Version classiqueVersion mobile

Mines et pouvoir au Moyen Âge

 | 
Marie-Christine Bailly-Maitre
, 
Jean-Michel Poisson

Les « districts miniers » de l’arrière-pays de Huelva : châteaux, routes et mines à l’époque almohade

André Bazzana

Texte intégral

1Cette communication, tout comme la présence de son auteur à cette table-ronde supposent quelques explications liminaires ; si c’est à la double amitié de Marie-Christine Bailly-Maître et de Jean-Michel Poisson que je dois d’avoir été invité, il me suffit de les en remercier, mais c’est au plan scientifique que la situation est plus délicate, au point de voir dans cette invitation une erreur de casting. En effet le titre de cette journée d’étude parle de « pouvoir châtelain » alors que je dois vous parler du château, certes, mais dans une société non-féodale, ce qui a priori paraît modifier le contexte social et celui des rapports de production. Pourtant – et j’espère que la démonstration sera sur ce point pertinente – des recherches menées dans la péninsule Ibérique tendent à montrer que, dans plusieurs régions d’al-Andalus, une relation étroite lie le château – simple refuge ou plutôt, dans ce cas, habitat rural fortifié ou petite agglomération à structure défensive (qasba) – aux mines et aux routes ou chemins qui en permettent l’exploitation. Bien sûr, les données sont encore partielles, dans la mesure où l’enquête est en cours et qu’elle s’appuie sur des données textuelles succinctes (textes arabes et documents contemporains de la conquête chrétienne du XIIIe siècle) ou une archéologie de terrain encore trop peu développée.

  • 1 Domergue, Herrail, 1978.
  • 2 On verra avec profit l’ensemble des communications au colloque de León (1995), et plus particulièr (...)
  • 3 Francovich, 1991.

2Pour la péninsule Ibérique, les études minières ont surtout concerné l’Antiquité romaine et l’on connaît les travaux pionniers, en leur temps, de Claude Domergue1 ; pour le Moyen Âge, ce sont surtout les historiens des textes qui ont contribué à éclairer le problème, tant pour les secteurs chrétiens de la péninsule que pour al-Andalus2, et cela, bien sûr, à la suite de la fouille italienne de Rocca San Silvestro et du problème des castelli minerari exposé par Riccardo Francovich3. Cependant, ce sont davantage les mines stricto sensu qui ont retenu l’attention des chercheurs, plus que les structures territoriales et castrales dans lesquelles elles s’inscrivent : il faut dire que, pour l’époque musulmane, les quelques rares textes disponibles s’intéressent plus aux régions minières liées au pouvoir califal (Cordoue, Carthagène…) qu’aux productions diverses et dispersées que l’on trouve dans presque tous les secteurs de la péninsule.

3Pour nous, l’intérêt pour les recherches minières et, par la suite, pour les châteaux qui en assurent l’encadrement socio-économique, est né avec les fouilles de Saltés, petite ville des métaux, située dans les marais des fleuves Odiel et Tinto, au débouché des produits du belt minier de son hinterland montagneux (fig. 1).

Fig 1. Carte des principales localisations (châteaux, villes et villages) mentionnées.

Dans les fouilles de Saltés, des vestiges d’activités métallurgiques

  • 4 Voir : Bazzana, Bedia García, 2005.
  • 5 Kermorvant, Ponsich, 1984.
  • 6 Al-Idrîsî, p. 178-179.
  • 7 Al-Himyarî, p. 135-136 (texte arabe, p. 110-111).
  • 8 Al-’Udh, p. 100 et 175 ; Al-Idrîsî, p. 179.
  • 9 Le géographe arabe al-Bakrî naît à Saltés dans la première moitié de XIe siècle, alors que son pèr (...)

4Le site de Saltés à fait l’objet de fouilles pendant une douzaine d’années4 : son extension exacte reste inconnue mais les prospections du secteur nord-ouest de l’île montrent la présence d’un noyau principal d’habitat, densément peuplé et délimité par le bord des marais, les rives des fleuves et sans doute, si l’on en croit les résultats des prospections géophysiques5 un fossé (fig. 2). Pour les auteurs arabes, le caractère urbain du site ne fait pas de doute et tous le qualifient de madîna, ainsi al-Idrîsî qui dit clairement : « Quant à la ville de Shaltîsh, elle n’est pas entourée de murailles6… », Pour sa part, al-Himyarî souligne l’absence de murs défensifs, mais insiste sur la densité de l’habitat (ville et faubourgs), sur la présence d’un port et d’une activité métallurgique qui font vivre la ville7. Dès le haut Moyen Âge, l’existence et l’activité de la ville semblent avoir intéressé, par deux fois, les Normands : selon al-‘Udhrî, en 844, ils « descendent le fleuve Wabrû jusqu’à l’île de Saltés », et al-Idrîsî précise qu’ils « se sont emparés à plusieurs reprises de cette île ; et les habitants, chaque fois qu’ils entendaient dire que les Madjous revenaient, s’empressaient de prendre la fuite et de quitter l’île8 ». Après une période d’indépendance relative, sous forme d’un petit royaume dirigé par les Bakrî9, le développement des offensives almohades – à la fin du XIIe siècle puis dans les premières décennies du XIIIe siècle – donnent à Saltés un nouveau rôle : celui de port annexe de Cadix pour le débarquement des troupes maghrébines et la diffusion, dans le Sud-Ouest péninsulaire, de la nouvelle idéologie almohade. L’économie de la ville en est renforcée, mais pour peu de temps car elle est abandonnée, sans combat, au moment de l’arrivée des chrétiens, vers 1250.

Fig 2. Le site de Saltés (Huelva) à la lumière des prospections géophysiques réalisées. Les ateliers de métallurgie se trouvent au nord-est de la zone urbaine.

  • 10 Léon lAfricain, 1956, p. 293.
  • 11 Voir : Trauth, 1996.

5À l’époque almohade, l’activité spécifique de Saltés – et sa source principale de richesse – est le travail du métal. C’est ce que disent les textes médiévaux, qui associent clairement Saltés et l’industrie du métal, jusqu’à faire de la présence des métallurgistes – population étrange et parfois inquiétante – une des caractéristiques de la ville : les auteurs arabes insistent sur la spécialisation professionnelle qu’exige la métallurgie et sur la nocivité des pollutions que les opérations de réduction entraînent. La spécialisation est celle de toute la ville, avec sans doute une distribution spatiale des différents types d’activités : des ateliers relativement concentrés – au moins aux XIIe et XIIIe siècles – sont installés au nord-est, entre la ville et le marais, tandis qu’à l’intérieur de plusieurs maisons d’habitation, la présence de « scories » diverses et, parfois, de traces de foyers à usage artisanal, montre que l’on pouvait y réaliser l’ultime affinage de certains métaux, dans le cadre d’une activité familiale dont, à l’extrême fin du Moyen Âge, Jean Léon l’Africain note la présence dans les gros villages du Rif10. Le problème qui nous retiendrait aujourd’hui est celui de l’approvisionnement en produits métallurgiques11, qui requièrent des techniques simples d’exploitation. Celui-ci se fait à partir de sources multiples, qui concernent les territoires castraux de l’arrière-pays. Pour une part non négligeable, l’approvisionnement vient des secteurs proches de Saltés, où affleurent des schistes et des ardoises minéralisées, ou bien des croûtes ferrugineuses d’un gossan remanié contenant jusqu’à 48 % de fer, ou bien encore de ceux où se développent les cabezas rubias, ces cuirasses ferrugineuses de la région littorale. Mais, pour l’essentiel de la production, c’est le belt minier de l’arrière-pays – c’est-à-dire la zone des montées magmatiques hercyniennes, à Tharsis comme à Nerva – qui procure les minerais exploités. Dans tous les cas, il s’agit de minerais polymétalliques qu’il convient, après concassage et grillage, de traiter de manière à isoler les métaux exploitables ; le tableau ci-dessous indique les teneurs moyennes que présentent, d’après Norbert Trauth, les « scories complexes » retrouvées sur le site de Saltés.

Métaux

Teneurs de la scorie

Teneur maximale rencontrée

Teneur moyenne exploitable

Fer

400,00 kg/t

540,00 kg/t

300,000 kg/t

Or

0,50 kg/t

7,50 kg/t

0,010 kg/t

Argent

1,10 kg/t

6,90 kg/t

0,100 kg/t

Mercure

0,20 kg/t

3,50 kg/t

4,000 kg/t

Cuivre

0,90 kg/t

5,40 kg/t

5,000 kg/t

Étain

0,30 kg/t

5,40 kg/t

1,000 kg/t

Plomb

0,60 kg/t

3,90 kg/t

50,000 kg/t

Total

403,60 kg/t

6La situation géographique de l’île de Saltés facilitait à la fois la concentration de minerais bruts et l’exportation de produits semi-finis : à la lumière des fouilles et de l’étude minéralurgique, on peut penser que l’essentiel de l’activité saltésienne consistait, à partir de minerais débarrassés de leur gangue et concassés – sans doute sur les lieux même de production –, à obtenir des métaux quasiment purs ou des alliages simples

7 Voir : Bazzana, Trauth, s.p.

12

La kûra de Niebla

  • 13 Sous ce terme – hisn, pluriel husûn – utilisé de préférence à « château » de manière à éviter tout (...)

8Les travaux archéologiques effectués sur le site de la ville islamique de Saltés entre 1988 et 1997 ont été prolongés par des recherches, réalisées de 1998 à 2001, et portant sur la géographie historique de l’hinterland de la ville, tant au cœur de la zone des Marismas del Odiel que dans les montagnes (Sierra) et les collines (Andévalo) de l’intérieur ; on cherchait à retrouver les sites de hisn13, les limites de leurs territoires, les habitats qui s’y trouvaient avant 1250 – donc, en époque musulmane –, les axes principaux de communication et les centres fournisseurs de produits minéro-métallurgiques.

Fig 3. La kûra de Niebla à l’époque islamique.

  • 14 Voir : Agero, 1995, particulièrement aux pages 357-358, 421-424, 486, 582-583, 630.
  • 15 Rey Durán, 1997.

