Version classiqueVersion mobile

Mines et pouvoir au Moyen Âge

 | 
Marie-Christine Bailly-Maitre
, 
Jean-Michel Poisson

Pouvoir et mines d’argent au Moyen Âge. Mainmise politique et évidences archéologiques

Marie-Christine Bailly-Maître

Texte intégral

1Le lien entre pouvoir et travail minier, s’il va de soi, est pleinement mis en évidence par la toponymie de certains sites comme Castel Minier à Aulus (Ariège) ou par la topographie, comme pour les mines de Largentière (Ardèche), creusées directement sous le château.

2Sans mine, les possibilités de battre monnaie se trouvent limitées. Depuis les VIIe-VIIIe siècles, le monométallisme argent est général en France, avec la frappe du denier. Cette situation reste inchangée jusqu’au XIIIe siècle avec le retour au bimétallisme, pour faire face aux besoins accrus de numéraire ; pourtant, jusqu’au règne de Philippe IV le Bel, l’argent reste le plus utilisé. Les stocks de métal déjà ouvré disponibles sont insuffisants en une période d’essor démographique et économique. Il en résulte une recherche systématique de sources de minerais argentifères. Les archives qui renseignent sur les mines montrent la nature des rapports qu’engendre cette activité : accords, transactions, partages, arbitrages règlent les relations entre les seigneurs. La possession de gisements, même modestes, provoque des conflits quasi perpétuels entre les acteurs de la politique et de l’économie.

  • 1 Domergue, Leroy, 2000.
  • 2 Téreygeol, 2001.
  • 3 Ces analyses ont été réalisées par le professeur Peter Horn, de l’Institut für Mineralogie, Petrol (...)

3Avant le XIe siècle, les informations sont très lacunaires et ne reflètent probablement pas la réalité de l’activité minière de la Gaule dans l’Antiquité, puis au haut Moyen Âge1. Au travers de maigres documents, elle semble assez modeste sur notre territoire national actuel ; il est très possible que l’archéologie apporte un démenti dans les années à venir. L’exemple de Melle, dans le Poitou, livre cependant un éclairage intéressant sur les liens entre mine et pouvoir. Aux VIIIe et surtout IXe siècles, un gisement de galène argentifère est exploité à Melle, pour le plus grand profit des empereurs carolingiens2. En 864, Charles-le-Chauve promulgue l’Édit de Pîtres, texte de loi qui limite à dix le nombre des ateliers ayant le droit de frapper monnaie dans l’Empire. Melle figure sur la liste. Des études récentes montrent que ce monnayage a eu un rayonnement important et des monnaies, provenant de cet atelier, ont été retrouvées jusqu’à Bourges. Des analyses isotopiques prouvent que l’atelier de Melle a bien fonctionné avec le minerai extrait du sous-sol mellois3. On a donc bien, là, concordance étroite entre le lieu de production du métal et son monnayage, dans les mains des agents de l’empereur.

  • 4 Bailly-Maître, 2002/a.

4À partir des XIe-XIIe siècles, on observe une véritable explosion de l’activité minière, avec une multiplication des sites exploités pour l’argent pendant le plein Moyen Âge. L’Europe méditerranéenne figure en bonne place dans le groupe des producteurs de métal blanc : Sardaigne, Toscane, Espagne, mais aussi la moitié sud de la France où l’on trouve de très nombreux gîtes métallifères argentifères faciles à travailler ; c’est aussi là que se développent de grandes seigneuries qui participent activement au dynamisme économique. La grande dépression du milieu du XIVe siècle affecte, certes, l’activité minière, sans l’interrompre totalement. La reprise se manifeste par une incitation significative des grands princes à prospecter, pendant tout le XVe siècle4.

5C’est aussi le temps de légiférer. Dès les premiers textes, au XIIe, mais plus encore au XIIIe siècle, on voit les seigneurs imposer leur contrôle, moyennant des prélèvements en vertu du droit régalien. Seigneurs eux-mêmes dépossédés par une politique systématique du roi de France pour la reconquête des droits miniers.

6Ce poids de la puissance publique, qui apparaît clairement dans les textes, est aussi parfois matérialisé sur le terrain, évidences archéologiques de la surveillance étroite de cette source de richesse.

Le pouvoir et les mines d’argent au travers des archives

Quelques textes à l’appui de la recherche

7Un « tour de France » permet de bien saisir le lien très étroit qui unit la production de métal blanc à la puissance dominante.

  • 5 Roman, 1886 ; Ancel, s. d.
  • 6 Sclafert, 1926. Il est possible que la mine appelée Falavelum dans les archives, ait été exploitée (...)

8Dans les Alpes, la mine de l’Argentière – La Bessée est exploitée au XIIe siècle d’après les sources écrites5. On sait que le Dauphin est présent en Briançonnais (Htes-Alpes) depuis le milieu du XIe siècle où il s’efforce très vite de s’emparer des richesses minières. Il obtient de l’empereur Frédéric Barberousse, en 1155, le droit d’exploiter les mines d’argent de l’Argentière – La Bessée, dans le territoire de Rame, et de battre monnaie dans son atelier de Cesana, en Piémont6. Sa mainmise sur le secteur de l’Argentière se confirme, en 1202, lorsqu’il épouse Béatrix, héritière du comte de Forcalquier qui lui donne en dot le mandement de l’Argentière et le revenu sur les mines qui s’y attache.

  • 7 Ces deux sites sont en cours de fouille par Bruno Ancel, archéologue municipal à l’Argentière-La-B (...)
  • 8 Roman, 1895.
  • 9 Le site de Falavel est en cours d’étude par Bruno Ancel, archéologue au CCSTI de l’Argentière-La-B (...)

9En Embrunais encore, les mines d’argent de l’archevêque d’Embrun font l’objet d’un différent quant à leur possession entre Guillaume V, comte de Forcalquier et d’Embrunais, l’archevêque, le prévôt et le chapitre d’Embrun. En 1127, Guillaume V donne à l’archevêque d’Embrun le tiers du produit des mines de Curegum et de Falavellum7. Il désigne ces mines comme faisant partie du territoire de Rame (acte dont on ignore le contenu précis, mais qui semble avoir existé puisqu’il sert de base à de nombreux actes postérieurs). Trente ans plus tard, le prévôt et le chapitre d’Embrun contestent la transaction. L’empereur révoque la décision. Un nouvel évêque en appelle au pape. En 1169, une bulle condamne le chapitre d’Embrun à restituer les deux mines à l’archevêque. Le chapitre en appelle à son tour au pape ; l’archevêque excommunie les appelants. En 1208, les deux parties s’en remettent à l’arbitrage des évêques de Fréjus et de Riez. Désormais les revenus des mines sont partagés à parts égales entre l’archevêque et le chapitre8. Ce simple exemple méritait un exposé détaillé ; il montre que des gisements modestes ont provoqué des conflits dont le règlement a nécessité l’intervention des plus hautes autorités du moment : l’empereur et le pape9.

