Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Prose de Samuel Beckett

 | 
Julien Piat
, 
Philippe Wahl

II. Rythme et sens

De « signes sans sens » à « peut-être un sens » : configuration et progression textuelles dans Bing

Carla Taban

Texte intégral

1Rédigé et publié en 1966, Bing est, parmi ce que l’on convient d’appeler les « textes minimalistes » de Beckett, celui qui porte atteinte de la manière probablement la plus radicale non seulement aux dispositifs narratifs et fictionnels de la littérature, mais aussi, voire tout d’abord, aux modalités discursives qui sous-tendent et conditionnent nécessairement la mise en place de ceux-ci. Dans ce qui suit, nous allons dégager dans un premier temps les particularités les plus saillantes de configuration et progression textuelles dans Bing, et par la suite retracer leur développement graduel au travers de diverses étapes du processus génétique, tel que celui-ci se laisse reconstituer à l’aide des avant-textes du texte publié.

  • 1 Nous traduisons. Ce qu’Elisabeth Bregman Segrè dit de Ping, la version anglaise autographe du texte (...)
  • 2 Voir à titre d’exemple les deux premières occurrences (sur cinq) du syntagme « signes sans sens » d (...)
  • 3 La notion de « phrase » que nous employons est définie strictement typographiquement, comme un synt (...)
  • 4 Voir la distinction peircienne entre « signe-type » et « signe-occurrence » dans Ducrot & Todorov, (...)
  • 5 C’est, par exemple, le cas de blanc dont les quatre-vingts occurrences représentent à peu près 10 % (...)

2La critique beckettienne est généralement d’accord pour affirmer qu’« à une première lecture de Bing, on ne comprend quasiment rien1 » (Bregman Segrè, 1977, p. 127). Bing se présente initialement comme une succession de « signes sans sens2 », fort semblables à ceux que le texte lui-même mentionne à plusieurs reprises et qui se voient pourvus, de ce fait, d’une fonction métadiscursive de commentaire sur la difficulté d’appréhender ce qu’on est en train de lire. Cette difficulté de compréhension est causée par la manière dont le matériau textuel est organisé. Bing comporte un seul paragraphe d’environ neuf cent cinquante mots (six pages de texte dans Têtes-mortes), distribués dans soixante-dix phrases averbales dont les syntagmes, majoritairement nominaux, sont juxtaposés par parataxe3. Le texte relève aussi d’un très haut degré de redondance, car seuls environ cent vingt lexèmes sur neuf cent cinquante sont des signes-types4, dont certains peuvent atteindre un nombre impressionnant d’occurrences5.

3L’absence totale de formes verbales personnelles, celle, presque totale, de conjonctions et autres connecteurs logiques et l’exploitation singulière du processus de répétition-permutation mènent à ce que Bing reste presque complètement opaque, du point de vue d’une signification globale, lors d’une première lecture. Des significations ponctuelles, rattachables à ce que l’on peut encore appeler, faute de mieux, le monde fictif du texte, se laissent tant bien que mal saisir – le fait qu’il s’agit d’un corps, d’un endroit clos qui le confine, de traces, de murmures et ainsi de suite –, mais le lecteur a du mal à différencier et à individualiser les diverses récurrences de ces éléments, à les mettre en rapport, à les rendre cohérentes et à en proposer un enchaînement logico-téléologique, voire chronologique, nécessaire et unique menant d’un début à une fin. À ceci il faut ajouter l’usage peu habituel et lui-même répétitif des interjections hop (douze occurrences) et bing (vingt occurrences) dont les significations contextuelles ne transparaissent pas d’emblée.

  • 6 Les trois phrases suivantes constituent l’ensemble des occurrences de « peut-être un sens » dans Bi (...)

4Ce qu’une première lecture linéaire de Bing a le mérite de faire ressortir, grâce à son incompréhensibilité même, ce sont ses propres limites à cerner les modalités spécifiques de configuration et de progression de ce texte. Les « signes sans sens » immédiatement apparents de Bing acquièrent néanmoins, pour paraphraser encore une fois le texte lui-même, « peut-être un sens6 » (c’est-à-dire des significations potentiellement actualisables) une fois que l’étape d’une première lecture linéaire est dépassée et remplacée par des relectures analytiques du texte publié et de ses avant-textes.

5La version publiée de Bing – aussi bien que celle de Ping, le texte anglais autographe correspondant – a déjà bénéficié de telles lectures qui ont mis en évidence tout un pan de particularités structurelles de cet écrit, surtout au niveau de son agencement syntaxique. On a observé ainsi à juste titre que les répétitions de Bing concernent non pas tant des mots isolés, mais des syntagmes – et parfois même des phrases entières – construits autour d’un nombre limité de noyaux sémantiques qu’on a appelés des « motifs » (Marin, 2000, p. 138). Ces syntagmes sont réitérés dans Bing soit à l’identique, soit suite à des transformations par ajout, substitution, suppression ou déplacement des termes. La première page (environ) du texte illustre très bien ce principe de reprise et de variation(-permutation) syntaxique des motifs :

Tout su tout blanc corps nu blanc un mètre jambes collées comme cousues. Lumière chaleur sol blanc un mètre carré jamais vu. Murs blancs un mètre sur deux plafond blanc un mètre carré jamais vu. Corps nu blanc fixe seuls les yeux à peine. Traces fouillis gris pâle presque blanc sur blanc. Mains pendues ouvertes creux face pieds blancs talons joints angle droit. Lumière chaleur faces blanches rayonnantes. Corps nu blanc fixe hop fixe ailleurs. Traces fouillis signes sans sens gris pâle presque blanc. Corps nu blanc fixe invisible blanc sur blanc. Seuls les yeux à peine bleu pâle presque blanc. Tête boule bien haute yeux bleu pâle presque blanc fixe face silence dedans. Brefs murmures à peine presque jamais tous sus. Traces fouillis signes sans sens gris pâle presque blanc sur blanc. Jambes collées comme cousues talons joints angle droit. Traces seules inachevées données noires gris pâle presque blanc sur blanc. Lumière chaleur murs blancs rayonnants un mètre sur deux. Corps nu blanc fixe un mètre hop fixe ailleurs. (TM, p. 61-62)

  • 7 Une autre signification possible de hop dans Bing peut se référer à l’instance narrative, non dans (...)