9Pour cette approche, les sources écrites sont utiles, mais insuffisantes. Elles permettent cependant de constater en première analyse que, plus que Huelva, c’est la ville de Niebla qui semble fonctionner, en époque islamique, comme centre fédérateur de cet ensemble géographique (fig. 3) ; il conviendrait toutefois d’en déterminer avec précision la zone d’influence directe (alfoz) et d’établir, à partir du texte de al-‘Udhrî complété par les prospections réalisées, les limites administratives de cette célèbre mais fluctuante kûra (district) de Niebla. Dans les textes arabes, les mentions concernent principalement Shaltîsh (Saltés), Awnaba (Huelva), Djabal al-‘Uyûn (Gibraleón) et Labla (Niebla). Mais, bien d’autres noyaux de peuplement ont existé en époque islamique : aux châteaux majeurs de l’intérieur – Cortegana, Almonaster la Real, Aroche, Cumbres Mayores, etc – s’ajoutent les sites côtiers ou proches du littoral atlantique : Ayamonte (sur l’actuelle frontière du Portugal), Cartaya14, auxquels il faut ajouter les sites primitifs de Moguer, Trigueros ou La Rábida. À terme, il conviendra sans doute de reprendre15 aussi l’analyse des châteaux de Cala et d’Aracena, de celui de Santa Olalla (dépendant de Séville), trop hâtivement considéré comme postérieur à l’époque musulmane (ce qui devra être confirmé) ; tous ces sites jouent un rôle essentiel dans les guerres du XIVe siècle entre Castille et Portugal, mais existent déjà avant 1250, en époque musulmane.

Un espace sans grande cohérence et mal étudié

  • 16 Voir : Pérez-Ambid Wamba, 1995, p. 11 (prologue de Domínguez Ortiz A.).
  • 17 Onuba est le toponyme romain de Huelva.

10Par rapport aux régions de Cordoue et de Séville, la zone de Huelva-Niebla offre plusieurs caractères originaux : forte présence de la montagne – la Sierra Norte –, importance économique de la côte sud, développement spatial de l’espace intermédiaire – entre Sierra et Tierra Llana – de l’Andévalo : sans équivalent dans le reste de l’Andalousie, celui-ci présente des indices pluviométriques acceptables mais, aussi, une forte érosion qui laisse à nu, aujourd’hui, le substrat rocheux, de sorte que la pauvreté agricole et la faiblesse du peuplement marquent une « région austère, dans laquelle les exploitations minières ont constitué une sorte d’oasis dans un pays de roses, d’abeilles et d’élevage pauvre16 ». De plus, l’espace onubense17 manque de cohésion : jamais le Tinto ou l’Odiel ne furent des axes importants de communication ; le Guadiana le fut sans doute davantage, lui qui eut un rôle économique majeur en époque romaine mais qui se voit érigé en frontière artificielle – et contestée – à partir de 1253.

  • 18 Le vieux « réflexe » castillo-centrique était excusable il y a quelques décennies ; il ne l’est pl (...)
  • 19 La conquête « se hizo sin coordinación entre el esfuerzo castellano y el lusitano » ; dans une sit (...)
  • 20 Pérez-Ambid Wamba, 1995, p. 23-24 et 29.
  • 21 Ces accords précisent aussi, les modalités d’exploitation des roues hydrauliques (aceñas), des mou (...)

11Enfin, cet espace aux limites floues et fluctuantes a été assez mal étudié jusqu’à ces dernières années, du moins en ce qui concerne l’époque islamique. On est toujours surpris de constater que la plupart des auteurs d’ouvrages récents18 commencent leur récit à l’arrivée des conquérants chrétiens, au XIIIe siècle19, et négligent totalement le substrat social et humain sur lequel cette conquête a pu se développer. Certains exemples sont caricaturaux. On décrit ainsi20, vers 1230, l’offensive que mène Alfonso Pérez Farinha, prieur de l’Ordre de l’Hôpital, sans se préoccuper le moins du monde des conditions dans lesquelles elle se développe et, si l’on voit bien comment on choisit une hauteur pour y installer un couvent ou un hospice à partir desquels les chevauchées s’organiseront, on ne saisit rien de l’organisation du peuplement ni des modes de vie des populations musulmanes qui subissent la conquête : les chrétiens font un butin appréciable et réduisent en servitude la population qui n’a pas pu fuir vers Séville ou Niebla, c’est tout ! Les traités ne sont que la transcription du rapport des forces en présence : c’est l’affaire du roi et des Ordres militaires. Enfin et par exemple, en 1267, les accords de Badajoz passés entre Ferdinand III et Sancho II, sont un partage de type colonial, établi sur une frontière géographique, le Guadiana, qui en époque antique comme au Moyen Âge est un lien, un axe de contacts et d’échanges… et non une barrière21.

  • 22 Sur la « frontière » dans le Moyen Âge hispanique, on verra : Poisson, 1992, p. 35-59.
  • 23 Mais qu’est-ce qu’un « château » et Aracena peut-il être sérieusement comparé à Cortegana ?

12Erreur de perspective, oubli de ce qu’est l’histoire, qui se veut histoire sociale et non récit des ambitions conquérantes, parallèles et rivales de pouvoirs qui mobilisent l’idéologie religieuse au profit de leur volonté d’expansion. Erreur de raisonnement, aussi. On croyait que tout avait été dit sur les supposées « lignes défensives », « lignes de châteaux », « frontières22 » et c’est avec beaucoup d’étonnement que l’on voit refaire surface des considérations totalement dépassées sur le rôle des châteaux23 et sur les fameuses « lignes » (fig. 4), en l’occurrence une triple ligne :

  • Aroche - Encinasola - Fregenal [fig. 4, ligne 1],
  • Cortegana - Torres - Cumbres [2],
  • Aracena - Cala - Santa Olalla24 [3].

Fig 4. Montagne, routes naturelles et lignes défensives supposées : les sites au nord-ouest de Séville.

13Cela n’a guère de sens, d’autant que pour d’autres auteurs, ce sont d’autres « lignes » que l’on croit faire apparaître, ainsi celles qui viendraient jalonner les itinéraires principaux – ou supposés tels – venant de l’ouest, ces « dos antiguas calzadas que comunicaban los valles del Guadiana y del Guadalquivir » :

  • Encinasola - Cumbres - Cala [4],
  • Aroche - Cortegana - Aracena - Las Guardas25 [5].

14Pour la fin de l’époque musulmane, nous disposons cependant de travaux qui, bien que non systématiques, forment une base sur laquelle s’appuyer : il s’agit, en particulier de l’étude déjà ancienne – contestable dans ses conclusions mais utile par les informations qu’elle procure – de Fernando Collantes de Terán, de la thèse de Fátima Roldan qui, consacrée essentiellement à Niebla, s’attache à une présentation de l’ensemble de la région à travers les sources arabes, et de l’ouvrage de Basilio Pavón Maldonado consacré à l’architecture de la province de Huelva, manquant certes de perspectives historiques mais fourmillant de données concrètes et utiles. Au plan plus strictement archéologique, on peut aussi compter sur quelques articles de Leopoldo Torres Balbás (en particulier sur Talyâta et Almonaster), ou, plus récent, de Magdalena Valor Piechotta, sur les résultats des fouilles de Niebla menées par l’Université de Huelva, enfin sur les travaux que l’un des membres de cette équipe, Aurelio Pérez Macías, consacre à l’ensemble de l’actuelle province (tout spécialement, aux problèmes de l’habitat et de la mine).

15Il faut donc, sollicité par les insuffisances des données anciennes mais à la lumière des travaux les plus récents, reprendre sérieusement – c’est-à-dire à la base avec une enquête sur les sites castraux et leurs fonctions – le problème de cette kûra de Niebla ; dans l’histoire agitée de l’Andalousie occidentale, l’une des périodes les plus florissantes paraît être celle qui, avec les Almohades puis le royaume éphémère de Ibn Mahfûz, nous conduit des années 1144-1145 au milieu du XIIIe siècle.

Des limites mal connues, ou mal perçues ?

  • 26 Dans ce cas, une confusion est possible entre Almonaster la Real et un Almonaçir/Almonacer/Almonas (...)
  • 27 Al-‘Udh p. 109 ; Al-Bakrî, p. 115 ; Lévi-Provençal, 1953, p. 251 ; Ibn Gâlib, p. 293 (texte) et 3 (...)

16Les limites de l’influence de Niebla ne sont pas aisées à établir et se révèlent mouvantes et fort diverses, selon les périodes considérées. Insistons d’abord sur la « frontière sévillane » : à quelque 20 km à l’est de Niebla, une fois dépassé le site de Talyâta (Tejada), apparaît en effet une frontière majeure, historique mais aussi géographique, qui atteste les rapports difficiles entre l’ensemble Niebla-Huelva et la capitale impériale de Séville. Cette frontière a survécu jusqu’à aujourd’hui : on la repère aisément dans le paysage mais un observateur extérieur est aussi amené à se demander si elle n’est pas encore plus forte dans les mentalités… C’est vers le nord et vers l’ouest que la situation paraît la plus incertaine : au nord, en effet, un conflit d’influence quasi permanent avec Séville fait que la zone de Aracena et Almonaster échappe souvent – et longtemps – au contrôle de Niebla. Les données sont peu nombreuses et, parfois, contradictoires. On sait, cependant, à travers les indices archéologiques que les mines de Riotinto ne semblent pas alimenter le site de Saltés (l’essentiel des produits miniers viendrait de Tharsis et de l’Andévalo occidental), de sorte que l’on peut penser que la zone du haut Tinto dépendait sans doute de Séville. Les textes, pour leur part, muets sur ce problème de l’approvisionnement en métaux, proposent un découpage en aqâlîm qui n’offre pas la meilleure cohérence mais qui, néanmoins, rattache clairement al-Munastîr26 et Qartashâna à Séville27.

Les iqlîm de la kûra de Niebla, selon les auteurs arabes

Al‘Udh

Yâqût

Ibn Gâlib

1.

Iqlîm al-madîna

Labla

Labla

2.

Washtar

Washtara

3.

Bishinyâna

4.

Barshilyâna

Barshilyâna

5.

Wânyuh

Wâniba

6.

Iqlîm al-Djabal

Iqlîm al-‘Uyûn

Djabal al-‘Uyûn

7.

Tarkûna

Iqlîm Tarrakûna

8.

Qâshturuh

Iqlîm Qirtiya

Qirtiya

Si cette nomenclature est simple, les problèmes d’identification sont nombreux et, par exemple, conduisent à rechercher des localisations qui concerneraient, aujourd’hui, l’aire sévillane ; l’étude est en cours.

  • 28 Le Wâdî Âna « poursuit [depuis Batalyans] son cours jusqu’à la place forte de Mértola et va se jet (...)

17À l’ouest, selon les époques, la limite de la kûra se place tantôt vers Lepe, tantôt sur le Guadiana28 (Wâdî Âna), voire bien plus à l’ouest, vers Silvés ou au-delà. Au total, plus qu’une zone dominée par un pôle géographico-économique majeur – en l’occurrence, Niebla – nous sommes en présence d’une région où s’exercent, de manière variable selon les époques et les circonstances (principalement, les fluctuations politico-militaires), les influences réciproques de plusieurs agglomérations : Niebla, bien sûr, mais aussi Saltés-Huelva – et, dans ce tandem, on sait par la documentation écrite que l’élément dynamique était la « ville des marais » et non l’ancienne cité romaine – enfin le gros bourg de Djabal al-‘Uyûn. Les limites réelles sont très incertaines et, davantage encore, mouvantes : n’englobant parfois que la zone de Lepe ou, au maximum, celle d’Ayamonte, elles peuvent, à l’occasion, s’étendre jusqu’à toucher celles de Silvés et, bien sûr, de Mértola et de Beja.

