Version classiqueVersion mobile

Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) - Volume 2

 | 
Yves Lequin

Chapitre I. Le travail et la vie matérielle

Texte intégral

  • 1 Perrot, Michelle, Les ouvriers en grève, France, 1871-1890, 1974, t. I, p. 15-47, chapitre (...)

1Pour parler d’elle-même, la classe ouvrière prend tardivement la parole. Elle laisse ce soin, pendant plusieurs décennies, aux écrivains sociaux qui se penchent sur son sort ou aux enquêteurs des commissions parlementaires et ministérielles. Quand elle parle à son tour, c’est en amplifiant le langage spécifique et externe de la grève, tenu longtemps mezzo voce. C’est donc à travers ce chœur alterné, où les premiers s’effacent progressivement – et cette substitution est d’elle-même un enseignement de première importance – que se précisent les grands traits de la condition ouvrière et de son évolution. Si la voix des enquêteurs est claire, celle du mouvement ouvrier est plus multiforme et parfois brouillée. Pour la décrypter, il fallait non seulement écouter la rumeur de ses grandes heures, mais aussi les mots de chaque jour, ou presque. Donc, avant de les mettre en séries, identifier et définir chaque grève, à partir de sources multiples pour en repérer tous les caractères quantifiables ou simplement qualitatifs. Sur la documentation, ses richesses ou ses insuffisances, le livre récent de Michelle Perrot nous semble avoir tout dit et il nous a paru inutile de le répéter : elle n’est pas différente de celle qui vaut pour l’ensemble de la France1. A nos fiches-grèves, il n’a manqué que l’ordinateur ; encore qu’avant les années 1875-1880, celui-ci eût engrangé un matériau statistique par bien des aspects incertain. Nos résultats gardent donc un aspect artisanal, incomplet, et nous espérons bien les reprendre d’autre façon. Et voici, d’abord, ce qui est dit clairement par les ouvriers eux-mêmes.

  • 2 A.N., F 12. 4651, préfet Rhône, 18.8.1865.
  • 3 Reybaud (L.), ... Condition des ouvriers en soie, p. 173.

2De février 1848 à août 1914, on a donc dénombré 3 210 grèves dans l’ensemble de la région lyonnaise. Sept fois sur dix, c’est sur une question de salaire que porte, au moins, le débat, puisque, sous une forme ou une autre, on la retrouve dans 2 192 d’entre elles (68,28 %) à l’origine du conflit. La grève traduit donc, d’abord, la pression des besoins matériels qui ne se dément pas en une soixantaine d’années ; si, progressivement, elle se relâche – on le verra plus loin – elle ne cesse jamais d’être prioritaire, voire obsédante – « Les ouvriers n’obéissent guère qu’à la pression des besoins du moment »…, note, en 1865, pour le regretter, le préfet du Rhône, et « … ne paraissent pas se rendre compte de la loi de l’offre et de la demande »2… C’est dire, on ne peut mieux, à quel point ils sont, d’abord, le jouet de mécanismes économiques dont la maîtrise leur échappe bien sûr, en même temps que, longtemps, la simple connaissance. C’est la précarité qui marque la condition ouvrière, toujours à la merci d’une brusque rupture d’équilibre « … entre les ressources et les besoins... » comme le dit, dans le même temps, à propos des « canuts » lyonnais, Louis Reybaud3.

I. La marque du travail et les « besoins du moment »

  • 4 A.N., C.951, Enquête sur le travail... 1848, Drôme, canton de Saillans.
  • 5 A.N., C.945 et C.956, A.D.I., 162 M.2, id., Loire, Ardèche et Isère.
  • 6 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.2.1851.

3Pourtant, l’Enquête de 1848 est pleine de l’envie paysanne. « Ceux qui travaillent dans les fabriques ont une plus grande aisance que ceux qui travaillent à l’agriculture »…, dit-on à Saillans, dans la Drôme4. L’antienne est reprise, amplifiée, dans les campagnes mixtes du Dauphiné, où l’on peut comparer, à Saint-Etienne de Saint-Geoirs, à La Côte-Saint-André, à Saint-Symphorien-d’Ozon, aux portes de Lyon, mais aussi à Bourg-Argentai, à Lamastre, à Aubenas5 ; quelques années plus tard, le procureur général de Lyon lui-même y fera écho ; et, partout, on en profite pour demander – déjà ! –, des « fabriques »6. Au-delà des plaintes, on dispose d’un moyen de mesure, dont les conclusions sont sensiblement différentes.

1. Les stigmates de la condition ouvrière

A. La déchéance physique d’une population

  • 7 Cf. Le Roy Ladurie (E.) et coll., « Le conscrit et l’ordinateur. Perspectives de recherche (...)
  • 8 A.D.R., série R., non classé, et A.D.L., id., Conseils de révision, par cantons, 1852 et 1 (...)

4Faute d’un indice direct, il n’existe pas de meilleur indicateur du niveau et du mode de vie que la taille des individus. Si l’on écarte le facteur génétique, impossible à connaître, celle-ci est en effet déterminée largement par une certaine qualité de la consommation et, au-delà, de l’existence tout entière que dicte le statut social7. Or, les registres massifs de la conscription ont le mérite de donner la mesure au sortir de l’adolescence, à la fin d’une période de croissance physique où conditions de travail et de vie ont joué un rôle décisif ; et de présenter une continuité dans le temps et l’espace, qu’il soit géographique ou social, pour permettre les confrontations d’une date ou d’un groupe à l’autre8.

5On a donc opéré une large coupe dans les archives des conseils de révision, au début de la période, en 1852-1853 pour 3 zones homogènes : une grande ville d’activités multiples, Lyon et sa banlieue ; une région d’industries lourdes dominantes, le bassin de Saint-Etienne ; des cantons ruraux où la petite industrie dispersée se mêle au travail de la terre, c’est-à-dire l’ensemble du Beaujolais, du Lyonnais, du Roannais et le Massif du Pilat. Soit les deux départements du Rhône et de la Loire, à l’exclusion de l’arrondissement agricole de Montbrison. La totalité des résultats et des calculs qui y ont amené est consignée dans les tableaux hors texte n° 42 à 45 ; pour tous, on a ventilé les statures en quatre groupes, tels qu’on les définit conventionnellement, selon le niveau : dans le premier, on a distingué 7 groupes sociaux, de façon empirique, à la lumière de la source, et pour les autres, on a précisé le partage des catégories principales à l’intérieur de la classe ouvrière afin de pousser plus loin l’analyse.

6Or, le simple profil des répartitions en 1852-1853 valide la qualité et du document et de la méthode : l’échelle des tailles reproduit, de façon caricaturale, la hiérarchie de la société. On a 3 fois plus de chance d’être un nabot si l’on est élevé dans une famille ouvrière que si l’on est fils d’avocat, ou de médecin, ou de qui que ce soit d’autre ; dans la catégorie des petites tailles – inférieures à 1,60 m – on trouve en effet 1 manœuvre sur 4, 2 ouvriers d’industrie sur 9, quand il n’y a que 2 cultivateurs ou employés sur 11 à être passés sous la toise, 1 négociant sur 8 et 1 représentant des professions libérales sur 12 ! Si l’on va plus loin, on vérifie – en gros – la réalité de l’influence débilitante de la ville : la médiocrité de la stature est accentuée chez les ouvriers d’industrie de Lyon, et surtout chez ceux de la conurbation forézienne ; si, dans les campagnes, la part des « petites tailles » est aussi plus forte que pour les travailleurs de l’agriculture, elle ne s’y tient pas moins à un niveau nettement moins élevé. Et, à l’intérieur de la classe ouvrière, l’échelle des tailles correspond aussi à ce qu’on sait de l’inégalité des conditions. Sauf dans la région stéphanoise, ce sont les tisseurs de la soie et du coton qui portent le plus profondément gravée dans leur chair la marque d’une pauvre jeunesse ; ce qui ne saurait étonner. Mais aussi les mineurs, cependant bien nourris : faut-il incriminer la dureté de la tâche à laquelle ils sont précocement confrontés ? A l’inverse, on trouve – relativement – peu de conscrits très petits chez les ouvriers du bâtiment, solides gaillards habitués aux travaux de plein air – bien que ceux de Lyon ne se distinguent pas du commun ; ni chez les métallurgistes, spécialistes bien payés : l’exception stéphanoise ne va pas à contre-courant, car le poste mêle ceux de la sidérurgie (où il n’y a pas plus de 25,82 % d’hommes en dessous de 1,60 m) et les armuriers, quincailliers et cloutiers à domicile, dont la situation bien moins enviable se rapproche de celle des passementiers : or, on compte 30,82 % de petites tailles parmi eux.

7La faiblesse de la stature étant une des causes principales de réforme – elle vient au second rang –, il est logique qu’on retrouve parmi les groupes les plus fortement touchés ceux que désignait déjà la seule médiocrité de la taille (Cf. tableaux hors texte nos 46 et 47). Les conseils de révision déclarent inaptes au service près d’ 1 armurier ou quincaillier stéphanois sur 2, près de 2 passementiers ou « canuts » sur 5. Et, une fois encore, c’est la région stéphanoise qui est la plus fortement atteinte ; et, partout, pour être élevé, le taux d’exemption est bien plus faible chez les employés, pour les membres des professions libérales, etc.

8Il n’est pas toujours aisé de saisir la nature exacte du mal qui entraîne la réforme, désigné tantôt par une simple description clinique où ne s’inscrit pas la définition, tantôt par un véritable diagnostic. Sur la cinquantaine de causes invoquées, nous n’avons retenu que les plus fréquentes, et surtout celles qui peuvent s’expliquer par les conditions d’alimentation ou de vie. Dès lors, de loin, la première est la « faiblesse générale », affection vague mais qui traduit la plupart du temps les déséquilibres de la croissance et une misère physiologique diffuse. Elle provoque, à elle seule, le tiers des exemptions chez les ouvriers foréziens, plus encore chez les passementiers et surtout les quincailliers et armuriers, plus du quart pour les tisseurs des campagnes, et demeure la seconde cause à Lyon, parmi les travailleurs de l’industrie. La présence des scrofules tuberculeuses trouve aussi sa fréquence maximale chez les passementiers foréziens, les ouvriers du textile rural et – curieusement – dans le bâtiment lyonnais. Quant au goitre, révélateur d’avitaminose, on le rencontre à la fois dans les campagnes et à Saint-Etienne, dans le travail de la soie et du coton toujours, mais aussi à Lyon où il vient en seconde position, entraînant la mise à l’écart d’ 1 ouvrier sur 10. Stigmates de la pauvreté ? Les rares goitreux des « autres catégories » sont tous des employés de commerce, et les scrofuleux, des domestiques, à l’exclusion de tout négociant, propriétaire ou avocat. La classe ouvrière aggrave la médiocrité d’une condition populaire qui met les cultivateurs à des taux presque comparables, mais toujours inférieurs au moins à ceux de ses catégories les plus défavorisées. A l’aube de leur vie d’adulte, les ouvriers portent, dans leur chair, la marque de leur condition ; il est vrai qu’à vingt ans, nombre d’entre eux ont déjà, derrière eux, une décennie de travail à l’usine ou à l’atelier.

B. Une enfance à l’atelier

  • 9 Sur la législation de la Monarchie de Juillet, la loi de 1841 et les tentatives d’applicat (...)

9De la fin des années 1840 à l’horizon 1880, il ne semble pas que l’âge d’entrée dans la vie de travail se soit profondément modifié, malgré les diverses tentatives pour faire appliquer une législation protectrice inaugurée par la loi du 22 mars 1841 ; et qui, d’ailleurs, se bornait à interdire – outre diverses dispositions sur la longueur de la journée – l’emploi des enfants de moins de 8 ans, et seulement dans les usines de plus de 20 personnes ou à feu continu9.

  • 10 Pour l’ensemble du tableau en 1848, Cf. A.N., C.943, 945, 951, 956 et 963 et A.D.I., 162 M (...)

10Or, les enquêteurs de 1848 font commencer l’apprentissage dans les activités artisanales entre 12 et 16 ans, à la ville comme à la campagne ; dans les métiers du bâtiment, notamment, qui exigent une certaine force physique, il arrive qu’on ne commence pas avant 17 ans10. D’autre part, l’activité agricole traditionnelle n’a-t-elle pas coutume, depuis toujours, de mobiliser les âges les plus tendres ? On en trouve encore trace en 1848 : en Bugey, dès l’âge de 8 ans, on est commis à la garde des troupeaux, et l’on participe à 10 aux travaux de culture ; pour être seul explicitement signalé, le cas n’est sans doute pas isolé : mais il s’agit d’une tâche occasionnelle d’appoint, et qui n’est pas soumise aux contraintes de l’usine.

11Le travail à domicile, dont on sait l’extension, est déjà une étape nouvelle : à Saint-Jean-de-Bournay, dans les Terres froides du Dauphiné, c’est à 8 ans que les filles commencent à broder, et, à Lyon, autour de 9 ans ; comme en Roannais, à Saint-Symphorien-de-Lay, où les enfants qui accomplissent tous les travaux annexes du tissage de mousseline atteignent rarement la dizaine d’années ; et à Montluel, on trouve des manœuvres de 7 à 8 ans à la confection des couvertures de laine, les travaux pénibles n’étant confiés aux enfants qu’à partir de 11 ans. Mais les exemples les plus affligeants se trouvent dans la grande industrie : aux ateliers de draperie à Vienne, c’est à 6 ans qu’on recrute les « appondeurs », et à 10 qu’ils reçoivent leur première promotion d’« appondeurs en fin » ; et il ne s’agit aucunement d’apprentis, bénéficiaires d’un traitement de faveur, mais d’ouvriers comme les autres, où l’on rencontre un certain nombre de fillettes.

  • 11 A.N., F 20.501, « état des 10 principaux établissements industriels », par départements.

12En règle générale pourtant, l’embauche se fait entre 10 et 12 ans : c’est la règle dans les filatures et les moulinages de soie du Vivarais – mais à Burzet, on trouve des enfants de 8 ans – de la vallée du Rhône et du Pilât ; chez les verriers de Rive-de-Gier, de Vienne et de Lyon ; dans les papeteries du Dauphiné et la mégisserie. Mais aussi dans les fabriques de fonte et d’acier du bassin forézien, ou de Vienne, aux ateliers de serrurerie, de quincaillerie et d’armurerie de la ville et des cantons de banlieue ; et dans les puits de mines du Chambon-Feugerolles et de Saint-Etienne. Seul le tissage de la soie ou du coton, en nécessitant un minimum de force physique, ne compte guère d’enfants au-dessous de 14 ans, là au moins où l’on emploie le métier Jacquard ; c’est-à-dire dans une partie de la passementerie stéphanoise et dans la Fabrique lyonnaise de la ville ou des campagnes du Lyonnais, voire pour certaines fabrications cotonnières de Roanne ou de Saint-Georges-en-Couzan. Mais, pour chacun de ces cas, l’accession au tissage n’est qu’une étape dans une vie déjà commencée à 10 ou 11 ans comme fileur, bobineur et dévideur. Trois années plus tard, une enquête sur les « dix plus grands établissements de chaque département » corrobore celle de 1848 : à la cristallerie de La Guillotière, il n’y a pas moins de 187 enfants de moins de 12 ans – plus du tiers – sur 439 ouvriers ; 73 sur 234 dans la principale impression de tissus de l’agglomération lyonnaise, à Caluire ; 60 sur 210 dans une usine semblable de Jallieu ; une vingtaine, sur 116, à la grande fabrique de faulx de Montaud, près de Saint-Etienne. Ils constituent le sixième de l’effectif à la verrerie de Givors (16 sur 114), chez les serruriers de la région stéphanoise (86 sur 800), dans le bâtiment (211 sur 2 000), le dixième dans la petite quincaillerie à domicile (490 sur 3 000), et de fortes minorités aux hauts-fourneaux ardéchois de La Voulte, à ceux de Terrenoire, et, surtout dans les moulinages de la Drôme11. Et quel que soit l’âge exact de l’entrée à l’usine, il se situe à la veille d’une période de croissance qui, par la suite, marque l’adulte pendant toute son existence.

  • 12 A.N., C.945, enquête travail... 1848, Ardèche, J. de paix Saint-Pierreville.
  • 13 Reybaud (L.), ... ouvr. cit. p. 160.
  • 14 A.N., F.l C III, Ardèche, 8, préfet, 25.3.1859 et 31.3.1859 ; A.D. Ar., 218 M, sous-préfet (...)

13Car il ne paraît pas que soient appliquées les dispositions de la loi de 1841 : en Ardèche notamment, les enfants sont, aux moulinages, astreints au travail de nuit et le juge de paix de Saint-Pierreville dénonce ces « intolérables abus » qu’une inspection stricte et régulière seule pourrait déraciner12. Et quelques années plus tard, à Lyon, Louis Reybaud s’indigne devant la situation des petits « lanceurs de navette » de la Fabrique lyonnaise, « véritables martyrs en proie à toutes les brutalités... », « ... souffletés pour chaque mauvais coup... » ; « … ce spectacle déshonore une civilisation... », conclut-il13 bien que semble-t-il, le nombre des enfants soit en recul, les nouveaux métiers n’ayant pas besoin d’eux. Dès que la surveillance des autorités se relâche, les abus reprennent : en 1861, autour d’Aubenas, on est un moment optimiste, après une vague de poursuites contre les fabricants en 1859. Mais dès que l’attention préfectorale diminue, on revient « ... aux vieilles habitudes de faire travailler les enfants plus longtemps que prévu... » : à Privas, il arrive qu’ils entrent à 3 heures et demi du matin à l’atelier pour n’en sortir qu’à midi. Le mal est tout aussi profond dans la région de Tournon et, en 1864, malgré quelques progrès, on se montre toujours pessimistes14.

  • 15 Reynier (E.) Histoire de Privas..., t. 3 p. 172 ; et avec des horaires tout à fait semblab (...)
  • 16 A.N., C.3022, Enquêtes parlementaires... 1872, Chambre Commerce Aubenas et Deydier et fils (...)
  • 17 A.N., C.3021, id., Morin et Cie, drap, à Dieulefit.
  • 18 A.N., C.3021 et 3022, enquête... 1872 et C.3331, 3341, 3343, 3353, 3363 et 3364, enquête.. (...)
  • 19 A.N., C.3021, enquête... 1872, A. Franc, déchets de soie à Saint-Rambert en Bugey.

14La volonté de réduire la dureté du travail et sa longueur ne touche en rien au grave handicap pour l’avenir de l’enfant que constitue son embauche précoce. Or, à la fin du Second Empire, aucun progrès n’est réalisé : en 1867, dans l’arrondissement de Privas, on compte encore 617 fillettes de 8 à 10 ans régulièrement employées dans les moulinages, et 975 de 10 à 12, outre les 1 161 de 13 à 16 ans15. Si bien que les enquêtes de 1872 et de 1882-1884 ne présentent pas une situation fondamentalement différente de celle de 1848. Vers 1880, on commence toujours à 12, voire 10 ans dans les moulinages de soie de la région d’Aubenas, et la Chambre de Commerce elle-même s’en inquiète, comme certains fabricants qui dénoncent « … à cet âge, un travail très nuisible au développement des enfants, surtout des jeunes filles... »16. Chez les drapiers de Dieulefit, dans la Drôme, celles-ci débutent toujours à 10 ans, pour 11 heures par jour ; et aucune législation n’y peut rien17. Dans la rubannerie stéphanoise, dans la Fabrique lyonnaise, on prend toujours à 12 ans, comme dans l’apprêt, un peu plus tard – 13 ou 14 – dans les ateliers de tissage mécanique ou d’apprêt sur étoffes, dans la chapellerie ; à Roanne aussi 12 ans est la règle au dévidage du coton, à Cours, pour le tissage des couvertures ; dans la région de Chambéry, aux usines de soie18. Et dans un seul cas, à Saint-Rambert-en-Bugey, en 1872, il est fait mention d’une école d’usine, fréquentée à mi-temps jusqu’à 14 ans19.

  • 20 A.D.L., 90 M 1, police Veauche, 25.7.1888.
  • 21 A.D.L., 10 M 102, police Saint-Etienne, avril 1894.
  • 22 Bien que la mise au travail à 12 ans ne soit pas propre à la région : c’est l’âge retenu p (...)

15Pourtant, le fabricant admet (il s’agit d’un filateur de déchet de soie) qu’il lui arrive de prendre des enfants à dix ans « pour aider à leurs familles trop pauvres... ». On touche là à la clé du système, né de la rencontre entre l’intérêt d’un grand nombre d’industriels et celui des familles ouvrières obligées de se procurer un salaire d’appoint. Jusqu’à la fin du siècle, elle explique la persistance du travail infantile, même s’il tend à se raréfier : aux verreries de Veauche en 1888, aucun des 60 « porteurs » n’atteint 14 ans, plusieurs d’entre eux n’en auraient pas plus de 8 ou 9, et tous sont astreints au travail de nuit20, et à Rive-de-Gier et à Saint-Etienne en 1893, on estime que les deux, cinquièmes des 2 100 ouvriers qui y sont employés sont « des enfants », sans que l’âge soit précisé21. Il n’y a là rien d’étonnant, puisque l’on sait comment l’industrie régionale assure longtemps son essor en mobilisant une main-d’œuvre marginale22 ; de fait, dès leur entrée dans l’usine, c’est une tâche d’adulte, bien souvent, qu’on a confié à ces enfants.

  • 23 A.N., C.943, 945, 951, 956 et 963, Enquête sur le travail... 1848, départements de la régi (...)

16Si l’on en croit l’Enquête de 1848, l’apprentissage n’est déjà plus qu’un faux-semblant, dans les grandes usines comme dans les ateliers familiaux23. Sans doute subsiste-t-il dans l’artisanat proprement dit et pour les ouvriers du bâtiment et du livre, sous ses formes classiques. Dans la plupart des villes et des bourgs du Bugey et de la Bresse, il dure en général deux ans, et le maître reçoit en échange de la transmission du savoir une somme rarement inférieure à 150 francs, et qui peut atteindre 300 ; en Vivarais, dans la vallée du Rhône, en Dauphiné, les modalités ne sont pas différentes, bien que le débours de l’apprenti paraisse moins lourd – 80 à 120 francs à Annonay, par exemple – pas plus qu’à Lyon, en Beaujolais ou ailleurs : seuls varient les âges où l’on commence, car la durée s’échelonne partout entre 18 mois et 3 ans.

  • 24 A.N., C.963, id., Rhône, j. de paix Neuville, 17.10.1848.
  • 25 Cf. Guinot (J.P.), Formation professionnelle et travailleurs qualifiés depuis 1789, 1946, (...)

17Or, fait-on observer à Neuville-sur-Saône, « ... l’apprentissage est souvent un calcul de la part du maître... »24 ; c’est-à-dire un moyen de se procurer une main-d’œuvre à bon marché. Ici et là, on devine qu’il n’est qu’une façade et a perdu de sa nature première, participant d’une crise qui est générale en France et qu’aucune loi n’a pu enrayer25. En effet, assez souvent, le contrat – verbal ou écrit – prévoit, en guise de paiement du maître, une période plus ou moins longue de labeur non rémunéré à son seul profit ; la pratique est signalée à Ambérieu, dans l’Ain, à Pont-de-Veyle, mais aussi à Saint-Galmier, où un salaire de misère – 5 francs par semaine ! – est servi à partir du 4e mois sur les 18 dont on exige la présence ; chez les cloutiers de La Mure, il suffit de quelques semaines pour apprendre une technique somme toute rudimentaire : « … on donne le temps au profit du patron... », pendant 2 ans ; il en va de même à Roybon, plusieurs mois après l’expiration du temps requis, et le procédé est général à Vienne.

  • 26 A.D.L., 84 M 7, « réclamations des ouvriers mineurs », s.d. (1848).
  • 27 A.D.I., 162 M 1, enquête... 1848, canton de Vif.

18Dans les autres secteurs, ceux de l’industrie proprement dite, seule la confusion du vocabulaire – ou l’absence d’un terme nouveau – amène à parler d’apprentissage ; sauf dans la mégisserie d’Annonay où il dure un an, et présente bien ses caractères propres. Mais partout ailleurs ? « Point d’apprentissage » dans les mines de la Loire, où « ... 4 mois d’entraînement... » donnent assez de compétence pour être au moins capable d’éviter les accidents ; et l’on entame le cursus qui mène à la qualification de « rouleur », puis de « piqueur » ou « boiseur » en apprenant sur le tas ; à Saint-Etienne et au Chambon-Feugerolles, quand les jeunes garçons descendent au fond, ils sont aussitôt payés comme ouvriers, « selon le degré de force et l’aptitude »26. Aux grandes usines métallurgiques de la vallée du Gier, d’emblée, on devient manœuvre pour fondre, marteler ou raffiner l’acier ; il n’en va pas autrement dans celles du Chambon – bien qu’on y exige 2 à 6 mois de travail gratuit – aux hauts-fourneaux ardéchois de La Voulte, aux ateliers de Vienne où le jeune ouvrier apprend empiriquement, parfois comme aide de son père. Dans les verreries, à Givors, à Rive-de-Gier ; dans les tissages de Vienne ; aux papeteries de Rives et de Vizille en Dauphiné, on ne parle même pas d’apprentis ; les jeunes gens sont de simples ouvriers de seconde zone, moins payés, dont la seule éducation technique « ... se fait par la pratique des travaux faciles puis successivement plus avancés… »27. Ne voilà-t-il pas, dès lors, l’armée de manœuvres qu’exige la grande industrie, entraînant la dégénérescence d’un savoir technologique transmis de génération en génération ?

  • 28 Mieux, dans la toilerie de Saint-Geoire, « ... ordinairement le maître propriétaire, en en (...)

19Oui et non. Car en dehors des « métiers » bien définis, les ateliers artisanaux des « fabriques » dispersées ne présentent pas d’autre visage. Chez les cloutiers de Bourg-de-Péage, tout le temps d’apprentissage ne se passe-t-il pas à tourner la roue du tour ? Et plus encore qu’ailleurs, il est largement une fiction dans le textile, la filature particulièrement28 ; à Roanne, on nomme ainsi les travaux complémentaires qui en tiennent lieu : pendant 2 ans pourtant ; à Saint-Georges-en-Couzan, quelques semaines suffisent pour acquérir l’essentiel, et à Saint-Symphorien-de-Lay, les jeunes filles deviennent « bobineuses » ou « brodeuses » à part entière dès leur entrée à l’atelier. Le fait est aveuglant dans l’énorme zone du moulinage soyeux : en Dauphiné, on n’en parle nulle part, même si l’on retient quelque temps le salaire – 1 mois à Dieulefit, à St-Donat, 2 à Montélimar – pour compenser le manque à produire de mains encore inexpertes. En Vivarais, la période de mise en train s’étend de 1 mois à 6 mois, et l’on a plutôt tendance à minorer le salaire normal sur une plus longue période – toute une année même, à Aubenas, à Joyeuse, à Montpezat et à Thueyts où l’on ne donne que 8 francs par mois à la jeune moulineuse, sans même la nourrir. Le tissage, qui réclame plus de connaissances pratiques, n’échappe pas à la règle : à Roanne, pour le travail de la cotonne pourtant – où l’on doit payer 100 francs au maître, à Charlieu – contre 30 à 40 francs – pour la soierie, il semble qu’il existe réellement une manière d’apprentissage ; mais il est fort court – 6 mois – ; et à La Mure-sur-Azergues, à Bourgoin, à Vizille, à Rives, à L’Arbresle, à Mornant, « l’ouvrier forme l’apprenti » en le faisant travailler et en le payant – 20 à 30 francs par mois en Dauphiné – quitte à exiger, là aussi, une prolongation de séjour à son exclusif profit pour le dédommager : elle peut atteindre 4 ans dans l’immédiate banlieue lyonnaise !

  • 29 Cf. Astier (P.) et Cuminal (I.), L’enseignement technique industriel et commercial en Fran (...)

20La loi du 22 février 1851, destinée à préciser les obligations des maîtres et des chefs d’entreprise vis-à-vis de leurs apprentis et de leurs ouvriers ne paraît avoir reçu aucun commencement d’application29 ; et la situation ne change guère sous le Second Empire, si l’on en juge par les notations des Enquêtes parlementaires de 1872 et de 1882, dont le ton ne diffère pas de celles de 1848, même si elles sont moins complètes.

  • 30 Ainsi, à Faverges, à l’usine Gourd et Croizat (A.N., C. 3021, enquête parlementaire... 187 (...)
  • 31 A.N., C. 3362, Enquête sur la condition des classes ouvrières..., 1882-1884, réponses tiss (...)
  • 32 A.N., C. 3343, id., tisseur St Genis-Largentière.
  • 33 A.N., C. 3364, id., réponses 2 tisseurs soie Lyon.
  • 34 A.N., C. 3353, id., Chambre syndicale tisseurs Saint-Etienne et C. 3362, X…, fabricant de (...)
  • 35 A.N., C. 3022, Enquête parlementaire... 1872, Chambre Commerce Aubenas ; dans certain moul (...)

21Qu’il s’agisse des ateliers de famille ou des usines, l’apprentissage du tissage de la soie se fait en travaillant, selon des formules ingénieuses qui permettent de ne détourner personne de sa tâche30. A la campagne, en général, on essaie sur le métier du père, et en 3 mois, la technique est suffisante, on se borne à la polir par la pratique31, ou bien, si l’on s’engage dans une autre maison, on fait oublier son inexpérience en laissant, toujours, une partie de son salaire32. A Lyon, on partage aussi sa « façon » pendant les premières semaines avec l’ouvrier qui joue le rôle du maître, puis l’on travaille au rabais – parfois au quart – chez le chef d’atelier pendant une période qui peut aller de 8 mois à 4 ans33, les temps étant un peu raccourcis pour le tissage du tulle. Par contre, dans la passementerie stéphanoise, c’est de 4 à 5 ans – dont une entière à titre totalement gracieux – qu’on peut s’initier dans les petits ateliers34. Et dans la région d’Aubenas, toujours, en un mois, on fait une ouvrière moulineuse : mais c’est au bout d’un an seulement qu’on cesse de retenir le tiers, voire la moitié, du salaire35.

  • 36 A.N., C. 3343 et C. 3362, enquête... 1882-1884, réponses chapeliers Grigny et 93e société (...)
  • 37 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Bouillon et Cie, mégissier Grenoble.
  • 38 A.N., C. 3021, id., Jacottet-Carpano, horloger, Cluses.
  • 39 A.N., C. 3353, id., Chambre syndicale ouvriers fumistes Saint-Etienne.

22Pas de contrat non plus dans la chapellerie de Lyon et des environs : on se place, pour 2 ou 3 ans, à l’atelier familial ou à l’usine – comme à Grigny, où le salaire augmente progressivement, avec le savoir-faire acquis par simple imitation36 ; les conventions prévoient bien une durée de 15 à 18 mois dans la ganterie grenobloise : mais quelques uns suffisent, surtout dans la mégisserie et la teinture37. Chez les horlogers du Faucigny, cependant auréolés d’une certaine réputation d’habileté, c’est en travaillant « à côté de leur père » que les jeunes gens finissent par tailler correctement les roues et les pignons38. Et même chez les tôliers fumistes, de Saint-Etienne – un métier du bâtiment pourtant, où subsisterait plus qu’ailleurs une volonté compagnonnique de l’éducation professionnelle – l’apprenti n’est qu’un manœuvre, et ceci pendant 5 à 7 ans, si l’on en croit leur chambre syndicale39.

  • 40 A.N., C. 3362 et C. 3364, enquête... 1882-1884, réponses divers patrons et ouvriers apprêt (...)
  • 41 C. 3362 et 3363, enquête... 1882-1884, réponses X., fabricant de papier à Beaujeu et de X. (...)
  • 42 A.D.S., 33 M 1/5, préfet Savoie, 24.5.1880 : dans toute l’année écoulée, il n’y a d’ailleu (...)

23Comme dans la plupart des grandes industries, où le terme lui-même ne paraît plus usité : à la rubrique « apprentissage » de l’enquête de 1882, les apprêteurs sur étoffe répondent « néant » ; le jeune garçon susceptible d’y être rattaché n’est qu’un ouvrier parmi d’autres, et il se forme – en 8 à 9 ans de salaires au rabais – « suivant l’intelligence et la peine qu’il se donne... »40. Dans les papeteries, sauf « ... pour les conducteurs de machine... », l’apprentissage n’a même plus de raison d’être, et « ... le plus souvent l’ouvrier touche la solde entière dès son entrée, à l’usine... », comme dans la chimie lyonnaise, où « ... le métier s’apprend à la longue, par la pratique... »41. Et quelques notations éparses témoignent de l’extension de la retenue salariale, voire de l’obligation d’un long travail gratuit : en Savoie, en 1879, même dans l’artisanat, celui-ci dure en moyenne 2 à 3 ans, mais peut atteindre 4 ou 5 si l’on est nourri et logé au domicile du patron !42

C. L’agression physique de l’industrialisation

  • 43 A.N., BB 18.1506, Pétition des mineurs de Rive-de-Gier au Prince-Président, 16.6.1852.

24« Le cœur se soulève... », disent en 1852, au Prince-Président, les mineurs de Rive-de-Gier, devant « ... des enfants au-dessous de 16 ans... occupés à des travaux au-dessus de leurs forces que l’imagination se refuse à en croire la réalité... » Laissons-les parler dans leur langue incertaine : « ... ces pauvres enfants sont forcés de traîner des bennes qui contiennent 3 hectolitres et demi de charbon et cela pendant 15 à 16 heures par jour sans qu’ils aient le temps de manger, souvent il arrive que des bennes déraillent et dans ce cas ils sont forcés de faire des efforts extraordinaires pour les soutenir et les remettre sur la voie, et où il résulte que 300 au moins de ces malheureux enfants sont à leur âge obligés de porter des bandages pour se soutenir43 ».

25Ce que disaient, déjà, les enquêteurs de 1848. Sans doute n’ont-ils pas rédigé de véritables rapports médicaux sur les maladies professionnelles ou les conséquences de travail industriel sur la santé des ouvriers. Il est rare qu’on ait fait appel à des médecins : ce qu’ils disent est d’autant plus intéressant puisqu’ils reflètent ainsi une représentation collective plus proche de la vie qu’une recherche de spécialistes, même si, souvent, la description clinique des maux qu’on rencontre à l’atelier ne correspond pas forcément aux inconvénients par lesquels on cherche à les expliquer : que doivent au manque d’aération les varices des tisseuses roannaises de coton ? Cette réserve faite, l’opinion des juges de paix et des diverses commissions est unanime : le travail industriel entraîne la dégénérescence de la race.

  • 44 Oger (Th.), La France par cantons, Rhône, t. 3, p. 537-538.
  • 45 Bonnefous, Histoire de Saint-Etienne, p. 422.
  • 46 Oger (Th.), ouv. cit., Loire, t. 2, p. 12.
  • 47 Bonnefous, ouvr. cit., p. 424-425.
  • 48 Ardouin-Dumazet, Voyages en France, La région lyonnaise, p. 227-228.

26Tout y concourt : la pestilence des villes industrielles, l’insalubrité des ateliers, la démesure ou la répétition de l’effort physique. On sait le visage de La Guillotière dans les années 1850, de Vaise, de La Croix-Rousse ; et voici le quartier Saint-Vincent, sur la Saône, où s’entassent artisans et teinturiers de soie, « … par familles entières dans d’ignobles et sombres réduits... », « ... où le manque d’air pur, prépare, en peu d’années, des maladies qui, devenant chroniques, changent en une sorte de mort anticipée l’existence de ces malheureux que leur position précaire condamne à s’enfermer dans ces bouges affreux... », parmi « ... les odeurs fétides qu’exhalent les nombreux ateliers de teinture... »44. Même si l’on fait la part d’une certaine rhétorique, il est certain que bon nombre de quartiers ouvriers ont des allures de pourrissoirs. Comme le long de cette rue sans joie qui va, sur 80 kms, de Firminy à Rive-de-Gier, et qui n’a guère disparu que dans les années 1960 : c’est Saint-Etienne « ... vaste atelier... suite de casernes séparées par des rues tissées au cordeau... »45, sous un « ... climat sombre et brumeux », avec « ... sa poussière noire que soulève chaque souffle de vent, que la moindre pluie transforme en boue noire et épaisse... »46 ; où « ... le gaz carbonique, qui entre ordinairement pour un centième dans la combinaison de l’air est... dans une bien plus forte proportion... », car « ... la combustion de la houille, dont il se fait une énorme consommation en dégage une quantité considérable qui s’échappe avec la fumée et contribue à former cet épais brouillard qu’on voit ordinairement planer... vers la chute du jour, même dans les temps les plus beaux et les plus sereins... avant de retomber sur la ville « ... en poussière déliée... », qui « ... noircit l’extérieur des maisons et se mêle à l’air qu’on respire... »47. Vienne enfin, « Pauvre vieille ville ! Aucune en Dauphiné n’était aussi triste et sordide... » dans les années 1850-1860, souillée par le bruit et la saleté « ... des roues hydrauliques tournant sous le flot..., des teintureries noires, des bruits de métiers... », dans l’entassement de ses 500 ateliers « … collés au flanc du Mont Pipet… »48.

  • 49 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, c. Rive-de-Gier.
  • 50 A.N., id., juges de paix et commission médicale de Saint-Etienne.
  • 51 Audiganne (A.), Les populations ouvrières de la France 2° éd., t. 2 p. 12-13 et p. 17.
  • 52 Linossier (E.) et Cajani (E.), Les mystères de Lyon t. 2, p. 54.

27Bien sûr, l’intérieur des usines ne vaut pas mieux. En 1848, la seule fausse (et bonne) note concerne les aciéries de Rive-de-Gier, dont « ... les Etablissements sont très salubres... »49. Partout ailleurs, on déplore le manque d’hygiène, particulièrement dans les petits ateliers familiaux de l’industrie dispersée, où vivent et travaillent, faut-il le rappeler, l’immense majorité des ouvriers. A Saint-Etienne où, déjà, ils « ... habitent les plus mauvais quartiers, dans des rues étroites ou des basse-cours privées d’air et de lumière... », les forgeurs-quincailliers n’ont « ... qu’une seule pièce au rez-de-chaussée, à côté de la forge et servant encore d’atelier à la mère et à ses enfants pour limer et achever les pièces forgées..., chambre mal éclairée... et presque toujours d’une dégoûtante saleté... » Dans l’atelier du passementier, les croisées demeurent toujours fermées, et l’air vicié par les brins de soie et la poussière des colorants ne se renouvelle pas : ouvrir la fenêtre altérerait la couleur des rubans50. A Lyon, l’adoption du métier Jacquart, très haut, aurait eu un effet bénéfique sur la construction : ceux « ... qu’on aperçoit à travers les fenêtres attestent que l’architecture avait à satisfaire ici à des nécessités spéciales et uniformes... Il fallait en effet, que les logements fussent suffisamment élevés et suffisamment spacieux pour (les) recevoir... »51. Mais bien que le compagnon, de plus en plus, aille habiter ailleurs, l’atelier est aussi logement et du maître, et de l’ouvrier : « ... à dix heures, on éteint les lumières, (il) se transforme en dortoir ; les soupentes, espèces de hamacs en briques, reçoivent les apprentis et les compagnons tandis que le bourgeois et la bourgeoise se renferment dans l’alcôve conjugale... »52.

  • 53 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Chambre commerce Lyon.

28L’usage se développe de séparer la partie réservée au métier de celle où l’on habite, subdivisée en deux, en hauteur, et « ... généralement trop restreinte et pas suffisamment aérée… »53.

  • 54 A.D.I., 162 M 2, Enquête 1848, cantons Vienne Nord et Sud.
  • 55 A.N., C. 956, id., cantons Feurs, Saint-Symphorien-de-Lay et Nérondes.

29A Vienne, ce sont les échoppes des tailleurs et des cordonniers, qui apparaissent comme singulièrement malpropres54. Les « boutiques » où l’on tisse la toile, à Feurs, à Panissières, sont des caves humides ; à Saint-Symphorien-en-Lay, à Nérondes, le coton serait abîmé par un air trop sec : on travaille donc, même l’hiver, dans une atmosphère de moiteur qui pourrit les provisions, en un local bas, à demi enterré et qui est à la fois atelier-logement et resserre55.

  • 56 A.N., C. 956, id., cantons Bourg Argentai et Le Chambon-Feugerolles ; A.N., C.943, id., Ai (...)

30Il est vrai que le tableau n’est pas plus brillant dans les manufactures, qu’il s’agisse des moulinages de Bourg-Argental, de Nantua ou de Saint-Marcellin, des usines drapières de Vienne. Dans les mines, on s’en doute, la rusticité des installations de soufflerie empêche le renouvellement normal de l’air vicié ; les verreries de Vienne n’ont aucune protection contre l’ardeur des fours qui brûle la peau et les yeux, et il n’est pris aucune précaution dans les fonderies de zinc et de métaux rares, dont l’ouvraison « ... n’est pourtant pas sans danger... »56.

  • 57 A.D.I., 52 M 45, sous-préfet Saint-Marcellin, 3.12.1865.
  • 58 A.N., C. 3021 et C. 3022, enquête parlementaire... 1872 réponses Conseil hygiène de Lyon ; (...)
  • 59 A.N., C. 3364, Enquête parlementaire... 1882, réponses de Lyon (s.d. ni origine).

31Pour être plus rares, les observations ne changent pas dans les années qui suivent : elles ajoutent de nouvelles touches à une peinture incomplète, sans en modifier les traits. « ... On ne saurait rien attendre... », déplore en 1865 le sous-préfet de Saint-Marcellin, après avoir dénoncé l’insalubrité des usines à soie de son arrondissement57. Et les enquêteurs de 1872, animés pourtant d’intentions fort différentes, font écho à ceux de 1848. A Roanne, l’humidité est toujours insupportable dans les ateliers de tissage, et, sur une vingtaine d’ateliers de teinture, il n’en est que 5 à présenter de bonnes conditions d’hygiène. A Grenoble, à Annonay, les mégissiers travaillent dans l’eau, sans que rien ne soit fait pour chasser l’odeur pestilentielle des matières en putréfaction. L’air n’est presque jamais renouvelé dans les moulinages de la région d’Aubenas, et dans les pays du Rhône moyen, si quelques rares améliorations ont été apportées aux ateliers, les dortoirs et les communs des usines-internats sont sales et mal aérés58. Et si l’on célèbre, une fois de plus, les qualités de l’appartement du « canut », bien chauffé en hiver par un poêle voire un calorifère, et qui laisse pénétrer « ... en même temps l’air et la lumière... », c’est pour mieux déplorer l’entassement des ateliers de dévidage, des logements bas et étroits, encombrés de rouets et de machines, d’ouvrières et d’apprenties logées dans les soupentes et les alcôves. L’exiguïté est encore plus forte dans les imprimeries, où chaque typographe ne dispose pas de 9 mètres cubes d’air, quand le canut en a 30 ; quant aux usines d’apprêt chauffées à la vapeur et au charbon de bois, elles baignent dans la chaleur – 45 à 50° en moyenne ! – d’une atmosphère confinée59.

  • 60 A.N., C. 956, enquête 1848, Loire, commission médicale Saint-Etienne et réponse délégué ou (...)
  • 61 A.N., C. 963..., Rhône, note des docteurs Masse et Munaret, de Saint-Genis-Laval.
  • 62 A.N., C. 956... Loire, juge de paix Roanne et A.D.I., 162 M 2, rapport docteur David, de V (...)
  • 63 A.N., C. 963, Rhône, juge de paix Vaugneray, 27.11.1849 et A.D.I., 162 M 2, j. de paix St (...)
  • 64 A.N., C. 963, Rhône, j. de paix Villefranche, 12.9.1848 et A.D.I., 162 M 2 id., Pont-de-Be (...)
  • 65 A.N., C. 963, Rhône... ; J. de paix Mornant et note docteurs Masse et Munaret.
  • 66 A.N., C. 963, Rhône..., j. de paix Nérondes ; A.D.I., 162 M 2, Isère, j. de paix Vienne No (...)
  • 67 A.N., C. 956,... Loire, j. de paix St Héand, Saint-Bonnet-le-Château et Le Chambon-Feugero (...)
  • 68 D’après le rapport du docteur Ulysse David, de Voiron (A.D.I., 162 M 2) et A.N., C 963, Rh (...)
  • 69 A.N., C. 963, Rhône, 6e canton Lyon.

32On comprend – et les registres des conseils de révision l’ont confirmé – que les travailleurs dispersés « en boutique soient les plus atteints » ; et, parmi eux, ceux du textile. « La phtisie pulmonaire décime cruellement les passementiers stéphanois... », par ailleurs fort souvent affectés de scrofules ; leur vue s’affaiblit précocement, et la plupart d’entre eux doivent abandonner le métier à la cinquantaine, suivie fréquemment d’une déchéance physique totale qui atteint l’appareil digestif et respiratoire. Le métier à barre, qui nécessite une pesée de 50 à 60 kgs est abandonné bien plus tôt, et l’appui répété de son battant de bois sur la poitrine explique la fréquence des cancers de l’estomac60. A Lyon aussi « ... la flexion du corps sur le métier, le contrecoup dans la région épigastrique par le balancier, et qui se répète en moyenne 40 fois par minute... » provoquent des troubles fonctionnels de l’appareil gastro-intestinal61. On retrouve varices, scrofules et ophtalmies chez les tisseurs de coton dans la région roannaise, chez ceux du canton de Rives, avec les tumeurs blanches et les rhumatismes articulaires62 ; à Saint-Geoire, le travail des toiles « ... étiole la constitution des adultes... », comme celui du velours à Vaugneray63. A Pont-de-Beauvoisin, la poussière de chanvre altère les poumons des peigneurs à un point tel qu’il est rare d’en voir poursuivre ce travail au-delà de 40 ans, et l’on estime à Villefranche que les « ... ouvriers grazeurs et les ouvrières cardeuses de coton sont ceux dont le travail nuit le plus à la santé... »64 ; à Mornant c’est « ... l’eau forte mercurée… employée pour les feutres... » et « ... l’arsenic employé pour les beaux gris... » qui minent la santé des ouvriers chapeliers ; et le carbonate de cuivre dont on use aux fabriques de papiers peints de Saint-Genis-Laval multiplie les cas de saturnisme, la « colique métallique », comme le dit un docteur qui les soigne, source de maigreur, de pâleur et de sénilité précoce65 ; chez les tanneurs d’Oullins, coupures et écorchures s’infectent facilement, et les rhumatismes sont monnaie courante, comme dans tous les corps de métier travaillant en atmosphère humide, qu’il s’agisse des cordiers que la poussière étouffe, ou des couverturiers lyonnais en permanence à demi-asphyxiés par les senteurs du soufre, ou les mousseliniers de Nérondes ; ou les foulons de Vienne, ou les tisseuses de soie de Saint-Marcellin66. Ailleurs, ce sont les membres et le squelette que déforme une position pénible ou un geste répétitif : ceux des cloutiers du Chambon-Feugerolles sont déviés par des efforts incessants accomplis trop tôt, quand la croissance n’est pas encore achevée ; et à La Mure, ils doivent arrêter de travailler à 45 ans au plus tard, par « ... caducité des bras et des jambes... » ; les serruriers de Saint-Bonnet-le-Château présentent très jeunes des ulcères variqueux rebelles à tout traitement et qu’explique la nécessité de travailler constamment debout, et les armuriers de Saint-Héand sont, de surcroît, voûtés dès leur adolescence67. Très souvent, le travail de nuit aggrave les risques, et les « ... céphalées et les ophtalmies… » (en) sont la suite la plus ordinaire... ; chez certains, la fumée épaisse de la lampe provoque des crise d’asthme ; il empêche, bien sûr, une certaine récupération des forces qui se traduit chez les uns par « ... une espèce d’atonie et d’insensibilité... » et chez les autres, déjà, « ... il dérange l’équilibre des fonctions vitales en maintenant les organes dans un état de tension perpétuelle (qui irrite) le système nerveux... »68. Le corollaire est souvent l’absorption déraisonnable de boissons alcooliques, fort appréciées aussi de tous les métiers du feu et de ceux où la poussière des fibres textiles dessèche les gosiers. Mais les typographes ne sont pas plus favorisés, qui manient des « ... alliages... d’oxydes vénéneux que le frottement réduit en poussière... », non plus que les ouvriers confiseurs « … ordinairement privés de toutes (leurs) dents après un travail de 10 ans... »69.

  • 70 A.N., C. 956, Loire..., j. de paix Saint-Etienne.
  • 71 A.D.I., 162 M 2, Isère, rapport docteur Ulysse David.
  • 72 A.N., C. 963, Rhône, 6e canton Lyon.
  • 73 A.N., C. 956, Loire, j. de paix Saint-Etienne.

33Si bien que la grande usine paraît un lieu privilégié. Les mineurs notamment seraient de solides gaillards sans doute minces et pâles, mais qu’épargnent à peu près totalement phtisie, scrofules et rachitismes, et où les cas de « maladies courantes » sont rares ; même si asthme et catarrhes pulmonaires y sont plus tenaces et plus graves que chez d’autres70 ; on n’évoque jamais les ouvriers de la grande industrie métallurgique, et seules les femmes employées au triage des chiffons présentent quelques cas d’inflammation respiratoire dans les papeteries71. Mais les nouveaux et vastes ateliers de teinture, pour ne pas avoir les mêmes inconvénients que ceux des passementiers, annoncent les menaces des nouvelles techniques ; à Lyon, c’est sans doute une des industries qui exercent « ... une des influences (les plus fâcheuses sur les ouvriers qui s’y livrent... » ; l’acide sulfureux y provoque la toux, et les solutions caustiques y attaquent l’épiderme, trouant la peau et desséchant les ongles : beaucoup n’y peuvent résister, doivent abandonner, et quand ils restent « ... (on) transforme au bout de quelques années un homme sain et bien portant en un véritable squelette... »72 ; à Saint-Etienne, ils sont atteints « ... de maux d’estomac, de toux violentes, convulsives, et quelquefois de crachements de sang... » Si bien qu’au total, « ... la majeure partie des ouvriers sont atteints d’infirmités avant cinquante ans... »73.

  • 74 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 9.9.1854.
  • 75 A.D.L., 10 M 52, police Rive-de-Gier, s.d. (1854) et Chomienne (C.) Histoire de Rive-de-Gi (...)
  • 76 A.N., F 1 C III, Isère, 7, préfet, 18.9.1854, cf. aussi, id. Ain, 6, sous-préfet Belley, 1 (...)
  • 77 A.N., BB 30.375, proc. gal Chambéry, 30.9.1867.
  • 78 A.D.D., M.1560, 2, police Valence, 29.10.1889.

34Quelques années plus tard, sans qu’il y ait épidémie de grande envergure, c’est chez les ouvriers que frappe le choléra. De juillet à septembre 1854, il tue 258 personnes pour 411 malades dans le Rhône, dont 194, sur 325 cas, à Lyon, presque toutes « … appartenant à la classe pauvre, vivant dans de mauvaises conditions hygiéniques »74. A Rive-de-Gier, à Grand-Croix, les décès sont particulièrement nombreux75, et, comme à Grenoble et en Dauphiné, « … les personnes aisées en ont été exemptes... », la maladie frappe celles qui « … sont déjà affaiblies, débilitées par les fatigues, les privations, l’insalubrité de leur logement... »76. Une brève et brutale flambée, à Chambéry, en 1867, ravage le faubourg ouvrier, « … toujours visité par les épidémies…77 et, en 1889 encore, c’est là que la variole à Valence, frappera le plus durement78.

  • 79 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Conseil Hygiène Lyon.
  • 80 A.N., C. 3022, id., synthèse réponses Ardèche, et Deydier et fils, filateur de soie à Pont (...)
  • 81 A.N., C. 3021, id., Conseil hygiène Lyon.
  • 82 A.N., C. 3022, id., réponse Chaland, teinturier à Roanne.
  • 83 A.N., C. 3364, Enquête parlementaire... 1882, réponses anonymes (Lyon) ; Refaure, patron g (...)
  • 84 A.N., C. 3362, id., réponse anonyme, Oullins.

35De même, la tuberculose fait toujours des ravages chez les ouvriers de la Fabrique lyonnaise, au début de la IIIe république, et malgré une certaine amélioration depuis une trentaine d’années, les populations ouvrières de La Croix-Rousse demeurent scrofuleuses, sujettes aux affections pulmonaires et aux rhumatismes79 ; dans les moulinages de la diaspora vivaroise, où l’on travaille constamment debout, varices et scolioses frappent dès l’adolescence80 ; le manque d’hygiène favorise la transmission de la syphilis chez les verriers de Givors par le tube de fer ou la canne qui sert au souflage, et les verreries, dit-on, sont des foyers de contagion plus redoutables que les maisons de débauche : diverses mesures – l’emploi d’embouts mobiles et personnels notamment – recommandées en 1865 par le Conseil de salubrité de Lyon n’ont pas été suivies d’effet81 ; rachitisme et scrofules fleurissent avec la même vigueur de toujours parmi les ouvriers cotonniers de Roanne, malgré l’amélioration qu’apportent les grandes usines82 ; le saturnisme n’a pas reculé chez les typographes et les fondeurs de lettres, une dizaine d’années plus tard ; les chapeliers lyonnais se reconnaissent « ... à un tremblement des bras et des mains causé par l’acide sulfurique… » ; la plupart des couverturiers de Cours sont asthmatiques, tout comme les tailleurs de l’artisanat lyonnais83 ; et les tailleurs de cristaux d’Oullins sont « chétifs au physique, ayant commencé à travailler trop tôt... » : vers la quarantaine, leur vue baisse, et ils ne peuvent plus assurer un rythme normal de production84.

