-1849, le prolétariat constitue les gros bataillons de ces « journées » urbaines dont le souvenir se rattache à la Grande Révolution. Par là il s’enchâsse dans une tradition politique dont il ne se séparera jamais ; et, en même temps, une partie de son combat rejoint celui du petit peuple urbain, voire de la petite bourgeoisie : la lutte politique, aux urnes, dans la rue, au sein des sociétés secrètes, est commune d’une « sans-culotterie » qui ne rejetterait pas l’appellation, et où se fond le prolétariat.

204Mais, en même temps apparaît, tâtonnante, une autre lutte, proprement ouvrière, et une autre forme d’association. D’une part, la grève ne renonce jamais. D’autre part, et surtout, à partir des années 1860 s’esquisse la préhistoire du syndicalisme par une décantation progressive de l’association. Tandis que s’ossifie le compagnonnage, la coopérative de consommation et de production en 1848, puis à nouveau à partir de 1862 traduit confusément, au-delà même des idéologies, la découverte de ces « intérêts de classe » dont parlait naguère le procureur général ; l’échec n’est pas encore patent que le mutuellisme prend le relais, modifiant lui aussi peu à peu son orientation, faisant une place aux caisses de résistance avant de prendre en mains l’ensemble des revendications professionnelles, d’étendre à des corporations nouvelles ce qui avait constitué jusque là une exception. A la veille de la chute de l’Empire, il existe déjà un syndicalisme ouvrier qui traverse les bruits et les fureurs de 1870-1871 pour continuer linéairement à se développer sans autres accrocs que ceux, minimes, que peuvent provoquer les interventions des autorités. Et ce mouvement est général, s’inscrit aussi bien dans les catégories habituées de longue date à la coalition des métiers urbains, que dans celles de la grande industrie, concentrée en usines déjà ou toujours organisée en « fabriques ».

205Enfin, à la suite de la vague de grèves de 1869-1870, pour la première fois, les horizons sont dépassés du métier ou de la ville ; l’Association Internationale des travailleurs incarne ce qu’on peut appeler, confuse, mal cernée – éphémère ? – une « conscience de classe » ? C’est aller peut-être un peu vite ; mais en tout cas, le sentiment d’une communauté de condition, et, en corollaire, de destin et qui survit à une organisation finalement médiocre par ses effectifs, incertaine de ses moyens – dans la région lyonnaise du moins – et de ses buts, et somme toute fugitive. Mais l’idée n’en cesse-t-elle pas de courir dans la conscience collective ?

Notes

1 Audiganne (A.), Les populations ouvrières de la France, 1854, t. 1, p. 221.

2 Dolléans (E), Histoire du mouvement ouvrier en France t. 1, 1830-1870 : Lyon est cité 38 fois, contre 15 fois seulement Paris ; pour l’ensemble, Labrousse (E.), Le mouvement ouvrier et les idées sociales en France de 1815 à la fin du XIXe siècle, Paris, s.d.

3 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 2.7.1850.

4 Cf. Dutacq (F.), Histoire politique de Lyon pendant la Révolution de 1848… 1910, p. 91 et suiv. ; Vigier (Ph.), La Seconde République dans la région alpine... t. 1, p. 185 et suiv.

5 Cf. Duroselle (J.B.), Les débuts du catholicisme social en France, 1822-1870, p. 429 et suiv.

6 La question demeure à l’ordre du jour après les émeutes du printemps 1848 : la fermeture définitive des « communautés » est demandée par les délégués de la rubannerie stéphanoise dans l’Enquête sur le travail (A.N., C 956,... 3 réponse rubanniers, p. 36-37).

7 Dutacq (F.), ouvr. cit., p. 65-66.

8 Les dossiers des affaires de pillage se trouvent, pour l’essentiel dans A.M.L., 12, 40, et ils sont résumés par Dutacq (F.), ouvr. cit., p. 114 et suiv.

9 Cf. aussi, pour la banlieue lointaine, A.D. L, , 10 M 27, Maire Chavanay (Loire), 1.3.1848 ; Tricaud (L.de) Histoire du département de l’Ain en 1848, 1, p. 26-27 et 38 ; Fayard (E.), Notice historique sur Couzon au Mont-d’Or..., p. 142 et suiv. ; Ballofet (J.), La Révolution de 1848 à Villefranche et en Beaujolais... p. 27.

10 A.N., BB 18.1460, proc. gal Lyon, 17.5.1848.

11 A.N., C 956, Enquête 1848..., rubanniers Saint-Etienne ; Faure (P.), Histoire du mouvement ouvrier dans la Loire..., p. 143 et suiv. ; Bossakiewicz (S.), Histoire générale de Saint-Etienne, p. 248 et suiv. ; Bonnefous (E.), Histoire de Saint-Etienne, p. 396-397.

12 A.N., BB 18.1461, proc. gal Lyon, s.d. (mars 1848) ; Gras (L.J.), Histoire économique générale des mines de la Loire, t. 1, p. 347.

13 Gras (L.J.), ouvr. cit., t. 1, p. 348 et suiv. ; surtout, Guillaume (P.), La Compagnie des Mines de la Loire (1846-1854), p. 199, et sur l’opinion publique face au « monopole » avant février 1848, p. 157 et suiv.

14 A.N., BB 18.1461, proc. gal Grenoble, 29.2.1848 ; Rude (F.), « L’arrondissement de Vienne en 1848 », in La Révolution de 1848 dans le département de l’Isère, p. 309-317 ; et Lacroix (J.), Vienne sous la IIe république, p. 26 et suiv.

15 A.N., BB 30.360, proc. gal Grenoble, mars à juillet 1848 ; Leon (P.), La naissance de la grande industrie en Dauphiné, t. 2, p. 765.

16 A.N., BB 18.1461, proc. gal Nîmes, 6.3.1848 et Reynier (E.), La Seconde République dans l’Ardèche, p. 24.

17 A.N., BB 10.1461, commiss. gouv. Trib. Lyon, 8.3.1848.

18 Cf. notamment l’explosion des délits forestiers dans certaines régions rurales (Vigier, Ph., ouvr. cit., t. 1, p. 201-202 et, dans un cadre plus général, du même, La Seconde République, p. 16-17.

19 En dehors des sabotages ou des déprédations pendant les incidents des grèves, on n’a trouvé par la suite qu’un seul cas de bris volontaire de machines, en 1901, à Saint-Etienne, chez plusieurs fabricants de passementerie ; et la destruction ne se fait pas à visage découvert (A.N., BB 18.2184, proc. gal Lyon, 18.12.1901).

20 On trouve des sentiments analogues chez les typographes lyonnais, dans leur réponse à l’Enquête de 1848 (A.N., C 963, Rhône, 6e canton Lyon) : « ... ces établissements appartiennent à des corporations religieuses ou à des prêtres qui en font un moyen de fortune grâce à des quêtes, aux dons de quelques personnes pieuses, aux avantages de l’association, à la mauvaise nourriture qu’on y donne aux malheureux qu’on y attire, à de certains privilèges que la loi leur accorde, tous ces établissements font une concurrence insoutenable au travail du père de famille... » ; et Louis Reybaud (Etudes sur le régime des manufactures, condition des ouvriers en soie, p. 207-208, montre les ouvriers de Tarare s’apitoyant sur les jeunes filles que leurs parents amènent à l’usine de peluches J.B. Martin : « Quoi ! Vous n’allez pas mettre votre enfant dans cette Cayenne ! ».

21 D’autant plus qu’ailleurs, dans la région, il y a toute une série d’incidents analogues : à Vienne, on s’attaque dès la soirée du 28 février à deux presbytères, quelques jours plus tard à un couvent (Lacroix, J., ouvr. cit., p. 22) ; dans les campagnes de l’Ain, on expulse de leurs cures une bonne douzaine de desservants (Tricaud, L. de, ouvr. cit., p. 87 ; et plusieurs communes du Bas-Dauphiné rural connaissent une vigoureuse flambée anticléricale (Vigier, Ph., ouvr. cit., t. 1, p. 203-204).

22 Duroselle (J.B.), ouvr. cit., p. 430 ; surtout Bruhat (J.), Anticléricalisme et mouvement ouvrier en France avant 1914, Le Mouvement Social, n° 57, oct. déc. 1966, p. 86- 87.

23 Et dont l’histoire reste à faire : d’une part, en reliant l’image de l’Eglise catholique à tout un univers mental de terreurs collectives liées à l’inconnue de certaines institutions ressenties comme une menace, et où l’on pourrait mettre aussi l’Hôpital ; d’autre part en distinguant la part propre de la classe ouvrière, les apports du monde industriel naissant d’un vieux fonds de craintes partagées par l’ensemble des classes populaires ; il est bien évident qu’il faudrait alors se mouvoir sur la longue distance : dans les années 1950, certains traits de cette « légende noire » étaient encore vivaces dans le bassin houiller de Montceau-les-Mines, que l’on trouve chez les émeutiers de février-avril 1848 à Lyon et à Saint-Etienne, où l’on soupçonnait le pire derrière les murs des couvents, des « ... tortures renouvelées de l’inquisition... », inspirées par un « ... jésuitisme des plus raffinés... » (A.N., C. 956, Enquête... 1848, rubannier Saint-Etienne). A l’occasion du pillage du Bon Pasteur, à Bourg, circulent des rumeurs insistantes (Tricaud, L. de, ouvr. cit., p. 23-24 et p. 29) : « ... Sans doute dans cette maison destinée à réparer des désordres antérieurs, à en prévenir d’autres, le régime intérieur, la discipline devaient avoir quelque chose de sévère et d’austère, mais à en croire les bruits, les fables absurdes que l’on semait dans le peuple, c’était bien pire que cela, et les oubliettes, les tortures du Moyen-Age auraient eu leur pendant dans les mystères de ce nouveau Saint-Office. En passant devant les murs de cette prison, l’on avait entendu un jour des gémissements étouffés partis de quelque cachot profond... La Bastille détruite allait-elle renaître dans les couvents ? (souligné par nous Y.L.) » ; de fait, après le pillage, les émeutiers contraignent l’aumônier « ... à les suivre dans les ruines... et veulent qu’il leur montre les souterrains, les cachots... ».

24 Cf. Dutacq (F.), ouvr. cit., p. 421-429 ; la dispersion des chantiers nationaux se fait en particulier sans grands incidents quelques semaines plus tard.

25 Kleinclausz (A.), Histoire de Lyon, t. III, p. 160-161.

26 A.D.L., 10 M 31, préfet, 20.10.1849.

27 A.N., BB 30.378, proc. gal Lyon, 9.1.1850 et Leon (P.), ouvr. cit., t. 2, p. 765.

28 Cf. Charriere (Ch.), Les crises de l’économie lyonnaise à la fin de la Monarchie de Juillet, p. 132 et suiv. ; la Condition des Soies, qui reçoit (chiffres arrondis) 145 000 Kg en janvier 1848 s’effondre à 32 000 en mars et avril ; les années 1849-1850 se tiennent, globalement, autour de 174 000 Kg, avant deux retombées profondes à 119 000 au début de l’automne 1850 et 91 000 à la fin du printemps 1851 ; sur les phases du mouvement cf. A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 2.7.1850 et 12.11.1851.

29 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 8.9.1851.

30 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, Rive-de-Gier, Saint-Jean Soleymieux ; C. 963, id., Rhône, Mornant ; A.D.I., 162 M 1, id., La Mure et Monestier de Clermont.

31 Cf. Léon (P.), ouvr. cit., t. 2, p. 801.

32 A.D.L., 92 M 7, police Rive-de-Gier, 16.9.1848 et 10 M 28, maire Beaubrun, 3.11.1848.

33 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, réponse délégués mineurs Saint-Etienne, qui décrit longuement les méfaits du « monopole » : elle fait dater de sa création « ... l’aggravation considérable » de la condition minière et voit dans sa liquidation le seul moyen pour l’améliorer, mais aussi pour assurer le développement économique du bassin : cf. Guillaume (P.), ouvr. cit., p. 200 et suiv. ; dès avril 1849, un candidat « bonapartiste » en tire argument électoral, en accusant le régime républicain de l’avoir prolongé (A.D.L., 10 M 29, papiers juge de paix Saint-Georges en Couzan ; 25.4.1849) ; le thème devient vite commun, et aucune profession de foi ne l’oublie.

34 A.D.L., 92 M 7, police et préfet, 55 pièces, mars-avril 1849.

35 A.D.L., 10 M 31, maire Rive-de-Gier, 23.11.1849.

36 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 27.12.1850 et 2.6.1851 : « l’exaspération de la population ouvrière redouble contre la Compagnie générale des Mines... » ; cf. aussi Gras (L.J.), p. 374 et suiv.

