Version classiqueVersion mobile

Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) - Volume 2

 | 
Yves Lequin

Chapitre II. La lutte collective et l’apprentissage d’une identité

Texte intégral

  • 1 Pour l’ensemble du chapitre, nous renvoyons une fois pour toutes aux graphiques hors texte (...)

1Entre 1848 et 1914, dans l’ensemble, le mouvement des grèves dans la région lyonnaise ne se distingue pas de celui de la France tout entière. Le balancement chronologique est le même : il suffit de lire, d’un œil fourchu, les deux courbes du graphique 67 qui inscrivent le parallélisme des rythmes et de la direction générale. Comme ailleurs, de rupture exceptionnelle, la grève devient pour la classe ouvrière un instrument de lutte quasi quotidien : dans la première décennie du Second Empire, on n’en compte guère que 7 par an, en moyenne ; mais pas moins de 115 entre 1901 et 1910, et 132 dans les années qui précèdent la guerre, soit une tous les 3 jours, au moins. Du début d’avril à la dernière semaine de juin, où il en éclate en moyenne une sur trois (36,2 %), chaque printemps voit exploser la revendication ouvrière. Si, globalement, la grève demeure une aventure qui, deux fois sur cinq (39,2 %) se termine mal, la réusite augmente avec l’expérience et la maîtrise que l’on en prend : dans la première décennie du siècle nouveau, 2 fois sur 3 on fait triompher le programme revendicatif, partiellement ou en totalité (63,7 %), là où l’on n’avait guère plus d’une chance sur deux de fléchir la résistance patronale entre 1851 et 1860 (54,3 %). Ce qui explique, peut-être, une hardiesse nouvelle puisqu’on prend l’offensive près de 7 fois sur 10 (66 %) quand on devait, tout simplement, se défendre, une soixantaine d’années auparavant, dans trois occasions sur cinq (60,3 %)1. Indicateurs d’ensemble, qui sont loin d’épuiser le sens de la question pourtant, et dont l’analyse de détail apporte, dans le temps et dans l’espace professionnel et géographique, de singulières nuances.

I. La physionomie générale des grèves

2Tout au long d’une période de près de 70 ans, on ne dispose pas, pour chacune d’entre elles, des indications numériques nécessaires pour mesurer le mouvement avec la totalité des instruments qu’elles appellent d’ordinaire. Ainsi, il ne nous est pas apparu possible d’apprécier, avec une sûreté suffisante, leur extension, c’est-à-dire le nombre des participants avant 1877, et leur intensité – le total des journées perdues – avant 1889 et la publication de la Statistique annuelle de l’Office du Travail ; sans nous interdire, avant ces dates, d’apprécier l’une et l’autre pour les cas particuliers où l’on est mieux renseigné.

3De 1848 à 1914 donc, seule la fréquence peut être annuellement estimée, sur la longue distance ; avec quelques réserves : jusqu’aux approches de la loi de 1864, les pouvoirs publics ne savent pas toujours distinguer la grève de la simple coalition qui n’aboutit pas ; et, après, combien d’arrêts de travail terminés aussitôt que commencés par le renvoi brutal et le remplacement des coupables – le cas n’est pas rare sur les chantiers du bâtiment – échappent-ils au comptage ? De même, les conditions du déclenchement, les circonstances de la lutte, les résultats ne sont pas toujours nets, même quand la grève est clairement identifiée. Le partage des causes, des revendications, des succès et des défaites n’est donc pas calculé sur la totalité des mouvements, au moins dans les quinze premières années, si l’on peut estimer que seuls les plus anodins échappent à l’observation.

1. La fréquence : les rythmes de la croissance

  • 2 Le nombre de 132 ne rend pas compte de la force de la croisssance, puisqu’il est calculé à (...)

4Le partage de son mouvement d’ensemble en moyennes décennales montre la continuité de la progression en précisant sa chronologie. De 1851-1860 à 1911-1914, elles sont donc en hausse constante et rapide ; comme l’indiquent à la fois le nombre total des grèves relevées pour l’ensemble de la décennie et la moyenne annuelle à l’intérieur de chacune d’entre elles :2

5Ce que confirme la courbe annuelle des fréquences (graphique n° 67), où les poussées de fièvre revendicative et d’action ouvrière se font de plus en plus fortes en se multipliant aux dépens des accalmies, elles-mêmes de plus en plus troublées. Puisque les maxima et les minima du mouvement, qui correspondent aux unes et aux autres, suivent la même ligne ascendante, comme ceux de la courbe française.

6La concordance globale des deux mouvements n’empêche pas une certaine originalité du comportement régional : maxima et minima ne coïncident parfaitement qu’au milieu de la période, entre les années 1875 et le début de l’ultime décennie du siècle. Avant, et après, les flambées « lyonnaises » anticipent ou retardent d’une année les poussées d’ensemble. De même, la croissance régionale est beaucoup plus forte qu’ailleurs sous le Second Empire, même si on peut faire quelques réserves sur la minceur de la base statistique ; d’ailleurs, si on en croit les calculs de M. Perrot, qui a dénombré, en tout, 72 grèves en 1869, la part régionale aurait été considérable, puisque nous en avons nous-mêmes comptées 58 dans les 8 départements cette année-là. A l’inverse, la pause est plus marquée entre le « peak » de 1869 et celui de 1890, et, pendant le quart de siècle qui précède la guerre, la reprise de la croissance est beaucoup moins vigoureuse. De fait, la place de la région lyonnaise dans la carte industrielle de la France a sans doute reculé. Pour l’heure, il faut se contenter de noter le tripartisme de la courbe des fréquences, le ralentissement médian entre deux phases d’accélération inégale ; qui correspond, aussi, à un changement dans la composition sectorielle ? La question est fondamentale dans une région où la classe ouvrière est extrêmement variée et où elle subit, en un peu plus d’une soixantaine d’années, des mutations radicales. D’autant plus que l’originalité s’accentue si l’on pousse plus loin l’analyse.

2. Les fluctuations de la combativité et les hasards de la lutte

7L’offensive ouvrière est en effet loin de suivre une marche continue avec un bonheur croissant, même si la tendance générale va dans ce sens. Pour le tracer, on a comparé les moyennes décennales des conditions de déclenchement et des résultats au milieu du XIXe siècle et à la veille de la guerre. De l’un à l’autre, la marche a pourtant été fort hésitante.

A. L’offensive ouvrière

8L’initiative ouvrière passe en effet par une alternance de poussées et de reculs, qui se marque dans le partage, classique, des grèves « offensives » et « défensives » :

9Aux approches du siècle nouveau, donc, le mouvement apparaît très heurté, avec de vifs contrastes d’une décennie à l’autre. Au gré de la conjoncture générale ? Le décalage est tout aussi patent puisque les années de la grande dépression ne paraissent pas briser l’offensive revendicative, bien au contraire ; encadrée, il est vrai, par les deux fortes poussées, un peu excentriques, de 1882 et de 1889, de part et d’autre de sa phase aiguë. Après 1890, le mouvement parait se régulariser, s’acheminant vers une manière d’équilibre à la Belle Epoque, et un rapport d’environ 1 pour 2.

10Or, le graphique n° 80, qui dessine, pour chaque année, la relation entre grèves défensives et grèves offensives permet d’y voir plus clair. Son allure générale, assez tourmentée, précise notamment les pivots où les directions se retournent ; et l’on y retrouve les trois grands moments définis, plus discrètement, par la courbe de fréquence. Avant 1860, il serait hasardeux de faire un partage annuel sur des nombres médiocres. Mais, au moins à partir du milieu du Second Empire, on assiste à une puissante offensive ouvrière qui peut même accaparer l’ensemble de la plage graphique, en 1871 par exemple. Les deux traits, en s’éloignant l’un de l’autre, en montrent la force. Puis, des années 1875-1880 à 1890- 1895, elles se chevauchent en de larges déplacements verticaux opposés : l’allure hâchée du dessin signifie la vivacité du débat, sans que l’initiative ouvrière s’en trouve amoindrie. Simplement, chaque mouvement revendicatif est aussitôt contré par l’action d’un patronat que la crise presse, et vice-versa. Si l’allure se calme entre 1890 et 1897, en gros, c’est pour tracer un certain équilibre autour de l’axe médian des pourcentages, dont on ne s’écarte que fort peu d’une année sur l’autre. Mais, à partir de 1897-1900, jusqu’à la guerre, l’initiative ouvrière repart de l’avant, sans jamais atteindre, néanmoins, la force qu’elle avait eue à la fin du Second Empire et au début de la IIIe République. Même si elle demeure constamment, le moteur principal de la grève, elle se heurte à un fond permanent de résistance patronale qui ne se dément jamais. Si elle rend bien compte des poussées pluriannuelles des grèves (entre 1899 et 1902, où, sur 100, elle en explique de 60 à 69 ; en 1905-1907 ; en 1909-1911) elle suscite, à chaque fois, dans les exercices suivants, une pression patronale pour revenir sur les avantages concédés (en 1903- 1904, en 1908, en 1912-1913) qui garde à la courbe son allure irrégulière. Simplement, le jeu des deux forces antagonistes a réduit son espace : faut-il mettre l’accent sur la moindre brutalité des uns et des autres, ou sur la constance de leur opposition ?

B. Succès et échecs

11La marche de l’issue des grèves est en apparence plus simple ; en tout cas plus conforme à ce qu’on sait des grands mouvements de la conjoncture, accueillante à la revendication dans ses bonnes années, plus réticente le reste du temps. Le graphique n° 81 traduit, en fait, la permanence du début : de 1860 à 1913, il garde une allure extrêmement heurtée. La courbe qui y dessine le pourcentage des échecs ne se distingue pas vraiment par une orientation générale clairement indiquée. Tout au plus peut-on repérer une baisse très nette dans les dernières années de l’Empire, vite annulée et au-delà, par une remontée extrêmement vigoureuse jusqu’en 1877 ; puis une trentaine d’années en plateau très légèrement incliné à la baisse jusqu’en 1905, au-delà des oscillations annuelles. Or, par un apparent paradoxe, la courbe des succès ne s’inscrit pas en image concave de celle des échecs : on y retrouve la plage chronologique des années 1860-1875, à l’allure heurtée, puis un long cycle de 25 ans, entre 1875 et 1897, séparés en une progression jusqu’en 1885 et une chute rapide après. Rien de bien significatif, donc, ni de très net. Ce sont les moyennes décennales qui offrent l’image la plus claire, surtout si on les calcule, aussi, pour le troisième terme de l’alternative ; c’est-à-dire le compromis. Dès lors, elles s’inscrivent ainsi :

12Si bien que, en classant les solutions de compromis parmi les succès, on sépare, nettement, trois bonnes décennies, où la part des victoires ou des demi-victoires ouvrières l’emporte sur la moyenne des années 1848- 1914 : la fin du Second Empire, la période la plus faste, qui correspond, aussi, à l’acmé de l’offensive revendicative ; la fin du XIXe siècle, qui marque sa reprise relative et la Belle Epoque, où le succès couronne l’ardeur renouvelée des luttes. Mais, pour le reste, c’est l’autonomie des divers termes de l’analyse qui transparaît : l’ardeur des années 1848-1860 n’est guère bénéfique – mais on sait les réserves qu’impose la minceur de l’échantillon ; et, surtout, la décennie de la Grande Dépression, la moins heureuse, ou presque, correspond à une combativité exceptionnelle, presqu’aussi forte qu’entre 1861 et 1870. L’échec total, près d’une fois sur 2, n’empêche pas la grève de naître et de renaître. Faut-il revenir à l’avis du procureur général de Lyon, à ces « besoins » qui seraient seuls capables de mettre en marche la classe ouvrière ? – et, de fait, ils ne manquent pas dans les années 1880. Ni, non plus, à la veille de la guerre où, apparemment, resurgit la même situation : la courbe des « compromis » inscrite sur le graphique 81, et dont la lente progression depuis 1886 semblait signifier une certaine concertation informelle dans le débat revendicatif s’incline à la baisse depuis 1902 ; à nouveau, les échecs se font plus nombreux tandis que repart l’offensive ouvrière avec, au printemps de 1914, une vigueur exceptionnelle que seule la guerre, on l’a vu, vient briser. En fait, on s’en doute, les ouvriers grévistes des années 1910 ne sont plus ceux des années 1850. Il est temps de les découvrir.

3. Les grévistes

13De 1848 à 1914, ce sont donc les ouvriers du textile que l’on rencontre le plus souvent parmi eux : 1 grève sur 3, ou presque, (30,1 %) éclate dans les divers secteurs du travail de la soie, du coton ou de la laine, pour l’essentiel. Tout de suite après, ce sont ceux du bâtiment, où l’on a mis les tailleurs de pierre, pas toujours faciles à séparer des carriers : une fois sur 4, en effet (23,6 %), c’est sur un chantier de construction que l’on arrête le travail. Le graphique n° 68 montre à la fois cette double présence et son évolution dans le temps, de décennie en décennie, le lent recul de leur prépondérance à partir des années 1890, au fur et à mesure que l’action revendicative s’élargit à de nouveaux secteurs que, d’ailleurs, les mutations de l’économie régionale multiplient. De fait, la place des métallurgistes – qu’on a délestés des armuriers, des forgeurs, de tous les travailleurs à domicile du façonnage traditionnel des métaux – s’étend avec une grande régularité ; si, au total, ils ne conduisent qu’une grève sur 10 (9,7 %) leur part passe de 3,33 % entre 1848 et 1860 à 15,3 % dans les années de l’immédiat avant-guerre. Il en va de même des ouvriers des multiples ateliers urbains et des entreprises commerciales, dont la progression est encore plus forte puisqu’elle part de 8,8 % pour aboutir à 19,9 %. Si bien qu’une grève sur 4 éclate, à la Belle Epoque, dans les secteurs renouvelés de l’activité économique ; et l’arme réservée longtemps aux catégories les plus combatives serait devenue le bien de tous.

14Mais ce n’est pas là le résultat d’une évolution linéaire. La simple lecture du graphique n° 68 le montre : maçons et terrassiers d’une part, ouvriers des petits ateliers urbains d’autre part, qui sont de partout, encadrent de deux fortes fréquences un recul relatif qui se creuse au plus profond dans les années 1881-1890. Puisque, en effet, leur part relative suit la marche suivante, par décennie, en pourcentage :

15Ce qui signifie, à l’inverse, entre les deux, une poussée revendicative maximale des industries spécifiques de la région correspondant à peu près à l’époque de la grande dépression ! De fait, le losange qu’elles dessinent dans le graphique n° 68 pousse ses deux pointes méridiennes extrêmes entre 1881 et 1890 ! Si l’on calcule la fréquence pour la plus caractéristique d’entre elles, le textile, on retrouve, à travers les moyennes décennales, l’image exactement complémentaire de celle dessinée par les gens du bâtiment et des métiers urbains ; puisqu’elles s’élèvent à :

A. L’offensive fractionnée des ouvriers d’industrie (1848-1890)

16Ainsi, à l’intérieur d’une courbe générale de fréquence qui reproduit, en gros, l’allure nationale, s’inscrit un comportement régional particulier. C’est des années 1850 à l’horizon de 1890 que la grève devient un instrument de plus en plus fréquemment utilisé par les ouvriers d’industrie, quelle que soit la conjoncture générale ; de celle-ci ne dépendent vraiment que les mouvements des travailleurs du bâtiment et des métiers urbains. Cette extension ne correspond-elle pas, chronologiquement, à la marche de la croissance régionale, du moins à la permanence des voies qu’elle emprunte depuis le début du XIXe siècle, puisque les reconversions qu’entraîne le long marasme structurel des années 1875- 1885 ne se déploient vraiment qu’après 1890 ? La courbe des fréquences est à la croisée de deux rythmes d’origine différente : l’un naît de la conjoncture d’ensemble, l’autre de la combativité propre des travailleurs de l’industrie régionale. Et la composition par catégories, des grandes poussées annuelles ou pluri-annuelles le démontre.

  • 3 On a séparé les diverses spécialités du textile fort nombreuses, et dont le comportement, (...)
  • 4 Y compris les ateliers de teinture et d’apprêt (comme pour le coton) mais sans la filature (...)
  • 5 Avec les passementiers foréziens.
  • 6 Sans les armuriers, les forgeurs ni les quincailliers de la région stéphanoise.

17Si l’on retient les principales d’entre elles, elles correspondent jusqu’en 1890, à la mise en mouvement des secteurs suivants3 :4-5-6

18Ce que laissait deviner la comparaison des maxima nationaux et régionaux se confirme : leur coïncidence sous le Second Empire traduit la forte participation, en 1855, en 1865, des ouvriers du bâtiment et des catégories « diverses », puisqu’à eux seuls, ils déclenchent, respectivement, 15 et 13 mouvements sur 24 et que, par suite, l’indifférence est relativement forte dans les industries proprement dites. Et en 1869-1870 encore, où ils s’inscrivent presque à la moitié de l’ensemble – 50 fois sur 102. Mais, déjà entrent en lice les tisseurs et les apprêteurs de soie, en une occasion sur 4. En 1875, en 1882, en 1889-1890, maçons et serruriers, compagnons des ateliers artisanaux ou employés des métiers urbains n’apparaissent pratiquement pas ; du moins sont-ils réduits à la portion congrue, puisqu’à eux tous ils ne sont en cause, tour à tour, qu’une fois sur 5, un peu plus d’une sur 3, moins d’une sur 5. Et ce sont les mégissiers et les tisseurs de fibres diverses qui expliquent la poussée de 1875, les « canuts » et les métallurgistes celle de 1882, et, avec, à la fois, les verriers, les mineurs, les tisseurs de soie et surtout ceux du coton qui entraînent l’explosion de 1889-1890. L’entrée en lice progressive des ouvriers d’industrie se confirme ; mais, en même temps, la composition des diverses offensives montre que le flux n’est ni continu, ni égal d’un secteur à l’autre.

  • 7 Le premier pourcentage indique la part du secteur dans l’ensemble des grèves de la décenni (...)

19Les moyennes décennales de la fréquence, pour chacun d’entre eux, montrent en effet, du milieu du XIXe siècle à ses dernières années, la succession des vagues d’assaut. Si l’on mesure la combativité maximale d’une catégorie à la décennie où elle occupe la meilleure place relative dans le nombre total des grèves, la chronologie est la suivante7 :

1851-1860 : Mines 16,7 % (5,9)
1861-1870 : Laine 3 % (1,2)
Annexes soieries 8,1 % (3,1)
1871-1880 : Cuirs 8,1 % (4,7)
Chapellerie 3,5 % (1,4)
1881-1890 : Verrerie 7 % (2,7)
Soierie 15,9 % (11,5)
Coton 14,3 % (5,8)
Annexes coton 4,8 % (2,5)

20Si l’on revient au mouvement annuel, les cahots chronologiques de la lutte revendicative se précisent. Ainsi, avant la Belle Epoque, la combativité atteint son maximum, chez les mineurs, entre 1848 et 1857 (15 grèves) puis de 1863 à 1870 (10 grèves) ; pour les tisseurs de laine, de 1868 à 1870 et en 1876-1877 ; chez les tisseurs et les teinturiers de la Fabrique, à Lyon ou ailleurs, de 1863 à 1872 (29 et 16 grèves), alors que les mouvements des mégissiers et des chapeliers s’étalent plus largement dans le temps. Puis, à la fin de la Grande Dépression, le mouvement, comme on s’y attendait, se généralise, et c’est sur la conjonction des divers secteurs que s’appuie la vague de 1889-1891. Le cycle revendicatif des « canuts » part dès 1881 et va croissant jusqu’en 1891 (81 grèves), celui des teinturiers et des apprêteurs de soie de 1885 à 1891 (18 grèves) ; les mineurs repartent de l’avant entre 1888 et 1891 (41 grèves) ; et, avec eux, nouveaux venus, mais avec quelle puissance, les métallurgistes (17 grèves de 1887 à 1890), et, surtout, les ouvriers du coton roannais et beaujolais (59 grèves de 1888 à 1890, si on mêle teinturiers et tisseurs) et les verriers, dont le cycle offensif déborde largement sur les années 1890 : en 10 années (de 1886 à 1895), ils arrêtent le travail à pas moins de 43 reprises, alors qu’on n’avait guère compté que 6 conflits entre 1848 et 1885 dans la profession.

B. L’unité revendicative ? (Vers 1890-1914)

21La Belle Epoque n’entraîne pas la disparition de ces cycles revendicatifs catégoriels, même s’ils sont moins nets et, surtout, si le recours plus fréquent à la grève ne laisse plus guère passer d’année sans conflit, dans quelque branche que ce soit. Les métallurgistes des nouvelles usines d’automobiles et de constructions mécaniques eux-mêmes n’y échappent pas : la grande majorité de leurs grèves s’inscrivent entre 1899 et 1907 (121 arrêts de travail) et de 1910 à 1913 (78). Tout comme l’ardeur des verriers connaît un renouveau brutal de 1909 à 1913 (19 grèves), après une longue accalmie de 15 années ? et celle des tisseurs mécaniques de soieries entre 1901 et 1908 (137 grèves) ; la combativité des mégissiers se concentre, désormais, en deux puissantes vagues pluri-annuelles (18 grèves de 1893 à 1895 et 37 de 1905 à 1907), celle des tisseurs de laine entre 1899 et 1903, puis 1909 et 1912. Enfin, l’entrée en lutte de vieux secteurs traditionnellement paisibles prend l’allure d’une bourrasque, chez les boulonniers et les armuriers foréziens, qui, de 1899 à 1911 déclenchent 51 conflits, quand ils n’en avaient pas connu plus d’une vingtaine entre 1848 et 1898, en un demi-siècle ; et chez les ouvriers de la chaussure, dont la revendication surgit, en 7 années, de 1902 à 1908 (38 grèves).

22Car l’entrée dans la lutte des vieilles professions régionales continue à se développer, en ce début du XXe siècle, là où les reconversions sont plus tardives, et, avec elles, les atteintes qu’on en ressent. Puisque, pour plusieurs d’entre elles, – et plus logiquement, pour les métallurgistes, c’est à la fin du XIXe siècle ou dans les années d’avant-guerre que se place la décennie de fréquence maximale :

1891-1900 : Moulinage soie 5,7 % (3,5)
Rubannerie 3,6 % (1,8)
Chaussures 6,2 % (3,1)
1901-1910 : Métallurgie tradition 3,9 % (2)
Métallurgie 11,2 % (9,7)
  • 8 On a regroupé sous cette rubrique les ouvriers de la laine, de la petite métallurgie, du v (...)

23Leur mouvement continue à brouiller les lignes, mais beaucoup moins fortement. Et les cycles pluriannuels des catégories ne sont plus indépendants des poussées périodiques : 1899 correspond au maximum de celui du ruban, s’intégre à ceux de la métallurgie et de la laine ; et pour des secteurs où la revendication est plus étale, traduit tout de même un regain épisodique de fièvre, dans les moulinages, chez les tisseurs de soierie. Surtout, la flambée de 1906 recoupe à la fois les cycles de la Fabrique, de la métallurgie ancienne, des constructions mécaniques, des mégissiers et des ouvriers en chaussures, le plus souvent à leur sommet. Encore une fois, c’est à la veille de la guerre que la situation parait se modifier, et, comme sous le Second Empire, ce sont les gens du bâtiment et ceux des métiers urbains qui font la force de la poussée. Comme le montre, à nouveau, la structure catégorielle des trois grands moments de la lutte revendicative de la Belle Epoque :8

II. Une croissance dispersée (1848 – vers 1890)

1. Les chemins de la connaissance

24Au milieu du XIXe siècle, la grève et, plus généralement, la revendication collective ne sont pas une découverte pour la classe ouvrière régionale, on le sait. Même si l’une et l’autre demeurent enfermées, jusqu’aux années 1890, dans la perspective de la seule amélioration matérielle, elles s’appuient sur une pratique déjà ancienne et sur une conscience déjà forte, au moins dans les villes, d’une communauté de condition et d’intérêt.

A. « L’injustice de l’établissement social »

  • 9 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 5.2.1853.

25« La classe ouvrière est généralement convaincue de l’injustice de l’établissement social. L’exploitation de l’homme par l’homme, la tyrannie du capital, tout le langage de la philosophie égalitaire de tous les siècles... est plus ou moins grossièrement conservé dans la poussée des classes ouvrières... » et « ... l’espérance du triomphe y est entretenue par le souvenir des succès passés... ; 1831, 1834, 1848 sont des dates qu’on n’oublie pas... » observe en 1853 le procureur général de Lyon9. L’Enquête de 1848 déjà avait mis à jour, en dehors des écrits théoriques, toute une pensée ouvrière occulte, parfois sommaire et contradictoire, mais tout à fait révélatrice d’une sensibilité aux questions générales des relations entre capital et travail, sinon d’une réflexion organisée.

  • 10 Audiganne, A., Les populations ouvrières de la France, 1re éd., 1854, t. 1, p. 144, qui po (...)

26Ainsi, à Lyon, le juge de paix du 6e arrondissement se fait l’écho de ce qu’il a entendu, après avoir pris le soin d’écarter ce qu’il tient pour extravagant. Et qui ne serait peut-être pas le moins intéressant ; deux ans plus tard, Audiganne note le goût des ouvriers lyonnais pour l’abstraction et les idées générales, même si c’est pour le condamner au nom de la Raison chez ces gens qui « … ont l’orgueil de la science sans la posséder... », aiment « ... à s’occuper de ce qu’ils ignorent... » et s’emportent « ... d’un bond vers des questions au-dessus de leur portée, sauf à (…) se perdre dans le champ du vide et de l’absurde... » ; le rêve est aussi fraction de la conscience collective surtout quand il prend la forme de « ... l’antagonisme du travail et du capital, l’organisation du travail, la fraternité universelle... »10. Et, en deçà, ce sont des solutions bien concrètes qui se font jour.

  • 11 A.N., C 963, Enquête sur le travail... 1848, Rhône, j. de paix 6e canton de Lyon ; en outr (...)

27Chaque déposition est un catalogue bien ordonné des besoins les plus urgents à satisfaire, pour chaque corporation, avec, parfois, une certaine étroitesse de vues. Mais en voici d’autres, à Lyon, qui envisagent, tout simplement de « ... réglementer les rapports de la production avec la consommation »…, par l’intermédiaire de « commissions du travail », ou d’« inspecteurs généraux » (en attendant, pourquoi pas, un « ministère ») chargés « ... de surveiller les travaux des diverses industries de la France, la conduite des ouvriers, de régler leurs différends par des avis amiables, de venir au secours des industries en souffrance... »11. Et si la fin de la République sonne le glas d’un espoir de conciliation, il en demeure la certitude des antagonismes profonds de la société.

  • 12 A.D.R., M, Situations industrielles, au X-1865, rapport Commis, spéc. Lyon à Ministre de l (...)
  • 13 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 11.1.1850 et 20.5.1851 ; Chronique politique quotidienne, (...)
  • 14 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 23.12.1856.
  • 15 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 27.12.1859 et A.D.L., 10 M 60, police, 24.2.1867.

28En 1858, quand on demande au commissaire spécial de Lyon s’il y a, dans le département, des industries « notoirement connues à raison de la bonne entente entre patrons et ouvriers », il répond d’entrée : « je n’en connais aucune », pour introduire un rapport tout à fait remarquable. « L’antagonisme est partout », et où que ce soit « ... on trouve un état d’hostilité permanent... » que les besoins mutuels « ... transforment en trêves plus ou moins longues que rompent de temps en temps des coalitions de patrons ou des coalitions d’ouvriers... »12. Il rejoint ce que d’autres avaient déjà souligné à Lyon en 1849, en 185113 à Vienne en 1856, où « ... l’esprit de parti l’emporte même sur les conseils de la misère »14 ; et qu’on va constater un peu plus tard à Saint-Etienne où la rudesse, voire la rusticité de la classe ouvrière locale ne l’empêchent pas de « ... considérer son patron comme l’homme qui cherche à (…) tromper et qui ne l’occupe qu’au meilleur marché possible »15.

29Or, l’une des revendications de 1848, c’est, aussi « ... l’établissement de cours d’instruction élémentaire... ». Pas plus que l’ouvrier des années 1850 n’est le pauvre de l’Ancien Régime pressé par le prix du pain, il n’est le manouvrier illettré écarté du livre, du journal et de tout accès à une information autre qu’orale.

B. Une approche des niveaux culturels

  • 16 Cf. Duveau, G., La pensée ouvrière sur l’éducation pendant la Seconde République, et le Se (...)
  • 17 A.N., C 963, Enquête sur le travail... 1848, j. de paix L’Arbresle.
  • 18 A.N., C 951, id., juge de paix Bourg de Péage et C 956, id., Loire, Saint-Etienne ; à Lyon (...)
  • 19 A.D.I., 162 M 2, id., canton Saint-Marcellin.
  • 20 A.N., C 963, id., Rhône, canton Villefranche.
  • 21 A.N., C 956, id., délégué rubannerie Saint-Etienne.
  • 22 A.N., C 963, id., Rhône, j. de paix 6e canton Lyon.

30L’instruction est d’abord ressentie comme un besoin. Et toute l’Enquête de 1848 est pleine, partout, de la revendication d’un système plus efficace, obligatoire et gratuit, précise-t-on à Saint-Etienne, pour tous, jusqu’à 15 ans au moins, et qui fasse une large place à la formation générale en même temps qu’à l’éducation professionnelle. C’est à un sentiment général et diffus que répondent, dans le même temps, un certain nombre d’autodidactes issus de la classe ouvrière16. Et, ici et là, on se hasarde même à des propositions précises, comme à Givors, où l’on souhaite que les deux préoccupations soient harmonieusement mêlées, « ... qu’on fasse entrer le dessin linéaire dans l’instruction primaire... » et aussi qu’on établisse des cours pour adultes ; ou à L’Arbresle, dont les ouvriers « … voudraient que l’Etat fit un essai sur ce point... »17. On déplore l’insuffisance de l’école, trop tôt abandonnée pour l’atelier, qui explique la médiocrité intellectuelle des mineurs stéphanois, pressés par le besoin, ou celle des cordiers de Bourg-de-Péage, dont les enfants ne peuvent à la fois passer la journée à tourner la roue du tour et apprendre à lire et à écrire18. D’ailleurs, les contraintes du travail sont telles « ... qu’on oublie presque toujours faute d’exercice... » après avoir quitté le maître19 et beaucoup de travailleurs sont tout juste capables de signer leur nom quelques années après20. Il n’est pas un passementier sur 10 capable de rédiger une lettre21, pas un ouvrier lyonnais sur 100 à posséder de réelles connaissances grammaticales ; les dossiers de grève sont, de fait, pleins de ces suppliques maladroites rédigées dans une langue approximative, toute élégance de style laissant d’ailleurs soupçonner aussitôt une influence occulte. Et ce sont cas d’espèces, – quelques dizaines à Lyon, à Saint-Etienne – que ces « ... ouvriers studieux et intelligents (qui) acquièrent des connaissances au prix d’un travail excessif qui souvent compromet leur santé... »22. Réserves qui valent sans doute pour les décennies qui suivent, pour longtemps même ; mais l’Enquête de 1848 elle-même, en multipliant ses appréciations à l’estime montre que la soif d’instruction se greffe sur un processus d’alphabétisation fortement engagé.

  • 23 Outre les exemples cités plus loin, on insiste sur cette différence des générations à Lyon (...)
  • 24 A.N., C 956, Enquête sur le travail... 1848, canton Saint-Etienne.
  • 25 A.N., C 951, id., Drôme, Saint-Jean-en-Royans et A.D.I., 162 M 2, id., Rives et Saint-Jean (...)
  • 26 A.N., C 956 (id. Roanne), C 943 (Ain), C 951 (Drôme) et A.D.I., 162 M 1 (id., arrondisseme (...)

31On note, en effet, avec force, la différence entre les générations qui ont déjà bénéficié des dispositions de la loi Guizot de 1833, et les autres23 : « … les écoles gratuites ont produit une grande amélioration... » dit-on à Saint-Etienne24, et en Dauphiné, « ... l’instruction s’est beaucoup améliorée depuis quelques années... », « … la nouvelle génération est beaucoup plus instruite que l’ancienne... », et si le mouvement se continue, tout le monde saura lire et écrire d’ici quelque temps, « ... avec la disparition de l’ancienne... »25. Nombre de juges de paix croient nécessaires de faire la distinction, en mettant la barre généralement entre 30 et 40 ans, parfois un peu en dessous : ainsi, dans la banlieue lyonnaise, les deux-tiers des ouvriers de tous ordres savent lire, écrire et même compter en dessous de 40 ans ; au-dessus, la proportion tombe à un tiers. En Bugey, à Saint-Rambert, à Ambérieu, les taux sont respectivement de 25/40 % et de 40/60 % de part et d’autre des 30-35 ans ; la différence est encore bien plus forte à Feurs, en Forez – 10 et 50 % – et surtout en Bas-Dauphiné, même si les niveaux sont plus médiocres : 5/15 % à Saint-Geoire et à Pont-de-Beauvoisin, mais 10/80 % à Chabeuil et à Pont-en-Royans dans la Drôme ; et à Chalamont, dans la Bresse, on descend à 20 ans : 25 % seulement des adultes seraient alphabétisés contre 75 % des adolescents26.

32Hors cette distinction, l’Enquête montre la situation relativement privilégiée et des villes, et de la classe ouvrière malgré tous les obstacles qui l’empêchent de fréquenter assez longtemps l’école. Puisque c’est dans les campagnes et parmi les paysans que l’analphabétisme conserve ses places-fortes : ainsi, dans le Rhône, dans la Loire, ne savent lire et écrire que 20 % des paysans de Saint-Haon-le-Chatel (et au-delà de 30 ans, pas 5 %) ; 8 % à La Pacaudière, 5 % à Saint-Germain-Laval et moins encore à Saint-Just-en-Chevalet, où « ... l’instruction est nulle... » ; mais dans les cantons du même arrondissement de Roanne où le travail de la soie est déjà largement répandu, on monte à 25 % à Charlieu et à Belmont, à 33 % – le tiers – à Perreux et à 40 % à Saint-Symphorien-de-Lay ; à L’Arbresle et à Vaugneray, on atteint à peu près la moitié, et l’on est « ... en progrès... ».

  • 27 Ainsi, à Bourg d’Oisans, « ... presque tous les hommes savent lire et écrire... », et 50 à (...)

33Ailleurs les conclusions ne sont pas différentes. Les cantons soyeux du Bas-Dauphiné, Vinay et Saint-Jean-de-Bournay – 70 % des hommes – , du Grand Lemps et de Saint-Symphorien-d’ Ozon – 65 % –, de Rives, de Saint-Jean-en-Royans, de La-Tour-du-Pin, de Saint-Etienne-de-Saint-Geoir – 50 % – l’emportent nettemment sur les autres des Terres Froides – 10 % à Heyrieux, 20 % à La Côte-Saint-André, 5 % à Virieu ; comme Vizille (50 %), Vif (35 %), Allevard (50 %) sur les zones purement agricoles du Graisivaudan, avec quelques nuances à apporter dans les massifs et les vallées des Alpes27. Dans la Drôme, entre 40 (Nyons) et 80 % (Saint-Vallier) s’échelonnent – pour un mode de 50 % – la plupart des cantons où l’on trouve une activité industrielle, quand les autres se tiennent entre 10 et 30 %. En Bugey, Brenod et Nantua (75 %), Oyonnax, Lhuis, Ambérieu et Poncin (plus de 50 %) se distinguent nettement du reste, si l’on excepte Bourg (plus des trois-quarts) ; en Ardèche seulement les résultats sont plus délicats à interpréter, paraissant plutôt fonction du relief et de la vie de relation, voire d’une certaine tradition religieuse : au quasi analphabétisme de la montagne – moins de 20 % – s’oppose l’instruction relative des cantons de la vallée du Rhône et de ses abords (de 50 à 70 %) qui coïncident aussi avec l’implantation des noyaux huguenots, comme à Vallon ou à Vernoux. Ici et là d’ailleurs, les juges de paix précisent, à l’intérieur de cantons parfois hétérogènes : dans l’Ain, le gros bourg de Pont-de-Vaux est à peu près totalement alphabétisé, mais les compagnons d’entour ne le sont qu’au cinquième ; si 80 % des habitants de Trévoux savent lire et écrire, il n’en est que 40 % dans les communes limitrophes. A Privas, la fourchette est de 10 % à 40 %, à Aubenas, de 15 % à 80 % ; à Montélimar, de 33 à 50 %, et à La-Tour-du-Pin, sans autre précision, le rapport est du simple au double.

