Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mines et pouvoir au Moyen Âge

 | 
Marie-Christine Bailly-Maitre
, 
Jean-Michel Poisson

Introduction

Marie-Christine Bailly-Maître et Jean-Michel Poisson

Texte intégral

1Entre un haut Moyen Âge caractérisé par le contrôle public de la production minière et un bas Moyen Âge où le pouvoir royal se réapproprie laborieusement la mainmise sur l’exploitation des ressources métallifères et la frappe monétaire, la période centrale des XIe-XIIIe siècles est, dans ce domaine comme dans bien d’autres, celle d’une mainmise seigneuriale dans l’exploitation et l’utilisation des métaux, notamment l’argent, attestée par les textes et l’archéologie. L’intérêt des maîtres du ban pour l’exploitation des ressources naturelles s’est manifesté de façon prépondérante dans le secteur des minerais métalliques, et notamment en relation étroite avec les frappes monétaires. Le droit régalien de battre monnaie a en effet, par les concessions aux églises dès le IXe siècle, puis par les usurpations comtales au Xe siècle, connu un morcellement de plus en plus prononcé aussi bien dans le royaume capétien que dans l’empire. Dans les régions productrices de métaux précieux, les barons devenus maîtres d’un monnayage – qu’il soit encore au nom théorique du roi ou à leur propre nom – ont cherché, par le contrôle de la production métallique, à ne pas limiter leur bénéfice à celui du monnayage lui-même.

  • 1 La Roche de Rame, commune du canton de l’Argentière-La Bessée, Hautes-Alpes ; Cesana torinese, com (...)
  • 2 Appelt, 1975, p. 195-197 trad. F. Chartrain.
  • 3 Le diplôme du 13 janvier 1155 est confirmé en avril 1238 par Frédéric II (J.F. Böhmer, Regesta imp (...)
  • 4 Dans les deux actes de 1155 parmi une vingtaine de témoins, seuls quatre sont locaux (acte du 13 j (...)

2Un exemple caractéristique de cette démarche est fourni par le Dauphiné. Deux diplômes impériaux de 1155 semblent fonder le droit des comtes d’Albon à frapper monnaie. Par le premier acte, du 13 janvier, Frédéric Barberousse concède au Dauphin Guigues une mine d’argent à Rame (diocèse d’Embrun) et le droit de battre monnaie à Cesana (val de Suze)1 ; par le second, du 7 juillet, l’empereur concède au même Guigues la mine de Rame et le droit de frapper monnaie partout dans son comté. Si le premier document est bien un original authentique émanant de la chancellerie impériale, le second a été jugé contrefait par l’éditeur des Frederici I Diplomata, qui le définit « une copie exceptionnellement habile et à peu près contemporaine du diplôme authentique »2. Ayant en mains la concession impériale d’une mine et d’un droit très limité d’établir un atelier monétaire en Piémont, le Dauphin Guigues a fait réaliser à partir de là un faux qui transformait une autorisation ponctuelle en un privilège régalien général. C’est sur cette base, certes discutable, mais qui n’a semble-t-il pas été mise en cause par la suite3, que les Dauphins ont frappé monnaie à leur nom dans divers ateliers disséminés dans leur principauté, jusqu’au milieu du XIVe siècle. On peut donc en déduire que pour ce prince, la conjonction de la possession de mines d’argent – en deçà et au-delà des Alpes – et l’obtention du droit de frappe constituaient un enjeu suffisamment important pour justifier une manipulation de ce type, facilitée sans doute par la faible influence impériale sur la région4.

3Les informations aujourd’hui à la disposition du chercheur permettent de distinguer trois principaux temps dans l’histoire de l’activité minière et métallurgique. C’est au milieu du VIIe siècle qu’apparaît le denier d’argent. Cette monnaie reste en usage quasi exclusif jusqu’au XIIIe siècle avec le retour au bimétallisme, mais jusqu’au règne de Philippe IV, l’argent demeure le métal le plus utilisé, ce qui induit une recherche systématique des sources de métal blanc.

  • 5 Domergue, Leroy, 2000, p. 1-158.
  • 6 Le site est étudié par Florian Tereygéol, chargé de recherche au CNRS, UMR 5060 IRAMAT (Belfort).
  • 7 Tereygéol, 2005-2006.