36Or, cette misère physiologique apparaît, très largement, comme la partie immergée de la condition ouvrière. Ceux qui l’observent ne sont qu’exceptionnellement des travailleurs de l’industrie ; il est vrai qu’on leur a donné rarement la parole, sauf en 1848 ; mais ils ne l’ont pas prise plus souvent, et l’exemple des mineurs foréziens en 1851, n’est pas suivi : une certaine détérioration de la vie, dans l’usine et en dehors d’elle, n’affleure pas vraiment à la conscience collective ; parce qu’elle paraît aller de soi ? Que l’existence des milieux populaires n’est pas plus enviable dans les campagnes ? Il y a aussi, au milieu du XIXe siècle, un certain fatalisme, et les absents de la lutte collective ne sont pas forcément les plus favorisés. Sans verser dans le tableau misérabiliste, cette toile de fond demeure, même si les observateurs se font moins nombreux pour la dénoncer après 1860, et même, surtout, si les éléments quantifiables du niveau de vie apportent un certain nombre de nuances.

2. Les nécessités de l’existence

A. La répartition des besoins

  • 85 Il ne s’agit d’ailleurs pas de « budgets » à proprement parler, puisque les recettes ne so (...)
  • 86 Pour un revenu annuel de : Saint-Etienne, mineur, 846 frs ; veloutier, 650 ; rubannier, 53 (...)

37Des budgets dressés à l’occasion de l’Enquête sur le travail, en 1848, dix-sept ont été conservés qui soient assez détaillés pour indiquer le partage précis, des dépenses annuelles85. Ils se dispersent dans l’ensemble de la région, mais couvrent les activités essentielles. Neuf d’entre eux ont été calculés pour un ouvrier célibataire, sans charge de famille ; si l’on convertit chaque poste de consommation en pourcentage, on obtient la ventilation suivante86 :

  • 87 On a regroupé dans la rubrique « entretien », les frais de blanchissage, de chauffag (...)

DÉPENSES D’UN OUVRIER CÉLIBATAIRE EN 1848, PAR SECTEURS (87)87 EN %

DÉPENSES D’UN OUVRIER CÉLIBATAIRE EN 1848, PAR SECTEURS (87)87 EN %
  • 88 Pour un revenu annuel de : Saint-Etienne, mineur, 1 458 francs ; ouvrier rubannier, 1 324  (...)

38Huit autres budgets envisagent le cas d’une famille-type de 4 personnes, dont 2 enfants à charge, la répartition devient88 :

DÉPENSES D’UNE FAMILLE OUVRIÈRE DE 4 PERSONNES, EN 1848, PAR SECTEURS

DÉPENSES D’UNE FAMILLE OUVRIÈRE DE 4 PERSONNES, EN 1848, PAR SECTEURS
  • 89 Cf. A.N., C. 963, « Mémoire d’un ouvrier en soie d’Orliénas » ; au total, sans la location(...)

39Quelques cas font exception dans une répartition qui, d’un budget à l’autre, dans chaque catégorie, est assez homogène, dans ses grandes lignes du moins. La gratuité du logement chez le chef d’atelier élève artificiellement la part des autres postes dans les dépenses annuelles du compagnon rubannier stéphanois ; et il semble qu’une partie de la nourriture soit déplacée vers le « loyer » dans le prix de « pension » du tisseur de coton roannais. D’autre part, pour la famille de l’ouvrier en soie de Montant et, à un moindre titre, pour celle du maître veloutier stéphanois, l’importance des frais professionnels qu’entraîne la possession du métier minore les autres postes pour gonfler les « frais divers » auxquels ils sont intégrés89.

  • 90 A.N., C. 963, Enquête... 1848, Rhône, La Mure, Lyon, St-Symphorien ; A.D.I., 162 M 1 et 2, (...)
  • 91 A.N., C. 956, id., Loire, Boën et Noirétable.
  • 92 On retrouve une notation analogue à Vizille, où le vêtement des ouvriers est « ... très bo (...)
  • 93 A.D. Rhône, E. décès La Guillotière, 1851.

40Or, précisément, la médiocrité de cette dernière rubrique indique l’inexistence d’un surplus pour la famille ouvrière comme pour le célibataire ; il ne s’en dégage de substantiel que pour le mineur, un privilégié ; mais dans 7 cas, elle n’apparaît même pas, et, ailleurs, elle est toujours inférieure à 10 %. La place du vêtement est à peine supérieure dans les budgets familiaux : partout, d’ailleurs, on le dit « modeste », ordinaire, très simple à Rive-de-Gier, « passable », « ... suffisant pour le strict nécessaire... », « … grossier... » voire « … insuffisant pour abriter de la température froide et humide... », en tout cas, « … sans aucun luxe... »90, et, à Lyon, la blouse demeure l’habit le plus fréquemment porté. En moyenne, dans les 6 cas de familles urbaines, elle s’inscrit à 13,3 % seulement, et se tient à un niveau encore plus bas à la campagne. Mais parce qu’une partie du vêtement y est de confection locale, domestique,91 et l’on retrouve cette médiocrité relative chez les célibataires alors que leur dépense est beaucoup plus forte : dans les 6 cas où elle peut être calculée, elle atteint, en moyenne, 20,3 %. Signe d’une certaine disponibilité financière ? ou plutôt d’un trait de mentalité qu’on retrouve chez les mariniers de Roanne, pour lesquels c’est « ... une sorte de luxe... », ou chez les compagnons armuriers et surtout rubanniers de Saint-Etienne, capables de rogner sur l’alimentation pour assurer la mise du dimanche ?92 Il ne manque pas d’allure, cet ouvrier maçon qu’on retire, en août 1851, des fossés du fort de Villeurbanne « … vêtu d’un pantalon, gilet et veste, le tout en gros drap bleu, le gilet bordé de velours noir, chemise en grosse toile rousse..., casquette en gros drap bleu foncé, mouchoir de poche quadrillé bleu et rouge, cravate couleur rouille, avec des dessins blancs et noirs... »93. Mais sans doute porte-t-il sur lui presque toute sa garde-robe, car voici celle d’un veloutier stéphanois : 3 chemises de toile, 2 pantalons, 2 gilets, 2 habits-vestes, 1 chapeau, 2 cravates, 4 mouchoirs de poche, 2 paires de bas de laine, 2 paires de souliers, 2 chemises de nuit, 1 casquette de travail, 2 tabliers de toile et 1 tricot de laine. On le sait relativement soucieux d’élégance : or, le tout se réduit à un costume de travail et un autre de sortie. Les tisseurs de coton, à Roanne, n’ont que 2 pantalons, une blouse pour l’été et une carmagnole d’hiver, 2 chemises, 2 gilets, 2 caleçons, une paire de souliers, une de bas et une de chaussons, quatre de sabots ; tous de médiocre qualité, puisqu’il faut les renouveler chaque année.

  • 94 A.N., C. 956 et C. 963, divers et A.D.I., 162 M 1 et 2.
  • 95 A.N., C. 963, id., j. de paix 6e canton Lyon.

41Le loyer représente, lui aussi, une faible part de la dépense annuelle. Mais les enquêteurs de 1848 ont porté peu d’attention aux logements, sinon pour en déplorer de manière assez vague, l’exiguïté et l’insalubrité. Ici, ils sont « passables... » (à Allevard), « ... peu confortables » (à Mornant), là franchement « ... malsains » (dans les communes soyeuses du Lyonnais), « ... mauvais... » (à Morestel et dans le Bas Dauphiné), « ... généralement misérables... » (à La Mure), et les ouvriers sont, presque toujours, « ... mal logés... » (comme à La-Tour-du-Pin), même quand ils sont, à la campagne, (à L’Arbresle, dans les Monts du Forez), propriétaires de leur maison. Les appréciations favorables sont rares, à Vaugneray, et surtout, encore une fois, à Vizille où « ... l’ouvrier est convenablement logé (et) se chauffe l’hiver à bon marché au moyen de l’anthracite... »94. Dans les villes, c’est l’entassement qui domine : on connaît l’atelier – appartement du « canut » ; celui du passementier stéphanois lui ressemble beaucoup : à la fois cuisine, dortoir et lieu de travail, il n’a pas plus d’une pièce par famille, et l’on refoule enfants et compagnons dans les soupentes et les greniers ; du moins est-il bien tenu, car la rubannerie exige la propreté, alors que celui des mineurs et des forgeurs-quincailliers est crasseux, le plus souvent dans un rez-de-chaussée humide, où le loyer est plus modique. A Rive-de-Gier, le tableau n’est pas plus riant, et, à Lyon, la négligence des propriétaires, soucieux de tirer un bénéfice maximal, explique la saleté des murs « … enduits d’une épaisse couche de mélange de poussière dans laquelle les insectes peuvent se multiplier à leur aise... » ; les « ... planchers sont enfumés »…, où « ... pullule la vermine... » ; et, « ... dans les quartiers plus propres, l’ouvrier habite sous les toits ou dans des mansardes... » ; pour ne rien dire des garnis où vivent les célibataires, encore bien pires95.

  • 96 Cf. Bardet (J.) et autres, Le Bâtiment..., p. 51-53.
  • 97 A.N., BB 18.1520, proc. gal Lyon, 15.5.1853 et Gras (L.J.), Histoire du Commerce local..., (...)
  • 98 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Chambre Commerce Lyon et Conseil d’hygiène. (...)

42La médiocrité du logement vient, avant tout, du prix élevé des loyers dans des villes en expansion où la construction ne suit pas le rythme de la progression démographique. G. Désert a montré la détérioration générale de l’habitat urbain dans la France du XIXe siècle96 : elle est précoce, et aggravée, dans les régions industrielles, par leur prospérité même. En 1853, le procureur général de Lyon note qu’à Saint-Etienne, « … l’accroissement de la population est tel que les constructions sont louées avant d’être commencées, et de 1854 à 1856, les loyers y augmenteraient de 30 %97. Et, dans les années qui suivent, à Lyon notamment, les initiatives sont trop rares pour que se définisse vraiment une politique de l’habitation populaire : « ... les tentatives faites pour créer des cités ouvrières dans le genre de celles que l’organisation de l’industrie alsacienne a rendu célèbres n’ont pas eu de succès... », on se heurte à l’impossibilité, pour les travailleurs, de dégager la somme nécessaire à une location-vente, qui est la formule généralement retenue ; Arlès Dufour, à Oullins, Richard-Vitton, dans le nouveau quartier de Montchat, ont échoué, « ... à cause de l’éloignement relatif et de l’absence de moyen de transport à bon marché... », et la seule réalisation lyonnaise, la cité de l’Enfant-Jésus, aux Brotteaux, est une institution charitable98. Nulle part, ni à Saint-Rambert-en-Bugey, ni à Annonay, ni à Grenoble, ni à Rive-de-Gier, ni dans la région roannaise, les enquêteurs de 1872 ne recensent de cités ouvrières ; à l’exception des logements annexés aux usines, dont la finalité est, on le verra, fort différente.

  • 99 A.N., C. 3021, id., Chamard, Coche et Cie, fabrique de savons à Bourg, pour le reste, l’en (...)
  • 100 A.N., C. 3021, id Bouillon et Cie, mégisserie à Grenoble et Brenier et Cie, constructions (...)
  • 101 A.N., C. 956, enquête... travail 1848, délégué rubannerie St-Etienne et C. 3022, enquête.. (...)
  • 102 A.N., C. 956, id., Soc. des cloutiers de St-Chamond, et C. 3022, id., Russery et Lacombe, (...)
  • 103 A.N., C. 3353, Enquête parlementaire... 1882, Loire, C. 3343, 3362, 3363 et 3364, id., Rhô (...)
  • 104 A.D.L., 90 M 1, Soc. sec. mutuels rubans St-Etienne 28.11.1884.
  • 105 A.D.L., 10 M 82, police St-Etienne, 24.2.1884.
  • 106 A.D.L., 10 M 79, police Roanne, 21.9.1882 ; on réclame donc une taxation de loyer, « ... o (...)

43Si bien que la situation n’a guère changé en vingt ans. Sans doute y a-t-il un certain nombre de chefs d’atelier lyonnais propriétaires de leur logement et, à la campagne, beaucoup d’ouvriers, – mais pas tous : pas plus d’ 1 sur 20 dans le Bugey de la schappe, « … quelques-uns... » dans la région de Bourgoin, moins d’un sur 5 en Roannais – ont une maison bien à eux, voire un petit champ, « … par patrimoine, non par achat... », remarque-t-on à Bourg99. Mais l’encombrement et la cherté ont gagné de nouvelles villes : à Grenoble, on repère l’ouvrier mégissier ou gantier dans les étages supérieurs « … quelquefois un peu étroitement... », mais le prix des locations est très élevé, car la ville ne peut s’étendre, l’espace étant occupé par les bâtiments militaires100. On retrouve les plaintes sur la montée des loyers à Vienne, à Saint-Chamond, à Roanne, à Saint-Etienne et même dans la vallée de la Fures, où les manufactures sont en train de se multiplier. On y parle, souvent, d’un doublement en vingt-cinq ans, qui semble vraisemblable à partir des rares comparaisons qu’on puisse faire : à Saint-Etienne, une famille de 4 personnes dépensait environ 140 francs par an pour se loger autour de 1848 ; en 1872, pour 2 petites pièces de 15 à 20 m2, il lui faut 200 à 300 francs, selon le quartier101 ; dans la vallée du Gier, on passe, dans le même temps, de 60-80 à 100-120 francs pour un ménage102. La situation paraît d’ailleurs fort inégale d’une ville à l’autre, et assez difficile à apprécier en l’absence d’une règle stricte du calcul ; et si, partout ailleurs, il paraît y avoir un certain ralentissement entre 1872 et 1882, la progression continue à Lyon ; il faut compter 250 francs par an pour un atelier de canut de 50 m2, à « deux fenêtres », avec une petite cuisine, 340 francs pour un appartement de 3 pièces sur cour, au 4e étage, nécessaire à une famille de guimpier de 3 enfants et, d’ailleurs, difficile à trouver, 150 francs pour une chambre de célibataire103, soit, environ deux fois et demi plus qu’au début du Second Empire. « Nous nous logeons difficilement », se plaint-on un peu partout, avec les rubanniers de Saint-Etienne104. Et la question du logement est jugée essentielle par le syndicat des manœuvres105 : peu de temps avant, les ouvriers roannais avaient discuté, en présence de Lafargue, d’une éventuelle taxation des loyers106. Pourtant, il ne semble pas que leur hausse ait entraîné un bouleversement des budgets. En effet, de la Seconde République aux approches de la Grande Dépression, c’est, toujours, l’alimentation qui absorbe la majeure partie du revenu ouvrier.

44Les compagnons qui vivent seuls, lui consacrent en effet les trois cinquièmes de leur salaire, puisque la moyenne s’établit à 64,6 % des dépenses totales, plus encore pour les familles-types, où elle monte à 69 % et peut approcher les trois-quarts, les dépasser même à la campagne, pour les raisons comptables que l’on sait. Quelle que soit la place des autres dépenses, le besoin fondamental reste donc celui de l’alimentation quotidienne ; et pour longtemps encore.

  • 107 A.N., C. 3341, C. 3353, C. 3362 et C. 3364, Enquête sur la situation des ouvriers en Franc (...)

45Car une trentaine d’années plus tard, les schémas de consommation ne paraissent pas s’être fondamentalement modifiés. L’Enquête parlementaire de 1882-1884, à la veille de la reconversion des industries régionales, livre des budgets moins complets, moins détaillés107 ; la comparaison terme à terme n’est pas possible avec ceux de 1848, d’autant plus que les ouvriers observés ne sont pas les mêmes ; mais la confrontation est cependant possible si l’on s’en tient aux trois grands postes principaux. – La répartition devient, pour 7 cas d’ouvriers célibataires, la suivante :

DÉPENSES D’UN OUVRIER CÉLIBATAIRE EN 1884, PAR SECTEURS, EN %

DÉPENSES D’UN OUVRIER CÉLIBATAIRE EN 1884, PAR SECTEURS, EN %
  • 108 Il n’y a pas, en effet, de famille-type, comme en 1848 et la plupart de celles qui sont ci (...)

46Bien que la composition de l’échantillon soit tout à fait différente – la prudence est donc nécessaire – il n’en reste pas moins que la place de l’alimentation demeure primordiale, à un niveau moyen – 64,3 % ! – quasiment égal à celui de 1848. C’est encore plus vrai – avec le même décalage vers le haut – des budgets familiaux, bien que ceux-ci soient dressés à partir de groupes de tailles différentes108 :

DÉPENSES D’UNE FAMILLE OUVRIÈRE EN 1884, PAR SECTEURS, EN %

DÉPENSES D’UNE FAMILLE OUVRIÈRE EN 1884, PAR SECTEURS, EN %
  • 109 Reybaud (L.), Le fer et la houille, p. 147 et Gras (L.J.) ouvr. cit. (à Saint-Etienne), p. (...)
  • 110 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire sur la situation de la classe ouvrière... 1872, Rhône (...)

47Si l’on met à part l’ouvrier en sparterie lyonnais – qui paraît aussi disposer d’un surplus – la dépense alimentaire représente toujours des trois cinquièmes aux trois quarts du budget. Le poste « divers » demeure aussi médiocre, et quelques notations ponctuelles ne permettent pas de tirer des conclusions fermes : l’imprimeur-lithographe lyonnais – un ouvrier très bien payé – achèterait pour 120 francs de tabac et autres agréments par an, et 40 francs de livres et de revues, « le pain de l’intelligence », pour une dépense familiale de 2 201 francs ; et il paie en outre 66 francs de cotisations diverses ; celles-ci apparaissent aussi chez l’ouvrier tanneur, à l’assurance incendie et à la Société de Secours mutuels : à 19 francs. Et il faut se garder de conclure au gonflement des postes « logement et vêtement » : il s’explique par le transfert des frais d’entretien, chauffage, blanchissage et éclairage, comptés à part en 1848. Enfin, quelques budgets erratiques entre les deux coupes confirment et une certaine immobilité du genre de vie, et la part prépondérante qu’y prend l’alimentation : mineurs et métallurgistes de la vallée du Gier lui consacrent aussi les trois-quarts (73,1 %) de leurs dépenses dans les années 1870109, et les teinturiers lyonnais plus des 3/5, qu’ils soient célibataires (65,1 %) ou chargés de famille (61,4 %)110. Au-delà des nuances régionales ou professionnelles, le souci du pain quotidien demeure la préoccupation essentielle jusqu’aux années 1880 au moins ; on peut revenir aux budgets détaillés de 1848 : ils valent pour une quarantaine d’années.

  • 111 A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le travail... 1848, juges de paix Vizille et Vif.
  • 112 Cf. données éparses dans A.N., C. 943 et C. 963, id., 1848.

48Si l’on en croit l’opinion générale de l’Enquête de 1848, c’est pourtant par la richesse de son alimentation que l’ouvrier d’industrie est un privilégié. Ainsi, à Vizille, on oppose le travailleur des fabriques, nourri d’une abondante viande de boucherie à celui des champs, qui doit se contenter de porc salé ; et si le papetier de Vif, au sud du Graisivaudan, partage en ce domaine la portion paysanne, il l’accompagne d’un pain de froment, de pommes de terre, d’œufs et de légumes du jardin, boit assez souvent du vin ; toutes choses dont l’ouvrier agricole et le fermier doivent se priver, qui mêlent leur pain de farine de seigle111. L’opposition est la même à Vaugneray, à La Mure-sur-Azergues, où les tisseurs de soie mangent un pain de meilleure qualité que celui des cultivateurs. A Ambérieu, à Saint-Rambert-en-Bugey, ils consomment même de la viande : fort peu, mais les paysans n’y touchent jamais112.

  • 113 id., dans A.N., C. 943, C. 951, C. 956 et C. 963 ; A.D.I., 162 M 1 et 2.
  • 114 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Haute-Savoie, réponse Jacotet-Carpano, indus (...)

49La région lyonnaise n’est pas, dans son ensemble, une terre à blé, les « ségalas » y conservent une large extension, et le plus souvent, pain noir, pommes de terre, lard et porc salé constituent, avec quelques fruits propres au pays, la base d’une alimentation paysanne qui paraît fort médiocre ; et que partagent, malgré tout, un grand nombre d’ouvriers des campagnes. Ils ne paraissent pas privilégiés dans l’ensemble du Bas Dauphiné, où l’essentiel de la nourriture est fourni par un « pain très grossier », accompagné de pommes de terre et de fromage : on ne trouve ni vin ni viande au menu des tisserands de Mens, de Saint-Laurent-du-Pont, de La-Tour-du-Pin, bien que l’on y cultive la vigne ; à Bourg d’Oisans, on retrouve le porc salé, la chèvre aussi, mais le pain de seigle « très noir » est cuit un an à l’avance, et on doit l’humecter avant de le manger. En Forez, en Vivarais, en Bugey, il accompagne, là les pommes de terre, les haricots et le lard en soupes épaisses, ici les châtaignes, le fromage ; la viande n’apparaît que 4 fois par an à Saint-Symphorien, en Forez, elle est tout à fait exceptionnelle à Pont-de-Veyle, en Bresse, à Saint-Félicien d’Ardèche où ouvriers en soie et journaliers boivent pourtant régulièrement la piquette du cru113. Vingt-cinq ans plus tard, on retrouve cette médiocrité chez les mineurs vivarois de Prades, où pain et légumes secs accompagnent toujours le seul porc salé avec, pour les ouvriers des moulinages, le lard, les châtaignes et les pommes de terre ; les horlogers du Faucigny, y ajoutent un peu de laitage et boivent du cidre114.

  • 115 Cf. supra, note 85.

50En contraste, de fait, la ration de l’ouvrier des villes apparaît extraordinairement variée ; puisque les deux aliments « nobles » que constituent la viande et le vin sont présents dans presque tous les budgets – nourritures qu’on a pu reconstituer à partir de l’Enquête de 1848115. – Dans 4 cas d’ouvriers célibataires, la dépense relative pour l’alimentation quotidienne est la suivante :

DÉPENSES ALIMENTAIRES D’UN OUVRIER CÉLIBATAIRE EN 1848, PAR JOUR

DÉPENSES ALIMENTAIRES D’UN OUVRIER CÉLIBATAIRE EN 1848, PAR JOUR

51Les grands traits ne changent pas pour une famille-type de 4 personnes :

DÉPENSES ALIMENTAIRES D’UNE FAMILLE OUVRIÈRE, EN 1848, PAR JOUR

DÉPENSES ALIMENTAIRES D’UNE FAMILLE OUVRIÈRE, EN 1848, PAR JOUR
  • 116 On retrouve la même forte consommation de vin chez les fondeurs des Aciéries de Terrenoire (...)
  • 117 A tel point qu’il arrive, même en ville, qu’on le fasse à la maison : à Vienne, en 1853, c (...)

52Viande et vin constitueraient même et de loin, l’essentiel des dépenses de l’ouvrier mineur célibataire116 ; à l’excès, dit-on ; et dans aucun des cas, ils ne sont des postes négligeables, suggérant une consommation occasionnelle. Mais le pain demeure l’essentiel, accaparant toujours plus du tiers du débours quotidien quand ce n’est pas, pour les moins favorisés, la moitié et même plus117. De fait, chaque ouvrier en mange environ 1 kg par jour, et il en faut 3,5 à 4 kgs pour une famille de 4 personnes. On le consomme directement, en tranches d’accompagnement, mais aussi dans la soupe, trempée 3 fois par jour dans la plupart des foyers, ou humecté de ces « ragoûts à longue sauce » où l’on accommode les légumes, les pommes de terre et aussi la viande. Si l’alimentation de l’ouvrier des villes est plus riche, plus variée que celle des campagnes, elle n’en reste pas moins traditionnelle.

  • 118 Reybaud (L.), ouvr. cit., p. 171.
  • 119 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 10.4.1866.
  • 120 A.N., C. 3021, Ain, fabricant savons Bourg et Chancel-Veillon, filature à Tenay ; Isère, P (...)

53Que cette évolution se poursuive dans les décennies suivantes, quelques notations éparses le confirment. En 1859, Louis Reybaud trouve la viande et les légumes, servis dans de grands plats de faïence, avec le vin et un pain de bonne qualité, sur la table du chef d’atelier lyonnais ; qui est, aussi, celle du compagnon118 ; et, en Dauphiné, en 1866, les ouvriers remplaceraient de plus en plus le pain par des « … aliments plus substantiels... », où viande et vin tiennent une place de choix119. En 1872, à Tenay-en-Bugey, la viande est régulièrement servie à midi chez les ouvriers des filatures de schappe, avec les légumes, après le bouillon du matin et la soupe du soir, qu’on arrose d’un verre de vin ; à Cran-Gevrier, les métallurgistes en ont régulièrement, avec les pommes de terre récoltées à mi-fruit dans les champs de l’usine. A Bourg, viande et vin sont de tous les repas chez les mieux payés, et les autres en servent plusieurs fois par semaine à Saint-Chamond aussi, mais ce n’est pas une nouveauté ; et à Lyon, les plaintes contre la hausse de leurs prix ne font que traduire l’habitude qu’on en a : à la « gargote » des ouvriers teinturiers, par exemple, on mange chaque matin, avec la soupe, un morceau de « bouilli » – de bœuf ou de vache –, et l’on boit un demi litre de vin ; à midi, c’est une « portion grasse » entourée de légumes, et associée de même façon ; le soir, une soupe, et un verre. A Roanne enfin, l’association de base potage-vin-viande s’enrichit des œufs et du fromage120.

  • 121 A.N., C. 3021, Enquête... 1872, Rhône, Drevon et Cie, teinturiers à Lyon, qui notent l’ach (...)
  • 122 Papeterie de Vidalon-les-Annonay – Notice sur l’établissement..., 1872, p. 12 : le prix du (...)
  • 123 Rostaing (L.), L’enquête parlementaire sur les conditions du travail en France..., p. 63, (...)

54Données impressionnistes que corroborent quelques contributions numériques isolées : une famille de teinturier « médiocrement économe » en 1872 donne la première place au vin – 5,5 francs par semaine, pour un total de 23 francs – dans ses dépenses d’alimentation ; sur sa table figurent aussi la viande (3,5 francs), les légumes secs (2) et frais (1,5), le beurre et la graisse (1,5) les œufs et les laitages (2), le sucre et le café (2)121. Aux ouvriers des papeteries de Vidalon-les-Annonay, on sert à chaque repas un quart de litre de vin et 100 grammes de viande « de première qualité », avec la soupe et le dessert122, et, aux cantines ouvrières de Grenoble, 130 grammes – ou 200 g. de poisson séché – et un demi-litre123. Mais le pain demeure pour 1 livre au moins dans chacun des menus, et il continue à constituer le premier poste de nourriture solide chez les teinturiers lyonnais qui lui consacrent encore 4 francs par jour. Si bien que le niveau de vie ouvrier reste lié à sa consommation – ne représente-t-il pas, à lui seul, le tiers des dépenses totales dans certains budgets de 1848 ? –, donc à son prix.

B. L’évolution des prix (1848-1914)

  • 124 D’après A.D.R., M, non classée, Mercuriales générales, complétée par A.M.L., Mercuriales d (...)
  • 125 Cf., pour l’ensemble, graphiques hors-texte n° 47 à 54.
  • 126 Sur les difficultés théoriques à constituer un indice du pouvoir d’achat, cf. Rougerie (J. (...)

55Sur l’évolution des prix, nous nous sommes tenus à quelques produits-clés : d’une part le pain et la pomme de terre, dont les budgets nous ont appris qu’ils constituent encore, pendant une quarantaine d’années, les fondements de l’alimentation ouvrière ; donc, une sorte de minimum » vital ; d’autre part, la viande, qui est le produit de luxe par excellence124. De même, nous avons renoncé à dresser des séries synthétiques régionales, qui ne pouvaient être que des moyennes de prix départementaux : il a paru préférable de conserver des bases locales, prises là où vit la majorité de la classe ouvrière. Ainsi, 6 séries ont été dressées – la qualité des sources expliquant aussi certaines exclusions : 4 sont stéphanoises – pain bis – blanc, pommes de terre, viande de bœuf et porc –, 1 lyonnaise – pain bis – blanc –, 1 grenobloise – pain125. Il est bien évident qu’elles ne sont pas représentatives de tous les noyaux ouvriers de la région : leurs différences mêmes montrent qu’il existe, au moins pendant les 25 premières années, des conjonctures locales fortement originales ; leurs enseignements n’en sont pas moins significatifs126.

56Pour 3 des séries – le pain, à Saint-Etienne et à Grenoble, la viande de bœuf à Saint-Etienne –, l’allure générale du mouvement de longue durée réel est sans surprise ; les moyennes mobiles, calculées sur 9 ans, révèlent elles aussi les trois grandes phrases depuis longtemps repérées, avec simplement, d’une denrée à l’autre, un certain décalage des années-pivots ; la chronologie et l’amplitude des mouvements alternés de hausses et de baisses peuvent se résumer ainsi :

57Dans les trois autres séries, le comportement est beaucoup plus original, surtout dans les premières décennies. Le pain à Lyon, d’abord : il n’inscrit pas vraiment la hausse attendue jusqu’aux années 1876 ; le comportement du mouvement de longue durée réel, s’il marque les trois grandes phases, en atténue fortement l’amplitude jusqu’au début du XXe siècle ; celle-ci est, en effet, de :

1851 – 1876 : + 2,9 %
1877 – 1900 : – 13,9 %
1901 – 1909 : + 12,9 %
  • 127 La courbe départementale des prix du froment présente la même anomalie, et le Second Empir (...)

58Mieux, dans la première phase, peut-on vraiment parler de hausse ?127 Elle se décompose elle-même en deux cycles complets, et le mouvement réel de longue durée a atteint de 1856 à 1858 un niveau légèrement supérieur à celui des années 1876. Quant à la viande de porc et aux pommes de terre, elles s’écartent franchement du schéma habituel, pour ne le rejoindre, comme le pain lyonnais, qu’à la fin de la période :

Pommes de terre
Saint-Etienne
Viande de porc
Saint-Etienne
1855 – 1858 : + 16,3 % hausse 1851 – 1859 : + 17,3 %
1859 – 1888 : – 36,8 % baisse 1860 – 1887 : – 18,2 %
1889 – 1909 : + 56,3 % hausse 1888 – 1909 : + 10,4 %

59L’idée d’une hausse générale et égale des prix alimentaires doit donc être nuancée pour le Second Empire et les premières années de la IIIe République. La montée des prix du pain à Saint-Etienne, à Grenoble et à Lyon plus encore est tout à fait modeste, même si elle est ressentie plus fortement qu’elle ne s’est réellement produite, et surtout plus longtemps ; le mouvement de longue durée perçu s’inscrivant ainsi :

Pain, Saint-Etienne: 1851 – 1877/1878 : + 30,3 %
» Lyon : 1851 – 1879/1880 : + 9,1 %
» Grenoble : 1851 – 1879 : + 30 %

à l’inverse de la viande de bœuf, dont la hausse n’apparaît que de 49,1 %, quand elle est en réalité de 53,3 %.

60En fait, il faut séparer nettement les dix premières années du reste : jusqu’en 1860-1862, la hausse est générale et rapide ; après, elle ne se poursuit plus vraiment que pour le pain à Grenoble et à Saint-Etienne, et pour la viande de bœuf, et à un rythme ralenti. Si l’on convertit en indices les moyennes du mouvement perçu, (100 = 1860), on obtient :

61La seconde phase n’est perturbée que pour la viande de porc et les pommes de terre, puisqu’elle a commencé précocement, et la baisse est ressentie comme telle jusqu’en 1891 et 1892 : pour – 11,5 % et – 30,7 % depuis 1864. Pour les autres denrées, elle a les limites et les amplitudes suivantes :

Pain
Lyon
Pain
Saint-Etienne
Pain
Grenoble
Viande de bœuf
Saint-Etienne
1881 – 1900 / 1904 1879 – 1901 / 1907 1880 – 1896 1880 – 1905
– 13,9 % – 18,6 % – 17,9 % – 15,8 %

62Donc, l’impression d’une baisse de prix ne commence pas, en gros avant les années 1880, mais pour les 4 séries, elle se poursuit jusqu’aux approches du siècle nouveau. Si, à nouveau, on convertit en indices (100 = 1860) chacune des séries à l’acmé de la courbe du mouvement perçu, et en 1901, on obtient :

63A l’exception de la viande de bœuf, donc, tous les produits considérés sont au début du siècle à un niveau absolu inférieur – très fortement pour la pomme de terre – à celui de 1860 ; et, à Lyon, le pain se tient en deça de celui de 1851.

64Ce qui rend d’autant plus vif le sentiment de hausse à la veille de la guerre ; les courbes du mouvement perçu de longue durée révèlent en effet une progression de :

Pain Saint-Etienne
Lyon Saint-Etienne Grenoble bœuf pommes de terre
1905 – 1913 1903 – 1913 1897 – 1913 1906- 1913 1893 – 1913
+ 12,9 % + 8,6 % + 9,4 % + 21,7 % + 48,8 %

65Dans aucun cas elle n’accentue vraiment celle du mouvement réel, mais venant après une longue dépression, elle explique l’impression de vie chère fortement déplorée dans les années qui précèdent la guerre. Puisque, en indices, les prix de 1913 tels qu’ils sont ressentis s’inscrivent à :

Pain Saint-Etienne
Lyon : 94,6 viande de bœuf : 142,4
Saint-Etienne : 94,8 » porc : 91,9 (1908)
Grenoble : 100 pommes de terre 103,2

66Tous sont en forte augmentation sur 1901 ; mais ne faut-il pas remarquer déjà qu’à l’exception de la viande de bœuf, dans deux des cas, les prix sont à peu près au niveau de 1860, et que dans deux autres, ils se tiennent au-dessous, assez nettement ?

  • 128 Dupeux (G.), Aspects de l’histoire sociale et politique du Loir-et-Cher, 1848-1914, p. 252 (...)
  • 129 Ils sont reproduits, avec ceux des autres établissements hospitaliers lyonnais, dans les « (...)

67Mais les prix alimentaires reflètent-ils au début du XXe siècle, le mouvement du coût de la vie comme ils le faisaient une soixantaine d’années auparavant ? Les sources ne permettent pas de constituer une courbe pluridécennale qui tiendrait compte de toutes les composantes ; quand bien même l’on disposerait d’un éventail complet des séries de prix, l’immuabilité du genre de vie est une hypothèse tout à fait inacceptable. Dès lors, il faut se contenter d’un indice indirect, qu’on est allé chercher du côté des comptes hospitaliers ; ceux de l’asile départemental d’aliénés de Bron sont inutilisables, disparates et incomplets, en vrac de surcroît. Encore une fois fidèle à la méthode de G. Dupeux – et nous faisons nôtres toutes ses remarques et ses réserves128, nous avons donc utilisé ceux de l’hospice du Perron, à Oullins, dans la banlieue sud de Lyon129 : il accueille des incurables, c’est-à-dire des infirmes définitifs jeunes souvent qui ne reçoivent pas de soins proprement dits ; les frais médicaux ne sont donc pas susceptibles de peser sur les coûts. Or, on dispose d’une belle série du « prix de journée », depuis 1845, dans la comptabilité-matières des Hospices civils de Lyon ; le détail permet de vérifier qu’aux neuf-dixièmes, pendant la période qui nous intéresse, il est constitué par les dépenses d’entretien, c’est-à-dire de nourriture, de chauffage et d’éclairage surtout. Si le niveau du prix ne peut pas être considéré comme semblable à celui d’un ouvrier valide, à plus forte raison d’une famille ouvrière – un grand nombre de denrées viennent d’ailleurs de la boulangerie et de la boucherie des hospices –, on peut estimer que son mouvement, sur la longue durée, reflète celui du coût de la vie ouvrière.

  • 130 Le prix de la journée du Perron ne rend pas compte, à l’inverse, des fluctuations cyclique (...)

68La courbe des moyennes mobiles – sur 9 ans – du mouvement réel présente une allure qui ne surprend pas. De 1851 à 1909, le prix de la journée d’entretien augmente de 62,6 %. Après 3 phases nettement séparées ; de 1851 à 1876, la hausse est forte et rapide, pour s’inscrire à + 69,9 % : à un niveau donc supérieur à la progression pour l’ensemble de la période ; puis, c’est la baisse, de – 21 % entre 1877 et 1885 ; avant une nouvelle montée de 1886 à 1909, mais beaucoup plus modérée que sous le Second Empire et dans les premières années de la IIIe république : pour une durée à peu près équivalente – 23 ans contre 25 –, elle ne dépasse pas + 21,2 %. On retrouve donc les trois grandes phases des prix du pain, de la viande et des pommes de terre, la période centrale étant même marquée par une baisse absolue. Simplement, elle est plus brève que prévue, le tournant à la hausse se plaçant en 1885, une dizaine d’années en avance. Quant au mouvement de longue durée perçu, il ne modifie pas l’allure générale de la courbe : comme il est logique, il tire en aval les points de retournement de phase ; c’est donc jusqu’en 1880 que se prolonge la conjoncture psychologique de hausse, en 1890 seulement qu’on commence à reconnaître la fin de la période de baisse. Ces remarques faites, et le prix d’entretien quotidien intégrant les changements qualitatifs de la consommation, on peut considérer que l’ensemble de la période se divise en deux temps nettement différents : jusqu’en 1876, le coût de la vie est en augmentation forte et vive ; après 1877, les deux phases antagonistes s’annulent à peu près l’une l’autre, la montée de fin du siècle et des années d’avant-guerre ne parvenant pas à rattraper le déficit des années 1876-1885 : en gros, il y a désormais stagnation, dans notre cadre chronologique du moins, que la guerre vient clore arbitrairement130.

69La seconde grande constatation – qui ne constitue pas, non plus, une nouveauté – c’est l’amoindrissement précoce des variations cycliques, que la seule lecture des cours permet de saisir, d’emblée ; avec quelques nuances, il est vrai. Pour le pain, d’abord ; la déviation cyclique a été pour chacune des trois grandes phases ressentie fort différemment ; comme le montre, pour chacune d’entre elles, le calcul de la moyenne des écarts absolus et relatifs par rapport au mouvement de longue durée perçu :

Déviation annuelle moyennes des prix du pain

Déviation annuelle moyennes des prix du pain

70A Lyon et à Grenoble donc, la fluctuation cyclique est trois fois moins forte après 1875-1880 que sous le Second Empire et pendant les premières années de la Troisième République, et plus de deux fois à Saint-Etienne, et, au début du XXe siècle, elle continue à diminuer, ou au moins à stagner : à Lyon même, le renouveau qu’on a pu noter ailleurs est à peu près insignifiant.

71Pour les autres denrées, le comportement apparaît tout de même un peu différent, puisque la déviation annuelle moyenne, calculée de même manière, s’inscrit ainsi :

Porc Bœuf Pommes de terre
1851-1863 : 0,21 – 12,9 % 1851-1879 : 0,17 – 12,2 % 1859-1892 : 0,88 – 13,9 %
1864-1891 : 0,12 – 8,1 % 1880-1905 : 0,11 – 7 %
1892-1908 : 0,22 – 14,6 % 1906-1913 : 0,20 – 11,8 % 1893-1913 : 0,87 – 12,1 %

72Elle précise ainsi cette reprise du mouvement cyclique au début du XXe siècle que la lecture des courbes permet de déceler intuitivement. En somme, la combinaison des différentes séries amène à tracer, d’une autre manière, le visage des trois grandes phases.

73Jusqu’en 1876-1880, toutes les denrées connaissent des écarts d’ampleur moyenne forte – mais moins qu’ailleurs –, à peu près comparables, un peu plus cahotiques pour le pain ; comme le montre l’importance de la déviation cyclique vécue dans les années de prix maxima, matérialisée par l’écart relatif au mouvement perçu ; puisque, pour le pain, elle est de :

Lyon Saint-Etienne Grenoble
1856 : + 44,4 % 1855 : + 38,9 % 1855 : + 46,9 %
1861 : + 5,4 % 1861 : 0 1861 : + 5,6 %
1867 : + 29 % 1867 : + 20,6 % 1867 : + 32,2 %
1873 : + 17,6 % 1871 : + 29,7 % 1873 : + 30,3 %
1875 : + 19,4 % 1876 : + 8,1 %

74Ce qui signifie, toujours, des variations cycliques considérables :

Lyon Saint-Etienne Grenoble
1850-1860 : 108 % 1850-1858 : 85,2 % 1850-1858 : 88 %
1860-1865 : 53,8 % 1858-1865 : 34,5 % 1858-1865 : 46,2 %
1865-1870 : 60 % 1865-1869 : 64 %
1870-1875 : 29 % 1865-1876 : 68,9 % 1869-1875 : 30,3 %

mais qui vont, tout de même, en s’amenuisant, dès les années 1860, le cas stéphanois (où les années de la fin du Second Empire et de la guerre constituent une période de pain cher) étant à mettre à part, puisque le 3e cycle est tout à fait original.

75En ce qui concerne la viande et la pomme de terre, le mouvement cyclique est plus capricieux, en partie dégagé des rythmes du pain, et les déviations y apparaissent bien plus médiocres :

Bœuf Porc Pommes de terre
1857 : + 23,8 % 1856 : + 22,6 %
1859 : + 20,5 %
1864 : + 13,1 % 1863 : + 2,3 % 1860 : + 12,2 %
1867 : + 4,2 % 1867 : + 0,8 %
1873 : + 14,4 % 1872 : + 5,1 % 1870 : + 6,7 %
1876 : + 16,4 %

76Ce qui signifie, là où les cycles sont repérables – la courbe de la viande de bœuf présentant une allure plus régulière – des variations bien moins importantes que celles du pain :

Viande de porc Pommes de terre
1852 – 1860 :
35,7 %
1859 – 1863 :
28,6 %
1860 – 1866 :
28,6 %
1863 – 1866 :
35,1 %
1866 – 1873 :
17,1 %
1866 – 1869 :
27,4 %
1869 – 1872 :
34,5 %
1872 – 1875 :
23,6 %

77Ces aspérités de la courbe contrastent avec la platitude relative des 20 années qui suivent, pour presque toutes les denrées. A Lyon, de 1880 à 1894, le prix annuel du pain est à 8 reprises au niveau du mouvement de longue durée perçu ; à Saint-Etienne seul se distingue l’exercice 1884, avec un insignifiant écart relatif de + 7,3 % ; et, à Grenoble, les années 1890-1892, à + 6,1 %. En Forez, les viandes n’ont pas d’autre allure, avec un maximum de + 12,9 % pour le bœuf et + 10,9 % pour le porc en 1888 ; seule, la courbe de la pomme de terre a une allure extrêmement heurtée, avec, en 1879, un écart de 39,1 % et un cycle de grande ampleur entre 1875 et 1884, puisque la variation n’atteint pas moins de 85 %, avec une force inconnue jusque là ; mais après 1885, elle partage le sort commun.

78Enfin, la troisième phase est marquée par une reprise de la fluctuation cyclique. En ce qui concerne le prix du pain, celle-ci est modeste, et hormis un cycle très net partout entre 1894 et 1900, les courbes prennent très vite une allure régulière, sauf à Saint-Etienne. La médiocrité de la déviation relative vient corroborer cette impression aux années de vie chère :

Lyon Pain
Saint-Etienne
Grenoble
1898 : + 12,5 % 1898 : + 8,1 % 1898 : + 11,8 %
1906 : + 1 % 1906 : + 5,3 % 1906 : + 2,9 %
1913 : + 8,6 % 1913 : + 2,7 % 1912 : + 8,6 %

79Et le seul cycle remarquable de la période – 1894-1900 – a une variation qui ne dépasse pas, respectivement, 28,6 %, 17,6 °7o et 22,6 %.

80Il en va tout différemment pour le reste ; l’ondulation cyclique prend en effet une force que n’avaient pas connue les années du Second Empire ; et l’ampleur de la variation s’accroît notablement pour la pomme de terre :

Pommes de terre Porc Bœuf
1897-1900 : 55,5 % 1892-1897 : 25,7 % 1892-1898 : 26,8 %
1900-1903 : 29,9 % 1897-1904 : 45,8 %
1903-1909 : 52,1 %

81Elle entraîne la déviation cyclique : l’écart relatif perçu dans les années de haut prix dépasse, lui aussi, le niveau de la première phase :

Pommes de terre Porc Bœuf
1898 : + 37,5 % 1894 : + 18,1 % 1894 : + 10,4 %
1902 : + 10,8 % 1899 : + 17,1 % 1906 : + 19,3 %
1907 : + 32,7 % 1907 : + 33,8 % 1908 : + 20,7 %
1911 : + 38,8 % 1911 : + 12,7 %

82Ainsi, par une sorte de chassé-croisé, viandes et pommes de terre sont soumises à une instabilité des prix – donc à des poussées de cherté – qui était, dans le troisième quart du XIXe siècle encore, la caractéristique du pain seul.

C. La vie chère.

83Les séries lyonnaise, stéphanoise et grenobloise corroborent donc largement les conclusions de R. Trempé sur les prix alimentaires d’Albi-Carmaux : sur l’indépendance relative des diverses denrées dont les comportements, sur la longue comme sur la courte durée, apparaissent extrêmement différents ; et sur l’allure d’ensemble du mouvement ; avec quelques nuances.

84Jusqu’aux années 1875-1876, on retrouve dans la région lyonnaise à la fois la longue montée des prix, et aussi la violence des fluctuations qui rattache le Second Empire à des rythmes d’Ancien Régime, même si ceux-ci sont un peu émoussés, dans le cadre d’une hausse générale du coût de la vie. Ce qui signifie, pour la classe ouvrière, une précarité de l’existence matérielle ; d’autant plus que c’est au pain, dont on sait la place, de subir les plus violents soubresauts en même temps que le plus fort renchérissement ; à des taux supérieurs à ceux de Carmaux, bien qu’ils soient calculés pour une période un peu plus courte ; et pas à Lyon où il y a, quasiment, stagnation : le « canut » paraît moins touché par la hausse à long terme que le mineur stéphanois ou le gantier grenoblois, même s’il est aussi fortement secoué par les variations cycliques. Que l’ensemble des denrées de consommation courante ait aussi fortement augmenté, le prix de la journée du Perron est là pour le confirmer. Et les courbes inscrivent, comme à Carmaux, la dureté des crises de cherté en 1855-1856, en 1867 et, à Lyon au moins, en 1875, si celle de 1861 apparaît au contraire relativement effacée.

  • 131 Reybaud (L.), ouv. cit. p. 171.
  • 132 A.N., BB 18.1544, proc. gal Grenoble, 28.6.1855 et F 1 C III, Loire, 6, préfet, 12 et 18.6 (...)
  • 133 A.D.L., 92 M 10, sous-préfet Saint-Etienne, 20 et 23.6.1855.

85Pourtant, rien n’indique qu’elles aient été vivement ressenties, sauf en 1855, où la flambée des prix coïncide avec une vague d’agitation et de grèves tout à fait exceptionnelle. Le renchérissement de la vie – si important que le régime alimentaire des ouvriers lyonnais a dû s’en ressentir, estime Louis Reybaud131 – est explicitement invoqué pour demander une augmentation de salaire par les charpentiers de Grenoble, les plâtriers et les tailleurs de pierre de Saint-Etienne132 et l’effervescence qui se répand chez les mineurs et les forgeurs du bassin est liée « ... à l’augmentation croissante de tous les objets de première nécessité... »133.

  • 134 A.N., C. 951, Enquête sur le travail... 1848, j. de paix Valence, Drôme.
  • 135 A.D.L., 92 M 9, gendarmerie, 10.11.1863.
  • 136 A.D.L., 92 M 10, gendarmerie Roanne, 3.2.1856.
  • 137 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, gendarmerie, 14.8.1861 et A.D.I., 52 M 40, garde des Sceaux, 1 (...)
  • 138 A.N., F 1 C III, Haute-Savoie, 2, gendarmerie Faverges, 30.3.1870 et A.D.H.S., 15 M, Indus (...)
  • 139 A.D.L., 10 M 70, sous-préfet Roanne, s.d. (10.1871) et A.D.R., M, grèves antérieures à 187 (...)
  • 140 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 11.1.1867 et A.D.L., 10 M 61, préfet Loire, 31.1.1868.
  • 141 A.N., BB 18. 1772, proc. gal Lyon, 19.6.1868 et A.D.L., 92 M 11, préfet Loire, 22.6.1868. (...)
  • 142 Ainsi, à Aubenas, en juin 1858, les ouvriers menuisiers menacent de se mettre en grève si (...)
  • 143 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Conseil Hygiène Lyon, et C. 3364, id., 1882  (...)

86Mais, le reste du temps, aucune corrélation ne peut s’établir entre action collective et cherté des subsistances. Le temps des crises, et des émeutes frumentaires, est bien passé, et l’on n’a rien trouvé, après 1848, qui puisse y ressembler. Les plaintes mêmes sont relativement peu nombreuses. Dans l’Enquête de 1848, il n’en est qu’une à Valence, et pour dénoncer les droits sur le sel, les boissons et la viande, qu’il suffirait de supprimer134. Ensuite, on évoque « ... la cherté du pain... », comme les mineurs de Firminy en novembre 1853135, moins d’une dizaine de fois : parmi les ouvriers des chantiers du chemin de fer, près de Roanne, au début de 1856136 ; à Lyon, en août 1861, où les ouvriers du bâtiment « ... s’appuient sur la cherté des denrées alimentaires... »137 ; à Faverges, en Savoie, au printemps de 1870, où on déplore « ... l’augmentation de toutes les choses nécessaires à la vie... »138 ; chez les cotonniers de Roanne en octobre 1871, et pour les tisseurs de foulards de Tarare dans l’été 1873, qui « … ont de la peine à vivre avec les prix actuels... »139. Si la brusque poussée des prix du pain, au début de 1867, a été une « … cause d’inquiétude sérieuse... » pour les autorités140, elle ne paraît avoir pas eu d’autre écho qu’une « ... altération des esprits... » et une allusion, après coup, des chapeliers de Chazelles à « ... la crise alimentaire qu’ (ils) ont eu à subir... »141. Et s’il arrive qu’on s’en prenne aux droits d’octroi – parfois très vivement142 – c’est parce qu’on leur reproche de renchérir les prix du vin143. Dès le Second Empire donc, le pain peut demeurer un souci quotidien essentiel ; l’existence n’est déjà plus suspendue au mouvement de ses prix, et les ouvriers des années 1850-1870 ne sont plus, nonobstant l’analyse statistique, les manouvriers urbains de l’Ancien Régime prompts à l’émeute pour les grains.

87Le tournant des années 1880, avec le retournement à la baisse des prix du pain et l’atténuation des fluctuations cycliques, marque une nouvelle étape ; d’autant plus que les autres denrées alimentaires, elles aussi, s’orientent dans le même sens : qu’on regarde les courbes de la viande, et celle du Perron ; et malgré les poussées locales de 1884 – visibles aussi dans les dépenses de l’hospice – et de 1888. Est-ce la baisse du prix du pain, née d’une conjoncture mondiale qui entraîne la modification des schémas de consommation, encore assez semblables vers 1880 à ceux de 1850 ? En tout cas, elle précipite une évolution déjà amorcée et ce qu’on ne dépense plus en pain dégage un surplus pour d’autres denrées, avant de créer de nouveaux besoins.

  • 144 Cf. A.N., F 20.712 et 715, qui donnent par département, les prix des œufs et du beurre, au (...)

88Par un renversement de l’ordre des facteurs, il est vraisemblable que le recul du pain dans l’alimentation populaire explique en partie la relative stabilité de ses prix après 1895, alors que ceux des céréales repartent à la hausse. A l’inverse, la forte poussée des prix de la viande et des pommes de terre s’inscrit dans la diversification des besoins ; on la retrouve, amalgamée, dans les prix du Perron, mais aussi dans ceux des produits laitiers, des œufs, voire de la volaille, dont la progression d’ensemble depuis les années 1850 est tout à fait comparable et contraste aussi avec la stabilité, à long terme, de ceux du pain144. La reprise des fluctuations cycliques, voire leur accentuation, fait réapparaître les années difficiles : 1894, 1898, 1907-1908 et 1912-1913 surtout, d’autant plus vivement ressenties qu’elles s’inscrivent dans une conscience de hausse.

  • 145 A.D.R., 10 M, grèves 1911, Commiss. spéc. Lyon, 22.6.1911 ; A.D.L., 92 M 190, préfet Loire (...)
  • 146 A.D.L., 92 M 208, préfet Loire, 12.11.1912.
  • 147 S.G.R.C.A., 1911, p. 365, sur les troubles viennois ; pour le reste, A.N., F 12. 7025, pol (...)
  • 148 A.D.L., 19 M 27, police Saint-Etienne, 11.2.1912 ; des troubles bien plus graves éclatent (...)
  • 149 « La Cherté des Vivres », Lyon, 1910, in 16°, 20 p., petite brochure des syndicats lyonnai (...)
  • 150 En 1853, le parquet de Lyon notait : « ... De toutes les causes qui font une élévation des (...)

