Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

Présentation. Les textes entre variations et régularités

Michèle Monte

Texte intégral

  • 1 La belle leçon d’adieu que Jean-Michel Adam a bien voulu confier pour ce livre ouvre des pistes po (...)

1Ce livre est né du désir de poursuivre avec Jean-Michel Adam le dialogue sur plusieurs aspects de sa théorie et de rendre ainsi hommage à son goût du débat intellectuel et à l’ouverture dont témoignent les inflexions de son parcours. En effet sa façon de concevoir la linguistique textuelle, et plus largement les rapports entre texte et discours, s’est modifiée en vertu d’une dynamique propre, mais aussi en prenant en compte les travaux de chercheurs qui appartiennent à des spécialités différentes (linguistique, analyse de discours, psychologie, anthropologie, littérature, didactique, traductologie) et qui s’intéressent à des textes très divers, tant du point de vue de leur situation de production que de leurs déterminations internes. Les contributions rassemblées ici témoignent elles aussi de cette diversité mais explorent toutes une problématique qui, au moment où une reconfiguration des sciences du texte et du discours est peut-être en gestation1, pouvait à la fois inviter à un retour fécond sur les travaux de Jean-Michel Adam et proposer des orientations nouvelles : je veux parler des rapports entre textualité et généricité. Je reviendrai pour ma part dans cette introduction sur la façon dont les travaux récents de Jean-Michel Adam ont pensé ces rapports et sur quelques-unes des questions qu’ils laissent en suspens, avant de présenter l’architecture globale de ce livre et les contributions qui le composent.

DE LA LINGUISTIQUE TEXTUELLE À LA RECONFIGURATION GÉNÉRIQUE

  • 2 C’est l’occasion de souligner le rôle essentiel joué dans le développement et la diffusion de la l (...)
  • 3 Intitulée en 1999 Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, elle est ensuite sous (...)

2La conception de la linguistique textuelle qu’a défendue et illustrée Jean-Michel Adam envisage tout d’abord cette discipline comme une théorie des opérations de continuité et de segmentation qui assurent la cohésion des énoncés au-delà de la proposition élémentaire. Cette cohésion repose au niveau microtextuel sur des liages sémantiques (anaphores et relations de coréférence, isotopies, collocations), des liages au niveau du signifiant (particulièrement développés en poésie), et les outils spécifiques que sont les connecteurs. Elle s’appuie également sur les phénomènes de progression thématique, sur l’articulation entre posés et présupposés et plus largement entre explicite et implicite, et sur l’enchaînement d’actes de discours directeurs et subordonnés. Le texte se constitue ainsi dans un équilibre entre répétition et progression de l’information selon des principes déjà énoncés par Michel Charolles2 (1978). Périodes, séquences, plans de textes, variations énonciatives, cooccurrences lexicales rendent compte de l’organisation du texte aux niveaux méso- et macrotextuels et contribuent à construire l’interprétation dans un va-et-vient entre phénomènes locaux et perception globale des enjeux pragmatiques et de la configuration sémantique du texte perçu comme un tout. Ce modèle à la fois hiérarchisé et souple a été élaboré progressivement par Jean-Michel Adam : on en trouve une première présentation générale dans Éléments de linguistique textuelle. Théorie et pratique de l’analyse textuelle (1990), et on en suit les transformations au fil des quatre éditions de La Linguistique textuelle3.

  • 4 Le schéma 3 de La Linguistique textuelle met en évidence cette relation (Adam, 2011 a, p. 31).

3Mais cette linguistique textuelle s’insère dans une réflexion plus large sur les textes comme objets concrets résultant de pratiques sociales qui obéissent à des normes mais évoluent sans cesse : la mise en relation entre l’organisation textuelle et la dimension sémantico-pragmatique du texte ne peut se faire de façon pertinente si l’analyste n’inscrit pas le texte dans un interdiscours où les genres pratiqués au sein des différentes formations socio-discursives jouent un rôle de premier plan, dans la mesure où ils orientent l’interprétation des textes et en organisent la réception4. S’il est nécessaire de mieux comprendre les « déterminations textuelles “ascendantes” [...] qui régissent les agencements de propositions au sein du système que constitue l’unité texte – objet de la linguistique textuelle – », il est tout aussi nécessaire de s’interroger sur l’interaction entre ces déterminations ascendantes et « les régulations “descendantes” [...] que les situations d’interaction dans des lieux sociaux, des langues et des genres donnés imposent aux énoncés – objet de l’analyse de discours » (Adam, 2011 a, p. 31). C’est là une tâche complexe et la contribution de Guy Achard-Bayle dans le présent volume montre que Jean-Michel Adam a évolué dans sa façon de penser les relations entre texte et discours tout en restant fidèle à un projet : derrière les variations infinies des discours, saisir des éléments de stabilité, de régularité, dans la composition et le fonctionnement des textes.

  • 5 On sait que Dominique Maingueneau (2004) distingue plusieurs sortes de genres selon le degré de je (...)