4Pour l’heure, on connaît mal les sites miniers exploités avant l’an mil, et encore moins le contrôle dont leur exploitation fait l’objet5. Un exemple pourtant jette un éclairage sur la situation au IXe siècle, celui de Melle (Deux-Sèvres)6. La mine de Melle (Metalla) semble être un des premiers centres producteurs d’argent de l’empire carolingien. L’exploitation est directement liée à l’atelier monétaire implanté dans la ville même. Ce dernier figure dans l’Edit de Pitres (864) dont l’objet est de réglementer et limiter le nombre des ateliers monétaires. Les analyses isotopiques réalisées sur le minerai mellois et les monnaies provenant de cet atelier confirment le lien entre extraction minière et émissions monétaires7. Ce qui suppose un encadrement strict de l’activité sur l’ensemble de la chaîne opératoire.

  • 8 Bailly-Maitre, Dhénin, 2004, p. 43-65.

5Vient le temps de la croissance, à partir des XIe-XIIe siècle, temps qui se termine vers le milieu du XIVe siècle. Trois remarques fondamentales caractérisent cette période. L’essor démographique et économique entraînant une généralisation de l’économie monétaire nécessite une masse de métal monnayable, telle que les stocks anciens ne suffisent plus. Le résultat est une recherche et une exploitation frénétique du moindre gisement, quelle que soit sa richesse et quelles que soient les difficultés d’accès. C’est ainsi que l’on voit s’ouvrir des mines en haute altitude dans les Alpes8, ou sur des gisements de médiocre importance. On assiste à une véritable explosion d’activité en Provence, en Auvergne, et surtout sur l’ensemble de la bordure sud du Massif Central.

  • 9 Bailly-Maitre, 1997, p. 90-100.
  • 10 Benoit, Braunstein, 1983, p. 183-206.
  • 11 Bailly-Maitre, 1996, p. 3-10.
  • 12 Bailly-Maitre, 2002/a, p. 182-192.

6C’est aussi le moment où se développe une économie seigneuriale, dans le cadre du mouvement féodal. Un grand nombre de seigneurs importants accapare une partie des droits régaliens et veut battre monnaie. Les exemples sont nombreux et les sources écrites relatent à l’infini les conflits qui opposent les grands pour la possession des mines argentifères. Ainsi le district des Hurtières, en Maurienne (Savoie) est-il convoité, puis partagé, entre le seigneur des Hurtières et le comte de Savoie9. On y exploite principalement du cuivre, mais aussi de l’argent et de la sidérite. L’attention particulière du comte pour cette ressource est claire puisque une comptabilité spécifique est instaurée ; on conserve les comptes miniers de la châtellenie d’Aiguebelle pour les années 1338-135010. En Vivarais, les mines de Largentière font l’objet d’un bras de fer entre le comte de Toulouse et l’évêque de Viviers. Ce dernier a obtenu lui aussi de Frédéric Barberousse le droit de battre monnaie (chartes impériales de 1146 et 1177) ; sa principale source de matière première se trouve à Largentière. Plusieurs arbitrages et règlements sont nécessaires à la fin du XIIe siècle pour départager les droits de chacun : l’évêque de Viviers, le comte de Toulouse, les Sauve et Anduze, les Valentinois auxquels s’ajoutent des seigneurs de moindre importance11. La pression est forte, également, sur les exploitants. Chaque fois que la documentation existe, le constat est que les seigneurs ne laissent aucun répit aux exploitants. L’exemple le plus significatif se trouve dans le district minier de la baronnie d’Hierle (Gard)12. En 1228, une charte est imposée par les argentiers au seigneur de Sauve et Anduze. Cette charte de liberté est promulguée en réaction à un code plus ancien, probablement du XIIe siècle, réglementant de façon stricte l’activité minière. Onze articles, rédigés en occitan, prévoient chaque étape de l’exploitation, les problèmes qui peuvent en résulter et leur règlement, fixent le droit du bailli d’intervenir à tout moment, imposent un travail sans aucun arrêt supérieur à 14 jours consécutifs, etc…

  • 13 Bailly-Maitre, 2002/a, p. 150 et suiv.
  • 14 Dubois, 1999, p. 187-211.
  • 15 A.N., AD XII, 35 ; Isambert, 1821-1833.