6Les dix-huit premières phrases de Bing correspondent aux deux premières séquences du texte, si l’on considère que celui-ci se laisse découper en parties constitutives par les douze occurrences de hop qui semblent désigner des changements spatiaux soudains, pouvant s’appliquer soit au corps lui-même en tant qu’objet représenté, soit à l’instance narrative qui le perçoit et le décrit7. Pour faciliter l’analyse illustrative de cet extrait nous l’avons divisé en phrases (numérotées) et en syntagmes composants (entre crochets). Les caractères italiques indiquent les reprises identiques (=) ou approximatives (~) des termes, les caractères romains les éléments nouveaux. Les parenthèses délimitent des éléments inédits à l’intérieur des syntagmes largement répétitifs. Autrement dit le romain signale du matériel textuel nouveau, l’italique du matériel textuel réitéré.

1. [Tout su] [tout blanc] [corps nu blanc un mètre] [jambes collées commecousues].

2. [Lumière chaleur] [sol blanc un mètre carré jamais vu].

= 1

3. [Murs blancs un mètre sur deux] [plafond blanc un mètre carré jamais vu].

=2 (1)

= 2

4. [Corps nu blanc fixe] [seuls les yeux à peine].

= 1

5. [Traces fouillis gris pâle presque blanc sur blanc].

6. [Mains pendues ouvertes creux face] [pieds blancs] [talons joints angle droit].

7. [Lumière chaleur] [faces blanches rayonnantes].

= 2

8. [Corps nu blanc fixe] [hop fixe ailleurs].

= 4 (~ 1)

9. [Traces fouillis (signes sans sens) gris pâle presque blanc].

= 5

10. [Corps nu blanc fixe (invisible) blanc sur blanc].

= 8 (4 (~ 1))

= 5

11 [Seuls les yeux à peine (bleu) pâle presque blanc].

= 4

= 9 (~ 5)

12. [Tête boule bien haute] [yeux/bleu pâle presque blanc//fixe// face/] [silence dedans].

= 11 (~ 9 (5))/4 (8 (10))//6 (7)/

13. [Brefs murmures à peine presque jamais tous sus].

= 11 (4) = 1

14. [Traces fouillis signes sans sens gris pâle presque blanc sur blanc]. =

= 9 x 5

15.[Jambes collées comme cousues] [ talons joints angle droit].

= 1

= 6

16. [Traces (seules inachevées données noires) gris pâle presque blanc sur blanc].

11 (4)

= 14 (5)

17. [Lumière chaleur] [murs blancs (rayonnants) un mètre sur deux].

= 7 (2)

= 3 + 7

18. [Corps nu blanc fixe un mètre] [hop fixe ailleurs].

= 10 (8 (4 (~ 1)))

= 8

7Ce qu’il convient de noter tout d’abord est que le découpage et le marquage proposés ci-dessus ne sont pas absolus ou infaillibles, mais heuristiques. Rien n’empêche, par exemple, de considérer comme syntagmes à part entière non pas « corps nu blanc un mètre » (1) et « hop fixe ailleurs » (8 ; 18), mais d’autres combinaisons telles que « corps nu blanc » et « un mètre », « corps nu » et « blanc un mètre », « corps nu », « blanc » et « un mètre », « corps », « nu blanc », « un mètre », etc., d’une part ; « hop » et « fixe ailleurs » ou « hop », « fixe » et « ailleurs » d’autre part. Ces différentes possibilités d’isoler des syntagmes dans Bing sont dues largement à l’absence de connecteurs, que Beckett élimine, comme on le verra plus loin, au fur et à mesure que le processus génétique avance vers la version publiée du texte. La syntaxe modulaire de Bing, résultat d’un travail de création soutenu et délibéré, génère des syntagmes et des phrases variables et donc des significations potentielles multiples qui agencent le texte simultanément au long de plusieurs axes signifiants et autour de plusieurs noyaux sémantiques. Bing ne « progresse » ainsi pas linéairement et simplement (en favorisant une signification à la fois), mais met en place un réseau syntagmatique et sémantique pluriel.

  • 8 Thierry Marin (2000, p. 139-140) identifie selon leur ordre d’actualisation dans le texte les dix s (...)
  • 9 Comparer par exemple « Brefs murmures à peine presque jamais tous sus. » (13) et « Murmure à peine (...)

