Version classiqueVersion mobile

Campagnes anti-genre en Europe

 | 
Roman Kuhar
, 
David Paternotte

L’Italie comme phare et bastion de résistance : les mobilisations anti-genre entre « anthropologie humaine » et identité nationale

Sara Garbagnoli

Texte intégral

  • 1  Je tiens à remercier Adriano J. Habed et Yàdad De Guerre pour leur lecture attentive d’une précéde (...)
  • 2  Tout en mobilisant la notion de « colonisation » contre ses adversaires (Bracke & Paternotte, 2016 (...)

1En juillet 2013, une manifestation est organisée en face de la Chambre des députés à Rome, au moment de l’ouverture du débat parlementaire sur une proposition de loi visant à punir les violences homophobes et transphobes. Quelques dizaines d’individus sont assis par terre, au milieu de bougies allumées ; leur bouche est bâillonnée. Les slogans sur les pancartes arborent le logo du collectif La Manif pour tous et reprennent ceux employés lors des manifestations françaises : « les privilèges des LGBT ne sont pas une priorité nationale », « on ne peut pas bâillonner les consciences », « contre des lois liberticides1 ». Bien que proches des milieux associatifs anti-avortement, ces manifestant.e.s affirment se mobiliser au nom de « la défense de l’Humain » et dénoncent notamment l’avancée d’une « colonisation idéologique » amenée par la « théorie du gender2 ». Une telle « idéologie » ne porterait pas seulement atteinte à la liberté d’expression, elle menacerait la survie même de l’humanité.

  • 3  Les termes « anti-genre » et « anti-gender » sont des dérivations de l’expression « gender » telle (...)

2Convoquée par l’association La Manif pour tous-Italia (LMPTI), cette mobilisation a ouvert la saison des protestations anti-genre en Italie3. Tout en revendiquant le fait d’agir « sous la bannière d’aucun parti, ni d’aucune religion », LMPTI a été créée par des militant.e.s anti-avortement et par des membres du Chemin néocatéchuménal. Comme le montre le sit-in romain, dès leur commencement, les protestations italiennes ont été calquées sur leurs homologues françaises, identifiées par ces militant.e.s comme l’exemple à suivre en raison de leur succès. Par ailleurs, elles ont été immédiatement soutenues par des militant.e.s anti-genre français.e.s : une manifestation en solidarité avec la première action à Rome a été organisée le même jour à la même heure en face de l’ambassade italienne à Paris.

  • 4  Du nom des premier.ère.s signataires, ces projets de loi ont été respectivement appelés Disegno di (...)
  • 5  L’heure hebdomadaire consacrée à l’enseignement de la religion catholique est emblématique de l’in (...)
  • 6  Une loi de 2000, votée par un gouvernement de centre gauche, a institué le système dit de parifica (...)
  • 7  Dans les travaux préparatoires au Code pénal approuvé après l’unité nationale, le ministre de la J (...)
  • 8  Le taux très élevé de médecins sollicitant l’objection de conscience (70 % en moyenne, avec des pi (...)
  • 9  Le Parlement est resté imperméable aux revendications d’égalité portées par le mouvement LGBTQI it (...)

3En Italie, le mouvement anti-genre a notamment été suscité par la discussion de deux projets de loi – l’un, déjà évoqué, concerne la lutte contre l’homophobie et la transphobie, et l’autre, les unions civiles4 –, ainsi que par la réalisation de brochures contre les stéréotypes de genre et le harcèlement en raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre. Élaborées à l’initiative du Bureau national anti-discriminations raciales (UNAR), ces documents étaient destinés au corps enseignant des écoles primaires et secondaires. Bien au-delà de ces éléments déclencheurs spécifiques, les mobilisations anti-genre ont très rapidement visé toute initiative promouvant l’égalité entre les sexes et la lutte contre l’homophobie dans les établissements scolaires, ainsi que toute proposition de loi concernant les questions de genre et de sexualité. L’éducation et la juridification de l’homosexualité ont donc été les deux domaines privilégiés d’intervention de ces acteurs. Ces protestations s’inscrivent en cela dans le sillage des mobilisations du familialisme italien visant la promotion du couple conjugal hétérosexuel comme cellule de base de la société et de la famille comme instance prioritaire d’éducation. Elles sont aussi à lire en relation avec les formes spécifiques de l’ingérence du Vatican dans le champ politique italien. Du côté de l’éducation, la hiérarchie catholique a spécifiquement œuvré dans deux directions : faire en sorte que les valeurs du catholicisme (religion d’État jusqu’en 1984) demeurent des références clés au sein de l’enseignement public5 et agir pour la mise en place d’un système de financement public des écoles privées (dont deux tiers sont catholiques)6. Quant à la sexualité, le Vatican a agi pour empêcher toute forme de prise en compte juridique des questions liées à l’homosexualité qui, d’ailleurs, n’a jamais fait l’objet d’une criminalisation dans le Code pénal italien7. Contrairement à ce qui s’est passé au sujet du divorce et de l’IVG (des lois les autorisant ont été respectivement adoptées en 1970 et en 1978)8, le Vatican a réussi à bloquer pendant deux décennies l’adoption d’une loi reconnaissant les couples formés par deux personnes de même sexe9.

4Ce chapitre a pour objectif de rendre compte du succès à la fois politique et épistémologique remporté par le mouvement anti-genre italien. Ces militant.e.s ont non seulement réussi à bloquer des réformes juridiques et scolaires ou à en affaiblir la portée, mais sont aussi parvenu.e.s à imposer les termes à travers lesquels la controverse publique sur l’égalité des personnes LGBTQI se décline désormais dans le champ politique et médiatique. Dans un premier temps, je reconstitue l’émergence du discours anti-genre dans le débat public. Un deuxième temps est consacré à dresser une cartographie des acteurs qui l’ont adopté, adapté et relayé. Enfin, des spécificités de l’histoire sociale et intellectuelle italienne sont mises en avant pour expliquer le succès de ces mobilisations.

L’émergence de la controverse anti-genre ou quand le « gender » l’emporte sur le genre

5Comme ailleurs, où le mouvement anti-genre a vu le jour, les mobilisations italiennes ont adopté et adapté un discours qui leur préexistait et qui a été conçu dès le milieu des années 1990 par les instances doctrinaires du Vatican (Garbagnoli & Prearo, 2017). Publié en italien en 2003, sous l’égide du Conseil pontifical pour la famille (CPF) et rapidement traduit dans une dizaine de langues, le dictionnaire encyclopédique Lexique des termes ambigus et controversés sur la vie, la famille et les questions éthiques constitue la systématisation d’une nouvelle rhétorique catholique visant le genre (CPF, 2003, 2005). Parmi les contributeurs et les contributrices de l’ouvrage, on trouve une quinzaine d’auteur.e.s italien.ne.s lié.e.s à des associations anti-avortement, dont trois cardinaux connus pour leurs positions très conservatrices (Carlo Caffarra, Angelo Scola et Elio Sgreccia), le fondateur du Movimento per la Vita (Mouvement pour la vie), Carlo Casini, et le président de l’Unione dei Giuristi Cattolici Italiani (Union des juristes catholiques italiens), Francesco D’Agostino.