7Enfin, c’est le temps de l’affirmation du pouvoir central et de la mainmise capétienne sur les sources de métal. Cette volonté s’exprime chaque fois qu’une faiblesse ou qu’un différent se manifeste dans l’exploitation13. Le roi intervient alors par le biais de son sénéchal ou de son bailli. Quelques exemples illustrent cette politique. C’est à l’occasion de la Croisade des Albigeois que le roi impose sa tutelle sur les districts miniers de Largentière (Ardèche), de Orzals (Aveyron) confié à Alphonse de Poitiers, etc… Le traité de Paris de 1229 fait entrer dans le domaine royal d’importantes régions minières au détriment du comte de Toulouse. Dans les Pyrénées, en 1319, un différent oppose Roger de Comminges, vicomte de Couserans et les exploitants de la mine qui se plaignent au sénéchal du roi. Ce dernier intervient au prétexte de régler le problème, mais le roi conserve la mine sous séquestre jusqu’en 134914. Tout au long du XIVe siècle le roi s’efforce de drainer le métal blanc vers les ateliers monétaires en augmentant son prix d’achat et en interdisant, en 1346, en 1348, en 1355 et en 1356, son exportation en dehors du royaume. Cette lente évolution aboutit à l’ordonnance de 1413 : Charles VI, par lettres patentes, promulgue le premier règlement minier du droit français, déjà en gestation en 132115. Cet acte fondamental marque la fin des droits seigneuriaux sur les mines. Il est confirmé par Charles VII en 1437. C’est dans le même esprit que Jacques Cœur, argentier du roi, en vertu d’une convention particulière avec ce dernier, a le gouvernement de toutes les mines d’or et d’argent du royaume. Il intervient notamment très directement dans le fonctionnement de la monnaie de Montpellier.

  • 16 Voir dans ce volume Berthet (M.-P.), Pouvoir et industrie minière en Provence.
  • 17 Voir dans ce volume Garioud (N.), La Maison de Savoie et ses mines d’argent. Analyse générale d’un (...)

8Le milieu du XIVe siècle est marqué par une terrible crise démographique et économique, qui affecte l’ensemble de l’Europe. L’exploitation minière, activité stratégique et très sensible, est touchée de plein fouet par cette situation, sans pour autant que l’activité soit totalement arrêtée. Le XVe siècle voit la reprise de l’économie et les grands incitent fortement au redémarrage et au développement de l’activité minière. Cette politique, menée par le roi de France, l’est aussi en Provence par le roi René16 ou par le duc de Savoie17.

9Mais le XVe siècle s’achève sur la découverte du Nouveau Monde et de ses richesses minières dont l’afflux en Europe va changer de façon radicale les données. C’est aussi le moment où les grands districts de l’Europe Centrale (Slovaquie, Bohême, Tyrol, Hartz, etc…) connaissent un formidable essor. Exploités dès le Moyen Âge, ces grands gisements de cuivre argentifère gagnent la réputation qu’on leur connaît à partir du moment où les progrès de la métallurgie permettent de séparer l’argent du cuivre sans grandes pertes (le principe du ressuage ou saigerprozess). Parallèlement, le développement de l’artillerie engendre des besoins accrus en cuivre.

  • 18 Hesse, 1968.

10Désormais, seuls quelques grands seigneurs possèdent la totalité du contrôle de l’activité et légifèrent à l’échelon des États18 ; le capital et les bourgeois sont entrés en scène. Le monde des mines et de la métallurgie a radicalement changé au cours du long Moyen Âge.

  • 19 Cf. par exemple pour le Dauphiné : Bautier, Sornay, 1968 ; comptes des mines, p. 126 ; comptes rel (...)
  • 20 Braunstein, 1992.

11Pour l’étude de cette question des rapports entre la production minière et son contrôle seigneurial, plusieurs types de sources sont généralement mis à contribution. La documentation textuelle médiévale constitue un corpus hétérogène à la fois dans sa répartition chronologique et dans sa typologie. Si les chartes sont plutôt rares et parfois sujettes à caution, la documentation sérielle du bas Moyen Âge offre un ensemble copieux et encore en bonne part sous-exploité, notamment en ce qui concerne les comptabilités châtelaines et la documentation relative aux monnayages19. Il faut citer aussi une documentation spécifique, les règlements miniers, dont quelques exemples ont été conservés, et qui fournissent une source d’informations incomparables, d’ailleurs assez largement exploitée20.

12C’est sans doute de l’archéologie que l’on peut attendre le plus de données nouvelles. L’archéologie extensive, en premier lieu, en organisant de vastes prospections dans des zones de production minière attestées par la géologie d’une part, mais aussi par des indices d’exploitation ancienne ou plus récente. Une carte archéologique est ainsi en train de se dessiner, à l’intérieur de laquelle certaines régions sont particulièrement avancées (Lorraine, Alpes, Massif central, Midi, etc.). Ces enquêtes portent à la fois sur les types de ressources exploitées, les modalités de l’exploitation en prenant en compte une chronologie longue, et les relations entre l’activité extractrice, l’organisation des territoires et le peuplement. En second lieu, la fouille de sites miniers, si elle s’est concentrée sur un petit nombre d’exemples étudiés en profondeur, n’a concerné qu’une faible partie des sites recensés.