4Un des traits peut-être les plus intéressants de ce parcours est le mouvement qui a conduit Jean-Michel Adam, après avoir opposé variabilité et invariance, à penser la variabilité même comme élément structurant de la production-interprétation des textes. Il y a sans nul doute été poussé par sa réflexion sur les genres. Présente dès les débuts de ses travaux sur le récit, la question des genres a acquis une place centrale lors du travail sur les contes qu’il a mené conjointement avec Ute Heidmann, spécialiste de littérature comparée, travail qui a abouti à la publication en 2010 de Textualité et intertextualité des contes consacré aux contes de Perrault et à leurs relations avec d’autres textes. Cette collaboration a conduit Jean-Michel Adam, dans la meilleure tradition philologique, à s’intéresser de très près aux différents états du texte depuis les brouillons jusqu’aux traductions, en passant par les variations du péritexte et les changements apportés par l’auteur ou l’éditeur lors des rééditions. Elle l’a également amené à proposer (dans Le Texte littéraire. Pour une approche interdisciplinaire, écrit avec Ute Heidmann) les concepts de régime de généricité (auctorial, lectorial et éditorial) et d’effet de généricité. Il s’agit par-là d’insister notamment sur les tensions génériques à l’œuvre dans les textes qui, le plus souvent, appartiennent à plus d’un genre, ainsi que sur les recatégorisations dont ils font l’objet au fil de leur histoire et des réceptions qui en sont faites. Si les genres jouent un rôle essentiel comme guides – plus ou moins contraignants selon les textes5 – de production et d’interprétation, il faut les concevoir comme des catégories en perpétuelle évolution sous la double impulsion de l’initiative des locuteurs et des évolutions sociales. En effet, les marges de liberté dont les locuteurs disposent dans la composition de leurs textes et les évolutions sociohistoriques qui modifient à la fois les pratiques discursives et les projets communicationnels sous-tendant les textes favorisent l’émergence de textes différents de ceux qui les précèdent ou les environnent et avec lesquels ils restent malgré tout apparentés. Chaque texte – et cela d’autant plus s’il connaît un retentissement important – contribue à faire évoluer les contours du ou des genres auxquels il appartient : c’est ce que Heidmann appelle la reconfiguration générique.

IMPACT DE LA GÉNÉRICITÉ SUR LA TEXTUALITÉ

5Comment articuler la réflexion sur les genres et celle sur la textualité ? Le Texte littéraire affirme :

La généricité affecte les différentes composantes de la textualité et de la transtextualité, mais, en retour, ces différentes composantes ou plans de textualisation manifestent la généricité d’un texte de façon souvent inégale. [...] Au niveau textuel, certaines catégories linguistiques peuvent être rendues obligatoires et certaines agrammaticalités rendues acceptables par un genre. Ainsi la syllabe devient une unité pertinente dans le vers, la répétition et l’ellipse des facteurs rythmiques de la prose oratoire et littéraire, le présent est le temps du récit de l’histoire drôle et l’imparfait narratif le temps verbal favori pour le récit des actions marquantes d’un match de football. (Adam & Heidmann, 2009, p. 19)

6Adam et Heidmann énumèrent ensuite les éléments de la textualité affectés par la généricité (ibid., p. 20-21) : configurations sémantiques, régime d’interprétation des énoncés, modes de prise en charge énonciative, buts communicatifs, « style » et « composition » (les deux derniers termes étant repris à Bakhtine [1984]). On le voit, rien n’échappe à la généricité. Jean-Michel Adam montre d’ailleurs dans le livre sur Perrault combien l’énonciation – et notamment le traitement du discours rapporté et les boucles métadiscursives – est tributaire du projet de reconfiguration générique de l’auteur. De fait, on pourrait très bien observer les évolutions du roman français à travers les variations du discours rapporté, comme nous y incite de façon très convaincante un des chapitres de Stylistique de la prose d’Anne Herschberg Pierrot (1993). De même, l’évolution du vers dans la poésie du xixe siècle telle que l’analysent Michèle Aquien et Jean-Paul Honoré (1997) manifeste une profonde modification de la façon de concevoir le rôle de la poésie dans la société (voir Bobillot, 1992). La composition, elle aussi, est affectée par les reconfigurations génériques : Jean-Michel Adam montre dans son dernier livre, Genres de récits. Narrativité et généricité des textes, comment la brièveté des « nouvelles en trois lignes » de Fénéon bloque le plus souvent l’émergence d’une séquence narrative complète (Adam, 2011 b, p. 107-122). La composition volontairement lacunaire simplifie les enchaînements causaux, efface souvent les mobiles, et produit un effet d’absurde ou d’humour qui distingue les nouvelles de Fénéon des brèves journalistiques traditionnelles. Or ce travail sur le genre de la brève découle d’un projet de dénonciation ironique des institutions sociales et des passions humaines.

7L’appartenance générique va également influer sur la composition à un autre niveau, en réglant l’enchaînement ou l’emboîtement des séquences au sein d’un texte ainsi que les dominantes :

La plupart des genres discursifs fixent le type compositionnel dominant. Ainsi les genres du conte et de la fable sont-ils narratifs (narratif enchâssant des segments descriptifs et dialogaux) tandis que le genre épistolaire (avec ses sous-genres : courrier personnel, administratif, courrier des lecteurs dans la presse, etc.), l’interview, le théâtre doivent être considérés comme des genres conversationnels (dialogal enchâssant des îlots narratifs, explicatifs, etc.) et le guide touristique, le portrait, l’annonce de vente d’une maison ou d’un appartement, l’inventaire, etc. comme des genres à dominante descriptive. (Adam, 2011 b, p. 21-22)

