Version classiqueVersion mobile

Mines et pouvoir au Moyen Âge

 | 
Marie-Christine Bailly-Maitre
, 
Jean-Michel Poisson

Les positions fortifiées des aires minières médiévales dans les régions de Jihlava et de Havlíčkův Brod (République Tchèque)

Pavel Rous, Ladislav Vilímek et Karel Malý
Traduction de Katarina Pecinkova

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les fortifications des cités minières médiévales représentent pour nous une catégorie différente. (...)

1On trouve dans les régions autrefois minières de Jihlava et de Havlíčkův Brod des fortifications médiévales – de type « site fortifié » ou petit château – non loin des anciens sites d’exploitation. On peut supposer que celles-ci, au Moyen Âge, étaient liées à une activité minière et une extraction métallurgique locale, en particulier argentifère. En raison de la grande variabilité de leurs plans, et faute de découvertes satisfaisantes, cette catégorie de positions fortifiées, ou même de simples bâtiments, ne peut être désignée sous le terme unique de petit château. Dans l’immédiat, nous nous contenterons d’une désignation provisoire : les positions fortifiées probablement liées à l’industrie minière médiévale1.

  • 2 Měřínský, (1984, p. 31-32) et Durdík, (2001, p. 147) ont attiré l’attention sur cette catégorie spé (...)

2Dans l’état actuel de nos connaissances, les sites anciens de la fin du XIIIe et du XIVe siècle qui ont été conservés dans la région de Havlíčkův Brod, sont formés de cordons de haldes, plus ou moins isolés, autour de puits, ou bien constituent des zones caractérisées par des dépressions correspondant aux orifices remblayés des galeries. Ces orifices s’ouvrent, généralement, dans une vallée ou un chenal d’écoulement, et il est fréquent de rencontrer, à proximité, des vestiges liés au traitement du minerai argentifère. Il est évident que certaines de ces localités minières, ainsi que les exploitations sur des gisements aurifères primaires et secondaires, pouvaient avoir des rapports avec des positions fortifiées de différents types, le plus souvent identifiées initialement comme lieux fortifiés, petits châteaux ou châteaux forts disparus2, selon leur aspect.

  • 3 Vosáhlo, 2001, p. 107

3On imagine que ces positions fortifiées se distinguaient plus ou moins des demeures seigneuriales, en raison des motifs qui avaient présidé à leur édification. Elles servaient vraisemblablement d’entrepôt pour le minerai brut et le métal, ou de hangar pour les outils des mineurs. Elles avaient sans doute également pour rôle de protéger les installations techniques, de surveiller les aires d’extraction, de traitement, de vérification, etc. On peut penser que les entrepreneurs miniers s’y partageaient le minerai trié, hypothèse très probable pour la région de Jihlava fin XIIIe-début XIVe siècle, car la version allemande du code minier de Jihlava mentionne les lieux « où le minerai est réparti3 ».

4Néanmoins, on observera d’emblée qu’il n’est pas facile d’attester cette supposée fonction « minière » des fortifications, sachant en particulier qu’au gré des époques, ces dernières connurent un usage d’habitation, de refuge, militaire ou bien de surveillance. Le lien avec l’industrie minière n’est bien souvent indiqué que par la proximité immédiate des lieux d’extraction et de traitement, par leur isolement par rapport à la cité et par l’absence de base économique. Il faut encore souligner que, dans ce domaine, les sources écrites ne nous apportent pratiquement aucun témoignage sur la vie des sites fortifiés, pas même sur leurs noms d’origine. Nous devons donc nous contenter des indices glanés sur le terrain et dans les découvertes archéologiques. Par ailleurs, des comparaisons sont possibles avec la Bohême et la Moravie où la situation est identique.

  • 4 Durdík, 2001.

5Il existe, à la frontière des régions de Čáslav et de Havlíčkův, deux localités qui étaient liées à l’exploitation minière aurifère. Hrádek u Podmok (château près de Podmoky, ou plutôt près de Kozohly) a tout récemment été qualifié de petit château fort (ses dimensions sont de 23 m x 17 m) avec façade à pignon. L’absence de basse-cour prouve qu’il ne remplissait pas la fonction ordinaire de demeure, ce qui permet de le considérer comme « un point d’appui du pouvoir ou du contrôle », directement lié aux activités de la mine voisine, activités qui étaient probablement à l’origine de sa construction. Ce type de château n’existait pas en Bohême, cependant on le rencontre fréquemment dans le sud de l’Allemagne, particulièrement à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle et tout au long du XIVe siècle. Il fut peut-être bâti sur l’Ordre des Chevaliers allemands qui, à cette époque, possédaient Kozhlody et son église4 (fig. 1). Son existence, cependant, fut de courte durée, les céramiques découvertes sont assez peu nombreuses et peuvent être datées du tournant des XIIIe et XIVe siècles.

Fig 1. Château de Podmoky

  • 5 Starý, Šanderová, Tomášek, 2001, p. 88, 93, 94.

6Tout près de deux sites miniers aujourd’hui disparus, une position fortifiée, dont on ignore le nom, coiffe l’éperon qui domine le Římovický potok (le Ruisseau de Římovice). On lui a provisoirement donné le nom de Římovice II. De forme irrégulière, son périmètre est d’environ 40 m x 40 m. Sur l’éperon même et sur les anciens terrains miniers, des puits de mine ont été découverts5 (fig. 2).

Fig 2. Římovice

  • 6 Klusáčková, 1981.
  • 7 Měřínský, 1984, p. 31, 32, 39.

7Dans les monts métallifères (Krušné Hory) de la région de Teplice, se trouve la forteresse de Loupežný, dont l’existence fut liée à l’extraction, aujourd’hui éteinte, du minerai stannifère. L’aire centrale, dont le plan est à peu près ovale (22 m x 28 m), est bordée d’un fossé avec glacis. Lors de la prospection de vérification en 1976, la topographie de surface n’a pas révélé de bâtiment, ni de reste de maçonnerie, si ce n’est, au centre, « un foyer de type indéterminé ». La céramique découverte a tout récemment été datée du XIIIe siècle et de la première moitié du XIVe. Parmi le mobilier, se trouvaient des objets associés à l’industrie minière : des coins en fer, une lampe de mineur, des fragments d’autres lampes et notamment un moule en grès pour la coulée des barreaux d’étain. Ces différents éléments permettent de penser que cette localité fut d’abord un lieu d’extraction de l’étain, d’où sa définition « un chantier minier et métallurgique » avec le commentaire que « dans les environs de cette localité, ou directement dans cette localité, on pouvait traiter le minerai extrait6 ». Lors d’une prospection antérieure, effectuée au tournant des XIXe et XXe siècles, on aurait trouvé, ce qui est invérifiable aujourd’hui, des « moules, pots pour fusion et recuit des métaux non ferreux et des barreaux d’étain7 » (fig. 3).

Fig 3. Loupežný

  • 8 Gabriel, Smetana, 1981, p. 37, 41-43, 49, 55, 56 ; Gabriel 1986, p. 15-19, 50, 51.

