Version classiqueVersion mobile

Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) - Volume 2

 | 
Yves Lequin

Introduction

Note de l’éditeur

Les tableaux graphiques et cartes auxquels il est fait référence en cours de route ont été regroupés dans le tome I, La formation de la classe ouvrière régionale.

Texte intégral

1« Autant que je puisse le pressentir, Monsieur le Garde des Sceaux, cette trêve ou cet amortissement des passions politiques feront place dans les populations ouvrières à un autre phénomène, à une autre tendance qui semble déjà se révéler. La vie politique n’a pas tellement surexcité ses pulsations pour tomber tout à coup. L’effet durable qui en résulte, c’est que la population ouvrière se sent reliée par des intérêts de classe. Ces intérêts peuvent bien dépouiller un attirail de parti et abdiquer les immondes prétentions du socialisme ; mais ils prennent place néanmoins dans la cité, ils vivent avec ténacité sous la forme collective, et l’espoir de leur satisfaction finissant par se placer en première ligne pourra les amener un jour en recrue à n’importe quel parti. Peut-être est-ce une considération que la politique n’a pas à négliger... » C’est le rapport trimestriel du Procureur Général de Lyon, quelques mois après le Coup d’Etat du Deux Décembre et l’heureux et surprenant silence de la classe ouvrière. Un constat, bien sûr, et est-il-utile de revenir sur le passé ? Une prophétie, aussi, derrière l’avertissement d’un gardien lucide de l’ordre établi, mais qui n’est pas dénuée d’ambiguïtés.

2Car 1848 a bien marqué une rupture. Une fin : celle de la négation, de l’inexistence politique au niveau des institutions. Un commencement surtout : désormais – et il n’y aura plus de retour en arrière, – l’universalité du suffrage met aussi les ouvriers au nombre des citoyens actifs. Une victoire ? Sans doute, et on l’accueille comme telle, mais dont il convient de savoir lire une signification qui se dérobe en partie aux vainqueurs. En effet, les grands débats de la cité bourgeoise, qui butaient sur l’exclusion de la classe ouvrière, vont maintenant la lier en la traversant. Et, dans une certaine mesure, lui proposer, avec succès, un langage et une problématique qui n’étaient pas les siens en altérant le sens des mots et des questions. En s’intégrant au corps politique tout entier, ne peut-elle pas s’y fondre ? Et ils seront nombreux, en dehors d’elle, à en prendre le pari et à en dire l’espoir. Mais la vie quotidienne, à l’atelier et ailleurs, ne continue-t-elle pas à en montrer l’impossibilité ?

3Entre ces deux pôles, entre ces deux analyses, la vie va et vient qui ne partage pas la condition prolétarienne, « l’économique » comme on dira bientôt, de la vie politique. Mais la route n’est pas clairement tracée entre la tentation permanente d’intégration et la preuve quotidienne d’intérêts collectifs propres et antagonistes du reste de la société, et souvent au cœur des mêmes hommes. L’opposition des classes, il est relativement aisé de la décrypter et de la décrire à travers la mise en série de cet événement spécifique de l’action ouvrière qu’est la grève. « Petite crise », le plus souvent, du consensus social apparent, elle met à nu les contraintes et les tensions occultes que masque le quotidien ; révélation d’un comportement, elle indique comment le groupe les ressent et donne la parole à ceux qui d’ordinaire ne parlent point ; occasion exceptionnelle où l’on se retrouve ensemble, elle marque les dimensions, l’étendue et éventuellement les limites, d’une conscience collective, du conflit isolé, de l’action éphémère aux agrégats des grandes vagues revendicatives par où passent les avancées, ou les reculs, et les incertitudes d’une « conscience de classe » qu’il faut bien retenir comme catégorie fondamentale de l’analyse et de la compréhension.

4Au-delà, il n’y a pas différence de nature entre la grève, coalition de circonstance, et l’organisation, qui lui donne la permanence ; d’ailleurs au fur et à mesure, la coincidence deviendra le plus en plus fréquente, et seule la clarté de l’exposé oblige à les séparer. Simplement, la contradiction permanente qu’on a relevée plus haut est plus présente dans la marche et dans les formes des organisations que dans la grève, ce moment exceptionnel où tout paraît possible, cette « échappée belle », pour reprendre la lumineuse expression de Michelle Perrot. Alors, selon la conjoncture économique, sociale et politique, en liaison aussi avec les mutations profondes de l’économie régionale ou les besoins du moment, le balancier va tantôt ici, tantôt là. Entre la volonté de rupture qui fait naître et renaître la Révolution, son espoir au moins, et le désir d’intégration qui s’incarne dans la « vraie République », les chemins oscillent que révèlent les développements et les orientations contradictoires des syndicats et des partis. En trois grandes plages chronologiques, du milieu du XIXe siècle à l’Ordre Moral, de la Grande Dépression à l’aube de la Belle Epoque, du siècle nouveau à la guerre, la marche progressive des « intérêts » à la « conscience » de classe qu’annonçait et redoutait le procureur impérial n’a pas l’allure linéaire qu’on aurait pu lui prêter dans une région où elle était partie de si loin.

© Presses universitaires de Lyon, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search