  • 10 Valbonnays, 1772.
  • 11 Crosum est un terme généralement utilisé au Moyen Âge en particulier pour désigner un puits ou une (...)
  • 12 A.D.I., B2662, fo 273, 369 vo, 370 vo
  • 13 Ce « règlement » est évoqué dans un article par l’ingénieur des mines Héricard de Thury, 1841.
  • 14 A.D.I., B 3333.

10L’implication des politiques dans l’activité minière et métallurgique trouve une illustration avec le site de Brandes (Huez-Isère). Texte et terrain apportent des informations au dossier. Le premier document qui évoque l’existence d’une « argenterie » à Brandes est le testament du Dauphin Guigues-André, en 123610. Ce dernier lègue, pour trois années, le revenu qu’il possède sur ces mines à la collégiale Saint-André de Grenoble pour la construction de l’église (fig. 1). Le symbole est fort puisque celle-ci est destinée à devenir la sainte chapelle delphinale. Cependant, le texte signale que le Dauphin ne possède que le quint du revenu des « cros11 » ; qui possède le reste ? Les archives sont quasi muettes sur les seigneuries locales uissanes ou « étrangères », mais ayant pu avoir des intérêts dans le massif. Le Dauphin apparaît ensuite à plusieurs reprises, à chaque fois dans des circonstances qui soulignent son rôle prépondérant. En 1250, dans le Probus, les enquêteurs du comte d’Albon alias le Dauphin, enregistrent les droits de ce dernier sur l’« argenteria de Brandis12 ». Au début du XIVe siècle, un pseudo-règlement semble régir l’activité minière sur ce haut plateau13. Il nous apprend que seuls les habitants de la communauté de Brandes sont autorisés à creuser des « cros » comme ils le veulent ; les autres doivent faire la preuve de leur art devant le bailli du Dauphin ; par conséquent, c’est l’administration delphinale qui est habilitée à admettre la présence de mineurs venant d’autres contrées. Mais, c’est à l’occasion de la grave crise qui marque la fin de l’exploitation que le rôle du Dauphin comme seigneur « éminent » est le plus net. Un long procès s’engage, dans les années 1313/1321 ( ?), à l’encontre d’un entrepreneur qui a été embauché par le châtelain d’Oisans, pour dénoyer la mine… reyam facere et crosos ipsius eccolare14… (fig. 2). L’entrepreneur n’y parvient pas, et pas davantage les deux équipes qui lui succèdent. Selon les pièces de ce procès, c’est le Dauphin Jean II qui prend l’initiative de faire réaliser ces travaux vitaux pour la mine et qui en assume seul le coût exorbitant de 900 livres. Cette situation n’est pas exceptionnelle, puisque les travaux liés à l’évacuation des eaux souterraines ne peuvent généralement pas être différés et sont toujours si onéreux que seule la puissance politique dominante peut en supporter la charge. Sur le terrain, une fortification marque la présence delphinale (voir IIe partie) (fig. 3).

Fig 1. Collégiale Saint-André de Grenoble

Fig 2. Chantier minier souterrain de Brandes (Huez-38)

Fig 3. Le plateau de Brandes : situation du village, de la fortification, de l’église paroissiale et des mines

  • 15 Voir dans ce volume : Garioud, La Maison de Savoie et ses mines d’argent. Analyse générale d’une p (...)
  • 16 Benoit, Braunstein, 1983.
  • 17 Bailly-Maître, Protat, 1997.

11Le massif des Hurtières (Savoie) offre un exemple significatif de la politique conduite par les puissants pour posséder les richesses minières. Les archives des États de Savoie contiennent de nombreuses allusions au fait des mines, de leur possession et de leur exploitation15. Situation exceptionnelle pour le XIVe siècle, des comptes miniers sont conservés pour la châtellenie d’Aiguebelle, pour les années 1338-135016. L’établissement de comptes particuliers montre l’importance attachée par l’administration comtale à ces revenus. Deux autorités s’exercent et s’opposent pour accaparer cette richesse : le seigneur des Hurtières et le comte de Savoie. Le conflit engagé dès ce moment entre les deux possesseurs aura des répercussions jusqu’au XIXe siècle17.

  • 18 Bailly-Maître, 2002/a.

12Les Alpes ne constituent pas une exception. La plupart du temps, chaque fois qu’une mine argentifère apparaît dans un texte, c’est à l’occasion d’un différents entre puissants18.

  • 19 Pour l’histoire générale de Largentière lire : Mazon, 1992 ; pour les sources minières, lire : Bai (...)
  • 20 Bailly-Maître, 2002/a, p. 25-26.

13Le cas de Largentière en Ardèche est intéressant de ce point de vue. Les sources relatives aux mines ont été étudiées en détail et l’histoire qu’elles livrent témoigne de la façon la plus convaincante de l’implication du pouvoir politique dans l’activité minière19. Le district de Largentière en Vivarais est en activité au XIIe siècle, peut-être avant (fig. 4). Les premiers textes fiables sont deux chartes impériales, l’une de 1146 et l’autre de 1177, autorisant l’évêque de Viviers à battre monnaie. L’intérêt pour ces mines est tel que leur possession entraîne des conflits à répétition mettant en scène le comte de Toulouse, l’évêque de Viviers et de grandes familles seigneuriales, comme les familles de Sauve et Anduze, du Valentinois, etc. Après plusieurs transactions et partages, dont un épisode de prise de possession des mines par Simon de Montfort, lors de la « Croisade des Albigeois », l’évêque de Viviers reste le seul seigneur des mines et des châteaux de Largentière, sous la souveraineté du roi de France20.

  • 21 Bailly-Maître, 1989.
  • 22 La transcription et la traduction du texte en languedocien ont été faites par Monsieur J.-Y. Royer (...)