8La place forte de Kyjovský hrádek (le petit château de Kyjov) à České Švýcarsko (la Suisse tchéco-saxonne – la région de montagnes et de rochers du nord-ouest de la Bohême) a longtemps été considérée comme les restes d’un château fort. Cependant, les recherches ont permis de découvrir qu’il s’agissait sans doute d’une cité disparue ; ses constructeurs avaient su mettre à profit les escarpements rocheux naturels, les ravins et les crevasses pour la protéger. Elle était composée d’une basse-cour (60 m x 60 m) et d’une « acropole » (40 m x 60 m). Selon la première hypothèse, c’était une « cité fortifiée pour les prospecteurs, située dans un contexte géologique riche en gisements de métaux nobles et de minerai de fer, mais dont la fondation aurait échoué » et « la toponymie confirmait une activité extractive ». L’existence de Kyjovský hrádek, datée d’après les céramiques trouvées, entre la fin du XIIIe siècle et le milieu du XIVe siècle, plus précisément entre 1250 et 1340, fut assez brève. Après de vains efforts, les prospecteurs auraient quitté les lieux, « délaissant un embryon de hameau inachevé ». Les recherches ont pu progresser grâce à la découverte d’une maison médiévale dans « l’acropole ». Dans les trouvailles inventoriées, on peut citer, parmi les différents objets métalliques « des coins en fer et un pic indiquant un possible caractère minier de la cité ». Ceci s’ajoute aux découvertes de scories, et permet d’affirmer « qu’à l’époque autour de 1300, la cité était habitée par des mineurs qui, dans les environs, extrayaient la limonite, le minerai de fer qu’ils fondaient et vendaient par la suite8 » (fig. 4).

  • 9 Gabriel, 2004.

9En « Suisse tchéco-saxonne », Kyjovský hrádek (le petit château de Kyjov) peut être comparé à Chřibský hrádek (le petit château de Chřiby), Brtnický hrádek (le petit château des ours) et Vlčí hrádek (le petit château des loups). Il est très probable que ces localités, qui se caractérisaient plutôt comme des habitations « sans fortification apparente », servaient « de demeures provisoires aux prospecteurs ou au mineurs travaillant dans les environs et protégeaient du vol les fruits de leur travail9 ».

  • 10 Jirásek, Sigl, Wolf, 1988, p. 27-29 ; EČT, I, p. 55, 256.

10Dans les contreforts des monts des Géants (Krkonoše), dans la région de Trutnov, à la lisière du village de Javorník, se trouvait un lieu fortifié du même nom. Son existence est documentée par les sources écrites, de 1354 jusqu’à la première moitié du XVIe siècle. La prospection sur les lieux a montré que la place fortifiée de Javorník avait été protégée par « une douve importante » et par un glacis avec muret de pierres. « Nous pouvons lier la création de ce lieu fortifié à l’activité aurifère, comme le prouvent les haldes étendues [...], dans le voisinage de ce site, sur une superficie d’environ 2 hectares. » Cette activité est attestée jusqu’à la seconde moitié du XIVe siècle. Lors du creusement de la douve, sur le pourtour nord-ouest, les chercheurs ont observé que les constructeurs avaient « très probablement » réutilisé un ancien chenal ayant servi à « laver les minerais ». Près de cet aménagement, une halde qui servait de base au glacis devant la douve, est partiellement conservée. Il y avait, notamment sur la face extérieure du glacis, une quantité considérable de « pâte de verre » ou de « scories vitreuses » qui témoignent de « l’affinage de métaux nobles10 » (fig. 5).

Fig 4. Château de Kyjovský

Fig 5. Kyjovský-II

  • 11 Hornišer, 1997.

11Malá Morávka-Kapličkový vrch (la colline de la petite chapelle), dans le cadastre de la commune de Malá Morávka, a été récemment découverte dans la région de Bruntal. Sur la pente de Kapličkový, se trouve un plateau (50 m x 25 m) qui, protégé par un mur de pierres non daté, a échappé aux bouleversements récents. Une fouille a mis au jour des tessons de céramique appartenant à la première moitié du XIVe siècle, ainsi que des objets en fer. Ces objets étaient « mélangés à de nombreuses scories ». Il s’agissait « probablement de la demeure de métallurgistes qui travaillaient le minerai de fer » et peut-être n’était-ce qu’une partie d’une citée plus vaste. À environ 500 ou 600 mètres du lieu de la découverte, les vestiges d’une ancienne galerie d’exploitation du minerai de fer sont conservés. Un fragment de céramique y a été trouvé appartenant également à la première moitié du XIVe siècle11.

  • 12 Měřínský, 1984, p. 32, 39 ; Nekuda, Unger, 1981, p. 286, 287.
  • 13 HZTČMS II, p. 198 ; Goš, 1977, p. 34, 35.

12La littérature scientifique traite de deux localités situées dans la région de Jeseník près de Javorník. Javorník-Travná est présenté comme un « petit château » avec une basse-cour, situé « au-dessus des mines ». L’aire centrale, dont le plan est presque carré (15 m x 15 m), est bordée d’un fossé périphérique et d’un glacis. « On ne peut exclure l’idée que ce petit château servait à l’origine à protéger l’extraction12. » (fig. 6) Javorník-Račí údolí (la vallée des écrevisses) est définie comme « lieu fortifié » avec une « acropole » (16 m x 27 m) entourée de douves. On trouve, à proximité, de « vieilles haldes » ce qui dès 1936 a conduit à identifier ce lieu à un dispositif de protections pour les mineurs13.

  • 14 Il convient d’ajouter ici qu’au cours de la première période de son existence, Hrádek coexistait a (...)

13Rýmařov-Hrádek (Burgstadl, Burgstadtl en français, le petit château) situé dans la ville du même nom dans la région de Bruntál, sur les contreforts des montagnes de Jeseník, était associé aux activités d’extraction et de traitement. Le cœur de la fortification, construite sur un bas éperon vers le milieu du XIIIe siècle, était de forme ovale (40 m x 25 m) et bordé d’un fossé. Vers la fin du XIIIe siècle, un bâtiment, dont les fondations de pierres dessinaient un carré de 9 m x 9 m, est édifié au centre de « l’acropole ». Lorsque la ville de Rýmařov fut fondée vers 1270, la position fortifiée fut englobée dans la fortification périphérique de la ville et le petit château prit la fonction d’un château urbain. Vers la fin du XIIIe siècle, une fonderie d’or fut établie à Hrádek. Elle fut active au tournant des XIIIe et XIVe siècles et traitait le minerai extrait des champs d’orpaillage environnants. Des vestiges spécifiques de cette activité y ont été retrouvés. Il s’agit de plaquettes de fusion, petits disques de céramique d’environ 10 cm de diamètre, dont la forme plate peut varier jusqu’à adopter la forme d’une écuelle et qui présentent des traces de la matière en fusion et de l’or obtenu par fusion14.

  • 15 Goš, Karel, 2003.

14Pendant le règne de Jean de Luxembourg, un atelier sidérurgique avec un four de simple réduction était en activité, comme l’attestent « de nombreux restes de scories ». Cet atelier traitait l’hématite et la magnétite des environs. La couche de scories, qui atteint parfois plus de 1 m d’épaisseur, témoigne de cette productivité. Entre 1350 et 1370, Hrádek n’est plus lié aux activités d’extraction et de traitement, sa fonction de cité s’est éteinte peu avant 1406. À la place de Hrádek, il y a aujourd’hui « une petite colline ovale surmontée d’un plateau » mesurant 36 m x 32 m et d’une épaisseur de 3 m à 4 m15 (fig. 7).

Fig 6. Château de Travná

Fig 7.Rýmařov-Hrádek

  • 16 HZTČMS II, p. 197.
  • 17 HZTČMS II, p. 148, 149 ; Goš, Novák, Karel, 1985, p. 221, 222 ; Nekuda, Unger, 1981, p. 87, 189.

