Version classiqueVersion mobile

L’École primaire française

 | 
Guy Vincent

Annexe III. Les écoles du département du Rhône et la fréquentation du théâtre pour enfants

Texte intégral

  • 1 Voir les Rapports de recherche (par R. Bernard et A. Battegay) du Centre de Sociologie de l (...)

1Les résultats évoqués à la fin du chapitre IX concernant la fréquentation, par les élèves du Rhône, du théâtre pour enfants sont à la charnière de deux recherches. L’une, réalisée en 1971-1974, a porté sur les rapports entre le théâtre, l’enfant et l’institution scolaire1. L’autre, qui se poursuit en fonction de nos moyens, et qui supposait l’étude ci-dessus présentée, constitue une analyse quantitative des écoles du département.

  • 2 Pour obtenir d’autres renseignements, il aurait été nécessaire de recourir à une enquête di (...)
  • 3 Cf. Guy Vincent, « La carte scolaire et l’espace socio-économique dans l’agglomération lyon (...)

2Deux séries de données ont été réunies et traitées. D’une part celles fournies par les services académiques2 sur les écoles et les maîtres, pour chaque année scolaire : type d’école (garçons, filles, mixte, maternelle), effectifs, âge et sexe des enseignants, qualité de chaque instituteur (remplaçant, stagiaire, titulaire). Nous y avons ajouté la localisation de l’école (distance par rapport à l’agglomération) et la caractéristique socio-professionnelle du secteur d’implantation3. La seconde série de données a été constituée par le relevé du nombre de places achetées par chaque école pour les spectacles de théâtre pour l’enfance et la jeunesse, grâce à l’intermédiaire de la Fédération des œuvres Laïques, pendant quatre années (1966-1971).

  • 4 Sur cela voir R. Bernard et J. Bonniel, « Le public du théâtre pour enfants », Rapport cité (...)
  • 5 Id. ibid., p. 63.

3Ce travail nous permet d’abord de souligner un certain nombre de caractéristiques de l’enseignement élémentaire et de son évolution récente. Il y avait dans le département à l’époque considérée 19 % d’écoles mixtes et 21, 5 % de maternelles ; la moitié des écoles étaient implantées dans l’agglomération, 40 % dans des secteurs dont les catégories socio-professionnelles dominantes étaient de type agricole4. De 1966 à 1970, le corps enseignant primaire s’est rajeuni (les écoles où l’équipe pédagogique est jeune sont passées de 21 à 41 %) et féminisé (le nombre moyen d’hommes pour 10 enseignants est passé de 2, 12 en 1966 à 1, 9 en 1970). Il a aussi augmenté, ce qui permet une amélioration de l’encadrement, le nombre d’élèves par instituteurs passant de 34, 7 à 31, 3. Mais cette augmentation est surtout due à un afflux de remplaçants, et elle provoque une diminution de la proportion d’enseignants titulaires. Quant à la fréquentation du théâtre, si elle s’accroît (on passe de 13 000 entrées en 1964 à près de 75 000 en 1972), les taux restent faibles : « en 1969-70, 73 % des écoles et 77 % des élèves ne sont pas concernés par le théâtre pour enfants »5.

  • 6 Ce travail a été conçu et réalisé par H. Emptoz, Maître-Assistant de Mathématiques à l’I.N. (...)
  • 7 Sur ces problèmes voir R. Boudon, Les méthodes en Sociologie, Paris, PUF, 1969 ; R. Boudon (...)

4A l’ensemble des données recueillies, sur les quatre années séparément, on a d’autre part appliqué un programme de taxinomie6. Les raisons de ce choix sont multiples7. D’abord nous souhaitions moins rechercher des facteurs ou des corrélations qu’établir des types, faisant l’hypothèse que, sous l’apparente homogénéité institutionnelle, se cache une assez grande diversité de conditions de scolarisation. Si l’école primaire divise, comme on l’a dit, ce n’est peut-être pas seulement parce qu’elle a affaire à un public socialement différencié. Ensuite nous souhaitions utiliser une méthode qui, entre autres présupposés peu adaptés à l’analyse sociologique, évite de traiter les données comme variables linéaires. Pour ne prendre qu’un exemple, il s’est avéré que les écoles fréquentant peu ou pas le théâtre étaient, du point de vue des effectifs, soit de petites écoles avec peu d’élèves par classe, soit au contraire de gros établissements aux classes surchargées.