14Si l’on se tourne vers la bordure sud de Massif Central, plusieurs grands districts miniers produisent de l’argent au Moyen Âge. En particulier le district d’Hierle, centré autour du bourg de Saint-Laurent-le-Minier (Gard). Il apparaît, au travers des textes et du terrain, comme un grand centre bien structuré21. Le minerai exploité est la bournonite, un cuivre riche en argent. En 1227, est établie une charte, à la demande des « argentiers » qui imposent à Pierre Bermont, seigneur de Sauve et Anduze, l’octroi de libertés dans l’exercice de leur activité en réponse à un état antérieur contraignant. Cet état antérieur est rappelé dans ladite charte, par onze articles rédigés en languedocien, sorte de manuel pratique d’exploitation dans lequel on voit la stricte tutelle du bailli sur l’activité minière, et l’intervention constante du représentant du seigneur. La surveillance s’exerce à tous les niveaux, depuis la prospection et la recherche de gisements, jusqu’à la transformation du minerai. Cette pression est une gêne pour le développement de l’activité et au début du XIIIe siècle, alors que celle-ci semble sur le point de connaître un essor important, les argentiers veulent avoir un peu plus de liberté. L’étude linguistique du texte languedocien permet de l’attribuer à la seconde moitié du XIIe siècle22.

Fig 4. Carte postale ancienne montrant l’emplacement des haldes médiévales (amas de pierres blanches) autour du bourg de Largentière (07)

  • 23 Bonami, 1977.
  • 24 Benoit, 1962 ; A.D. Bouches du Rhône. B 269, 2 mi 839.

15Ailleurs, des mentions allusives évoquent princes et mines. Dans l’Hérault, les mines de Ceilhes-et-Rocozels (vallée de l’Orb), sont connues par une série de titres de la famille de Rocozels qui s’échelonnent entre 1221 et 1393. Dans l’Hérault encore, en 1157, 1160, 1162, Louis VII concède à l’évêque de Lodève les droits régaliens, dont ceux sur les mines23. Simple tentative du pouvoir royal d’intervenir dans une région qu’il ne contrôle pas, mais qui montre l’intérêt que le roi porte aux mines d’argent. Villemagne-L’Argentière (Hérault) doit son nom aux mines d’argent qui se trouvent dans son territoire. En juillet 1164, Ermengarde, vicomtesse de Narbonne et Raymond Trencavel, vicomte de Béziers, signent une transaction pour le partage du revenu de ces mines d’argent. Un contrat passé, en 1180, par le comte de Provence, le vicomte de Marseille et les argentarii de Toulon, divise en trois le produit des mines de plomb argentifère du Massif des Maures24.

  • 25 Un programme de recherche pluridisciplinaire a débuté en 2000, sous la direction de A. Ploquin et (...)
  • 26 Bazalguette, 1964.

16Les sources documentaires sont peu abondantes pour le Gévaudan (Lozère). Et pourtant, sur le Mont Lozère, la prospection archéologique a permis de recenser plus de soixante sites à scories de plomb sur un espace de 7 km2, dont certains sont datés, par des charbons de bois, des XIe-XIIe siècles25. On sait que des mines d’argent font l’objet d’âpres discussions entre l’évêque de Mende et le représentant de l’autorité royale. Trois documents permettent de suivre l’affaire entre 1327 et 145926. Il reste peu d’exemplaires du monnayage médiéval, seuls quelques deniers de Saint-Privat de Mende ont été conservés en différents fonds (fig. 5).

  • 27 Morasz, Pulou, 1977.
  • 28 Domergue, Leroy, 2000.
  • 29 Léchelon, 1999.
  • 30 Dossat, 1975.

17Le département de l’Aveyron est certainement l’un des grands districts producteurs de métal précieux au Moyen Âge, après l’avoir été dans l’Antiquité. Quelques sites font l’objet d’une étude spécifique. Ainsi les secteurs de Villefranche-de-Rouergue27, le district du Kaymar28, la mine de Bouco Payrol, et enfin Orzals. La mine de Bouche Payrol, exploitée dès le Chalcolithique, est reprise au moins au milieu du XIIe siècle, au profit de l’abbaye de Sylvanès29. Cinq textes du cartulaire de l’abbaye cistercienne, échelonnés entre 1173 et 1311, font allusion aux mines et montrent le glissement de la propriété de cette richesse des mains de l’abbé et des Trancavel dans celles de l’abbé et du roi de France. Les archives laissées par Alphonse de Poitiers, entre 1262 et 1264, prouvent l’attention extrême portée au « minier d’Orzals » par le frère du roi30.

Fig 5. Denier de Mende : saint-Privat (avers) coll. Cabinet des Médailles, cliché M. Dhénin

Les manifestations du pouvoir politique

Une mainmise territoriale

  • 31 Duparc, 1969.

18La mainmise territoriale résulte souvent d’une stratégie sur le long terme. Ainsi, aux XIe et XIIe siècles le comte d’Albon investit totalement les pays de haute montagne, Oisans, Briançonnais et Embrunais, pour la maîtrise des voies de passage, mais aussi pour le contrôle des richesses minières31. Dans ce cas précis, la domination territoriale se double d’un accaparement par tous les moyens des droits que l’évêque d’Embrun et le comte de Forcalquier ont sur les mines de l’Embrunais.

19Pour les districts plus méridionaux, il est difficile d’affirmer que les grands barons ont pratiqué une réelle politique minière. Au moment où se met en place, dans les États de Savoie et dans le royaume de France, une administration et une réglementation centrale et spécifique, à partir de la fin du XIVe siècle, la plupart de ces régions sont passées sous la tutelle de la couronne. Pourtant quelques cas permettent d’affirmer que des familles ont mené une certaine politique minière.

  • 32 Information Hélène Debax. Une étude de la politique minière des Trancavel figuera dans la publicat (...)
  • 33 Tous les textes entre guillemets sont extraits du rapport d’Hélène Debax pour le bilan d’activité (...)

