Version classiqueVersion mobile

Penser les frontières sociales

 | 
Lilian Mathieu
, 
Violaine Roussel

Jeux et enjeux de catégorisations

L’infirmier comme personnage-frontière au Maroc

Assia Boutaleb

Texte intégral

  • 1 Cette formule, très courante, sert à appuyer une demande. Elle s’énonce souvent sur le ton de la su (...)

Un infirmier s’adresse à une femme entre deux âges, voilée et vêtue d’une djellaba colorée et bon marché, qui attend pour une consultation.
L’infirmier – Tu dois faire des analyses, le médecin il ne peut rien voir comme ça. Tes analyses, là, elles sont incomplètes. Moi je te le dis, il ne verra rien.
La femme –  Que Dieu bénisse tes parents [allah yarham el walidayn1], à ton avis je dois faire quoi ?
I. – À mon avis tu attends de voir le médecin il te demandera des analyses et tu devras les faire et revenir, et c’est tout [wa sâfi].
F. –  Et toi tu ne peux pas me les faire ? Tu me dis et je fais ce que tu écriras.
I. – Ah non, moi je ne le fais pas, je n’ai pas le carnet [de prescriptions]. Moi je suis comme vous, j’attends le médecin.
F. –  Mais ils ne nous disent pas. Comment on va faire nous ? Si je fais tout ça et qu’après, tout ce que j’ai c’est un rendez-vous... Les rendez-vous sont dans dix mois j’ai le temps de mourir.
I. – Et encore il peut y avoir des grèves... En septembre il y a beaucoup de congés et d’absences, essaie d’éviter septembre.
F. –  La dernière fois on est venu et on n’a vu personne.
I. – Oui il faut le savoir, il faut faire attention aux mois où tu viens. Il y a des choses à savoir, maintenant que je te l’ai dit, fais attention aux rendez-vous qu’on te donne.

  • 2 En effet, la profession est, comme en France, marquée par une forte féminisation : 71 % des infirmi (...)
  • 3 Dans ce qui suit, j’utiliserai indifféremment les termes « patient » et « usager » pour désigner le (...)

1Ce dialogue entre une patiente et un infirmier a lieu dans la salle d’attente des consultations du centre hospitalier universitaire (CHU) Ibn Sina de Rabat, la capitale marocaine. S’il est vrai qu’il est particulier en raison de l’identité sexuelle de l’infirmier2, il n’en demeure pas moins représentatif des échanges et des interactions entre personnels de santé et usagers3 des hôpitaux placés dans une situation d’attente de soins. Parce qu’il porte sur des demandes d’informations autant qu’il s’appuie sur des catégorisations relevant du sens commun délimitant des « eux » et des « nous » et arrimées à des assignations catégorielles, cet échange m’a semblé intéressant pour amorcer une réflexion sur la question des frontières explicites, mais aussi implicites qui transparaissent dans les interactions médicales et au sein d’un milieu professionnel. Plus précisément, cet extrait dialogique invite à penser la « spécificité frontalière » du travail infirmier qui relève de l’intermédiation entre patients et médecins : membre de la même institution que les seconds, l’infirmier est cependant plus proche socialement des premiers, ce qui lui permet de surmonter les différences tenant à la structure de l’institution hospitalière. Il s’agira donc, ici, de réfléchir aux positionnements et aux jeux frontaliers que pratique et qui sont permis à cette catégorie de professionnels.

  • 4 L’observation flottante est une méthode adoptée par Colette Pétonnet dans ses travaux d’ethnologie (...)
  • 5 Dans ce qui suit, sauf indications contraires, j’utiliserai le masculin, essentiellement parce que (...)
  • 6 À défaut d’être totale (d’ailleurs les institutions totales le sont-elles réellement et ne sont-ell (...)

2Il y aurait différentes manières d’envisager, dans le concret de l’interaction, les aspects de l’établissement ou de la délimitation des frontières qui ont cours au sein d’un système de soins. Certaines pourraient s’appuyer sur une immersion prolongée au plus près des personnels soignants, d’autres se nourrir d’entretiens sociologiques, il n’en demeure pas moins qu’un aspect doit être mentionné : en contexte marocain, toutes ne seraient pas possibles et / ou permises. Face aux difficultés d’accès et aux contraintes du terrain, le chercheur doit souvent se contenter d’une collecte de données parcellaires, voire d’une ethnologie pointilliste, et de ce qui relève de « l’observation flottante4 ». À partir d’un terrain restreint, à savoir une session d’observation in situ, je chercherai à retracer les modalités de la catégorisation transactionnelle qui s’opère lors des interactions au sein de l’hôpital et qui consacre, comme je le montrerai, l’infirmier5 comme personnage-frontière. En proposant la notion de personnage-frontière, il s’agira non seulement de prendre acte et de comprendre les dimensions de la multipositionnalité de l’infirmier, qui en font un intermédiaire, mais aussi de spécifier les rapports d’inclusion et d’exclusion qui opèrent catégoriellement lors des interactions, et qui permettent à ce personnage de jouer avec les frontières. En cela, les travaux pionniers de Barth qui, le premier, a résolument dissocié le terme « frontière » de la catégorie du « territoire » et a invité à la penser comme processuelle et relationnelle (Barth, 1995) constituent une inspiration évidente. Si ses intuitions proviennent de réflexions relatives aux identités culturelles ou ethniques, je montrerai leur pertinence dans le cadre d’identités professionnelles et sociales. Pour cela, la prise en compte du contexte est primordiale : que ce soit la multipositionnalité ou le marquage des frontières, les deux phénomènes sont situés et ne prennent sens que de manière interactionnelle. La délimitation des frontières, aussi mouvantes peuvent-elles être, est transactionnelle et renvoie à des catégorisations de sens commun qui signifient la proximité ou traduisent, au contraire, la distance. L’analyse de ce qui se joue dans l’interaction avec les « professions vouées aux services personnalisés », en termes de proximité, mais également de maintien des distances, est également nourrie par la sociologie goffmannienne (Goffman, 1968), avec toutes les précautions que suppose le fait de mobiliser des résultats forgés à propos de cette institution totale qu’est l’hôpital psychiatrique à laquelle est loin de ressembler un hôpital plus ordinaire comme un centre hospitalier universitaire6.

3Dans un premier temps, je discuterai de tout l’intérêt qu’il y a à penser l’hôpital comme un espace traversé de plusieurs frontières et je m’attarderai sur les spécificités du milieu hospitalier marocain. Dans un second temps, je montrerai que les catégorisations interactionnelles qui s’établissent s’arriment à des assignations faisant de l’infirmier le détenteur d’un savoir professionnel le rapprochant des médecins. Il est également, comme je l’expliquerai dans un dernier temps, un individu partageant avec les usagers des expériences communes traduisant la proximité sociale.

Le milieu hospitalier et la question des frontières

  • 7 Ce contrôle de l’accès est loin d’être anecdotique et s’exerce de manière aussi vigoureuse que phys (...)
  • 8 Dont celles, par exemple, de Françoise Acker sur les l’évolution de la profession infirmière, l’emp (...)