34Ailleurs, c’est entre les paysans et les travailleurs de l’industrie – artisanale ou non – qu’on prend le soin de faire la différence : le taux d’alphabétisation est de 10 % pour les premiers à Chabeuil, de 50 % pour les seconds ; à Valence, respectivement de 60 et 80 % ; à La Mure, dans le district industriel de la Mateysine de 50 et 80 %, à Vif de 35 et 60 % au moins – chez les papetiers, où « tous les enfants apprennent... » ; à Crémieu, de 10 à 40 %, à Bourgoin et à Roybon de 10 à 50 % et à Saint-Marcellin de 7 % à 100 % ! On a même de tels hiatus à Saint-Georges-de-Couzan, en Forez, où tous les fileurs de coton sont alphabétisés contre un agriculteur seulement sur 10.

35Enfin, à l’intérieur de la classe ouvrière, les niveaux sont loin d’être égaux, d’une catégorie professionnelle à une autre.

  • 28 Sinon, pour quelques catégories marginales telles celles des selliers, des ouvriers confis (...)
  • 29 A.N., C 963, enquête... 1848, 6e canton Lyon.
  • 30 D’après les calculs du délégué des ouvriers passementiers (A.N., C 956, id., Saint-Etienne (...)

36A Lyon, on les évoque seulement, sans préciser28 ; mais l’alphabétisation totale des ouvriers du livre et des teinturiers ne doit pas être prise pour règle générale, on le souligne ; pour eux aussi d’ailleurs, elle ne vaut que pour les gens de moins de 45 ans ; et l’on se tiendrait à une moyenne de 60 sur 100 à totalement maîtriser lecture et écriture, 8 sur 10 étant par ailleurs capables de lire couramment29. A Vienne, si le taux est à 80 % chez les tisseurs de soie, il tombe à 60 % chez les métallurgistes et les verriers, et à 25 % « à peine » parmi les travailleurs de la draperie. Avec sa propre hiérarchie interne, le bassin stéphanois paraît particulièrement mal loti : au Chambon-Feugerolles, globalement, il n’est peut-être pas 1 ouvrier sur 20 à savoir lire et écrire ; à Saint-Héand, 1 sur 10, à Saint-Chamond, un peu plus d’ 1 sur 6. Et à Rive-de-Gier, on évalue le taux à 5 % chez les compagnons, à 25 % chez les petits fabricants de rubans ou de clous ; celui des métallurgistes – 50 %, comme à Givors – dans les aciéries et des verriers (70 %) est tout à fait exceptionnel. A Saint-Etienne même, on parle, globalement, de 50 %, en englobant les métiers artisanaux : mais on tombe à moins de 10 % chez les mineurs et un sondage fait par les enquêteurs sur un échantillon de 3 932 passementiers aboutit à moins de 27 % – 1 020 individus –, 38 % d’autres sachant lire seulement ; et pour 2 325 femmes les taux s’affaissent à 18 et 25 %, suivant une règle générale30.

37Situation de dépression culturelle qui s’explique sans doute en partie par le grand nombre de ruraux immigrés récemment à Saint-Etienne, au lendemain d’une phase d’expansion industrielle rapide ; et depuis des campagnes particulièrement médiocres : le taux atteint tout juste 20 % à Saint-Bonnet-le-Château, moins de 10 % dans la plupart des cantons agricoles les plus proches – Bourg-Argental, Saint-Genest-Malifaux, Saint-Rambert-sur-Loire, Saint-Jean-Soleymieux.

  • 31 Cf. Garden, M, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle... p. 309 et suiv. : 8 ouvriers en so (...)

38Or, les archives de la conscription permettent de vérifier la qualité des approximations de 1848 puisqu’on classe aussi les jeunes gens selon leur niveau d’instruction. Disons tout de suite que pour les départements que nous avons intégralement dépouillés (et qui couvrent le même espace que pour la recherche de la stature), elles valident, en gros, les appréciations des juges de paix et permettent, en même temps, de suivre les progrès en aval. 11 suffit de se reporter au tableau hors-texte n° 50 qui résume le niveau d’alphabétisation des différentes catégories sociales en 1852-1853, puis en 1889, au lendemain des lois Ferry. Au total dans le milieu du XIXe siècle, on constate, une fois encore, l’avance des grandes villes, puisque déjà, plus de 8 Lyonnais sur 10 savent lire et écrire, contre guère plus d’un homme sur deux dans l’ensemble du bassin stéphanois, c’est-à-dire pas plus que dans les campagnes du Beaujolais, du Lyonnais et du Roannais... Et la classe ouvrière ne se distingue guère du reste de la population urbaine : sans doute le taux y est-il un peu inférieur à ceux des professions libérales, des employés supérieurs et de la bourgeoisie – regroupés sous le vocable « autres catégories » – mais il est au total fort voisin de la moyenne ; il n’est que les manœuvres, les plus nombreux à être directement de souche rurale et agricole, pour s’en écarter fortement. Si l’alphabétisation des « canuts » ne surprend pas – elle était déjà fortement engagée à la fin du XVIIIe siècle31 – elle a cessé d’être exceptionnelle puisque maçons et charpentiers, ajusteurs ou corroyeurs – tous les autres, pratiquement – savent lire et écrire aussi souvent qu’eux.

  • 32 Audiganne, A., Les populations ouvrières de la France... t. 2, p. 103.

39Il n’en va pas de même dans les vallées industrielles stéphanoises. Même s’il est plus de travailleurs d’industrie à lire et écrire que de paysans, la condition ouvrière s’y marque nettement, aussi, par une infériorité culturelle, à son niveau le plus simple. C’est elle qui tire vers le bas les taux d’ensemble, et le fossé est large d’avec les couches supérieures des employés ou petits patrons. Mais plus qu’à Lyon, elle est diversité ; l’alphabétisation est déjà très avancée parmi les passementiers, plus proches des « canuts » que de la moyenne forézienne : « … plus instruits que les autres (ils) ont de petits comptes à tenir dans leurs travaux journaliers, ils sentent le prix de l’écriture et n’en perdent pas tout à fait l’habitude... ». A l’inverse, elle n’est que médiocre pour les armuriers, ou les forgeurs, reproduisant ainsi un clivage classique dans la société stéphanoise entre les « rubanniers » et les « ferronniers » ; et surtout chez les mineurs, ces « … charbonniers qui sont les plus ignorants parmi les ouvriers de ce district ; sur 20 travailleurs de cette catégorie pris à l’âge de 25 à 30 ans, on en rencontre à peine deux sur trois qui puissent écrire quelques lignes... »32. Enfin, on retrouve très nettement favorisés, les ouvriers du bâtiment.

  • 33 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, Ain, réponses Charnaud-Coche, fabricant savon (...)
  • 34 A.N., C 3021, id., réponse Bouillon et Cie, mégisserie, Grenoble ; ailleurs, on note toujo (...)

40Dans les campagnes, ils dominent aussi le lot, un peu en deçà des travailleurs « divers » qui correspondent, en fait, à l’artisanat, et qui se tiennent aux plus hauts niveaux de l’alphabétisation ouvrière. Le contraste en est d’autant plus frappant avec les tisseurs de soie ou de coton qui aggravent l’analphabétisme paysan : moins d’ 1 sur 3 d’entre eux possède les rudiments de la lecture et de l’écriture. Avec les journaliers ruraux et les mineurs, ils sont seuls à s’inscrire en dessous des taux moyens de l’agriculture, à s’écarter d’une règle qui partout ailleurs fait des travailleurs de l’usine et de l’atelier de relatifs privilégiés. Comme on le notera, une vingtaine d’années plus tard, à l’occasion de l’Enquête de 187233 ; à Grenoble notamment, l’analphabétisme est plus fort chez les mégissiers « ... qui viennent de la campagne... » que chez les coloristes « ... enfants de la ville... » et, comme les tisseurs de soieries urbains, les gantiers savent presque tous lire et écrire, puisqu’ils travaillent « ... d’après des notes manuscrites qu’on leur remet... »34.

  • 35 Il faudrait, évidemment, poser la question de la scolarisation des enfants d’ouvriers ; on (...)
  • 36 Sur les progrès rapides de l’alphabétisation en France au XIXe siècle, outre Toutain J., o (...)

41En fait, la coupe de 1852-1853 marque une étape, au milieu d’un processus parti des années 1830 pour la plupart, de plus loin pour les autres35. Le tiers de siècle qui suit est celui de l’alphabétisation générale des classes populaires qu’achèveront les lois scolaires de la IIIe république ; et si les taux progressent plus vite pour les paysanneries, c’est parce que le point de départ était plus bas. Sans être liquidé, l’analphabétisme est déjà résiduel en 1889, et d’une aire à l’autre, sa place s’inscrit tout entière dans une étroite fourchette de 8 points au lieu de 31 une trentaine d’années auparavant36.

42Le rattrapage est désormais chose acquise pour les moins favorisés, les cultivateurs, bien sûr, même s’ils demeurent toujours moins nombreux que les ouvriers à savoir lire et écrire ; les tisseurs de la « cotonne » et de la soierie rurale, surtout, puisque leur taux dépasse même désormais la moyenne dans le Beaujolais et le Roannais. A Lyon, les derniers « canuts » – mais aussi leurs successeurs des usines mécaniques, des ateliers d’apprêt et des teintureries –, à Saint-Etienne les passementiers se hissent quasiment au niveau des professions libérales, et c’est, ici, toujours sur les chantiers du bâtiment, là parmi les travailleurs des nouveaux et grands établissements de constructions mécaniques que l’alphabétisation est la plus avancée. Quant aux manœuvres, ils portent toujours le poids de leur infériorité relative, mais il est léger. Restent les mineurs : ils sont deux fois plus nombreux qu’en 1852-1853 à lire ou à écrire, à vingt ans, mais un sur deux d’entre eux en est toujours incapable. Et il faut enfin remarquer, globalement, que les taux du bassin stéphanois sont désormais inférieurs à ceux des campagnes du Beaujolais et du Roannais. Le tableau n’est donc pas sans nuance, la marche a été inégale : il n’en reste pas moins que ces trente cinq années qui voient se développer l’offensive ouvrière sont aussi celles où la majorité des travailleurs acquièrent les moyens d’accès à une information nouvelle et à une expression écrite. La combativité revendicative correspond-elle au niveau d’alphabétisation ? Et faut-il interpréter par une connaissance progressive des mécanismes économiques, au moins élémentaires, la corrélation de la grève et de la conjoncture ?

C. Revendication et prospérité

  • 37 A.N., BB 18 1520, d. 3233, proc. gal Lyon, 15.5.1853.
  • 38 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, juillet 1857 : « 11 ne faut pas croire que c’est la misèr (...)
  • 39 A.D.I., 166 M 1, pétition des drapiers de Vienne au préfet de l’Isère, 8.5.1866.
  • 40 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 11.4.1865 : « ... en présence de cette prospérité cro (...)
  • 41 A.N., BB 30 390, proc. gal Lyon, 21.1.1870 et F 12 4652, préfet Rhône, 10.1.1870.
  • 42 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Lyon, 20.3.1874.
  • 43 A.N., C 3021, Enquête parlementaire 1872, Bouillon et Cie, mégisserie à Grenoble.
  • 44 A.N., C 3026, id., résumé général, qui fait cette constatation générale (« habituellement (...)

43Cette coïncidence de la prospérité et de la revendication, on la remarque très tôt, sans que les observations collent forcément aux vagues de grèves. En 1853, le procureur général de Lyon cherche à connaître les lignes de force d’une fièvre printanière qui a suivi, curieusement, la ligne de chemin de fer de Lyon à Saint-Etienne, des fondeurs d’Oullins aux mineurs de Rive-de-Gier et aux maçons stéphanois. Après avoir écarté toute influence politique, il explique : la cause « … principale se trouve dans la prospérité générale et dans l’activité industrielle. L’ouvrier qui voit qu’on a grand besoin de lui devient exigeant. C’est là une chose toute simple et dont il n’y a pas lieu de s’irriter ni de s’étonner beaucoup... »37. En juillet 1857, en février 1862, on s’accorde pour expliquer par l’abondance du travail la combativité des « canuts » lyonnais38 ; en mai 1866 l’agitation des drapiers de Vienne correspond à une « ... extraordinaire prospérité... », car il leur parait « ... juste et équitable de recevoir une légère augmentation... » des façons, dont le tarif a été établi « ... alors que l’industrie était en souffrances... »39 ; un an après, ils reviennent à la charge, pour les mêmes raisons40. Au début de 1870, si diverses spécialités de la Fabrique lyonnaise entrent à leur tour dans un mouvement commencé pour d’autres corporations, c’est parce que le tissage est en plein essor, et qu’« ... il n’y a pas de métiers inoccupés en ce moment... »41. Il en va de même des teinturiers en mars 1874, alors qu’ils « ... sont insuffisamment nombreux pour les besoins de la teinturerie... »42 et on note à Grenoble qu’en Dauphiné « ... les grèves n’ont lieu qu’aux époques où l’industrie travaille beaucoup et paye raisonnablement... »43 ; coïncidence qui effraie d’autant plus les enquêteurs de 1872 puisque si la misère ne suffit pas à expliquer l’hostilité des classes ouvrières, comment ne pas l’attribuer à un désordre moral ?44.

  • 45 Cf. graphiques n° 14, 15 et 67.

44De fait si l’on compare la fréquence des grèves à ce qu’on sait de l’emploi et de la marche des affaires, la coïncidence de la haute conjoncture est évidente. Les cinq « peaks » de la courbe des fréquences, principaux ou secondaires – 1855, 1865, 1869-1870, 1875, 1882 – correspondent soit à des moments de prospérité sans nuages, soit à des lendemains de crise, quand les affaires repartent45.

  • 46 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 12.1.1856 et 379, id., Lyon, 10.1.1856 ; F 1 C III, s (...)

45Très bonnes années pour la rubannerie stéphanoise que 1854-1855 par exemple, si l’on en croit les courbes de la Condition des Soies ; pour la Fabrique lyonnaise, où 1855 marque un renouveau après un plus maussade exercice 1854 ; et la production charbonnière s’accélère entre 1855 et 1856. De fait, « le travail est partout actif », et « ... le taux des salaires s’est élevé dans les mois qui viennent de s’écouler... » dans l’ensemble du Dauphiné ; à Lyon, dans toute sa mouvance, « ... l’activité considérable de tous les travaux..., la diminution des bras disponibles... » entraînent un tel accroissement des salaires qu’il paraît anormal ; les ouvriers manquent dans le bassin stéphanois, qui « ... regorge de travail... », et l’ouvrage repart à Vienne après avoir un moment souffert de la rétention des marchés populaires de ses draps, due à la hausse du prix du pain46.

  • 47 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 5.7.1865 et 10.4.1866, et 379, id., Lyon, 29.12.1862, (...)

46De même, la poussée de 1865 surgit alors que se sont reconstituées des forces singulièrement diminuées par les effets multiformes de la crise américaine. Depuis 1862 – où la production a connu une nette accélération – les établissements métallurgiques de la Loire sont en pleine activité, tout comme les verreries et l’extraction houillère, les fabriques d’armes connaissent « … une merveilleuse prospérité... », qui ne fait que s’accroître, pendant 1863 et 1864, dans l’ensemble du bassin. En Bugey, « ... les établissements industriels qui s’échelonnent le long de la voie ferrée... de Lyon à Genève sont tout aussi florissants, et l’année 1864 se traduit par une forte poussée à la fois de la production charbonnière, de la Fabrique lyonnaise qui déborde largement sur 1865, avec la passementerie stéphanoise. A la fin de 1864, le procureur général de Lyon donne une appréciation à laquelle on n’est guère habitué : « ... la plupart des métiers consacrés à la fabrication de la soie sont en activité..., les étoffes façonnées sont très recherchées... et les salaires des ouvriers sont assez rémunérateurs... ». La bonne marche des affaires se poursuit d’ailleurs longtemps après la vague revendicative, et au début de 1866 encore, tout va pour le mieux à Lyon, à Saint-Etienne, à Roanne, et même à Vienne, un moment à la traine. Les « ... papeteries de l’Isère ne peuvent suffire aux commandes... », pas plus que les cimenteries, « ... la ganterie, et toutes les industries qui s’y rattachent sont en pleine activité... », et, à la fin de l’année, les bras continuent à manquer et les salaires à augmenter « considérablement » dans tous les centres industriels de l’Ain47.

  • 48 Sur la prospérité générale avant les grèves de 1869-1870, A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, (...)

47Quant à la grande vague de 1869-1870, étalée, selon les industries et les lieux, sur une douzaine de mois partagés entre les deux années civiles, elle vient au lendemain de la double poussée, en 1868, des livraisons charbonnières, et de la Condition lyonnaise ; seule la rubannerie stéphanoise fait tache, enfoncée dans un marasme qui dure depuis 1866-1867 et s’approfondit en 1870 – 1868 y étant d’ailleurs la seule année « normale » depuis 1865, et avant 187148 Par la suite, les appréciations se font plus rares, mais la poussée de 1875 coïncide bien, elle aussi, avec les meilleures années de la Fabrique pendant plus d’un demi-siècle si on les mesure à l’écart de la Condition, qui de + 14,7 % passe à + 39 % en 1876 dans la lancée d’une forte reprise depuis 1873 ; la passementerie stéphanoise est, relativement, encore plus florissante, avec des écarts positifs, tout à fait exceptionnels, de 28,3 et 19,6 % ; et, pour être moins brillantes 1880 et 1881 inscrivent, à la veille de la vague de 1882, pour l’une et pour l’autre, un redressement considérable après la mauvaise passe de 1877-1879. Ce qu’on sait, indirectement, de la situation de la ganterie grenobloise, de la métallurgie lyonnaise et stéphanoise, et, surtout, de l’extraction charbonnière va, à chaque fois, dans le même sens. Sans doute houillères, sidérurgie et tissages divers de la soie n’emploient-ils pas tous les travailleurs d’une classe ouvrière très diversifiée ; mais ils jouent un rôle suffisamment dirimant dans l’économie régionale pour qu’ils soient représentatifs de sa santé globale.

48Mais, alors, comment interpréter l’élan des années 1880 ? En fait, l’ensemble n’est pas exclusif des situations particulières. Et, surtout, la grève n’est pas simplement le reflet de la conjoncture, même si çelle-ci y joue, en temps normal un grand rôle ; or, on sait que, précisément, les industries régionales entrent à ce moment dans une situation fondamentalement différente de celle qu’elles avaient connues jusque là. D’autre part, on sait la complexité des grands mouvements revendicatifs jusqu’aux années 1890, où la vague périodique interfère avec les séquences pluri-annuelles des différents secteurs. C’est vers celles-ci qu’il faut maintenant se tourner pour saisir l’éventuelle rationalité de la revendication – ou son irrationalité ? – dont le jeu économique conjoncturel n’est qu’un aspect.

2. Les contrastes de la grande industrie

49De prime abord, l’absence des ouvriers des grandes usines peut apparaître étrange. En fait, celles-ci constituent, pour longtemps, un monde à part où, paradoxalement, les tensions du travail et du capital sont moins fortes qu’ailleurs. Ce climat de concorde relative correspond d’abord à une situation matérielle améliorée par la politique d’une bonne partie du grand patronat régional qui mêle, inégalement, avec les entreprises ou les hommes, un certain sens chrétien du devoir social au désir de s’attacher une main-d’œuvre instable.

A. Les silences de l’usine

  • 49 Cf. Un centenaire, Compagnie des hauts-fourneaux et forges de Givors... 1949, p. 47-50 ; s (...)
  • 50 A.N., C 956, Enquête... 1848, cantons Saint-Etienne et Le Chambon-Feugerolles ; cf. aussi (...)
  • 51 A.D.I., 162 M 1, id., j. de paix Allevard, 28.9.1848.
  • 52 A.N., C 945, Enquête... 1848, La Voulte, j. de paix : la Compagnie paie le médecin et fait (...)
  • 53 A.N., C 3364, enquête parlementaire... 1882, réponse Chantiers de La Buire.
  • 54 A.D.I., 162 M 1, Enquête... 1848, j. de paix Vif et id., C 945, Ardèche, j. de paix Aubena (...)

50Dès 1841-1842, les ouvriers fondeurs de Prénat, sidérurgiste à Givors, recevaient une allocation-logement et, outre les soins gratuits d’un médecin attaché à l’établissement, les secours d’une caisse de maladie financée par une cotisation mixte49. En 1848, au moment de l’Enquête sur le travail, la plupart des établissements métallurgiques de la Loire se sont dotés d’organismes semblables, pour porter assistance aux blessés, aux malades, voire aux veuves et aux orphelins50. A Allevard, sans que l’aide soit codifiée, on fait soigner gratuitement les ouvriers malades, et on leur verse la moitié du salaire pendant leur indisponibilité, une pension ou une indemnité s’ils sont victimes d’un accident du travail51 ; et, à La Voulte, en Ardèche, les institutions d’assistance ont été calquées sur celles de Givors52. Quelques années plus tard, ce sont les chantiers de La Buire à Lyon, qui suscitent une caisse de secours à laquelle tous ses ouvriers sont obligatoirement affiliés53. Et des institutions analogues protègent les ouvriers papetiers de Blanchet et Kléber frères, à Rives, ceux de Montgolfter à Charavines où à la gratuité des soins s’ajoute la fourniture du logement, trois petites pièces par ménage et un jardin. A Annonay, à Aubenas, à Vif en Graisivaudan, à La Bégude, l’hébergement est de règle, comme dans la plupart des verreries de Rive-de-Gier54.

  • 55 A.N., F 12 4476 D, préfet Ardèche, 25.2.1858.

51Au cours des années suivantes, c’est d’ailleurs dans la papeterie que s’élabore tout un système cohérent de protection, et l’on se plait à souligner l’attitude de ses chefs d’entreprise, si différents des autres, à Annonay notamment – où les « ... ouvriers papetiers sont pour ainsi dire encasernés… logés aux frais du maître et sous ses yeux... » les enfants étant recueillis dans des salles d’asile. Une fois « … adoptés par le patron (ils sont) assurés... » d’avoir de l’ouvrage toute l’année. Si quelquefois l’usine chôme par suite d’une crise commerciale ou l’insuffisance d’eau dans les rivières, (ils sont) employés à des travaux d’organisation et il est presque sans exemple qu’ (ils) restent inoccupés... »55. Et, en 1872, les Montgolfier ont ajouté à leurs logements et à leur caisse de secours toute une panoplie d’institutions qui règlent toute la vie de leur personnel : des réfectoires, où l’on peut non seulement manger, mais aussi venir prendre des repas tout préparés, une bibliothèque, un cercle récréatif et une société musicale. A vrai dire, ils ont depuis longtemps fait école.

  • 56 L’ensemble des réponses régionales se trouve dans A.N., C 3021 et C 3022, et, pour l’Isère (...)
  • 57 Ainsi, Frèrejean, à Cran-Gévrier, après avoir affirmé « ... la nécessité de moraliser l’ou (...)

52L’enquête parlementaire de 1872, qui y est fort attentive, montre que la pratique s’est régulièrement étendue sous le Second Empire56. Depuis 1860, la papeterie de Villerest, près de Roanne, loge aussi ses ouvriers. Au Teil, en 1867, les Pavin de Lafarge entreprennent à leur tour de bâtir pour leur personnel, qui bénéficie déjà d’une caisse de secours-maladie, accident et vieillesse et d’une cantine. Des magasins patronaux vendent des denrées alimentaires dans toutes les grandes usines d’Annonay ; on les retrouve aux mines et aux usines chimiques des Perret, à Sain-Bel et à Chessy, où ils fournissent surtout des vêtements à bon marché ; aux forges de Cran-Gévrier, près d’Annecy, où l’on débite vins et boissons diverses ; aux papeteries Peyron, à Vizille ; chez les Perrégaux, dans leur usine d’impressions de Bourgoin, où l’on peut acheter charbon et comestibles au prix coûtant. Aux Caisses d’épargne patronales, plus anciennes, de La Voulte, sont venues s’ajouter celles des tissages de soie savoyards, des Montessuy à Renage et de la plupart des grands établissements de la vallée de la Fures ; Diederich à Jallieu, Perregaux se sont dotés, eux aussi, d’une caisse d’assurance-maladie et accident, et même d’un système de retraite. Et, à chaque fois, une clause d’ancienneté révèle également une préoccupation morale et religieuse – il est vrai que les temps prêtent à son affirmation – et le souci de fixer la main-d’œuvre57.

53Quant au logement, on l’assure gratuitement, ou moyennant un faible loyer, outre chez les Blanchet et Kléber, à la papeterie Breton frères de Pont-de-Claix, à Cran-Gévrier où la majeure partie des ouvriers disposent d’une pièce ou deux ; au tissage Durand, à Vizille ; aux peignages de schappe de l’Albarine, où de hautes maisons de 3 étages – encore visibles aujourd’hui – permettent de loger 600 à 700 personnes ; dans quelques usines métallurgiques de Grenoble – mais il semble que la mesure ne concerne que les employés ; aux usines chimiques de Saint-Fons enfin, dans la banlieue de Lyon – mais on note à quel point le fait est exceptionnel dans la ville. Ailleurs, on favorise l’accession des ouvriers à la propriété : ici par des sortes de location-vente – chez les cotonniers de La Grive, près de Bourgoin ; là par des prêts patronaux à la construction, retenus sur les salaires à venir, contre un faible intérêt – comme les pratiquent les usines métallurgiques de Vienne. Enfin, l’école vient souvent couronner – avec un double souci d’instruction et d’édification morale et religieuse – l’édifice d’assistance patronale : on la retrouve, directement rattachée à la fabrique, à Annonay, à La Grive, à Vizille, à Bourgoin – où les classes fonctionnent à l’intérieur même de l’usine –, à Renage, à Pont-de-Claix ; ou sous forme de cours d’adultes à Tenay et à Faverges.

  • 58 A noter que les Montgolfier sont parmi les très rares industriels français à avoir tenté, (...)

54Encore une fois, les Montgolfier d’Annonay présentent le meilleur réseau d’institutions qui enserrent tous les instants de la vie, dans l’usine et en dehors d’elle : logé sur place, l’ouvrier papetier s’approvisionne en viande et en pain au magasin patronal ou y prend pension s’il est célibataire ; il confie ses enfants à une garderie, puis à une salle d’asile, enfin, de 7 à 13 ans, à une école annexe d’où ils sortent avec un travail assuré dans l’usine ; outre les loisirs du cercle et de la bibliothèque – d’ailleurs peu fréquentée –, il bénéficie au bout de dix ans de présence d’une prime d’ancienneté venue s’ajouter aux éventuelles gratifications qui récompensent la propreté de son logement et l’entretien de son jardin !58. Mais la situation n’est pas différente pour le papetier de Pont-de-Claix, qui dispose en outre de bains et de lavoirs gratuits, peut prétendre à des avances remboursables à long terme et reçoit un secours en cas d’infirmité ou de vieillesse ; ou de l’ouvrier fileur de coton de Debar, près de Jallieu, du tisseur de Durand, à Vizille, qui ont une infirmerie gratuite, reçoivent d’importantes gratifications en cas de mariage, peuvent même profiter d’une chapelle et d’une aumônerie.

  • 59 Cf. dans une autre optique, Châtelain (A.), Les usines-internats et les migrations féminin (...)

55Dans tous les cas, c’est là l’œuvre d’établissements importants, de plusieurs centaines à plus d’un millier d’ouvriers, le plus souvent à l’écart des grandes villes, de Lyon en particulier. L’usine n’est pas simplement un lieu de travail : elle investit de toutes parts l’existence quotidienne en échange d’une amélioration matérielle et d’une plus grande sécurité d’emploi ; c’est une tendance qui trouve sa plus parfaite expression dans les célèbres « usines-internats » de la Diaspora soyeuse59.

  • 60 Reybaud (L.), Etudes sur le régime des manufactures, Condition des ouvriers en soie..., p. (...)

56On sait leur « découverte » par Louis Reybaud dans les années 1860 ; à Jujurieux, en Bugey, où Claude-Joseph Bonnet dirige une usine dont la règle « ... par sa sévérité, se rapproche de celle des congrégations religieuses... », et où les « … ouvrières sont astreintes à un genre de vie qui les isole du monde extérieur... » ; « ... jeunes filles ou veuves sans enfants..., elles ne vont à la promenade que sous la conduite des sœurs... le temps se partage entre le travail et les exercices de piété... » ; « ... véritables pensionnaires..., arrivées avec un trousseau (elles) sont nourries, logées et en partie entretenues dans l’établissement... » ; l’organisation est la même à Tarare, chez les fabricants de peluches J.B. et P. Martin où, en outre les apprenties reçoivent à partir de la deuxième année, des leçons de lecture, d’écriture et de calcul60.

  • 61 A.N., C 945, Enquête sur le travail... 1848, Ardèche, canton de Joyeuse.
  • 62 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 8.7.1853 et 20.7.1854.
  • 63 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, et BB 18 1902, A 92, proc. Bourgoin, 3.7.1892
  • 64 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, réponse Montessuy et Chômer à Renage.

57Chez l’un comme chez l’autre, il s’agit en fait de l’aboutissement d’un système développé dès les années 1840 dans le moulinage ardéchois et rhodanien61 et qui fait florès en Dauphiné dès les années 1850, sous la direction des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul62. L’effectif varie de quelques ouvrières « … logées dans une partie de la Fabrique convertie en dortoir... », comme à Faverges ou au Grand Lemps63, à plusieurs centaines de femmes chez Montessuy et Chômer à Renage. Leur existence, telle que les patrons eux-mêmes la décrivent aux enquêteurs de 1872 vaut pour l’ensemble des usines de moulinage et de tissage : « … les ouvrières viennent des communes environnantes soit par le chemin de fer, soit par de grandes voitures, le tout au frais des usines... (elles) sont logées dans des dortoirs dépendants de l’usine... ; on leur fournit les lits garnis..., on leur donne gratis la soupe matin et soir, le surplus leur est fourni par leurs parents... Le dimanche soir elles apportent dans les voitures les provisions qui leur sont nécessaires... 7 sœurs… (sont) spécialement chargées des soins moraux et physiques ; un médecin vient une fois par semaine..., les consultations ont lieu en présence de la sœur… Les sœurs sont spécialement chargées des dortoirs, réfectoire, soupe, infirmerie, pharmacie, école de petites filles, salle d’asile et crèche, le tout aux frais de ces messieurs... »64. Ainsi la prise en charge est-elle totale, et, au moins pendant la période du travail, l’ouvrière en soie n’a pas d’autre horizon que la manufacture, qui pourvoit à tous ses besoins – du moins à ce que le patron juge tels.

  • 65 Jouanny (J.), Le tissage de la soie en Bas-Dauphiné... p. 52 et p. 54-55 et Chatelain (A.) (...)
  • 66 Ardouin-Dumazet, Voyage en France, vol. 11, 1897, p. 150-166 qui évoque aussi les trains s (...)
  • 67 Godard (J.), Travailleurs et métiers lyonnais, 1909, p. 200-202.
  • 68 A.N., BB 18 1902, d.1932, A 92, proc. gal Lyon, s.d. (1892).

58Or, un tel système n’est pas, à la fin du siècle, une survivance. Bien mieux, il s’étend à partir de 1885 avec le recrutement d’une main-d’œuvre lointaine par les usines à soie, alors que dès les années 1870 on estimait le nombre des ouvrières soumises à un tel régime à une quarantaine de milliers65. Du Bas-Dauphiné, on recrute en Maurienne, en Tarentaise, en Vivarais ; en 1897, Ardouin-Dumazet décrit les grandes voitures « tapissières » de l’usine Permezel qui ramènent à Voiron, chaque dimanche soir, les tisseuses de soie, et, à la gare de Vogue, en Ardèche, l’arrivée par le train du Teil d’un « … grand nombre de jeunes filles portant des sacs et des paniers de provisions... » ; car « ... c’est lundi aujourd’hui, les ouvrières des filatures et des moulinages rentrent à l’usine... »66. Quelques années plus tard, Justin Godard estime que « ... l’usine internat est un type courant dans les industries de la filature, du moulinage et du tissage de la soie...67 ; et qui en a d’ailleurs débordé : les papeteries de Vidalon, de Pont-de-Claix et de Blacons, dans la Drôme, semblent avoir eu une organisation analogue pour une partie au moins de leur personnel ; et dans les années 1890, on la retrouve dans plusieurs ateliers de L’Arbresle, aux fabriques de lacets de Saint-Chamond et à Pélussin, au Chambon-Feugerolles et à Saint-Denis-de-Cabanne, dans la Loire, à l’usine de toiles métalliques Malatier, à Saint-Rambert-en-Bugey, etc.68.

  • 69 Reybaud (L.), ouvr. cit. p. 266 ; il s’agit d’une lettre citée in extenso, de l’abbé Meyzo (...)

59Sans doute les avantages d’une telle organisation sont-ils parfois mis en doute, et commence-t-on à dénoncer une philanthropie qui fait bon ménage avec une recherche du profit et une exploitation de plus en plus choquante. Louis Reybaud, tout en approuvant, avait déjà attaché le grelot, s’attirant la verte réponse d’un aumônier de Montélimar : « ... La religion a-t-elle jamais condamné une combinaison d’où pouvaient naître ses intérêts et les intérêts matériels de ceux qui en étaient les auteurs...? »69.

  • 70 Oger, Th. La France par cantons, Loire, t. 2, p. 91.

60Et Théodore Oger de saluer, avec les établissements sidérurgiques de Terrenoire, « ... cette colonie de chefs, d’ouvriers, de prêtres, de religieux et de religieuses... », « ... où l’on n’a rien à désirer... »70. Pour être optimiste sa chute n’en correspond pas moins à une apathie certaine de leurs ouvriers et de leurs ouvrières.

  • 71 A.N., F 1 C III, Loire, 9, préfet, 14.8.1869 et A.D.L., 92 M 12, l’ensemble du dossier (su (...)
  • 72 A.N., F 1 C III, Isère, 10, préfet, août 1869 ; A.D.I., 166 M 1, sous-préfet Saint-Marcell (...)