37 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.2.1851.

38 Offices du Travail, Les associations professionnelles ouvrières, t. 2, p. 165, et A.D.L., 78 M 1, préfet, 18.10.1848.

39 A.D.L., 10 M 30, police Valbenoite, 12.3. et 29.6.1849.

40 A.D.L., 10 M 30, préfet, 21.4.1849 et 84 M 7, sous-préfet Roanne, 14.8.1849.

41 A.D.L., 92 M 7, proc. Saint-Etienne, 4.9.1849 ; A.N., C. 3021, enquête parlementaire... 1872, réponse Drivon et Cie, teinturier à Lyon ; A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.12.1849 et 11.1.1850.

42 Reynier (E.), ouvr. cit., p. 25-26.

43 Chronique politique quotidienne.... Académie florimontane, Annecy, manuscrit n° 679, (cf. bibliographie), p. 8 et p. 34.

44 A.N., BB 18.1479, proc. gal Lyon, 23.4.1850.

45 A.N., BB 18.1479 et BB 30.379, proc. gal Lyon, 7 et 13.2.1850.

46 A.N., BB 18.1479 et BB.30.378, proc. gal Grenoble, 12 et 22.7., 15.10.1850.

47 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 3.3.1851 et A.D.D., M 1297, police, s.d. (1851) ; A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 23.4.1851.

48 A.N., BB 30.382, proc. gal Nîmes, 9.6.1850, et Reynier (E.), ouvr. cit., p. 25.

49 A.D.L., 92 M 7, sous-préfet Saint-Etienne, 3.7.1849.

50 A.N., BB 18.1472, proc. gal Lyon, 2.8.1848, pour qui la continuité parait évidente, surtout chez les ouvriers en soie et chez les mineurs du bassin de la Loire.

51 Dutacq (F.), ouvr. cit., p. 164 et suiv.

52 A.N., BB30.379, proc. gal Lyon, 1.12.1849, 11.1. et 27.12.1850 : à La Guillotière, il y aurait en outre un cercle réservé aux verriers et aux cristalliers (Chronique politique, ouvr. cit., p. 90).

53 Cf. Rude (F.), art. cit., in « La Révolution de 1848 dans le département de l’Isère », p. 155-156, p. 162-163 et p. 163-164 ; sur les 530 membres du Club républicain dont la profession est connue, on compte 75 gantiers, 21 peigneurs de chanvre, au moins 71 ouvriers ou artisans du bâtiment, à côté des représentants des professions libérales et du négoce.

54 Rude (F.), art. cit., note 53, p. 321 et suiv. ; en avril 1848, il en est 6 à signer une déclaration commune ; sur E. Ravat, qui partira en Icarie, Maitron (J.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, t. 3, p. 284.

55 A.D.L., 10 M 30, préfet, 27.4.1849 et 92 M 7, police Rive de Gier, 4.4.1849 ; il existe aussi à Saint-Etienne un groupe de la « Solidarité républicaine » avec moins de 30 membres, mais dont l’influence engloberait 3 000 à 40 000 ouvriers.

56 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.12.1849, 11.1. et 7.2.1850.

57 Chronique politique..., ouvr. cit., 4.3.1850, p. 3, 5 et 8.

58 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, rapports trimestriels mars 1850 à décembre 1850 ; Kleinclausz (A.), ouvr. cit., t. III, p. 163 et suiv. ; il est vrai que depuis juin 1849, le Rhône, comme la Loire et l’Ain, vivent sous régime de l’état de siège, appliqué à partir d’avril 1850 par le général de Castellane, avec vigueur.

59 A.D.L., 10 M 30, préfet, 2.1.1849 et 10 M 31, 20.10.1849.

60 A.D.L., 10 M 30, police Saint-Etienne, 2.4., 16.5., 14.6 et 15.9.1849 ; 92 M 7, police Saint-Etienne, 27.8.1849.

61 A.N., BB 379, proc. gal Lyon, 1.12.1849, 7.2., 21.5. et 25.9.1850.

62 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 9.1.1850 et 10.6.1851.

63 A.N., BB 30.378, id., 19.4. et 19.9.1851.

64 A.N., BB 30.382, proc. gal Nîmes, 15.5.1851 et A.D. Ar, M, non classée, gendarmerie, 10.11.1849.

65 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 8.10.1851 et A.D.L., 10 M 35, préfet, 3.7.1851.

66 A.N., BB 18.1461, proc. gal Lyon, 8.5.1849.

67 A.N., F 1 C III, 6, Ain, préfet, 2.12.1851.

68 Cf. l’esquisse de Jardin (A.) et Tudesq (A.J.), La France des notables, 2, La vie de la nation, 1815-1848, p. 110 et suiv.

69 Dans la Provence d’Agulhon (M.), La République au village, Paris, 1970, notamment.

70 Cf. Weill (G.), Histoire du Parti républicain en France de 1814 à 1870, 1900, p. 358 et suiv. ; Tchernoff (I.), Le parti républicain au Coup d’Etat et sous le Second Empire, 1906, p. 57-69, et Agulhon (M.), 1848 ou l’apprentissage de la République, 1848- 1852, carte p. 175 et p. 178 et suiv. Sur la région lyonnaise, A.D.L., 10 M 38, police Saint-Etienne, 14.1.1852 et A.D. Ar, 15 M 17, Gai de Castellane, 2.12.1851.

71 Sur les insurrections de la Drôme – et du Vaucluse et des Hautes-Alpes, tout a été dit par Vigier (Ph.), ouvr. cit., t. 2, p. 31 1-337.

72 La résistance armée dans l’Ardèche n’a pas vraiment trouvé son historien ; l’essentiel de son histoire est dans A.D. Ar, 15 M 18 à 22 ; à noter que, à quelque distance, la Saône-et-Loire est aussi le théâtre, en Méconnais, d’une insurrection paysanne (cf. Goujon (P.) Le vignoble de Saône-et-Loire au XIX e siècle (1815-1870), p. 335-339).

73 A.D.R., série M, non cotée, 1851, liste des personnes poursuivies à l’occasion du Coup d’Etat de 1851.

74 Il y avait eu d’abord 840 arrestations dans la ville de Lyon, dont 465 maintenues (cf. Kleinclausz, A, ouvr. cit., t. III, p. 167.

75 A.D.L., 10 M 37, préfet, s.d. (1852) ; à Saint-Chamond il n’y a par contre aucun ouvrier parmi les 7 militants poursuivis (10 M 38, police, 2.1.1852), et sur les 31 de l’arrondissement de Roanne, 8 seulement peuvent être tenus pour tels ; encore s’agit-il peut-être d’artisans à l’exception d’un ouvrier en soie (A.D.L., 10 M 39, sous-préfet, 27.1.1852).

76 A.D.I., 52 M 30, police, s.d. et Vigier (Ph.), ouvr. cit. t. II, p. 356-357.

77 Pour l’ensemble de la France, la totalité des secteurs industriel et artisanal fournit 48 % des condamnés – soit 12 916 sur 26 884, et les classes « supérieures et moyennes » 14 % (3854), l’agriculture 27 % (7412) cf. Agulhon (M.), 1848 ou.... ouvr. cit., p. 236- 237.

78 A.D. Ar, 15 M 18, liste nominative, par commune, des condamnés des commissions mixtes ; dans l’arrondissement de Largentière, pour 39 accusés dont la profession est connue (sur 191), il n’y a que 2 ouvriers en soie ; sur les 355 du département, on compte 155 cultivateurs et les trois villes de Tournon, de Privas et du Teil n’en comptent que 20 au total ; cf. aussi Reynier (E.) ouvr. cit., p. 108. Dans la Drôme, artisans ruraux et cultivateurs constituent la grosse majorité des condamnés des commissions mixtes (Vigier, Ph. ouvr. cit., t. II, p. 358).

79 Les métiers du vêtement (où l’on trouve 1 107 cordonniers) avec 2 204 individus et ceux du bâtiment, avec 1 902, sont aussi les postes les plus importants de la répartition professionnelle des ouvriers poursuivis dans tout le pays (Agulhon, M., ouvr. cit., p. 237).

80 Cf. Maitron (J.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français : sur Alexis Manigot (ou Manigaud), ouvrier tulliste et fondateur de la « Société fraternelle des chapeliers », t. 3, p. 27 ; sur Etienne Bacot, tisseur de velours, ancien des sociétés secrètes, futur dirigeant radical après 1865, t. 1, p. 137.

81 Sur P. Charbonnier, mêlé à l’agitation contre le Monopole des Mines de la Loire, cf. Maitron (J.), Dictionnaire biographique..., ouvr. cit.. t. 1, p. 389.

82 Cf. le témoignage du préfet de la Loire sur l’influence multiforme d’Antide Martin, notaire et principale figure « démagogique » de Saint-Etienne en 1848-1851 : « Son étude est devenue le centre de toutes les affaires du petit commerce. Tous les ouvriers et la plupart des chefs d’atelier de la Fabrique se rendent là comme s’il étaient liés par un accord tacite. Depuis deux ans surtout, il s’y fait 2 à 3 fois autant d’actes que dans la meilleure étude de la ville... » (A.D.L., 10 M 37, préfet, s.d. (1851).

83 Cf. A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 22.5.1850 : après les victoires « socialistes » de mars et avril 1850, « ... on se défie de l’insurrection. On prêche l’ordre matériel et le calme. On regarde comme préférable et comme d’une infaillible efficacité les moyens empruntés à l’action de la presse, au mouvement de la propagande et à la discipline des suffrages. La démagogie est convaincue que tôt ou tard elle arrivera par là... ». Et l’on retrouve l’espoir de 1852 : « ... Si 89 a eu son 93, 48 pourrait bien avoir son 52… », dit un placard de La Croix-Rousse ; si la notation est isolée, elle cadre trop bien avec un sentiment général, dans la région et ailleurs (A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 20.8.1850).

84 Kleinclausz (A.), ouvr. cit., t. 3, p. 168. Pour l’ensemble du département du Rhône, on comte 155 609 inscrits et, pour Lyon, les calculs sont faits à partir de l’ensemble de l’agglomération ; à noter qu’on y attribue la majorité des abstentions aux milieux orléanistes et légitimistes ; et pourtant, dans le détail, la répartition est la suivante (les abstentions et les non étant calculés en pourcentage des inscrits) :
Image
On voit que le vote des « canuts » au moins, sur le Plateau est sans équivoque (cf. Dutacq, F., La vie politique et les partis à Lyon en 1852, La Révolution de 1848, XX, 1923, p. 225.

85 Les liasses où étaient consignés les résultats des plébicites impériaux ont été en effet « égarées » aux Archives départementales du Rhône entre le moment où nous les avons répertoriées et celui où nous avons voulu les dépouiller.

86 A.D.L., 2 M 1, Plébiscite de 1851.

87 Soit 33,6 % à Beaubrun, 30 % à Valbenoite, 41,7 % à Saint-Etienne, 29,3 % à Lorette et 21,5 % à Saint-Genis Terrenoire. L’année suivante, pour le plébiscite sur le rétablissement de l’Empire, alors que l’opposition semble balayée, il y a 33,6 % d’abstentions dans l’arrondissement de Saint-Etienne contre 25,6 % dans le département et, surtout, 51,8 % dans les 4 cantons urbains du chef-lieu.

88 Pour l’Isère, A.D.I., 5 M 1, Plébiscite de 1851 ; Vigier (Ph.) et Argenton (G.), Les élections dans l’Isère sous la Seconde République, in La Révolution de 1848… ouvr. cit., p. 60-62 ; Lacroix (J.), ouvr. cit., p. 70 ; Barral (P.), Les forces polititiques sous le Second Empire dans le département de l’Isère, in Actes du 77e congrès des Sociétés Savantes, 1952, p. 170-171 ; Vigier (Ph.), ouvr. cit., t. 2, p. 345-349.

89 Il existe aussi en Dauphiné de forts noyaux républicains dans les campagnes, dans le canton de Saint-Jean-de-Royans, notamment.

90 A.N., BB 30.379 et BB 18.1505, proc. gai Lyon, 6.5.1852.

91 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 3.6.1852.

92 A.N., BB 18.1506, proc. gal Lyon, 21 et 22.5.1852. En outre, pièces diverses, police, préfet, dans F 1 C III Loire, 10 ; F 22.234 ; et A.D.L., 92 M 8, pièces 12 à 136 ; Gras (L.J.), ouvr. cit., t. 1, p. 410 et suiv. ; Guillaume (P.), ouvr. cit., p. 215 et suiv.

