Version classiqueVersion mobile

Mines et pouvoir au Moyen Âge

 | 
Marie-Christine Bailly-Maitre
, 
Jean-Michel Poisson

Ressources minières et centres de pouvoir en Piémont médiéval

Giorgio Di Gangi

Texte intégral

  • 1 Voir surtout Di Gangi, 2001/a ; en synthèse Di Gangi, 1997, 2001/b, 2001/c ; sur la méthode, Di Ga (...)

1Cette étude s’articule en deux parties : la première concerne la recherche effectuée à partir de 1995 sur la question de l’activité minière et métallurgique dans les Alpes occidentales italiennes au Moyen Âge ; la seconde s’intéresse à quelques aspects particuliers émergeant de cette recherche1. La méthodologie du travail réalisé et la situation minière du Piémont et du Val d’Aoste, s’appuient sur un travail qui n’avait jamais été réalisé auparavant dans son ensemble, elles reposent sur des sources de diverses natures et plus de 7500 documents, permettant une cartographie de ceux qui fournissent des indications relatives à l’activité minière et métallurgique. Quelques exemples, surtout des XIIIe et XIVe siècles, de façon à sélectionner des problèmes ouverts, et ceux qui présentent le meilleur potentiel concernant le rapport entre ressources et contrôle seigneurial. La même démarche s’applique également à un projet de plus grande envergure dans le territoire du marquisat de Saluces, auquel il sera fait allusion (fig. 1).

Fig 1. Zones citées dans le texte

  • 2 Sur cette définition, Di Gangi, 2001/a, p. XIII.

2Le premier travail a été de dessiner un cadre historique et géologique de l’aire examinée en partant des sources disponibles, archivistiques et géologiques, qui ont permis la réalisation de cartes des gisements de la région, incluant même les petits filons de fer, de cuivre et d’argent qui, s’ils ne sont pas significatifs pour une exploitation économique au sens moderne du terme, peuvent être source d’approvisionnement suffisant pour l’activité pré-industrielle. Une carte (fig. 2) a été réalisée à partir des témoignages des érudits, géologues et ingénieurs des mines qui ont vécu de la première moitié du XVIIe siècle à la première moitié du XXe siècle. Cette carte présente les mines considérées comme « antiques », « romaines » ou « sarrasines » – et donc des travaux attribuables, en réalité, à une « antiquité » générique sans plus de précision, à quelque chose dont on a presque perdu la mémoire – et celles qui ne sont pas datables. Un tel support cartographique a été utilisé comme base initiale, intégré et confronté aux analyses des documents d’archives (fig. 3). On a donc fait figurer sur les cartes tous les sites extractifs ou métallurgiques mentionnés, suivant les périodes, du XIe jusqu’au XVIIIe siècle. En outre, les quelques fouilles archéologiques en région piémontaise ont été prises en compte, et une carte a été également tracée avec l’indication des toponymes qui peuvent signaler l’existence d’activités minières et métallurgiques. La méthode de recherche adoptée a permis de dessiner un panorama des ressources minières documentées, de leur emplacement et de leur datation2. L’association de divers types de sources (fig. 4), l’analyse de photographies aériennes et les prospections sur le terrain dans des zones spécifiques (fig. 5) ont permis de créer une base de recherche utile non seulement aux archéologues qui peuvent y trouver motif à de nouvelles recherches archéologiques, mais aussi aux historiens, à qui elle suggère un ample éventail de problématiques, ainsi qu’aux géologues qui, à travers les cartes, peuvent trouver des informations utiles à leur travail.

Fig 2. Carte avec l’emplacement des mines et des structures pour la métallurgie, considérées comme « anciennes » ou « romaines », ou que l’on ne peut dater, d’après la documentation des érudits, géologues...

Fig 3. Carte avec l’emplacement des mines et des structures pour la métallurgie au XIVe siècle

Fig 4. Forgeron au travail, Digestum du dernier quart du XIIe siècle, Biblioteca Capitolare d’Ivrea, cod. 63/LXXXIX, fo 23v et 13r (d’après Castronovo et alii 1994, p. 308)

3Mais « de la mine, il faut sortir et regarder ce qu’il y a autour. » La montagne et les hommes qui l’habitent sont deux composantes d’un même problème, car l’activité extractive est, par sa nature, étroitement liée à un environnement spécifique. La ressource naturelle (non seulement la mine, mais aussi la disponibilité en bois et, en eau, ainsi que les voies de communication) et l’installation productive, forment deux facteurs fondamentaux du développement de la population en région alpine. En outre, il a été également possible de mettre en évidence comment, avec le développement du pouvoir seigneurial tendant au contrôle de chaque ressource naturelle, les ressources minières ont également été considérées comme sources de profit à exploiter.

Fig 5. Zone de Perosa Argentina, exploitation à ciel ouvert

  • 3 Archivio di Stato di Torino (ASTO) II, Camerale Piemonte, art. 41, § 1, CCL ; pour un plus grand n (...)

4La vallée de Viù, la plus méridionale des vallées de Lanzo, est un exemple significatif. Là se trouvent quelques gisements qui ont fait l’objet d’exploitation, quelques uns d’entre eux dans l’actuel territoire d’Usseglio, près de la Punta Corna et de la tour d’Ovarda : sidérite, limonite et minerais de cuivre et d’argent. Il ne faut pas oublier, à propos du fer, qu’une importante zone minière s’étend du sommet de Lemie jusqu’à la basse vallée de Suse. Dans la documentation existante, les comptes de la châtellenie de Lanzo, datés en partie du XVe siècle, mais surtout du XIVe siècle, fournissent beaucoup d’informations relatives aux mines d’argent ou de cuivre et aux produits obtenus à partir des installations métallurgiques3. Ils offrent beaucoup de données concernant la capacité de production, les facteurs qui l’accélèrent ou qui la ralentissent, ainsi que sur les lieux d’extraction et les structures d’exploitation.

  • 4 Bien étudié, entre autres, par Antonella Tarpino et par Giancarlo Chiarle.
  • 5 Tarpino, 1981, p. 49

5Aux développements et aux résultats de la politique des évêques de Turin est liée l’aventure d’une famille qui acquit une importance particulière dans cette région : les Baratonia4, ainsi appelés du nom du lieu où ils possèdent un castrum, mentionné pour la première fois en 10905, et jusqu’au moment où ils deviennent formellement vicomtes de Turin. En effet, dans la période de dissolution de la Marche, ils mettent en place une seigneurie sur deux régions bien définies, dans le fond de la vallée de Suse et dans les vallées du Lanzo. La famille de Baratonia devient une des plus importantes dans cette région où, surtout dans la seconde moitié du XIIIe siècle son contrôle revêt la forme d’un vrai dominatus loci. Elle mène une politique d’équilibre et de médiation entre les évêques de Turin et les comtes de Maurienne, et permet une gestion habile et un développement des pouvoirs seigneuriaux dans une aire caractérisée par une forte concurrence politique. Donc, dans la vallée de Viù précisément, à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, les Baratonia accumulent un important noyau de terres et de juridictions grâce aux rapports entretenus avec les évêques de Turin.

