Version classiqueVersion mobile

Mines et pouvoir au Moyen Âge

 | 
Marie-Christine Bailly-Maitre
, 
Jean-Michel Poisson

Pouvoir et industrie minière en Provence

Marie-Pierre Berthet

Texte intégral

1Le Massif des Maures, vestige de l’ancienne chaîne Pyrénéo-provençale, a connu une histoire minière intense des origines à nos jours (fig. 1). Sa situation sur la côte varoise l’intègre dans l’aire de colonisation phocéenne et massaliote et dans le réseau commercial de la Méditerranée occidentale. Les travaux miniers entrepris ponctuellement de l’Antiquité au XXe s. ont été marqués par trois périodes plus soutenues, l’une au XVe s., sous l’influence du roi René, les deux autres aux XVIIIe et XIXe siècles. L’étude des mines anciennes intéresse l’histoire des techniques mais aussi celle plus politique des puissants.

2De la fin du Ve s. au XIe s., la Provence, passant de main en main, livrée aux effets de la piraterie sarrasine, se révèle le théâtre de conflits quasi incessants, affaiblissant la région. Les relations commerciales connaissent un net déclin. Si les ports d’Arles et de Narbonne apparaissent épisodiquement dans les sources, les grands ports italiens (Gênes et Venise) assurent la majorité des échanges entre l’Orient et l’Europe occidentale. L’est de la Provence, désertifié, reste à l’écart des échanges et vit presque en autarcie. Le cloisonnement des campagnes (rares sont les personnes qui circulent encore sur les routes) induit une activité économique très locale et la multiplication de petits marchés, un pour chaque gros village, ainsi que celle des ateliers monétaires. Des désordres politiques au XIe s. sont causés par la volonté d’indépendance des comtes. La région est déchirée par les ambitions des comtes de Barcelone, en la personne de Raymond Bérenger I, et des comtes de Toulouse, notamment Raymond de Saint-Gilles, marquis et comte de Provence en 1094, tous prétendants à l’héritage par les mariages contractés.

Fig 1. Carte de répartition des sites miniers et métallurgiques en fonction de l’époque de leur exploitation

3Dans le contexte politique instable de cette période, qui provoque un repli de l’économie et une généralisation du système autarcique, l’industrie minière, si fragile et réactive aux moindres situations de crise ou difficultés techniques, n’a probablement pas pu s’épanouir dans un massif qualifié de « désert » et dont les villages sont soumis régulièrement aux razzias des pirates. L’absence de mention de cette activité dans les textes, certainement liée à la faible quantité des archives qui nous sont parvenues, semble confirmer tout de même l’absence d’exploitation. Au mieux peut-on imaginer une extraction limitée, sous une forme « artisanale », au coup par coup selon les besoins locaux. En effet, outre l’absence de mentions directes, on ne perçoit pas de tensions entre riches propriétaires pour s’accaparer des terres contenant des gisements métallifères.

La reprise économique

4Le XIIe s. marque enfin la reprise économique. La Provence finit par être partagée, provisoirement, entre les maisons de Toulouse et Catalogne, en 1125. Jusqu’à la fin de la première moitié du XIIIe s., les deux familles se disputent le comté. L’empereur et les seigneurs locaux (notamment les Baux et les Marseille) s’allient à l’une ou l’autre des forces selon leur intérêt. Dans cette Provence, tour à tour unie ou désunie, le pouvoir papal est en constante croissance, surtout depuis l’incident albigeois en Avignon lié aux Toulouse, jusqu’à l’installation du pontife dans le Comtat en 1305. Ces luttes sont amplifiées par les soulèvements récurrents des nobles alliés aux comtes de Toulouse et par les mouvements illégaux d’indépendance des villes. Enfin, la politique italienne des comtes de Provence sème discorde et troubles depuis le règne de Boson. En 1240, la puissance des comtes de Toulouse se disloque et la Provence devient un véritable État. Les politiques de mariages introduisent les prétentions des rois de France en Provence et le gouvernement des comtes angevins. Le pouvoir comtal s’organise comme le pouvoir français. Le comte étend sa seigneurie personnelle en rassemblant les terres. Il crée un corps de fonctionnaires dociles qui relaie son pouvoir dans tout le comté. L’arrivée des Angevins mobilise de nouveau le soulèvement des villes, Marseille en particulier, et la paix revient en 1265. Les seigneuries s’affaiblissent et le nombre d’hommes libres augmente. La politique de Charles d’Anjou passe par la réunification de la Provence (annexion du comté de Forcalquier et du marquisat de Provence), afin de servir ses ambitions italiennes. À la fin du XIIIe s., Charles voulant un port vers l’Italie, l’installe à Nice, créant la frontière avec la république de Gênes en annexant une partie de la frontière italienne à la Provence, et implante son arsenal à Villefranche.