13La recherche en archéologie minière est née dans les années 1970. Elle a débuté par les travaux de Claude Domergue sur les mines antiques d’Espagne et par les investigations, au départ non archéologiques, de géologues-spéléologues comme Pierre Fluck et Bruno Ancel, dans les Vosges sur des sites du XVIe siècle. Dès 1977 s’engageait l’étude du site médiéval de Brandes (Huez-Isère) par Marie-Christine Bailly-Maître et en 1980, celle de la mine de Jacques Cœur à Pampailly dans le Lyonnais par Paul Benoit. Cette période pionnière a donné naissance, en 1982, à une association regroupant initialement cinq personnes. Très vite, de nouveaux chercheurs se sont joints à ce noyau et l’archéologie minière a pris un essor formidable, faisant de la France un exemple dans ce domaine. Cet essor a été possible grâce au dynamisme des chercheurs, mais aussi grâce au Ministère de la Culture qui a encouragé cette discipline par le biais des programmes H27, puis H3. Cette association regroupe maintenant près de 80 participants. Elle s’intitule la Société Archéologique Française d’Étude des Mines et de la Métallurgie (SAFEMM). Chaque année, une rencontre a lieu, afin que chacun présente son travail.

14Au fil du temps, cette recherche a évolué dans différentes directions. Sur le plan de la chronologie, puisque des travaux se développent aussi bien sur la Protohistoire, l’Antiquité, le Moyen Âge, les Temps Modernes et le Contemporain avec l’archéologie industrielle. D’ailleurs, le programme 25 du Ministère de la Culture s’intitule, depuis 1994 : Histoire des techniques de la Protohistoire au XVIIIe siècle et Archéologie industrielle. Ce cadre institutionnel a fait rentrer les mines et la métallurgie dans l’histoire générale des techniques, au contraire des programmes H27, puis H3 qui leur étaient exclusivement consacrés. Sur le plan géographique, également, puisque des programmes couvrent la quasi totalité du territoire national et que des collaborations se développent avec l’Italie, l’Espagne, la Grèce, l’Angleterre, la République tchèque. Sur le plan de la problématique, après s’être intéressée principalement aux aspects techniques – techniques de conduite des chantiers miniers, techniques de transformation du minerai – la recherche a intégré les questions économiques, politiques, sociales, juridiques et paléo-environnementales liées à l’activité minière. Enfin, l’approche est résolument pluridisciplinaire avec, chaque fois que cela est possible, l’appel aux archives, au terrain, à l’archéométrie et à l’expérimentation.

  • 21 La liste des opérations et des responsables de ces recherches n’est pas exhaustive et a pour princ (...)

15Aujourd’hui, les principaux programmes s’articulent autour de plusieurs thèmes21.

  • 22 B. Cauuet CNRS UTAH.
  • 23 P. Abraham CNRS UTAH.
  • 24 A. Beyrié société Arkémine.
  • 25 C. Domergue CNRS UTAH, M. Favre Université Toulouse-Le Mirail UTAH.
  • 26 B. Ancel, Service Cuturel L’Argentière – La Bessée ; D. Morin CNRS UTAH.
  • 27 M.-C. Bailly-Maître LAMM CNRS-Université de Provence ; P Benoît Paris 1 ; N. Garioud doctorante Pa (...)
  • 28 M.-C. Bailly-Maître LAMM CNRS-Université de Provence, B. Léchelon, CNRS UTAH, A. Ploquin CNRS CRPG (...)
  • 29 J. Girard, doctorant CNRS UTAH.
  • 30 F. Tereygéol CNRS IRAMAT.
  • 31 P. Fluck Université de Mulhouse ; B. Bohly association ASEPAM.
  • 32 F. Pierre association SESAM ; J. Gandemange.

16Pour les périodes anciennes, les aurières et stannières gauloises ou gallo-romaines du Limousin, de la Corrèze, du Pays Basque22 ou encore les stannières antiques de l’Aveyron23 sont au centre de recherches systématiques. Les déchets de la métallurgie antique du fer sont recherchés, inventoriés, analysés en Pays Basque24 et dans les Pyrénées25. Plusieurs programmes s’intéressent aux mines et la métallurgie médiévales, en particuliers prospections, fouilles programmées et analyses ont comme objets les sites liés à la production de l’argent métal. Les programmes les plus lourds se développent sur les régions Provence-Alpes-Côte-d’Azur26, Rhône-Alpes27, Languedoc-Roussillon (bordure sud du Massif Central)28 et Midi-Pyrénées29. Le Poitou occupe une place particulière avec la mine carolingienne de Melle30. Si l’on regarde vers des temps plus récents, il faut signaler les travaux réalisés en Alsace31, en Lorraine32 pour les périodes modernes. L’archéologie industrielle tente timidement de faire sa place dans la recherche française, mais avec beaucoup de difficultés.