  • 6 Cognasso, 1908, p. 168-171, doc. CXXX, anno 1255, 19 novembre.
  • 7 Tarpino, 1981, p. 52
  • 8 ASTO, PND, prot. 11, fo 5, 1345, 20 mars.
  • 9 ASTO II, Camerale Piemonte, art. 5, § 1, CCB, m. 7, r. 32, 1366-1367, de exitu mine ferri extracte (...)

6Dans les dynamiques liées à l’expansion des pouvoirs dans la vallée, un rôle non secondaire est joué par le monastère turinois de San Solutore, fondé par l’évêque Gezone au début du XIe siècle, d’habitude allié précieux des évêques turinois. Le monastère, au XIIIe siècle, est propriétaire, dans la vallée, de la principale exploitation de fer, située près du col San Giovanni ; elle est donnée à exploiter à la société d’un certain Soneto de Sienne, toscan, contre le versement annuel de 8 livres et demi (impériales). La possibilité de réduire le minerai et d’utiliser le bois des forêts, de construire les bâtiments nécessaires et d’utiliser l’eau et les canalisations (acquaticis et acqueductis6) est concédée. Des propriétés sont encore signalées au XIVe siècle parmi lesquelles des droits sur certains alpages, dont l’alpe d’Arnaz, qui correspond au col actuel. La vallée de Viù constitue, aussi, le noyau où sont localisées les possessions gérées, à divers titres, par d’autres familles. Parmi elles, les seigneurs de Viù et de Balangero ont une position de coseigneurs, bien attestée en 1305 quand Philippe d’Achaïe leur remet, ainsi qu’aux Baratonia, une part du château et de la villa de Balangero7. À propos de ce dernier centre, situé à environ quatre kilomètres à l’ouest de Lanzo et de la vallée de Viù, il est intéressant de remarquer comment s’est développée l’exploitation minière et comment ceci fut l’origine du revenu seigneurial : en 1345, Giacomo d’Achaïe avait donné à Giovanni de Groscavallo, contre paiement de la dîme, l’autorisation d’exploiter les mines locales8. D’après ce qui fut convenu, il aurait pu creuser, extraire et récupérer le minerai dans les limites de la juridiction du lieu en travaillant selon les règles qui avaient été établies par la marquise Margherita de Monferrat, fille de Amédée V de Savoie. Quelques années plus tard, entre 1366 et 1367, les mines de fer de Balangero sont la prérogative d’un magister... Vallory et aliorum sociorum9, qui doit rendre compte et payer une somme pour la quantité de fer extraite, selon ce qui est enregistré dans les comptes de la châtellenie.

  • 10 ASTO, Materie Economiche, Miniere, m. 1, n. 1, 1289, 1 juin : Hugolino Berichi Wucy et Faisio Galg (...)

7C’est justement Amédée V (1285-1323), qui permet un meilleur développement de l’activité minière et métallurgique, avec des actions diverses réalisées par lui et ses fils et en faisant appel à des spécialistes venant de lointaines régions (fig. 6). Pour prendre un seul exemple, il fait appel à des mineurs toscans en 1289 pour quirendi et minarendi venas dans toutes les terres de ses domaines avec le paiement d’un tiers de l’or éventuellement trouvé et du dixième pour les autres métaux : ce sont des citoyens de Florence et Lucques qui sont cités10. L’encouragement de telles activités rentables est lié à une volonté de recherche qui apparaît planifiée et qui se déroule dans une zone géographique de grande dimension (Val d’Aoste, Val de Suse, Val Varaita, Savoie).

Fig 6. Flux des compétences spécialisées dans la zone alpine occidentale italienne (XIIIe-XVe s.)

  • 11 Gelting, 2001.
  • 12 Gelting, 2001, p. 45.
  • 13 Nada Patrone, 1986, p. 65.

8Comme l’a démontré M. Gelting11, des témoignages analogues et contemporains existent pour la Maurienne, où l’en rencontre des personnages venant de Rivoli et des vallées de Lanzo de 1315 à 132112. Avec Amédée V commence une politique forte de superposition des domini loci sur les seigneuries épiscopales et les communes. Le comté de Savoie commence donc à acquérir une nouvelle connotation politique, progressivement plus solide et organisée, constituée de nombreuses seigneuries mineures13, autonomes, mais sujettes de façon uniforme à un contrôle politique, militaire et financier.

  • 14 Fresia, 1996, p. 93, fo XXIII ro; p. 99, fo XXVIII ro.
  • 15 Nada Patrone, 1986, p. 56 ; Marguerite meurt en 1349.
  • 16 Chiarle, 1999, p. 39.

9Pour revenir à Marguerite de Savoie, elle avait obtenu en dot les châteaux et les terres de la vallée du Lanzo de son mari Giovanni di Monferrat en 1300, et avait promu les statuts qui régissaient les activités économiques de la châtellenie (par exemple, la question du déboisement causé par l’approvisionnement en combustible des fours ou concernant la réglementation du commerce du métal14). Après la mort de son mari Giovanni de Monferrat, Marguerite obtient la seigneurie sur ces terres15 qui deviennent, dès lors, savoyardes16.

  • 17 Cerri, 1990, p. 58.

10En 1360, Amédée VI de Savoie, son neveu, confirma à la seigneurie de Lanzo les statuts accordés, et aussi la possession des zones de Forno, Lemie et Usseglio, sur lesquelles l’évêque de Turin avait encore droit de dîme17. En outre, comme nous allons le voir, il consolida la domination de la maison de Savoie commencée avec Amédée V, notamment sur les mines et le revenu financier qui en résultait.

  • 18 ASTO II, Camerale Piemonte, art. 41, § 1, CCL, m. 2, r. 10, 1335.

11Pour la vallée de Viù, les informations relatives à l’exploitation du cuivre, documentée entre 1328-29 et 1335, ainsi que de l’argent, concernent la première moitié du siècle ; elles sont utiles pour connaître les revenus des seigneurs provenant de la production de certaines mines. Elles apportent un témoignage intéressant sur une mine d’argent, mais surtout sur une mine de cuivre, avec la mention des lieux de travail du minerai et des concessionnaires. Le gisement de cuivre situé près de Lemie est activement exploité. Concernant l’extraction, on certifie que domina capit pro parte sua de decima parte medietatem et vicecomites Baratonie aliam medietatem d’une livre, prélevée chaque quarante de cuivre extrait et soumis au traitement de première métallurgie (quadraginta libris arami extracti, facti et colati). Donc ils prélèvent une demi-livre chacun toutes les 40 livres, de même que le produit d’une argentière située in monte de Uxello loco ubi dicitur in Acorio, où est prélevé le vingtième18.