5Dès le XIIe s. la croissance économique reprend. Une agriculture plus performante, des outils plus efficaces et les défrichements, permettent la reprise de l’expansion démographique et du commerce. Les voies de circulation sont de nouveau empruntées. Trois pôles commerciaux émergent : les Flandres/Seine/Oise, les marches de l’Espagne infidèle et l’Italie. Les marchands apparaissent ainsi que la monnaie, dont le métal provient des trésors laïcs et ecclésiastiques. À la fin du siècle, cette source s’appauvrissant, la recherche de ressources dans le sous-sol est stimulée. Les investigations des seigneurs provençaux dans ce domaine sont attestées au XIIe s. avec l’exploitation des mines de Toulon sous l’impulsion de Raymond Bérenger IV.

Les Argentiers de Toulon

  • 1 Benoît, 1962, p. 228. Je remercie Monsieur Noël Coulet pour l’aide qu’il m’a apportée.
  • 2 Poly, 1976, p. 239.
  • 3 La pointerolle et le feu : Avant le XVIIe s., les travaux étaient réalisés au pic et à la pointero (...)

6En 1180, le comte de Provence, le vicomte de Marseille et les « Argentarii » de Toulon ont signé un contrat divisant en trois le produit des mines de plomb argentifère de la région. Les lieux d’extraction ne sont pas précisés1. J.-P. Poly2 situe les mines à Dardennes, sur la rive gauche du Las, actuel quartier de Toulon-nord. Des prospections ont permis, effectivement, de retrouver deux galeries creusées à la poudre. Quelques traces de pic plus anciennes sont également observées3 (fig. 2). Une mine de plomb argentifère existe également aux Ameniers (quartier de Toulon-est) et les ingénieurs du XIXe s. y mentionnent d’anciens travaux. Les autres gisements de plomb argentifère de l’aire toulonnaise sont concentrés dans le massif des Maures. Le contrat est signé entre l’autorité comtale, les propriétaires du fief et les techniciens locaux à parts égales, ce qui démontre que le savoir-faire, tant à l’extraction, qu’à la transformation, a une valeur importante. Jusqu’à ce jour, aucun élément n’a permis l’identification des argentiers. S’agit-il de maîtres mineurs, d’affineurs, de financiers ? Sont-ils originaires du lieu ou proviennent-ils des courants d’immigrations, important une science étrangère ?

7Parallèlement aux recherches minières, les émissions monétaires augmentent et les banquiers se multiplient. Les péages sont instaurés ainsi que les grandes foires internationales. De nouvelles routes sont ouvertes dès le XIIIe s. pour le commerce du sel (d’Hyères au Val par Moustiers et Brignoles). Le numéraire aboutit dans les mains des seigneurs, car le paiement des impôts s’effectue désormais en monnaie, ce qui induit un élan d’urbanisation, notamment le long des circuits commerciaux.