89Si bien qu’absente pendant plus de trente ans de l’agitation ouvrière, la « cherté des vivres » est à nouveau de plus en plus souvent invoquée dans les années qui précèdent la guerre, que ce soit en 1911 par les menuisiers de Lyon ou ceux de Saint-Chamond et par les métallurgistes de Rive-de-Gier145, en 1912 par les tailleurs de pierre et les maçons de Saint-Etienne pour justifier leurs demandes146. La campagne de la C.G.T. contre la « vie chère » rencontre un écho certain à Vienne, dans le Rhône, à Saint-Etienne et dans la plupart des villes. A l’automne 1911, des incidents éclatent sur les marchés de Roche-la-Molière et de Saint-Genest-Lerpt, puis à Saint-Chamond et à La Ricamarie ; à Saint-Etienne le préfet fait occuper les lieux par la troupe ; à Chambéry, c’est aux laitiers qu’on s’en prend147 ; mais, nulle part, l’agitation ne prend un tour de violence véritable bien que, note la police de Saint-Etienne, le thème soit beaucoup plus mobilisateur que les habituels mots d’ordre de la C.G.T.148. Il est, une nouvelle fois, l’occasion de suspecter l’accaparement et la spéculation, même si le vocabulaire se modifie149 : une explication qui, d’ailleurs, n’avait jamais été mise en doute150.

90Mais le « prix du pain », s’il est toujours en cause, n’a plus le même sens : ses hausses sont perçues comme telles parce qu’elles s’ajoutent aux flambées, beaucoup plus fortes, du coût des autres denrées progressivement entrées dans la consommation courante. L’expression même de « vie chère » a totalement changé de sens ; dans les années 1850-1870, elle ne signifiait déjà plus disette, mais encore menace sur le minimum alimentaire ; à la veille de la guerre, elle est devenue crainte pour un certain niveau de vie ; ce qui n’est pas rien et peut-être tout aussi fortement ressenti : la reprise de l’agitation est significative. Au-delà, elle s’inscrit dans le cadre d’une amélioration notable de la vie matérielle : comme le montrent, à l’évidence, les nouvelles répartitions des postes dans les budgets ouvriers.

3. Les progrès d’une condition médiocre

A. Budgets de la belle époque

  • 151 Bonnevay (L.) Les ouvrières lyonnaises à domicile, 1896, p. 75-86.
  • 152 Halbwachs (M.), « Budgets de familles ouvrières et paysannes en France en 1907 » ; in Bull (...)
  • 153 Dechelette (V.), Essai sur la condition de l’ouvrier tisseur roannais ; D’Urbal, L’industr (...)
  • 154 Office du Travail. Enquête sur le travail à domicile dans l’industrie de la chaussure..., (...)

91On ne dispose pas, dans les premières années du XXe siècle, d’une série de budgets aussi variés et aussi précis que ceux de 1848, et même de 1884. Une monographie de L. Bonnevay en livre quelques-uns, en 1896, pour la catégorie bien particulière des ouvrières lyonnaises à domicile151. Une enquête de M. Halbwachs fournit, en 1907, les seuls cas qui puissent être directement comparés avec ceux de 1848, mais son étude est globale, et il n’est pas possible d’isoler les budgets lyonnais, sauf pour les dépenses d’alimentation152. Enfin, à quelques autres budgets glanés ici et là, des tisseurs de Roanne aux drapiers de Vienne, et aux cheminots d’Annemasse153, l’Enquête de l’Office du travail sur l’industrie de la chaussure en ajoute en 1914, 38 pour la région lyonnaise : mais il n’en est que 19 de complets, soit qu’on ait omis de faire figurer les dépenses du vêtement, soit que la propriété du domicile fasse disparaître l’important poste du logement154.

92Ces budgets ont l’avantage du nombre et de la qualité ; c’est donc d’eux qu’on peut partir, même si la comparaison n’est pas possible avec 1848. Les sept premiers portent sur les dépenses d’un ménage sans enfant ; la ventilation est, en pourcentage la suivante :

  • 155 C’est-à-dire numéro de référence dans l’enquête, qui procède par monographies anonym (...)

DÉPENSES ANNUELLES D’UN COUPLE D’OUVRIERS EN CHAUSSURES, SANS ENFANTS, EN 1914, EN % 155.

DÉPENSES ANNUELLES D’UN COUPLE D’OUVRIERS EN CHAUSSURES, SANS ENFANTS, EN 1914, EN % 155.

93L’alimentation entraîne donc toujours, et de loin, la plus forte dépense, à une moyenne fort voisine de celle calculée pour un célibataire de 1848, à 61,52 % ; sauf dans un cas, sa part est toujours supérieure à la moitié du total et peut même dépasser les trois-quarts. C’est une première évidence, que confirment, en gros, les budgets des familles multiples.

  • 156 Cf. Halbwachs (M.), La classe ouvrière et les niveaux de vie, 1912, réimpression, s.d., p. (...)

94Leurs compositions étant assez diverses, on a calculé chacune d’entre elles en unités de consommation, selon les critères employés, après d’autres, par M. Halbwachs156. Le partage devient :

DÉPENSES ANNUELLES D’UNE FAMILLE D’OUVRIER EN CHAUSSURES, EN 1914, EN %

DÉPENSES ANNUELLES D’UNE FAMILLE D’OUVRIER EN CHAUSSURES, EN 1914, EN %

95L’impression première est celle d’une totale confusion. Et il ne semble pas qu’il y ait relation absolue entre le niveau du revenu et celui de la dépense de nourriture, même si celle-ci est plus forte dans les budgets à revenu médiocre, comme Saint-Symphorien-d’Ozon, 5 et La-Tour-du-Pin, 12 ; car elle peut varier fortement à revenu égal et structure familiale identique – comme dans le cas des 2 budgets de Valence.

96En fait, si la part de l’alimentation dicte toujours la répartition globale, son élasticité traduit, avec la possibilité d’un choix des dépenses, l’amélioration d’un niveau et le changement d’un mode de vie qui ne sont plus liés aux nécessités les plus immédiates de l’existence.

97Et l’on retrouve cette plasticité dans tous les autres budgets des deux décennies qui précèdent la guerre. D’abord, dans ceux des ouvrières lyonnaises à domicile calculés par L. Bonnevay en 1896, femmes abandonnées ou seules avec des enfants en bas âge, et souvent proches de l’indigence : l’une d’entre elles, la lingère, doit même compter sur les dons d’une famille voisine pour se vêtir ; mais la tisseuse, qui n’a personne à charge et dispose d’un salaire relativement élevé, n’en est pas moins aussi celle qui consacre la plus forte part de ses dépenses à se nourrir. Puisque, pour 4 monographies, le partage est :

DÉPENSES ANNUELLES, OUVRIÈRES A DOMICILE, A LYON, EN 1897, EN %

DÉPENSES ANNUELLES, OUVRIÈRES A DOMICILE, A LYON, EN 1897, EN %
  • 157 En francs, pour 4 semaines de printemps, la répartition est la suivante :
    (...)

Dans ceux, ensuite, des ouvriers masculins de la grande industrie. Pour ceux de Lyon, observés pendant 4 semaines d’avril-mai 1907 par Halbwachs, l’alimentation engloutit encore les deux-tiers ou près des neuf-dixièmes de la dépense. Mais les conditions d’étude elles-mêmes sont sujettes à caution, et la période trop courte157. Les cinq autres budgets, dispersés mais précis et annuels, sont sans doute plus dignes de confiance, même s’ils ont été élaborés séparément :

DÉPENSES ANNUELLES, DIVERS OUVRIERS, ROANNE (1897), VIENNE ET ANNEMASSE (1911)

DÉPENSES ANNUELLES, DIVERS OUVRIERS, ROANNE (1897), VIENNE ET ANNEMASSE (1911)

98Une nouvelle fois, on remarque à la fois la prépondérance de la nourriture, et son indépendance par rapport à la dimension et du groupe, et du revenu. Quant à la part exceptionnelle qu’elle tient dans le second cas viennois, il serait faux de l’attribuer à la médiocrité d’une famille nombreuse : sur 7 de ses membres, 6 travaillent, et le gain réel dépasse de loin l’ensemble des dépenses, dégageant un excédent annuel de recettes qui n’atteint pas moins de 1 225,65 francs !

  • 158 D’Urbal, ouv. cit. p. 42 ; à Lyon, « La Société anonyme des logements économiques » possèd (...)
  • 159 Chambre des députés, Rapports, session de 1904..., Enquête sur l’état de l’industrie texti (...)
  • 160 Dechelette (C.) L’industrie cotonnière à Roanne..., p. 104.
  • 161 Halbwachs (M.), « art. cit. », Bulletin de la Statistique générale de la France, t. IV, 19 (...)
  • 162 On a laissé de côté la politique de logement menée par les grandes usines, et sur laquelle (...)

99Des dépenses de vêtement, de logement, des frais divers, à vrai dire, on ne sait pas grand chose. Le temps des grandes enquêtes est clos : parce que la situation s’est améliorée ou parce qu’elle a cessé d’émouvoir ? Les notations sont trop éparses pour qu’il soit possible de dresser un tableau d’ensemble ; nulle part il n’y a eu de politique du logement ouvrier, et une ville comme Vienne ne compte que deux grandes bâtisses construites dans cet esprit par la Caisse d’Epargne, en 1907158 ; à Lyon, les initiatives sont limitées, malgré la croissance de la ville, et, à Saint-Etienne, si l’on se plaint de la cherté des loyers en 1904, il ne semble pas, d’après les chiffres annexés, que la progression ait été très forte depuis les années 1880159. Les rares descriptions d’intérieurs ouvriers n’en donnent pas une image très brillante : à Roanne, le logement demeure le point noir de l’existence pour les tisseurs de coton ; quel que soit le nombre d’enfants, il est rare qu’on ait plus de deux pièces à sa disposition et qui reviennent à 120-130 francs par an ; la première sert de cuisine et de salle à manger, de dortoir souvent, et la seconde est une chambre à coucher où s’entassent parents, filles et garçons160. Et l’appartement que le correspondant de Halbwachs a visité à La Guillotière n’a que 2 pièces où vivent un terrassier italien, sa femme et leurs cinq enfants, dont l’aîné à 14 ans ; en tout, 160 m3, dont 60 pour la chambre, où se trouvent 2 lits, les autres étant dans la cuisine. En dehors d’eux, deux placards, l’un pour les provisions, l’autre pour le linge ; la table est creuse et sert de garde-manger ; on s’assied sur 2 bancs .de bois, et 4 chaises « assez propres » sont réservées aux visiteurs ; la seule note d’élégance est dans les rideaux à carreaux rouges161. Pourtant, ce n’est pas dans les monographies lyonnaises qu’on a trouvé les moins bonnes conditions, et la Chambre de Commerce de Lyon note qu’« ... il y a une tendance générale à mieux se vêtir ou se loger... »162. Mais aussi « ... à vouloir mieux vivre... »

100Ici et là, on note les signes de cette volonté. Les « plaisirs du dimanche » apparaissent pour 520 francs par an, et 11,8 % des dépenses dans cette famille d’ouvrier en chaussures de Romans, et le tabac pour 135,20 francs, soit 3 % ; il est vrai qu’elle est privilégiée, puisque 6 de ses 8 membres travaillent et qu’on débourse 4 415,95 francs dans l’année... Mais le tabac apparaît à peu près dans tous les budgets, en moyenne à 5 % des dépenses d’un couple sans enfant ; et, à Izeaux, on peut même distraire une certaine somme pour entretenir un chien et payer un permis de chasse. La famille du mécanicien lyonnais de Halbwachs va régulièrement aux fêtes locales et au théâtre ; et voici qu’apparaissent, dans le budget des drapiers viennois, les primes d’assurance incendie et les frais de médecins et de pharmaciens : pour ceux-ci, à des taux modestes, mais significatifs (2,5 et 1,4 %) ; dans ceux des tisseurs roannais, en plus, quelques dizaines de francs pour le coiffeur, le journal et même deux voyages !

101Des dépenses qui demeurent, malgré tout, fort modestes. Elle n’a « ... pas un sou à affecter à des plaisirs ou à des distractions », la tisseuse de L. Bonnevay, veuve « … laborieuse et honnête... » qui n’a même pas pu aller voir l’Exposition lyonnaise de 1894, et ne peut acheter, pour l’année, que 3 caracos ou jupes de travail, 1 bonnet, du linge de corps, 1 paire de chaussures pour elle et une de sabots pour sa fille ; et qui, tous les 3 ans seulement, se fait elle-même une robe pour économiser le prix de façon. A Valence aussi, on est abonné au marchand fripier pour avoir les vêtements à crédit. Pour tous, on dégage le superflu par un incessant ravaudage du vêtement ordinaire. Et les loisirs ne sont pas dispendieux pour le tanneur d’Oullins, qui joue du hautbois deux ou trois fois par semaine ou va se promener à la campagne, pour le terrassier de La Guillotière, fort pieux, qui fréquente messe et vêpres le dimanche, et va tous les soirs à l’église, en famille. Il semble bien que ce soit à l’intérieur des dépenses d’alimentation que les mutations soient les plus fortes.

102Le détail des frais d’alimentation corrobore ce que laissait déjà deviner la ventilation globale des budgets. Le simple énoncé des rubriques montre son enrichissement et sa diversification, et fait apparaître des denrées qui, comme le sucre, le café, le beurre, le fromage, les œufs, ne se trouvaient pas sur la table en 1848, ou, en tout cas, pas en quantité suffisante pour justifier un poste spécifique.

103Treize des budgets – nourriture des ouvriers en chaussures de 1914 sont assez détaillés pour qu’on puisse mesurer la part des différents produits. Si on les regroupe, la répartition annuelle des dépenses est, pour chacun d’entre eux, la suivante :

  • 163 Pour les budgets n° 9, Grenoble, 3 et 4, Valence, pommes de terre et légumes sont fo (...)
  • 164 Dans le budget n° 8 de la Tour-du-Pin, viande et légumes sont confondus avec les « p (...)

PART DES DIVERSES DENRÉES DANS L’ALIMENTATION DES OUVRIERES EN CHAUSSURES, 1914, EN % DES163 DÉPENSES ANNUELLES164

PART DES DIVERSES DENRÉES DANS L’ALIMENTATION DES OUVRIERES EN CHAUSSURES, 1914, EN % DES163 DÉPENSES ANNUELLES164
  • 165 En 1897, un rapport de police stéphanois établit la hiérarchie ouvrière sur la qualité du (...)
  • 166 C’est aussi à ce niveau que se tient la consommation de pain à Carmaux, puisque pour un mé (...)

104Partout, la place du pain est en net recul, du cinquième à moins du tiers des frais d’alimentation, quand elle en accaparait encore les trois cinquièmes, faut-il le rappeler, une trentaine d’années auparavant : avec, d’ailleurs, des changements occasionnels de qualité, selon les ressources du moment, avec, aussi, le niveau du revenu salarial, à l’intérieur de la classe ouvrière165. Il ne semble pourtant pas que sa consommation par personne ait fortement diminué : la ration quotidienne globale est de 2 kgs pour sept des familles où elle soit indiquée, et de 1,5 kg dans trois autres ; en appliquant les coefficients de consommation de Halbwachs, on arrive à une moyenne de 800 grammes pour un homme adulte, à un niveau à peine inférieur à ceux de 1848 et 1884166.

105Que le pain tienne une place plus grande chez les moins favorisés est certain : la dépense qu’il occasionne est proportionnellement plus forte dans la famille n° 8 de La-Tour-du-Pin, l’une des plus nombreuses et des moins bien pourvues de l’échantillon. Il en va de même des autres budgets : la plus malheureuse des ouvrières de L. Bonnevay, la lingère, lui consacre près du tiers de ses dépenses de nourriture, pour elle et son fils, quand il ne dépasse guère le cinquième pour les autres ; comme le montre la ventilation de leurs achats alimentaires :

PART DES DIVERSES DENRÉES DANS LES DÉPENSES ALIMENTAIRES DE 4 OUVRIÈRES LYONNAISES A DOMICILE, EN 1896, EN %

PART DES DIVERSES DENRÉES DANS LES DÉPENSES ALIMENTAIRES DE 4 OUVRIÈRES LYONNAISES A DOMICILE, EN 1896, EN %

106Et l’on retrouve cette différence de condition dans les budgets masculins : chez les drapiers de Vienne, les cotonniers de Roanne, les cheminots d’Annemasse ; le pain n’absorbe pas plus du cinquième du budget alimentaire ; à la veille de la guerre, en 1907, sa part est encore plus médiocre dans les dépenses du tisseur, du tanneur, du mécanicien et du typographe lyonnais qu’a étudiées le correspondant de Halbwachs ; mais il absorbe plus du tiers des ressources de son terrassier italien, le moins bien loti et aussi le plus chargé d’enfants. Comme le montre le tableau récapitulatif suivant :

  • 167 La dimension des familles de Halbwachs est exprimée en « quets », une unité complexe (...)
  • 168 Le poste atteint un tel pourcentage car il mélange au café les dépenses de lait.

PART DES DIVERSES DENRÉES DANS LES DÉPENSES ALIMENTAIRES DE FAMILLES, OUVRIERS DIVERS AU DÉBUT DU XX e SIÈCLE EN %167-168

PART DES DIVERSES DENRÉES DANS LES DÉPENSES ALIMENTAIRES DE FAMILLES, OUVRIERS DIVERS AU DÉBUT DU XX e SIÈCLE EN %167-168
  • 169 Godard (J.), « Travail de femme » in Travailleurs et métiers lyonnais p. 129-130.
  • 170 D’Urbal, ouvr. cit., p. 211 ; cf. les menus fort proches, des mineurs de Carmaux in. Tremp (...)

107Quelque tableau que l’on prenne, viande et vin, les deux aliments nobles du XIXe siècle, tiennent la première place, à eux deux, voire séparément. Seule la lingère de Bonnevay doit s’en passer ; et remplacer la première par des sardines ou du boudin ; quelques années plus tard, Justin-Godard dresse un budget de couturière en chemises qui les ignore, avec le lait et les fruits, pour se réduire au pain, parfois frotté d’ail et d’oignons, les pommes de terre et les débris de macaroni169. Mais il paraît bien s’agir là de travailleurs à domicile exceptionnellement défavorisés : un minimum de viande est jugé désormais de première nécessité pour la classe ouvrière, prête à rogner sur le reste pour le maintenir. La tisseuse de Bonnevay en mange, avec sa fille en bas âge, 250 grammes par jour, d’ordinaire, et sa culottière une livre, avec ses deux enfants ; ce qui, finalement, n’est pas mal : le premier des drapiers viennois cités par d’Urbal n’en a qu’une livre pour 4 bouches à nourrir, et l’autre en a 1,5 kg à sa disposition pour 7 personnes, dont 5 adultes et adolescents ; à Valence, tel ménage avec 2 enfants en mange 3 kgs dans la semaine. Le mot de « viande » est d’ailleurs vague, et recouvre aussi la charcuterie, moins chère, ou les bas morceaux, qui servent d’assaisonnement aux légumes : ainsi, dans les cantines populaires de Vienne, en 1908-1909, on ne sert la meilleure qualité que deux fois dans la semaine, un rôti de mouton le mercredi, une daube de bœuf le dimanche ; mais deux fois du « bouilli », et, les autres jours, du lard, du gras-double, des saucisses pour accompagner les pommes de terre, les raves, les poireaux ou les macaronis. Le « plat de viande » est donc assez mêlé, et, avec lui, on ne sert rien d’autre qu’une soupe, « grasse », ou maigre ; mais il est là pour les 7 jours de la semaine170.

108Et il s’inscrit dans une diversification de l’alimentation ouvrière. Les œufs sont devenus de consommation courante, et tendent souvent à remplacer la viande : telle famille d’ouvriers en chaussures de Valence, de 3 personnes, en mange en moyenne 6 par semaine en hiver, et 18 en été ; telle autre, de même dimension, à Grenoble, au moins 3 douzaines. Le beurre, ou la graisse de porc, se retrouvent dans tous les budgets, avec, parfois, les fromages ; à Lyon, le poisson apparaît sur toutes les tables qu’a décrites le correspondant de Halbwachs, venant s’ajouter aux traditionnels légumes secs – pois cassés, lentilles, pommes de terre – de l’hiver, ou frais, choux, raves, poireaux, voire artichauts – qu’on retrouve chez les ouvrières de Bonnevay.

  • 171 Chomienne (C.) Histoire de Rive-de-Gier..., p. 59.

109Plus coûteux encore, voici le sucre : 1 kg par semaine, dans telle famille de Valence, pour le mari, la femme, et 2 enfants de 10 et 4 ans, mais aussi pour 2 autres de 3 personnes seulement ; le lait, pour les enfants, le café et, bien sûr, le vin, autour d’ 1 litre par jour pour les hommes, qu’ils soient ouvriers en chaussures dauphinois ou drapiers à Vienne, du demi-litre chez les femmes seules ; mais dont la consommation augmente avec la médiocrité de condition : que l’on regarde les budgets alimentaires du tisseur lyonnais, du cheminot d’Annemasse, des moins favorisés des fabricants de chaussures. Et, pour quelques-uns, en ville, le thé, le chocolat, quelques fruits même ; et les épices, le sel, toujours coûteux ; à Rive-de-Gier, on y ajoute le riz, les pruneaux, la semoule, le tapioca, l’huile d’olive et l’eau de vie171. Même si elle est inégale, l’amélioration est certaine ; c’est elle que reflètent, largement, les progrès de la condition physique dans les années 1900.

B. Les difficultés d’une législation protectrice du travail

  • 172 Beauquis (A.), Histoire économique de la soie, 1910, p. 101.
  • 173 D’Urbal, ouvr. cit., p. 234-235.
  • 174 Chambre des Députés... 1904, ouvr. cit., 1906, Enquête sur l’industrie textile, t. 3, p. 3 (...)
  • 175 Pleinet (J.) « Monographie du Syndicat des mégissiers d’Annonay », Revue Socialiste, XLVI, (...)
  • 176 Bourdin (L.) Le Vivarais, essai de géographie régionale 1898, p. 237-238.
  • 177 Ardouin-Dumazet, ouvr. cit., (rég. lyonnaise, 2e édit.) p. 295.

110Que les conditions du travail à l’usine soient demeurées débilitantes, nombre d’observations tendent à le prouver. On retrouve les usines textiles au tableau d’insalubrité. Dans les filatures ardéchoises, les eaux en ébullition chargent toujours l’air d’humidité, surtout en hiver, et leur mauvais écoulement empeste de la fermentation des substances organiques qu’elles contiennent ; les cuisines annexes sont crasseuses et aussi malodorantes, il n’y a pas de lieux d’aisance172. Le long des rives de la Gère, encaissées et étroites, les ateliers biscornus des drapiers viennois n’ont pas plus d’air ni de lumière, et une couche grasse d’oléine souille constamment le sol des carderies et des filatures173. Dans les usines de teinture roannaises, « ... il n’est pas rare de marcher dans l’eau jusqu’aux chevilles... », et l’odeur est insupportable, « qui se dégage de certaines couleurs liquides pures ou mélangées aux acides »174. Mais les mégisseries d’Annonay aussi sont restées des « caves basses et infectes... » qu’un simple vitrage protège mal du froid de l’hiver et des ardeurs de l’été175. Au Teil, « ... tout est blanc, couvert de fine poussière de chaux qui vole partout, recouvre toutes les maisons, les arbres et les gens... »176, et la plupart des villes industrielles demeurent ces cités « ... banales, noires, aux rues droites et monotones... sans cesse couvertes de la fumée (des) hauts-fourneaux et des usines... » qu’Ardouin-Dumazet a trouvées à Givors et à Vienne177.

  • 178 Beauquis (A.), ouvr. cit. p. 97-98.
  • 179 Chambre des Députés... 1904, ouvr. cit., 1906, id., p. 372.

111Aussi les maladies de l’atelier demeurent-elles aussi nombreuses, même si leur description devient plus technique et se trouve désormais plus souvent dans les thèses d’une certaine école lyonnaise de médecine « sociale » que dans les ouvrages destinés au grand public. Scrofules et lymphatisme se rencontrent toujours fréquemment dans les filatures et les tissages de soierie des campagnes. Les substances organiques des bains de teinture et de décreusage provoquent des rougeurs et des gonflements des tissus accompagnés d’engourdissement. Une dermatite reconnue dès 1852 par le Docteur Plotton sous le nom de « mal des bassins » et qui entraîne conjonctivite, démangeaisons et exfoliation des avant-bras commence tout juste à se faire plus rare178. A Roanne, l’emploi des sels alcalins et acides affaiblit l’organisme, et 35 % des ouvriers qui manipulent le « rouge parat » tombent malades179.

  • 180 Pleinet (J.), art. cit., Revue Socialiste, XLVI, août 1907, p. 187-188.
  • 181 Cote (L.), L’industrie gantière à Grenoble, 1902, p. 143-146 et annexe, p. 260.

112A Annonay, ce sont les mégissiers que l’humidité prédispose aux bronchites et aux pneumonies ; « ... la position d’un travail à demi-couché... » entraîne l’apparition des varices et des troubles circulatoires ; les frottements irritent les voies génito-urinaires, et l’intensité de l’effort explique la fréquence des hypertrophies musculaires ou cardiaque180. « Les stigmates de l’ouvrier coupeur-gantier sont des plus remarquables et des mieux déterminés... », à Grenoble ; la main est totalement modelée à l’outil et au geste, la forme des doigts s’est adaptée à eux en se diversifiant, la paume est lisse et épaisse. La poussière de farine, d’œufs et d’alun mêlés que respire le « doleur » altère la gorge et les voies respiratoires, enflamme les yeux ; des peaux traitées naît un eczéma rebelle, et la gale n’est pas exceptionnelle. Aussi la ganterie fournit-elle une bonne part des malades admis aux services phtisiologiques de l’hôpital de Grenoble entre 1886 et 1899181.

  • 182 Chambre des Députés... 1904, ouvr. cit., 1906, Enquête sur... l’industrie textile, t. 3, p (...)
  • 183 id., t. 3, p. 69-70, Chambre Commerce Lyon, qui cite l’enquête, d’un certain Docteur Givre (...)

113La typhoïde est fréquente parmi les tisseurs de coton roannais, qui boivent à une cruche commune, « au milieu de l’usine », dont l’eau n’est pas renouvelée chaque jour. Les ouvrières ont de fréquents malaises digestifs pendant le travail ; et quand un tuberculeux quitte l’atelier, ses camarades se servent de ses instruments sans les nettoyer. La contagion se fait aussi par les tubes de navettes, où l’on crache pour faire entrer plus facilement la canette de fil182. Sans citer de chiffres, on estime que la tuberculose est fréquente parmi eux ; et, à Lyon, une enquête – à vrai dire un peu antérieure, puisqu’elle porte sur les années 1882-1890 –, le confirme, pour toutes les catégories ouvrières : elle entraîne 1 décès sur 4 chez les « canuts » et les dévideuses (25,1 % en moyenne, et 27,8 % chez les femmes), les maçons (24,6 %) et les blanchisseuses (25,3 %), plus encore chez les cordonniers (29,9 %), les teinturiers (29,5 %), les tailleurs (28,5 %) et surtout les couturières (33,5 %) : on retrouve là tous les métiers des petits ateliers et du travail à domicile183. Notations dispersées, significatives pourtant, et qui exigeraient une recherche originale.

  • 184 A.D. Ar, M, non coté, P.V. de l’inspection du Travail, 1892-1901.
  • 185 A.D.S., 33 M 1/9, id., 1895-1911.

114Deux sources massives permettent de valider, partiellement, ces observations : ce sont les procès-verbaux de l’inspection du travail, dressés à partir de 1892 pour contravention à diverses lois protectrices et qui montrent, en même temps que l’importance nouvelle de l’intervention étatique, ses limites. En Ardèche, d’abord184. De 1892 à 1901, on en a dressé 262 : dans 59 cas, c’est la malpropreté des installations qui les a justifiés, au moins en partie ; et à 52 reprises, c’est le manque de sécurite qui s’attache à une machinerie sans protection ; 9 fois sur 10, c’est à un patron-moulinier qu’est faite la remontrance. Mais le tableau est tout à fait semblable en Savoie, où se multiplient les nouvelles usines électrotechniques ; on dispose de 634 procès-verbaux, de 1895 à 1912185 : leurs infractions sont aussi nombreuses que celles des ateliers artisanaux. Ainsi, en 1912, la Société française des produits azotés de Notre-Dame-de-Briançon est poursuivie pour n’avoir pas évacué la poussière de cyanamide qui flotte dans ses ateliers et a provoqué des malaises parmi les ouvriers, en même temps qu’une Madame Brisset, modeste maîtresse-couturière d’Aix-les-Bains, dont les locaux n’ont pas d’autre ouverture qu’un étroit soupirail. Mais en 1900, déjà, la fabrique de ciment Fayen, à Saint-Michel-de-Maurienne, n’avait rien prévu pour chasser les débris de ses broyeurs ; malgré deux mises en demeure, le volant du moteur à gaz de la fabrique de pâtes alimentaires Bernardi, d’Albertville, demeurait sans protection en 1901 ; en 1908, les vestiaires et les installations sanitaires de « La Volta » et de la « Société électro-métallurgique française » sont des sentines, les meules sont mal disposées, les fils électriques courent à nu : l’avertissement ne porte pas, puisque de nouveaux procès-verbaux doivent être dressés en 1910. Et dans les années qui précèdent la guerre, on retrouve parmi les délinquants tous les grands établissements électro-techniques, tels ceux de La Praz, de Notre-Dame-de-Briançon, l’usine de la « Calypso », aux côtés des ateliers du textile ; partout, l’hygiène est insuffisante. Au total, ce sont 55 contraventions qui sont relevées pour insalubrité des lieux de travail, et 53 pour installation dangereuse d’engrenages. Le retour des mêmes coupables – la Compagnie d’Alais et de la Camargue, à Saint-Michel-de-Maurienne, la papeterie Matussière, aux Fourneaux, la fabrique de pâtes Bozon-Verduraz à Saint-Etienne-de-Cuines – et aussi les boulangeries artisanales, les fabriques de soie, les ateliers d’imprimerie et de confection – prouve la persistance des négligences, une mauvaise grâce certaine à se plier à la loi, alors que la multiplication des machines ajoute les dangers de mutilation aux risques traditionnels du travail industriel.

  • 186 Ainsi, en 1899 encore, les ouvriers d’une fabrique de faux de Renage, adressent une pétiti (...)

115Du moins arrive-t-on moins jeune à l’usine. Là aussi, l’évolution a été lente, et jusqu’en 1914, la vigilance des autorités montre les difficultés de faire appliquer les textes réglementaires : que les employeurs les tournent, qu’ils soient mal acceptés par une partie de la classe ouvrière soucieuse de conserver l’appoint du salaire infantile186.

  • 187 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Conseil Hygiène Lyon, et C. 3022, id., Chamb (...)
  • 188 A.D.S., 33 M 1/ 2, Inspecteur divisionnaire travail Lyon, 16.11.1880, 19.2 et 5.3.1881, 6. (...)

116De fait, avant même que ne soient promulgées les lois du 2 décembre 1872 et du 19 mai 1874, qui soumettaient à des règles strictes l’embauche des enfants dans les manufactures, on dénonçait déjà la résistance patronale à Aubenas et à Lyon, et l’on réclamait une inspection sérieuse de son éventuelle application187. Et vite s’étaient accumulés les signes de leur inobservation : au Bourget-du-Lac, en 1880, on continuait d’accepter des filles mineures sans le C.E.P., ce qui était désormais interdit ; le registre d’inscription était mal tenu au tissage de soie Cholat, chez Rivoire, à Pont-de-Beauvoisin, 70 ouvrières étaient dans ce cas, et, parmi elles, une dizaine avait moins de 15 ans ; aux Echelles, à La Bridoire, l’absence du C.E.P. et du livret individuel, obligatoire, étaient la règle. Et, partout, les adolescents travaillaient à côté de rouages mal protégés, à proximité de turbines sans garde-fou ou de roues hydrauliques à ciel ouvert. On citait des cas semblables à Chambéry, où ils risquaient à tout instant de tomber dans les broyeurs, à l’usine de déchiquetage de laine Cabot ; à Saint-Pierre-d’Albigny, où 25 enfants faisaient encore plus de 16 heures par jour en 1883, et où tous les livrets falsifiaient leur âge188.

  • 189 A.D.S., 33 M 1/ 2, Inspecteur travail Chambéry, 30.3.1888, 18.3.1890, 26 et 27.7.1892 ; A. (...)
  • 190 A.D.S., 33 M 1/9 ; P.V. Inspection travail Savoie, 1895-1912 et A.D. Ar., M, non cotée, id (...)
  • 191 A.D.S., 33 M 1/ 2, Inspecteur travail Chambéry, 16.11.1880 et A.D.I., 166 M 4, Délégué Off (...)
  • 192 A.D.H.S., 15 M, Situat, industr., 1874-1884, instituteur du Châble, 2.2.1882.

117En Dauphiné, les infractions demeurent fréquentes dans les années 1890 : à Pont-en-Royans, à Vienne chez les Pascal-Valluit ; à Albertville, c’est un grave accident qui révèle l’emploi d’un jeune garçon de 14 ans au graissage d’un arbre de transmission : la mise en marche avait été précédé d’un simple « gare » que le bruit de l’usine l’avait empêché d’entendre189. Là aussi, le retour des mêmes noms et entreprises montre à quel point lois et règlements sont mal acceptés. Il en va de même en Vivarais, où moulinages et filatures recherchent depuis toujours la main-d’œuvre souple et peu coûteuse des fillettes et des adolescents ; mais on les embauche aussi, dans les années 1900, aux papeteries de Boulieu-les-Annonay, et au Teil, les Pavin de Lafarge sont sanctionnés à deux reprises en dix ans190. Et l’embauche des enfants sans livret, ni C.E.P. est aussi pratiquée, en 1911, encore, chez Paul Girod, à Ugine et il faut deux interventions pressantes, à quelques mois d’intervalle, pour qu’on y renonce. Mais quelle que soit la gravité de ses pratiques, on n’y trouve plus, après 1890, l’embauche de trop jeunes enfants. Les derniers cas datent des années 1880 ; ils sont rares191 ; et tout à fait exceptionnel est celui de ces garçons de 11 ans, occupés, en 1882, par une fabrique de bas du Châble, près de Saint-Julien-en-Genevois192. Il semble bien qu’au début du XXe siècle, malgré les résistances, on soit parvenu à extirper le travail infantile ; et c’est après 4 ou 5 années seulement d’atelier que les conscrits se présentent devant le Conseil de révision.

C. Anthropométrie d’un mieux-être

  • 193 Pour l’ensemble du paragraphe, cf. tableaux hors-texte n° 42 à 45, 48 et 49.
  • 194 On a regroupé comme inaptes tous les conscrits classés « réformés », « ajournés », ou « se (...)

118Car deux nouvelles coupes, en 1889 et en 1911, montrent à l’évidence l’allongement général des tailles pour toutes les catégories de la classe ouvrière193. Globalement, celui-ci se traduit par une baisse de 6 puis de 7 points pour les « manœuvres », de 2 puis de 8 points pour les « ouvriers », sur le milieu du XIXe siècle, dans la part relative des petites statures, inférieures à 1,60 m. L’amélioration est particulièrement forte dans le bassin stéphanois, puisque la différence est de 10 points et c’est aux travailleurs les plus défavorisés en 1852-1853 qu’a, logiquement, profité l’amélioration de la condition matérielle, les métallurgistes notamment ; il est vrai qu’au XIXe siècle, le poste correspond aux quincailliers et aux armuriers à domicile, et, en 1911, aux salariés des grandes usines de constructions mécaniques. Il en va de même chez les tisserands des campagnes du Beaujolais, du Roannais et du Lyonnais, si bien qu’à la veille de la guerre, globalement, il n’y a guère plus de nabots parmi les ouvriers ruraux que parmi les agriculteurs ; et, dans le bassin stéphanois comme à Lyon, les manœuvres... Quant aux travailleurs du bâtiment, ils demeurent les privilégiés qu’ils étaient et, sauf à Lyon, il y a même chez eux en 1911 moins de tailles médiocres que parmi les couches privilégiées de la population. A l’autre bout de l’échelle s’accroît la part des grandes tailles : il y a désormais plus d’ 1 ouvrier sur 4 à dépasser 1,70 m, quand on n’en comptait qu’1 sur 5 en 1852-1853 ; pour l’essentiel, la progression a été acquise après 1890. Et, dans le bassin stéphanois, on trouve plus de grands gaillards chez les maçons et les charpentiers que chez les fils de négociants. En 22 ans enfin, le nombre de jeunes ouvriers inaptes à une vie militaire normale baisse du tiers, de 36,07 % à 22,50 %, et le recul est encore bien plus important chez les plus chétifs d’entre eux, les manœuvres et les ouvriers du textile194. Comme elle reflétait la misère d’une condition au milieu du XIXe siècle, l’anthropologie physique traduit soixante années de mutation lentes, puis de progrès rapides de la vie matérielle.

119Il est vrai que les maçons sont souvent des ouvriers et des citadins de fraîche date. Les nombres d’ensemble masquent bien des particularismes catégoriels qui forcent à la nuance. Avec la géographie, d’abord : le recul des petites tailles est plus lent dans l’agglomération lyonnaise qu’ailleurs, et, pour l’essentiel, il est acquis dès 1889 ; le nombre des jeunes gens en bonne santé à la fin de leur adolescence n’augmente guère dans le bassin stéphanois d’une coupe à l’autre. Avec la nature du travail surtout ; des uns aux autres, la hiérarchie des années 1850 demeure : il reste, à Lyon, 2 teinturiers ou 2 tisseurs sur 10 à ne pas atteindre 1,60 m ; dans le bassin stéphanois, autant de mineurs et de manœuvres, et même un peu plus. On écartait du service actif presqu’l « canut » sur 2 en 1889 : si le taux a baissé fortement en 1911, il n’en reste pas moins du quart ; autour de Saint-Etienne, le recul est médiocre et si, au total, le nombre des ouvriers du textile en bonne santé a si fortement augmenté entre les deux dates, c’est parce que leur délabrement physique était particulièrement grave en 1889 ; quelques années avant la guerre, c’est encore parmi eux qu’on en retrouve, le plus souvent, les signes multiples – même si la fourchette des taux d’exemption se resserre de 25,53 %/52,80 % à 18,79/27,93 % – avec une tendance à l’égalisation des niveaux de vie à l’intérieur de la classe ouvrière.

120Si l’on revient aux tailles, on s’aperçoit vite qu’à l’inverse, l’écart ne se réduit pas d’avec les autres classes de la population. Ainsi, la réduction de la part des petites tailles chez les ouvriers d’industrie ne signifie pas l’augmentation égale des grandes, alors que parmi les négociants, les employés, les cultivateurs, celles-ci se sont multipliées avec plus de force que les petites n’ont diminué. Si l’on fait le décompte et la balance des points perdus par les unes et gagnés par les autres entre 1852-1853 et 1911, on obtient le partage suivant :

“PETITES " ET " GRANDES TAILLES” : DIFFÉRENCES DES POURCENTAGES, 1852-1853 ET 1911

“PETITES " ET " GRANDES TAILLES” : DIFFÉRENCES DES POURCENTAGES, 1852-1853 ET 1911

121Sans doute y a t-il quelques cas exceptionnels, où la part des hautes tailles s’est nourrie exactement de la régression des petites, chez les métallurgistes et les ouvriers du bâtiment lyonnais et stéphanois. Mais le trait n’en est guère retouché.

122Si bien que, finalement, la différence s’est élargie entre les deux catégories extrêmes des « manœuvres » et des « professions libérales ». Et si le fils d’un avocat n’a plus qu’une mauvaise chance sur 25 d’être un nabot – au lieu d’une sur 10 ou 12 au milieu du XIXe siècle –, le manœuvre en a conservé 1 sur 5, quand il en avait 1 sur 4. Le progrès est mince ; surtout il n’y a aucune raison statistique pour qu’il dépasse 1,70 m, ce qui se produit désormais 1 fois sur 2 pour un conscrit d’origine bourgeoise. Et si la probabilité d’une petite taille est tombée de moitié pour les cultivateurs, elle n’a reculé que du tiers pour la classe ouvrière, encore moins pour les tisseurs de coton ou de soie.

123Le véritable changement est l’entrée en médiocrité. L’amélioration du niveau de vie se marque en effet dans la primauté affirmée des statures moyennes, entre 1,60 et 1,69 m, et particulièrement de la tranche qui va de 1,65 à 1,69. A la veille de 1914, 1 ouvrier sur 3, ou presque (au lieu d’ 1 sur 4 – guère plus en tout cas – en 1852-1853) est de bonne taille ; sans plus. La coupe intermédiaire de 1889 marque les étapes : des années 1850 à l’approche du XXe siècle, ce sont les plus misérables qui y sont entrés, les armuriers et les quincailliers stéphanois, les mineurs et les manœuvres du bassin, les tisseurs de soie lyonnais et les tisserands des campagnes ; à la Belle Epoque, c’est au tour des passementiers foréziens. On retrouve donc les bonnes années du Second Empire et, jusqu’à l’horizon 1890, une amélioration assez forte pour que la condition ouvrière ne se traduise plus par une disgrâce physique ; mais le pas n’est pas franchi d’une égalité sociale : bien au contraire, peut-être plus encore que dans les années 1850, la hiérarchie sociale se mesure, tout simplement, avec la toise du médecin militaire.

124Quelles que soient les nuances, les données de l’anthropologie physique montrent à l’évidence une amélioration d’ensemble qui demeure, tout de même, la première des conclusions. Grâce au cours des choses, c’est-à-dire des transformations de mécanismes économiques sur lesquels les ouvriers ont peu de prise, et qu’ils connaissent mal. Cependant, les schémas de consommation, la répartition des budgets – presque toujours abstraits, souvent théoriques, parfois en déséquilibre – ne disent pas tout : l’autre terme de la balance, celui du revenu, détermine largement, aussi, celui des dépenses ; et celui-là s’inscrit dans l’action collective pendant soixante ans, constamment.

II. L’évolution du revenu

  • 195 C’est-à-dire par articles des catalogues revendicatifs ; sur l’ensemble cf. graphique hors (...)
  • 196 C’est-à-dire, de 1848 à 1914, 644 demandes (13,8 %) ; à ajouter à celles qui portent sur l (...)

125On sait l’importance des questions matérielles comme moteur de l’agitation ouvrière. L’analyse des revendications permet de les préciser. A l’occasion des 3 210 grèves qui ont éclaté de 1848 à 1914, on a émis 4 651 demandes élémentaires195 : 2 912 d’entre elles s’y rapportent au total, soit 62,6 %, qu’elles portent sur le salaire lui-même, c’est-à-dire sur son montant ou la manière de le calculer, ou sur sa garantie, c’est-à-dire sur la sécurité de l’emploi ; pendant longtemps, il faut sans doute y ajouter tout ce qui touche au temps du travail, puisque la rémunération à la tâche est de règle196, et ce n’est que tardivement qu’en ce domaine, l’action ouvrière change de sens, en exprimant le désir d’une certaine qualité de la vie, même si l’expression n’est pas encore de mode.

126Or, dans plus de 3 cas sur 4 où la demande ouvrière porte sur une question de salaires, c’est le taux de paiement quotidien qui est en cause, qu’on en demande l’augmentation (1 536 fois, soit 57 %) ou qu’on s’oppose à sa réduction (404 fois, soit 15 %) : à 1 940 reprises donc (72 %). Avec de grandes différences de comportement dans le temps, puisque jusqu’aux années 1900, la fréquence est plus forte que la moyenne ; elles est en effet, par décennie :

127Mais on peut se demander ce que recouvre exactement cette notion de taux quotidien : réalité fortement ressentie comme l’expression même du revenu, ou abstraction statistique des autorités judiciaires et préfectorales d’abord, de l’Office et du Ministère du travail ensuite ? Il faudra, assez vite, poser la question ; pour l’heure, acceptons-le comme instrument de mesure.

128Or, c’est par centaines qu’on retrouve ces évaluations. Les ordonner en coupes ou en séries est une autre affaire, puisqu’elles émanent de témoignages disparates. On n’a donc retenu que celles dont l’identité de la source garantissait, dans l’espace et dans le temps, l’homogénéité d’appréciation, donc la valeur de comparaison. La moisson est légère et impose d’écarter d’abord toute idée d’UN salaire ouvrier qui vaudrait pour toutes les catégories, tant les taux sont variés avec la spécialité professionnelle et le secteur industriel.

1. Les incertitudes du travail (milieu du XIXe – vers 1895)

A. Le taux du salaire quotidien

  • 197 On ne reviendra pas dans la suite du chapitre, sur les références générales à l’Enquête de (...)
  • 198 Cf. graphique annexe n° 55.

129Trois enquêtes, au milieu du XIXe siècle, permettent d’en prendre une première mesure : celle des années 1840-1844 sur la grande industrie, qui a relevé les salaires dans les établissements qu’elle a touchés ; l’Enquête sur le travail de 1848, dont une question invitait à calculer une moyenne quotidienne « ordinaire », pour toutes les catégories, y compris l’artisanat et l’agriculture ; un ensemble de relevés faits par les maires entre 1849 et 1857, qui porte sur les seuls métiers du bâtiment mais possède l’avantage d’avoir été fait dans le cadre cantonal197. L’échelle des rémunérations journalières qu’on peut définir au travers de leurs données complémentaires trace, au moins en partie, une hiérarchie interne à la condition ouvrière198.

130En 1840-1844 donc, si l’on écarte quelques fabrications abusivement mises au rang des industries – comme la menuiserie – on dispose de 56 données de salaires féminins et de 118 de salaires masculins, par département. Soit, pour chacun d’entre eux, une moyenne de :

qui laisse déjà pressentir l’existence de zones géographiques.

131Celles-ci se précisent si l’on opère une dispersion de l’ensemble des données autour des moyennes : soit 2,06 francs (= 2) pour les rémunérations masculines ; la distribution devient alors, pour les 118 données :

132Et, pour les 56 salaires féminins, dont la moyenne est de 0,99 franc :

133Sans qu’il soit nécessaire de traduire en pourcentage, il est clair, surtout pour les hommes, que le taux du salaire quotidien s’élève avec le niveau d’industrialisation et d’urbanisation.

134Ce que confirme l’Enquête de 1848 et les salaires du bâtiment en 1849-1853, plus précis, au moins pour les activités partagées entre les villes et le plat-pays. Ainsi en est-il du textile, la différence est très nette dans l’aire cotonnière de la Loire : à Roanne, un fileur gagne 2,25 francs par jour en 1848, contre 1,40 à 1,60 seulement pour celui de Saint-Germain-Laval, de Saint-Symphorien-de-Lay ou de Saint-Georges-de-Couzan ; et la fileuse 1,50 franc, quand celles des cantons ruraux d’alentour reçoivent entre 0,60 et 0,80 franc ; de même, alors qu’on donne 2 francs à un tisseur du Coteau ou de Roanne, celui-ci parvient à 1,25 au maximum à Charlieu ou à Nérondes, voire à 0,80 franc ailleurs, où le taux quotidien pour les femmes s’échelonne de 0,50 à 0,90 franc, quand il est en ville de 1,25. On retrouve ces disparités dans le tissage de la soie : à Lyon, un « canut » gagne 2 à 2,25 francs par jour en temps normal ; à l’exception de Pont-de-Beauvoisin où l’on a 2 francs, partout, dans les campagnes, il y a disparité et celle-ci peut dépasser 50 %, en Lyonnais comme en Dauphiné ; le taux s’abaisse quand on s’éloigne de la ville : s’il se tient encore à 1,40-1,50 franc à Meyzieu (dont le canton englobe les communes suburbaines de Villeurbanne et de Vénissieux), à Montluel, à Saint-Genis-Laval, voire à Mornant, il tombe à 1,20 franc à La Pacaudière, à 1 franc à Charlieu, à Saint-Symphorien-le-Château et, dans l’Isère, à Rives et à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs. Quant aux salaires féminins de la soierie, hors de Lyon, ils ne dépassent que médiocrement 1 franc, à Bourg-Argental, à Pont-de-Beauvoisin, à Bourgoin, à La-Tour-du-Pin, jusqu’à 1,25 au plus ; et ils sont à 0,70 à Belmont, à 0,65 à Vizille, entre 0,40 et 0,60 à La Pacaudière et à Charlieu.

135Il en va de même pour les ouvriers du bâtiment. Ceux-ci sont trop souvent mêlés aux « artisans » pour qu’on puisse le vérifier dans l’Enquête de 1848 : encore qu’à Meyzieu, maçons et charpentiers gagnent 3 à 3,25 francs par jour, alors que dans le reste de l’Isère tous les taux s’inscrivent entre 2 et 2,5 francs. Par contre, la multiplicité des renseignements en 1849-1853 montre plus nettement l’opposition si l’on sépare ceux des cantons urbains, pour les trois grandes villes de la région, de ceux de leur arrondissement ; la moyenne des 4 principales spécialités – serruriers, charpentiers, menuisiers, maçons – est de :

136Elle met en relief le décalage entre la ville et la campagne là aussi, moins fortement pour Saint-Etienne dont l’arrondissement est largement urbanisé, et aussi entre les ensembles urbains eux-mêmes, l’écart maximal étant tout naturellement atteint à Lyon et en Lyonnais.

137Enfin quelques autres notations éparses confirment ce qu’indiquent tissage et bâtiment, et c’est bien à la campagne que l’on rencontre les taux les plus bas : tels ceux des couturières en gants du Graisivaudan, qui ne se font pas plus de 0,40 à 0,70 franc par jour, ou des fabricantes de toiles d’emballage autour de La Mure, qui n’ont que 0,30 franc ; mais 1 franc au chef-lieu : la disparité peut jouer même au niveau local.

138La répartition par secteurs industriels met en évidence un second facteur de différenciation, encore beaucoup plus net. Si l’on reprend les données de 1840-1844, en les dispersant selon les mêmes niveaux, mais par branches, pour l’ensemble de la région, on obtient la répartition suivante :

139Deux secteurs de faiblesse se détachent donc nettement : la petite métallurgie dispersée de la région stéphanoise, et surtout la filature et le tissage qui, pour l’essentiel, sont ceux du coton et de la soie : dans plus d’un cas sur deux, le salaire quotidien atteint tout juste 2 francs, et, pratiquement, ne dépasse pas les 3 francs. A l’inverse, dans la métallurgie, aux forges, aux hauts-fourneaux, aux aciéries, près de la moitié des taux se situent au-dessus, et c’est tout à fait exceptionnellement qu’ils se trouvent en deçà de 2 francs. Entre les deux, les ouvriers des industries manufacturières – à l’exception de la papeterie, mais la gratuité du logement, l’attribution d’un jardin familial y constituent un salaire indirect à ajouter –, verrerie, houillères, tannerie, teinture et impression des étoffes apparaissent plus favorisés que ceux des exploitations et des fabrications traditionnelles, carrières, tuileries, fours à chaux. Et, à la lumière de l’Enquête de 1848, il faudrait intégrer à cette catégorie intermédiaire les travailleurs du bâtiment et la plupart de ceux des métiers artisanaux, sauf les tailleurs et les cordonniers, un peu moins favorisés, et les typographes ou imprimeurs, dont les salaires s’approchent de ceux des métallurgistes.

140L’échelle qu’elle dessine ne diffère pas de’celle de 1840-1844, d’ailleurs. Dans l’Isère par exemple, tous les salaires masculins de la métallurgie s’inscrivent entre 2,70 et 4 francs par jour ; un verrier gagne en moyenne 3 francs ; comme le mineur, et l’on retrouve les maçons de 2 à 3, les charpentiers de 2 à 3,25, un peu avant les papetiers – de 1,80 à 2 – , mais au niveau des imprimeurs sur étoffes – à 2,50 francs. Et, toujours, vers le bas, le textile : ses ouvriers n’atteignent jamais les 2 francs, sauf les drapiers viennois, de quelques centimes, et les taux féminins sont tous entre 1,30 et 0,65 franc dans la soierie ; pire, pour les fileurs de chanvre et les tisseurs de toile, ils s’abaissent entre 1 et 0,15 franc. Partout, le métallurgiste domine la hiérarchie : à Rives, où l’ouvrier des forges s’assure 4 francs par jour, quand le papetier et le maçon n’en a que 2, et où l’on s’épuise à tisser la toile ou la soie pour 1 franc ; au Touvet, où l’on se fait 2,25 au haut-fourneau de Saint-Vincent-de-Mercuze : autant qu’un contremaître de moulinage, et beaucoup plus – près du double – que le simple tisseur ; à Vienne enfin où le verrier (3,50 francs) l’emporte pourtant, puisque le métallurgiste n’a que 2,66 francs – c’est une moyenne, il est vrai –, mais se place bien avant les tanneurs (2,50), les ouvriers du bâtiment (2,37) et les drapiers (2,01) tandis que les portefaix du port s’inscrivent en bas du tableau (1,70).

141Le partage est encore plus clair dans la région stéphanoise, dont on sait la diversité. Au Chambon-Feugerolles, un métallurgiste gagne 2 à 3 francs, un mineur, 2 à 3,25 ; mais le rubannier n’atteint qu’exceptionnellement les 2 francs, et le cloutier moitié moins. A Saint-Chamond, celui-ci peut arriver à 1,20 s’il se spécialise dans les clous à ferrer ; mais pour les autres fabrications, il n’a pas 1 franc, et si le maître-rubannier peut compter en temps normal sur 1,5 à 2 francs, le compagnon n’a que 90 centimes ; or, aux forges, le salaire minimal est de 2,25, et peut se hausser à 4 francs, qui constituent la moyenne aux aciéries et aux hauts-fourneaux de Rive-de-Gier, tandis que la plupart des mineurs de fond gagnent entre 3 et 4,25 francs. Enfin, à Saint-Etienne même, le passementier arrive à 3 francs par jour – mais l’aide de sa femme, non rémunérée, est intégrée dans ce chiffre, alors que les salaires des mineurs adultes s’échelonnent de 2,50 à 4,25.