8Les phrases citées développent presque toutes les séries de motifs qu’on a cru pouvoir identifier dans le texte8. Des dix séries dont parle Marin, neuf sont déjà modulées dans le premier quart de Bing, notamment celles du corps blanc (1, 4, 8, 10, 18), du corps morcelé (1, 6, 15), du lieu blanc (1, 2, 3, 7, 17), du regard bleu (4, 11, 12), de l’écriture balbutiante (5, 9, 14, 16), du battement des mesures (8, 18), de la tête (12), des voix inarticulées (13) et finalement la série de l’événement narratif à laquelle s’associe la sous-série de l’événement coloré (16). La seule série établie par le critique qui ne se manifeste pas encore directement ici est celle de l’image fulgurante, scandée rythmiquement par l’interjection bing. L’absence de cette série est d’autant plus surprenante qu’elle comprend le plus grand nombre d’occurrences dans le texte (vingt) et que celui-ci est titré selon son mot de scansion, ce qui la distingue des autres séries, la faisant ressortir en tant que figure sur leur fond. Mais même si bing n’apparaît pas encore en tant que tel ici, une des collocations où il sera répété par la suite pas moins de sept fois, à savoir « murmure/s à peine presque jamais », réunit plusieurs termes déjà présents en (13) et bientôt déclinés avant la première occurrence de bing en (29) et dans d’autres collocations où celui-ci sera ensuite intégré9. Bing et la série de l’image fulgurante qui s’y associe sont ainsi indirectement configurés dans le texte avant leur expression proprement dite, par le biais des environnements textuels restreints (syntagmes et phrases) où ils seront inscrits plus tard.

9Regardons de plus près les cinq actualisations de la première série identifiée par Marin, celle du corps blanc, dans l’incipit du texte (1, 4, 8, 10, 18), pour préciser encore plus la configuration et la progression textuelles de Bing.

1. [Tout su] [tout blanc] [corps nu blanc un mètre] [jambes collées comme cousues].

4. [Corps nu blanc fixe] [seuls les yeux à peine].

= 1

8. [Corps nu blanc fixe] [hop fixe ailleurs].

= 4 (~1)

10. [Corps nu blanc fixe (invisible) blanc sur blanc].

= 8 (4 (~1))

= 5

18. [Corps nu blanc fixe un mètre] [hop fixe ailleurs].

= 10 (8 (4 (~1)))

= 8

  • 10 « Donné rose à peine corps nu blanc fixe un mètre blanc sur blanc invisible. » (23) ; « Corps nu bl (...)

10Le syntagme « corps nu blanc un mètre » – qui apparaît en position médiane en (1) et dont le noyau nominal « corps », dépourvu de tout déterminant, est suivi de deux adjectifs épithètes et d’un complément du nom juxtaposé sans préposition – est repris et modifié en (4) sous la forme « corps nu blanc fixe » – où un troisième adjectif épithète, notamment « fixe », vient se substituer en fin de syntagme au complément du nom qui s’y trouvait initialement. Des quatre termes qui actualisent originairement en (1) la série du corps blanc, les trois premiers restent inchangés lors de leur récurrence en (4), (8), (10) et (18). Si le dernier terme du syntagme qui actualise la série du corps blanc en (1), à savoir « un mètre », se voit remplacé de manière constante et consistante en (4), (8) et (10) par « fixe », (18) récupère ce terme et l’ajoute à la fin du syntagme « corps nu blanc fixe ». (18) fait ainsi progresser Bing à reculons, à rebours ou bien par retour en arrière. Des six autres occurrences10 de la série du corps blanc dans Bing (23, 26, 41, 46, 60, 65), quatre (23, 26, 41, 60) continuent à mettre en collocation les termes « fixe » et « un mètre », mais pas toujours dans cet ordre.

  • 11 Voir la note précédente.

11Dès (4), « corps nu blanc fixe » passe de position médiane en position initiale, et en (10), le syntagme est développé par des ajouts substantiels, devenant « Corps nu blanc fixe invisible blanc sur blanc. » Ce syntagme occupe, à lui seul, toute la phrase où il apparaît, tandis qu’en (1), (4), (8) et (18), « corps nu blanc un mètre », « corps nu blanc fixe » et « corps nu blanc fixe un mètre » sont juxtaposés à des syntagmes actualisant d’autres séries de motifs : celle du lieu blanc (« tout blanc »), celle du corps morcelé (« jambes collées comme cousues ») et une série qu’on pourrait appeler, faute de mieux, épistémologique (« tout su ») en (1) ; la série du regard bleu en (4) (« seuls les yeux à peine ») et celle du battement des mesures en (8) et (18) (« hop fixe ailleurs »). La série du corps blanc gardera par la suite sa position en tête de phrase, sauf dans les trois cas (23, 46, 65) où sa réalisation textuelle est simultanée avec celle de l’événement coloré, tel que celui-ci est exprimé par rapport au noyau nominal du corps (« donné rose à peine [corps] »), quand elle sera déplacée de nouveau en position médiane11.

12Cet exemple illustre bien la dynamique entre configuration et progression textuelles dans Bing. Les termes « corps nu blanc », réitérés et distribués identiquement dans leurs syntagmes respectifs en (1), (4), (8), (10) et (18) – à quoi il faut ajouter la similarité topologique de (4), (8), (10) et (18) – configurent les quatre phrases, c’est-à-dire les mettent directement, matériellement et formellement, en rapport. Contre ce fond peu distinct constitué par la redondance de « corps nu blanc » en (1), (4), (8), (10) et (18), les substitutions, permutations et ajouts subis par le syntagme original se détachent comme des figures textuelles qui apportent de « nouvelles » informations et font progresser le texte. Quelques observations supplémentaires s’imposent.