6Un an après la parution du Lexique, le cardinal Joseph Ratzinger publie une « Lettre aux évêques de l’Église catholique sur la collaboration de l’homme et de la femme dans l’Église et dans le monde » dans laquelle, en s’appuyant sur des positions qu’il a déjà clairement exprimées en 1985, il célèbre « la différence sexuelle » et les « valeurs féminines » avec lesquelles « la femme » serait « plus immédiatement en syntonie » et stigmatise les féministes qui « négligent la différence sexuelle » (Ratzinger & Messori, 1985 ; Ratzinger, 2004). Si ce texte a provoqué un tollé de la part de théologien.ne.s catholiques dénonçant son antiféminisme (Couture, 2012), il a suscité, en Italie, l’admiration de Luisa Muraro, cheffe de file du courant des féministes différentialistes, ainsi que celle du journaliste « athée et pourtant dévot » Giuliano Ferrara, signe que ce pays est un terrain d’accueil fertile pour cette nouvelle déclinaison de la pensée naturaliste.

7En Italie, le discours anti-genre a commencé à être relayé très tôt : dès 2007, Scienza e Vita (Science et vie), association anti-avortement proche de la Conférence épiscopale italienne et de l’Opus Dei, publie un numéro spécial de sa revue sur la « théorie du genre » avec, entre autres, des textes de Xavier Lacroix et de Jacques Arènes. L’année suivante, elle organise un premier colloque anti-genre auquel participe notamment Lucetta Scaraffia, connue comme historienne des femmes et éditorialiste de l’Osservatore Romano, quotidien du Saint-Siège. Toutefois, ces premières manifestations restent confinées dans la sphère des groupes catholiques et ne se propagent pas dans le débat public. Le genre est un concept très peu connu dans un pays où les études sur le genre et la sexualité demeurent évanescentes et où la catégorie de « différence sexuelle » reste une référence incontournable quand on parle de femmes et de féminisme (Di Cori, 2013 ; Perilli, 2005). Dans un tel contexte, le concept de genre est quasi unanimement employé en anglais (gender), bien que sa traduction exacte existe en langue italienne (genere) et s’appuie sur des significations qui intègrent toujours la notion de « différence sexuelle » comme fondement incontournable de l’identité personnelle. Cette américanisation de la notion, qui fait du genre un concept pensé comme un corps étranger au champ intellectuel national, précède et est indépendante du discours des acteurs anti-genre, qui, quand ils commencent à parler de « colonisation idéologique de la théorie du gender », prêchent de facto en grande partie des converti.e.s.

8Toujours en 2007, un grand rassemblement, dit « Family Day », est organisé à Rome par les associations familialistes catholiques pour bloquer l’adoption d’un projet de loi sur la reconnaissance juridique des couples de même sexe. Une protestation semblable a lieu à Madrid quelques mois plus tard contre les réformes du gouvernement Zapatero. En réaction à ces événements, Angela Pellicciari, historienne et membre du Chemin néocatéchuménal, publie un essai intitulé de manière programmatique Family Day: Roma-Madrid e dopo ? (Family Day : Rome-Madrid, et après ?, 2008). Elle s’interroge sur la nature et sur la suite de ces protestations qu’elle invite à penser comme « un spectre qui hantera l’Europe ». L’ouvrage est une exhortation à se mobiliser et à faire de l’Italie « le bastion de la civilisation humaine » dont les autres pays européens pourront s’inspirer.

9En 2007, il n’était pas possible ni d’ailleurs nécessaire de mobiliser la notion de genre pour bloquer le projet de loi sur les unions civiles. Le genre était une notion à la fois obscure et inutile. Ce n’est qu’en 2013, à la suite des manifestations françaises, qu’elle s’est transformée en opportunité discursive politiquement signifiante : « le gender » était l’ennemi contre lequel La Manif pour tous se battait. Depuis, les syntagmes « théorie du genre », « idéologie gender », « gender » ont envahi l’espace discursif et produit une prolifération discursive impressionnante. Telle qu’elle se déploie actuellement en Italie, la controverse sur le genre est donc de facto un différend sur le « gender ». Lorsqu’on parle du genre, qu’on le veuille ou non, on active désormais le cadre d’énonciation que le Vatican a élaboré et que ses alliés ont relayé. Cette capacité d’imposer les termes du débat public et, plus largement, les catégories à travers lesquelles on pense le réel, ses découpages et ses relations, constitue le principal succès symbolique de la croisade anti-genre.

Le « gender » comme cri de ralliement entre sécularisation et brownwashing : typologie et structure des acteurs mobilisés

  • 10  C’est en tant que porte-parole du mouvement anti-genre que Toni Brandi, ami très proche de Roberto (...)

10Le mouvement anti-genre italien s’est caractérisé par la co-présence de nouveaux et d’anciens acteurs du militantisme familialiste ainsi que par une radicalisation de l’engagement catholique et une forte implication d’acteurs d’extrême droite. Plus spécifiquement, l’émergence d’une cause anti-genre s’est manifestée à travers une reconfiguration de la structure des rapports de visibilité et de mobilisation au sein du champ du militantisme anti-avortement et des mouvements ecclésiastiques. Concernant le milieu des groupes anti-avortement, les plus radicaux d’entre eux ont reformulé leur cause spécifique (la lutte contre l’avortement) dans des termes « anthropologiques », en donnant à leurs revendications une portée plus générale et une plus vaste audibilité (Avanza, 2015 ; Béraud & Portier, 2015). Le combat mené par ces associations anti-avortement ne concerne plus seulement la « défense de la vie », mais relève désormais de la « défense de l’Humain ». De plus, comme le montre le travail d’enquête de Yàdad De Guerre, ces protestations sont principalement incarnées par des groupes anti-avortement, structurellement connectés avec des formations néofascistes – c’est le cas de ProVita Onlus avec Forza Nuova – et endossées par des formations, partis ou groupuscules xénophobes, d’extrême droite ou identitaires (De Guerre, 2015-2018). Grâce aux modalités de sa constitution (euphémisation et lissage des arguments), le discours anti-genre est structurellement en mesure de produire un effet de brownwashing. En effet, manifester contre le « gender » au nom d’une « urgence anthropologique » permet non seulement à des catholiques de séculariser leur discours, mais aussi à des formations d’extrême droite de neutraliser la nature antidémocratique de leur projet politique et de légitimer leur présence comme interlocuteurs audibles au sein de l’échiquier politique10.