61Car filatures et moulinages, papeteries et usines sidérurgiques tiennent effectivement dans la carte de la revendication et de la lutte collectives une part dont la faiblesse contraste avec l’importance des effectifs qu’elles mobilisent. Jusqu’en 1887, il ne se produit que 7 grèves dans les fabriques de papier, et une vingtaine dans celles de soie ; parmi elles, 9 – 1 sur 3 donc – participent de la vague de 1869-1870, et d’une impulsion venue de l’extérieur. Ainsi, dans le Pilat, la traînée part des ovalistes de Valbenoite, dans la banlieue stéphanoise en juillet 1869, gagne un atelier de Pelussin avant de s’étendre, en août à Maclas, et, surtout, à Bourg-Argental – où les 1 200 moulinières de la commune arrêtent le travail – et à Saint-Julien-Molin-Molette, où l’on dénombre 500 grévistes71. La revendication est modeste : quelques aménagements d’horaire et de salaires, vite acceptés, en partie au moins, et dont la satisfaction liquide, en quelques jours, des mouvements sans importance ni retentissement, nés de l’effet d’imitation plutôt que d’une analyse spécifique. Les grèves des papetiers dauphinois, chez Borjon à Moirans et chez Voble-Guchy à Tullins en juillet 1869, puis chez les frères Filliat à Rives en juin 1870 n’ont pas d’autres caractères : elles mobilisent, au total, moins de 150 personnes, ne durent pas plus d’un jour ou 2, et la rentrée se fait sans conditions, sur la simple promesse patronale d’améliorer les « façons » des meilleurs ouvriers ; au total, note-t-on, une effervescence de « peu d’importance »72.

  • 73 A.D. Ar, 15 M 43, police Aubenas, 6.4.1875.
  • 74 A.D.L., 92 M 12, divers (pièces 22 à 33 surtout, police) ; sur les autres rares grèves de (...)

62Il est vrai qu’en dehors de la poussée de 1869-1870, les autres grèves ne comptent guère non plus : partout, toujours, elles demeurent brèves, peu fournies, éparpillées dans l’espace et dans le temps. Chez les papetiers, celle des établissements Verny à La Bégude, en Ardèche, entraîne bien 240 ouvriers en avril 1875 : mais il a fallu pour cela une baisse brutale des salaires et l’on ne tient pas plus de 36 heures, avant de rentrer dans l’obéissance73 ; si les Montgolfier sont mis en cause en août 1869, c’est dans leur annexe de Bourg-Argental, où ils doivent concéder une légère augmentation du tarif, après une dizaine de jours : le calme des maisons d’Annonay, pendant toute une génération, est d’autant plus impressionnant qu’il contraste avec le tumulte des mégisseries74.

  • 75 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 7.3.1867 ; cf. aussi A.D. Ar, 15 M 41, sous-préfet La (...)
  • 76 A.N., F 12 4657, préfet Drôme, 20.11.1882 et A.D.D., 84 M 1, divers (pièces 17 à 24) : par (...)
  • 77 A.N., F 12 4653, préfet Ardèche, 22.7. et 26.11.1874 et F 12 4656, id., 11.1 1.1885 ; A.D. (...)
  • 78 A.N., F 12 4653, préfet Haute-Savoie, 2.4.1875 et A.D.H.S., 15 M, Industr. et commerce, 18 (...)
  • 79 A.N., F 12 4656, préfet Ardèche, 1 1.1 1.1885.
  • 80 A.N., F 1 C III, Loire, 9, préfet, 14.8.1869 et A.D.L., 92 M 12, pièces 12 à 20 et 27 à 31
  • 81 A.N., BB 18 1688, d.399, proc. gal Lyon, 29.9.1864.
  • 82 A.D. I, 166 M 2, préfet, 9.6.1882.

63Dans les « tirages » de la soie, les seules actions d’envergure paraissent celle des fileuses du canton des Vans, en Ardèche, en mars 1867, où en 4 jours, on obtient, par « … des pourparlers très pacifiques » une amélioration de 20 %, en pleine saison de récolte soyeuse75 ; et celle des maisons de Dieulefit, dans la Drôme en octobre 1882, où l’on se lasse après 4 jours seulement76. Toutes les autres demeurent confinées à l’intérieur de l’atelier où elles éclatent, à Chomérac en octobre 1853, à Joyeuse en juin 1867, à Chambéry en juillet 1872, à Annonay au printemps 1874, à Tournon en novembre 1885 pour ne citer que les épisodes les plus importants77 ; seule la grève de l’épluchage de soie Chancel, à Annecy, dure trois semaines en mars 1875 et rebondit en avril78. Si on laisse de côté les mouvements de 1869-1870, 8 fois sur 15, le travail ne s’est arrêté qu’après une initiative patronale pour augmenter le rendement, et l’on rentre sans insister ; chez Chapelle, à Tournon, d’ailleurs, en novembre 1885, les ouvrières logées à l’atelier refusent de suivre leurs compagnes, et il suffit, à chaque fois, de renvoyer les 4 ou 5 principales meneuses pour que le calme revienne79. A aucun moment on ne devine de liaisons extérieures sinon à Pélussin et à Bourg-Argentai en 1869, où on s’est d’ailleurs tenu à « ... suivre l’exemple de Lyon... »80. Pas plus que parmi les papetiers, si l’on excepte un bref incident lyonnais en septembre 1864, contemporain de l’agitation des tullistes et des ouvriers du vêtement et, tardivement81 en 1882, en mai, à Rioupéroux, près de Bourg d’Oisans, où un certain Courtois, arrivé d’une papeterie de Vizille, organise une « commission de grève » mais ne parvient pas à mettre sur pied « ... une manifestation bruyante... »82. Au total, à un moment ou à un autre, ce ne sont pas plus de 600 papetiers qui ont été impliqués dans un mouvement collectif, et moins de 2 000 fileuses et moulinières de soie dans une région qui en fait travailler plusieurs dizaines de milliers.

  • 83 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, Haute-Savoie, réponse Frèrejean.
  • 84 A.D. I, 166 M 1, préfet, 11.8. et 24.9.1875.
  • 85 A.N., F 12 4658, préfet Loire, s.d. (juillet 1883) ; A.D.L., 92 M 12, police, 20, 21 et 23 (...)
  • 86 A.D.L., 92 M 13, divers, police, juillet 1873 (pièces 110 à 114) ; 92 M 14, gendarmerie, 3 (...)
  • 87 A.N., F 12 4658, préfet Loire, s.d. (juillet 1883).
  • 88 Pièces éparses dans A.N., F 12 4658 et F 22 234 ; surtout, A.D.L., 92 M 18, dossiers « grè (...)

64Restent les grandes usines métallurgiques, où le visage de la classe ouvrière n’est pas différent. Au total, on n’y compte que 16 grèves ; hormis l’effervescence qui secoue celle des Frèrejean, près d’Annecy, en 1872, et qui retombe aussitôt83, aucune n’atteint dans son ensemble l’établissement où elle éclate. A Allevard, en août 1858, ce sont les extracteurs de minerai seuls qui s’opposent à un allongement du travail souterrain : en 2 jours, tout est fini, et les 12 meneurs sont expulsés sans histoire84. Chez les Petin-Gaudet, à Rive-de-Gier et à Saint-Chamond, c’est une quarantaine de tourneurs sur métaux en août 1869, puis une cinquantaine de mouleurs en juin 1883 qui refusent, là les heures supplémentaires, ici la mise aux pièces, avant de quitter la maison85. A l’usine Holtzer de Firminy, à deux reprises, en juillet 1873, les puddleurs – moins de 28 ouvriers –, puis en mars 1875 et en août 1878 –, imités par ceux de Verdié en septembre 1875 et en septembre 1883 – mènent de courtes luttes catégorielles qui n’entraînent aucun des autres spécialistes, et avec un bonheur inégal86 ; en juillet 1883 enfin, les mouleurs des « Forges et aciéries de l’Horme » – une centaine sur les 750 métallurgistes qui y sont employés – refusent avant de l’accepter le retour au travail à la tâche87. Si Frèrejean soupçonne « l’action de l’internationale », – sans commencement de preuve, mais l’explication est dans l’air –, aucune des autres grèves n’éveille d’écho ni ne laisse soupçonner de liaisons occultes, sauf à Saint-Chamond, chez les Petin-Gaudet, en juin-juillet 1883, où la longueur exceptionnelle du conflit (une vingtaine de jours) entraîne la création d’une éphémère Chambre syndicale des mouleurs et modeleurs : les 2 000 autres ouvriers de l’usine demeurent à l’écart. Et si les deux mouvements des mêmes spécialistes en mars 1882 à Saint-Etienne, en avril à Rive-de-Gier se distinguent par la largeur de leur horizon (4 usines stéphanoises, Bietrix, Clair, Bedel et Barroin et 2 à Rive-de-Gier, Arbel et Deflassieux sont touchées en même temps), leur extension (125 et 509 participants), leur intensité (on s’arrête pendant plus d’un mois à Saint-Etienne), leur unité (les programmes revendicatifs sont strictement les mêmes) et leur retentissement (on reçoit des subsides de la vallée de l’Ondaine, de Lyon et des autres corporations locales, et plusieurs députés viennent encourager les grévistes), ils anticipent sur la conduite des décennies à venir plus qu’ils ne reflètent la réalité du moment88. D’ailleurs, ils se produisent dans des établissements moyens, où il ne paraît pas exister de véritable politique de protection ; l’un des patrons, Barrouin, a au contraire une exécrable réputation. Et faut-il rappeler que, dans le même temps, on estime à plus de 12 000 le nombre des ouvriers dans la grosse métallurgie forézienne ? Il est vrai que dans la quiétude relative de la grande entreprise, les mineurs taillent, depuis plusieurs décennies déjà, une brèche d’importance !

B. Les compagnies houillères et le combat des mineurs

  • 89 Cf Gras, L.J., Histoire économique générale des mines de la Loire, 1922, t. II, p. 508, 51 (...)
  • 90 A.N., C 956, Enquête... 1848, Loire, cantons Saint-Etienne et Le Chambon-Feugerolles ; à F (...)
  • 91 Grâce, souvent, à la clause d’ancienneté, et à l’adjonction d’un système de retraites : à (...)
  • 92 Audiganne, A., ouvr. cit., 2e éd., t. 2, p. 118-119 ; il semble qu’on ait au moins songé, (...)

65Pourtant, c’est pour eux qu’avaient été créées les premières institutions protectrices, et les compagnies foréziennes y avaient même joué un rôle pionnier. Dès 1812, celle de Grand-Croix avait fondé une caisse de secours pour les blessés et les veuves, largement alimentée par ses propres contributions, et, en 1833 déjà, une vingtaine de concessions l’avaient imitée89. En 1845, même, la compagnie de Firminy avait ouvert l’hôpital de Lachaux pour ses ouvriers, le premier du genre dans toute la région, et, en 1848, une relative protection est assurée un peu partout, aux ouvriers mineurs90. Dans les années suivantes, le système s’étend au bassin de La Mure, et même aux petites exploitations de Prades, dans l’Ardèche, avec, partout, la volonté de s’attacher, de toutes les manières possibles, la main-d’œuvre91 et la construction de cités dont Audiganne donne les premières descriptions autour de 1860, dans les concessions de la Compagnie des mines de la Loire. A Lorette, à Saint-Etienne dans le quartier du Soleil, à La Ricamarie, ces établissements groupent « … sous l’heureux nom de maisons des ouvriers... », tout un ensemble d’institutions confiées aux sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, « ... un hôpital pour les mineurs blessés en travaillant, un asile pour les enfants..., une école, et un ouvroir pour les jeunes filles... »92 ; et, à partir de 1874, c’est au tour de la Compagnie de Firminy et de Roche-la-Molière de construire des cités pour ses ouvriers. Il est vrai que l’avantage paraît mince en comparaison des risques encourus.

  • 93 S.I.M., 1865-1891.

66La mine est bien, pour reprendre une expression qui fera fortune un peu plus tard, un métier qui tue. De 1863 à 1891, 41 mineurs périssent à La Motte d’Aveillans et dans le bassin de La Mure, pour la plupart écrasés sous les éboulements ; de 1876 à 1890, 7 sont tués à Allevard, et 33 à Chessy ou à Sain-Bel entre 1865 et 189193. Et, dans le bassin stéphanois, l’accident fait presque partie de la vie quotidienne.

  • 94 D’après la S.I.M., 1870-1872, p. XLIX et suiv. : pour 1872, qui n’est pas une année partic (...)
  • 95 S.I.M., 1865-1891.
  • 96 S.I.M., 1881, p. 95.

67Les houillères du bassin forézien sont parmi les plus dangereuses de France, et la Loire est le département minier où l’on compte, chaque année, le plus de tués ou de blessés graves94. De fait, de 1865 à 1890, en un quart de siècle où l’on dispose de leur exact recensement, il ne s’y produit, chaque année, pas moins de 128 accidents entraînant mort d’hommes : au total, ce sont 1 928 mineurs qui perdent la vie, et 2 645 qui en sortent irrémédiablement mutilés ; chiffres effarants, puisqu’ils concernent à peu près une génération, en un laps de temps où l’effectif se tient aux alentours de 16 000/17 00095. Et sans aucun doute, ils ne rendent pas compte de l’exact danger des puits foréziens, « les blessures relativement légères (n’étant) pas signalées aux ingénieurs »96.

  • 97 A.D.I., 52 M 40, Bulletin du Maréchal de Castellane, 1850 (par quinzaine), cf. aussi A.D., (...)

68Le péril est quotidien. L’année 1860, par exemple, est « normale »97. Or, le 10 janvier, un éboulement tue un piqueur au puits Saint-Dominique, à La Ricamarie, où l’éclatement d’une poche d’eau noie 4 mineurs au puits Abraham, le 17 mars ; quatre jours plus tard, le grisou en brûle gravement 8 autres à la concession Ravel, à Unieux ; le 18 juillet, une benne s’écrase au fond du puits, à Saint-Julien-en-Jarez : 3 morts ; le 21 septembre, nouvel éboulement à La Ricamarie, au puits Marseille : 1 mort ; le 23 novembre, c’est à Saint-Etienne que l’explosion prématurée d’une cartouche de poudre noire blesse plusieurs ouvriers, et en décembre, deux autres se tuent en tombant des échelles dans les concessions de Rive-de-Gier. Soit, au total, une douzaine de morts... Si le Maréchal de Castellane a bien eu connaissance de tous les accidents, ce serait une année étonnamment faste, puisque pour celles dont on connaît le bilan avant 1865, on ne compte pas moins de 109 accidents, 53 tués et 69 blessés en 1853 ; et, pour 1857 et 1863, des nombres respectifs correspondants de 110, 50 et 86, puis 157, 79 et 125.

  • 98 Cf. Guillaume, P., ouvr. cit., p. 15 et suiv. ; le 29 décembre 1856 encore, les eaux de l’ (...)
  • 99 A.D.L., l’ensemble des dossiers 24 M 1 à 24 M 4, sur les principales catastrophes ; S.I.M.(...)

69A vrai dire, aux dangers habituels du travail souterrain – chutes, ruptures de câbles, éboulements – s’ajoutent, dans la Loire ceux de l’eau98 et surtout, de la présence permanente du grisou. Encore une fois, une année sans histoire, 1881 : il tue ou blesse à 5 reprises, à la concession du Cros, où une lampe à feu nu le fait exploser, à Roche-la-Molière, après un coup de mine – 8 morts, 3 blessés –, puis à La Béraudière, au quartier Gaillard, à l’exploitation du Plat de Gier. Les accidents qu’il provoque s’intègrent dans un long cycle du grisou, qui va des années 1840 aux alentours de 1890, jalonné de catastrophes périodiques de plus en plus graves : de celle du puits Charles à Firminy, en 1842, à celle du puits de la Manufacture, à Saint-Etienne, en décembre 1891, il ne se produit pas moins de 23 explosions importantes dans le bassin, sans compter les asphyxies collectives ; comme celles du puits Saint-Mathieu de La Ricamarie, le 4 avril 1857, ou du puits Dolomieu, à Roche-la-Molière, où 20 mineurs périssent le 24 décembre 1879. Parmi les plus meurtrières, celle de Villars fait 37 morts en octobre 1867 ; puis, ce sont celles du puits Jabin, à Saint-Etienne, le 8 novembre 1871 (70 tués) et du 4 février 1876 (186 tués) qu’égalent puis dépassent celles du puits Chatelus de Beaubrun, le 1er mars 1887, du puits Verpilleux, le 3 juillet 1889 et du puits Pelissier de Saint-Etienne, le 29 juillet 1890 qui font, respectivement 79, 207 et 116 morts et, au total, une cinquantaine de mutilés graves ; la dernière, le 6 décembre 1891, à la concession du Treuil, tue encore une soixantaine de mineurs99.

  • 100 S. LM., 1888, p. 55.
  • 101 S.I.M., 1890, p. 53-54 et p. 97 ; id., 1891, p. 52 et p. 99.
  • 102 A.N., BB 18 1823, d. 2028, Parquet Lyon, 22.1.1891.
  • 103 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 6.7.1861.
  • 104 Office du Travail, Les Associations professionnelles ouvrières, 1899, t. 1, p. 342.

70Les enquêtes qui suivent des accidents dont l’ampleur croissante a suscité l’émotion que l’on devine montrent la vétusté des installations et les négligences des Compagnies. La catastrophe de Chatelus avait été précédée de 2 alertes, où 3 mineurs avaient péri, sans que l’on y prenne garde, et sa cause directe est un coup de mine imprudent, tiré sans que l’on ait vérifié au préalable la présence éventuelle du grisou100. Celles du puits Pélissier, et de la Manufacture viennent des « ... défectuosités de l’ouvrage..., qui ont ici permis l’accumulation du mélange explosif et ont ensuite facilité sa propagation, là ont facilité l’invasion des galeries en exploitation par « … des gaz inflammables sortis de vieux travaux... » abandonnés101. Dumay, rapporteur de la commission d’Enquête parlementaire sur les raisons de cette série noire estime que « … toutes les dépositions, y compris celle de l’ingénieur en chef, constituent... un véritable acte d’accusation... » ; il a trouvé, au cours de sa visite, des boisages défectueux, des chantiers mal tenus et mal surveillés, envahis par la poussière de charbon qui facilite la propagation des « feux de mine »102. A trente ans de distance, il rejoint le procureur général de Lyon, qui, au lendemain de la catastrophe du Treuil, en juillet 1861, écrivait à son ministre que « ... la situation des mineurs serait bonne s’ils étaient moins souvent victimes d’accidents que nos ingénieurs attribuent à une fatale nécessité devant laquelle il faudrait s’incliner. Malgré leur avis, je persiste à penser que les Compagnies pourraient, par des précautions plus sévères, conjurer quelques sinistres... »103. Que les responsabilités soient réelles ou pas, le siège est fait, depuis longtemps, pour la majorité des mineurs, ces ouvriers « ... pas ordinaires... », ayant « … pour ciel quelques centaines de mètres de rocher les menaçant continuellement et pour soleil une lampe entourée d’un treillis... » et qui « ... passent leur vie à lutter contre le danger... pour remplir les coffres-forts des capitalistes... », comme le dit en 1881 un de leurs principaux leaders, des plus modérés, on le verra, Michel Rondet104. Derrière les figures de la rhétorique apparaît tout un complexe psychologique pas forcément clair pour tous mais qui donne, d’emblée, au mouvement revendicatif des mineurs un caractère d’âpreté et de totalité qui le distingue radicalement de celui des autres professions.

  • 105 Guillaume, P., ouvr. cit. notamment p. 24 et suiv. sur la naissance de la grande Compagnie (...)
  • 106 A.N., C 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, réponse J.B. Thiolière, délégué des mi (...)

71L’unité précoce de la profession, ce sont les sociétés houillères elles-mêmes qui en tracent les voies. Puisque, dans la Loire, dès 1844, « ... les compagnies étrangères au pays se rallièrent ensemble... », en une coalition « ... redoutable pour toutes les autres industries... » et en « ... un monopole écrasant pour les ouvriers mineurs... ». Sur ce qui fut la première tentative de « trust » authentique, et longtemps la seule, dans l’industrie française du XIXe siècle, P. Guillaume a déjà tout dit105. Mais remarquable est la réaction spontanément et immédiatement hostile des mineurs eux-mêmes qui ressentent, d’emblée, toutes les nouvelles menaces que peut faire peser une telle concentration de la décision patronale. Il y a, dans le long memorandum que leurs délégués adressent aux enquêteurs de 1848, un mélange étrange de dignité blessée et une esquisse d’analyse en un vocabulaire et une argumentation que ne récuseraient pas les observateurs contemporains du « pouvoir de monopole » : accaparement du marché, menaces sur l’emploi, conséquences sociales d’une rationalisation de l’exploitation sont tour à tour évoquées, mais aussi implications politiques d’une puissance telle qu’elle peut se jouer des institutions et de l’autorité d’une République qui vient de renaître ; et, surtout, mainmise totale sur l’embauche puisque les Compagnies dissidentes doivent se plier aux directives, dans « ... des conditions humiliantes... » des « … agents du Monopole... » ; en n’acceptant plus d’employer les ouvriers rebelles « ... à sa méchante brutalité... » et à « ... sa cruelle tyrannie... »106.

  • 107 A.N., BB 18 1461, d.5290, dans sa totalité ; sur le conflit de 1846 et la fièvre du printe (...)
  • 108 A.D.L., 92 M 7, 55 pièces, de mars à avril 1849 ; la Compagnie Générale est en outre accus (...)
  • 109 Les sources sont si nombreuses qu’il est impossible de toutes les citer ; les principales (...)

72Et c’est contre elle que l’on se dresse, dès février-mars 1848, où « ... presque tous les puits sont fermés... », comme on l’avait déjà fait, avec l’appui général de l’opinion, deux ans auparavant107 et, surtout, en mars 1849 où la grève, partie de la Compagnie générale, s’étend aux concessions dissidentes et dure un mois entier, sur un vaste programme, très élaboré, où l’on s’en prend à la fois aux fermetures de puits qu’elle envisage, et à sa politique de rendement, et que l’on fait triompher en partie dans une telle ambiance d’exaspération que le maire de Saint-Etienne juge que « ... la réalisation des projets de « Monopole »... » serait une « ... véritable catastrophe... » et craint une « … révolte ouverte des ouvriers mineurs... »108. Puis tout recommence, une troisième fois, en juin 1852, quand la mise à pied d’une équipe fait exploser le mécontentement provoqué par la substitution progressive du travail à la tâche au salaire à la journée, mais aussi par une dégradation du climat sensible depuis le début de mai et où se mêlent les plaintes contre l’accélération de l’extraction (on impose 78 à 80 bennes par équipe au lieu de 55 à 60), l’allongement de la journée, la restriction des pauses, d’autant plus insupportable que les accidents se multiplient au cours du printemps. A nouveau, la grève s’étend de proche en proche à toute la vallée du Gier, et plus de 2 000 mineurs y participent ; si la marche n’est pas égale – ici et là, on reprend peu à peu – elle n’en dure pas moins, au total, 31 jours. « Griefs fondés », estime le procureur général de Lyon, qui n’en sont pas moins repoussés : on doit s’en tenir à des promesses, et les mutations disciplinaires qu’engage la Compagnie générale entretiennent l’agitation jusqu’à la fin du mois de juillet ! Si la dissolution du « Monopole » en 1854 fait retomber la fièvre, les sociétés qui lui succèdent – et celles qui vont se développer dans les décennies suivantes avec la croissance du bassin ont assez de puissance pour ne rien changer aux conditions de la lutte revendicative109.

  • 110 Les mineurs de la Loire demeurent cependant, de loin, les plus combatifs, puisqu’ils arrêt (...)
  • 111 A.N., BB 18 1523, d.3679, proc. gal Lyon, 10.10.1853 et pièces diverses dans A.D.L., 92 M  (...)
  • 112 A.N., BB 18 1669, ensemble d.8515 ; F 1 C 111, Loire, 9, préfet, 21.7.1863 et A.D.L., 92 M (...)
  • 113 A.N., BB 18 1751, ensemble d. 6914 et BB 30 379, proc. gai Lyon, 26.3.1864 ; F 1 C III, Lo (...)
  • 114 A.N., F 1 C III, Loire, 9, multiples rapports du préfet, de juin à septembre 1869. De fait (...)
  • 115 A.N., BB 30 389, proc. gal Lyon, 10.7.1869.
  • 116 A.D.L., 92 M 16, préfet Loire, 5 et 9.1.1880, et pièces 1 à 63 ; id., 92 M 22, préfet, 21. (...)

73En comptant les « grèves du Monopole », dans la Loire, puis en Mateysine et dans les petits bassins régionaux, les mineurs arrêtent 41 fois Le travail110. Et, à deux reprises, en juin 1869 dans la Loire, en février 1870 à La Mure, leur mouvement retrouve la force des années 1848-1852. En 1853, un conflit localisé à la Compagnie de Firminy n’entraîne pas moins de 900 mineurs qui refusent la suppression de l’allocation gratuite de charbon, pendant près de 40 jours, du 22 août au 2 octobre111. A Roche-la-Molière, en juillet 1863, ils sont 400 à tenir 17 jours pour réclamer une hausse de salaires112. En dehors même de ces grands conflits, on sent la présence d’une sensibilité extrême et multiforme : ici, on refuse les ordres de la maîtrise, ou on conteste le choix d’un nouveau sous-gouverneur ; là, on estime que la Compagnie ne paie pas tout le travail effectué, ou l’on refuse une tâche « ... au-dessus de (nos) forces... » ; ailleurs, ce sont les propos blessants d’un ingénieur qui sont en cause, et, en juillet 1867, au puits Sagnat, la grève sourd d’un mécontentement informel qui ne se traduit en revendications précises qu’au bout de 24 heures113. Puis c’est l’explosion de juin 1869114, qui entraîne 14 000 à 15 000 mineurs, si forte, si soudaine – dans son déroulement du moins –, qu’on y voit, aussitôt, un mouvement politique : « ... aux questions adressées dans les premièrs jours à ceux d’entre eux qui y (prenaient) part, il était répondu par cette vague formule : nous réclamons nos droits... ». Et le procureur général d’ajouter : « Plus tard, ils ont réclamé la diminution des heures de travail, une augmentation de salaire et la fusion dans la caisse de la Société « La Fraternelle » de toutes les caisses de secours administrées jusqu’ici par chacune des compagnies du bassin... Mais il est bien évident que ces prétentions tardivement affirmées... ne sont point la cause mais l’effet de la grève... »115. Si le mouvement s’achève sur de simples promesses, il n’en constitue pas moins un puissant relais, même si la fièvre retombe pour une bonne vingtaine d’années. Il est vrai que plusieurs des 13 conflits localisés qui éclatent jusqu’en 1887 sont loin d’être négligeables, même si leur retentissement est moindre. En janvier 1880, dans la vallée de l’Ondaine, les mineurs sont plus d’un millier à cesser le travail et ils entraînent le chômage forcé de 1 300 ouvriers des installations de surface, pendant toute une semaine ; et, en mai 1885, à Rive-de-Gier, c’est une flambée d’une seule journée qui tente de s’opposer à une baisse du salaire ; mais 700 mineurs y participent, attestant de la persistance de la conscience collective et d’une combativité latente mais attentive116.

  • 117 A.N., F 1 C III, Isère, 10, préfet, 30.3.1870. Et surtout A.D.I., 166 M I, id., 22, 24, 28 (...)
  • 118 A.D.I., 52 M 55, police La Mure, 24.13.1875 et 166 M 2, ingénieur Mines, 22.2. et 7.3.1884 (...)

74Entre temps, pour la première fois, en février 1870, le bassin de La Mure a explosé à son tour, où les 500 ouvriers de Chaper, le principal concessionnaire de La Motte d’Aveillans ont réclamé à la fois la montée des salaires, l’amélioration des retraites, la réduction de la journée de travail et la modification du système d’amendes et du règlement. La grève a duré 24 jours et pris d’autant plus de relief qu’elle a coïncidé avec celle du Creusot. La reprise a consacré, largement, la victoire des grévistes, même si les avantages qu’ils ont obtenus sont demeurés en-deçà de ceux qu’ils avaient réclamés117. Et le mouvement repart, très partiellement, en décembre 1875 et en février 1884, avant de retrouver un bref instant – pendant 3 jours – une force presque comparable à celle de 1870 en janvier 1887, pour s’opposer à la concurrence des ouvriers étrangers118. La puissance des mouvements miniers est ainsi non seulement tout à fait exceptionnelle dans la grande industrie, mais aussi dans l’ensemble des autres secteurs professionnels.

3. Le métier et le « tarif »

75Dès lors, la grève ne serait-elle ailleurs que le mouvement d’humeur passager de groupes incohérents et instables ? Les plus combatifs des ouvriers de la région lyonnaise (puisqu’ils arrêtent 152 fois le travail entre 1848 et 1887) ne sont-ils pas ceux du bâtiment, c’est-à-dire des gens rassemblés pour un temps relativement court et dispersés avec l’achèvement des travaux ? Et les travailleurs des grandes industries régionales sont-ils d’une autre nature, eux qui bourlinguent sans arrêt de l’une à l’autre, quand ils ne reviennent pas périodiquement à la terre ?

A. Les lignes cachées des grèves du bâtiment

  • 119 A.N., F 12 4657, préfet Drôme, 11.5.1882.

76Et, de fait, la grève peut apparaître, chez les ouvriers du bâtiment, comme un simple avatar de la « louée » traditionnelle des bras à l’approche de la belle saison, et du débat salarial latent qui accompagne la foire printanière de la main-d’œuvre. Plus que partout ailleurs, elle revient avec le soleil ; et, en février 1882, les carriers de Saint-Restitut, dans la Drôme, célèbrent la « fête des brandons », dont ils changent simplement le sens en brûlant en effigie les renégats de leur combat119. Ce sont les grèves du bâtiment qui contribuent, largement, à faire des premiers mois de l’année le « ver sacrum » de l’offensive ouvrière. Le graphique hors-texte n° 70, qui les écarte, pour l’ensemble des années 1848-1914, ne gomme pas totalement la poussée printanière, mais il étale la fréquence mensuelle plus largement ; et le graphique n° 72, qui correspond à un recul relatif de leurs actions dans les années 1871-1890 est nettement moins montueux que celui des années 1851-1870 (n° 71) où leur participation est considérable. A l’inverse, le graphique n° 74 dessine la fièvre solaire des chantiers : près d’ 1 grève sur 2 y éclate entre le début d’avril et la fin de juin (49,5 %) et pas loin de 3 sur 4 du 1er mars à la dernière semaine de juillet (71,7 %).

  • 120 Sur l’effervescence permanente des chantiers temporaires, en dehors des grèves proprement (...)
  • 121 A.D.L., 92 M 10, divers (pièces 90 à 95) et préfet, 10.9.1856.
  • 122 A.D.I., 166 M 1, police Grenoble, 7.2.1859.
  • 123 A.D.I., 52 M 43, préfet, 8.6.1861.
  • 124 A.D.H.S., 15 M, Industr. et commerce, 22.5.1862, maire Rumilly.
  • 125 A.N., F 1 C III, Ain, 9, préfet, 11.7.1869.
  • 126 Sur les départs massifs, pendant la grève, cf. aussi A.N., BB 18 1631, d.4884, proc. gai G (...)
  • 127 A.N., F 12 4658, préfet Isère, 27.3.1882 et A.D.I., 166 M 2, pièces diverses. Les seules g (...)

77C’est le moment où la fin des intempéries rassemble donc, pour un temps, maçons et terrassiers, charpentiers et menuisiers. La grève est circonstancielle, étroitement liée aux conditions locales et à l’occasion ; que l’on bute sur un terrain plus dur, que la paye tarde (souvent on le sait), qu’une tâche inhabituelle se présente, et l’on arrête le travail. Une fois sur 3 – c’est-à-dire, 42 fois –, elle n’est qu’épisode, peut-être artificieusement distingué, d’une effervescence permanente120. Et, dans ces cas-là, on ignore tout du dénouement une fois sur 2 ; 1 fois sur 4, c’est l’échec, et l’on s’en va, souvent sans même en attendre l’épilogue. Ainsi, 70 des 80 terrassiers occupés au ballast, à Vendranges, près de Roanne, en septembre 1856, ne patientent pas 3 jours pour gagner les chantiers de la vallée du Rhône, tout comme plusieurs dizaines de manœuvres piémontais, quelques semaines auparavant121. Parmi les tailleurs de pierre de la nouvelle prison de Grenoble en février 1859122, puis en juin 1861123, chez les terrassiers de Rumilly en mai 1862124, pour bien d’autres ensuite, « ... l’association s’est disloquée d’elle-même après le départ de l’élément cosmopolite... »125. Quand la grève se termine par un succès – une dizaine de fois –, il est rare que tous ceux qui l’ont déclenchée soient encore là126. Très brève, – à 27 reprises, elle ne dure qu’une journée, voire quelques heures, et dans 11 autres occasions, elle ne dépasse pas 3 jours –, elle n’éveille ni écho ni solidarité. Il faut attendre 1882 pour que le long conflit d’un chantier de démolition grenoblois suscite quelque émotion et que l’on prenne des contacts en Suisse et en Italie pour empêcher l’arrivée de remplaçants127.

78Faux-semblant, pourtant, et qui naît, encore une fois de l’inaptitude des classifications sectorielles à rendre compte de la réalité première du métier. Telle grève du bâtiment est en fait celle des maçons, des serruriers, ou des tailleurs de pierre ; comme telle autre du textile correspond, à un mouvement des tisseurs, des fileurs ou des teinturiers ; pas plus que n’existe le métallurgiste, le verrier ou le chapelier, où l’on confond abusivement le fondeur et le mécanicien, le souffleur et le « gamin », le foulonnier et l’apprêteur. Mais la règle n’est pas générale : car, là, peuvent coïncider les frontières psychologiques de la profession et du secteur, ici l’emporter les solidarités des métiers. Au-delà de cette approche prudente et empirique, retrouve-t-on la classe ouvrière ? Pour l’heure, elle éclaire d’un jour tout nouveau la majorité des grèves du « bâtiment ».

  • 128 A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 17.5.1853.
  • 129 A.N., F 1 C III, Loire, 9, préfet, 12.6.1870 et F 12 4652, id., 19.6.1869 ; A.D.L., 92 M 1 (...)
  • 130 A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 31.8.1868 et F 12 4658, id., 7.11.1882 ; A.D.L., 92 M 1 (...)
  • 131 A.N., F 12 4655, préfet Rhône, 7.6.1880 ; 4662, id. 23.7.1880 et 4666, « résumé des coalit (...)
  • 132 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 17.5.1866 et F 12 4662, id., 29.6., 25.10. et 2.12.188 (...)
  • 133 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Lyon, 16.5.1877.
  • 134 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 27.4.1881.
  • 135 A.D.I., 52 M 42, sous-préfet La Tour-du-Pin, 28.1.1860 ; 166 M 1, id., 29.3.1865 et 29.4.1 (...)

79En effet, des 110 qui ne touchent pas des chantiers temporaires, il en est 57 à prendre un caractère de grève généralisée de la profession, au moins, car on est mal renseigné sur un grand nombre d’entre elles. Les mouvements sont plus ou moins amples, à la taille des différentes villes, et des constructions du moment ; mais tous traduisent la volonté précoce d’imposer un « tarif » unique et périodiquement révisable. Ainsi à Saint-Etienne : dès mai 1853, menuisiers, charpentiers et maçons déclenchent une action unifiée, qui n’est brisée que par des arrestations massives128. En juin 1855, les plâtriers essaient à leur tour, et recommencent en juin 1869, avec succès : les 30 patrons de la ville s’engageant par écrit, après 12 jours d’arrêt de leurs 600 ouvriers ; ils le font améliorer en juillet 1875129 ; les menuisiers, après un premier échec en août 1868, parviennent à un « accord général amiable » en avril 1881, et entraînent après eux les charpentiers, en juin, et l’ensemble des maçons, en juillet : seuls ceux-ci n’obtiennent pas satisfaction130. A Lyon, au contraire, dès juillet-août 1865, ils ont pu arriver à un « ... arrangement... », après une longue grève d’un mois, étendue à la banlieue en 1876 ; en avril-juin 1879, on ne réussit pas à faire augmenter le « tarif », malgré une très forte participation (il y a plus de 1 800 grévistes) et l’âpreté du conflit (il dure 2 mois), mais on y parvient, un an plus tard, en dépit de la résistance patronale : finalement, 141 des 200 patrons lyonnais signent l’accord « ... ce qui est suffisant pour occuper tous les maçons de la ville... »131 ; depuis 1866, les scieurs de long ont obtenu des garanties semblables, et en octobre 1880, c’est au tour des 2 000 charpentiers d’y accéder132. Dans la lancée des maçons s’engagent, avec le même succès, les menuisiers – après un très grave échec dans le printemps de 1877 – et les tailleurs de pierre, qui parviennent à fléchir un certain nombre de patrons133 ; et, l’année suivante, les plâtriers-peintres134. Il en va de même des tailleurs de pierre de Montalieu-Villebois, sur le haut-Rhône, qui dès 1860, ont négocié un « tarif » et le défendent avec un bonheur inégal en février 1865, en avril 1867, et en mai 1872135.