8La Méditerranée est rouverte au commerce occidental grâce aux croisades. Marseille reprend un rôle prépondérant dans le commerce international. Les ports de Nice et Toulon sont très actifs, Martigues, Bouc et Saint-Gilles ne sont pas négligeables. Le port d’Aigues-Mortes est fondé en 1241 par Saint-Louis. Il constituait le point d’embarquement des croisés. Entre Agde et Béziers, Narbonne reste le fleuron des centres portuaires du Languedoc jusqu’au XVe s. Saint Louis réhabilite la monnaie d’or, le nombre d’ateliers monétaires diminue. Le stock de métaux précieux n’a pas augmenté, les ressources naturelles semblent insuffisantes alors on a recours au crédit. La multiplication des créanciers permet la mise en place d’une bourgeoisie fortunée, dont le pouvoir politique augmente à l’instar de la noblesse qui, dès le XIIe s. donne ses terres en bail à ferme. Cette gestion plus simple, mais moins rentable du foncier affaiblit la noblesse et lui fait perdre sa supériorité économique. À la fin du Moyen Âge, les bestiaux de Haute Provence sont acheminés vers l’Italie et la Papauté. Aix est un nœud, au carrefour des routes menant de Marseille à la Durance, d’Avignon à Nice, un point de distribution des productions locales (huile de la côte varoise) et nationales (draps). Les produits circulaient également vers Montpellier et Gênes. Le Var produit des ovins, poissons, de la laine, du sel et des draps. La puissance d’Arles décline et la ville devient une simple étape commerciale au profit d’Aigues-Mortes, Pézenas et Marseille. Les salins déclinent. Le pouvoir comtal s’installe à Aix. Les villes de Carpentras et Cavaillon desservent le commerce local. Brignoles est un centre artisanal et commercial (national et international). Avignon, qui a toujours été une capitale politique est vouée au commerce international du sel et du textile et Beaucaire connaît une petite activité. Le rattachement de la Provence à la France au XVe s. avantage la ville de Marseille au détriment de Montpellier.

Fig 2. Travers-banc creusé au pic Acates de Vaillas, Sainte-Maxime

La montée du pouvoir communal

9Au Moyen Âge central, la ville acquiert une nouvelle dimension. Dès le XIIe s., la vocation urbaine s’affirme. Les cloîtres cathédraux, les monastères et les églises se multiplient. La croissance démographique s’intensifie et la densité d’habitants augmente dans les enceintes. La ville est le point d’appui du pouvoir central, aussi bien laïc qu’ecclésiastique. Le support politique transhume du château rural à la ville. C’est aussi le foyer d’exploitation des campagnes, notables, chevaliers, fermiers des grands domaines, résident en ville. À ceux-ci s’ajoutent les marchands et financiers étrangers, italiens pour la plupart, les négociants, les hommes de loi, qui investissent dans la terre. Si les comtes rassemblent les terres et terrassent les autres puissances politiques, ils devront composer avec les notables et administrations. Les mouvements d’indépendance des villes s’accentuent au début du XIIIe s. La montée en puissance des villes est démontrée quand Raymond Bérenger V accorde à Marseille le droit de battre monnaie, puis lorsqu’il leur livre Hyères et Brégançon en 1223 et que la ville obtient les droits des vicomtes de Marseille. La présence d’un gisement d’argent dans ce terroir, l’Argentière (les Bormettes), précisément entre les deux lieux donnés, a-t-elle un rapport avec le nouvel atelier monétaire marseillais ?

  • 4 Lou pichot trésor.

10En provençal, le terme argentiero signifie mine d’argent4. Si la toponymie ne peut hélas pas permettre une datation rigoureuse du site, elle indique cependant l’ancienneté des premiers travaux.

La mine d’argent des Bormettes

  • 5 Girard, 1919, p. 20, note 1. Les sources de Girard n’ont pas encore été retrouvées (anciennes chron (...)
  • 6 A. D. du Var, 8 S 4.