8La relation est orientée du global vers le local, puisqu’un peu plus loin Jean-Michel Adam écrit : « La généricité affecte les différentes composantes de la textualité et, en retour, ces différentes composantes ou plans de textualisation manifestent la généricité d’un texte. » (ibid., p. 22, je souligne) L’opposition des verbes affecter et manifester témoigne d’une conception dissymétrique des relations généricité / textualité : les faits de textualité ne déterminent pas l’appartenance générique, ils en sont la conséquence. Le pilotage du texte se fait depuis l’intention communicationnelle et les modèles et normes intériorisés par le locuteur vers les éléments plus locaux (organisation linéaire, choix lexicaux et énonciatifs). C’est d’ailleurs ce qui contribue à la perception du texte comme un tout. On peut certes penser que des écarts répétés par rapport aux modèles génériques en termes d’organisation, de lexique, de représentation sémantique ou d’énonciation puissent affecter en retour le genre en faisant évoluer les normes, mais il est fort probable que ces écarts seront, au moins inconsciemment, motivés par un effort de reconfiguration générique, et qu’en tout cas ils ne seront avalisés par la communauté des locuteurs que s’ils peuvent faire sens de ce point de vue. C’est pourquoi la linguistique textuelle est finalement conçue par Jean-Michel Adam comme un instrument au service de l’analyse des discours, comme en témoignent l’avant-propos réflexif de la dernière édition de La Linguistique textuelle (Adam, 2011 a, p. 11-16) et les deux derniers chapitres proposant l’analyse complète de deux déclarations politiques et d’une nouvelle de Borges.

INTERACTIONS COMPLEXES ENTRE LE LOCAL ET LE GLOBAL : PATRONS, MODES ÉNONCIATIFS ET SÉQUENCES

  • 6 On en trouve un résumé dans Genres de récits (Adam, 2011 b, p. 30-34).

9L’impact des genres sur le style, et notamment sur la syntaxe, est cependant relativisé dans la partie de Textualité et intertextualité des contes qui examine les consécutives intensives des contes de Perrault en les rapprochant des nouvelles historiques et galantes de la même époque (Heidmann & Adam, 2010, p. 249-2626). Jean-Michel Adam y voit un trait du discours épidictique témoignant d’un accord sur les valeurs. De telles structures ont pour fonction de « faire reposer la logique du récit sur une communauté de valeurs supposées admises et transparentes » (ibid., p. 260), mais Perrault les met à distance ironiquement dans les moralités qui clôturent les contes, de même que Madame de La Lafayette s’en sert pour indiquer le caractère fictionnel de ses récits. Ce schéma syntaxique n’est donc pas ici déterminé par le genre, comme cela le deviendra plus tard chez les imitateurs de Perrault, mais par la reprise d’un « sociolecte de l’époque : le superlatif précieux » (Adam, 2011 b, p. 34). Le retrouvant dans les messages publicitaires et les insultes rituelles, Jean-Michel Adam y voit plus généralement une caractéristique de textes qui « flirte[nt] hyperboliquement avec la fiction et le merveilleux » (ibid., p. 36). La syntaxe est ici mise en rapport avec des composantes sémantico-pragmatiques qui traversent des genres appartenant à des formations socio-discursives différentes. On voit par là la complexité de l’interprétation des traits linguistiques d’un texte et la nécessité de prendre en compte de multiples niveaux d’analyse et de transtextualité, celle-ci étant entendue comme « les forces centrifuges qui ouvrent tout texte sur une multitude d’autres textes » (Adam & Heidmann, 2009, p. 19).

10La configuration syntaxique étudiée par Jean-Michel Adam paraît relativement indépendante de l’évolution historique. Gilles Philippe, lui, s’intéresse au contraire à des « faisceaux de formes », les « patrons », qui certes traversent les genres, mais sont étroitement liés à « l’imaginaire langagier » d’une époque (Philippe, 2008, p. 31). Citant pour la littérature le « patron oral », le « patron endophasique » et le « patron génétique », Philippe estime que la notion de patron « permet de rendre aisément compte des productions littéraires de la période postromantique, où les cloisonnements génériques tendent à se faire toujours plus flous » (ibid., p. 33). Cette notion semble pouvoir être étendue à des textes non littéraires – elle n’est pas sans lien avec ce que d’aucuns appellent la « langue de bois ». Reste à envisager plus précisément quels sont les types de faits linguistiques qui convergent dans la création de « patrons » et les processus qui en expliquent l’émergence.

11Dans ce recensement des catégories intermédiaires entre le genre qui détermine la cohérence globale du texte et les opérations de base qui en assurent la cohésion, Jean-Michel Adam s’intéresse également à la dimension énonciative et distingue dans ce domaine quatre « mo(n) des énonciatifs », selon que le sujet prend ou non en charge les énoncés et selon qu’il construit une représentation discursive conjointe aux paramètres de la situation d’énonciation ou disjointe de cette situation. Ces quatre « pôles de base » ne sont pas sans rapport avec les quatre « types de discours » du modèle de Jean-Paul Bronckart (1997) et correspondent pour le français à des ensembles prototypiques de pronoms personnels, de tiroirs verbaux et d’adverbes spatio-temporels. Toutefois, la typologie de Bronckart, fondée sur une vaste enquête quantitative dont les résultats ont été présentés en 1985, inclut d’autres paramètres : types d’anaphores et de connecteurs, densité des verbes, complexité des syntagmes nominaux, types de modalités phrastiques, fréquence des formes passives et des auxiliaires modaux, etc. C’est ainsi que se dessinent ce que Philippe appelle des « appareils formels », qui se situent « à un niveau intermédiaire entre langue et discours » et qui se caractérisent par « la co-occurrence prévisible de certains faits grammaticaux (énonciatifs et syntaxiques) [...] de telle sorte que l’apparition d’un de ces faits rend probable l’apparition des autres » (Philippe, 2008, p. 29-30).

