Version classiqueVersion mobile

Aux marges des villes modernes

 | 
Yannick Jambon

I. Les spécificités sociales et spatiales de territoires en marge de la ville

Morphologies spatiales et faciès architectural des faubourgs

Texte intégral

1Les historiens ne sont certes pas forcément les mieux placés pour étudier les mécanismes du développement urbain et les particularités du bâti. Géographes, architectes ou urbanistes sont bien souvent plus qualifiés que les serviteurs de Clio pour s’attaquer à ces domaines d’étude. Pour autant, une première approche peut-être ici réalisée au sujet des faubourgs, sans manifester la prétention de réaliser un travail à la hauteur de ce que pourraient faire les spécialistes des autres disciplines précédemment nommées. La finalité est de réaliser un simple et succinct constat de ce que les sources nous laissent entrevoir au sujet de la morphologie, du bâti et de la trame viaire faubouriens. Quels visages les faubourgs donnaient-ils à voir ?

Un modèle morphologique dominant, mais pas exclusif

  • 1 Jean-Pierre Paulet, Les Banlieues françaises, op. cit., p. 25. À ce sujet, les géographes parlent (...)

2Il a été expliqué que le faubourg constituait sous l’Ancien Régime un espace où le développement urbain était en général non planifié, sauf à de rares exceptions intéressant essentiellement de grandes agglomérations. Les individus s’y installaient donc spontanément, en fonction de différents impératifs, dont le principal était d’ordre économique. En d’autres termes, ce sont les activités dominantes du faubourg qui conditionnèrent généralement son plan et façonnèrent sa morphologie spatiale. Cette malléabilité suburbaine n’est d’ailleurs pas propre à l’Ancien Régime. Encore aujourd’hui, les géographes s’intéressent aux modalités de l’étalement urbain, guidé notamment par les axes autoroutiers ou par les voies rapides1.

  • 2 Jean Merley (dir.), Histoire de Saint-Étienne, op. cit., p. 51.
  • 3 AM de Lyon, 1 S 76, Vue cavalière de La Guillotière en 1697, par Henri Verdier.
  • 4 Une gouache de 1603, intitulée La Ville de Lille du costé de la porte de Molinel, représente bien (...)
  • 5 AM d’Angoulême, MAP2T4, nº 27, Plan d’Angoulême par de Bresme, vers 1760.
  • 6 AM de Toulouse, ii 680, Plan de la ville de Toulouse, par Du Carla de Puilauron, 1777-1789.
  • 7 AM d’Angers, 1 Fi 1572, Portraict au vray de la ville et faux-bourgs d’Angers, par Claude Ménard, (...)
  • 8 AM d’Angers, 1 Fi 1576, archive citée.
  • 9 AD de l’Isère, 1 Fi 2097, archive citée.
  • 10 AM de Romans, 8 Fi 10, Plan de Romans, 1789.
  • 11 AD du Loiret, 1 Fi 403, Plan d’Orléans avec ses environs, par Charles Inselin, 1713.

3La morphologie spatiale de faubourg la plus fréquente était sans aucun doute le faubourg-rue, qui pouvait engendrer une urbanisation en « doigts de gant », de part et d’autre des voies de communication, lorsque plusieurs axes importants partant de la ville se développaient simultanément. Ainsi, dès le xvie siècle à Saint-Étienne, les principaux faubourgs (ceux de Roannel, de Furan et d’Outre-Furan) s’étendirent le long des deux grandes voies d’accès au bourg initial2. Le faubourg de la Guillotière, à Lyon, s’étirait lui aussi le long de la route menant à Grenoble. Sa longueur atteignait plusieurs centaines de mètres ; la Vue cavalière de la Guillotière en 1697, réalisée par Henri Verdier depuis le point de vue qu’offrait la colline du Vinatier, met en évidence l’étirement considérable des constructions3, à l’exemple de celui que Lille pouvait présenter au début du xviie siècle4. Presque partout, ce type de faubourg peut être retrouvé. À Angoulême, le faubourg de l’Houmeau était comme un long alignement de maisons encadrant une route parallèle à la Charente5. À Toulouse, le faubourg Arnaud-Bernard présentait aussi cette même morphologie spatiale à la fin du xviiie siècle6. À Angers, le Portraict au vray de la ville et faux-bourgs d’Angers datant de 16387, montre pareillement (avec quelques problèmes de distorsion dans les proportions) un étirement des faubourgs Saint-Michel, Bressigny et Saint-Samson, confirmé par un plan plus récent d’un siècle8. À Grenoble, le faubourg Très-Cloître présentait toujours, au xviiie siècle, le paysage d’un alignement de bâtisses en direction du sud-est9. Face à Romans, Bourg-de-Péage ne prit jamais la forme d’une petite ville de la modernité, demeurant un faubourg-rue de plus de 700 mètres10. À Orléans, les faubourgs Saint-Jean et Saint-Vincent avaient encore une morphologie identique en 1713, malgré des tailles relativement réduites11.

Le vray portraict de la ville et cité de Romans, 1575.

Le vray portraict de la ville et cité de Romans, 1575.

Plan d’Orléans avec ses environs, par Charles Inselin, 1713.

Plan d’Orléans avec ses environs, par Charles Inselin, 1713.

Vue cavalière de la Guillotière, par Henri Verdier, 1697.

Vue cavalière de la Guillotière, par Henri Verdier, 1697.
  • 12 Voir la mise au point de René Lebeau sur cette morphologie des villages-rues, théorisée en France (...)

4En d’autres termes, cette configuration faubourienne annonçait l’émergence des villages-rues, traversés par les grandes routes nationales et départementales à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, en raison de l’accroissement des déplacements par voie de route à cette période12. Les faubourgs de la modernité présentaient en effet les mêmes particularités : le passage de flux de transit importants et un caractère encore en partie rural laissaient plus de facilités aux aménagements spontanés.

  • 13 Pierre Goubert lui-même indiquait dans un souci de synthèse : « Toutes les villes ont habituelleme (...)
  • 14 Le meilleur exemple est donné par l’ouvrage de l’américaine Marjorie Nice Boyer, Medieval French B (...)
  • 15 BNF, Cartes et Plans, Ge DD 2987 (1192), Carte particulière de Tours avecq le paisage mis en relie (...)
  • 16 AD des Bouches du Rhône, 1 Fi 175, Plan géométrique de la ville d’Arles et du faubourg de Trinquet (...)
  • 17 AM de Nantes, 1 F1 587, Plan de Nantes, par Nicolas de Fer, 1716.

5Cette prédominance du modèle de faubourg-rue a pu conduire à penser que cette morphologie spatiale était valable partout, et pour tous les faubourgs13. Il n’en est rien. Plus rarement, certains faubourgs se développant sur la rive d’un cours d’eau opposée à la ville prennent une forme de « T ». Deux axes structurent alors l’espace : l’un est parallèle au cours d’eau et le longe, tandis que l’autre s’inscrit dans la continuité du pont menant à la ville. Les rares historiens qui se sont intéressés au rôle des ponts n’ont pour l’instant pas jugé pertinent d’évoquer leur fonction dans la structuration des espaces urbains et suburbains14. À Orléans, le faubourg Saint-Marceau fait clairement apparaître une telle forme en T, de même que le faubourg Saint-Sever à Rouen. À Tours, le faubourg Saint-Symphorien se développa selon les mêmes modalités sur la rive droite de la Loire et présente une morphologie similaire dès le début du xviie siècle15. À Arles, un plan du début du xixe siècle laisse supposer que le faubourg de Trinquetaille, sur la rive droite du Rhône, présentait la même disposition16. À Nantes, au début du xviiie siècle, le grand faubourg de la Fosse était constitué par deux alignements de constructions perpendiculaires : l’un longeait la Loire et vivait au rythme des activités portuaires, l’autre partait en direction du monastère des Capucins17.