20La famille des Trencavel, vicomtes de Béziers, Albi, Razès et Carcassonne, est impliquée dans toutes les affaires minières que nous rapportent les textes. Ils n’ont probablement pas cherché à légiférer sur l’activité extractive et métallurgique, comme le feront les monarchies, dès la fin du Moyen Âge, ou comme cela a eu lieu très tôt dans les districts argentifères italiens. Mais ils ont été moteur dans le sens où ils ont systématiquement cherché à affirmer leur contrôle sur la production par le biais de redevances et de droits de préemption sur les minerais pour la monnaie, mais surtout en contrôlant des territoires riches en gisements argentifères activement exploités au Moyen Âge. Alors que l’émiettement féodal est la règle, il est une ressource qui reste l’objet de toute l’attention des vicomtes : celle du sous-sol. On peut même affirmer qu’une des spécificités de la principauté des Trencavel est son exceptionnelle richesse minière. Celle-ci fut sans doute à l’origine de leur expansion et de leur succès32. « Les vicomtes se sont soucié, en particulier, de défendre leurs droits dans le quadrilatère argentifère, entre Villemagne, Boussagues et Faugères, et en Terménès vers Palairac. Les deux testaments de Roger II, en 1189 et 1194, offrent la liste des argenteriis et mineriis d’où les exécuteurs testamentaires pourront tirer des revenus pour effectuer tous les legs pieux institués : Villemagne, Boussagues, Brunaudo, Bruno, Buxo, Avène et Rhèdes. » « … Les rentes qui étaient tirées de toutes ces exploitations devaient être très importantes : Raimond Roger assoie plusieurs emprunts sur les revenus des mines de Boussagues et Villemagne… ». Une grande partie de l’argent extrait servait au monnayage. « Même si aucune monnaie Trencavel n’atteignit jamais la réussite des deniers melgoriens, leurs émissions irriguèrent les échanges intra-régionaux. Ils pouvaient ainsi convertir immédiatement la production des mines d’argent dont ils détenaient une part non négligeable dans plusieurs de leurs vicomtés. Ce contrôle d’un des regalia les plus symboliques leur permit certainement aussi de s’affirmer parmi les grands princes du Languedoc, avant que la Croisade ne vienne bouleverser les équilibres33. »

  • 34 Recherche menée par l’auteur depuis 1982.
  • 35 Laurent (S.), Mines et métallurgie du plomb argentifère sur le Mont Lozère (XIe-XVe siècles), maîtr (...)

21Les membres de la famille de Sauve et d’Anduze semblent pouvoir être qualifiés de « seigneurs de l’argent ». Par mariages la maison d’Anduze domine peu à peu toutes les Cévennes. Au début du XIIe siècle, ils ont des terres sur lesquelles des mines d’argent sont exploitées. La prospection archéologique menée de façon systématique a permis d’en retrouver un grand nombre et quelques incursions dans les archives confirment leur datation34. La famille de Sauve et Anduze est, semble-t-il, seule détentrice des mines du district d’Hierle. Cette même famille possède, par ailleurs, un sixième des mines de Largentière, dont elle dispute âprement les revenus avec le comte de Toulouse et l’évêque de Viviers, à plusieurs reprises. Lors d’un important partage entre deux branches de la famille, en 1212, on observe que le découpage est fait de façon à attribuer à égalité des terroirs argentifères aux deux bénéficiaires, Pierre Bermond et Bernard VIII : mines de Portes, Alais, Anduze, Palmesalade, Sommières,... On les retrouve également liés aux mines d’argent en Gévaudan35.

Le prélèvement seigneurial

22Les seigneurs imposent un prélèvement en vertu d’un droit d’essence régalienne, véritable droit de propriété sur les mines. Depuis la fin de l’époque carolingienne, le droit minier subit une double évolution : la désintégration de l’Etat et la mise en place de la féodalité. Les sources montrent que le plus souvent la somme due sur la production n’était pas versée en monnaie, mais en quantité de minerai. Ainsi pour les mines de Ceilhes et Rocozels (Hérault), la redevance est due en « terre mineuse » et le partage équivaut à 1/17e, dénommé « monceau » ou « setzènes » ; les exploitants faisaient 17 tas égaux dont un revenait à la famille seigneuriale. En revanche, un droit d’entrée était du en argent à chaque nouvel achapt.

  • 36 Bailly-Maître, 2002/a, p. 193-196 ; Hesse, 1968, Première partie : Le régime juridique des mines, p (...)
  • 37 Bailly-Maître, Bruno-Dupraz, 1994, p. 47 d’après A.D.I. B 15bis fo 20

23La détermination de la somme est généralement une survivance du 1/10e fixé pour l’impôt sur les mines pendant l’Antiquité. Le prélèvement seigneurial, ou royal, est encore souvent du même montant, ou du 1/20e. L’ordonnance royale de 1413 prévoit le versement du 1/10e de l’argent affiné. Mais il existe des exceptions, et le calcul peut se faire selon d’autres critères36. Brandes, de ce point de vue, est une exception. Le Dauphin prélève d’abord 1/5e au XIIIe siècle, puis après 1320 le montant de la redevance ne s’élève plus qu’à 1/9e en raison des difficultés liées à l’inondation des galeries37. Ce pourcentage est très élevé et correspond vraisemblablement à un double droit : un droit régalien (droit public) et un droit foncier (droit privé), car le Dauphin paraît posséder ces terres en alleu.

Les règlements

  • 38 Bailly-Maître, Gauché, 2002.
  • 39 A.N. AD X/1.35.
  • 40 Isambert, 1821-1833, t. VII, p. 387.

24Métal stratégique pour l’économie et le pouvoir, on comprend que les dirigeants aient voulu affirmer leurs droits sur les sources de minerai et sur le contrôle de la production d’argent38. Le droit minier français médiéval est résumé en trois actes : les prémisses de 1321, confirmés par la première ordonnance royale du 30 mai 1413 et consolidés en 147139. En promulgant, dès 1413, une ordonnance, le roi se place résolument dans une optique de droit régalien, le fondement de la taxation de l’activité et de l’octroi de la liberté se trouve « toute à cause de notre souveraineté et majesté royale40 ». En 1471, l’ordonnance de Montils-les-Tours de Louis XI inaugure le droit minier moderne. Qu’en était-il avant cela ?

25Jusqu’au XIIe siècle, l’activité fonctionne essentiellement sur la contractualisation orale. Engagée dès le XIIe siècle, plus systématique au XIIIe siècle, l’évolution amène à une codification écrite. Le XVe siècle est le temps pour les grands princes de légiférer après avoir assuré leur domination sur la source de métal et les ateliers monétaires.

  • 41 Braunstein, 1993.
  • 42 Bailly-Maître, 1989.
  • 43 Héricart de Thury, 1841.
  • 44 Léon, 1962.

26Si, à partir du début du XIIIe siècle les règlements se multiplient dans les grands districts miniers médiévaux (Hartz, Schemniz, Iglau, Frieberg, Goslar, Kutna Hora, etc.), en France ils sont plus rares41. On en connaît trois pour les XIIe-XIVe siècles, mais il est difficile de les comparer, tant ils ont été établis dans des contextes différents. Le premier est un véritable code minier. Il s’agit du document rédigé en languedocien et rappelé en fin de la charte signée à Ganges en 1227 entre Bermont de Sauve et Anduze et les argentiers de la baronnie d’Hierle. Ce document du XIIe siècle est exceptionnel car il renferme à la fois des indications techniques précises et témoigne d’une surveillance rigide, appliquée par le bailli seigneurial au point d’être une entrave à l’activité42. Le second est à utiliser avec précautions en ce sens que l’original a disparu ; pour autant la source semble fiable43. Ce texte souligne la grande liberté d’exploitation des habitants de la communauté de Brandes, mais aussi la stricte tutelle du bailli delphinal pour les forains qui doivent obtenir son agrément par leurs compétences professionnelles. Le dernier, enfin, s’applique à des mines de fer, à Allevard (Isère). La situation est singulière car ces règlements, même les plus tardifs, concernent généralement des exploitations de minerais « précieux ». Le fer spathique d’Allevard, dont la qualité donne un « acier naturel », figure dans la catégorie des minerais exceptionnels. C’est si vrai que le Dauphin tente de s’immiscer, au XIVe siècle, dans une activité déjà ancienne et ce règlement de 1395 en est la conséquence44.