  • 19 ASTO II, Camerale Piemonte, art. 41, § 1, CCL, m. 1, r. 5, 1311-1314, 1313.
  • 20 ASTO II, Camerale Piemonte, art. 41, § 1, CCL, m. 1, r. 5, 1314.
  • 21 ASTO II, Camerale Piemonte, art. 41, § 1, CCL, m. 2, r. 10, 1335. Le terme domina dans le document (...)
  • 22 Voir déjà Cibrario, 1844, p. 27.
  • 23 Gelting, 2001, p. 47.
  • 24 Di Gangi, 2001/a, p. 203.
  • 25 Gelting, 2001, p. 47 et 53.

12Des exemples semblables concernent d’autres zones de la vallée de Lanzo. Durant les quarante premières années du XIVe siècle (1311-1335), pour les mines d’argent de Pertus, Ala et Groscavallo19, situées dans les vallées adjacentes, un certain Amédée de Polterio – c’est un cas unique – paie, en 1314 un loyer annuel fixe d’un marc et le onzième de ce qui est extrait et raffiné (decima parte argenti fini20). Pour cette mine, située dans la vallée de Cantoira (val Grande) le paiement de la taxe est encore attesté quelques années après, en 1335, quand domina capit decimam partem pro parte sua, même si cette année-là non computat quia nichil fuit de argento per dictus tempus21. En 1343, Amédée de Polterio est obligé de payer encore un marc d’argent comme loyer annuel bien que Polterio ne soit plus propriétaire des mines depuis longtemps car sa concession est échue. Mais le marc était enregistré dans les comptes précédents et aucune correction n’y avait été apportée, sans doute pour ne pas faire apparaître une diminution de la rente22. Ce problème des cens a déjà été signalé dans d’autres travaux : à ce propos M. Gelting conseille une grande prudence à qui veut faire des sondages précis dans la comptabilité des Savoie23. Homodeo de Polterio (appelé aussi de Poterio ou Pauterio) est un important « entrepreneur » minier, attesté dans les comptes durant la première moitié du XIVe siècle ; en 1345, le neveu, Jacobus de Pulterio qui prend sa suite, reçoit en héritage de nombreux biens liés à cette activité, situés dans la vallée de Cantoira (entre autres, sont cités des fornelli pour le fer24). C’est avec Amédée VI (neveu de Marguerite et fils d’Aimon, à son tour fils d’Amédée V), que se poursuit l’œuvre de développement entreprise par Amédée V ; nous retrouvons un personnage appelé de Polterio (Martin de Polterio), qui est employé pour exploiter des mines et construire des fours, des fourneaux et des martinets en Maurienne en 135125.

13Sans vouloir entrer dans le rôle effectif de Polterio – peut-être un spéculateur qui très tôt vend les concessions séparément à diverses personnes de Lanzo et Carignano en Piémont – ses contacts avec la zone de Lanzo et ses activités, en plus du nom, font bien supposer un lien de parenté avec les de Polterio entrepreneurs miniers rencontrés depuis le début du XIVe siècle dans la vallée de Lanzo.

  • 26 Par exemple, pour l’arrêt de la production entre 1349 et 1354 : ASTO II, Camerale Piemonte, art. 4 (...)
  • 27 Même si l’issue initiale, positive, ne semble pas avoir un effet durable.

14L’essor de la production de la vallée est fortement compromis, au milieu du XIVe siècle, par l’arrivée de la Peste noire qui en cause l’arrêt entre 1348 et 1354 (nichil propter mortalitatem per tempus de quo computat). Par la suite, la peste revint en 138226. En l’espèce, il est important de mieux comprendre la cause de l’abandon très rapide de quelques-uns des gisements cités dans la vallée de Viù (1326-1335) ; des interrogations demeurent à propos d’un possible épuisement des gisements de minerais ou bien de l’existence de problèmes liés à l’exploitation et à son contrôle. Dans la seconde moitié du siècle, l’arrivée de compétences étrangères depuis les vallées de Postua et de la région de Bergame, surtout dans cette vallée, contribue à rénover et à moderniser partiellement, pour un certain temps, les capacités techniques et entrepreneuriales27. Ces activités s’ajoutent avantageusement à d’autres plus traditionnelles comme l’agriculture et l’élevage, avec l’utilisation, dans le cas de ces vallées, de connaissances techniques allogènes, qui caractérisent l’organisation et le type de travail en ces lieux.

  • 28 Storia Patria 751.

15Le travail de prospection sur le terrain, commencé en 1995, s’est porté dans les zones citées par les comptes de châtellenie et les prospections du XVIIIe siècle, comme celle de l’ingénieur de Robilant, qui rappelle comment, justement dans cette zone, « on dépassa la crête de la Corna... et on visita une grotte exploitée par les anciens, avec un filon d’argent livide en matrice de spath28 ». Outre les évidences de Forno di Lemie (fig. 7), relatives surtout aux aspects du bourg cité dans les comptes de la châtellenie, récemment des prospections ont été effectuées avec pour but la découverte et l’étude des mines citées. En particulier, les prospections ont commencé sur le versant septentrional de la vallée de Viù et plus précisément dans la zone comprise entre la pointe Corna à gauche et la tour d’Ovarda à droite (fig. 8). Les filons sont dispersés entre la cime et le fond de la vallée. La région a été encore exploitée dans des temps récents, pour le cobalt. En l’espèce, au sud de celle-ci, il y a une exploitation à ciel ouvert, d’une longueur d’environ 1500 mètres, pour une largeur variant de 2 et 7 mètres, et une profondeur comprise entre 3 et 5 mètres. Le filon a été exploité pour la sidérite dont nous avons beaucoup d’indices, dans cette zone.

Fig 7. Vallée de Viù, Forno di Lemie, mur extérieur est du bâtiment (XIVe s.)

Fig 8. Prospections en Vallée de Viù : zone comprise entre la pointe Corna et la tour d’Ovarda

  • 29 Voir déjà Cibrario, 1862, p. 16.

16Sur la pointe Corna il y a quelques entrées de galeries : dans certains cas, il s’agit d’un filon de sidérite - cobalt, exploité sûrement pour ce dernier, mais peut-être également à une époque plus ancienne, pour le fer29 (fig. 9). Dans la région, on trouve également de la chalcopyrite, dans les zones de pierres vertes, alors que le contexte se présente comme une région géologique « classique » pour une présence d’argent. Au microscope électronique, il est prouvé que l’argent est présent à l’intérieur des arséniures, mais qu’il pouvait apparaître aussi comme sulfure, sous forme d’argyrose argentite ; la présence de galène argentifère est exclue. Les zones de la tour d’Ovarda et celle qui est immédiatement en face de Lemie seront aussi, toutes les deux, à prospecter de manière détaillée.

  • 30 Pour un très grand nombre de données et une bibliographie détaillée, voir Di Gangi, 2001.