13« [F]ixe » de « corps nu blanc fixe » ressort comme figure en (4) non seulement contre le fond de « corps nu blanc un mètre » de (1), mais aussi contre le fond constitué par d’autres syntagmes de (2) et (3), à savoir « sol blanc un mètre carré », « murs blancs un mètre sur deux » et « plafond blanc un mètre carré » qui en reprennent non seulement la structure syntaxique, en la modifiant légèrement (nom-déterminant + adjectif(s) épithète(s) + complément du nom), mais aussi certains lexèmes comme « blanc » et « un mètre ». La dynamique entre configuration et progression textuelles ne se limite donc pas aux développements intrinsèques d’une seule et unique série, mais concerne l’interaction entre les diverses séries. Cette configuration-progression à la fois intra- et inter-sérielle est illustrée aussi par le développement du syntagme « corps nu blanc fixe » à travers l’ajout d’« invisible blanc sur blanc » en (10). Seul « invisible » ressort ici comme figure absolue si l’on considère comme fond toutes les phrases et tous les syntagmes précédents de Bing, et non seulement ceux qui actualisent la série du corps blanc. En (10), la collocation « blanc sur blanc » ne fait pas l’effet d’une figure pour deux raisons : à cause de la répétition abondante de « blanc » jusqu’ici et surtout à cause du fait que (5), qui représente la toute première actualisation de la série de l’écriture balbutiante dans le texte, a déjà employé la même tournure : « Traces fouillis gris pâle presque blanc sur blanc. » Plutôt que de faire progresser la série du corps blanc à l’instar d’« invisible », « blanc sur blanc » de (10) configure cette série avec celle de l’écriture balbutiante. Ou, pour le dire autrement, la progression de la série du corps blanc coïncide avec sa configuration avec d’autres séries du texte. La progression de Bing consiste alors non pas seulement dans l’introduction d’une figure informationnelle absolument nouvelle dans le texte, mais dans l’établissement des rapports configurateurs entre des séries à travers des termes individuels ou des syntagmes relativement nouveaux (pour une série donnée), ou bien même à travers des termes ou des syntagmes de fond qui sont re-fonctionnalisés comme figures.

  • 12 À lui tout seul, « fixe » configure donc directement (matériellement), dans l’extrait cité, quatre (...)

14Cette dernière possibilité est illustrée, dans l’extrait cité, par « fixe » qui apparaît en (4) comme figure de progression textuelle, mais qui est transformé par la suite en fond configurateur, à force de répétition dans « corps nu blanc fixe » en (8), (10) et (18). En (8), « fixe » apparaît toutefois non seulement dans « corps nu blanc fixe », mais aussi dans le syntagme juxtaposé « hop fixe ailleurs » qui exerce une double fonction textuelle. Parce qu’il s’agit de la toute première occurrence de cette collocation dans Bing, « hop fixe ailleurs » fait progresser le texte grâce à la nouveauté de l’ensemble qui initie la série du battement des mesures. À l’intérieur de cet ensemble, l’élément « fixe » exerce néanmoins et simultanément aussi une fonction de configuration textuelle qui contribue à mettre en rapport direct la série du corps blanc avec celle du battement des mesures. De plus, « fixe » reparaît en (12) dans une nouvelle collocation, à savoir « fixe face », qui peut être intégrée dans des syntagmes actualisant soit la série du regard bleu, soit celle de la tête, soit les deux en même temps : « Tête boule bien haute yeux bleu pâle presque blanc fixe face silence dedans. » « [F] ixe face » fonctionne ici, comme « hop fixe ailleurs » en (8), en tant que modalité à la fois de configuration et de progression textuelles : d’une part, « fixe » met directement en rapport la série du corps blanc avec celle du regard bleu et/ou de la tête ; d’autre part, l’expression apporte de nouvelles informations au sujet de ces deux dernières séries citées, dont l’une (celle du regard bleu) n’est actualisée auparavant qu’en (4) : « Corps nu blanc fixe seuls les yeux à peine. », tandis que l’autre (celle de la tête) se trouve à sa toute première occurrence textuelle12.

15Si « fixe » en (12) configure à plusieurs phrases de distance le regard bleu avec le corps blanc, lui-même « fixe » en (4), (8), (10) et (18), il n’est pas moins vrai que ces deux séries sont configurées aussi par leur juxtaposition en (4). La configuration par juxtaposition peut avoir en vue non seulement des syntagmes inclus dans la même phrase – comme en (4) et (8) –, mais aussi des phrases successives qui développent presque dans le même ordre des syntagmes rattachables aux mêmes séries : (4) et (5) d’une part, (8), (9), (10) et (11) d’autre part, enchaînent ou alternent les séries du corps blanc, du regard bleu et de l’écriture balbutiante.

16La répétition des syntagmes, de manière identique ou suite à diverses transformations, leur juxtaposition dans la même phrase ou leur alternance plus ou moins régulière dans des phrases successives ne sont pas les seuls moyens qui à la fois configurent et font progresser le texte. Celui-ci exploite aussi le phonétisme du français à travers des assonances et des allitérations, mais aussi à travers la récurrence des mêmes mots dont les sonorités finissent ainsi par être mises en relief. Si, à force de répétition, blanc semble d’emblée perdre toute valeur sémantique particulière et devenir un fond indistinct contre lequel les significations des autres mots et syntagmes du texte peuvent se distinguer comme figures, le mot se retrouve en même temps et pour la même raison pourvu d’une valeur euphonique, voire rythmique, indéniable, puisqu’il est souvent répété en position accentuée – en fin de phrase ou en fin de groupe rythmique (9, 10, 11, 14, 16). Si on ne prend en compte que l’extrait cité on remarque aussi :

  1. la répétition de [tu], les assonances en [y] et les allitérations en [k] en (1) : « Tout su tout blanc » ; « su », « nu », « cousues » ; « collées comme cousues » ;

  2. la reprise de « jamais vu » à la fin de (2) et (3) qui assone, voire rime, avec le dernier mot de (1), « cousues » ;

  3. l’allitération en [s] dans « signes sans sens » (9, 14) à laquelle s’ajoutera plus tard celle de « souffle sans son » (41, 69), mais aussi celle en [f] de « fixe face » (12, 27, 37, 39, 42, 56, 59, 61, 64, 70) et celle en [b] de « bleu et blanc (au vent) » (47, 54, 58, 67).