80En pratique, on retrouve dans chaque ville ces mouvements répétitifs des professions du bâtiment qui tendent à imposer une négociation périodique des tarifs fort proches, si les termes n’étaient anachroniques, d’une convention collective qui, à leurs yeux, prend force de charte. A Grenoble, à Rive-de-Gier, à Vienne, à Givors, à Annonay, à Saint-Chamond, à Annecy, à Chambéry, à Tarare, à Roanne, à Aix-les-Bains, on retrouve le même schéma, au cours d’une vingtaine de grèves successives qui touchent ici les maçons, là les tailleurs de pierre, ailleurs les charpentiers avec un succès relatif à partir des années 1870. Il n’est aucun cas de victoire totale, mais la multiplication des compromis signifie l’élaboration progressive d’une relation contractuelle et, en pratique, toutes les grèves partielles sont provoquées par la rupture, de la part des patrons, d’un tarif où les professions du bâtiment voient une loi. Dans les années 1880-1882, on semble parvenu un peu partout, à cette situation d’équilibre conflictuel ; et pas seulement dans les métiers du bâtiment.

B. Une généralisation précoce

  • 136 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, s.d. (1880) et 27.4.1881 ; A.D.R., M, grèves antérieures à  (...)
  • 137 A.N., BB 30 879, proc. gal Lyon, 28.6.1867 et F 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1883. A.D.A., (...)
  • 138 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 20.7. à 2.12.1886 (pièces 491 à 524).

81La même pratique se dégage en effet de la plupart des professions urbaines éparpillées en petits ateliers. En 1876, ce sont, à Lyon, les compagnons maréchaux-ferrants qui imposent un règlement général des horaires et des salaires ; puis, en 1880, les ébénistes, qui essaient, sans résultat, et, en juillet 1881, les charrons, qui l’emportent136. En avril 1882, un arrêt de travail isolé chez les cordonniers est en fait le coup d’envoi d’un mouvement général de la profession, qui tourne court ; mais à Saint-Etienne dès 1867, à Annecy en août 1872, à Bourg en 1880, l’agitation dans les échoppes avait pris, avec succès, le même tour137. Quant aux menuisiers en sièges lyonnais, ils sont encore moins heureux en juillet 1886 puisque, malgré 4 mois de grève, ils ne peuvent imposer leurs vues : il est vrai que le travail s’est arrêté après la violation d’un « tarif » obtenu dix ans auparavant, par simple négociation138. Mais les « canuts », à Lyon et dans les campagnes, les passementiers et les forgeurs stéphanois, les gantiers grenoblois empruntent-ils d’autres chemins ?

  • 139 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.6.1855 et 1688, d. 399, proc. gal Lyon, 25.6.18 (...)
  • 140 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.6.1855 et 1616, d. 3597, proc. gal Lyon, 26.9.1 (...)
  • 141 A.N., F 12 4666, « résumé des coalitions », 1864-1872 et préfet, 25.10.1865 ; pièces épars (...)

82La multiplicité des catégories masque seule l’unité du projet dans les grèves de la Fabrique lyonnaise de soierie, en son cœur et en sa mouvance. L’idée d’une réglementation des horaires et des salaires, indépendante des fluctuations de l’emploi, mais indexée sur les progrès et la prospérité du secteur tout entier hante les « canuts » depuis 1831, sous des formes diverses. Sous le Second Empire, les tullistes sont les plus combatifs : dans la ville même, ils mènent au moins 3 grèves généralisées : en mai 1855, où ils obtiennent « ... de justes concessions... », en juin 1864 et, surtout, en septembre-octobre 1864 et en avril-mai 1865, d’où sort bel et bien un règlement d’ensemble pour la spécialité ; quelques grèves partielles – dont 2 dans la même maison – en 1866 et en 1867 rappellent à l’ordre quelques patrons dissidents139. Mais au printemps 1855, les veloutiers ont fait de même ; puis, en septembre 1860 et à l’automne 1863, les tisseurs de châles « … des divers ateliers de La Croix-Rousse... »140. En octobre 1865, c’est au tour des 3 400 veloutiers de Saint-Etienne d’entrer dans la lutte sur un programme qui non seulement détaille les innombrables « façons » de la spécialité, mais s’occupe des horaires, des modes de distribution du travail et de l’apprentissage pour les 15 années à venir. Ils échouent totalement, mais « … l’attitude des ouvriers reste mauvaise... La loi du patron est subie... avec l’espoir de prendre une revanche... » Ils la prendront, mais très tardivement141.

  • 142 A.N., F 1 C III, Loire, 9, police, 21 à 30.10.1869.
  • 143 Sur la vague de 1869-1870 dans la soierie, pièces très nombreuses dans A.N., F 12 4651 et  (...)
  • 144 A.N., F 1 C III, Ain, 9, gendarmerie, 12.3.1870 et BB 30 390, proc. gai Lyon, 10.4.1870.

83Pour l’heure, avec la vague qui marque la fin du régime, ce sont les tisserands de toile des campagnes autour de Panissières qui, à plus de 3 000, en octobre-novembre 1869 imposent l’unité dans la fixation des salaires, dans leur taux et leur calcul142. Et surtout les ouvriers de la Fabrique lyonnaise : cette fois-ci, en 1869, ce sont les tisseurs d’étoffes façonnées qui établissent un « tarif », bientôt imités par les tullistes, à nouveau, les guimpiers, les ovalistes ; c’est là le moteur de la grande grève générale du printemps de l’année suivante qui entraîne à la fois 8 000 à 10 000 « canuts » à Lyon même et 6 000 à 7 000 tisseurs à domicile du Bas-Dauphiné, où la vague est si forte qu’elle déborde dans les usines-couvents à Voiron, à Renage, à Saint-Blaise-du-Buis et même à Faverges, en Haute-Savoie !143. Et forts différents, voici les 1 500 ouvriers en peignes de la région d’Oyonnax qui, à peu près dans le même temps essaient, avec beaucoup plus de modestie – et sans succès – de se délivrer des abus les plus criants, comme la paye en nature et le travail de nuit, « ... réclamations qui ne sont pas sans fondements... » ; eux aussi ont leur charte, qu’ils remisent, pour de longues années144.

  • 145 Cf. la quasi-totalité des dossiers A.D. L, 166 M 1 et A.D.R., M, grèves antérieures à 1879 (...)

84Tandis que les tisseurs de soierie s’installent, au contraire, pour une quinzaine d’années, dans le « tarif de 1869 ». Hors de Lyon, il se produit 29 grèves parmi eux entre 1871 et 1884. Si l’on excepte les deux ou trois d’entre elles qui, à Tarare, font écho, avec retard, à la flambée de 1870, il n’en est pas moins de 23 à éclater pour s’opposer explicitement, à sa violation que « ... l’état des affaires... » rend de plus en plus fréquente à partir des années 1880. Dans la ville même, sa défense provoque au moins 10 des 13 conflits que l’on a dénombrés dans le même temps, que ce soit chez les tisseurs de façonnés, les veloutiers et les guimpiers145.

  • 146 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 6.5.1852 et F 12 4655, préfet Rhône, 7.6.1880.
  • 147 A.N., F 22 234, s.d. (février 1882) ; il semble qu’il s’agisse de la maison Perrin, où la (...)
  • 148 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 23.9.1865 et F 12 4653, id., 27.9.1875. A.D.R., M, grè (...)

85Parmi les ouvriers du coton, où l’atelier mécanique se mêle plus souvent aux « boutiques » familiales et où les centres de distribution du travail sont multiples, le mouvement revendicatif est, dans son ensemble, plus complexe. Et des 43 grèves qu’on y a comptées, 37 sont des conflits localisés à un seul établissement, ce qui n’est pas forcément signe de médiocrité : à Tarare en mars 1852, ils sont 670 à refuser, pendant une bonne quinzaine de jours, une baisse des salaires chez Martin et Casimir ; à l’usine de mousseline Chatelard, en juin 1880, le travail est stoppé pendant 27 jours146 et, en février 1882, pendant plus d’un mois et demi dans un tissage non identifié de Roanne147. Mais encore une fois, derrière la poussière des grèves particulières se dessine l’ampleur des poussées catégorielles, inscrites ici dans le cadre d’une ville ou d’une spécialité. Les plus combatifs sont les couverturiers de Cours : dans la fin de 1864, tous les cardeurs des différentes maisons tentèrent d’obtenir une exacte mesure de leur travail ; et l’arrêt de leur fabrication met au chômage les 2 000 ouvriers des opérations d’aval ; en septembre 1865, c’est au tour des fileurs et des tisseurs de réclamer un règlement d’ensemble « … favorable à leurs intérêts... » Pour les uns et les autres, on ne sait comment se termine l’affaire ; mais en juillet 1875, c’est l’ensemble des couverturiers qui se lancent dans une longue grève pour imposer un « tarif » non seulement en hausse, mais qui tienne compte « ... du travail et de l’habileté... ». Ils sont 3 000 – c’est-à-dire la totalité des ouvriers de la ville et des environs –, le conflit dure 63 jours, du 27 juillet au 28 septembre ; et la rentrée consacre une large victoire148.

  • 149 A.N., F 12 4652, préfet Rhône, 11.3.1866.
  • 150 A.D.L., 92 M 18, préfet, 24.5.1882.
  • 151 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1882.

86On devine un mouvement d’ensemble analogue à Tarare, en mars 1866, qui affecte « ... un grand nombre d’ateliers... » et s’achève, au bout de 7 semaines, sur un « ... arrangement149 ». Et, surtout, les Roannais se lancent, dans la plupart des grandes usines de la ville, en janvier 1882, dans un large mouvement – ils sont 2 600 à y participer – sur un programme multiple : la révision générale des façons, la fixation d’un salaire minimum, l’unification des taux d’une manufacture à l’autre, l’obligation du rouleau métrique et, surtout, la discussion permanente des « façons » entre ouvriers et patrons ; ceux-ci finissent par céder sur l’essentiel, au bout de 2 mois150. Et, en même temps qu’eux, les 500 fileurs de Saint-Vincent-de-Reins obtiennent toute satisfaction, après 36 jours de lutte151.

  • 152 Hors de Vienne, on ne compte qu’une courte grève, très médiocre, à Dieulefit, en février 1 (...)
  • 153 A.N., F 12 4666, « résumé des coalitions ouvrières Isère », 1864-1872…
  • 154 Cf. surtout A.D.I., 166 M 1, dossier « grèves des tisseurs de Vienne, avril-mai 1868 » ; e (...)
  • 155 Si l’on excepte 4 petits conflits catégoriels (qui touchent les cardeuses) entre octobre 1 (...)
  • 156 A.D.I., 166 M 2, préfet Isère, à partir du 19.4.1879 ; pièces éparses dans A.N., F 12 4655 (...)

87Les drapiers enfin ; c’est-à-dire les Viennois – si on laisse de côté ceux des petits centres résiduels de la Drôme152. Pour eux, pas d’équivoque. Ce sont gens calmes, sous le Second Empire ; jusqu’au mois d’avril 1868. Deux petits conflits déclenchent le mécanisme153 : le 25, et dans les jours suivants, 7 000 à 8 000 tisseurs arrêtent progressivement le travail en proposant un « tarif général » ; après deux semaines, les patrons l’acceptent. Quelques mois plus tard, en novembre, les fileurs font de même ; ils ne reprennent que 51 jours plus tard, le lendemain de Noël, victorieux154. Et les textes négociés en 1868 règlent les relations salariales pendant plus d’une décennie155. Car c’est une baisse brutale, en avril 1879, qui provoque, à nouveau, une grève généralisée : le 17, 4 000 tisseurs, au moins, désertent les ateliers ; à partir de la fin du mois de mai, la résistance patronale faiblit puis s’effiloche dans le courant d’août. Mais quand les derniers ateliers reprennent, le 15 septembre, il s’est écoulé 148 jours depuis le début du conflit ; et l’on a fini par s’accorder. Puis, c’est le silence, pour une nouvelle décennie, et au-delà156.

88La généralité du salaire à façon, qui conserve la primauté du métier dans le rassemblement de l’usine empêche que la lutte collective n’emprunte, ailleurs, des voies vraiment différentes, au-delà des comportements spécifiques. C’est-à-dire qu’à peu près partout, on retrouve la cohésion professionnelle et la volonté de régler les relations du capital et du travail.

  • 157 A.N., BB 18 1530, d. 4469, proc. gal Lyon, 15.4.1854 et A.D. Ar., 15 M 12, Mal. de Castell (...)

89Les verriers ? Ce sont gens un peu à part, proches des mineurs, par certains traits : dès 1852-1854, ils ont subi les effets de la concentration du pouvoir patronal ; en juin 1852 ils invoquent même le renchérissement des prix du charbon provoqué par la Compagnie générale des Mines de la Loire pour les suivre, à Rive-de-Gier, pendant quelques jours, dans la dernière grève du « Monopole » ; et, en juin 1854, à Givors, c’est en dénonçant les dangers prévisibles que fait peser sur l’emploi et le salaire la fusion des sociétés locales qu’ils prennent les devants en réclamant l’augmentation des prix de façon157.

  • 158 A.N., F 1 C III, Isère, 7, sous-préfet Vienne, 27.4.1854 et F 12 4655, préfet, Rhône, 7.6. (...)
  • 159 Pour l’essentiel, A.D.R., M, grèves, 1886-1888, dossier « grève des verriers », et pièces (...)
  • 160 A.N., F 12 4662, 18.6. et 17.11.1887. A.D.R., M, grèves 1880-1889, dossier « ouvriers verr (...)

90Puis la grève fait des apparitions médiocres et rares, fortement marquées par la spécificité du métier et par la volonté patronale de revenir sur les avantages acquis : à Vienne en avril 1854, on refuse que la « garniture » – un certain nombre de bouteilles non payées au souffleur – soit portée de 6 à 12 % de la production quotidienne ; à Givors en 1854, que le patron ne vende pas à son profit les flacons de rebut, qu’on ne compte pas dans le relevé des fours. A chaque fois, ce sont quelques dizaines de spécialistes (50 à Givors, sur 1 200 ouvriers) qui arrêtent le travail, jusqu’en 1878 où apparaît pour la première fois, à Saint-Etienne, l’idée du « tarif général »158. La grève générale des verriers lyonnais en 1886, qui, d’avril à juillet, mobilise 1 044 d’entre eux pendant 80 jours, n’est qu’un moment fort d’une longue lutte pour l’imposer dans toute la région, partie de Saint-Etienne dès février, continuée en septembre dans les établissements épargnés par la vague du printemps159. Les patrons l’ont progressivement accepté, et quelques mouvements partiels à Lyon en février, en juin et en novembre 1887 permettent de l’étendre aux « gamins » et aux manœuvres160. Pour d’autres, le chemin est moins facile, s’il va dans la même direction : l’unification du mouvement s’y fait moins vite, dans une atmosphère d’hostilité permanente.

  • 161 A.N., BB 18 1537, parquet Lyon, 17.10.1855.
  • 162 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Lyon, 27.9.1871.
  • 163 A.N., F I C III, Rhône, 10, préfet, 29.4.1853.
  • 164 A.N., F 1 C III, Rhône, id., 27.4.1870.
  • 165 A.N., F 1 C III, Loire, 9, préfet, 3.6.1870 et A.D.L., 92 M 12,divers.
  • 166 A.N., F 12 4653, préfet Rhône, 24.4.1874 et A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police, (...)
  • 167 A.N., C 3021 Enquête parlementaire... 1872, Bourg ; F 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1883, 18 (...)
  • 168 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1883, et A.D.I., 166 M 1, maire Voiron, 19.7. et 11.9. (...)
  • 169 A.N., F 12 4651, préfet Isère, 27.8. et 21.9.1861 et A.D.I., 166 M 1, sous-préfet Vienne 1 (...)
  • 170 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1883 qui oppose l’indifférence des autres catégories d (...)

91Voici les métallurgistes des usines de constructions mécaniques, qui mènent 22 grèves entre 1848 et 1887. Mais à peu près jamais dans les très grands établissements : les ateliers oullinois du P.L.M. grondent bien en octobre 1855, mais une trentaine d’ouvriers seulement sont mêlés à l’affaire, sur un bon millier, puis renoncent au bout d’une journée161 ; comme à La Buire en septembre 1871, où le mouvement avorte, en 5 jours, avec l’exclusion des meneurs162. Car la grève naît moins dans l’usine qu’à l’intérieur d’un petit groupe d’ouvriers spécialistes qu’elle englobe : les fondeurs, chez Clément-Désormes, à La Mulatière, en avril-mai 1853 – c’est-à-dire 97 personnes sur les 337 travailleurs de la maison163, chez Duvergier, à Vaise, en avril 1870164 ; les mécaniciens, chez Clair, à Saint-Etienne en juin de la même année (à peu près la moitié de l’effectif165), les forgeurs aux ateliers P.L.M. d’Oullins en avril 1874 – ils ne sont que 139, et leur revendication est étroitement circonstancielle166. Ailleurs, le métier correspond aux limites de l’atelier, aux chaudronneries Imbert et Larret de Saint-Julien-en-Jarez en septembre 1880, Chevalier-Grenier de Lyon en janvier 1882, à la robinetterie Guinand de La Guillotière en septembre 1883, aux tréfileries de Pont-de-Chéruy quelques semaines plus tard et dans un certain nombre de très petites maisons de fonderie ou de constructions métalliques, à Lyon, à Bourg, à Voiron167. Et si la grève déborde ses murs, c’est pour se propager, toujours, à travers la filière du métier : à Voiron en 1867, où ce sont les mécaniciens de 6 petites maisons locales qui entrent tour à tour dans la lutte, du 15 au 23 juillet, puis, en mai 1875, les fondeurs ; et, surtout, à Lyon, les mouleurs et les fondeurs en fer des 15 maisons de la ville en juin 1882 : une grève « généralisée », mais qui ne touche pas plus de 150 ouvriers168. Celle des mécaniciens de 19 ateliers viennois en août 1861 paraît de même nature, mais les sources sont imprécises, et le seul mouvement à entraîner plusieurs catégories à la fois – mécaniciens, fondeurs, modeleurs, serruriers – correspond au long conflit – 64 jours ! – que mènent, toujours à Vienne, de mai à juillet 1870, l’ensemble des métallurgistes, si l’on excepte, encore une fois, ceux des deux principaux établissements169. Et, à l’inverse, les chaudronniers sur cuivre de l’usine Chevalier-Grenier, à Lyon, en janvier-février 1882 – ils sont 91 sur les 550 ouvriers de l’usine – doivent baisser les bras malgré 41 jours de lutte parce qu’ils ne peuvent rallier à eux les chaudronniers sur fer !170.

  • 171 A.D.L., 92 M 12, préfet, 8.11.1869 et 92 M 15 ; police Saint-Etienne, 6 et 12.8.1878.
  • 172 A.N., F 12 4656, préfet Ardèche, 12, 1885 et 4662, préfet Rhône, 18.5.1883 ; A.D.R., M, gr (...)

92Chez les apprêteurs et les teinturiers, du coton à Roanne et dans les villes du Beaujolais, de la soie à Saint-Etienne, à Lyon et dans leurs mouvances, le mode de travail réduit à peu près tous les ouvriers à la même condition, relativement favorable d’ailleurs : ils sont, sans doute, les mieux payés des travailleurs du textile. Sur 51 grèves déclenchées de 1848 à 1887, 21 au moins (car on manque de renseignements suffisants pour bon nombre des autres) débordent le cadre d’une seule maison. Les mouvements partiels eux-mêmes ne sont pas isolés : celui de l’impression d’étoffes Figurey, à Bourg-Argental, dans l’hiver 1869-1870 se rattache à l’agitation générale du moment et, surtout, à celle des usines similaires de Lyon et de Tournon ; les glaceuses de fil de Patouillard, à Saint-Etienne, en août 1878, cherchent à entraîner celles des ateliers d’alentour171. Et la solidarité de la profession manque rarement quand le combat se circonscrit pourtant à quelques-uns de ses représentants, à Tarare en septembre 1875, à Villefranche en automne 1881, où l’on multiplie quêtes et souscriptions ; pour les apprêteurs de tulle de la maison lyonnaise Babouin en avril 1882 à Tournon dans l’hiver 1885-1886 ; et pour soutenir les teinturiers de Fayolle, à Saint-Clair, à Lyon en mars 1874 la corporation tout entière avait mis aussitôt la maison en interdit172.

  • 173 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, gendarmerie, 10.4.1861 ; F. 12 4656, préfet Ardèche, mars 1886 (...)
  • 174 A.D. Ar, 478 M, préfet, 8.10.1863 et A.D.I., 166 M 1, police Vizille, 11.5.1866.

93La cohésion ouvrière répond à la dureté patronale : 1 sur 2 des grèves partielles dont on connaisse l’origine s’y rattache, que l’on refuse d’appliquer la limitation de la journée de travail féminine (à Lyon en 1849), que l’on change brutalement le calcul des « façons » (à Vizille, chez Revillod, en mai 1857, puis en avril 1866, au Cheylard, en octobre 1863), que l’on réglemente trop étroitement le travail, chez Drevon, à Lyon, en avril 1861, chez Fleury-Duchez à Izieux en janvier 1869, chez Fayard, à Lyon, en juillet 1885. La multiplicité des incidents – vives discussions avec les patrons, querelles avec la maîtrise, renvois d’ouvriers soupçonnés de mauvais esprit – relativement rares jusqu’aux années 1880 montre la tension qui règne dans les teintureries et les ateliers d’apprêt173 ; de même, en octobre 1863, les frères Durand du Cheylard remplacent aussitôt leur personnel par des ouvriers qu’ils font venir d’Alsace, Revelliod réplique en mai 1866 par un lock-out aux demandes du sien174. Et c’est cette résistance qui explique la précocité de la cohésion professionnelle.

  • 175 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.3.1855 ; F 1 C III, Drôme, 12, préfet, 13.11.18 (...)
  • 176 A.N., F 12 4654, préfet Rhône, 17.6.1879 et 4662, id., 18.5.1883. A.D.R., M, grèves antéri (...)

94Ainsi, dès mars 1855, ce sont plus de 700 teinturiers qui s’arrêtent dans les principales maisons des Brotteaux à partir d’un incident minime, et isolé : dans l’une d’elles, on refusait la paye à la journée à un ouvrier ; et l’on tient 17 jours, pour échouer finalement. En juin-juillet 1865, une nouvelle grève générale lyonnaise s’étend à tous les ateliers, pendant 26 jours, soigneusement préparée par une caisse occulte alimentée depuis plusieurs semaines, si « ... bien organisée... » que l’on soupçonne l’action « ... d’agents spécialistes... ». Comme une dizaine d’années avant, d’ailleurs ; et, cette fois-ci, on arrache des avantages substantiels... Surtout, à l’évidence, le vaste mouvement qui occupe tout l’hiver de 1869-1870 se ramifie non seulement en banlieue – « ... il y aurait un mot d’ordre lyonnais... » – mais aussi à Bourg-les-Valence, à Jallieu, et, avec un léger décalage chronologique (au début de 1871) à Villefranche175. Et, en 1872, en 1878, les apprêteurs de tulles entraînent environ la moitié de la profession pour imposer – et obtenir largement – de nouveaux tarifs et une réglementation du travail176.

  • 177 A.N., F 12 4654, préfet Loire, 21.7.1878 ; A.D.L., 92 M 14, police Saint-Chamond, 15 et 28 (...)
  • 178 A.N., F 12 4653, préfet Rhône, 23.2.1876 et A.D.L., 92 M 15, divers (pièces 32 à 46).

95Dans la région stéphanoise, mêmes types de mouvement d’ensemble, entre 1875 et 1878 : à l’exemple des Stéphanois en juin 1875, les teinturiers des ateliers de Saint-Chamond et d’Izieux entrent tous en lutte à deux reprises : « … ces ouvriers sont de plus en plus exigeants et insatiables... » s’étonne le préfet de la Loire ; ils recommencent en juillet 1878 et, cette fois-ci, la lutte dure 22 jours, la participation est à peu près générale, et la liaison est directement établie avec les teinturiers lyonnais, eux-mêmes en pleine agitation177. Et en octobre 1876, ceux de la cotonne, à Roanne, arrêtent ensemble le travail dans 17 établissements à la fois, quelques mois après un mouvement général des blanchisseurs de Tarare, au lendemain d’une grève généralisée de ceux de Régny178.

  • 179 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Lyon, 19.3.1855 ; F 12 4654, préfet Loire, 21.7.1878 et (...)

96Or, en face, à Lyon en 1855, à Izieux et à Saint-Chamond en juillet-août 1878, à Roanne en 1876, les patrons teinturiers font front et brisent le mouvement et à Villefranche en 1881 un lock-out général jette 2 500 ouvriers dehors à partir d’un conflit localisé. La grève lyonnaise de juin-juillet 1865 est longue et dure, car les ouvriers ont constitué des réserves avant de s’y lancer ; et les manufacturiers font appel aux manœuvres pour les remplacer. En aucun cas l’on n’obtient complètement satisfaction, et les solutions de compromis sont âprement discutées, perpétuellement remises en cause par les uns ou par les autres, et, on le verra, l’affrontement physique est assez fréquent à l’occasion des grèves d’apprêteurs et de teinturiers. Aussi, en ville, à Lyon, tout particulièrement, jouent-ils un rôle moteur : leur combativité, et leur éventuel succès, sont attendus comme des signes par les autres corporations. En 1855, menuisiers et charpentiers s’agitent dans leur lancée ; en 1878 à Saint-Chamond, on redoute que le mouvement gagne les usines de lacets et les moulinages, et, à Lyon, « ... un grand nombre de catégories diverses (sont) disposées à suivre l’exemple des apprêteurs si les exigences de ceux-ci sont admises... »179.

  • 180 A.N., F 1 C III, Drôme, 12, préfet, 13.11.1869 et Loire, 9, id., 9.10.1869, A.D.L., 92 M 1 (...)

97Les chapeliers, enfin, qui sont dispersés aux quatre coins de la région mènent 17 grèves en 40 ans. Mais dès juin 1868, les 1 000 fouleurs de Chazelles profitent de l’apparition d’une nouvelle machine pour faire adopter, en deux jours, un « tarif général », et les « apprêteurs » les imitent l’année suivante, en octobre. L’ensemble des ateliers de Bourg-de-Péage tente de faire de même un mois plus tard, en vain ; mais en octobre 1876, les 40 patrons lyonnais doivent céder et accepter, aussi, l’unification du salaire « ... pour toutes les qualités... ». Et, dans les années qui suivent, on veille partout au respect des engagements180.

98De 1848 à 1887, les mégissiers et les tanneurs, qui ne sont pas plus de 3 500 à 4 000 dans toute la région n’en déclenchent pas moins 46 grèves, avec une grande régularité, si l’on excepte deux poussées un peu plus fortes en 1875 et en 1886. Les plus turbulents d’entre eux sont les coloristes et les palissonneurs de Grenoble et des environs, qui arrêtent 19 fois le travail, et ceux d’Annonay qui conduisent 16 grèves, toutes les autres éclatant dans les ateliers de Lyon et de sa banlieue.

  • 181 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, sous-préfet Tournon, 26.3.1859.
  • 182 A.N., Ardèche, 11, préfet, 31.12.1858. Sur la dureté du travail, qui « ... légitime les de (...)
  • 183 A.N., F 12 4476 D, préfet Ardèche, 25.2.1858.
  • 184 A.N., F 12.4651, préfet Isère, 18.3.1861.
  • 185 A.N., F 1 C III, Ardèche, 11, préfet, 6.7.1865 : les patrons veulent porter le délai-congé (...)
  • 186 A.D.I., 166 M 1, police Grenoble, 12 et 13.9.1865.
  • 187 A.D.I., 166 M 2, préfet, 31.5.1879.
  • 188 A.N., F 12 4656, préfet Ardèche, 21.8.1885 et F 12 4662, préfet Rhône, 4 et 17.12.1880, 27 (...)

99Les ouvriers mégissiers ne sont cependant pas des plus mal payés, bien au contraire, ils ne souffrent pas plus que d’autres du chômage périodique, et le sous-préfet de Tournon, en 1859, souligne la rudesse d’une corporation « … dont le travail n’exige aucun effort intellectuel... », imprévoyante et même adonnée à l’ivrognerie181. Mais c’est une de celles où la tâche est des plus pénibles, des plus insalubres, et, surtout, où la détérioration du climat a été la plus précoce entre ouvriers et patrons. Ceux-ci ont une bonne part de responsabilité « ... presque tous sortis de la classe ouvrière..., ils se montrent peu sympathiques vis-à-vis de leurs anciens camarades... », affectent « ... une supériorité blessante... » et « ... cherchent à les maintenir dans un état de gêne et d’isolement... »182. La mégisserie est un îlot de capitalisme sauvage, où règne la plus vive concurrence entre les différents établissements, et où l’opposition du capital et du travail s’inscrit dans un contexte de violence latente : « ... les patrons élèvent les salaires au détriment des uns et des autres... » en période de « presse », pour se disputer la main-d’œuvre, mais « … renvoient leurs ouvriers dans les 24 heures et ferment (leurs) ateliers... » quand les commandes sont épuisées183. Ils ne trouvent d’unité que pour s’opposer à eux, comme, en 1861, à Grenoble, où plusieurs maisons de mégisserie s’entendent pour abaisser le salaire de leurs palissonneurs-coloristes et n’y renoncent qu’après l’intervention pressante des autorités184 ; en 1865, les 75 patrons d’Annonay tentent de tourner un accord sur la durée du délai-congé185 et plusieurs maisons dauphinoises abaissent brutalement les prix de façon186 ; en 1878, on y viole le nouveau tarif quelques jours à peine après l’avoir accepté187, comme à Oullins en 1880, à Lyon, chez les frères Favre, aux Brotteaux, en juillet 1885, à Annonay quelques jours plus tard, à Lyon, en décembre 1886, chez Lombardet, et dans plusieurs ateliers de maroquinerie188. Au total, si sur 38 conflits dont on connaisse les conditions exactes de déclenchement, 10 seulement paraissent répliquer à une initiative patronale, c’est parce qu’en face, la combativité est tout aussi forte.

  • 189 A.N., C 3022, Enquête parlementaire... 1872, Chbre Commerce Annonay.
  • 190 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, sous-préfet Tournon, 26.3.1859.
  • 191 A.N., F 12 4651, préfet Ardèche, s.d. (1864).
  • 192 A.N., BB 30 382, proc. gal Nîmes, 3.6.1850.
  • 193 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, sous-préfet Tournon, 2.7.1855 et 23.6.1856. La seconde fois, (...)

100C’est « ... depuis 1848 (que) l’ouvrier n’a plus vécu avec son patron dans la même harmonie... », déplore-t-on en 1872189. « Toujours animés d’un mauvais esprit... », c’est « ... la haine contre les patrons... »190 qui les fait agir, avec une brutalité exceptionnelle, dans une industrie où « ... les opérations doivent être rigoureusement effectuées dans des temps déterminés ». « Si l’une (d’elles) se trouve prolongée de quelques heures, le fabricant est exposé à perdre entièrement sa marchandise... », les peaux se « piquant » selon le jargon du métier. « Cette perte, dans le cas d’une cessation générale et subite du travail pourrait atteindre des proportions énormes... », à Annonay, notamment, et, « ... malgré les peines sévères édictées par la loi... », les ouvriers, qui connaissent cette fragilité, en jouent pour forcer la main des fabricants191. De fait, le mouvement saisonnier des grèves, que représente, pour toute la période, le graphique hors-texte n° 79 montre un net décalage vers l’été, et les mois les plus chauds où la menace de détérioration est la plus redoutable : l’offensive ouvrière se développe en juin et en juillet, et aussi en octobre quand l’humidité ajoute un danger supplémentaire. Une coalition avortée en juin 1850 « … eût causé au commerce d’Annonay une perte de plusieurs millions... »192 ; le 6 juin 1855, quand les mégissiers demandent une augmentation de salaires, il y a pour plus d’un million de francs de peaux en cours de confection ; et ils recommencent, un an plus tard, avec les mêmes arguments193.

101La grève s’inscrit donc dans une ambiance de harcèlement permanent, et 37 des conflits gardent un caractère partiel, dans une ou plusieurs maisons, les mêmes parfois, comme Bayoud, à Grenoble en février 1861, puis l’année suivante, et en septembre 1865 encore, à l’usine Goodright de Fontaine en août 1864 et en juin 1874 ; chez Dorel, la même année, puis en juillet 1875, chez Rouillon et Cie en juin 1875, au printemps de 1879. A Annonay, la grève éclate à deux reprises, en juin 1884 et en 1886 dans l’atelier de maroquinerie Franck, et chez « Jules Royer », au printemps 1875 et en juin 1886. La résistance patronale est sévère, puisque 12 de ces conflits partiels se terminent sur un échec total sur 31 dont on connaisse l’issue, et la défaite ouvrière s’accompagne d’exclusions qui peuvent complètement vider un atelier, ou presque : chez Goodright en juin 1874, 75 des 150 ouvriers ne sont pas repris ; Rouillon en remercie 30 sur 90 en juin 1875, et Dorel ne reprend, en juillet 1875, que ceux qui acceptent de se soumettre, soit 2 sur 3 environ ; quand le travail recommence chez Fourget, Montagnon et Paret, à Annonay, après 18 jours de lutte vaine, c’est avec 20 mégissiers dociles seulement, sur les 80 qu’on employait avant ; Franck refuse l’entrée des ateliers à 40 de ses 60 ouvriers en juin 1886, et Rochier fils, un patron de La Guillotière, en février 1887 en profite pour remplacer la totalité des siens, plus d’une cinquantaine. L’accord lui-même n’empêche pas les renvois, à Grenoble en mars 1856, où l’on ne veut plus des « meneurs », à Annonay en juillet 1857, chez Ullmo, à Oullins, en décembre 1880. Et, pour la première fois, en juillet 1883, les patrons de 4 ateliers de Grenoble et de Fontaines répliquent par un lock-out à une demande d’augmentation de salaires et jettent à la rue leurs 420 ouvriers pendant 57 jours.

102Ceux-ci, à vrai dire, n’avaient pas attendu pour dépasser l’horizon étroit de l’atelier, puisque 6 de leurs grèves, en trente ans, prennent le caractère d’un mouvement d’ensemble, sur le plan local, cela s’entend. Dès 1850, les teinturiers de peaux déclenchent une grève généralisée qui dure quelques jours, mais échoue ; ceux d’Annonay sont plus heureux en juin 1865, qui en un long conflit de 3 semaines, paralysent les 75 ateliers de la ville, et imposent une limitation de la journée de travail. Les coloristes recommencent à Grenoble en février 1867, et en 11 jours, obtiennent, dans les 16 maisons de la ville ou de la banlieue une amélioration des prix de façon. Sur les autres mouvements qui soulèvent, pour quelques jours à peine, l’ensemble des mégissiers d’Annonay en juin 1855, puis en juillet 1856, les Dauphinois en mars 1875, on a peu de renseignement : dans les 3 occasions, l’acceptation des demandes empêche le mouvement de se développer.