5Enfin la méthode utilisée permettait de rendre active dans la classification une variable, plusieurs variables en même temps ou successivement, et à la limite toutes les variables. En l’occurence on pouvait choisir la fréquentation du théâtre (nous la désignerons par l’abréviation FTE) comme variable active et voir quelles étaient les autres caractéristiques des écoles classées sous ce rapport, ou bien rendre actives les variables de situation (distance par rapport à la ville, caractéristique socio-professionnelle du secteur, ...) ou encore les variables institutionnelles (type d’école, taux de titulaires, ...) et voir comment se classaient les établissements pour les autres variables dites passives, en particulier la FTE. Parmi les résultats les plus notables, nous indiquons ceux qui concernent le plus directement les analyses ici proposées.

61. Le phénomène classes sociales joue un rôle, mais de façon un peu inattendue par rapport aux résultats de nombreuses recherches sur l’accès des différentes classes à la culture, en particulier à cette haute culture dont relève le théâtre.

7Quelles que soient les variables mises en jeu, les types d’écoles (le programme distinguait successivement de 2 à 8 « classes » d’écoles et nous avons travaillé sur la taxinomie de niveau 6) se différencient selon la catégorie socio-professionnelle prédominante dans le secteur d’implantation. Mais le ou les types qui se caractérisent par la prépondérance des CSP « ouvriers » ne sont jamais ceux qui ont les taux minima de FTE et, inversement, les plus hauts taux de fréquentation sont toujours le fait d’écoles implantées dans des secteurs urbains où prédominent les classes moyennes ainsi que (mais dans une moindre mesure) les classes supérieures. Il suffit de rendre active la variable CSP, bien que d’autres le soient aussi en même temps, pour isoler un type à 100 % situées dans les secteurs habités par une majorité de cadres moyens, cadres supérieurs et professions libérales, écoles caractérisées par un taux maximum de FTE (cette variable étant passive).

8Dans tous les traitements, la fréquentation faible ou nulle est associée aux CSP agricoles. Et si, conformément aux principes de la méthode utilisée, on considère non pas deux ou trois variables, mais l’ensemble des caractéristiques des principaux types, on constate toujours une opposition (plus ou moins forte selon les variables mises en jeu) entre d’une part des écoles en grande partie mixtes, de petite taille, situées dans des secteurs ruraux, ayant de forts taux d’instituteurs remplaçants, mais de faibles effectifs par classe et fréquentant très peu le théâtre, d’autre part des écoles, de filles surtout, situées en majorité dans l’agglomération et dans des secteurs où prédominent les classes moyennes (employés, cadres moyens, cadres supérieurs), ayant parfois un taux élevé d’institutrices titulaires et toujours une forte fréquentation du théâtre.

9Ainsi, sous les aspects considérés dans l’étude, les défavorisés ne sont pas les enfants d’ouvriers et les favorisés sont les classes moyennes plutôt que les classes supérieures ; d’autre part et surtout, l’opposition principale est entre ville et campagne, précisément entre école urbaine et école rurale. S’agirait-il d’une nouvelle « ligne Maggiolo », héritée de l’ancien partage entre l’acculturation scolaire réalisée dans les villes et la simple (et partielle) alphabétisation rurale ?