17En ce qui concerne le nord-ouest du Piémont, compris entre les vallées Oropa et Cervo à l’ouest, la vallée Sessera et la basse vallée Sesia à l’est30 on peut analyser quelques dynamiques propres à cette région, qui présente un tissu seigneurial des Savoie plus lâche et où il y a une grande ville, Vercelli, en se basant aussi sur les observations offertes par l’étude de l’évolution du peuplement. Ici agissent des forces seigneuriales et communales qui se manifestent comme un véritable élément dynamique de tout le processus, bien que l’on ne puisse pas parler d’un modèle d’établissement minéro-métallurgique typique de la région subalpine. La zone comprend d’abord le comitatus de Vercelli, documenté depuis le début du Xe siècle et ce territoire passe successivement sous le contrôle de la seigneurie territoriale des évêques de Vercelli et des dominati qui lui sont liés. Enfin, le contrôle de la commune de Vercelli entraîne un agrandissement ultérieur des frontières et de l’homogénéité du territoire.

Fig 9. Prospections en Vallée de Viù : pointe Corna, entrée

  • 31 Panero, 1988, p. 17, 24 et 32.
  • 32 Panero, 1985, p. 6 ; en effet, dans son travail on ne considère pas les toponymes qui indiquent « c (...)
  • 33 Ginatempo, Giorgi, 1996, p. 17-40 ; Guglielmotti, 1999, p. 67-68.

18Les données sur les dynamiques d’établissement ne sont pas nombreuses : jusqu’à la fin du XIIIe siècle, période à laquelle apparaissent les premiers témoignages des activités extractives et métallurgiques, la zone semble presque dépeuplée au-delà de 700 mètres. C’est en fait à la fin du siècle que la densité de l’habitat devient similaire à celle rencontrée dans les zones de plaine et de colline31. Les cartes relatives au peuplement ont été réalisées à partir des toponymes tels que villa, burgus, vicus, curtis32, qui indiquent un degré minimum de concentration, sachant que les paramètres utilisés pour distinguer un habitat dispersé d’un habitat concentré ne sont pas encore tout à fait établis33.

  • 34 Guglielmotti, 1999, p. 67-68 ; Settia, 1973 (aussi Settia, 1999).
  • 35 Guglielmotti, 2001, p. 191.

19La figure 11 montre le résultat de la superposition de l’emplacement de filons et/ou de gisements miniers potentiellement exploitables, de façon à fournir le cadre des ressources disponibles, en rapport avec celui de l’établissement, entre le Xe et les XIIIe-début XIVe siècles. Le graphique est représentatif de l’évolution de la population, avec une augmentation évidente à partir du XIIIe siècle (fig. 10), période durant laquelle apparaissent également les témoignages d’une activité minière. Il faut se rappeler que, si de temps en temps, les processus de réorganisation de l’habitat tendent à concentrer les populations près du château seigneurial, parfois, comme cela a été justement relevé pour la région de la Valsesia au XIIIe siècle, « les châteaux n’apparaissent pas conditionner la structure de l’établissement au point de distinguer les villages qui en sont le siège de ceux qui en sont privés, et ne mettent pas nécessairement en route le processus connu comme villam circa castrum restringere34 ». C’est le cas, aussi, en 1275 : suite à des accords avec la commune de Novare, on signale l’abandon définitif des seigneurs de Biandrate dans la vallée Sesia, ainsi que la « renonciation citoyenne à se centrer sur les châteaux pour exercer le contrôle sur les habitants35 ».

20Il est possible de faire une série d’observations. Au Xe siècle, le peuplement en région montagneuse n’est pas consistant, et aucune donnée ne nous permet d’émettre l’hypothèse d’une éventuelle exploitation minière (fig. 11 a), alors que, au cours du XIe siècle des établissements sont avérés, surtout dans le fond de la vallée Sesia, presque tous situés en liaison avec des gisements exploités (fig. 11 b). Un tel rapport entre établissements et gisements est confirmé aussi au XIIe siècle (fig. 11 c) : les sites de Portula et du château de Trivero – ce dernier détenu par les domini de Bulgaro, propriétaires aussi de la mine de la haute Val Sessera – celui de Quittengo et surtout, le château de Crevacuore, sont localisés à proximité des gisements, dont l’exploitation est connue pour des époques postérieures. Lors des deux siècles suivants, au cours lesquels on enregistre une évidente expansion du peuplement lié à de fortes initiatives seigneuriales et communales, les relations entre l’établissement et les ressources furent particulièrement manifestes en deux régions spécifiques (fig. 11 d).

Fig 10. Analyse du peuplement (zones comprises entre les vallées Oropa et Cervo, la vallée Sessera et Basse vallée Sesia) : rapport entre les attestations des châteaux et des établissements probablement concentrés en considérant leur première attestation dans les documents

21Au XIIIe siècle, dans la haute vallée Sessera (A), la présence d’un établissement, bien que la région ne soit pas idéale pour s’installer, s’explique par l’existence d’un filon minéralisé et la possibilité de l’exploiter. On doit signaler aussi une forte concentration de centres habités dans la zone de Postua-Ailoche-Crevacuore (B), caractérisée par une remarquable disponibilité de ressources. Les centres sont situés à proximité des emplacements de gisements que l’on sait avoir été exploités aux siècles suivants. Parmi eux, l’exemple de Fucine de Postua, documenté déjà au XIIIe siècle, concerne un habitat qui se développe en relation avec un four, de façon analogue à ce qui est connu pour d’autres zones du Piémont, parmi lesquelles la vallée de Viù, dans la première moitié du XIVe siècle, où on signale l’installation de mineurs provenant justement de la région de Postua, en vertu de la spécialisation acquise, vantant les compétences de la main d’œuvre spécialisée.

  • 36 Cerri, 1990, p. 68.
  • 37 Nada Patrone, 1986, p. 73.

22On a supposé que le déplacement plutôt soudain vers une zone spécifique, dans laquelle les émigrants savaient trouver des ressources, des structures et des possibilités d’emploi adaptées à leurs compétences, était à mettre en relation avec les effets négatifs des épidémies qui touchèrent la vallée Sesia et la vallée Strona de Postua au cours du XIVe siècle : à ces facteurs s’ajoute aussi la ratification d’un traité d’alliance, établi en 1381 entre les Visconti et les Savoie, en vertu duquel ces derniers prenaient sous leur protection les Fieschi, qui avaient juridiction sur une partie des territoires dont on a parlé, et s’engageaient à fournir assistance et droit de passage dans ceux-ci36. Les Visconti de Milan, attestés dans la Valzesia à partir de 1360, apparaissent injustes et mal vus des populations locales, ce que les actes de dévouement aux Savoie (Amédée VI), nombreux dès 1373, ne manquent pas de souligner. Aux Savoie, du reste, il revenait de financer l’entretien de châteaux et de fortifications, consolidant leur pouvoir. En échange, on offrait des facilités aux activités commerciales avec la permission de circuler librement et sous protection37.