  • 45 Bailly-Maître, 2002/a, p. 117 et suiv.

27Indépendamment des règlements proprement dits, les textes apportent des éclairages ponctuels sur l’implication seigneuriale dans l’entreprise. L’image qui en ressort est assez contradictoire puisque tout à la fois on observe une grande liberté de rechercher des minerais, recherche même encouragée par le politique, mais aussi un strict contrôle de cette activité avec une obligation de travailler en continu et sans temps mort, sous peine de perdre ses droits45.

Les interventions royales

  • 46 Dossat, 1975.
  • 47 Dubois, 1999.

28Jusqu’au XIIe siècle, les actes produits par les conflits qui éclatent pour la possession des mines témoignent des tentatives royales pour s’immiscer dans les affaires minières et pour contrôler la frappe monétaire. Ainsi voit-on, en 1157, 1160, 1162, Louis VII concéder à l’évêque de Lodève les droits régaliens, dont ceux sur les mines. Dans ce cas, comme dans beaucoup d’autres, il s’agit davantage d’actes politiques qu’une réelle manifestation d’autorité face aux puissances seigneuriales locales qui, pour la plupart, ont obtenu le droit de battre monnaie de l’empereur Frédéric Barberousse au XIIe siècle, voire de Conrad III, ou plus anciennement encore. Pourtant, peu à peu, au gré des conflits le roi et son administration opèrent un lent grignotage au détriment des seigneurs locaux. La « Croisade des albigeois » marque un temps fort de cet interventionnisme royal, en particulier sur les mines avec les exemples de Largentière en Vivarais ou la politique menée contre les seigneurs de Trencavel et de Termes dans les Corbières, ou encore l’arrivée d’Alphonse de Poitiers en Rouergue46, et enfin, à Castel Minier en Ariège47.

29L’intérêt des Capétiens pour les mines d’argent du sud de la France, mis en évidence par les nombreuses interventions ponctuelles et opportunistes de ses officiers, en particulier de ses sénéchaux, et de façon encore plus flagrante par la croisade, se renforce tout au long du Moyen Âge. En 1229, le traité de Paris fait entrer dans le domaine royal d’importantes régions minières intégrées dans les nouvelles sénéchaussées de Beaucaire et de Carcassonne. Tout au long du XIVe siècle, le pouvoir royal multiplie les mesures visant à obtenir la haute main sur l’activité de monnayage : primauté à la monnaie royale sous Louis IX ; augmentation du prix d’achat de l’argent dans les ateliers monétaires ; interdiction d’exporter hors du royaume l’argent et le billon.

  • 48 A.N. AD X/1.35 ; Isambert, 1821-1833.

30Le lent grignotage royal pour posséder l’autorité sur les mines argentifères trouve son aboutissement avec l’ordonnance de 1413. Charles VI, par lettres patentes édictées à Paris le 30 mai 1413, promulgue le premier règlement minier du droit français48. Cet acte fondamental marque la fin des droits seigneuriaux sur les mines. Il est confirmé par Charles VII, en 1437.

Mines et châteaux : vestiges archéologiques du lien entre politique et entreprises minières

31L’extraction et la métallurgie d’un métal précieux se font, nécessairement, sous la surveillance des autorités possédantes. Cette surveillance, on l’a évoqué plus haut avec l’exemple du code minier inclus dans la charte d’Hierle, est très perceptible dans les textes ; elle est constante, pesante, parfois gênante pour l’activité elle-même, mais elle ne laisse pas souvent de traces matérielles. Quelques sites, cependant, conservent une représentation physique de la présence seigneuriale sur les lieux mêmes de l’activité productrice.

Le shell-keep de Brandes

  • 49 Un shell-keep est généralement un type de fortification que l’on trouve en Angleterre et en Norman (...)
  • 50 Marcellier, 1688-1710, fo 236.
  • 51 Bailly-Maître, Bruno-Dupraz, 1994, p. 109.
  • 52 A.D.I. B 3120, fo 66vo

32Le site de Brandes illustre parfaitement cette situation. Le village, qui se développe sur plus de 900 m de longueur d’ouest en est, est limité, au sud, par le rocher Saint-Nicolas qui porte à son sommet une fortification. Elle domine, face au nord, le village de 40 m et la Sarenne coule 400 m plus bas, dans une vallée encaissée, au pied du versant sud du rocher. Pour l’essentiel, les chantiers miniers s’ouvrent dans cet abrupt rocheux (fig. 6). L’aménagement implanté là est d’un type particulier ; il s’agit d’un shell-keep, fortification que l’on rencontre habituellement dans des contrées plus nord-occidentales49. Le shell-keep de Brandes est une curiosité (fig. 7). La fortification occupe une surface de 21 m de diamètre, cernée par un fossé annulaire entièrement creusé dans les gneiss. La plate-forme sommitale est semi-artificielle. Une partie est constituée de la roche aplanie, l’autre partie est formée de remblais, la cohérence de l’ensemble étant assurée par un mur de chemisage épais et bien construit. Deux pièces trapézoïdales sont fondées sur la roche, alors que le reste de l’espace est occupé par une cour ouverte. La construction d’une telle fortification ne se justifie pas par l’histoire de la région aux XIIe-XIVe siècles. Nul besoin de se protéger. D’ailleurs, il n’y a aucune possibilité de conserver des réserves d’eau à l’intérieur de l’enceinte. Sa vocation n’est pas militaire. Pourtant, son édification représentait un travail difficile. Sa justification se trouve dans sa situation topographique et dans les archives. Elle domine le village où se réalisent les opérations de transformation du minerai ; elle domine les chantiers miniers qui sont en activité aux deux extrémités du plateau ; enfin, elle surveille tous les accès possibles au site. La diversité des monnaies retrouvées en fouille atteste que Brandes était un lieu très fréquenté, en raison même de sa spécificité. Un seul texte se rapporte à la fortification ; il s’agit d’une Reconnaissance, faite en 1261 par les habitants de la communauté de Brandes aux agents du Dauphin. Selon ce document, le droit de propriété delphinal pèse sur la situation et les murs du château50. L’interprétation de sources plus tardives donne à penser que ce château, au début du XIVe siècle, est entre les mains du châtelain d’Oisans, gestionnaire de la mine d’argent pour le compte du Dauphin51. Sa datation, enfin, le lie étroitement à l’activité minière. Ce type de fortification se développe essentiellement à partir du XIIe siècle et prend la suite du mouvement d’érection des mottes castrales. Le début de l’activité minière à Brandes se situe dans ce siècle là. L’enquête delphinale de 1339 ne mentionne plus le château de Brandes dans la Designatio castrorum delphinalium et in Graisivodano perminutum cum valore et tenementa ipsorum facta de anno domino52. Sa courte existence débute et se termine avec l’activité qui l’a engendrée.