102. Tout se passe comme si l’institution scolaire traitait différemment les enfants des villes et les enfants des zones rurales (qui ne sont pas tous, bien sûr, enfants d’agriculteurs), comme si elle opérait, ici et là, dans des conditions différentes. Il suffit de rendre actives, dans la classification, trois variables institutionnelles – catégories d’âge des instituteurs, nombre de titulaires, nombre d’élèves par enseignant – pour obtenir les discriminations ci-dessus évoquées, qu’il s’agisse de la FTE ou des caractéristiques de situation géographique et sociale des écoles.

  • 8 En effet, la participation au théâtre est organisée de façon telle qu’elle doit affecter, d (...)

11Si on laisse passives toutes les variables, pour rendre actif le seul taux de FTE, les clivages habituels ont tendance à s’effectuer. On isole un type d’écoles, à fréquentation très faible, comprenant plus que les autres des écoles mixtes et des écoles implantées dans des secteurs où prédominent les C.S.P. agricoles ; à ce type s’en oppose un autre, caractérisé par le fort pourcentage des C.S.P. composant les classes moyennes, des taux élevés de maîtres titulaires et de FTE. Ce qui prouve que la fréquentation du théâtre pour enfants est un bon indice du caractère d’une école et de ses conditions de fonctionnement, mais aussi que, dans la mesure où cette activité est un aspect de l’innovation pédagogique8, celle-ci dépend étroitement de l’institution scolaire elle-même. C’est pourquoi au lieu de chercher à prévoir l’avenir de l’école à partir, par exemple, des comportements de certaines catégories de maîtres, nous avons analysé les directives, la formation et le recyclage qui leur sont donnés.

  • 9 Cf. Ṛapport cité, p. 60 et suiv.

12Ni le rajeunissement, ni la féminisation du corps enseignant ne paraissent permettre de conclure à une généralisation des nouvelles formes d’activités pédagogiques. La fréquentation du théâtre n’est pas tellement liée à l’âge des maîtres ; la forte fréquentation des écoles (urbaines) de filles est peut-être moins à rattacher au fait que les enseignants sont des femmes qu’au fait que les institutrices sont davantage sélectionnées et formées que les instituteurs. Les chiffres donnés en commençant ne doivent d’ailleurs pas faire illusion : l’augmentation des entrées aux spectacles du théâtre pour enfants n’est pas due (pour la période étudiée) à l’augmentation du nombre d’écoles emmenant les élèves au théâtre, mais à celle du nombre d’élèves emmenés9 et de spectacles vus dans l’année. Rappelons, pour terminer, un chiffre qui se passe de commentaire : à la fin de la période étudiée, 600 écoles sur les 900 que compte le département n’avaient pas du tout participé aux multiples spectacles organisés.

Notes

1 Voir les Rapports de recherche (par R. Bernard et A. Battegay) du Centre de Sociologie de l’Education (Université Lyon II), notamment ceux de 1973-74 et 1974-75.

2 Pour obtenir d’autres renseignements, il aurait été nécessaire de recourir à une enquête directe, exigeant d’importants moyens.

3 Cf. Guy Vincent, « La carte scolaire et l’espace socio-économique dans l’agglomération lyonnaise ». Points d’appui, n° 9, 1973, I.N.S.E.E., Lyon.

4 Sur cela voir R. Bernard et J. Bonniel, « Le public du théâtre pour enfants », Rapport cité, 1973.

5 Id. ibid., p. 63.

6 Ce travail a été conçu et réalisé par H. Emptoz, Maître-Assistant de Mathématiques à l’I.N.S.A. de Lyon.

7 Sur ces problèmes voir R. Boudon, Les méthodes en Sociologie, Paris, PUF, 1969 ; R. Boudon et P. Lazarsfeld, Le vocabulaire des sciences sociales, Paris, Mouton, 1965, et L’analyse empirique de la causalité, Paris, Mouton, 1966 ; R. Boudon, Effets pervers et ordre social, Paris, PUF, 1977.

8 En effet, la participation au théâtre est organisée de façon telle qu’elle doit affecter, dans une mesure variable, l’enseignement du français.

9 Cf. Ṛapport cité, p. 60 et suiv.

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search