15Il existe encore, dans les environs de la ville de Rýmařov, deux positions fortifiées plus ou moins liées à l’industrie minière médiévale. La localité de Pustý zámek (le château laissé à l’abandon) était peut-être « une petite forteresse construite pour protéger les mines et les forges environnantes16 ». Malá Štáhle-Bonhýbl (Wallhügel) est située sur une terrasse surplombant la rivière Moravice. Le plan de la partie centrale de cette fortification est circulaire, d’un diamètre d’environ 15 m, mais avec une légère tendance quadrangulaire. Un fossé et un glacis l’entourent. On a découvert que la plate-forme centrale n’avait pas été remblayée ; aucune trace d’incendie, et aucun matériel céramique ne s’y trouvait. La première mention écrite du village de Malá Štáhle-Bonhýbl date de 1298, lorsque le roi le concéda au monastère cistercien, en échange du village silésien de Kamenec. « On peut imaginer que la possibilité d’extraire des métaux nobles, comme le montrent les anciens lieux d’orpaillage à proximité de la rivière Moravice et de Podolský potok (le ruisseau de Podolí) a incité les cisterciens à s’installer dans leur voisinage17.

Description des sites

  • 18 HZTČMS VI, p. 457, 458.

16Dans le cadastre de Kochánov, le lieu fortifié de Smrčensko se trouve à 5 km au sud-ouest de la ville de Světlá nad Sázavou. Il est situé sur un terrain forestier, entre le lieu-dit « Remuta » et le hameau de Smrčensko. L’historien et archiviste Jiří Sochr a été le premier à le publier en 1989. D’après lui, il n’en existait aucune mention écrite. Avant 1757, un village fut fondé dans son voisinage « dont il n’existe pas non plus de mention écrite ». À proximité du lieu fortifié subsistent « les vestiges de quatre bâtiments, peut-être les restes d’un village disparu, et des galeries éboulées ». C’est sans doute la raison pour laquelle l’auteur cité a jugé que « le lieu fortifié a été construit au cours de la seconde moitié du XIVe siècle, tandis que l’extraction se pratiquait sur les terrains du monastère de Vilémov18 ».

17À en juger par le relief actuellement assez marqué du terrain, la construction centrale du site fortifié peut être interprétée comme une maison d’habitation en deux-trois parties, de plan rectangulaire d’environ 18 m x 7 m. Les modestes digues retenant l’eau dans le petit étang qui bordait la fortification, côté sud, se rattachaient perpendiculairement aux plus longs murs extérieurs du bâtiment. Une formation de glacis, peu marquée, coudée perpendiculairement et jouxtant, au nord-est, la construction centrale, peut correspondre au vestige d’une légère clôture de l’espace agricole (fig. 8).

Fig 8. Smrčensko

18Une fouille illégale, en 2003, au cœur de l’espace fortifié, a permis de mettre partiellement au jour, du côté sud du bâtiment central aujourd’hui disparu, le parement intérieur du mur extérieur. Cette opération permet d’estimer à 1,30/1,50 m l’épaisseur des murs extérieurs. Lors de l’enlèvement des déblais, seuls trois fragments de pots de réduction ont été retrouvés ; leur datation se place entre la seconde moitié du XVe siècle et le XVIe siècle.

19Compte tenu de l’épaisseur du mur extérieur, on peut avancer que le lieu fortifié de Smrčensko était une construction en forme de tour, partiellement protégée par un réservoir d’eau. Cette fortification était isolée du village. À l’heure actuelle, sa fonction n’est pas évidente. Peut-être en saura-t-on plus après la prospection de surface qui a pour mission de vérifier les hypothétiques vestiges de maisons ainsi que, dans un périmètre plus large, les traces d’une activité minière.

  • 19 EČT, I, p. 174 ; HZTČMS IV, p. 108 ; Sedláček, 1900, p. 250.

20La construction de la tour forte de Hadrburk (Haderburg) est liée à une cité minière aujourd’hui disparue (qui ne figure plus dans le cadastre de Termesivy), près de la ville de Havlíčkův Brod, ayant fonctionné vers le milieu du XIVe siècle. Cette tour était située de façon atypique près de la rivière Sázava, sur un terrain plat caractéristique des bords d’une rivière, à 600 m de la ville. Le bâtiment en pierres, en forme de quadrilatère (fig. 9 et10), était entouré d’un fossé de plan quadrangulaire : la cité aurait disparu lors des guerres hussites. La première mention écrite est de 138219. Parmi les ensembles de trouvailles, qui n’ont pas encore été exploités, provenant de ce site (60 m x 60 m) et de son voisinage immédiat, se trouvent des scories argentifères. Hadrburk était encore, au cours des deux dernières décennies du XIVe siècle, lié à l’extraction d’un site minier proche que ses habitants avaient déjà déserté. La chose est attestée par des documents concernant les propriétaires ou les locataires de Hadrburk. Ceux-ci étaient au nombre de quatre, dont trois étaient originaires de Kutná Hora (la montagne d’extraction). Sedláček appelle les mineurs horníci. Il est néanmoins probable qu’il se base sur la chronique de la ville de Německý Brod, qu’il cite par ailleurs. Ce terme pourrait par conséquent signifier aussi « bourgeois, citoyen de la ville de Kutna Hora », car en tchèque le mot « mineur » horník est dérivé du mot hora, la montagne.

Fig 9. Hadrburk : shéma de la topographie du site

  • 20 Obst, Rous, 1999.

21La position fortifiée de Poustevnický Rybníček (Oißsidlerteichl) est située dans la forêt qui recouvre les pentes de la colline Vysoká, selon le cadastre du village du même nom (à l’origine, Hohentann, Hochtann). Le site a été découvert tout récemment. Aujourd’hui disparu, Poustevnický Rybníček était constitué d’un petit étang avec un îlot occupé par un bâtiment. Cet étang fait partie d’une cascade de petits réservoirs dont il ne subsiste plus rien, à proximité d’un ensemble de haldes. Le bâtiment avait un périmètre de 8 m x 14 m x 6 m x 14 m. L’îlot était protégé par une douve profonde de près de 20 m (fig. 11 et 12). Une microsonde introduite dans le terrain de l’îlot a permis de récupérer quelques tessons de céramique datables des XIVe-XVe siècles. Certains d’entre eux, qui proviennent des haldes, datent de la première moitié du XIVe siècle. En dépit d’une fouille minutieuse, aucun vestige d’un habitat médiéval n’a pu être découvert dans les environs de la fortification et des haldes. Les sources écrites sont muettes sur cette localité. Seules des légendes évoquent un château avec une colonne d’argent et l’ermitage sur l’îlot avec son habitant solitaire. Il est vrai qu’au début du XIVe siècle, les cisterciens de Sedlec possédaient le village de Vysoká20.

Fig 11. Poustevnický Rybníček

Fig 12. Poustevnický Rybníček

  • 21 Altrichter, 1931, p. 126.
  • 22 Streinz, 1939, p. 2, 7.
  • 23 Altrichter, 1931.
  • 24 Beránek, 1931, p. 26.
  • 25 SOkA Havlíčkův Brod, le fonds des cartes.
  • 26 SOkA Havlíčkův Brod, MP IV, carte no 5.
  • 27 Pechhold, 1907, p. 74.