Fig 11. Carte du peuplement par rapport aux ressources minières (zone comprises entre les Vallées Oropa et Cervo, la Vallée Sessera et Basse Vallée Sesia)

Fig 12. Dessin tiré de ASTO, Archivio Masserano-Ferrero Fiesco, m. 66, capo 18, n. 19

  • 38 Ce dernier lien n’a pas été identifié.
  • 39 Voir Arnoldi, 1934, p. 273-285, doc. XVII-XVIII-XXVII.
  • 40 Arnoldi, 1934, p. 283-285, doc. XXVII, 1349, 20 avril ; ibidem, p. 273-274, doc. XVIII, 1349, 17 av (...)

23Une fois de plus, les centres de la région de Postua sont mentionnés dans des documents de 1349 (dans lesquels sont nommés également Ucelli et Horobubulco38), conjointement à la présence de mines de fer et d’argent39. Ils sont mentionnés dans des actes d’investiture d’une part du fief de Crevacuore, faite par Giovanni Fieschi domino episcopo et par l’église de Vercelli40. L’exercice de l’exploitation minière semblerait donc lié à une activité en cours, déjà ancienne.

  • 41 Di Gangi, 2001/a, p. 174.
  • 42 Zifferero, 1995, p. 551, pour la Toscane ; pour la France, voir Bailly-Maître, Bruno-Dupraz, 1994, (...)
  • 43 Sommo, 1993, p. 167.

24Dans cette région, les installations se développent près des gisements, à une altitude comprise entre 350 et 650 mètres, avec des conditions climatiques favorables. Au sujet du contrôle des ressources, la présence du château de Guardabosone n’est pas un hasard : situé à l’embouchure de la vallée de Postua, il suggère un contrôle de l’activité extractive de la part du seigneur41 dans une zone proche des gisements et des lieux de travail, selon un schéma également observé dans d’autres contextes de la péninsule42. Un tel rapport entre gisements et lieux de pouvoir fait partie de ces problématiques ouvertes citées dans l’introduction de ce travail : considérons, par exemple, les lacunes concernant la connaissance de ce site, qui apparaît dans des documents de 1227. À partir d’études portant sur la signification du nom – en référence à une structure avec une charge de contrôle – et sur sa position, on peut admettre que l’origine de l’installation est à associer à la fonction de contrôle la vallée où, depuis le XIIIe siècle au moins, l’activité minière était florissante ; la région était soumise à la juridiction de l’église et de la commune de Vercelli43.

Fig 13. Carte avec l’emplacement des établissements miniers et/ou à vocation métallurgique documentés entre le XIIIe et le XIVe s., sur la base de la première attestation

  • 44 Panero, 1994, p. 13 ; Guglielmotti, 1999, p. 66.
  • 45 Gullino, 1991, p. 721-722.

25La vallée Sessera (fig. 14), où ont été effectuées de nombreuses prospections (fig. 15), est représentative du contrôle communal de cette région. Concernant la situation topographique et environnementale de la zone, on remarque qu’elle est plutôt éloignée des installations les plus proches, situées dans la vallée Cervo et, à distance assez grande, dans la vallée Sesia. Celle-ci, isolée des autres centres, est placée en un lieu difficile à atteindre, à plus de 1000 mètres d’altitude (Piana del Ponte), alors que les mines sont à plus de 1400 mètres. Les minéralisations présentes contiennent aussi bien de la galène argentifère que de la magnétite, minerais utilisés pour la métallurgie de l’argent et du fer. Outre le travail de reconnaissance des mines et des structures qui leur sont annexées, l’interprétation photographique a aussi été utilisée. Entre le XIIe et le XIIIe siècle, la politique de la commune de Vercelli est tournée surtout vers la réalisation de la « conquête du contado44 », favorisée par la notable expansion démographique du XIIe siècle, qui rend possible de nouvelles installations. Entre dans ce cadre, en 1230, la fondation de l’installation minière en vallée Sessera, accompagnant l’acquisition, de la part de la commune, de mines d’argent, dont les droits lui sont cédés par les domini loci, les de Saluzola et les de Bulgaro45.

Fig 14. Haute Vallée Sessera : le contexte naturel

  • 46 Ordano, 1970, p. 230-234, doc. CXXXIV, 1230, 22 octobre.

26Les gisements miniers sont donc concédés à des mineurs de Brescia (en Lombardie), auxquels est accordée également l’utilisation du bois et de l’eau, ainsi que la possibilité d’implanter des structures pour les opérations de métallurgie. En outre, ils peuvent avoir l’utilisation du pâturage et le droit de commerce, nécessaires à la constitution d’une installation productive permanente, dont l’existence paraît confirmée par la concession d’argent de la part de la commune pour la construction d’habitations et de routes46.

  • 47 Ordano, 1976, p. 12 et note 1.
  • 48 Gullino, 1991, p. 733-734. À propos des problématiques entre mines et atelier monétaire, voir Farin (...)

27L’Alpe Isolà est l’unique nom de lieu cité dans un document du 20 mai 1230, dans lequel on mentionne le gisement minier concédé aux mineurs de Brescia, auxquels s’associent – dans les documents d’approbation des clauses de la concession et de sa ratification, stipulés au mois d’octobre suivant – ceux de la « colma de la Quara » et de l’Alpe Monduccia, pour situer le territoire où se trouvent les mines. L’hypothèse que la commune a intérêt à favoriser une telle exploitation, est également suggérée par la convention stipulée le 23 juin 1255, entre la commune et deux monnayeurs de Pavie afin qu’ils puissent battre monnaie47 ; mais cette thèse, déjà débattue en partie48, n’est pas confirmée pour l’instant.

Fig 15. Carte des prospections effectuées en Haute Vallée Sessera

  • 49 Borello, Tallone, 1928, p. 55-57, doc. CCXXXI, 1337, 31 décembre, salvo et reservato quod suprascri (...)

28Dans un document de 1337, Francesco de Bulgaro s’entend avec la commune de Mosso à propos d’intérêts relatifs à l’Alpe Montuccia : ces domini loci sont propriétaires des mines dont les droits avaient été cédés à la commune de Vercelli plus d’un siècle auparavant. Ici est précisée la position de la zone d’extraction, puisque parmi les biens cédés sur l’Alpe en question sont exclues « les mines d’argent et de fer ». Ces dernières sont citées explicitement pour la première fois ; on constate, en outre, comment les ressources minières sont, de cette façon, à nouveau sous le contrôle d’un dominus de la famille qui, comme on l’a vu, en avait cédé les droits à la commune de Vercelli49 au début du XIIIe siècle.

29Concernant les territoires examinés, il est possible de supposer que le peuplement et le système socio-économique étaient fonction d’une forte vocation minière de ceux-ci, dont dépendrait aussi l’accroissement et le développement postérieurs. Les conditions favorables au développement et à l’utilisation des ressources existantes in loco, ainsi que leur traitement, sont en corrélation avec des initiatives du pouvoir : dans le cas de la vallée Sessera, il s’agit de forces communales en expansion, qui obtiennent de familles de l’aristocratie foncière les droits de juridiction sur les zones qui revêtent des intérêts économiques. Dans le cas de la zone Postua-Ailoche-Crevacuore, ce sont les intérêts des forces seigneuriales laïques ou ecclésiastiques.