11Au début du XXe s., on attribue les mines de La Londe-les-Maures, en particulier celles de la Rieille, aux puissants seigneurs de Bormes. Ce serait l’un des nombreux Rossolin de Fos qui aurait fait exploiter ces mines en 13155. D’autre part, la tradition orale atteste que le gisement des Bormettes était exploité par les Romains. Les archives des exploitants modernes décrivent également les anciens travaux (fig. 3). Les états d’exploitation de la mine6 notamment, mentionnent que les mineurs ont repris deux galeries appelées « romaine et phocéenne » et un travers bancs « des anciens », ce qui confirme des travaux d’une époque fort reculée. Un plan de 1886 situe le filon des Bormettes, au lieu dit l’Argentière et montre un relevé des anciens travaux. Ces ouvrages ont été peu remaniés par les mineurs modernes. Les prospections ont permis de retrouver un travers-banc qui s’ouvre au pied de la colline de l’Argentière, éboulé au contact du filon. Son profil montre une série de coupoles lisses prouvant un abattage au feu (fig. 4). Il paraît plus que probable que cet ouvrage soit le travers-banc des anciens et mène aux chantiers d’exploitation. Une fouille du sol de cette galerie pourrait apporter des éléments de datation.

  • 7 Prospection d’Elisabeth Sauze.

12Des travaux récents ont permis de découvrir un castrum sur le pic Saint-Martin qui domine le site de l’Argentière7. Il s’agit peut-être d’un organe de contrôle et de protection de la mine. Une étude fine du site et des archives permettra peut-être d’éclaircir les relations qui ont pu exister entre le castrum et la mine.

13La mine de la Rieille aurait été exploitée par les Romains, d’après la tradition orale. Il paraît important de souligner que celle-ci évoque, de façon assez fantaisiste, de nombreuses mines exploitées par les Sarrasins dans tout le massif et, plus particulièrement, à La Garde-Freinet. Cependant, dans une amorce de galerie, presque entièrement comblée par une halde récente, des traces de pic sont visibles ce qui pourrait attester l’ancienneté des travaux. La colline surplombant cette galerie en direction porte le nom de Martel, rappelant les ouvriers de marteau, l’un des noms donnés aux mineurs. Une carrière à ciel ouvert boisée, située au nord-ouest de la commune de La Londe-les-Maures et non loin de la Rieille, porte également le nom d’Argentière. Tout ce secteur a donc été le siège de prospections et exploitations relativement importantes à une époque reculée.

Fig 3. Plan des anciens travaux découverts par les repreneurs de la mine au XIXe s. L’Argentière, La Londe-les-Maures

14Les premiers siècles du Moyen Âge sont assez obscurs. Un seul texte concerne les mines au XIIe s. et il est plutôt vague. Pourtant l’abondance de la toponymie minière montre bien que cette période a vu s’ouvrir de nombreuses mines d’argent. De nombreux filons ont pu être exploités comme, le filon des Ameniers et celui de Dardennes (Toulon), le filon de la Pépiole (Six-Fours), le filon T dans la concession de Saint-Daumas, les filons Pierre et Paul dans la concession de Pic-Martin (le Cannet-des-Maures), les filons de Rascas, Valpayette et les Armands (les Mayons). De plus, les toponymes l’Argentière et la Fosse, désignant de manière assez fiable des mines d’argent exploitées à une époque ancienne, sont largement répandus dans le massif et sur son pourtour (La Londe-les-Maures, Cogolin, la Molle, Six-Fours, le Muy...). Dans le massif voisin, le Tanneron, dans la commune des Adrets-de-l’Estérel, coule une rivière appelée l’Argentière. Un certain nombre de sites ont une toponymie qui laisse supposer que la mine a été exploitée au Moyen Âge comme la mine d’argent de Carqueiranne (trou de l’Argentière), l’Argentière du Muy, le Fournel. Enfin, outre la concession de Faucon-l’Argentière à Cogolin et la mine des Bormettes, un vallon de l’Argentière, surplombé par un sommet du même nom, se trouve dans la commune de Collobrières près de la chartreuse de la Verne. Un deuxième sommet de l’Argentière se trouve à la limite de cette commune et de celle des Mayons. Dans ces deux derniers cas, aucun filon n’est mentionné sur la carte géologique et les prospections n’ont rien révélé. Cependant le barrage de la Verne a noyé la partie basse du vallon de l’Argentière à Collobrières et cache peut-être un site. À l’heure actuelle aucun texte n’a permis de compléter les données toponymiques ou archéologiques. Qui exploitait ces mines ? Aucun élément ne permet d’identifier ceux qui ont accordé les permis, ceux qui ont financé les exploitations, les techniciens et ouvriers, ni le cadre ni les acteurs ne sont connus.