22Žižkův Kopec (la colline de Žižka) domine le village de Kamenná (Perchmeisterdorf qui deviendra plus tard Bergersdorf) dont le district minier figurait sur le cadastre de Šlapanov. Son tertre boisé est coiffé d’une fortification. Cette dernière est constituée d’une aire circulaire d’environ 20 m de diamètre, entourée d’un fossé bien marqué (large de 8 m à 12 m et d’une profondeur maximale de 3,50 m) avec son glacis (fig. 13 et 14). En surface, il ne subsiste aucun vestige de construction ou de destruction. Les sondages effectués au moyen d’une tarière ont prouvé l’existence d’un horizon anthropique pénétrable jusqu’à une profondeur de 0,70 à 0,90 m, comportant plusieurs niveaux stratigraphiques. Près de la fortification se trouvaient des fragments d’un ancien mur, ainsi que les vestiges supposés d’une église21. Les sources écrites n’apportent aucun témoignage sur la position fortifiée de la colline de Žižkův Kopec, elle ne figure pas dans les livres d’inventaires. Son ancien nom « Ampel Stadel22 » peut être directement lié à l’industrie minière si l’on fait dériver son nom de l’expression « Am Bergstadel » (trad. litt. : près du dépôt minier). On mentionne cependant d’autres variantes du nom de ce lieu-dit telles « Ompperstodl23 », « Amprštódl24 ». Sur le cadastre de la commune de Bergersdorf de 183625, la place fortifiée est située dans le périmètre d’un lieu-dit nommé « in Vielgessen ». C’est sur une carte minière de Höniger26 que la situation des haldes, près de Kamenná, est la mieux représentée. Dans la littérature scientifique, on aime parler de l’ancien orpaillage de Kamenný potok (en allemand : Goldbach, le ruisseau d’or) à proximité ; cependant il n’existe aucune preuve certaine. En revanche, il existe une explication plus sérieuse et plus ancienne du nom du ruisseau à partir de l’expression allemande « golten Bach » ou « getlten Bach » qui signifie un ruisseau stérile ou improductif27.

Fig 13. Žižkův Kopec

Fig 14. Žižkův Kopec

  • 28 SOkA Havlíčkův Brod, MP IV, carte no 5
  • 29 Pechhold, 1907, p. 87.
  • 30 Rychlá, 2003.

23La localité de Vaječný dvůr (la cour des œufs), anciennement appelée Eierhof est, selon le cadastre de la commune de Nové Dvory, située sur le coteau boisé qui domine la vallée peu profonde du petit Cihelenský potok (le ruisseau de briques), encore appelé Eierhofbächlein au début du XXe siècle, et qui est un affluent du Zlatý potok (le ruisseau d’or) tout proche. Vaječný dvůr est un lieu fortifié atypique et, du point de vue de notre sujet, problématique. Nous le citons pour la seule raison qu’il se trouve à proximité (2 km) de la localité de Žižkuv Kopec déjà décrite, et parce que Höniger a trouvé à 4 km à l’ouest, un ensemble de haldes appartenant au site minier médiéval de Kamenná28. Pechhold29 mentionne de nombreux vestiges de l’industrie minière dans le bassin de l’Eierhofbächlein, y compris la découverte de burins emmanchés. Il convient de souligner que la position de Vaječný dvůr ne figure ni dans les sources écrites ni dans la littérature scientifique, ce n’est que récemment que les premières informations ont été publiées30.

24Vaječný dvůr est constitué d’un glacis à trois ailes inscrit dans un plan rectangulaire, avec des angles arrondis et dont le pourtour extérieur est cerné d’un fossé. Le glacis a une largeur de 50 m et ses ailes atteignent une longueur de 40 m à 50 m. Le fossé qui le borde sur presque toute sa longueur est large de 7 m à 9 m, avec une profondeur variable d’environ 2 m.

  • 31 Černý, 1992, p. 328, 329.

25La hauteur du glacis est de 1,50 m à 2 m et sa largeur peut atteindre jusqu’à 10 m. À l’heure actuelle, nous ignorons tout du but et de l’âge de cette clôture de glacis. Nous ne connaissons qu’une seule configuration semblable, à Vaječný dvůr, située près du village disparu de Bystřec à Drahanská vrchovina31, et qui n’est pas encore identifiée (fig. 13 et 15).

Fig 15. Vaječný dvůr

  • 32 Altrichter, 1931, p. 168 ; Pechhold, 1907, p. 86, 87.

26Le nom « Eierhof » apparaît pour la première fois sur un plan du cadastre de 1836 comme le lieu-dit d’une partie de la forêt où la clôture présente une forme de polygone. Selon la légende qui entoure l’origine du nom de Vaječný dvůr, le seigneur de cette cour n’avait d’autre revenu que la dîme que lui versaient ses serfs sous forme d’œufs. Ainsi régalait-il ses hôtes de plats d’œufs. Plus tard, lorsque la cour disparut, il ne demeura plus à sa place qu’un fossé rectangulaire dans la forêt. Par la suite, un nouveau village fut construit sur le terrain déserté, qui reçut le nom de Nové Dvory32.

  • 33 Obst, 2001 ; Obst, Rous, 1998, p. 8, 12, obr. 1.

27Le territoire de Štoky, décrit sur le cadastre, représente peut-être la forme embryonnaire d’une position fortifiée. Il se situe sur la bordure occidentale d’une aire occupée par une cité minière médiévale aujourd’hui disparue et dont le nom est incertain. Des scories de traitement de minerai argentifère figurent parmi les trouvailles de surface de la cité même. Le site prend la forme d’un tertre bas, arrondi, au-dessus de Mlýnský potok (le ruisseau du moulin) et de son affluent sur la rive gauche qui n’a pas de nom. Plusieurs campagnes de fouilles ont permis de découvrir une quantité surprenante de céramiques du XIIIe siècle comparables à la céramique se trouvant sur le terrain de la cité minière voisine33 (fig. 16).

Fig 16. Le territoire de Štoky

  • 34 par exemple, Obšusta, 2000 ; Měřínský, 1984, avec le plan de la fortification : fig. 5.

28La localité de Štítky – petit château – dans la région de Želetava est assez bien décrite dans la littérature scientifique34. Rappelons brièvement que la fortification est souvent mise en relation avec les villages de Malé (petit) Štítky et Velké (grand) Štítky, que les sources écrites mentionnent dès 1257. Cependant, on ne peut situer le début de l’extraction minière avant 1345, époque à laquelle on trouve la mention : « des mines récemment découvertes près du village de Štítky » ou même avec la précision : « les mines d’or à Štítky ». La localité de Štítky est citée en 1414, apparemment en rapport avec l’extraction. L’habitat de ce lieu a disparu avant 1519.

29Dans un rayon d’environ un kilomètre autour du site fortifié subsistent des traces d’une extraction souterraine ainsi que de l’orpaillage. La fortification se trouve sur la bordure ouest d’une cité disparue (sans doute Velké Štítky). Sa superficie, longue de 300 m au moins, a été délimitée par une prospection au sol. Les trouvailles appartiennent en général au XIVe siècle, mais certaines peuvent être de la seconde moitié du XIIIe siècles, ou encore du XVe siècle.

  • 35 Měřínský, 1984, p. 31.
  • 36 Obšusta, 2000, p. 53.
  • 37 Houzar, Škrdla, Vokáč, 2004.

30Une surface circulaire de 30 m de diamètre, exhaussée de 2 à 3 m par rapport au fond du fossé, constitue le cœur de la place forte. La plateforme est cernée par deux fossés et leurs glacis concentriques. La largeur des fossés varie entre 7,50 m et 8,50 m. En 1936, des groschen pragois de Jean de Luxembourg y ont été trouvés en grande quantité. En 1982, des carottes géologiques sur le plateau et dans le fossé interne ont permis de mettre au jour de la céramique contemporaine de celle trouvée dans la cité voisine. Des scories ont été récupérées près de la fortification. Le silence des sources écrites confirme par défaut l’hypothèse selon laquelle nous ne sommes pas ici en présence d’une demeure seigneuriale habituelle. Ce lieu a été interprété comme « une certaine forme de fortification en relation avec l’organisation de l’extraction de l’or dans la région, éventuellement pour la protection et le stockage ou le traitement de la matière extraite35 ». « L’or obtenu pouvait être conservé dans ce lieu fortifié qui servait ainsi de réserve blindée36. » Nous disposons peut-être d’un indice en faveur de cette fonction de dépôt d’or : « une anomalie AU (d’or) métalométrique sur la surface du petit château qui n’est pas d’origine naturelle37 » (fig. 17).