11En dépit de cette forte implication des groupes anti-avortement et d’extrême droite, le mouvement anti-genre italien n’est pas réductible à la somme de ces composantes. En particulier, il s’est incarné dans de nouveaux acteurs qui, tout en étant en relation avec les associations anti-avortement ou les mouvements ecclésiastiques, se présentent comme des « citoyen.ne.s préoccupé.e.s par la défense de l’Humain » : La Manif pour tous-Italia, les Sentinelle in Piedi (Sentinelles debout, SiP) ou encore des comités ou observatoires anti-genre. Tout en étant traversé par des clivages et des antagonismes entre les groupes qui se mobilisent derrière la bannière de la « guerre contre le gender », ce mouvement a des objectifs communs : bloquer des réformes politiques, juridiques ou culturelles prônant la dénaturalisation de l’ordre sexuel ou en empêcher de manière préventive la formulation. Afin de dresser une cartographie des acteurs impliqués, j’analyse d’abord le rôle joué par le Vatican dans l’invention du discours anti-genre et sa diffusion grâce à la Conférence des évêques italiens. Dans un deuxième temps, j’étudie les spécificités des nouveaux groupes anti-genre (LMPTI, les SiP, les comités « anti-genre »). Je me penche enfin sur l’engagement des associations anti-avortement, traditionalistes et des membres du Chemin néocatéchuménal.

Le Vatican et la Conférence épiscopale italienne : deux stratégies contestataires

  • 11  Ces accords ont par ailleurs établi un système d’imposition fiscale dit « huit pour mille » de l’i (...)

12En raison de ses intérêts économiques et symboliques, le Vatican est l’un des principaux acteurs du champ politique italien : la hiérarchie de l’Église catholique interfère systématiquement dans les préoccupations politiques nationales, notamment dans les questions concernant le genre, la sexualité et l’éducation (Giorgi & Ozzano, 2016). La Conferenza Episcopale Italiana (CEI) représente le bras opérationnel de cette politique interventionniste. Il s’agit de la seule Conférence des évêques dont le président et le secrétaire général sont directement désignés par le pape. La CEI s’occupe d’ailleurs de superviser, en tant que représentante du Saint-Siège, la mise en exécution des accords réglant les rapports économiques et politiques entre l’État italien et le Vatican tels qu’ils ont été établis par le « nouveau concordat » de 198411. Cela témoigne du fait que le Vatican considère la CEI comme la plus proche et la plus fiable parmi les conférences épiscopales nationales.

13Si quelques prélats ont commencé à utiliser la rhétorique « anti-genre » dès sa conception, sa diffusion massive coïncide avec l’émergence des protestations en 2013. Bien que la CEI n’ait pas exprimé une position officielle à leur sujet, de hauts représentants du clergé les ont ouvertement soutenues. Je pense notamment au cardinal Angelo Bagnasco, président de la CEI entre 2007 et 2017, au cardinal Camillo Ruini, président de la CEI de 1991 à 2007, au cardinal Mauro Piacenza, proche de l’Opus Dei, et au cardinal Carlo Caffarra, l’un des auteurs du Lexique et de l’ouvrage Remaining in the Truth of Christ. En octobre 2015, lors du synode sur la famille, le cardinal Bagnasco et le cardinal Piacenza ont animé les séances des Circuli minores italiens. Dans les rapports qui ont été rédigés à la fin des discussions, on y condamne la « théorie du gender » en tant que « colonisation idéologique imposée par des organisations internationales » qui sape le « droit de priorité éducative des parents ».

  • 12  Dans le cas du projet de loi sur les unions civiles, Mgr Galantino s’est dit prêt à accepter des f (...)
  • 13  La Démocratie chrétienne a été dissoute en 1994 à la suite de l’enquête « Mains propres » qui a ré (...)

14Au sein de l’épiscopat italien, il existe une deuxième position vis-à-vis du mouvement anti-genre, plus minoritaire, qui est représentée par le secrétaire général de la CEI, Mgr Nunzio Galantino12. Aux manifestations de rue, les évêques de cette ligne préfèrent les plus traditionnelles formes de lobbying parlementaire pratiquées par le Vatican tout au long de l’histoire républicaine, notamment, jusqu’au milieu des années 1990, par le biais de l’intervention du parti de la Démocratie chrétienne13.

15Bien que distincts, les stratégies et les objectifs de ces deux fronts se combinent et se renforcent de manière à ce que toute réforme visant à dénaturaliser l’ordre sexuel discutée au Parlement italien se heurte systématiquement à une double opposition : l’une frontale et extraparlementaire, qui vise à la bloquer, et l’autre, qui s’exprime par des pressions sur les parlementaires, ayant notamment pour but de la vider de l’intérieur et d’en éroder le contenu.

De nouveaux acteurs pour une nouvelle cause : Generazione Famiglia-La Manif pour tous-Italia, les comités anti-gender, les Sentinelle in Piedi

  • 14  Le président de LMPTI, Jacopo Coghe, et son porte-parole, Filippo Savarese, sont membres du Chemin (...)
  • 15  L’adresse du siège social est d’ailleurs celle de son président et les quatre-vingts cercles locau (...)

16L’association La Manif pour tous-Italia incarne le mouvement anti-genre italien : c’est sous sa bannière que les premières manifestations ont été organisées. L’utilisation du nom et du logo de La Manif pour tous a permis de capitaliser symboliquement les succès politiques obtenus en France et d’inscrire la protestation italienne dans un cadre international où d’autres « manifs pour tous » ont vu le jour (en Allemagne, en Finlande). Fondée par des membres du Chemin néocatéchuménal ou liés au milieu associatif anti-avortement, LMPTI n’a pas de liens structurels avec son homologue française14. Elle agit en totale autonomie politique et reflète les tensions et les clivages du champ du militantisme catholique italien, dont elle est issue. Contrairement à son inspiratrice française, il ne s’agit pas d’un collectif, mais d’une association. Dépourvue de structures logistiques et d’un réel enracinement territorial, LMPTI opère notamment comme leader symbolique de la nouvelle croisade, agit en grande partie à travers le militantisme virtuel15 et sa direction est assurée par une nouvelle génération de militant.e.s né.e.s dans les années 1980. En 2015, l’association change de nom et devient Generazione Famiglia (Génération famille, GF), bien que l’indication La Manif pour tous-Italia accompagne encore souvent la nouvelle appellation. En janvier 2017, Filippo Savarese, porte-parole de LMPTI, a été nommé directeur de campagne de CitizenGo, ce qui rend visibles d’autres connexions internationales de l’association. GF est devenue le relais italien de la tournée internationale du bus dit « de la liberté ». Financé par CitizenGo, ce véhicule orange arborant des slogans transphobes, homophobes et sexistes a sillonné les rues de nombreuses villes de plusieurs pays (États-Unis, Espagne, Chili, Italie, Allemagne, France).