4Mener une réflexion sur les frontières à partir de ce terrain d’observation singulier qu’est un hôpital public n’est pas une démarche aussi saugrenue qu’il y paraît, et ce pour au moins deux raisons. La première est, pourrait-on dire, d’ordre territorial et renvoie à l’acception la plus immédiate du terme frontière. Au sein de la ville, l’hôpital est bien un territoire délimité par des portails, parfois des grilles et souvent des murs d’enceinte. Au Maroc, plus qu’ailleurs sans doute, l’idée de limite vient immédiatement à l’esprit quand il s’agit d’en franchir le seuil : l’accès est contrôlé par des agents de sécurité et le passage implique de justifier d’une raison considérée comme valable, qu’elle soit médicale ou relationnelle7. La seconde est plus conceptuelle et renvoie à la manière dont l’hôpital a été saisi par les sociologues interactionnistes. Depuis les travaux d’Anselm Strauss, ce dernier est l’espace par excellence de « l’ordre négocié ». En tant que « lieu professionnalisé » où chaque catégorie professionnelle « occupe une position hiérarchique différenciée et joue un rôle spécifique dans la division globale du travail au sein de l’établissement » (Strauss, 1992, p. 90), l’hôpital implique la nécessité d’une négociation permanente, en raison du caractère plus tacite qu’explicite des règles en vigueur. Que ce soit au sujet du placement des malades au sein d’un service ou du traitement médical en lui-même, tout relève d’ententes et de discussions, plus ou moins consensuelles, entre les différentes catégories professionnelles, bien plus que de l’application de commandements stricts. À cela s’ajoutent les négociations entre le personnel soignant, les patients et leurs familles. Bien que Strauss ne mobilise pas la notion de frontière, d’autres études8, notamment sur le travail infirmier, dans la lignée des travaux d’Everett C. Hugues (1996), ont montré l’intérêt qu’il y a à porter attention aux frontières entre le travail des infirmiers et celui des autres types de personnel et, plus précisément, à s’intéresser aux conflits et négociations que soulève la délimitation de ces frontières. De fait, l’hôpital est ce lieu où la négociation, permanente et récurrente, porte pour beaucoup sur les frontières professionnelles, leur bornage et conséquemment sur les conflits de frontières, les processus de légitimation-délégitimation des différentes activités qui font les métiers. Ainsi, parce que « zone de travail » (Abbott, 1988), l’hôpital est l’un des lieux privilégiés d’observation des délimitations professionnelles. J’arguerai ici qu’il est aussi un site d’investigation du jeu sur des frontières plus symboliques, à savoir celles, subjectives, entre groupes sociaux. Cela tient tout autant aux spécificités de la division sociale du travail en son sein qu’aux caractéristiques sociales de ses usagers et de ses professionnels. En m’intéressant aux interactions entre personnels de santé et usagers, ce ne sont plus tant les délimitations professionnelles que je chercherai à mettre en évidence que les jeux sur les délimitations sociales qui nous renseignent sur le fait qu’un milieu professionnel est traversé de frontières sociales, énoncées et / ou affirmées dans les échanges. Tout un chacun peut avoir conscience ou même une connaissance intuitive de cette réalité sitôt le seuil d’un hôpital franchi. Force est de constater que peu de recherches, encore moins au sujet du milieu hospitalier marocain, sont consacrées à la description fine des modalités de négociation et des dimensions interactionnelles et transactionnelles de la catégorisation qui s’opèrent entre les différents acteurs.

  • 9 C’est dès la signature de la convention de Tanger, en 1864 (soit un peu moins de 50 ans avant le pr (...)

5La démonstration développée ici s’appuie sur une séquence d’observation lors de l’attente de consultations au CHU Ibn Sina de la capitale marocaine. Quelques mots sur les spécificités de l’hôpital public marocain et plus spécialement des centres hospitaliers universitaires sont nécessaires avant d’entrer dans le vif du sujet. S’ils sont, incontestablement, un des fleurons du système de santé marocain, ils en sont aussi une de ses faiblesses : au nombre de six sur le territoire, ces géants en termes de personnel et d’infrastructures restent localisés, avant comme après la colonisation9, dans les grandes villes du pays et concentrent l’essentiel des ressources au détriment des structures de soins locales ou même régionales. De fait, le système de santé est pyramidal et hiérarchisé : les établissements de santé de base (à savoir les centres de santé au niveau local), les centres hospitaliers provinciaux puis régionaux sont chapeautés par les CHU qui traitent des urgences et des pathologies les plus graves. Pour les pouvoirs publics, une telle régionalisation est faite pour contenir les soins routiniers au niveau local. Pratiquement, et compte tenu des pénuries de matériel et de médicaments aux niveaux local et régional, la majorité des malades sont amenés au CHU pour des soins de base. Ce système se caractérise par sa lourdeur et par la prééminence du réseau hospitalier sur le réseau ambulatoire. Il est également concurrencé par un système privé de cliniques qui attirent les malades en capacité de payer de fortes sommes afin de contourner les structures de soins publiques. Pour le dire autrement, l’hôpital public est le seul recours pour les pauvres et, exception faite des traitements qui nécessitent des infrastructures coûteuses ou de pointe que le secteur public est souvent le seul à posséder, les personnes de milieux sociaux favorisés n’ont que peu de raison de fréquenter l’enceinte hospitalière publique.

  • 10 Notamment par certains professionnels de la santé qui fustigent les applications anarchiques et dom (...)
  • 11 Pour des raisons liées, d’une part, aux modalités d’attribution de la « carte RAMED » par une commi (...)
  • 12 Ce qui a été analysé à propos d’autres exemples africains (Olivier de Sardan & Ridde, 2012). Un bon (...)
  • 13 Néologisme forgé pour désigner tout détenteur d’une carte du RAMED donnant accès à des soins gratui (...)
  • 14 Juin 2015. Fès est la troisième ville du pays en nombre d’habitants et le CHU est l’un des plus mod (...)