  • 18 Deux dessins réalisés par Jean-Baptiste Lallemand, datant de la fin du xviiie siècle, témoignent d (...)
  • 19 AD des Bouches-du-Rhône, 1 Fi 976, Plan et enceintes de Marseille en l’an 1597. Le faubourg n’appa (...)

6Cette forme en « T » nécessitait toutefois la présence d’un quai et suppose l’absence de crues trop fréquentes. Ainsi, à Lyon, en partie en raison des débordements répétés du Rhône, le faubourg de la Guillotière ne revêtit qu’un aspect de faubourg-rue. À Mâcon, le faubourg Saint-Laurent, qui s’était bâti le long de la Saône et de la route menant à Bourg-en-Bresse18, ne présentait pas de véritable quai pour les mêmes raisons, et avait donc une morphologie linéaire perpendiculaire à la rivière. Les morphologies faubouriennes en « T » ont pu aussi se développer sans la présence de cours d’eau, mais en raison des contraintes de relief. Le faubourg de la porte d’Aix, coincé entre les murailles et les collines surplombant Marseille, grandit selon ce modèle, avant son intégration à l’intérieur des murailles dans la deuxième moitié du xviie siècle19.

  • 20 Voir supra, dans le chapitre « Les marqueurs de la profonde hétérogénéité faubourienne », la secti (...)
  • 21 AM d’Angers, 1 Fi 1571, Plan de la ville et fauxbourgs d’Angers et des environs, par Thibaudeau, 1 (...)
  • 22 Appelé « faubourg » dans un plan de 1776 (1 Fi 1576, archive citée), il est qualifié de « village  (...)
  • 23 AD de Seine-Maritime, cartes et plans nº 1342, Plan de Rouen, par Jacques Gomboust, 1655.
  • 24 Voir le plan de cette ville dont il a été question plus haut, Archives départementales de l’Héraul (...)
  • 25 Les archives départementales du Gard présentent de multiples particularités : des documents perdus (...)
  • 26 AD de l’Isère, 1 Fi 2097, archive citée. Voir également le Plan de la ville et citadelle de Montpe (...)
  • 27 Voir par exemple Jean Bastié & Bernard Dézert, L’Espace urbain, Paris, Masson, 1980, p. 53.

7Dans certains cas, plus rares, les faubourgs pouvaient s’amasser en tas autour d’une église et / ou d’une place ; il n’est alors pas exagéré de parler de « faubourgs-villages ». Rien sur les cartes ne distingue morphologiquement ces espaces des villages alentours. D’ailleurs, dans certains cas, la forte présence des activités agricoles vient pleinement justifier l’utilisation de cette expression. Le faubourg Saint-Marc à Orléans, évoqué plus haut pour la prédominance des vignerons parmi ses chefs de feu, apparaît sur les plans du xviiie siècle comme un ensemble regroupé d’habitations20. Ce type de faubourg se retrouve presque exclusivement autour de villes petites et moyennes. À Angers, le petit faubourg de Reculée se distingue nettement des autres, sur un plan réalisé en 1704 par Thibaudeau, un ancien échevin de la ville qui se disait géomètre21. Ce quartier, qui se situe au nord de la ville, sur la rive droite de la Maine, était parfois appelé village et non faubourg, sans doute en raison de sa spécificité22. Situé au milieu de champs de blé et de vignobles, il avait évidemment une physionomie proche de celle des villages de l’Ancien Régime, justifiant cette confusion chez les contemporains. À l’est de Rouen, le faubourg Cauchoise présentait en 1655, selon le plan de Jacques Gomboust, un profil rural sur la morphologie spatiale duquel les grands axes de circulation n’avaient pas eu encore un effet structurant23. D’autres faubourgs pouvaient présenter un habitat concentré, s’apparentant ainsi à des quartiers de la ville développés extra muros. Il s’agissait la plupart du temps de faubourgs où les artisans étaient nombreux et où la population était relativement importante. À Montpellier, la majorité des faubourgs, comme ceux de Lattes ou de Saint-Guilhem, formaient des masses, coincées entre les remparts de la ville, d’une part, et une trame viaire circulaire enserrant l’agglomération d’autre part24. À Nîmes, les faubourgs de la Madeleine et de Saint-Antoine apparaissaient vers 1775 comme les prolongations naturelles et logiques de la ville de Nîmes à l’ouest25. À Grenoble, le faubourg Saint-Joseph, bien que de taille réduite et ayant encore une forte coloration agricole dans la deuxième moitié du xviiie siècle, s’était étendu selon le principe d’une urbanisation en « tache d’huile26 » régulièrement évoquée par les géographes27.

  • 28 Paul Delsalle, « Les faubourgs des villes comtoises... », art. cité, p. 248.
  • 29 Olivier Zeller, « Pour une étude socio-démographique des petites villes : l’exemple de Belley en 1 (...)
  • 30 AM de Briançon, BB 94, Dénombrement de la ville et commune de Briançon fait au mois de novembre 17 (...)
  • 31 AD de l’Isère, 2 C 515, Recensement de capitation de la ville de Grenoble, 1751.

8Plus rarement encore, les faubourgs purent offrir des formes d’habitat dispersées en petits hameaux ou « écarts », en particulier dans les régions de bocage. Paul Delsalle a montré l’existence de tels faubourgs en Franche-Comté, comme celui de la Bedugue à Dôle28. Non loin, la petite ville de Belley avait cinq « écarts » pour satellites29. Il en allait de même à Briançon en 172430. Villeneuve-de-Berg présentait une situation identique au xviie siècle. En dehors de l’agglomération proprement dite, constituée de la ville et des faubourgs Notre-Dame et Basse-Rue, le faubourg Tournon était isolé au milieu des champs, à environ 900 mètres du reste des habitations. Si aucun plan ancien de Villeneuve-de-Berg n’a pu être retrouvé, les cartes et la configuration globale actuelles nous montrent une situation qui a peu évolué depuis l’Ancien Régime. Dans l’agglomération de Grenoble, capitale provinciale et ville de taille plus importante, de microfaubourgs ruraux émergèrent sous l’Ancien Régime à distance proche des remparts, entièrement centrés autour d’activités agricoles. Ces faubourgs avaient une taille particulièrement réduite. En 1751, le faubourg hors la porte Saint-Laurent regroupait 10 feux, comme celui de l’île Saint-Roch ; 18 feux se concentraient dans celui au bord du Drac, tandis qu’ils étaient 35 dans celui des Grands Récollets, au sud de la ville. Dans le recensement de capitation d’où sont extraits ces résultats31, relevons que tous les faubourgs de moins de 100 feux sont qualifiés de « mas », comme s’il existait dans l’esprit des contemporains un seuil démographique limite, en dessous duquel la notion de faubourg aurait perdu de son sens. Souvent toutefois, les habitants de la France moderne n’établissaient pas une distinction nette entre les vrais faubourgs près des murailles et les écarts développés plus loin ; dans certains recensements du xviie et du xviiie siècles est apparue parfois la confusion entre « faubourgs » et « hameaux ».

La permanence de la trame viaire, forme de rémanence du tissu urbain

  • 32 Les contemporains se servaient usuellement de ces routes pour définir ces faubourgs. On peut se ré (...)

9Les axes importants traversant les faubourgs étaient souvent capitaux pour l’approvisionnement des villes modernes. Le nom même de ces voies indiquait qu’elles servaient à irriguer en marchandises la ville à partir des autres métropoles régionales ou nationales (ou l’inverse). À Lyon, le faubourg de Vaise était traversé par la route de Paris et celui de la Guillotière par la route de Grenoble32. À Orléans, le faubourg Bannier était parcouru par la route de Paris et la route de Chartres. À Angers, le faubourg Saint-Michel était traversé par la route de Paris, le faubourg Bressigny par la route de Saumur, le faubourg Saint-Jacques par la route de Nantes. Dans beaucoup de cas, ces pénétrantes portent le nom du faubourg (Grande rue de la Croix-Rousse, Grande rue de la Guillotière, Grande rue de Vaise) ou un odonyme souvent oublié depuis. Cependant, leur rôle stratégique demeura jusqu’à nos jours bien souvent capital. À Grenoble, le faubourg Très-Cloître s’était ainsi structuré le long de la voie menant à Gap. À Romans, le faubourg de Bourg-de-Péage avait pris son essor le long de la route menant à Valence et, au-delà, à la Provence. Le faubourg de l’Houmeau, à Angoulême, émergea de part et d’autre de la route reliant la ville à Bordeaux.