103Or, cette sensibilité n’est pas celle de l’ignorance ni de la spontanéité. Ces mégissiers illettrés préparent avec soin leur action et savent la mener au bon moment. Le second maximum du mouvement saisonnier, en février sur le graphique n° 79 est celui de la réception des commandes. En juin 1855, quand les ouvriers d’Annonay s’agitent, c’est au lendemain d’une forte hausse des salaires et d’une grave pénurie de main-d’œuvre ; ceux de Grenoble, en mars 1860, invoquent « ... les améliorations que doit apporter dans leur industrie le traité de commerce fait avec l’Angleterre... » ! et en mars 1867, ils « ... ont voulu profiter de l’abondance des commandes... ». Chez Dorel, en juin 1874, on va porter le cahier de revendications parce qu’on sait sa situation excellente et pressée : « … le patron a de grandes quantités de marchandises à faire... », et c’est seulement dans les années 1880 que l’agitation s’inscrit à contre-courant des affaires, provoquée souvent, il est vrai, par une baisse des salaires, en juillet 1885, notamment où la « … situation industrielle de la mégisserie est mauvaise... » à Annonay.

104A l’inverse, les mouvements n’ont fait que renforcer leur cohésion. Par une préparation souvent minutieuse : dès octobre 1850, à Grenoble, on avait d’abord tenté de négocier le cahier de revendication, et le mouvement de juin 1855 à Annonay s’est préparé plusieurs semaines à l’avance ; comme en décembre 1856, en février 1867, en juin 1874, à Grenoble. En juin 1865, la grève est précédée d’une manifestation importante à Annonay, et ce n’est qu’après dix jours de pourparlers qu’on se décide à arrêter le travail à Fontaines en juin 1874. A partir des années 1880, à chaque fois ou à peu près, on tient des réunions partielles ou générales de la corporation – comme à Lyon, en avril 1882, à Grenoble en septembre 1887 – pour préparer l’action entretenue, une fois déclenchée, par cortèges et meetings. A Grenoble, en 1850, on se rassemble chaque jour, dans la campagne d’alentour : à Annonay, « ... sur les places publiques... », en 1856, en juin 1865, en mai 1880, en juin 1886 ; à Oullins en 1870.

  • 194 Il n’est guère possible de donner toutes les références (une bonne centaine, au moins) qui (...)

105Surtout la chronologie des mouvements, et l’identification des meneurs laisse deviner, très tôt, un minimum de liaisons. Les mégissiers comportent, en leur sein, une fraction d’ouvriers qui nomadisent à travers les villes du cuir, et dans la région même, les échanges sont fréquents entre les trois centres principaux. Ainsi, en 1855, en juin, la grève d’Annonay suit aussitôt celle des travailleurs du cuir de Nîmes, et en juillet 1862, un mouvement semblable à Millau. En 1867, les Grenoblois agissaient en liaison directe avec les mégissiers parisiens. De fait, un certain Calmuels, arrêté comme meneur en 1862 arrive directement de Millau : c’est le seul cas, à vrai dire, où la filiation reçoit un commencement de preuve. A l’inverse, des ouvriers amenés d’Annonay par les patrons grenoblois en février 1861 refusent de travailler quand on veut leur faire briser la grève locale. A partir de 1874, pourtant, il n’y a plus de doute : les grévistes de Fontaines reçoivent une aide directe d’Annonay, puis en 1883, d’Oullins, de Chaumont, de Paris, et même des centres étrangers ; et, en juin 1875, en avril 1882, ici et là, on retrouve communauté de meneurs et des mots d’ordre. Il est vrai que depuis quelques années déjà, l’organisation syndicale donne à la « coalition » une tout autre allure194.

C. Visages de la grève

106La généralisation de la grève professionnelle est déjà, en soit, présomption d’action concertée et de consensus au moins occasionnel. Car elle n’a rien d’un feu de poudre propagé de proche en proche, puisque, la plupart du temps, c’est en même temps que partout le travail s’arrête. La désertion des ateliers est le moment fort d’un débat qui, souvent, en d’autres occasions, nous échappe parce qu’il n’entraîne pas de troubles et n’attire donc pas l’attention extérieure.

  • 195 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 9.5.1866 et id., Loire, 9, préfet, 12.6.1870 ; F 12 46 (...)
  • 196 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 7.10.1864.
  • 197 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, « Historique de la grève des ouvriers chapeliers de (...)
  • 198 A.N., F 1 C 111, Loire, 6, préfet, 1.6.1870 ; F.12 4654 préfet Isère, 31.5.1870 et F 12 46 (...)
  • 199 A.N., F 1 C 111, Rhône 10, préfet, 12.3.1870 ; F 12 4652, préfet Ardèche, 10.12.1869, 4654 (...)
  • 200 A.D.I., 166 M 1, dossier « grève des ouvriers tisseurs de Vienne », avril-mai 1868.

107La multiplicité même des prix de « façons » pour des articles ou des opérations qui varient à l’infini impose la concertation préalable. Et celle-ci est de règle dans tous les mouvements d’ensemble, mais aussi dans nombre de grèves partielles. La grande grève des maçons lyonnais du printemps 1865 n’éclate qu’après l’échec des négociations, engagées une semaine auparavant, tout comme celle des scieurs de long en mai 1866 ; celle des charpentiers grenoblois, à peu près dans le même temps, couronne un mois d’agitation, et les plâtriers stéphanois ne s’arrêtent, en juin 1870, au printemps de 1875 qu’après « ... de longs pourparlers... »195. Quand éclate la grève des tullistes lyonnais, en septembre 1864, il y a plus de 3 mois qu’on la sent venir196, et les chapeliers, à l’automne de 1876 répliquent au rejet d’un ultimatum que des délégués sont allés présenter aux deux principaux des 40 fabricants de la ville197. De même, les fondeurs-mécaniciens de Voiron en juillet 1867 ont d’abord tenté de fléchir les patrons, et en mai 1870, il s’écoule une semaine entre le dépôt du cahier des revendications et l’arrêt du travail chez ceux de Vienne ; on trouve trace d’une préparation minutieuse parmi les chaudronniers de Saint-Julien-en-Jarez en septembre 1880, chez les mouleurs en fer lyonnais qui, en juin 1882, donnent un délai de réflexion avant de passer à l’action198. La grande vague régionale des apprêteurs et des teinturiers en 1869-1870, à Lyon, à Bourgoin, à Tournon, celles d’Izieux et de Saint-Chamond en 1875, des Lyonnais à nouveau en août 1878, des imprimeurs de foulards à Tournon dans l’hiver 1885-1886 sont aussi provoquées par le refus d’une négociation bipartite199. Et caractéristique est la démarche des tisseurs de laine viennois qui demandent aux autorités la permission de créer avec leurs fabricants une commission paritaire pour fixer le nouveau tarif, à la veille de la grève généralisée du printemps 1868200.

  • 201 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.6.1855 ; A.D. L, 52 M 44, police Vinay, 17.3.18 (...)
  • 202 A.D.I., 166 M 1, préfet, 4.4.1870.
  • 203 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1883 et A.D.L., 92 M 18, préfet, 24.5.1883.
  • 204 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Givors, 5.11.1871 et dossier « Grève des verr (...)

108La démarche, à vrai dire, ne varie pas dans les conflits localisés. Les tonneliers et les charrons de Vaise, en mai 1855, avaient d’abord longuement discuté d’un « tarif », … qui n’avait rien d’exagéré... » ; dans les usines à gaz lyonnaises, en juillet 1871, en juin 1876, en juillet 1879, dans une fabrique de colle d’Annonay, en 1878, on a fait précéder la grève d’une lettre, qui ressemble à un préavis, puisqu’envoyée une semaine à l’avance. On pourrait multiplier les exemples : comme à Vinay, où 3 mois s’écoulent entre la pétition et la grève des boulonniers, en 1862, ou chez Barrouin, à Saint-Etienne en juin 1870, où l’on n’obtient que le silence du directeur201. Et au fur et à mesure que de nouvelles corporations entrent dans l’action, ce sont les mêmes chemins qu’elles empruntent : au printemps de 1870, la marée des tisseurs de soierie, à Lyon et en Dauphiné, succède à plus de 15 jours de grève perlée202 ; les fileurs de coton de Saint-Vincent-de-Reins tiennent réunion plénière avant de se décider, en janvier 1882, et les tisseurs de Roanne déclenchent un mouvement « ... prévu longtemps à l’avance... » devant « ... la mauvaise volonté patronale... »203 ; en novembre 1871, les verriers de Givors ont lancé un ultimatum une dizaine de jours à l’avance, et l’on sait que celle des Lyonnais, d’avril à juillet 1886 n’est que la partie émergée d’une vaste discussion qui court depuis plusieurs mois dans toutes les usines de la région204.

  • 205 A.N., F 1 C III, Loire, 8, préfet, 10.5.1853, 31.8.1853 et 31.8.1868 ; F 12 4662, id., Rhô (...)
  • 206 A.N., BB 18 1537, d. 5285, proc. gal Lyon, 8.6.1855 et A.D.R., M, grèves antérieures à 187 (...)
  • 207 A.D.I., 52 M 56, sous-préfet La Tour-du-Pin, 3.6.1879.
  • 208 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, 16.10.1871.
  • 209 A.D.R., M, id., police Lyon, 5.7.1875.
  • 210 A.N., F 12 4666, préfet Ardèche, 19.3.1884 et A.D.R., M, id., « Historique de la grève des (...)
  • 211 A.N., BB 18 1846, d. 665, proc. gal Lyon, 10.10.1891.
  • 212 A.D.I., 166 M 1, police Voiron, 6.8.1875 : l’argent arrive en effet de Lyon, de Vienne, de (...)
  • 213 A.N., C 3021, enquête parlementaire... 1872, Conseil Hygiène Lyon.

109Ce débat permanent se nourrit d’un échange continuel des hommes et des idées, et prend un tour aigu quand il croise l’opportunité économique, qui n’est pas seulement effet de la conjoncture générale mais aussi appréciation empirique des conditions immédiates. Les hommes ? Ce sont ces ouvriers en perpétuel déplacement à travers les ateliers de leur profession, et dont on a pu retracer les itinéraires. Or, ce sont eux qui jouent un rôle moteur chez les maçons stéphanois en juin 1855, les tailleurs de pierre viennois en 1861, les plâtriers grenoblois en juillet 1870 et, en général, dans toutes les grèves du bâtiment. A Saint-Etienne, le leader des plâtriers, en 1855, vient d’arriver de Genève, où on le renvoie, et presque tous les 200 menuisiers engagés à Lyon en août 1868 comme les maçons de juillet 1881 sont des « nomades »205. Certaines liaisons ont d’ailleurs des relents compagnonniques, même si l’organisation elle-même n’a plus grande force : en mai 1855, une douzaine de menuisiers arrêtés à Villefranche, à Lyon et à Saint-Etienne en sont bel et bien membres, et c’est chez la « mère » lyonnaise des maréchaux-ferrants qu’on prépare la grève généralisée d’octobre 1876206. Mais elles vont bien au-delà. On sait ce qu’il en est des mégissiers. En 1870, les « émissaires » qu’on traque, entre Lyon et le Dauphiné, sont-ils bien différents de ces tisseurs migrants qu’on a reconnu ailleurs entre la Fabrique et son essaimage ?207 ; une partie des veloutiers de Tarare, en octobre 1871, nomadise entre le Beaujolais, Lyon et Roanne208, comme les teinturiers stéphanois en juillet 1875, qui viennent des ateliers lyonnais où ils retournent209 ; en octobre 1876, les chapeliers ont des « liaisons », et les meneurs arrivent de Bessèges qui déclenchent la grève, en mars 1884, dans le petit centre extractif de Prades – Nieigles, en Ardèche210 ; la revendication des verriers en 1886 se calque sur une carte des verreries régionales qui est aussi celle des déplacements et l’on signale le rôle, un peu plus tard, à Rive-de-Gier, de « ... 200 ouvriers venus les uns du Nord, les autres de Carmaux… chargés de fomenter la grève en surexcitant les instincts cupides des ouvriers permanents... »211 ; et, déjà, en 1875, la géographie des secours financiers aux fondeurs de Voiron reproduisait celle des naissances de métallurgistes ou les itinéraires qu’on a pu repérer212. La dénonciation du Conseil d’Hygiène de Lyon, en 1872, de ces ouvriers nomades « … obéissant aux suggestions subversives de la démagogie... » et soufflant « … l’esprit révolutionnaire... » a donc un fonds de vérité, même si la réalité est moins dantesque qu’il ne le dit213 : ce sont eux qui apportent, au moins, les renseignements sur les « tarifs » des autres villes et sur les conditions de travail, dont on retrouve, à plusieurs reprises, l’inspiration.

  • 214 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 10.10.1863 et A.D.L., 92 M 11, divers (1865).
  • 215 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 21.7.1886. A.D.L., 92 M 21, préfet Loire, s.d. (juin 1883) (...)
  • 216 Cf. A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 31.10.1869. A.D.L., 92 M 9, police Firminy, 10.10.1 (...)
  • 217 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 22.7.1860 et F 22 234, police, s.d. (février 1874). A (...)
  • 218 A.N., F 12 4666 résumé des coalitions Isère, 1864-1872.
  • 219 Cf. supra, chap. I, p. 69 et suiv.
  • 220 A.D.I., 166 M 1, préfet Isère, 17.3.1870.

110Les circonstances micro-économiques font le reste, sur le fond balancé de la conjoncture générale. Non que la grève soit, toujours, dans le détail, conforme à cette rationalité : elle peut être simple réflexe devant des difficultés qui atteignent à la fois entrepreneurs et ouvriers. Quand quelques centaines de tisseurs de coton roannais arrêtent le travail en juin 1862, c’est en plein marasme des affaires, et, de fait, ils ne peuvent empêcher la baisse des façons ; les patrons ont « ... peu de commissions à exécuter... » quand se déclenche le mouvement des ouvriers en châles, à Lyon, en octobre 1863214 ; les mineurs de Roche-la-Molière en juillet 1865 s’agitent en pleine morte-saison, les verriers de Givors en novembre 1871, ceux de Saint-Etienne en avril 1886 alors que la mévente gonfle les stocks, les mouleurs de Petin-Gaudet en juin 1883 quand les commandes se ralentissent, les cotonniers de Veillas, à Amplepuis, en période d’encombrement des magasins ; conflits qui se terminent tous, est-il besoin de le dire, par un échec total215. C’est là, pourtant, l’exception : dans plus d’une vingtaine de grèves, on retrouve une appréciation globale de la situation à partir de l’épuisement des stocks, auxquels les mineurs sont fort attentifs, par exemple, tout comme au prix du charbon216 ; mais les chapeliers surveillent aussi les commandes, et à Givors en mars 1874, ils choisissent « ... la veille des fêtes... », où elles s’accumulent, et des fileuses en soie, à Tournon, en février 1874, en un secteur pourtant peu éclairé, mesurent leurs exigences à l’aune de la demande lyonnaise217. Le jeu peut même devenir plus subtil : dans l’automne de 1868, lors de la grève générale des fileurs de Vienne, ceux-ci jouent de la complémentarité des fabrications ; ils savent que la prolongation du mouvement priverait les tissages de leur matière première ; le patronat drapier se divise, et une fois le « tarif » accepté en catastrophe, on tente de l’améliorer avec l’entassement des commandes ! Ce sont les fabricants eux-mêmes qui pressent la rentrée, en faisant des propositions nouvelles !218. Le mouvement saisonnier des arrêts de travail dans le textile, tracés par les graphiques nos 75 et 76 montre, au-delà de l’influence printanière, la coïncidence générale avec la saison des commandes – qui est aussi celle de la « presse »219. Mais comment interpréter celui des mineurs (n° 77) dont on sait par ailleurs l’attention à l’état de la production, et qui accentue la poussée de mai à juin, quand l’extraction se ralentit, sinon par un avatar de l’absentéisme saisonnier ? Que le préfet de l’Isère, en février 1870, incrimine encore plus fortement que tout autre cause220. En fait, la grève est à la rencontre de lignes multiples, aussi variées que la classe ouvrière régionale elle-même, et il est bien difficile de dégager une conclusion générale : chaque groupe marque fortement son originalité, que tracent les voies innombrables de l’industrialisation. En face, par contre, l’attitude est claire : on peut céder, si les besoins immédiats l’exigent, tout de suite ; on ne négocie jamais.

  • 221 Reybaud, L., ouvr. cit., p. 150 et 227.

111A la préparation ouvrière correspond en effet la résistance patronale. Car nonobstant leur taille petite ou moyenne, les ateliers – et les chantiers – des industries dispersées où se produisent l’immense majorité des luttes revendicatives n’entretiennent pas de familiarité des rapports entre maîtres et compagnons, comme pourrait le laisser croire une certaine image mythique de la petite entreprise. « Le fabricant n’a pas d’ouvriers à lui, il a tous les ouvriers de la ville et des campagnes ; l’ouvrier n’a pas de fabricant, il a tous les fabricants... » : ce que dit Louis Reybaud, vers 1860, de la Fabrique lyonnaise a valeur quasi-générale. Si le métier est tout, le rapport entre ouvriers et patrons n’est pas celui d’un artisanat. « Aucun contrat ne les lie entre eux... et il y a bien longtemps que l’ouvrier n’est plus comme autrefois compris dans la famille... », poursuit-il, et, chez les passementiers stéphanois « ... on tient ses distances... » qu’on soit patron ou salarié. « On se prend, on se quitte, on se voit et on se perd de vue... Cette organisation exclut l’idée et détruit l’empire du patronage individuel... »221. L’anonymat des deux conditions antagonistes n’a donc pas attendu l’usine.

  • 222 Sur la mésentente « ... entre les patrons fabricants et l’ouvrier tisserand... », cf. déjà (...)
  • 223 A.D.D., M 1298, préfet, s.d. (1863) ; cf. aussi Bellon M.A., Les ouvriers de Romans et de (...)
  • 224 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, réponses diverses Grenoble, Lyon et Voiron ; (...)
  • 225 On sait le rôle des « tâcherons » dans le bâtiment ; pour les « fabriques », cf. A.N., BB  (...)
  • 226 A.N., C 3021, Enquête... 1872, réponse Frèrejean et C 3025, résumé général ; cf. aussi A.D (...)

112Les fabricants sont eux-mêmes, souvent, issus de la classe ouvrière : on a vu, dans la mégisserie, que leur dureté n’en était que plus forte. Il n’y a pas d’autre raison, dit-on, à celle des cotonniers du Beaujolais, « ... actifs et économes... » mais « ... qui exploitent leurs ouvriers d’une manière navrante... sans égard pour leur sort, quand ils ne les traitent pas, comme à Cours, avec « ... un souverain mépris... »222 : des chapeiiers de Romans et de Bourg-de-Péage, qui, par exemple, en 1863, prennent l’initiative de se coaliser pour abaisser les salaires de leurs ouvriers223. On retrouve de semblables remarques pour les cotonniers roannais, les gantiers grenoblois, ici et là les métallurgistes, et les teinturiers lyonnais224 ; et le rôle croissant des intermédiaires dans la distribution du travail n’est pas fait pour détendre les rapports225, au moment même où la légalisation de la grève provoque de très vives réactions ; en 1872, on est partout péremptoire pour condamner la loi du 22 mai 1864 et y voir la source de tous les maux226.

  • 227 A.N., F 1 C III, Rhône, 10 préfet, 12.3., 15. et 25.6.1870 ; on signale une semblable ente (...)
  • 228 A.N., F 1 C III, Ain, 9, gendarmerie, 12.3.1870.
  • 229 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, 24.8.1875.
  • 230 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 27.4.1881 et 20.7.1886.
  • 231 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 27.4.1882 et A.D.I., 166 M 2, gendarmerie Tournon, 1.4.1886

113Au refus général de négocier – même s’il arrive qu’on cède aussitôt quand les commandes sont pressées –, quelques uns ajoutent, déjà, l’action collective. A Lyon, en 1869 puis en 1870, la cohésion patronale est au moins aussi forte chez les maîtres tullistes et les fabricants de soierie, que celle de leurs ouvriers : ils se réunissent pour définir une position commune, s’aident mutuellement pour satisfaire aux travaux urgents227, et à Oyonnax, on se met d’accord pour refuser d’entendre les demandes des ouvriers en peignes, qu’on sait « ... vivant au jour le jour... »228. Dans les années qui suivent, on sent, ici et là, la volonté de se débarrasser, à la première occasion, des meneurs présumés. Et en août 1875 intervient le premier lock-out généralisé, chez les patrons couverturiers de Cours, après un mois et demi de grève partielle229 ; les maisons lyonnaises de serrurerie les imitent en avril 1881 puis les fabriques de meubles en juillet 1886 : il semble bien que les ouvriers soient alors tombés dans un véritable piège, destiné à briser l’agitation et un début d’organisation syndicale230. Dans une teinturerie de Villefranche en 1881 dans un tissage de soierie à Dolomieu en mars 1886, on ferme, tout simplement, pour plusieurs semaines, la maison, dès que la revendication est présentée231.

  • 232 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Lyon, 2.4.1877.
  • 233 A.D.L., 92 M 15, divers (pièces 63 à 69) et 92 M 17, préfet, 11.7.1881. A.D.I., 166 M 1, g (...)
  • 234 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 2.3.1863 ; F 12 4655, préfet Rhône, 7.6.1880, 4656, pr (...)
  • 235 A.D.H.S., 15 M, Industr. et commerce, Décines, 1861-1878, gendarmerie, Faverges, 30.3.1870
  • 236 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.6.1855 ; BB 30 378, proc. gal Grenoble, 15.10.1 (...)

114La grève n’est pas une fête. Si l’on insiste souvent sur la détermination de ses participants, on ne parle qu’une fois, à propos des menuisiers de Lyon, en avril 1877, d’« ... enthousiasme indescriptible... » des premiers jours, vite déçu par le tour des événements232. Sans doute le plaisir de se retrouver hors de l’usine a-t-il sa part dans un certain nombre de cortèges ou de réunions : mais il est apparent surtout chez les nouveaux (et les nouvelles) venus à la grève. Les fileuses de Chomérac, en octobre 1853, « ... se retirent sur deux rangs, avec calme... » et, à Voiron, on se rend en troupe à la mairie, en juin 1870 ; ailleurs, on va vers les autres usines, moins pour les arrêter que pour les informer et se montrer, comme les fileuses de Montélimar, en juillet 1875, les moulineuses de Saint-Chamond, en juillet 1878, les tisseuses de Bourg-Argental en juillet 1881233. Celles de Renage s’en vont drapeau national en tête, en mai 1883 et c’est la « ... Marseillaise » à la bouche que défilent les fileuses, de Coux, en Vivarais, en novembre 1885 – il est vrai que leur patron est connu pour son extrémisme royaliste –, comme les « gamins » verriers de La Mulatière, en juin 1887 ; d’autres entonnent, ici et là, le « Chant du Départ » ou celui des « Girondins », et si le cri de « Vive la République » inscrit sur les murs d’une fabrique d’Amplepuis en février 1862 a des relents de subversion, il les a perdus depuis longtemps lorsqu’il accompagne la grève générale des maçons de Lyon au printemps de 1879234. Ces promenades pacifiques sont celles des petites villes et des campagnes, le premier jour, à moins qu’elles ne prennent, si le conflit dure, l’allure d’une retraite champêtre. Les tisseuses de Faverges, en mars 1870, battent les chemins printaniers235 ; les teinturières en peaux de Grenoble « se retirent » à La Tronche, dans la banlieue, et les tisseurs de peluches de Tarare en mai 1852, les maçons de Saint-Etienne en novembre 1865 s’en vont « ... dans les bois environnants où ils se retrouvent, à plusieurs centaines, pour discuter avec les ouvriers des autres corporations » ; à Lyon même, les espaces arborés du Grand Camp, au Nord-Est de la ville, voient se rassembler les menuisiers et les veloutiers en juin 1855, les tullistes en octobre 1864236. Sur les 82 cas de cortèges ou de rassemblements, 22 ont ce caractère un peu extérieur à la revendication proprement dite.

  • 237 A.D.L., 92 M 11, gendarmerie, 5.11.1868.
  • 238 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 29.4.1853.
  • 239 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, 3.7.1870.
  • 240 A.N., F 12 4652, préfet Rhône, 25.6.1870.

115Les autres ont, en commun, de soutenir directement la lutte, ou au moins d’en surveiller l’efficacité. Le « piquet de grève » n’a pas toujours l’allure d’une formation de combat, même si les tisseurs de coton de La Gresle « ... campent jour et nuit... » devant l’usine et le magasin de leur patron, et, chaque matin « ... sonnent le clairon...237 ». Le plus souvent, ce sont « ... de petits groupes... », où les curieux ont leur part : à l’usine métallurgique Clément Désormes d’Oullins, les premiers jours d’avril 1853, on y compte près de 300 personnes, alors que 98 grévistes seulement sont engagés238 ; et pendant le mouvement général des tullistes lyonnais, en mai 1865, des cortèges silencieux de 500 à 600 individus se contentent de suivre, sans menaces, les ouvriers qui n’ont pas suspendu le travail239. La dispersion même, avec la déclaration de grève, d’une bonne partie des ouvriers, empêche la fièvre de monter, la plupart du temps, bien que les tisseurs en façonnés de Lyon tiennent tous les soirs réunion à La Croix-Rousse dans le printemps ardent de 1870240. Ce qui ne signifie pas, cependant, l’uniformité d’un visage pacifique.

  • 241 A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 17.5.1853.
  • 242 A.N., BB 18 1688, d. 399, proc. gal Lyon, 18.3.1864 ; BB 30 379, id., 10.10.1863 et F 12 4 (...)
  • 243 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 2.5.1887. A.D.I., 166 M 2, préfet, 21.1.1885. A.D.R., M, gr (...)
  • 244 A.N., F 12 4462, préfet Rhône, 27.4.1882 et A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, id., 16. (...)
  • 245 A.N., BB 18 1537, parquet Lyon, 8.3.1855 ; A.D.L., 92 M 15, préfet, 21.7.1878 et A.D.R., M (...)

116On a relevé, en effet, 70 cas de violences contre les biens ou les personnes. Parmi eux, 34 ont un caractère collectif, et, presque toujours, en début ou en fin de grève. Ainsi, en mai 1853, les ouvriers du bâtiment stéphanois font « ... en bandes le tour des chantiers... » pour obliger à arrêter les travaux, et à Rive-de-Gier, ce sont des groupes venus de Lorette qui assaillent les récalcitrants241. Quand le conflit s’éternise, c’est l’exaspération qui incite à la brutalité : le mouvement d’un atelier de tissage des châles, à Lyon, en septembre 1863, commence dans le calme, et tourne mal à la fin d’octobre seulement, devant la résistance patronale ; il en va de même chez les tanneurs corroyeurs de Lyon, dans le début de l’année 1864, chez les maçons, au printemps de 1879, comme chez les couverturiers de Cours, dans l’automne 1875 : à chaque fois, les autorités sont tout à fait conscientes de l’altération progressive de l’ambiance242. Et c’est lorsque les fabricants de Saint-Jean-de-Moirans font venir des ouvrières des campagnes qu’on les « … reconduit à la gare... », avec brutalité, en janvier 1885 ; quand les patrons verriers tentent de nouvelles embauches qu’on se met à faire, chaque jour, la « chasse aux renégats » dans la banlieue lyonnaise, dans l’été 1886 ; quand Rochier fils, maroquinier à Lyon, réouvre son atelier, que l’on rosse ceux qui tentent d’y entrer en mai 1887243. Voici les apprêteurs et les teinturiers. Dans un cas sur 5, au moins, la grève s’accompagne de violences physiques, même quand elle ne touche qu’un établissement : chez Fayolle, à Lyon, en mars 1874, chez Delharpe, à Tarare, en septembre 1875, on menace les récalcitrants, et en octobre-novembre 1881, le lock-out général qui suit le conflit de la maison Balouzet entraîne cortèges et attroupements quotidiens de plus de 1 200 personnes « ... la population ouvrière est exaspérée... » note-t-on, on brise les carreaux des usines, on rosse les renégats à leur porte quand le mouvement commence à fournir et les heurts se multiplient avec la police244. Image que l’on avait déjà vue en mars 1855 à Lyon, où un « … système occulte d’intimidation... » avait provoqué des échanges de coup quotidiens, dans une atmosphère d’autant plus exaltée que des dizaines d’arrestations avaient été opérées parmi les manifestants dès les premiers troubles ; avec des couleurs moins violentes, au printemps de 1865, où les ateliers étaient restés, pendant 26 jours, sous une étroite surveillance des grévistes, et, en août 1878, à Izieux et à Saint-Chamond245. Episodes trop dispersés, pourtant, pour être significatifs d’une conduite d’ensemble, si l’on excepte les mineurs. Ce sont eux, mais eux seuls, qui donnent à la grève son aura de violence collective, puisqu’ils sont en cause une fois sur trois, et que le spectacle des « … bandes armées de bâtons (faisant) le tour des exploitations charbonnières... » en février 1848 se retrouve à peu près dans tous leurs mouvements, et qu’on soupçonne au moins des menaces dans les autres cas.

  • 246 A.N., F 1 C III, Loire, 9, préfet, 17.5.1870 et F 12 4656, préfet Ardèche, 1.7.1886. A.D.L (...)
  • 247 A.N., BB 18 1523, d. 3679, proc. gal Lyon, 10.10.1853 ; BB 18 1785, d. 9735/ 1, id., s.d. (...)

117Et on les retrouve impliquées dans la plupart des cas graves d’attaque contre les biens. Ailleurs, on se contente de lapider les maisons : le local où se réunissent les fabricants, à Cours, en septembre 1875, la maison du directeur à Saint-Julien-Molin-Molette en mars 1886, l’usine en cause à Annonay en juin de la même année ; à Rive-de-Gier en mai 1870, les maçons renversent quelques échafaudages, mais la menace de s’en prendre au ventilateur d’un tunnel à Etaux, en Haute-Savoie, en février 1878, n’est pas suivie d’effet246. Alors qu’en avril 1853, les cortèges de mineurs font d’importants dégâts matériels dans le puits qu’ils envahissent à Firminy, et, surtout que la grande grève de 1869 s’accompagne de véritables sabotages, à Rive-de-Gier aussi bien qu’à Saint-Etienne ; « Au lieu de respecter, comme dans toutes les grèves, les instruments de travail et l’outillage des exploitations, (ils) ont tout détruit, au risque de compromettre la vie des ouvriers employés aux charbonnages... », note le procureur général ; de fait, ici et là, les rails sont coupés autour des puits, « … on a brisé des soupapes, on a arraché des grilles et des câbles et l’on a mis obstacle au fonctionnement des machines d’épuisement... », comme si « ... l’on voulait inonder la mine et produire des désordres tels que l’exploitation ne pût être reprise de longtemps... ». Et en janvier 1880 à Roche-la-Molière encore, on brise les machines et on cisaille les câbles des puits en s’en retirant247.

  • 248 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 20.7.1867.
  • 249 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, s.d. (1852).
  • 250 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, dossier « grève des verriers 1886 ».
  • 251 A.N., F 1 C III, Ardèche, 11, préfet, 6.7.1865 et A.D.L., 92 M 18, préfet, 24.5.1883.

118Tous les autres incidents relèvent de l’initiative individuelle, que ce soient les jets de pierre nocturnes, assez fréquents, contre les habitations des contremaîtres et des non-grévistes dont on casse furtivement les carreaux, ou cet attentat isolé chez Péju, tisseur de tulles à Lyon, dont les pièces sont coupées, sur 21 métiers, le 19 juillet 1867248. Encore plus les rarissimes crimes de sang, que rien ne peut rattacher à une quelconque « watrinade ». Des coups de feu tirés contre des « renégats » n’atteignent personne à Rive-de-Gier en juin 1852249, pas plus que ceux d’Allouard, un des patrons verriers lyonnais, sur ses propres ouvriers, en juin 1886250. Et l’assassinat d’un patron mégissier à Annonay en avril 1867 est le fait d’un isolé qu’on a renvoyé et qui se suicide ; quant à Fournier, qui tire à Roanne en mars 1882 sur Bréchard, un des patrons cotonniers les plus durs et les plus détestés il n’a, remarque-t-on « … aucune relation avec le Comité de grève » ; l’attentat se produit d’ailleurs quelques jours après la reprise du travail251.

  • 252 A.N., BB 18 1785, d. 9735/1, la dépêche du procureur général de Lyon annonce la fusillade (...)

119Si bien que l’affaire la plus grave ne doit rien aux grévistes eux-mêmes, et que l’agitation revendicative n’en est que l’occasion. C’est la célèbre fusillade de La Ricamarie, le 16 juin 1869 : tragédie sanglante, puisqu’elle fait 11 morts et 7 blessés sous le feu roulant de la troupe, qu’elle suscite, sur le moment, et pour de longues années – sa commémoration, on le verra, entre vite dans le calendrier du martyrologe révolutionnaire régional –, mais qui doit tout au hasard et à l’affolement mutuel, en cette rencontre, dans le chemin creux du Brûlé, entre une de ces bandes de grévistes qui parcourent la campagne avec femmes et enfants, et un groupe de soldats qui viennent de procéder à quelques arrestations252. Les morts restent les morts, et ajoutent à la tragédie multiple de la condition minière ; mais l’affaire pose, surtout, la question de l’attitude des pouvoirs publics.

  • 253 A.N., BB 18 1767, d. 8442, proc. gal Grenoble, 7.4.1868 et 20.11.1868 ; A.D.I., 166 M 2, p (...)

120« Respectueux et calmes » : c’est une formule qui revient souvent sous la plume des autorités, même quand la grève est houleuse. Et les grands mouvements des drapiers viennois, en 1868, en 1879, sont impressionnants de détermination et d’ordre : « ... calme absolu », note-t-on en avril 1868, « ... tranquillité parfaite... », en septembre, et la police ne peut découvrir aucun acte délictueux dans l’été 1879, malgré la multiplicité des cortèges, qui atteignent jusqu’à 2 000 personnes253. L’autorité publique est en effet considérée, pendant longtemps, sinon comme une protection, du moins comme un arbitre neutre dans les conflits du travail.

  • 254 A.N., C 956, Enquête sur le travail... 1848, délégués mineurs Saint-Etienne et Chomienne, (...)
  • 255 Sur la demande d’arbitrage, outre les multiples sources manuscrites, cf. Guillaume P., ouv (...)

121La République, en février 1848, avait suscité un fol espoir, l’occasion, par exemple, pour les mineurs de la Loire, de trouver « ... la force de se dégager de (leur) joug d’esclaves... », comme le disait leur délégué aux enquêteurs parlementaires ; et, de fait, en juin, une intervention du maire de Rive-de-Gier demandant aux patrons verriers de rallumer leurs fours pour donner de l’ouvrage à leurs ouvriers pouvait faire penser qu’il n’était pas vain254. Mais ce sentiment, on le reporte vite sur le Prince-Président, puis l’Empereur, moins parce qu’il est ce qu’il est que comme incarnation de la puissance publique. La délégation des mineurs de Rive-de-Gier lors de la dernière grève du Monopole n’est pas un cas d’espèce : l’année suivante, au printemps de 1853, c’est à Lyon que « ... la classe laborieuse compte... sur les sympathies du gouvernement... » et, affirme le procureur général, il y a le plus grand intérêt à ne pas la décevoir255.

  • 256 Cf. notamment, A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 15.10.1850 et F 12 4653, préfet Rhône, (...)
  • 257 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police, 18.9.1875 et A.D.H.S., 11 M, grèves et chôma (...)