12Or, si les textes de certains genres relèvent systématiquement d’un type d’ancrage énonciatif à l’exclusion des autres, beaucoup de textes présentent des caractéristiques mixtes, en fonction de l’interaction sociale qui préside à leur élaboration. Bronckart et al. en concluaient en 1985 que chaque texte est « la solution spécifique d’une tâche langagière complexe, solution dans laquelle le mode d’ancrage n’entre qu’à titre de composante sous dépendance directe de la stratégie discursive engagée (avec son but et son destinataire) » (Bronckart et al., 1985, p. 134). Jean-Michel Adam est également de cet avis, comme le montrent ses analyses de l’emploi des tiroirs verbaux dans deux textes journalistiques (Adam, 2011 a, p. 244-249). La relation genre/ancrage énonciatif paraît donc largement sous-déterminée et laisse la place à des positionnements très différents, même si des régularités peuvent être observées, concernant par exemple le texte pédagogique ou le journal de voyage.

13Si on essaie de généraliser ces observations, on peut faire l’hypothèse que le genre comme ensemble de normes intériorisées exerce des déterminations variables sur les différents éléments de la textualité : il peut contraindre parfois fortement la structure compositionnelle du texte mais laisser une grande marge de liberté sur les plans sémantique ou énonciatif, d’autres fois contraindre l’ancrage énonciatif mais peser à peine sur la composition du texte ou sur la représentation sémantique, et ainsi de suite. Or, tel choix dans une des composantes, guidé par l’interaction sociale spécifique qui préside à l’élaboration du texte, va contribuer à faire évoluer la représentation du genre (ou des genres) auquel appartient le texte. Il semble donc qu’on ne puisse exclure des actions en retour du travail de textualisation sur la configuration du genre. C’est qu’en effet le genre est saisi tantôt comme un modèle intériorisé qui détermine les choix du scripteur et tantôt comme une catégorie dont la représentation évolue en fonction des réalisations concrètes qui lui sont attachées par les récepteurs. D’où des relations de détermination à double sens.

14Un autre problème concerne les relations entre genres et séquences. On a vu plus haut que, pour Jean-Michel Adam, le genre détermine globalement les séquences dominantes et les modes d’emboîtement des différentes séquences au sein d’un texte. Il me semble cependant que les choses sont plus complexes et tiennent en partie au caractère dual des séquences dans ce modèle. D’une part, les séquences constituent des unités compositionnelles de base qui empaquettent des propositions élémentaires et dans lesquelles la relation tout/parties et l’ordre des propositions sont essentiels. Leur relative autonomie et leur organisation hiérarchique les distinguent des simples périodes et les signalent à l’attention du lecteur. D’autre part, les séquences correspondent à des opérations cognitives qui organisent le texte dans son ensemble en fonction du rôle qui lui est assigné : raconter, décrire, argumenter, expliquer, dialoguer. De ce point de vue, elles ont à voir avec la dimension argumentative globale du texte, avec sa visée illocutoire. Il y a donc, pour un texte d’une certaine ampleur – roman, essai, reportage de magazine, dialogue philosophique, article scientifique – des micro-séquences d’ampleur limitée, et des macro-séquences englobantes :

Le tout textuel est, dans sa globalité et sous forme de résumé, caractérisable comme plutôt narratif, argumentatif, explicatif, descriptif ou dialogal. [...] L’effet de dominante est, en termes de séquences, soit déterminé par le plus grand nombre de séquences d’un type donné qui apparaissent dans le texte, soit par le type de la séquence enchâssante (qui ouvre et ferme le texte). [...] Ces faits de dominante séquentielle sont liés aux genres et sous-genres de discours qui fixent des relations hiérarchiques mouvantes et toujours susceptibles d’être modifiées. (Adam, 2011 a, p. 219-221)

15Très soucieux de préserver l’hétérogénéité textuelle contre la tendance simplificatrice qui classe les textes par leur séquence dominante, Jean-Michel Adam place les séquences dans la dépendance des genres ; toutefois on peut penser que la proportion relative des séquences dans un texte modifie en retour la perception du genre. L’envahissement d’un roman par les dialogues, comme dans certaines œuvres de Nathalie Sarraute, modifie durablement les possibilités offertes par le genre et sa perception même. Bien sûr on pourra dire que c’est le désir d’ébranler les formes romanesques traditionnelles qui a poussé Sarraute à écrire des romans qui soient des tissus de paroles et pensées, mais on peut aussi considérer que l’innovation générique est venue d’un travail spécifique – et peut-être assez peu conscient au début – consistant à supprimer quasi totalement les séquences narratives et à enchaîner sans solution de continuité les séquences dialogales.

16D’autre part, il existe une différence de nature entre la séquence locale et la séquence enchâssante d’un texte : si la première offre une coïncidence entre l’organisation des énoncés et leur finalité – même si, pour la narration et l’argumentation, on peut observer des permutations entre l’ordre logique des propositions et l’ordre effectif observable dans le texte –, la seconde, qui correspond à une reconstitution de la structure cognitive du texte, se superpose bien souvent à des plans de texte qui, eux, jouent un rôle déterminant dans la catégorisation générique. Ainsi, de nombreux sonnets peuvent être analysés comme des textes à dominante argumentative, d’autres seront narratifs ou descriptifs, mais leur catégorisation se fera sur la base de leur plan de texte (quatorze vers disposés d’une certaine façon) et de leurs caractéristiques métriques. De même, le plan rhétorique – exorde, proposition, narration, réfutation, confirmation, péroraison – que Jean-Michel Adam dégage pour de nombreux textes est plus prégnant en première approche que la séquence argumentative sous-jacente que l’on pourra reconstruire. Si la situation d’interaction et les modèles rhétoriques disponibles exercent une action décisive sur la mise en texte, la séquence argumentative joue à un autre niveau, qui est celui de la perception des enjeux illocutoires. Elle est davantage un outil heuristique pour comprendre la représentation discursive construite par le texte qu’une description des procédures de liage, et elle manifeste une relative indifférence au genre, avec lequel elle entre dans une relation de tension ou de complémentarité.