10Ces colonnes vertébrales autour desquelles se sont développés de nombreux faubourgs n’ont pour la plupart pas disparu, mais ont été depuis aménagées. Elles demeurent aujourd’hui, dans la trame viaire de nombreuses villes, des axes essentiels menant au centre. Leur tracé sinueux, si caractéristique, a traversé les siècles et structuré l’étalement des villes au xixe et xxe siècles. Ces routes sont souvent devenues des nationales et, à bonne distance du centre, des voies autoroutières ou des rocades (au moins certaines portions), ainsi que des voies commerciales. Cette configuration témoigne des pesanteurs freinant ou annihilant la construction de certaines infrastructures. Une fois le tracé de ces routes établi et les constructions de logements ou de boutiques achevées de part de d’autre de la voie, rien n’a pu modifier cet état de fait enraciné séculairement.

11À Paris, les grandes pénétrantes de l’Ancien Régime ont globalement presque toutes conservé une importance jusqu’à nos jours, même si la percée de grands boulevards ou d’autoroutes a pu, ici ou là, amoindrir leur rôle. Le plan de Cassini rappelle la localisation de l’arrivée de ces anciennes pénétrantes et permet d’établir une comparaison avec la situation actuelle. La rue du faubourg Saint-Martin se prolonge ainsi aujourd’hui par l’avenue de Flandre et l’actuelle nationale 2 reliant la capitale à Soissons et Laon. La rue du faubourg Saint-Antoine débouche toujours sur l’ancienne route menant à l’Alsace. D’autres exemples parisiens pourraient être cités dans d’autres quartiers de Paris, mais la capitale, en raison de sa forte croissance et des modifications inhérentes à la trame viaire, n’est pas la ville dans laquelle ces pénétrantes ont le mieux imprimé le tissu urbain.

  • 33 Elle prend ainsi les noms de rue de l’Arquebuse et de rue de l’Hôpital.

12La ville de Lyon fournit des exemples plus clairs. En particulier, l’actuelle Grande rue de la Guillotière, dont le tracé tortueux court vers l’est en partant de la rive gauche du Rhône, demeure encore actuellement une voie principale de départ du cœur du centre-ville vers l’est de l’agglomération, irrigant la nationale 6 en direction de Grenoble. Cette rue demeure une aberration au regard des règles de circulation actuelle ; croisant d’autres rues par des angles surprenants, s’élargissant ou se réduisant au fil de son parcours, elle représente un danger permanent pour la cohabitation entre automobilistes, motocyclistes et cyclistes. Dans le faubourg de Vaise, la rue de Bourgogne constitue quant à elle la voie historique menant à l’actuelle nationale 6 en direction de Paris. Dans le faubourg de la Croix-Rousse, la Grande rue de la Croix-Rousse serpente encore à travers le quartier du même nom. À Villeneuve-de-Berg, les anciens faubourgs de Tournon et de Basse-Rue sont parcourus par toute personne quittant la ville d’Olivier de Serres pour se rendre à Alès ou à Nîmes. À Dijon, le faubourg d’Ouche, au sud-ouest de la ville, était la porte d’entrée de l’agglomération bourguignonne pour tout voyageur de l’époque moderne venant de Lyon. Aujourd’hui, malgré la construction de voies ferroviaires et la métamorphose presque complète de l’ancien bâti, l’ancienne rue principale du faubourg d’Ouche change plusieurs fois d’identité33 en quittant Dijon, mais rejoint finalement la nationale 74 en direction de Beaune, puis la nationale 6 en direction de Lyon.

  • 34 La rue Hanneloup portait le nom de rue Sainte-Catherine sous l’Ancien Régime. Elle enserrait avec (...)

13À Angers, toutes les rues importantes menant aujourd’hui à la ville ne sont autres que ces anciennes voies faubouriennes, qui conservent ainsi un rôle fondamental dans le tissu urbain. La rue Bressigny, ancienne voie traversant le faubourg éponyme, sert toujours de voie de desserte vers le centre-ville, comme la rue Hanneloup34, qui serpente depuis vers le sud-est, parallèlement à la rue précédente. À l’extrémité orientale de la ville, la nationale 147 et la départementale 323 reprennent exactement le tracé des deux anciennes principales rues du faubourg Saint-Michel. À l’ouest, les rues Saint-Lazare et Saint-Jacques, anciennes pénétrantes des faubourgs du même nom, existent toujours.

14Enfin, Orléans présente également une trame viaire fortement inspirée de l’ancien tracé des pénétrantes faubouriennes. La rue du faubourg Bannier, qui naguère conduisait à la capitale via Étampes, existe toujours sous son nom d’origine et se poursuit aujourd’hui par la nationale 20, qui remplit la même fonction. Au sud d’Orléans, le chemin d’Olivet menait sous l’Ancien Régime à Vierzon et Limoges, en traversant le faubourg Saint-Marceau. Aujourd’hui renommée avenue Dauphine, elle suit toujours son tracé, identique depuis plusieurs siècles, qui conduit aux mêmes villes.

15De toutes ces constatations ressort l’idée de fortes rémanences en matière de développement urbain. Le tracé des principales artères des faubourgs, réalisé à l’ère du piéton et de la charrette, n’a presque jamais été remis en question dans les siècles suivants, en dépit d’une inadaptation manifeste aux moyens de transports modernes, individuels ou collectifs. En règle générale, les trésoriers de France n’ont suivi qu’une politique très pragmatique de régularisation de ces voies, notamment lors de la délivrance d’ordonnances individuelles d’alignement. En d’autres termes, la trame viaire faubourienne a guidé l’étalement urbain de nombreuses villes françaises, moyennes et grandes, dans la première moitié du xixe siècle. Tentons même une autre explication plus osée : après une fin de siècle des Lumières bouillonnante pour les villes, où de multiples projets urbanistiques ont germé, de façon plus ou moins aboutie, le début du xixe siècle a correspondu à un coup d’arrêt brutal en terme d’aménagement urbain. C’est lors de cette pause des ambitions, aussi bien durant la période napoléonienne (trop orientée vers les guerres) et la Restauration, que nombre de faubourgs ont subi un fort déclassement dans les imaginaires collectifs. D’espaces d’avenir pour la ville, les faubourgs sont finalement devenus des lieux où l’urbanisation anarchique et l’entassement progressif du monde ouvrier ont gâché un formidable potentiel, par négligence politique et par manque d’ambition dans la gestion du développement urbain.

Un faciès architectural des faubourgs difficile à déterminer

  • 35 Jean-Claude Perrot, Caen, op. cit., vol. 2, p. 624-625.
  • 36 Angers fournit un cas d’école à ce sujet. La quasi-totalité des habitations du faubourg Saint-Mich (...)
  • 37 Bernard Gauthiez a d’abord travaillé sur la ville de Rouen. Des cartes publiées dans l’Atlas histo (...)