Fig 4. Travers-banc creusé au feu, l’Argentière, La Londe-les-Maures (photographie de Nathalie Leydier)

Le nerf de la guerre

15Jusqu’à la fin du XIVe s., le comté est de nouveau ballotté entre les guerres d’Italie, la Peste, les soulèvements des villes, des seigneurs et subit les pressions des monarques français Louis d’Anjou et Charles V. Les conflits du royaume français atteignent le sud est et les compagnies de Routiers ravagent les territoires, s’alliant au passage avec les Baux qui prendront de nombreuses villes. C’est le pape qui éloigne les mercenaires contre un paiement substantiel. Les ruines accumulées semblent irréparables car la population a régressé. Le bon roi René afflige une fiscalité écrasante aux provençaux et s’épuise lui aussi en Italie. À la mort du roi René, Louis XI, en tant qu’héritier légitime et pourfendeur de rebelles est reconnu comte de Provence par les États, communauté plus ou moins représentative de la population, qui a acquis une certaine puissance au fil du temps et avait l’habitude de régler les problèmes dynastiques. Les comtes d’Anjou ont renforcé le fisc et l’administration judiciaire. Ils ont favorisé, au XVe s., la puissance des notables dans les communes et les États.

16Après un arrêt avec la crise du milieu du XIVe s., la croissance commerciale reprend, se stabilise et l’économie s’oriente déjà vers le capitalisme. À la fin du Moyen Âge, l’état commence à intervenir dans la vie économique. Le besoin d’argent métal se fait toujours sentir au XVe s., illustré par les prospections minières de René d’Anjou.

Le bon roi René, mécène du secteur minier

17De nombreuses exploitations sont signalées à la fin du XVe s. en Provence. À une époque où l’argent est activement recherché en Europe, la motivation du roi René multiplie les autorisations d’exploitations, celles-ci s’attachant à toutes les matières utiles connues. Le roi s’épuise, lui et son trésor, dans les guerres d’Italie et la fiscalité ne rapporte probablement pas assez pour financer ses expéditions. D’autre part, sa suzeraineté au duché de Lorraine, a peut-être influencé sa politique minière. Quelques tentatives ont eu lieu dans les Maures à cette occasion. Une mine était exploitée pour le fer au XVe s. dans les environs de Toulon.

La mine de fer de Six-Fours

  • 8 A.M. de Toulon, B B 42, fo 175, V.
  • 9 A.D. du Var, Résumé de la délibération du Conseil de Ville, registre des Archives de la ville de T (...)

18Une délibération du Conseil de Ville de Toulon datée du 30 janvier 14598 prouve qu’une mine de fer était exploitée à Six-Fours à cette date (fig. 5). Si cette mine se trouve hors du cadre géographique étudié, le contexte géologique, lui, est bien le même que celui du massif des Maures. En effet, le Cap-Sicié et les monts de Six-Fours, correspondent à l’extrémité occidentale du massif isolé de celui-ci par les vallées alluvionnaires de la région toulonnaise et bouleversé par les mouvements tectoniques. Ce texte prouve que cette partie de la Provence n’était pas délaissée par les prospections minières. Il explique, en substance, que « Honorat Rodelhat a exposé au conseil qu’il a trouvé une mine de fer dans le territoire de Six-Fours, qu’il a obtenu du Conseil Royal et de l’abbé de Saint-Victor la préférence pour l’extraction du fer, moyennant le 10e qu’il lui paie ; qu’en vertu de cette convention il a fait construire un martinet où il a dépensé tout son avoir, et qu’aujourd’hui l’abbé a autorisé un génois, habitant de Marseille, à extraire du fer, ce qui lui porte préjudice et est contraire aux privilèges de la ville. En conséquence, il réclame l’aide du Conseil pour poursuivre cette affaire. Le Conseil prend sa demande en considération, le 30 janvier 1459 »9. Cette fois, il ne s’agit pas d’argent mais de fer. Un gisement dans le houiller de Six-Fours (schistes noirs), situé près de la chapelle de la Pépiole a été exploité à une époque récente. Le site présente, près de l’exploitation moderne en carrière, une série de dépressions qui pourraient correspondre à une activité plus ancienne. Le martinet dont parle le texte était probablement situé sur la Reppe, l’un des principaux cours d’eau du secteur.