17Au niveau sémantique, il convient de remarquer l’usage des mots polysémiques qui sont actualisés avec des significations différentes selon qu’ils sont intégrés dans des syntagmes exprimant telle ou telle série de motifs. « Face » apparaît ainsi vingt et une fois dans Bing dans des syntagmes où le mot veut dire tantôt surface comme en (7) – « Lumière chaleur faces blanches rayonnantes. » –, tantôt de face comme en (6) – « Mains pendues ouvertes creux face pieds blancs talons joints angle droit. » –, ou prend une acception qui oscille entre de face et visage comme en (12) – « Tête boule bien haute yeux bleu pâle presque blanc fixe face silence dedans. »

18Un autre exemple est « seul », employé :

  1. comme synonyme d’« unique » (à valeur adverbiale d’exclusivité) dans des collocations telles que « seuls les yeux à peine » (4, 11, 27), « traces seules inachevées » (16, 49), « (seuls les) yeux seuls inachevés [...] bleu pale presque blanc (seule couleur) » (21, 39, 42, 56) et « une seule [face] rayonnante » (43, 57, 68) ;

  2. comme synonyme d’« isolé » dans « (bing) murmure [...] peut-être pas seul » (22, 50, 62, 70).

19Il va sans dire que ces mots polysémiques finissent par connecter, à travers leur signifiant et non à travers leur signifié, leurs séries respectives de motifs, à savoir le lieu blanc, le corps morcelé, le regard bleu et/ou la tête dans le cas de « face » ; le regard bleu, l’écriture balbutiante, le lieu blanc, l’événement narratif, l’événement coloré, les voix inarticulées et l’image fulgurante dans le cas de « seul ».

  • 13 Voir Admussen (1979, p. 21-24) pour l’établissement et la datation des pièces du dossier génétique (...)
  • 14 Une note que Beckett a attachée aux avant-textes du Dépeupleur et de Bing précise qu’en dépit de le (...)

20Les avant-textes manuscrits et tapuscrits de Bing permettent d’établir les différentes étapes du processus génétique du texte et donc aussi de retracer l’évolution de ses modalités configuratrices et de progression. Selon Richard Admussen (1979), le dossier génétique de Bing comprend seize stades, matérialisés dans six manuscrits et dix tapuscrits rédigés du 20 juillet au 16 août (septembre ?) 196613. Dans le manuscrit 1, d’une longueur d’environ deux cents mots, que Beckett a complètement raturé, le seul objet représenté est une « salle » aux dimensions identiques au parallélépipède de Bing. Il n’est pas encore question d’un corps dans cet espace décrit en assez grand détail : deux niches (M et N) dans deux murs opposés (B et D) communiquent par deux galeries demi-circulaires ; une échelle y donne accès ; les murs et l’échelle sont en caoutchouc amortisseur de tout bruit ; « tout est blanc » ; l’éclairage et la chaleur connaissent des « périodes » de « grand éclairage » ou « noir complet » d’une part, de « grande chaleur » ou « grand froid » d’autre part ; et « quelques traces rouges souillent les surfaces blanches »14. Le manuscrit 1 relève d’une textualité « télégraphique », avec des phrases courtes dont plusieurs sont déjà averbales ; on relève aussi des noms employés sans article. Toutefois plus de la moitié des phrases sont verbales et l’usage des articles comme des prépositions est la règle plutôt que l’exception. La syntaxe n’est donc point encore modulaire, mais bien définie.

21À partir du manuscrit 2, deux fois plus long que le manuscrit 1, « un corps nu d’un mètre » est représenté dans l’espace qui n’est plus nommé d’entrée de jeu « salle », mais seulement décrit selon ses « mesures approximatives ». Ni les murs ni les niches ne sont plus désignés par des lettres. Le manuscrit commence avec une description de l’endroit et des conditions environnementales (éclairage, température, matériau) qui occupe vingt phrases. Le motif du corps n’est introduit qu’après cette présentation unifiée du lieu et il est développé à son tour uniformément dans les quelque vingt phrases qui suivent. Les deux motifs, espace et corps, ne sont donc pas encore disséminés à travers le texte, imbriqués l’un dans l’autre et ainsi donnés presque simultanément – dans des phrases qui se succèdent ou alternent de près, ou bien dans des syntagmes juxtaposés au sein d’une même phrase ; ils sont, au contraire, bien définis, unis, individualisés et compacts. Une « petite tête » (tantôt « lisse », tantôt « droite bien dans l’axe », tantôt « lisse et ronde ») et des « yeux » (tantôt « bleu de glaire. Presque blancs. [Qui] voient tout. Très écartés. Énorme éventail », tantôt « seuls [...] et encore », tantôt « à peine ») – qui sont cités trois fois à des intervalles d’au moins vingt phrases – semblent initier le processus répétitif de permutation et de configuration à distance des motifs. Dans le manuscrit 2, la reprise de certains motifs se fait toutefois presque toujours dans des blocs d’au moins quelques phrases. La répétition y est largement progressive : le même motif revient, mais il revient parce qu’il est développé, c’est-à-dire qu’on y ajoute chaque fois des éléments nouveaux par rapport à ceux qui y étaient déjà. De nouveaux prédicats portent sur les mêmes thèmes. La répétition dans le texte publié n’est que rarement uniquement progressive, voire nouvellement prédicative ; le plus souvent elle est aussi, simultanément, configuratrice.