16À la difficile question de savoir si les faubourgs étaient des espaces plus urbains que ruraux, l’étude du faciès des habitations peut apporter des éléments de réponses capitaux. Comme dans de nombreux domaines de l’histoire moderne urbaine, Jean-Claude Perrot a fait figure de pionnier, en s’intéressant dans sa thèse à la taille des bâtisses en ville. Relevant que les habitations de deux étages étaient la norme dans les villes petites et moyennes, il avait également démontré que le troisième étage pouvait être considéré comme une propriété essentielle des métropoles et des grandes villes provinciales35. Dès lors, comparer les bâtisses d’une ville et de ses faubourgs prend tout son sens. Cette opération ne peut que difficilement se fonder sur l’étude du bâti actuel des anciens faubourgs, car celui-ci a souvent été remanié (élévation, destruction, alignement...). Dans plusieurs lieux, des habitations du xviiie siècle demeurent apparemment en l’état ; dans d’autres, les anciennes bâtisses ont été rasées ou modifiées, notamment par des rehaussements36. De surcroît, dans le cadre d’une simple recherche, se devant d’associer des problématiques multiples, il apparaît impossible de réaliser un travail de titan comme celui de l’architecte, géographe et historien Bernard Gauthiez, qui part du présent pour remonter dans le passé en s’appuyant sur toutes les modifications de bâti conservées aux archives37.

  • 38 Olivier Zeller, Les Recensements lyonnais…, op. cit., p. 142.
  • 39 Roger Mols, Introduction à la démographie historique des villes d’Europe du xive au xviiie siècle  (...)
  • 40 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, op. cit., p. 252 ; Guy Saupin, Les Villes en France à l’é (...)
  • 41 D,, Bourg-en Bresse au xvie siècle..., op. cit., p. 62.
  • 42 Cette première piste est sujette à critique. Rien n’indique en effet que la taille moyenne des feu (...)

17Deux types d’indices sont toutefois à même de nous renseigner quant à une éventuelle spécificité architecturale des faubourgs par rapport à la ville. Le premier concerne autant la taille des foyers que le nombre de ménages par habitation, permettant de connaître in fine le nombre d’habitants par bâtisse. Ce degré de cohabitation38, que d’autres avaient appelé le rapport « ménage-maison39 » ou indice d’entassement40, est à lui seul porteur de sens, même si la fréquentation des salles d’archives amène à bien mettre en exergue la polysémie du mot « feu ». La taille moyenne des ménages peut parfois être révélée par des documents d’exception. Dans son travail sur Bourg-en-Bresse au xvie siècle, Denise Turrel a pu ainsi exploiter une source rare et précise41. Pour ce qui concerne les faubourgs, deux pistes ont été privilégiées : d’une part, la détermination du nombre de feux par habitation dans une ville et ses faubourgs42, d’autre part, l’étude du nombre d’habitants par bâtisse dans une autre agglomération.

  • 43 Marion Trévisi, dans le cadre de son travail portant sur les oncles et tantes dans la France des L (...)

18Pour déterminer le degré de cohabitation, c’est-à-dire le nombre de feux par habitation, les sources sont moins nombreuses et peuvent même être qualifiées d’exceptionnelles43. Les recensements de capitation de Grenoble mentionnent pour chaque maison le nom du propriétaire et à l’intérieur le nombre de feux présents. Si l’on ne peut connaître précisément la taille de chaque feu, il est par contre possible de déterminer le nombre de feux moyen dans les bâtisses de la ville et de l’extérieur.

Tableau 18. Coefficient de cohabitation dans la ville et les faubourgs de Grenoble en 1751.

Lieu Nombre de feux Nombre d’habitations Nombre moyen de feux par habitation
Grenoble 2 917 845 3,5
Faubourg Très-Cloître 161 58 2,8
Hors la porte Saint-Laurent 10 4 2,5
Mas de l’abbaye 16 14 1,1
Mas de l’île Saint-Roch 10 7 1,4
Mas d’Échirolles 25 25 1
Mas du cours le long du Drac 19 19 1
Mas du Rafour 26 10 1
Mas du vieux chemin 26 25 1
Mas hors la porte de Bonne 83 66 1,3
Mas le long des grands récollets 35 34 1
Ensemble de l’agglomération 3 328 1 107 3

19La lecture d’un tel tableau appelle à la prudence. D’une part, la taille réduite de certains faubourgs rend a priori les calculs de moyenne assez peu représentatifs. Or les habitations regroupant 3 feux et plus sont choses extrêmement rares en zone faubourienne, Très-Cloître excepté : 6 cas dans le mas hors la porte de Bonne (Faubourg Saint-Joseph), un cas dans le mas de l’île Saint-Roch, un cas hors la porte Saint-Laurent. D’un point de vue global, on relève une concentration du nombre de feux bien moins importante dans les faubourgs que dans la ville, ce qui n’est évidemment pas étonnant. Toutefois, une analyse plus fine de ces résultats donne lieu à quelques surprises. En effet, si les 9 plus importantes corésidences de feux de l’agglomération étaient dans la ville de Grenoble (regroupant entre 12 en 20 feux), le faubourg Très-Cloître pouvait cependant rassembler d’importants regroupements de feux au sein de ses bâtiments. Deux habitations comportaient 12 feux, deux autres en abritaient 9, une comptait 8 feux et une autre 6. Parallèlement, le faubourg possédait 16 habitations de 2 feux et surtout 24 demeures habitées par un seul feu. En définitive, le faubourg Très-Cloître possédait environ deux tiers (69 %) d’habitations de taille très réduite (un ou deux feux), alors que celles-ci représentaient environ 40,6 % des habitations de la ville de Grenoble, d’après nos calculs. À une échelle plus fine, la situation du faubourg Très-Cloître à l’égard de la taille des habitations n’était pas si différente de celle de certaines rues de Grenoble. Ainsi, sur les 94 habitations de la rue Perrière, un peu excentrées sur la rive droite de l’Isère, 60 (soit 64 % environ) n’abritaient qu’un ou deux feux. Surtout, en l’absence d’habitations regroupant plus de 6 feux, le degré de cohabitation moyen dans cette rue atteignait péniblement 2,2 feux par bâtisse, soit bien moins que ce qui pouvait être observé en moyenne dans le faubourg Très-Cloître. C’est dire si, là encore, les chiffres peuvent être trompeurs.

Tableau 19. Répartition des habitations du faubourg Très-Cloître en fonction du nombre de feux présents.

Nombre de feux par habitation Nombre d’habitations concernées
1 24
2 16
3 2
4 7
5 3
6 1
8 1
9 2
12 2
  • 44 AM d’Angers, II 13, archive citée.

20Par ailleurs, les archives municipales d’Angers renferment une pépite qui a déjà été évoquée et utilisée. Le recensement, réalisé à Angers en 1769 pour la ville et les faubourgs, indique tout autant le nombre de personnes par feu que le nombre de feux par habitation44. C’est donc l’occasion de calculer le degré de cohabitation et de le nuancer en fonction de la taille moyenne des feux, donnée manquant cruellement pour exploiter le plus judicieusement possible le recensement réalisé pour la capitation grenobloise durant l’année 1751.

Tableau 20. Coefficient de cohabitation dans la ville et les faubourgs d’Angers en 1769.

Lieu Nombre d’habitations Nombre de feux Nombre moyen de feux par habitation Population totale (hommes, femmes et domestiques) Population moyenne par habitation
Faubourg Saint-Michel 121 282 2,3 860 7,1
Faubourg Saint-Samson 69 149 2,2 431 6,3
Faubourg Bressigny 213 428 2,0 1 498 7,0
Faubourg Saint-Laud 112 197 1,8 702 6,3
Faubourg Saint-Jacques 117 199 1,7 513 4,4
Faubourg Saint-Lazare 46 122 2,7 376 8,2
Faubourg Gauvin 21 33 1,6 112 5,3
Ensemble des faubourgs 699 1410 2,0 4 488 6,4
Angers Ville 2 910 5 855 2,0 18 173 6,2
Agglomération 3 609 7 265 2,0 22 665 6,3
  • 45 Voir supra, dans le chapitre « Les marqueurs de la profonde hétérogénéité faubourienne », la secti (...)