142Partout ailleurs, la médiocrité du taux moyen correspond à l’importance du textile dans l’emploi : en Ardèche, encore une fois ne font exception que ceux des fondeurs et spécialistes des hauts-fourneaux de La Voulte et des mines annexes, entre 2,5 et 6, et, moins nettement, ceux des mégissiers d’Annonay et des imprimeurs sur étoffes, entre 2 et 3 francs ; comme ceux des artisans, particulièrement des travailleurs du bâtiment. Dans les moulinages du département, comme dans ceux de la Drôme voisine, il est rare – dans 3 cantons sur 24 – que les salaires masculins atteignent 2 francs. Et il en va de même dans l’Ain, à l’exception des drapiers de Montluel – à 2,10 –, dans les arrondissements de Roanne et de Villefranche, on l’a vu.

143Enfin, un troisième facteur de différenciation tient à la qualification du travail. Il explique, largement, le déclassement du salaire féminin, déjà sensible dans les moyennes de 1840-1844 où, pratiquement, il se tient à la moitié de la rémunération masculine. Bien sûr, encore une fois, c’est dans le textile qu’il est le plus éclatant en 1848. Dans le tissage, d’abord où, le plus souvent, la main-d’œuvre féminine est confinée aux travaux annexes ou préparatoires : à Saint-Etienne, dans la rubannerie, la dévideuse ne touche que 0,90 franc, l’ourdisseuse 1,40, soit environ le tiers et la moitié du gain du passementier ; à Vienne, dans la draperie, l’épinceteuse a 0,60, l’éplucheuse 0,70, la bobineuse 0,85 : soit une moyenne de 0,71, quand celle des hommes est, dans les mêmes branches, de 1,96 franc ; aux ateliers de soieries du Bas-Dauphiné et des Monts du Beaujolais, le manque à gagner oscille de la moitié à un quart. D’autre part, dans les moulinages et les filatures du Vivarais et de la Drôme, il peut atteindre les deux-tiers, voire plus quand il s’agit de très jeunes filles, âgées de moins de 16 ans : au total, la moyenne qui est de 1,71 franc par jour pour les hommes tombe pour elles à 0,80 et 0,57.

144Mais tous les secteurs connaissent la même disparité : à Lyon, pour 8 professions artisanales, le salaire modal est de 1,25 franc : de 2,50 pour les hommes. Aux effilocheuses de chiffons, on ne donne que 0,77 franc à Annonay et à La Bégude, 0,71 à Vienne, 1,10 à Bourgoin, 0,75 à Vif, quand le papetier lui-même touche, respectivement, 2, 1,95, 2 et 1,8 francs. Les porteuses de bouteilles ont 1,25 franc dans les verreries viennoises, où la moyenne des salaires masculins atteint 3,50 ; celles de Rive-de-Gier, 1 franc, quand le manœuvre le moins bien payé en a plus de 2. Et aux ateliers de teinture de Montluel, de Bourgoin, de Tournon, de la région stéphanoise, on retrouve une différence qui marque, aussi, pour les seuls hommes, la variété des qualifications.

145Car le « métallurgiste » n’existe pas, pas plus que le « mineur », le « verrier » voire le « drapier » ou le « teinturier » : le mot, chaque fois recouvre des catégories multiples, et à l’intérieur de chaque métier, l’échelle du salaire quotidien est souvent très large. Dans les houillères stéphanoises, le taux du « mineur » est la moyenne – calculée comment ? – d’au moins 8 catégories de spécialistes, du pousseur de chariot, qui a 1,5 franc par jour, au piqueur, qui peut arriver à 4. Aux hauts-fourneaux de La Voulte, on en compte 6, du manœuvre à 2 francs, au fondeur à 4,5 ; 3 aux forges de Rive-de-Gier, de 2,25 aux 4 francs du forgeur ; 5 aux verreries à bouteilles de 1 à 8 francs, pour les « maîtres-souffleurs » et 4 dans les usines de verre à vitre, entre 2 pour les grands garçons et 6 pour les « étendeurs ». Mais l’éventail, pour être moins ouvert, ne s’en retrouve pas moins dans les ateliers lainiers de Vienne : du tisseur à 1,9 par jour au fileur qui se fait 2,70, en passant par le cardeur, le foulonnier et le tondeur d’étoffes ; dans ceux de l’imprimerie lyonnaise, où l’on dénombre 3 niveaux ; dans les fabriques de bateaux, à Roanne ; et, surtout, les tisseurs de soie ruraux : en Lyonnais, on gagne 2,25 francs sur les métiers à velours, mais seulement 1,25 sur les étoffes unies. Et, avec eux, on touche à l’essentiel : c’est-à-dire, d’une part, la quasi-généralité du salaire à la tâche et, pour les fabrications plus complexes, d’autre part, déjà très largement à une division du travail qui précède mécanisation et rationalisation.

  • 199 A.N., C. 3021 et 3022, Enquête sur la condition des classes ouvrières... 1872.
  • 200 A.N., C. 3021, id., Chbre Commerce Lyon, s.d.
  • 201 A.D.I., 162 M 3, préfet, Isère, 12.11.1872.
  • 202 A.N., C. 3022, enquête... 1872, papeterie Voiron et Chbre Commerce Vienne.
  • 203 A.N., F 1 C III, Drôme, 12, préfet, 22.12.1855.

146Donc, en 1848, très peu de salaires à la journée : c’est un mode de calcul réservé aux auxiliaires des industries traditionnelles et à quelques ouvriers des grandes usines, encore rares. Donc, aux ourdisseuses de la draperie viennoise et de la Fabrique lyonnaise, aux ouvrières des ateliers d’imprimerie – elles ne sont pas nombreuses –, de chapellerie et de certaines filatures de la zone séricicole ; aux magasinières des verreries ripagériennes ; et puis au tout venant de la main-d’œuvre dans les ateliers de teinture et d’impression d’étoffes, à Villefranche, à Givors, à Saint-Genis-Laval et dans ceux de constructions mécaniques à Vienne, à Givors et dans la banlieue lyonnaise. Vingt-cinq ans plus tard, on retrouve les mêmes secteurs dans l’Enquête de 1872, la papeterie, à Voiron, à Rives, la mégisserie, à Grenoble, certaines spécialités à Annonay, la préparation du tissage en Dauphiné, à Roanne, à Vienne199 ; non seulement la paye à la journée n’a pas progressé, mais « ... le travail à la tâche domine, et tend à se généraliser... » affirme la Chambre de Commerce de Lyon200, car c’est une manière de « ... gagner davantage... », remarque-t-on dans l’Isère201 : et, de fait, à Voiron, les femmes réussissent à se faire de meilleures journées que les hommes, rémunérés au temps, et dans les ateliers de préparation des peaux d’Annonay, pour un même travail, on arrive à se faire ainsi 40 % de mieux !202 Est-ce la raison qui a fait remplacer, en 1855, le calcul à la tâche par le salaire à la journée dans un grand nombre de fabriques de soie des pays du Rhône moyen ? Les industriels « ... s’en sont bien trouvés... »203.

  • 204 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 10.1.1856.
  • 205 A noter que le salaire au temps, en tout cas, peut encore réduire d’autre manière le reven (...)

147La réalité est plus complexe, et tient aussi à un trait profond de mentalité ouvrière : dans les années 1848-1850, pour beaucoup les principes « ... étaient choquants qui voulaient que chacun y gagnât le même salaire quelle que fut sa capacité... »204. De fait, jusqu’en 1880, il est tout à fait exceptionnel que le refus du travail à la tâche soit formellement exprimé dans les revendications : pas plus de 10 fois pour 416 demandes sur le niveau ou le mode du salaire entre 1848 et 1880 ; et presque toutes viennent des maçons et des ouvriers du bâtiment, où la multiplicité des opérations rend complexe l’élaboration d’un tarif et où la détérioration des conditions atmosphériques peut brusquement interrompre le travail205.

148Le calcul « aux pièces » est donc de règle pour l’immense majorité. Dans toutes les branches du tissage en 1848, il va de soi : « à la pièce » chez les rubanniers de Saint-Etienne, à la ville comme à la campagne et à la « pesée forfaitaire » pour les dévideuses chez les « canuts » lyonnais bien sûr, chez les tisseurs du Dauphiné et des Monts du Lyonnais ou du Beaujolais, qu’ils travaillent la soie ou le coton ; « au poids », pour les fileurs, les drapiers et les épinceteuses de Vienne ; à la « douzaine » ou au « cent » dans la chapellerie et la ganterie ; et, en 1872, rien n’aura changé. Mais le salaire à la tâche n’est pas propre à l’industrie dispersée : en 1848, les mineurs d’Allevard sont payés au mètre-cube de minerai et les charbonniers à l’hectolitre de houille, ceux du bassin stéphanois à la « benne » de gros, ou « perat » ou de « menu », dont le poids varie d’un puits à l’autre, de 125 à 175 kg pour celle-là, de 100 à 150 kg pour celle-ci ; les carriers du pays de Gex, au cubage à déblayer, comme les mineurs de La Mure ou des petites exploitations métallifères du Vivarais en 1872. Il en va de même des spécialistes des forges et des hauts-fourneaux à Vienne, à Rioupéroux, et les mariniers de la Loire sont payés « au voyage », de Roanne à Briare. Et de cette généralité du salaire aux pièces découlent à la fois l’extrême complexité de son calcul, qui varie avec le lieu, la spécialité et le temps, et, longtemps, la longueur du travail quotidien, puisque son raccourcissement léserait d’abord l’ouvrier lui-même.

B. Le débat permanent des prix de « façons »

149La quasi généralité du système de « l’entreprise », c’est-à-dire d’une manière de sous-traitance assurée en partie par les travailleurs eux-mêmes, transforme la nature même du salaire aux pièces pour les uns, renforce ses incertitudes pour les autres ; toujours, elle aggrave les effets. Car l’intermédiaire est partout présent entre le bailleur initial de travail et l’ouvrier, tantôt proche du premier pour en partager les bénéfices, tantôt du second pour en éprouver l’insécurité.

  • 206 A.N., C. 943, Enquête sur le travail... 1848, Ain, j. de paix Chalamont ; A.D.l, 162 M 2, (...)
  • 207 A.N., BB 18.1506, pétition des mineurs de Rive-de-Gier, 16.6.1852 ; A.D.L., 162 M 3, Enquê (...)
  • 208 A.N., C. 943, Enquête sur le travail... 1848, Ain, j. de paix Montluel ; C. 963, id., Givo (...)
  • 209 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 22.6.1887.

150Dans la « diaspora » de la Fabrique lyonnaise, c’est le correspondant des grands soyeux de la ville qui distribue la matière et collecte les étoffes, ailleurs celui des grandes maisons de commerce de la ganterie grenobloise, de la rubannerie et de la quincaillerie stéphanoise, de la chapellerie. Dans le bâtiment, c’est « l’entrepreneur », qui soumissionne l’ensemble d’une construction « ... se chargeant de tout parachever et de livrer clés en main... » ; pour les chantiers de travaux publics, ce peut être une sorte de contremaître indépendant, voire un simple terrassier plus hardi qui passe contrat avec une Compagnie de chemin de fer par exemple, dont les constructions se multiplient dans les années 1850-1870206. Dans les mines, à Rive-de-Gier, à Allevard, aux ferrières de La Verpillière, c’est le « tâcheron » qui s’engage au tonnage ou au mètre de galerie : chacun lui est rattaché, et il est très difficile d’en changer207 ; et, bien sûr, quel que soit le secteur, c’est lui qui assure directement la paye, à partir de la somme qu’il a lui-même reçue, globalement. Mais le système n’est pas différent dans les manufactures, que ce soit aux chapelleries de Montélimar et de Givors, aux impressions d’étoffes de Montluel, aux hauts-fourneaux du bassin forézien208. Et dans les verreries où l’intermédiaire prend place dans une hiérarchie complexe fondée sur la compétence technique dont un document des années 1880 décrit le fonctionnement qui vaut pour les décennies antérieures : ainsi, à Lyon, à chaque four correspondent dix « places », c’est-à-dire des équipes chargées de fabriquer tel ou tel article. Chacune d’elles fonctionne selon une stricte hiérarchie, sous la direction de « l’ouvreur », seul responsable, aux yeux du manufacturier de la qualité et de la quantité du travail ; il en dirige l’exécution et contrôle la production en fin de journée pour laquelle il reçoit une somme globale. De celle-ci, la majeure partie est partagée avec son adjoint direct, le « souffleur » ; le reste est payé, comme salaire, au « troisième », chargé du transport des matières premières, de l’ouverture et de la fermeture des fours ; qui reçoit, en outre, une gratification fixe par le patron. Seuls sont directement payés les « gamins » qui s’affairent aux tâches annexes209. Enfin, dans une certaine mesure, le chef d’atelier joue, dans la Fabrique lyonnaise de soierie et pour la rubannerie stéphanoise, le même rôle puisqu’il est à la fois salarié et patron.

  • 210 A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le travail... 1848, Rapport étudié par les ouvriers menuisier (...)
  • 211 A.D. L, 162 M 1, id., Allevard et 162 M 3, Enquête... 1872, préfet, s.d.
  • 212 BB 18.1506, Pétitions des mineurs de Rive-de-Gier, 16.6.1852.
  • 213 A.N., C. 943, Enquête sur le travail... 1848, Ain, j. de paix Montluel.
  • 214 A.N., C. 963, id., Rhône, j. de paix L’Arbresle.
  • 215 A.D.L., 92 M 10, divers (1856) ; A.D. L, 52 M 3, préfet Isère, 8.6.1861 ; A.D.L., 92 M 16, (...)
  • 216 Les références se comptent par dizaines, pour l’essentiel dans A.N., BB 18.1666 ; F 1 C II (...)

151La rançon du système c’est, pour tous, l’incertitude du prix de façon. Car on détermine celui-ci dans le cadre d’un véritable appel d’offres que gangrène la pratique du marchandage, aux deux niveaux : elle est de règle en 1848 et ne paraît pas reculer dans les décennies qui suivent, réduisant « ... le travail à l’état de servage... »210. Partout, on s’en plaint aux enquêteurs des commissions cantonales : à Lyon, ce sont les chapeliers et les selliers, à Givors les maçons et les charpentiers, un peu partout les manœuvres des travaux publics, mais aussi les mineurs d’Allevard211, relayés en 1852 par ceux du bassin de la Loire212. C’est la principale cause de baisse des salaires, affirme-t-on à Montluel213, et une véritable plaie dans les campagnes autour de L’Arbresle : le prix de la pièce n’est fixé qu’à son achèvement, après « … avoir été débattu entre le chef d’atelier et le compagnon »214. Au cours des années suivantes, les récriminations ne cessent pas, d’autant plus que les conventions préalables se limitant à un simple accord verbal sont constamment violées ; en 1856 sur les chantiers de chemin de fer de Saint-Jean-Bonnefonds, dans la Loire, aux chantiers de la nouvelle prison de Grenoble en 1861, l’adjudication ayant été faite au rabais, à la Compagnie des Mines de Firminy et de Roche-la-Molière en janvier 1880, à celle des Mines de Saint-Etienne en juin 1890 ; à chaque fois, les grèves qu’elles déclenchent sont vaines, et l’approche du siècle nouveau ne paraît pas raréfier ce genre de conflit215. Dans le bâtiment, en outre, le système entraîne souvent le retard de la paye, quand ce n’est pas la perte totale du salaire : la mauvaise foi est fréquente de ces entrepreneurs occasionnels, incapables de faire face à leurs obligations, dépourvus de la réserve financière d’une maison ordinaire, pressés par le temps : de 1860 à 1878, 14 grèves éclatent à cause des retards de salaires, et à dix reprises, l’arrêt de travail n’est évité que par l’intervention des pouvoirs publics ou des Compagnies qui avaient commandé les travaux. « ... Mauvaise organisation... », « ... entreprise difficile... », « ... retard fâcheux… », reviennent constamment sous la plume des autorités policières et préfectorales, quand ce n’est pas l’accusation franche de malhonnêteté. Sur un chantier du P.L.M., à La Voulte, en 1860, on n’arrive même pas à connaître le montant des façons ; à Modane, en 1862, le retard atteint 2 mois, comme au tunnel de Poliénas, sur la ligne Grenoble-Valence, près de 6 à Eteaux, en Haute-Savoie, en 1878. A Albertville en mai 1865, à Pralognan quelques mois plus tard, les terrassiers doivent se résigner à n’être point soldés, les sous-traitants ayant tout simplement disparu. Et si l’on retrouve dans la liste des conflits tous les grands chantiers ouverts dans la région en un quart de siècle – ceux des principaux tronçons du réseau ferroviaire, de la percée du Mont-Cenis en 1862, du funiculaire de Saint-Just et de la gare Saint-Paul à Lyon en 1875 – le mal n’épargne pas les autres secteurs : des ouvriers tonneliers de Charvieu, en Isère, en 1875, ceux d’un atelier de passementerie de Saint-Germain-Laval, en 1878, doivent aussi renoncer, pour les mêmes raisons, au fruit de leur travail216.

  • 217 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Roanne.
  • 218 A.N., C. 963, id., Villefranche.
  • 219 A.N., C. 956, id., Saint-Chamond, délégués des chefs d’ateliers rubanniers.
  • 220 A.N., C. 956, id., Saint-Etienne, délégué rubannerie, rapport p. 13-14.

152Pour les chefs d’atelier, « canuts » ou rubanniers, armuriers ou forgeurs, gantiers ou chapeliers, l’inconvénient est ailleurs. Sans doute une partie de leur gain s’apparente-t-elle au profit industriel, puisqu’ils sont propriétaires de leur métier ou de leur forge. Avec tous les avantages qui s’attachent au statut patronal : à Lyon, en 1872, on estime à 2 francs nets par jour le surplus apporté par chaque mécanique Jacquard confiée à un compagnon alors que le travail propre du chef d’atelier ne lui procure, ordinairement, que 3 francs217. Mais aussi avec tous les frais qui demeurent à sa charge, puique le « soyeux » se borne à fournir la marchandise et à payer la « pièce » terminée. Aussi, distingue-t-on prudemment, à Roanne, un taux « brut » du salaire quotidien des fileurs et des tisseurs de coton – 2 francs en 1848 – d’un taux « net », qui se réduit à 1,30 franc218 et, à Villefranche, on juge plus conforme à la réalité de donner le gain total de l’unité de production – un ménage de tisseurs de soie avec 3 enfants qui aident les parents – et qui se fait 450 francs en année « normale »219. De même, voici un couple occupé au tissage des rubans, à Saint-Chamond : théoriquement, le mari seul est actif, et il gagne 1,5 à 2 francs par jour ; mais sa femme s’emploie aux travaux annexes ; si l’on déduit sa rémunération (fictive) et les frais d’entretien du métier, c’est d’une centaine de francs qu’il faut réduire un revenu annuel global de 360 à 480 francs220.

  • 221 Et tous les frais ne sont pas évalués ni décomptés. En bonne comptabilité d’ensemble, d’ai (...)

153A Saint-Etienne, on détaille, avec beaucoup de précision, la comptabilité – qui n’est bien sûr pas conçue comme telle – d’un chef d’atelier passementier à 2 métiers (le type le plus commun), dont l’un est tenu par un ouvrier : le total des « façons » fait rentrer 1728 francs, dont le quart, 432 francs, est directement perçu par le compagnon ; il reste donc 1296 francs pour le maître-passementier ; mais il en faut déduire : d’abord, la perte de l’intérêt du capital investi dans le matériel : soit 110 francs, puisque chaque métier coûte 1 100 francs à la sortie de la menuiserie, sur la base d’un placement à 5 % ; ensuite les frais de réparations, 200 francs environ ; 16 francs de « cartons », 14 d’éclairage, 40 pour la soupe et le lit de l’ouvrier ; donc 410 francs au total, ce qui diminue le gain annuel d’un tiers, à 886 francs net. Encore faudrait-il retrancher le travail de l’épouse qui passe les peignes sur les trames, fait les courses et le nettoyage ; pour tout cela, elle n’est pas payée, bien sûr, mais vit sur le salaire de son mari221. Et l’amortissement du matériel cesse de courir quand les commandes viennent à manquer.

  • 222 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, j. de paix Saint-Etienne.
  • 223 A.D.H.S., 15 M, Sit. industr., 1875-1881, préfet, 20.3.1875 ; cf. aussi A.N., C. 963, Enqu (...)
  • 224 A.D.R., M, Grèves antér. à 1879, Chbre Commerce Lyon, 13.11.1862 ; A.D.L., 92 M 29, « état (...)
  • 225 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 18.5.1883 ; A.D.L., 92 M 25 police St-Etienne 4.4.1889 ; A. (...)
  • 226 A.N., F 12.4653, préfet Rhône, 21.4.1874 et 4665, préfet Ain, 9.3.1891 ; A.D.L., 92 M 15, (...)

154La tendance est d’ailleurs générale de considérer l’ouvrier lui-même comme un travailleur indépendant, qui règle sa tâche et en assume les frais propres. Les forgeurs et les armuriers stéphanois voient osciller leur revenu au gré des prix du charbon222 ; les maçons et les charpentiers, les horlogers du Faucigny doivent acheter eux-mêmes et entretenir leurs outils223. La mise en train des métiers, pour les tisseurs et les passementiers, est à leurs frais : or, dans les mécaniques plus complexes, elle peut être fort longue ; en Beaujolais, dans les années 1880, on opère une retenue pour compenser les frais de transport du commissionnaire, qui va installer les chaînes à domicile224. Et, dans les ateliers, on décompte de la façon les dépenses d’éclairage, voire celles de l’entretien et de l’usage des machines, à Cours, à Grandris225. Mesures qui, toutes, tont de la détermination du salaire un combat quotidien : parce que la mauvaise qualité de la matière première, l’acier et la fonte pour les forgerons des ateliers du P.L.M. d’Oullins en avril 1874, pour les puddleurs de Holtzer à Unieux, la soie pour les dévidages du Bugey en mars 1890, entraîne sa baisse226.

  • 227 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, délégué rubannier, Saint-Etienne ; A. (...)
  • 228 A.N., F 1 C III, Ardèche 11, gendarmerie Aubenas, 10.6.1869 ; A.D.H.S., 15 M, grèves 1861- (...)
  • 229 L’emploi du rouleau métrique avait été imposé pourtant par une loi du 4 juillet 1837, 84 M (...)
  • 230 A.D.I., 52 M 40, Maréchal de Castellane, 3.6.1861 et 166 M 1, sous-préfet La Tour-du-Pin, (...)
  • 231 A.N., F 1 C III, Ain, 6, sous-préfet Nantua, 31.3.1859.

155Ailleurs, c’est le mode même de mesure pour la tâche fournie qui est en cause : en 1848, il n’y a pas d’enregistrement des quantités exactes de soie dévidée dans les ateliers de rubanneries stéphanois ; en 1861, les cardeurs de coton, à Cours, demandent que la matière première soit pesée immédiatement après être sortie de leurs mains ; en 1871, le relevé des fabrications quotidiennes fourmille d’erreurs aux deux grandes verreries de Givors, on ne réussit pas à en imposer l’affichage quotidien et, l’année suivante, ce sont les carriers de Montalieu-Villebois qui exigent l’inscription immédiate au carnet des pièces terminées227. Pire, les terrassiers d’un chantier du Béage, en Vivarais sont tenus, en 1869, dans l’ignorance de prix de façon arbitraires et perpétuellement changeants, et à l’épluchage de soie Chancel et Cie, à Annecy, la façon du « nettoyage » est calculée, disent les ouvrières, « ... d’une manière inconnue d’elles... » ; elles demandent donc une fixation au kilo ; tout comme les forgeurs de clous à ferrer de la Maison Mermier, à Saint-Chamond en 1888228. Le mode de mesure est d’ailleurs une cause permanente de débat, voire de conflit, et la résistance demeure fréquente à l’adoption du système métrique, seul capable d’en assurer la régularité ; dès 1848, les plaintes sont nombreuses sur l’inégalité des pièces et le viol de la loi : pour les tisseurs de toile de Panissières, la « pièce » demeure l’unité de paiement en 1869, tout comme ceux du coton en Beaujolais, quand ce n’est pas l’aune, dans certaines usines de soierie dauphinoise en 1872. Pour qu’on se décide à adopter des calculs métriques, des conflits éclatent, à Vizille, en septembre 1872, chez les Déchelette, à Saint-Jean-Labussière, en août 1873, chez Bréchard à Roanne, en mai 1883, et, en 1888-1889, la question du « rouleau métrique » sera au cœur d’une demi-douzaine de grèves dans les plus importantes maisons du tissage cotonnier à Roanne, à Thizy, et dans plusieurs ateliers de soieries de Charlieu229. Entre-temps, on avait retrouvé les mêmes problèmes chez les tailleurs de pierre de la région grenobloise230. Faut-il ajouter que la multiplicité des qualités, dans le travail des étoffes notamment, les incessants changements qu’impose la mode, ajoutent au fouillis des prix de façon et en entraînent l’instabilité, sur laquelle jouent sans cesse les fabricants ? Le temps n’est d’ailleurs pas révolu où le salaire prend encore la forme archaïque des fournitures d’épicerie et amène un détournement déguisé de la dette patronale : aux horlogers du Faucigny, aux tailleurs de peignes de la région d’Oyonnax, on continue à troquer une part de travail contre des denrées alimentaires « ... pour un prix supérieur à ceux cotés dans le commerce... »231.

  • 232 Cf. infra, chap. III, à propos des politiques patronales de protection dans les grandes us (...)
  • 233 A.N., C. 945, Enquête sur le travail... 1848, Ardèche, j. de paix Annonay, et C. 956, id., (...)

156La condition des ouvriers encasernés n’est pas plus enviable. Sans doute, bénéficient-ils, dans certaines usines, d’un salaire indirect de complément avec la fourniture du logement et divers avantages matériels qui méritent un plus long exposé232 ; ou qui, ailleurs, prend la forme de la soupe que l’on trempe deux ou trois fois par jour, tout comme maîtres-artisans et chefs d’atelier des Fabriques accordent gîte et couvert, moyennant pourtant une certaine retenue : les compagnons-rubanniers de Saint-Etienne ne doivent-ils pas payer leur chandelle ?233

  • 234 Reybaud (L.), ouvr. cit. p. 204.
  • 235 A.D.I., 166 M 1, préfet Isère, 5.3.1870.
  • 236 A.N., F 1 C III, Rhône, 9, préfet, 12.3.1870.
  • 237 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 12.12.1888 ; A.D.L., 92 M 28, Ingénieur Mines St-Etienne, 2 (...)
  • 238 A.D.L., 92 M 29, sous-préfet Roanne, 15.3.1889.
  • 239 A.N., F 1 C III, Ain, 9, gendarmerie, 12.3.1870.
  • 240 A.N., F 12.4668, état grèves Rhône, 1890.
  • 241 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 13.9.1883 et 4668, id., Loire, s.d. ; A.D. I, 166 M 1, sous (...)

157Les avantages l’emportent nettement sur les inconvénients. Ici, pas question de salaire proprement dit : quel que soit le travail, ce sont des « gages » que reçoivent les ouvrières des usines-internats – encore rarissimes au milieu du XIXe siècle, à Jujurieux ou à Tarare, chez J.B. Martin : la première année, elles doivent se contenter d’une somme forfaitaire de 40 à 50 francs, élevée à 60-75 la seconde, à 80-100 la troisième ; la fin de l’apprentissage est alors marquée d’une gratification de 20 francs, et elles entrent dans le régime commun, à la « pièce d’étoffe »234. Ailleurs, ce sont des retenues de multiples espèces, qu’elles soient exceptionnelles ou régulières. Les amendes, d’abord : elles sont de règle dans les grands ateliers, et sanctionnent les manquements à la discipline, et chaque modification dans l’organisation du travail peut soudain les multiplier : pour les mineurs de La Mure, par exemple, en 1871, où un nouveau système de tri du charbon vient d’être mis en place235 ; ailleurs, ce sont les négligences qu’elles punissent, comme aux ateliers d’impression de Saint-Genis-Laval, où le prix de chaque foulard taché est soustrait de la paye236 et, plus souvent encore, les manquements à l’horaire ou l’absentéisme du lundi237. Quant aux retenues elles-mêmes elles peuvent prendre la forme d’un travail supplémentaire et qui n’est pas payé, pour nettoyer les ateliers ou les machines238, pour répondre à une tâche urgente : dans les magasins des commissionnaires en peignes d’Oyonnax, au moment des expéditions, les jeunes filles chargées de la manutention passent la moitié de la nuit, à titre gracieux ; c’est d’ailleurs un des abus qui motivent la grève générale de la corporation au printemps de 1870239 ; de même, l’inventaire périodique du stock des verreries doit être gratuitement effectué par les ouvriers, alors même que l’arrêt des fours entraîne un important manque à gagner240. Et, à partir des années 1870, on voit apparaître les retenues directes pour assumer les frais d’assurance, à l’usine à gaz de Lyon et dans les usines métallurgiques viennoises, aux chantiers de La Mouche, à La Guillotière, et dans les chantiers du bâtiment241.

  • 242 Reybaud (L.), ouvr. cit., p. 204, elles atteignent déjà 0,5 à 1 franc par jour.
  • 243 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Chbre Commerce Lyon, et C. 3022, id., divers (...)

158Enfin, le Second Empire voit apparaître les primes dans la formation du salaire. En 1848, elles sont rares, et l’on n’en trouve guère, explicitement mentionnées, que chez J.B. Martin, à Tarare242. Mais dans les années suivantes, des tentatives multiples sont faites par quelques-uns des patrons lyonnais, parmi les plus « entreprenants », comme Claude-Joseph Bonnet et les Gillet, aux ateliers de crêpes de Montessuy, aux teintureries Drevon et Cie. Ailleurs, on les retrouve, sous le Second Empire, dans la papeterie, chez les Frères Blanchet à Rives, chez Peyron à Vizille, chez les Montgolfier d’Annonay et dans plusieurs établissements de Voiron ; dans les usines annexes des Fabriques, au peignage de soie Chancel-Peillon, à Tenay, aux impressions d’étoffes Perrégaux, à Bourgoin, dans plusieurs moulinages de Privas ; et même, enfin, dans des tissages de lacets à Saint-Chamond, de drap à Vienne et de coton à Roanne. Primes au rendement, pour la plupart – à Tenay, à Voiron, à Rives – à l’économie de matières premières – à Vizille – au « mérite » même – à Rives – à des taux fort variables – de 2 à 10 % chez les Perrégaux, les Peyron, les Montgolfier, à 20 % et même 30 % du salaire – à Annonay. Si elles sont rares en 1872, c’est parce qu’elles se sont heurtées partout à une résistance larvée de la majorité des ouvriers.243

C. La journée de travail

159Comme en d’autres domaines, la question de l’Enquête de 1848 sur la durée du travail quotidien n’a pas été entendue par tous de même manière : fallait-il indiquer le temps de présence ou celui du labeur effectif ? A condition d’éliminer quelques cas douteux, on parvient pourtant à une vue d’ensemble : partout, on estime que la journée de travail est plus longue pour l’ouvrier ou l’artisan que pour le paysan ; pour 1 juge de paix sur 3, celui-ci ne passe pas plus de 10 heures en moyenne à la terre, compte tenu des fortes disparités saisonnières ; tandis qu’on passe au moins 12 heures à l’atelier ou aux « fabriques » : 17 réponses cantonales dispersées dans toute la région s’accordent sur cette durée, sans nommer la nature exacte de l’industrie, avec toutes les autres, plus précises. Si l’on accorde valeur modale à ce niveau, on peut alors dégager 3 grandes catégories.

160En deçà de la barre, autour de 10 heures par jour, on ne rencontre guère que quelques ouvriers très spécialisés, tels ceux du livre : si les relieurs lyonnais passent 11 heures à l’atelier, certains typographes n’y restent pas plus de 7 ou 8 ; et ceux de la grande industrie minière et métallurgique : on ne travaille pas plus de 10 ou 11 heures aux forges et aux hauts-fourneaux de Givors, de Rive-de-Gier, de Vienne et de Rioupéroux ; et à Allevard comme à Rive-de-Gier et au Chambon-Feugerolles, ce n’est pas plus de 8 à 10 heures que passent sous terre les mineurs, y compris le temps d’entrée et de sortie.

161Autour des 12 heures gravitent à la fois certains métiers soumis aux conditions atmosphériques et les activités annexes du textile. Parmi les premiers, donc, les carriers – tels ceux de Limonest ; et les gens du bâtiment : 9 cantons fixent ainsi l’horaire des charpentiers et des maçons, étant bien entendu qu’il s’agit là d’une moyenne, calculée à l’année, « ... comme pour les paysans... », note-t-on à Heyrieux, et y compris la pause nécessaire aux deux repas ; car si, en hiver, on ne rejoint les chantiers qu’après une aube tardive pour les quitter avec le jour, à la belle saison, on peut y passer plus de 15 heures. Quant aux teinturiers et aux imprimeurs sur étoffes, qu’ils s’occupent de soieries – à Lyon, à Neuville-sur-Saône – ou de cotonnades – à Roanne, à Villefranche –, on ne leur impose pas de travail de nuit ; en règle générale : car on peut les garder tout de même jusqu’à 10 heures du soir quand les commandes se font pressantes.

162Enfin, la journée de 12 heures est un minimum tout à fait exceptionnel pour toutes les autres catégories : les verriers de Givors et de Mornant n’en font-ils pas 14, ceux de Rive-de-Gier jusqu’à 16 et même 18 – mais ils ne travaillent pas plus de 20 journées par mois. Du moins bénéficient-ils ainsi d’un répit qui paraît inconnu et des ouvriers à domicile, et de ceux des ateliers ruraux. Car, d’une part, le travail domestique favorise l’allongement de la journée : les motivations psychologiques – « ... les tisserands n’aiment pas à être tenus... », dit-on à Saint-Symphorien-le-Château – masquent bien les nécessités matérielles : la journée « … n’est pas réglée pour l’industrie manufacturière... », « ... attendu que l’ouvrier travaille à la pièce... », montre le juge de paix de La Mure-sur-Azergues.

163Aussi n’a-t-elle « ... de limite que par la volonté de l’ouvrier... » : à Vienne, dans la draperie ; dans les « boutiques » de tisseurs dispersés du Roannais, qui passent plus de 14 ou 15 heures à leur métier, quand ceux des ateliers ne sont retenus que 12 à 13 heures ; à Montluel, où les ouvriers en laine, s’ils se règlent en été sur le soleil, s’occupent l’hiver longtemps après sa disparition, pour faire une quinzaine d’heures au moins ; chez les tisseurs de soie du plateau lyonnais – à Mornant par exemple – et les veloutiers du Bugey, qui demeurent jusqu’à 16 d’affilée à leur métier ; en Bas-Dauphiné, la substitution de la soie au lin et au chanvre aurait aggravé la situation : à Rives, à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs, on faisait 12 heures, à la lumière du jour ; désormais, on commence bien avant elle, et, le soir, on continue à la lampe. Enfin, au Chambon-Feugerolles, à Saint-Héand, à Saint-Etienne, c’est 14 ou 15 heures que font d’ordinaire les passementiers, souvent 16 et parfois 18, coupées simplement de deux rapides repas.

164Mais pour travailler en ateliers, fileuses et moulineuses du Vivarais, du Dauphiné et d’ailleurs ne sont pas plus favorisées. Dans la Drôme, on passe 13 à 14 heures aux bassines et aux dévidoirs, partout, et 4 des 5 cantons ardéchois à avoir répondu parlent, dans l’arrondissement de Largentière, de 13 à 16 heures ; comme en Isère, à Vizille notamment, où les enfants partagent l’horaire commun. Et c’est encore une fois dans la Loire que l’on trouve des cas extrêmes : dans les communes du Pilat, la règle est de 14 à 16 heures – de 4 heures du matin à 6 ou 8 heures du soir – et en cas de presse, à Bourg-Argentai, il arrive qu’on dépasse les 18 heures de présence.

  • 244 Sur la loi du 9 septembre 1848, cf. Levasseur (E.), Histoire des classes ouvrières... en F (...)

165La loi du 9 septembre 1848, qui fixe à un maximum de 12 heures le travail quotidien dans les manufactures laisse donc de côté toute la constellation des ateliers domestiques, où la journée est la plus longue244. Et là où devraient s’appliquer ses dispositions, elle demeure, comme ailleurs, lettre morte, malgré les tentatives renouvelées de l’autorité impériale pour la faire respecter au moins dans les usines où la main-d’œuvre est en majorité juvénile et féminine.

  • 245 A.D.I., 162 M 3, préfet Ardèche, 27.5.1853 et A.N., BB 30.382, proc. gal Nîmes, 13.1.1854.
  • 246 A.N., B B 18.1480, parquet Saint-Etienne, juin 1853.
  • 247 A.N., B B 18.1480, Ministre Intérieur, 1.9.1853.
  • 248 A.D.I., 52 M 35, police St-Marcellin, 2.11.1853 et 162. M.3, id., 19.6.1853.
  • 249 La journée se décomposant ainsi : lever 3 heures ; à 7 heures, petit déjeuner (30 minutes) (...)
  • 250 A.D.I., 52 M 44, sous-préfet St-Marcellin, 4.12.1864 et 162 M 3, id., 9.12.1864 et police (...)
  • 251 A.N., BB 30.389, proc. gal Nîmes, 18.7.1869 et F 12.4651, préfet Ardèche, 22.5.1862 ; A.D. (...)
  • 252 A.N., C. 3022, Enquête parlementaire... 1872, Chbre Commerce et Deydier fils, moulinier à (...)
  • 253 A.N., F 12.4654, préfet Ardèche, 3.4.1879.
  • 254 A.D.I., 162 M 4, inspecteurs travail Grenoble, 7.6.1896.

166Harcelés en 1853, les patrons mouliniers de l’Ardèche invoquent la nécessité de rattraper, à la belle saison, les frais occasionnés par le chauffage et l’éclairage hivernaux ; certains d’entre eux iraient même jusqu’à fausser les horloges pour allonger le travail245. A Saint-Chamond, où les contraventions sont incessantes, les « … industriels imaginent toutes sortes de moyens pour échapper à l’application de la loi... »246 ; quant aux filateurs lyonnais, ils se réfugient derrière la nécessité de « tirer » les cocons en très peu de temps et envisagent un moment de mobiliser l’ensemble des régions séricicoles247. Dans la région de Saint-Marcellin, à Chatte, à La Sône, à Saint-Antoine, on poursuit une douzaine de manufacturiers ; puis on y renonce, tant ils sont nombreux à ne pas respecter la loi, malgré une certaine agitation ouvrière et l’invite pressante du préfet à « ... une répression vigilante... »248. Et en 1856, on signale encore des journées de 17 heures « d’ordinaire » dans certains moulinages de la région de Montélimar : on y commence à 3 heures du matin, et l’on ne prend qu’une heure et demie de repos à midi249. Une décennie plus tard, une fois la surveillance relâchée, les abus se renouvellent en Dauphiné, et l’on commence à gronder sur l’incapacité du gouvernement à faire appliquer des textes vieux de plus de 15 ans !250 A la fin de l’Empire, passer 15 heures à l’atelier n’est pas rare dans les moulinages de l’Ardèche et du Pilât251, et 14 heures ailleurs, malgré les récriminations des patrons soyeux252. Il faut attendre 1878 pour qu’on juge, en Vivarais, que les règlements de septembre 1848 « ... sont généralement observés... »253 ; il est vrai qu’on s’apercevra de leur violation dans certaines usines de La-Tour-du-Pin en 1896 encore254 !

  • 255 A.N., F 12.4654, préfet Rhône, 8.5.1879 ; et A.D.L., 92 M 12, gendarmerie Bourg-Argentai, (...)
  • 256 A.D.L., 90 M 1, Soc. sec. mutuels rubannerie, 28.11.1884 et 92 M 15, pétition glaceuses de (...)
  • 257 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 13.5.1885 et s.d. (1889) ; A.D.L., 92 M 17, « règlement des (...)
  • 258 A.N., F 12.4652, préfet Loire, s.d. (1869) et nombreuses pièces dans A.D.L., 92 M 17 et 18 (...)

167En fait, le recul paraît s’être amorcé un peu partout, dès les années 1860 ; et est-ce un hasard s’il est contemporain d’une forte progression – on le verra – du taux de la rémunération quotidienne ? A quelques exceptions près – dans le Pilat, notamment – la journée de 12 heures de présence pour 10 de labeur effectif est de règle et paraît devenir progressivement la norme entre 1865 et 1880 dans les ateliers de teinture et d’impression, à Lyon comme en Beaujolais255. Il arrive qu’on fasse encore 13 à 13 h 30 dans certains ateliers de la passementerie stéphanoise, mais dans les nouvelles usines de lacets, on ne dépasse pas 11 heures256. Les compagnons « canuts » et tullistes de Lyon fournissent entre 11 et 12 heures ; à Tarare, à Thizy, à Roanne, à Annecy, la moyenne oscille dans les mêmes eaux aux tissages mécaniques du coton257 ; et, ici et là, les ouvriers du bâtiment bénéficient même d’une réduction à 10 heures seulement par jour258.

  • 259 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 10.1.1856.

168Il est vrai que dans les grandes villes au moins, la position ouvrière s’était modifiée depuis les années 1860 et, à Lyon, dès 1856, le procureur général avait dit son étonnement devant une mutation mentale imprévisible quelque temps auparavant259. De fait, à partir de 1861, les demandes de baisse de la journée de travail se multiplient à l’occasion des grèves : de 1851 à 1860, on ne comptait que huit exigences en ce sens, soit guère plus d’une sur dix exprimées au cours d’un conflit (11,8 %) ; dans la décennie suivante, on en dénombre trois fois plus, ou presque, (29,1 %) et le souci de réduire le temps de travail est la grande nouveauté des programmes revendicatifs dressés pendant la vague de grèves des années 1869-1870. C’est-à-dire au lendemain d’une progression rapide et générale du taux quotidien du salaire, contemporaine d’une hausse modérée, sur le long terme, des denrées alimentaires de premières nécessité.

2. Le salaire et l’emploi

A. Le mouvement d’ensemble du salaire quotidien (1848-1914)

  • 260 Cf. Simiand (F.), Le salaire des ouvriers mineurs.

169Comme pour les prix, il n’est pas possible de construire une courbe synthétique du taux du salaire ouvrier, qui d’ailleurs n’existe pas, et les données homogènes sont tout aussi rares pour dessiner, du milieu du XIXe siècle à la guerre de 1914, l’évolution d’ensemble : on ne dispose donc guère que d’une demi-douzaine de séries continues, dont on peut se demander si elles sont exemplaires. Trois d’entre elles en effet traduisent l’évolution du salaire des mineurs, dans les bassins de la Loire, de l’Isère (La Mure et Communay) et du Rhône (Sainte-Foy-l’Argentière) ; elles ont été calculées à partir des données de la Statistique de l’Industrie Minérale, donc en divisant la masse salariale par le nombre de journées : la source est bien connue, les qualités et les défauts d’un tel calcul ont été depuis longtemps notés, n’y revenons pas260 ; sinon pour souligner, une fois de plus, l’abstraction du taux qu’on en tire, puisque la Statistique ne tient pas compte des modifications internes du personnel de la houillère, de leur qualification notamment, dont l’influence est forte sur la masse salariale globale.

  • 261 Archives de la Compagnie des Forges d’Allevard, livres de paye, 1848-1914 ; cf. Léon (P.), (...)

170Par là, nos courbes du salaire minier ne sont donc pas comparables terme à terme à celles qui ont été dressées pour la métallurgie et le bâtiment à partir des Archives des forges et aciéries d’Allevard261. Les livres de paie, déjà utilisés pour l’époque du Second Empire, y ont été conservés dans leur intégralité jusqu’en 1914, et au-delà. Pour chaque ouvrier, on y calcule, par mois, le taux moyen du salaire quotidien que dissimule l’inégalité d’une rémunération à la tâche. La précision du « service » où il est employé – haut-fourneau, four Martin, entretien, ... – et l’indication exacte de sa qualification ont permis de mettre sur pied une quinzaine de séries pluri-décennales. Nous avons regroupé celles d’entre elles qui allaient de 1848 à 1913 pour élaborer des courbes synthétiques de la « métallurgie » : par amalgame des séries « fondeur » et « chargeur » du haut-fourneau « lamineur » et « régaucheur » du laminoir gros-mill ; et du « bâtiment », à partir des séries « maçon » et « charpentier » des services d’entretien. Si bien, en somme, que l’homogénéité des catégories qu’elles envisagent leur donne une qualité supérieure à celles de la Statistique de l’industrie Minérale.

171Des années 1850 à la veille de la guerre, les graphiques n° 55 à 66 présentent donc la marche d’ensemble du taux quotidien. A l’évidence, elle se marque, pour toutes, par une nette progression ; de 1852 à 1909, le mouvement de longue durée réel, exprimé par les moyennes mobiles de 9 ans, inscrit une progression de :

Mineurs de la Loire : + 1,73 franc + 59,9 %
» de l’Isère : + 2,52 + 116,6 %
» du Rhône : + 1,62 + 57,2 %
Métallurgistes, Allevard : + 2,67 + 110,3 % (1855-1909)
Ouvriers du bâtiment, Allevard : + 2,47 + 89,2 % (1855-1909)

172La hausse est encore plus vigoureuse si on la calcule à partir des taux effectifs de 1851 et de 1913 :

Mineurs de la Loire : + 2,14 francs + 75,1 %
» de l’Isère : + 2,84 + 125,6 %
» du Rhône : + 1,90 + 68,6 %
Métallurgistes, Allevard : + 2,95 + 123,9 %
Ouvriers du bâtiment, Allevard : + 2,89 + 108,3 %

173Mais en aucun cas elle ne se poursuit à la même allure tout au long de la période. Sur chaque courbe, et malgré les lacunes des séries de la Statistique de l’Industrie Minérale, on distingue nettement trois phases successives, et à peu près simultanées, sauf pour la courbe du bâtiment. Dans un premier temps, la poussée est générale et vigoureuse jusqu’aux années 1880 : le mouvement part, au moins, du milieu du siècle, à l’exception des « mineurs » de l’Isère où l’orientation à la hausse ne s’impose qu’à compter de 1860. Puis c’est un palier, voire un léger recul jusqu’aux années 1890 ; enfin, une reprise qui ne s’est pas essoufflée lorsque la guerre vient brouiller le libre jeu de la conjoncture ! Ce n’est pas une surprise : le taux du salaire régional reproduit – si on laisse de côté la courbe « bâtiment » d’Allevard – un rythme depuis longtemps repéré et décrit ; sa marche met en évidence les dates-pivots de 1880- 1885 et de 1890-1895. Et, telles quelles, les courbes des houillères régionales et celles des forges d’Allevard valident ce qu’on peut savoir du mouvement du salaire quotidien à partir de données plus épisodiques, pour la petite industrie urbaine, y compris le bâtiment.

  • 262 Ministère du Travail, Salaires et coût de l’existence jusqu’en 1910..., p. 25-26.

174Deux enquêtes, en 1896 et en 1911, fournissent en effet une série de données rétrospectives sur les salaires urbains pour les villes chefs-lieux de département, établies par les maires et, ensuite, par les Conseils de prud’hommes262 ; de même origine sont celles de la Statistique générale de la France de 1871 à 1884 ; on a donc sélectionné dans celle-ci les spécialités mentionnées en 1911, et l’on dispose d’un ensemble de renseignements homogènes puisque d’origine identique, pour 34 professions masculines et 5 professions féminines. A défaut d’une série, on peut résumer l’évolution par le tableau qui suit, et donne la moyenne des salaires masculins « ordinaires » c’est-à-dire modaux en francs :

175Quant au mouvement du salaire quotidien féminin, il s’inscrit, aux mêmes dates, ainsi :

176La comparaison des taux de 1911 avec ceux de 1853-1857 montre donc une progression tout à fait comparable à celle tracée par les séries de la grande industrie, mais un peu moins forte, dans l’ensemble, pour les salaires féminins. Mieux, chez les hommes, on retrouve, quasiment terme à terme, les disparités régionales qu’elles laissaient deviner : à Saint-Etienne, la hausse est presque égale à celle du salaire minier : 77 % pour 75 %, et à Grenoble, elle atteint la même ampleur maximale – 111 % – que chez les mineurs de La Mure (+ 126 %) et les métallurgistes d’Allevard (+ 124 %). Il y a donc un parallélisme d’ensemble qui, a posteriori, valide la qualité des unes et des autres sources.

177Et, dans la plupart des cas, par ailleurs, une bonne partie de la progression paraît acquise dès les années 1880. Si on calcule le rythme pour les trois phases repérées dans les séries continues – encore que l’année 1896 soit un peu tardive – on obtient en effet, pour les 34 professions masculines :

178Sauf à Valence, les deux phases de forte hausse – les périodes 1881- 1896 et 1896-1911, de même durée, sont comparables telles quelles – sncadrent donc le palier des années 1880 marqué par un très fort ralentissement, surtout là où le mouvement avait été très vigoureux (à Lyon, à Grenoble) dans les trois décennies précédentes. Encore plus fortement, les salaires féminins présentent le même découpage :

179Mais, on le voit, avec beaucoup plus d’irrégularité : la hausse s’accélère à Grenoble après 1880, alors qu’il y a recul à Valence et à Saint-Etienne ; puis, de 1896 à 1911, il y aurait reflux à Privas et à Grenoble. La faiblesse de l’échantillon interdit d’en tirer des conclusions trop fermes : mais elle n’empêche pas de se défier d’une impression trop générale qui ignorerait des situations locales allant à contre-courant.

180Si bien qu’en somme, il faut se contenter de vues générales. La forte progression des années 1850-1880 est incontestable : pour la petite industrie urbaine, nous renvoyons aux estimations des maires et des Conseils des prud’hommes. Quant aux séries dressées pour le bâtiment d’Allevard – et que confirme une série analogue, pour chaque chef-lieu – et quelques grandes industries, elles la confirment, puisqu’elle s’inscrit, finalement, à :

et que la moyenne décennale de 1880-1889 marque sur celle de 1850-1859 une progression de :

+ 40 % + 81 % + 37 % + 50 % + 35 %

B. Des bonnes années de l’empire à la grande dépression (1848-1890)

a) Une hausse continue du taux quotidien ?

  • 263 Sur les enquêtes elles-mêmes, cf. livre 1, chap. 1 ; et pour 1891-1893, Office du Travail, (...)

181Et ces séries apparaissent tout à fait représentatives de la marche du salaire dans la grande industrie, à partir d’autres sources : car si l’on en croit les trois grandes enquêtes industrielles du XIXe siècle, le mouvement du salaire « moyen » journalier aurait été le suivant, par département, en francs263 :

182Ces calculs – obtenus par quels procédés ! – valent ce qu ils valent ; la critique n’est pas neuve, il n’y a guère à y reprendre, sinon à nuancer : pour l’Ain, l’Ardèche, la Drôme, dont la structure industrielle ne s’est pas profondément modifiée, où l’Enquête de 1840-1845 paraît avoir été faite avec soin, ils ont sans doute une qualité plus grande que pour le reste où, précisément, est concentrée la masse la plus importante des ouvriers.

  • 264 Dupeux (G.), ouv. cit., p. 267 et suiv. ; cf. aussi les prudences méthodologiques de Rouge (...)
  • 265 Les groupes sont ainsi composés : 1) textiles : tissage de la soie, pour les six départeme (...)

183Si l’on prend seulement les chiffres d’origine préfectorale – donc élaborés de même manière – de 1840-1845, 1860-1865, et des situations industrielles de 1881, on obtient des résultats plus fiables. A l’exemple de Georges Dupeux264, nous n’avons pas calculé de taux moyens pour chaque département, mais pris dans six d’entre eux – les Savoies étant laissées à l’écart – des secteurs précis, qu’on retrouve tels quels dans les trois enquêtes, et formant quatre groupes : textiles, mines et métallurgie, cuirs-verreries-papeteries (qui ont en commun le cadre de la déjà grande usine), activités dispersées traditionnelles, chacune d’entre elles pouvant être subdivisée265. Si l’on reprend l’ensemble, on obtient l’évolution suivante du taux journalier du salaire, du milieu du XIXe siècle à l’aube de la Grande Dépression :

184On retrouve donc, dans la grande industrie, cette progression ininterrompue déjà notée partout ailleurs, particulièrement rapide après 1860, et plus forte pour le salaire féminin. D’un groupe à l’autre, le comportement est cependant fort différent. Pour les salaires masculins, il s’inscrit ainsi :

185Pendant les vingt premières années, donc, la marche est à peu près égale dans tous les secteurs, sauf dans le troisième, influencé à vrai dire par un vif recul dans la verrerie – de 3,75 en 1840-1845 à 2,92 en 1860- 1865 – et qui peut être simple erreur d’appréciation dans une industrie où l’échelle des salaires est très large, partagée entre des spécialités multiples ; au contraire, papeterie – de 1,75 à 2,03 – et cuirs – de 2,14 à 2,58 – ont un comportement normal qui les porte respectivement aux indices 116 et 120 en 1861-1865. L’exception ne nuance donc même pas le tableau général. Mais après 1860, le ralentissement dans la serrurerie, l’armurerie, la ganterie à domicile est très net, à l’image des difficultés qu’elles connaissent.