Une histoire originale

18Toute la région exprime des tendances contradictoires opposant isolement et ouverture : la tentation d’isolement est celle qui s’impose face à Séville, dont l’impérialisme économique et politique a pour effet de tenir tout le Gharb dans une situation de réserve inquiète ou de dissidence permanente, tandis que les traditions de contacts et d’échanges – déjà bien installées quand, au Xe siècle, celui qui deviendra le saint Dunala des textes grecs, représente à Constantinople puis à Bagdad le calife de Cordoue) – conduisent d’une part vers le nord (Badajoz) et d’autre part vers le Maghreb (Tanger) et la Méditerranée. Parfois s’affirment de véritables velléités d’autonomie, ainsi au XIe siècle quand les Banû Bakrî affirment l’indépendance de leur « royaume », s’opposant ainsi aux ambitions régionales qui s’exercent depuis Séville. Cet essai de relative indépendance est sans lendemain et ne dépasse pas 1054 ; curieusement, c’est un siècle plus tard – donc au milieu du XIIe siècle – que la kûra de Niebla, désormais inscrite dans les cadres administratifs de l’Empire almohade, connaît un essor sans précédent avec le port de Saltés (préféré à Cadix où vents et courants sont incertains et dangereux), avec aussi l’intense production métallurgique de l’hinterland ; par là s’explique le rêve – sans doute utopique – de création d’un « Grand Ouest » musulman, dans un cadre géopolitique organisé (Mértola-Silvés-Niebla), adossé (en toute indépendance) sur Séville et le Bas-Guadalquivir mais s‘appuyant surtout sur la triade extrémègne Trujillo-Cáceres-Badajoz.

  • 29 Roldán Castro, 1993, p. 60.

19De 1090 à 1145, l’intransigeance almoravide et le maintien de l’insécurité expliquent la coalition autour de Niebla d’intérêts semblables, opposés aux tendances centralisatrices du pouvoir en place, et entraîne très vite l’accentuation des aspirations indépendantistes29. Révoltes et séditions touchent alors Niebla, mais aussi Santarem, Cadix, Jérez, Badajoz… Vers 1145, la rébellion contre les Almoravides est générale dans l’Algarve et à Niebla.

Les événements de 1144-1146
d’après Roldán Castro (F.) 1993, Niebla musulmana…, p. 62.
En 1144, Muhammad b. Yahyâ, de Saltés, s’empare de la forteresse de Mértola, qu’il offre ensuite à Ibn Qasî ; celui-ci prend alors le titre de Imâm al-Mahdî bi-Llâh.
Dans le même temps, avec ‘Abd al-Wâhid b. al-Mundîr, Huelva et Niebla entrent en dissidence ; les ralliements sont nombreux, comme celui de Yûsuf al-Bitrûjî, sans qu’il soit possible ni d’emporter l’adhésion de Séville, ni de contenir les ambitions de ceux qui, comme Ibn Wazîr de Badajoz, rêvaient de profiter des événements pour se tailler une principauté personnelle.
La situation revêt très vite deux aspects complémentaires : d’un côté, c’est l’affaiblissement et l’inévitable effondrement almoravide ; d’un autre on doit constater l’impossibilité pour une nouvelle dynastie de s’imposer. Le recours aux Almohades qui, selon Ibn Khaldûn, auraient été appelés, dès 1146, par Ibn Qasî (lors d’une entrevue avec ‘Abd al-Mu’min, après la prise de Marrakech), devient alors indispensable.

  • 30 Voir IbnIdhârî, p. 38-40.

20À l’été 1146, la première occupation almohade, après les débarquements de Tarifa et d’Algésiras, fut celle de l’Algarve où, selon Ibn ‘Idhârî, ils étaient attendus et espérés. De là, ils se dirigèrent vers Séville, qui fut choisie comme capitale. Mais, répétition de l’épisode antérieur, les débuts de l’époque almohade virent le renouveau des tendances indépendantistes : une nouvelle rébellion, cette fois-ci contre les nouveaux arrivés, voit s’enflammer Niebla d’abord (Yûsuf al-Bitrûjî) puis Silvés (Ibn Qasî), Cadix et Badajoz30.

21Cependant, c’est dans le cadre de l’expansion militaire du pouvoir almohade que la région de Niebla – et, plus généralement, tout le littoral sud-ouest péninsulaire – trouve son importance durant quelques décennies : après l’utilisation des ports de Cadix et de Cacella (Hisn Qastala), c’est le site de Saltés qui s’impose comme lieu privilégié de débarquement et comme base logistique : plus proche des routes principales que Shantmariya (Faro) ou Silvés, plus sûr que Cadix, trop exposé aux rafales d’ouest et qui connaît souvent une mer agitée et dangereuse, Saltés, à l’abri des estuaires de l’Odiel et du Tinto, naturellement protégée par les marais et communiquant facilement par Gibraleón avec la Sierra et les routes vers le nord, joue désormais un rôle majeur. La présence d’une alcazaba (citadelle urbaine) et d’un arsenal s’attachant, si l’on en croit les textes, davantage à la réparation navale qu’à la véritable construction, renforce le poids de la ville : c’est alors, entre la razzia qu’opèrent à Saltés les Portugais, en 1179, et la décennie qui suit Las Navas de Tolosa (1212), que Madînat Shaltîsh accède à son extension maximale et à une réussite économique – à laquelle les produits de la métallurgie ne sont, bien sûr, pas étrangers – que révèle la fouille des maisons du début du XIIIe siècle (fig. 5).

22À l’autre extrémité des temps almohades, en 1234, la révolte de Ibn Mahfûz contre Ibn Hûd fait de Niebla la capitale du royaume de celui que l’on appelle « l’émir de l’Algarve », dont la souveraineté recouvre, au nord, la Sierra Morena et s’étend, à l’ouest jusqu’au Cap de San Vicente et, à l’est, jusqu’à l’embouchure du Guadalquivir.

Fig 5. Les maisons de Saltés.
Organisées en îlots de plan voisin du carré, les maisons des XIIe et XIIIe siècles (elles sont antérieures à 1250) se distribuent autour d’une cour centrale ou latérale qui commande les différentes pièces parmi lesquelles se dessine une tendance à la spécialisation (cuisine, réserve, latrines).

Les sites

23La liste que l’on en peut donner est encore incomplète. Au stade actuel de la recherche, une double liste est établie : celle des mentions textuelles et celle des informations archéologiques disponibles ; si l’on peut assez facilement se livrer à une critique interne de la première, la seconde demande de longues vérifications de terrain, qui sont en cours. Contentons-nous, pour l’instant, d’insister sur quelques sites majeurs de l’histoire du peuplement de la kûra de Niebla, liés au mines et aux circuits d’échanges (fig. 6).

  • 31 Voir : Yâkût, IV, 346 (s.v. Labla), et II, 332-333, s.v. al-Hamrâ’.
  • 32 Sur Niebla, voir : Encyclopédie de l’Islam, vol. 3, p. 970 ; Roldán Castro, 1993, et l’analyse de (...)
  • 33 Campos Carrasco et alii, 1996, p. 194.
  • 34 De Meulemeester, s.p.

24Les villes. En dehors de Saltés [1] (Shaltîsh dans les textes arabes), dont il a été question plus haut, le premier site qui s’impose est celui de la ville de Niebla [2] (Labla), la capitale du district ; « Ville ancienne, la “Rouge”, aux remparts solides »31 (fig. 7), c’est la polarité urbaine principale – même au moment où les Banû Bakrî règnent à Saltés (jusqu’en 1054) – sur une sorte de ville double constituée d’un port industriel (Saltés) et d’une ville commerçante (Niebla). On ne dispose pas de données de fouilles assez nombreuses concernant Niebla, qui a souvent été liée politiquement à Saltés. Avec une superficie de près de seize hectares, Niebla, appartient à la catégorie des petites villes, mais présente une origine protohistorique puis une période romaine, pendant laquelle se met en place un plan orthogonal régulier32. Les données nouvelles rassemblées depuis 1993 par l’équipe de l’université de Huelva33 tendent à situer la ville romaine dans le secteur nord-est de la ville médiévale. Selon Johnny de Meulemeester, « cet ensemble urbain romain, aux dimensions relativement réduites, ne laissait guère de place pour la construction d’un édifice religieux wisigothique antérieur à la mezquita mayor, et que celui-ci devait nécessairement être construit à l’extérieur de l’enceinte primitive »34. Sur ce schéma antique, la ville a évolué vers un urbanisme islamique, avec des rues étroites (et de différentes largeurs), des tracés moins orthogonaux à articulations coudées ou en baïonnette. Peu de chose à dire, en revanche, de Huelva [3] (Awwaba), où il n’est pas assuré qu’un château ait existé mais où l’on trouve, selon al-Idrîsî, des marchés importants dans ce qui apparaît comme une petite ville relativement active.

Fig 6. Les sites mentionnés.

Fig 7. La ville de Niebla, centre fédérateur de la kûra.
1. Mosquée cathédrale. 2. Mosquée mineure. 3. Citadelle. 4. Puerta de Sevilla. 5. Puerta del Embarcadero. 6. Puerta del Agua. 7. Puerta del Buey. 8. Puerta del Socorro.

  • 35 Voir : Picard, 1997, p. 89.
  • 36 Yâqût, III, p. 544-545.
  • 37 Voir : Dozy, Recherches 3…, I, p. 308-310 ; Torres Balbás, 1957.
  • 38 Campos Carrasco, 1998, p. 69-70.
  • 39 Voir l’étude préliminaire à une restauration, faite en 1990 : Rodríguez, 1996, p. 15-27.
  • 40 Pavón Maldonado, 1996, p. 43-45.
  • 41 Ibn Gâlib.
  • 42 Campos Carrasco, 1998, p. 69 ; sur les fouilles de 1986, voir : Bedia, Carrasco, 1987 ; Bedia Garcí (...)
  • 43 Pavón Maldonado, 1996, p. 42.
  • 44 Picard, 1996, p. 59.