17On voit par ces quelques exemples qu’il y a encore beaucoup à faire pour penser les relations entre généricité et textualité et que les propositions de Jean-Michel Adam n’ont pas fini de solliciter la relecture. Quoiqu’on ait pu parfois, dans une transposition didactique un peu hâtive, réduire injustement son travail à ses recherches sur les séquences prototypiques, il me semble au contraire qu’il n’a eu de cesse de nous alerter sur la multiplicité des composantes de la textualité tout en nous invitant à en chercher la convergence. La diversité des contributions réunies ici témoigne éloquemment de cette capacité à entrer en dialogue avec de multiples chercheurs, que ceux-ci se situent plutôt du côté de l’analyse de discours, ou plutôt du côté de la grammaire de texte, qu’ils préfèrent entrer dans les textes par l’observation de faits locaux de structure ou d’énonciation, ou par l’étude des dispositifs communicationnels qui les régissent, ou qu’ils s’efforcent de tenir l’équilibre entre ces deux démarches.

GENRES, DISPOSITIFS ET STYLES

  • 7 Je n’emploie pas ce mot dans son sens traditionnel mais je le choisis à dessein pour indiquer que (...)

18À présent que la linguistique et l’herméneutique7 textuelles ont conquis leur place au sein des sciences du langage, il serait certes souhaitable de confronter systématiquement les différents modèles modulaires d’analyse des textes – citons, sans exclusive, outre celui de Jean-Michel Adam, ceux de François Rastier, d’Eddy Roulet et de l’école de Genève, de Jean-Paul Bronckart, de Henning Nølke, de Lita Lundquist – afin de mieux comprendre leurs points d’accord et leurs divergences. Une telle tâche requerrait un programme de recherche de grande ampleur.

19Beaucoup plus modestement, nous avions proposé aux contributeurs d’organiser leur réflexion autour de l’une des deux questions suivantes : quelles interrelations entre les genres et l’organisation des textes ? Qu’est-ce qui caractérise un genre et sous l’influence de quels facteurs évolue-t-il ? Gilles Philippe et moi-même avons organisé les textes reçus en quatre parties. Les textes des deux premières traitent directement de la question de la généricité et des déterminations génériques, les uns de façon plus théorique, les autres par des études de cas. La troisième partie regroupe les contributions qui s’intéressent à des faits locaux de textualisation et examinent leurs liens éventuels avec des déterminations génériques. Les textes de la quatrième partie envisagent différents modes d’organisation textuelle en lien avec des facteurs pragmatiques.

20En ouverture de la première partie, Guy Achard-Bayle propose une stimulante relecture des évolutions de la théorie élaborée par Jean-Michel Adam sous l’angle des relations entre texte et discours. Il revient sur les équations Discours = Texte + Contexte et Texte = Discours – Contexte, en montrant comment elles ont émergé, et comment elles ont ensuite été dépassées au profit d’une approche qui envisage les productions discursives à la fois comme textes et comme discours dans un va-et-vient entre linguistique textuelle et analyse de discours.

21Les quatre autres contributions de la première partie s’efforcent de définir, chacune dans son propre appareil théorique, la part respective des contraintes sociales, des conventions linguistiques et des visées communicationnelles dans l’usage que font des genres les producteurs et récepteurs des textes. Jean-Paul Bronckart poursuit un dialogue engagé depuis longtemps avec Jean-Michel Adam en justifiant ses propres choix terminologiques et méthodologiques. Il définit la généricité comme « une entité mixte dans laquelle co-interviennent des déterminations sociohistoriques et des options ou conventions d’ordre sémiotico-linguistique » et réaffirme que, pour lui, les textes concrets sont le niveau pertinent pour penser la dimension praxéologique des activités discursives. Il s’interroge in fine sur la possibilité de dépasser les divergences dans la façon de conceptualiser des éléments situés à un niveau inférieur de structuration et que lui appelle discours et Jean-Michel Adam séquences.

22Patrick Charaudeau s’emploie pour sa part à définir les modalités de l’interaction orale en fonction des contraintes qui pèsent sur la situation de communication (statut des locuteurs, rapport qui s’instaure entre eux, thématique de l’échange, positionnement vis-à-vis du thème et rôle assumé par les locuteurs). Il distingue tout d’abord les échanges sollicités, libres et polarisés. Puis, en s’attachant aux seuls échanges polarisés, caractérisés par des relations d’affrontement entre interlocuteurs, il définit avec précision ce qui distingue la dispute, la discussion, le débat et la controverse, en intégrant notamment le paramètre de la recherche de la vérité et celui de la publicité de l’échange. Le genre apparaît ici défini par l’existence d’un « contrat de parole qui détermine les rôles et positionnements des sujets parlants » et il est relativement indépendant des conditions historiques, même si celles-ci vont bien évidemment le faire évoluer. Il se distingue aussi des stratégies discursives telles que la polémique. Ce classement fondé sur le dispositif se situe à un niveau plus abstrait que les genres codifiés, qui, eux, sont dépendants des cultures et de l’histoire des formes et pratiques sociales.