  • 16  Simone Pillon déclarait en janvier 2018 : « la famille est une valeur transversale qui doit être e (...)

17Quant à la politisation du mouvement, deux voies ont été suivies. En 2016, deux des leader.euse.s des mobilisations anti-genre, Gianfranco Amato et Mario Adinolfi, ont fondé un parti politique, Il Popolo della Famiglia (Le peuple de la famille, PDF), qui s’est présenté aux élections législatives de mars 2018 et a obtenu 220 000 votes (1 % des votes). GF a préféré mener une stratégie d’alliance politique avec la Ligue du Nord et Fratelli d’Italia. Le néocatéchuménal Simone Pillon, cofondateur avec Massimo Gandolfini du comité « Défendons nos enfants », a été élu sénateur dans les listes de la Ligue du Nord. Les deux militants ont parlé d’une « fécondation » des partis de la droite par les « valeurs du peuple du Family Day16 ».

18Le mouvement italien se caractérise aussi par la présence d’une galaxie de comités et d’observatoires anti-genre. Parmi les plus dynamiques, on peut citer le Comitato Difendiamo i Nostri Figli (comité « Défendons nos enfants », CDNF), à l’origine des deux Family Day de 2015 et 2016, Di mamma ce n’è una sola (Il n’y a qu’une seule maman) et l’Osservatorio Gender (Observatoire gender) fondé en 2015 par le groupe intégriste Famiglia Domani. Le nombre élevé de ces comités donne l’impression d’une multitude d’agents en fervente activité. En étudiant leurs organigrammes, Yàdad De Guerre a démontré qu’il s’agit d’un système de boîtes imbriquées, le nombre des personnes réellement impliquées étant très limité (De Guerre, 2015-2018).

19L’association Le Sentinelle in Piedi est le dernier des nouveaux acteurs anti-genre. Créés en 2013 à la suite des protestations françaises, les SiP ont organisé des centaines de « veillées debout » pour défendre « la liberté d’expression ». Tout en se présentant comme un mouvement spontané, le groupe a été fondé par un proche de l’association traditionaliste Alleanza Cattolica (Alliance catholique, AC) et est alimenté par les membres des paroisses dans lesquelles le Chemin néocatéchuménal est le plus actif.

Les moteurs de la mobilisation anti-genre : des groupes anti-avortement et traditionalistes

  • 17  Avocat partenaire (allied attorney) d’Alliance Defending Freedom et représentant italien de Advoca (...)

20Aucune de ces nouvelles associations ne disposait de moyens économiques suffisants pour alimenter une campagne de mobilisation qui, depuis 2013, compte à son actif des milliers de conférences, de centaines de veillées et deux rassemblements réunissant à Rome environ un demi-million de manifestant.e.s. En réalité, le mouvement anti-genre puise ses ressources au sein du monde associatif catholique anti-avortement. En particulier, ce sont Scienza e Vita, Giuristi per la Vita et ProVita Onlus qui ont mis leurs ressources et leur savoir-faire militant à disposition de la cause anti-genre (Avanza, 2015 ; De Guerre, 2015-2018). Fondée en 2004 avec le support de la CEI au moment du referendum sur la procréation médicalement assistée, Scienza e Vita compte parmi ses membres les principaux.ales leader.euse.s du milieu anti-avortement (Gandolfini, Amato, Casini, Volonté, Mantovano, Scaraffia, D’Agostino). Plus proches du groupe radical Famiglia Domani que du Movimento per la Vita, jugé trop modéré dans sa stratégie d’action et d’alliances, Giuristi per la Vita et ProVita Onlus gravitent, depuis leur fondation en 2012, autour de la galaxie d’acteurs nationaux et internationaux qui se retrouvent chaque année à la Marche pour la vie : des Légionnaires du Christ au Human Life International, du World Congress of Families (WCF) à CitizenGo, d’Alliance Defending Freedom à la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X. La présence de Toni Brandi et Alessandro Fiore, leaders de ProVita, aux congrès du WCF témoigne de l’importance de ces acteurs dans la circulation transnationale de la cause anti-genre. En 2014, Brandi figure à côté d’Alexei Komov et de la famille du néofasciste Roberto Fiore (père de Alessandro) dans le film de propagande homophobe Sodom réalisé en 2014 et coproduit par ProVita (De Guerre, 2015-2018). Brandi et Fiore ont aussi été invités à donner des conférences en Hongrie, en République tchèque et en Slovaquie. Un même engagement international caractérise les actions du leader des Giuristi per la Vita, Gianfranco Amato17. Amato et Brandi ont par ailleurs été parmi les signataires de l’« Appel au Pape » rédigé avant le synode sur la famille par un front transnational de catholiques traditionalistes et relayé par les réseaux du mouvement transnational basé au Brésil : Tradition, famille et propriété (TFP).

21Référent italien de TFP, l’association Alleanza Cattolica en partage la vision politique foncièrement hiérarchique et antidémocratique. Dès 2013, AC s’engage dans les protestations anti-genre et cette association se caractérise par sa forte capacité de pénétration institutionnelle. Parmi ses membres les plus influent.e.s, on trouve le magistrat Alfredo Mantovano, ancien sous-secrétaire du ministère de l’Intérieur, l’historien Roberto De Mattei, ancien vice-président du CNRS italien, et le sociologue Massimo Introvigne, régent vicaire de l’association jusqu’en 2017.

Répertoires rhétoriques et incarnations protestataires : conférences, veillées et Family Day

  • 18  Si la mise en équivalence entre homosexualité masculine et pédophilie est un argument récurrent du (...)