6Comme la plupart des pays du Tiers Monde en général et du monde arabe en particulier, le Maroc connaît ainsi un système à deux vitesses qui a des répercussions évidentes et attendues sur les performances du service public, en termes de profits financiers, mais également en termes de préférence voire de fuite de personnels de santé formés par l’État pour et vers le secteur privé. C’est un sujet de plus en plus débattu au Maroc10, mais qui ne nous retiendra pas plus longtemps. S’il en est fait mention, cela n’a d’autre objectif que d’insister sur le fait que c’est au CHU que se concentre l’essentiel des problématiques de la santé au Maroc et que cette structure constitue un condensé des dysfonctionnements de tout un système de soins, encore accentués par l’introduction du Régime d’assurance médicale (RAMED) en 2012. Initialement et encore largement organisé sur une base assistantielle, le système de soins connaît, actuellement, une évolution vers une logique contributive, à savoir assurantielle. À la suite de la mise en place de l’Assurance maladie obligatoire (AMO), le Maroc a mis en œuvre un dispositif d’assurance santé destinée à la population la plus pauvre. Remplaçant le certificat d’indigence, en usage depuis le protectorat (Rivet, 1995) et jusqu’à la généralisation du RAMED en 2012, la détention d’une « carte RAMED » a permis l’accès aux soins dans les structures publiques et a entraîné une hausse très significative du nombre de patients des CHU11. Il est vrai que l’hôpital marocain connaît un certain nombre de réformes managériales, à l’instar de celles qui ont touché les structures de soins françaises (Belorgey, 2010), mais se sont ajoutés, en plus, les effets de la mise en œuvre du dispositif de gratuité des soins en termes de transformation des profils socioéconomiques des usagers et d’augmentation des procédures administratives12. C’est là une réalité perceptible et perçue par les différentes catégories des professionnels de la santé, mais aussi des usagers de l’hôpital, réalité qui engendre un certain nombre de tensions, qu’elles soient issues de la fatigue d’un personnel surchargé ou des ressentiments d’un public qui se sent maltraité ou, à tout le moins, peu pris en charge. À titre d’illustration rapide, les propos de cette infirmière du CHU de Fès sont assez représentatifs de l’opinion qui prévaut parmi les personnels de santé : « Les ramedistes13 sont ingrats. Le RAMED leur rend un grand service, pourtant quand ils viennent ici, ils crient et ils disent qu’on ne fait pas bien notre travail. Avant ils n’avaient rien et ils ne disaient rien14. »

Orienter, conseiller plus que soigner : quand l’infirmier rencontre le patient dans un environnement contraint

  • 15 Collaboration entre le laboratoire international associé au CNRS (LIA) de Rabat et l’observatoire, (...)

7Dans le cadre d’une collaboration avec l’Observatoire national du développement humain (ONDH) sur, entre autres, les effets du RAMED sur la gestion hospitalière15, j’ai été amenée à suivre des bénéficiaires dans leurs démarches et leur prise en charge au sein du CHU. Il s’agira de décliner ce que signifient dans ce cas spécifique les positions de frontières.

  • 16 Ici, la référence à la corruption est nette : force est de constater que dans les perceptions des g (...)

8Accompagnant Halima, une bénéficiaire de 53 ans, pour une consultation de cardiologie, j’entre avec elle dans le bâtiment qui jouxte celui des admissions à l’entrée de l’hôpital. Le rez-de-chaussée est dédié aux procédures administratives qui consistent à s’enregistrer en tant que ramediste et à obtenir un bon de consultation en échange du récépissé de rendez-vous obtenu, parfois, des mois auparavant. Ce n’est qu’une fois ces formalités accomplies, dans un brouhaha et une cohue importants, que l’accès au deuxième étage, où se trouvent les salles de consultation, est autorisé. En haut des escaliers et marquant l’arrivée à l’étage, une infirmière, derrière un simple bureau, vérifie une nouvelle fois les papiers, en garde certains, les ajoutant à une pile qui s’entasse devant elle et indique, mollement, une direction : une des nombreuses portes des salles de consultation devant lesquelles des gens attendent déjà sur des chaises en plastique. On trouve ici la manifestation du rapport le plus immédiat entre cette catégorie professionnelle et la notion de frontière : elle tient le rôle de garde-frontière, au sens le plus concret du terme. Par des vérifications administratives, l’infirmière autorise (ou pas), très concrètement, le passage en un lieu précis de l’hôpital auquel seules les personnes habilitées ont accès. Pour les usagers, l’importance du personnel infirmier se joue en grande partie là. Tributaires des indications fournies par les infirmières, soumis également à leur bonne volonté, il n’est pas rare de voir les patients chercher à entrer dans leurs bonnes grâces en se faisant dociles ou très respectueux, ou de les entendre, comme on le verra plus loin, se livrer à des surinterprétations quant au caractère supposé de ces dernières. Ainsi, telle infirmière sera décrite comme « méchante [q’bîha] », telle autre comme « n’aimant que les cadeaux16 » quand une troisième est considérée comme « humaine et gentille ». Au-delà de ces jeux de catégorisation, et bien souvent de stigmatisation, il n’en demeure pas moins que la circulation au sein de l’enceinte hospitalière, la localisation des bons services et l’orientation vers les soins sont autant d’étapes dans lesquelles les infirmières ont un rôle déterminant. Elles sanctionnent les parcours et habilitent les passages : c’est l’une des caractéristiques de ce que je désigne par personnage-frontière.

9Pour en revenir à notre propre situation, force est de constater que, du franchissement du seuil de la salle des consultations à la visite médicale à proprement parler, il y a loin. Dans notre cas, l’attente va durer quatre heures. Elle sera ponctuée de discussions avec d’autres patientes et d’une interaction, assez longue, avec un infirmier. Avant d’en dire plus sur cette dernière, un mot sur ce qui constitue la situation d’attente. Reposant sur la coprésence d’individus partageant le même but, elle est toute entière faite d’échanges informels qui permettent de pallier l’absence d’informations et de constituer des savoirs implicites sur les procédures ou les spécificités du milieu hospitalier (Gilbert, 2008-2009). De fait, les patients qui attendent sont très peu informés de la suite des opérations ou de ce qu’ils sont censés faire, que ce soit en raison d’une signalétique défaillante sinon absente, ou du comportement du personnel de santé, trop occupé ou lui-même peu au fait des horaires de présence des médecins. Quoi qu’il en soit, dans cette situation, les gens discutent beaucoup pour atténuer le sentiment, réel, d’être « livrés à eux-mêmes ». Le moindre geste ou changement de comportement du personnel infirmier donne lieu à des interprétations diverses, les patients s’observent en cherchant à discerner la marche à suivre ou en se demandant pourquoi telle personne entre dans telle salle. C’est donc une attente loin d’être sereine, plus fébrile qu’apaisée : si tout est matière à interprétation, c’est que rien n’est explicite. Dans ce contexte où nulle indication n’existe sur les heures de passage ou même sur la présence ou l’absence du médecin, l’événement par excellence, ou du moins ce qui vient meubler l’attente, c’est l’arrivée et la discussion avec un membre du personnel de soins, ici un infirmier qui, absence des médecins oblige, semble tout aussi désœuvré que les patients. Habillé de manière simple, le seul signe qui le différencie des patients est la blouse blanche qu’il arbore, mais qui ne suffit pas à l’assimiler à un médecin. En effet, son âge et son maintien préviennent toute confusion : trop âgé pour être un interne et trop décontracté pour être un médecin. D’ailleurs, aucune de ses interlocutrices ne s’y trompe et elles s’adressent à lui de manière tout aussi simple qu’il le fait avec elles. Dans la situation d’attente, l’interaction avec un infirmier que l’on n’a pas sollicité est vue comme un signe positif et l’accueil est aimable : cela indique que l’on ne se contente pas d’attendre, mais que quelqu’un, au moins, sait que l’on attend.