23Anna Jaubert s’intéresse aux discours littéraires en ce que leur visée ne se limite pas à leur dessein communicationnel : ils opèrent une transposition des genres premiers en genres seconds en stylisant certaines de leurs marques stylistiques qui se trouvent ainsi « ressaisies et retraitées ». Empruntant deux exemples précis au théâtre, elle analyse ce processus de stylisation qui relève « d’une sélection et d’une condensation » des « traits génériques » du discours grâce auxquelles « le réalisme s’efface devant la signifiance ».

24Georges Molinié revient quant à lui sur les trois paliers de littérarité qu’il a depuis longtemps distingués – littérarité générale, générique, singulière – en soulignant l’intrication pour le récepteur des stylèmes de généricité et de singularisation.

25Dans cette première partie, la question du rapport entre genres et textes est ainsi envisagée à travers le prisme des différentes déterminations qui orientent les pratiques discursives : les enjeux cognitifs, sociaux, esthétiques des textes sont au cœur de ces réflexions, ainsi que la tension entre universalisation et singularisation (voir Jaubert, 2007) qu’appréhende le mot style.

ÉMERGENCES ET RECONFIGURATIONS

26La deuxième partie nous offre des réflexions très stimulantes sur des pratiques discursives récentes ou disparues qui toutes interrogent les critères de délimitation des genres : peut-on les définir par des critères uniquement internes ou doit-on faire intervenir des paramètres externes, notamment des faits d’intertextualité ?

27Dominique Maingueneau oppose à la généricité classique (où la scène générique apparaît comme le maillon incontournable de la scène énonciative) le régime générique d’Internet caractérisé par un affaiblissement de la scène générique et une complexification de la scénographie : il montre comment les dimensions proprement numériques de cette scénographie se surimposent à la scénographie de chaque texte, celui-ci ne constituant plus qu’un fragment d’un ensemble qui ne peut jamais être saisi en totalité. La textualité navigante d’Internet se distingue ainsi des textualités orale et écrite planifiées que nous connaissons depuis longtemps et la notion de genre de discours comme celle d’auteur et de lecteur y perdent de leur pertinence.

28Marc Bonhomme se demande si l’on peut dégager des invariants qui seraient propres au genre – ou au discours ? – publicitaire. Pragmatiquement complexe, menaçante pour les faces de ses récepteurs, la publicité s’efforce de masquer son identité en recourant à diverses stratégies analysées par Marc Bonhomme : pseudo-dialogisme, auto-ironie, masquage des promissifs et directifs, jeux intertextuels par lesquels les textes publicitaires « vampirisent » d’autres pratiques discursives plus légitimes.

29Alain Rabatel analyse l’émergence d’une nouvelle rubrique, intitulée « Désintox », dans les pages de Libération. Les critères thématiques, typographiques, énonciativo-argumentatifs et compositionnels plaident pour l’apparition d’un nouveau genre, ou, à tout le moins, pour une pratique journalistique nouvelle mettant en scène le travail journalistique usuel de vérification des sources afin de répondre à un nouveau contexte social.

30Françoise Revaz cherche à mettre en évidence la spécificité du « récit suspendu » ou « feuilleton », à la fois dans des récits fictionnels en bandes dessinées et dans des récits factuels à rebondissements. Elle s’intéresse en particulier au mode de liage entre les épisodes, qui diffère selon que l’univers est factuel ou fictionnel, privilégiant tantôt les sutures vers l’amont, tantôt les sutures vers l’aval. Le genre du « récit suspendu » détermine ici nettement la textualisation tout en imprimant des traits originaux à la narrativité.

31Claude Calame s’intéresse à des pratiques discursives émergentes, mais à une époque lointaine, celle de l’Antiquité grecque. Il commence par rappeler brièvement la conception hégélienne de la tragédie centrée sur la trajectoire existentielle d’un héros. Il propose ensuite, à rebours de cette vision essentialiste et ontologique du genre, une approche anthropologique et ethnopoétique de la tragédie qui part de l’étude contextualisée du terme tragoidía, puis étudie les caractéristiques énonciatives des chœurs et la façon dont ils incluent et transforment les hymnes rituels au sein d’un poème mélique caractérisé par une double situation d’énonciation.

32Clara Ubaldina Lorda Mur envisage quelques-uns des facteurs externes et internes d’évolution des genres dans trois sphères discursives différentes : elle oppose ainsi la ritualisation des débats parlementaires aux évolutions apportées par les changements techniques dans la diffusion de l’information et à la liberté stylistique de Céline qui renouvelle le roman.

33Cette deuxième partie est ainsi centrée sur l’émergence de genres nouveaux ainsi que sur les relations entre genres : elle met en évidence le poids des facteurs historiques et sociaux dans ces évolutions, mais également le rôle joué par les changements techniques affectant les modes de sémioticité et entraînant des remodèlements insoupçonnés.

AU RAS DU TEXTE, DES INTERACTIONS COMPLEXES ENTRE LOCAL ET GLOBAL

34La troisième partie est centrée sur les relations entre faits microtextuels et macrotextuels. Les phénomènes étudiés se situent au niveau de l’empaquetage des propositions élémentaires mais sont révélateurs d’une visée argumentative beaucoup plus globale. Claire Badiou-Monferran propose une analyse des connecteurs consécutifs donc et alors qui croise les notions d’« appareil formel », de « patron » et de « généricité ». À partir de cet exemple, elle montre la complémentarité des approches ascendante et descendante des faits de textualisation qui trouve son plein rendement dans la comparaison entre les emplois de donc et alors dans les poèmes d’Hugo et de Baudelaire.