  • 50 Recherche coordonnée par G. Di Gangi et C.M. Lebole (Université de Turin) pour le compte du Centro (...)
  • 51 Tallone, 1906, p. 194, doc. 734, 1305, 24 mai ; voir surtout les intégrations faites par De Angelis(...)
  • 52 De Angelis, 1978, p. 14.

30Dans l’introduction, il a été fait allusion à un projet sur le marquisat de Saluces, dont le territoire est à peu près compris entre Saluces, la vallée du Pô au nord, la vallée Stura au sud (XIIe-XVIe siècles). Il s’agit d’une recherche pluridisciplinaire, dans laquelle le territoire joue le rôle de « clef de lecture » privilégiée pour étudier les établissements, ceux qui les ont peuplés et le rapport qu’ils ont eu avec ce même territoire50. Les données sont insérées soit dans une base de données, réalisée dans cet objectif par le l’Institut Polytechnique de Turin (faculté d’ingénierie), soit dans un S.I.G., de façon à pouvoir bénéficier avec facilité et précision de toutes les informations recueillies. La recherche a été accomplie sur les sources documentaires relatives aux ressources minières ainsi que sur le rapport avec la situation géologique de la zone, ou sur la géo-référenciation des sites où se trouvent des châteaux ou des monastères, par exemple. Toutes ces données sont à la base d’une recherche systématique sur un territoire historiquement homogène, dans lequel quelques-unes des ressources naturelles – la plus grande partie du territoire lui-même se développe en région montagneuse – représentent une forte valeur économique, que les marquis de Saluces interprètent comme source valable de rentrées seigneuriales. Entre autres, on peut ici rappeler une donation de Manfred IV, marquis de Saluces, en faveur de ses frères, le 24 mai 130551, qui atteste la présence, en vallée Varaita, d’une villa fererie, non précisément localisable52 et confirme l’existence de mines et de lieux de travail du minerai dans la vallée (in furno et menis fererie existentibus in valle vayraytane).

  • 53 ASTO, Materie Economiche, Miniere del Marchesato, m. 5, n. 1, 1455, 10 septembre.

31En outre, dans la vallée Maira au XVe siècle, un document53 parle de la concession d’une mine de fer située près de Canosio, à la Valletta : les contractants, originaires de la vallée Stura, s’engagent à verser la dîme du minerai qu’ils extrairont « a dicto crossio ». Le document, qui concerne des biens de la région du marquisat, est soussigné par le marquis Ludovico de Saluces. Une investiture de lieux déjà possédés par Costanzo Enganna, octroyée par Ludovico de Saluces en 1437.

  • 54 ASTO, Paesi, Saluzzo, provincia di Saluzzo, m. 8, n. 8, 1437, 7 octobre.

32Ceci témoigne du notable intérêt pour les exploitations de fer de la vallée du Pô et les structures pour le travailler. Sont citées omnes fodine et minerie ferri, qui reperiruntur.….reperiri possunt dans ces lieux, ainsi que des forges et des structures spécifiques pour travailler les minerais trouvés54.

  • 55 Recherche réalisée en étroite collaboration avec P. Rossetti, professeur au Dipartimento di Scienz (...)
  • 56 Voir, avec beaucoup de détails : Rossetti, Bredy, 2003.

33On a entrepris, précisément à partir de la vallée du Pô, une série de prospections sur le terrain, aussi bien pour l’aspect archéologique que géo logique (fig. 16), en s’appuyant notamment sur la base des sites miniers encore effectivement existants sur le territoire. Le recensement a commencé par quatre mines identifiées sur le terrain, pour l’instant, pour lesquelles il faudrait joindre un travail archéologique dans la mine. Les recherches conduites jusqu’alors ont été réalisées dans le but de recueillir et analyser de façon critique les faits existants sur le substrat cristallin du territoire55. Le travail de terrain a porté sur l’identification des indices d’activités minières et métallurgiques. Différentes entrées de galeries ont été localisées et des scories qui indiquent la présence d’une activité métallurgique ont été récupérées56.

  • 57 Sergi, 1995, p. 7-8.
  • 58 Castelnuovo, 1994, p. 81 et 84.
  • 59 Voir, avec beaucoup de détails : Di Gangi, 2001/a, p. 191.

34En conclusion, rappelons quelques aspects. La dissolution de l’organisation carolingienne (la Marche) et la naissance des grandes principautés territoriales s’accompagnent de la présence d’une pluralité de pouvoirs57. C’est à partir du milieu du XIIIe siècle, durant lequel se consolide progressivement le passage d’une organisation basée sur les pouvoirs seigneuriaux vers des aménagements politiques réalisés à échelle supra-régionale58, que se confirment les témoignages de l’exploitation des ressources minières disponibles, moyen utile et nécessaire pour associer les besoins économiques particuliers et les exigences de la monétarisation. La métamorphose politique qui constitue les bases du changement prend ainsi origine d’un ensemble de forces en concurrence, desquelles – lentement – les Savoie émergent dans une position d’hégémonie. Ces derniers justement, conscients de l’avantage économique dérivant de l’exploitation des mines, facilitent ou prennent part à des initiatives d’exploitation dès le XIIe siècle, et en promulguant – à partir du XVIe – une série de lois spéciales, en rapport avec la gestion et l’exploitation des dites mines59.

  • 60 Le compte de châtellenie, nouveau type de source fiscale et administrative, est une source dèjà in (...)

35Comme on l’a déjà souligné, au développement du pouvoir seigneurial correspondent, dans les sources écrites, les témoignages d’activités minières et métallurgiques dans les Alpes. Il faut également considérer le lien entre la recherche d’argent et le besoin de battre monnaie, à la lumière des développements commerciaux croissants aux XIIe et XIIIe siècles. On rappellera ici la concession impériale de 1155 aux comtes d’Albon, de l’atelier monétaire de Cesana avec une mine d’argent située dans le Briançonnais, ou encore la politique minière des comtes de Savoie, généralement à partir du XIVe siècle (mais déjà à la fin du XIIIe) dont témoignent les comptes de châtellenie60.

Fig 16. Saluzzese : emplacement des mines par rapport à la géologie de la zone

  • 61 Guglielmotti, 1999, p. 251.

36L’intérêt des seigneurs des mines pour les activités d’extraction et de métallurgie est aussi important pour les répercussions sur le peuplement. Ils semblent construire leur pouvoir autour de telles ressources, par exemple, avec l’érection de châteaux près des gisements, comme dans le cas cité de Guardabosone. Les mines et de nombreux lieux de transformation sont situés en région montagneuse ; les centres de pouvoir et de fort contrôle sont souvent dans des zones de vallée plus facilement accessibles depuis la plaine : de ces deux considérations évidentes, naît une organisation tout à fait particulière. Lanzo, et d’autres centres (Avigliana et Pinerolo par exemple), font partie des régions charnières entre la montagne et les lieux de pouvoir, et symbolisent une gravitation micro-régionale, surtout économique, pour les échanges de la montagne avec la plaine, et qui en multiplient, d’après les études de P. Guglielmotti, les rapports61.