  • 17 Littéralement, titre donné à une personne ayant accompli le pèlerinage à La Mecque (hajj). Plus gén (...)
  • 18 « Dormir » signifie être hospitalisé.
  • 19 . Terme pour désigner une radiographie.

L’infirmier, à Halima – Alors, El Hajja17, tu es là pour le cœur ?
Halima – Oui, c’est la première fois que je passe ici. Ils m’ont envoyé de l’hôpital où j’ai dormi [na’ast]18. Ils m’ont mis à la maternité, ils ont dit qu’il n’y avait pas de place. À la maternité... à mon âge [elle rit].
I. – Oui ça arrive... Tu crois qu’on fait ce qu’on veut ? C’est comme ça, ça arrive... Et t’as le certificat de résidence et la carte nationale [d’identité] ? Montre-moi... Ah tu as le RAMED aussi... meziane [c’est bien] tu as tout.
H., sortant les papiers de la pochette qu’elle garde serrée contre elle – Oui j’ai tout, tu as vu, j’ai tout et ceux d’en bas ont tout vérifié.
I. – Et tu as fait une télé19 là-bas, ils ont vu ?
H. – Oui, oui, ils ont tout vu [de son sac, elle sort des papiers d’hospitalisation et des radios]. Ils m’ont dit que j’ai les artères trop larges, les tuyaux du cœur ils m’ont dit qu’ils étaient trop larges alors je me fatigue beaucoup. Celle qui m’a fait passer m’a dit de ne pas avoir peur, tous les Marocains ont ça. Depuis ça fait un an et demi et j’espère que tout va bien.
I. – Ils t’ont donné quelque chose ?
H. – Ils ne m’ont rien donné ni médicaments ni rien.
I. – Ils t’ont fait l’écho[graphie] ?
H. – Oui ils m’ont tout fait, mais ça fait un an et demi. Regarde, tu peux voir...
I. – C’est vrai ce n’est pas trop grave et ils le voient à l’écho.
H. – Et que dois-je faire ? Quand je vais passer chez le médecin il me fera une écho ou quoi ?
I. – Le médecin est toujours pas là, on devrait l’appeler au téléphone ou je ne sais pas [il regarde autour de lui]. L’échographie c’est là-bas [il indique une direction sur la gauche], mais ça, c’est le médecin qui te le dira. Il verra ton dossier et il te dira. Il verra tes antécédents et tout... Oui le dossier que tu m’as montré.

10Outre l’empressement de Halima à répondre aux questions posées par l’infirmier et à narrer sa carrière de malade, il est intéressant de relever, dans cet échange, comme dans celui cité en introduction, la demande de conseils, la sollicitation adressée par Halima à celui qui est catégorisé comme professionnel. De fait, plus que la vérification des papiers, c’est par la mobilisation d’un vocabulaire technique, aussi rudimentaire ou superficiel soit-il, que la catégorisation se marque et qu’elle se traduit par toute une gamme de pratiques concrètes et de propos précis. Le langage montre la maîtrise ou du moins la proximité avec un savoir professionnel qui marque la frontière entre celui qui sait (l’infirmier) et celui ou celle qui ne sait pas (le ou la patiente en attente de soins). C’est en cela que l’assignation catégorielle dont il est question dans cet extrait traduit une délimitation arrimée à de l’information pratique (le lieu de la radio) ou à la détention de connaissances techniques (la capacité de lire une radio). C’est le différentiel cognitif qui fait de l’infirmier le personnage-frontière susceptible d’orienter, de conseiller voire de prescrire (si cela avait été possible) sans être pour autant le médecin auquel il est difficile (compte tenu des délais d’attente ou de l’absence) d’accéder. Ainsi, ce qui se donne à voir, ici, est tout autant le gardiennage des frontières qu’une délimitation différente des frontières établissant une proximité entre infirmiers et médecins.

11Si le fait de détenir des informations pertinentes délimite la frontière entre infirmiers et patients, ce sont les caractéristiques sociales qui vont en manifester la porosité. Pour le dire autrement, socialement, les infirmiers ont plus de traits en commun avec les patients qu’avec les médecins. Ce qui produit un brouillage certain des frontières entre le rôle professionnel et le rôle social. Comme le relevait Goffman, quand les membres du personnel partagent la même culture et la même origine sociale que les reclus, « il leur est souvent difficile de maintenir les distances que leur impose leur charge » (1968, p. 174). Dire que le brouillage se produit signifie que d’autres frontières, sans doute tout aussi importantes, sont à l’œuvre.

« Les gens comme nous » ou quand les frontières se brouillent

12Comme il en a été fait mention, c’est dans un contexte contraint et problématique que les personnels de santé exercent leurs métiers et il est peu de dire qu’aujourd’hui, encore plus qu’hier, l’accroissement de la demande rencontre une stagnation, voire une dégradation, de l’offre. Le déficit en personnels est patent, notamment au niveau infirmier. Régulièrement mise en avant dans la presse et point de cristallisation des revendications qui se traduisent par des grèves sporadiques et des sit-ins (Hafidi, 2016), la situation est objectivée par les organisations internationales, dont l’Organisation mondiale de la santé qui en 2012 place le Maroc parmi les 57 pays qui connaissent un déficit chronique du personnel médical. Avec 1,64 personnel soignant pour 1 000 habitants en 2007, le royaume chérifien compte sept fois moins de médecins, infirmiers et techniciens que la France sur la période 2002-2007. L’Association marocaine des sciences infirmières et techniques sanitaires (AMSITS) estimait, en 2015, que le besoin en personnel infirmier s’élevait à 9 000 nouveaux recrutements (Hafidi, 2015). Or le gouvernement ne consacre qu’environ 2 000 postes budgétaires, depuis 2009, pour tout le secteur de la santé. Non seulement les départs à la retraite ne sont pas remplacés, mais les démissions encore moins, tant et si bien que de 2011 à 2014, on enregistre une suppression de 840 postes infirmiers au niveau national (Maazi, 2014).

  • 20 Mentionnons juste le fait que si l’ouvrage est publié au Canada et diffusé au Maroc par le Centre c (...)