186On retrouve ce contraste des dynamismes à l’intérieur de l’industrie textile : dans la filature du coton, l’indice de 1881 (102) est à peine supérieur à celui de 1840-1845, en net recul sur 1861-1865 (116), dans les campagnes du Beaujolais ; où, à la même date, celui du tissage atteint désormais 200, après 120. A Vienne, le taux du salaire ne bouge pas jusqu’aux années 1860, puis se hisse à 125 avec l’essor du drap « Renaissance » ; pour la soie, la progression du taux est plus forte dans le moulinage (109 en 1860-1865, 158 en 1881) que dans le tissage (119 et 153), mais il est difficile de les comparer, ouvraisons et filatures n’employant les hommes que comme contremaîtres ; mais la progression globale correspond à l’expansion de la Fabrique, un peu partout. Et, au total, la forte poussée salariale correspond bien aux trois piliers de la croissance régionale avant 1880, textile, mines et métallurgie, activités spécialisées des centres urbains.

187Quant à la montée des salaires féminins, elle traduit cette vaste mobilisation de main-d’œuvre des « diasporas » dont on a vu la généralisation ; par groupes, elle atteint en effet :

  • 266 A.N., C. 3021 et C. 3022, Enquête... sur la situation des classes..., 1872 ; pour l’Isère, (...)

188Presque toutes les réponses faites à l’Enquête parlementaire de 1872 convergent pour souligner la forte progression du taux quotidien266. « ... Hausse considérable... », affirme-t-on à Lyon, de 15 à 20 % depuis une décennie ; comme à Bourgoin, – où elle peut atteindre 25 % –, à Grenoble (du tiers aux deux cinquièmes), à Nantua et à Annecy, où l’on s’accorde sur 20 à 25 % ; en Bugey, on parle de 30 à 33 %, en Dauphiné de 25 à 30 %.

189Les premiers à en profiter ont été les ouvriers du textile. A Lyon même, les « canuts » ont vu leur salaire augmenter de 20 à 25 %, sans qu’on précise la chronologie ; de moitié ou d’un tiers « ... depuis dix ans... » en Bas-Dauphiné, de 10 à 15 % dans le même temps, en Savoie, aux tissages de soierie ; à Saint-Chamond, de 12 %, et même de 20 % dans la rubannerie et à la confection, à Saint-Etienne, des lacets élastiques. Pour être inégaux, les taux avancés sont tout aussi importants dans les moulinages : plus de 10 % aux peignages de schappe de Tenay, en Bugey, 15 à 25 % dans les usines des environs d’Annonay et d’Aubenas, le tiers à Privas. A Dieulefit, la plus-value est de 20 % dans la draperie, et de 20 à 25 % à Vienne, où toutes les catégories ouvrières ont été entraînées au même rythme ; enfin, la progression avoisinerait 30 % dans l’aire cotonnière de Roanne, 20 % pour les teinturiers du chef-lieu, 12 % à Saint-Etienne. Seuls les patrons de l’apprêt lyonnais parlent d’une stagnation.

  • 267 A.N., C. 3026, id., séance du 23.1.1875, rapport synthèse, qui calcule sur la période 1853 (...)

190Aucun secteur ne demeure à l’écart : on parle d’une hausse du tiers pour les hommes, de la moitié pour les femmes, depuis les années 1860, aux mines ardéchoises de Prades ; de 20 % dans les usines métallurgiques de Saint-Chamond, de 44 % dans les ateliers de constructions mécaniques de Bourg ; mais aussi, dans les papeteries, de 40 % à Annonay, de 15 à 25 % à Voiron, de 30 % à Vizille ; enfin, de 20 % pour les gantiers de Grenoble et les mégissiers d’Annonay. Bien que le tableau soit brossé dans un moment de « presse », il n’en montre pas moins à quel point la région lyonnaise participe de la montée générale des salaires nominaux sous le Second Empire, à laquelle l’Enquête conclut fortement267.

  • 268 Cote (L.), ouvr. cit., p. 169-170.
  • 269 A.D.I., 138 M 11 et 12, Situation industr. arr. Saint-Marcellin, 1860-1876 ; l’indice « ac (...)

191Et que l’on retrouve dans les rares secteurs où l’on puisse, avec crédibilité, apprécier le mouvement. Ainsi, dans la ganterie grenobloise, où la coupe d’une douzaine de gants payée 1,90 franc en 1851 est à 2,38 francs en 1878, en hausse de 77,9 %268 ; dans les usines de l’arrondissement de Saint-Marcellin, où l’on dispose de relevés continus de 1860 à 1876269, et où les moyennes quinquennales s’inscrivent à :

  • 270 Dumoulin, En pays roannais..., p. 231-232.

192La hausse se tient bien dans les limites esquissées, de manière empirique, par les réponses de 1872, et elle se poursuit au-delà des années 1880 ; dans la cotonne du Roannais, la progression est de 50 % entre 1871 – où le taux quotidien est de 3 à 3,20 francs dans les tissages mécaniques – et 1882270. Et, de même, les moyennes décennales des mineurs de partout et des métallurgistes d’Allevard paraissent révéler une certaine autonomie vis-à-vis de la conjoncture économique, dans le cadre d’une hausse continue que la grande dépression des années 1880 ne parvient qu’à ralentir ; puisque, de 1851 à 1890, elles s’inscrivent ainsi :

  • 271 Le second nombre de chaque colonne indique la progression, en pourcentage, sur la (...)

MOYENNES DÉCENNALES DU TAUX QUOTIDIEN 1850-1890 (271)

MOYENNES DÉCENNALES DU TAUX QUOTIDIEN 1850-1890 (271)
  • 272 Nous ne nous sommes pas posé la question de la formation du taux quotidien, de l’influence (...)

193En fait, c’est révéler le caractère fallacieux d’une mesure du revenu par le seul taux du salaire quotidien dans une classe ouvrière perpétuellement secouée par les alternatives brutales de l’emploi et du chômage272.

b) La fragilité de l’emploi

  • 273 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, j. de paix Charlieu.
  • 274 Parmi les multiples témoignages, A.N., C. 945, id., Ardèche, Montpezat et Thueyts ; BB 378 (...)

194« Les classes des travailleurs qui se livrent à l’industrie sont tout à la fois celles qui ont le plus d’aisance et que frappe le plus souvent le fléau de l’indigence... », notait en 1848 le juge de paix de Charlieu273. De fait, jusqu’à l’horizon des années 1880-1890, la crise, la misère, ce n’est plus le haut prix du pain, c’est la perte du salaire274 : saisonnière, pour des industries soumises aux rythmes annuels des commandes ; exceptionnelle, à l’occasion des crises qui secouent les marchés lointains, où s’écoule l’essentiel de la production des fabrications de luxe dont la région s’est fait une spécialité.

  • 275 A.N., C. 963, Enquête sur le travail... 1848, 6e canton, Lyon.
  • 276 A.N., C. 956, id., Loire, délégués veloutiers St-Etienne et chefs d’atelier rubanniers St- (...)
  • 277 A.N., F 12.4476 C, préfet Rhône, 11.3.1853 et C. 3362, Enquête parlementaire..., 1882, Lyo (...)
  • 278 Cote (L.), ouvr. cit., p. 154.
  • 279 Pleinet (J.), « Monographie du Syndicat des mégissiers d’Annonay », Revue Socialiste, XLVI (...)

195A Lyon, en 1848 : les typographes, les couverturiers, les boutonniers, les orfèvres interrompent leur travail au moins trois mois l’année ; les ouvriers en parapluie, les confiseurs, les tailleurs, quatre à cinq mois275. Il n’en va pas mieux de la grande industrie, ailleurs ; le plein emploi n’est jamais assuré chez les rubanniers en velours stéphanois : au plus fort de « la presse », deux métiers sur trois sont au travail, à la morte-saison, un seulement et, d’ordinaire, environ un sur deux ; pour les autres, il faut compter en temps normal, deux mois d’arrêt total : avec les jours fériés, le temps de travail s’établit à 260 jours, et, à Saint-Chamond, à 200 au plus ; quant aux dévideuses et aux ourdisseuses, on ne les emploie que la moitié de l’année276. Le chômage s’installe au printemps et à l’entrée de l’hiver, au renouvellement des « commissions ». Car, comme partout, les commandes dictent l’alternance du labeur et du chômage : dans la Fabrique lyonnaise, c’est au début de février et en mars qu’elles provoquent, en moyenne, 45 jours d’arrêt annuel, et plus encore pour les guimpiers, dans le courant du printemps, en août et en septembre277 ; aux ateliers de la ganterie grenobloise, en février et en juin, puisqu’on les connaît en mars et en juillet, pour quatre à cinq semaines chaque fois278 ; dans la mégisserie d’Annonay, pendant tout l’hiver, cinq à six mois, avant la fièvre de l’été qui impose heures supplémentaires de nuit et du dimanche279. Pour les chapeliers de Chazelles, la morte-saison dure deux mois et demi.

  • 280 Partout, l’arrêt du travail est de quatre à cinq mois dans le bâtiment.

196Ailleurs, elle s’explique par les conditions climatiques ; pour les ouvriers du bâtiment, bien sûr, et les carrières, celles du pays de Gex par exemple280 ; mais ce sont aussi les papetiers, à Valence, à Vif, à Vienne, à La Tour-du-Pin que fait renvoyer le manque d’eau, l’été à cause de la sécheresse, l’hiver quand les rivières sont gelées, les drapiers de Vienne, où le travail est pourtant régulier, voire les ouvrières de certains moulinages, au Cheylard, à Pélussin. Dans la verrerie, on arrête, à Vienne, à Rive-de-Gier, à Givors, de juin à septembre pour réparer et nettoyer les fours. Enfin, la filature de soie est une occupation épisodique, de six à huit mois selon les cantons, très intense de juin à août, à la fin de la récolte, mais qui renvoie ses ouvrières dans leurs campagnes le reste du temps.

  • 281 Outre les dossiers de l’Enquêtè de 1848, Cf. A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, (...)

197Dans quelque branche que ce soit, la baisse du travail ne signifie pas forcément la liquidation totale de l’emploi : à Annonay, on ne renvoie guère qu’un mégissier sur dix, et, à Vizille, aux imprimeries d’étoffes, à Vienne dans les ateliers de draperie, on conserve la majorité du personnel. Mais pour tous les ouvriers, elle entraîne une baisse des horaires, donc des salaires. Il n’est guère que les mineurs pour y échapper, la moyenne annuelle du travail atteignant les onze mois – sauf, à La Mure, quand la neige barre les chemins ! – et les métallurgistes des grandes usines d’Oullins, du Chambon-Feugerolles, d’Allevard, de Rive-de-Gier, où il y a, l’hiver, de janvier à mars, un simple ralentissement281.

  • 282 Statistique de la France, Industrie, 2e série, t. XIX, Résultats généraux de l’Enquêtè ind (...)

198En 1860, en 1884 et en 1892, l’Enquête industrielle puis celles de Parlement et de l’Office du Travail dressent des tableaux d’ensemble ; d’une catégorie à l’autre, ils ne diffèrent guère des observations de 1848282. Parmi les plus favorisés, à l’aube de la dernière décennie du siècle, les garçons d’alimentation, les ouvriers coiffeurs et boulangers : si l’on peut dire car, pour eux, il n’y a pas un seul jour d’arrêt dans l’année, et le problème est autre. Mineurs et métallurgistes sont assurés de 275 à 300 jours au moins, à Rive-de-Gier, dans la région stéphanoise, à Lyon, bien que les compagnies qui ont répondu aux enquêteurs à La Ricamarie et à La Motte-d’Aveillans descendent à 240-250 ; le chômage des usines de constructions mécaniques est d’ailleurs estival, donc plus facile à supporter. Entre 220 et 270 jours par an, on retrouve les papetiers, à Annonay, les fabricants de chaussures de la Drôme et de l’Isère, les verriers de La Mulatière ; les tisseurs des nouvelles usines mécaniques du coton à Cours, dans les petites ville du Beaujolais, ou de la soie, à Saint-Etienne, les apprêteurs et les teinturiers de la Fabrique lyonnaise transformée : pour tous, l’essentiel du chômage se fait, aussi, aux beaux jours. Mais déjà, le temps de travail ne dépasse pas les deux tiers de l’année.

  • 283 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, rubanniers Saint-Chamond ; C. 963, id (...)

199Enfin, voici les mêmes déshérités, autour de 200-220 jours : les tisseurs de coton des campagnes beaujolaises, à Mornand, à Grandris, à Ranchal, les passementiers stéphanois, les chapeliers de Grigny ; les mégissiers d’Annonay qui, de surcroît, doivent abandonner leurs palissons à la mauvaise saison. Et, tout en bas de l’échelle, les « canuts » lyonnais : si les compagnons réussissent à faire 200 journées de travail par an, c’est à condition de changer souvent de maison, et les chefs d’atelier parviennent tout juste à travailler la moitié de l’année. Il est vrai que l’on sort des terribles années 1880, que leur misère est celle d’une décadence, et que, déjà, avec les premières mécaniques, un nouveau régime de l’emploi se fait jour. Le tableau de 1892, en forçant le trait, dégage pourtant les caractères d’une période où, selon un des enquêteurs de 1848, on avait « … parfois trop de bras, parfois pas assez... », « au rythme cahotique de commandes trop pressées... » et épisodiques ; où le rythme saisonnier pourtant, était peu de choses à côté des « … hasards du commerce... », pour reprendre l’expression d’un autre283. C’est-à-dire des terribles crises périodiques de la conjoncture.

  • 284 Fohlen (C.), L’industrie textile en France, au temps du Second Empire..., p. 188- 192.
  • 285 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 19.9.1851, 3.7.1858 et janvier 1863 ; F 1 C III, Isèr (...)
  • 286 Cf. Supra, Livre I, chap. II ; A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 5.7.1865 et 379, id., (...)

200Presque toute l’industrie régionale, en effet, dépend de marchés lointains et fragiles ; à quelques exceptions près : le groupe cotonnier des campagnes roannaises, qui tisse des « vichy » bon marché284, la draperie viennoise des étoffes « Renaissance » vendent l’essentiel de leur production dans les campagnes proches ou lointaines ; par là, ils vivent encore au rythme d’un Ancien Régime économique où la cherté des subsistances est seule à vider les marchés : ainsi la crise entraîne-t-elle quelques renvois à Vienne au printemps de 1854 ; en novembre 1857, on parle de 400 à 500 ouvriers sans ouvrage, d’un peu plus d’un millier en juillet 1858, d’une baisse des horaires en janvier 1863. Rien de plus, et, déjà, on se félicite de la régularité du travail285. Mais la Fabrique lyonnaise est suspendue aux marchés anglo-saxons ; le ruban est pour un tiers vendu aux Etats-Unis et une bonne part du reste en Grande-Bretagne ; on exporte le quart, au moins, des mousselines de Tarare, les trois-quarts des chapeaux de Romans, la plus grande partie des gants de Grenoble. On a vu comment, précisément, tout le système repose sur la flexibilité de l’emploi pour se plier aux aléas conjoncturels d’un marché des produits de luxe286.

201En l’absence d’une estimation annuelle des effectifs – d’autant plus impossible à faire que l’essaimage les disperse aux quatre coins de la région –, on peut estimer que le mouvement des Conditions des soies reflète, en gros, l’évolution de l’emploi en même temps que celle de la consommation de matières premières. Les graphiques n° 14 pour la Fabrique lyonnaise, n° 15 pour la passementerie stéphanoise, parlent d’eux-mêmes, hâchés par la violence des pulsations annuelles et de cycles courts qui leur donnent une allure syncopée, au moins jusqu’aux approches du XXe siècle.

202A Lyon donc, et pour sa mouvance, neuf cycles de 1850 à 1892, et autant à Saint-Etienne, même si la correspondance chronologique n’est pas totale entre les deux fabriques ; mais la même force des déviations cycliques, mesurées à l’écart relatif au mouvement de longue durée pour les plus mauvaises années :

203Au total, on ne compte pas plus de dix années « normales » – où l’écart relatif ne s’écarte pas plus de 5 %, vers le haut et vers le bas – pour les « canuts » : 1850, 1852, 1859, 1860, 1879, 1882-1884, 1887- 1888 ; et onze chez les passementiers : 1850, 1852, 1863-1865, 1868, 1874, 1878, 1883, 1886-1887. Et quatorze de « presse » pour les premiers : 1853, 1855 (où l’écart est fortement positif, à + 21,8 %), 1858, 1862-1864, 1868-1869, 1874-1876 (à + 39 % !), 1881, 1886, 1889 ; une douzaine pour les seconds : 1854-1855, 1859-1860, 1862, 1871-1872, 1875-1876, 1881, 1888-1889 ; et où le haut niveau de l’emploi accroît l’ampleur des variations cycliques :

204Soit, de 1850 à 1892, des moyennes respectives de 39,9 % et de 34,6 % ; et, surtout, une tendance à l’aggravation à partir des années 1870 : puisque, sous le Second Empire, elles sont de 34,7 % et 29,3 %, mais de 46,5 et 38,8 % dans les deux premières décennies de la IIIe république, quand la crise des structures s’ajoute aux « hasards du commerce ». Ce qui, concrètement, signifie le chômage périodique d’un à deux ouvriers sur trois ! Et bien d’autres dégâts, puisqu’une bonne partie de l’activité économique régionale est suspendue au soufle des métiers lyonnais, qu’il s’agisse des moulinages et des filatures, de l’apprêt et de la teinture, ou d’une partie de la construction mécanique et des industries chimiques.

  • 287 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 2.8. et 8.9.1851.
  • 288 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 12.5.1854 ; F 1 C III, Isère, 7, sous-préfet Vienne, 7.5. (...)
  • 289 Sur la description de la crise-type de 1856-1857, cf. supra, livre I ; cf. aussi A.N., BB  (...)
  • 290 A.N., F 1 C III, Ain, 6, sous-préfet Belley, 31.3.1858 ; id., Ardèche, 8, préfet, 7.1.1857 (...)

205De fait, à Lyon en 1851, plus de la moitié des 40 000 métiers de la ville et des communes urbaines sont démontées dans le courant du printemps et de l’été287 ; au début de 1854, un sur quatre – 9 581 sur 37 609 en état de marche – est arrêté dès février ; et en avril-mai, le chômage touche trois sur quatre d’entre eux ; « ... la misère est ici fort grande par suite du travail dans les Fabriques de soie... », les campagnes du Beaujolais et du Bas-Dauphiné sont, elles aussi, très éprouvées288. En 1856-1857, la crise prend un caractère de gravité depuis longtemps inconnu : dès novembre 1856, un métier sur trois est stoppé à Lyon et dans les environs immédiats de la ville, et en novembre 1857 « ... le travail est plus suspendu dans nos fabriques qu’il ne l’a été depuis dix ans... », affirme le procureur général... ; deux ouvriers sur trois n’ont pas de travail dans la ville, en Dauphiné, trois sur quatre dans les Monts du Lyonnais et du Beaujolais289. Dès les premières semaines de 1857, les activités annexes sont touchées... Un moulinage sur trois est fermé dans l’arrondissement de Montélimar, et 900 femmes sont renvoyées ; en Ardèche, 6 300, et la situation s’aggrave dans l’été et l’automne : en octobre-novembre, on estime à 7 000 le nombre des chômeuses en Vivarais, et en décembre à plus de 12 000 ; dans la Drôme, à 4 000 au début de 1858 ; les ateliers d’impression d’étoffes à Jallieu, au Cheylard, se sont débarrassés d’une partie de leur personnel et les filatures de schappe de l’Albarine ont réduit leurs horaires290.

  • 291 A.N., BB 378, proc. gal Grenoble, 1863 et BB 379, id., Lyon, 12.10.1859, 5 et 8.4.1860, 4. (...)
  • 292 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 5.7.1865 ; BB 30.379, id., Lyon, 28.10.1864, 2.3 et 7 (...)

206Puis c’est la crise américaine des années 1860 : au printemps, un métier sur trois est démonté dans l’arrondissement de La Tour-du-Pin, et un sur deux à Lyon, où les teinturiers ne marchent que trois à quatre jours par semaine. Dans l’Ain, une année plus tard, le « ... tissage des étoffes de soie est presque complètement arrêté... », trois métiers sur quatre chôment dans la ville en novembre, et pendant l’hiver 1861-1862, 30 000 « canuts » y sont régulièrement secourus par le bureau de bienfaisance et les comités paroissiaux, qu’ils soient partiellement ou totalement sans ouvrage291. En 1865, c’est par les moulinages que commence le marasme : on en ferme un sur deux dans l’été en Dauphiné, et les journées sont réduites du tiers à la moitié en Bugey, et dans la Drôme au cours de l’automne. Dans l’hiver 1865-1866, l’arrêt est quasi total dans les pays du Rhône moyen : il est vrai qu’au manque de cocons dû à la maladie des vers à soie est venue s’ajouter la crise lyonnaise : pour l’ensemble du groupe, plus d’un métier sur deux s’est arrêté en février 1865, et le travail de la teinture s’est établi à 40 % de la normale ; l’amélioration du printemps est médiocre, et en octobre, la situation n’a pas changé. Toute l’année 1866 est mauvaise : au plus fort de la crise, il y a 50 000 métiers démontés à Lyon, sur 70 000, en octobre ; et les 20 000 autres sont sous-employés, à des prix de façons réduits. En décembre 1867, le chômage frappe encore un sur deux d’entre eux et ce n’est qu’au printemps 1868 que la situation est à peu près rétablie !292.

  • 293 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 20.5.1851.
  • 294 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 3.11.1857 et 14.1.1858 ; F 1 C III, Loire, 6, sous-préfet (...)
  • 295 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 12.1.1859, 4.4., 4.5. et 27.12.1861. A.D.L., 10 M 57, pol (...)
  • 296 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 28.3.1867 ; F 1 C III, Loire, 6, préfet, 30.1.1866 et 30. (...)

207Parler des crises de la rubannerie stéphanoise, c’est répéter ce qu’on a dit de la Fabrique lyonnaise : en mai 1851, 10 000 passementiers « ... se retrouvent sans ouvrage... »293. En octobre 1857, plus de 12 000, et en novembre, près de 25 000, la quasi totalité donc, puis 19 métiers sur 20 sont arrêtés ; et en mars 158, il en reste encore 11 000 à 12 000 à n’avoir pas de travail294. En avril 1860, 15 000 ouvriers environ sont jetés sur le pavé, et à la fin de 1861, sept métiers sur dix ont cessé de battre295. « ... Le chômage frappe deux passementiers sur trois à la fin de 1866, et 40 000 personnes sont, dans les villes et ses environs, ... dans une situation réellement déplorable... » ; une légère amélioration au début de 1867 relève le travail aux trois-quarts, mais une rechute au printemps le fait retomber à la moitié296. Et à vrai dire, la plupart des industries régionales traditionnelles ne sont pas plus favorisées.

  • 297 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 5.7.1865 ; F 1 C III, Loire, 6, préfet, 14.1.1858 ; F (...)
  • 298 Office du Travail, Les Associations professionnelles ouvrières..., ouvr. cit., t. 2, p. 15 (...)
  • 299 A.N., BB 378, proc. gal Grenoble, 29.4.1862, 10.7.1866 et 10.12.1857 ; F 1 C III, Isère, 7 (...)
  • 300 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 2.6. et 25.9.1858, 8.5.1866 et 11.2.1868 ; F 12.4651, (...)

208La chapellerie de la Drôme ? Un ouvrier sur deux est renvoyé en octobre 1857 ; « ... la diminution est notable... » au printemps 1865, on ne fait que deux à trois jours par semaine quand on n’a pas totalement perdu son travail en mai 1877 ; et, à Chazelles, en avril 1873, on n’emploie que les deux-tiers de l’effectif habituel297. La ganterie grenobloise ? 1852, 1854, 1857, 1867, 1872, 1873 et 1874, 1876 et 1877 sont des années difficiles, si on mesure l’emploi aux secours de la Société de bienfaisance mutuelle et de prévoyance298. En décembre 1857, les 12 000 couturières de la campagne ont cessé tout travail ; les coupeurs de la ville font des journées amputées de moitié, tant est grande « ... la parcimonie des commandes... », et en 1872-1873, on chôme pendant six mois, puis les horaires demeurent réduits pendant une bonne année299. La mégisserie, à Annonay, elle, paraît encore plus défavorisée ; l’histoire de ses ouvriers semble tenir toute entière dans la litanie de ses crises : 1849, 1851, 1856-1858, 1860-1861, 1866, 1870-1871, 1874 ! A chaque fois, les licenciements sont aussi massifs que dans le tissage des soieries : pour une bonne moitié, au début de 1849 ; un peu plus en 1851 ; dans les mêmes eaux à l’automne de 1857, et pas loin des trois-quarts dans l’hiver, où chôment 1 400 de 2 000 mégissiers d’Annonay, les autres travaillent au tiers de la journée habituelle ; aux deux tiers dans le début de 1861, au quart dans le printemps de 1874300.

  • 301 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 16.10.1860 et 7.10.1864 ; F 1 C III, Loire, 6, préfet, 14 (...)
  • 302 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 12.8.1857 et 4.4.1861 ; F 1 C III, Ain, 6, sous-préfet Na (...)
  • 303 En 1858-1865, en 1875, etc... ; cf. A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.7.1865 ; A.D.L., 84 (...)

209Les tisseurs de coton autour de Tarare et de Thizy, s’ils sont moins touchés que les « canuts » par la crise de 1857, sont frappés de plein fouet par les effets de la guerre civile américaine ; les difficultés durent au moins trois ans puisque, dès février 1862, les filatures roannaises ont réduit leur personnel de moitié ; et qu’en janvier 1865, le marasme n’est pas liquidé dans le Rhône ; au plus fort, dans l’hiver 1862-1863, 28 000 tisserands sont sans ouvrage ; et, pour être moins meurtrier, le chômage réapparaît avec force dans les derniers mois de 1867. A Annecy, la « famine du coton » des années 1860 fait renvoyer 1 200 des 2 000 ouvriers de la grande manufacture Laeuffer, et c’est par de nouvelles compressions en 1877-1878 que s’annonce son rapide déclin301. Dans le Jura, une grande partie des tailleurs de peignes d’Oyonnax sont au chômage en décembre 1857, au printemps de 1861, dans l’hiver de 1873-1874 surtout où la cherté de la matière première supprime toute commande302. Et l’on retrouve les dégâts périodiques d’un travail syncopé chez les armuriers du Forez et les horlogers du Faucigny303.

  • 304 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.2., 12.7. et 8.9.1851. A.D.L., 10 M 30, police Rive-de- (...)

210Mineurs et métallurgistes ne sont pas à l’abri d’une telle incertitude : simplement, comme ils sont moins nombreux, les renvois ou la baisse des horaires frappent moins fort l’opinion publique. Pourtant, au printemps de 1849, on ne fait que trois jours et demi par semaine à la Compagnie des mines de la Loire, « ... un grand nombre d’ouvriers n’ont pas de travail... » dans le bassin, et en 1851, 450 des 900 mineurs d’Outrefurens sont en chômage, on vient d’en renvoyer plus de 300 à Saint-Etienne ; « ... la métallurgie est ruinée... » et 250 de ses ouvriers sont jetés dehors par la fermeture des usines de l’Horme304. Et le chapelet des crises de l’emploi jalonne le quart de siècle qui suit.

  • 305 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 23.12.1856 ; F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 30.4.1859 (...)
  • 306 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 31.3.1863 et 30.379, id., Lyon, 10.7.1859, 5.4.1860 e (...)
  • 307 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 8.1.1868 et 379, id., Lyon, 13.11.1867 et 28.12.1868.
  • 308 A.N., BB 30.389, proc. gal Lyon, 14.10.1869 et 390, id., 21.1.1870 ; F 12.4511 B, Chbre Co (...)
  • 309 A.D.L., 10 M 75, Commiss. spéc. St-Etienne, 12.5.1874 et 92 M 14, police Firminy, 22.7.187 (...)
  • 310 A.N., F 12.4532, préfet Rhône, 8.5.1878, et situations industrielles Rhône, par trimestre, (...)

2111856-1857 : dès décembre 1856, on renvoie la moitié de l’effectif aux hauts-fourneaux Frèrejean, à Vienne, et quelques dizaines d’hommes dans la vallée du Gier ; une centaine chez les Marrel, à Rive-de-Gier ; en novembre 1857, 150 à Assailly et une quarantaine chez Prénat, à Givors, en décembre, 160 chez les Petin-Gaudet à Saint-Chamond, en juillet 1858 encore. En dix mois, les effectifs de La Buire sont tombés de 1 000 à 300. Un demi-millier de mineurs ont reçu leur huitaine dans l’hiver 1856-1857 à Sorbiers et à Saint-Etienne, 400 sont à la rue à Rive-de-Gier, les autres ne font que quatre jours par semaine305. 1859-1861, les ateliers du P.L.M. d’Oullins passent de 1 200 ouvriers à moins de 600 entre avril et juillet 1859. L’écoulement du charbon est difficile : dans le courant de l’année 1860, à Firminy, à Roche-la-Molière, on abaisse l’horaire hebdomadaire, à cinq, puis à trois ou quatre jours ; tous les servants des hauts-fourneaux de Givors sont renvoyés, en même temps que les ajusteurs de certaines usines de construction mécanique, à Vienne et à Saint-Etienne306. 1866-1867 : on baisse les horaires à La Voulte, et aux ateliers lyonnais de La Buire, les effectifs, des quatre cinquièmes. 1869-1872307, à partir du début de 1870, on renvoie une partie de l’effectif à Assailly, à Firminy, à Rive-de-Gier, chez les Frèrejean de Cran-Gévrier ; Petin-Gaudet se débarrasse de 400 spécialistes du puddlage et de son atelier de bandages, en septembre 1872 – le charbon manque –, des 200 occupés à la forge des blindages, un peu plus tard ; avec, partout, la triple baisse de la journée de travail, de l’horaire hebdomadaire et des prix de façon308. 1874 enfin : à Cran, on ne garde en mars qu’un ouvrier sur quatre et pour deux semaines par mois, seulement ; à Firminy, à Fraisses, plusieurs puits sont fermés ; dans toute la vallée de l’Ondaine, on ne fait que quatre à cinq jours par semaine, on parle de renvois à Saint-Chamond309. Et, dans la métallurgie, de nouvelles compressions d’effectifs sont signalées aux grands ateliers lyonnais en 1877, à ceux du Chambon-Feugerolles en 1879310.

  • 311 « L’ouvrier passe toujours d’un patron à l’autre... ». (A.D. Ar., M 218, préfet, 14.5.1861 (...)
  • 312 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, sous-préfet Tournon, 25.9.1857 et 1.1.1858 ; A.D. Ar., 15 M 4 (...)
  • 313 A.D.L., 10 M 52, police Rive-de-Gier, s.d. (octobre 1854).
  • 314 A.D.D., M 1298, sous-préfet de Die, mars 1876.
  • 315 A.D.D., M 1542, police Romans, 15.11.1882 ; sur le réflexe semblable des métallurgistes, c (...)
  • 316 A Lyon, c’est une tradition (cf. Lévy-Leboyer M., Les banques européennes et l’industriali (...)
  • 317 A.N., C 3362, Enquête... 1882, Soc. Sec. Mutuels St-Symphorien-sur-Coise.
  • 318 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 7.4.1859 et A.D.L., 92 M 9, police Rive-de-Gier, 5.4.1853
  • 319 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 23.12.1856 et 14.10.1858 ; F 1 C III, Isère, 10, préf (...)
  • 320 A.D.I., 52 M 43, sous-préfet La Tour-du-Pin, 28.5.1861 et 52 M 44, id., Saint-Marcellin, 1 (...)
  • 321 A.D.H.S., 6 M, Affaires politiques, 1860-1862, préfet, 15 et 30.11.1862.
  • 322 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 27.6.1863.
  • 323 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 23.4.1851 ; F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 11.2.1868 et L (...)
  • 324 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 17.3.1886 et A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police C (...)
  • 325 A.D.L., 93 M 53, Comm. spéc. Saint-Etienne, 28.10.1892 ; et A.D. Ar., 15 M 53, sous-préfet (...)
  • 326 Sur la migration économique ou professionnelle permanente, cf. supra, livre I, chapitre V.

212Contre le chômage périodique, le premier remède est la fuite, dans une classe ouvrière très mobile, malgré une législation restrictive et les plaintes patronales, en période de « presse », cela s’entend311. Les départs peuvent être massifs, tels ceux des mégissiers d’Annonay, entre 1849 et 1851, en 1857-1858, en 1864312 ; des verriers de Rive-de-Gier, en 1854313 ; des drapiers de Crest, en 1876314 ; des ouvriers en chaussures de Romans dans les années 1880315 ; et des « canuts » lyonnais ou des rubanniers stéphanois, en 1854-1855, en 1858-1859, en 1861, en 1867316, entre autres. « … L’ouvrier s’absente pendant les crises et va chercher d’autre travail... », observe-t-on en 1882317. Ou il va travailler aux chantiers de travaux publics ; particulièrement nombreux sous le Second Empire, ils contribuent à assouplir le marché du travail, dans la Loire en 1853 et en 1859318, à Grenoble en 1855-1856 et en 1858319, en Dauphiné en 1861-1862320, en Savoie en 1862-1863321, dans toute la région lyonnaise de 1853 à 1863322, dans les villes mêmes pendant les grands travaux du préfet Vaïsse. Au besoin, les autorités ouvrent de nombreux chantiers que prennent en main les municipalités : chaque crise de la Fabrique voit apparaître ces « ateliers de charité » à Lyon, qu’on retrouve à Annonay en 1849, à Villefranche, à Rive-de-Gier en 1850 et en 1870, à Saint-Etienne en 1851, à Vienne en 1858, à Roanne en 1862, dans l’Ardèche en 1868323, que les ouvriers en délégation viennent réclamer dès qu’apparaît le chômage324 jusqu’à l’horizon des années 1890325. Enfin, l’ouvrier renvoyé peut trouver à s’employer dans une autre profession326 ; à condition que tous les secteurs ne soient pas atteints à la fois.

213Or, marasme des affaires et chômage sont communs à la Fabrique lyonnaise, à la rubannerie du Forez, à la métallurgie, aux houillères, à la mégisserie d’Annonay en 1851, en 1856-1858, en 1861-1862, en 1866- 1868. En 1856, de surcroît, la crise de l’emploi coïncide avec une poussée du prix du pain, comme en 1861, en 1867, voire entre 1871 et 1873 : l’effet d’addition peut encore se compliquer des mauvaises conditions atmosphériques, pour provoquer une misère qui demeure, périodiquement, une des touches essentielles de la condition ouvrière.

  • 327 A.D.R., série X, comptes et budgets annuels, du Mont-de-Piété, 1846-1919 ; cf. aussi A.N., (...)
  • 328 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, sous-préfet Villefranche, 10.1.1854. Cf. pour l’ensemble de la (...)
  • 329 Le nombre d’engagements est en effet :
    1856 : 168 794 1871 : 172 834 1861 : 229 94 (...)
  • 330 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 7.4.1859, 5.4.1860, 8.10.1861 et 29.3.1865 ; id., 389, id (...)

214Le Mont-de-piété lyonnais enregistre ces détériorations qui, comme le montre le graphique hors-texte n° 47, peuvent déborder la période de chômage. Ainsi, de 1850 à 1854, le nombre des objets engagés pour l’année augmente de 73 %, tandis que s’abaisse la valeur moyenne des gages : ce sont de pauvres hardes et les objets de la vie quotidienne que l’on y porte, puisqu’en 1853, 98 580 d’entre eux – soit 64 % – valent moins de 10 francs, et 86 % – 132 321 sur 153 318 –, moins de 25 francs327. De fait, la gêne est constante pendant les très durs hivers de 1853-1854 et de 1855-1856, à Lyon, et aussi à Vienne, à Annecy, à Grenoble, à Romans, à Valence, dans tout le Dauphiné où se conjuguent « ... la diminution du travail, l’excessive rigueur de la saison et (le) prix élevé de toutes les denrées alimentaires et du combustible »328. Le Mont-de-piété enregistre, à travers le nombre des dépôts, les nouvelles détériorations de l’existence entre 1856 et 1858 (+ 23,8 %), 1860 et 1861 (+ 8,3 %), 1871 et 1873 (+ 39,8 %) ; les maxima de la courbe des objets non réclamés au 31 décembre marquent la détresse des années 1867-1868, après celle de 1854, de 1857-1858, de 1860-1861329. Et ce n’est pas un hasard si les temps de misère font renaître les accusations d’immoralité ; ils revigorent les fléaux sociaux de l’ivrognerie et de la prostitution : « ... les chômages fréquents... poussent au désordre les jeunes filles privées de leurs ressources ordinaires... » et à Lyon, au printemps de 1860, dans l’hiver de 1861-1862, à Roanne et à Tarare un peu plus tard, à Saint-Etienne au début de 1867, à Voiron en juin 1870, c’est la crise de la Fabrique, de la cotonne ou du ruban qui « ... fait demander au vice les ressources que refuse le travail... »330.

  • 331 Cf. supra, sur la disparition des disettes ; à plusieurs reprises, on note à la fois la mo (...)
  • 332 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Chbre Commerce Lyon.
  • 333 A.N., C. 3021, id., Chbre Commerce Vienne ; Frèrejean, industriel à Annecy ; Faye et Théve (...)
  • 334 Un métier coûte de 150 à 200 francs en 1872, à Lyon ; sur l’économie domestique des rubann (...)

215« Misère », « dénuement », « malheur », « souffrances » sont encore du vocabulaire habituel des observateurs, procureurs généraux ou préfets. Si la condition ouvrière n’est plus la pauvreté331, elle est toujours précarité. La plupart des budgets calculés en 1848 étaient théoriques, pour une année de ressources normale, c’est-à-dire sans chômage excessif ; et bon nombre d’ouvriers vivent à crédit, même pour les denrées de consommation courante332 ou, au mieux, au jour le jour : l’Enquête Parlementaire de 1872333 à Bourg, à Lyon, à Aubenas, à Vienne, à Saint-Etienne, à Cran-Gevrier, note que l’esprit d’économie, voire d’accumulation, ne leur est pas étranger. Partout, les caisses d’épargne ont une clientèle ouvrière : celle de La Croix-Rousse, notamment, a plus d’un millier de chefs d’atelier parmi ses 2 396 déposants ; les métallurgistes d’Annecy placeraient leurs économies en terres et en prêts hypothécaires ; les rubanniers stéphanois consacrent « ... toutes leurs épargnes à l’achat d’un métier... »334. Mais un millier de livrets pour les tisseurs lyonnais, c’est fort peu de chose, et l’Enquête conclut qu’il est de plus en plus rare qu’un compagnon devienne chef d’atelier, qu’il soit « canut » ou rubannier, car « ... en général, les chômages absorbent ce qu’ (il peut) mettre de côté... ».

  • 335 Sur la crise de 1877, A.D.R., M, Grèves antérieures à 1879, « Etat des industries se ratta (...)
  • 336 A.N., F 12.4511 B, Doc. Parlement, juin 1885, p. 2306 et F 12.4532, préfet Rhône, s.d. (18 (...)

216Or, le mouvement des Conditions des soies l’avait laissé deviner, c’est dans les deux premières décennies de la IIIe République que les crises de l’emploi sont les plus fortes. De plus, la Fabrique lyonnaise a sa chronologie propre, puisqu’elle est touchée, dès 1877, par l’une des plus graves crises de son histoire, où, rappelons-le, la déviation cyclique a la baisse la plus forte en trois-quarts de siècle (– 24,5 %) et la variation encore bien plus exceptionnelle puisqu’elle atteint 63,5 % au lendemain d’une année 1876 particulièrement prospère. Dès mars 1877, il y a plus de 12 000 « canuts » sans ouvrage à La Croix-Rousse335, et les dégâts sont loin d’être réparés quand surviennent, à partir de 1883, les premiers effets de la crise générale. Les ateliers de La Buire, à partir de janvier 1884, réduisent leurs effectifs de 1 500-1 700 à guère plus de 500 ; ceux d’Oullins renvoient d’un coup, dans l’été de 1885, plus de 1 000 de leurs ouvriers, et les 1 200 qu’ils gardent ne travaillent qu’à mi-temps, comme dans la plupart des usines de constructions mécaniques de la ville ; quant à l’arsenal, il ne conserve qu’un faible personnel civil ; l’emploi est touché dans le bâtiment et les travaux publics, tandis qu’un métier sur deux est démonté dans la Fabrique depuis le début de 1884336.

  • 337 Pour des nombres d’engagements et de renouvellements de gages de 243 263 en 1876, 395 161  (...)

217Et le Mont-de-piété reflète une décennie de gêne ouvrière. De 1876 à 1890, le nombre des objets déposés chaque année augmente rapidement, surtout entre 1876 et 1886, puisque la progression est, respectivement, de 76,9 % en quinze ans, et de 62,5 % en dix337. En même temps, s’affaiblit, très fortement, la valeur moyenne des gages : le graphique n° 47 traduit fort bien l’antagonisme des deux mouvements, dont les courbes s’éloignent l’une de l’autre ; en effet, si de 1876 à 1881, le prix se tient, pour les objets déposés et ceux dont on renouvelle l’engagement, autour de 19,50 francs, il tombe à 15,45 en 1890, soit une baisse de 21,5 % ; et celui des seuls nouveaux dépôts recule de 31 %, de 17,62 à 12,16 francs dans le même temps.

  • 338 Sur la crise multiforme de l’emploi dans la région stéphanoise, A.N., F 12.4511 B, Doc. Pa (...)

218Dans le bassin forézien et son annexe givordine338, les premiers renvois touchent la métallurgie en mars 1883, à Rive-de-Gier, et s’accélèrent dans l’ensemble du bassin pendant l’été et jusqu’à l’automne 1884, où « ... la plus grande partie de (ses ouvriers) est sans travail... », et où les autres ne font que trois ou quatre jours par semaine. Dans la rubannerie, un ouvrier sur trois est sans emploi, estime-t-on, peut-être même un sur deux, ou presque, soit 7 000 sur un peu plus de 15 000 compagnons ou chefs d’atelier. Au plus fort de la crise, sur les 66 000 ouvriers de tous ordres que compterait la ville de Saint-Etienne, plus de 10 000 seraient en chômage total et, avec eux, 30 000 personnes seraient dépourvues de toutes ressources. Sur les 56 000 restant, 6 000 seulement seraient employés à plein temps, les autres faisant des journées ou des semaines incomplètes, dans l’armurerie, le bâtiment et surtout les houillères. Pour l’ensemble de la métallurgie forézienne, un ouvrier sur deux – 12 000 sur 25 000 – serait sans travail. De fait, sans donner une exacte mesure de la diminution de l’emploi, la Statistique de l’industrie minérale fait tomber le nombre des mineurs de 25 % entre 1883 et 1885, de 18 563 à 13 909, et celui des ouvriers sidérurgistes de 20,6 % entre 1882 et 1886, de 8 767 à 6 965. De même, à Givors, le personnel des hauts-fourneaux recule de 45 % entre 1882 (563 hommes) et 1885 (310) ; celui des ferrières et des installations sidérurgiques de l’Ardèche de 58,8 %, et même de 76,3 % si l’on croit les « états trimestriels de situation industrielle », entre 1883 et 1886.

  • 339 A.N., F 12.4882, préfet Ardèche, rapports mensuels, 1884-1886, surtout de 12.1.1884 et 19. (...)
  • 340 A.D.D., M 1542, police Romans, 17.2., 16.4. et 16.7.1882, 17.8.1883.
  • 341 A.D.R., M, grèves 1886-1888, police Lyon, 1.2.1886 et 29.6.1886.
  • 342 A.N., F 12.4532, préfet Rhône, 9.1.1886.
  • 343 A.N., F 12.4511 B, Doc. Parlement, p. 2893 et Bouvier (J.), Le krach de l’Union Générale.. (...)
  • 344 Cf. A.N., C 3025, Enquête parlementaire... 1872, résumé général ; et, sur la sécurité de l (...)

219Ceux-ci permettent la même approche pour les autres secteurs de l’industrie régionale. De 1881 à 1885, le nombre moyen des mégissiers d’Annonay tombe de 44,4 %, de 1 710 à 951, et le chômage s’étend de janvier 1883 au début de 1886, entraînant la fermeture totale d’une vingtaine d’ateliers, au plus fort de la crise339. Entre 1882 et 1883, le recul est d’un sixième chez les drapiers de Vienne, du quart chez les tisseurs ruraux de soieries en Dauphiné. A Romans, aux ateliers de chaussures, on liquide plus de 500 ouvriers sur 1 300 au printemps de 1883340 ; aux verreries de La Mulatière, 400 sont renvoyés à la fin de 1885341 ; et les papetiers d’Annonay sont eux-mêmes touchés, tandis que les tisseurs à bras du Beaujolais sont « … dans un état de gêne qui touche à la misère... »342. Et si les basses eaux des prix alimentaires empêchent que la crise ne dégénère, le niveau de vie ouvrier n’en est pas moins fortement atteint par les nécessaires restrictions de la consommation343. Il faut attendre les années 1890 pour que la situation se rétablisse complètement alors même que la mécanisation transforme les conditions de l’emploi344.

C. Une sécurité relative (1890-1914)

  • 345 Côte (L.), ouvr. cit., p. 152-153 : « ... Autrefois, le chômage était régulier, prévu et p (...)
  • 346 Pleinet, Joseph, « art. cit. », Revue socialiste, XLVI, août 1907, p. 184-187 ; A.D. Ar., (...)
  • 347 A.N., F 7 12.767, police Roanne, 28.6.1901 et 18.1.1903. A.D.L., 10 M 115, id., 12.2.1897, (...)
  • 348 A.D.H.S., 11 M, grèves et chômage, 1907-1909, gendarmerie, 23.2.1908 et sous-préfet Bonnev (...)

220Trop de secteurs de l’industrie régionale demeurent liés à la fragilité d’une clientèle de luxe pour que le revenu de leurs ouvriers ne soit plus hâché par des crises de l’emploi qui, ici et là, n’ont rien perdu de leur violence. Ne se seraient-elles pas aggravées pour les gantiers de la région grenobloise ? Au rythme des saisons a succédé l’imprévisibilité du chômage : « ... Le travail cesse tout d’un coup, et ne reprend parfois que très tard, six mois, douze mois après... », comme au début de 1894, dans le printemps et l’été de 1900 et de 1902, à la fin de l’année 1910345. Les mégissiers d’Annonay ne sont pas plus favorisés : à la fin de l’hiver 1893-1894, trois sur quatre seulement ont du travail, et pour deux à quatre jours par semaine, selon les ateliers ; dans l’été, sur un effectif ordinaire de 1 750, 500 d’entre eux sont à la rue, et des chantiers municipaux ne peuvent tous les secourir ; à la fin de 1896, la situation n’est pas meilleure, et les deux années 1903-1904 sont celles d’un chômage si long et si général qu’on doit distribuer des bons de vivres et de charbon346. A Roanne, le tissage mécanique du coton connaît toujours une morte-saison régulière, en juillet et en août, et le travail est fortement diminué dans l’automne 1896 et le début de 1897 ; au printemps de 1901, où, selon les usines, on a stoppé un métier sur quatre ou sur deux, dans l’hiver de 1903-1904 surtout, où l’arrêt saisonnier commence dès le mois de février, et dans le printemps de 1909347. Et la concurrence helvétique entraîne une grave crise de l’emploi chez les horlogers du Faucigny pendant tout l’exercice de 1908348.

221Rien n’a changé pour les rubanniers stéphanois, bien au contraire, dont la marche de la Condition des soies traduit un emploi plus cahotique que jamais sur le graphique n° 15 ; jusqu’en 1914, depuis 1890, ils ne connaissent que cinq années d’abondance – 1892, 1895, 1897, 1902, 1909 – et sept de travail normal – 1894, 1896, 1899, 1901, 1904, 1906 et 1907 –. C’est-à-dire sept années de crise, tout aussi profonde que dans le demi-siècle précédent, puisque aux plus mauvais moments, la déviation cyclique est d’une ampleur tout à fait comparable :

1893 : – 19 % 1903 : – 16 %
1898 : – 11,3 % 1908 : – 8,6 %
1900 : – 21,2 %

222La courbe des écarts relatifs à la Condition des soies conserve son allure hâchée, puisque la variation atteint, pour chaque cycle :

1892-1895 : 41,9 % 1899-1902 : 40,3 %
1895-1897 : 24,4 % 1902-1906 : 35,1 %
1897-1899 : 25,6 % 1906-1909 : 17,6 %
  • 349 Sur les chômages périodiques de la Fabrique stéphanoise à la « Belle Epoque », A.N., F 7.1 (...)

223Soit une moyenne de 30,8 % entre 1892 et 1909, supérieure, même si c’est de fort peu, à celle du Second Empire. Et, de fait, plusieurs milliers de passementiers sont encore sans ouvrage au printemps de 1894, après la crise de 1893 qui en aurait touché 30 000 dans l’ensemble de la mouvance stéphanoise ; dans l’automne de 1896, deux métiers sur trois sont démontés et un ouvrier sur quatre n’a pas de travail ; tout comme en 1898 ; en 1903, le pourcentage des métiers arrêtés atteint 60 %, aussi bien dans la ville que dans les campagnes voisines, et 80 % pour ceux du velours. Une crise de l’emploi « ... presque sans précédent... », affirme-t-on. En 1908 enfin, au printemps, trois sur quatre sont touchés, si ce n’est quatre sur cinq, deux passementiers sur cinq sont sans emploi, et le chômage persiste, avec force, jusqu’en février 1909 au moins349.

  • 350 A.D.R., M, grèves, 1894, dossier « suspension du travail aux chantiers de la Buire », janv (...)
  • 351 A.D.L., 10 M 102, préfet, 30.8. et octobre 1894 ; 10 M 107, police, 28.3 et juin 1895 ; 10 (...)
  • 352 A.D.L., 92 M 98, police St-Etienne, 4.1. et 9.1.1900 ; A.D.R., M, grèves 1901, Commiss. sp (...)
  • 353 A.D.L., 10 M 133, police St-Chamond, 18.1.1903 ; 10 M 139, police St-Etienne, 5.1.1908 ; 1 (...)
  • 354 A.N., F 7.12734, Commiss. spéc. Moûtiers, 7.10.1901, 29.8.1902 et 26.2.1908 ; A.D.H.S., 11 (...)

224A vrai dire, les grandes usines répondent elles aussi à la baisse des commandes par de très fortes compressions d’effectifs. Au début de 1891, La Buire, à Lyon, licencie d’un coup 700 de ses ouvriers, pour n’en reprendre que 200 quelques semaines plus tard350. Le marasme des affaires est terrible pour les mineurs et les métallurgistes du bassin stéphanois en 1894-1895 ; et les renvois succèdent aux renvois : pour 230 ouvriers sur 300 dans l’usine ripagérienne des Aciéries de la Marine en août 1894 ; 8 000 à la Manufacture d’armes de Saint-Etienne en octobre, au lendemain d’un gonflement d’effectifs provoqué par l’urgence des besoins de l’armée ; et plusieurs centaines d’autres dans les diverses usines des deux vallées. En mars 1895, deux sur trois des 1 500 métallurgistes de Rive-de-Gier n’ont aucun ouvrage, et un sur deux à Saint-Etienne où. de nouvelles diminutions interviennent, en juin, dans plusieurs aciéries ; à la fin de l’année, ce sont 150 puis 450 verriers qui sont licenciés dans la vallée du Gier, et, dans le courant de 1896, près d’un millier d’armuriers de la Manufacture ou de sidérurgistes de l’Ondaine351. On retrouve trace de ces exclusions massives en 1900, aux Aciéries de la Marine de Saint-Chamond – où 1 280 métallurgistes chôment totalement dans le milieu de janvier ; en 1901 à Vaise, chez Piguet et Cie, des constructeurs de machines qui liquident plus du tiers de leur personnel – 120 sur 300 – en novembre et, en décembre, à La Buire, ou près de 500 renvois se produisent en trois semaines, sur 648 ouvriers !352. Au début de 1903, à Saint-Chamond ; en 1908, dans les usines de cycles stéphanoises, à 15 % de l’effectif ordinaire ; en septembre 1909, aux Aciéries de la Marine, à nouveau, à Rive-de-Gier – chez les frères Marrel, chez Arbel, où l’on annonce une réduction de moitié sur les 1 450 métallurgistes encore occupés –353. De même, dans l’électro-métallurgie alpine, on met le tiers du personnel en chômage – 50 sur 150 – au Giffre, en 1905, et de 1902 à 1908, à plusieurs reprises, les cuves d’aluminium s’arrêtent totalement à l’usine des Plans de Saint-Michel-de-Maurienne, à Notre-Dame-de-Briançon, à la Calypso, entraînant plusieurs centaines de renvois354.

  • 355 Cote (L.), ouvr. cit., p. 153.
  • 356 A.N., F 7.12767, police Roanne, 28.6.1901. A.D.L., 10 M 115, id., 12.2.1897 ; 10 M 116, id (...)
  • 357 Cf. supra, note 351.
  • 358 A.D.I., 52 M 87, sous-préfet Vienne, 3.3.1909.