  • 38 Dans le cas des deux trouvailles du XIXe siècle, dont nous allons parler dans ce paragraphe, les d (...)

31Sur les rives de la Jihlava, dans le voisinage immédiat de Kostelec près de Jihlava, se trouvent deux lieux fortifiés où l’on a reconnu des traces d’une activité minière38. Cependant, bien que mentionnées dans la littérature, ces trouvailles sont actuellement invérifiables.

  • 39 Plaček, 2002, avec le plan du site fortifié : fig. 1.
  • 40 Bradáč, 1925.
  • 41 Machek, 1935.
  • 42 MV Jihlava, rapport écrit du docteur Léopold Fritz, 1803/1895, inv.č. Ji-20/B/654.

32Le site fortifié le plus connu est appelé Vestenhof et occupe un coude de la Jihlava. Sa superficie est de 50 m x 30 m. Dès les années 1364-1371, les sources écrites mentionnent aussi bien le lieu fortifié que ses propriétaires. Le blason de ceux-ci, Hamrové de Kostelec, comportait une meule de moulin. On suppose que cette fortification a disparu avant 1464. Elle fut par la suite remplacée par une ferme dont le nom – Vöstenhoff – apparaît pour la première fois vers 165039. Parmi les trouvailles de 1887/89, Léopold Fritz aurait enregistré des pots pour la fusion et des lampes de mineurs40. Vilém Richlý a, lui aussi, trouvé ici un pot pour la fusion des métaux41, ainsi que deux meules de moulin à minerai « avec des cercles (raies concentriques) usés42 ».

  • 43 Plaček, 2002, p. 481, plans : fig. 2 et 4.
  • 44 Selon le dessin des trouvailles faits par V. Richlý et légendé « Vestenhof 1894 », MV Jihlava, rap (...)
  • 45 MV Jihlava, rapport écrit du docteur Léopold Fritz, 1803/1895, inv.č. Ji-20/B/654.
  • 46 Machek, 1935.
  • 47 MV Jihlava, inv.č. Ji-20/B, 298, Vilém Richlý : Poznámky ku sbírkám, I. Mirošovice, 1890/1896, str. (...)

33Près de Kostelec, sur la rive droite de la Jihlava, se trouvent les vestiges d’un site qui ne porte pas de nom. L’espace fortifié – long de plus de 120 m, ce qui est étonnant, et large de 25 m à 30 m – était délimité par un mur de pierres, une enceinte de 2 m d’épaisseur43. Lorsque l’emplacement fut coupé par la construction du chemin de fer, L. Fritz enregistra des tessons de céramique à cuisson réductrice et glaçure interne, ainsi que de nombreux fragment de pots pour la fusion qui servaient à tester le minerai44 (« des scories amalgamées étaient encore collées dans certains pots »), essentiellement des scories « d’argent et un petit morceau d’écume d’argent ». C’est pourquoi, L. Fritz a décrété qu’il y avait eu une « fonderie de minerai argentifère » sur le lieu de découverte45. Avant 1935, une autre fouille avait permis de découvrir à l’intérieur de la fortification « des restes d’un four long de 4 m, large à l’intérieur de 40 cm et de 1,40 m à l’extérieur, et dont l’extrémité était arrondie. Il y avait devant ce four quantité de cendres, de grains brûlés ainsi que quelques scories. On mit ensuite au jour une meule de moulin en granit de 80 cm de diamètre avec un axe de rotation d’environ 15 cm de diamètre46 ». Dans le passé, un pic avait été découvert dans la maçonnerie de l’enceinte, que l’on avait identifié comme un pic de mineur47 (fig. 18 et 19).

Fig 18. Site près de Kostelec

Fig 19. Pic découvert dans la maçonnerie de l’enceinte, site près de Kostelec
NOTA : Les récipients figurés sur cette planche ne semblent pas être des creusets mais plutôt des céramiques de poêle, notamment celui du haut, du type « carreau bol », en usage dans l’espace rhénan aux XIVe et XVe siècles ; Cf. A Richard et J.-J. Schwien, Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne, technologie, décors, aspects culturels, Actes de la table ronde de Montbéliard (23-24 mars 1995), Dijon, Revue archéologique de l’Est (15e suppl.), 2000. La présence de ces structures de chauffage n’est pas rare sur les sites miniers ; Cf. P. Benoit, La mine de Pampailly (Rhône) XVe-XVIIIe s., Lyon, Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes 14, 1997. (J.-M. Poisson)

  • 48 CDM IV, no 164.
  • 49 MV Jihlava, rapport écrit du docteur Léopold Fritz, 1803/1895, inv.č. Ji-20/B/650.

34Les sites d’extraction du minerai argentifère les plus proches qui soient connus se trouvent près des villages voisins : Salavice, Cejle et Dvorce et avant tout dans les forêts entre Kostelec et Popice où à Korunní kopec (la colline de la couronne) où était situé le chantier sans doute le plus important. Le nom de Cron Hubl (Kronhübel) est encore attribué à deux autres lieux dans les environs de Jihlava : près de Rounek et de Bradla qui, au Moyen Âge, étaient des localités importantes pour l’extraction du minerai. Dans ce contexte, le legs du maître monnayeur, Ditmar, prend tout son sens. En 1288, celui-ci légua par testament une partie de la forêt entre Popice et Kostelec48 au monastère de Želiv ; cependant jusqu’à présent il n’a pas été possible de parvenir à une localisation précise. Selon L. Fritz, les vestiges de l’activité minière étaient visibles aux abords d’une chapelle distante approximativement de 500 m de Kostelec. Ils étaient en direction de « Dvorce49 ».

  • 50 Altrichter, 1920.

35Burgštadl (Burgstadel, Burgstodl) est une position fortifiée qui figure dans le cadastre de la commune de Vyskytná nad Jihlavou et qui répond à nos critères. Elle est située au nord de l’ancien moulin de Brandl (Brandlův mlýn) sur la pente boisée au-dessus de la rive droite du Bělokamenský potok (le ruisseau aux cailloux blancs). Il s’agit d’un lieu fortifié de dimensions modestes, dont la plate-forme circulaire a un diamètre total de 26 m. La profondeur du fossé varie de 1 m à 1,50 m, sa largeur étant d’à peu près 4 m. L’aire centrale est surélevée de 4 m par rapport au fond du fossé. Altrichter50 mentionne qu’il avait trouvé les indices d’un plan perpendiculaire. Le détecteur de métaux a permis récemment de trouver sur la plate-forme centrale une assez grande quantité de clous. L’emplacement était considéré comme une fortification militaire bâtie dans les années 1842-1843, où eurent lieu de grandes manœuvres du 8e Régiment d’Infanterie morave de Jihlava.

  • 51 Siegl, 1920, p. 139-141.
  • 52 par exemple Altrichter, 1920, p. 56 ; Altrichter, 1931, p. 74.
  • 53 SOkA, Jihlava, OÚ Vyskytná nad Jihlavou, Gedenkbuch der Gemeinde D. Giesshübl, p. 15 : l’inscriptio (...)

36Une légende allemande entoure cette position fortifiée. Elle a été consignée en 1919 et publiée un an plus tard51. Elle a par la suite été à nouveau publiée plusieurs fois52. La légende rapporte que la place était autrefois appelée Burgstadel, et également Heustadel parce qu’un fenil de pierre y avait été construit. Alors qu’il était tombé en ruines, peu à peu ses pierres lui furent enlevées. Dans sa description du paysage local, le chroniqueur que nous avons déjà cité, Siegl, mentionne un chemin creux, menant de la croix de Folthöfer vers le lieu de Burgstadel, sans autre détail53.