Fig 5. La Pépiole, Six-Fours. Le terrain présente des dépressions dans l’axe des travaux de la mine moderne qui laissent soupçonner des ouvrages miniers très anciens

19Ce texte met en avant un entrepreneur génois, rappelant l’intérêt qu’ils portaient au minerai de fer comme on peut le voir en Corse et à l’Ile d’Elbe. Leur entreprise s’est-elle étendue au continent, facilitée par une emprise importante dans le circuit commercial local ? La volonté des Italiens ne se limiterait pas à l’extension de leur réseau commercial (avec pour point de départ la ville de Marseille, lieu de résidence du génois) mais bien, à l’intégration de la filière, par appropriation des sites de production et probablement de la totalité du circuit commercial.

20Honorat Rodelhat n’est pas un inconnu de la ville de Toulon. Bien au contraire, il fait figure de notable riche et intervenant dans les affaires de la cour de Provence.

21L’autorisation est délivrée par le Conseil Royal et l’abbé de Saint-Victor, a qui il reverse une partie du produit, le dixième. Le Conseil Royal a un rôle administratif et c’est l’abbé de Saint-Victor, propriétaire du terrain qui négocie directement avec l’entrepreneur minier. C’est l’abbé qui rompt le contrat et Honoré Rodelhat ne se tourne pas vers le roi mais vers la commune de Toulon pour demander de l’aide. Cela signifie-t-il qu’il existe une lutte entre les seigneurs et que la ville arbitre le conflit ? Il semble, toutefois que c’est l’abbaye marseillaise, propriétaire du sol, qui détient le pouvoir effectif sur la mine.

Les mines des Mayons

  • 10 Coulet, 1975, p. 159-168, p. 165, 175.
  • 11 A.D. des Bouches-du-Rhône, B 18, fo 53.

22Grâce à un article publié par Noël Coulet10 l’histoire des mines des Mayons est mieux connue. En effet, l’analyse de lettres royales conservées à Marseille11 apporte la preuve que les mines étaient exploitées au XVe s.

  • 12 Coulet, 1993, p. 279-288.

23En 1478, Antoine Payant obtient un permis de recherche pour exploiter les gisements du terroir du Luc. Cette autorisation est valable dix ans. Elle porte « sur toutes sortes de minerai tels que fer, acier, airain, plomb, émeri, etc. »12. Si les recherches sont convaincantes, « il pourra exploiter ces mines et y implanter les martinets et tout le matériel (omnia artificia) nécessaire au traitement des minerais ». L’argent n’est pas mentionné dans ce document alors qu’il s’agit habituellement d’un des premiers métaux dans la liste. Est-ce que l’argent (présent au Mayons) n’était pas recherché ?

24Le texte indique les lieux d’extraction dans « les quartiers de Castel Daur, Prat de Véran et Las Mauras ». Il s’agit probablement des actuels quartiers de Castel d’Aou, Plaine de Véran et du village des Mayons, qui n’a obtenu son statut de commune que récemment et appelé les Maures ou les Maures-du-Luc dans les documents anciens. Daur peut signifier doré ou peut-être venteux. Une mine de fer existe dans le vallon de Rascas entre la Plaine de Véran et Castel d’Aou. L’adjectif Rascas signifiant teigneux ou malpropre, peut désigner le ruisseau bouillonnant ou ferrugineux en raison de la minéralisation. Ce gisement de magnétite est exploité pour l’essentiel en descenderies. Les entrées se trouvant toutes au fond du vallon, les réseaux souterrains sont tous noyés. Seule une courte galerie de recherche creusée à la poudre est accessible.