35En repartant des travaux de Jean-Michel Adam sur certes, Henning Nølke s’intéresse à une catégorie particulière de marqueurs discursifs, les annonceurs, jusqu’à présent peu étudiés comme tels. Cela le conduit à distinguer quatre fonctions textuelles – cataphores, anaphores, annonceurs, connecteurs – et à examiner ce qui, dans son fonctionnement énonciatif, peut prédisposer un lexème à jouer le rôle d’annonceur.

36Sabine Pétillon et André Petitjean analysent le développement actuel du point « intempestif » qui sépare des éléments reliés par une relation syntaxique ou l’appartenance à un même paradigme. Ils montrent qu’il s’agit d’un usage transgénérique qui n’a rien de spécifiquement littéraire, contrairement au point d’aposopièse, mais que ce fait de langue fonctionne peut-être comme indice de littérarité. Cette étude comme celle de Claire Badiou-Monferran tend à montrer que si le global – la visée communicationnelle – détermine le local à la production, des phénomènes de figement stylistique – les « patrons » – peuvent brouiller quelque peu l’interprétation des faits locaux, et que, par ailleurs, l’analyste a généralement intérêt à associer les deux approches descendante et ascendante pour construire une compréhension globale qui ne soit pas le pur reflet de ses représentations initiales.

37Irène Fenoglio envisage les choses sous l’angle de la génétique des textes en observant conjointement l’évolution de la textualisation et l’émergence sémantique au fil des transformations qui affectent un brouillon manuscrit. Le travail pas à pas sur une page de Nancy Huston puis l’étude de lapsus de Louis Althusser, en faisant apparaître « l’hésitation inhérente à l’écriture » et le mouvement de sémantisation qui s’appuie sur le sémiotique lexical et syntaxique, déplient en autant d’étapes l’épaisseur synchronique du texte fini.

38Dans la droite ligne des travaux de Jean-Michel Adam sur un fragment de La Bruyère ou sur les différentes traductions d’un conte d’Andersen, ces contributions nous éclairent sur ce qui fait d’un texte un tout signifiant porté par un mouvement d’ensemble, mais aussi le résultat d’une multitude d’interactions locales. Connecteurs, annonceurs et signes de ponctuation révèlent en tout cas leur importance stratégique et leur plurifonctionnalité puisqu’ils ont un impact à la fois sur la cohésion, l’énonciation et la catégorisation générique du texte. Quant à la critique génétique, elle apporte une contribution décisive sur l’articulation entre sémiotique et sémantique, au sens que Benveniste a donné à ces mots et que Jean-Michel Adam a repris (2011 a, p. 28).

ORGANISATION TEXTUELLE ET ORIENTATION PRAGMATIQUE

39La quatrième partie rassemble des études qui, d’une façon ou d’une autre, reprennent à leur compte ces dimensions intermédiaires de la textualité que sont les séquences et plans de texte. La contribution de Bernard Combettes éclaire l’émergence du texte argumentatif en moyen français à partir des usages scolastiques latins en montrant notamment comment se développent des formes de topicalisation spécifiques de l’opération de réfutation et des progressions thématiques à hyperthème absentes des textes narratifs. Mais, au-delà des seules pratiques discursives, Combettes propose de rattacher ces changements structurels à des phénomènes de fond tels que l’invention du paysage d’une part, le développement de l’hypotaxe d’autre part, qui témoignent d’une prise de conscience croissante de la différence entre un premier et un second plan.

40Kjersti Fløttum étudie comment le narratif peut s’inviter là où on ne l’attendait pas, à savoir dans les rapports sur le changement climatique produits par les institutions internationales. De nature argumentative, ces rapports sont pourtant caractérisés par une certaine narrativisation qui soutient une dramatisation du problème et un appel au changement. La typologie des séquences textuelles permet ainsi d’envisager autrement l’interaction entre la visée globale du texte et des traits locaux tels que la personnification.

41Obéissant à une double généricité, la lettre-testament analysée par Graças Rodrigues, João Neto et Luis Passeggi, offre une organisation en périodes qui la rattache aux genres rhétoriques et une représentation discursive du peuple qui la relie à l’interdiscours religieux. L’étude proposée articule les dimensions macro-et micro-textuelles et montre comment la redondance des faits observés contribue à la cohérence textuelle.

42Maria Antónia Coutinho réfléchit quant à elle aux relations entre plans de texte conventionnels ou occasionnels et visée communicationnelle globale à partir de différents exemples qui montrent la complexité de l’articulation entre les différents niveaux.

43Enfin, Lita Lundquist plaide pour une catégorisation des textes académiques selon les trois paramètres du discours, des genres et des types, et présente un outil didactique, le logiciel NaviLire, destiné à faciliter l’appropriation par les étudiants avancés des caractéristiques des textes explicatifs et argumentatifs. Le logiciel met en évidence étape par étape les différents éléments concourant à la cohésion textuelle et à la configuration énonciative : tiroirs verbaux, connecteurs, chaînes anaphoriques et reformulations, indices de polyphonie et de subjectivité, connaissances présupposées. Il permet aussi de tester les théorisations des linguistes et de comparer des langues entre elles sous l’angle de la cohésion textuelle ou des marques énonciatives.