93 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 29.6.1852 ; 92 M 8, sous-préfet Saint-Etienne, 9 et 26.6.1852, police Rive-de-Gier, 23.6.1852 ; A.D. Ar, 15 M 12, général de Castellane, s.d. (6.1852).

94 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 5.7.1852 et BB 18.1506, id., 16.6.1852 ; sur le décret d’octobre, qui interdit la fusion avec la Compagnie de La Grand-Combe et satisfait surtout les notables locaux dressés encore plus vigoureusement contre le « monopole » ; Gras (L.J.), ouvr. cit., t. 1, p. 409 et Guillaume (P.), ouvr. cit., p. 218 et suiv. ; le 19 octobre 1854, la Compagnie des Mines de la Loire se scindera en quatre.

95 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 30.6., 7 et 15.7.1852 ; id., Loire, 6, préfet, 9.11.1852 et Loire, 7, id., 17.8.1852.

96 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 5.7.1852 ; en septembre, le prince-président reçoit un accueil triomphal de 6 000 (?) mineurs à Rive-de-Gier (Gras, L.J., ouvr. cit., t. I, p. 407-409).

97 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 8.3.1852 et F 1 C III, Rhône, 6, préfet, 18.8.1852.

98 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 29.4.1853 ; cf. aussi BB 18.1519, dossier 3191.

99 A.N., BB 18.1537, d. 5285, parquet Lyon au procureur général, 8 et 19.3., 8.6. et 17.10.1855 ; proc. gai Lyon, 6.4.1855.

100 A.N., BB 18.1537, proc. gal Lyon, 20.12.1857.

101 A.N., BB 18.1587, proc. gal Lyon, 2.11.1858 ; BB 30.369, id., 21.5.1859 ; F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 31.11.1858. A.D.I., 52 M 39, bulletin Maréchal de Castellane, 8.6.1858.

102 A.N., BB 18.1616, proc. gal Lyon, 26.9. et 18.10.1860.

103 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, gendarmerie, 14.8.1861.

104 A.N., BB 18.1669, proc. gal Lyon, 28.10. et 28.11.1863.

105 A.D.L., 92 M 10, sous-préfet Montbrison, 28.5.1856 ; A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 3.11.1858 ; A. N. BB 18.1603, proc. gal Lyon, 18.7.1861. A.N., F 12.4651, préfet Rhône, 1.3.1864.

106 A.N., BB 18.1688, proc. gal Lyon, 25.6.1864.

107 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 7.10.1864 ; F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 16.10.1864 et F 12.4651.

108 A.N., F 12.2370/2372, Minsitre Agric. et Commerce, 26.5.1865.

109 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 24.6.1865, et divers dans A.N.C 3021, F 12.4651 et 4666, F 22.234 ; surtout, A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, 26.5.1865.

110 A.D.R., M, grèves antérieures à 1869, préfet, 3.7.1870 et divers, A.N., cf. note précédente.

111 A.N., F 12.4652 et 4656, préfet Rhône, 31.5. et 17.9.1866 ; A.N., F 1 C III, Rhône 5 et 10, divers.

112 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 28.6.1867 ; F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 20.7.1867.

113 A.N., F 12.4651, « résumé des coalitions », 1864-1872 ; rapports divers dans F 12.4666 et F 22.234.

114 A.N., F 12.4651, préfet Rhône, 18.8.1865.

115 Du 28 février au 22 mars 1864, 400 d’entre eux ont soutenu une grève très dure, marquée par plusieurs condamnations pour entraves à la liberté du travail. (A.N., BB 18.1688, proc. gai Lyon, 27.2., 5 et 18.3.1864).

116 A.N., F 12.4651 ; sur l’ensemble des grèves lyonnaises de 1863-1867, Maritch (S.), Histoire du Mouvement social à Lyon..., p. 97 et suiv.

117 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 24.2.1869.

118 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 11.12.1852 ; au total, il y avait 7 560 « non ».

119 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 8.3.1852.

120 A.N., F 1 C III, Rhône, préfet, 3.6.1852, et Ain, 8, préfet, 3.11.1852.

121 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 4.3. et 28.12.1853.

122 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, sous-préfet Villefranche, 20.7.1854 et A.D.L., 92 M 11, préfet, 5.1.1856.

123 A.N., BB 18.1543, proc. gal Lyon, 18.6.1855 et BB 30.379, id., juillet 1857.

124 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 6.8.1858, 7.4. et 30.12.1859.

125 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 10.7.1859.

126 A.N., BB 30.369, proc. gal, 4.6.1859 et 25.7.1859.

127 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.1. et 22.2.1861.

128 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 9.7.1860 ; en 1866, à la veille de la guerre austro-italienne, la sympathie de la classe ouvrière lyonnaise est encore fortement marquée en faveur de l’Italie, dont la cause est celle de Garibaldi (id., 28.6.1866).

129 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 29.12.1862 et 27.6.1863.

130 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 29.12.1862, 7.10.1864, 8.1.1866, 19.3.1868 et BB 18.1770, id., 6.6.1868 ; F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 24.7.1868, 18.11.1868, 24.2.1869, tous rédigés sur le même ton, pendant 7 années ; sur l’agitation autour des législatives de 1869, cf. A.D.R., M, Elections pour le Corps législatif, 1869.

131 Sans qu’il y ait arrêt de travail, il y a pendant tout le printemps de 1853 « ... une apparence de projets de grèves... » (sic) dans la circonscription de Rive-de-Gier, où la Compagnie des Mines de la Loire doit faire de larges concessions ; on retrouve à la tête des revendications les délégués de 1852, et si l’effervescence retombe à la fin d’avril, elle reprend de plus belle en juin (cf. A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 19.4.1853 et A.D.L., 10 M 51, sous-préfet Saint-Etienne, 17.4.1853 et 92 M 9, police, 4, 8 et 11.4. et 12.6.1853.

132 A.N., BB 18.1520, proc. gal Lyon, juin 1853 et F 1 C III, Loire, 6, préfet, 10.5.1853 et Loire, 8, id., 17.5.1853 ; A.D.L., 92 M 9, préfet, s.d.

133 A.N., BB 18.1523, proc. gal Lyon, 10.10.1853 et 92 M 9, sous-préfet Saint-Etienne, 8.9.1853 et jours suivants et gendarmerie, 10.11.1853.

134 A.D.L., 92 M 10, sous-préfet Saint-Etienne, 14.5.1855 ; sur l’ensemble de l’année, A.N., F 1 C III, Loire, 6, id. 12 et 18.6.1855 et F 12.2370/2374, Ministre Agric. et Commerce, 17.3.1855 ; A.D.L., 92 M 10, sous-préfet..., 18, 20 et 23.6.1855.

135 A.N., BB 18.1537, dossier 5285 ; 92 M 10, police Saint-Etienne, 3.5.1856 et sous-préfet Montbrison, 28.5.1856 et préfet, 5.10.1858 ; 92 M 11, pièces 66 à 89.

136 A.N., BB 18.1616, dossier 3597 et F 1 C III, Loire, 9, préfet, 17.11.1860 ; A.D.L., 10 M 57, police, 20.7.1860 et 92 M 11, pièce 7 et 14, préfet, 8.1860.

137 A.N., BB 18.1669, dossier 1515 ; 1688, dossier 399 ; 1751, proc. gal Lyon, 31.7.1867, A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon ; 26.3.1864, A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 31.7.1867 ; A.D.L., 92 M 7, police, 21.7.1863 et 92 M 11, pièces 83 à 95.

138 A.N., BB 18.1732, proc. gal Lyon, 16.4.1866 et BB 18.1772, id., 7.1.1868 ; F 1 C III, Loire, 6, préfet, 6.4.1866 et 31.8.1868 ; F 1 C III, Loire 6, préfet, 6.4.1866 et 31.8.1868 ; F 12.4651, préfet Loire, 11.11.1865.

139 A.D.L., 92 M 11, gendarmerie, 14.3.1864.

140 A.N., F 12.4666, résumé coalitions 1864-1872 et F 1 C III, Loire, 6, préfet, 25.10.1865.

141 A.D.L., 92 M 11, préfet, 11.1.1856.

142 A.N., F 1 C III, Loire, 6, sous-préfet Roanne, s.d. (1857).

143 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 6.8.1858 et F 1 C III, Loire, 6, préfet, 15.4.1858.

144 A.N., F 1 C III, Loire, 9, préfet, 1.10.1862.

145 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 8.1.1866 et BB 18.1770, id., 6.6.1868.

146 A.D.L., 10 M 62, préfet, 1.7.1869.

147 Sur les élections de 1869, cf. Merley (J.), Les élections de 1869 dans le département de la Loire, Cahiers d’Histoire, VI, 1, 1961, p. 85 et suiv.

148 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 6.8.1858.

149 A.D.L., 10 M 53, police Saint-Etienne, s.d. ; 10 M 54, préfet, s.d. (1858) et 10 M 57, police, s.d. (1860).

150 On a regroupé sous le vocable tous les métiers qui touchent à la « rubannerie », et notamment quelques mouliniers ; de même, on a regroupé avec les armuriers l’ensemble de la petite métallurgie traditionnelle (clouterie, quincaillerie...).

151 A.D.L., 10 M 57, police Saint-Etienne, s.d. (1860).

152 A.D.L., 10 M 70, police..., s.d. (octobre 1871).

153 Dont le nombre est d’ailleurs peut-être encore minoré : il est possible qu’on ait classé certains d’entre eux parmi les « employés » ou les « ouvriers divers », certaines appellations paraissant équivoques.

154 A noter pourtant l’abstention relative des mineurs, qui fait problème.

155 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 9.1.1850.

156 « Sur 34 126 votes, il ne s’est trouvé que 569 bulletins négatifs » : les ouvriers ont-ils compris « … que la consolidation de l’ordre était pour eux la certitude du travail et de l’aisance qui en découle...? » (A.N., BB 30.378, proc. gal Lyon, 15.12.1852).

157 A.N., F 1 C 111, Isère, 7, sous-préfet, Vienne, 27.4.1854 et BB 18.1544, proc. gal Grenoble, 6.7.1855.

158 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 23.12.1856.

159 A.D.I., 52 M 43, préfet, 23.9.1861.

160 A.N., BB 18.1631, dossier 4884 ; pièces éparses dans F 1 C III, Isère, 10 (dont préfet, 27.9.1861), F 12.4651, F 22.234. A.D.I., 52 M 43, préfet, 18.7., 21.8. et 13.9.1861.

161 A.D.I., 52 M 42, sous-préfet Vienne, 19.2. et 8.11.1860 ; 52 M 43, id., 28.4.1861.

162 A.D.I., 52 M 44, sous-préfet Vienne, 2.10.1865 ; 52 M 45, id., 2.4.1855, à l’approche des élections municipales : « il ne s’agit plus d’avoir aujourd’hui un conseil... libéral, mais un conseil républicain... » ; et 31.12.1855.

163 A.N., F 12.4651, préfet Isère, 6.11.1863.

164 A.D.I., 166 M 1, pétition drapiers Vienne à préfet Isère, 8.5.1866.

165 A.D.I., 52 M 45, police Vienne, 31.3.1867 et sous-préfet 2.7.1867.

166 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 31.1.1865 et 10.4.1866, pour lequel on est pratiquement revenu à la situation de 1848 ; A.D.I., 166 M 1, gendarmerie, 12.4.1868.

167 A.N., BB 18.1530, proc. gal Lyon, 15.4.1854 et A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 9.6.1866 et F 12.4653, id., 5.6.1866.

168 A.N., F 1 C III, Ain, 9, préfet, 14.8.1866.

169 A.N., BB 30.378, proc. gal Lyon, 9.1.1850.

170 A.N., BB 18.1544, proc. gal Grenoble, 28.6.1855 et 26.5.1856.

171 Bien qu’à l’instar des ouvriers lyonnais, ceux du Bas-Dauphiné aient été un instant ébranlés par la politique italienne de 1859-1860 : « ... à Vienne, à Vizille, à Voiron, dans tous les centres d’agglomération ouvrière qui furent si longtemps des foyers d’agitation démagogique, le nom de l’empereur n’est plus prononcé qu’avec admiration... » (A.N., BB 30.369, proc. gal Grenoble, 4.5.1859 et F 1 C III, Isère, 7, préfet, 4.5.1859).