22Du point de vue des arguments mobilisés, les manifestant.e.s « anti-genre » puisent tant dans le répertoire du discours familialiste (Bourdieu, 1986 ; Lenoir, 2003) que dans celui du discours populiste distinguant et opposant peuple et lobbys, questions économiques et questions sexuelles. La rhétorique anti-genre présente toutefois des discontinuités et des spécificités qui la caractérisent. Une telle mutation peut s’expliquer comme une forme d’ajustement aux transformations des contraintes discursives qui façonnent le débat public sur les questions de genre et de sexualité, qui résultent des luttes menées par les mouvements féministes et LGBTQI (Rennes, 2011). Dit autrement, pour pouvoir être politiquement entendu, le discours familialiste et populiste des groupes anti-genre doit être politiquement audible : d’où la nécessité structurelle de mettre à jour les arguments et les références. Dans un tel contexte d’aggiornamento, la figure de « l’enfant à protéger » devient le principal outil à travers lequel l’homophobie peut s’exprimer de manière détournée et la construction biologisante de la filiation devient l’instrument de réaffirmation d’une prétendue naturalité de l’ordre familial (Borrillo, 2017). Ainsi, l’iconographie utilisée lors des manifestations met en images des enfants effrayé.e.s et perdu.e.s, « sans origines », réifié.e.s et marchandisé.e.s. Comme Bruno Perreau l’a montré, cette focalisation sur la filiation ravive plusieurs topoï de la rhétorique homophobe : les homosexuels seraient « par nature » des corrupteurs de jeunes, des pédophiles et l’homosexualité une maladie contagieuse qui menacerait de l’intérieur la tenue du corps national (2018)18. Un tel discours s’est incarné dans différentes formes d’action : des conférences d’expert.e.s, des veilles dans l’espace public, des rassemblements familialistes.

Science contre idéologie : les conférences anti-genre

  • 19  Depuis 2013, Alexei Komov a réalisé plusieurs tournées de conférences en Italie, invité par ProVit (...)
  • 20  Costanza Miriano est l’auteure du best-seller antiféministe Sposati e sii sottomessa (Marie-toi et (...)

23Loin d’opposer théologie et science, les militant.e.s qui mobilisent la rhétorique anti-genre se réclament de l’une comme de l’autre. Affirmée par la théologie comme une « vérité de raison », la complémentarité entre les sexes serait démontrée par la science. Au sein d’un tel cadre interprétatif, ce sont des médecins, des psychologues, des psychiatres, des juristes qui se mobilisent au nom de leur expertise « contre l’idéologie du gender ». Organisées dans des salles paroissiales, des auditoriums ou des salles de cinéma, les conférences anti-genre ont débuté en septembre 2013. Depuis, des milliers de rencontres ont eu lieu. Bien que se présentant comme « expert.e.s », les intervenant.e.s appartiennent au monde associatif anti-avortement et traditionaliste, défendent la pratique des « théories réparatrices » et enseignent dans des universités catholiques, souvent dirigées par l’Opus Dei ou les Légionnaires du Christ (De Guerre & Prearo, 2016). Ces personnes sont parfois accompagnées par des « invité.e.s spéciaux » : des « ex-gays », tel Luca di Tolve, témoignant de leur « guérison » ou des personnalités venant de l’étranger. De France, arrivent Ludivine de la Rochère, Éric Zemmour et Alain de Benoist, de Russie Alexei Komov et Aleksandr Dugin19. Les conférences prennent parfois les allures de véritables one-(wo)man-shows. Dans ce genre d’interventions se sont notamment illustré.e.s le neurochirurgien (néocatéchuménal) Massimo Gandolfini, l’avocat (anti-avortement) Gianfranco Amato et les essayistes Costanza Miriano et Mario Adinolfi20. Suivies par des centaines d’auditeur.rice.s, leurs allocutions ont été ensuite diffusées sur des chaînes YouTube, atteignant des milliers de vues. Pendant ces conférences, la froideur du discours d’expertise prétendument scientifique alterne constamment avec des moments de pathos apocalyptique où, sur un ton millénariste, on évoque des histoires d’horreur (notamment des suicides dont la « théorie du gender » serait responsable), la fin de la civilisation et la destruction de l’humanité (Lavizzari & Prearo, 2016). La science, nous disent ces expert.e.s, serait du côté de la théologie catholique : elle démontrerait l’existence d’un « déterminisme hormonal » produisant deux « natures » sexuelles différentes et complémentaires. Des chercheuses féministes ont à la fois décortiqué les mésusages des connaissances scientifiques pratiqués par les expert.e.s du Vatican et démontré qu’il n’existe aujourd’hui aucune preuve scientifique d’une quelconque forme de « déterminisme biologique » des différences d’attitudes constatées entre les sexes (Fillod, 2014). Ce mélange de pseudoscience et de catastrophisme, typique du discours réactionnaire, a pour but d’alimenter la confusion et d’accroître l’inquiétude et la peur.

Résister contre le totalitarisme : les veillées des Sentinelle in Piedi

24Debout, en silence avec un livre à la main, à deux mètres l’un.e de l’autre, les militant.e.s du groupe Le Sentinelle in Piedi organisent depuis l’été 2013 des veillées sur des places publiques, souvent en face d’une mairie ou d’un tribunal. Ces militant.e.s se présentent comme des citoyen.ne.s se mobilisant pour défendre la liberté d’expression, qui serait menacée par l’éventuelle adoption d’une loi contre l’homophobie et la transphobie. Bien que ces personnes s’affichent comme apolitiques, l’association a été enregistrée par un proche de Massimo Introvigne, leader d’Alleanza Cattolica, et les veillées sont alimentées par les associations catholiques. Depuis la première action des Sentinelle à Brescia, des centaines de veillées ont été organisées, en particulier dans le nord-est du pays, dans les villes gouvernées par la droite (Avanza, 2015). En outre, des veillées coordonnées ont eu lieu dans une centaine de villes au moment de l’ouverture du synode sur la famille, en octobre 2015.

  • 21  Le président de Circolo Pink (Cercle Pink) de Vérone a par exemple été interpellé par des agents d (...)
  • 22  En décembre 2013, des militant.e.s de Forza Nuova participant à une veillée avec des livres publié (...)