25Le « premier cercle » est celui des châteaux du littoral et de la Tierra Llana. Là, se trouve, bien sûr, le port et centre métallurgique de Saltés qui, sous la protection de sa qasba, traite les minerais provenant de l’intérieur ; pas de véritable contexte minier cependant, dans cette zone, encore que les concrétions ferrugineuses des collines littorales ou des cabezas negras qui entourent Huelva et la marisma puissent alimenter, sinon la grande exportation lointaine de produits métalliques de qualité, du moins un petit artisanat local de fabrication d’outillage de fer (houes, socs d’araire, pointes…). En face de Saltés et sur la rive gauche de l’Odiel, le site de La Rábida [4] n’a pas encore été l’objet de l’étude qu’il mérite ; certes, seul le toponyme signale l’emplacement d’un établissement islamique, situé en dehors des cadres habituels du peuplement et gardant la côte35. À l’est, le site de Tejada la Nueva [5] (Talyâta), à mi-chemin (20 milles) de Séville et de Niebla, est le dernier hisn avant la frontière sévillane ; implanté sur le municipe actuel de Escacena del Campo, il est mentionné par Yâqût36 ; les vestiges ont été étudiés par Leopoldo Torres Balbás37. Au sud, Moguer [6] (Castillo de) entrerait dans la catégorie des petites fortifications – rurales ou associées à un village – disposant d’une tour et d’un enclos fortifié ; la construction actuellement visible est de plan quadrangulaire ; elle est souvent présentée comme tardive38 mais possède cependant des vestiges antérieurs, construits en tâbiya39 (terre massive montée en coffrage). Depuis Niebla, avant de parvenir à Gibraleón, on passe par La Nicoba [7] (al-Nicoba ou La Torre), située en limite des actuels municipes de Trigueros, Gibraleón et San Juan, auquel il appartient : le tracé des limites administratives actuelles reflète, dans ce cas, une intervention destinée à morceler un territoire antérieurement unifié. Alors que sont visibles les ruines d’un petit château musulman qui a été, en partie, modifié et occupé en époque chrétienne, la prospection décèle les vestiges d’une enceinte défensive plus vaste, occupant le somment d’une colline dont les pentes vers le nord-est présentent des indices micro-topographiques signalant la présence d’un habitat abandonné. Il s’agit vraisemblablement d’un site de petit hisn ou de gros village à tour, voire de tour avec enceinte additionnelle si l’on suit certaines interprétations40. Dans leur état actuel, les vestiges mesurent 31 m x 17 m et montrent l’emploi d’une tâbiya à banchées de 0,80 m de hauteur pour une épaisseur de 1,80 m. Vers le nord, le site de loin le plus important sur la « route du fer », est Gibraleón [8] (Djabal al-‘ Uyûn) : « Parmi les villes dépendant de Niebla, il y a celle de Gibraleón, “La montagne des Sources” »41 ; là, un château du bas Moyen Âge a été édifié sur les vestiges d’un établissement antérieur, d’époque musulmane42. Le premier château remonterait, selon Basilio Pavón Maldonado, au Xe siècle43. Enfin, en direction de l’ouest, deux châteaux jalonnent la route du littoral ; il s’agit de Cartaya [9], château de plan quadrangulaire, de 48 m de côté”, à six tours, et de Cacela [10] (Hisn Qastala), château et habitat musulman ; situé à 15 km à l’est de Tavira, celui-ci fut choisi, en 1151, par les Almohades pour mener le siège de cette ville : ils « débarquent des troupes à l’abri de la lagune » et se fortifient dans ce hisn « situé sur les bords de la mer et bien peuplé », comme le dit Ibn Sâhib al-Salât44 ; Qastala n’était pas, jusque-là, un port militaire ; il le devient.

  • 45 Campos Carrasco, 1998, p. 66.
  • 46 Bedia García, Teba, 1987.
  • 47 Campos Carrasco, 1998, p. 67-68 : « De estructura cuadrangular se contruyó en el siglo XIV en mampo (...)
  • 48 Campos Carrasco, 1998, p. 67 ; Pérez, López, Beltrán, 1997.
  • 49 Pérez, López, Beltrán, 1997/a, p. 16-17.
  • 50 Ibid., p. 25.
  • 51 Ibid., p. 22.
  • 52 Informations orales venant du « Centro de arqueologia de Mértola » (Portugal) qui y a effectué une (...)
  • 53 Pérez, López, Beltrán, 1997/a, p. 18-19.

26Dans la zone, au relief assez confus, des moyennes collines de l’Andévalo, les sites de l’intérieur jalonnent des itinéraires anciens (antiques et médiévaux) ou marquent des zones d’exploitation minières dont certaines sont déjà utilisées dans l’Antiquité. Au contact entre les premières collines de l’intérieur et la Tierra Llana, San Bartolomé de la Torre [11] est sans doute une tour de qarya (village), considérée comme datant des XIVe-XVe siècles45 ; en fait, les maçonneries remontant à cette période correspondent à des réfections et à des reprises de la partie haute, mais effectuées en époque islamique ; de la même période date le village qui la jouxte, comme le montre le résultat des fouilles effectuées en 198646. Castillo del Castro [12] (ou Pie del Castillo), sur le Camino de la Raya (voir fig. 9), domine El Almendro et Villanueva de los Castillejos ; c’est l’un des rares sites dont on peut être assuré qu’il ne constitue pas, en époque musulmane, un édifice défensif (peut-être un simple habitat isolé) : de plan quadrangulaire, il paraît avoir été construit au XIVe siècle47. À quelque 4 km de El Almendro, sur le Camino de la Raya, Osma [13] (despoblado) est considéré comme fondation chrétienne et habitat des XIVe-XVe siècles : selon Juan Campos, celui-ci pourrait être antérieur48 ; il est, de toute manière, abandonné – avec transfert de population à El Almendro – au XVe siècle. Sur le municipe d’El Cerro de Andévalo, Cabeza del Buey [14] est un habitat musulman de hauteur, où l’occupation médiévale est attestée par une céramique relativement pauvre49, tandis que le tout proche Cabezo de Lete [15] (ou Alfayat de Lete, sur le municipe d’El Granado) est un habitat médiéval, sans doute musulman mais aucune prospection ne vient le confirmer50. Plus important est Alfayat de la Peña [16] (ou la Virgen de la Peña), situé sur le término municipal de Puebla de Guzmán, où l’établissement aurait été fondé au XIe siècle ; en réalité, il s’agit d’un habitat fortifié (mentionné comme « castillo51 ») où l’on a retrouvé, entre autres, une inscription funéraire musulmane du Xe siècle et de la céramique de la même époque, tandis que des fragments plus tardifs (repérés en prospection) signalent un habitat musulman plus récent. Plus au nord-ouest et sur une hauteur assez bien marquée dans le paysage, Gibraltar [17] (Djebel Tariq) est d’accès difficile et ne présente rien d’autre que quelques rares vestiges constructifs, et un peu de céramique musulmane52 ; ce sont essentiellement le toponyme, les caractères du relief portant le site et la présence voisine d’anciennes mines qui suggèrent l’existence d’un habitat fortifié qui n’aurait pas survécu à la conquête chrétienne du XIIIe siècle. Sur le municipe d’El Almendro, Cabeza de Andévalo [18] est un habitat musulman, sans doute d’assez faible importance puisqu’il n’apparaît pas dans la chronique de la conquête par l’Ordre de Santiago53. Pour clore cette liste des sites de l’Andévalo, Cerca Alta [19] (municipe d’El Cerro de Andélevalo), Castillejita [20] (ou Cerro de la Castillejita, municipe de Calañas) et Buitrón [21], plus à l’est et en limite de la zone montagneuse, sont des habitats musulmans, sans doute fortifiés, qui n’ont guère laissé de traces.

  • 54 Pérez Macías, 1997, p. 19-37.
  • 55 Valencia, 1988, p. 463 ; Morales Martínez, 1976, p. 74.
  • 56 Roldán Castro, 1993, p. 317.
  • 57 Campos Carrasco, 1998, p. 67 : « Tiene su origen en la segunda mitad del siglo XIII. Su construcció (...)
  • 58 Ibid., p. 67 ; Pérez, Campos, Gómez, 1998 ; Lévi-Provençal, 1953, p. 56.
  • 59 Jiménez Martín, 1975 ; Pavón Maldonado, 1996, p. 60-63 et 79-87 ; Valor Piechotta, 2001.
  • 60 Campos Carrasco, 1998, p. 67.
  • 61 Arjona Castro, 1978. La documentation textuelle arabe ne mentionne pas un « château » mais parle se (...)
  • 62 Pavón Maldonado, 1996, p. 45.
  • 63 Pérez, 1987. Selon Campos Carrasco, 1998, p. 68, ce travail « recoge algunos yacimientos medievales (...)

27Enfin, au cœur du belt minier, les grands sites de la montagne (la Sierra) sont pour la plupart des sites miniers, ou proches de secteurs où affleurent des filons métallifères parfaitement exploitables dans les conditions techniques du Moyen Âge. Ainsi, dans le secteur de Riotinto (mines françaises du XVIIIe siècle, reprises et étendues par les Anglais aux XIXe et XXe siècles), la hauteur désignée comme « Cerro Salomón » ou Salomón [22] (Castillo de) a été entièrement détruite par les mines à ciel ouvert ; des vestiges existaient, qu’accompagnait un mobilier céramique (dont une partie a été récupérée et déposée au musée de Riotinto) allant du Xe au milieu du XIIIe siècle ; le village est alors abandonné et l’exploitation minière ne semble pas se poursuivre en époque chrétienne54. Au nord-est, Zufre [23] (Sufre, Sietfre, Sietfic, Scifre…) est situé en limite du territoire de Séville, comme l’atteste un document du 6 déc. 1253 ; il s’agit d’un habitat musulman fortifié, dans lequel des vestiges almohades ont été retrouvés55 ; dans le repartimiento de Séville, le site apparaît comme dépendant de Tejada56. À Aracena [24], une grande table rocheuse porte le site qui fut conquis par Alphonse III en 1251 ; on considère traditionnellement « qu’il trouve son origine dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Sa construction est faite en maçonnerie de pierre et comporte une enceinte et des tours quadrangulaires57 » ; une interprétation spatiale guère plus nuancée démontre une édification de l’enceinte au XIVe siècle, mais sans tenir compte des vestiges visibles : en effet, s’il est clair que le mur actuel est bien relativement récent, il s’appuie sur une bonne partie de son tracé sur des bases d’époque islamique, voire dans quelques cas sur des éléments constructifs qui pourraient remonter à la Protohistoire ; ceci rappelle ce que disait al-Râzî pour qui il s’agissait, comme le rapporte Évariste Lévi-Provençal, d’une « cité détruite par les Anciens58 », donc sans doute d’une cité ibérique vidée de sa population par les Romains ; à l’intérieur de cette grande enceinte, l’église actuelle recouvre la mosquée médiévale. Almonaster la Real [25] (Al-Munastîr) est aussi composé d’une muraille de tâbiya dessinant un polygone de 313 m de périmètre et délimitant ainsi une superficie de 8 300 m2 ; la construction en remonterait au Xe siècle59 ; à l’intérieur, qui a été très perturbé par l’édification au début du XXe siècle d’une arène de taureaux, se dressent les vestiges bien conservés de la mosquée qui reprend des éléments d’architecture wisigothique. Forteresse du XVe siècle, construite sur les vestiges d’un édifice antérieur, datant du XIIIe siècle, voire du XIIe60, Cortegana [26] est un habitat fortifié de hauteur où, dans l’enceinte qui enferme le petit château, la mosquée (aujourd’hui ermita Santa María) présente une orientation à 52° ; en contrebas immédiat de la courtine, des traces de taille du rocher signalent l’ancienne présence de maisons médiévales entièrement détruites ; l’habitat est attesté au Xe siècle sous le nom de Qatrashâna61 ; une intervention archéologique, réalisée en 1995, n’a pas été publiée. L’important château d’Aroche [27] fut conquis par Alphonse III en 1251 et un fuero de 1255 rapporte qu’il s’agissait là d’un habitat musulman : « … volens populare Arouchy quam habeo a sarracenis » ; une belle courtine, mais qui montre de nombreux renforts et reprises en sous-œuvre, est construite dans une tâbiya à forte teneur en chaux (les banchées ont une hauteur de 0,82 m pour une longueur de 2,50 à 2,70 m) ; un faux-appareil est dessiné sur le parement extérieur et le cœur du matériau montre la présence de clefs de bois servant à assujettir le coffrage ; un rapprochement architectural a été proposé avec les murailles de Rabat, datées du XIIe siècle, mais on peut supposer une origine plus ancienne, d’époque almoravide ; dans l’immédiat, on considérera que le château aurait été édifié entre le XIe et le XIIe siècle62. À proximité d’Aroche, dont la fondation remonterait au XIe siècle, le site du Llano de la Torre et, surtout, celui de Las Peñas [28], où une prospection a relevé divers vestiges d’habitats médiévaux, correspondraient à une occupation musulmane de haute époque, peut-être émirale et, en tout cas, califale63 (Xe-XIe siècles). Enfin, à Torres [29], au nord de Cortegana, en Sierra del Pocito, une occupation quasiment certaine (en prospection) demande à être confirmée par la fouille.