172 A.D.I., 52 M 43, préfet, 23.9.1861.

173 A.D.I., 166 M 1, police, 22 et 26.3.1867, sous-préfet La-Tour-du-Pin, 28.3.1867.

174 A.N., BB 18.1747, dossier 4641 et A.D.I., 166 M 1, sous-préfet, 29.4.1867 et maire Voiron, 19.7. et 11.9.1867.

175 A.D.I., 52 M 46, sous-préfet La-Tour-du-Pin, 31.8.1868.

176 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 12.1.1859 ; BB 18.1566, id., 31.5.1857.

177 A.D.I., 166 M 1, police Vizille, 10.5., 27.4. et 11.5.1867 ; 25.9. au 2.11.1867.

178 De même, il n’est plus question des « ... opinions subversives... » relevées à Allevard en juin 1852 et liées semble-t-il, à la présence des ouvriers piémontais (A.D. L, 52 M 29, médecin des eaux ( !), 24.6.1852 ; en 1861, d’ailleurs, on ne découvre pas plus de 10 « hommes dangereux » à surveiller à Grenoble (A.D. I, 52 M 43, préfet, 23.9.1861), mais 6 ouvriers ; il est vrai qu’à Vizille, on n’en trouve qu’un, alors qu’un an avant, on en comptait pas moins de 18, dont 3 imprimeurs sur étoffes (A.D. I, 52 M 42, police, s.d.).

179 A.N., BB 18.1544, proc. gal Grenoble, 28.6.1855 et 12.1.1856, BB 18.1559, id., 2.12.1856, BB 18.1631, dossier 4884 ; A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 3.4.1866 ; A.N., F 1 C III, Isère, 10, gendarmerie, 30.3.1860 et préfet, 2.4.1860 ; F 12.4651, préfet Isère, 18.3.1861 ; A.D. L, 166 M 1, l’ensemble du dossier.

180 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, sous-préfet, Tournon, 12.11.1852.

181 A.N., BB 18.1543, dossier 5813 ; BB 30.382, proc. gal Nîmes, 9.8.1856 ; F 1 C III, Ardèche, 8, sous-préfet Tournon, 2.7.1855 et 23.6.1856 et Ardèche, 11, préfet, 26.7.1859 ; Reynier (E.), L’organisation syndicale en Ardèche..., p. 3.

182 A.N., F 1 C III, maire Annonay, 9.12.1861.

183 A.N., BB 18.1655, proc. gal Nîmes, 10.7.1862 ; BB 18.1714, dossier 3007 ; F 1 C III, Ardèche, 11, préfet 6.7.1865.

184 A.N., F 12.4651, préfet Ardèche, s.d. (1864) et 13.5.1865.

185 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 8.4. et 8.8.1867 ; A.D. Ar, 15 M 41, sous-préfet Tournon, 30.3.1866.

186 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 4.7.1857 et 26.3.1859, et sous-préfet Tournon, 26.3.1857.

187 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 22.7.1860.

188 A.N., BB 18.1544, proc. gal Grenoble, 14 et 17.3.1860 ; BB 18.1612, id., 8.6.1860 ; BB 30.378, id., 22.7.1860 et F 1 C III, Drôme, 8, préfet, 15.10.1864.

189 A.N., F 1 C III, Drôme, 8, préfet, 6.6.1866.

190 A.N., F 1 C III, Loire, 4, préfet, 3.10.1852, qui suspend aussitôt le Conseil municipal républicain élu avec une majorité de près de 400 voix !

191 A.D.L., 10 M 54, préfet, s.d. (1857). .

192 A.D.L., 10 M 47, préfet, s.d. (1860).

193 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 2.7.1862 ; F 1 C III, Loire, 9, préfet, 11.6.1862 et F 12.4476 D, divers ; A.D.L., 92 M 11, sous-préfet Roanne, 25.4., 29 et 30.5.1865.

194 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 7.10.1865 et F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 23.9. et 23.11.1865 ; A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, sous-préfet Villefranche, 3.1.1865. En outre, en mars 1863, Amplepuis avait été secouée par la grève houleuse de 360 tisseurs de foulards (A.N., BB 18.1669, proc. gal Lyon, 4.7. et 30.3.1863).

195 A.D.R., 10 M 70, police, s.d. (1871) et sous-préfet Roanne, s.d.

196 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 14.10.1858.

197 A.N., F 1 C III, Drôme, 8, préfet, 15.10.1857.

198 Recueil des Actes administratifs du département du Rhône, 1870, Recensement des votes sur le plébiscite du 8 mai 1870, p. 106-119.

199 A l’exception de ceux de Sainte-Foy (41,6 % des inscrits) et d’Oullins (40 %), déjà fortement industrialisés et anciennement soudés à la ville, les résultats de la banlieue sont moins favorables à l’opposition républicaine dans des communes encore à demi-rurales ; les taux (38,4 % à Caluire, 34,9 à Neuville, 34,7 à Vénissieux et 36,1 à Villeurbanne) n’en sont pas moins tous supérieurs à la moyenne de l’arrondissement.

200 A.D.L., 2 M 4, Plébiscite de 1870.

201 En dehors des localités ouvrières, seule la commune de Sury-le-Comtal donne la majorité aux « non » (32,4 % des inscrits, pour 6,7 % seulement dans l’arrondissement de Montbrison).

202 Cf. la carte dressée par Léon (P.), Les grèves de 1867-1870 dans le département de l’Isère, Revue d’Histoire moderne et contemporaine, oct. déc. 1954, p. 285 ; Barral (P.), art. cit., Actes du 77 e congrès..., p. 170-171 ; Bellon (M.A.) Les ouvriers de Romans et Bourg-de-Péage, 1870-1914..., p. 84.

203 Janin (L.), Le département de l’Ain de 1871 à 1914... p. 15-16.

204 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 28.3.1867.

205 Cf. Office du Travail. Les Associations professionnelles ouvrières, t. 1, p. 148 et suiv. ; Martin-Saint-Leon (E.), Le compagnonnage, 1901, p. 99 et suiv. ; Cornaert (E.), Les compagnonnages en France, 1966, p. 66 et suiv.

206 Cornaert (E.), ouvr. cit., p. 86 et Agulhon (M.), Une ville ouvrière au temps du socialisme utopique, Toulon de 1815 à 1851, p. 131-136.

207 Office du Travail, ouvr. cit., t. I, p. 170-171 ; Godart (J.), Travailleurs et métiers lyonnais, p. 77 et suiv.

208 A.N., F 7.12385, C.R. Congrès compagnonnique tenu à Lyon les 25, 26 et 27.9.1879, brochure, p. 7 ; id., à Bordeaux les 4, 5 et 6.9.1884, brochure, p. 25 et 37, et, id., à Nantes du 2 au 3.9.1894 ; Office du Travail, ouvr. cit., t. I, p. 171 et suiv. ; Martin-Saint-Leon (E.), ouvr. cit., p. 180 et suiv.

209 A.N., BB 18.1647 A, d. 6326, proc. gal Lyon, 14.9.1848 : la rixe a eu lieu au sortir de l’auberge de la Mère, avec des « Insoumis de leur devoir »...

210 A.N., BB 18.1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.6.1855.

211 A.D.L., 93 M 1, police Saint-Etienne, 7.2.1861.

212 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, s.d. (1872).

213 A.N., F 7.12385, préfet Loire, 20.6.1895 et police Vienne, 2.7.1895.

214 Godard (J.), ouvr. cit., p. 69 et suiv. et Cornaert (E.), ouvr. cit., p. 115.

215 A.D.R., Grèves antérieures à 1879, police, s.d. (1876).

216 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 17.2.1886.

217 Des états dressés par Lucien Blanc lui-même pour le Ministère de l’intérieur compteront 1 487 compagnons de l’Union pour la France tout entière en 1895 et 1742 en 1896, en 37 groupes ; à Lyon même, pas plus de 133, et une douzaine à Saint-Etienne (A.N., F 7.12385, 31.12.1896 et 11.3.1897). Lui-même (cf. id., préfet, Rhône, 11.7.1895 et Martin-Saint-Léon (E.), ouvr. cit., p. 174) « ... parvenu à la fortune par le travail et l’économie... » deviendra banquier à Paris, chevalier de la Légion d’Honneur, et maire de Grézieu-la-Varenne, dans le Rhône.

218 Sur la tradition coopérative à Lyon, cf. Gaumont (J.), Histoire générale de la Coopération en France, t. I, p. 123-182, qui fait l’inventaire sans défaut de l’entrelacs des écoles et des organisations ; la quasi-totalité du volume est d’ailleurs consacrée à la coopération lyonnaise, reprenant notamment, pour la IIe république et le Second Empire, Flotard (E.), Le mouvement coopératif à Lyon et dans le Midi, Paris, 1869, et, en général, toute la littérature antérieure à 1925 ; cf. aussi Godard (J.), Travailleurs et métiers lyonnais, p. 10, p. 21 et suiv. et p. 30-31.

219 Office du Travail, Les Associations professionnelles ouvrières, t. II, p. 258.

220 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.12.1849 et 24.1.1850.

221 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 368-370.

222 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 11.1.1850.

223 A.N., C 963, Enquête sur le travail... 1848, 6e canton Lyon et BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.12.1849 ; Gaumont (J.), ouvr. cit., p. 374-375.

224 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 260-261 ; Pariset (E.), Histoire de la Fabrique lyonnaise de soieries, p. 325, note 3 ; Festy (O.), Les deux associations ouvrières lyonnaises encouragées par application du décret du 5.7.1848, Revue d’Histoire de Lyon, XI, 1912 ; Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 371.

225 Cf. Godard (J.), ouvr. cit., p. 24 et suiv. : l’Union des Travailleurs » prévoit une association de 7 entrepreneurs et de 6 000 ouvriers ; les repas doivent être pris en commun, et des bénéfices, 80 % seraient partagés entre eux, le reste allant aux « employés » et aux 7 gérants, dont chacun apporte 10 000 francs ; écoles et cours professionnels sont adjoints à l’Union, femmes et enfants y vivent en colonies. On reconnaît là le souci de la communauté phalanstérienne et la précision numérique de l’Utopie ; il ne semble pas que le projet ait connu même un début de réalisation.

226 Godard (J.), ouvr. cit., p. 11 et suiv. ; Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 375-376, p. 390 et suiv., p. 414.

227 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 1.12.1849.

228 Il faut sans doute mettre à part l’« Association fraternelle de l’industrie française » du libraire J. Charavay et des communistes icariens ; le projet est élaboré en avril 1849, et commence à se réaliser dans 4 magasins coopératifs qui compteraient 1 680 sociétaires ; mais on ne sait rien de son destin ultérieur, (cf. Gaumont (J.) ouvr. cit., t. 1, p. 382 et suiv. ; sur J. Charavay, l’une des principales figures du socialisme « utopique » lyonnais de la Monarchie de Juillet, cf. Maitron (J.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français t. 1, p. 388).

229 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 13.2.1851.

230 A.N., C 943, enquête sur le travail... 1848, canton de Lagnieu ; il y avait déjà eu un essai malheureux quelques années auparavant : Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 438.

231 A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le Travail... 1848, Vizille, 6.10.1848.

232 A.D.D., 80 M 8, police, et « Statuts de l’Association Guigon cadet », 1.8.1850 ; Festy (O.), Les associations ouvrières encouragées par la Deuxième République, 1915, p. 68-71.

233 A.D.L., 84 M 7, préfet, 11.8.1849 et 90 M 1, Chambre Commerce Roanne, s.d. (1848), et Dumoulin, En pays roannais..., p. 243 : l’Union des tisseurs prévoit fabrication et vente des cotonnades ; elle associe les membres proprement dits, détenteurs d’actions de 500 francs, auxquels doivent revenir 40 % des bénéfices, répartis selon le travail fourni, et des ouvriers commanditaires à 100 francs, en percevant 20 %, au prorata de leur mise de fonds, le reste allant à l’amortissement du matériel et au salaire des employés ; la « Renaissance » prévoit 54 actions de 400 francs, et se double d’une caisse de secours.

234 A.D. Ar, 15 M, non cotée, sous-préfet Tournon, 8 et 10.1.1850 et Godard (J.), ouvr. cit., p. 11 et suiv.

235 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 423 et suiv. et Lacroix (J.), Vienne sous la IIerépublique, …, p. 60 et suiv.

236 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 7.2.1850.

237 A.D.L., 84 M 7, préfet, 11.8.1849.

238 Ainsi, à Rive-de-Gier, où le procureur général note, après la dissolution de la coopérative des verriers : « … le récriminations les plus vives ont été échangées entre les ouvriers, puis entre ceux-ci et les directeurs qu’ils s’étaient choisis. En général, les sociétaires regimbent contre ceux qu’ils ont placés à leur tête et dont ils trouvent que l’esprit exigeant et tyrannique dépasse de beaucoup la manière d’être des patrons faisant travailler à leur compte... » (A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 13.2.1851).