225Mais ces renvois sont de courte durée, et, souvent, quelques semaines plus tard, les rapports préfectoraux signalent le réembauchage, au moins partiel. Surtout, de plus en plus, les difficultés économiques se traduisent pas de simples réductions d’horaires qui, si elles abaissent le niveau du salaire, ne jettent plus, dans la majorité des cas, des milliers d’ouvriers sur le pavé : à Rive-de-Gier, à Firminy en août 1894, en juin 1895, puis au printemps de 1911, au moins, plusieurs usines métallurgiques préfèrent réduire les horaires hebdomadaires, ou organiser un chômage par roulement. Dans la ganterie grenobloise, même quand les couturières de campagne n’ont aucun travail, les coupeurs et les couseurs des ateliers urbains « ... ne s’arrêtent que rarement d’une façon absolue et c’est entre eux que se répartit le peu d’ouvrage qui reste à faire... »355. A la morte, à Roanne, « ... les fabricants (du tissage mécanique) font reposer leurs ouvriers un jour ou deux, quand ils ont terminé une chaîne... pour que les effets du chômage soient répartis sur tout le monde... » dès les annnées 1896, où l’on n’attribue qu’un seul métier à chaque ouvrier, au lieu de deux d’ordinaire. En 1897, alors que le travail a diminué du tiers, la réduction n’est que d’un jour par semaine, soit cinq journées et demie de travail en moyenne dans les dix-neuf principaux établissements de la ville, et, les usines d’apprêt et de teinture font de même, en réduisant de préférence la journée, de trois heures par exemple au printemps de 1901356. La pratique est de règle dans les houillères du bassin forézien, où les crises de la métallurgie ne se traduisent jamais, de 1890 à 1913, que par des réductions d’horaires, au pire, à quatre jours par semaine ; en 1895, le plus souvent à cinq357. Et les drapiers des grandes usines viennoises échappent, en partie, au chômage qui continue d’affecter les « … petits façonniers tisseurs... » des « boutiques », comme dans l’hiver de 1908-1909358.

  • 359 A.D.I., 166 M 7, préfet Isère, s.d. (mars 1903) ; A.D.L., 10 M 95, sous-préfet Roanne, 5.2 (...)

226Nul autre secteur que la soierie ne traduit mieux l’évolution en cours vers une sécurité (relative) de l’emploi. Sans doute sa marche n’est-elle pas égale, dans les années 1890-1913, et ses tisseurs campagnards sont encore éprouvés au début de 1891, en Roannais, dans l’automne 1894 en Savoie, à la fin de 1903 en Dauphiné, quand la guerre des Boers contracte un moment les marchés britanniques359. Mais la courbe de la Condition des soies de Lyon montre, sur le graphique n° 14, par la réduction des écarts, que les temps ont changé. Puisque trois années de grande prospérité – 1892, 1897, 1899 – et, surtout, treize de travail normal – 1893-1896, 1898, 1901-1902, 1904-1909 –, ne dégagent qu’un seul exercice de crise véritable, comparable – et encore ! – à celles du XIXe siècle, en 1900. De fait, pour les moins bonnes d’entre elles, la déviation cyclique ne s’inscrit plus qu’à :

1896 : – 3,8 % 1906 : – 2,8 %
1900 : – 10,5 % 1908 : – 2,9 %
1903 : – 5,3 %

227Le mouvement a perdu son caractère heurté de cycles brefs et, à l’intérieur des cinq qui apparaissent en un quart de siècle, la variation cyclique est tombée à :

1892-1899 : 10,8 % 1905-1907 : 5,9 %
1899-1901 : 23,1 % 1907-1909 : 6 %
1901-1905 : 8,1 %
  • 360 A.N., F 7.12530, police Ambérieu, 21.4.1905 et F 7.12767, police, divers, Ardèche, 9.3 et  (...)

228Soit une moyenne de 10,8 %, quatre fois moindre qu’entre 1850 et 1892. La rareté même des notations sur l’emploi dans ses diverses branches est un signe, et à Vizille en mars 1903, dans les moulinages ardéchois dans l’hiver suivant, en Albarine au printemps de 1905, elles montrent que la Fabrique est entrée dans la règle d’une simple diminution des horaires en période de marasme360.

  • 361 Cf. supra, p. 60-63.
  • 362 Cf. graphiques hors-texte n° 56 à 66.

229Cette relative sécurité est sans doute beaucoup plus importante pour la classe ouvrière que le mouvement du taux quotidien du salaire. On sait que d’après nos diverses données, celui-ci n’avait pas cessé de progresser, avec moins de force mais nettement, entre 1875 et 1890 ; calcul qu’il faut nuancer, d’une branche à l’autre et dont on peut se demander s’il a valeur concrète puisqu’il donne, à l’évidence, une image tout à fait inexacte du revenu ouvrier pendant la Grande Dépression. Après 1890 d’ailleurs, les instruments de mesure deviennent bien moins nombreux. Que le taux quotidien reparte de l’avant avec la Belle Epoque, les données de l’Office du Travail sur les salaires urbains entre 1896 et 1911 – et nous y renvoyons361 – s’accordent avec les courbes continues des mineurs et des ouvriers d’Allevard pour le montrer362. Si celles-ci marquent d’un net palier les années 1880, si le démarrage à la hausse ne commence pas partout à la même date, la progression des indices effectifs est de :

230Dont on peut décomposer l’allure chronologique par la comparaison des moyennes décennales :

  • 363 Le second nombre, en %, représente la progression sur la décennie antérieure.

MOYENNES DÉCENNALES DU TAUX QUOTIDIEN, 1891-1914 (363)

MOYENNES DÉCENNALES DU TAUX QUOTIDIEN, 1891-1914 (363)

231Le rattrapage des années 1880 apparaît donc très lent, puisque la hausse de la décennie 1891-1900 est médiocre, et c’est au début du XXe siècle que le rythme s’accélère, avec de grandes différences sectorielles et régionales : le taux du salaire minier s’élève beaucoup moins vite que sous le Second Empire, et le progrès est bien plus fort dans le bassin relativement neuf de La Mure ; quant aux mouvements d’Allevard, ils continuent à aller bon train. Est-ce un hasard si la géographie des rythmes ainsi esquissée correspond à celle des dynamismes industriels à la veille de la guerre ? En tout cas, d’une courbe à l’autre, les différences d’allure montrent que les « bonnes années » du siècle commençant n’ont pas la même valeur pour tout le monde.

3. Nouvelles inquiétudes (1895-1914)

  • 364 Par décennie, la part de chaque type de revendications (Cf. croquis hors-texte n° 86) est, (...)

232Le partage des revendications présentées à l’occasion des grèves traduit à la fois la transformation des contraintes qui pèsent sur la condition ouvrière et la mutation des sensibilités collectives. Or, le recul relatif des demandes portant, de près ou de loin, sur le revenu salarial – le salaire lui-même, le temps de travail, l’emploi – n’est-il pas la marque d’une amélioration d’ensemble ? De fait, alors qu’elles s’identifiaient à peu près totalement à la revendication au milieu du XIXe siècle, elles n’occupent guère plus des deux-tiers des articles dans les catalogues présentés, à la veille de la guerre. La durée du travail notamment n’est plus qu’exceptionnellement évoquée : un peu plus d’une fois sur dix entre 1891 et 1910, encore moins souvent ensuite, au lieu de deux ou trois entre 1861 et 1890364. De fait, hors quelques exceptions, la substitution progressive du travail à la journée au calcul « à façon » et l’élaboration d’une législation restrictive ont contribué à la réduire considérablement.

A. La baisse de la journée de travail

  • 365 Office du Travail, Salaires et durée du travail dans l’industrie française, 1893- 1897, t. (...)

233Pour mesurer le chemin parcouru, on dispose, dans les années 1890, de l’Enquête sur « les salaires et la durée du travail », alors même que la loi du 2 novembre 1892 sur le travail des femmes et des enfants rattache un fil rompu depuis 1848365.

234Pour l’ensemble des huit départements de la région, elle fournit 122 données réparties en 21 industries ; or, dans 49 cas, donc 40 % – la journée de travail s’inscrit entre 10 et 10 heures 30. Le gain est donc d’une heure/une heure et demie sur les années 1850, en moyenne. Dans la catégorie modale se placent la totalité des ateliers du livre et du vêtement, les chantiers du bâtiment et des travaux publics, la majorité des usines chimiques, des papeteries, des établissements de grosse métallurgie et de constructions mécaniques, des verreries et des poteries. Et, autour d’elle, on retrouve, en gros, le partage de 1848 : en-dessous, donc, les typographes des villes, et les mineurs, qui ne font que neuf heures à La Mure, huit même à Saint-Etienne ; au-dessus, une forte minorité des ouvriers de l’alimentation, de la chimie, de la papeterie et des constructions mécaniques, mais, surtout, la totalité de ceux du textile : dans 11 des 19 données de l’Enquête, la journée est estimée de 11 à 11 heures 45, et dans trois autres, à 12 heures et même plus.

  • 366 Les réponses sont dispersées dans les t. II et III de l’Enquête.

235L’analyse est plus rigoureuse qu’en 1848, puisque fondée sur un échantillonnage d’établissements ; elle peut être aussi moins juste, car le choix n’obéit à aucun critère de sondage. Mais les témoignages qui y sont joints – et ils sont d’origine fort variée – vont dans le même sens : les réponses syndicales annexées à l’Enquête corroborent largement les renseignements patronaux, tout en poussant un peu la barre vers le haut366. Les mineurs apparaissent toujours comme des privilégiés, même si l’on juge qu’ils font, en réalité, entre 9 heures – à Rive-de-Gier et à La Motte d’Aveillans – et 10 heures 30 – à La Ricamarie, à Firminy –, et un peu plus en hiver. A l’inverse, pour les ouvriers du textile, on parle de 12 à 14 heures dans la zone soyeuse du Beaujolais et du Lyonnais, à Arcinges, à Marnand, à Saint-Jean-Labussière, et dans celle du coton, à Belmont, à Panissières, à Mardore ; seules font exception les petites villes manufacturières, telles Cours, Amplepuis, où la journée est limitée à 11 heures dans les ateliers mécaniques. A Lyon, la Chambre syndicale des tisseurs estime qu’elle s’échelonne entre 10 et 14 heures ; et si l’amélioration paraît très forte pour les passementiers de la ville de Saint-Etienne – qui ne font plus que 12 heures en moyenne, même si on leur impose parfois des heures supplémentaires –, elle semble moindre pour ceux des campagnes voisines, où les 13 heures de travail quotidien demeurent la règle.

236Pour toutes les autres activités, on s’accorde à peu près avec les appréciations patronales, entre 10 et 11 heures, chez les chapeliers de Chazelles (et à 9 heures 30 même, à Lyon), les métallurgistes de Rive-de-Gier, tous les ouvriers urbains du bâtiment (où la morte-saison peut abaisser la journée à 8 heures), les verriers d’Oullins. Seuls les chapeliers de Grigny font quelques réserves : les « fouleurs » ne font-ils pas 13 heures ? Et deux catégories qu’avait ignorées l’Enquête de 1848 paraissent particulièrement défavorisées : ce sont les ouvriers en peignes de la région d’Oyonnax, dont les horaires – de 12 à 14 heures – s’apparentent à ceux des tisseurs dispersés, et surtout les employés de commerce : les garçons coiffeurs par exemple, demeurent de 14 à 15 heures aux salons à Lyon, jusqu’à 16 heures à Vienne.

  • 367 Sur la loi Millerand, Levasseur, E., ouvr. cit., p. 443 et suiv. ; pour les autres référen (...)

237Par la suite, aucune recherche d’ensemble ne permet de faire le point, à la veille de la guerre notamment. Il faut donc tenter d’interpréter les données éparses que l’on trouve, un peu partout, surtout à l’occasion des conflits du travail ; et en tirer quelques grandes idées susceptibles sans doute de bien des nuances. D’une part, le cadre législatif se fait plus rigoureux, même s’il ne concerne, comme en 1892, que les femmes et les enfants. La loi Millerand du 30 mars 1900 qui prévoit en six ans la réduction de la journée de 11 à 10 heures paraît progressivement entrer dans les mœurs avec le renforcement de l’inspection du travail, et son application réduit au moins les abus les plus manifestes dans le textile367. Dans l’aire cotonnière, dès les alentours des années 1900, on se tient un peu partout autour de 10 heures-10 heures 30, tout comme dans la draperie viennoise, et aux ateliers de teinture de Lyon ou d’ailleurs. Les ouvrières des tissages mécaniques du Bas-Dauphiné font encore 11 heures à 11 heures 30 dans les dernières années du XIXe siècle ; vers 1903, une série d’exemples, dans l’Isère, les Monts du Lyonnais, la Savoie, montrent qu’on est descendu à 10 heures 30, en général, et à la veille de la guerre, à 10 heures : conformément à la loi, et à la pression ouvrière. A Lyon même, on estime que les tissages mécaniques avaient depuis longtemps anticipé sur l’initiative de Millerand.

238Dans les autres industries, les progrès sont moins nets, dans la mesure où jamais la journée n’avait été aussi longue : dans les carrières et les cimenteries du Bugey et du Dauphiné, elle s’inscrit entre 10 et 12 heures ; comme dans les papeteries de l’Isère et de l’Ardèche, les mégisseries de Romans, de Grenoble, de Lyon, et les fabriques de chaussures d’Izeaux, les verreries de Rive-de-Gier, et les usines métallurgiques de la Loire, de Lyon et de Vienne, les nouveaux établissements électrotechniques des vallées alpines. Sans doute est-ce là une moyenne susceptible de reculs momentanés, corrigée parfois à la hausse par des initiatives patronales : en mai 1905, à l’usine de matériel électrique Grammont de Pont-de-Chéruy, on se plaint de journées qui peuvent atteindre 14 et 15 heures, et chez les galochiers de Romans, il arrive qu’on en fasse autant, puisque les ouvriers entrent et sortent quand ils veulent. Mais ce sont là des notations exceptionnelles, que seule leur rareté fait remarquer. A l’inverse, à la veille de la guerre, on descend en dessous des 10 heures : les mineurs, bien sûr, sont dans ce cas ; mais aussi les mégissiers lyonnais – 9 heures 45 dès 1901 –, les verriers d’Oullins – 9 heures en 1902 –, les typographes de Chambéry en 1910, les maçons et les charpentiers un peu partout et les spécialistes des fours électriques en Maurienne, qui ne font plus que 8 heures.

B. Les nouveaux termes du débat salarial

239Tout aussi net est, même s’il est moins fort, le reflux de la revendication salariale ; où la question du taux quotidien garde toute son importance. On sait que celle-ci avait même relativement progressé de 1891 à 1900. Or, de 1901 à 1910, de 1911 à 1914, son recul est trop léger pour qu’il traduise une quelconque transformation, puisque, si la fréquence est un peu inférieure à la moyenne pluridécennale, elle en demeure très proche :

240Avec, pourtant, un décrochage assez net sur le demi-siècle précédent, qui traduit la diversification de la revendication salariale. Désormais, près d’une fois sur trois, le litige porte sur autre chose que le simple niveau du prix de journée.

241Ce qui est en cause désormais, aussi, c’est le calcul du salaire. La mécanisation relative de l’industrie régionale, la disparition de la majeure partie du travail domestique n’ont pas liquidé le travail à la tâche, loin de là. L’enquête de l’Office du Travail, en 1892-1894, montre qu’il continue de faire bon ménage avec la grande entreprise, et, notamment, avec les nouvelles usines du tissage : à peu près partout, il coexiste avec la paye à la journée, selon les catégories professionnelles. Aussi, grands nombres de maux liés au travail « à façon » n’ont-ils pas disparu, loin de là : simplement, leur fréquence a diminué et, surtout, la classe ouvrière les accepte beaucoup moins facilement.

  • 368 A.D.A., 58 M 1, police, divers, 1895 ; A.D.R. M, grèves 1902, commiss. spéc. Lyon, 12.7.19 (...)
  • 369 A.N., F 12.4672, préfet Haute-Savoie, 28.12.1893 ; A.D.A., 58 M 1, police, s.d. (1901) ; A (...)
  • 370 A.N., F 12.4670, préfet Ardèche, 17.7.1893 ; A.D.A., M 259, préfet, 6.10.1907 ; A.D.S., 33 (...)
  • 371 A.D. Ar., 478 M, sous-préfet Tournon, 21.11.1901.
  • 372 A.D.R., M, grèves 1913, préfet, 16.10.1913.

242Ainsi certains patrons sont-ils toujours aussi mauvais payeurs ; parmi eux, les entrepreneurs de travaux publics, encore ; en août 1895, sur les chantiers de chemin de fer de Collonges, dans l’Ain, ils ont un mois de retard, et la Compagnie P.L.M. doit avancer l’argent ; en 1902, à Lyon, en 1905, à la construction de l’usine de La Saussaz, à Saint-Michel-de-Maurienne, les maçons et les terrassiers n’obtiennent leur dû qu’en grondant368 ; tout comme les carriers d’Eloïse, en Haute-Savoie, en décembre 1894, ceux de Romanèches, en Bugey, en 1897, ou les ardoisiers d’Allemond, en 1904 ; les mineurs de Régny, dans la Loire, au printemps de 1909 et ceux du puits Félix, à Terrenoire, dans l’été de 1912369. Mais aussi des tisseurs de soierie, à Satillieu, en Vivarais en juillet 1893, à Lyon en octobre 1896, à Montluel, en juin 1903, à La Bridoire et à Sàint-Blaise-du-Buis, en Dauphiné, en 1905 et 1906370, les imprimeurs sur étoffes de Saint-Jean-de-Muzols en novembre 1911371 et les doreuses de Ferrero, l’une des grandes maisons lyonnaises d’uniformes en octobre 1913372.

  • 373 A.D.I., 166 M 3, préfet, 8.8.1893 et A.D.R., M, dossier « grève générale du bâtiment », co (...)
  • 374 A.D.L., 92 M 149, préfet, 28.12.1907. A.D.R., M, grèves 1898, préfet, s.d. (1890) ; grèves (...)
  • 375 A.N., F 12.4685, préfet Loire, 11.9.1898 ; A.D.L., 92 M 87, id., 24.8.1899 ; S.G.R.C.A., 1 (...)
  • 376 A.D.R., M, Grèves 1891, police Oullins, 19.11.1889 et id., 1905, (1), police Lyon, 23.4.19 (...)

243Ici et là, c’est le marchandage qui résiste. D’abord, bien sûr, dans les industries dispersées, le bâtiment surtout : en 1893, 59 maisons de menuiserie à Grenoble, en 1897, 350 établissements à Lyon mènent en vain une longue lutte pour le faire abolir373 ; en 1901, c’est au tour des fabricants d’articles de voyage de Lyon, chez une vingtaine de patrons, en 1905, des terrassiers, en 1906, des serruriers, l’année suivante des maçons avec un bonheur inégal, malgré la généralité de la grève374. Mais le mal n’épargne ni les industries nouvelles, ni les grandes usines : on le retrouve en 1898 à Rive-de-Gier, dans une fabrique de toile métallique, en 1899 dans une douzaine de fonderies stéphanoises, en 1906 chez les carrossiers de Vienne375 et, aussi, en 1889, aux ateliers du P.L.M. d’Oullins, « ... pour les travaux spéciaux de précision... », en 1905 dans plusieurs usines d’automobiles de Lyon et, surtout, aux mines de pyrite de Sain-Bel où, de surcroît, un tirage au sort pipé favorise les ouvriers les plus dociles, l’année suivante enfin dans les usines lyonnaises de literie et de chaudronnerie sur cuivre, où l’on parvient tout juste à le faire améliorer376.

  • 377 A.D.H.S., 15 M, Situation industr., 1874-1884, sous-préfet Bonneville, 3.8.1883.
  • 378 S.G.R.C.A., 1901 et 1902, grève n° 344.
  • 379 A.D.I., 166 M 4, délégué Office du Travail, rapport, 1895.
  • 380 Chambre des Députés, ouvr. cit… ., Enquête sur... l’industrie textile (1904), t. 3, p. 20, (...)
  • 381 A.N., F 12.4670, préfet Loire, 18.8.1893 et F 12.4682, police Lyon, 1.12.1896 ; A.D.A., M  (...)
  • 382 A.D.A., 58 M 1, police, divers, 1895 ; A.D. Ar., M 479, préfet, s.d. (1906) ; A.D.D., 84 M (...)

244Ailleurs, c’est la paye en nature qui demeure. Les années 1880 auraient même vu un retour à la pratique de « ... payer les salaires en comestibles de première nécessité... » aux horlogers du Faucigny pressés par la dureté des temps377 ; la question se pose à nouveau, à Marnaz, en 1901 et en 1902 !378. Et, pour tous, ou presque, la détermination du salaire reste une question quotidienne. « L’entreprise ouvrière » demeure, avec ses problèmes, là où l’électricité maintient le travail à domicile : à Saint-Etienne, à Vienne, où les tisseurs de drap des nouveaux métiers mécaniques doivent déduire de leurs 5,5 francs par jour, la location de l’outillage et les frais d’entretien, soit 350 francs par an379 ; les problèmes sont tels que la « Belle Epoque » est, pour les tisseurs à bras du Beaujolais, celle de l’effondrement des salaires, de 40 à 60 % en vingt ans, estime-t-on, et qu’un « canut » lyonnais qui se faisait pour chacun de ses métiers, 1 500 francs bon an mal an vers 1880, arrive péniblement à 400 francs au début du XXe siècle380. Les autres continuent à souffrir périodiquement de la mauvaise qualité de la matière première qui leur est fournie, tels les tisseurs de coton à l’usine mécanique Sérol et Guillon à Roanne, en 1893, à Néaux en 1907, chez Monter et Degneley en avril 1908, les dévideurs de soie de Charbin, à Lyon, en décembre 1896, les teinturiers d’Audibert, à Saint-Pierre-d’Albigny, en avril 1895381 ; ou doivent prendre l’outillage à leur charge, comme les mineurs de La Motte-d’Aveillans en 1891, les tailleurs de pierre et les menuisiers lyonnais en 1899, les forgeurs de limes du Chambon-Feugerolles en 1901, les horlogers du Faucigny dans les années 1900, les ébénistes de Valence en 1901, certains mégissiers d’Annonay en 1911, entre autres382.

  • 383 De 1894 à 1913, la question des travaux annexes est posée par une bonne quinzaine de grève (...)
  • 384 Sur la pérennité de l’idée, cf. A.N., BB 18.1520, d. 3233, proc. gal Lyon, 20.2.1853.
  • 385 Sur le tarif de 1831, appliqué en 1832, Cf. Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 140- 141, no (...)
  • 386 Les références se comptaient par dizaines ; nous renvoyons donc à l’ensemble des dossiers (...)

245Mais la nouveauté, c’est l’exigence de sûreté du salaire, la volonté de l’arracher à toute détermination arbitraire et unilatérale. Aussi voit-on détailler les catalogues revendicatifs autour de quelques thèmes essentiels : d’abord, la volonté de fixer très exactement les droits de chacun. Qui se traduit par le tarif, destiné à la fois à protéger des influences de la conjoncture à court terme et à prévoir tous les cas. Parmi ceux-ci, on cherche à codifier l’exceptionnel : le gel, les « travaux d’eau », pour les ouvriers du bâtiment, les frais de déplacement, les heures supplémentaires en cas de « presse » ; pour tous, les travaux annexes, qui n’entrent pas dans la spécialité, que ce soit le portage du pain le dimanche chez les garçons boulangers de Lyon, en 1896 puis en 1901, ou le transport du bois pour les galochers de Romans en 1902383. Quant au « tarif », il correspond au vieux rêve soyeux de règlementation des « façons », de leur unification et de la mercuriale du « ... prix du travail... »384, dont la première application date de 183 2385 ; il est d’ailleurs devenu la règle dès les années 1860, dans de nombreuses professions, et périodiquement révisé. Voilà que l’exigence devient généralité avec le souci d’unification des taux alors même que la complexité des fabrications manufacturières multiplie les niveaux de rémunération386. Et, bien sûr, l’on demeure très vigilant contre les tentatives de retour au salaire à façon là où l’on est payé à la journée.

246D’autant plus qu’aux vieilles incertitudes s’ajoutent les retenues de l’usine. Retenues directes, qui font retomber sur la main-d’œuvre une partie des frais généraux : ce sont les ouvriers qui paient la vapeur dans les usines lyonnaises de parapluies en 1897, dans les ateliers de passementerie en 1899, dans la plupart des fabriques de chaussures de Romans au début du siècle – on va jusqu’à retirer 25 % du salaire ! –, dans certains tissages de coton du Beaujolais en 1906. Ailleurs, à eux d’assumer le coût de l’éclairage – la pratique est courante à Saint-Etienne en 1899 – de l’entretien du matériel – chez Jussy, par exemple, fabricant stéphanois d’automobiles en 1900, dans les ateliers du meuble lyonnais en 1911, et surtout, les primes des caisses d’assurances accidents ou maladies qui sont progressivement mises en place : la question de la cotisation ouvrière forcée apparaît une bonne cinquantaine de fois entre 1895 et 1914. Retenues indirectes que constitue la multiplication des primes au rendement qui paraissent se généraliser à la veille de la guerre, dans les secteurs nouveaux de l’automobile et de l’électro-métallurgie, mais aussi la papeterie et la plupart des tissages mécaniques. Et très significative est la demande d’une fiche de paie, dans des corporations aussi nombreuses que celles des fondeurs en fer lyonnais dès 1892, des mouleurs trois ans plus tard, des métallurgistes de la vallée de l’Ondaine en 1904, et, surtout, des mineurs du bassin stéphanois au cours de la grève générale d’octobre 1902, de ceux de La Mure en 1910.

247Aucune de ces nouvelles revendications ne prend une importance réelle, mais leur place globale a progressé, régulièrement, de décennie en décennie, dans un débat salarial de plus en plus complexe. Comme telles, elles sont révélatrices de nouvelles inquiétudes, encore beaucoup plus clairement affirmées pour tout ce qui touche à l’emploi.

C. Le souci de l’emploi

  • 387 A.D.I., 166 M 9, police Grenoble, s.d. (1906) ; A.D.R., M, Grèves 1906, préfet, s.d. et id (...)
  • 388 A.D. Ar., M 479, sous-préfet Tournon, 2.8.1907 ; A.D.D., 84 M 3, préfet, 6.4.1906 ; A.D.L. (...)

248Alors même que l’emploi est plus régulièrement assuré, on l’a vu, le chômage cesse d’être considéré comme une fatalité contre laquelle on ne peut rien. De 1895 à 1915, à une vingtaine de reprises, on se met en grève pour empêcher que la réduction des commandes n’entraîne une compression de personnel ; et, ici et là, en voilà qui exigent l’assurance d’un temps de travail minimum, tels ces mégissiers de Fontaines, près de Grenoble, qui prétendent en 1906 imposer à leur patron un certain niveau des stocks de matières premières pour que la fabrication ne souffre pas d’une éventuelle pénurie, ces apprêteurs de tulle de Tarare qui demandent l’assurance de travailler au moins 48 heures par semaine, ou les ouvriers des 21 fabriques de chaussures lyonnaises qu’ils invitent à promettre, par contrat notarié, 300 jours par an387. D’autres, moins exigeants, se contentent de réclamer le roulement et, très souvent, de l’organiser eux-mêmes388. Mais ce sont les progrès du machinisme qui, tout en assurant une certaine pérennité de l’emploi, entraînent de nouvelles difficultés ; celles-ci pèsent d’autant plus lourdement que, face à elles, la réaction de la classe ouvrière est malhabile parce que confrontée à ce qu’elle connaît encore mal, en un domaine où il n’existe pas de tradition de lutte ; et, elle répond, souvent, à des questions d’aujourd’hui par un comportement d’hier.

  • 389 A.D.L., 92 M 11, gendarmerie, 14.3.1864 et Maire Firminy, 24.3.1864 : si l’on avait gardé (...)
  • 390 A.N., BB 18.1688, proc. gal Lyon, 23 et 29.4.1864 ; A.D.D., M 1298, préfet Drôme, 31.3.186 (...)
  • 391 A.D.L., 92 M 11, préfet Loire, 22.6.1868.
  • 392 A.D.L., 92 M 13, police Chazelles, 27.4.1873.
  • 393 A.D.L., 92 M 13, gendarmerie, 26.4.1873 : à la suite d’essais de mécanique dans une usine, (...)
  • 394 A.N., BB 30.389, proc. gal Grenoble, 23.1.1869 et F 12.4662, préfet Rhône, 27.4.1882 ; A.D (...)

249Les premières alarmes provoquées par l’apparition des machines dataient en fait des années 1860. Mais on y avait vu d’abord une menace sur le salaire : le manufacturier, en effet, ne pouvait que baisser les prix de façons s’il ne voulait pas voir brusquement augmenter le coût d’une main-d’œuvre payée aux pièces. De fait, en mars 1864, des améliorations techniques apportées aux laminoirs de l’usine Verdié, à Firminy, s’étaient traduites par un immédiat réajustement des tarifs, sur lesquels on n’avait pas pu revenir389. A Chazelles-sur-Lyon, au printemps de 1864, une nouvelle machine à bâtir les chapeaux avait suscité une très vive émotion, que l’on avait retrouvée l’année suivante, en mars, à Bourg-de-Péage : dans les deux cas, on redoutait la perte du salaire dans une opération bien payée d’ordinaire ; en effet, loin de faire peser une menace sur l’emploi, les nouvelles machines auraient permis de faire face à une demande en très forte expansion390 ; pour les mêmes raisons, l’agitation avait repris à Chazelles en 1868391 et en 1873, où, une nouvelle fois on s’était plaint de la baisse des prix de façons qui en résultait392 ; ce qu’avaient confirmé plusieurs rapports des autorités393. Et l’on s’était plaint, justement, des mêmes baisses dans les filatures de laine viennoises en 1868, aux tissages de coton roannais en 1873, aux papeteries Aussedat à Annecy en 1876, aux forges d’Allevard en 1875, dans les ateliers de l’horlogerie faucignarde en 1881, aux tissages de mousseline de Tarare en 1882394.

  • 395 A.D.R., M, Grèves antér. à 1879. Prés. Cons. Prud’hommes Lyon, 10.8.1864 : du jour où l’on (...)
  • 396 Cf. supra, Livre I.
  • 397 A.N., F 12.4656, préfet Rhône, décembre 1885 ; les plaintes contre les mécaniques sont nom (...)

250C’est, tout naturellement, le chômage des années 1880 qui a changé le sens d’une sensibilité. Sans doute avait-on pressenti la menace à terme sur l’emploi chez les tisseurs de tulle lyonnais dès 1864, à la Manufacture d’Annecy et Pont en 1865 : mais les perfectionnements des métiers n’avaient alors entraîné qu’un déclassement des spécialistes, des « terrassiers », comme on le déplorait, étant désormais capables de les faire marcher395. Tout change avec la Grande Dépression, et, désormais, la mécanisation est synonyme de menace sur le travail lui-même, à un moment où l’on y est particulièrement attentif ; et où, on le sait, démarre avec force la transformation d’industries régionales qui avaient fondé jusque là leur croissance sur l’abondance de la main-d’œuvre396. Significative est cette « conduite » que l’on fait, à Tarare, à un ouvrier de l’impression sur étoffes Jacob pour avoir mis au point un nouveau procédé, plus rapide, d’application des « formes »397.

  • 398 A.D.L., 92 M 22, préfet Loire, 21.1.1885.
  • 399 A.D.R., M, Grèves 1895, préfet Rhône, 3.1.1896 ; A.D.S., 33 M VI/ 2, préfet Savoie, 17.5.1 (...)
  • 400 A.D.R., M, Grèves 1896, police Villeurbanne, 27.10.1896.
  • 401 A.D.L., 92 M 154, préfet Loire, 15.1.1909.
  • 402 A.D.R., 10 M, Grèves 1914-1923, préfet Rhône, 28.7.1914.
  • 403 A.D.I., 166 M 4, rapport délégué Office du Travail, 1895.
  • 404 A.D.L., 93 M 52, préfet Loire, 10.9.1890 ; cf. aussi, pour les horlogers du Faucigny, A.D. (...)

251De fait, on retrouve la question de la mécanisation et le problème corollaire de la suppression d’emploi dans une vingtaine de grèves entre 1885 et 1914, dans toutes les branches d’activités, anciennes ou nouvelles. La baisse du salaire n’est qu’exceptionnellement évoquée, bien qu’elle demeure une des première conséquences de la mécanisation : chez les rubanniers stéphanois en janvier 1885, provoquée par l’adoption de nouveaux métiers allemands398, aux tissages savoyards de soierie et à ceux du coton, à Villefranche en 1895399, pour les tullistes lyonnais en 1896400, les ouvriers du coton à Roanne en 1908401, les cueilleurs de verre de La Mulatière en 1914402. Les effets des mécaniques sur le niveau des salaires paraissent particulièrement rudes sur les drapiers de Vienne, entre 1879 et 1895403 et sur les tisseurs du Beaujolais : il n’y aurait pas d’autre explication à la grande vague revendicative qui secoue leur région en 1889404.

  • 405 A.N., F 12.4532, préfet, Rhône, 30.11.1882.
  • 406 A.N., F 12.4652, id., 30.11.1882 ; cf. aussi A.D.L., 10 M 79, police Saint-Etienne, 1.5.18 (...)
  • 407 A.N., F 12.4532, Situat, indust. Lyon, 12.7.1885 et F 12.4662, préfet Rhône, 22.3.1885 ; c (...)
  • 408 A.D.L., 10 M 87, Commiss. spéc. Lyon, 27.4.1890.
  • 409 A.D.R., 10 M 16, police Lyon, 20.7.1884 et 19.4.1886 ; id., 10 M 87, police Roanne, 2.5.18 (...)

252Mais c’est bien le problème de l’emploi qui est au cœur du débat quand les « canuts » lyonnais sans travail s’agitent dans l’automne 1882 : à La Croix-Rousse, une « commission d’initiative » présente un rapport sur « … les moyens propres à stopper la montée des métiers mécaniques... »405, la seule façon de supprimer les crises de l’emploi406, et l’émotion est si forte qu’elle provoque, en 1885, des remontées de luddisme, au moins verbalement407. « L’outillage mécanique a créé le chômage », affirme même un orateur au Congrès de Thizy, qui réunit en avril 1890 des délégués de toutes les communes cotonnières du Roannais et du Beaujolais408, tandis qu’un autre esquisse une théorie économique et sociale du phénomène qui met la classe ouvrière tout entière sur la défensive : « ... Avant le mécanisme, le patronat avait besoin d’un personnel beaucoup plus important ; tandis qu’aujourd’hui cette proportion s’est réduite d’environ 90 % ; c’est-à-dire que deux ouvriers font le travail de vingt... Comment voulez-vous que nous puissions vivre avec un pareil système, puisque chaque progrès diminue nos chances... »409.

  • 410 A.D.L., 92 M 43, Commission arbitrale ouvrière rubanniers Saint-Etienne, 28.2.1892.
  • 411 Office du Travail, Les Associations professionnelles ouvrières..., t. 2, p. 150.
  • 412 A.D.L., 92 M 98, Commiss. spéc. Saint-Etienne, 24.6.1900.
  • 413 A.D.A., M 860, préfet Ain, 14.1.1914 ; A.D. Ar., 15 M 59, police Annonay, 9.5.1914 ; A.D.D (...)
  • 414 A.N., F 12.4668, préfet Haute-Savoie, 2.2.1892 ; A.D. Ar., M 479, préfet Ardèche, 3.4.1906 (...)
  • 415 D’Urbal, ouvr. cit., p. 90-91.
  • 416 Reynier (E.), L’organisation syndicale dans l’Ardèche, 1913, p. 4.
  • 417 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, pétition plâtriers-peintre, Saint-Etienne.
  • 418 A.N., BB 18.1704, d. 2060, proc. gal Grenoble, 2.12.1864 et pour la mégisserie à Annonay, (...)
  • 419 A.D.H.S., 15 M, Situat, industr., 1875-1881, Sous-préfet Bonneville, 29.9.1877.
  • 420 Duplessy, Statistique de la Loire, 1818, p. 348.
  • 421 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 29.12.1884 ; A.D.I., 166 M 2, gendarmerie Grenoble, 22.3.18 (...)
  • 422 A.N., F 12.4667, état Grèves Rhône, 1890 ; A.D.L., 92 M 98, police, s.d. (1900).
  • 423 A.D.R., M, Grèves 1902, Commis, spéc. Lyon, 5.6.1902.
  • 424 A.D.R., M, Grèves 1911, id., 11.12.1911.
  • 425 A.N., F 12.4670, préfet Ardèche, 21.7.1893 et A.D. Ar., M 479, id., s.d. (1906).
  • 426 A.D.R., M, Grèves 1909, commiss. spéc. Lyon, 5.10.1909.
  • 427 A.D.R., M, Grèves 1913-1914, préfet, 3.4.1914.
  • 428 A.D.R., M, id., 27.3.1914 et S.G.R.C.A., 1910, (tailleurs de pierre de Trept, Ain).
  • 429 A.D.R., M, Grèves 1912, préfet, s.d. et Grèves 1913-1914, id., 1.4.1914 ; 10 M 19, police, (...)
  • 430 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 15.6.1889 ; cf. aussi Pays, dirigeant du Syndicat des cambr (...)

253De fait, « ... la machine vient encore de jeter de côté une quantité considérable d’ouvriers... », se plaignent en 1892, les rubanniers de Saint-Etienne410 ; de 1887 à 1897, le nombre des ouvriers mégissiers baisse du tiers à Fontaines et à Grenoble « … en raison des perfectionnements techniques... »411 ; les ouvriers des usines de limes sont mis à l’index en 1900 par les tailleurs des ateliers manuels au Chambon-Feugerolles412. Et c’est contre la menace sur l’embauche que fait peser un nouvel appareil à doler les peaux que se dressent, en 1886, les ouvriers en gants de la Maison Perrin, à Grenoble ; parce que de nouvelles machines n’emploient plus que quatre manœuvres au lieu de sept que protestent ceux des quatorze maisons stéphanoises de teinture en octobre 1905 ; contre des métiers électriques qui font tomber de moitié la main-d’œuvre que l’on se révolte à la « Société textile de tissage de Roanne », en janvier 1908 ; parce que la mécanisation entraîne la réduction des équipes que l’on proteste à l’usine de « La Soie Artificielle » d’Izieux, en janvier 1911 ; parce qu’elle supprime totalement les ouvriers monteurs aux usines de chaussures Bady, à Romans, parce qu’elle entraîne des licenciements de typographes à Privas en 1906, à Thonon en 1910, à Bourg en 1913, que l’on se met en grève413. Ailleurs, c’est dans les moulinages de soie, en 1891, les ateliers stéphanois d’armurerie en 1902, les mégisseries d’Annonay en 1906 et en 1914, les chantiers de travaux publics, à La Mulatière, en 1914, que l’on s’en prend à un progrès dévoyé qui menace le travail alors même que la réduction du chômage périodique semblait en assurer la sécurité414. « ... Conception déplorable de la solidarité... », se plaint un observateur sans complaisance ?415 ; ou découragement, dans un monde devenu étranger, puisque « ... l’habileté professionnelle (y) est inutile ? »416. « Que chacun fasse son métier », souhaitaient en 1848 les plâtriers-peintres de Saint-Etienne417. Et c’est bien de cela, aussi, qu’il s’agit : ce que menace la machine, ce n’est pas seulement l’emploi lui-même, mais encore une certaine qualité du travail, donc du travailleur. Et, d’abord, par la transformation de la division des tâches, qu’elle n’a pas créée : celle-ci était de règle dans toutes les fabrications domestiques, depuis toujours, on sait la complémentarité des spécialités dans la Fabrique lyonnaise, chez les passementiers stéphanois, aux verreries de Rive-de-Gier. Il en allait de même dans la ganterie grenobloise, où mégissiers, palissonneurs, coloristes, coupeurs et couturières se succédaient418 ; dans l’horlogerie du Faucigny, où l’on n’avait jamais monté la montre entière419 ; dans l’armurerie stéphanoise : un fusil, une fois terminé, n’était-il pas passé, dès le début du XIXe siècle, par 70 mains !420. Les ouvriers des Fabriques dispersées n’avaient jamais été des artisans, malgré le faux-semblant de la dimension des ateliers ; mais à chaque spécialité correspondaient plusieurs opérations : ce sont-elles que l’on sépare, depuis les années 1870-1880, dans la chaussure, dans la tannerie et la mégisserie, aux Mines de la Loire, à celles de Sain-Bel, dans les verreries et les constructions mécaniques421. Et, en prenant à son compte certaines d’entre elles, la machine réduit une partie des ouvriers à un rôle de serviteur. A la cristallerie Carré et compagnie d’Oullins dès 1890, aux verreries Saumont en 1902, elle permet de donner aux « relais » la tâche habituelle des « troisièmes », qui occupent un rang plus élevé dans la hiérarchie des fours422 ; à la robinetterie Valotton et Cie, à Lyon, on remplace en 1902 les mécaniciens par de simples tourneurs423 ; dans les ateliers de typographie, des apprentis font maintenant le travail des « margeurs »424 ; et, plus généralement, le déclassement du travail entraîne des plaintes parmi les mégissiers d’Annonay en 1893 et en 1906425, dans les teintureries lyonnaises en 1909426, dans les usines d’automobiles427, et même ici et là, parmi les ouvriers du bâtiment428. Enfin, qu’apparaissent les premiers signes de l’organisation scientifique du travail – le chronométrage, dans les usines d’automobiles, chez Berliet en 1912, à la Société Nouvelle de La Buire quelques mois avant la guerre429 –, et voilà réalisée la prédiction du préfet du Rhône en 1889, « … qu’à un moment donné, la capacité professionnelle disparaîtra pour faire place aux manœuvres intelligents et spécialistes... »430. Cet « ouvrier spécialisé », qui annonce l’entre-deux guerres, ce peut-être une femme, un apprenti ou un immigré. Et ce sont eux qui cristallisent l’inquiétude de la classe ouvrière.

  • 431 A.D. Ar., 478 M, divers, s.d. (1899) ; A.D. I, 166 M 2, « état grèves Isère 1890 » ; A.D.H (...)
  • 432 A.N., F 12.4675, préfet, Rhône, 21.9.1894 ; A.D. Ar., 480 M, sous-préfet Tournon, 1911 ; A (...)
  • 433 A.N., F 12.4669, préfet Ardèche, 18.3.1892 ; F 12.4684, préfet Rhône, 9.11.1897 et F 12.46 (...)
  • 434 Déjà, l’Enquête de 1848... (A.N., C 963, Rhône, 6e canton Lyon).
  • 435 Cf. infra, chap. IV.

254Les femmes ? Les voilà introduites dans l’imprimerie, dans la mégisserie, voire dans la métallurgie. A Grenoble en 1890, à Privas en 1899, leur embauche comme typographes entraîne aussitôt la grève des hommes, qui l’emportent ; leur exclusion devient d’ailleurs une règle essentielle des syndicats du livre431. Mais on demande aussi leur expulsion, ou au moins leur déclassement, dans un tissage de coton roannais en 1892, dans un atelier de chaussures à Lyon en 1894, et en 1902, chez Baud-Joatton, une entreprise de décolletage, en 1900, à la mégisserie Perrin à Domène en 1903 et même dans les usines d’impression d’étoffes ardéchoises en 1911432. Les apprentis ? – c’est-à-dire, en fait, des manœuvres – : il faut en limiter le nombre, au pourcentage des ouvriers adultes, et faire contrôler leur embauche, leur travail : de 1891 à 1914, tour à tour, les mégissiers d’Annonay, les verriers de La Bégude et de Rive-de-Gier, les polisseurs sur métaux, les mouleurs en fonte et les cartonniers de Lyon, les pareurs en peaux de Grenoble, les ouvriers en chaussures de Romans, redisent le même projet433, hérité d’une vieille tradition434 et qui a connu, jadis, un succès certain435. Mais, finalement, c’est surtout aux ouvriers étrangers qu’on en a : ce n’est pas non plus nouveau, mais l’hostilité s’est chargée d’une autre signification.

  • 436 A.N., C 963, Enquête sur le travail... 1848, Rhône, j. de paix Mornand et A.D. L, 162 M 2, (...)
  • 437 A.N., BB 18.1530, proc. gal Lyon, 5.4.1854 ; et, sur les autres incidents du Second Empire (...)
  • 438 A.D.L., 92 M 10, sous-préfet Saint-Etienne, 20.6.1856.
  • 439 A.N., BB 18.1551, d. 6696, proc. gal Lyon, 18.4.1856.
  • 440 A.D.I., 52 M 40, Mal. de Castellane, 5.6.1862.
  • 441 A.D.I., 166 M I, sous-préfet Saint-Marcellin, 23.4.1862.
  • 442 A.N., F 1 C III, Drôme, 12, police Romans, 5.6.1863 et 2.9.1869.
  • 443 A.N., BB 30.389, proc. gal Chambéry, 4.10.1869 et F 1 C III, Savoie, 2, préfet, 23.12.1869

255Contre les ouvriers étrangers, et la menace qu’ils font peser sur l’emploi, la lutte ouvrière s’appuie sur une tradition ancienne, puisque dès 1830, une délégation avait exigé, à Grenoble, l’expulsion des Savoyards des chantiers de la ville. L’Enquête de 1848 avait reflété quelques échos, à Mornand, à Pont-de-Beauvoisin436. Pendant tout le Second Empire, des incidents avaient éclaté sur les voies ferrées en construction, oû les Piémontais étaient particulièrement nombreux ; une bonne dizaine d’entre eux avaient même pris un tour d’extrême gravité. Ainsi à Saint-Martin-d’Estreaux, près de Roanne, en avril 1854, où l’on avait obtenu leur expulsion437 ; en avril 1856, à Couzon, tout à côté de Rive-de-Gier, sur un tronçon du Grand Central438, puis en juin, à Virieu-le-Grand, sur la ligne Lyon-Grenoble, où l’affaire avait tourné à l’émeute, avec des blessés assez nombreux et une douzaine d’arrestations439. En avril 1862, c’est à Saint-Marcellin qu’on s’était livré à une « démonstration violente »440 ; en juin 1863 à Romans, sur le ballast du Grenoble-Valence avec échange de coups de pioche441 ; à Crest enfin, en septembre 1869, on avait organisé une véritable chasse à l’homme442. Mais tous ces incidents avaient eu lieu dans les groupes marginaux des chantiers temporaires, peuplés d’ouvriers errants, voire occasionnels, des paysans du cru, souvent ; et, sans doute, d’éléments étrangers eux-mêmes assez turbulents et prompts à la querelle : en septembre 1869, au tunnel du Mont-Cenis, ne sont-ce pas les Italiens eux-mêmes qui avaient exigé « ... d’être seuls employés... » ? Il avait fallu que la troupe intervienne. Et, en décembre, ils avaient attaqué une épicerie, la mêlée confuse qui s’en était suivie faisant deux morts443. Du côté français, dans tous les cas, c’est la « docilité » qu’on reprochait aux ouvriers étrangers, et l’avilissement des salaires.

  • 444 A.D.D., M 1298, préfet, s.d. (1864).
  • 445 A.N., F 1 C III, Savoie, 1, préfet, 4.10.1869 et A.D.S., 9 M II/5, préfet, 9.1869.
  • 446 A.D.L., 10 M 67, pétition, s.d. (fin 1870), adressée « au citoyen César Bertholon, préfet (...)
  • 447 A.D.L., 10 M 72, préfet, 27.4.1871.

256Dans les autres secteurs de l’emploi, les incidents avaient été rares : quelques plaintes en 1864, parmi les chapeliers de Bourg-de-Péage, soucieux « ... de rester seuls en possession du travail de la localité... », et dont le préfet s’était félicité, craignant une contamination politique par des Italiens suspects444 ; en 1869, aux carrières de la Maurienne445 ; à Grand-Croix, en novembre 1870, mais en un langage patriotique de circonstance où se mêlaient réflexe xénophobe et souvenirs de l’an II446 ; en avril 1871, après l’embauche de deux cents Alsaciens à la Manufacture d’Armes de Saint-Etienne447. Au total, donc, peu de choses, même si la crainte d’une concurrence avait été, à deux reprises, clairement exprimée.

  • 448 A.D.R., M, Grèves antérieures à 1879, police Brotteaux, 5.3.1877.
  • 449 A.N., F 12.4655, préfet Rhône, 7.6.1880.
  • 450 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 22.3.1885.
  • 451 A.D.I., 166 M 2, gendarmerie, 21 mai 1886 et police Uriage, 3 et 5.7.1886.
  • 452 A.D.I., 166 M 2, police Grenoble, 4 et 11.3.1886 ; sur la recrudescence des incidents avec (...)

257Tout a changé dans les années 1880, avec le chômage de la Grande Dépression. C’est pendant la grande crise lyonnaise de 1877 que la crainte de voir les étrangers s’emparer d’un travail déjà rare s’est faite jour : à la fabrique de chaussures militaires Aucher, on a chassé à coups de couteaux et de tranchets des Italiens embauchés directement dans leur pays448. Et peu après, c’est en avril et juin 1879 que s’est développée la chasse aux renégats piémontais pendant la longue grève des maçons449. Enfin, en 1885, pour la première fois, une clause contre la concurrence des ouvriers étrangers a été intégrée dans un programme revendicatif, les ouvriers du bâtiment suggérant une loi qui les obligerait « ... à payer un droit de séjour... »450. Et, dans le bassin de La Mure, en mai 1886, le départ des Piémontais a été le véritable enjeu de la grève, quitte à les expulser « ... par la force des armes... »451 ; quelques semaines auparavant, en mars, les maçons de Grenoble leur avaient interdit l’accès des chantiers municipaux, et pris des contacts pour que la mesure soit étendue aux villes voisines ; Allevard au moins avait répondu à leur appel, et c’est le secrétaire du Syndicat du bâtiment qui s’était chargé de rédiger la pétition452.

  • 453 A.N., F 7.12512 : la totalité du dossier est consacrée aux rapports de police sur les émeu (...)

258Mais l’hostilité survit à la crise, et c’est là le fait important. De 1890 à 1913, la présence des ouvriers étrangers est évoquée dans une bonne trentaine de conflits, que leur embauche les déclenche, que l’on prenne l’initiative de demander leur renvoi : à chaque fois, c’est la menace sur l’emploi que l’on dénonce. L’assassinat de Carnot servira de révélateur : on connaît les émeutes et les pillages lyonnais auxquels la classe ouvrière participe largement. Mais, en dehors de celles de la Loire, aucune ville de la région n’est épargnée. A Romans, la troupe doit protéger les chantiers de travaux publics ; à Chambéry, à Saint-Michel-de-Maurienne, à Cluses, des attroupements entraînent l’exode rapide des ouvriers étrangers ; et dans l’Isère, le mouvement atteint son paroxysme : des incidents éclatent aux mines de fer de Saint-Pierre-d’Allevard, aux fabriques de chaux de Montalieu, à Saint-André-le-Gaz, à Vienne ; à Grenoble, c’est le syndicat des maçons qui, ès-qualités, procèdent à l’expulsion brutale des Italiens et c’est drapeau rouge en tête que les terrassiers français renouvellent l’opération, à Voiron453. Que la défense de l’emploi se mêle à la xénophobie est tout à fait certain et l’on y reviendra : la prise de conscience peut prendre d’étranges couleurs.

  • 454 Le conflit éclate souvent à propos d’un incident minime, tel que l’embauche de quelques ou (...)
  • 455 A Lyon même, une assemblée de plus de 4 000 tisseurs de la Fabrique avait demandé, en 1887 (...)
  • 456 Sur la grève de La Mure en 1901, cf. infra, p. 358-359.
  • 457 A.D. Ar., 478 M, préfet, s.d. (3.1899 et 7.1900).
  • 458 A.D.L., 92 M 41, police Rive-de-Gier, s.d. (1890) et A.D.R., M, Grèves 1886- 1888, dossier (...)
  • 459 A.N., F 12.4673, « état des grèves Isère 1894 » ; A.D.I., 166 M 4, police Grenoble, 27.4.1 (...)
  • 460 A.D. Ar., 141 M 1, préfet, 9.4.1895 et A.D.I., 166 M 3, police chemin de fer, 6.5.1891.
  • 461 A.D.D., 84 M 1, Consul général Italie Lyon, 15.6.1892 ; 84 M 2, préfet, 14.8.1901 et M 156 (...)
  • 462 A.D.L., 93 M 27, gendarmerie, 6.7.1894.