  • 64 Voir Yâkût, IV, 714 ; Ibn al-Abbâr, 245.
  • 65 Sur Mértola, la littérature est abondante : on verra particulièrement Macías, 1996, Gómez Martínez(...)
  • 66 De Padua, 1991 ; Vargas, 1999.
  • 67 Vallvé Bermejo, 1986, p. 233.

28À cette liste il conviendrait d’ajouter des établissements situés plus au nord, au contact des terres estrémègnes – Cumbres de San Bartolomé [30], Encinasola [31], Cumbres Mayores [32] et Fregenal de la Sierra [33] –, à l’ouest – Mértola64 [34] (Mârtula ou Mîrtula), présenté d’abord comme « hisn » puis comme « madina » dynamique et active sur le Wâdî Âna65 –, ou encore, mais cette fois-ci à l’est dans la région appartenant déjà au domaine sévillan – Real (El) de la Jara, Almadén de la Plata, Cazalla de la Sierra (ce dernier n’apparaît pas dans les sources), ou Constantina ; dans ce secteur, on mettra à part deux sites miniers de l’actuelle province de Huelva et qui font transition avec la région de Séville : Santa Olalla [35] (sur l’itinéraire Séville-Mérida), château habituellement considéré comme datant de la fin du XIIIe siècle et où ont été réalisés des sondages stratigraphiques et une étude des élévations66, et Cala [36] (Qal’a) ; le château actuel, séparé de l’habitat, est du bas Moyen Âge, mais le toponyme est arabe67.

Routes, territoires, châteaux et sites miniers

29La géographie castrale de l’intérieur saltésien est abondante mais encore – on l’a dit – trop peu étudiée. Dans un contexte géologique difficile (montagne moyenne, collines plus aptes à l’élevage qu’aux cultures, possibilités hydriques mais sans que l’on dispose de terroirs adaptés), l’activité essentielle est l’exploitation minière, qui s’accompagne la plupart du temps d’un premier traitement des minerais : le concassage est attesté à de nombreuses reprises et participe clairement à la logique des travaux minéro-métallurgiques dans la mesure où il évite le transport de stériles lourds et inutiles ; on notera toutefois que, sur le site de Saltés, on a vu apparaître – souvent employés dans les maçonneries de la ville musulmane – des blocs de minerais bruts, qui avaient donc été transportés par les chemins muletiers et des barques à fond plat depuis la Sierra. Comprendre l’organisation économique de la région minière impose donc de s’intéresser aux itinéraires principaux et aux territoires des châteaux dont on a pu retrouver la trace.

Les routes

30Par rapport au schéma antique, qui présente Italica (Séville) et Onuba (Huelva) comme les pôles organisateurs de l’ensemble du réseau viaire se dirigeant vers l’ouest et vers le nord, la situation médiévale est bien différente. Si, depuis Séville, un réseau se développe le long du Guadalquivir et, au nord-ouest, vers Mérida, Huelva reste à l’écart des principales routes médiévales.

Les principaux itinéraires

31De l’enquête en cours – dans laquelle les informations textuelles arabes sont confirmées par l’exploration archéologique – émerge une géographie diverse et déséquilibrée, avec quatre faits majeurs (fig. 8) :

  • d’abord, l’importance des routes fluviales et maritimes : les premières sont essentiellement la voie du Guadiana (par Mértola), celle du Río Tinto depuis Niebla, celle de l’Odiel par Gibraleón, celle enfin – qui paraît moins importante mais est en liaison directe avec les secteurs miniers – du Río Piedras depuis le petit hisn de Cartaya ; les secondes sont, à l’ouest la route vers Tavira, Shantmariya (actuel Faro), Silvés et au-delà vers le cap Saint-Vincent, et au sud-est la route de Cadix (à 80 milles de Saltés) puis du Maghreb (Tanger) et de la Méditerranée ;
  • ensuite, la disposition des villes et principaux établissements sur une ligne côtière ou proche de la côte, suivant assez précisément l’itinéraire d’Ibn Hawqal, comme le montre une simple et rapide cartographie de ces sites, tous attestés en époque almohade mais, pour la plupart, antérieurs au milieu du XIe siècle ;
  • puis, un isolement relatif de Huelva, qui se trouve à l’écart des trafics terrestres ou maritimes, au profit – comme le montrent aussi bien Ibn Hawqal que al-‘Udhrî – de Niebla, Taybila, Gibraleón et, par les esteros (ce sont les étiers du marais côtier) maritimo-fluviaux de la marisma, la ville métallurgique de Saltés ; sur l’itinéraire Séville-Tavira, la prospection conduit à restituer un tronçon Niebla-Gibraleón (aujourd’hui disparu) passant par le « château » de La Nicoba (al-Nicoba).
  • enfin, l’existence, dans l’intérieur, de deux routes seulement, qui soient attestées (une troisième par l’actuel village de Valverde, sur le site ancien, et tout proche, de Buitrón, reste possible) : d’une part l’itinéraire venant de Mértola et se prolongeant par le Camino de la Raya (voir plus bas), d’autre part la route du Portugal vers Aroche puis – par Tharsis et ses mines – vers Badajoz (l’axe médiéval est à rechercher en dehors des routes actuelles).

Fig 8. Les routes terrestres et maritimes en époque islamique (en traits discontinus, quelques itinéraires secondaires). Les distances indiquées sont celles que donne le géographe al-Idrîsî ; elles sont en partie fantaisistes.

32Ainsi, les itinéraires cotiers et méridiens sont assez faciles à restituer, même s’ils présentent des différences sensibles avec les tracés antiques et, bien sûr, contemporains. Plus difficiles sont à repérer les chemins qui traversent l’arrière-pays. L’exemple du Camino de la Raya montre l’intérêt de la recherche des itinéraires de transport des minerais depuis l’Andévalo ou la Sierra.

L’exemple du Camino de la Raya

  • 68 Bendala, 1987 ; Bendala, Campos, Gómez, 1997.
  • 69 Pérez Macías, 1997, p. 19.
  • 70 Pérez, López, Beltrán, 1997/a, p. 47.

33L’itinéraire romain d’exportation vers le Guadiana – ab ostio Fluminis Anae68 – des produits miniers de Tharsis fonctionne-t-il en époque médiévale ? Sans doute pas, dans la mesure où les études minéro-métallurgiques effectuées à Saltés montrent que, en époque islamique, les produits des mines de Tharsis – qui semblent exploitées alors, bien que certains chercheurs ne retrouvent rien dans les documents, qui signalerait cette exploitation69 – sont transportés vers le sud, par chemin muletier – et par le site de San Bartolomé de la Torre – jusqu’à Gibraleón puis par le fleuve et les esteros vers Saltés (voir fig. 8). Cependant une partie de l’ancienne chaussée romaine, connue dans la toponymie sous le nom de « Camino de la Raya », est utilisée, au moins dans son tracé qui conduit vers Gibraleón et Huelva – par San Bartolomé de la Torre –, a pu servir d’axe de structuration du peuplement de cette partie nord-occidentale du territoire de Niebla70.

Fig 9. Cartographie du Camino de la Raya. Conçu comme une sorte de rocade du pays minier, il rejoint Niebla (Labla) au Guadiana en passant par le château de Gibraleón, puis la tour de village de San Bartolomé (où il croise l’itinéraire méridien venant de la Sierra et se dirigeant vers Saltés), enfin (avant d’atteindre le fleuve) les sites de Pie del Castillo, Osma et Cabeza del Buey.

  • 71 Ibid., p. 48 : « Es posible que la antigua calzada romana siguiera vertebrando el territorio y su (...)
  • 72 Domergue, 1987.

34Malgré son éloignement du centre de pouvoir que représente, surtout en époque almohade, la villa de Labla, cette zone de l’Andévalo appartient au district – iqlîm – de Niebla qui s’étend au moins jusqu’au Río Chança ; on sait d’ailleurs que cet affluent du Río Guadiana délimite au-delà de l’époque islamique, en époque chrétienne – une fois surmontées les difficultés des XIVe et XVe siècles, donc une fois dépassés les conflits de frontière entre Castille et Portugal –, les terres dépendantes de Beja et celles dépendantes de Niebla. Sur le tracé du Camino de la Raya (fig. 9), les villages actuels de Villanueva et d’El Almendro apparaissent comme situés au carrefour de chemins importants venant soit de la zone de Tharsis, soit de Huelva, et se dirigeant vers Puebla de Guzmán, Gibraltar (altitude 307 m) et Paymogo. El Almendro est aujourd’hui séparé de la ville de fondation chrétienne de Villanueva de los Castillejos par la limite (tardive) qui suit le Camino de la Raya (romain, selon Manuel Bendala) et qui coupe d’ouest en est le site médiéval du Monte Pie del Castillo. En époque romaine, est attestée la présence d’un petit établissement sur l’Alto de Alfayat (un peu à l’est d’El Granado, à 10 km à l’ouest d’El Almendro) ; peu de chose au total. Mais, en époque médiévale, on remarque l’existence de plusieurs points de peuplement (de hauteur ?, avec enceinte ?) : ainsi à la Cabeza del Buey (nombreuses tuiles portant des digitations, mais céramique « atypique »), qui pourrait être le site musulman antérieur au village chrétien de Osma71. À Alfayat de la Peña (sur le Cerro de la Virgen de la Peña, Puebla de Guzmán), où l’on constate une production de fer depuis au moins le XIe siècle, à mettre sans doute en rapport avec la présence d’une influence des Bakrî, signalée par les épigraphes funéraires du Musée de Séville provenant de ce site. Il semble qu’il faille distinguer le village (qarya ou hisn ?) d’Alfayat, qui n’est pas en relation directe avec la mine, et le petit habitat minier, connu sous le nom de Campo del Moro, qui devait se trouver situé à l’emplacement de la Mina Lagunazo, déjà exploitée, selon Claude Domergue, pour l’argent et le cuivre depuis l’époque protohistorique72.