239 Chez les typographes, on note que « ... la population ouvrière, habituée dès l’enfance à un travail individuel, ne ferait pas facilement l’abandon de ses propres intérêts en payant des confrères moins habiles... » (A.N., C 963, Enquête sur le travail..., 1848, 6e canton de Lyon).

240 A.N., C 951, Enquête sur le travail... 1848, Drôme, juge de paix, Saint-Jean-en-Royans.

241 Cf. Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 371 et Pariset (E.), ouvr. cit., p. 325 ; Maitron (J.), Dictionnaire biographique... t. 1, p. 310 et t. 3, p. 51.

242 Lacroix (J.), ouvr. cit., p. 63.

243 A. N. BB 30.379, proc. gal Lyon, 11 et 24.1.1850.

244 A.D. Ar, 15 M, non cotée, sous-préfet Tournon, 8.1.1850.

245 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 260-261 et Pariset (E.), ouvr. cit., p. 325.

246 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 443.

247 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 347.

248 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 444.

249 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 612 et suiv. et Godard (J.), ouvr. cit., p. 11 et suiv.

250 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 27.3.1866 et Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 572, p. 576 et suiv.

251 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 7.10.1864.

252 Id., et A.D.R., Grèves antérieures à 1879, Pétition (des ouvriers de l’usine Morand et Murat) à M. le Sénateur chargé de l’administration du département du Rhône, 18.7.1863.

253 Cf. Levasseur (E.), Histoire des classes ouvrières et de l’industrie en France de 1789 à 1870, 2e éd., 1904, t. 2, p. 627 et suiv. et, sur le mouvement parisien, Gaillard (J.), Les associations de production en France 1852-1870, Le Mouvement social, n° 52, juillet-sept. 1965, p. 63 et suiv., p. 68.

254 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 265 ; Pariset (E.), ouvr. cit., p. 325 ; Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 590 et suiv.

255 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 27.3.1866 ; Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 595 ; Maritch (S.), ouvr. cit., p. 130-131 ; Rougier (P.), Les coopératives de production, C.R. Soc. Eco. Po. Lyon, 1885-1886, p. 33.

256 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 777 et suiv.

257 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 28.3.1867 et F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 8.2.1865 ; A.M.L., I 2, Association de production et de consommation, commiss. spéc. Lyon, janvier 1867.

258 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 27.3.1866.

259 A.D.L., 93 M 114, police Saint-Etienne, 15.11.1876 ; Gras (L.J.), Histoire de la Rubannerie stéphanoise, p. 219 ; Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 608-612.

260 A.D.L., 10 M 60, commiss. central Saint-Etienne, 26.6.1867.

261 A.N., BB 18.1704, d. 2060, proc. gal Grenoble, 14.12.1864 et A.D.D., M. 1298, préfet, 31.1.1865.

262 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 11.4.1867.

263 Godard (J.), ouvr. cit., p. 30-37.

264 A.D.L., 93 M 114, police Saint-Etienne, 15.11.1876.

265 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 585 et suiv. et Maritch (S.), ouvr. cit., p. 119- 120.

266 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 28.3.1867.

267 A.D.L., 93 M 114, police Saint-Etienne, 15.11.1876 et Gras (L.J.), ouvr. cit., p. 219.

268 A.D.D., M 1298, préfet, 31.1.1865.

269 A.D.L., 10 M 60, police Saint-Etienne, 26.6.1867.

270 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 19.9.1868.

271 Le Progrès, journal des libéraux lyonnais publie à partir d’octobre 1862 une traduction de Holyoake, Histoire des Equitables pionniers de Rochdale, sur une célèbre expérience coopérative anglaise, et les références à Schultze-Delitzsch sont fréquentes dans les articles d’E. Flotard (cf. Maritch, S., ouvr. cit., p. 119).

272 En octobre 1864, à l’appartition des premières coopératives, le procureur général de Lyon prône une étroite surveillance, « … car il est à craindre que les menées hostiles ne fassent de ces sociétés un moyen pour arriver à leur but... » ; mais en mars 1867, il se rassure : les ouvriers coopérateurs sont paisibles et « ... ils comprennent que le gouvernement... est pour eux plein de bienveillance... « (A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 7.10.1864 et 28.3.1867).

273 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 7.5.1866.

274 A.N., id., préfet, 19.12.1866 et 8.2.1867.

275 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 572.

276 Maritch (S.), ouvr. cit., p. 124-125.

277 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 265 et Pariset (E.), ouvr. cit., p. 325 ; Henri Germain entre alors à son conseil de surveillance.

278 Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 607, sur les coopératives de consommation « sans idéal », et favorisées par une « bourgeoisie de la basoche et de la finance... » ; sur leur fonctionnement, cf., p. 579-583.

279 Cf. Gaumont (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 575 et p. 585-586 ; à Vienne, le secrétaire du Conseil de gérance de la Société de Beauregard est Alphonse Ailloud, qu’on va retrouver à la tête de la section de l’Internationale, puis jusqu’aux années 1885, parmi les créateurs du « parti ouvrier » ; sur l’intégration du mouvement coopératif dans le réveil de l’organisation ouvrière, cf. Rougerie (J.), La Première Internationale à Lyon, 1865-1870 : problèmes d’histoire du mouvement ouvrier français, Annali d’ell’Istituto Giangiacomo Feltrinelli, 1961, p. 134 et suiv.

280 A.N., C 3021, enquête parlementaire... 1872, réponse Chambre Commerce Lyon.

281 A.D.L., 10 M 116, police Roanne, 25.4.1897 ; à partir de 1880, la plupart des coopérateurs abandonneront leurs « bonis » pour la caisse du « parti ouvrier » naissant.

282 Chomienne (C.), Histoire de Rive-de-Gier, p. 148 et suiv.

283 D’Urbal, L’industrie drapière à Vienne, p. 258, et A.D.I., 52 M 56, sous-préfet Vienne, 22.8.1879 : il n’y a pas moins de 700 personnes à la réunion préparatoire, et on compte sur 1 600 souscripteurs.

284 A.D.L., 93 M 114, police Saint-Etienne, 15.11.1876 : les 25 membres de la « Société » des métallurgistes seraient des membres notoires de l’Internationale ; aussi le préfet la dissout-elle presqu’aussitôt, en juillet 1874. Autour de 1880, il y aura 40 à 50 groupes coopératifs dans la région lyonnaise, dont 22 ou 23 Sociétés de consommation à Lyon (en 1899, 55 environ), d’après Gaumont (J.), ouvr. cil., t. 2, p. 89 ; sur la situation au début du XXe siècle, dans la Loire notamment, Levasseur (E.), Questions ouvrières et industrielles en France sous la IIIe république, p. 742 et suiv.

285 Cf. A.N., C 963, Enquête sur le travail..., 1848, juges de paix 4e et 6e cantons de Lyon ; Labrousse (E.), Le mouvement ouvrier et les théories sociales en France, 1814- 1848, p. 167.

286 Levasseur (E.), ouvr. cit., ..., t. 1, p. 647 et suiv.

287 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 242 et suiv. ; Rude (F.), Le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1831, p. 88 et suiv.

288 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 674-677 ; t. 2, p. 43 et suiv. ; p. 165 ; p. 537-540 ; t. 3, p. 620 et suiv. et t. 4, p. 276.

289 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 142 et suiv. ; sur les autres sociétés de secours mutuels du Dauphiné, Léon (P.), La naissance de la grande industrie en Dauphiné, t. 2, p. 758-759 ; sur le rôle des classes dirigeantes, notamment.

290 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 341-342 et Gras (L.J.), Histoire de la rubannerie stéphanoise, p. 212 et suiv.

291 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 368 et D’Urbal, ouvr. cit., p. 271.

292 A.N., C 963, Enquête sur le travail... 1848, juges de paix 4e et 6e cantons Lyon.

293 A.N., C 956, Enquête sur le travail... 1848, délégué rubannerie Saint-Etienne ; A.D.L., 10 M 30, préfet Loire, 29.1.1849 et 92 M 7, maire Valbenoite, février 1849 ; Audiganne (A.), Les populations ouvrières de la France..., t. 2, p. 122-124.

294 A.N., C 956, id., canton Rive-de-Gier.

295 Gras (L.J.), Le Forez et le Jarez navigables..., p. 110 et suiv.

296 A.N., C 956, id., Roanne et Dumoulin, ouvr. cit., p. 220-229.

297 A.D.I., 162 M 2, id., Vienne Nord et Sud.

298 A.N., C 951, Enquête... 1848, Bourg-de-Péage.

299 A.N., C 951, id., Crest ; C 943, id., Nantua et Oyonnax ; C 958, id., Saint-Rambert ; C 963, id., Villefranche et Limonest.

300 A.N., C 963, Enquête... 1848, Saint-Genis-Laval, 30.11.1848.

301 A.N., C 963, id., L’Arbresle, 1.11.1849.

302 A.N., C 963, id., Montant ; C 951, id., Montélimar, Valence, Dieulefit ; C 943, Chatillon, Trévoux ; A.D.I., 162 M 1, id., Vizille... et 162 M 2, cantons cités ; sur le réseau dauphinois, cf. aussi Vigier (Ph.), La Seconde République dans la région alpine, t. II, p. 88-89.

303 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 92-93.

304 Ainsi à Givors, où l’on a mis au nombre des sociétés de secours mutuels les fondations du patronat sidérurgique (A.N., C 963, Enquête... 1848, Givors, 12.11.1848.

305 A noter pourtant que le mutuellisme traditionnel continuera son action par la suite, et que la plupart des sociétés repérées dans la première moitié du siècle continueront à fonctionner au moins jusqu’aux années 1900 ; elles sortent, avec l’ensemble du mouvement, de notre champ de recherches, mais il y aurait là un domaine à explorer dans un travail plus large sur la sociabilité ouvrière ; et ne peut-on pas avancer qu’il se transforme, au cours des décennies suivantes, en un puissant moyen d’intégration de la classe ouvrière ? qu’on songe au rôle actuel de la mutualité chez les fonctionnaires.

306 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 268 ; D’Urbal, ouvr. cit., p. 271 et suiv.

307 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 95-98.

308 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, « Historique de la grève des ouvriers chapeliers à Lyon », 10.1876.

309 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 548.

310 Office du Travail, ouvr. cit., t. 4, p. 304.

311 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 143 et p. 166-167.

312 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 543 et suiv. et p. 674-677 ; cf. aussi Chauvet (P.), Les ouvriers du livre en France de 1789 à la Constitution de la Fédération du Livre, p. 465 et suiv.

313 Sur P. Charnier et la « Société du Devoir Mutuel », cf. Rude (F.), Le mouvement ouvrier..., ouvr. cit., p. 124 et suiv.

314 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 242 et suiv. ; la « Société de secours mutuels et caisse de retraite des ouvriers en soie de Lyon » qui apparaît en avril 1850 est, au contraire, une organisation purement charitable inspirée notamment par la Chambre de Commerce qui la subventionnera longtemps.

315 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 342-344 et Gras (L.J.), Histoire de la rubannerie..., p. 212 et suiv.

316 Office du Travail, ouvr. cit., t. 3, p. 620.

317 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 346-347 et Gras (L.J.), ouvr. cit., p. 213 et suiv.

318 Sur les grèves du bassin minier de la Loire sous la Monarchie de Juillet, cf. Aguet (J.P.), Les grèves en France sous la Monarchie de Juillet, p. 55 et suiv. et Tarie (E.), La grande coalition des mineurs de Rive-de-Gier en 1844, Revue Historique, 1935, p. 249 et suiv.

319 Cit. par Guillaume (P.), Les mineurs de la Loire au milieu du XIXe siècle, Le Mouvement social, n° 43, avril-juin 1963, p. 8 et suiv.

320 Cit. par Guillaume (P.), art. cit., Le Mouvement social, n° 43, p. 13-14 ; du même, cf. La Compagnie des Mines de la Loire, p. 199 et suiv. Cf. aussi A.N., C 956, Enquête sur le travail... 1848, mineurs de Saint-Etienne.

321 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 333-334 ; la Société de secours mutuels de Rive-de-Gier n’a que 9 membres à sa dissolution. Une autre tentative va être faite dans la petite commune de Sorbiers, en mars 1859, qui durera jusqu’à la fin du siècle, avec une vingtaine de cotisants. Le mouvement mutualiste ne pouvait que rester étranger à une corporation où la multiplicité des caisses patronales pose la question de l’assistance en de tous autres termes.