  • 33 Naissance et développement…, 2004.

17Des villes sont nées de l’activité minière à toutes époques. Leur histoire était au cœur du colloque qui s’est tenu à Liévin, en 200233. Qu’en était-il au Moyen Âge ?

  • 34 Bailly-Maitre, 2004, p. 215-227.

18Les mines de métaux précieux ont attiré une main d’œuvre spécialisée. Où vivait le personnel, depuis l’ouvrier du marteau qui « rompt la mine en la montagne », jusqu’aux cadres et aux exploitants auxquels s’ajoutent peut-être les charbonniers, les transporteurs, et tout le microcosme qui gravite autour des mines ? Le colloque de Liévin a été l’occasion de faire le point sur ce sujet. Un article était consacré aux villes ou bourgs dont l’existence est directement liée à une mine34. Quelques cas illustrent cet état de fait sans ambiguïté.

  • 35 Héricart De Thury, 1841, p. 248-273, p. 296.
  • 36 Marion, 1869.
  • 37 A.D.I., 4 E 29, 1G1 (Regeste du XVe siècle).
  • 38 A.D.I., VIII B 212, fo 40 (comptes de la châtellenie d’Oisans, 1328, 1344).

19Le premier se trouve dans le massif de l’Oisans (Isère). Il s’agit de l’agglomération de Brandes. Du milieu du XIIe au milieu du XIVe siècle un habitat permanent occupe un haut plateau tourbeux, à 1840 m d’altitude. Cet habitat s’organise autour d’une mine de plomb argentifère et forme rapidement une agglomération comprenant une fortification, une église entourée de sa nécropole, des maisons de mineurs vivant en famille, des ateliers de minéralurgie et enfin de vastes aménagements hydrauliques. Un ensemble d’éléments permet d’affirmer que l’on se trouve en présence d’une véritable ville minière, et même, si l’on ne redoute pas les anachronismes, d’un coron. La ville possède ses consuls35, l’église a rang de paroisse36, on y trouve deux moulins37, un four38 et environ 80 habitations. La richesse du mobilier archéologique montre que des personnages de qualité y séjournaient. L’organisation spatiale du site évoque une création artificielle, faite rapidement sur ordre d’une autorité supérieure (le Dauphin ?). Les bâtiments sont étagés sur trois à quatre rangées, le long de rues, quasi mitoyens, à l’image des cités ouvrières du siècle dernier.

20Si le site de Brandes est exceptionnel par son implantation géographique, ce n’est pourtant pas un cas isolé. On assiste à la création d’autres « agglomérations minières » au Moyen Âge. Toutes ne sont pas aussi bien connues que Brandes, soit parce qu’elles sont encore occupées de nos jours, soit parce que leur étude archéologique ou historique n’a pas encore été engagée.

  • 39 Chevalier, 1871, p. 1… potestas mea de Rama
  • 40 Sclafert, 1926.
  • 41 A.D.I., B 2662, fo 469.
  • 42 Roman, 1886, p. 61-72.

21L’histoire du bourg actuel de l’Argentière – La Bessée est assez significatif. Le Dauphin, présent en Briançonnais depuis le milieu du XIe siècle, s’efforce très vite de s’emparer des richesses minières. Ces mines sont incluses dans le territoire de la seigneurie de Rame, aux mains du comte de Forcalquier39. Elles sont concédées, en 1155, par Frédéric Barberousse au Dauphin Guigues V, avec droit de battre monnaie à Cesana en Piémont40. La mainmise delphinale sur le secteur se confirme quand, en 1202, le Dauphin épouse la petite fille du comte de Forcalquier et reçoit en dot le mandement de L’Argentière et les revenus miniers qui s’y attachent. Le Probus, en 1250, rappelle cet état de fait survenu au début du XIIIe siècle41. C’est dans le contrat de mariage de Guigues-André Dauphin et de Béatrix, que le nom de l’Argentière apparaît pour la première fois. C’est la découverte des mines qui entraîne la création du bourg de l’Argentière et sa séparation d’avec celui de La Bessée, plus ancien42.