37Le plan cadastral Dorffes Taitsch Güsshibel/Vyskytna nad Jihlavou de 1780 a enregistré dans le périmètre de Burgstadel sous le no 170 une petite parcelle presque ronde qui appartenait à l’exploitation agricole abritée dans la maison no 1 à Vyskytná. Il faut encore attirer l’attention sur deux lieux-dits, d’une part bei Lamgruben qui désignait les vastes alentours du petit château, du nord au sud, et d’autre part, auff der Ödung. On notera encore au sud du petit château le barrage d’un réservoir de taille modeste aujourd’hui disparu.

  • 54 Jaroš, 1998, p. 86-88.
  • 55 Laštovička, Vilímek, Vosáhlo, 1981.

38Près de Burgštadl, une fonderie de minerais était également enregistrée. Elle était située à environ 200 m de l’ancien moulin de Brandl. Les scories trouvées sur place ont été identifiées comme les restes d’une métallurgie de métaux non ferreux. Proches de cette fonderie, des témoignages importants d’extraction minière ont été localisés54. À proximité de Burgštadl, un bief longeait les deux rives du Bělokamenský potok. Ce bief, appelé le bief de Rantířov (qui menait de Rantířov à Staré Hory) fut construit au cours de la première moitié du XIVe siècle55. Par conséquent on peut supposer que le site fortifié était lié à la protection ou à l’entretien de cet extraordinaire ouvrage hydraulique, lui-même situé dans un contexte minier (fig. 20 et 21).

Fig 20 et 21. Petit château près de Burgštadl

  • 56 Vilímek, 2001, p. 17.
  • 57 SOkA Jihlava.

39Dans le territoire que le cadastre attribue à Kosov, située à 1,5 km du centre historique de Jihlava, la localité de Jihlava-V dolech (dans les mines) a totalement disparu. Un site fortifié, dont on avait oublié l’existence, était établi sur les flancs d’une colline allongée, dans une vallée peu profonde où serpentait un ruisseau sans nom. L. Vilímek l’a récemment découvert56 grâce à la carte de Jihlava et de ses environs de 182557, le seul témoignage de son existence. Il ne figure plus sur les cartes ultérieures. Selon le relevé de 1825, ce lieu fortifié avait une forme arrondie, dont on peut estimer le diamètre à 30 m au maximum, avec une entrée côté ouest. En outre, il était protégé par un fossé et un glacis, et au sud par un petit réservoir tandis que le terrain boueux le long du ruisseau formait une défense naturelle. Le réservoir faisait partie d’une cascade de 15 petits étangs, qui sont parfois désignés dans la littérature locale par l’expression « étangs miniers » (fig. 22).

Fig 22. Site dans le territoire de Kosov

  • 58 Vilímek, 1998/b, p. 281, 282.
  • 59 Vosáhlo, 1984.

40Le cadastre de Kosov comporte trois importants ensembles miniers. Le premier, constitué de quatre puits de mine, se trouvait près du chemin de Jihlava sur les voies de Bey der dürren Wies et Obere der dürre Wies au nord-ouest du village. Le deuxième, fort de dix puits, occupait la voie « Der Amaisberg » à l’ouest, tandis que le troisième avec ses dix puits était situé au sud-est sur les voies Beym hohlen Stein et Bey Wolffs Graben ; la voie Ober der Laythen comprenait aussi quelques puits. D’après le cadastre de Kosov (Gossau) de 1778/1779, le point d’extraction le plus important semble avoir été Der Amaisberg (la colline aux fourmis), avec de nombreux puits de mine répartis sur une superficie assez réduite à environ 500 m à l’est d’un lieu fortifié sans nom58. Sur les cartes modernes, les environs du site aujourd’hui disparu sont souvent désignés par le toponyme V dolech (dans les mines). Il faut encore souligner que la carte de cette région indique un bâtiment sous le nom de Berghausl (maison minière) dont la construction est sans doute due aux tentatives pour relancer l’extraction au début du XVIIIe siècle59.

  • 60 « keltenring » : Urbánek, 1930, p. 2.

41Autrefois, la position fortifiée de Zámeček (Na Zámečku, Schlössel) suscitait un intérêt général. Nous la présenterons sous le nom de Jihlava-Zámeček. Aujourd’hui incluse dans Jihlava, elle appartenait auparavant à la commune de Dřevěné mlýny (Holzmühle). À 1,5 km au nord du centre historique de Jihlava, assez proche de la rive droite de la Jihlava, subsistent les vestiges modestes d’une occupation qui jadis était remarquable. Elle est actuellement située à la lisière de la cité Březinky, dans le voisinage de l’établissement scolaire dans la Demlova ulice (rue Deml) (fig. 23). Dans le passé, les historiens attribuaient une origine celtique à cette formation60.

  • 61 SOkA Jihlava ; Vilímek, 2001, p. 17.

42Cette fortification figure également sur la carte de Jihlava de 182561 (fig. 24). Le plan du cadastre de la commune de Dřevěné mlýny (moulin de bois) de 1835 relève aussi le plan ovale de Zámeček. Il comporte la surface de la fortification elle-même, le premier fossé, des parties du glacis et les vestiges du second fossé qui protégeait la partie la plus vulnérable de la fortification. L’entrée de la fortification était située dans la partie ouest, vers laquelle menait la voie d’accès comme le montrent les deux cartes.

Fig 23. Zámeček

Fig 24. Topographie de Zámeček

  • 62 MV Jihlava, rapport écrit du docteur Léopold Fritz, 1803/1895, inv.č. Ji-20/B/654 ; Bradáč, 1925, (...)

43Une carte des environs de Jihlava, apparemment dessinée au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, propose une autre représentation cartographique de la position de Zámeček. Sur cette carte, les sites d’extraction et les orientations des filons argentifères dans les environs de Jihlava ont été rapportés plus tardivement à l’encre de Chine (fig. 25). On peut sûrement attribuer à l’archiviste E. Schwab la paternité de ces enregistrements et de ces relevés. Léopold Fritz a consigné le fait que la plate-forme centrale (au début du XIXe siècle c’était encore un pré) avait à l’origine été entourée d’un fossé boueux, vaste et profond, bordé d’un glacis d’une hauteur approximative de 1 m. Lors de sa transformation en champ, toute sa surface a été remuée et aplanie. Parmi les objets trouvés, citons une chaînette en argent et une petite cuillère d’argent, découvertes du côté ouest de « l’acropole ». Il y avait là, une « couche de sable noir62 ».

Fig 25. Carte des environs de Jihlava (1825)

  • 63 Urbánek, 1930, p. 2.
  • 64 Franz, Schwab, 1931 ; Urbánek, 1930.
  • 65 Un autre Zámeček à Jihlava a attiré notre attention. Situé dans le quartier de Staré Hory, dans un (...)