22C’est dans le manuscrit 2 qu’apparaît pour la première fois une interjection, « paf », qui désigne des « changements foudroyants » d’éclairage et de température d’une part (« Paf noir. Paf éblouissement. Paf de cinquante à zéro à cinquante. »), et des « déplacements très soudains et rapides » (qui semblent être ceux) du corps d’autre part (« À peine les yeux. Paf ailleurs. [...] dans un éclair. »). De « brefs murmures [...] toujours les mêmes » qui « sont sus » font l’objet d’une toute première occurrence unique. Des « traces » sont mentionnées à deux reprises : « quelques traces noires » (qui remplacent les « quelques traces rouges » du manuscrit 1) concluent la description de l’espace au début du manuscrit, tandis qu’à la fin, « d’autres traces » deviennent le but du déplacement du corps (ou de l’instance narrative ?) : « Paf ailleurs. [...] dans un éclair. Vers d’autres traces ». L’instance narrative se manifeste plus explicitement ici que dans Bing. À des phrases telles que « Tout entier su dehors dedans » et « Ils [les brefs murmures] sont sus » – qu’on retrouvera modifiées dans Bing et que nous avons regroupées dans une série épistémologique – s’ajoutent des constats tels que « Si peu de savoir. Si peu à savoir » qui seront finalement éliminés. Parmi les autres éléments qui apparaissent lors des deux premières étapes génétiques de Bing, qui seront développés à travers plusieurs des étapes suivantes, mais qui seront ultimement supprimés dans le texte publié, on peut compter : les niches dans les murs et les galeries demi-circulaires qui les connectent ; l’échelle à laquelle manque le troisième échelon ; le caoutchouc qui ne sonne pas même sous des coups ; « certains insectes. Des étangs » ; une « petite acrobatie à mi-montée » ; des « douleurs sourdes », etc. La suppression de tous ces détails enlève au monde fictif représenté tout réalisme, voire toute vraisemblance, en rendant le texte de moins en moins figuratif, c’est-à-dire propre à la représentation, et de plus en plus conceptuel ou abstrait.

23Il faut toutefois noter aussi que dès les premiers stades du processus génétique de Bing, Beckett introduit non seulement des motifs (tels que ceux du corps blanc, du corps morcelé, du lieu blanc, du regard bleu, etc.) et des structures syntaxiques (telles que des phrases averbales et des noms sans article) qu’il élaborera par la suite et gardera jusque dans la version finale du texte, mais aussi des lexèmes, collocations et syntagmes qui actualisent ces motifs et ces structures et qu’il maintiendra tels quels ou changera en accord avec les principes de configuration et de progression textuelles décrits plus haut.

  • 15 Notons que ces corrections manuscrites ne sont pas parfaitement consistantes à cette étape génétiqu (...)

24Ainsi, « un corps nu d’un mètre » du début du manuscrit 2 ne deviendra que dans le manuscrit 4 (correspondant à la huitième étape génétique) « un corps nu blanc taille un mètre », en même temps que le « sol plat » de la phrase suivante (qui était là dès le manuscrit 3, quatrième étape du processus génétique) devient « un mètre carré de sol blanc ». Dans le tapuscrit 5 (neuvième étape génétique), « taille » est remplacé par la préposition « de », de manière à générer la phrase « un corps nu blanc d’un mètre ». Dans le tapuscrit 6 (dixième étape génétique), « un corps nu blanc d’un mètre » devient « corps nu blanc un mètre », tandis qu’« un mètre carré de sol blanc » devient « sol blanc un mètre carré », suite à des corrections manuscrites configuratrices qui enlèvent simultanément la préposition « de » aux deux expressions et éliminent l’article indéfini du « corps » (en configurant ainsi celui-ci avec le « sol », lui aussi sans article aucun15). Les toutes premières occurrences textuelles de la série du corps et du lieu évoluent donc génétiquement de pair en ce qui concerne leur configuration, à travers « blanc » et leur structure syntaxique modulaire.

  • 16 L’analyse des manuscrits corrige donc l’observation selon laquelle la toute première occurrence (gé (...)

25Le manuscrit 3 est important parce que c’est là qu’apparaissent pour la première fois, simultanément, les interjections « hop » et « bing » – bien que « paf » reste dans le texte16. « Bing » est dès le début intégrée dans des collocations avec « murmure », « silence », « peut-être pas seul », « peut-être une issue » et « peut-être une nature » qu’on retrouvera dans le texte publié. « Paf » continue à désigner des changements soudains, soit environnementaux (d’éclairage et de température), soit du corps, tandis que « hop » est employée elle aussi par rapport au corps, doublant ainsi « paf » : « Hop l’échelon à la main et paf toute volée mur sol tête sans bruit. [...] Hop de nouveau immobile lâché l’échelon sans bruit [...]. » « Hop » semble désigner le début et la fin du déplacement du corps dans l’espace, autrement dit la transition entre immobilité-mouvement-immobilité, tandis que « paf » est plutôt consacrée au mouvement du corps en pleine « volée », donc au mouvement en tant que tel. Dans Bing, « hop fixe ailleurs » accumule contradictoirement les deux acceptions, l’une dynamique (« hop [...] ailleurs ») et l’autre statique (« fixe »), que les avant-textes distribuent séparément dans « paf » et « hop » respectivement.

  • 17 Les « xxx » désignent des ratures indéchiffrables dans les avant-textes, tandis que le signe « ^ » (...)
  • 18 Les brusques changements environnementaux et donc aussi les occurrences de hop qui contribuent à le (...)