Fig 6. Le shell-keep de Brandes surplombant le village et les mines

Fig 7. Le shell-keep de Brandes : vue aérienne

Largentière (07) et ses châteaux

  • 53 Mazon, 1992.

33La situation à Largentière (Ardèche) est assez bien documentée53. Les archives, nombreuses en raison des incessants conflits qui opposent l’évêque de Viviers, le comte de Toulouse, puis Simon de Montfort, montrent que les mines de Largentière sont indissociables du château de Ségalière. En 1193, un arbitrage de l’évêque de Vienne règle un conflit entre l’évêque de Viviers Nicolas et le comte de Toulouse à propos du château de Ségalière et des mines qui s’y trouvent. En 1198, Raymond de Toulouse prétend à nouveau avoir des droits sur toutes les mines d’argent de Chassiers, Tauriers et Ségalière. Au terme de négociations, c’est la moitié seulement de ces droits qui lui est concédée par l’évêque de Viviers Nicolas, le comte de Valentinois Aymar de Poitiers et Bermond d’Anduze, eux aussi possessionnés à Largentière ; la seconde moitié est partagée en trois, un tiers du château avec ses droits sur les mines revient à Aymar, un tiers à Bermond et le dernier tiers à Nicolas. En 1210, nouvelles difficultés liées à la construction, par le comte de Toulouse, du château de Fanjau à Largentière ; dans cet épisode, le lien entre mines et château n’apparaît pas clairement, mais le document mêle ce qui touche à ce château et aux mines. Ce lien doit être réel car, en 1215, Simon de Montfort se fait remettre le château de Fanjau et la moitié des revenus de Largentière, tombés en commise du fait de la condamnation du comte de Toulouse. Sur le terrain, plusieurs évidences s’imposent. Tout d’abord, le district minier de Largentière se développe sur les actuelles communes de Largentière, Tauriers, Chassiers et Montréal (fig. 8, 9). La première possède un château, les trois autres une tour puissante (fig. 10). L’actuel château de Largentière est l’ancien château de Ségalière, celui de Fanjau a disparu. Le cours de la Ligne est dominé par plusieurs terrasses séparées par de petites falaises rocheuses. Le château de Largentière est installé au cœur d’un ensemble de chantiers miniers. Dans l’abrupt qui surplombe le bâtiment s’ouvrent les chantiers de la Baume de Viviers, immenses vides correspondant à une exploitation par chambres et piliers d’un gisement stratiforme (fig. 11). Le château lui-même est implanté en bordure d’une seconde falaise dans laquelle des galeries ont été creusées pour extraire le minerai argentifère d’un gisement filonien ; les réseaux souterrains passent littéralement sous le château (fig. 12). Enfin, plus largement, le cœur médiéval du bourg de Largentière est construit directement sur les galeries anciennes (fig. 13). C’est dans une tour de l’ancien château de Largentière qu’aurait eu lieu la frappe monétaire et un bas-relief conservé aujourd’hui à la mairie, rappelle cette fonction (fig. 14).

Fig 8. Situation des mines et des fortifications du district minier médiéval de Largentière (07)

Fig 9. Carte XVIIIe siècle montrant l’emplacement des « vieux travaux » miniers d’après SOULAVIE (Abbé), histoire naturelle de la France méridionale, 1780-1784

Fig 10. Le château de Montréal

Fig 11. La Baume de Viviers, exploitation en grandes chambres et piliers

Les fortifications de la vallée du Chassezac (07-48)

  • 54 Le site minier médiéval du Colombier, sur la commune de Sainte-Marguerite-Lafigère (Ardèche), est (...)
  • 55 Un programme de recherche historique et archéologique a débuté en 2003 et va durer plusieurs année (...)

34La vallée du Chassezac, à la limite de la Lozère, du Gard et de l’Ardèche est bordée par d’importants travaux miniers XIXe siècle formant un paysage industriel particulièrement caractéristique. Ce paysage ne masque pas, cependant, d’anciens chantiers médiévaux sis en bordure du Colombier, petit ruisseau intermittent54. Or cette exploitation ancienne correspond à des travaux souterrains très développés et organisés, probablement à mettre en relation avec d’autres secteurs proches dont l’exploration n’est pas achevée55. Pour parvenir à la mine médiévale du Colombier, il faut emprunter une route qui serpente dans la vallée étroite du Chassezac, route qui relie Les Vans (Ardèche), à Pied-de-Borne (Lozère). Les mines se trouvent sur l’actuelle commune de Sainte-Marguerite-Lafigère, mais le hameau de Lafigère conserve une tour. Il s’agit d’une construction massive, carrée, et une vaste salle voutée en berceau est en grande partie conservée à son pied (fig. 15). Cette tour tourne le dos à la route ancienne ; elle est également très décalée par rapport au hameau de Lafigère. Si elle ne semble pas jouer un rôle vis-à-vis de l’habitat, ni même de l’axe de circulation ancien ; en revanche, elle jouit d’un point de vue exceptionnel sur le territoire minier qui s’égrène le long de la vallée du Chassezac (Thines, Colombier, La Rouvière et Pied-de-Borne) (fig. 16). Un dispositif comparable a été observé sur le district ardéchois des mines de Nérac.

Fig 12. Le château de Ségalière à Largentière : les mines médiévales ouvrent dans les abrupts rocheux sis en arrrière et sous le château

Fig 13. Le bourg de Largentière (07) au cœur des chantiers miniers

Fig 14. Le bas-relief des monnayeurs à Largentière (07)

35Plus en amont dans la vallée, deux autres ensembles fortifiés sont conservés. En suivant la D113, après Corde, on arrive à la confluence du Chassezac et de la Borne. Ce point stratégique conserve une chapelle castrale associée à de hautes murailles en ruines (fig. 17). En vis-à-vis, en rive droite du Chassezac, un éperon rocheux porte les vestiges d’un château (fig. 18).