21Là encore, un tel tableau mérite plusieurs niveaux d’analyse. À la première lecture apparaît de manière évidente une situation beaucoup plus contrastée que dans le cas grenoblois, puisque la ville d’Angers ne possédait pas, en 1769, un degré de cohabitation moyen systématiquement plus important que dans les faubourgs. En effet, 4 des 7 faubourgs possédaient des habitations abritant, en moyenne, autant sinon plus de feux que dans la ville. Comment expliquer ces différences ? Une hypothèse paraît particulièrement convaincante : les quatre faubourgs concernés par cet important coefficient de cohabitation possédaient quelques grosses bâtisses où un entassement important pouvait rapidement faire monter le degré moyen de cohabitation. Ainsi, le plus grand regroupement de feux au sein d’une même habitation était localisé dans le faubourg Saint-Michel. 17 feux, pour un total de 39 personnes, vivaient ensemble dans la maison nº 174, dont « cinq très pauvres, quatre pauvres et un sous la dernière misère ». Relevons d’ailleurs que les quatre faubourgs où le coefficient de cohabitation était en moyenne égal ou plus élevé que celui de la ville étaient aussi les espaces où la concentration d’indigents était la plus forte dans l’agglomération45. A contrario, les trois faubourgs les moins touchés par la pauvreté (Gauvin, Saint-Jacques et Saint-Laud) étaient aussi ceux qui possédaient les coefficients moyens de cohabitation les plus faibles. Enfin, la variation de la population moyenne par habitation correspondait, en toute logique, à celle du coefficient de cohabitation. Tout au plus pouvons-nous relever que le faubourg Bressigny, dont le coefficient de cohabitation était similaire à celui de la ville, connaissait peut-être un entassement plus important de la population dans ses bâtisses en raison d’une taille moyenne de feux plus importante.

22Pontoise, étudiée par Jacques Dupâquier, est un des rares exemples pouvant servir de point d’appui et de comparaison. La grande qualité de ce recensement permet même, selon ce démographe, de le comparer avec ses homologues de la fin du xixe siècle, en ce sens que les renseignements fournis sont presque d’aussi bonne qualité. La cité de Pontoise, faubourgs compris, avait en 1781, selon ce document, 939 habitations pour un total de 1 488 feux. En règle générale, les faubourgs avaient là aussi un coefficient de cohabitation plus faible que ce qui pouvait être observé dans la ville, même si des différences notables pouvaient être constatées entre chacun des espaces suburbains. Comme à Grenoble et à Angers, tout laisse donc à penser que la plupart des habitations des faubourgs n’étaient pas, par leur taille, en mesure de faire cohabiter en moyenne autant de feux qu’à l’intérieur des remparts.

Tableau 21. Coefficient de cohabitation dans la ville et les faubourgs de Pontoise en 1781.

Espace concerné Nombre de feux Population Nombre d'habitations Nombre moyen de feux par habitation Nombre moyen de personnes par habitation
Ville haute 393 1 185 219 1,79 5,41
Ville basse 373 1 114 203 1,84 5,49
Quartier du pont 179 633 110 1,63 5,75
Quartier (ou faubourg) Notre-Dame 290 933 197 1,47 4,74
Faubourg Saint-Martin 73 276 58 1,26 4,76
Faubourg d’Ennery (ou de Gisors) 89 330 64 1,39 5,16
Faubourg de l’Hermitage 91 332 88 1,03 3,77
Ensemble de la ville 945 2 932 532 1,78 5,51
Ensemble des faubourgs 543 1 871 407 1,33 4,60
Agglomération 1 488 4 803 939 1,58 5,12
  • 46 À Briançon, une source encore inexploitée sous l’angle des manières d’habiter permet également de (...)

23Toutefois, tous les chiffres maniés ici ne renseignent pas vraiment sur l’aspect des bâtisses. Tout au plus l’étude des coefficients de cohabitation permet-elle d’émettre de simples suggestions, vulnérables à la critique. Pour tenter de décrire plus précisément la taille des habitations, les sources précises et complètes ne sont pas monnaie courante46. L’iconographie peut être ici sollicitée pour apporter quelques nouveaux éléments de réponse. Ce sont les cartes et plans, sous réserve que l’historien les utilise avec précautions, qui peuvent être les plus utiles et les plus nombreux dans le cas présent. Les plans scénographiques, répandus notamment aux xvie et xviie siècles, ainsi que les « vues », donnent des indices plus clairs que les plans dits « géométraux », qui deviennent la norme au xviiie siècle, sous l’influence d’architectes passionnés d’urbanisme. Pour cela, nous avons choisi de concentrer notre attention sur quelques vues de villes dont la qualité nous permet de réaliser des comparaisons : Lyon, Paris, Toulouse, Dijon, Marseille, Rouen et Bordeaux.

  • 47 AM de Lyon, 7 S 8, Plan de 1544, dit scénographique.
  • 48 AM de Lyon, 1 S 150, Antiquissima Vrbis Lvgdvnensis ad Rhodanvm Delineatio, plan cavalier de Lyon, (...)
  • 49 BM de la Part-Dieu, Réserve 28122, Description av natvrel de la ville de Lyon et paisages alentour (...)

24Les archives municipales de Lyon ont la chance de disposer ainsi de plusieurs plans ou vues de ce type. Le plan scénographique de 154447, anonyme, n’est pas seulement le plus connu. Il est aussi porteur d’enseignements concernant la taille des édifices intra et extra muros. Il permet d’avoir une vue d’ensemble de ce que devait être l’habitat de Lyon et d’une petite partie des faubourgs au milieu du xvie siècle. Seul le faubourg de Vaise et quelques maisons du faubourg de Croix-Rousse furent en revanche représentés. Les bâtisses de ces faubourgs furent représentées d’une plus petite taille que celles de la ville ; elles comprenaient entre un et deux étages. Le faubourg de la Guillotière n’est malheureusement pas visible. Un autre plan de Lyon, moins connu, peut également nous renseigner. Il s’agit d’un plan cavalier levé par Philippe Le Beau, vers 160748. Le faubourg de la Guillotière y est cette fois-ci très bien dessiné, avec une majorité de petites bâtisses de plain-pied. Enfin, celui de Simon Maupin, datant de 1657, peut aussi apporter quelques éclaircissements, notamment sur la Guillotière et Vaise49. Plus précis et net que les autres, ce plan montre des maisons faubouriennes possédant généralement deux niveaux, à l’instar des immeubles représentés dans la ville. Quelle était la part de réalisme ou d’imagination dans ces représentations, qui semblent différer de l’une à l’autre ? En raison de sa précision, celui de Simon Maupin reste le plus réaliste.

  • 50 Comme beaucoup d’autres, ce plan est consultable en ligne sur Internet avec une qualité suffisante (...)
  • 51 L’étude de ce plan peut être aisément faite en ligne par internet grâce à une numérisation très pr (...)
  • 52 Seuls des faubourgs de la rive droite de la Seine sont évoqués, car à cette période, une promenade (...)

25Dans le cas parisien, le plan de Belleforest, datant de 1575, est d’une grande richesse, malgré les imperfections commises par l’auteur, qu’on trouve d’ailleurs dans les représentations qu’il réalisa d’autres villes50. Presque toutes les habitations des faubourgs possédaient, selon ce plan, deux étages, ce qui aurait été également la norme dans la ville. Était-ce la réalité, une simplification ou une idéalisation de l’artiste ? La qualité reconnue de ce plan laisse tout de même augurer d’une once de vérité dans cette représentation de Paris. La capitale possède cependant des sources iconographiques de qualité bien supérieure. Se priver du plan de Turgot serait en l’occurrence particulièrement préjudiciable. Établi en 1739 par Louis Bretez, à la demande du prévôt des marchands, Michel Étienne Turgot, ce plan est d’une précision remarquable ; il a peu d’équivalents au xviiie siècle en France. Louis Bretez avait en effet obtenu un mandat de visite pour entrer dans chaque maison, chaque jardin et chaque hôtel particulier, afin de représenter avec minutie la moindre partie de la cité. Pendant plus de deux ans, celui-ci effectua une représentation particulièrement précise de la ville de Paris, mais aussi de ses faubourgs. Ceux-ci ne semblaient pas comporter un grand nombre d’habitations, en comparaison à l’espace intra muros51. L’avantage est bien entendu de pouvoir agrandir certaines zones pour mieux en explorer les détails. Visiblement, si les habitations du centre-ville étaient imposantes (de trois à six étages pour la plupart des bâtiments), celles des faubourgs n’étaient pas ridicules. La plupart des bâtisses représentées dans le faubourg Saint-Antoine, dans le faubourg Saint-Martin ou encore dans le faubourg Saint-Denis possédaient trois ou quatre étages52. La réelle différence tenait surtout à la densité du bâti : très forte dans la ville elle-même, elle était plus faible dans les faubourgs qui viennent d’être mentionnés. En outre, certains quartiers de la ville de Paris disposaient d’hôtels particuliers, de grandes places, d’îlots d’immeubles et de monuments, ce qui n’était pas le cas dans les faubourgs.