25La mine de plomb argentifère des Ourses (ou Valpayette) est proche du village. Les travaux miniers sont toujours accessibles. Une galerie en direction s’ouvre dans le vallon. Elle mesure 60 mètres et se termine sur un éboulement. Dans le prolongement du filon, vers le sud-est se trouve un chantier à ciel ouvert en partie effondré. Une amorce de galerie et une descenderie, s’ouvrant dans ce dépilage, constituent les anciens travaux réalisés au pic. La descenderie prend l’allure d’un chantier d’exploitation en profondeur. Le rocher n’étant pas visible au sol, les travaux sont peut-être plus profonds et remblayés. Plus au sud, sur le filon, des dépressions dans le terrain montrent l’effondrement d’ouvrages souterrains ou le comblement de cheminées d’aérage. La recherche du fer est peut-être motivée par le besoin d’armes provoqué par les guerres d’Italie.

  • 13 Coulet, 1975, p. 159-169 ; Coulet, 1993, p. 279-288.

26À partir du Bas Moyen Âge, les archives sont plus nombreuses et permettent une approche plus détaillée de l’activité minière et métallurgique. De nombreuses exploitations sont signalées à la fin du XVe s. en Provence13. A une époque où les métaux précieux sont activement recherchés en Europe, la motivation du roi René multiplie les exploitations en Provence, celles-ci s’attachant à toutes les matières utiles connues et utilisables. L’importance de l’activité minière et son déclin sont fonction de la volonté politique du moment. Ces entreprises sont conduites par des associations de financiers et de techniciens. Les financiers ont plusieurs origines. Ce sont des ecclésiastiques comme l’archevêque d’Aix en 1448 ou Gilbert Dauthon, moine de Saint-Victor, prieur de Gardannes, qui avait probablement obtenu une concession avant 1470. Ces deux personnages font appel, en sous-traitance, à des équipes d’artisans pour affiner le minerai. Il s’agit dans ces deux cas de produire de l’or et de l’argent. Le prieur de Gardannes passe un contrat avec des fondeurs allemands afin de coupeller le plomb et le cuivre, le minerai était donc fondu au préalable. Jean Boutaric était, lui, issu de la noblesse aixoise. Il compte s’associer à des techniciens locaux ou immigrés. Parmi les associés de la mine de charbon de Saint-Savournin (bassin de Fuveau) se trouve un éperonnier lorrain. Tous ces témoignages attestent la pénurie de savoir-faire en Provence. Des notables comme Honoré Rodelhat ou Antoine Payant ont également obtenu des concessions du roi René. Qu’ils soient ecclésiastiques, nobles ou notables, c’est parce qu’ils sont proches du roi que ces personnages ont obtenu leurs titres d’exploitation. Enfin des bourgeois, marchands ou orfèvres, techniciens de la filière comme les argentiers de Toulon et les orfèvres de Saint-Daumas obtenaient également des concessions minières. Toutes les concessions sont accordées par le roi hormis celle de Fuveau, accordée par le seigneur du lieu. Est-ce lié à la matière recherchée ? L’abbé de Saint-Victor est associé au roi pour donner l’autorisation d’exploiter la mine de Six-Fours.

  • 14 Coulet, 1975, op. cit.