35Pour toute la région, la chronique des conquêtes réalisées par l’Ordre de Santiago est un document d’un exceptionnel intérêt : on a d’ailleurs pu penser que les itinéraires de cette conquête ne s’étaient guère éloignés du tracé du (ou des) chemin(s) antique(s) et islamique(s). Il est clair que beaucoup des villages cités vers le milieu du XIIIe siècle ont perduré en époque mudéjare, au moins pendant la fin du règne d’Alphonse X : Alfayat est dans ce cas, de même que l’habitat du Cerro de la Castillejita (Sotiel Coronada, Calañas), La Cerca Alta et la Cabeza de Andévalo (El Cerro de Andévalo). En revanche, un site comme la Cabeza del Buey ne paraît pas dépasser le milieu du XIIIe siècle.

Zones de peuplement et territoires castraux

  • 73 González, 1951.
  • 74 Archivo Municipal. Sevilla, secc. 1, carp. 1, no 5 ; voir aussi : Borrero Fernández, 1987.
  • 75 Casquete del Prado, 1993, p. 50.

36Une chose est de définir les influences politico-économiques de la kûra, une autre – peut-être plus importante parce que plus stable – est de délimiter les espaces qui, dans le cadre du hisn, découpent et structurent l’espace. Méthodologiquement, c’est l’exemple valencien qui a guidé mes pas dans la recherche concernant Niebla. Dans la zone valencienne, en effet, la restitution des limites territoriales des communautés musulmanes a pu être effectuée avec un degré de fiabilité acceptable en raison de deux facteurs positifs : d’une part l’existence, avec les repartimientos, d’une abondante documentation de peu postérieure à la conquête chrétienne (de 1238, pour Valence), d’autre part la décision des autorités royales de conserver, autant que possible, les limites des territoires musulmans. En était-il de même à Niebla ? Je suis longtemps resté dans l’incertitude, personne n’abordant ce thème dans la littérature historique, jusqu’à avoir retrouvé dans l’ancienne publication du Repartimiento de Sevilla73 la mention du privilège d’Alphonse X de Castille74, en date du 6 décembre 1253, demandant de prendre comme point d’appui pour la nouvelle géographie administrative (chrétienne) les anciennes limites d’époque musulmane. Pour Nuria Casquete75, cette décision était motivée par le fait que, face aux rivalités croissantes, à partir de cette date, entre Castille et Portugal, la Sierra ne disposait pas d’une agglomération dont la taille aurait permis de relayer le contrôle sévillan ; il convenait donc de maintenir la structuration territoriale existante.

Les caractères généraux

37Pour cet essai de cartographie provisoire des territoires, on a eu recours à la documentation cartographique actuelle (feuilles au 1/50 000e) sur laquelle ont d’abord été repérés les toponymes utiles et le tracé des anciens chemins de grande communication ; puis on a relevé le découpage administratif actuel, qui se révèle assez complexe, comme le montre le secteur de la Sierra Norte (fig. 10), et dénote par la-même que des modifications importantes ont été apportées au schéma d’origine. Les lignes structurantes correspondent souvent, pour partie au moins, aux lignes anciennes – ainsi lorsqu’elles s’appuient aux alignements naturels des reliefs principaux – mais elles sont parfois en distorsion totale avec la géographie locale (c’est le cas de toutes les implantations nouvelles, souvent postérieures à la conquête chrétienne) et suivent alors, par exemple, le tracé des cours d’eau ; en plus des divisions de territoires jusque-là cohérents, on voir apparaître des enclaves qui révèlent les difficultés à réaliser la partition d’un ensemble antérieur, ou qui soulignent les rivalités qui se sont prolongées jusqu’à imposer, au terme de plusieurs siècles de conflits, une délimitation aberrante.

Fig 10. Le découpage administratif actuel des municipes de la Sierra de Huelva.

  • 76 Je ne renonce pas à trouver, pour la région de Huelva, des documents comparables à cette capitulat (...)

38Comment sont constitués ces territoires ? En règle générale, leurs limites suivent des lignes de force du paysage et paraissent rechercher une certaine cohérence géographique de l’ensemble ainsi déterminé. Pour le XIIIe siècle valencien, on avait pu démontrer que ces limites – aux origines incertaines, pas toujours très précises et sans doute non matérialisées dans le paysage – prenaient comme point d’appui des hauteurs bien visibles ou toute une ligne de crête, suivaient rarement les cours d’eau (à l’exception des fonds de ravins transformés en drailles pour les troupeaux), s’appuyaient sur des détails concrets attestant que la limite est connue et qu’elle est précise76. Entre époque médiévale et époque contemporaine, de nombreuses modifications sont intervenues, qu’il faut repérer et expliciter mais on remarque que les évolutions principales, lorsqu’elles existent, procèdent soit d’un découpage, soit d’un regroupement de territoires antérieurs. Dès lors, trois aspects fondamentaux peuvent être relevés (fig. 11) : d’abord, l’existence d’un réseau castral relativement dense, que les prospections actuelles viennent assez régulièrement compléter ; ensuite le vide relatif de l’Andévalo, principalement dans sa partie méridionale et orientale, où l’on a quelque difficulté, dans l’état actuel de la recherche, à rétablir un réseau un tant soit peu organisé de sites d’habitat fortifié ; là cependant, des sites « nouveaux » font l’objet d’enquêtes archéologiques : Gibraltar, Alfayat, Pie del Castillo, Cabeza Alta…, tandis que le semis des « enceintes berbères » – d’époque indéterminée avec précision mais qui apparaissent très tôt (IXe-Xe siècles ?), occupent des hauteurs moyennes et sont liés à une économie pastorale et minière – fait la transition vers la montagne ; c’est enfin la forte densité et la solide et cohérente structuration de la Sierra avec, par exemple et comme nous allons le voir, les châteaux de Aroche, Cortegana-Almonaster, Aracena…

Fig 11. Les principaux sites castraux de la zone, y compris les sites urbains de Labla (Niebla) et Awnaba (Huelva). Ils se répartissent en deux groupes distincts : d’une part celui du littoral et des collines de l’Andévalo, d’autre part celui de la Sierra Norte.

Les sites castraux du nord-ouest

39Sur cette zone, la recherche a été menée d’une manière plus approfondie et, si elle obtient un certain succès, c’est sans doute aussi parce que, dans cette zone de sierra au relief difficile, la géographie castrale n’a que peu évolué, sauf par la subdivision de vastes territoires initiaux : un des seuls changements majeurs – c’est-à-dire la création, peut-être déjà à la fin de l’époque islamique mais plus vraisemblablement après 1250 et sur les bases d’une ancienne tour de village, de Cortegana – a été opéré par prélèvement sur les deux territoires voisins d’Almonaster et d’Aroche.

  • 77 Pour tous les problèmes d’utilisation de la cartographie à échelle moyenne et de la photographie a (...)

40À partir du relevé cartographique de base, on a conservé les limites s’appuyant sur des lignes de relief nettes et bien visibles depuis les villages des alentours ; une remarque faite sur la documentation valencienne contemporaine de la conquête chrétienne montre, en effet, que lorsque les paysans musulmans indiquent au conquérant Jacques 1er les limites de leur hisn, ils désignent des points évidents du paysage naturel ; élément complémentaire d’une même approche, des limites « naturelles » venant à se croiser à proximité d’un site majeur peuvent indiquer le découpage d’un territoire initial (ainsi les lignes proches du site de Cabeza Gorda (enceinte « berbère ») ou celles qui passent au nord du hisn de Gibraltar. En revanche, on a eu tendance à oublier les limites qui suivent longtemps un cours d’eau pérenne : n’oublions pas que, dans cette région du Sud-Ouest péninsulaire, l’actuelle délimitation entre Espagne et Portugal – qui suit la Ribera de Chanza puis le Río Guadiana – est un exemple caricatural de frontière artificielle. En revanche, on l’a dit, les drailles peuvent séparer deux territoires voisins. On a retenu enfin, parmi les indices principaux, le cas où une limite venait à couper perpendiculairement un thalweg. Sur ces bases méthodologiques77, des propositions peuvent être faites pour la région nord de Huelva (fig. 12). Il est clair, sur ces documents en cours d’élaboration, que l’interprétation n’est pas aisée ; néanmoins apparaissent quelques évidences et beaucoup de problèmes.

Fig 12. Éléments de cartographie des territoires castraux de la zone minière, au nord-est de Huelva : vestiges de tracés anciens, difficultés et problèmes de l’interprétation. Les limites, très artificielles, de Cortegana sont issues d’un découpage a novo réalisé en amputant partiellement deux territoires préexistants.

41Pour s’en tenir aux données les plus sûres, on remarque le rôle structurant de « grands » sites comme Cabeza Gorda (pour la haute époque), Alfayat ou, surtout, Gibraltar (pour la pleine époque islamique) ; on voit aussi se définir des territoires cohérents dans leur organisation spatiale : ainsi Zufre et, plus net encore, Aracena et Aroche (tous deux en pleine zone minière du nord). Mais, déjà, avec Cala et Santa Olalla, au nord-est, si on devine l’existence d’une seul territoire d’origine, on est bien en peine de déterminer une chronologie relative qui distinguerait ces deux « châteaux ». Les véritables difficultés surgissent lorsque l’on cherche à entrer dans plus de détails (fig. 12) : des incertitudes de tracé empêchent de relier comme on le souhaiterait deux lignes majeures tandis que, en l’absence de données fiables (rappelons que la recherche est en cours et que la région concernée est… vaste et montagneuse), on est parfois réduit à des hypothèses, vraisemblables ou plus aventurées. Notons que, dans ce cas, l’existence d’une limite est assurée – ainsi celle qui sépare les territoires de Gibraltar et d’Alfayat de la Peña – mais que ce qui l’est moins, c’est sa position géographique exacte.

42Si l’on accepte les informations ainsi réunies, il resterait à engager l’étude détaillée de l’un ou l’autre de ces territoires, en localisant les habitats médiévaux ainsi que les chemins et les mines anciennes.