  • 53 La modernité inhérente aux progrès de l’informatique a permis également de consulter en ligne ces (...)
  • 54 AM de Toulouse, ii 708, Vue cavalière de Toulouse par Nicolas Berey, 1663 (reproduction).
  • 55 AM de Toulouse, ii 671, Vue cavalière de Toulouse, par Melchior Tavernier, 1631.
  • 56 AM de Toulouse, ii 674, Vue cavalière de Toulouse, par I. Boisseau, 1645.
  • 57 AM de Toulouse, ii 678, Vue cavalière de Toulouse, par Jean-Baptiste de Poilly, fin du xviie siècl (...)

26Paris n’est pas la France et d’autres lieux ont été étudiés. La ville de Toulouse dispose d’une série de plans particulièrement intéressants53. Le plan réalisé par Berey54 en 1663, et conservé actuellement au musée Paul Dupuy et au musée du Vieux Toulouse, est toutefois difficilement exploitable. Il est d’une qualité remarquable en ce qui concerne les habitations du centre-ville, mais il est d’une particulière indigence dès qu’il s’agit des faubourgs. Seul le faubourg Saint-Michel est représenté, d’une manière partielle cependant. Dans ce quartier, les habitations semblent être d’une taille au moins aussi importante que les constructions situées intra muros. Dans la même ville, le plan de Melchior Tavernier55, légèrement plus ancien (1631) et d’une qualité un peu inférieure, tout comme celui de Boisseau56 (1645), conduisent aux mêmes conclusions que celles du plan Berey. Au fil du temps cependant, une différence apparaît dans les plans. Ainsi, celui de Jean-Baptiste Poilly (fin du xviiie siècle), bien que d’une réalisation grossière, présenta plus précisément les faubourgs, notamment le faubourg Saint-Cyprien, au sud de la ville57. Une différence assez nette se fit jour : certains grands immeubles du centre-ville possédaient deux ou trois étages, tandis que les maisons des faubourgs étaient dans la plupart des cas de plain-pied, ou comportaient exceptionnellement un étage. Malheureusement, au xviiie siècle, ce type de plan en vue cavalière étant tombé en désuétude au profit des plans dits « géométraux », aucune étude intéressante ne peut être menée sur le bâti toulousain après 1700 environ.

  • 58 AD des Bouches-du-Rhône, 1 Fi 976, Plan et enceintes de Marseille en l’an 1597.

27Au regard des autres grandes villes de France, les plans concernant la ville de Marseille sous l’Ancien Régime sont peu nombreux et décevants. Une carte datant de 1597 est toutefois exploitable58. Sur celle-ci, les faubourgs, relativement maigres, ne comportaient encore que des maisons de faible taille, c’est-à-dire d’un étage. Toutefois, la quasi-totalité des maisons localisées à l’intérieur des murs ne semble pas comporter d’étages supplémentaires pour la période concernée. Marseille intra muros était encore à cette époque relativement peu peuplée et la nécessité de construire des bâtisses de plus grande hauteur n’était pas encore apparue.

  • 59 AM d’Angers, 1 Fi 1571, Plan de la ville et fauxbourgs d’Angers et des environs, par Thibaudeau, 1 (...)
  • 60 AM d’Angers, 1 Fi 1572, archive citée.

28Pour la ville d’Angers, deux plans peuvent éventuellement être utilisés. Le premier plan, celui de Thibaudeau, déjà utilisé et datant de 1704, est au premier abord de facture assez grossière59. En effet, l’intérieur de l’espace intra muros ne fut pas représenté. Par contre, l’auteur jugea bon de représenter l’extérieur de la ville en dessinant moulins, habitations, routes et bâtiments divers. Les maisons représentées dans les faubourgs semblaient, là encore, ne comporter qu’un seul étage. Malheureusement, celles-ci ne peuvent être comparées avec les bâtisses intra muros. Un autre plan datant de 1638 est beaucoup plus précis60. L’auteur a essayé de représenter l’ensemble des habitations présentes à l’intérieur et à l’extérieur des remparts. En particulier, les habitations des faubourgs Saint-Samson et Saint-Michel sont bien restituées, au premier plan. Elles semblaient presque toutes, au contraire de ce qui a été observé dans beaucoup d’autres villes, comporter un étage sous toit, à l’instar des maisons localisées intra muros.

  • 61 AM de Dijon, 4 Fi 956, Le Vray Pourtraict de la ville de Dijon, par Édouard Bredin, 1574.

29Un autre plan tend à montrer que l’habitat des faubourgs ne se différenciait peut-être pas forcément de l’habitat de la ville proprement dite. À Dijon, le plan probablement le plus intéressant est l’œuvre d’Édouard Bredin, datant de 157461. Il s’agit d’une vue cavalière, très rare pour l’époque, présentant la ville et une partie des espaces suburbains. Le faubourg d’Ouche fut le seul à être correctement représenté dans ce plan. Les maisons qu’il abritait, dotées d’un étage, semblaient là encore bien similaires aux constructions de la ville.

  • 62 AD de Seine-Maritime, cartes et plans nº 1342, Plan de Rouen, par Jacques Gomboust, 1655.

30Rouen, grande ville du royaume de France sous l’Ancien Régime, mérite elle aussi quelques renseignements, non pas tant en raison de sa taille que de la qualité de la vue de Jacques Gomboust, réalisée en 165562. Ce plan montra évidemment l’agglomération rouennaise à une période où les faubourgs n’étaient pas encore aussi peuplés qu’ils le furent à l’approche de la Révolution française. Toutefois, quelques éléments peuvent être relevés : les habitations des faubourgs furent représentées comme des bâtisses modestes, de plain-pied ou parfois d’un étage. Hélas, aucune comparaison n’est ici possible avec le centre-ville, puisque l’auteur représenta seulement quelques monuments et bâtiments importants intra muros.

  • 63 Robert Étienne, Histoire de Bordeaux, op. cit., p. 252.

31À Bordeaux, l’étude de différents plans confirme les conclusions de certains historiens, qui mentionnent une différence fondamentale dans la taille et l’usage des bâtisses entre le centre-ville et l’espace suburbain. En raison d’un double impératif, construire avec des budgets limités et bâtir en pierre, un stéréotype architectural fut à la base du développement du faubourg Saint-Seurin. Les échoppes bâties présentent en effet un plan quasi identique. Ce sont des maisons en rez-de-chaussée ; elles sont composées soit d’une chambre avec une cuisine ou un chai, soit de deux chambres de part et d’autre d’une porte centrale63. Quant au faubourg des Chartrons, il offre aujourd’hui une grande homogénéité architecturale, héritée en grande partie du xviiie siècle. Habitat par excellence des négociants en vin, les Chartrons ont conservé cette architecture singulière de petits immeubles en pierre possédant un rez-de-chaussée servant de chai et surmonté de deux étages.