13L’une des conséquences de ce contexte de crise du système de santé et de pénurie en termes de ressources humaines est que les difficultés à accomplir son métier imposent des tâches bien souvent étrangères aux profils de postes. Ainsi, faute de brancardiers, des médecins se retrouvent-ils à conduire les patients vers les salles d’examen. La nécessité de plus en plus impérieuse de cumuler les fonctions pour accomplir le moindre soin affleure très régulièrement dans les propos des personnels de santé. Souvent décriée, parfois présentée comme une fatalité, cette dimension est toujours avancée comme l’un des symptômes de la crise qui touche tous les corps de métiers. Dans un témoignage publié, un neurochirurgien marocain (Zaari Jabiri, 2015)20 revient à plusieurs reprises dans la description de l’exercice de sa profession sur la multiplicité des casquettes qu’il doit arborer pour tenter de mener à bien ne serait-ce qu’une partie de son métier :

Voilà à quoi tu en es réduit : tu laisses ton job et tu fais le négociateur, l’agent social, le brancardier, l’infirmier, l’agent de sécurité... (p. 14)

Pas de tondeuse à cheveux, juste une lame de bistouri et un antiseptique mousseux pour le raser [le patient à opérer]. Et surtout personne d’autre que moi pour le faire. Je me penche sur le patient et je me transforme en Fati la coiffeuse [...]. Au moins, je sais quel métier je ferai si jamais cela ne marche pas en neurochirurgie. (p. 50)

  • 21 Cette information est issue de conversations avec divers gestionnaires. Celle-ci ne faisant pas l’o (...)
  • 22 Soit 13,46 DH par heure de travail, sachant que la durée légale du travail est de 44 h / semaine au (...)
  • 23 Selon des informations personnelles recueillies lors de l’enquête, le salaire de départ d’un infirm (...)
  • 24 Les critères d’éligibilité au RAMED sont nombreux, calculés sur les indices de pauvreté ou selon de (...)

14Plus souvent qu’à leur tour, les gestionnaires des hôpitaux sont amenés à mettre en place, si ce n’est une politique générale, du moins des mesures locales pour pallier le manque de ressources humaines. Ainsi, il n’est pas rare que certains d’entre eux promeuvent des aides-soignants au grade d’infirmiers. C’est le cas de l’hôpital Ibn Sina qui, selon nos informations, a procédé de la sorte au début des années 200021. Dans cette institution, le personnel infirmier est composé d’individus qui, pour beaucoup, sont d’anciens aides-soignants n’ayant pas eu la formation académique nécessaire et partageant avec les usagers un positionnement proche du point de vue des stratifications socioéconomiques. Bien que ce point mériterait une analyse plus approfondie et sans pouvoir, ici, entamer une discussion poussée sur les modalités d’objectivation de l’appartenance sociale et les débats qu’elles suscitent, je me contenterai de préciser que les aides-soignants sont, en général, payés au salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG, équivalent du SMIC français) fixé autour de 2 570 DH par mois22 (soit autour de 238 euros par mois) en temps complet23. Sachant que les temps partiels sont très répandus dans cette profession largement féminisée, les niveaux de rémunération se situent, finalement, dans une moyenne basse et pas tellement éloignée des moyennes fixées comme critères d’éligibilité au RAMED24. Dès lors, les classements en termes de « eux » et de « nous » sont encore renforcés et se déclinent de manière aussi diversifiée qu’intéressante pour aller plus loin dans la réflexion sur les frontières.

15Si l’on revient à la scène observée, le dialogue se poursuit par un échange d’anecdotes et de narrations d’expériences qui vont se révéler plus communes que l’on pourrait croire.

  • 25 . Auxiliaire du ministère de l’Intérieur, le moqaddem relève de l’administration territoriale. Prés (...)

Halima – Une fois, je suis allée aux urgences et je suis restée dormir, mais je t’assure là-bas c’est moche [khayb]. C’est vraiment moche, là-bas ils m’ont volée, ils m’ont tout pris même la carte nationale.
L’infirmier, baisse la voix – Tu avais une wasta [du piston, une recommandation] ?
H. – Non je n’avais pas que mon argent. Il y a eu de l’argent et tout [elle a payé des pots-de-vin], mais je n’ai pas eu plus [de soins].
I. – Quand tu n’as pas de wasta, ils t’expédient très vite, c’est pour ça qu’on les appelle les urgences [ils rient]. Mais c’est partout pareil de toute façon.
H. – Ah oui, ça c’est sûr ! Si tu vas à l’hôpital il te faut des relations, si tu vas à la mouqata’a [préfecture] pour faire des papiers il te faut de l’argent...
I., soupire et termine sa phrase – Eh oui, tu vas au commissariat pour un simple constat, il te faut des relations... Il te faut des gens [khassek nâs], pour tout, pour tout maintenant. Les gens comme nous, les gens qui n’ont rien, on les torture [yit’adbou].
H. – Exactement... Alors j’ai dû refaire ma carte nationale, j’ai pris ma journée, heureusement ma patronne m’a donné la journée [elle est femme de ménage]. Je suis allée à la mouqata’a, il me fallait une attestation de résidence, alors j’ai dû aller voir le moqaddem25 puis revenir et tout, il m’a fallu un jour entier. Il faut payer le moqaddem puis après ceux qui te prennent les empreintes et puis c’est quand ils veulent... J’ai attendu, et vraiment ils te traitent mal, vraiment tu les déranges alors qu’ils prennent ton argent. Et pour les empreintes ils te font passer ici et revenir là et repartir...
I. – Oh ça kayen [ça existe] eh oui ça existe, ça existe ça [kayna]. Moi c’est pour la voiture, la carte grise... Avec les gens comme nous, tout le monde en profite, le moqaddem, au guichet, les empreintes, l’assurance... À la fin, la voiture tu ne sais plus combien elle te coûte !
Ils se taisent un instant.
H. – Toi tu es gentil, ceux qui sont en bas [au rez-de-chaussée où se trouvent les guichets administratifs] sont tous difficiles et sévères. Ceux d’en bas sont méchants, vraiment tous. Pour avoir le rendez-vous, je suis venue un vendredi, il pleuvait, il y avait des cris et c’était les infirmières qui criaient contre tout le monde. La pluie passait à l’intérieur, les gens, meskin [les pauvres] ils étaient tout mouillés et elles, elles criaient.
I. – Mais c’est plus dur en bas. Tu sais, en bas ou en haut, c’est pareil, le travail est difficile. Avec les patients aussi c’est dur ici.
H. – Mais il y en a qui n’aident pas.
I. – Oui, kayen... Comme partout. De toute façon, il ne faut pas venir le vendredi.
H. – Mais c’est eux qui m’ont donné le rendez-vous.
I. – Mais il faut éviter le vendredi.
H. – Moi j’aurais préféré le mercredi, mais tu ne choisis pas. C’est la dame en bas qui décide.
I. – Oui, mais maintenant tu le sais, si tu veux lui dire de faire quelque chose pour toi [et donc lui donner de l’argent]. Parce que je t’explique les médecins ils sont professeurs et alors leur emploi du temps est plein et puis ils ont d’autres consultations ailleurs.