322 A.D.L., 92 M 7, police Rive-de-Gier, 19.3.1848 et 10 M 30, id., Saint-Etienne, s.d. (mars 1849).

323 A.N., BB 18.1506, proc. gal Lyon, 16.6.1852 et « pétition des ouvriers mineurs de Rive-de-Gier au Prince-Président. »

324 Sur Garon et la délégation à Paris, Maitron (J.), Dictionnaire biographique..., ouvr. cit., t. 2, p. 237.

325 A.D.L., 10 M 42, sous-préfet Saint-Etienne, 9.7.1855 et 10 M 52, police Rive-de-Gier, s.d. (novembre 1855).

326 A.N., BB 18.1537, proc. gal Lyon, 2.12.1856, à propos de la Société des imprimeurs sur étoffes de Grenoble, qui serait dirigée par un bureau parallèle et secret ; en juillet 1858, c’est celle des ouvriers de Vizille qui attire l’attention (id., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 15.10.1858).

327 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 3.1.1857, et tout le dossier A.M.L., corporations, grèves, coalitions, 1. 2.

328 Cf. Pierre (R.), Aux origines du mouvement ouvrier dans la Drôme : les ouvriers chapeliers du Bourg-de-Péage et de Romans (1850-1890), Cahiers d’Histoire, XVII, 1972, 4, p. 340 et suiv.

329 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 547 ; A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 27.12.1859.

330 A.N., BB 30.382, proc. gal Nîmes, 9.4.1859 et Reynier (E.), L’organisation syndicale dans l’Ardèche..., p. 3.

331 A.N., F 12.4653, préfet Ardèche, 6.7.1874.

332 Office du Travail, ouvr. cit., t. 3, p. 620 et suiv.

333 A.N., BB 18.1592, proc. gal Lyon, 10.1.1860.

334 A.N., BB 18.1459, proc. gal Lyon, 5.4.1860.

335 A.N., BB 18.1612, proc. gal Grenoble, 8.6.1860 et BB 30.379, id., 22.7.1860.

336 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 674 et t. 4, p. 273.

337 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 743 et suiv.

338 A.N., BB 18.1704, proc. gal Grenoble, 31.12.1864 et A.D.I., 166 M 1, préfet, 17.12.1864 ; Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 252.

339 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 31.1.1865.

340 Les compagnons dissidents de 1840 avaient en effet réintégré, dix ans plus tard, l’« Union des Travailleurs du Tour de France » (cf. Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 165-167.

341 A.D.I., 166 M 1, police Vienne, 24.9.1867 et Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 370.

342 A.N., BB 18.1674, proc. gal Grenoble, 24.9. et 16.12.1863, 22.1.1864 ; A.D.I., 166 M 1, dossier « grève de Jallieu », 1863.

343 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 12.3.1870.

344 A.D.I., 166 M 1, pétition des imprimeurs sur étoffes de Saint-Symphorien-d’Ozon, 6.11.1869.

345 A.D.L., 93 M 1, préfet, 17.10.1856.

346 A.N., BB 18.1624, proc. gal Lyon, 19.2. et 30.4.1861 ; A.D.L., 93 M 1, préfet, 16.2.1860.

347 A.D.L., 93 M 1, préfet, 10.12.1861 et 17.9.1866, police Saint-Etienne, 6.1.1869.

348 A.N., F 12.4651, préfet Loire, 19 et 26.10, 8.11.1865 ; Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 352 ; Faure (P.) Histoire du mouvement ouvrier dans le département de la Loire..., p. 162-163.

349 Sur la Caisse fraternelle et son action jusqu’en 1870, Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 336 et suiv. ; Hatzfeld (H.), Du paupérisme à la Sécurité Sociale, p. 215 et suiv.

350 Sur Michel Rondet et les participants à la réunion de juin 1866, Maitron (J.), Dictionnaire biographique..., ouvr. cit., t. 9, p. 32.

351 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 331, et Gras (L.J.), Histoire économique des mines de la Loire..., t. 2, p. 513.

352 A.N., C 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, réponse mineurs de Saint-Etienne : on s’y plaint de la fréquente nécessité de recourir à la justice pour bénéficier du secours des caisses ; et l’ouvrier qui voit ainsi reconnaître ses droits est renvoyé dès qu’il est guéri.

353 A.N., BB 18.1634, proc. gal Lyon, 24.1.1866 et BB 30.379, id., 27.3.1866 ; Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 335. En janvier 1866, des ouvriers en procès contre la caisse de leur compagnie sont défendus par Jules Favre ; ils sont déboutés, mais l’affaire fait grand bruit et c’est elle qui entraîne la réforme et la tentative d’unification. L’attitude des mineurs s’explique, juge le procureur général, par « ... l’idée que l’administration des caisses de secours devrait appartenir aux ouvriers ou que, tout au moins, ils devraient être appelés à contrôler l’emploi de l’argent qu’ils fournissent pour une large part... » (rapport au Garde des Sceaux, 24.1.1866).

354 A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 30.11.1866, qui affirme « ... les ouvriers m’ont su le plus grand gré de ma tentative... » ; il les dissuade de venir, à 6 000, lampes allumées sur la tête, lui donner une aubade nocturne, mais un millier de mineurs se rendent tout de même à son hôtel.

355 A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 30.4.1867 et A.D.L., 10 M 60, police 1er arrondissement Saint-Etienne, 24.6.1867.

356 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 28.3.1867 ; dès mars 1866, il avait saisi le danger en affirmant, contre le préfet, la nécessité de « ... maintenir des administrations distinctes pour les concessions... Toute concentration nouvelle ne servirait que les intérêts révolutionnaires... » (rapport au Garde des Sceaux, 27.3.1866).

357 A.N., BB 18.1759, proc. gal Lyon, 31.7.1867 et F 1 C III, Loire, 6, préfet, même date.

358 A.N., BB 30.389, proc. gal Lyon, 10.7.1869.

359 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 267-269.

360 Plusieurs des commissions surgies en 1869 fonctionnent depuis plusieurs années, discrètement ; chez les tullistes notamment, dès 1864, il y avait eu création de « ... séries de 20… », avec « ... une caisse destinée à pourvoir à leurs besoins... » pour imposer, en juin, un relèvement des salaires (A.N., BB 18.1688, proc. gal Lyon, 29.9.1864.

361 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 269 et suiv., et Pariset (E.), Histoire de la Fabrique lyonnaise de soieries..., p. 330.

362 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, gendarmerie Croix-Rousse, 22.2.1872. Office du Travail, ouvr.cit., t. 2, p. 277 et suiv. ; la « Société civile » intervient en mars à L’Arbresle, puis aux Avenières et à Faverges en Dauphiné, où elle recrute un instant 441 adhérents éphémères.

363 Les « séries » sont elles-mêmes rassemblées en « groupes » que coiffe un « Bureau central », auquel chaque président de « série » verse le dixième des cotisations qu’il recueille ; A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 15.6.1870 et F 12.4652, id., 25.6.1870.

364 A.D.R., 10 M 29, police Lyon, 24.11.1876 et M, grèves antérieures à 1879, commiss. spéc. Lyon, 1.4.1874 et préfet Rhône, 16.5.1874.

365 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 168 et suiv. ; en juillet 1870 notamment, elle impose la journée de 10 heures chez une cinquantaine de patrons.

366 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 81-82.

367 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 674 et suiv. ; t. 2, p. 43 ; t. 4, p. 273 et p. 304 et suiv. ; A.M.L.I. 2, Corporations, grèves, coalitions, commiss. spéc. Lyon, octobre 1867 et février 1868, sur le bouillonnement syndical de la ville.

368 A.D.R., 4 M 6, police Lyon, décembre 1871 et Maritch (S.), ouvr. cit., p. 225- 226.

369 Cf. Vial (J.), La coutume chapelière..., p. 174 et suiv.

370 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 549-550 ; à Lyon est venue s’ajouter aux approprieurs, en 1868, une « Société de secours mutuels contre le chômage des chapeliers en fantaisie, paille et feutre », qui est, en fait, une chambre syndicale : l’un de ses premiers actes, en mars 1869, est de demander aux patrons la baisse de la journée de travail et de déclencher la grève pour y parvenir.

371 A.N., F 12.2370, Ministre Agriculture et Commerce, 28.10.1869.

372 Pour simplifier, nous renvoyons au chapitre précédent : tout le paragraphe utilise en effet les « fiches-grèves » élaborées pour l’étude du mouvement d’ensemble, chacune d’entre elles faisant référence, parfois, à une bonne dizaine de sources différentes.

373 Outre des ouvrages généraux récents, tels Jeloubovskaia (E.), La chute du Second Empire et la naissance de la Troisième République en France, Moscou, 1959, qui lui portent une attention particulière, cf. surtout L’Huillier (F.), La lutte ouvrière à la fin du Second Empire, 1957, 78 p., dans son ensemble ; sur la région, outre Maritch (S.), ouvr. cit., p. 218 et suiv., Dutacq (F.) Les grèves lyonnaises de la fin du Second Empire, La Révolution de 1848, 1931-1932, t. 28, p. 225 et suiv. et Léon (P.), les grèves de 1867-1870 dans le département de l’Isère, Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 1, oct.-déc. 1954, p. 272-300.

374 A.N., BB 18.1764, proc. gal Lyon, 8 et 11.2.1868.

375 A.N., BB 30.389, proc. gal Lyon, 28.12.1868 ; F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 4.7.1868 et id., Savoie, 1, préfet, 4.8.1868. A.D.L., 10 M 61, police Saint-Etienne, 25.7.1868 et 92 M 11, id., 4.7. et 24.9.1868.

376 En fait, l’agitation dure toute l’année 1868, et en décembre, on craint que les tisseurs ne se joignent aux fileurs (A.N., F 1 C III, Isère, 10, préfet, 9 et 14.12.1868).

377 De surcroît, l’agitation est très vive, sans qu’il y ait arrêt de travail, dans l’agglomération grenobloise, déjà légèrement touchée en octobre et novembre 1869 (A.D.I., 52 M 46, préfet, 14.10. et 21.11.1869). En juillet 1870, l’ambiance revendicative se détériore tour à tour chez les menuisiers, les ébénistes, les maréchaux-ferrants, et atteint même les fondeurs, les mécaniciens et les gantiers (A.D.I., 166 M 1, police Grenoble, 18.7.1870 et « Lettre des ouvriers du bâtiment » s.d. (été 1870).

378 Et il faudrait ajouter l’agitation qui se produit, de janvier à juillet 1869, chez les fileuses et les moulinières de soie, restées jusque là à l’écart, autour de Bourg-Saint-Andéol et dans l’arrondissement de Largentière, en liaison avec celle du Gard (A.N., BB 30.390, proc. gai Nîmes, 15.1. et 18.7.1869).

379 Encore connaît-on mal l’ampleur des grèves lyonnaises, hors celle des « façonniers » ; il est impossible de croire aux 8 000 ovalistes dont on se targuera un peu plus tard – il y a beaucoup moins de mouliniers dans toute l’agglomération –, mais en avril 1870, les réunions du Cercle des métallurgistes, pour préparer les revendications, se déroulent en présence de 2 500 à 3 000 assistants.

380 La propagande dans les campagnes débute avec l’année 1870, même dans les campagnes à l’ouest du Rhône, où elles rencontrent moins de succès (A.D.L., 92 M 12, sous-préfet Roanne, 9 et 19.3.1870, à propos du canton de Charlieu ; cf. aussi A.N., F 12.4652, préfet Isère, 2.2.1870) ; et, un instant, il semble que les passementiers stéphanois ne soient pas insensibles à la grève des tisseurs d’étoffes du domaine lyonnais (A.D.L., 92 M 12, police, 19.6.1869).

381 Selon l’expression de L’Huillier (F.), ouvr. cit., p. 5 sur les grèves du Creusot, id., p. 37 et suiv., et Ponsot (P.), Les grèves de 1870 et la Commune de 1871 au Creusot, s.d. (1958), p. 18 et suiv.

382 A.N., BB 18.1767, proc. gal Grenoble, 7.12.1868.

383 A.N., BB 18.1767, id., même rapport.

384 Depuis Maritch (S.), ouvr. cit., p. 143-170, p. 217-263, jusqu’à Moissonnier (M.), La Première Internationale et la Commune à Lyon, 1972, p. 49 et suiv., et p. 212 et suiv. notamment, et J. Archer, qui a donné déjà plusieurs articles extraits de sa thèse (et cités en cours de route) ; en passant par Rougerie (J.), art. cit., Annali dell’Istituto Giangiacomo Feltrinelli, anno quarto, 1961, p. 126 et suiv. et « Les sections françaises de l’Association internationale des travailleurs, in La Première Internationale..., colloque C.N.R.S., Paris, 1964, p. 96 et suiv., p. 107-108 notamment pour l’implantation elle-même ; l’essentiel était déjà dans Testut (O.), L’Internationale..., Paris-Versailles 1871, p. 167 et suiv.