*

44La richesse et la diversité de ces contributions montrent bien que la pensée de Jean-Michel Adam est entrée en résonance et en dialogue avec celle de nombreux autres chercheurs, en France et à l’étranger. Nous tenions à ce qu’un volume garde la trace, même partielle, de ces relations tissées au fil des années, de ces échanges et de ces rencontres, tout en relançant la réflexion sur les relations sans cesse à repenser entre textualité, énonciation, sémantique et pragmatique des textes. Le fil rouge de la généricité nous est apparu comme particulièrement susceptible de susciter des confrontations fructueuses entre approches ascendante et descendante. Mais il n’épuise pas la question comme le montrent aussi les faits qui transcendent la barrière des genres et ceux qui relèvent plutôt des modes d’organisation cognitivo-discursive que sont l’argumentation, la narration ou l’explication. Le débat est loin d’être clos et nul doute que Jean-Michel Adam ne contribue encore longtemps à l’alimenter.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam Jean-Michel, 1990, Éléments de linguistique textuelle. Théorie et pratique de l’analyse textuelle, Liège, Mardaga, coll. « Philosophie et langage ».

Adam Jean-Michel, 1999, Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, Paris, Nathan.

Adam Jean-Michel, [2005] 2011 a, La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus ».

Adam Jean-Michel, 2011 b, Genres de récits. Narrativité et généricité des textes, Louvain-la-Neuve / Paris, Academia / L’Harmattan.

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute, 2009, Le Texte littéraire. Pour une approche interdisciplinaire, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant.

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute, 2010, Textualité et intertextualité des contes, Paris, Classiques Garnier.

Aquien Michèle & Honoré Jean-Paul, 1997, Le Renouvellement des formes poétiques au xixe siècle, Paris, Nathan.

Bakhtine Mikhaïl, 1984, Esthétique de la création verbale, Alfreda Aucouturier (trad.), Paris, Gallimard.

Bobillot Jean-Pierre, 1992, « Vers, prose, langue. Quelques propositions », Poétique, no 89, p. 71-90.

Bronckart Jean-Paul, 1997, Activité langagière, textes et discours. Pour un interactionnisme socio-discursif, Neuchâtel / Paris, Delachaux et Niestlé.

Bronckart Jean-Paul et al., 1985, Le Fonctionnement des discours, Neuchâtel / Paris, Delachaux et Niestlé.

Charolles Michel, 1978, « Introduction aux problèmes de la cohérence des textes », Langue française, no 38, p. 7-41.

Herschberg Pierrot Anne, 1993, Stylistique de la prose, Paris, Belin.

Jaubert Anna, 2007, « La diagonale du style. Étapes d’une appropriation de la langue », Pratiques, no 135-136, p. 47-62.

Maingueneau Dominique, 2004, « Retour sur une catégorie : le genre », dans Jean-Michel Adam, Magid Ali Bouacha et Jean-Blaise Grize (dir.), Textes et discours : catégories pour l’analyse, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, p. 107-118.

Philippe Gilles, 2008, « Registres, appareils formels et patrons », dans Lucile Gaudin-Bordes et Geneviève Salvan (dir.), Les Registres. Enjeux stylistiques et visées pragmatiques, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, p. 27-37.

Notes

1 La belle leçon d’adieu que Jean-Michel Adam a bien voulu confier pour ce livre ouvre des pistes pour une telle reconfiguration. Voir infra, p. 297.

2 C’est l’occasion de souligner le rôle essentiel joué dans le développement et la diffusion de la linguistique textuelle par le collectif de la revue Pratiques, auquel appartenaient Michel Charolles, Bernard Combettes, André Petitjean, et avec lequel Adam entretenait une collaboration régulière.

3 Intitulée en 1999 Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, elle est ensuite sous-titrée Introduction à l’analyse textuelle des discours dans les éditions de 2005, 2008 et 2011, syntagme qui devient également dans cette dernière version le titre du premier chapitre.

4 Le schéma 3 de La Linguistique textuelle met en évidence cette relation (Adam, 2011 a, p. 31).

5 On sait que Dominique Maingueneau (2004) distingue plusieurs sortes de genres selon le degré de jeu entre leur scène générique et leur scénographie. Adam oppose, lui, des genres routiniers, dominés par le principe de répétition, à des genres reposant au contraire sur le principe de variation (Adam, 2011 b, p. 19).

6 On en trouve un résumé dans Genres de récits (Adam, 2011 b, p. 30-34).

7 Je n’emploie pas ce mot dans son sens traditionnel mais je le choisis à dessein pour indiquer que la linguistique n’a pas à s’interdire le mouvement interprétatif qui, à partir de l’observation des faits et des structures et de la prise en compte du contexte de production et de réception, détermine pour chaque texte une visée illocutoire et des effets possibles.

Auteur

Professeure en sciences du langage à l’Université de Toulon. Ses travaux portent sur la sémantique des connecteurs (toutefois, si, cependant), l’énonciation et l’analyse textuelle des discours. Elle a publié Mesures et passages. Une approche énonciative de la poésie de Philippe Jaccottet (Honoré Champion, 2002) et, avec André Bellatorre, Le Printemps du temps. Poétiques croisées de Francis Ponge et Philippe Jaccottet (Publications de l’Université de Provence, 2008). Elle a édité des actes de colloques sur Louis Aragon, André Salmon, Jean Malrieu, et écrit de nombreux articles sur la production / interprétation de la poésie contemporaine fondés sur l’analyse de poèmes des xxe et xxie siècles (notamment des recueils de Pierre Reverdy, Saint-John Perse, Lorand Gaspar, Jacques Roubaud, Jean Tortel, Antoine Émaz, James Sacré). Elle travaille également sur les discours politiques et médiatiques au sein de la revue Mots. Les langages du politique et dans d’autres projets collectifs.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540