Des châteaux et des mines

  • 78 Cressier, 1998 : on remarque entre les divers sites des différences sensibles qui « nos aportan la (...)

43Il est temps de rechercher les caractères principaux du peuplement minier tel qu’il apparaît dans les sierras de Huelva comme dans la zone collinaire de l’Andévalo. On se souviendra cependant que, selon le même auteur, l’organisation des zones minières, dans l’Espagne musulmane, ne suit pas des règles strictes et uniques78, même à l’intérieur d’une seule région, et même pour une période identique.

  • 79 Cressier, 1984.
  • 80 Bazzana, 1998.
  • 81 Voir, par exemple : Bertrand, Sánchez, Zubiaur, 1996.

44Le découpage territorial correspond à ce que l’on sait, pour d’autres secteurs d’al-Andalus, du rôle du « château » dans le peuplement ibéro-islamique et de la fonction structurelle qui est la sienne dans le monde rural andalou. Comme Patrice Cressier l’avait montré pour le versant sud de la Sierra Nevada79 et comme cela apparaissait aussi dans les montagnes de Valence80, les husûn – au sens de « territoires » disposant de leur établissement défensif (simple refuge ou habitat fortifié) – occupent l’ensemble de l’espace utile, leur rôle ne s’affaiblissant que lorsque l’on approche des villes principales, dont l’alfoz (ou zone de rayonnement administratif, économique et culturel) dépasse largement le seul tissu urbain pour mordre sur les campagnes périphériques. On notera que la topographie de la plupart des sites répertoriés les place sur des hauteurs avec, le plus souvent, un élément de protection sinon de véritable fortification. Ceci rejoint, s’agissant du Sud-Ouest andalou, ce que Patrice Cressier constate dans la région d’Almeria : la morphologie des habitats miniers est assez différente de celle des habitats ruraux, dont l’existence et les particularités fonctionnelles sont bien attestées dans d’autres régions81 ; on peut dès lors penser que les activités extractives et d’élaboration métallurgique impliquent une organisation davantage contrôlée par les autorités étatiques que la « simple » agriculture nourricière et, s’il n’est guère pensable, pour l’époque islamique, que l’on ait pu avoir recours – comme c’est la norme en époque romaine – à une main-d’œuvre servile, on peut estimer que ce travail se pratiquait dans le cadre de groupes familiaux.

  • 82 Bazzana, Cressier, Guichard, 1988, p. 276.
  • 83 Bazzana, 1998, p. 228 et fig. 11.

45La région de Huelva n’est ici qu’un exemple ; il y en a d’autres et qui peuvent être différents dans les modalités de structuration de l’espace qui apparaissent ; j’en prendrai deux exemples. Le premier se place dans la région de Guadix, sur les pentes du versant nord de la Sierra Nevada82 (fig. 13) : sur ce piémont minier du Marquesado del Zenete, en limite de l’altiplano grenadin, huit villages dont l’économie associe les cultures sèches, une agriculture de regadío eventual (c’est-à-dire d’utilisation occasionnelle d’eaux de ruissellement canalisées) et les mines, s’étagent de 1 000 à 1 200 m d’altitude ; à chacun d’eux est associé un château, qui est parfois localisé – ainsi à Alquife – sur le gisement métallique lui-même ; dans ce cas aussi, des phénomènes de partition ont pu exister car, si al-Idrîsî cite séparément Ferreira et Dólar, Ibn Hayyân pour sa part mentionne ces deux husûn (pluriel de hisn) comme constituant un ensemble cohérent. Le second exemple nous est fourni par les châteaux et les habitats de la Sierra de Espadán, dans la région de Castellón, dans l’Espagne orientale83 (fig. 14) : là, le schéma est radicalement différent de celui de Huelva, où l’on pouvait remarquer la dimension importante des territoires, et l’on constate au contraire une juxtaposition serrée de petits territoires castraux – dans lesquels le « château » n’est souvent qu’un simple refuge. Sans doute, dans l’un et l’autre de ces exemples, le relief joue-t-il un rôle déterminant : les serres allongées des pentes du Marquesado conduisent à une distribution en lanières des territoires, tandis que le compartimentage de la Sierra de Espadán entraîne une organisation micro-cellulaire des husûn. Dans un cas comme dans l’autre, les limites du hisn englobe les mines métallifères.

Fig 13. Une région de production métallique dans la Sierra Nevada (Grenade) : châteaux, habitats et mines dans le Marquesado del Zenete.

Fig 14. Un autre modèle d’organisation des sites et territoires miniers, celui de la Sierra de Espadán (Castellón).
Dans cette zone montagneuse, où les terroirs exploitables sont exigus, des pentes escarpées séparent les unes des autres d’étroites vallées ; dans celles-ci, se trouvent le village (souvent groupé) et le refuge situé à proximité des mines métallifères.

***

46Alors que les travaux de terrain doivent encore être poursuivis, des hypothèses plus sûres orientent désormais la recherche, et ce dans quatre directions principales :

  • Les limites des kûra/s concernées (Séville, Niebla, Beja) sont, pour l’instant, difficiles à établir ; contrairement à ce que l’on note dans le reste d’al-Andalus, elles semblent avoir été relativement mouvantes : incertaines vers le Nord où la Sierra de Aracena sert tantôt de bastion andalou tantôt de marche sévillane, peu visibles dans la géographie vers l’Ouest, elles ne sont bien définies et ne marquent vraiment le paysage – ou les clivages mentaux – jusqu’à aujourd’hui que vers l’est, en direction de Séville. La « frontière sévillane » témoigne des rapports difficiles entre l’ensemble Niebla-Huelva et la capitale impériale : là, une simple relation des événements politico-dynastiques entre le XIe et le XIIIe siècle suffirait à révéler la permanence des rivalités d’intérêt et des conflits.
  • Il est clair que, dans l’ensemble de l’actuelle province de Huelva, un réseau de husûn est établi et fonctionne jusqu’au XIIIe siècle, d’une manière semblable à celle qui a pu, déjà, être étudiée dans les régions de Valence, de Murcie et d’Andalousie orientale ; quelques différences par rapport aux schémas déjà connus apparaissent toutefois : en particulier, on doit remarquer la juxtaposition de grands territoires – l’un des meilleurs exemples étant celui de Mértola (Portugal), avec un rayon de près de 50 km (même s’il convient d’en réduire l’extension) – et de petits husûn dont l’activité est tantôt agricole et maritime (Gibraleón), tantôt minière et céramique (Cortegana).
  • Une véritable carte du peuplement islamique est difficile à établir. Peu de données sont à espérer de la toponymie qui, dans l’ensemble de la région, a été fortement modifiée après la conquête chrétienne et au moment des colonisations dirigées par les Ordres militaires ; les données archéologiques d’époque islamique sont peu aisées à saisir, sous le fort développement castral des premiers siècles d’époque chrétienne. On ne peut espérer éclairer l’ensemble de la région ; en revanche, on peut compter sur quelques études de cas, prenant en compte les secteurs où la toponymie résiduelle et les vestiges archéologiques sont les plus riches : ainsi les secteurs de Saltés-Gibraleón, du Camino de la Raya ou d’Aroche.
  • Plus qu’ailleurs, en raison des impératifs de l’exploitation minière, on notera que les sites de châteaux sont à mettre en relation, la plupart du temps, avec le système viaire ; à la lumière des quelques travaux déjà engagés (par exemple sur la voie nord-sud venant de Tharsis et se dirigeant vers Gibraleón et les marismas), il apparaît que châteaux et tours (de village) sont étroitement liés à la voie terrestre ou à la voie d’eau, le hisn de Gibraleón, par exemple, s’installant clairement à un point de franchissement et de rupture de charge. L’ensemble fonctionne, en époque almohade dans une logique qui paraît à la fois militaire (organisation et contrôle d’une région à tendances indépendantistes) et coloniale (exploitation minéro-métallurgique).

47Comment procéder, à l’avenir ? Au plan méthodologique, j’ai tenté de présenter ici quelques réflexions sur les sites et les réseaux d’époque almohade, dans le but de tester la validité de méthodes de photo-interprétation et de prospection utilisées dans d’autres secteurs géographiques, et pour d’autres périodes, dont on trouverait les justifications aussi bien dans les travaux de Gérard Chouquer que dans ceux – récemment renouvelés – de Raymond Chevallier. Les résultats obtenus, qui paraissent positifs, m’incitent à reprendre l’enquête de manière plus systématique en repartant de la carte au 1/50.000e, de la photographie aérienne, de la toponymie, des mentions textuelles que viendront compléter les prospections.

Notes

1 Domergue, Herrail, 1978.

2 On verra avec profit l’ensemble des communications au colloque de León (1995), et plus particulièrement : Riu Riu, 1996, Vallvé Bermejo, 1996, Duarte, 1996.

3 Francovich, 1991.

4 Voir : Bazzana, Bedia García, 2005.

5 Kermorvant, Ponsich, 1984.

6 Al-Idrîsî, p. 178-179.

7 Al-Himyarî, p. 135-136 (texte arabe, p. 110-111).

8 Al-’Udh, p. 100 et 175 ; Al-Idrîsî, p. 179.

9 Le géographe arabe al-Bakrî naît à Saltés dans la première moitié de XIe siècle, alors que son père règne sur le royaume de Saltés-Niebla.

10 Léon lAfricain, 1956, p. 293.

11 Voir : Trauth, 1996.

12 Al-Idrîsî, p. 179.

13 Sous ce terme – hisn, pluriel husûn – utilisé de préférence à « château » de manière à éviter toute connotation avec la société féodale d’Occident, on désignera les sites défensifs contrôlant un territoire plus ou moins vaste et une population qui tend à se disperser dans les hameaux proches des terroirs les plus productifs, ou voisins des mines en exploitation.

14 Voir : Agero, 1995, particulièrement aux pages 357-358, 421-424, 486, 582-583, 630.

15 Rey Durán, 1997.

16 Voir : Pérez-Ambid Wamba, 1995, p. 11 (prologue de Domínguez Ortiz A.).

17 Onuba est le toponyme romain de Huelva.

18 Le vieux « réflexe » castillo-centrique était excusable il y a quelques décennies ; il ne l’est plus aujourd’hui.

19 La conquête « se hizo sin coordinación entre el esfuerzo castellano y el lusitano » ; dans une situation de rivalité larvée entre les deux dynasties, la poussée castillane, dirigée « hacia la gran cuenca bética, dejo el campo libre a las incursiones procedentes del Oeste » (Pérez-Ambid Wamba, 1995, p. 11).

20 Pérez-Ambid Wamba, 1995, p. 23-24 et 29.

21 Ces accords précisent aussi, les modalités d’exploitation des roues hydrauliques (aceñas), des moulins et des barques du Guadiana. C’est donc que ceux-ci existent… et l’on aimerait qu’un historien d’aujourd’hui les recherche, en fasse mention, décrive leur mode de fonctionnement en époque islamique et nous donne un panorama objectif de ce que trouvent devant eux les conquérants chrétiens lorsqu’ils pénètrent sur les terres de Beja, Mértola, Niebla ou Séville.