16Le jeu catégoriel est encore renforcé dans cet échange d’anecdotes qui montre la proximité entre l’infirmier et les usagers, proximité qui se traduit par le fait que les uns et l’autre partagent une communauté de destins manifestée par les mêmes souffrances et obstacles lors des interactions administratives. L’infirmier comme les patients connaissent le même sort quand il s’agit de faire valoir leurs droits auprès des administrations centrales, du fait essentiellement de leur appartenance à des milieux sociaux proches, si ce n’est similaires. Cela se traduit par des inférences de similarités, dans ce cas, qui reproduisent indirectement des systèmes de typifications. La frontière qui mettait l’infirmier du côté des médecins, sans s’effacer complètement, s’estompe. Ce faisant, il s’opère une reconfiguration nouvelle des délimitations, incluant cette fois le professionnel de santé dans le groupe des patients, et plus largement, des usagers des administrations. Dans l’interaction se donne ainsi à voir un traçage de frontières subjectives qui évolue en fonction des informations partagées. Comme le précise Michèle Lamont, de telles frontières « ne sont pas créées ex nihilo ; elles préexistent généralement aux interactions situées et sont déterminées par les ressources culturelles disponibles et par les contraintes spatiales, géographiques et socioculturelles qui pèsent sur les individus » (1994, p. 35).

17Ces assignations inclusives trouvent, toutefois, leurs limites du fait de la réaffirmation, à la fin de ce dialogue, de l’appartenance professionnelle. En effet, il est intéressant de relever que « le nouvel inclus » va prendre la défense de ses collègues [du rez-de-chaussée] sinon pour excuser leur comportement, mais, au moins, pour signifier la pénibilité du travail qu’ils exercent en commun. Ce bémol signifié relève moins, à mon sens, de la primauté des frontières professionnelles sur les frontières sociales qu’il ne signale le caractère réversible des logiques d’inclusion ou d’exclusion dont elles sont porteuses, logiques toujours solidement arrimées à un contexte et à une interaction sociale précise.

  • 26 Il ne serait pas totalement saugrenu de penser que l’identité sexuelle n’est pas pour rien dans les (...)

18De fait et comme pour illustrer cette volatilité, un incident survient à peine quelques instants après que l’infirmier nous ait quittées. Toujours dans l’attente du médecin, un esclandre nous parvient de la salle du bas. Compte tenu de la configuration architecturale, les patients et moi nous approchons de la galerie du premier étage pour voir ce qu’il se passe à l’étage inférieur. Une altercation a lieu entre une infirmière et un patient venu avec des béquilles et un plâtre au pied droit. Il est aisé, en écoutant les cris et les interjections, de reconstituer la scène. Venu consulter, l’homme s’est assis sur une chaise, en attendant la finalisation des démarches administratives, en étendant sa jambe blessée et ses béquilles. Passant devant lui et pressée, une infirmière a buté sur les secondes et a tapé dans la première. Le ton monte vite et les insultes fusent, les plus grossières viennent de l’homme qui reproche à l’infirmière de ne pas s’être excusée. Bientôt des gens s’en mêlent puis se dispersent, mais les spectateurs commentent encore pour un bon moment. Les personnes autour de moi prennent fait et cause pour l’éclopé et n’ont pas de mots assez durs envers l’infirmière : « Elle aurait dû s’excuser, il a bien raison de lui en faire voir », « Non, mais pour qui elles se prennent ? », « Bien fait pour elle, il y en a marre de cette manière de traiter les gens ». Il n’est pas question ici d’une quelconque indulgence ou compréhension en faveur de l’infirmière en vertu d’une proximité sociale supposée26. Le tout récent échange avec l’infirmier précédent n’incite pas moins Halima et ses voisines à émettre des jugements quant aux torts et aux raisons des protagonistes. Et dans ce cas, ce sont les assignations d’appartenance au monde de l’hôpital qui priment, à savoir que les infirmières et infirmiers sont ici considérés avant tout comme personnels d’une administration souvent peu clémente avec les usagers. Dès lors, la solidarité joue en dehors de toute prise en compte des appartenances sociales. Ainsi, profondément marquées par les situations, les frontières symboliques sont constamment établies pour inclure ou exclure, rapprocher ou distancier, et même sympathiser ou mettre à l’index.

19Quoi qu’il en soit et au-delà de la dernière scène, l’échange entre l’infirmier et les patients en attente de soins ainsi que les observations menées permettent de caractériser la notion de personnage-frontière tel qu’il se donne à voir en milieu hospitalier. Il est tout d’abord celui qui connaît l’emplacement des frontières pratiques de l’hôpital. Aussi bien non figurées et symboliques que physiquement signalées, ces dernières sont toutes, à leur niveau, plus ou moins contraignantes : qu’elles configurent tel lieu auquel ne peuvent accéder que les détenteurs des justificatifs idoines, qu’elles délimitent tel espace réservé aux médecins ou qu’elles circonscrivent tel endroit où sont cantonnés les patients, toutes participent du savoir pratique de ces protagonistes. Mais la dimension de gardiennage n’épuise pas leur spécificité. Socialement proches des patients et usagers de l’hôpital public, ils sont, dans le même temps, dotés d’un savoir technique, aussi rudimentaire soit-il, et, dans le milieu hospitalier per se, sont catégorisés comme professionnels à l’instar des médecins. Ces deux dimensions, la proximité sociale avec le public et la mobilisation de connaissances techniques, relatives à un savoir médical, mais aussi aux jeux et règles informels des coulisses de l’hôpital, donnent lieu à des phénomènes d’assignation parfois inclusive (quand l’infirmier est considéré par les patients comme étant « comme nous »), parfois exclusive (quand, à l’inverse, il est rangé catégoriellement avec les médecins ou les administratifs), qui viennent brouiller les frontières, ou au moins qui les font bouger dans le cours pratique des actions.

*

20Il est dans les administrations marocaines de nombreuses personnes, parfois difficilement identifiables hiérarchiquement, mais bien présentes, qui entrent dans cette catégorie de personnage-frontière. Orientant et autorisant (ou pas) les passages, elles proviennent des mêmes milieux sociaux que les usagers. Proches d’eux du point de vue des origines et des positions sociales, elles sont, contrairement à eux, détentrices d’un savoir du quotidien administratif consistant à identifier quel bureau est le plus indiqué pour telle démarche ou encore qui voir pour tel dossier ou telle doléance, et a contrario retarder le service voire éconduire. À l’entrée des bureaux, devant les guichets ou en faction dans les couloirs, ces personnes renseignent et indiquent, parfois elles organisent les ordres de passage et sont déterminantes dans l’obtention d’informations pratiques. Pas nécessairement rattachées à une fonction ou un grade précis, elles sont identifiables par leur présence quotidienne et leurs connaissances. C’est à elles que l’usager démuni ou perplexe s’adressera en premier lieu : moins intimidantes que les fonctionnaires derrière leurs guichets, moins ignorantes des procédures que les agents de sécurité ou les policiers chargés de surveiller les lieux, elles sont autant de personnages qui facilitent les choses et fluidifient les passages et les rapports à l’administration. Du fait de leur multipositionnalité, elles remplissent une mission d’intermédiation et de traduction dans ces univers administratifs considérés comme opaques, imprévisibles et sans règles facilement décryptables. Fréquents dans les préfectures, les tribunaux (Khrouz, 2016) ou les commissariats, ces personnages-frontières se présentent, dans les hôpitaux, sous les traits des infirmiers et / ou des aides-soignants. S’ils transmettent des informations là où elles manquent et s’ils peuvent jouer le rôle de courtiers, ils sont plus que cela, au sens où ils circulent entre les univers sociaux et, surtout, peuvent, eux seuls, se jouer et jouer avec les frontières sociales. C’est en cela que la notion de personnage-frontière nous sembler aller plus loin que celle de broker ou de courtier. Que l’on pousse la porte de certaines administrations et l’importance du rôle joué par ces personnages ne pourra qu’apparaître cruciale. Nul doute que des analyses plus poussées peuvent être, en ce domaine, aussi bienvenues que nécessaires pour qui veut comprendre ce que signifie rencontrer une administration dans les pays du Sud.