259Voici, bien sûr, les maçons et les ouvriers du bâtiment, en 1890, à Saint-Fortunat, dans l’Ardèche, et à Bellegarde, dans l’Ain, à Bourg, où la seule manifestation ouvrière du Premier Mai est une pétition demandant l’interdiction des chantiers aux Italiens ; en 1891, à Lyon ; en 1894, à Nyons et à Eybens ; en 1895, à Saint-Uze ; en 1898, à Meillerie, sur le Léman et à Aix-les-Bains ; en 1904 à Mollans, dans la Drôme ; en 1909, à Saint-Paul-de-Romans ; en 1910, aux Assions, en 1913 à Pélussin et à Roanne, où l’on s’en prend, désormais, aux Espagnols et aux manœuvres portugais454. La nouveauté, c’est l’extension de la vigilance à de nouveaux secteurs455 : les mineurs veillent au grain, dans le bassin de La Mure, en 1901, où la grève générale prend, de surcroît, un caractère inquiétant, et finit victorieusement456 ; mais aussi aux mines de zinc de Saint-Cierge-la-Serre, en Ardèche, en 1899, à celles de plomb de Planzolles en 1900457. Et l’on retrouve avec eux les verriers, ceux de l’usine Bovagnet d’Oullins en juin 1890, opposés à l’embauche de « gamins » italiens, ceux de Rive-de-Gier, dont l’hostilité feutrée est permanente458 ; les chaudronniers de Grenoble en août 1894, les mouleurs de l’ensemble des usines lyonnaises en juin 1895, les métallurgistes de Joya, en avril 1897459 ; les papetiers de Froges, en mai 1891, d’Annonay en mars 1895460 ; les ouvriers des abattoirs de Valence en 1892, les tuiliers d’Eybens en 1894, les brasseurs de Ruoms en 1899, les potiers de la Drôme en 1901461. Des signes certains d’hostilité sont apparus dans la vallée de l’Ondaine462. La répartition professionnelle et géographique n’obéit pas au hasard : partout où l’ouvrier étranger apparaît, la réaction se fait jour. Significative est la position des mouleurs lyonnais en 1895 : c’est seulement si les patrons n’engagent pas d’Italiens qu’ils accepteront l’embauche de nouveaux apprentis ; et, pour les uns et les autres, c’est au moins l’idée d’un numerus clausus qui court en filigrane dans l’attitude d’un grand nombre de travailleurs.

Conclusion

260A la veille de la guerre, la condition ouvrière demeure marquée dans la chair des hommes aussi fortement qu’elle l’était au milieu du XIXe siècle. Avec la taille des conscrits, l’anthropologie physique rend compte de la persistance dans l’infériorité matérielle de toute une classe sociale. Mais à des niveaux différents, qui montrent à l’évidence l’amélioration des conditions du travail et de l’existence, d’une situation déjà meilleure que sous la Monarchie de Juillet à un état qui présente encore bien des déficiences : dans les trois-quarts de siècle, ou presque, qui séparent 1848 de la guerre, on est en chemin, entre une misère pas encore liquidée et une sécurité qui sera pour plus tard.

261Si les sources dont on est tributaire ne plaquent pas de prisme déformant, la progression se partage en deux longues périodes, de part et d’autre des années 1885-1895 où s’opère une mutation qualitative. De la Seconde République à la grande dépression, la condition ouvrière n’est déjà plus, de manière permanente, la pauvreté ; mais elle demeure précarité et misère occasionnelle. Ateliers, villes et quartiers industriels restent ces foyers de maladies et de faiblesse physiologique qu’on a découverts, un peu partout, avec commisération, à partir des années 1840 ; sur une vie de travail qui commence avec l’enfance, sur la longueur d’un labeur qui dépasse les forces d’un grand nombre et que favorise la généralité du salaire à la tâche et de tous les maux qui l’accompagnent, la législation protectrice s’esquisse à peine, qu’elle se heurte à la mauvaise volonté des employeurs ou à l’indifférence de la majorité des ouvriers, résignés à un état qui paraît aller de soi. Par contre, la montée du salaire quotidien s’allie à la relative stagnation des prix du pain pour stabiliser une consommation qui demeure, depuis toujours, fondée sur lui ; sauf en 1855- 1856, les fluctuations cycliques ne sont plus assez fortes pour entraîner la disette, pas assez en tout cas pour qu’elles paraissent intolérables. La situation ne devient dramatique qu’avec la perte de l’emploi. Le chômage est la porte de la gêne dans une région d’industries de luxe, très liées aux fluctuations saisonnières de la demande, exagérément sensible aux crises périodiques générales de la vie économique et dont la croissance, d’ailleurs, se fonde sur la flexibilité de la main-d’œuvre. La vie ouvrière est une existence à crédit, entre les bonnes années de « presse » et les creux du travail qui liquident les disponibilités financières et bloquent la condition salariale là où la dispersion des moyens de production en petites unités laisse toujours espérer la promotion patronale.

262La mécanisation qui tend à régulariser la production, le changement de fabrications et de clientèle moins soumises aux fluctuations courtes du marché, la multiplication de grands établissements plus attachés à la conservation de leur main-d’œuvre provoquent à partir des années 1890 une stabilisation relative de l’emploi, même si nombreux sont encore les secteurs à y échapper ; alors que s’élargit la législation protectrice du travail qui réduit progressivement la durée de la journée, impose une surveillance des ateliers, entreprend la liquidation des abus les plus criants. Plus que la reprise à la hausse du taux quotidien du salaire, la régularisation du revenu est, avec les effets de la baisse à long terme du coût des produits manufacturés, l’explication fondamentale d’une amélioration qui se marque dans la mutation des schémas de consommation ; le pain cède la première place à la viande dans une alimentation plus riche et surtout plus variée.

263Mais il n’est pas certain que ce progrès soit ressenti comme tel, et les représentations collectives ne collent pas aux réalités matérielles. On souffrait de l’insécurité d’hier, et combien, mais elle était dans l’ordre des événements ; on craint pour la sécurité d’aujourd’hui qu’ont bâtie le cours des choses et l’action des hommes. La reprise des fluctuations cycliques du prix de la viande et de la pomme de terre, la hausse de ceux des produits laitiers dans les années qui précèdent la guerre ne risquent pas de faire revenir la disette, et le pain quotidien est bien fortement et définitivement assuré ; la vie chère n’en est pas moins douloureusement subie puisque viande, œufs, lait ou vin sont devenus, à leur tour, de chaque jour. Comme la menace sur l’emploi est d’autant plus fortement redoutée qu’elle n’apparaît plus comme une fatalité : on la traque, ici et là, on se protège, contre les uns et les autres, à raison ou à tort, alors même que l’évolution industrielle mène à une dégradation du travail et dépossède les travailleurs de leur habileté professionnelle, leur seul bien propre, auquel ils sont passionnément attachés. Depuis longtemps, on l’annonçait ; quand elle est là, on la soupçonne sans toujours la reconnaître.

264De fait, la classe ouvrière de la Belle-Epoque paraît atteinte d’un étrange syndrome d’inquiétude, où la menace sur les conditions du travail et de l’existence remplace la réalité de la pauvreté et du chômage, où la peur du lendemain provoque une nervosité plus forte qu’une cinquantaine d’années auparavant. Le recul relatif de la revendication salariale, s’il reflète bien l’amélioration de la vie matérielle, ne signifie ni la satiété de tous les besoins, ni le renoncement à les satisfaire. Il traduit, aussi, la complexité de contraintes nouvelles auxquelles on ne se sent pas toujours armé pour répondre.

Notes

1 Perrot, Michelle, Les ouvriers en grève, France, 1871-1890, 1974, t. I, p. 15-47, chapitre I, « Les sources de l’histoire des grèves et leur évolution au XIXe siècle ». Sur notre propre méthode, Lequin, Y., « Sources et méthodes de l’histoire des grèves dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’exemple de l’Isère (1848-1914) », Cahiers d’Histoire, t. XII, 1967, 1-2, p. 215-230.

2 A.N., F 12. 4651, préfet Rhône, 18.8.1865.

3 Reybaud (L.), ... Condition des ouvriers en soie, p. 173.

4 A.N., C.951, Enquête sur le travail... 1848, Drôme, canton de Saillans.

5 A.N., C.945 et C.956, A.D.I., 162 M.2, id., Loire, Ardèche et Isère.

6 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.2.1851.

7 Cf. Le Roy Ladurie (E.) et coll., « Le conscrit et l’ordinateur. Perspectives de recherches sur les archives militaires du XIXe siècle français », Studi Storici, X, avril-juin 1969, p. 292 et suiv. surtout, et Toutain (J.). « La consommation alimentaire en France de 1789 à 1964 », Economies et Sociétés, t. V, n° 11, nov. 1971, p. 1992-1996.

8 A.D.R., série R., non classé, et A.D.L., id., Conseils de révision, par cantons, 1852 et 1853.

9 Sur la législation de la Monarchie de Juillet, la loi de 1841 et les tentatives d’application sous le Second Empire, Cf. Levasseur (E.) Histoire des classes ouvrières..., 2e édit., 1904, t. 2, p. 124 et suiv., p. 732 et suiv.

10 Pour l’ensemble du tableau en 1848, Cf. A.N., C.943, 945, 951, 956 et 963 et A.D.I., 162 M 1 et 2.

11 A.N., F 20.501, « état des 10 principaux établissements industriels », par départements.

12 A.N., C.945, enquête travail... 1848, Ardèche, J. de paix Saint-Pierreville.

13 Reybaud (L.), ... ouvr. cit. p. 160.

14 A.N., F.l C III, Ardèche, 8, préfet, 25.3.1859 et 31.3.1859 ; A.D. Ar., 218 M, sous-préfet Largentière, 14.5.1861 et 17.3.1864, sous-préfet Tournon, 4.6.1861.

15 Reynier (E.) Histoire de Privas..., t. 3 p. 172 ; et avec des horaires tout à fait semblables à ceux des adultes : bien qu’elle soit coupée de 2 ou 3 heures de repos, la présence continue à l’usine est, dans les filatures et moulinages de la Drôme de 15 heures (à Crest, à Chabeuil, à Die, à Saint-Vallier) à 16 heures (au Grand-Serre et à Loriol) ; sur 21 localités inspectées, il n’en est que 5 où la journée soit inférieure à 13 heures (A.D.D., 48. M.16, police, s.d. 1867).

16 A.N., C.3022, Enquêtes parlementaires... 1872, Chambre Commerce Aubenas et Deydier et fils, filature à Pont-d’Aubenas.

17 A.N., C.3021, id., Morin et Cie, drap, à Dieulefit.

18 A.N., C.3021 et 3022, enquête... 1872 et C.3331, 3341, 3343, 3353, 3363 et 3364, enquête... 1882-1884, divers ; cf. aussi A.D.S., 33 M 1/2, ingénieur Mines Savoie, 7.8.1874.

19 A.N., C.3021, enquête... 1872, A. Franc, déchets de soie à Saint-Rambert en Bugey.

20 A.D.L., 90 M 1, police Veauche, 25.7.1888.

21 A.D.L., 10 M 102, police Saint-Etienne, avril 1894.

22 Bien que la mise au travail à 12 ans ne soit pas propre à la région : c’est l’âge retenu pour la France tout entière par le rapport de synthèse en 1872, qui note la négligence générale des lois sur le travail des enfants. (A.N., C.3025, résumé général).

23 A.N., C.943, 945, 951, 956 et 963, Enquête sur le travail... 1848, départements de la région lyonnaise et A.D.L., 162 M 1 et 2, id. pour l’Isère.

24 A.N., C.963, id., Rhône, j. de paix Neuville, 17.10.1848.

25 Cf. Guinot (J.P.), Formation professionnelle et travailleurs qualifiés depuis 1789, 1946, p. 102 et suiv. un projet de loi de 1846 distinguait d’ailleurs fortement entre l’apprenti, futur maître, et le jeune ouvrier d’usine, avant d’être repris par la Seconde République naissante dans ses dispositions essentielles.

26 A.D.L., 84 M 7, « réclamations des ouvriers mineurs », s.d. (1848).

27 A.D.I., 162 M 1, enquête... 1848, canton de Vif.

28 Mieux, dans la toilerie de Saint-Geoire, « ... ordinairement le maître propriétaire, en engageant un domestique, lui promet de lui apprendre à tisser la toile, ce qui diminue le gage... » ! (A.D.I., 162 M 2, j. de paix, 13.8.1848).

29 Cf. Astier (P.) et Cuminal (I.), L’enseignement technique industriel et commercial en France et à l’étranger, s.d. (1909), p. 9 et suiv. ; Guinot (J.P.) ouvr. cil., p. 118 et suiv., p. 124.128 sur l’échec de la loi.

30 Ainsi, à Faverges, à l’usine Gourd et Croizat (A.N., C. 3021, enquête parlementaire... 1872) »... Les petites filles ayant atteint l’âge de 14 ans entrent à la Manufacture, les unes pour apprendre le dévidage ou l’ourdissage et d’autres le tissage. Les premières sont payées tout de suite et gagnent un salaire qui varie suivant leur intelligence et leur habilité. Les deuxièmes... reçoivent de suite un métier ; elles sont placées sous la direction d’une ouvrière habile, morale et patiente. Ces apprenties font 4 pièces sous (sa) direction... ; à la première, l’apprentie ne touche rien du salaire de la dite pièce, c’est l’ouvrière qui lui apprend qui touche le salaire... Pour les 3 pièces suivantes, l’apprentie partage par moitié le salaire de ces pièces avec l’ouvrière qui continue encore de surveiller l’exécution de son ouvrage ; à partir de la 5e pièce, elles sont ouvrières et touchent tout le salaire. »

31 A.N., C. 3362, Enquête sur la condition des classes ouvrières..., 1882-1884, réponses tisseurs Valsonne, Ranchal et Pontcharra-sur-Turdine (Rhône).

32 A.N., C. 3343, id., tisseur St Genis-Largentière.

33 A.N., C. 3364, id., réponses 2 tisseurs soie Lyon.

34 A.N., C. 3353, id., Chambre syndicale tisseurs Saint-Etienne et C. 3362, X…, fabricant de tulle à Lyon.

35 A.N., C. 3022, Enquête parlementaire... 1872, Chambre Commerce Aubenas ; dans certain moulinage de la Drôme, on exige même 3 années de travail au pair pour payer un soi-disant apprentissage de quelques semaines (A.N., C. 3341, enquête... 1882- 1884, patrons mouliniers, Le Buis et Nyons.)

36 A.N., C. 3343 et C. 3362, enquête... 1882-1884, réponses chapeliers Grigny et 93e société de Secours mutuels, Brignais.

37 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Bouillon et Cie, mégissier Grenoble.

38 A.N., C. 3021, id., Jacottet-Carpano, horloger, Cluses.

39 A.N., C. 3353, id., Chambre syndicale ouvriers fumistes Saint-Etienne.

40 A.N., C. 3362 et C. 3364, enquête... 1882-1884, réponses divers patrons et ouvriers apprêteurs Lyon ; dans les usines d’impression sur étoffes, les jeunes ouvriers ne sont payés que dans la dernière année de la période probatoire, la 4e ! (id., Chambre syndicale des imprimeurs sur étoffes).

41 C. 3362 et 3363, enquête... 1882-1884, réponses X., fabricant de papier à Beaujeu et de X., usine de colles à Lyon, où il emploie 120 personnes. Cf. aussi C. 3362, id., Girodon, manufacture articles cuivre Lyon, et Bocuze, tréfilerie, à Villeurbanne ; Bunery et Cie, mégisserie.

42 A.D.S., 33 M 1/5, préfet Savoie, 24.5.1880 : dans toute l’année écoulée, il n’y a d’ailleurs que 258 contrats d’apprentissage dans le département, dont 205 par simple accord verbal.

43 A.N., BB 18.1506, Pétition des mineurs de Rive-de-Gier au Prince-Président, 16.6.1852.

44 Oger (Th.), La France par cantons, Rhône, t. 3, p. 537-538.

45 Bonnefous, Histoire de Saint-Etienne, p. 422.

46 Oger (Th.), ouv. cit., Loire, t. 2, p. 12.

47 Bonnefous, ouvr. cit., p. 424-425.

48 Ardouin-Dumazet, Voyages en France, La région lyonnaise, p. 227-228.

49 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, c. Rive-de-Gier.

50 A.N., id., juges de paix et commission médicale de Saint-Etienne.

51 Audiganne (A.), Les populations ouvrières de la France 2° éd., t. 2 p. 12-13 et p. 17.

52 Linossier (E.) et Cajani (E.), Les mystères de Lyon t. 2, p. 54.

53 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Chambre commerce Lyon.

54 A.D.I., 162 M 2, Enquête 1848, cantons Vienne Nord et Sud.

55 A.N., C. 956, id., cantons Feurs, Saint-Symphorien-de-Lay et Nérondes.

56 A.N., C. 956, id., cantons Bourg Argentai et Le Chambon-Feugerolles ; A.N., C.943, id., Ain, canton de Nantua ; 162 M 2, id., Isère, juge de paix Saint-Marcellin et Vienne.

57 A.D.I., 52 M 45, sous-préfet Saint-Marcellin, 3.12.1865.

58 A.N., C. 3021 et C. 3022, enquête parlementaire... 1872 réponses Conseil hygiène de Lyon ; Chambre commerce d’Aubenas, qui note elle-même que « ... il serait à souhaiter au point de vue de la propreté, de la sûreté et de la morale que des soins plus sérieux fussent réclamés de la part des chefs d’atelier... » et de divers industriels peu suspects d’esprit de dénigrement.

59 A.N., C. 3364, Enquête parlementaire... 1882, réponses de Lyon (s.d. ni origine).

60 A.N., C. 956, enquête 1848, Loire, commission médicale Saint-Etienne et réponse délégué ouvriers rubannerie de Saint-Etienne.

61 A.N., C. 963..., Rhône, note des docteurs Masse et Munaret, de Saint-Genis-Laval.

62 A.N., C. 956... Loire, juge de paix Roanne et A.D.I., 162 M 2, rapport docteur David, de Voiron.

63 A.N., C. 963, Rhône, juge de paix Vaugneray, 27.11.1849 et A.D.I., 162 M 2, j. de paix St Geoire.

64 A.N., C. 963, Rhône, j. de paix Villefranche, 12.9.1848 et A.D.I., 162 M 2 id., Pont-de-Beauvoisin, 21.8.1848.

65 A.N., C. 963, Rhône... ; J. de paix Mornant et note docteurs Masse et Munaret.

66 A.N., C. 963, Rhône..., j. de paix Nérondes ; A.D.I., 162 M 2, Isère, j. de paix Vienne Nord et Vienne Sud et Saint-Marcellin.

67 A.N., C. 956,... Loire, j. de paix St Héand, Saint-Bonnet-le-Château et Le Chambon-Feugerolles ; A.D.I., 162 M 1, juge de paix La Mure, 1.10.1848.

68 D’après le rapport du docteur Ulysse David, de Voiron (A.D.I., 162 M 2) et A.N., C 963, Rhône, 5e canton Lyon.

69 A.N., C. 963, Rhône, 6e canton Lyon.

70 A.N., C. 956, Loire..., j. de paix Saint-Etienne.

71 A.D.I., 162 M 2, Isère, rapport docteur Ulysse David.

72 A.N., C. 963, Rhône, 6e canton Lyon.

73 A.N., C. 956, Loire, j. de paix Saint-Etienne.

74 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 9.9.1854.

75 A.D.L., 10 M 52, police Rive-de-Gier, s.d. (1854) et Chomienne (C.) Histoire de Rive-de-Gier..., p. 161.

76 A.N., F 1 C III, Isère, 7, préfet, 18.9.1854, cf. aussi, id. Ain, 6, sous-préfet Belley, 1.10.1856.

77 A.N., BB 30.375, proc. gal Chambéry, 30.9.1867.

78 A.D.D., M.1560, 2, police Valence, 29.10.1889.

79 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Conseil Hygiène Lyon.

80 A.N., C. 3022, id., synthèse réponses Ardèche, et Deydier et fils, filateur de soie à Pont d’Aubenas.

81 A.N., C. 3021, id., Conseil hygiène Lyon.

82 A.N., C. 3022, id., réponse Chaland, teinturier à Roanne.

83 A.N., C. 3364, Enquête parlementaire... 1882, réponses anonymes (Lyon) ; Refaure, patron guimpier, 78e société de Secours mutuels, Cours ; Chambre Syndicale ouvriers tailleurs Lyon.

84 A.N., C. 3362, id., réponse anonyme, Oullins.

85 Il ne s’agit d’ailleurs pas de « budgets » à proprement parler, puisque les recettes ne sont pas détaillées et réduites à une approximation sommaire d’un salaire annuel théorique, en cas de plein emploi ; ils sont dispersés dans A.N., C. 951, 956 et 963 ; A.D.I., 162 M 1 et 2 ; A.D.L., 84 M 7 et Dumoulin (J.) En pays roannais..., p. 210-212.

86 Pour un revenu annuel de : Saint-Etienne, mineur, 846 frs ; veloutier, 650 ; rubannier, 539. Lyon, teinturier, 980 ; Neuville, teinturier, 450. Vienne, tisseur de drap, 480. Roanne, tisseur de coton, 398. St-Symphorien-d’Ozon, ouvrier, 310 et Bourg-d’Oisans 465.

87 On a regroupé dans la rubrique « entretien », les frais de blanchissage, de chauffage et d’éclairage.

88 Pour un revenu annuel de : Saint-Etienne, mineur, 1 458 francs ; ouvrier rubannier, 1 324 ; chef d’atelier, 1 760,50. Saint-Chamond, rubannier, 1 260 et cloutier, 1 050. Roanne, tisseur de coton, 618,70. Montant, ouvrier en soie, 861,50. Bourg-d’Oisans, ouvrier, 1 345.

89 Cf. A.N., C. 963, « Mémoire d’un ouvrier en soie d’Orliénas » ; au total, sans la location du métier, qu’on ne peut soustraire du loyer total, ses frais professionnels se montent à 82 frs par an, dont 27 frs de matériel d’appoint ou de pièces détachées et 55 frs de salaires pour le cannetage, le dévidage et le tordage ; le maître veloutier stéphanois, qui a acheté son métier à crédit, consacre 50 frs par an à le payer et 31 frs à entretenir le matériel : s’il n’y a pas de frais salariaux, c’est parce que sa femme est son seul auxiliaire ; mais il s’ensuit un manque à gagner de 300 frs par an. (A.N., C. 956, « réponse d’un maître veloutier de Saint-Etienne », 1848).

90 A.N., C. 963, Enquête... 1848, Rhône, La Mure, Lyon, St-Symphorien ; A.D.I., 162 M 1 et 2, id., Vif, Roybon et Vizille.

91 A.N., C. 956, id., Loire, Boën et Noirétable.

92 On retrouve une notation analogue à Vizille, où le vêtement des ouvriers est « ... très bon ; il y a même du luxe dans (leur) mise. Elle est à peu de choses près semblable à celle du bourgeois aisé. « Car... l’ouvrier industriel... étant obligé d’acheter tous les objets de consommation... les choisit... de bonne qualité... ». (A.D.I., 162 M 1, enquête... 1848, j. de paix Vizille) ; mais c’est la seule remarque de ce genre pour toute la région.

93 A.D. Rhône, E. décès La Guillotière, 1851.

94 A.N., C. 956 et C. 963, divers et A.D.I., 162 M 1 et 2.

95 A.N., C. 963, id., j. de paix 6e canton Lyon.

96 Cf. Bardet (J.) et autres, Le Bâtiment..., p. 51-53.

97 A.N., BB 18.1520, proc. gal Lyon, 15.5.1853 et Gras (L.J.), Histoire du Commerce local..., p. 616.

98 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Chambre Commerce Lyon et Conseil d’hygiène. La fondation d’Arlès-Dufour dépérit, bien que les ouvriers des grandes usines de la banlieue méridionale de Lyon soient parmi les plus mal logés ; quant à Richard-Vitton, il avait acheté un vaste terrain revendu en petites parcelles pour construire, avec de larges facilités de paiement.

99 A.N., C. 3021, id., Chamard, Coche et Cie, fabrique de savons à Bourg, pour le reste, l’ensemble des dossiers de C. 3021 et 3022. .,

100 A.N., C. 3021, id Bouillon et Cie, mégisserie à Grenoble et Brenier et Cie, constructions mécaniques.

101 A.N., C. 956, enquête... travail 1848, délégué rubannerie St-Etienne et C. 3022, enquête... 1872, Loire, Chillet et Cie, tissage élastique à Saint-Etienne.

102 A.N., C. 956, id., Soc. des cloutiers de St-Chamond, et C. 3022, id., Russery et Lacombe, maîtres de forges à Rive-de-Gier.

103 A.N., C. 3353, Enquête parlementaire... 1882, Loire, C. 3343, 3362, 3363 et 3364, id., Rhône.

104 A.D.L., 90 M 1, Soc. sec. mutuels rubans St-Etienne 28.11.1884.

105 A.D.L., 10 M 82, police St-Etienne, 24.2.1884.

106 A.D.L., 10 M 79, police Roanne, 21.9.1882 ; on réclame donc une taxation de loyer, « ... objet de première nécessité lui aussi... » à l’exemple de ce qui a été fait pour le pain et la viande, et, dans un deuxième temps, la construction de cités ouvrières.

107 A.N., C. 3341, C. 3353, C. 3362 et C. 3364, Enquête sur la situation des ouvriers en France, 1881-1885, départements de la Drôme, de la Loire et du Rhône.

108 Il n’y a pas, en effet, de famille-type, comme en 1848 et la plupart de celles qui sont citées ne comptent qu’1 enfant à charge.

109 Reybaud (L.), Le fer et la houille, p. 147 et Gras (L.J.) ouvr. cit. (à Saint-Etienne), p. 636-637.

110 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire sur la situation de la classe ouvrière... 1872, Rhône, Drevon et Cie, teinturier à Lyon : l’ouvrier célibataire y consacre 730 francs sur 1 121, et 215 au vêtement, 156 au loyer ; la famille avec 2 enfants à charge, 1 200 sur 1 950, et pour chaque poste cité, 225 et 400 francs ; dans les 2 cas, on retrouve la cotisation à la Société de secours mutuels pour, respectivement 25 et 45 francs.

111 A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le travail... 1848, juges de paix Vizille et Vif.

112 Cf. données éparses dans A.N., C. 943 et C. 963, id., 1848.

113 id., dans A.N., C. 943, C. 951, C. 956 et C. 963 ; A.D.I., 162 M 1 et 2.

114 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Haute-Savoie, réponse Jacotet-Carpano, industriel à Cluses ; C. 3022, id., Ardèche, Compagnie des mines de houille de Prades.

115 Cf. supra, note 85.

116 On retrouve la même forte consommation de vin chez les fondeurs des Aciéries de Terrenoire, exposés aux hautes températures, et « ... constamment inondés de sueur... » ; ils boiraient jusqu’à 8 litres par jour ! (A.N., C. 956, Enquête... 1848, St-Etienne.

117 A tel point qu’il arrive, même en ville, qu’on le fasse à la maison : à Vienne, en 1853, c’est « ... la majorité (qui) le prépare elle-même après s’être procuré la farine... » ; on fait ainsi une économie d’environ 15 % sur le prix. A.N., F 1 C III, Isère, 7, sous-préfet Vienne, 27.12.1853.

118 Reybaud (L.), ouvr. cit., p. 171.

119 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 10.4.1866.

120 A.N., C. 3021, Ain, fabricant savons Bourg et Chancel-Veillon, filature à Tenay ; Isère, Perrégaux, tissage à Bourgoin ; Rhône, Drevon et Cie, teinturier à Lyon ; Haute-Savoie, Frèrejean, forges de Cran ; C. 3022, Chambres Commerce Roanne et Saint-Chamond.

121 A.N., C. 3021, Enquête... 1872, Rhône, Drevon et Cie, teinturiers à Lyon, qui notent l’achat fréquent de volailles et de primeurs chez les ouvriers plus dispendieux de leur industrie.

122 Papeterie de Vidalon-les-Annonay – Notice sur l’établissement..., 1872, p. 12 : le prix du repas est de 0,70 frs, pour 1 litre de soupe (0,10), 100 gr. de viande (0,15), un quart de litre de vin (0,10) et autant de légumes (0,05), un dessert (0,10) de fromages ou de fruits ; et 1 livre de pain (0,20).

123 Rostaing (L.), L’enquête parlementaire sur les conditions du travail en France..., p. 63, qui donne la composition du repas servi à l’« Association alimentaire » – un restaurant coopératif – de Grenoble.

124 D’après A.D.R., M, non classée, Mercuriales générales, complétée par A.M.L., Mercuriales des marchés de Lyon, 1 registre annuel, à partir de 1880 ; A.D.I., 133 M 13 à 22, Mercuriales de quinzaine, 1836-1894 et 25, id., annuelles, 1902-1919 ; A.D.L., 43 M.2, Mercuriales annuelles an XII – 1904 ; sur les prix départementaux, fortement influencés dans le Rhône, par ceux du marché lyonnais, A.N., F 11, 1960 et suiv.

125 Cf., pour l’ensemble, graphiques hors-texte n° 47 à 54.

126 Sur les difficultés théoriques à constituer un indice du pouvoir d’achat, cf. Rougerie (J.), « Remarques sur l’histoire des salaires à Paris au XIXe siècle ; Le Mouvement Social, n° 63, avril-juin 1968, p. 79 et suiv. notamment ; la méthode suivie par Trempé (R.), Les Mineurs de Carmaux..., t. 1, p. 376 et suiv., moins ambitieuse, nous a paru plus sûre et tout à fait adaptée à nos buts.

127 La courbe départementale des prix du froment présente la même anomalie, et le Second Empire n’y inscrit pas la traditionnelle phase de hausse : ce sont les prix lyonnais qui déterminent ceux du Rhône, à l’aune de l’approvisionnement et non à celle de la récolte régionale ; cf. A.N., F 11.1960 et suiv. et Labrousse (E.) et coll., Le prix du froment en France, 1726-1913..., p. 180-181.

128 Dupeux (G.), Aspects de l’histoire sociale et politique du Loir-et-Cher, 1848-1914, p. 252 et suiv.

129 Ils sont reproduits, avec ceux des autres établissements hospitaliers lyonnais, dans les « Comptes moraux administratifs » des Hospices civils de Lyon, 1 volume annuel, depuis 1845, aux Archives de l’Hôtel-Dieu ; cf. graphique hors texte n° 52.

130 Le prix de la journée du Perron ne rend pas compte, à l’inverse, des fluctuations cycliques et de leurs changements, sauf entre 1850 et 1860 ; en effet, il les gomme largement, car les Hospices disposent de stocks de farine, ou luttent contre le renchérissement occasionnel des denrées en modifiant la ration ou en rognant sur les postes non alimentaires.

131 Reybaud (L.), ouv. cit. p. 171.

132 A.N., BB 18.1544, proc. gal Grenoble, 28.6.1855 et F 1 C III, Loire, 6, préfet, 12 et 18.6.1855 ; A.D.L., 92 M 10, id., 12.6.1855.

133 A.D.L., 92 M 10, sous-préfet Saint-Etienne, 20 et 23.6.1855.

134 A.N., C. 951, Enquête sur le travail... 1848, j. de paix Valence, Drôme.

135 A.D.L., 92 M 9, gendarmerie, 10.11.1863.

136 A.D.L., 92 M 10, gendarmerie Roanne, 3.2.1856.

137 A.N., F 1 C III, Rhône, 10, gendarmerie, 14.8.1861 et A.D.I., 52 M 40, garde des Sceaux, 16.8.1861.

138 A.N., F 1 C III, Haute-Savoie, 2, gendarmerie Faverges, 30.3.1870 et A.D.H.S., 15 M, Industrie et Commerce, Divers, 1861-1878.

139 A.D.L., 10 M 70, sous-préfet Roanne, s.d. (10.1871) et A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, pétition tisseurs foulards Tarare, 18.8.1873.

140 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, préfet, 11.1.1867 et A.D.L., 10 M 61, préfet Loire, 31.1.1868.

141 A.N., BB 18. 1772, proc. gal Lyon, 19.6.1868 et A.D.L., 92 M 11, préfet Loire, 22.6.1868. Sur les plaintes contre la vie chère en 1872, cf. aussi A.N., F 12.4479 A, sous-préfet Nantua, 28.10.1872 ; A.D.L., 92 M 13, Police Saint-Etienne, 17.4.1872 ; A.D.S., 33 M VI/2, Commission ouvriers tailleurs Chambéry à préfet Savoie, 8.10.1872.

142 Ainsi, à Aubenas, en juin 1858, les ouvriers menuisiers menacent de se mettre en grève si l’on ne met pas fin aux contrôles tatillons et aux vexations des employés de l’octroi ; le Maire doit intervenir pour apaiser le conflit. (A.N., F 1 C 111, Ardèche, 11, préfet, 30.6.1858).

143 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Conseil Hygiène Lyon, et C. 3364, id., 1882 : le taux de l’octroi est de 33 % sur un litre de vin ; dès le Second Empire, c’est le désir d’échapper aux taxes qui a fait s’installer environ 4 000 ouvriers en dehors de ses limites, sur le plateau de La Croix-Rousse.

144 Cf. A.N., F 20.712 et 715, qui donnent par département, les prix des œufs et du beurre, au milieu du XIXe siècle, comparables avec ceux de F 11, à partir de 1903 ; la progression est, confrontée avec celle du pain dans les 3 chefs-lieux, de 1849-1855 à 1903- 1913,ce que résume le tableau qui suit.
Sur la forte poussée du prix de ces consommations nouvelles après 1895, pour la charcuterie, les fromages, cf. les données des lycées de Lyon, Saint-Etienne et Grenoble, in Ministère du Travail..., Salaires et coût de l’existence à diverses époques jusqu’en 1910 , ,Image 1911 p. 510.511 ; à l’inverse, il faut mettre en relief la baisse de certaines denrées d’appoint, surtout d’origine exotique, comme le café, et le sucre, présents dans tous les budgets ouvriers, mais sans y prendre une très grande place. cf. aussi, pour les prix de grande ville, Singer-Kérel (J.), Le coût de la vie à Paris de 1840 à 1954..., p. 191, 198 et p. 462 et suiv.

145 A.D.R., 10 M, grèves 1911, Commiss. spéc. Lyon, 22.6.1911 ; A.D.L., 92 M 190, préfet Loire, 19.9.1911 et 93 M 12, police Rive-de-Gier, 30.5.1911 : une « certaine agitation » suffit à faire accepter une augmentation des salaires par 15 des 16 patrons métallurgistes de la ville ; tout à fait justifiée par le coût de la vie, annote le préfet, dans la marge.

146 A.D.L., 92 M 208, préfet Loire, 12.11.1912.

147 S.G.R.C.A., 1911, p. 365, sur les troubles viennois ; pour le reste, A.N., F 12. 7025, police, divers et La Lanterne, 19.9.1911.

148 A.D.L., 19 M 27, police Saint-Etienne, 11.2.1912 ; des troubles bien plus graves éclatent à Creil, à Saint-Quentin dans le Nord, où des boutiques sont pillées. Sur l’ensemble de la crise et la campagne de la C.G.T. cf. Flonneau (J.M.) « Crise de vie chère et mouvement syndical (1910-1914) » Le Mouvement social n° 72, juil. sept. 1970 p. 49 à 81.

149 « La Cherté des Vivres », Lyon, 1910, in 16°, 20 p., petite brochure des syndicats lyonnais incrimine le stockage par les « agioteurs » sur les blés et la viande. (in A.D.L., 14 M 10) ; Besson, délégué de la Bourse du Travail, de Saint-Etienne, sur la cherté des vivres, dit que « ... la cause n’est pas exclusivement naturelle, qu’il ne faut pas l’imputer entièrement à la température et aux effets atmosphériques, mais bien à des causes anormales, notamment à l’accaparement qui s’est produit... » (A.D.L., 14 M 10, police Saint-Etienne, 27.9.1910) et l’on demande une enquête sur la montée du prix du vin « ... pour qu’un terme soit mis à ces trusts sur des aliments de première nécessité... » (A.N., F 12.7023, pétition Union des travailleurs de Saint-Etienne, coopérative de consommation).

150 En 1853, le parquet de Lyon notait : « ... De toutes les causes qui font une élévation des prix, le préjugé populaire n’en admet qu’une : l’accaparement. Cette vieille tradition n’a rien perdu de sa force et s’il y avait une manifestation populaire amenée par la disette, le cri « aux accapareurs » serait encore le cri de guerre et le ralliement (A.N., BB 30.379, proc. gai. Lyon, 28.12.1853).

151 Bonnevay (L.) Les ouvrières lyonnaises à domicile, 1896, p. 75-86.

152 Halbwachs (M.), « Budgets de familles ouvrières et paysannes en France en 1907 » ; in Bulletin de la Statistique générale de la France, t. IV, 1914-1915, p. 47-83 ; cf., surtout, p. 64-65.

153 Dechelette (V.), Essai sur la condition de l’ouvrier tisseur roannais ; D’Urbal, L’industrie drapière de Vienne, 1911, p. 244-246 ; Le Travailleur Savoyard 7.1.1911.

154 Office du Travail. Enquête sur le travail à domicile dans l’industrie de la chaussure..., 1914, p. 34-43 et p. 160-167.

155 C’est-à-dire numéro de référence dans l’enquête, qui procède par monographies anonymes.

156 Cf. Halbwachs (M.), La classe ouvrière et les niveaux de vie, 1912, réimpression, s.d., p. 181 ; soit, pour 1 homme de plus de 15 ans = 1 ; une femme, 0,80, pour un enfant de 13 à 15 ans, 0,50, de 10 à 13, 0,40, de 7 à 10, 0,30, de 4 à 7, 0,20 et jusqu’à 4 ans, 0,10.

157 En francs, pour 4 semaines de printemps, la répartition est la suivante :
Image
La dépense pour le logement a été calculée et extrapolée et les mois de mai et juin sont marqués par des dépenses d’alimentation plus élevées que le reste de l’année : il faut consommer plus de viande, les légumes secs de l’hiver sont épuisés, les primeurs et le beurre sont chers, note Halbwachs lui-même (art. cit., « Bulletin de la statistique générale de la France », t. IV, 1914-1915, p. 83).

158 D’Urbal, ouv. cit. p. 42 ; à Lyon, « La Société anonyme des logements économiques » possède 80 maisons et 941 logements à la fin du XIXe, dont le loyer est inférieur de 10 à 15 % à la normale.

159 Chambre des députés, Rapports, session de 1904..., Enquête sur l’état de l’industrie textile..., 1906, t. 3, Chambre Commerce Saint-Etienne, p. 254 : le loyer moyen d’un atelier-logement de passementier va de 110 à 115 francs par an, quand il était de 80 à 115 vers 1880 ; à Montaud, où sont situés les plus spacieux et les plus salubres, le coût est passé de 105-115 à 125, au plus ; cf. aussi Gras (L.J.), ouv. cit., p. 649.

160 Dechelette (C.) L’industrie cotonnière à Roanne..., p. 104.

161 Halbwachs (M.), « art. cit. », Bulletin de la Statistique générale de la France, t. IV, 1914-1915, p. 71.

162 On a laissé de côté la politique de logement menée par les grandes usines, et sur laquelle on reviendra. Que le souci du logement soit secondaire s’expliquerait-il par la relative stagnation démographique des villes industrielles de la région ? En tout cas, à Saint-Etienne en décembre 1911, un appel de La Guerre sociale à créer une Union syndicale des locataires, n’éveille pas grand écho, et au printemps suivant, plusieurs manifestations contre les logements insalubres n’entraînent qu’une poignée de militants (A.D.L., 93 M 104, commiss. spéc., 27.12.1911 et avril 1912).

163 Pour les budgets n° 9, Grenoble, 3 et 4, Valence, pommes de terre et légumes sont fournis par le jardin familial.

164 Dans le budget n° 8 de la Tour-du-Pin, viande et légumes sont confondus avec les « produits d’épicerie ».

165 En 1897, un rapport de police stéphanois établit la hiérarchie ouvrière sur la qualité du pain, et aussi sur la manière de le consommer : ainsi, le pain bis est « le pain de table » des manœuvres, alors que les rubanniers et les armuriers ne le mettent que dans la soupe, préférant pour la consommation ordinaire le « pain de froment », où domine le froment. (A.D.L., 10 M 97, police Saint-Etienne, 10.9.1897).

166 C’est aussi à ce niveau que se tient la consommation de pain à Carmaux, puisque pour un ménage de deux personnes, il en faut 10 kgs par semaine, et que par jour, une famille avec deux jeunes enfants en mange 2 kgs. (Cf. Trempé R., ouvr. cit., t. 1, p. 373 et p. 384-385).

167 La dimension des familles de Halbwachs est exprimée en « quets », une unité complexe qui tient compte de l’âge exact des enfants (cf. du même, ouvr. cit., p. 179) ; elle n’est donc donnée ici que pour comparaison entre les seuls échantillons lyonnais : tisseur = 8,5 ; tanneur = 7,6 ; mécanicien = 9,5 ; manœuvre = 17,1 et typographe = 14,3 ; à noter qu’un ménage sans enfant, où l’épouse a au moins 20 ans et le mari 25 correspond à 6,5 « quets ».

168 Le poste atteint un tel pourcentage car il mélange au café les dépenses de lait.

169 Godard (J.), « Travail de femme » in Travailleurs et métiers lyonnais p. 129-130.

170 D’Urbal, ouvr. cit., p. 211 ; cf. les menus fort proches, des mineurs de Carmaux in. Trempé (R.), ouvr. cit., t. 1, p. 384-385.

171 Chomienne (C.) Histoire de Rive-de-Gier..., p. 59.

172 Beauquis (A.), Histoire économique de la soie, 1910, p. 101.

173 D’Urbal, ouvr. cit., p. 234-235.

174 Chambre des Députés... 1904, ouvr. cit., 1906, Enquête sur l’industrie textile, t. 3, p. 372, Chambre Syndic, ouvriers teinture et similaires, Roanne – Le Coteau.

175 Pleinet (J.) « Monographie du Syndicat des mégissiers d’Annonay », Revue Socialiste, XLVI, août 1907, p. 187.

176 Bourdin (L.) Le Vivarais, essai de géographie régionale 1898, p. 237-238.

177 Ardouin-Dumazet, ouvr. cit., (rég. lyonnaise, 2e édit.) p. 295.

178 Beauquis (A.), ouvr. cit. p. 97-98.

179 Chambre des Députés... 1904, ouvr. cit., 1906, id., p. 372.

180 Pleinet (J.), art. cit., Revue Socialiste, XLVI, août 1907, p. 187-188.

181 Cote (L.), L’industrie gantière à Grenoble, 1902, p. 143-146 et annexe, p. 260.

182 Chambre des Députés... 1904, ouvr. cit., 1906, Enquête sur... l’industrie textile, t. 3, p. 361, Fédération Chambres syndicales ouvrières Roanne.

183 id., t. 3, p. 69-70, Chambre Commerce Lyon, qui cite l’enquête, d’un certain Docteur Givre pour prouver que la mortalité tuberculeuse n’est pas plus forte chez les ouvriers de la Fabrique que chez les autres ; elle porte sur environ 15 000 décès d’ouvriers, mais ne précise pas dans quelles limites géographiques elle a été faite ; sur l’usure précoce des ouvriers à domicile, cf. Bonnevay (L.) ouvr. cit., p. 54-55.

184 A.D. Ar, M, non coté, P.V. de l’inspection du Travail, 1892-1901.

185 A.D.S., 33 M 1/9, id., 1895-1911.

186 Ainsi, en 1899 encore, les ouvriers d’une fabrique de faux de Renage, adressent une pétition pour que le travail de nuit soit autorisé aux jeunes gens de moins de 18 ans, malgré la loi du 2 novembre 1892. (A.D.I., 162 M 4, Maire Renage, 27.4.1899).

187 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Conseil Hygiène Lyon, et C. 3022, id., Chambre Commerce Aubenas.

188 A.D.S., 33 M 1/ 2, Inspecteur divisionnaire travail Lyon, 16.11.1880, 19.2 et 5.3.1881, 6.3.1883.

189 A.D.S., 33 M 1/ 2, Inspecteur travail Chambéry, 30.3.1888, 18.3.1890, 26 et 27.7.1892 ; A.D.I., 162 M 4, id., Grenoble, 13.7.1890.

190 A.D.S., 33 M 1/9 ; P.V. Inspection travail Savoie, 1895-1912 et A.D. Ar., M, non cotée, id., Ardèche, 1892-1901.

191 A.D.S., 33 M 1/ 2, Inspecteur travail Chambéry, 16.11.1880 et A.D.I., 166 M 4, Délégué Office du Travail, 1895 qui signale quelques cas de très jeunes « renvideurs » dans les ateliers de draperie, à Vienne, et 162 M 5, inspecteur travail Grenoble, s.d. (1904).

192 A.D.H.S., 15 M, Situat, industr., 1874-1884, instituteur du Châble, 2.2.1882.

193 Pour l’ensemble du paragraphe, cf. tableaux hors-texte n° 42 à 45, 48 et 49.

194 On a regroupé comme inaptes tous les conscrits classés « réformés », « ajournés », ou « service auxiliaire » ; car il semble que d’un canton à l’autre, et surtout de 1889 à 1911, les critères de classement dans l’une ou l’autre des catégories soient fort variées. Mais la comparaison n’est pas possible avec 1852-1853, et, surtout en se sophistiquant, les causes médicales de la réforme ou de l’inaptitude sont devenues inutilisables : elles se dispersent en plusieurs dizaines de cas sans unité, les unes s’appuyant sur un diagnostic réel, les autres sur la simple mention d’un symptôme qui empêche de marcher ou de porter une arme.

195 C’est-à-dire par articles des catalogues revendicatifs ; sur l’ensemble cf. graphique hors texte n° 86.

196 C’est-à-dire, de 1848 à 1914, 644 demandes (13,8 %) ; à ajouter à celles qui portent sur le salaire (57,9 %, pour 2.693) et l’emploi (219, soit 4,8 %).

197 On ne reviendra pas dans la suite du chapitre, sur les références générales à l’Enquête de 1848 ; pour le reste, Statistique de la France publiée par le Ministère des Travaux publics et du Commerce, Industrie, Paris 1847-1852, t. III et sur les salaires du bâtiment, A.N., F 20.712.

198 Cf. graphique annexe n° 55.

199 A.N., C. 3021 et 3022, Enquête sur la condition des classes ouvrières... 1872.

200 A.N., C. 3021, id., Chbre Commerce Lyon, s.d.

201 A.D.I., 162 M 3, préfet, Isère, 12.11.1872.

202 A.N., C. 3022, enquête... 1872, papeterie Voiron et Chbre Commerce Vienne.

203 A.N., F 1 C III, Drôme, 12, préfet, 22.12.1855.

204 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 10.1.1856.

205 A noter que le salaire au temps, en tout cas, peut encore réduire d’autre manière le revenu ouvrier : ainsi, dans un grand nombre de filatures et de moulinages ardéchois ou dauphinois, en 1872 comme en 1848, on paye au mois ou « à la campagne », pour laquelle on engage quand la campagne séricicole bat son plein ; ce serait là une des causes des excès de la journée de travail.

206 A.N., C. 943, Enquête sur le travail... 1848, Ain, j. de paix Chalamont ; A.D.l, 162 M 2, id., j. de paix Heyrieux ; F 12.4509, préfet Isère, 1.3.1881. A.D.L., 92 M 10, j. de paix Saint-Symphorien-en-Lay.

207 A.N., BB 18.1506, pétition des mineurs de Rive-de-Gier, 16.6.1852 ; A.D.L., 162 M 3, Enquête... 1872, préfet Isère, s.d.

208 A.N., C. 943, Enquête sur le travail... 1848, Ain, j. de paix Montluel ; C. 963, id., Givors et 6e canton Lyon ; A.D.D., 84 M 1, police Valence, 24.8.1878.

209 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 22.6.1887.

210 A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le travail... 1848, Rapport étudié par les ouvriers menuisiers de Voiron.

211 A.D. L, 162 M 1, id., Allevard et 162 M 3, Enquête... 1872, préfet, s.d.

212 BB 18.1506, Pétitions des mineurs de Rive-de-Gier, 16.6.1852.

213 A.N., C. 943, Enquête sur le travail... 1848, Ain, j. de paix Montluel.

214 A.N., C. 963, id., Rhône, j. de paix L’Arbresle.

215 A.D.L., 92 M 10, divers (1856) ; A.D. L, 52 M 3, préfet Isère, 8.6.1861 ; A.D.L., 92 M 16, préfet Loire, 5.1.1880 et 92 M 32, « état des grèves de la Loire en 1890 ».

216 Les références se comptent par dizaines, pour l’essentiel dans A.N., BB 18.1666 ; F 1 C III, Ardèche, 11 ; id., Isère, 10 ; id., Savoie, 2 ; F 12.4646 et 4654 et dans A.D. Ar., 15 M 35, A.D.D., M. 1297 ; A.D. L, 166 M 1 ; A.D.L., 92 M 10 ; A.D.R., M, grèves antérieures à 1879 ; A.D.S., 9 M. II (4 et 5) ; A.D.H.S., 18 M, Industrie et Commerce, 1861-1878 et 6 M, Affaires politiques, 1860-1862).

217 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Roanne.

218 A.N., C. 963, id., Villefranche.

219 A.N., C. 956, id., Saint-Chamond, délégués des chefs d’ateliers rubanniers.

220 A.N., C. 956, id., Saint-Etienne, délégué rubannerie, rapport p. 13-14.

221 Et tous les frais ne sont pas évalués ni décomptés. En bonne comptabilité d’ensemble, d’ailleurs, la monographie est incomplète : d’une part, il paraît difficile que l’achat d’un matériel si coûteux puisse être fait au comptant : quelle est la part, dans les dépenses, du remboursement d’un prêt éventuel et de l’intérêt qui l’assortit logiquement ? Elle est sans doute plus élevée que celle de l’hypothétique manque à gagner que l’on a calculé. Par contre, on a intégré à la déperdition et les réparations – 150 francs au bout de 6 ans, 400 après 12 ans où l’on doit changer le battant –, et la perte de valeur du métier.

222 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, j. de paix Saint-Etienne.

223 A.D.H.S., 15 M, Sit. industr., 1875-1881, préfet, 20.3.1875 ; cf. aussi A.N., C. 963, Enquête... 1848, Rhône, j. de paix Montant.

224 A.D.R., M, Grèves antér. à 1879, Chbre Commerce Lyon, 13.11.1862 ; A.D.L., 92 M 29, « état des grèves de la Loire, 1889 ».

225 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 18.5.1883 ; A.D.L., 92 M 25 police St-Etienne 4.4.1889 ; A.D.R., M, grèves 1888-1891, état des grèves du Rhône, 1889.

226 A.N., F 12.4653, préfet Rhône, 21.4.1874 et 4665, préfet Ain, 9.3.1891 ; A.D.L., 92 M 15, police Firminy 5.8.1878 et 92 M 37, police St-Etienne, 22.4.1892.

227 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, délégué rubannier, Saint-Etienne ; A.D.R., M, grèves antér. à 1879, sous-préfet Villefranche, 3.1.1865 ; police Givors, 22.11.1871 ; préfet Rhône, 6.1.1872.

228 A.N., F 1 C III, Ardèche 11, gendarmerie Aubenas, 10.6.1869 ; A.D.H.S., 15 M, grèves 1861-1878, police Annecy, 22.4.1875 ; A.D.L., 92 M 23, police Saint-Etienne, janvier 1888.

229 L’emploi du rouleau métrique avait été imposé pourtant par une loi du 4 juillet 1837, 84 M 7, arrêté du maire de Panissières, 1.4.1848 et sous-préfet Roanne, 14.8.1849 ; A.D.L., 92 M 18, préfet Loire, 24.5.1883, et divers, grèves 1888-1889 ; A.N., F 1 C III, Loire, 9, police, 30.10.1869 ; A.D.I., 166 M 1, police Vizille, 16.9.1872 ; A.D.R., M, grèves antér. à 1879, pétition des ouvriers de l’usine Déchelette à Saint-Jean-Labussière, 10.8.1873.

230 A.D.I., 52 M 40, Maréchal de Castellane, 3.6.1861 et 166 M 1, sous-préfet La Tour-du-Pin, 31.8.1872.

231 A.N., F 1 C III, Ain, 6, sous-préfet Nantua, 31.3.1859.

232 Cf. infra, chap. III, à propos des politiques patronales de protection dans les grandes usines.

233 A.N., C. 945, Enquête sur le travail... 1848, Ardèche, j. de paix Annonay, et C. 956, id., délégué rubannerie Saint-Etienne.

234 Reybaud (L.), ouvr. cit. p. 204.

235 A.D.I., 166 M 1, préfet Isère, 5.3.1870.

236 A.N., F 1 C III, Rhône, 9, préfet, 12.3.1870.

237 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 12.12.1888 ; A.D.L., 92 M 28, Ingénieur Mines St-Etienne, 2.8.1889 ; A.D.R., M, grèves antér. à 1879, préfet Rhône, 6.1.1872 ; A.D.H.S., 15 M, Industrie et commerce, Divers, 1861-1878, gendarmerie, 30.3.1870.

238 A.D.L., 92 M 29, sous-préfet Roanne, 15.3.1889.

239 A.N., F 1 C III, Ain, 9, gendarmerie, 12.3.1870.

240 A.N., F 12.4668, état grèves Rhône, 1890.

241 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 13.9.1883 et 4668, id., Loire, s.d. ; A.D. I, 166 M 1, sous-préfet Vienne, 5.6.1870 ; A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, directeurs usine à gaz Lyon, 24.7.1871.

242 Reybaud (L.), ouvr. cit., p. 204, elles atteignent déjà 0,5 à 1 franc par jour.

243 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Chbre Commerce Lyon, et C. 3022, id., divers ; sur l’application, – encore rare –, du système des primes dans l’ensemble de la France, C. 3025, id., résumé général.

244 Sur la loi du 9 septembre 1848, cf. Levasseur (E.), Histoire des classes ouvrières... en France, 1904, t. 2, p. 400-401.

245 A.D.I., 162 M 3, préfet Ardèche, 27.5.1853 et A.N., BB 30.382, proc. gal Nîmes, 13.1.1854.

246 A.N., B B 18.1480, parquet Saint-Etienne, juin 1853.

247 A.N., B B 18.1480, Ministre Intérieur, 1.9.1853.

248 A.D.I., 52 M 35, police St-Marcellin, 2.11.1853 et 162. M.3, id., 19.6.1853.

249 La journée se décomposant ainsi : lever 3 heures ; à 7 heures, petit déjeuner (30 minutes) ; à 9 heures, 15 minutes de pause ; goûter à 15 heures : 30 minutes ; repas à 18 heures : un quart d’heure ; le travail s’achève à 20 heures. (Cf. A.D.D., 48 M 10, police Montélimar, 20.11.1856).