32En définitive, cette quête d’informations morphologiques confirme l’extrême variété que pouvaient offrir les paysages des faubourgs sous l’Ancien Régime, à l’instar de leur taille, leurs profils sociaux, leurs activités ou leurs représentations. L’histoire de leur architecture reste encore à écrire dans de nombreuses villes, même si les deux derniers siècles ont causé des dommages irréparables dans le tissu suburbain de beaucoup d’agglomérations. C’est aussi probablement une des raisons qui a conduit la vulgate à ne voir dans ces espaces que des créations de l’industrialisation au xixe siècle, à l’architecture quelconque, confortant par là même une réécriture erronée de l’histoire qui les présentait comme l’antithèse de la ville civilisée. Or les faubourgs de la modernité ne doivent pas être appréhendés comme des espaces dégradés vivant au quotidien sans connexion sociale avec la ville. Au contraire, ils étaient franchement insérés dans la vie urbaine.

Notes

1 Jean-Pierre Paulet, Les Banlieues françaises, op. cit., p. 25. À ce sujet, les géographes parlent d’urbanisation en « doigts de gant » pour désigner les mécanismes d’étalement urbain des grandes agglomérations actuelles, dont l’extension est guidée par ces grands axes de transports.

2 Jean Merley (dir.), Histoire de Saint-Étienne, op. cit., p. 51.

3 AM de Lyon, 1 S 76, Vue cavalière de La Guillotière en 1697, par Henri Verdier.

4 Une gouache de 1603, intitulée La Ville de Lille du costé de la porte de Molinel, représente bien deux faubourgs très étirés partant des portes de la Barre et du Molinel. Cette gouache est reproduite dans l’ouvrage de Jean-Marie Duvosquel (dir.), Les Albums de Croÿ, Châtellenie de Lille, Douai, Orchies, Bruxelles / Lille, Crédit communal de Belgique, vol. 12, p. 91, planche 26.

5 AM d’Angoulême, MAP2T4, nº 27, Plan d’Angoulême par de Bresme, vers 1760.

6 AM de Toulouse, ii 680, Plan de la ville de Toulouse, par Du Carla de Puilauron, 1777-1789.

7 AM d’Angers, 1 Fi 1572, Portraict au vray de la ville et faux-bourgs d’Angers, par Claude Ménard, 1638.

8 AM d’Angers, 1 Fi 1576, archive citée.

9 AD de l’Isère, 1 Fi 2097, archive citée.

10 AM de Romans, 8 Fi 10, Plan de Romans, 1789.

11 AD du Loiret, 1 Fi 403, Plan d’Orléans avec ses environs, par Charles Inselin, 1713.

12 Voir la mise au point de René Lebeau sur cette morphologie des villages-rues, théorisée en France à partir des travaux de géographes allemands étudiant leur équivalent germanique, le Waldhufendorf (René Lebeau, Les Grands Types de structures agraires dans le monde, Paris, Masson, 1979, p. 32).

13 Pierre Goubert lui-même indiquait dans un souci de synthèse : « Toutes les villes ont habituellement leurs faubourgs étirés le long des routes principales. » (Pierre Goubert & Daniel Roche, Les Français et l’Ancien Régime, 1, op. cit., p. 159.)

14 Le meilleur exemple est donné par l’ouvrage de l’américaine Marjorie Nice Boyer, Medieval French Bridges: A History, Cambridge (Mass.), The Mediaeval Academy of America, 1976. L’auteur néglige totalement dans son travail ce qui se passe sur chaque rive des cours d’eau, de part et d’autre des ponts, privilégiant une approche plus symbolique de ces ouvrages d’art médiévaux.

15 BNF, Cartes et Plans, Ge DD 2987 (1192), Carte particulière de Tours avecq le paisage mis en relief, faict par R. Siette le quinzième jour de juillet de 1619.

16 AD des Bouches du Rhône, 1 Fi 175, Plan géométrique de la ville d’Arles et du faubourg de Trinquetaille, 1819.

17 AM de Nantes, 1 F1 587, Plan de Nantes, par Nicolas de Fer, 1716.

18 Deux dessins réalisés par Jean-Baptiste Lallemand, datant de la fin du xviiie siècle, témoignent de l’absence d’un véritable quai et d’habitations le long des rives de la Saône. Ceux-ci sont conservés à la BNF et sont consultables sur Gallica : BNF, FRBNF40310509, Vue de la porte Saint-Laurent à Mâcon, dessin par Jean-Baptiste Lallemand, années 1780, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7742619g.r=vue%20de%20la%20porte%20saint-lourent%20mâcon?rk=21459;2 (janvier 2017) ; FRBNF40310513, Vue d’une partie du faubourg Saint-Laurent et du pont de Mâcon, dessin par Jean-Baptiste Lallemand, années 1780, voir en ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7742623c.r=vue%20d%27une%20partie%20du%20faubourg%20saint%20laurent%20à%20mâcon?rk=21459;2. (janvier 2017).

19 AD des Bouches-du-Rhône, 1 Fi 976, Plan et enceintes de Marseille en l’an 1597. Le faubourg n’apparaissait pas dans un plan antérieur de Mathéo Florimi (AM de Marseille, 11 Fi 19, Marsilia, vue cavalière de la ville, des îles, de la rade et de son terroir, par Mattéo Florimi, xvie siècle). Il disparaît à nouveau au début du xviie siècle pour réapparaître quelques décennies plus tard avec une morphologie différente.

20 Voir supra, dans le chapitre « Les marqueurs de la profonde hétérogénéité faubourienne », la section « Des profils socio-économiques très différents selon les faubourgs ».

21 AM d’Angers, 1 Fi 1571, Plan de la ville et fauxbourgs d’Angers et des environs, par Thibaudeau, 1704. On sait simplement que ce plan manuscrit a été présenté aux échevins de la ville en 1707, mais la décision de le faire graver ne fut pas prise (AM d’Angers, BB 104, Registre de délibérations consulaires, 21 mai 1707). Si le plan est particulièrement indigent pour la ville (La ville intra muros n’est brièvement représentée que par quelques monuments), il constitue en revanche une mine d’informations en ce qui concerne les faubourgs. Les moulins, la nature des cultures dans les champs ainsi que les habitations sont indiqués ou représentés.

22 Appelé « faubourg » dans un plan de 1776 (1 Fi 1576, archive citée), il est qualifié de « village » dans le plan de Thibaudeau comme dans le recensement de 1769.

23 AD de Seine-Maritime, cartes et plans nº 1342, Plan de Rouen, par Jacques Gomboust, 1655.

24 Voir le plan de cette ville dont il a été question plus haut, Archives départementales de l’Hérault, C 6948, archive citée.

25 Les archives départementales du Gard présentent de multiples particularités : des documents perdus, un système de classement unique en France, des plans déplacés dans des musées sans qu’aucune copie ne soit conservée, une incapacité avouée du personnel à saisir des demandes de consultation de documents déposés par les communes, car les cotes ne correspondraient à rien, bien que tout ait pourtant été inventorié depuis fort longtemps... Pourtant, d’après les inventaires, les fonds d’archives du Gard sont d’une incroyable richesse. De ce fait, le seul plan utilisable de la ville de Nîmes au xviiie siècle est une copie numérique d’un plan datant de 1775, exposé au musée du Vieux Nîmes.

26 AD de l’Isère, 1 Fi 2097, archive citée. Voir également le Plan de la ville et citadelle de Montpellier, par Nicolas Chalmandrier, 1772 (BNF, Rc C 18873).

27 Voir par exemple Jean Bastié & Bernard Dézert, L’Espace urbain, Paris, Masson, 1980, p. 53.

28 Paul Delsalle, « Les faubourgs des villes comtoises... », art. cité, p. 248.

29 Olivier Zeller, « Pour une étude socio-démographique des petites villes : l’exemple de Belley en 1695 », Population, vol. 53, nº 1-2, 1998, p. 327.