  • 43 Bréchon, 2000, remet en cause l’authenticité de ce document. En attente de preuves indiscutables en (...)

22Dans le Vivarais (Ardèche), le toponyme de Largentière désigne une bourgade florissante au Moyen Âge. L’architecture du bourg actuel de Largentière témoigne d’une ville médiévale riche, datant des XIIe-XIIIe siècles, moment de pleine exploitation des mines : grandes maisons de pierres, avec mezzanines et terrasses ; ensemble de tours et de fortifications dans les hameaux qui entourent Largentière en un système de surveillance et de défense puissant, renforcé par le rempart qui entoure la ville. L’église paroissiale adopte très tôt un style gothique raffiné. Enfin, le bourg de Largentière obtient dès 1208 une charte de franchise qui comporte des articles relatifs aux mines et possède également une représentation de consuls43. Témoignage actuel de l’importance passée, Largentière conserve son rang de sous-préfecture de l’Ardèche, alors que la ville s’est endormie. Rien, sinon sa création sur un district minier argentifère, ne prédisposait cette cité, éloignée de l’axe de circulation Privas-Alès, à occuper la place qu’elle a occupé au cours de l’histoire. La carte de localisation des entrées de mines médiévales, dressée grâce aux prospections archéologiques, montre à quel point la ville ancienne s’est implantée sur les chantiers extractifs.

  • 44 Germer-Durand, 1868.

23Au cœur des Cévennes gardoises, au fond d’une vallée encaissée et isolée, le bourg de Saint-Laurent-le-Minier est au centre d’un important district minier exploité aux XIIe -XVe siècles pour cuivre et argent, au sein de la baronnie d’Hierle. La fondation médiévale de Saint-Laurent-le-Minier ne fait pas de doute puisque le qualificatif de minier est déjà accolé au nom au XIVe siècle : Sanctus Laurentius de Meneria en 132044. Comme à Largentière-en-Vivarais, la mine semble la seule raison d’être de cette petite ville dont la situation géographique ne permet aucun développement économique.

24Ainsi on découvre en France de petites villes nées du fait minier au Moyen Âge, dont le dynamisme s’est poursuivi avec des aléas jusqu’au XXe siècle grâce au maintien de cette activité économique, et qui meurent lentement depuis la fermeture des mines.

  • 45 Francovich, 1991.

25À l’étranger, on observe quelques cas intéressants. Le site italien de Rocca San Silvestro, (Toscane), est par bien des points comparable à Brandes. Le village naît, au XIe siècle, de la volonté d’une famille seigneuriale influente, dans l’unique but d’exploiter les mines d’argent qui se trouvent tout autour, au cœur du district des Monts Métallifères de Toscane, à proximité de la riche ville de Massa Marittima. Le choix de l’implantation du village est dicté par la localisation des gisements métallifères car les constructions s’installent sur un piton calcaire, sans aucun point d’eau. La fouille du site a permis de retrouver le château (rocca), l’église, le cimetière, les habitations, les mines et les ateliers45. Le mobilier mis au jour témoigne, comme à Brandes, du niveau de vie élevé des habitants de San Silvestro. S’il est impossible d’affirmer que la mine a occupé la totalité de la population, ce petit centre n’aurait pas existé sans la présence du minerai argentifère. La conception urbanistique semble correspondre à une réflexion menée au moment même de l’installation du site : le château occupe le sommet de la rocca, l’église est située immédiatement en dessous, et les habitations s’enroulent en éventail autour du rocher, ce qui est un dispositif classique ; les mines, la forge et les aires de minéralurgie se trouvent à l’extérieur du mur d’enceinte du village, alors que les ateliers de métallurgie sont, eux, à l’intérieur. Dès l’arrêt de l’exploitation, le village est déserté ; une réoccupation médiévale plus tardive par des bergers redonne, un temps, vie à ce village.

  • 46 Dahm, Lobbedey, Weisgerber, 1998.

26Une recherche sur une mine argentifère située dans l’Altenberg (Allemagne), exploitée au XIIIe siècle, a été récemment publiée46. L’étude et la fouille ont porté sur les vestiges miniers, métallurgiques, mais aussi sur la « colonie » associée, c’est-à-dire les lieux de vie des travailleurs. Les fouilles ont permis de trouver des maisons de mineurs et des témoignages de leur vie quotidienne. La situation semble y être très comparable au mode de vie à Brandes à la même époque.