250 A.D.I., 52 M 44, sous-préfet St-Marcellin, 4.12.1864 et 162 M 3, id., 9.12.1864 et police Grenoble, 20.11.1864 ; cf. aussi A.N., F 12.4651, préfet Ardèche, 22.5.1862 qui plaide l’indulgence à l’encontre des autres autorités, pour compenser « … les pertes subies par cette industrie depuis plusieurs années... » et permettre aux ouvriers de partir plus tôt dans leur famille le samedi après-midi.

251 A.N., BB 30.389, proc. gal Nîmes, 18.7.1869 et F 12.4651, préfet Ardèche, 22.5.1862 ; A.D.L., 92 M 12, préfet Loire, 28.7. et 4.8.1869.

252 A.N., C. 3022, Enquête parlementaire... 1872, Chbre Commerce et Deydier fils, moulinier à Aubenas ; F 12.4653, préfet Ardèche, 22.7.1874 ; Almanach de l’Ardèche pour 1873, Privas, 1875, p. 130 qui affirme que l’« ... on ne pourrait réduire les heures de travail... sans causer un grave préjudice à cause de la concurrence du Piémont ». Cf. aussi A.N., F 12.4656, préfet Ardèche, 11.11.1885 ; A.D.D., 84 M 1, gendarmerie, 12.10.1882 ; A.D.L., 92 M 88, gendarmerie, 28.10.1890 ; A.D.S., 33 M 1/3, sous-préfet Saint-Jean-de-Maurienne, 27.1.1880 ; A.D.H.S., Situations industrielles, février 1876.

253 A.N., F 12.4654, préfet Ardèche, 3.4.1879.

254 A.D.I., 162 M 4, inspecteurs travail Grenoble, 7.6.1896.

255 A.N., F 12.4654, préfet Rhône, 8.5.1879 ; et A.D.L., 92 M 12, gendarmerie Bourg-Argentai, 11.11.1869 ; A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, préfet, 3.7.1870, 20.3.1874 et police, divers, 1869-1876 ; à Lyon, pourtant, il arrive que l’on impose des heures supplémentaires gratuites, la paye se faisant au mois (police, 8.4.1874).

256 A.D.L., 90 M 1, Soc. sec. mutuels rubannerie, 28.11.1884 et 92 M 15, pétition glaceuses de fil, 6.8.1878 et préfet, s.d. (1878).

257 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 13.5.1885 et s.d. (1889) ; A.D.L., 92 M 17, « règlement des tissages mécaniques » (de Roanne – 1881) ; A.D.R., grèves antér. à 1879, préfet, 30.10.1871 et A.D.H.S., 15 M, Situation industrielle, 1865-1868, 24.2.1865.

258 A.N., F 12.4652, préfet Loire, s.d. (1869) et nombreuses pièces dans A.D.L., 92 M 17 et 18 ; A.D.I., 166 M 1 et 2 ; A.D.R., M. grèves antér. à 1879 ; A.D.S., 33 M VI/2 et A.D.H.S., 11 M, grèves et chômage 1872-1902, de 1856 à 1884.

259 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 10.1.1856.

260 Cf. Simiand (F.), Le salaire des ouvriers mineurs.

261 Archives de la Compagnie des Forges d’Allevard, livres de paye, 1848-1914 ; cf. Léon (P.), La naissance de la grande industrie en Dauphiné, t. Il, p. 715 et suiv...

262 Ministère du Travail, Salaires et coût de l’existence jusqu’en 1910..., p. 25-26.

263 Sur les enquêtes elles-mêmes, cf. livre 1, chap. 1 ; et pour 1891-1893, Office du Travail, Salaires et durée du travail dans l’industrie française, 1894-1897, 4 vol. ; la récapitulation se trouve dans Annuaire Statistique de la France, XVIII, 1898, p. 228-229.

264 Dupeux (G.), ouv. cit., p. 267 et suiv. ; cf. aussi les prudences méthodologiques de Rougerie (J.) « art. cit. », Le Mouvement Social, n° 63, avril-juin 1968, p. 72 et suiv.

265 Les groupes sont ainsi composés : 1) textiles : tissage de la soie, pour les six départements, hommes et femmes ; filatures et moulinages Ardèche, Drôme, Isère, Loire, hommes et femmes ; laine, draperie de Montluel, Dieulefit et Vienne, hommes et femmes ; coton, tissage et teinture Roanne, filature et tissage Beaujolais, hommes et femmes. 2) mines et métallurgie, pour les hommes seuls : mines de la Loire, sidérurgie bassin stéphanois, Givors, Vienne, constructions mécaniques Loire et Rhône. 3) papeteries Annonay, Drôme, Dauphiné, Roanne ; verreries Rive-de-Gier et Givors ; tannerie et mégisserie Annonay, Romans et région grenobloise (hommes seuls pour les cuirs). 4) ganterie, Grenoble ; armurerie, quincaillerie et serrureries de la région stéphanoise. Les sources sont A.N., F 12.4479A, 4509, 4511B, 4532 et 4582 et A.D.D., 48 M 16.

266 A.N., C. 3021 et C. 3022, Enquête... sur la situation des classes..., 1872 ; pour l’Isère, A.D.I., 162 M 3.

267 A.N., C. 3026, id., séance du 23.1.1875, rapport synthèse, qui calcule sur la période 1853-1871 pour 62 professions principales, et aboutit à une progression de 41 % (de 2,06 francs en moyenne à 2,90) des salaires masculins en province, et de 38 % (de 1,07 à 1,48) des salaires féminins.

268 Cote (L.), ouvr. cit., p. 169-170.

269 A.D.I., 138 M 11 et 12, Situation industr. arr. Saint-Marcellin, 1860-1876 ; l’indice « aciéries » est obtenu par la fusion des salaires de Renage et de Tullins ; celui des « papeteries », à partir de quatre séries (Renage, Rives, Tullins, Moirans) ; celui du tissage, en amalgamant celles de Moirans, Tullins et Vinay ; et pour les moulinages, on dispose des taux annuels à Chatte, Saint-Antoine, La Sône et Têche-Beaulieu.

270 Dumoulin, En pays roannais..., p. 231-232.

271 Le second nombre de chaque colonne indique la progression, en pourcentage, sur la moyenne décennale précédente.

272 Nous ne nous sommes pas posé la question de la formation du taux quotidien, de l’influence des prix et de la productivité, notamment ; l’état des sources ne permet guère de la résoudre que pour les mineurs de charbon, et elle n’entrait pas directement dans notre projet.

273 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, j. de paix Charlieu.

274 Parmi les multiples témoignages, A.N., C. 945, id., Ardèche, Montpezat et Thueyts ; BB 378, proc. gal Lyon, 30.1.1855, à l’inverse : le prix des denrées est élevé, mais le travail est abondant, la situation est donc bonne.

275 A.N., C. 963, Enquête sur le travail... 1848, 6e canton, Lyon.

276 A.N., C. 956, id., Loire, délégués veloutiers St-Etienne et chefs d’atelier rubanniers St-Chamond.

277 A.N., F 12.4476 C, préfet Rhône, 11.3.1853 et C. 3362, Enquête parlementaire..., 1882, Lyon.

278 Cote (L.), ouvr. cit., p. 154.

279 Pleinet (J.), « Monographie du Syndicat des mégissiers d’Annonay », Revue Socialiste, XLVI, août 1907,p. 176 ; Office du Travail, Les Associations professionnelles ouvrières..., t. 2, p. 143.

280 Partout, l’arrêt du travail est de quatre à cinq mois dans le bâtiment.

281 Outre les dossiers de l’Enquêtè de 1848, Cf. A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Chbre Commerce Vienne ; F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 30.9.1858 ; id., Drôme, 8, préfet, 8.1.1868 ; F 12.4668, préfet Rhône, s.d. (1891). – A.D. Ar., 15 M 38, police Le Teil, 12.2.1862, A.D.L., 93 M 13, « pétition ouvrière charpentiers Saint-Etienne », 1872.

282 Statistique de la France, Industrie, 2e série, t. XIX, Résultats généraux de l’Enquêtè industrielle de 1861-1865, Paris, 1873 ; A.N., C. 3353, 3362 et 3364 ; Office du travail, Salaires et durée du travail..., ouvr. cit., 1894-1897.

283 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, rubanniers Saint-Chamond ; C. 963, id., 6e canton Lyon ; C. 945, id., Ardèche, j. de paix Le Cheylard.

284 Fohlen (C.), L’industrie textile en France, au temps du Second Empire..., p. 188- 192.

285 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 19.9.1851, 3.7.1858 et janvier 1863 ; F 1 C III, Isère, 7, sous-préfet Vienne, 27.3.1855, 4.11 et 3.12.1857. A.D.I., 52 M 35, id., 2.11.1857.

286 Cf. Supra, Livre I, chap. II ; A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 5.7.1865 et 379, id., Lyon, 12.10.1859 ; F 1 C III, Isère, 7, préfet, 4.11. et 3.12.1857. A.D.D., M. 1298, préfet Drôme, 31.3.1865. Et Fohlen (C.), ouvr. cit., p. 188-192.

287 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 2.8. et 8.9.1851.

288 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 12.5.1854 ; F 1 C III, Isère, 7, sous-préfet Vienne, 7.5.1854 ; id., Rhône, 6, sous-préfet Villefranche, 10.3 et 9.5.1854 ; id., Loire, 6, sous-préfet Roanne, 11.4.1855.

289 Sur la description de la crise-type de 1856-1857, cf. supra, livre I ; cf. aussi A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 3.11.1857 et 14.1.1858 ; F 1 C III, Isère, 4.11.1857 et 4.3.1858 ; id., Loire, 6, 14.5.1858 et id., Rhône, sous-préfet Villefranche, 13.10.1856. A.D.I., 52 M 35, sous-préfet La Tour-du-Pin, 31.12.1857 et 2.3.1858.

290 A.N., F 1 C III, Ain, 6, sous-préfet Belley, 31.3.1858 ; id., Ardèche, 8, préfet, 7.1.1857 et 1.1.1858 ; id., Drôme 6 et 25.3.1858 ; F 12.4476 D, préfet Ardèche, 2 et 29.10.1857, préfet Drôme, 29.10.1857 et 14.7.1858. – A.D.D., 48 M 10, sous-préfet Montélimar, 20.11.1856, et M. 1297, sous-préfet Nyons, 1.2.1857 et préfet, février 1858.

291 A.N., BB 378, proc. gal Grenoble, 1863 et BB 379, id., Lyon, 12.10.1859, 5 et 8.4.1860, 4.4. et 9.11, et 27.12.1861, 1.4.1862. A.D.I., 52 M 42, sous-préfet La Tour-du-Pin, 8.4.1860 ; 52 M 43, sous-préfet St-Marcellin, 28.4.1861 et 52 M 44, id., La Tour-du-Pin, 13.12.1862.

292 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 5.7.1865 ; BB 30.379, id., Lyon, 28.10.1864, 2.3 et 7.10.1865, 6.10.1866 et 7.10.1867. BB 30.382, id., Nîmes, 13.1.1866. F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 2.2.1865 et 5.3.1868 ; id., Ain, 6, préfet, 1.12.1865 ; id., Isère, 7, 6.7. et 8.11.1866, 7.5. et 6.12.1867 ; id., Rhône, 5, 5.11.1864. F 12.4476E préfet Ain, 26.7.1865 et 11.1.1866 ; 4476F, préfet Ain, 26.7.1865 et 11.1.1866 ; 4476F, préfet Ain, 24.4. et 18.10.1865 et préfet Rhône, 7.2. et 19.11.1865 ; F 12.4477, préfet Ain, 20.10.1866. A.D. Ar., 217 M, préfet Ardèche, 8.1.1866. A.D.D., M.1298, sous-préfet Nyons, 31.5.1866. – A.D.L., 10 M 60, sous-préfet Roanne, 28.2.1867.

293 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 20.5.1851.

294 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 3.11.1857 et 14.1.1858 ; F 1 C III, Loire, 6, sous-préfet Roanne, 21.10.1857 ; F 12.4476 D, préfet Loire, 30.3.1858. A.D.I., 52 M 39, Mal de Castellane, 7.6.1858. A.D.L., 84 M 9, Sit. industr. Loire, mars 1858.

295 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 12.1.1859, 4.4., 4.5. et 27.12.1861. A.D.L., 10 M 57, police Saint-Etienne, 20.4.1860.

296 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 28.3.1867 ; F 1 C III, Loire, 6, préfet, 30.1.1866 et 30.4.1867.

297 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 5.7.1865 ; F 1 C III, Loire, 6, préfet, 14.1.1858 ; F 12.4499, sit. ind. Drôme, 2e trim. 1877. A.D.D., M 1298, préfet, 31.1.1865.

298 Office du Travail, Les Associations professionnelles ouvrières..., ouvr. cit., t. 2, p. 154, et Cote (L.), ouvr. cit., p. 154 : en 1872, les prêts passent soudain à 17 269 francs contre 533 en 1871, et une moyenne de 2 500 dans les trois exercices précédents ; en 1873, ils demeurent à 9 309 francs et à 7 837 en 1874, à des taux inconnus jusque-là ; en 1876- 1877, on remonte à 11 336 et 12 506 au lieu de 3 000 en 1875.

299 A.N., BB 378, proc. gal Grenoble, 29.4.1862, 10.7.1866 et 10.12.1857 ; F 1 C III, Isère, 7, préfet, 4.11.1857. A.D.I., 52 M 54, police Grenoble, 1 1.1.1873.

300 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 2.6. et 25.9.1858, 8.5.1866 et 11.2.1868 ; F 12.4651, préfet Ardèche, 22.5.1862 ; F 12.4476 D, préfet, 21.1.1858 ; F 12.4482, préfet, 12.6.1874. A.D.I., 52 M 39, Mal de Castellane, 12.3.1858. A.D. Ar., 15 M 36, sous-préfet Tournon, 28.10.1861 et 217 M, préfet, 25.4.1861, 29.1.1862 et 8.1.1866.

301 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 16.10.1860 et 7.10.1864 ; F 1 C III, Loire, 6, préfet, 14.1.1858 et 29.1.1865 ; F 12.4476 E, préfet Rhône, 7.2.1865 et 7.10.1867. A.D.L., 10 M 61, sous-préfet Roanne, 29.1.1868. Sur la Manufacture d’Annecy, A.N., BB 30.375, proc. gai Chambéry, 30.3.1865 et 10.3.1866 ; F 1 C III, Haute-Savoie, 1, préfet, 1.2.1865 ; A.D.H.S., 15 M, Commerce et industrie ; divers, 1861-1878.

302 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 12.8.1857 et 4.4.1861 ; F 1 C III, Ain, 6, sous-préfet Nantua, 31.12.1857 ; F 12.4479 A, situat, indust. Ain, par trimestre, 1869-1885.

303 En 1858-1865, en 1875, etc... ; cf. A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.7.1865 ; A.D.L., 84 M 9, préfet Loire, mars 1858 ; A.D.H.S., 15 M, Sit. indust. 1875-1881, préfet, 15.4.1875.

304 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 1.2., 12.7. et 8.9.1851. A.D.L., 10 M 30, police Rive-de-Gier, 11.4.1849 et id., Saint-Etienne, 30.7.1851 ; 10 M 31, id., 30.10.1849 et 10 M 35, préfet, 12.7.1851.

305 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 23.12.1856 ; F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 30.4.1859. A.D.I., 52 M 39, Mal. de Castellane, 1.7., 13.8., et 27.12.1858. A.D.L., 21 M 22, police Rive-de-Gier, 26.12.1856 ; 84 M 8, gendarmerie, 8.2.1857 et 92 M 10, id., 28.12.1856.

306 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 31.3.1863 et 30.379, id., Lyon, 10.7.1859, 5.4.1860 et 4.4.1861. A.D.I., 52 M 39, Mal. de Castellane, 20.6.1859 et 52 M 40, id., 18.6.1860. A.D.L., 10 M 1855, 1.5. et 30.6.1859.

307 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 8.1.1868 et 379, id., Lyon, 13.11.1867 et 28.12.1868.

308 A.N., BB 30.389, proc. gal Lyon, 14.10.1869 et 390, id., 21.1.1870 ; F 12.4511 B, Chbre Commerce St-Etienne, s.d. (1870) et 4536, préfet Haute-Savoie, 1.3.1871. A.D.L., 92 M 13, gendarmerie, 20.2.1872 et 92 M 14, id., 19.9.1874.

309 A.D.L., 10 M 75, Commiss. spéc. St-Etienne, 12.5.1874 et 92 M 14, police Firminy, 22.7.1874 et id., Rive-de-Gier, 26.10.1874.

310 A.N., F 12.4532, préfet Rhône, 8.5.1878, et situations industrielles Rhône, par trimestre, 1877-1879 ; A.D.L., 10 M 76, police Le Chambon-Feugerolles, 23.10.1879.

311 « L’ouvrier passe toujours d’un patron à l’autre... ». (A.D. Ar., M 218, préfet, 14.5.1861). « ... pense toujours mieux faire ailleurs... » (A.N., C. 3362, Enquête parlementaire... 1882). D’après L. Reybaud (ouvr. cil., p. 161) le déguerpissement serait une des principales causes évoquées devant le Conseil des Prud’hommes lyonnais dans les années 1860. Sur la législation des livrets d’ouvriers et les difficultés à faire appliquer la loi du 22 juin 1854, A.N., F 12.4651, préfet Ardèche, 22.5.1862 et F 12.4654, id., 3.4.1879 et préfet Loire, 19.5.1879. A.D.I., 52 M 43, sous-préfet Saint-Marcellin, 12.1.1861, 52 M 46, id., La Tour-du-Pin, 1.4.1869 et 162 M 3, id., 19.12.1860.

312 A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, sous-préfet Tournon, 25.9.1857 et 1.1.1858 ; A.D. Ar., 15 M 40, id., 14.3.1864.

313 A.D.L., 10 M 52, police Rive-de-Gier, s.d. (octobre 1854).

314 A.D.D., M 1298, sous-préfet de Die, mars 1876.

315 A.D.D., M 1542, police Romans, 15.11.1882 ; sur le réflexe semblable des métallurgistes, cf. A.N., F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 8.4.1868.

316 A Lyon, c’est une tradition (cf. Lévy-Leboyer M., Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du XIX e siècle, 1964, p. 464, note 85) ; pour le Second Empire et les débuts de la IIIe république, A.N., BB 18.1587, d. 591, proc. gai Lyon, 2.11.1858 et 1759, d. 7684, id., 30.10.1867 ; BB 30.379, id., 30.1.1855, 26.12.1859, 4.4. et 27.12.1861 ; et Gras (L.J.), Histoire de la rubannerie stéphanoise... p. 613.

317 A.N., C 3362, Enquête... 1882, Soc. Sec. Mutuels St-Symphorien-sur-Coise.

318 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 7.4.1859 et A.D.L., 92 M 9, police Rive-de-Gier, 5.4.1853.

319 A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 23.12.1856 et 14.10.1858 ; F 1 C III, Isère, 10, préfet, 3.4.1855.

320 A.D.I., 52 M 43, sous-préfet La Tour-du-Pin, 28.5.1861 et 52 M 44, id., Saint-Marcellin, 17.3.1862.

321 A.D.H.S., 6 M, Affaires politiques, 1860-1862, préfet, 15 et 30.11.1862.

322 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 27.6.1863.

323 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 23.4.1851 ; F 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 11.2.1868 et Loire, 9, id., 11.6.1862. A.D.I., 52 M 36, sous-préfet Vienne, 7.3.1858. Chomienne (C.), Histoire de Rive-de-Gier..., p. 28-29 et p. 33 ; Reynier (E.), La Seconde République dans l’Ardèche..., p. 23-24.

324 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 17.3.1886 et A.D.R., M, grèves antérieures à 1879, police Croix-Rousse, 9.10.1876.

325 A.D.L., 93 M 53, Comm. spéc. Saint-Etienne, 28.10.1892 ; et A.D. Ar., 15 M 53, sous-préfet Tournon, 9.12.1890 et 141 M 1, id., 23.11.1890.

326 Sur la migration économique ou professionnelle permanente, cf. supra, livre I, chapitre V.

327 A.D.R., série X, comptes et budgets annuels, du Mont-de-Piété, 1846-1919 ; cf. aussi A.N., F 20.282/53. De 1850 à 1854, le nombre des gages renouvelés ou nouveaux, passe de 111 554 à 191 978, mais la valeur moyenne de 16,15 à 15,22 francs.

328 A.N., F 1 C III, Rhône, 5, sous-préfet Villefranche, 10.1.1854. Cf. pour l’ensemble de la région, A.N., BB 30.378, proc. gal Grenoble, 31.1. et 14.7.1855 ; BB 30.379, id., Lyon, 28.12.1853 et 30.1.1855 ; F 1 C III, Rhône, 5, sous-préfet Villefranche, 8.9.1853 et 9.5.1854, et Isère, 7, sous-préfet Vienne, 27.12.1853 et id., La Tour-du-Pin, 31.12.1853.

329 Le nombre d’engagements est en effet :
1856 : 168 794 1871 : 172 834 1861 : 229 941
1860 : 212 289 1858 : 208 598 1873 : 241 661
A noter qu’en 1870, le Mont-de-Piété s’est délesté, gratuitement, de 73 000 gages, pour des prêts de 3 à 20 francs.

330 A.N., BB 30.379, proc. gal Lyon, 7.4.1859, 5.4.1860, 8.10.1861 et 29.3.1865 ; id., 389, id., 14.10.1869. A.D.I., 166 M 1, police Voiron, 10.6.1870 ; A.D.L., 10 M 60, police Saint-Etienne, 25.2.1867 et 10 M 21, id., 24.1.1868.

331 Cf. supra, sur la disparition des disettes ; à plusieurs reprises, on note à la fois la montée du prix des denrées et son absence de conséquences, puisque le travail est abondant. (Cf. notamment, A.N.F 1 C III, Ain, 6, sous-préfet Nantua, 3.1.1856 et Drôme, 12, préfet, 14.6.1856 ; A.D.H.S., 6 M, affaires politiques, 1860-1862, police, 14.9.1860).

332 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, Chbre Commerce Lyon.

333 A.N., C. 3021, id., Chbre Commerce Vienne ; Frèrejean, industriel à Annecy ; Faye et Thévenin, soieries à Lyon ; Conseil hygiène Lyon ; préfet Ain ; Chbre Commerce Lyon ; C. 3022, id., Chbre Commerce Aubenas, Cie des Mines de houille de Prades (Ardèche). – A.D.I., 162 M 3, sous-préfet Vienne, 4.11.1872.

334 Un métier coûte de 150 à 200 francs en 1872, à Lyon ; sur l’économie domestique des rubanniers stéphanois, A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 15.1.1859.

335 Sur la crise de 1877, A.D.R., M, Grèves antérieures à 1879, « Etat des industries se rattachant à la soierie », mars 1877 ; et A.D.I., 166 M 1, sous-préfet La Tour-du-Pin, 17.2. et 2.3.1877.

336 A.N., F 12.4511 B, Doc. Parlement, juin 1885, p. 2306 et F 12.4532, préfet Rhône, s.d. (1884) et 9.1.1886.

337 Pour des nombres d’engagements et de renouvellements de gages de 243 263 en 1876, 395 161 en 1886 et 430 360 en 1890 ; dans huit cas sur dix, les objets déposés n’atteignent pas une valeur de 25 francs ; sur les dépôts des « canuts », cf. notamment A.D.R., série X, « compte administratif du Mont-de-Piété pour 1878 », qui lie directement son mouvement à la crise de la Fabrique.

338 Sur la crise multiforme de l’emploi dans la région stéphanoise, A.N., F 12.4511 B, Doc. Parlement, juin 1885, p. 2893 et suiv., préfet Loire, 8.11.1882, 14.4.1883, 13.11.1884 ; F 12.4652, id., 9.1.1886 ; F 12.4662, id., 7.5.1886. A.D.L., 10 M 82, police Saint-Etienne, 13.2. et 24.6.1884 ; 92 M 22, préfet, 16.2.1884. Abeille (A.), Histoire de Givors..., p. 297-298.

339 A.N., F 12.4882, préfet Ardèche, rapports mensuels, 1884-1886, surtout de 12.1.1884 et 19.3.1884. A.D. Ar., 15 M 49, sous-préfet Tournon, 7.10.1884.

340 A.D.D., M 1542, police Romans, 17.2., 16.4. et 16.7.1882, 17.8.1883.

341 A.D.R., M, grèves 1886-1888, police Lyon, 1.2.1886 et 29.6.1886.

342 A.N., F 12.4532, préfet Rhône, 9.1.1886.

343 A.N., F 12.4511 B, Doc. Parlement, p. 2893 et Bouvier (J.), Le krach de l’Union Générale..., p. 269 ; la crise s’annonce à Lyon par des difficultés du petit commerce qui traduit les restrictions de la consommation populaire. A Saint-Etienne, « … les objets les plus indispensables à la vie ont été consommés pendant le courant de l’année 1884 dans des proportions bien moindres que pendant l’année précédente... » ; d’après l’octroi, la baisse est surtout sensible sur le vin et sur la viande.

344 Cf. A.N., C 3025, Enquête parlementaire... 1872, résumé général ; et, sur la sécurité de l’emploi dans les grands établissements, Office du Travail, Salaires et durée du travail... 1892-1894, t. IV, p. 22-23.

345 Côte (L.), ouvr. cit., p. 152-153 : « ... Autrefois, le chômage était régulier, prévu et par conséquent moins à craindre... aujourd’hui il n’y a plus de périodicité du chômage... » ; cf. aussi A.D.I., 52 M 88, préfet, décembre 1910 et 162 M 4, id., « situation commerciale du département », 1er semestre 1894.

346 Pleinet, Joseph, « art. cit. », Revue socialiste, XLVI, août 1907, p. 184-187 ; A.D. Ar., 15 M 53, sous-préfet Tournon, 24.2.1894 et 15 M 53, id., 10.10.1894.

347 A.N., F 7 12.767, police Roanne, 28.6.1901 et 18.1.1903. A.D.L., 10 M 115, id., 12.2.1897, 116, id., 28.4.1897 et 134, id., 29.3.1904 ; 92 M 72, Commiss. spéc. Roanne, 1.7.1896 et 126, id.. 18.1.1904.

348 A.D.H.S., 11 M, grèves et chômage, 1907-1909, gendarmerie, 23.2.1908 et sous-préfet Bonneville, 20.12.1908 et 8.1.1909.

349 Sur les chômages périodiques de la Fabrique stéphanoise à la « Belle Epoque », A.N., F 7.12767, Commis, spéc. St-Etienne, 7.7.1903. A.D.L., 10 M 102, police, 29.6.1894 et préfet, 10.1896 ; 10 M 107, police 31.1. et 28.2.1895 ; 10 M 113, id., 24.9.1896 ; 10 M 114, 1.10.1896 ; 10 M 139, id., 12.5.1908 ; 10 M 140, préfet, avril 1909 ; 14 M 7, Commis, spéc. St-Etienne, 15.9.1898 et 93 M 3, police, 20.11.1908.

350 A.D.R., M, grèves, 1894, dossier « suspension du travail aux chantiers de la Buire », janvier 1891.

351 A.D.L., 10 M 102, préfet, 30.8. et octobre 1894 ; 10 M 107, police, 28.3 et juin 1895 ; 10 M 108, police Rive-de-Gier, août 1895 ; 10 M 109, police, s.d. (9-1895) ; 10 M 110, police Rive-de-Gier, 30.11.1895 ; 10 M 111 bis, police St-Etienne, 31.5.1896 ; 10 M 114, id., 1.10.1896.

352 A.D.L., 92 M 98, police St-Etienne, 4.1. et 9.1.1900 ; A.D.R., M, grèves 1901, Commiss. spéc. Lyon, 26.11. et 29.12.1901.

353 A.D.L., 10 M 133, police St-Chamond, 18.1.1903 ; 10 M 139, police St-Etienne, 5.1.1908 ; 14 M 8, id., 29.9.1909.

354 A.N., F 7.12734, Commiss. spéc. Moûtiers, 7.10.1901, 29.8.1902 et 26.2.1908 ; A.D.H.S., 11 M, Grèves et chômage, 1904-1906, préfet, s.d. (1905).

355 Cote (L.), ouvr. cit., p. 153.

356 A.N., F 7.12767, police Roanne, 28.6.1901. A.D.L., 10 M 115, id., 12.2.1897 ; 10 M 116, id., 28.4.1897 ; 10 M 134, id., 29.3.1904, 92 M 72, Commiss. spéc. Roanne, 1.7.1896.

357 Cf. supra, note 351.

358 A.D.I., 52 M 87, sous-préfet Vienne, 3.3.1909.

359 A.D.I., 166 M 7, préfet Isère, s.d. (mars 1903) ; A.D.L., 10 M 95, sous-préfet Roanne, 5.2.1891 ; A.D.S., 33 M 1/ 3, Inspecteur travail Chambéry, 14.10.1894.

360 A.N., F 7.12530, police Ambérieu, 21.4.1905 et F 7.12767, police, divers, Ardèche, 9.3 et 24.12.1903, 9.1.1904 ; A.D.I., 166 M 7, préfet, s.d. (mars 1903).

361 Cf. supra, p. 60-63.

362 Cf. graphiques hors-texte n° 56 à 66.

363 Le second nombre, en %, représente la progression sur la décennie antérieure.

364 Par décennie, la part de chaque type de revendications (Cf. croquis hors-texte n° 86) est, en pourcentage :

365 Office du Travail, Salaires et durée du travail dans l’industrie française, 1893- 1897, t. IV, p. 78 et suiv. ; sur la loi du 2.11.1892, qui fixe, entre autres dispositions, le maximum quotidien à 11 heures pour les femmes et à 10 heures pour les enfants de moins de 16 ans, Levasseur E., Questions ouvrières et industrielles en France sous la IIIe république, 1907, p. 439 et suiv.

366 Les réponses sont dispersées dans les t. II et III de l’Enquête.

367 Sur la loi Millerand, Levasseur, E., ouvr. cit., p. 443 et suiv. ; pour les autres références, leur grand nombre interdit de les citer toutes ; elles sont tirées, pour l’essentiel, des dossiers de grèves.

368 A.D.A., 58 M 1, police, divers, 1895 ; A.D.R. M, grèves 1902, commiss. spéc. Lyon, 12.7.1902 ; A.D.S., 33 M VI/ 3, police Modane, 2.3.1905.

369 A.N., F 12.4672, préfet Haute-Savoie, 28.12.1893 ; A.D.A., 58 M 1, police, s.d. (1901) ; A.D.L., 92 M 162, préfet, 7.9.1909 et 92 M 196, id., 16.6.1912 ; A.D.I., 166 M 166, préfet, s.d. (1904).

370 A.N., F 12.4670, préfet Ardèche, 17.7.1893 ; A.D.A., M 259, préfet, 6.10.1907 ; A.D.S., 33 M VI/3, préfet, 2.10.1905, S.G.R.C.A., 1896 et 1906.

371 A.D. Ar., 478 M, sous-préfet Tournon, 21.11.1901.

372 A.D.R., M, grèves 1913, préfet, 16.10.1913.

373 A.D.I., 166 M 3, préfet, 8.8.1893 et A.D.R., M, dossier « grève générale du bâtiment », commiss. spéc. Lyon, 12.7.1897.

374 A.D.L., 92 M 149, préfet, 28.12.1907. A.D.R., M, grèves 1898, préfet, s.d. (1890) ; grèves 1901, police, 25.5.1901 ; id., 1905 (2), préfet, 21.9.1905, id., 1906, commiss. spéc., s.d.

375 A.N., F 12.4685, préfet Loire, 11.9.1898 ; A.D.L., 92 M 87, id., 24.8.1899 ; S.G.R.C.A., 1906.

376 A.D.R., M, Grèves 1891, police Oullins, 19.11.1889 et id., 1905, (1), police Lyon, 23.4.1905.

377 A.D.H.S., 15 M, Situation industr., 1874-1884, sous-préfet Bonneville, 3.8.1883.

378 S.G.R.C.A., 1901 et 1902, grève n° 344.

379 A.D.I., 166 M 4, délégué Office du Travail, rapport, 1895.

380 Chambre des Députés, ouvr. cit… ., Enquête sur... l’industrie textile (1904), t. 3, p. 20, 135, 148 et 173, Rapport de la Caisse de prêts aux chefs d’atelier ; dépositions d’Augagneur, maire de Lyon, et j. de paix Amplepuis.

381 A.N., F 12.4670, préfet Loire, 18.8.1893 et F 12.4682, police Lyon, 1.12.1896 ; A.D.A., M 259, préfet, mai 1907 ; A.D. L, 166 M 4, police Voiron, s.d. (1898) ; A.D.L., 92 M 149, préfet, , 28.12.1907 et 92 M 154, id., 23.4.1908 ; A.D.S., 33 M VI/ 2préfet, 21.5.1895.

382 A.D.A., 58 M 1, police, divers, 1895 ; A.D. Ar., M 479, préfet, s.d. (1906) ; A.D.D., 84 M 3, préfet, 18.5.1906 ; A.D.I., 166 M 3, état grèves Isère 1891 ; A.D.L., 92 M 107, préfet, 7.3.1901 ; A.D.R., M, Grèves 1911, commiss. spéc. Lyon, 25.4. et 22.6.1911 ; A.D.H.S., 11 M, Grèves 1904-1906, préfet, s.d.

383 De 1894 à 1913, la question des travaux annexes est posée par une bonne quinzaine de grèves, où l’on retrouve les vieilles questions du montage de la « chaîne » dans le tissage – c’est là le grand début de la grève générale des passementiers stéphanois en 1899 – et des corvées d’entretien, ou de réparations.

384 Sur la pérennité de l’idée, cf. A.N., BB 18.1520, d. 3233, proc. gal Lyon, 20.2.1853.

385 Sur le tarif de 1831, appliqué en 1832, Cf. Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 140- 141, note 49.

386 Les références se comptaient par dizaines ; nous renvoyons donc à l’ensemble des dossiers de grève après 1890 ; à noter que de vieux problèmes restent présents, comme celui de l’exacte mesure des « pièces » d’étoffes : le rouleau métrique n’est toujours pas employé en 1902-1906 dans certaines usines du Beaujolais cotonnier.

387 A.D.I., 166 M 9, police Grenoble, s.d. (1906) ; A.D.R., M, Grèves 1906, préfet, s.d. et id., grèves 1910, Commiss. spéc. Lyon, 8.12.1910.

388 A.D. Ar., M 479, sous-préfet Tournon, 2.8.1907 ; A.D.D., 84 M 3, préfet, 6.4.1906 ; A.D.L., 92 M 126, préfet, 6.6.1904, 92 M 154, id., 22.8.1908 et 92 M 155, id., janvier 1909 ; A.D.R., M, grèves 1911, préfet, s.d.

389 A.D.L., 92 M 11, gendarmerie, 14.3.1864 et Maire Firminy, 24.3.1864 : si l’on avait gardé le taux des façons, le salaire quotidien eût été doublé, à 14 ou 16 francs par jour.

390 A.N., BB 18.1688, proc. gal Lyon, 23 et 29.4.1864 ; A.D.D., M 1298, préfet Drôme, 31.3.1865 et A.D.L., 92 M 11, sous-préfet Montbrison, 21 et 24.4.1864.

391 A.D.L., 92 M 11, préfet Loire, 22.6.1868.

392 A.D.L., 92 M 13, police Chazelles, 27.4.1873.

393 A.D.L., 92 M 13, gendarmerie, 26.4.1873 : à la suite d’essais de mécanique dans une usine, « ... les hommes qui jusqu’alors gagnaient assez bien leurs journées (le prix variant de 3 à 4 francs par jour) se voyaient presqu’aussitôt diminués de moitié... » ; cf. aussi, dans le coton, à Roanne, id., sous-préfet Roanne, 27.2.1873.

394 A.N., BB 30.389, proc. gal Grenoble, 23.1.1869 et F 12.4662, préfet Rhône, 27.4.1882 ; A.D.L., 92 M 13, gendarmerie Roanne, 26.2.1873 ; A.D.H.S., 15 M, situat, indust., 12.1876 et 12.1881 ; A.D.I., 166 M 1, préfet, 11.8.1875.

395 A.D.R., M, Grèves antér. à 1879. Prés. Cons. Prud’hommes Lyon, 10.8.1864 : du jour où l’on a appliqué un mécanisme dit « rotation » ou métier à tulle, on s’est adressé « ... à de simples manœuvres… Ce n’étaient pas des ouvriers, mais bien une force motrice humaine... » et <<... il résulte que le nombre des ouvriers (tullistes)… va chaque jour diminuant » ; A.D.H.S., 15 M, Divers, 1861-1878, Maire Annecy, 10.11.1865.

396 Cf. supra, Livre I.

397 A.N., F 12.4656, préfet Rhône, décembre 1885 ; les plaintes contre les mécaniques sont nombreuses dans l’enquête de 1882-1884 ; elles « ... causent l’abaissement de nos salaires... » (cordonniers Lyon), réduisent à la misère les cotonniers du Beaujolais, en abaissant les façons de 35 à 50 %, expliquent « ... le manque absolu de travail... » dans le Roannais, font « ... un tort considérable... » aux ateliers de Grigny « ... en produisant trop... ». (A.N., C. 3362 et 3364).

398 A.D.L., 92 M 22, préfet Loire, 21.1.1885.

399 A.D.R., M, Grèves 1895, préfet Rhône, 3.1.1896 ; A.D.S., 33 M VI/ 2, préfet Savoie, 17.5.1895.

400 A.D.R., M, Grèves 1896, police Villeurbanne, 27.10.1896.

401 A.D.L., 92 M 154, préfet Loire, 15.1.1909.

402 A.D.R., 10 M, Grèves 1914-1923, préfet Rhône, 28.7.1914.

403 A.D.I., 166 M 4, rapport délégué Office du Travail, 1895.

404 A.D.L., 93 M 52, préfet Loire, 10.9.1890 ; cf. aussi, pour les horlogers du Faucigny, A.D.H.S., 15 M, situat, indust., 21.12.1881 et mars 1885.

405 A.N., F 12.4532, préfet, Rhône, 30.11.1882.

406 A.N., F 12.4652, id., 30.11.1882 ; cf. aussi A.D.L., 10 M 79, police Saint-Etienne, 1.5.1882.

407 A.N., F 12.4532, Situat, indust. Lyon, 12.7.1885 et F 12.4662, préfet Rhône, 22.3.1885 ; cf. aussi F 12.4662, préfet Rhône, 5.4.1886, au lendemain de l’affaire Watrin.

408 A.D.L., 10 M 87, Commiss. spéc. Lyon, 27.4.1890.

409 A.D.R., 10 M 16, police Lyon, 20.7.1884 et 19.4.1886 ; id., 10 M 87, police Roanne, 2.5.1890. Les velléités luddistes de quelques anarchistes sont d’ailleurs vite écartées ; à Saint-Etienne, M. Rondet, le leader des mineurs les combat vivement (A.D.L., 93 M 21, tract, 1884), et L. Rocheron, Secrétaire de la Fédération lyonnaise des Syndicats décrit l’âge d’or futur d’un univers mécanisé : « Que voyons-nous depuis l’invention de la machine ? C’est que chaque jour l’homme a moins de fardeaux à trans porter et cette même machine, dont les variétés innombrables sont voulues par les besoins du monde, décuple les produits et remplace l’homme-forçat... on (la) verra remplacer l’homme en centuplant les produits de bien-être… », et les maux actuels sont ceux d’une sous-consommation due à la faiblesse du revenu ouvrier (A.D.R., 10 M 16, police, 19.4.1886), mais il s’agit là de propos de responsables syndicaux et, l’un et l’autre, d’une exceptionnelle qualité.

410 A.D.L., 92 M 43, Commission arbitrale ouvrière rubanniers Saint-Etienne, 28.2.1892.

411 Office du Travail, Les Associations professionnelles ouvrières..., t. 2, p. 150.

412 A.D.L., 92 M 98, Commiss. spéc. Saint-Etienne, 24.6.1900.

413 A.D.A., M 860, préfet Ain, 14.1.1914 ; A.D. Ar., 15 M 59, police Annonay, 9.5.1914 ; A.D.D., 84 M 4, préfet Drôme, s.d. (1913) ; A.D. L, 166 M 2, dossier « grève des ouvriers de la Maison Perrin », 1886 ; A.D.L., 92 M 130, préfet Loire, 18.10.1905 , 92 M 188, id., 20.9.1911 et 92 M 195, id., 31.1.1911 ; A.D.H.S., 11 M, Grèves et chômage, 1910, police Thonon, 9.12.1910.

414 A.N., F 12.4668, préfet Haute-Savoie, 2.2.1892 ; A.D. Ar., M 479, préfet Ardèche, 3.4.1906 ; A.D.L., 92 M 22, préfet Loire, 3.10.1902 ; A.D.R., 10 M, police Oullins, 23.5.1914.

415 D’Urbal, ouvr. cit., p. 90-91.

416 Reynier (E.), L’organisation syndicale dans l’Ardèche, 1913, p. 4.

417 A.N., C. 956, Enquête sur le travail... 1848, pétition plâtriers-peintre, Saint-Etienne.

418 A.N., BB 18.1704, d. 2060, proc. gal Grenoble, 2.12.1864 et pour la mégisserie à Annonay, Pleinet, J., art. cit., Revue Socialiste, XLVI, août 1907, p. 187.

419 A.D.H.S., 15 M, Situat, industr., 1875-1881, Sous-préfet Bonneville, 29.9.1877.

420 Duplessy, Statistique de la Loire, 1818, p. 348.

421 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 29.12.1884 ; A.D.I., 166 M 2, gendarmerie Grenoble, 22.3.1885 ; A.D.R., M, Grèves antérieures à 1879, police Vaise, 30.10.1871 et 10 M 26, Compagnie de Saint-Gobain, 23.11.1910. Office du Travail, Les Associations professionnelles ouvrières, ouvr. cit., t. 2, p. 101.

422 A.N., F 12.4667, état Grèves Rhône, 1890 ; A.D.L., 92 M 98, police, s.d. (1900).

423 A.D.R., M, Grèves 1902, Commis, spéc. Lyon, 5.6.1902.

424 A.D.R., M, Grèves 1911, id., 11.12.1911.

425 A.N., F 12.4670, préfet Ardèche, 21.7.1893 et A.D. Ar., M 479, id., s.d. (1906).

426 A.D.R., M, Grèves 1909, commiss. spéc. Lyon, 5.10.1909.

427 A.D.R., M, Grèves 1913-1914, préfet, 3.4.1914.

428 A.D.R., M, id., 27.3.1914 et S.G.R.C.A., 1910, (tailleurs de pierre de Trept, Ain).

429 A.D.R., M, Grèves 1912, préfet, s.d. et Grèves 1913-1914, id., 1.4.1914 ; 10 M 19, police, 23.2.1914. La grève générale des deux entreprises se heurte d’ailleurs, dans les deux cas, à l’intransigeance patronale.

430 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 15.6.1889 ; cf. aussi Pays, dirigeant du Syndicat des cambreurs de chaussures, dès 1884 (A.D.R., 10 M 16, police Lyon, 20.7.1884).

431 A.D. Ar., 478 M, divers, s.d. (1899) ; A.D. I, 166 M 2, « état grèves Isère 1890 » ; A.D.H.S., fonds Grandchamp, S J 15, rapport délégué syndicat typographes Annecy.

432 A.N., F 12.4675, préfet, Rhône, 21.9.1894 ; A.D. Ar., 480 M, sous-préfet Tournon, 1911 ; A.D.I., 166 M 2, état grèves Isère 1890 et 166 M 7, préfet, 24.10.1903 ; A.D.L. 92 M 43, police, s.d. (1892) ; A.D.R., M, Grèves 1900, police, 17.3.1900 et grèves 1902, commiss. spéc. Lyon, 19.7.1902.

433 A.N., F 12.4669, préfet Ardèche, 18.3.1892 ; F 12.4684, préfet Rhône, 9.11.1897 et F 12.4686, id., 4.10.1898. A.D. Ar., 478 M, préfet 25.9.1903 ; A.D.D., 84 M 2, préfet, 10.3.1906 ; A.D. L, 166 M, préfet, 7.2.1896 et 166 M 6, id., s.d. (1902) ; A.D.R., M, Grèves 1895, préfet, 24.6.1895.

434 Déjà, l’Enquête de 1848... (A.N., C 963, Rhône, 6e canton Lyon).

435 Cf. infra, chap. IV.

436 A.N., C 963, Enquête sur le travail... 1848, Rhône, j. de paix Mornand et A.D. L, 162 M 2, id., Pont-de-Beauvoisin ; à Lyon même, le départ des « Voraces » vers la Savoie avait été précédé de tracasseries contre les ouvriers étrangers, allemands et piémontais (cf. Tricaud, L. de, Histoire du département de l’Ain en 1848…, Ie partie, p. 112 et suiv.)

437 A.N., BB 18.1530, proc. gal Lyon, 5.4.1854 ; et, sur les autres incidents du Second Empire, id., d. 1535, s.d. (1854) et d. 1551, 13.4.1856 ; F 1 C III, Ain, 6, préfet, 5.4.1856.

438 A.D.L., 92 M 10, sous-préfet Saint-Etienne, 20.6.1856.

439 A.N., BB 18.1551, d. 6696, proc. gal Lyon, 18.4.1856.

440 A.D.I., 52 M 40, Mal. de Castellane, 5.6.1862.

441 A.D.I., 166 M I, sous-préfet Saint-Marcellin, 23.4.1862.

442 A.N., F 1 C III, Drôme, 12, police Romans, 5.6.1863 et 2.9.1869.

443 A.N., BB 30.389, proc. gal Chambéry, 4.10.1869 et F 1 C III, Savoie, 2, préfet, 23.12.1869.

444 A.D.D., M 1298, préfet, s.d. (1864).

445 A.N., F 1 C III, Savoie, 1, préfet, 4.10.1869 et A.D.S., 9 M II/5, préfet, 9.1869.

446 A.D.L., 10 M 67, pétition, s.d. (fin 1870), adressée « au citoyen César Bertholon, préfet de la Loire » : « ... Au moment actuel, nous désirerions expulser non seulement les Prussiens qui souillent notre territoire, au nombre d’environ 800 dans notre commune qui nous donne (sic) de l’inquiétude pour nos familles... Si la levée en masse a lieu, nous serons les premiers à repousser les envahisseurs ; mais nous serions désolés en quittant nos foyers de laisser nos femmes et nos enfants exposés aux outrages de toutes sortes dont sont capables ces étrangers qui depuis longtemps ont causé beaucoup de désordre... ».

447 A.D.L., 10 M 72, préfet, 27.4.1871.

448 A.D.R., M, Grèves antérieures à 1879, police Brotteaux, 5.3.1877.

449 A.N., F 12.4655, préfet Rhône, 7.6.1880.

450 A.N., F 12.4662, préfet Rhône, 22.3.1885.

451 A.D.I., 166 M 2, gendarmerie, 21 mai 1886 et police Uriage, 3 et 5.7.1886.

452 A.D.I., 166 M 2, police Grenoble, 4 et 11.3.1886 ; sur la recrudescence des incidents avec les ouvriers étrangers dans les années 1880, marquées notoirement par les très graves émeutes d’Aigues-Mortes, cf. Perrot, Michelle, Les rapports entre ouvriers français et ouvriers étrangers, 1871-1893, Bulletin société d’Histoire moderne, 1960, 58, série 12, n° 12, p. 5-9.

453 A.N., F 7.12512 : la totalité du dossier est consacrée aux rapports de police sur les émeutes anti-italiennes qui ont suivi l’attentat de Caserio ; à Lyon, c’est surtout le petit commerce qui en fait les frais, aux Brotteaux, à Vaise, à La Guillotière où pillages et assommades n’entraînent pas moins d’un millier d’arrestations. Le mouvement tient plus de l’émotion urbaine que de la manifestation ouvrière : à La Mulatière, toutefois, on chasse 170 ouvriers des verreries et à Oullins, 300 d’entre eux quittent la ville de force dès le 28 juin.

454 Le conflit éclate souvent à propos d’un incident minime, tel que l’embauche de quelques ouvriers étrangers, voire d’un seul. Sur les oppositions dans le bâtiment, cf. A.N., F 12.4686, préfet Haute-Savoie, 16.5.1898 ; A.D.A., M 1335, police, divers (1890) ; A.D. Ar., 141 M 1, préfet, 22.2.1890 et 480 M, Maire des Assions, 29.5.1910 ; A.D.D., 84 M 1, préfet, 23.10.1894 et 30.4.1895, sous-préfet Nyons, 10.7.1895, 84 M 2, id., 31.8.1904 et 84 M 3, police, s.d. (1909) ; A.D.I., 166 M 4, police Grenoble, 3.6.1898 ; A.D.L., 92 M 218, préfet, 27.8.1913 et 92 M 219, id., 26.9.1913 ; A.D.R., M, Grèves 1891, « état grèves Rhône » et M, grèves 1895-1899, préfet, 8.4.1899 ; A.D.S., 33 M VI/3, police Aix-les-Bains, 28.6.1898.

455 A Lyon même, une assemblée de plus de 4 000 tisseurs de la Fabrique avait demandé, en 1887, que l’admission des ouvriers étrangers fût refusée à la nouvelle école municipale de tissage. (Office du Travail, Les Associations professionnelles ouvrières..., t. 2, p. 332).

456 Sur la grève de La Mure en 1901, cf. infra, p. 358-359.

457 A.D. Ar., 478 M, préfet, s.d. (3.1899 et 7.1900).

458 A.D.L., 92 M 41, police Rive-de-Gier, s.d. (1890) et A.D.R., M, Grèves 1886- 1888, dossier « grève des gamins de la verrerie d’Oullins » (1890) ; Le Progrès et Le Nouvelliste, 11.6.1890, approuvent : « pour une fois, c’est de la solidarité bien entendue... », écrit ce dernier, organe des milieux cléricaux et nationalistes lyonnais.

459 A.N., F 12.4673, « état des grèves Isère 1894 » ; A.D.I., 166 M 4, police Grenoble, 27.4.1897 ; A.D.R., M, grèves 1895, préfet, 24.6.1895.

460 A.D. Ar., 141 M 1, préfet, 9.4.1895 et A.D.I., 166 M 3, police chemin de fer, 6.5.1891.

461 A.D.D., 84 M 1, Consul général Italie Lyon, 15.6.1892 ; 84 M 2, préfet, 14.8.1901 et M 1560, police Valence, 14.5.1892. A.D. Ar., 478 M, préfet, s.d. (3.1898). A.D.I., 166 M 3, préfet, 5.1.1895.

462 A.D.L., 93 M 27, gendarmerie, 6.7.1894.

Table des illustrations

Titre DÉPENSES D’UN OUVRIER CÉLIBATAIRE EN 1848, PAR SECTEURS (87)87 EN %
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre DÉPENSES D’UNE FAMILLE OUVRIÈRE DE 4 PERSONNES, EN 1848, PAR SECTEURS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre DÉPENSES D’UN OUVRIER CÉLIBATAIRE EN 1884, PAR SECTEURS, EN %
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre DÉPENSES D’UNE FAMILLE OUVRIÈRE EN 1884, PAR SECTEURS, EN %
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre DÉPENSES ALIMENTAIRES D’UN OUVRIER CÉLIBATAIRE EN 1848, PAR JOUR
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre DÉPENSES ALIMENTAIRES D’UNE FAMILLE OUVRIÈRE, EN 1848, PAR JOUR
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Déviation annuelle moyennes des prix du pain
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre DÉPENSES ANNUELLES D’UN COUPLE D’OUVRIERS EN CHAUSSURES, SANS ENFANTS, EN 1914, EN % 155.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre DÉPENSES ANNUELLES D’UNE FAMILLE D’OUVRIER EN CHAUSSURES, EN 1914, EN %
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre DÉPENSES ANNUELLES, OUVRIÈRES A DOMICILE, A LYON, EN 1897, EN %
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre DÉPENSES ANNUELLES, DIVERS OUVRIERS, ROANNE (1897), VIENNE ET ANNEMASSE (1911)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre PART DES DIVERSES DENRÉES DANS L’ALIMENTATION DES OUVRIERES EN CHAUSSURES, 1914, EN % DES163 DÉPENSES ANNUELLES164
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre PART DES DIVERSES DENRÉES DANS LES DÉPENSES ALIMENTAIRES DE 4 OUVRIÈRES LYONNAISES A DOMICILE, EN 1896, EN %
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre PART DES DIVERSES DENRÉES DANS LES DÉPENSES ALIMENTAIRES DE FAMILLES, OUVRIERS DIVERS AU DÉBUT DU XX e SIÈCLE EN %167-168
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre “PETITES " ET " GRANDES TAILLES” : DIFFÉRENCES DES POURCENTAGES, 1852-1853 ET 1911
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre MOYENNES DÉCENNALES DU TAUX QUOTIDIEN 1850-1890 (271)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre MOYENNES DÉCENNALES DU TAUX QUOTIDIEN, 1891-1914 (363)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/30208/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Presses universitaires de Lyon, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search