25Cette nouvelle forme de protestation mélange des éléments hétérogènes issus d’autres formes d’occupation des espaces publics (flash mobs, prières de rue, défilés militaires). Cadrée du point de vue temporel et spatial, la veillée se déploie comme une véritable performance scénique. Chaque élément du dispositif dramatique vise à impressionner le public, à effacer l’appartenance religieuse et politique des participant.e.s et à produire un effet de renversement victimaire. L’acte de lire, la posture corporelle et l’usage politique du silence se veulent des réactions de « résistance » à un prétendu « bâillonnement des consciences ». Les veillées ont souvent été contestées par des militant.e.s LGBTQI et des groupes parodiant leurs actions ont été créés, comme I Sentinelli à Milan. Toutefois, en raison de la nature silencieuse de l’action des Sentinelle, ce sont plutôt les militant.e.s LGBTQI qui ont fait l’objet d’interventions policières21. Parmi les livres utilisés dans les veilles, on retrouve des classiques du genre dystopique (1984 de George Orwell ou encore Lord of the World de Robert Benson, le livre préféré du pape François), ainsi que les essais des leader.euse.s du mouvement (Miriano, Amato, Adinolfi)22. Les minoritaires y sont décrits comme de puissants lobbys dirigeant les institutions internationales, imposant leur programme politique et instituant une « police de la pensée ». Enfin, les veillées représentent un exemple réussi de la circulation transnationale des modes de protestation du mouvement anti-gender et des actions similaires avaient été menées en France dès 2012. Le succès des protestations italiennes a dépassé celui des actions menées par les groupes français au point que ces derniers ont adopté l’appellation Sentinelles pour capitaliser la réussite de leurs homologues transalpin.e.s.

La « famille naturelle » contre « Gayropa » : les Family Day

26Huit ans après le premier Family Day (FD), deux autres journées de la famille ont été organisées en juin 2015 et en janvier 2016. Tout en s’inscrivant explicitement dans le sillage de la première protestation – le choix de l’appellation en témoigne –, c’est le militantisme anti-genre qui prédomine lors des derniers événements. Le premier rassemblement a été lancé par le Forum delle Associazioni Familiari (FAF) et a réuni tous les mouvements et associations catholiques : les groupes familialistes, les associations anti-avortement et traditionalistes, les mouvements ecclésiastiques. Il a obtenu le soutien sans faille de la Conférence épiscopale italienne, la vidéo d’un discours de Jean-Paul II a ouvert l’événement et la bénédiction de Benoît XVI l’a clôturé.

27En revanche, en 2015 et 2016, les FD sont devenus l’expression d’une nouvelle forme d’engagement catholique plus ouvertement politisé et le soutien de la hiérarchie catholique a été plus discret. À quelques jours du FD de janvier 2016, le pape François a réaffirmé qu’il fallait éviter toute « confusion entre la famille voulue par Dieu et tout autre type d’union », sans se référer explicitement à l’événement de Rome. La CEI n’a pas pris de position officielle et seuls les évêques les plus engagés ont explicitement appuyé la manifestation. Le Forum Nazionale delle Associazioni Familiari (Forum des associations familiales), les mouvements Comunione e Liberazione (Communion et Libération) et Rinnovamento nello Spirito Santo (Renouveau dans l’Esprit) n’ont pas adhéré aux mobilisations, tout en exprimant leur solidarité envers leurs membres ayant choisi de manifester. Les places de Rome où les deux rassemblements ont eu lieu ont donc été remplies grâce à la mobilisation des associations anti-avortement les plus radicales, des groupes traditionalistes et néofascistes, ainsi qu’à l’implication du Chemin néocatéchuménal et des paroisses proches du mouvement.

  • 23  L’expression « le gender, fumier du diable », utilisée lors du Family Day de juin 2015, s’inspire (...)
  • 24  Massimo Prearo montre comment les réactions d’adhésion de l’auditoire à l’intervention de Kiko Arg (...)

28Cette radicalisation de l’engagement catholique s’est manifestée dans la forme des prises de parole et le contenu des arguments mobilisés. Un savant mélange de références religieuses et pseudo-scientifiques a ponctué les discours des leader.euse.s qui ont pris la parole (Gandolfini, Amato, Miriano et Adinolfi). Sur l’estrade, les interventions ont alterné avec des témoignages de « familles nombreuses » et des chansons ont été entonnées par tout l’auditoire. Les slogans arborés par les manifestant.e.s reflétaient cette dualité discursive : le « gender » étant à la fois « un danger anthropologique » et « le fumier du diable23 ». En étudiant les modalités de participation au FD de juin 2015, Massimo Prearo a montré comment ses promoteurs ont stratégiquement utilisé un cadrage religieux pour repolitiser l’identité catholique à travers l’adhésion à une cause qui s’affiche comme « anthropologique » et donc non religieuse (Prearo, 2017 b)24.

  • 25  Il est intéressant de remarquer que ces deux variantes de nationalisme sexuel présentant l’Europe (...)
  • 26 Cette forme de nationalisme sexuel coexiste avec une stratégie d’implication des personnalités mus (...)
  • 27  On en trouve des exemples significatifs dans les textes accompagnant deux propositions de loi dema (...)

29Dans les discours prononcés, l’Italie a été décrite comme « un phare pour les autres pays européens », « un bastion de résistance » capable de « défendre la famille naturelle » contre « Gayropa » et « Gaystapo ». Le « gender » y fait figure de symbole de la « décadence de l’Occident » et des « dérives » que le discours populiste lui attribue (individualisme, égoïsme, relativisme, nihilisme). En présentant l’Italie comme un « avant-poste de l’humanité », les manifestant.e.s utilisent et renversent les arguments fémonationalistes et homonationalistes qui dépeignent l’Europe, ou plus généralement « l’Occident », comme une « exception sexuelle » et l’opposent aux pays « sexuellement et démocratiquement arriérés » (Colpani & Habed, 2014). Dans le sillage des souhaits exprimés par Angela Pellicciari dans son analyse du FD de 2008 le « peuple du Family Day » de 2015 et 2016 veut construire une Europe anti-genre qui s’oppose à la fois au développement d’une Europe « des lobbys homosexualistes » et à son « islamisation25 ». Cette construction du « gender » et de l’« islamisation » comme deux ennemis structurellement homologues de « la civilisation » mêle de manière inédite antiféminisme et fémonationalisme, homophobie et islamophobie26. Circulant en Italie depuis le début des années 200027, elle a été fréquemment réactivée dans le débat public, notamment en 2016 au moment des prétendus viols de masse de la Saint-Sylvestre en Allemagne. Le discours anti-genre intègre donc l’opposition populiste entre « eux » et « nous » et la décline dans des termes sexuels. Comme le montre le travail d’Éric Fassin sur les usages de la « démocratie sexuelle », la rhétorique d’un « choc sexuel des civilisations » a servi depuis 2001 à définir les frontières de la « forteresse Europe » (2010 ; 2014).