36Certes, la position de ces deux fortifications est liée à la vallée qui peut devenir un axe de passage, mais les axes de communication anciens devront être recherchés, car ils semblent passer plus en hauteur. En revanche, les sites de Pied-de-Borne se trouvent au cœur d’un district minier ancien : les mines de La Rouvière sont proches, et un peu en amont dans le vallée du Chassezac, des toponymes comme « Les Baumes » évoquent des exploitations médiévales qui seront recherchées.

Fig 15. La tour de Lafigère (07)

Fig 16. Situation des mines et des fortifications du Chassezac et de la Borne (07-48)

37L’étude des familles seigneuriales locales est en cours et il est prématuré de relier ces fortifications à la présence proche des mines, mais les présomptions sont fortes car il ne s’agit en aucun cas d’un axe de passage important.

Fig 17. La chapelle castrale de Pied-de-Borne

Fig 18. Le château de Pied-de-Borne

Fig 19. Le Castel-Minier (Aulus-09)

Castel-Minier (Aulus-09)

  • 56 Dubois, 1999.
  • 57 L’étude de ce site est conduite par Florian Tereygéol, chercheur au CNRS UMR 5060 et Claude Dubois

38À Castel-Minier (Aulus-Ariège), la toponymie renvoie à un lien essentiel entre le château/castel et la mine/minier. L’entreprise apparaît pour la première fois dans les textes par le biais de six mentions qui s’échelonnent de 1319 à 134956. Il s’agit, d’après un contemporain, d’une exploitation considérable qui emploie plus de mille personnes, au profit du vicomte du Couserans. Sur le terrain, plusieurs constructions sont regroupées sur un petit espace, face aux entrées de mines exploitées au XIVe siècle, de l’autre côté d’un petit cours d’eau (fig. 19). On y trouve une chapelle, les vestiges d’une forge et un bâtiment réoccupant l’emplacement d’une tour quadrangulaire puissante dans laquelle ont pu se faire les essais de minerai. La fouille de cet édifice est en cours ; ses dimensions réelles sont encore à préciser, mais sa fonction de fortification est indéniable57.

L’Argentière (05)

  • 58 Giordanengo, 1974.
  • 59 Les lignes concernant le château de l’Argentière ont été rédigées par Bruno Ancel, archéologue mun (...)

39D’autres exemples, moins bien documentés pour le moment, méritent cependant d’être mentionnés car une étude plus approfondie de ces sites confirmerait probablement la relation étroite mines/fortification. À L’Argentière en Briançonnais, un donjon est érigé, à proximité des mines, entre 1161 et 120258. Le château se dresse sur un éperon rocheux, lieu stratégique au débouche du vallon du Fournel et au pied des exploitations minières. Il est attesté à partir de 1202 sous le terme de castrum de Argenteria et sert de résidence au châtelain du Dauphin. Le rocher est fortifié, mais il est impossible aujourd’hui de restituer l’allure d’origine de la construction. Sa grande enceinte abritait autrefois l’essentiel du village et l’endroit porte encore le nom de « ville ». Le site n’a pas encore été fouillé. Il a certainement joué un rôle dans le contrôle des mines59.

À l’étranger : le cas de Rocca San Silvestro (Italie) et de Iglau (République Tchèque)

  • 60 Francovich, 1991.

40La Toscane offre plusieurs exemples qui viennent conforter le propos. Le plus fameux est le site de Rocca San Silvestro (Campiglia Marittima). D’après R. Francovich qui l’a étudié, Rocca San Silvestro constituisce un esempio paradigmatico di castello signorile fondato esplicitamente per lo sfruttamento minerario e per il lavoro metallurgico60. À l’instar de Brandes, un village s’est établi dans un contexte peu favorable, dès le XIe siècle, pour exploiter une mine de plomb argentifère : une « rocca » occupe le sommet du piton calcaire dont les pentes accueillent les maisons du village. La fortification est édifiée à l’initiative de la famille seigneuriale des Gherardeschi qui se situe dans la mouvance pisane, tout en conservant une certaine autonomie. Mines, habitat, atelier et forge sont sous l’œil de celui qui occupe la tour.

  • 61 Voir dans ce volume : Rous, Vilimek, Maly, Les positions fortifiées des aires minières médiévales (...)
  • 62 Bailly-Maître, 2004.

41Un exemple très significatif est présenté dans ce volume avec le riche district minier médiéval d’Iglau (aujourd’hui Jihlava), en République Tchèque61. De façon quasi systématique, les principaux secteurs miniers sont associés à une fortification et certains ont engendré le développement d’une petite bourgade. De ce point de vue, la situation est comparable avec la France puisque en différents endroits, les mines d’argent sont à l’origine de petites agglomérations, certaines éphémères, d’autres qui existent encore et qui ont gardé, dans leur nom, le témoignage de leur origine62.

Conclusion

42Avant le XVe siècle, l’étude s’appuie sur des cas individuels, mais qui tous ont en commun de montrer des tentatives permanentes de la part des puissants pour trouver des sources de métal précieux, pour imposer leur contrôle et leur mainmise sur ce revenu, avec plus ou moins de réussite. Parallèlement, s’amorce, puis se systématise, le lent grignotage capétien jusqu’au XVe siècle qui voit l’aboutissement du processus. Ailleurs, en Savoie, en Provence avec le roi René, le phénomène est comparable. Après la grande dépression du milieu du XIVe siècle, on constate une incitation pressante des grands seigneurs pour la recherche de métal, et en particulier de métal précieux, pour répondre aux besoins de l’économie renaissante et en plein développement. Mais le XVe siècle marque un tournant dans cette longue histoire. Les mines de la France du sud entrent peu à peu en sommeil alors que les grands districts « germaniques » sont en pleine ex-pension ; l’Europe du sud – Espagne, Italie, Portugal – va chercher ailleurs les richesses dont elle a besoin.

Notes

1 Domergue, Leroy, 2000.

2 Téreygeol, 2001.

3 Ces analyses ont été réalisées par le professeur Peter Horn, de l’Institut für Mineralogie, Petrologie und Geochemie à Munich.

4 Bailly-Maître, 2002/a.

5 Roman, 1886 ; Ancel, s. d.

6 Sclafert, 1926. Il est possible que la mine appelée Falavelum dans les archives, ait été exploitée pour les besoins de l’atelier de Césane.