385 Maritch (E.), ouvr. cit., p. 144-149 ; Rougerie (J.), art. cit., Annali..., p. 127- 128 ; Moissonnier (M.), ouvr. cit., p. 127-128.

386 Testut (O.), ouvr. cit., p. 167 et suiv.

387 A.M.L., I 2, 43, police Lyon, 11.1.1867 et 24.4.1867 ; le texte du rapport à Genève est reproduit par Moissonnier (M.), ouvr. cit., p. 54-55

388 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 8.2. et 26.4.1867 ; A.M.L., I 2, 43, police Lyon, 17.8.1867 et Testut (O.), ouvr. cit., p. 167-168.

389 A.N., BB 30.375, proc. gal Chambéry, 31.3.1868 et BB. 18.1735, proc. gal Lyon, 8.6.1868 ; Maritch (S.), ouvr. cit. p. 166 et suiv.

390 Sur le personnage, complexe, brouillon, un rien mégalomane, et qui ne fait que passer, en 4 ans, dans le mouvement ouvrier régional, cf. Maitron (J.), Dictionnaire biographique..., ouvr. cit., t. 8, p. 331-334, et sur son destin ultérieur, au sein du P.O.S.R., parisien, puis de la S.F.I.O., Moissonnier (M.), Albert Richard, International Review of Social History, XVII, 1972, parts 1-2, p. 395-407 ; pour le reste, Testut (O.), ouvr. cit., p. 168 et Rougerie (J.), art. cit., Annali, ... p. 139 et suiv.

391 Testut (O.), ouvr. cit., p. 169 et suiv. et Moissonnier (M.), La section lyonnaise de l’internationale et l’opposition ouvrière à la fin du Second Empire (1865-Î870), Cahiers d’Histoire, t. X, 1965, 3, p. 305 et suiv.

392 Testut (O.), ouvr. cit., p. 169-170 ; Maritch (J.), ouvr. cit., p. 231-232 ; sur les liaisons régionales de la section lyonnaise et l’importance nationale du Congrès de mars 1870, Gaillard (J.), Communes de province, commune de Paris, 1870-1871..., p. 26-27.

393 Cf. A.N., BB 18.1783, proc. gal Lyon, 26.3.1870 et BB 30.390, id., 10.4.1870 qui fait part de ses « ... sérieuses préoccupations... » car « ... la Société Internationale des Travailleurs préside à tout ce mouvement, ses doctrines ont pénétré dans toutes les corporations, et chacune d’elles s’organise en ce moment en « Union fédérale », divisée en sections de 20 membres, en attendant que le moment soit venu de les réunir toutes en une seule Fédération... ».

394 Sur la multiplication des adhésions, Rougerie (J.), art. cit., Annali..., p. 142 ; sur l’intervention dans les grèves, A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 15.6.1870 et F 12.4652, id., 25.6.1871.

395 A noter que le début des poursuites (cf. le télégramme du Garde des Sceaux aux procureurs généraux, A.N., BB 18 1783, 30.4.1870 : « Arrêtez sur le champ tous les individus qui dirigent l’internationale – La situation devient grave » – ne parait pas stopper les infiltrations nouvelles.

396 Cf. Testut (O.), ouvr. cit., p. 175-176 ; Rougerie (J.) art. cit. in L’Internationale..., colloque CNRS, p. 109 et Maitron (J.), Les effectifs de la Ie Internationale en France, id., p. 130, sur les éléments dispersés dans la Drôme, l’Isère et l’Ardèche.

397 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 25.4.1868 ; A.D.I. 166 M 1, sous-préfet Vienne, 7.4.1868 et police, 9.4.1867.

398 Testut (O.), ouvr. cit., p. 175.

399 A.D.L., 10 M 62, police Saint-Etienne, 25.10.1869.

400 Outre Testut (O.), ouvr. cit., p. 174-175, A.N., BB 30.390, proc. gal Lyon, 21.1. et 9.7.1870 et F 1 C III, Loire, 9, préfet, 8.6.1870. A.D.L., 10 M 66, préfet Rhône, 24.6.1870.

401 A.D.L., 92 M 12, juge paix Bourg Argentai, 3.8.1869 et A.N., F 1 C III, Loire, 9, 8.6.1870 ; dans le même temps, on repère des sympathisants ou des militants dispersés à Saint-Chamond et dans toute la vallée du Gier (A.D.L., 92 M 12, préfet, 8.6.1870).

402 Testut (O.), ouvr. cit., p. 182-183 ; on parle aussi d’un groupe à Tarare, en juillet 1870, mais de 15 membres seulement (Rougerie J., art. cit.... Colloque CNRS, p. 109).

403 A.N., F 12.4652, préfet Ardèche, 10.12.1869 et A.D. Ar., 15 M 42, sous-préfet Tournon, 1.3.1870.

404 Chagny (R.), Le mouvement ouvrier à Grenoble à la fin du Second Empire, in Grenoble à l’époque de la Commune, 1972, p. 20-21.

405 A.N., F 1 C III, Ain, 9, préfet, 3.4.1869.

406 Cf. Vuilleumier (M.), La Première Internationale à Annecy et en Haute-Savoie, Bolletino storico-bibliografico subalpino, LXIII – 1965, fasc. I-11, p. 35-44.

407 Cf. les remarques d’E. Labrousse, in La Première Internationale..., Colloque du C.N.R.S., ouvr. cit., p. 139.

408 A.N., BB 30.389, proc. gal Lyon, 10.7.1869, à propos des grèves des mineurs de la Loire et de celles de Lyon au printemps : « … Il me paraît démontré que (elles) ont été provoquées par l’action du parti révolutionnaire et que l’Association Internationale des Travailleurs n’est pas demeurée étrangère... lorsqu’on sait (qu’elle les) considère comme son principal moyen d’action sur les masses ouvrières... Toutefois, les perquisitions qui ont été faites soit à Lyon soit à Saint-Etienne n’ont produit, à cet égard, aucun résultat... ».

409 A.D.I., 166 M 1, police Grenoble, 19.7.1870.

410 A.D.I., 166 M 1, police Voiron, 9.6.1870.

411 A.D.L., 92 M 12, préfet Loire, 4.8.1869.

412 A.N., F 1 C III, Drôme, 8, préfet, 13.4.1870.

413 A.D.L., 92 M 12, juge de paix Bourg-Argental, 3.8.1869.

414 A.D.L., 92 M 12, gendarmerie, 11.11.1869.

415 A.D.I., 52 M 53, préfet, 4.4. et 7.6.1870 ; 166 M 1, police Vienne, 22.5.1870.

416 Ainsi, les chapeliers de Chazelles sont en relation, en octobre 1869, avec ceux de Paris (A.D.L., 92 M 12, gendarmerie, 21.10.1869) ; et des lettres saisies au Comité des métallurgistes de Vienne, en mai 1870, montrent l’étendue des correspondances : sur t6 militants auxquels elles s’adressent, il est 3 Lyonnais, dont Meda le dirigeant du « Cercle des bronziers », 1 d’Oullins, 1 de Givors, 1 de Lhorme, 1 de Saint-Chamond et 1 de Villefranche ; mais les autres habitent Soissons, Fourchambault, Le Creusot, Chartres, Mâcon, Verdun, Paris et Genève.

417 A.D.I., 166 M 1, lettre Comité grève métallurgistes de Vienne à ceux de Lyon « ... afin d’avoir quelques petits secours... » 17.5.1870 ; à l’inverse, en juillet les tréfileurs d’or, à Lyon, se servent de la « ... menace de l’Internationale... », alors que celle-ci y est déjà bien déconfite (A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 12.7.1870.

418 Cf. Dutacq (F.), art. cit., La Révolution de 1848, t. XXI, 1924-1926, p. 228-231.

419 Moissonnier (M.), ouvr. cit., p. 235 et suiv. ; au lendemain du 4 septembre l’A.I.T. n’a plus d’action propre ; elle se confond avec un « Comité central du Salut de la France » d’Albert Richard et de son ami Gaspard Blanc, noyauté par l’« Alliance de la Démocratie socialiste » de Bakounine, arrivé à Lyon le 15 septembre. Quelques jours plus tard, ils attirent pourtant 6 000 auditeurs à La Guillotière : c’est le succès de la réunion qui les incite au coup de main du 28 septembre, à l’occasion d’une manifestation des terrassiers des chantiers de défense atteints par une baisse des salaires ; leur échec devient, aux yeux des ouvriers lyonnais, celui de l’A.I.T. qu’ils identifient aux amis de Bakounine.

420 A.N., BB 30.390, proc. gal Lyon, 10.4.1870.

421 A.N., BB 30.389, proc. gal Grenoble, 7.7.1869 ; cf. aussi A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 12.3.1870 : « ... il serait téméraire d’affirmer qu’il n’y a pas quelque inspiration politique au fond de cette agitation des travailleurs... ».

422 A noter qu’à plusieurs reprises, depuis longtemps déjà, les mouvements revendicatifs avaient été l’occasion de professions de foi républicaine : en 1862, à Roanne, on appose des placards « Travail, pillage ou République » et l’on diffuse des cartes postales « Du travail, du pain, ou la République » (A.N., F 1 C III, Loire, 9, préfet, 20.7.1862) ; chez les teinturiers d’Izieux, en janvier 1869, on chante le « Chant des Girondins » (A.D.L., 92 M 12, police, s.d.) ; les mineurs du bassin de la Loire défilent en criant « Vive Bertholon ! », leader local de l’opposition, et la Caisse fraternelle intervient directement dans les élections de 1869 (Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 337).

423 On descend en effet dans la rue à l’annonce d’un grave revers des volontaires lyonnais à Nuits-Saint-Georges ; pour l’ensemble de l’automne 1870 et de l’hiver qui suit cf. Kleinclausz (A.), ouvr. cit., t. 3, p. 237-241 ; Moissonnier (M.), ouvr. cit., p. 272-303 qui suivent pas à pas les événements lyonnais.

424 Cf. sur Saint-Etienne, Vidal (J.F.), La Commune de 1871 à Saint-Etienne, MM., Lyon, p. 28 et suiv., et surtout le très remarquable article de Elwitt (Sanford H.), Politics and social classes in the Loire ; the triumph of republican order, 1869-1873, French Historical Studies, 1969, vol. 6, n° 1, p. 93-112 ; sur Grenoble, Guillen (P.), Les Grenoblois et le gouvernement de la Défense nationale, in Grenoble à l’époque de la Commune, ouvr. cit., p. 45 et suiv.

425 Moissonnier (M.), ouvr. cit., p. 317 et suiv. ; Donné (J.P.), Une société en crise, La Commune à Lyon, 1870-1871, M.M., Lyon, 1966 p. 159-181.

426 Sur la participation ouvrière, qui montre la part des travailleurs des nouvelles industries – mais l’émeute se déroule à La Guillotière, où elles sont implantées, Donné (J.P.), ouvr. cit., tableau h.t. n° V : au total, on compte 89 ouvriers – dont 15 tisseurs seulement – sur 121 émeutiers identifiés. Surtout, Archer (J.), The Crowd in the Lyon Commune, International Review of Social History, XVII, 1972, parts 1-2, et, du même, La Commune de Lyon, Le Mouvement Social, n° 77, p. 46-47, dont le classement est malheureusement mal adapté aux structures de l’industrie lyonnaise.

427 Faure (P.), ouvr. cit., p. 180 et suiv. ; Vidal (J.F.), ouvr. cit., p. 52 et suiv.

428 A.D.L., 10 M 73, sous-préfet Roanne, 12.4., 7 et 21.5.1871 ; A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, gendarmerie, 3.6.1871 ; Reynier (E.), L’organisation syndicale..., ouvr. cit., p. 3, et Broué (P.), Les communeux de Grenoble ; le club de l’école Reboul, in Grenoble à l’époque..., ouvr. cit., p. 71 et suiv.

429 Cf. Bruhat (J.), Dautry (J.)..., La Commune de 1871, 1960, p. 310-312.

430 A.D.R., 4 M 6/5, police, décembre 1872. Les anciens Internationalistes sont particulièrement nombreux au Cercle de la Solidarité : sur 19 militants principaux nominalement cités, c’est le cas pour 10 d’entre eux ; 6 ont appartenu au Comité de Salut Public qui a administré la ville au lendemain du 4 septembre et dont Chepié était l’un des principaux inspirateurs (cf. Kleinclausz (A.), ouvr. cit., t. III, p. 219 et suiv.