30 AM de Briançon, BB 94, Dénombrement de la ville et commune de Briançon fait au mois de novembre 1724.

31 AD de l’Isère, 2 C 515, Recensement de capitation de la ville de Grenoble, 1751.

32 Les contemporains se servaient usuellement de ces routes pour définir ces faubourgs. On peut se référer à ce qu’en dit Jean-Aymar Piganiol de la Force, Nouveau Voyage en France, op. cit., vol. 1, p. 272 : « On tient qu’il y a dans cette ville quatre mille maisons et près de cent mille habitans [...], huit portes et quatre faubourgs ; celui de Vaife sur la route de Paris ; Celui de la Croix Rousse vers la Bresse ; celui de la Guillotière vers le Dauphiné ; & celui de Saint Just ou Saint Irénée sur le chemin de Montbrison. » La description de Piganiol n’est pas unique et l’on pourrait multiplier les exemples à l’envi.

33 Elle prend ainsi les noms de rue de l’Arquebuse et de rue de l’Hôpital.

34 La rue Hanneloup portait le nom de rue Sainte-Catherine sous l’Ancien Régime. Elle enserrait avec la rue Bressigny le couvent des Bénédictines de la Fidélité.

35 Jean-Claude Perrot, Caen, op. cit., vol. 2, p. 624-625.

36 Angers fournit un cas d’école à ce sujet. La quasi-totalité des habitations du faubourg Saint-Michel a été détruite et remplacée par des immeubles modernes. Restent, au milieu de constructions modernes, quelques traces du passé, comme les fondations de l’ancien moulin de Pierre Lise, sur les hauteurs du faubourg Saint-Michel. Quant au faubourg Bressigny, quelques rares habitations, parfois très réhabilitées, sont noyées au sein d’un bâti principalement hérité du xixe siècle, qui accueille aujourd’hui une partie de la bourgeoisie angevine.

37 Bernard Gauthiez a d’abord travaillé sur la ville de Rouen. Des cartes publiées dans l’Atlas historique des villes de France témoignent de la précision de son travail (Voir à ce propos Bernard Gauthiez, « Rouen au xviiie siècle », dans Jean-Luc Pinol (dir.), Atlas historique des villes de France, op. cit., p. 81). Vivant à Lyon, il est désormais devenu un fin spécialiste de la ville et de son urbanisme durant l’Ancien Régime.

38 Olivier Zeller, Les Recensements lyonnais…, op. cit., p. 142.

39 Roger Mols, Introduction à la démographie historique des villes d’Europe du xive au xviiie siècle : les résultats, 3 vol., Gembloux, Duculot, 1955, vol. 2, p. 131-134.

40 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, op. cit., p. 252 ; Guy Saupin, Les Villes en France à l’époque moderne : xvie-xviiie siècles, Paris, Belin, 2002, p. 55.

41 D,, Bourg-en Bresse au xvie siècle..., op. cit., p. 62.

42 Cette première piste est sujette à critique. Rien n’indique en effet que la taille moyenne des feux dans la ville soit identique à celle des feux dans les faubourgs.

43 Marion Trévisi, dans le cadre de son travail portant sur les oncles et tantes dans la France des Lumières, a rappelé que ce type de sources était très rare et a pu se fonder sur les quelques archives les plus connues de la communauté historique (Valenciennes en 1693, Pontoise en 1781...). Voir Marion Trévisi, Au cœur de la parenté, oncles et tantes dans la France des Lumières, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2008, p. 321-323.

44 AM d’Angers, II 13, archive citée.

45 Voir supra, dans le chapitre « Les marqueurs de la profonde hétérogénéité faubourienne », la section « La diversité des niveaux de vie et des privilèges ».

46 À Briançon, une source encore inexploitée sous l’angle des manières d’habiter permet également de décrire la ville en 1692, en raison de circonstances exceptionnelles (AM de Briançon, DD97, Description du sinistre de 1692, cahier, 97 pages numérotées. Archive citée par Élizabeth Sauze, « La ville-neuve de Briançon », Bulletin de la Société d’études des Hautes-Alpes, 2005, p. 25-44). Le 26 janvier 1692, un feu violent attisé par un fort vent détruisit la ville en moins de trois heures. Une dizaine de jours après cet incendie, des expertises commencèrent. Il en résulte aujourd’hui un registre d’expertise dressé le 18 février 1692, indiquant pour chaque maison l’ampleur du sinistre.

47 AM de Lyon, 7 S 8, Plan de 1544, dit scénographique.

48 AM de Lyon, 1 S 150, Antiquissima Vrbis Lvgdvnensis ad Rhodanvm Delineatio, plan cavalier de Lyon, levé géométralement et dessiné par le mathématicien lyonnais Philippe Le Beau, ingénieur-géographe du roi, 1607.

49 BM de la Part-Dieu, Réserve 28122, Description av natvrel de la ville de Lyon et paisages alentour d’icelle, dressé par Simon Maupin, 1659.

50 Comme beaucoup d’autres, ce plan est consultable en ligne sur Internet avec une qualité suffisante pour étudier l’habitat. Voir Sebastian Münster & François de Belleforest, La Cosmographie universelle de tout le monde : en laquelle, suivant les auteurs plus dignes de foy, font au vray descriptes toutes les parties habitables et non habitables de la terre et de la mer, leurs assiettes et choses qu’elles produisent, puis la description et peincture topographique des regions, la difference de l’air de chacun pays, d’où advient la diversité tant de la complexion des hommes que des figures des bestes brutes, Paris, Nicolas Chesneau, 1575, vol. 1, p. 174.

51 L’étude de ce plan peut être aisément faite en ligne par internet grâce à une numérisation très précise de la publication d’origine effectuée par la bibliothèque de l’université de Harvard. Voir le site :http://pds.lib.harvard.edu/pds/view/7289023?n=4&imagesize=2400&jp2Res=0.25 (janvier 2017). Ce lien permet de voir en ligne la version numérisée de l’ouvrage de Louis Bretez, Plan de Paris commencé l’année 1734 sous les ordres de Messire Michel Étienne Turgot, levé et dessiné par Louis Bretez, Paris, Claude Lucas, 1739. Une réédition de ce plan est parue en 2005 (Jean-Yves Sarazin & Laure Beaumont-Maillet, Plan de Paris dit plan de Turgot, fac-similé, Paris, RMN).

52 Seuls des faubourgs de la rive droite de la Seine sont évoqués, car à cette période, une promenade et des remparts les distinguent encore spatialement de la ville de façon nette, ce qui n’est pas le cas des faubourgs situés sur la rive gauche.

53 La modernité inhérente aux progrès de l’informatique a permis également de consulter en ligne ces plans qui ont été numérisés avec précision par les archives municipales de Toulouse.

54 AM de Toulouse, ii 708, Vue cavalière de Toulouse par Nicolas Berey, 1663 (reproduction).

55 AM de Toulouse, ii 671, Vue cavalière de Toulouse, par Melchior Tavernier, 1631.

56 AM de Toulouse, ii 674, Vue cavalière de Toulouse, par I. Boisseau, 1645.

57 AM de Toulouse, ii 678, Vue cavalière de Toulouse, par Jean-Baptiste de Poilly, fin du xviie siècle.

58 AD des Bouches-du-Rhône, 1 Fi 976, Plan et enceintes de Marseille en l’an 1597.

59 AM d’Angers, 1 Fi 1571, Plan de la ville et fauxbourgs d’Angers et des environs, par Thibaudeau, 1704. C’est un caractère commun à beaucoup de plans levés par les ingénieurs des fortifications.

60 AM d’Angers, 1 Fi 1572, archive citée.

61 AM de Dijon, 4 Fi 956, Le Vray Pourtraict de la ville de Dijon, par Édouard Bredin, 1574.

62 AD de Seine-Maritime, cartes et plans nº 1342, Plan de Rouen, par Jacques Gomboust, 1655.

63 Robert Étienne, Histoire de Bordeaux, op. cit., p. 252.

Table des illustrations

Titre Le vray portraict de la ville et cité de Romans, 1575.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Plan d’Orléans avec ses environs, par Charles Inselin, 1713.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29631/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Vue cavalière de la Guillotière, par Henri Verdier, 1697.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/29631/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 969k

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search