Bibliographie

Abbott Andrew (1988), System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, Chicago University Press.

Acker Françoise (2005), « Les reconfigurations du travail infirmier à l’hôpital », Revue française des affaires sociales, vol. 1, nº 1, p. 161-181.

— (2004), Configurations et reconfigurations du travail infirmier à l’hôpital, Paris, Cermes.

Allen Davina (2001), The Changing Shape of Nursing Practice. The Role of Nurses in the Hospital Division of Labor, Londres, Routledge.

Barth Frederik (1995), « Les groupes ethniques et leurs frontières », dans Philippe Poutignat & Jocelyne Streiff-Fenart (dir.), Théories de l’ethnicité, Paris, Presses universitaires de France, p. 203-249.

Belorgey Nicolas (2010), L’Hôpital sous pression : enquête sur le « nouveau management public », Paris, La Découverte.

Brejon de Lavergnée Nicolas (1989), « De l’hôpital aux soins de santé de base : le cas du Maroc », dans Gérard Salem & Émile Jeannée (dir.), Urbanisation et santé dans le Tiers Monde : transition épidémiologique, changement social et soins de santé primaires, Paris, Orstom.

Elguezabal Eleonora (2015), Frontières urbaines : les mondes sociaux des copropriétés fermées, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

El Kamlichi Abdeslam (2014), CHU en détresse : formation médicale en danger, Casablanca, La Croisée des chemins.

El Qadim Nora (2015), Le Gouvernement asymétrique des migrations, Paris, Dalloz.

Ferrié Jean-Noël & Radi Saadia (dir.) (2015), Rapport sur la gestion et la gouvernance hospitalière du RAMED : une enquête multisituée, Rabat, LIA / ONDH.

Gilbert Hannah (2008-2009), « Regards croisés dans la salle d’attente d’un hôpital : un lieu de fabrication des connaissances durables », Quaderni, nº 68, p. 91-94.

Goffman Erving (1968), Asiles : études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit.

Hafidi Mohamed Amine (2016), « Les infirmiers font entendre leurs voix », Le Matin, 17 février.

— (2015), « Déficit chronique en personnel infirmier », Le Matin, 11 novembre.

Hugues Everett C. (1996), Le Regard sociologique : essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS.

Khrouz Nadia (2016), La Pratique du droit des étrangers au Maroc : essai de praxéologie juridique et pratique, thèse de doctorat en science politique, sous la direction de Baudouin Dupret, Institut d’études politiques de Grenoble.

Lamont Michèle (1994), La Morale et l’argent : les valeurs des cadres en France et aux États-Unis, Paris, Métailié.

Maazi Zoheir (2016), « Parce que ce sont des femmes... le gouvernement ne répond pas aux demandes des infirmières », Lakome.ma, 20 février (en arabe).

— (2014), « Les infirmiers : ces mal-aimés du ministère de la Santé », Libération, 17 mars.

Mateo Dieste Joseph Lluis & Beagles Martin (2013), Health and Ritual in Morocco: Conceptions of the Body and Healing Practices, Leiden /Boston, Brill.

Olivier de Sardan Jean-Pierre & Ridde Valéry (2012), « L’exemption de paiement des soins au Burkina Faso, Mali et Niger. Les contradictions des politiques publiques », Afrique contemporaine, nº 243, p. 11-32.

Pétonnet Colette (1982), « L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, vol. 4, nº 22, p. 37-47.

Rivet Daniel (1995), « Hygiénisme colonial et médicalisation de la société marocaine au temps du protectorat français, 1912-1956 », dans Élisabeth Longuenesse (dir.), Santé, médecine et société dans le monde arabe, Paris, L’Harmattan, p. 105-128.

Strauss Anselm (1992), La Trame de la négociation : sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, L’Harmattan.

Zaari Jabiri Mohammed (2015), Les Chroniques d’un neurochirurgien « schizophrène » : la voix des sans-voix d’un système de santé à deux vitesses, Québec, Presses Inter Universitaires.

Notes

1 Cette formule, très courante, sert à appuyer une demande. Elle s’énonce souvent sur le ton de la supplication et se décline, parfois, sur le mode affectif.

2 En effet, la profession est, comme en France, marquée par une forte féminisation : 71 % des infirmiers sont des femmes, alors que 70 % des médecins sont des hommes. Sur ce point, voir Maazi, 2016.

3 Dans ce qui suit, j’utiliserai indifféremment les termes « patient » et « usager » pour désigner les personnes qui fréquentent l’hôpital pour des raisons médicales. Ceci autant pour marquer le fait que l’hôpital est un espace administratif que pour rendre compte de la spécificité du lieu d’où est issu le matériau empirique de cet article, à savoir la salle des consultations.

4 L’observation flottante est une méthode adoptée par Colette Pétonnet dans ses travaux d’ethnologie urbaine. Elle « consiste à rester en toute circonstance vacant et disponible, à ne pas mobiliser l’attention sur un objet précis, mais à la laisser “flotter” afin que les informations la pénètrent sans filtre, sans a priori, jusqu’à ce que des points de repère, des convergences, apparaissent et que l’on parvienne alors à découvrir des règles sous-jacentes » (1982, p. 39).

5 Dans ce qui suit, sauf indications contraires, j’utiliserai le masculin, essentiellement parce que le matériau recueilli, ici, fait une large place à un individu de ce genre.

6 À défaut d’être totale (d’ailleurs les institutions totales le sont-elles réellement et ne sont-elles que cela ?), il est possible, me semble-t-il, de considérer l’institution hospitalière comme fermée, organisée selon une hiérarchie interne et dont l’accès est régi par des règles formelles mais aussi, souvent, informelles. Le caractère fermé peut amener à tenter des rapprochements avec d’autres lieux, voire d’autres configurations. Je pense notamment au travail d’Eleonora Elguezabal sur les gated communities de Buenos Aires qui montre la porosité des frontières sociales au sein des lieux de résidence fermés de cette ville en s’intéressant au quotidien des employés et aux relations avec les habitants (2015).