26Le manuscrit 3 est important aussi parce qu’il témoigne de la genèse du processus de dissémination et de permutation alternante des motifs. Après une page de texte, Beckett interrompt la rédaction et dresse un tableau avec trois colonnes titrées « corps », « endroit » et « divers » où il liste de brèves entrées (entre une dizaine et une trentaine pour chaque colonne) telles que : « toujours même pose » et « petites mains pendouillantes entrouvertes creux en avant » dans le premier cas, « traces seules inachevées noires à l’origine pâlies presque blanches ou effacées » et « corps dans niche fourreau xxx ^impossible^ de retourner17 » dans le deuxième cas, et « si peu à dire », « si peu à faire » et « tellement rien à comprendre » dans le troisième cas. Dans ce tableau, certaines occurrences de « paf » (dans le contexte du déplacement du corps) sont remplacées, suite à des corrections manuscrites, par « hop », tandis que dans le tapuscrit 2 (cinquième étape génétique), « paf » est remplacé, de nouveau à la main, par « hop » dans tous ses contextes d’occurrence18. Notons aussi que la troisième colonne, celle qui comprend des expressions métadiscursives (attribuables à l’instance narrative), est complètement barrée, même si la poursuite de la rédaction du texte, lors de cette étape génétique, intègre bon nombre d’entrées qui s’y retrouvent en les configurant à plusieurs phrases de distance. La série métadiscursive est supprimée complètement dès le tapuscrit 3 (sixième étape génétique), sauf pour certaines expressions qui seront transformées de manière à constituer la série épistémologique.

*

27Les quelques exemples d’évolution génétique discutés ci-dessus confirment le fait que Beckett a travaillé délibérément, lors de la rédaction de Bing, à créer et développer des modalités de configuration et de progression textuelles – telles que celles-ci se laissent identifier à travers une analyse très précise de la version publiée – qui mettent en place un texte dont toutes les dimensions (syntaxique, sémantique, phonétique, structurelle, topologique, sémiotique, etc.) œuvrent à démultiplier son potentiel signifiant.

Notes

1 Nous traduisons. Ce qu’Elisabeth Bregman Segrè dit de Ping, la version anglaise autographe du texte, est valable aussi pour Bing.

2 Voir à titre d’exemple les deux premières occurrences (sur cinq) du syntagme « signes sans sens » dans Bing, dans des environnements restreints rapprochés et presque identiques (nous soulignons dans ces citations et les suivantes) : « Traces fouillis signes sans sens gris pâle presque blanc. » (9) ; « Traces fouillis signes sans sens gris pâle presque blanc sur blanc. » (14) Puisqu’il s’agit d’un texte court, nous omettons les références de page. En échange, nous avons divisé le texte en phrases composantes (voir la note suivante) dont nous indiquons entre parenthèses l’ordre d’apparition dans le texte.

3 La notion de « phrase » que nous employons est définie strictement typographiquement, comme un syntagme ou une succession de syntagmes qui commence avec une majuscule et finit avec un point. Pour une définition similaire de la « phrase » dans Bing/Ping, voir aussi Cohn, 2001, p. 299.

4 Voir la distinction peircienne entre « signe-type » et « signe-occurrence » dans Ducrot & Todorov, 1972, p. 138.

5 C’est, par exemple, le cas de blanc dont les quatre-vingts occurrences représentent à peu près 10 % du matériau verbal du texte, de presque avec trente-six occurrences, de bing avec vingt ou de bleu avec dix-neuf occurrences.

6 Les trois phrases suivantes constituent l’ensemble des occurrences de « peut-être un sens » dans Bing : « Bing murmure à peine presque jamais une seconde peut-être un sens ça de mémoire presque jamais. » (34) ; « Traces fouillis gris pâle yeux trous bleu pâle presque blanc fixe face bing peut-être un sens à peine presque jamais bing silence. » (59) ; et « Bing jadis à peine peut-être un sens une nature une seconde presque jamais bleu et blanc au vent ça de mémoire plus jamais. » (67)

7 Une autre signification possible de hop dans Bing peut se référer à l’instance narrative, non dans son déplacement physique (concret ou abstrait), mais dans son activité de production textuelle. Hop désignerait alors non le/mouvement/, mais l’/achèvement/, et serait l’équivalent d’une expression telle que et voilà qui est fait/dit.

8 Thierry Marin (2000, p. 139-140) identifie selon leur ordre d’actualisation dans le texte les dix séries suivantes : 1) le corps blanc (onze occurrences) ; 2) le corps morcelé (douze occurrences) ; 3) le lieu blanc (quinze occurrences) ; 4) le regard bleu (quatorze occurrences) ; 5) l’écriture balbutiante (dix occurrences) ; 6) le battement des mesures, indice hop (douze occurrences) ; 7) la tête (sept occurrences) ; 8) les voix inarticulées, indice murmure/s (neuf occurrences) ; 9) l’événement narratif, indices in/achevé et dernier (sept occurrences) ; 9 bis) l’événement coloré, indices noir, bleu et rose (onze occurrences) ; et finalement 10) l’image fulgurante, indice bing (vingt occurrences). 9. Comparer par exemple « Brefs murmures à peine presque jamais tous sus. » (13) et « Murmure à peine presque jamais une seconde peut-être pas seul. » (28) avec « Bing murmure à peine presque jamais une seconde peut-être un sens ça de mémoire presque jamais. » (34) et « Bing murmures à peine presque jamais une seconde toujours les mêmes tous sus. » (45). Tout au long de cet article, nous employons le terme de collocation pour désigner la cooccurrence discursive des mêmes mots dans Bing.