44En 1929, des investigations ont été entreprises à Zámeček par le corps de l’éducation populaire allemand de Jihlava. La fouille qui avait permis de détecter « une maçonnerie épaisse d’origine médiévale » a tourné court, faute de finances63. Un an plus tard, une seconde fouille fut engagée, cette fois-ci dans un cadre régulier, dirigée par l’historien et archéologue allemand, Léonhard Franz de Prague et par Emmanuel Schwab, l’archiviste de Jihlava déjà cité. Nous ne connaissons le résultat des fouilles qu’au travers de leur article dans le journal Mährischer Grenzboten de 1931 et d’une note dans un journal de 1931. À notre connaissance, les résultats des fouilles de Zámeček n’ont jamais été publiés. « L’acropole », de forme ovale (100 m x 60 m), est entourée (seulement sur trois côtés) d’un fossé d’une largeur de 12 à 30 m. On a détecté, côté est, une couche de construction-destruction sous la terre arable épaisse de 15 à 35 cm (elle contenait de nombreux fragments de couverture en tuiles creuses). On y a aussi trouvé les fondations de pierres d’une maison dont la construction avait été poursuivie en bois. Dans la partie nord de « l’acropole », les fondations de la maison de pierres avaient une épaisseur de 0,80 m. En plus d’un canal du XIXe siècle, d’une partie de mur non datée sur le pourtour nord de « l’acropole », les fouilles ont mis au jour un bâtiment important. En effet, une couche provenant d’un incendie et renfermant des restes de torchis (avec des empreintes de bois fendu) et du bois carbonisé a été découverte dans les environs de ce bâtiment construit sur le bord sud est de « l’acropole ». Cette couche passait sous la maçonnerie de pierres du bâtiment. De nombreux débris de pots de céramique trouvés aux alentours du petit bâtiment ont été datés du XVIe siècle. La fouille a aussi permis de découvrir des objets en fer, comme des clous, un carreau d’arbalète, une pointe de lance64 (fig. 26). Ces auteurs ont finalement interprété Zámeček comme une grande exploitation agricole du début de l’époque moderne, mais elle n’est pas mentionnée dans les sources. Tout en estimant que leur interprétation est juste, nous ne manquerons pas de souligner que les bâtisseurs de cette grande ferme l’avaient assise sur une ancienne position fortifiée du Moyen Âge65.

Fig 26. Plan des fouilles de Zámeček

  • 66 SokA Jihlava, les relations écrites des particuliers, Emmanuel Schwab, 1974/1945, inv.č. 435, mlýny (...)

45Une longue série de haldes s’étire sur environ 400 à 500 m au nord-est de Zámeček. Elle signale qu’il y eut ici au Moyen Âge une extraction sur un filon de quartz avec une minéralisation de sulfure. Une entrée de galerie débouchait sur le bord de la pente de la vallée creusée par la rivière. Cet endroit forme aujourd’hui un réservoir connu sous le nom de « Zlatá studánka » (la fontaine d’or). Sur la carte de Pančava et d’Handlové Dvory (Waldhauser und Hahnldorfer Dorffs) de 1778, les environs de Zlatá studánka sont désignés comme un lieu-dit sous le nom de « die gold wiess ». Nous ne possédons pas de preuves directes de l’extraction de l’or à cet endroit. La même carte révèle un site minier au-dessus de la fontaine, au sommet d’une pente abrupte boisée. Il s’agit de 14 puits de mine dans la voie auf dem berg. L’autre site était peut-être un champ d’orpaillage (cette hypothèse repose sur sa forme) qui se trouvait dans la voie appelée « in grund ». La dernière période d’activité minière de ces lieux se situe en 1769/1783, ce que semble prouver son inscription détaillée sur la carte. Nous mentionnerons encore les scories trouvées près de Panský mlýn (le moulin des seigneurs), assez proche sur la rive gauche de la Jihlava, et qui à l’origine s’appelait Pekelský mlýn (le moulin de l’enfer)66. Un autre moulin appelé Zlatomlýn (le moulin d’or) était situé sur la rive droite de la Jihlava près de la commune d’Helenin.

Conclusion

46Nous conclurons qu’il existe des positions fortifiées parmi celles que nous avons étudiées dans la région de Vysočina, qui étaient sans doute liées d’une manière ou d’une autre à l’extraction du minerai. C’est également le cas en Bohême et en Moravie sous différentes formes. D’une manière générale, les sources sont muettes à leur sujet, ce qui nous laisse dans l’ignorance de leurs noms d’origine. Dans la plupart des cas, leur création et leur existence en principe assez brève peuvent être attribuées au XIVe siècle. Exceptionnellement on pourrait les situer dans la période qui s’étend du bas Moyen Âge au début de l’époque moderne.

Bibliographie

Sources cartographiques

SOkA Jihlava, Sbírka map a plánů, sign. Plány 1-5, Plan der Kreis Stadt Iglau samt Umgebung (Plan de Jihlava et ses environs de 1825).

SOkA Jihlava, Sbírka map a plánů (Recueil des cartes et des plans), sign. Plány U I. a 7-1, le plan de Jihlava et ses environs avec l’extraction, non daté [note des auteurs : il s’agit de la seconde moitié du XIXème siècle, peut-être de la succession de l’archiviste Dr. Emanuela Schwaba, avec les puits de mine, galeries et les directions des filons métallifères notés plus tard].

SOkA Jihlava, Archiv města Jihlavy do roku 1848, Vrchnostenský úřad 1551-1850 (1884), Grund-Riss des Dorffes Altenberg/Staré Hory, plan de 1780, inv.č. 966.

SOkA Jihlava, Plan von Waldhauser und Hahnldorffer Dorffs/Pančava, Handlovy Dvory de 1778, inv.č. 946.

SOkA Jihlava, Plan des Dorffes Taitsch Güsshibel/Vyskytná nad Jihlavou, r. 1780, inv.č. 969.

SOkA Jihlava, Plan des Dorffes Gossau/Kosov, r. 1778-1779, inv.č. 940.

L’archive privé de L. Vilímek, la carte du cadastre, Dorf Holzmühl/Dřevěné Mlýny, 1835.

L’archive privé de L. Vilímek, la carte du cadastre, Dorf Giesshuibel böhmisch Wiskytna/Vyskytná nad Jihlavou, 1838.

Notes

1 Les fortifications des cités minières médiévales représentent pour nous une catégorie différente. À Vysočina (hauts plateaux du sud-ouest de la Moravie), ces structures spécifiques étaient en plein essor vers le troisième quart du XIIIe siècle. Pourtant, nous n’y trouvons pas de vestiges de fortification avec des glacis au pourtour de leurs aires, ni de positions ou de bâtiments fortifiés situés à l’intérieur. Les fortifications des cités minières existaient aux XIIIe-XIVe siècles dans les autres régions minières de l’Europe centrale, Nováček, 1994, ou comme par exemple dans la ville de Kutná Hora dans sa phase primitive, Frolík, Tomášek, 2001, p. 623.

2 Měřínský, (1984, p. 31-32) et Durdík, (2001, p. 147) ont attiré l’attention sur cette catégorie spécifique de fortifications médiévales.

3 Vosáhlo, 2001, p. 107

4 Durdík, 2001.

5 Starý, Šanderová, Tomášek, 2001, p. 88, 93, 94.

6 Klusáčková, 1981.

7 Měřínský, 1984, p. 31, 32, 39.

8 Gabriel, Smetana, 1981, p. 37, 41-43, 49, 55, 56 ; Gabriel 1986, p. 15-19, 50, 51.

9 Gabriel, 2004.

10 Jirásek, Sigl, Wolf, 1988, p. 27-29 ; EČT, I, p. 55, 256.

11 Hornišer, 1997.

12 Měřínský, 1984, p. 32, 39 ; Nekuda, Unger, 1981, p. 286, 287.

13 HZTČMS II, p. 198 ; Goš, 1977, p. 34, 35.

14 Il convient d’ajouter ici qu’au cours de la première période de son existence, Hrádek coexistait avec la cité qui a été partiellement dégagée dans Bezručova ulice (la rue de Bezruč), à 0,6 km du centre historique de la ville. La cité Rýmařov-la rue Bezruč, fondée entre 1220 et 1250/70, peut être caractérisée comme minière dans les deux premières phases de son évolution. Le traitement du minerai de fer, puis l’orpaillage dans ces lieux sont documentés. Après 1300, l’industrie minière fut reléguée au second plan. Voir : Goš, Novák, Karel, 1985 ; Novák, Karel, 1981.