L’Italie comme terrain fertile pour le discours anti-genre : différentialisme et familialisme

30Les mobilisations anti-genre italiennes ont été un succès du point de vue politique, médiatique et symbolique. Le projet de loi contre les violences homophobes et transphobes a été abandonné et, si une loi sur les unions civiles – qualifiées de « formations sociales spécifiques28 » – a bien été votée en mai 2016 sous la pression d’un arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme, cette « conquête historique » demandée depuis plus de dix ans par le mouvement LGBTQI constitue une victoire amère. Le contenu de la loi, qui octroie certes certains droits aux membres du couple uni civilement (obligation d’assistance réciproque, bénéfice de la pension de réversion, titre de séjour pour le / la conjoint.e étranger.ère, droit de visite à l’hôpital), a été amputé afin de sanctionner, comme demandé par le Vatican et les acteurs anti-genre, la non-équivalence entre union civile et mariage. Ainsi, la reconnaissance des droits parentaux des parents non biologiques a été supprimée, de même que l’obligation de fidélité au sein du couple. Le ministre de l’Intérieur de l’époque, Angelino Alfano, responsable politique de ces modifications, s’est réjoui d’avoir ainsi « empêché une révolution contre nature et anthropologique29. La rhétorique anti-genre est relayée telle quelle par les représentant.e.s institutionnel.le.s au sommet de l’État.

31Concernant le front des contestations scolaires, la mise en œuvre d’une stratégie contre l’homophobie et la transphobie dans les écoles a été bloquée en 2014 à la suite de protestations (pétitions, email bombing, journée de retrait de l’école) et d’une intervention du président de la CEI exprimant son opposition à « la dictature du genre qui transforme les écoles publiques en camp de rééducation et d’endoctrinement ». En Vénétie, des dizaines de livres pour enfants ont été retirés des écoles primaires publiques, car ils présentaient les familles homoparentales comme aussi légitimes que les familles hétéroparentales. En 2017, le ministère de l’Éducation a publié un document au sujet de l’« éducation de genre » instituée par une loi sur l’école de 2015. Comme l’affirme Massimo Prearo dans son analyse du texte, les associations anti-genre ont eu raison de se réjouir à la lecture de la note ministérielle (Prearo, 2017 a). Non seulement, le ministère y affirme que « l’“identité (l’être) d’une personne” trouve son origine dans les différences qui sont à l’origine de la vie » et que « parmi les connaissances enseignées à l’école, il n’y a pas de place pour l’idéologie gender », mais aucune référence n’est faite à d’éventuelles actions à mettre en place dans les écoles pour lutter contre l’homophobie et la transphobie30.

32En très peu d’années, les expressions « gender », « idéologie du gender » et « théorie du genre » sont devenues en Italie des principes de vision et de division légitimes, des catégories de l’entendement politique qui produisent des effets sociaux. En ce sens, on peut parler d’effets performatifs des performances du discours anti-genre (Garbagnoli, 2016). Ces syntagmes figurent ainsi dans des délibérations municipales et les panneaux lumineux de certaines mairies affichent le slogan « notre municipalité est contre l’idéologie du genre ». De même, des conseils régionaux ont créé des numéros verts auxquels les parents peuvent « dénoncer la présence du gender à l’école ». Une telle victoire catégorielle a généré des formes de symétrisation et de légitimation de ces acteurs, comme l’illustre la création de rayons « théorie du gender » dans certaines librairies. Costanza Miriano y figure sous le label « féministe » et les rares ouvrages publiés en études de genre côtoient les textes des auteur.e.s anti-genre. Les livres de Judith Butler sont entourés par Unisex de Enrica Perucchietti et Gianluca Marletta (lié.e.s à ProVita Onlus) ou Contro l’eroticamente corretto d’Adriano Scianca (responsable culturel du parti néofasciste Casa Pound).

  • 31  Dans son ouvrage Gender-genere: chi vuole negare la differenza maschio-femmina? L’allenza tra femm (...)
  • 32 Après le Family Day de janvier 2016, Vacca a déclaré que ces manifestations ne doivent pas être dé (...)

33Ce succès du discours anti-genre s’explique par les travestissements rhétoriques d’un discours qui s’affiche comme non homophobe, scientifique, anthropologique, féministe, humaniste et écologiste, mais aussi par la force de la pensée naturaliste sur laquelle il s’appuie et qu’il relaie, ainsi que par les spécificités du contexte national. En Italie, l’hégémonie du courant du féminisme différentialiste joue ainsi un rôle crucial. Une telle approche qui célèbre « la différence sexuelle » comme fondement indestructible d’une prétendue altérité distinguant les hommes et les femmes et pense « le maternel » comme élément fondateur d’une présumée « identité féminine » entre en effet en profonde résonance avec la vision promue par les acteurs anti-genre31. L’influence d’une pensée qui fait de « la différence sexuelle » le socle de l’« Humain » traverse aussi les milieux intellectuels de gauche. En 2011, Mario Tronti, théoricien de l’Operaismo ou Giuseppe Vacca, philosophe marxiste, président de la Fondazione Gramsci, ont lancé un manifeste contre « l’urgence anthropologique » réaffirmant la nécessité d’une alliance entre catholiques et non-catholiques pour la défense de « valeurs non négociables32 ».

34Le succès de ces mobilisations renvoie également à l’histoire des structures sociales nationales, en particulier aux paradoxes du familialisme italien. Comme le montrent les travaux de Chiara Saraceno, la sacralisation idéologique de la « famille traditionnelle » dans le discours public s’accompagne d’un système de politiques familiales peu développées (Saraceno, Lewis & Leira, 2012 ; Saraceno, 2017). Dans un tel contexte, l’Église catholique opère autant comme l’autorité de référence du discours familialiste que comme le principal prestataire des services aux familles en concurrence avec ceux, très déficitaires, fournis par l’État. La renaturalisation de la division sexuée du travail prônée par la rhétorique anti-genre s’adapte donc bien aux spécificités d’un régime institutionnel et politique dans lequel la reproduction familiale ne peut se faire qu’en s’appuyant lourdement sur le travail domestique et intergénérationnel des femmes et à travers le recours aux structures du secteur privé (appartenant souvent à l’Église catholique).