22 Sur la « frontière » dans le Moyen Âge hispanique, on verra : Poisson, 1992, p. 35-59.

23 Mais qu’est-ce qu’un « château » et Aracena peut-il être sérieusement comparé à Cortegana ?

24 Collantes de Terán, 1953.

25 Pérez-Ambid Wamba, 1998, p. 115-116 : « La primera línea defendería el paso prodedente de Moura, y la segunda, meridional, el que viene de Beja y Serpa. Ambas quedaban conectadas por la fortaleza de Torres, al oeste, y por la de Zufre, al este. »

26 Dans ce cas, une confusion est possible entre Almonaster la Real et un Almonaçir/Almonacer/Almonaster mentionné par le repartimiento de Séville ; voir : Roldán Castro, 1993, p. 312 ; sur les divisions internes de la kûra de Niebla, voir : Pérez Macías, 2001.

27 Al-‘Udh p. 109 ; Al-Bakrî, p. 115 ; Lévi-Provençal, 1953, p. 251 ; Ibn Gâlib, p. 293 (texte) et 382 (trad.), p. 369-384 ; Valencia, 1988, p. 43-47 ; Roldán Castro, 1993, p. 105-106.

28 Le Wâdî Âna « poursuit [depuis Batalyans] son cours jusqu’à la place forte de Mértola et va se jeter dans la mer non loin de l’île de Saltés » (Al-Rawd…, p. 58).

29 Roldán Castro, 1993, p. 60.

30 Voir IbnIdhârî, p. 38-40.

31 Voir : Yâkût, IV, 346 (s.v. Labla), et II, 332-333, s.v. al-Hamrâ’.

32 Sur Niebla, voir : Encyclopédie de l’Islam, vol. 3, p. 970 ; Roldán Castro, 1993, et l’analyse de la trame urbaine par J. De Meulemeester.

33 Campos Carrasco et alii, 1996, p. 194.

34 De Meulemeester, s.p.

35 Voir : Picard, 1997, p. 89.

36 Yâqût, III, p. 544-545.

37 Voir : Dozy, Recherches 3…, I, p. 308-310 ; Torres Balbás, 1957.

38 Campos Carrasco, 1998, p. 69-70.

39 Voir l’étude préliminaire à une restauration, faite en 1990 : Rodríguez, 1996, p. 15-27.

40 Pavón Maldonado, 1996, p. 43-45.

41 Ibn Gâlib.

42 Campos Carrasco, 1998, p. 69 ; sur les fouilles de 1986, voir : Bedia, Carrasco, 1987 ; Bedia García, 1987.

43 Pavón Maldonado, 1996, p. 42.

44 Picard, 1996, p. 59.

45 Campos Carrasco, 1998, p. 66.

46 Bedia García, Teba, 1987.

47 Campos Carrasco, 1998, p. 67-68 : « De estructura cuadrangular se contruyó en el siglo XIV en mampostería » ; prospection : Pérez, López, Beltrán, 1997/a, p. 16.

48 Campos Carrasco, 1998, p. 67 ; Pérez, López, Beltrán, 1997.

49 Pérez, López, Beltrán, 1997/a, p. 16-17.

50 Ibid., p. 25.

51 Ibid., p. 22.

52 Informations orales venant du « Centro de arqueologia de Mértola » (Portugal) qui y a effectué une prospection, il y a déjà quelques années. L’accès au site est aujourd’hui interdit (même avec toutes les autorisations nécessaires) car il se trouve sur un vaste domaine privé, connu pour accueillir les retraites « hors du temps » de Caroline de Monaco.

53 Pérez, López, Beltrán, 1997/a, p. 18-19.

54 Pérez Macías, 1997, p. 19-37.

55 Valencia, 1988, p. 463 ; Morales Martínez, 1976, p. 74.

56 Roldán Castro, 1993, p. 317.

57 Campos Carrasco, 1998, p. 67 : « Tiene su origen en la segunda mitad del siglo XIII. Su construcción es de mampostería con torres cuadrangulares y cerca ».

58 Ibid., p. 67 ; Pérez, Campos, Gómez, 1998 ; Lévi-Provençal, 1953, p. 56.

59 Jiménez Martín, 1975 ; Pavón Maldonado, 1996, p. 60-63 et 79-87 ; Valor Piechotta, 2001.

60 Campos Carrasco, 1998, p. 67.

61 Arjona Castro, 1978. La documentation textuelle arabe ne mentionne pas un « château » mais parle seulement des « montagnes de Cortegana » : Roldán Castro, 1993, p. 323 et 325.

62 Pavón Maldonado, 1996, p. 45.

63 Pérez, 1987. Selon Campos Carrasco, 1998, p. 68, ce travail « recoge algunos yacimientos medievales » et « contiene una breve síntesis sobre el poblamiento medieval en la zona ». Voir aussi : Pérez, 1999.

64 Voir Yâkût, IV, 714 ; Ibn al-Abbâr, 245.

65 Sur Mértola, la littérature est abondante : on verra particulièrement Macías, 1996, Gómez Martínez, 2001. La détermination des limites du territoire de Mértola en époque islamique pose problème. On s’appuie habituellement sur un document de 1239 qui donne, pour les lendemains de la conquête chrétienne, un état approximatif, au « caractère quelque peu spéculatif » selon Santiago Macías ; l’extension de quelque 2 100 km2, à laquelle on parvient en intégrant au domaine de Mértola la totalité des territoires mentionnés, dépasse toute réalité acceptable ; losque le document indique comme « frontière » la « forêt » séparant Mértola d’une ville voisine, on n’est aucunement autorisé à intégrer à Mértola l’ensemble de cet espace boisé (au mieux, la limite passerait à l’intérieur du massif forestier.

66 De Padua, 1991 ; Vargas, 1999.

67 Vallvé Bermejo, 1986, p. 233.

68 Bendala, 1987 ; Bendala, Campos, Gómez, 1997.

69 Pérez Macías, 1997, p. 19.

70 Pérez, López, Beltrán, 1997/a, p. 47.

71 Ibid., p. 48 : « Es posible que la antigua calzada romana siguiera vertebrando el territorio y su explotación ». Voir, pour l’origine islamique du toponyme : Hernández, 1963.

72 Domergue, 1987.

73 González, 1951.

74 Archivo Municipal. Sevilla, secc. 1, carp. 1, no 5 ; voir aussi : Borrero Fernández, 1987.

75 Casquete del Prado, 1993, p. 50.

76 Je ne renonce pas à trouver, pour la région de Huelva, des documents comparables à cette capitulation du hisn de Shûn (Uxó) parlant « d’une tour (…) où se séparent les territoires d’Almenara et d’Uxó », du « champ de figuiers qui domine Mencofa [et] qui fait partie de leur territoire » (Llibre dels Feyts, § 249) ; voir Bazzana, Cressier, Guichard, 1988.

77 Pour tous les problèmes d’utilisation de la cartographie à échelle moyenne et de la photographie aérienne verticale, on se reportera à : Chevallier, 2000 ; Chouquer, 2000.

78 Cressier, 1998 : on remarque entre les divers sites des différences sensibles qui « nos aportan la prueba de que la organización de la minería de al-Andalus no obedeció nunca a reglas uniformes ni siquiera en un mismo momente y una misma región » (p. 490).

79 Cressier, 1984.

80 Bazzana, 1998.

81 Voir, par exemple : Bertrand, Sánchez, Zubiaur, 1996.

82 Bazzana, Cressier, Guichard, 1988, p. 276.

83 Bazzana, 1998, p. 228 et fig. 11.

Table des illustrations

Légende Fig 1. Carte des principales localisations (châteaux, villes et villages) mentionnées.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig 2. Le site de Saltés (Huelva) à la lumière des prospections géophysiques réalisées. Les ateliers de métallurgie se trouvent au nord-est de la zone urbaine.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29753/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig 3. La kûra de Niebla à l’époque islamique.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29753/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Fig 4. Montagne, routes naturelles et lignes défensives supposées : les sites au nord-ouest de Séville.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29753/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Fig 5. Les maisons de Saltés.Organisées en îlots de plan voisin du carré, les maisons des XIIe et XIIIe siècles (elles sont antérieures à 1250) se distribuent autour d’une cour centrale ou latérale qui commande les différentes pièces parmi lesquelles se dessine une tendance à la spécialisation (cuisine, réserve, latrines).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29753/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende Fig 6. Les sites mentionnés.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29753/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig 7. La ville de Niebla, centre fédérateur de la kûra.1. Mosquée cathédrale. 2. Mosquée mineure. 3. Citadelle. 4. Puerta de Sevilla. 5. Puerta del Embarcadero. 6. Puerta del Agua. 7. Puerta del Buey. 8. Puerta del Socorro.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29753/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Fig 8. Les routes terrestres et maritimes en époque islamique (en traits discontinus, quelques itinéraires secondaires). Les distances indiquées sont celles que donne le géographe al-Idrîsî ; elles sont en partie fantaisistes.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29753/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig 9. Cartographie du Camino de la Raya. Conçu comme une sorte de rocade du pays minier, il rejoint Niebla (Labla) au Guadiana en passant par le château de Gibraleón, puis la tour de village de San Bartolomé (où il croise l’itinéraire méridien venant de la Sierra et se dirigeant vers Saltés), enfin (avant d’atteindre le fleuve) les sites de Pie del Castillo, Osma et Cabeza del Buey.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29753/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig 10. Le découpage administratif actuel des municipes de la Sierra de Huelva.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29753/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig 11. Les principaux sites castraux de la zone, y compris les sites urbains de Labla (Niebla) et Awnaba (Huelva). Ils se répartissent en deux groupes distincts : d’une part celui du littoral et des collines de l’Andévalo, d’autre part celui de la Sierra Norte.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29753/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Fig 12. Éléments de cartographie des territoires castraux de la zone minière, au nord-est de Huelva : vestiges de tracés anciens, difficultés et problèmes de l’interprétation. Les limites, très artificielles, de Cortegana sont issues d’un découpage a novo réalisé en amputant partiellement deux territoires préexistants.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29753/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Fig 13. Une région de production métallique dans la Sierra Nevada (Grenade) : châteaux, habitats et mines dans le Marquesado del Zenete.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29753/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig 14. Un autre modèle d’organisation des sites et territoires miniers, celui de la Sierra de Espadán (Castellón).Dans cette zone montagneuse, où les terroirs exploitables sont exigus, des pentes escarpées séparent les unes des autres d’étroites vallées ; dans celles-ci, se trouvent le village (souvent groupé) et le refuge situé à proximité des mines métallifères.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29753/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 260k

© Presses universitaires de Lyon, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search