37Les migrations de main d’œuvre spécialisée, provenant de régions où l’art minier et métallurgique est solide, sont indicatives du pouvoir politique et économique des seigneuries, qui investissent de l’argent dans ces migrations « de luxe », pour obtenir un retour économique et d’image de marque, dans une perspective économique-territoriale plutôt vaste. Donc, tous les protagonistes du pouvoir, au niveau local ou régional (monastères, évêques, communes, familles comtales ou vicomtales) entrent en convergence à cette époque.

  • 62 Relation entre filon, forge et château : Dulio, 1929, p. 16, note 1, à propos de l’Archivio del Ca (...)

38Au stade actuel de la recherche, il n’est pas possible d’estimer la coïncidence « physique » du château avec les lieux d’extraction, même si la fortification joue probablement un rôle fondamental dans le contrôle des procédés liés au cycle d’extraction et de travail du métal, comme – c’est le seul cas – relevé pour le Val d’Aoste, en 141562. Il faut souligner, l’insuffisance de ce que l’archéologie est en mesure de trouver. Divers problèmes encore ouverts devront être affrontés, concernant, entre autres, les aspects liés à la prospection sur le terrain et à l’archéologie minière.

Notes

1 Voir surtout Di Gangi, 2001/a ; en synthèse Di Gangi, 1997, 2001/b, 2001/c ; sur la méthode, Di Gangi, 1999/a ; sur des zones spécifiques, Di Gangi, 1999/b, 1999/c, 2000.

2 Sur cette définition, Di Gangi, 2001/a, p. XIII.

3 Archivio di Stato di Torino (ASTO) II, Camerale Piemonte, art. 41, § 1, CCL ; pour un plus grand nombre de données et une bibliographie détaillée, voir Di Gangi 2001/a. Voir aussi, pour le XIVe siècle, Sesia, 1978-1979 (pour lequel des vérifications importantes sont faites et de nouvelles données sont apportées grâce à une recherche plus large effectuée dans ASTO et ASTO II) ; encore, pour une période plus récente, voir Borla-Sesia, 1996.

4 Bien étudié, entre autres, par Antonella Tarpino et par Giancarlo Chiarle.

5 Tarpino, 1981, p. 49

6 Cognasso, 1908, p. 168-171, doc. CXXX, anno 1255, 19 novembre.

7 Tarpino, 1981, p. 52

8 ASTO, PND, prot. 11, fo 5, 1345, 20 mars.

9 ASTO II, Camerale Piemonte, art. 5, § 1, CCB, m. 7, r. 32, 1366-1367, de exitu mine ferri extracte in monte Berengerii per manum Thome Certane, Iacobi Frolle, magistri Vallory et aliorum sociorum.

10 ASTO, Materie Economiche, Miniere, m. 1, n. 1, 1289, 1 juin : Hugolino Berichi Wucy et Faisio Galgain civibus Florentie avec un Hugolino Pier de Luca. De même en Val d’Aoste, quand, en 1287, le châtelain de Bard fait référence à un Azoni de Florencia, misso apud Campo Porcherium (Champorcher), cum quibusdam aliis minatoribus, pro videnda mineria auri (Gabotto, 1903, p. 324, n. 12, 1286-87). Les spécialistes de cette région sont sollicités, entre 1299 et 1300, pour effectuer des prospections minières : de retour de Savoie, en rentrant chez eux en Toscane, certains mineurs florentins ont séjourné en Val de Suse afin d’y effectuer des prospections minières (ASTO II, Camerale Piemonte, art. 74, § 1, CCS, m. 1, r. 4, 1299-1300, « Minatores de Florencia qui morati fuerunt in Valle Secusie adquirendum [sic !] minas per quadra pro suis expensis veniendo de Sabaudia et redeundo ad domos suas et pro expensis Bellini iuvancium ipsos adquirendi [sic !] minas de mandato domini Benedicti Alliaudi et Rosseti ut ipsorum de mandato quod reddit XV libre, III solidi viennensium » ; ibidem, m. 1, r. 5). En outre, ils reçoivent une compensation également pour aider ceux de Bellino, dans la vallée Varaita, siège de gisements importants (sur cette zone, Di Gangi, 2001/a, p. 26-31) ; sur les flux de compétences, Di Gangi, 2001/c.

11 Gelting, 2001.

12 Gelting, 2001, p. 45.

13 Nada Patrone, 1986, p. 65.

14 Fresia, 1996, p. 93, fo XXIII ro; p. 99, fo XXVIII ro.

15 Nada Patrone, 1986, p. 56 ; Marguerite meurt en 1349.

16 Chiarle, 1999, p. 39.

17 Cerri, 1990, p. 58.

18 ASTO II, Camerale Piemonte, art. 41, § 1, CCL, m. 2, r. 10, 1335.

19 ASTO II, Camerale Piemonte, art. 41, § 1, CCL, m. 1, r. 5, 1311-1314, 1313.

20 ASTO II, Camerale Piemonte, art. 41, § 1, CCL, m. 1, r. 5, 1314.

21 ASTO II, Camerale Piemonte, art. 41, § 1, CCL, m. 2, r. 10, 1335. Le terme domina dans le document correspond à Marguerite, fille d’Amédée V de Savoie et femme de Giovanni Ier de Montferrat.

22 Voir déjà Cibrario, 1844, p. 27.

23 Gelting, 2001, p. 47.

24 Di Gangi, 2001/a, p. 203.

25 Gelting, 2001, p. 47 et 53.

26 Par exemple, pour l’arrêt de la production entre 1349 et 1354 : ASTO II, Camerale Piemonte, art. 41, § 1, CCL, m. 4, r. 18 et 19 ; ibidem, m. 5, r. 20 et 21 ; en général, sur l’importance de cet argument : Benoit, Braunstein, 1983.

27 Même si l’issue initiale, positive, ne semble pas avoir un effet durable.

28 Storia Patria 751.

29 Voir déjà Cibrario, 1862, p. 16.

30 Pour un très grand nombre de données et une bibliographie détaillée, voir Di Gangi, 2001.

31 Panero, 1988, p. 17, 24 et 32.

32 Panero, 1985, p. 6 ; en effet, dans son travail on ne considère pas les toponymes qui indiquent « case e cascine isolate, celle, oratori etc… »

33 Ginatempo, Giorgi, 1996, p. 17-40 ; Guglielmotti, 1999, p. 67-68.

34 Guglielmotti, 1999, p. 67-68 ; Settia, 1973 (aussi Settia, 1999).

35 Guglielmotti, 2001, p. 191.

36 Cerri, 1990, p. 68.

37 Nada Patrone, 1986, p. 73.

38 Ce dernier lien n’a pas été identifié.

39 Voir Arnoldi, 1934, p. 273-285, doc. XVII-XVIII-XXVII.

40 Arnoldi, 1934, p. 283-285, doc. XXVII, 1349, 20 avril ; ibidem, p. 273-274, doc. XVIII, 1349, 17 avril ; ibidem, p. 279-281, doc. XIX, 1349, 17 avril, « Dominorum de Crepacorio... in Crepacorio [Crevacuore] et territorio et castellancia Crepacorii videlicet in Posteva [Postua], Piolio [Pioglio], Ucellis [Ucelli], Horobubulcho [?] et Cozola [Coggiola] in sediminibus... argenteriis et ferrariis ».