122Et, de fait, plus d’une vingtaine de fois entre 1848 et 1887, on s’adresse, qui au préfet ou au sous-préfet, qui au maire, au procureur de la République, voire aux gendarmes, comme les teinturiers en peaux de Grenoble en octobre 1850, soit pour l’avertir de la grève, soit pour lui demander son arbitrage. En général, on porte, avant de cesser le travail, le texte des revendications ; et les maçons de Givors se rendent à l’Hôtel-de-Ville, en juin 1866, pour « ... annoncer la grève et leur désir de rester dans la légalité... » ; ceux de Lyon, en juillet 1875, déposent plainte contre leur patron auprès du Parquet. La démarche vient, à l’occasion, des mineurs et des ouvriers du bâtiment, des mégissiers et des mineurs, des tisseurs de coton et des tisseuses de soierie, à Saint-Etienne, à Vienne, à Annonay, à Voiron, à Firminy, à Chambéry et dans les campagnes256. Et ne voilà-t-il pas les ouvriers en soie de Grandris, en Beaujolais, qui viennent s’enquérir auprès du « ... président du Conseil des prudhommes (de Thizy) des règles à suivre pour une grève... », en septembre 1875, après les mouleurs de Frèrejean, à Cran-Gévrier, qui se sont « … présentés, le 14 août 1872, au sous-brigadier de police pour lui demander conseil sur une grève qu’ils projettent... »257.

  • 258 A.N., C 956, Enquête sur le travail... 1848, canton Saint-Etienne et C 963, id., j, de pai (...)
  • 259 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 15.10.1850 et 166 M 1, police 29.3.65. Sur le rôle de (...)
  • 260 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, sous-préfet Tournon, 26.3.1859 et F 12 2370-2374, préfet, 14. (...)
  • 261 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 4.2.1884 ; A.D.I., 166 M 1, police Vienne, 25.5.1870 et A.D (...)

123Enfin, pour beaucoup, le désir de voir installer des organismes d’arbitrage, si sensible en 1848258 s’incarne dans la demande de conseils des prud’hommes là où ils n’existent pas259, quand on ne demande pas pour eux des pouvoirs plus étendus, et notamment celui de fixer les salaires, comme le font les mégissiers d’Annonay en août 1860260. A trois reprises au moins, on s’adresse à eux : mais, s’ils ordonnent à un patron soyeux lyonnais, en janvier 1884, de rendre à ses ouvriers grévistes les pièces qu’ils ont commencées, ils ont condamné les métallurgistes viennois en mai 1870 et les tuiliers de Saint-Etienne en juillet 1873261.

  • 262 A.D.S., 9 M II/ 8, préfet, 29.9.1861.
  • 263 A.D.I., 166 M 1, police Grenoble, 29.3. et 13.9.1865.
  • 264 A.D.L., 10 M 30, Ministre de l’intérieur, 2.2.1849.
  • 265 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, Ministre Agriculture et Commerce, 29.11.1871, à la s (...)
  • 266 A.N., BB 18 1655, d. 7215, proc. gal Nîmes, 10.7.1862 ; F 1 C III, Loire, 6, préfet, 31.10 (...)

124Or, si le préfet de Savoie s’interpose pour faire payer les terrassiers des Fourneaux, en septembre 1861, son action est parfaitement isolée262. Et quand celui de l’Isère prétend se faire arbitre pour les carriers de Montalieu en février 1865, puis, en septembre, pour les coloristes grenoblois, il se fait rappeler à l’ordre par le ministre de l’intérieur263. Car la République, de la circulaire générale du 2 février 1849 à une lettre explicite de 1871, par delà la parenthèse de l’Empire, entend bien rester fidèle au principe de non-intervention. « L’autorité ne doit pas s’immiscer dans les questions de salaires, alors même que les parties intéressées le lui demandent... »264, « ... je n’ai pas besoin de vous faire observer combien l’intervention de l’autorité en pareille matière est délicate à exercer... En général, son rôle est... de laisser librement débattre les questions de salaires... »265. Et « … de veiller au maintien de l’ordre... ». Le visage de l’Etat, c’est donc celui des militaires et des gendarmes qui envahissent Annonay en juillet 1862, qui remplacent les grévistes à la Manufacture des Tabacs de Rumilly en février 1865 ou ceux de l’usine à gaz de Lyon en janvier 1880, qui transforment le bassin stéphanois en camp retranché, en 1869 particulièrement, où la troupe arrive par trains entiers de toutes les garnisons de la région, sous le commandement personnel du Comte de Palikao266.

  • 267 Ainsi, à Grenoble en octobre 1850, c’est la gendarmerie qui intervient chez les coloristes (...)
  • 268 On retrouve ce genre d’interventions une bonne dizaine de fois dans les chantiers de trava (...)

125Surtout, la réponse des pouvoirs publics est d’abord celle de l’autorité judiciaire, au moins jusqu’en 1864, la grève étant en soi un délit puni par la loi. De fait, de 1848 à 1887, on compte, pour 638 arrêts de travail, 72 interventions répressives, celles-ci étant définies par un nombre plus ou moins grand d’arrestations, qu’elles soient ou non suivies de jugement. Or, 46 d’entre elles se produisent entre 1848 et 1863, soit plus d’une fois sur 3 puisqu’on a compté 120 grèves dans le même temps. La vigilance est donc très forte, d’autant plus qu’une bonne dizaine d’autres avortent devant les menaces, ou « … les conseils et les observations sévères... » des autorités, quelles qu’elles soient267 ; et que l’on relève, en dehors des grèves proprement dites, une bonne douzaine d’épisodes où l’on a ainsi empêché l’agitation d’aboutir en arrêt de travail268. A partir de 1864, la nature du délit change et, par la force des choses, l’attention se fait moins forte : le pouvoir judiciaire n’intervient qu’en cas d’incidents ou d’entraves à la liberté du travail, soit dans environ 1 grève sur 20, puisqu’il s’en produit 518 de 1864 à 1887.

  • 269 A.N., BB 18 1479, d. 7770, proc. gal Lyon, 23.4.1850.

126Avant 1864, donc, les « ... poursuites promptes et sévères... », pour parler avec le procureur général de Lyon, interviennent souvent dès que la grève s’annonce269. Elles s’adaptent à la situation, qu’on se contente d’écarter quelques meneurs ou que l’on procède à des arrestations massives ; de leur ampleur, on ne sait rien dans 12 occasions ; dans les 34 autres, leur nombre varie fortement :

l’arrestation 2 à 5 5 à 25 plus de 25
6 19 8 3
  • 270 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.6.1855 ; F 1 C III, Loire, 6, préfet, 17.5.1853 (...)
  • 271 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Saint-Etienne, s.d. (juin 1856).

127Les trois cas de répression massive interviennent chez les maçons de Saint-Etienne, en mai 1853, où l’on en arrête pas moins de 103 sur 400, chez ceux de Lyon en juin 1855 – 90 – et les scieurs de long, en août 1862 – 32 sur 150270 ; à Rive-de-Gier en juin 1856, les grévistes charpentiers ne sont que 15 : on en appréhende 10 !271. L’arrestation n’entraîne pas l’inculpation toutes les fois : on élargit presqu’aussitôt 68 des maçons stéphanois et 67 de ceux de Lyon, et, au total, il n’y a trace de jugement que dans 22 cas. Mais les juges impériaux ont souvent la main lourde ; on connaît 15 des sentences pour 99 accusés ; 5 seulement d’entre eux sont acquittés, et tous les autres sont punis de prison :

  • 272 A.N., BB 18.1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.3.1855 et BB 30 379, proc. gai Lyon, 10.10.1863 (...)

128Il est vrai qu’au délit de coalition s’ajoutent, parfois, d’autres chefs d’accusation, qu’il n’est pas aisé de démêler. Les plus sévèrement condamnés sont les meneurs des teinturiers de Lyon, en mars 1855 : deux d’entre eux sont envoyés en prison pour 2 ans, et 4 autres pour 15 mois : le « jugement » est sévère, note-t-on, et il paraît avoir voulu briser un « ... système occulte d’intimidation... ». Mais en 1861, la sentence rendue contre les mécaniciens de Vienne – 1 mois pour 4 d’entre eux – est simplement destinée à provoquer « … une impression salutaire... » sur la classe ouvrière ; et à la veille de la loi de 1864, en octobre 1863, on n’a pas grand-chose à reprocher aux leaders des ouvriers en châles de Lyon ; la grève est « ... de peu d’importance... », sans « ... manœuvres ni menaces... » : ils n’en sont pas moins condamnés à 6 mois d’emprisonnement272.

  • 273 A.N., BB 18 1785, d. 9735/ 1, proc. gal Lyon, 12.7.1869.

129Le changement d’atmosphère est encore beaucoup plus net après 1864 dans la nature des interventions : sur 25 d’entre elles, aucune n’entraîne plus de 5 arrestations, et des 37 condamnations qui s’ensuivent, il n’en est pas de supérieures à 4 mois de prison. Si on laisse de côté la répression des troubles miniers du printemps 1869, tout aussi exceptionnelle que les faits eux-mêmes. Au total, ce sont 161 personnes, arrêtées par vagues successives, pour des délits différents commis de mai à juillet, qui comparaissent devant les tribunaux. Les sentences sont sévères, de quelques jours à 15 mois de prison, puisqu’elles se répartissent ainsi273 :

130Et 4 d’entre eux sont condamnés à 15 mois, 4 autres à un an. Mais une amnistie, en août, les libère très rapidement.

III. Unification ou dispersion ? (1888-1914)

  • 274 Pour ce paragraphe, cf. annexe statistique t. 1.

131A partir de 1888, les ouvriers en grève commencent à remplacer la « Marseillaise » par la « Carmagnole », et dans les années qui suivent, la dynamite fait sauter plusieurs maisons de fabricants. Le trait n’est pas anecdotique. Il est révélateur d’une mutation qui n’est pas seulement affaire d’ambiance, et dont la variété et la sûreté des appréciations statistiques permettent de mesurer, dans leur ensemble, les différentes composantes. Faut-il ajouter que la multiplication de la grève à l’infini interdit désormais, dans le cadre de cet exposé du moins, la démarche de détail qu’on avait empruntée jusque là. A travers les indices d’ensemble, et les cas caractéristiques que dévoilent les fréquences, peut-on parler de tournant, ou faut-il privilégier les continuités dissimulées éventuellement par l’ampleur de la revendication ? On pourrait reprendre chaque dimension de l’action collective ; mais ce qui était intéressant avant les années 1880 parce que précoce devient souvent de règle par la suite, et perd donc toute signification dans le déclenchement de la grève comme dans sa conduite. Ce qui suit n’est donc ni une étude systématique de toutes les grèves qui éclatent entre 1888 et 1914, ni une approche sociologique des ouvriers en grève, mais une série de coups de projecteurs sur le sens et la nature du mouvement d’ensemble, de la répartition des demandes et des griefs, et d’un certain et fort sensible changement d’atmosphère (274).

1. Les mécanismes d’une mutation

132La généralisation de la grève est, en soi, un premier signe de transformation de la conscience collective. Et la vague qui soulève la classe ouvrière de 1888-1891 est, déjà, d’une ampleur inégalée, qui laisse loin derrière elle les poussées périodiques antérieures. Car en 4 années, il éclate autant de grèves (293) que dans les 12 précédentes qui incluent cependant la fièvre de 1881-1882. Dans le même temps, le nombre des participants – 61 428 – est supérieur à celui de toute la décennie précédente – 48 035 depuis 1877 où l’on a commencé à les compter avec quelque soin –, et l’on perd à leur occasion presqu’autant de journées de travail que dans les 7 années suivantes – 1 021 688 contre 1 187 488. La puissance de l’explosion est telle que de 1887 à 1888, le nombre des grévistes décuple – de 703 à 7 605 – avant de quadrupler, ou presque, puisqu’ils sont 27 463 en 1889. Or, les ouvriers d’industrie ne sont pas plus nombreux qu’une décennie auparavant ; bien au contraire, on l’a vu. La relance est logique au lendemain de la dépression, mais sa force ouvre les nouveaux temps.

A. Le langage hésitant des chiffres

133Pour en prendre la mesure, renvoyons à la croissance régulière des « peaks » de la courbe annuelle des fréquences. En même temps qu’elle se multiplie, la grève gagne, dans le double espace géographique et économique des secteurs qu’elle avait jusque là à peine effleurés.

134Jusqu’aux années 1880, en effet, elle était demeurée un phénomène urbain, ou confinée aux régions d’industrie ancienne ; Lyon, le bassin stéphanois, les centres dispersés étaient le cadre quasi exclusif de la lutte collective. Or, si on disperse par décennie la part des grèves dans chaque espace géographique homogène, on obtient l’évolution suivante, qui marque nettement sa diffusion, tout comme le graphique hors-texte n° 68, qui voit à la fois l’élargissement du secteur des industries diverses et de la métallurgie, en même temps que l’égalisation relative des autres secteurs :

LOCALISATION DES GRÈVES, PAR DÉCENNIE, EN POURCENTAGE

LOCALISATION DES GRÈVES, PAR DÉCENNIE, EN POURCENTAGE
  • 275 A noter que par prudence, nous avons arrêté nos récapitulatifs régionaux de l’extension et (...)

135La mobilisation des masses ouvrières, de fait, s’inscrit en même temps dans les courbes d’extension – mesurée au nombre de participants et résumée par le graphique hors-texte n° 83 – et d’intensité – qui correspond, dans le graphique n° 82, au nombre de journées perdues à l’occasion des grèves. Depuis 1877 pour l’une, à compter de 1889 pour l’autre – il nous a paru hasardeux de tenter un calcul avant, en l’absence de précisions statistiques sûres –, on mesure la puissance d’une poussée revendicative dont la fréquence donnait une vue sommaire. Mais la marche de leurs « peaks » successifs va dans le même sens, qui est, aussi, celui de l’évolution d’ensemble de la classe ouvrière française. En effet, au-delà des très fortes irrégularités annuelles, maxima et minima sont, chronologiquement, en constante augmentation ; puisque les grévistes sont, en périodes de fièvre aussi bien que de calme, en constante augmentation275,

EXTENTION DES GREVES, FRANCE ET REGIONAL LYONNAISE, 1877-1913

EXTENTION DES GREVES, FRANCE ET REGIONAL LYONNAISE, 1877-1913

et que l’intensité tout à fait nouvelle de 1889 marque en fait le début d’une progression considérable :

INTENSITÉ DES GRÈVES, FRANCE ET RÉGION LYONNAISE, 1889-1913

INTENSITÉ DES GRÈVES, FRANCE ET RÉGION LYONNAISE, 1889-1913

136Dans leurs grandes lignes, les courbes françaises et celles de la région ne s’écartent pas l’une de l’autre, même si années maximales et minimales ne coïncident pas tout à fait ; et les orientations générales sont les mêmes. Pourtant, un certain nombre de nuances apparaissent assez fortement, surtout dans les courbes d’intensité. Le graphique n° 82 montre, à l’estime, une tendance régionale à la stagnation avec le siècle nouveau, sinon une légère tendance à la baisse, tout aussi repérable dans le niveau des maxima alors que le mouvement national s’affaiblit plus tardivement : dans l’ensemble de la France, c’est la vague de 1906 qui correspond au maximum absolu d’intensité avant la guerre presque trois fois plus fort que celui de 1900 ; dans la région au contraire, le nombre de journées perdues en 1906 est très inférieur, de près de moitié, à celui de 1899 qui ne sera plus jamais atteint ; et, en 1910, le recul est plus profondément creusé. – Et si l’on revient à l’extension, la retombée – mesurée cette fois-ci par les minima – est encore plus vive, puisqu’il y a moitié moins de grévistes en 1908 qu’en 1904, alors que leur nombre est, dans l’ensemble du pays, grossièrement comparable en 1908 et en 1901 ; impression que conforte le mouvement relatif des maxima, entre 1906 et 1912 là, 1906 et 1910 ici. L’hypothèse se trouve renforcée qu’on avait tirée de la comparaison des courbes de fréquence d’un relatif effondrement du mouvement revendicatif régional dans les années qui précèdent la guerre.

  • 276 La courbe a été tracée depuis 1877, où son calcul est possible ; mais la pointe de 1879 n’ (...)

137Or, le calcul de l’ampleur – c’est-à-dire du nombre moyen d’ouvriers par grève – et de la durée moyennes – soit le nombre de journées perdues par gréviste, qu’on a représentées par les graphiques hors-texte n° 84 et 85 marquent au moins, un certain changement de rythme au début du XXe siècle. L’ampleur moyenne ? Jusqu’en 1902, les maxima traduisent, d’une autre manière que l’extension, la mobilisation croissante en s’élevant régulièrement, ou presque, à l’instar d’ailleurs des minima, plus constants276 :

AMPLEUR MOYENNE DES GRÈVES, 1881-1912

AMPLEUR MOYENNE DES GRÈVES, 1881-1912

DURÉE MOYENNE DES GRÈVES, 1889-1912

DURÉE MOYENNE DES GRÈVES, 1889-1912

138De fait, si on laisse de côté l’aberrante année 1899 – dont on verra plus loin l’originalité – la tendance à la baisse est à peu près régulière jusqu’en 1906, avant une forte reprise pluriannuelle que le graphique n° 85 dessine par un large môle. En clair, cela signifie le fléchissement progressif de la résistance patronale jusqu’aux premières années du siècle, au fur et à mesure que se mobilise la classe ouvrière, puis un brusque raidissement, légèrement décalé vers l’aval d’un certain découragement. Or, si l’on se souvient qu’à ces mêmes années correspondent à la fois une reprise de l’offensive ouvrière et une multiplication des échecs, l’image de l’action collective se brouille, les indicateurs s’affolent, et la rationalité précocement dégagée de la grève s’estompe. Parce que, en fait, les récapitulatifs nécessaires n’en masquent pas moins derrière l’illusoire unité du mouvement global, les comportements différents et successifs de groupes sectoriels qui survivent, longtemps, à la mutation économique des années 1890.

B. Unité ou rencontre ?

139Encore une fois, il faut revenir aux métiers et aux secteurs pour surprendre les mécanismes d’ensemble. Car la différence de qualité qu’introduit, à partir de 1888-1890, l’ampleur des luttes revendicatives ne signifie pas une transformation des rouages. Déjà, on avait vu que les cycles revendicatifs successifs des grandes industries régionales débordaient largement sur la Belle Epoque ; simplement, il y a addition d’effets : les corporations déjà fortement engagées depuis le milieu du XIXe siècle relancent leur action avec le retour à la conjoncture économique favorable, d’autres entrent à leur tour dans l’arène : les uns parce qu’ils accèdent, après de longues décennies de silence, à la conscience collective, les autres parce qu’ils prennent, avec les transformations industrielles, une importance nouvelle, quand ils n’en naissent pas.

140On avait déjà repéré, par la simple fréquence, ces grands cycles professionnels. La mesure de l’extension et de l’intensité ajoute encore à leur importance. La vague de 1889, c’est, en fait, celle des cotonniers et des tisseurs de soieries du Beaujolais et du Roannais, puisqu’ils représentent à eux seuls 88 % des grévistes de toute la région et 85,7 % des journées chômées, au total ; 1891 et 1892 reflètent, largement, la puissance du mouvement dans les verreries, qui entraîne 74 et 73,7 % des pertes de journées, et encore 43,1 % en 1884, bien qu’ils ne soient que quelques milliers en Forez et en Lyonnais. Voici les mineurs, qui marquent de leur empreinte 1890, 1902 et 1912, où les seules grèves généralisées du bassin de la Loire signifient 52, 45 et 52 % des grévistes 37,3 % des journées en 1890 et 60,6 % en 1902 ; et de leur rencontre en 1899 – pour une part respective de 37,8 et 8 % – avec les passementiers stéphanois – 55 et 88,7 % – naît la plus forte agitation de toute la période. L’année 1900, c’est à nouveau l’offensive du coton, qui fournit 55 % des grévistes, occasionne 77 % des pertes, 1903 celle des usines de soierie dauphinoises et surtout des apprêteurs et des teinturiers lyonnais, plus de 9 000, et qui tiennent 45 jours ; 1908, celle des tissages mécaniques, où l’on perd 69 % des journées. Comme les ouvriers du bâtiment ont, à eux seuls, fait la revendication en 1895 (48,3 % des grévistes et 40,9 % des journées perdues) et surtout 1897 (91,7 et 96,6 %). Et même, c’est à un vaste mouvement des usines de Rive-de-Gier que les métallurgistes doivent de marquer 1893 (40,2 % des journées perdues), et par les seuls boulonniers du Chambon-Feugerolles qu’ils tiennent une place exceptionnelle en 1909 (59,1 %) : 3 168 ouvriers d’une des plus vieilles industries régionales, s’arrêtent pendant 104 journées. Très largement, le mouvement des grèves demeure donc l’addition de poussées indépendantes les unes des autres ; et il est significatif que 1906, seule année où la multiplication des grèves à tous les secteurs – on a vu plus haut sa composition – signifie le débordement du cadre professionnel, ne corresponde pas à l’acmé de l’intensité et que, largement, les mineurs se soient abstenus. La véritable nouveauté c’est, avec l’ampleur nouvelle de la grève elle-même, une certaine sensibilité commune qui se marque dans la mutation de la revendication, longtemps confinée à l’étroit cadre de la vie matérielle, et qui correspond à la généralisation de l’usine.

2. Nouveaux fronts

141La revendication salariale, les récriminations contre la journée de travail ou les conditions demeurent prioritaires, même si, comme on sait, leur contenu se modifie. Mais depuis les années 1880, le recul relatif est constant et il s’accélère avec le siècle nouveau.

  • 277 Cf. annexe statistique, t. 1.

142En effet, si l’on résume par décennie, le contenu des différents griefs exprimés à l’occasion des grèves, ou les demandes qu’on présente, leur part évolue de la manière suivante277 :

PART DES DIVERSES REVENDICATIONS, PAR DÉCENNIE, 1871-1914

PART DES DIVERSES REVENDICATIONS, PAR DÉCENNIE, 1871-1914
  • 278 Le premier nombre indique, en pourcentage, la part de chaque type de griefs, exprimés en n (...)

143Or, dans le détail, ces revendications nouvelles touchent les domaines suivants278 :

144Leur lecture est simple : toutes, ou presque, touchent aux relations humaines, individuelles ou collectives, à l’intérieur de l’entreprise. Une bonne partie du patronat régional n’a pourtant pas changé sa façon d’être ; mais, désormais, on la ressent d’une autre manière. Et le ton même des témoignages change, à propos notamment des fameuses usines-internats.

  • 279 Godard J., ouvr. cit., p. 200.

145En 1909, Justin Godard estime qu’on dissimule ainsi « ... une organisation sur laquelle l’attention du législateur doit être appelée, afin de couper court aux abus qu’elle favorise... »279. La description ne diffère pas de celle de Louis Reybaud : l’organisation est donc restée telle quelle en quarante ans ; mais ses pratiques s’éclairent d’un jour nouveau. L’internat, c’est la ségrégation hors de la vie familiale, une existence menée au seul « … son de la cloche ou au hurlement de la sirène... » « … dans une incroyable promiscuité... » d’après l’inspection du travail, sur 20 000 ouvrières, 16 000 couchent à 2 par lit, dans des dortoirs « … encombrés, mal aérés, insuffisants... ». En outre, on met en cause – et en même temps, en relief – la contrainte morale que fait peser l’usine-internat : en 1892 notamment, à la suite d’une interpellation de Paul Lafargue sur les pressions cléricales et les chapelles privées du patronat qui entraîne une enquête des procureurs généraux.

  • 280 A.N., BB 18 1824, d. 2163, A. 90, proc. gal Grenoble, 19.6.1891 et BB 18 1909, d. 1932, A. (...)

146Or, dans la quasi-totalité des 18 internats de l’arrondissement de Grenoble, on impose une pratique religieuse aux ouvriers : chez les frères Durand, à Vizille, le travail commence et finit par une prière collective, et l’on entend deux conférences de l’aumônier par semaine ; chez Permezel à Voiron, la messe est dite chaque dimanche dans l’usine. A Ruy et à Chateauvillain, il est deux maisons où le catéchisme, la confession et la communion sont obligatoires sous peine d’amendes ou de renvoi. A Fleurieux-sur-l’Arbresle, le règlement intérieur de la filature Fichet « ... a un caractère semi-religieux..., et le moulinage Lacroix de Montboucher a, sous le titre « Usines de Saint-Joseph », une école libre annexe confiée à des Congréganistes. Et, bien sûr, toujours, chez J.B. Martin à Tarare, les ouvrières « … sont rigoureusement soumises aux offices religieux... » et à Jujurieux « ... elles vont à la messe dans la chapelle de la maison tous les jours, à confesse tous les mois... »280. A peu près partout, l’encadrement et du travail et des dortoirs est fourni par des religieuses, tour à tour contremaîtresses, surveillantes et directrices spirituelles.

  • 281 Ainsi, à Montélimar, en 1853, on n’embauche dans ce genre d’établissement que « ... sur la (...)
  • 282 En 1913 encore, les Pavin de Lafarge, au Teil et à Viviers, ne recrutent leur main-d’œuvre (...)
  • 283 A.N., BB 18 1824, d. 2163, A. 90, proc. gal Grenoble, 19.6.1891 et BB 18 1902, d. 1932, A. (...)
  • 284 A.N., BB 18 902, d. 1932, A. 92, parquet Montélimar, 9.7.1892 ; parquet Grenoble, 7.7.1892 (...)

147Ainsi, la pression religieuse cristallise un temps toutes les contraintes auxquelles sont soumises les ouvrières des usines-internats, des usines-couvents dit-on depuis Louis Reybaud : il est vrai que l’esprit du temps, qui souffle à l’inverse de 1872, y invite. Car elle n’est pas nouvelle, et de tous temps, la protection patronale s’était assortie de soucis moralisateurs pour sauvegarder les unes et racheter les autres281 ; c’est un souci qui ne disparait pas, loin de là, à la veille même de la Première guerre mondiale282. Aussi la trouve-t-on bien ailleurs que dans l’aire de l’essaimage et dans la Fabrique : dans la fabrique de gants Relave et Compagnie, à Meyzieu, où « ... les prières avant et après le travail se font en commun... », à l’usine de chaussures Dupoizat de Saint-Symphorien d’Ozon, aux papeteries de Pont-de-Claix ; chez Pichet, à L’Arbresle, on travaille devant un « ... oratoire... orné d’images et d’emblèmes religieux..., une statue de la Vierge ainsi que des statuettes de saints... » ; des chapelles privées et des aumôneries sont rattachées aux usines Descours-Genthon, mouliniers à Saint-Paul-en-Cornillon, dans la Loire, où « … une fois par mois les ouvriers sont obligés d’assister à l’office... », à la Société industrielle de lacets, à Saint-Chamond, où un père mariste dit la messe 2 fois la semaine et donne la bénédiction tous les premiers vendredis du mois ; à Roanne aux usines de coton Grenot et à Saint-Denis-de-Cabanne où l’on oblige les ouvrières à entrer dans les confréries de « François de Sales » et des Enfants de Marie sous peine de renvoi ou de brimades283 ; à Poët-Laval, dans une tannerie, on distribue gratuitement La Croix ; à Allevard, les ouvriers des hauts-fourneaux et des forges « ... se trouvent dans la nécessité d’envoyer leurs enfants dans les écoles congréganistes, s’ils ne veulent pas s’exposer à perdre leur emploi au premier prétexte... » à Pélussin, les patrons mouliniers se montrent très exigeants, et « ... l’intolérance religieuse est à son comble... » ; enfin, plusieurs patrons roannais envoient leurs ouvriers aux pélerinages de Paray-le-Monial et de Rome ; et chez Déchelette et Chamussy, on oblige à la prière commune284.

  • 285 A.N., BB 18 1902, id., parquet Vienne, 5.7.1892 et parquet Grenoble, 7.7.1892.

148Sans doute la préoccupation religieuse demeure-t-elle, ici et là, et le patron des papeteries Lafuma, à Voiron, « … se livre à un véritable apostolat, il fait lui-même des conférences théologiques et préside à des exercices de chants religieux... », tout en se préoccupant « … de la façon la plus louable du bien-être de ses auxiliaires... » ; mais les enquêteurs de 1892 ont aussi rencontré, dans des usines où l’on impose la prière, des directeurs parfaitement agnostiques, comme à la fabrique de gants Relave, à Meyzieu285. De plus en plus, elle est un simple moyen de gouvernement patronal, parmi d’autres, dont les avantages paraissent au moins à double sens : derrière la protection, c’est bien la contrainte qui se fait jour de plus en plus.

  • 286 Reybaud L., ouvr. cit., p. 203.
  • 287 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, réponse Perrégaux, Bourgoin.
  • 288 A.N., BB 18 1902, d. 1932, A 92, proc. gal Lyon, s.d. (1892)
  • 289 A.D.L., 93 M 5, sous-préfet Roanne, 26.4.1890.
  • 290 A.D.S., 33 M VI, police Modane, 27.4.1906.
  • 291 A.D.I., 166 M 3, police Grenoble, 27.5.1895.

149De fait, beaucoup d’autres pratiques deviennent suspectes, comme les caisses d’épargne d’entreprises, qui fournissent des fonds de roulement à bon marché : quand Louis Reybaud est passé à Jujurieux, la caisse de C.J. Bonnet ne contenait, en 1860, pas moins de 165 000 francs de dépôts ouvriers286. L’internat se révèle une formule avantageuse surtout pour le patron, qui gagne sur les frais d’entretien, notait-on déjà en 1872287 et l’embauche peut prendre la forme d’un véritable racolage : chez Martin, à Tarare, en 1892, on fait signer aux parents ou aux tuteurs un engagement de 5 ans si la jeune fille a ses parents, et de 7 ans si elle est orpheline288. Ailleurs – à l’usine Giraud des Abrets, par exemple – les ouvriers sont tenus d’acheter à l’usine nourriture et objets de première nécessité, et ils se retrouvent toujours débiteurs à la fin du mois289 ; en 1906 encore, on signale de tels abus aux « Plâtrières du Sud-Est », à La Chambre, en Savoie290 ; à Grenoble même, la cantine est obligatoire dans certaines mégisseries où les patrons feraient ainsi « ... des bénéfices égaux, sinon supérieurs, au bénéfice de leur industrie... »291.

  • 292 A.D.L., 90 M 1, police, 25.7.1888, et Gras (L.J.), Notice sur les eaux minérales du Forez. (...)
  • 293 Autour de 1900, chaque ouvrier blessé ou malade touche de 0,75 à 1,50 franc par jour, selo (...)
  • 294 Chaux hydrauliques et ciments Portland de Lafarge et du Teil..., 1900, p. 66 ; Serret G., (...)
  • 295 Les difficultés financières de l’usine l’amènent cependant à abaisser ces primes de moitié (...)
  • 296 Chatain (C.), L’industrie drapiére viennoise..., 1925, p. 84.
  • 297 A.N., BB 18 1846, d. 665, A 91, proc. gal Lyon, 10.10.1891.
  • 298 A.N., F 7 12764, Commiss. spéc. Privas, 16.1.1909.

150La tendance à la colonie ouvrière et patriarcale est aussi vive à la fin du siècle qu’elle l’était dans les années 1860. Elle s’épanouit par exemple à la verrerie de Veauche, près de Saint-Galmier : d’emblée, quand l’usine s’élargit à partir de 1883 la Compagnie a construit une cité ouvrière avec écoles et églises. Elle finance une caisse-maladie, un cercle, une chorale, une société de tir ; mais à moitié seulement : le reste vient de retenues obligatoires sur le salaire, qui atteignent 5,5 francs par mois en 1888, et le cercle délivre épicerie et boissons à crédit ; sur la communauté règne un aumônier qui « … inspire une véritable terreur par suite de l’autorité qu’il exerce dans l’usine292 ». Celle des Pavin de Lafarge au Teil est encore plus complexe, parce qu’éloignée des régions ouvrières et fruit d’une longue action univoque : la pression patronale scolaire, religieuse et même politique s’accompagne d’une série d’institutions protectrices tout à fait exceptionnelles. D’une part, on entretient des écoles privées au Teil et à Viviers, on fait pression à chaque élection, on distribue gratis sur les chantiers « La Croix de l’Ardèche » et l’« Echo paroissial de Melas » dans une atmosphère pesante de suspicion et de servitude. Mais depuis 1878, une caisse de secours mixte assure la gratuité des soins médicaux et des remèdes, procure une aide en cas d’accident, de maladie ou de maternité ; en 1899, elle a été complétée par tout un système de retraites, et la compagnie entretient son propre hôpital, sert des pensions aux veufs et aux orphelins et un intérêt de 4,5 % aux placements du personnel – qui atteignent 160 929 francs au début de 1900, pour 255 déposants293. On loge une centaine d’hommes en dortoirs, et 75 ménages dans une cité où chacun dispose d’un jardin ; au Teil, à Cruas, à Lafarge, des cantines et des buvettes revendent à bas prix, une boulangerie délivre gratuitement le pain, des ouvroirs et des ateliers accueillent les femmes et les filles d’ouvriers qui peuvent aussi fréquenter une bibliothèque. A la veille de 1914, c’est de quelques uns des meilleurs leaders ardéchois du socialisme révolutionnaire que vient le tableau : il rejoint la propre propagande des Pavin de Lafarge294. On retrouve intacts tous ces traits aux papeteries de Vidalon-les-Annonay, à celles de Rives, à Cran-Gévrier, et chez les Laeuffer, de la Manufacture d’Annecy où l’on sert une petite rente aux retraités295. En 1894, c’est la Chambre syndicale des patrons lainiers de Vienne qui crée la première « Mutualité maternelle » de province : elle sert des primes d’allaitement, entretient un dispensaire, un « goutte de lait » et une crèche296. A Rive-de-Gier, la verrerie Richarme loge la majeure partie de ses ouvriers297 ; aux mines de Veyras, en Ardèche, on envoie les ouvriers à la messe et à la procession de Sainte-Barbe : à la sortie, certains cafés servent gratuitement à boire, la note est épongée dans les jours suivants par la Compagnie298.

  • 299 A.N., F 7 12734, Commiss. spéc. Modane, 16.7.1907.
  • 300 A.D.H.S., 11 M, grèves et chômage, 1904-1906, Commis, spéc. détaché à Chedde, 26.6.1906.

151Enfin, les nouvelles usines électro-techniques des Alpes ne prennent souvent pas d’autres voies : à celle de Calypso, près de Saint-Michel-de Maurienne, la Compagnie des produits chimiques d’Alais et de la Camargue fait prendre des renseignements par les curés sur ceux qui postulent un emploi299 ; et Chedde s’est dotée d’emblée d’une caisse de secours alimentée à raison de 14 000 francs par an par la Société qui paie médecin et médicaments, primes d’accouchement et d’allaitement, et d’une coopérative de consommation dont elle procure l’essentiel des fonds et accorde la garantie aux fournisseurs300. On retrouve la vieille tendance à constituer une communauté industrielle fermée, hiérarchique et patriarcale.

152Elle n’est pas générale, et les nouvelles usines métallurgiques d’automobiles, à Lyon, ou de constructions mécaniques dans la région stéphanoise ou à Grenoble annoncent d’autres temps. Et, surtout, elle ne suffit plus à assurer la régularité des relations dans l’entreprise : sa rançon, c’est en effet un pouvoir patronal discrétionnaire, qui est de moins en moins bien accepté, quels que soient, par ailleurs, les avantages dont il peut s’accompagner. Il serait tout à fait anachronique de dire qui est en cause, en tant que tel ; du moins refuse-t-on désormais comme abusives des pratiques qui, quelques décennies auparavant, allaient de soi. Où est la communauté dans la vie quotidienne de l’usine ?