7 Ce contrôle de l’accès est loin d’être anecdotique et s’exerce de manière aussi vigoureuse que physionomique, dans le sens où il est plus pointilleux à l’égard de ceux qui ne paraissent pas, ni physiquement ni du point de vue de la tenue vestimentaire, appartenir aux catégories sociales des usagers habituels des hôpitaux, à savoir les catégories les plus défavorisées. Il faut au chercheur étranger pouvoir exciper d’une autorisation ou au minimum justifier d’un contact à l’intérieur justifiant l’accès à l’enceinte hospitalière, sous peine d’être purement et simplement refoulé. Pour une bonne discussion de l’importance, des difficultés et ambivalences de l’obtention d’une autorisation lorsqu’il s’agit de pousser les portes d’un milieu administratif marocain, je renvoie à l’ouvrage de Nora El Qadim, qui a travaillé à partir d’entretiens auprès d’agents administratifs en charge des questions migratoires et des négociations avec l’Union européenne (2015).

8 Dont celles, par exemple, de Françoise Acker sur les l’évolution de la profession infirmière, l’emploi et la formation des professions de santé (2004 ; 2005). Voir également Allen, 2001.

9 C’est dès la signature de la convention de Tanger, en 1864 (soit un peu moins de 50 ans avant le protectorat français) qu’un hôpital français voit le jour dans cette même ville pour soigner les résidents français et les pauvres (Mateo Dieste & Beagles, 2013, p. 205). Le ton est donné et « pour son bonheur comme pour son malheur, le Maroc a hérité du système de santé publique introduit dès 1912 par le protectorat français » (Brejon de Lavergnée, 1989, p. 367).

10 Notamment par certains professionnels de la santé qui fustigent les applications anarchiques et dommageables pour le service public du temps plein aménagé qui autorise les médecins de ce secteur à cumuler leurs fonctions avec un emploi dans les structures privées de santé, à l’instar de l’ouvrage d’un professeur de neurochirugie au CHU Avicennes de Rabat (El Kamlichi, 2014).

11 Pour des raisons liées, d’une part, aux modalités d’attribution de la « carte RAMED » par une commission locale composée de fonctionnaires (dont des représentants du ministère de l’Intérieur) et non plus par le moqaddem du quartier, fonctionnaire territorial appartenant au ministère de l’Intérieur, comme c’était le cas pour la carte d’indigence, le recours à ce dispositif a été massif et a largement dépassé les prévisions des autorités en charge de sa généralisation. D’autre part, l’intervention directe du roi ayant été visible et remarquée, le RAMED est perçu, par les bénéficiaires, comme un « droit donné par le roi » et véhicule moins de stigmatisation que ne pouvait, par le passé, susciter le fait de relever de l’indigence. Ceci dit sans vouloir minimiser, non plus, les épreuves et les problèmes qui persistent lors de la procédure d’obtention de la carte.

12 Ce qui a été analysé à propos d’autres exemples africains (Olivier de Sardan & Ridde, 2012). Un bon nombre de constats sur le fonctionnement chaotique et les effets de gouvernance du dispositif se retrouve dans le cas marocain.

13 Néologisme forgé pour désigner tout détenteur d’une carte du RAMED donnant accès à des soins gratuits.

14 Juin 2015. Fès est la troisième ville du pays en nombre d’habitants et le CHU est l’un des plus modernes et des plus récents.

15 Collaboration entre le laboratoire international associé au CNRS (LIA) de Rabat et l’observatoire, cette institution s’est révélée indispensable pour l’obtention des autorisations permettant d’effectuer des enquêtes ethnographiques au sein des administrations marocaines. Cette collaboration a donné lieu à un rapport (Ferrié & Radi, 2015).

16 Ici, la référence à la corruption est nette : force est de constater que dans les perceptions des gens, la corruption est une évidence dans les administrations, en général et à l’hôpital en particulier, et qu’elle explique les refus et l’allongement des délais d’attente.

17 Littéralement, titre donné à une personne ayant accompli le pèlerinage à La Mecque (hajj). Plus généralement, marque de respect lorsque l’on s’adresse à une personne âgée.

18 « Dormir » signifie être hospitalisé.

19 . Terme pour désigner une radiographie.

20 Mentionnons juste le fait que si l’ouvrage est publié au Canada et diffusé au Maroc par le Centre culturel arabe de Casablanca c’est qu’après des années de pratiques durant lesquelles Zaari Jabiri a publié un blog (dont est issu l’ouvrage) retraçant ses (més)aventures avec une tonalité très critique, il s’est exilé au Canada où il est devenu résident en psychiatrie.

21 Cette information est issue de conversations avec divers gestionnaires. Celle-ci ne faisant pas l’objet d’une mesure exacte ou d’une recension particulière dans les données disponibles, je ne peux en donner un ordre de grandeur.

22 Soit 13,46 DH par heure de travail, sachant que la durée légale du travail est de 44 h / semaine au Maroc.

23 Selon des informations personnelles recueillies lors de l’enquête, le salaire de départ d’un infirmier recruté dans le public est de 5 000 DH (environ 462 euros).

24 Les critères d’éligibilité au RAMED sont nombreux, calculés sur les indices de pauvreté ou selon des scores établis sur la base des conditions de vie des ménages. En milieu urbain, il en est un qui s’énonce de manière précise : avoir un revenu annuel inférieur ou égal à 5 650 DH par personne composant le ménage après pondération du revenu déclaré. Le respect d’au moins un de ces critères permet de bénéficier du régime d’assurance.

25 . Auxiliaire du ministère de l’Intérieur, le moqaddem relève de l’administration territoriale. Présent dans tous les arrondissements des villes et dans chaque village, il est placé sous l’autorité du caïd, lui-même représentant du gouverneur. Tout en bas de l’échelle de l’administration territoriale, il est pourtant celui qui délivre les documents administratifs indispensables à l’état civil : certificat de résidence, de vie, de célibat, etc. D’un statut flou, intégré à la fonction publique en 2012 seulement, il est en fait agent de renseignements tant il est au fait de tout ce qui se passe dans son quartier.

26 Il ne serait pas totalement saugrenu de penser que l’identité sexuelle n’est pas pour rien dans les commentaires critiques : non que les gens seraient enclins à donner raison à un homme, mais plus exactement parce que les infirmières de sexe féminin qui, redisons-le, constituent la majorité du personnel et, de ce fait, sont celles qui interagissent le plus avec les usagers, focalisent les critiques et les jugements les plus acerbes.

Auteur

Assia Boutaleb est professeure de science politique à l’Université de Tours. Elle est spécialiste du monde arabe, de l’autoritarisme et des transitions politiques, des processus de légitimation, des dynamiques protestataires et des restaurations autoritaires. Ses recherches actuelles portent sur les politiques sociales, l’administration hospitalière et les transformations des États-providence arabes. Elle a récemment codirigé l’ouvrage Le Maroc au présent : d’une époque à l’autre, une société en mutations (Centre Jacques-Berque / Fondation Abdul-Aziz, 2016) et, avec Marie Vannetzel et Amin Allal, Introduction aux mondes arabes en (r)évolution (de Boeck, 2018).

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search