7 Ces deux sites sont en cours de fouille par Bruno Ancel, archéologue municipal à l’Argentière-La-Bessée.

8 Roman, 1895.

9 Le site de Falavel est en cours d’étude par Bruno Ancel, archéologue au CCSTI de l’Argentière-La-Bessée (Htes-Alpes).

10 Valbonnays, 1772.

11 Crosum est un terme généralement utilisé au Moyen Âge en particulier pour désigner un puits ou une entrée de mine.

12 A.D.I., B2662, fo 273, 369 vo, 370 vo

13 Ce « règlement » est évoqué dans un article par l’ingénieur des mines Héricard de Thury, 1841.

14 A.D.I., B 3333.

15 Voir dans ce volume : Garioud, La Maison de Savoie et ses mines d’argent. Analyse générale d’une politique minière (fin XIIIe-moitié XVIe siècle).

16 Benoit, Braunstein, 1983.

17 Bailly-Maître, Protat, 1997.

18 Bailly-Maître, 2002/a.

19 Pour l’histoire générale de Largentière lire : Mazon, 1992 ; pour les sources minières, lire : Bailly-Maître, 1996.

20 Bailly-Maître, 2002/a, p. 25-26.

21 Bailly-Maître, 1989.

22 La transcription et la traduction du texte en languedocien ont été faites par Monsieur J.-Y. Royer de Forcalquier ; Bailly-Maître, 2002/a, p. 177 et suiv.

23 Bonami, 1977.

24 Benoit, 1962 ; A.D. Bouches du Rhône. B 269, 2 mi 839.

25 Un programme de recherche pluridisciplinaire a débuté en 2000, sous la direction de A. Ploquin et M.-C. Bailly-Maître sur le thème Le plomb ancien du mont Lozère – À la recherche des mines, des minerais et des ateliers, des paysages et des hommes.

26 Bazalguette, 1964.

27 Morasz, Pulou, 1977.

28 Domergue, Leroy, 2000.

29 Léchelon, 1999.

30 Dossat, 1975.

31 Duparc, 1969.

32 Information Hélène Debax. Une étude de la politique minière des Trancavel figuera dans la publication des travaux du PCR La pierre, le métal, l’eau et le feu. Économie castrale en milieu audois (XIe-XIVe siècles), dirigé par M.-E. Gardel et M.-C. Bailly-Maître (parution prévue 2006).

33 Tous les textes entre guillemets sont extraits du rapport d’Hélène Debax pour le bilan d’activité du PCR La pierre, le métal, l’eau et le feu…

34 Recherche menée par l’auteur depuis 1982.

35 Laurent (S.), Mines et métallurgie du plomb argentifère sur le Mont Lozère (XIe-XVe siècles), maîtrise, Lyon 2, 2005.

36 Bailly-Maître, 2002/a, p. 193-196 ; Hesse, 1968, Première partie : Le régime juridique des mines, p. 13-275.

37 Bailly-Maître, Bruno-Dupraz, 1994, p. 47 d’après A.D.I. B 15bis fo 20

38 Bailly-Maître, Gauché, 2002.

39 A.N. AD X/1.35.

40 Isambert, 1821-1833, t. VII, p. 387.

41 Braunstein, 1993.

42 Bailly-Maître, 1989.

43 Héricart de Thury, 1841.

44 Léon, 1962.

45 Bailly-Maître, 2002/a, p. 117 et suiv.

46 Dossat, 1975.

47 Dubois, 1999.

48 A.N. AD X/1.35 ; Isambert, 1821-1833.

49 Un shell-keep est généralement un type de fortification que l’on trouve en Angleterre et en Normandie ; celui de Brandes est le seul identifié au sud de la Loire.

50 Marcellier, 1688-1710, fo 236.

51 Bailly-Maître, Bruno-Dupraz, 1994, p. 109.

52 A.D.I. B 3120, fo 66vo

53 Mazon, 1992.

54 Le site minier médiéval du Colombier, sur la commune de Sainte-Marguerite-Lafigère (Ardèche), est en cours d’étude par l’auteur.

55 Un programme de recherche historique et archéologique a débuté en 2003 et va durer plusieurs années. Pour le moment, seul le volet archéologique a été engagé.

56 Dubois, 1999.

57 L’étude de ce site est conduite par Florian Tereygéol, chercheur au CNRS UMR 5060 et Claude Dubois.

58 Giordanengo, 1974.

59 Les lignes concernant le château de l’Argentière ont été rédigées par Bruno Ancel, archéologue municipal au CCSTI de l’Argentière-La-Bessée, responsable des fouilles du Fournel.

60 Francovich, 1991.

61 Voir dans ce volume : Rous, Vilimek, Maly, Les positions fortifiées des aires minières médiévales dans les régions de Jihlava et de Havlíčkův Brod.

62 Bailly-Maître, 2004.

Table des illustrations

Légende Fig 1. Collégiale Saint-André de Grenoble
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig 2. Chantier minier souterrain de Brandes (Huez-38)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig 3. Le plateau de Brandes : situation du village, de la fortification, de l’église paroissiale et des mines
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Fig 4. Carte postale ancienne montrant l’emplacement des haldes médiévales (amas de pierres blanches) autour du bourg de Largentière (07)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig 5. Denier de Mende : saint-Privat (avers) coll. Cabinet des Médailles, cliché M. Dhénin
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig 6. Le shell-keep de Brandes surplombant le village et les mines
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig 7. Le shell-keep de Brandes : vue aérienne
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Fig 8. Situation des mines et des fortifications du district minier médiéval de Largentière (07)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Fig 9. Carte XVIIIe siècle montrant l’emplacement des « vieux travaux » miniers d’après SOULAVIE (Abbé), histoire naturelle de la France méridionale, 1780-1784
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Légende Fig 10. Le château de Montréal
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig 11. La Baume de Viviers, exploitation en grandes chambres et piliers
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig 12. Le château de Ségalière à Largentière : les mines médiévales ouvrent dans les abrupts rocheux sis en arrrière et sous le château
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Fig 13. Le bourg de Largentière (07) au cœur des chantiers miniers
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig 14. Le bas-relief des monnayeurs à Largentière (07)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig 15. La tour de Lafigère (07)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Fig 16. Situation des mines et des fortifications du Chassezac et de la Borne (07-48)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Fig 17. La chapelle castrale de Pied-de-Borne
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig 18. Le château de Pied-de-Borne
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig 19. Le Castel-Minier (Aulus-09)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29703/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Presses universitaires de Lyon, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search