41 Di Gangi, 2001/a, p. 174.

42 Zifferero, 1995, p. 551, pour la Toscane ; pour la France, voir Bailly-Maître, Bruno-Dupraz, 1994, p. 48, fig. 14.

43 Sommo, 1993, p. 167.

44 Panero, 1994, p. 13 ; Guglielmotti, 1999, p. 66.

45 Gullino, 1991, p. 721-722.

46 Ordano, 1970, p. 230-234, doc. CXXXIV, 1230, 22 octobre.

47 Ordano, 1976, p. 12 et note 1.

48 Gullino, 1991, p. 733-734. À propos des problématiques entre mines et atelier monétaire, voir Farinelli, Francovich, 1995.

49 Borello, Tallone, 1928, p. 55-57, doc. CCXXXI, 1337, 31 décembre, salvo et reservato quod suprascriptus d. Francischus in se retinuit dominium et possessionem tentum proprio modo super predictam alppem Montucie [Monduccia] de Ferreris et de Argienteris super quibus omnibus et singulis suprascriptus d. Francischus convenit.

50 Recherche coordonnée par G. Di Gangi et C.M. Lebole (Université de Turin) pour le compte du Centro Studi Cultura e Territorio-Associazione Culturale Marcovaldo (Regione Piemonte). Avec la collaboration des nombreux départements de l’Université et du Polytechnique de Turin et des financements du Ministero per i Beni e le Attività Culturali et du Ministero dell’Istruzione, Università e Ricerca Scientifica. Jusqu’à maintenant ont été réalisés deux congrès et deux volumes qui en ont rassemblé les actes : Di Gangi, Lebole, 2001.

51 Tallone, 1906, p. 194, doc. 734, 1305, 24 mai ; voir surtout les intégrations faites par De Angelis, 1978, p. 14 : (Manfredus... dedit..).. quidquid habet in castro Rure [Rore] et villa dicti castri, in villa sancti Petri vayratane [Sampeyre], in villa fererie [?] et in ipsa fereria et in villa albecety [Becetto] et in villis sancti obsobij inferioris [Sant’Eusebio di Melle] et superioris [attuale Casteldelfino] et belinj [Bellino] et in villa castri pontis [Pontechianale], in furno et menis fererie existentibus in valle vayraytane [Varaita].

52 De Angelis, 1978, p. 14.

53 ASTO, Materie Economiche, Miniere del Marchesato, m. 5, n. 1, 1455, 10 septembre.

54 ASTO, Paesi, Saluzzo, provincia di Saluzzo, m. 8, n. 8, 1437, 7 octobre.

55 Recherche réalisée en étroite collaboration avec P. Rossetti, professeur au Dipartimento di Scienze Mineralogiche e Petrologiche, Università di Torino, et avec son collaborateur, dott. A. Bredy.

56 Voir, avec beaucoup de détails : Rossetti, Bredy, 2003.

57 Sergi, 1995, p. 7-8.

58 Castelnuovo, 1994, p. 81 et 84.

59 Voir, avec beaucoup de détails : Di Gangi, 2001/a, p. 191.

60 Le compte de châtellenie, nouveau type de source fiscale et administrative, est une source dèjà instituée vers la fin du siècle précédent. Son analyse contribue notablement à apporter des données relatives à de nombreuses zones, parmi lesquelles on peut rappeler les vallées de Lanzo, la vallée de Suse, la vallée d’Aoste, la vallée Chisone (Castelnuovo, 1994, p. 84-86 et Barbero, Castelnuovo, 1992, p. 466-467 et p. 481-486) ; de ces données, il est possible d’obtenir diverses informations concernant la gestion des ressources minières et des structures métallurgiques qui s’y rapportent : voir, par exemple, Benoit, Braunstein, 1983. Pensons également aux nombreuses informations repérables dans les protocoles des notaires ducaux et de la Chambre, qui doivent encore, en partie, être étudiés.

61 Guglielmotti, 1999, p. 251.

62 Relation entre filon, forge et château : Dulio, 1929, p. 16, note 1, à propos de l’Archivio del Castello di Chatillon, m. 162, 1415, 10 mai.

Table des illustrations

Légende Fig 1. Zones citées dans le texte
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig 2. Carte avec l’emplacement des mines et des structures pour la métallurgie, considérées comme « anciennes » ou « romaines », ou que l’on ne peut dater, d’après la documentation des érudits, géologues...
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Fig 3. Carte avec l’emplacement des mines et des structures pour la métallurgie au XIVe siècle
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Fig 4. Forgeron au travail, Digestum du dernier quart du XIIe siècle, Biblioteca Capitolare d’Ivrea, cod. 63/LXXXIX, fo 23v et 13r (d’après Castronovo et alii 1994, p. 308)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig 5. Zone de Perosa Argentina, exploitation à ciel ouvert
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig 6. Flux des compétences spécialisées dans la zone alpine occidentale italienne (XIIIe-XVe s.)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig 7. Vallée de Viù, Forno di Lemie, mur extérieur est du bâtiment (XIVe s.)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig 8. Prospections en Vallée de Viù : zone comprise entre la pointe Corna et la tour d’Ovarda
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig 9. Prospections en Vallée de Viù : pointe Corna, entrée
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig 10. Analyse du peuplement (zones comprises entre les vallées Oropa et Cervo, la vallée Sessera et Basse vallée Sesia) : rapport entre les attestations des châteaux et des établissements probablement concentrés en considérant leur première attestation dans les documents
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig 11. Carte du peuplement par rapport aux ressources minières (zone comprises entre les Vallées Oropa et Cervo, la Vallée Sessera et Basse Vallée Sesia)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig 12. Dessin tiré de ASTO, Archivio Masserano-Ferrero Fiesco, m. 66, capo 18, n. 19
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig 13. Carte avec l’emplacement des établissements miniers et/ou à vocation métallurgique documentés entre le XIIIe et le XIVe s., sur la base de la première attestation
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig 14. Haute Vallée Sessera : le contexte naturel
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Fig 15. Carte des prospections effectuées en Haute Vallée Sessera
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig 16. Saluzzese : emplacement des mines par rapport à la géologie de la zone
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29728/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 291k

Auteur

Chargé de cours à l’Université de Turin

© Presses universitaires de Lyon, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search