431 Episode isolé, mais révélateur, qu’un incident survenu à Albertville en juillet 1871, où l’on a saisi une lettre adressée à l’internationale ! Après enquête, on identifie l’auteur : c’est un demi-crétin à qui de mauvais plaisants ont fait croire que l’on pouvait « ... soustraire le vin dans les caves par les moyens magiques de l’Internationale... » ! (A.D.S., 9 M 11/ 8, sous-préfet Albertville, 6.7.1871.

432 A.D.S., 9 M II/ 8, police Saint-Michel-de-Maurienne, 5.3.1872 et 9 M 11/9, Ministre Intérieur, 21.4.1872 ; A.D.H.S., 6 M, Affaires politiques, 1870-1872 et 1873, préfet Ain, 11.3.1872 et préfet Haute-Savoie, 13.3.1872.

433 A.D.H.S., 6 M, Affaires politiques, 1873, sous-préfet Saint-Julien, 15.9.1873.

434 A.D.H.S., 6 M, id., police frontière Moellesuellaz, 1 et 5.9.1873.

435 A.D.H.S., 6 M, id., 1874-1876, sous-préfet Bonneville, 28.9.1874.

436 A.D.S., 9 M 11/ 8, Consul Italie, 18.10.1877.

437 A.D.H.S., 6 M, 1870-1872, préfet, 11.3. et 25.5.1872 et 15 M, Industrie et Commerce, 1861-1878, id., 27.7.1872 ; cf. Vuilleumier (M.), art. cit., p. 48 et suiv. ; en fait, Ph. Calligé et ses amis ne se distinguaient plus en rien des autres républicains.

438 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police, 27.9.1871.

439 A.D.R., id., 8.8.1871.

440 A.D.R., id., gendarmerie, 19.12.1871.

441 A.D.L., 92 M 13, sous-préfet Roanne, 20.4.1872.

442 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, commiss. spéc. Lyon, 31.3.1874.

443 A.D.I., 166 M 1, police Voiron, 23.7.1875.

444 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police, 11.8.1875.

445 A.D.I., 52 M 54, sous-préfet Vienne, 30.3.1872 et 166 M 1, id., 4.11.1875.

446 A.D.D., 84 M 1, commiss. spéc. Bourg de Péage, 4.2.1875.

447 A.D. Ar., 15 M 44, Ministre Intérieur, 15.1.1876 ; il y aurait en outre, toujours, quelques militants isolés à Annonay.

448 A.D.L., 10 M 66, Ministre Intérieur, 15.10.1873, qui signale une réunion à Genève où quelqu’un s’est présenté avec mandat (garanti par la section de Barcelone !) d’une « Fédération de Roanne et des environs » dont on ne trouve nulle autre trace ; cf. aussi A.D.L., 92 M 13, sous-préfet Roanne, 26.4.1872.

449 A.D.L., 10 M 66, police Saint-Etienne, 5.8.1871 et Ministre Intérieur, 22.2.1875 ; 10 M 71, préfet, 11.1.1873 ; 92 M 13, préfet police Paris, 21.6.1873 et 93 M 114, police, 15.11.1876.

450 A.N., C 3021, enq. parlement. 1872, réponse Conseil hygiène Lyon et A.D.R., M, grèves antér. à 1879, préfet, 1.4. et 16.5.1874 ; police, 30.10.1874.

451 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, s.d. (1872).

452 Cf. Maitron (J.), Dictionnaire biographique..., ouvr. cit., t. 7, p. 175 et t. 9, p. 330.

453 A.D.I., 52 M 54, sous-préfet Tour-du-Pin, 2.4.1872.

454 A.D.L., 10 M 71, sous-préfet Roanne, 21.4.1872.

455 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, Genin, industriel à Moirans.

456 A.N., C 3021, id., réponses Brunet Lecompte, fabricant à Bourgoin, et Forges Allevard.

457 A.N., C 3021, id., Chambre Commerce Vienne.

458 A.N., C 3021, id. Conseil Hygiène et Chambre Commerce Lyon : le désordre des esprits est total chez les compagnons, alors que se fait jour chez les chefs d’atelier un sentiment de « conservation », qui « … admet que la sécurité du travail est liée au maintien de l’ordre... ».

459 A.N., C 3025, Enquête parlementaire... 1872, rapport général de la 2e sous-commission, p. 9.

460 A.N., C 3021, id., Chambre Commerce Lyon, qui remarque, à l’inverse le médiocre succès de la « Société de secours mutuels » qu’elle inspire depuis 1849 : des subventions annuelles de 100 000 à 120 000, les avantages très substantiels, supérieurs à la norme, qu’elle assure, n’empêchent pas « … l’éloignement des ouvriers tisseurs... » ; en 23 ans, il n’en est venu que 5 000, dont 3 000 femmes.

461 A.D.I., 166 M 1, sous-préfet Vienne, 4.11.1875 ; A.D.L. 10 M 71, sous-préfet Roanne, 21.4.1872 ; A.D.D., M, 1298, sous-préfet Montélimar, 24.5.1875.

462 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, Chanard, fabrique savons Bourg ; Jacotet-Carpano, horloger à Cluses ; Chambre Commerce Vienne ; A.D. L, 166 M 2, préfet, 28.5.1879 ; A.D.L., 90 M 1, divers, s.d. (1872).

463 Cf. Weil (G.), Histoire du mouvement social..., ouvr. cit., p. 188 et suiv. ; Dolleans (E.), Histoire du mouvement ouvrier..., ouvr. cit., t. 2, p. 14-15 ; sur la « rupture » de 1871, à partir d’un point de vue trop exclusivement parisien à notre sens, Lefranc (G.), Le mouvement syndical en France sous la IIIe république, p. 15-16.

464 Une tentative de relance du conflit avorte assez vite à l’automne 1869, à Rive-de-Gier ; à Saint-Etienne, 50 meneurs, dont Michel Rondet, sont condamnés par le tribunal correctionnel, le 7 août 1869, mais sont aussitôt amnistiés. Cf. Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 337 et A.D.L., 92 M 12, préfet, 22.10.1869 ; sur le désarroi et l’épuisement des mineurs, A.N., BB 30.390, proc. gal Lyon, 21.1.1870.

465 Michel Rondet lui-même ayant été condamné le 5 décembre 1871 à 5 ans de prison par la Cour d’Assises de Riom pour sa participation à la Commune de Saint-Etienne.

466 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 341 ; sur les mouvements dans la vallée de l’Ondaine, A.N., F 12.4653, et A.D.L., 10 M 71, 92 M 13 et 14, pièces diverses, surtout préfet Loire, 8.8.1872 et gendarmerie, 7 et 8.4.1875.

467 A.D.R., 4 M 5 et 6, préfet Rhône, 10.10.1874.

468 A.D.R., 4 M 5 et 6, notes police diverses, 1872-1873, qui insistent toutes sur la modération et l’honnêteté des dirigeants ouvriers. A noter que parmi les « sociétés civiles » et les « chambres syndicales » de 1872-1874, on retrouve bon nombre des plus importants de la fin du Second Empire, comme celles des lithographes, des tailleurs de pierre, des cordonniers, etc.

469 A.D.R., M., grèves antérieures à 1879, « La Solidaire », statuts et note de police annexe (janvier 1872).

470 A.D.R., M, id., commiss. spéc. Lyon, 6.12.1875.

471 A.D.L., 10 M 76, police Saint-Etienne, 12.9.1876 et 93 M 114, id., 15.11.1876.

472 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 269 et suiv., et Pariset (E.), ouvr. cit., p. 330.

473 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, Faye et Thévenin, soieries à Lyon.

474 Une « Corporation des tisseurs de velours à 2 pièces », née d’une scission en 1871, après une grève malheureuse paraît végéter ; sur les autres spécialistes, cf. A.D.R., 10 M 29, police Lyon, 24.11.1876.

475 Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 787 ; t. 2, p. 43 et t. 4, p. 304 et suiv.

476 A.D.R., 4 M 5/6, police Lyon, décembre 1872.

477 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Vaise, 26 et 30.10.1874 ; Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 167 et suiv.

478 A.D.I., 166 M 1, police Vienne, 17.1 1.1875 et 166 M 2, sous-préfet, 15.2.1878 ; Office du Travail, ouvr. cit., p. 370-371.

479 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, commiss. spéc. Lyon, 6.12.1875.

480 A.D.L., 93 M 114, police Saint-Etienne, 15.11.1876.

481 A.D.D., M 1498, police Bourg-de-Péage, 12.8.1874 et Pierre (R.), art. cit., Cahiers d’Histoire, XVII, 1972 p. 349-350.

482 A.D.R., 10M 11, police Lyon, 12.8.1874.

483 A.D.R., 10 M 11, police, 12.8.1874 et juge instruction Lyon, 16.11.1874 ; A.D.L., 92 M 13, préfet, 11.8.1874.

484 Le « Cercle... des apprêteurs… » a été dénoncé un peu avant comme un club politique, « ... un foyer d’agitations... aux mains de chefs affiliés à l’internationale » de même que la « Société... de la teinturerie » ; leurs dirigeants, effectivement, Bouteille et A. Vindry sont d’anciens membres de l’A.l. T. ; l’un et l’autre sont dissous au début d’avril 1874 (A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, 16.5.1874) ; au début de 1875, on se contente de retirer l’autorisation préfectorale à la corporation : l’accusation de « se mêler de la politique » parait tout à fait vaine, l’occasion ayant été une réunion des « séries » de Meyzieu coïncidant avec une élection cantonale ; des poursuites se terminent d’ailleurs par un non-lieu, alors qu’en juillet 1874, plusieurs dirigeants des tullistes sont condamnés pour entraver la liberté du travail (A.D.R., 10 M 29, police, 24.11.1876) ; quant à la Société civile, elle était accusée depuis 1872 de « ... faire de la propagande dans les campagnes en faveur de la République... (A.D.R., M., grèves antérieures à 1879, gendarmerie, 22.2.1872.

485 A.D.R., 10 M 111, police Givors, 11.3.1874 et préfet, 25.2.1875.

486 A.D.R., M., grèves antérieures à 1879, « Historique de la grève des ouvriers chapeliers de Lyon », novembre 1876.

487 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 551-552.

488 En 1879 ; ce n’est qu’en 1883 qu’elle prendra officiellement le titre de « Chambre syndicale » (Office du Travail, ouvr. cit., t. 1, p. 787).

489 A.D.I., 52 M 56, Ministre Intérieur, 17.1.1877 et Commiss. central Grenoble, 22.1.1877 et 30.3.1878 ; Louis Martin, qui a 27 ans en 1876 serait un ancien membre de l’A.I.T. ; en dehors de celle des gantiers, on signale au début de 1878 à Grenoble l’existence d’une « Chambre syndicale des charpentiers », bien plus médiocre.

490 A.D.I., 166 M 2, sous-préfet Vienne, 15.2.1878.

491 Office du Travail, ouvr. cit., t. 2, p. 352.

492 A.D.L., 10 M 76, police Saint-Etienne, 12.9.1876 et 93 M 114, id., 15.11.1876 ; à noter aussi, en 1877, un « Syndicat des travailleurs de la teinture » à Saint-Chamond (A.D.L., 93 M 6, statuts).

493 Cf. A.N., F 12.4654, préfet Rhône, 12.8.1878.

494 A.N., BB 18.379, proc. gal Lyon, 28.3.1867.

495 A.N., BB 18.379, id., 13.11.1867.

496 A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 30.11.1866.

Table des illustrations

Titre CONDAMNÉS DES COMMISSIONS MIXTES, LYON, DÉCEMBRE 1851
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre SUSPECTS DES COMMISSIONS MIXTES, SAINT-ÉTIENNE, 1851
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre CONDAMNÉS DES COMMISSIONS MIXTES, ISÈRE, 1851
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre “SUSPECTS DANGEREUX”, ARRONDISSEMENT DE SAINT-ÉTIENNE, 1858150
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre “SOCIÉTÉ DES PÈRES DE FAMILLE”, SAINT-ÉTIENNE, 1860
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30218/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre “ALLIANCE RÉPUBLICAINE ", SAINT-ÉTIENNE, 1871
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30218/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre " ALLIANCE RÉPUBLICAINE ", ROANNE, 1871, PAR PROFESSIONS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30218/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Presses universitaires de Lyon, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search