27Le destin de chacune de ces villes ou bourgades médiévales est un cas particulier. Certaines cessent d’exister dès le Moyen Âge, ou s’endorment au XXe siècle, mais toutes ont en commun d’être étroitement liées au fait minier ; leur survie plus ou moins longue s’explique par le maintien ou non d’une activité minière jusqu’à nos jours. L’arrêt des mines provoque, dans presque tous les cas, le déclin de la cité car le plus souvent sa situation géographique ne lui permet aucune reconversion. Toutes, enfin, sont liées à l’exploitation médiévale de l’argent, seul minerai ayant une réelle valeur stratégique et politique.

1155 (13 janvier), Rivarolo Canavese.
L’empereur Frédéric Ier concède à Guigues Dauphin les bénéfices héréditaires qu’il possède justement, et il y ajoute une mine d’argent à Rame et le droit de frapper monnaie à Cesana.
In nomine sancte et individue trinitatis. Fredericus divina favente clementia Romanorum rex. Regalis providentie decet intuitum de se bene meritos condignis sublimare honoribus et munificis ampliare et dilatare provectibus. Notum igitur facimus omnibus Christi regnique nostri fidelibus, quod fideli nostro Guigoni Delfino comiti Gratianopolitano omnia beneficia, que hereditario iure usque ad nostra tempora iuste possedit, in posterum libere et quiete possidere concedimus. Insuper autem argenti fodinam, que est in potestate Rame, cum omni utilitate, que nunc vel in posterum inde provenire potest, quia ad regalia spectare cognoscitur, predicto comiti in beneficium consilio principum addidimus et de cetero quiete et libere possidendum tam sibi quam suis successoribus concessimus. Preterea potestatem condendi et fabricandi novam monetam in villa, que dicitur Sesana, que sita est ad radicem montis Iani, quia ibidem antea monete fabrica non erat, a nostra maiestate impetravit. Ut autem huius nostre concessionis donum omni evo inconvulsum permaneat, hanc inde paginam conscribi et sigilli nostri inpressione corroborari iussimus. (…)
(A.D.I., B 3162, éd. H. APPELT, Die Urkunden Friedrichs I. 1152-1158 (MGH, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, X-1, Hanovre, 1975, no 97).

1155 (7 juillet), sur le territoire de Frascati.
L’empereur Frédéric Ier concède à Guigues Dauphin une mine d’argent près de Rame, ainsi que le droit d’établir un atelier monétaire où que ce soit dans soncomté.
In nomine sancte et individue trinitatis. Fredericus divina favente clementia Romanorum imperator augustus. Si fidelium nostrorum provectibus clementer annuimus et eis profutura gratiose largimur, non solum eos ad nostrum et imperii servitium obligamus, verum etiam et alios exemplo illorum in nostris et imperii obsequiis efficaces reddimus Quocirca omnium tam futurorum quam presentium Christi imperiique fidelium sollers noverit industria qualiter nos fidem et devotionem, quam fidelis noster Gygo Delfinus, comes Albionensis, circa imperium et nostre majestatis personam indefesso studio exhibere consuevit, approbamus, approbatam condigne remunerare eumque imperialibus beneficiis ampliare decrevimus.
Unde argenti fodinam, que est juxta Ramas, in archiepiscopatu Ebredunensi, ipsi iuste et legaliter, imperiali auctoritate, et suis successoribus, hereditario iure, in feodum, cum omni usu et utilitate que exinde provenire possunt, concedimus, donamus atque largimur. Preterea monetam, ubicumque in comitatu suo, ubicumque commodius et utilius sibi visum fuerit, libere statuendam et ordinandam, omni contradictione remota, item imperiali auctoritate concedimus, statuentes ut nullus archiepiscopus, episcopus, dux, marchio, comes, vicecomes, nulla denique imperii nostri magna seu parva persona de hiis beneficiis disvestire, molestare, inquietare presumat prefatum comitem eiusque successores. Sed, ut usibus eorum, omni contradictione postposita, salva tamen imperiali justicia, eternaliter proficiant, presentem paginam, sigilli nostri impressione munitam, imperiali banno ratam et inconvulsam sub pena centum librarum auri firmamus atque stabilimus. (…)
(A.D.I., B 3162, éd. H. APPELT, ibidem, no 115).

28Les pages qui suivent constituent l’édition des actes d’une rencontre scientifique qui s’est tenue à Lyon sous le titre « Pouvoir châtelain et exploitation minière au Moyen Âge », le 15 mai 2002. La contribution de l’équipe tchèque a été intégrée à cette publication car elle apporte un éclairage différent sur la question. Là, le rapport au pouvoir n’a pas encore été établi car la recherche n’est pas assez avancée, mais la multiplication des sites fortifiés implantés sur, ou à proximité, de sites extractifs et de traitement du minerai suggère plusieurs explications. Certes ils ont eu pour fonction de protéger les mineurs et les minerais, mais on ne peut pas exclure qu’ils ont été édifiés sur la volonté de riches seigneurs ou propriétaires de mines et qu’ils symbolisent également un certain rapport de pouvoir.