15 Goš, Karel, 2003.

16 HZTČMS II, p. 197.

17 HZTČMS II, p. 148, 149 ; Goš, Novák, Karel, 1985, p. 221, 222 ; Nekuda, Unger, 1981, p. 87, 189.

18 HZTČMS VI, p. 457, 458.

19 EČT, I, p. 174 ; HZTČMS IV, p. 108 ; Sedláček, 1900, p. 250.

20 Obst, Rous, 1999.

21 Altrichter, 1931, p. 126.

22 Streinz, 1939, p. 2, 7.

23 Altrichter, 1931.

24 Beránek, 1931, p. 26.

25 SOkA Havlíčkův Brod, le fonds des cartes.

26 SOkA Havlíčkův Brod, MP IV, carte no 5.

27 Pechhold, 1907, p. 74.

28 SOkA Havlíčkův Brod, MP IV, carte no 5

29 Pechhold, 1907, p. 87.

30 Rychlá, 2003.

31 Černý, 1992, p. 328, 329.

32 Altrichter, 1931, p. 168 ; Pechhold, 1907, p. 86, 87.

33 Obst, 2001 ; Obst, Rous, 1998, p. 8, 12, obr. 1.

34 par exemple, Obšusta, 2000 ; Měřínský, 1984, avec le plan de la fortification : fig. 5.

35 Měřínský, 1984, p. 31.

36 Obšusta, 2000, p. 53.

37 Houzar, Škrdla, Vokáč, 2004.

38 Dans le cas des deux trouvailles du XIXe siècle, dont nous allons parler dans ce paragraphe, les deux lieux fortifiés figurent probablement dans les sources ainsi que dans la littérature scientifique sous le même nom « Vestenhof ».

39 Plaček, 2002, avec le plan du site fortifié : fig. 1.

40 Bradáč, 1925.

41 Machek, 1935.

42 MV Jihlava, rapport écrit du docteur Léopold Fritz, 1803/1895, inv.č. Ji-20/B/654.

43 Plaček, 2002, p. 481, plans : fig. 2 et 4.

44 Selon le dessin des trouvailles faits par V. Richlý et légendé « Vestenhof 1894 », MV Jihlava, rapport écrit du docteur Léopold Fritz, 1803 - 1895, inv. C. Ji-20/B/654, on peut décrire ces pots pour la fusion comme des creusets. Il n’est cependant pas évident de déterminer à laquelle de ces deux localités voisines ils appartiennent.

45 MV Jihlava, rapport écrit du docteur Léopold Fritz, 1803/1895, inv.č. Ji-20/B/654.

46 Machek, 1935.

47 MV Jihlava, inv.č. Ji-20/B, 298, Vilém Richlý : Poznámky ku sbírkám, I. Mirošovice, 1890/1896, str. 184, obr. 646 ; MV Jihlava, rapport écrit du docteur Léopold Fritz, 1803/1895, inv.č. Ji-20/B/650.

48 CDM IV, no 164.

49 MV Jihlava, rapport écrit du docteur Léopold Fritz, 1803/1895, inv.č. Ji-20/B/650.

50 Altrichter, 1920.

51 Siegl, 1920, p. 139-141.

52 par exemple Altrichter, 1920, p. 56 ; Altrichter, 1931, p. 74.

53 SOkA, Jihlava, OÚ Vyskytná nad Jihlavou, Gedenkbuch der Gemeinde D. Giesshübl, p. 15 : l’inscription de 1928.

54 Jaroš, 1998, p. 86-88.

55 Laštovička, Vilímek, Vosáhlo, 1981.

56 Vilímek, 2001, p. 17.

57 SOkA Jihlava.

58 Vilímek, 1998/b, p. 281, 282.

59 Vosáhlo, 1984.

60 « keltenring » : Urbánek, 1930, p. 2.

61 SOkA Jihlava ; Vilímek, 2001, p. 17.

62 MV Jihlava, rapport écrit du docteur Léopold Fritz, 1803/1895, inv.č. Ji-20/B/654 ; Bradáč, 1925, p. 2.

63 Urbánek, 1930, p. 2.

64 Franz, Schwab, 1931 ; Urbánek, 1930.

65 Un autre Zámeček à Jihlava a attiré notre attention. Situé dans le quartier de Staré Hory, dans une rue dont le nom Na Dolech (dans les mines) est significatif. La maison no 9 est un édifice appelé « le petit château de Heller » ou seulement « le petit château ». Sur son emplacement, à proximité d’un profond chemin creux, il y avait selon la carte Dorffes Altenberg de 1780 un bâtiment isolé de plan rectangulaire. Les inventaires des monuments attribuent les fondements du « château », c’est-à-dire du bâtiment actuel de Zámeček au XVIe siècle (UPČ 3, p. 409, 410) ou du premier quart du XIXe siècle (UPMS 2, p. 108). Cependant, notre fouille dans les environs immédiats de cette localité n’a relevé aucun indice sur le terrain d’une fortification disparue. Le sol autour du petit château actuel dont l’extérieur est classique a été, par le passé, aplani et planté pour lui donner l’allure d’un jardin à l’anglaise. Zámeček dans le quartier de Staré Hory se trouve près d’une voie ancienne et importante qui menait du gué de la Jihlava au village de Horní Kosov. Les vieux ouvrages les plus proches de Zámeček sont des orifices de galeries et des haldes et se trouvaient à environ 200 m au nord, de l’autre côté de la rivière. La tradition orale rapporte qu’il y a, à 50-100 m de Zámeček, des écoulements d’eau provenant des anciennes galeries de mine.

66 SokA Jihlava, les relations écrites des particuliers, Emmanuel Schwab, 1974/1945, inv.č. 435, mlýny okolí Jihlavy ; Hoffmann, en cours d’impression ; Jaroš, 1993.

Table des illustrations

Légende Fig 1. Château de Podmoky
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig 2. Římovice
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig 3. Loupežný
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig 4. Château de Kyjovský
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig 5. Kyjovský-II
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig 6. Château de Travná
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig 7.Rýmařov-Hrádek
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Fig 8. Smrčensko
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig 9. Hadrburk : shéma de la topographie du site
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig 10.Hadrburk
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig 11. Poustevnický Rybníček
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig 12. Poustevnický Rybníček
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Légende Fig 13. Žižkův Kopec
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Légende Fig 14. Žižkův Kopec
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig 15. Vaječný dvůr
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig 16. Le territoire de Štoky
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig 17. Štítky
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig 18. Site près de Kostelec
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Légende Fig 19. Pic découvert dans la maçonnerie de l’enceinte, site près de KostelecNOTA : Les récipients figurés sur cette planche ne semblent pas être des creusets mais plutôt des céramiques de poêle, notamment celui du haut, du type « carreau bol », en usage dans l’espace rhénan aux XIVe et XVe siècles ; Cf. A Richard et J.-J. Schwien, Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne, technologie, décors, aspects culturels, Actes de la table ronde de Montbéliard (23-24 mars 1995), Dijon, Revue archéologique de l’Est (15e suppl.), 2000. La présence de ces structures de chauffage n’est pas rare sur les sites miniers ; Cf. P. Benoit, La mine de Pampailly (Rhône) XVe-XVIIIe s., Lyon, Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes 14, 1997. (J.-M. Poisson)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig 20 et 21. Petit château près de Burgštadl
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig 22. Site dans le territoire de Kosov
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig 23. Zámeček
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig 24. Topographie de Zámeček
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Légende Fig 25. Carte des environs de Jihlava (1825)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig 26. Plan des fouilles de Zámeček
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29758/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 375k

Auteurs

Museum Vysociny, Havlíčkův Brod

Rounek (Jihlava)

Museum Vysociny, Jihlava

Katarina Pecinkova (Traducteur)

© Presses universitaires de Lyon, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search