  • 301 A.N., F 12 4673, préfet Loire, 8.4.1894 ; A.D. Ar., M 479, sous-préfet Tournon, 28.11.1905 (...)
  • 302 A.D.L., 92 M 132, police, s.d. (1905) et 92 M 194, préfet, 18.12.1911.
  • 303 A.D.R., M, grèves 1911, Commiss. spéc. Lyon, s.d. (1911).
  • 304 A.D.I., 166 M 5, préfet, s.d. (1900).
  • 305 A.D.L., 92 M 147, préfet, 31.1.1907 et 92 M 150, id., 14.9.1907 ; A.D.R., M, grèves 1913, (...)
  • 306 A.D.R., M, grèves 1905, préfet, 22.5.1905.

153L’un des signes de cette détérioration, c’est la multiplication des incidents avec les agents de maîtrise à partir des années 1880, où ils justifient plus de 5 revendications sur 100 que l’on présente ; ils se multiplient dans les décennies suivantes pour se tenir autour de 7 %, ce qui les place, à la veille de la guerre, avant les demandes portant sur le temps de travail. « Impolis », « grossiers », « brutaux », « hostiles », « insolents », « antipathiques », « arrogants », « incapables » sont les qualificatifs les plus fréquents pour se plaindre des contremaîtres qui cristallisent des griefs fort variés. On leur reproche leur injustice dans la répartition ou la vérification du travail, comme à la poterie Augoyard de Roanne, en avril 1894, au tissage de coton Jellos à Riorges, en 1908, dans une usine de soierie de Saint-Geoire en Valdaine, puis à Voreppe, en août 1906, à la bijouterie Murat, à Saint-Martin-en-Valamas, en 1905, dans l’usine de confection lyonnaise Esders en 1910 et en 1911301. Ils poussent au rendement, et on exige en 1905 le renvoi du contrôleur à l’usine de cycles Gros, à Saint-Etienne, d’un contremaître et de ses 2 fils à la fabrique d’automobiles Grosjat, à Lorette, en décembre 1911302, favorisent le marchandage (chez les tailleurs de pierre funéraires lyonnais, en 1911303). Ce sont des mouchards, pour les ouvriers de la fabrique de pâtes alimentaires Cartier-Million, à Grenoble, en 1900304 responsables de renvois d’ouvriers – pour les mineurs de la Compagnie de Haute-Cappe en janvier 1907, les métallurgistes des Aciéries du Furan, quelques mois plus tard, les blanchisseurs de coton de Gourdiat, à Roanne, en 1913305, ils favorisent les « jaunes », aux mines de Saint-Gobain, à Sain-Bel, en mai 1905306.

  • 307 A.D. Ar., 478 M, sous-préfet Tournon, 29.10.1903.
  • 308 A.D.L., 92 M 188, préfet, 30.11.1911.
  • 309 A.D. Ar., M 86a, préfet, 19.7.1912 et A.D.L., 92 M 203, préfet, 14.2.1912.
  • 310 S.G.R.C.A., 1908, grèves Vienne.
  • 311 A.D.L., 92 M 107, préfet, 28.1 et 10.7.1901 ; A.D.I., 166 M 5, préfet, s.d. (1900) ; A.D.R (...)

154Le contremaître n’est plus seul en cause : ici, c’est le gardien de l’entrepôt ou le concierge, chargé de vérifier les retards, ailleurs le médecin attaché à l’établissement, à l’usine de cuirs Marcelin Garnier et Compagnie à Annonay, en octobre 1903307. Dans les usines où la main-d’œuvre féminine est nombreuse, le reproche d’immoralité s’accole fréquemment à celui de favoritisme : le contrôleur a des « exigences déplacées » et des « privautés » condamnables à l’usine de cycles Claudius Gros, à Saint-Etienne, en novembre 191 1308 et, dans les années 1900, les incidents se multiplient avec les sœurs sécularisées qui encadrent les usines-internats du Dauphiné et du Forez309. Mais, de plus en plus souvent, les griefs manquent de précision : on trouve le directeur « blessant » au magasin des Dames de France à Vienne en 1908310, ou on s’en prend à une réputation, à l’embauche du nouveau contremaître souvent. Ainsi chez Cartier-Million, à Grenoble, en 1900 ; chez Palle et Bertrand, fabricant de boulons au Chambon-Feugerolles en juillet 1901 ; à la chaudronnerie Girodon de Lyon en février 1904, où le nouvel arrivant a été renvoyé d’une autre maison pour brutalité ; la « mauvaise réputation » d’un pointeur dresse les ouvriers des automobiles Mieusset en avril 1906 : en février déjà, 56 maisons de mouleurs de cuivre s’étaient mises en grève à Lyon pour protester contre l’embauche d’un contremaître « trop sévère » dans l’une d’entre elles !311.

  • 312 Ainsi, en 1874, à Lyon, une grève avait éclaté chez des menuisiers en sièges accusés de «  (...)
  • 313 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 22.10.1884 ; A.D. Ar., 478 M, sous-préfet Tournon, 29.10.19 (...)
  • 314 A.D.D., 84 M 1, préfet, 2.9.1896 et S.G.R.C.A., 1904, grève tissage Roux à Oullins. Les «  (...)

155Il est vrai que l’atmosphère de l’usine multiplie les incidents, et la classe ouvrière est particulièrement sensible à une contrainte qui ne s’embarrasse pas toujours de nuances ni de délicatesse. On prend très mal tous les reproches qui peuvent mettre en cause une certaine probité du travail, même si le sursaut de fierté qu’ils provoquent n’est pas totalement nouveau312. La simple accusation de « négligences » fait arrêter le travail, en octobre 1884, à des cartonniers lyonnais, on refuse de laisser marquer au sifflet les étapes de la journée dans un atelier d’imprimerie de Villeurbanne en mai 1906, pas plus qu’on n’avait admis, trois ans auparavant, à Tournon, les « paroles blessantes » du directeur sur la « fainéantise » des tourneurs et qu’on ne supporte la visite par le chef d’équipe des placards et des tiroirs où on range ses effets personnels aux Ateliers du Furens, à Saint-Etienne, en février 1911313. C’est souvent, affaire de dignité, tout simplement : les fondeurs de la « Veuve Caslain », à Romans demandent, en septembre 1896, « plus d’égards » et les tisseurs de la maison Roux, à Oullins, en 1904 refusent de signer la lettre patronale à un journal qui avait annoncé, à tort, leur agitation ; les tailleurs de pierre de Lyon s’émeuvent, en avril 1911 des insultes proférées par un contremaître « à l’égard de toute une corporation » ; et significatif est le sursaut des métallurgistes d’un atelier de bicyclettes de Saint-Etienne, en août 1912, quand le patron fait apposer des maximes moralisatrices sur les murs de l’atelier314.

  • 315 A.D.L., 92 M 98, préfet, 22.8.1900 et 92 M 146, id., 15.5.1906... A.D.R., M, grèves 1904/1 (...)

156Et la tension éclate souvent en violence physique. On se bat avec le contremaître aux usines métallurgiques Barrouin, à Saint-Etienne, en août 1900 ; dans un atelier lyonnais de robinetterie, en février 1904 ; chez Bretton, un fabricant de pignons, à Cluses, où le gendre du patron est en cause ; chez Darne, l’un des grands armuriers stéphanois, en mai 1906 ; sur les chantiers houillers de la Haute-Cappe, à Lorette, en octobre 1907 ; à ceux de l’usine des Forces Motrices du Rhône, à Lyon, en décembre 1910, à la fabrique d’automobiles Vialle, et dans une menuiserie de La Guillotière, en 1913315. Les horions sont loin d’être à sens unique, et il arrive – presqu’une fois sur deux dans toutes les affaires où la question de la maîtrise est évoquée – que le patron reconnaisse la vérité des accusations, renvoie le contremaître ou le déplace. Le fait même que celui-ci ait été amené à outrepasser ses fonctions montre à quel point la situation s’est détériorée.

  • 316 A.N., F 12 4651, préfet Rhône, 18.8.1865.

157En fait la maîtrise cristallise une opposition qui est de tous les instants, dans la mesure où la grève n’est plus, depuis longtemps, combat épisodique, mais est devenue acte de naissance ou moyen d’action de la coalition permanente qu’est le syndicat. Le graphique n° 87 montre à quel point l’une et l’autre marchent du même pas. Et l’analyse des revendications – que ce soient celles touchant directement à la reconnaissance du syndicat, ou celles qui expriment la solidarité aux militants – montre à quel point « ... l’esprit de corps... », brièvement évoqué par le préfet du Rhône en 1865 a su prendre sa place à côté des « ... besoins du moment... »316. En s’amplifiant depuis les années 1890, le langage de la grève est devenu moins celui de la classe ouvrière que celui de ses organisations corporatives ; le fait est en soi d’importance, et il nous entraîne vers d’autres rivages.

Notes

1 Pour l’ensemble du chapitre, nous renvoyons une fois pour toutes aux graphiques hors texte n° 80 à 86 qui traduisent les différentes analyses ; pour les méthodes, les définitions et la comparaison éventuelle avec le mouvement national, à Goetz-Girey, R., Le mouvement des grèves en France, 1919-1962, 1965, chap. 1, notamment p. 11-51 ; Andreani, E., Grèves et fluctuations. La France de 1890 à 1914, 1968, surtout chap. II, p. 49-110 et Perrot, M., Les ouvriers en grève, France, 1871-1890, 1974, t. 1, p. 49-100.

2 Le nombre de 132 ne rend pas compte de la force de la croisssance, puisqu’il est calculé à partir d’une année 1914 tronquée ; la guerre arrête en effet, pour longtemps, tout mouvement revendicatif. On n’on a pas moins compté, en moins de 8 mois, presqu’autant de grèves (111) que dans l’année précédente (117).

3 On a séparé les diverses spécialités du textile fort nombreuses, et dont le comportement, on le verra, est loin d’être simultané.

4 Y compris les ateliers de teinture et d’apprêt (comme pour le coton) mais sans la filature et le moulinage désignés sous la rubrique « soie », ni la rubannerie stéphanoise.

5 Avec les passementiers foréziens.

6 Sans les armuriers, les forgeurs ni les quincailliers de la région stéphanoise.

7 Le premier pourcentage indique la part du secteur dans l’ensemble des grèves de la décennie ; le second, sa place pour l’ensemble de la période 1848-1914.

8 On a regroupé sous cette rubrique les ouvriers de la laine, de la petite métallurgie, du verre, de la papeterie, de la chapellerie, de la ganterie et des chaussures dont les grèves propres sont peu nombreuses.

9 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 5.2.1853.

10 Audiganne, A., Les populations ouvrières de la France, 1re éd., 1854, t. 1, p. 144, qui poursuit « ... les sujets abstraits, les idées nuageuses, les solutions vagues, sont pour eux l’atmosphère préférée. Ils n’ont pas besoin de comprendre pour être captivés par un discours, il suffit que les mots qu’on emploie puissent donner à rêver... ». Quelques années plus tard, L. Reybaud (Condition des ouvriers en soie, 1860, p. 169) s’étonne de rencontrer des « canuts » disciples d’Auguste Comte qui lui font « … des commentaires fort étendus sur la religion positive... ».

11 A.N., C 963, Enquête sur le travail... 1848, Rhône, j. de paix 6e canton de Lyon ; en outre, on réclame, dans certaines réponses, l’abolition des droits d’octroi, la création de banques populaires et même l’institution d’un impôt progressif sur le revenu. Les relieurs ajoutent : l’ouvrier « … s’il aime à accomplir ses devoirs ne tient pas moins aux droits qu’il a reçus de la Nature et que la Société ne saurait lui refuser... », et les typographes développent tout un plan d’expropriation de « ... toutes les compagnies de chemins de fer, des canaux... » et demandent d’« ... appliquer les bénéfices des grandes entreprises de l’Etat à la solde de ses employés et à ses autres charges de manière à supprimer les impôts... ».

12 A.D.R., M, Situations industrielles, au X-1865, rapport Commis, spéc. Lyon à Ministre de l’Agriculture et du Commerce, s.d. (1858). Il poursuit par un long exposé historique de la détérioration des rapports sociaux, qu’il lie à la séparation progressive des classes, en insistant sur la rupture, sous la Monarchie de Juillet, du front politique commun des fabricants et des ouvriers « ... contre les Bourbons, contre les Jésuites… », au sein des « … mêmes idées libérales... », quand « la Bourgeoisie s’empara du pouvoir et l’exploita à son profit... » (sic.).

13 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 11.1.1850 et 20.5.1851 ; Chronique politique quotidienne, 1850, p. 35 « la... forte discipline de classe... qui règne à Lyon est née ... des vieilles habitudes de coalition... ».

14 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 23.12.1856.

15 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 27.12.1859 et A.D.L., 10 M 60, police, 24.2.1867.

16 Cf. Duveau, G., La pensée ouvrière sur l’éducation pendant la Seconde République, et le Second Empire, 1948, p. 49 et suiv. notamment.

17 A.N., C 963, Enquête sur le travail... 1848, j. de paix L’Arbresle.

18 A.N., C 951, id., juge de paix Bourg de Péage et C 956, id., Loire, Saint-Etienne ; à Lyon (C 963), on note aussi qu’« ..on travaille trop tôt pour s’instruire... »

19 A.D.I., 162 M 2, id., canton Saint-Marcellin.

20 A.N., C 963, id., Rhône, canton Villefranche.

21 A.N., C 956, id., délégué rubannerie Saint-Etienne.

22 A.N., C 963, id., Rhône, j. de paix 6e canton Lyon.

23 Outre les exemples cités plus loin, on insiste sur cette différence des générations à Lyon même (A.N., C 963), à Saint-Etienne et à Saint-Just-en-Chevalet (C.956), à Mexi-mieux (C.943), à Nyons (C.951), à Monestier de Clermont (A.D. L, 162 M 1). Sur la loi Guizot, cf. Gontard, M, L’enseignement primaire en France de la Révolution à la loi Guizot (1789-1833), 1959, et sur ses effets, Toutain, J., La population de la France de 1700 à 1959, Cahiers de l’I.S.E.A., A.F. n° 3, 1963, p. 216 et suiv. et Prost, A., L’enseignement en France, 1800-1967, 1968, p. 91 et suiv. ; sur les niveaux d’alphabétisation au milieu du XIXe siècle, d’après les travaux de Maggiolo, Fleury, M. et Valmary, P., Les progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III, Population, 1957, IV, p. 71 et suiv.

24 A.N., C 956, Enquête sur le travail... 1848, canton Saint-Etienne.

25 A.N., C 951, id., Drôme, Saint-Jean-en-Royans et A.D.I., 162 M 2, id., Rives et Saint-Jean-de Bournay.

26 A.N., C 956 (id. Roanne), C 943 (Ain), C 951 (Drôme) et A.D.I., 162 M 1 (id., arrondissement de Grenoble) et 162 M 2.

27 Ainsi, à Bourg d’Oisans, « ... presque tous les hommes savent lire et écrire... », et 50 à 60 femmes sur 100 ; cette généralité tient à la longueur des hivers, au besoin d’instruction qu’éprouvent les marchands-colporteurs et à l’influence de l’exemple (A.D. L, 162 M 1, enquête... 1848, canton Bourg d’Oisans).

28 Sinon, pour quelques catégories marginales telles celles des selliers, des ouvriers confiseurs, des bijoutiers et des « bossetiers », totalement alphabétisés ; des cordonniers, des couverturiers et des ouvriers en parapluie, qui ne le sont qu’à demi (A.N., C 963, Enquête... 1848, j. de paix 6e canton Lyon).

29 A.N., C 963, enquête... 1848, 6e canton Lyon.

30 D’après les calculs du délégué des ouvriers passementiers (A.N., C 956, id., Saint-Etienne).

31 Cf. Garden, M, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle... p. 309 et suiv. : 8 ouvriers en soie sur 10 étaient déjà capables, au moins, de signer leurs noms.

32 Audiganne, A., Les populations ouvrières de la France... t. 2, p. 103.

33 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, Ain, réponses Charnaud-Coche, fabricant savons à Bourg et Haute-Savoie, Frèrejean ; C 3022, id., Loire, Chbre Commerce Roanne et Savoie, Martin-Franklin, soieries à Chambéry.

34 A.N., C 3021, id., réponse Bouillon et Cie, mégisserie, Grenoble ; ailleurs, on note toujours le hiatus entre les générations.

35 Il faudrait, évidemment, poser la question de la scolarisation des enfants d’ouvriers ; on possède trop peu de renseignements sur la manière dont elle est accueillie pour conclure ; tout au plus note-t-on ici ou là, ses difficultés. (A.N., C 3021, enquête parlementaire... 1872, Grenoble ; F 12 4651 préfet Ardèche, 22.5.1862. A.D. I, 162 M 3, préfet Isère, 12.11.1872 ; A.D.H.S., 15 M, Situations industrielles, 1874-1884, préfet Haute-Savoie, 14.2.1882). A Lyon au moins, sous le Second Empire, les ouvriers répondent favorablement aux appels des sociétés d’instruction populaire, comme celle dite « de l’instruction primaire », celle « de l’Enseignement libre et laïque » ; (A.N., C 3021, enquête... 1872, Cons. Hygiène Lyon). Une enquête à laquelle nos propres recherches ont servi de préface, est en cours au Centre d’Histoire Economique et Sociale de la région lyonnaise sur l’alphabétisation et la scolarisation dans le Rhône au XIXe siècle.

36 Sur les progrès rapides de l’alphabétisation en France au XIXe siècle, outre Toutain J., ouvr. cit., cf. Armengaud, A, La population française au XIX e siècle..., p. 120- 121.

37 A.N., BB 18 1520, d. 3233, proc. gal Lyon, 15.5.1853.

38 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, juillet 1857 : « 11 ne faut pas croire que c’est la misère qui fait les mouvements de la multitude... », c’est « ... la prospérité publique et de toutes choses (qui) a conduit l’ouvrier à une position meilleure... », et « ... c’est au contraire une certaine dose de force dans l’infériorité qui suscite les révoltes... » ; cf. aussi A.D.H.S., 6 M, Relations avec Genève, 1860-1898, Maréchal de Castellane, 27.2.1862.

39 A.D.I., 166 M 1, pétition des drapiers de Vienne au préfet de l’Isère, 8.5.1866.

40 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 11.4.1865 : « ... en présence de cette prospérité croissante, il n’y a pas lieu de s’étonner que les ouvriers élèvent souvent des questions de salaire... », bien que ceux-ci aient été augmentés 18 mois auparavant.

41 A.N., BB 30 390, proc. gal Lyon, 21.1.1870 et F 12 4652, préfet Rhône, 10.1.1870.

42 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Lyon, 20.3.1874.

43 A.N., C 3021, Enquête parlementaire 1872, Bouillon et Cie, mégisserie à Grenoble.

44 A.N., C 3026, id., résumé général, qui fait cette constatation générale (« habituellement les grèves, les crises et les désordres sont contemporains de la prospérité dans chaque industrie... ») Après un long tableau des causes de la misère et de l’immoralité dans les classes ouvrières.

45 Cf. graphiques n° 14, 15 et 67.

46 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 12.1.1856 et 379, id., Lyon, 10.1.1856 ; F 1 C III, sous-préfet Vienne, 27.3.1855. A.D.L., 81 M 14, Ingénieur mines Saint-Etienne, 26.12.1856 et 92 M 11, préfet, 11.1.1856.

47 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 5.7.1865 et 10.4.1866, et 379, id., Lyon, 29.12.1862, 7.10.1864 et 8.1.1866 ; F 1 C III, Ain, 6, préfet, s.d. (décembre 1866) ; F 12 4476 E, id., 14.1.1865.

48 Sur la prospérité générale avant les grèves de 1869-1870, A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 12.8.1868 et 389, id. Grenoble, 12.9.1868 ; F 12 4532, préfet Rhône, 10.1.1870 et Léon P., Les grèves de 1867-1870 dans le département de l’Isère, Revue d’Histoire moderne et contemporaine, I, oct.-déc. 1854 p. 277 et suiv., notamment.

49 Cf. Un centenaire, Compagnie des hauts-fourneaux et forges de Givors... 1949, p. 47-50 ; sur la lutte contre le « déguerpissement », cf. Vial, J., L’industrialisation de la sidérurgie française, t. 1, p. 337.

50 A.N., C 956, Enquête... 1848, cantons Saint-Etienne et Le Chambon-Feugerolles ; cf. aussi A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 22.10.1866.

51 A.D.I., 162 M 1, id., j. de paix Allevard, 28.9.1848.

52 A.N., C 945, Enquête... 1848, La Voulte, j. de paix : la Compagnie paie le médecin et fait des dons périodiques à une double caisse – correspondant à la fonderie et à la mine – alimentée d’ordinaire par les amendes et une retenue de 2,5 % sur les salaires ; en cas de maladie, le père de famille reçoit 1 franc par jour et 0,5 pour chacun de ses enfants, le célibataire 0,75 francs.

53 A.N., C 3364, enquête parlementaire... 1882, réponse Chantiers de La Buire.

54 A.D.I., 162 M 1, Enquête... 1848, j. de paix Vif et id., C 945, Ardèche, j. de paix Aubenas, 28.8.1848 ; Bozon, P., L’industrie du seuil de Rives, R.G.A., 1943, XXXI, p. 295 et suiv. ; A.N., C 956, j. de paix Rive de Gier, 1848.

55 A.N., F 12 4476 D, préfet Ardèche, 25.2.1858.

56 L’ensemble des réponses régionales se trouve dans A.N., C 3021 et C 3022, et, pour l’Isère, 162 M 3. En outre, .cf. Rostaing, L., L’enquête parlementaire sur les conditions du travail en France..., p. 56-57 ; Notice sur les usines et chaux hydrauliques Lafarge du Teil, 1867, p. 5 ; Papeterie de Vidalon les Annonay, Notice sur l’établissement... 1872, p. 3 et suiv. ; Dumoulin, P., En pays roannais, p. 252 et Reynier, E., L’organisation syndicale dans l’ Ardéche, 1913, p. 7.

57 Ainsi, Frèrejean, à Cran-Gévrier, après avoir affirmé « ... la nécessité de moraliser l’ouvrier par l’idée religieuse... » voit aussi dans les institutions de son usine, le seul moyen pour que « ... le patron s’attache l’ouvrier... » (A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, Haute-Savoie).

58 A noter que les Montgolfier sont parmi les très rares industriels français à avoir tenté, avant 1870, avec un atelier lyonnais de teinture non identifié, un intéressement de leur personnel aux bénéfices (A.N., C 3025,... résumé général...).

59 Cf. dans une autre optique, Châtelain (A.), Les usines-internats et les migrations féminines dans la région lyonnaise..., R.H.E.S., 1970, p. 373-394.

60 Reybaud (L.), Etudes sur le régime des manufactures, Condition des ouvriers en soie..., p. 201 et suiv.

61 A.N., C 945, Enquête sur le travail... 1848, Ardèche, canton de Joyeuse.

62 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 8.7.1853 et 20.7.1854.

63 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, et BB 18 1902, A 92, proc. Bourgoin, 3.7.1892.

64 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, réponse Montessuy et Chômer à Renage.

65 Jouanny (J.), Le tissage de la soie en Bas-Dauphiné... p. 52 et p. 54-55 et Chatelain (A.), art. cit., R.H.E.S. p. 383.

66 Ardouin-Dumazet, Voyage en France, vol. 11, 1897, p. 150-166 qui évoque aussi les trains spéciaux entre Dauphiné et Vivarais.

67 Godard (J.), Travailleurs et métiers lyonnais, 1909, p. 200-202.

68 A.N., BB 18 1902, d.1932, A 92, proc. gal Lyon, s.d. (1892).

69 Reybaud (L.), ouvr. cit. p. 266 ; il s’agit d’une lettre citée in extenso, de l’abbé Meyzonnier, aumônier du moulinage Lacroix, à Montboucher, près de Montélimar, qui résume (p. 267) ainsi la position des patrons en leur faisant dire : « ... Venez à nous... et ne vous préoccupez ni de votre logement, ni de votre entretien, ni de votre alimentation. Notre toit vous servira d’asile... et nous nous chargerons de pourvoir à tous vos besoins... ».

70 Oger, Th. La France par cantons, Loire, t. 2, p. 91.

71 A.N., F 1 C III, Loire, 9, préfet, 14.8.1869 et A.D.L., 92 M 12, l’ensemble du dossier (surtout pièces 16 à 31).

72 A.N., F 1 C III, Isère, 10, préfet, août 1869 ; A.D.I., 166 M 1, sous-préfet Saint-Marcellin, 16.6.1870 ; cf. aussi pièces éparses (police) dans 52 M 46.

73 A.D. Ar, 15 M 43, police Aubenas, 6.4.1875.

74 A.D.L., 92 M 12, divers (pièces 22 à 33 surtout, police) ; sur les autres rares grèves de la papeterie, A.N., BB 18 1688, proc. gal Lyon, 29.9.1864 (à Lyon, en septembre 1864).

75 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 7.3.1867 ; cf. aussi A.D. Ar, 15 M 41, sous-préfet Largentière, 2.4.1867.

76 A.N., F 12 4657, préfet Drôme, 20.11.1882 et A.D.D., 84 M 1, divers (pièces 17 à 24) : partie d’un atelier le matin, la grève s’étend à 3 autres dans l’après-midi et, au total, 120 mouliniers sur 250 cessent le travail pendant 4 jours.

77 A.N., F 12 4653, préfet Ardèche, 22.7. et 26.11.1874 et F 12 4656, id., 11.1 1.1885 ; A.D. Ar, 15 M 41, sous-préfet Largentière, s.d. (juin 1867) ; A.D.S., 33 M 6, préfet, 16.7.1872 ; et pièces éparses dans A.N., F 22 234 et A.D. Ar, 141 M 1. Reynier E, Histoire de Privas... t. 111, p. 172 et suiv.

78 A.N., F 12 4653, préfet Haute-Savoie, 2.4.1875 et A.D.H.S., 15 M, Industr. et commerce, 1861-1878, police Annecy, 22.4.1875.

79 A.N., F 12 4656, préfet Ardèche, 1 1.1 1.1885.

80 A.N., F 1 C III, Loire, 9, préfet, 14.8.1869 et A.D.L., 92 M 12, pièces 12 à 20 et 27 à 31.

81 A.N., BB 18 1688, d.399, proc. gal Lyon, 29.9.1864.

82 A.D. I, 166 M 2, préfet, 9.6.1882.

83 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, Haute-Savoie, réponse Frèrejean.

84 A.D. I, 166 M 1, préfet, 11.8. et 24.9.1875.

85 A.N., F 12 4658, préfet Loire, s.d. (juillet 1883) ; A.D.L., 92 M 12, police, 20, 21 et 23.8.1869 et 92 M 21 divers (1883).

86 A.D.L., 92 M 13, divers, police, juillet 1873 (pièces 110 à 114) ; 92 M 14, gendarmerie, 30.3.1875 et police, 9 et 14.10.1875 ; 92 M 15, police Firminy, 4 et 5.8.1878 ; 92 M 21, préfet Loire, s.d. (septembre 1883). Chez Holtzer en juillet 1873, la grève éclate à la suite de l’engagement de maîtres-ouvriers étrangers au pays et qui risquent ainsi de bloquer l’avancement.

87 A.N., F 12 4658, préfet Loire, s.d. (juillet 1883).

88 Pièces éparses dans A.N., F 12 4658 et F 22 234 ; surtout, A.D.L., 92 M 18, dossiers « grève des métallurgistes de Rive-de-Gier, 1882 » et « id., Saint-Etienne ».

89 Cf Gras, L.J., Histoire économique générale des mines de la Loire, 1922, t. II, p. 508, 512-513 ; sur la politique de Sécurité Sociale avant la lettre des compagnies minières, Hatzfeld, H., Du paupérisme à la Sécurité Sociale, 1850-1940, p. 110 et suiv.

90 A.N., C 956, Enquête... 1848, Loire, cantons Saint-Etienne et Le Chambon-Feugerolles ; à Firminy, par exemple, les caisses sont financées à la fois par les dons de la Compagnie, une retenue sur les salaires et le produit des amendes ; on sert, en outre, une pension aux veuves de mineurs tués dans les fosses : elles reçoivent 26 centimes par jour, et autant pour chacun de leurs enfants âgés de moins de 10 ans (cf. aussi A.N., BB 30 379, proc. gai Lyon, 22.10.1866).

91 Grâce, souvent, à la clause d’ancienneté, et à l’adjonction d’un système de retraites : à La Mure, celle-ci ne peut être accordée qu’après 25 années de travail sans interruption, et « ... les ouvriers perdent leurs droits... s’ils quittent l’exploitation, même temporairement... » (A.D. I, 162 M 3, préfet, 12.11.1872).

92 Audiganne, A., ouvr. cit., 2e éd., t. 2, p. 118-119 ; il semble qu’on ait au moins songé, un moment, à mettre en place un système d’écoles patronales destinées à former la main-d’œuvre, à tous les niveaux, en la prenant parmi les enfants d’ouvriers déjà employés à la Compagnie, sur le modèle des Schneider au Creusot. Sur l’œuvre sociale de la Compagnie des Mines de la Loire, le « Monopole », cf. Guillaume, P., La Compagnie des mines de la Loire (1846-1854)..., 1966, p. 150 et suiv.

93 S.I.M., 1865-1891.

94 D’après la S.I.M., 1870-1872, p. XLIX et suiv. : pour 1872, qui n’est pas une année particulièrement dramatique (55 tués), on compte 1 mort pour 65 113 t. de charbon extrait dans la Loire, alors que le rapport est de 1 pour 98 132 t. dans le Pas-de-Calais, 97 731 t. dans le Gard et 159 517 t. dans le Nord.

95 S.I.M., 1865-1891.

96 S.I.M., 1881, p. 95.

97 A.D.I., 52 M 40, Bulletin du Maréchal de Castellane, 1850 (par quinzaine), cf. aussi A.D., 52 M 39, id., 1858 et 1859.

98 Cf. Guillaume, P., ouvr. cit., p. 15 et suiv. ; le 29 décembre 1856 encore, les eaux de l’Ondaine envahissent, à la suite d’un éboulement, le puits Charles, à Firminy, et noient 14 mineurs (A.N., BB 18 1547, d. 6296, proc. gal Lyon, 3.1.1857).

99 A.D.L., l’ensemble des dossiers 24 M 1 à 24 M 4, sur les principales catastrophes ; S.I.M., 1848 à 1891 ; Gras, L.J., ouvr. cit., t. 2 (nombreuses références dans l’exposé chronologique) ; Bossakiewicz, S. Histoire générale de Saint-Etienne, p. 432 et suiv.

100 S. LM., 1888, p. 55.

101 S.I.M., 1890, p. 53-54 et p. 97 ; id., 1891, p. 52 et p. 99.

102 A.N., BB 18 1823, d. 2028, Parquet Lyon, 22.1.1891.

103 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 6.7.1861.

104 Office du Travail, Les Associations professionnelles ouvrières, 1899, t. 1, p. 342.

105 Guillaume, P., ouvr. cit. notamment p. 24 et suiv. sur la naissance de la grande Compagnie des Mines de la Loire, et sur sa politique salariale et la condition de ses ouvriers, chap. V, p. 137-156.

106 A.N., C 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, réponse J.B. Thiolière, délégué des mineurs de Saint-Etienne ; un long rapport, qui mériterait, nonobstant son abondance, une citation intégrale et analyse, tour à tour, les conséquences économiques du Monopole et la détérioration de la condition minière par l’allongement du temps de travail, la baisse des salaires et l’instauration d’un contrôle tâtillon ; les avantages brusquement accordés au lendemain de la Révolution de Février devant une revendication ouvrière galvanisée par le changement de régime puis la volte-face, dans le printemps de 1848, où l’on voit la volonté provocatrice « ... de pousser les ouvriers à l’émeute en les faisant tourmenter par la famine et la misère en multipliant chaque jour le nombre des injustices... » de la part de notables orléanistes (« ... les mêmes qui nous tourmentaient sous la Monarchie...) bien décidés à « ... violer les lois de l’autorité... » nouvelle.

107 A.N., BB 18 1461, d.5290, dans sa totalité ; sur le conflit de 1846 et la fièvre du printemps 1848, cf. Guillaume, P., ouvr. cit., p. 187 et suiv.

108 A.D.L., 92 M 7, 55 pièces, de mars à avril 1849 ; la Compagnie Générale est en outre accusée de spéculation et d’« accaparement » pour faire monter les prix du charbon.

109 Les sources sont si nombreuses qu’il est impossible de toutes les citer ; les principales sont dans A.D.L., 92 M 8, pièces 12 à 136 ; mais on trouve aussi de multiples rapports dans A.N., BB 18 1506, d. 1884 et BB 30 379, F 1 C III, Loire, 6 et 10 et F 22.234.

110 Les mineurs de la Loire demeurent cependant, de loin, les plus combatifs, puisqu’ils arrêtent 34 fois le travail, et qu’on ne compte que 5 conflits à La Mure, et 2 ailleurs ; d’autre part, on n’a pas retenu une grève des mineurs d’Allevard, mis au rang des sidérurgistes.

111 A.N., BB 18 1523, d.3679, proc. gal Lyon, 10.10.1853 et pièces diverses dans A.D.L., 92 M 9.

112 A.N., BB 18 1669, ensemble d.8515 ; F 1 C 111, Loire, 9, préfet, 21.7.1863 et A.D.L., 92 M 7, police Chambon-Feugerolles, 21.7.1863.

113 A.N., BB 18 1751, ensemble d. 6914 et BB 30 379, proc. gai Lyon, 26.3.1864 ; F 1 C III, Loire, 6, préfet, 31.7.1867. A.D.L., 92 M 11, pièces 83-87.

114 A.N., F 1 C III, Loire, 9, multiples rapports du préfet, de juin à septembre 1869. De fait, la grève coïncide avec l’agitation politique extrêmement vive aux lendemains des élections législatives et les mineurs ont participé nombreux, le 24 mai, à l’assaut du collège des Jésuites de Saint-Etienne ; au cours de la grève, on acclame César Bertholon, le grand leader républicain de la ville, et les interventions de Dorian, son autre tête locale (et lui-même un important patron de la métallurgie) sont patentes et assez équivoques. Sur les liens des deux mouvements, cf. Lhuillier, F., La lutte ouvrière à la fin du Second Empire, 1957, p. 24 et suiv., et surtout Elwitt (Sanford H.), Politics and social classes in the Loire : the triumph of republican order, 1869-1873, French Historical Studies, 1969, vol. 6, n° 1, p. 93 et suiv.

115 A.N., BB 30 389, proc. gal Lyon, 10.7.1869.

116 A.D.L., 92 M 16, préfet Loire, 5 et 9.1.1880, et pièces 1 à 63 ; id., 92 M 22, préfet, 21.1.1886.

117 A.N., F 1 C III, Isère, 10, préfet, 30.3.1870. Et surtout A.D.I., 166 M I, id., 22, 24, 28.2. et 17.3.1870.

118 A.D.I., 52 M 55, police La Mure, 24.13.1875 et 166 M 2, ingénieur Mines, 22.2. et 7.3.1884, préfet, 25.1.1885.

119 A.N., F 12 4657, préfet Drôme, 11.5.1882.

120 Sur l’effervescence permanente des chantiers temporaires, en dehors des grèves proprement dites, les témoignages sont multiples sous le Second Empire ; cf. notamment A.N., BB 18 1535, 1551, 1579, 1663 ; BB 30 378, proc. gal Grenoble, 8.7.1853 et 10.2.1854 ; F 1 C 111, Isère, 10, préfet, 27.10. et 2.11.1862 ; id., Loire, 9, préfet, 22.11.1862, etc.