27Presque toutes les mines ouvertes à cette période concernent les métaux précieux pour le monnayage. On compte seulement une mine de fer et une mine de charbon. Dans les lettres de Jean Boutaric, qui portent sur toute sorte de minéraux, des éléments concernant le monnayage laissent imaginer que l’or et l’argent étaient les principaux métaux recherchés. C’est à cette époque que les filons de fer et plomb argentifère des Mayons sont mis en chantier par Antoine Payant, conseiller et secrétaire du roi. Contrairement aux autres contrats étudiés, cette autorisation est limitée dans le temps et l’espace14. Dans les Maures, ce sont plutôt les mines de fer et de plomb qui sont ouvertes. Le plomb est associé à l’argent, dans le cas de la mine des Mayons, mais ce métal n’est pas mentionné dans l’acte conservé. S’agit-il d’un oubli ou l’omission est-elle volontaire ? Il paraît invraisemblable que l’argent ne soit pas exploité ou que sa présence dans les minéralisations soit inconnue et s’il n’est pas clairement indiqué, c’est peut-être parce qu’implicitement il est inclus dans le contrat. D’autre part, la pauvreté du filon est peut-être en cause. Enfin, l’analyse des lettres de Jean Boutaric réalisée par Noël Coulet montre bien que l’entrepreneur minier obtient des privilèges destinés à encourager les débuts d’un chantier difficile et onéreux, mais le roi protège toutefois ses intérêts en se réservant la possibilité d’invalider la concession dans le cas où la mine serait abandonnée et en ordonnant la préférence pour ses ateliers monétaires lors de la vente. Au travers de ces textes, on voit nettement les efforts réalisés par le pouvoir pour se procurer des métaux précieux et tout particulièrement de l’argent. L’intérêt de René d’Anjou est donc double. La mise en chantier d’une mine lui rapporte l’impôt sur la production (qui devait être du dixième) et leur multiplication augmente donc notablement les recettes du comté. D’autre part, les métaux produits viennent directement fournir les ateliers monétaires royaux. Ces entreprises sont en tout état de cause stimulées par des mesures de réductions des charges et des facilités de circulation pour les hommes et les produits.

28L’argent, métal monétaire par excellence au Moyen Âge a une valeur symbolique et pécuniaire. Ainsi l’exploitation d’une mine peut relever de besoins en trésorerie émanant du pouvoir central ou être négociée pour apaiser des conflits. L’exemple des Bormettes illustre les négociations tenues entre la ville de Marseille et le comte, qui démunit les seigneurs locaux afin d’endiguer les soulèvements de la commune. Cet épisode permet également d’entrevoir un transfert de la puissance des seigneurs, qui s’affaiblissent, vers les villes. Au XVe s., c’est sans doute le besoin de capitaux pour financer les guerres d’Italie qui pousse le roi René a mener une politique de prospections minières dans toute la Provence. La succession rapide des permis de recherches laisse toutefois imaginer que les différentes entreprises n’ont pas été rentables, comme c’est le cas à toutes les époques dans les Maures en raison de la pauvreté des filons et des difficultés liées à l’exploitation.

Notes

1 Benoît, 1962, p. 228. Je remercie Monsieur Noël Coulet pour l’aide qu’il m’a apportée.

2 Poly, 1976, p. 239.

3 La pointerolle et le feu : Avant le XVIIe s., les travaux étaient réalisés au pic et à la pointerolle dans les roches tendres (schistes, arène granitique), au feu dans les roches très dures (quartz et quartzites).

4 Lou pichot trésor.

5 Girard, 1919, p. 20, note 1. Les sources de Girard n’ont pas encore été retrouvées (anciennes chroniques, Fonteilles : rapports).

6 A. D. du Var, 8 S 4.

7 Prospection d’Elisabeth Sauze.

8 A.M. de Toulon, B B 42, fo 175, V.

9 A.D. du Var, Résumé de la délibération du Conseil de Ville, registre des Archives de la ville de Toulon, série B. Durand, 1928, p. 223.

10 Coulet, 1975, p. 159-168, p. 165, 175.

11 A.D. des Bouches-du-Rhône, B 18, fo 53.

12 Coulet, 1993, p. 279-288.

13 Coulet, 1975, p. 159-169 ; Coulet, 1993, p. 279-288.

14 Coulet, 1975, op. cit.

Table des illustrations

Légende Fig 1. Carte de répartition des sites miniers et métallurgiques en fonction de l’époque de leur exploitation
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig 2. Travers-banc creusé au pic Acates de Vaillas, Sainte-Maxime
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29718/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Fig 3. Plan des anciens travaux découverts par les repreneurs de la mine au XIXe s. L’Argentière, La Londe-les-Maures
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29718/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig 4. Travers-banc creusé au feu, l’Argentière, La Londe-les-Maures (photographie de Nathalie Leydier)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29718/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Fig 5. La Pépiole, Six-Fours. Le terrain présente des dépressions dans l’axe des travaux de la mine moderne qui laissent soupçonner des ouvrages miniers très anciens
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29718/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

Auteur

Doctorante à l’Université de Provence

© Presses universitaires de Lyon, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search