9 Comparer par exemple « Brefs murmures à peine presque jamais tous sus. » (13) et « Murmure à peine presque jamais une seconde peut-être pas seul. » (28) avec « Bing murmure à peine presque jamais une seconde peut-être un sens ça de mémoire presque jamais. » (34) et « Bing murmures à peine presque jamais une seconde toujours les mêmes tous sus. » (45). Tout au long de cet article, nous employons le terme de collocation pour désigner la cooccurrence discursive des mêmes mots dans Bing.

10 « Donné rose à peine corps nu blanc fixe un mètre blanc sur blanc invisible. » (23) ; « Corps nu blanc fixe un mètre hop fixe ailleurs. » (26 = 18) ; « Corps nu blanc fixe un mètre hop fixe ailleurs blanc sur blanc invisible cœur souffle sans son. » (41) ; « Donné rose à peine corps nu blanc fixe invisible tout su dehors dedans. » (46) ; « Blanc nu un mètre fixe hop fixe ailleurs sans son jambes collées comme cousues talons joints angle droit mains pendues ouvertes creux face. » (60) ; et « Donné rose à peine un mètre invisible nu blanc tout su dehors dedans achevé. » (65) Il convient de noter que vers la fin de Bing (60, 65), la série du corps blanc et celle de l’événement coloré « rose » rattachable au corps sont actualisées par des syntagmes où le noyau nominal « corps » lui-même est éliminé, et que le « corps » ne reste présent que dans les « traces » des collocations dont il a fait partie précédemment. Notons aussi que l’ajout, la substitution et la permutation topologique des termes actualisant la série du corps blanc concernent, comme ces phrases le montrent si bien, non seulement « fixe » et « un mètre », mais aussi – au fur et à mesure que le texte procède vers sa fin – « nu », « blanc », « blanc sur blanc » et « invisible ».

11 Voir la note précédente.

12 À lui tout seul, « fixe » configure donc directement (matériellement), dans l’extrait cité, quatre séries : celle du corps blanc, celle du battement des mesures, celle du regard bleu et celle de la tête.

13 Voir Admussen (1979, p. 21-24) pour l’établissement et la datation des pièces du dossier génétique de Bing. On peut retrouver dans le même ouvrage, aux pages 132-148, les fac-similés des six versions manuscrites de Bing qui se trouvent dans la collection spéciale « Samuel Beckett Papers » de la bibliothèque de la University of Washington (Saint Louis, États-Unis). Ce fonds comprend aussi les dix avant-textes tapuscrits de Bing, les premiers à avoir été rendus accessibles au public : voir Federman & Fletcher, 1970, p. 325-343. La séquence des avant-textes de Bing est la suivante : 1) manuscrit 1 (20 juillet 1966) ; 2) manuscrit 2 (23 juillet 1966) ; 3) tapuscrit 1 (non daté, transcription et modification du manuscrit 2) ; 4) manuscrit 3 (28 juillet 1966) ; 5) tapuscrit 2 (non daté, transcription incomplète du manuscrit 3) ; 6) tapuscrit 3 (non daté, développement du tapuscrit 2) ; 7) tapuscrit 4 (non daté, basé sur le manuscrit 3 et le tapuscrit 3) ; 8) manuscrit 4 (3 août 1966) ; 9) tapuscrit 5 (non daté, basé sur le manuscrit 4, beaucoup de corrections manuscrites) ; 10) tapuscrit 6 (non daté, transcription et développement du tapuscrit 5) ; 11) manuscrit 5 (9 août 1966) ; 12) tapuscrit 7 (non daté, transcription et développement du manuscrit 5) ; 13) manuscrit 6 (16 août [septembre ?] 1966) ; 14) tapuscrit 8 (non daté, transcription et développement du manuscrit 6) ; 15) tapuscrit 9 (non daté, très similaire à la version publiée) ; 16) tapuscrit 10 (non daté, envoyé chez l’éditeur, très peu de corrections manuscrites).

14 Une note que Beckett a attachée aux avant-textes du Dépeupleur et de Bing précise qu’en dépit de leur différence formelle, les deux textes s’apparentent génétiquement et que Bing peut être considéré comme une miniaturisation du Dépeupleur, que l’auteur a abandonné en raison de complexités insurmontables : voir Admussen, 1979, p. 22. Le fait que Beckett signale à Jérôme Lindon, au cours de l’été 1966, qu’il a sauvé mille mots du désastre que représente Le Dépeupleur confirme les rapports génétiques des deux textes : voir Pilling, 2006, p 173. Beckett n’abandonne toutefois pas définitivement Le Dépeupleur mais reprend le travail de rédaction, si bien que ce bref texte en prose commencé en 1965 est finalement publié en 1970 : voir Pilling, 2006, p. 170 et 184. Le manuscrit 1 de Bing tout comme les avant-textes suivants, jusqu’au manuscrit 4, témoignent en effet de la parenté génétique des deux écrits surtout en ce qui concerne la représentation de l’espace physique et des conditions environnementales du/des corps.

15 Notons que ces corrections manuscrites ne sont pas parfaitement consistantes à cette étape génétique, mais qu’elles seront régularisées dès l’étape suivante.

16 L’analyse des manuscrits corrige donc l’observation selon laquelle la toute première occurrence (génétique) de bing dans Bing se retrouve dans le tapuscrit 4 (septième étape génétique) : voir Federman & Fletcher, 1970, p 329. En fait bing et hop apparaissent dans le texte plus tôt, lors de la quatrième étape génétique.

17 Les « xxx » désignent des ratures indéchiffrables dans les avant-textes, tandis que le signe « ^ » encadre des ajouts, souvent manuscrits.

18 Les brusques changements environnementaux et donc aussi les occurrences de hop qui contribuent à leur expression textuelle disparaissent définitivement dans le manuscrit 4 (huitième étape génétique).

© Presses universitaires de Lyon, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540