121 A.D.L., 92 M 10, divers (pièces 90 à 95) et préfet, 10.9.1856.

122 A.D.I., 166 M 1, police Grenoble, 7.2.1859.

123 A.D.I., 52 M 43, préfet, 8.6.1861.

124 A.D.H.S., 15 M, Industr. et commerce, 22.5.1862, maire Rumilly.

125 A.N., F 1 C III, Ain, 9, préfet, 11.7.1869.

126 Sur les départs massifs, pendant la grève, cf. aussi A.N., BB 18 1631, d.4884, proc. gai Grenoble, 22.6.1861 et F 12 4662, préfet Rhône, 27.7.1883, A.D.I., 166 M 1, gendarmerie, 25.6.1858. A.D.L., 92 M 10, police Roanne, 9.5.1857. A.D.S., 9 M II/ 5, préfet, 1.7.1865 et sous-préfet Moûtiers, 1.8.1866, et 9 M II/8, préfet, 6.10.1861.

127 A.N., F 12 4658, préfet Isère, 27.3.1882 et A.D.I., 166 M 2, pièces diverses. Les seules grèves à dépasser 3 jours éclatent d’ailleurs à Grenoble : en 1859 et 1861, on tient 5 et 18 jours aux chantiers de la prison (A.D.I., 166 M 1, police, 7.2.1859 et préfet, 8.6.1861).

128 A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 17.5.1853.

129 A.N., F 1 C III, Loire, 9, préfet, 12.6.1870 et F 12 4652, id., 19.6.1869 ; A.D.L., 92 M 10, id., 12.6.1855 et 92 M 14, police Saint-Etienne, 17.7.1875.

130 A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 31.8.1868 et F 12 4658, id., 7.11.1882 ; A.D.L., 92 M 17, préfet, 17.6. et 26.7.1881.

131 A.N., F 12 4655, préfet Rhône, 7.6.1880 ; 4662, id. 23.7.1880 et 4666, « résumé des coalitions 1864-1872 » ; A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Oullins, 18.5.1876.

132 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 17.5.1866 et F 12 4662, id., 29.6., 25.10. et 2.12.1880.

133 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Lyon, 16.5.1877.

134 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 27.4.1881.

135 A.D.I., 52 M 42, sous-préfet La Tour-du-Pin, 28.1.1860 ; 166 M 1, id., 29.3.1865 et 29.4.1867, 31.8.1872.

136 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, s.d. (1880) et 27.4.1881 ; A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Lyon, 24.9. et 8.10.1876.

137 A.N., BB 30 879, proc. gal Lyon, 28.6.1867 et F 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1883. A.D.A., 57 M 1, police Bourg, s.d. (avril 1880). A.D.H.S., 11 M, grèves 1872- 1902, divers.

138 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 20.7. à 2.12.1886 (pièces 491 à 524).

139 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.6.1855 et 1688, d. 399, proc. gal Lyon, 25.6.1864 ; BB 30.379, id., 7.10.1864 ; F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 20.7.1867 ; F 12 4652, préfet Rhône, 31.5. et 17.9.1866.

140 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.6.1855 et 1616, d. 3597, proc. gal Lyon, 26.9.1860 ; BB 30 379, id., 10.10.1863.

141 A.N., F 12 4666, « résumé des coalitions », 1864-1872 et préfet, 25.10.1865 ; pièces éparses dans BB 30 379 ; F 1 C III, Loire, 6 et 9.

142 A.N., F 1 C III, Loire, 9, police, 21 à 30.10.1869.

143 Sur la vague de 1869-1870 dans la soierie, pièces très nombreuses dans A.N., F 12 4651 et 4666 ; F 1 C III, Rhône, 10, et Isère, 10 ; A.D. L, 166 M 1 ; A.D.H.S., 15 M, Industrie et Commerce, Divers, 1861-1878.

144 A.N., F 1 C III, Ain, 9, gendarmerie, 12.3.1870 et BB 30 390, proc. gai Lyon, 10.4.1870.

145 Cf. la quasi-totalité des dossiers A.D. L, 166 M 1 et A.D.R., M, grèves antérieures à 1879 ; en outre, pièces éparses dans A.N., F 12 4662 à 4666 ; en Bas-Dauphiné c’est à Voiron, le centre campagnard le plus actif en 1870, que l’on s’accroche le plus fortement au « tarif », puisqu’il s’y produit une dizaine de grèves sur les 29 de la mouvance jusqu’en 1885.

146 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 6.5.1852 et F 12 4655, préfet Rhône, 7.6.1880.

147 A.N., F 22 234, s.d. (février 1882) ; il semble qu’il s’agisse de la maison Perrin, où la grève annonce le mouvement général du printemps suivant.

148 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 23.9.1865 et F 12 4653, id., 27.9.1875. A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, sous-préfet Villefranche, 3.1.1865 et préfet Rhône, 29.7., 24.8. et 23.9.1875.

149 A.N., F 12 4652, préfet Rhône, 11.3.1866.

150 A.D.L., 92 M 18, préfet, 24.5.1882.

151 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1882.

152 Hors de Vienne, on ne compte qu’une courte grève, très médiocre, à Dieulefit, en février 1851 et une autre à Crest, en mars 1870 (cf. A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 3.3.1851 et F 1 C III, Drôme, 8, préfet, 5.3.1870).

153 A.N., F 12 4666, « résumé des coalitions ouvrières Isère », 1864-1872…

154 Cf. surtout A.D.I., 166 M 1, dossier « grèves des tisseurs de Vienne, avril-mai 1868 » ; en outre, pièces éparses dans A.N., BB 18 1767 d. 8442 ; F 1 C III, Isère, 10 ; F 12 4652 et 4666 ; F 22 234.

155 Si l’on excepte 4 petits conflits catégoriels (qui touchent les cardeuses) entre octobre 1876 et février 1877, et qui échouent tous (cf. A.N., F 12 4654, préfet, Isère, 7 et 15.11.1876 et 20.2.1877 et gendarmerie, Vienne, 6.2.1877).

156 A.D.I., 166 M 2, préfet Isère, à partir du 19.4.1879 ; pièces éparses dans A.N., F 12 4655 et F 22 234.

157 A.N., BB 18 1530, d. 4469, proc. gal Lyon, 15.4.1854 et A.D. Ar., 15 M 12, Mal. de Castellane, s.d. (juin 1852).

158 A.N., F 1 C III, Isère, 7, sous-préfet Vienne, 27.4.1854 et F 12 4655, préfet, Rhône, 7.6.1880. A.D.L., 92 M 15, police Saint-Etienne, s.d. (septembre 1878). A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Givors, 22.11.1871. Il semble que dès 1871, l’idée du « tarif » ait été dans l’air et que la grève de la Compagnie Générale des verreries de la Loire, à Givors, ait été un ballon d’essai avant d’étendre le mouvement à Lyon et à Rive-de-Gier.

159 Pour l’essentiel, A.D.R., M, grèves, 1886-1888, dossier « grève des verriers », et pièces éparses (n° 373 à 464) dans A.N., F 12 4662 ; cf. aussi 92 M 22, préfet Loire, 21.1.1887.

160 A.N., F 12 4662, 18.6. et 17.11.1887. A.D.R., M, grèves 1880-1889, dossier « ouvriers verriers de La Mouche 1887 » et, id., 1886-1888, police, 23.2 et 18.6.1887.

161 A.N., BB 18 1537, parquet Lyon, 17.10.1855.

162 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Lyon, 27.9.1871.

163 A.N., F I C III, Rhône, 10, préfet, 29.4.1853.

164 A.N., F 1 C III, Rhône, id., 27.4.1870.

165 A.N., F 1 C III, Loire, 9, préfet, 3.6.1870 et A.D.L., 92 M 12,divers.

166 A.N., F 12 4653, préfet Rhône, 24.4.1874 et A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police, à/c. 21.4.1874.

167 A.N., C 3021 Enquête parlementaire... 1872, Bourg ; F 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1883, 18.5.1883, 17 et 21.2.1887. A.D.L., 92 M 16, préfet Loire, 2.10.1880 ; A.D.I., 166 M 2, gendarmerie, 10.4.1883.

168 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1883, et A.D.I., 166 M 1, maire Voiron, 19.7. et 11.9.1867 et préfet Isère, 15.7. et 3.8.1875.

169 A.N., F 12 4651, préfet Isère, 27.8. et 21.9.1861 et A.D.I., 166 M 1, sous-préfet Vienne 16 et 25.5., 5.6.1870 ; en outre, pièces éparses dans A.N., BB 18 1631, d. 4884 et F 1 C III, Isère, 10.

170 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1883 qui oppose l’indifférence des autres catégories de l’usine à l’effervescence des Chambres syndicales lyonnaises, alors que l’année précédente, les mouleurs en fer de toutes les usines de la ville avaient agi avec « … une solidarité exceptionnelle... ». Déjà, en avril 1874, la simultanéité d’une grève des teinturiers entraînant quelques soupçons, l’enquête préfectorale avait très vite conclu à l’indépendance totale des deux mouvements.

171 A.D.L., 92 M 12, préfet, 8.11.1869 et 92 M 15 ; police Saint-Etienne, 6 et 12.8.1878.

172 A.N., F 12 4656, préfet Ardèche, 12, 1885 et 4662, préfet Rhône, 18.5.1883 ; A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, 16.5.1874, 15.9.1875 et 27.4.1882.

173 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, gendarmerie, 10.4.1861 ; F. 12 4656, préfet Ardèche, mars 1886 et F 12 4662, préfet Rhône, 11.6.1880, 3.10. et 2.11.1885. A.D. Ar., 478 M, préfet, 8.10.1863. A.D.I., 166 M I, police Vizille, 11.5.1866. A.D.L., 92 M 12 divers (janvier 1869). A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Oullins, 20.2.1874.

174 A.D. Ar, 478 M, préfet, 8.10.1863 et A.D.I., 166 M 1, police Vizille, 11.5.1866.

175 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.3.1855 ; F 1 C III, Drôme, 12, préfet, 13.11.1869 ; F 12 4651, préfet Rhône, 3.7.1870 et F 12 4652, préfet Ardèche, 10.12.1869. A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, 1.6.1871.

176 A.N., F 12 4654, préfet Rhône, 17.6.1879 et 4662, id., 18.5.1883. A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, gendarmerie, 22.2.1872.

177 A.N., F 12 4654, préfet Loire, 21.7.1878 ; A.D.L., 92 M 14, police Saint-Chamond, 15 et 28.6.1875.

178 A.N., F 12 4653, préfet Rhône, 23.2.1876 et A.D.L., 92 M 15, divers (pièces 32 à 46).

179 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Lyon, 19.3.1855 ; F 12 4654, préfet Loire, 21.7.1878 et id., Rhône, 17.6.1879.

180 A.N., F 1 C III, Drôme, 12, préfet, 13.11.1869 et Loire, 9, id., 9.10.1869, A.D.L., 92 M 11, préfet, 22.6.1868. A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, « Historique de la grève des chapeliers de Lyon », octobre 1876.

181 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, sous-préfet Tournon, 26.3.1859.

182 A.N., Ardèche, 11, préfet, 31.12.1858. Sur la dureté du travail, qui « ... légitime les demandes... » des coloristes grenoblois, BB 18 1559, d. 7679, proc. gal Grenoble, 2.12.1856, et sur l’attitude ambiguë des patrons qui n’hésiteraient pas en 1860 à pousser leurs ouvriers à la grève pour obtenir, à leur tour, de nouveaux avantages des maisons de commerce dont ils dépendent, F 1 C III, Isère, 10, gendarmerie, 30.3. et préfet, 2.4.1860.

183 A.N., F 12 4476 D, préfet Ardèche, 25.2.1858.

184 A.N., F 12.4651, préfet Isère, 18.3.1861.

185 A.N., F 1 C III, Ardèche, 11, préfet, 6.7.1865 : les patrons veulent porter le délai-congé à 12 jours au lieu de 6, pour prévenir d’éventuels départs.

186 A.D.I., 166 M 1, police Grenoble, 12 et 13.9.1865.

187 A.D.I., 166 M 2, préfet, 31.5.1879.

188 A.N., F 12 4656, préfet Ardèche, 21.8.1885 et F 12 4662, préfet Rhône, 4 et 17.12.1880, 27.7.1885, 19.2. et 25.3.1887.

189 A.N., C 3022, Enquête parlementaire... 1872, Chbre Commerce Annonay.

190 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, sous-préfet Tournon, 26.3.1859.

191 A.N., F 12 4651, préfet Ardèche, s.d. (1864).

192 A.N., BB 30 382, proc. gal Nîmes, 3.6.1850.

193 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, sous-préfet Tournon, 2.7.1855 et 23.6.1856. La seconde fois, on en profite pour demander le renvoi d’un contremaître qui, l’année précédente, « ... avait sauvé la marchandise de son patron... », Reynier, E., L’organisation syndicale dans l’Ardèche, 1913, p. 3.

194 Il n’est guère possible de donner toutes les références (une bonne centaine, au moins) qui ont permis de reconstituer les grèves des mégissiers. Pour l’essentiel, elles viennent de A.N., BB 18 et BB 30, F 1 C III (Ardèche, Isère et Rhône) et F 12, outre quelques renseignements complémentaires puisés dans les dossiers départementaux.

195 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 9.5.1866 et id., Loire, 9, préfet, 12.6.1870 ; F 12 4666, a résumé des coalitions du Rhône » 1864-1872. A.D.I., 166 M 1, police, Grenoble 3.4.1866 A.D.L., 92 M 14, police St-Etienne ; 31.5.1875.

196 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 7.10.1864.

197 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, « Historique de la grève des ouvriers chapeliers de Lyon », octobre 1876 ».

198 A.N., F 1 C 111, Loire, 6, préfet, 1.6.1870 ; F.12 4654 préfet Isère, 31.5.1870 et F 12 4662, id., Rhône, 18.5.1883.

199 A.N., F 1 C 111, Rhône 10, préfet, 12.3.1870 ; F 12 4652, préfet Ardèche, 10.12.1869, 4654, préfet Rhône, 17.6.1879 et 4656, id., Ardèche, mars 1886. A.D.I., 166 M 1, sous-préfet La Tour-du-Pin, 10.11.1869. A.D.L., 92 M 14, divers, police 1875, pièces 53 à 61, et 92 M 15, id., 12.8.1878 ; A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet Rhône, 24.1.1876.

200 A.D.I., 166 M 1, dossier « grève des ouvriers tisseurs de Vienne », avril-mai 1868.

201 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.6.1855 ; A.D. L, 52 M 44, police Vinay, 17.3.1862...

202 A.D.I., 166 M 1, préfet, 4.4.1870.

203 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1883 et A.D.L., 92 M 18, préfet, 24.5.1883.

204 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Givors, 5.11.1871 et dossier « Grève des verriers 1886 ».

205 A.N., F 1 C III, Loire, 8, préfet, 10.5.1853, 31.8.1853 et 31.8.1868 ; F 12 4662, id., Rhône, 27.4.1881 ; A.D. I, 52 M 43, préfet, 13.9.1861 et 166 M 1, police Grenoble, 19.7.1870. A.D.L., 92 M 10, sous-préfet, Saint-Etienne, 12 et 18.6.1855.

206 A.N., BB 18 1537, d. 5285, proc. gal Lyon, 8.6.1855 et A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police, 24.9.1876.

207 A.D.I., 52 M 56, sous-préfet La Tour-du-Pin, 3.6.1879.

208 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, 16.10.1871.

209 A.D.R., M, id., police Lyon, 5.7.1875.

210 A.N., F 12 4666, préfet Ardèche, 19.3.1884 et A.D.R., M, id., « Historique de la grève des ouvriers chapeliers de Lyon en 1876 ».

211 A.N., BB 18 1846, d. 665, proc. gal Lyon, 10.10.1891.

212 A.D.I., 166 M 1, police Voiron, 6.8.1875 : l’argent arrive en effet de Lyon, de Vienne, de La Voulte, Givors, Alais, Firminy, Dourdan, Nantes, Toulon, Saintes et Saint-Nazaire.

213 A.N., C 3021, enquête parlementaire... 1872, Conseil Hygiène Lyon.

214 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 10.10.1863 et A.D.L., 92 M 11, divers (1865).

215 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 21.7.1886. A.D.L., 92 M 21, préfet Loire, s.d. (juin 1883) et 92 M 22, id., 21.1.1887. A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Givors, 5.11.1871.

216 Cf. A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 31.10.1869. A.D.L., 92 M 9, police Firminy, 10.10.1853 et 92 M 16, préfet, 9.1.1880.

217 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 22.7.1860 et F 22 234, police, s.d. (février 1874). A.D.L., 92 M 18, préfet, 24.5.1882, à propos de la grève généralisée des tisseurs roannais, alors que la prospérité est exceptionnelle depuis plusieurs mois.

218 A.N., F 12 4666 résumé des coalitions Isère, 1864-1872.

219 Cf. supra, chap. I, p. 69 et suiv.

220 A.D.I., 166 M 1, préfet Isère, 17.3.1870.

221 Reybaud, L., ouvr. cit., p. 150 et 227.

222 Sur la mésentente « ... entre les patrons fabricants et l’ouvrier tisserand... », cf. déjà A.N., C 963, Enquête sur le travail... 1848, canton Villefranche ; pour le reste, A.N., F 1 C III, Rhône, 5, sous-préfet Villefranche, 28.2.1853 et A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, gendarmerie Thizy, 13.8.1873.

223 A.D.D., M 1298, préfet, s.d. (1863) ; cf. aussi Bellon M.A., Les ouvriers de Romans et de Bourg-de-Péage... 1966, p. 18-19.

224 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, réponses diverses Grenoble, Lyon et Voiron ; A.D.L., 92 M 13, sous-préfet Roanne, 25.4.1872.

225 On sait le rôle des « tâcherons » dans le bâtiment ; pour les « fabriques », cf. A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 4.1.1859.

226 A.N., C 3021, Enquête... 1872, réponse Frèrejean et C 3025, résumé général ; cf. aussi A.D.I., 162 M 3, préfet, 12.11.1872, et la pétition des patrons du bâtiment lyonnais qui, en mars 1872, demandent son abrogation. (A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, 15.3.1872).

227 A.N., F 1 C III, Rhône, 10 préfet, 12.3., 15. et 25.6.1870 ; on signale une semblable entente dans d’autres professions mineures, l’alimentation, notamment.

228 A.N., F 1 C III, Ain, 9, gendarmerie, 12.3.1870.

229 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, 24.8.1875.

230 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 27.4.1881 et 20.7.1886.

231 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 27.4.1882 et A.D.I., 166 M 2, gendarmerie Tournon, 1.4.1886.

232 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Lyon, 2.4.1877.

233 A.D.L., 92 M 15, divers (pièces 63 à 69) et 92 M 17, préfet, 11.7.1881. A.D.I., 166 M 1, gendarmerie, 8.6.1870 et A.D.D., 84 M 1, police, 13.7.1874.

234 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 2.3.1863 ; F 12 4655, préfet Rhône, 7.6.1880, 4656, préfet Ardèche, 16.11.1885 et 4662, préfet Rhône, 18.6.1887. A.D.I., 166 M 2, préfet, 4.6.1884.

235 A.D.H.S., 15 M, Industr. et commerce, Décines, 1861-1878, gendarmerie, Faverges, 30.3.1870.

236 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.6.1855 ; BB 30 378, proc. gal Grenoble, 15.10.1850 et BB 30 379, id., Lyon, 6.5.1852 et 7.10.1864 ; F 12 4666, résumé des coalitions Loire, s.d. (1865).

237 A.D.L., 92 M 11, gendarmerie, 5.11.1868.

238 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, préfet, 29.4.1853.

239 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, 3.7.1870.

240 A.N., F 12 4652, préfet Rhône, 25.6.1870.

241 A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 17.5.1853.

242 A.N., BB 18 1688, d. 399, proc. gal Lyon, 18.3.1864 ; BB 30 379, id., 10.10.1863 et F 12 4655, préfet Rhône, 7.6.1880, A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, 14.9.1875.

243 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 2.5.1887. A.D.I., 166 M 2, préfet, 21.1.1885. A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, dossier « grève des verriers 1886 ».

244 A.N., F 12 4462, préfet Rhône, 27.4.1882 et A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, id., 16.9.1875.

245 A.N., BB 18 1537, parquet Lyon, 8.3.1855 ; A.D.L., 92 M 15, préfet, 21.7.1878 et A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, 3.7.1870.

246 A.N., F 1 C III, Loire, 9, préfet, 17.5.1870 et F 12 4656, préfet Ardèche, 1.7.1886. A.D.L., 92 M 22, préfet, 21.1.1886. A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, 14.9.1875. A.D.H.S., 15 M, divers, police, 12.2.1878.

247 A.N., BB 18 1523, d. 3679, proc. gal Lyon, 10.10.1853 ; BB 18 1785, d. 9735/ 1, id., s.d. (1869) ; BB 30 389, id., 10.7.1869 ; F 1 C III, Loire, 9, préfet, 31.10.1869 et 17.5.1870. A.D.L., 92 M 16, préfet, 9.1.1880.

248 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 20.7.1867.

249 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, s.d. (1852).

250 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, dossier « grève des verriers 1886 ».

251 A.N., F 1 C III, Ardèche, 11, préfet, 6.7.1865 et A.D.L., 92 M 18, préfet, 24.5.1883.

252 A.N., BB 18 1785, d. 9735/1, la dépêche du procureur général de Lyon annonce la fusillade au garde des Sceaux : « Trois compagnies d’infanterie, conduisant des prisonniers, attaquées dans un chemin creux à 2 km de Saint-Etienne à coups de pierres et de pistolets font feu sans commandement – 6 ou 10 émeutiers sont tués et 4 ou 5 soldats blessés – un certain nombre d’armes faussées par les balles – fin ».

253 A.N., BB 18 1767, d. 8442, proc. gal Grenoble, 7.4.1868 et 20.11.1868 ; A.D.I., 166 M 2, préfet, 10.9.1879.

254 A.N., C 956, Enquête sur le travail... 1848, délégués mineurs Saint-Etienne et Chomienne, C., Histoire de Rive-de-Gier..., p. 29.

255 Sur la demande d’arbitrage, outre les multiples sources manuscrites, cf. Guillaume P., ouvr. cit. p. 216-217. A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 5.4.1853.

256 Cf. notamment, A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 15.10.1850 et F 12 4653, préfet Rhône, 5.6.1866. A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, gendarmerie, 23.7.1875.

257 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police, 18.9.1875 et A.D.H.S., 11 M, grèves et chômage, 1872-1902, id., 14.8.1872.

258 A.N., C 956, Enquête sur le travail... 1848, canton Saint-Etienne et C 963, id., j, de paix de l’Arbresle.

259 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 15.10.1850 et 166 M 1, police 29.3.65. Sur le rôle des Prud’hommes dans la Fabrique lyonnaise, cf. Reybaud, L. ouvr. cit., p. 160- 161.

260 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, sous-préfet Tournon, 26.3.1859 et F 12 2370-2374, préfet, 14.8.1860.

261 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 4.2.1884 ; A.D.I., 166 M 1, police Vienne, 25.5.1870 et A.D.L., 92 M 13, police Saint-Etienne, 8.8.1873.

262 A.D.S., 9 M II/ 8, préfet, 29.9.1861.

263 A.D.I., 166 M 1, police Grenoble, 29.3. et 13.9.1865.

264 A.D.L., 10 M 30, Ministre de l’intérieur, 2.2.1849.

265 A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, Ministre Agriculture et Commerce, 29.11.1871, à la suite d’une intervention du préfet du Rhône auprès des métallurgistes de Givors.

266 A.N., BB 18 1655, d. 7215, proc. gal Nîmes, 10.7.1862 ; F 1 C III, Loire, 6, préfet, 31.10.1869 ; F 12 4662, préfet Rhône, s.d. (I. 1880). A.D.L., 92 M 16, préfet, 9.1.1880. A.D.H.S., 15 M, divers, 1861-1878, police Rumilly, 9.2.1865.

267 Ainsi, à Grenoble en octobre 1850, c’est la gendarmerie qui intervient chez les coloristes en peaux ; là, c’est le procureur impérial, auprès des mineurs de Saint-Etienne en mai 1852, des tailleurs de limes du Chambon-Feugerolles en novembre 1860, auprès desquels il se rend en compagnie d’un juge d’instruction, des boutonniers de Vinay en mars 1860 ; ailleurs, c’est le sous-préfet ou le préfet à Vienne en avril 1854, à Grenoble en mars 1860, à Saint-Marcellin en mars 1861. Cf. A.N., BB 18 1506, proc. gal Lyon, 21.5.1852 ; BB 30 378, id., Grenoble, 15.10.1850 ; F 1 C III, Isère, 7, sous-préfet Vienne, 27.4.1854 et id., 10, préfet, 2.4.1860. A.D.I., 52 M 43, sous-préfet Saint-Marcellin 12 et 28.3.1861. A.D.L., 92 M 11, préfet, 17.11.1860.

268 On retrouve ce genre d’interventions une bonne dizaine de fois dans les chantiers de travaux publics ; cf. A.N., BB 18 1535, parquet Lyon, 10 1854, 1551, proc. gal Lyon, 13.4.1856 et 1663, id., 6.12.1862 ; BB.30 378, proc. gal Grenoble, 8.7.1853 et 10.2.1854 ; F 1 C III, Isère, 10, gendarmerie, 2.11.1862 et id., Loire, 9, préfet, 22.11.1862.

269 A.N., BB 18 1479, d. 7770, proc. gal Lyon, 23.4.1850.

270 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.6.1855 ; F 1 C III, Loire, 6, préfet, 17.5.1853 et id., Rhône, 10, gendarmerie, 14.8.1861.

271 A.N., BB 18 1537, d. 5285, parquet Saint-Etienne, s.d. (juin 1856).

272 A.N., BB 18.1537, d. 5285, parquet Lyon, 8.3.1855 et BB 30 379, proc. gai Lyon, 10.10.1863 ; A.D.I., 52 M 43, préfet, 27.9.1861.

273 A.N., BB 18 1785, d. 9735/ 1, proc. gal Lyon, 12.7.1869.

274 Pour ce paragraphe, cf. annexe statistique t. 1.

275 A noter que par prudence, nous avons arrêté nos récapitulatifs régionaux de l’extension et de l’intensité en 1912 ; en effet, de 1890 à 1912, nous les avons déterminés, pour chaque grève, par une comparaison, cas par cas, entre la Statistique annuelle et les sources manuscrites, notamment les procès-verbaux des préfets qui servent d’ailleurs à dresser la publication de l’Office, puis du Ministère du Travail ; or, les divergences, exceptionnelles ou mineures d’ordinaire deviennent très fortes pour 1913 et 1914 ; sans qu’on puisse trancher en faveur de l’une ou l’autre des sources.

276 La courbe a été tracée depuis 1877, où son calcul est possible ; mais la pointe de 1879 n’a pas grand sens, puisqu’il n’y a eu, cette année-là, que 6 grèves – de grande ampleur – dans la région.

277 Cf. annexe statistique, t. 1.

278 Le premier nombre indique, en pourcentage, la part de chaque type de griefs, exprimés en nombre absolu par le second.

279 Godard J., ouvr. cit., p. 200.

280 A.N., BB 18 1824, d. 2163, A. 90, proc. gal Grenoble, 19.6.1891 et BB 18 1909, d. 1932, A. 92, proc. gal Lyon, s.d. (1892), parquet Montélimar, 9.7.1892, Bourgoin, 3.7.1892, Valence, 6.7.1892, Vienne, 5.7.1892 et Grenoble, 7.7.1892.

281 Ainsi, à Montélimar, en 1853, on n’embauche dans ce genre d’établissement que « ... sur la production de certificats sérieux... » (A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 8.7.1853 ; en 1872, à Ternay, on exige des conditions de moralité (A.N., C 3021, enquête parlementaire... 1872, Chanal et Veillon, peignage de soie) et à Bourgoin, chez Perrégaux – un protestant qui entretient à la fois une école catholique et une école réformée –, « ... on ne tolérerait pas d’union irrégulière... » (A.N., C 3021..., réponse Perrégaux, tissage de soie). Quant à C.J. Bonnet, il avait fait venir ses premières ouvrières des montagnes de Bugey et de Savoie, puis d’Auvergne et du Forez où l’on « ... voit moins d’exemples d’une dépravation précoce... », et « ... il aime à marier ses ouvrières et leur cherche au besoin des partis... » (Reybaud L., ouvr. cit., p. 204) ; par la suite, son usine semble avoir recruté parmi les filles repenties : dans les années 1940 encore, dans la région de Montceau-les-Mines, on parlait de Jujurieux comme d’une sorte de maison de correction, et le fait d’y être passé était gage de mauvaise réputation et de jeunesse agitée.

282 En 1913 encore, les Pavin de Lafarge, au Teil et à Viviers, ne recrutent leur main-d’œuvre que dans les cantons catholiques de la montagne ardéchoise – Burzet, Coucouron, Le Cheylard – et l’on n’y entre que sur recommandation écrite d’un notable local ou du curé du village (Serret G., Chaux et ciments de Lafarge, Une monographie sociale, 1913, p. 17).

283 A.N., BB 18 1824, d. 2163, A. 90, proc. gal Grenoble, 19.6.1891 et BB 18 1902, d. 1932, A. 92, proc. gal Lyon, 8.10.1892, 26.10.1892, parquet Grenoble, 7.7.1892 et Parquet Vienne, 5.7.1892.

284 A.N., BB 18 902, d. 1932, A. 92, parquet Montélimar, 9.7.1892 ; parquet Grenoble, 7.7.1892 ; et proc. gai Lyon, s.d ; (1892) ; A.D.L., 10 M 107, sous-préfet Roanne, 4.4.1895.

285 A.N., BB 18 1902, id., parquet Vienne, 5.7.1892 et parquet Grenoble, 7.7.1892.

286 Reybaud L., ouvr. cit., p. 203.

287 A.N., C 3021, Enquête parlementaire... 1872, réponse Perrégaux, Bourgoin.

288 A.N., BB 18 1902, d. 1932, A 92, proc. gal Lyon, s.d. (1892)

289 A.D.L., 93 M 5, sous-préfet Roanne, 26.4.1890.

290 A.D.S., 33 M VI, police Modane, 27.4.1906.

291 A.D.I., 166 M 3, police Grenoble, 27.5.1895.

292 A.D.L., 90 M 1, police, 25.7.1888, et Gras (L.J.), Notice sur les eaux minérales du Forez..., 1923, p. 198.

293 Autour de 1900, chaque ouvrier blessé ou malade touche de 0,75 à 1,50 franc par jour, selon l’usine et l’âge ; chaque femme en couches reçoit 15 francs à Lafarge, 25 à Cruas ; mais il n’y a encore que 4 ouvriers jouissant d’une pension de retraite.

294 Chaux hydrauliques et ciments Portland de Lafarge et du Teil..., 1900, p. 66 ; Serret G., ouvr. cit., p. 17-19 et Reynier (E.), ouvr. cit., p. 15.

295 Les difficultés financières de l’usine l’amènent cependant à abaisser ces primes de moitié, en 1887, et à supprimer les secours donnés aux accouchées (A.D.H.S., 11 M., grèves et chômage 1872-1902, police Annecy 8.9.1887).

296 Chatain (C.), L’industrie drapiére viennoise..., 1925, p. 84.

297 A.N., BB 18 1846, d. 665, A 91, proc. gal Lyon, 10.10.1891.

298 A.N., F 7 12764, Commiss. spéc. Privas, 16.1.1909.

299 A.N., F 7 12734, Commiss. spéc. Modane, 16.7.1907.

300 A.D.H.S., 11 M, grèves et chômage, 1904-1906, Commis, spéc. détaché à Chedde, 26.6.1906.

301 A.N., F 12 4673, préfet Loire, 8.4.1894 ; A.D. Ar., M 479, sous-préfet Tournon, 28.11.1905 ; A.D.R., M, grèves 1911, Commiss. spéc. Lyon, 8.2.1911. S.G.R.C.A., 1906 ; A.D.L., 92 M 154, préfet, 1812.1908.

302 A.D.L., 92 M 132, police, s.d. (1905) et 92 M 194, préfet, 18.12.1911.

303 A.D.R., M, grèves 1911, Commiss. spéc. Lyon, s.d. (1911).

304 A.D.I., 166 M 5, préfet, s.d. (1900).

305 A.D.L., 92 M 147, préfet, 31.1.1907 et 92 M 150, id., 14.9.1907 ; A.D.R., M, grèves 1913, police, s.d. (janvier 1913).

306 A.D.R., M, grèves 1905, préfet, 22.5.1905.

307 A.D. Ar., 478 M, sous-préfet Tournon, 29.10.1903.

308 A.D.L., 92 M 188, préfet, 30.11.1911.

309 A.D. Ar., M 86a, préfet, 19.7.1912 et A.D.L., 92 M 203, préfet, 14.2.1912.

310 S.G.R.C.A., 1908, grèves Vienne.

311 A.D.L., 92 M 107, préfet, 28.1 et 10.7.1901 ; A.D.I., 166 M 5, préfet, s.d. (1900) ; A.D.R., M, grèves 1904/I police, 17.2.1904 et grèves 1906, Commis, spéc. Lyon, 23.4.1906.

312 Ainsi, en 1874, à Lyon, une grève avait éclaté chez des menuisiers en sièges accusés de « ... gaspiller le papier de verre... » et à Oullins, dans une impression d’étoffes, à cause de la réponse faite à une demande par le directeur « … sur un ton très élevé... » (A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police, 20.2. et 1.4.1874 ; cf. aussi id., 15.6.1875, sur des incidents semblables survenus à Tarare et A.D.L., 92 M 14, police Izieux, s.d.

313 A.N., F 12 4662, préfet Rhône, 22.10.1884 ; A.D. Ar., 478 M, sous-préfet Tournon, 29.10.1903 et A.D.R., M, grèves 1906, Commis, spéc. Lyon, 31.5.1906.

314 A.D.D., 84 M 1, préfet, 2.9.1896 et S.G.R.C.A., 1904, grève tissage Roux à Oullins. Les « maximes » que fait apposer dans son usine le fabricant de cycles Haubtmann (« L’alcool dégrade »« Machines sales, ouvriers sales », « Le travail et l’honnêteté font la dignité de l’homme ») sont ressenties, explique le préfet de la Loire, comme de véritables insultes (A.D.L., 92 M 202, 19.8.1912).

315 A.D.L., 92 M 98, préfet, 22.8.1900 et 92 M 146, id., 15.5.1906... A.D.R., M, grèves 1904/1, police Lyon, 17.2.1904 ; grèves 1910, comm. spéc. Lyon, 6.12.1910 et grèves 1913, préfet, 27.8.1913. A.D.H.S., 11 M, grèves 1904-1906 préfet, s.d. (1905).

316 A.N., F 12 4651, préfet Rhône, 18.8.1865.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Minima
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9k
Titre LOCALISATION DES GRÈVES, PAR DÉCENNIE, EN POURCENTAGE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre EXTENTION DES GREVES, FRANCE ET REGIONAL LYONNAISE, 1877-1913
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre INTENSITÉ DES GRÈVES, FRANCE ET RÉGION LYONNAISE, 1889-1913
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre AMPLEUR MOYENNE DES GRÈVES, 1881-1912
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre DURÉE MOYENNE DES GRÈVES, 1889-1912
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre PART DES DIVERSES REVENDICATIONS, PAR DÉCENNIE, 1871-1914
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30213/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© Presses universitaires de Lyon, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search