29Les organisateurs remercient l’UMR 5648 Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux et Université Lumière-Lyon 2 qui en ont permis la tenue et l’édition, ainsi que F. Chartrain, B. Maccari-Poisson et A.-M. Weil pour les traductions.

Notes

1 La Roche de Rame, commune du canton de l’Argentière-La Bessée, Hautes-Alpes ; Cesana torinese, commune de la province de Turin.

2 Appelt, 1975, p. 195-197 trad. F. Chartrain.

3 Le diplôme du 13 janvier 1155 est confirmé en avril 1238 par Frédéric II (J.F. Böhmer, Regesta imperii V-1, p. 467).

4 Dans les deux actes de 1155 parmi une vingtaine de témoins, seuls quatre sont locaux (acte du 13 janvier).

5 Domergue, Leroy, 2000, p. 1-158.

6 Le site est étudié par Florian Tereygéol, chargé de recherche au CNRS, UMR 5060 IRAMAT (Belfort).

7 Tereygéol, 2005-2006.

8 Bailly-Maitre, Dhénin, 2004, p. 43-65.

9 Bailly-Maitre, 1997, p. 90-100.

10 Benoit, Braunstein, 1983, p. 183-206.

11 Bailly-Maitre, 1996, p. 3-10.

12 Bailly-Maitre, 2002/a, p. 182-192.

13 Bailly-Maitre, 2002/a, p. 150 et suiv.

14 Dubois, 1999, p. 187-211.

15 A.N., AD XII, 35 ; Isambert, 1821-1833.

16 Voir dans ce volume Berthet (M.-P.), Pouvoir et industrie minière en Provence.

17 Voir dans ce volume Garioud (N.), La Maison de Savoie et ses mines d’argent. Analyse générale d’une politique minière (fin XIIIe-1ère moitié du XVIe siècle).

18 Hesse, 1968.

19 Cf. par exemple pour le Dauphiné : Bautier, Sornay, 1968 ; comptes des mines, p. 126 ; comptes relatifs aux monnaies, p. 239-243.

20 Braunstein, 1992.

21 La liste des opérations et des responsables de ces recherches n’est pas exhaustive et a pour principal objectif de montrer la diversité des thèmes et des régions abordés.

22 B. Cauuet CNRS UTAH.

23 P. Abraham CNRS UTAH.

24 A. Beyrié société Arkémine.

25 C. Domergue CNRS UTAH, M. Favre Université Toulouse-Le Mirail UTAH.

26 B. Ancel, Service Cuturel L’Argentière – La Bessée ; D. Morin CNRS UTAH.

27 M.-C. Bailly-Maître LAMM CNRS-Université de Provence ; P Benoît Paris 1 ; N. Garioud doctorante Paris 1.

28 M.-C. Bailly-Maître LAMM CNRS-Université de Provence, B. Léchelon, CNRS UTAH, A. Ploquin CNRS CRPG, F. Tereygéol CNRS IRAMAT.

29 J. Girard, doctorant CNRS UTAH.

30 F. Tereygéol CNRS IRAMAT.

31 P. Fluck Université de Mulhouse ; B. Bohly association ASEPAM.

32 F. Pierre association SESAM ; J. Gandemange.

33 Naissance et développement…, 2004.

34 Bailly-Maitre, 2004, p. 215-227.

35 Héricart De Thury, 1841, p. 248-273, p. 296.

36 Marion, 1869.

37 A.D.I., 4 E 29, 1G1 (Regeste du XVe siècle).

38 A.D.I., VIII B 212, fo 40 (comptes de la châtellenie d’Oisans, 1328, 1344).

39 Chevalier, 1871, p. 1… potestas mea de Rama

40 Sclafert, 1926.

41 A.D.I., B 2662, fo 469.

42 Roman, 1886, p. 61-72.

43 Bréchon, 2000, remet en cause l’authenticité de ce document. En attente de preuves indiscutables en faveur ou défaveur de cette charte, les éléments qu’elle contient sont retenus ici.

44 Germer-Durand, 1868.

45 Francovich, 1991.

46 Dahm, Lobbedey, Weisgerber, 1998.

© Presses universitaires de Lyon, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540