35Ces deux traits structuraux nationaux montrent comment les succès de la croisade anti-genre doivent être inscrits dans l’histoire plus longue du mouvement familialiste (Lenoir, 2007) et pensés comme un nouvel épisode de la lutte symbolique entre le Vatican, le militantisme catholique et l’État pour établir la définition légitime de ce qu’est un couple et une famille dans le contexte national italien. Comme nous l’avons vu, ces succès doivent aussi beaucoup à la vitalité de la pensée naturaliste. En ce sens, le dispositif discursif anti-genre doit être pensé comme une nouvelle reformulation de ce que Monique Wittig a appelé la « pensée straight », c’est-à-dire la pensée qui produit comme crédible la croyance selon laquelle la « différence des sexes » serait le présupposé naturel de toute forme de société (Wittig, 1990, 2013). Plus largement, l’« idéologie du genre » peut être conceptualisée comme une réaction à ce que Colette Guillaumin a appelé les « effets théoriques de la colère des opprimé-e-s » (1992, 2016, p. 213). La prise de parole des minoritaires, leurs concepts – dont le genre – ont permis de rendre visible ce que l’on ne voyait pas, c’est-à-dire la nature sociale et oppressive du système qui produit les deux sexes comme deux groupes naturels et complémentaires (Delphy, 2013). Face à ce défi de dénaturalisation, le Vatican et les mouvements familialistes ont réagi de manière virulente. Comme le montre le contexte italien, ces acteurs ont su capitaliser la force de la croyance essentialiste, la reformuler dans des termes audibles et produire une nouvelle forme de mobilisation qui arrive à toucher une audience bien plus vaste que le bassin des seul.e.s catholiques ou croyant.e.s.

Bibliographie

Avanza Martina (2015), « Mobilisations anti “idéologie du gender” et milieux catholiques pro-life en Italie », Sextant, nº 31, p. 207-221.

Béraud Céline & Portier Philippe (2015), Métamorphoses catholiques : acteurs, enjeux et mobilisations depuis le mariage pour tous, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Borrillo Daniel (2017), « Mariage pour tous et homoparentalité. Les péripéties du conservatisme de gauche », dans Bruno Perreau & Joan Scott W. (dir.), Les Défis de la République : genre, territoires, citoyenneté, Paris, Presses de Sciences Po, p. 87-109.

Bourdieu Pierre (1993), « À propos de la famille comme catégorie réalisée », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 100, p. 32-36.

Bracke Sarah & Paternotte David (dir.) (2016), Religion and Gender, vol. 6, nº 2, « Habemus Gender: The Catholic Church and “Gender Ideology” ».

Colpani Gianmaria & Habed Adriano J. (2014), « “In Europe it’s Different”: Homonationalism and Peripheral Desires for Europe », dans David Paternotte & Philip M. Ayoub (dir.), LGBT Activism and the Making of Europe, Basingstoke, Palgrave, p. 73-93.

Conseil pontifical pour la famille (éd.) (2003, 2005), Lexique des termes ambigus et controversés sur la famille, la vie et les questions éthiques, Paris, Pierre Téqui.

Couture Denise (2012), « L’antiféminisme du “nouveau féminisme” préconisé par le Saint-Siège », Recherches féministes, vol. 25, nº 1, p. 15-35.

Dall’Orto Giovanni (1988), « La “tolleranza repressiva” dell'omosessualità », dans Omosessuali e Stato. Arcigay nazionale, Bologne, Cassero, p. 37-57.

De Guerre Yàdad (2015-2018), Playing the Gender Card, blog en ligne : https://playingthegendercard.wordpress.com/di-chi-parliamo-quando-parlano-di-gender/ (septembre 2018).

De Guerre Yàdad & Prearo Massimo (2016), « I movimenti no-gender spiegati bene », blog de Giulia Siviero, Il Post, 22 février, en ligne : www.ilpost.it/giuliasiviero/2016/02/22/i-movimenti-no-gender-spiegati-bene/ (septembre 2018).

Delphy Christine (2013), L’Ennemi principal : penser le genre, Paris, Éditions Syllepse, vol. 2.

Di Cori Paola (2013), « Sotto mentite spoglie. Gender Studies in Italia », Cahiers d’études italiennes, nº 16, p. 15-37.

Fassin Éric (2014), « Same-sex Marriage, Nation, and Race: French Political Logics and Rhetorics », Contemporary French Civilisation, vol. 39, nº 3, p. 281-301.

Fassin Éric (2010), « National Identities and Transnational Intimacies: Sexual Democracy and the Politics of Immigration in Europe », Public Culture, vol. 22, nº 3, p. 507-529.

Fillod Odile (2014), « L’invention de la “théorie du genre” : le mariage blanc du Vatican et de la science », Contemporary French Civilisation, vol. 39, nº 3, p. 321-333.

Galeotti Giulia (2009), Gender-genere: chi vuole negare la differenza maschio-femmina? L’alleanza tra femminismo e Chiesa cattolica, Rome, Vivere in.

Garbagnoli Sara (2016), « Against the Heresy of Immanence », Religion and Gender, vol. 6, nº 2, p. 187-204.

Garbagnoli Sara & Prearo Massimo (2017), La Croisade « anti-genre » : du Vatican aux manifs pour tous, Paris, Textuel.

Giorgi Alberta & Ozzano Luca (2016), European Culture Wars and the Italian Case: Which Side Are you on?, New York, Routledge.

Guillaumin Colette (1992, 2016), Sexe, race et pratique du pouvoir, Paris, Éditions iXe.

Jaunait Alexandre, Le Renard Amélie & Marteu Élisabeth (2013), « Nationalismes sexuels ? Reconfigurations contemporaines des sexualités et des nationalismes », Raisons politiques, vol. 49, nº 1, p. 5-23.

Lavizzari Anna & Prearo Massimo (2016), « I movimenti no-gender », dans « Responding to the Gender Paranoia Reactionary Movement. A Research Project Supported by Open Society Foundations », rapport non publié.

Lenoir Remi (2007), « À l’ombre du mariage », dans Bruno Perreau (dir.), Le Choix de l’homosexualité : recherches inédites sur la question gay et lesbienne, Paris, Epel, p. 169-172.

Lenoir Remi (2003), Généalogie de la morale familiale, Paris, Éditions du Seuil.

Mantovano Alfredo (2007), La Guerra dei “Dico”, Soveria Mannelli, Rubbettino.

Mantovano Alfredo (2006), Prima del kamikaze. Giudici e legge di fronte al terrorismo islamico, Soveria Mannelli, Rubbettino.

Mantovano Alfredo (2004), Ritorno in Occidente, Milan, Feltrinelli.

Osservatorio Cardinale Van Thuân (2012), « Quarto Rapporto sulla Dottrina sociale della Chies anel mondo », Sienne, Cantagalli.

Pellicciari Angela (2008), Family Day: Roma-Madrid. E dopo?, Vérone, Fede & Cultura.

Perilli Vincenza (2005), « La “différence sexuelle” et les autres », L’Homme et la société, vol. 158, nº 4, p. 145-168.

Perreau Bruno (2018), Qui a peur de la théorie Queer ?, Paris, Presses de Sciences Po.

Prearo Massimo (2017 a), « MIUR / Linee guida per “l’educazione al rispetto”: tra vigilanza cattolica, differenza sessuale e pensiero “anti-gender” », massimoprearo.com, en ligne : www.facebook.com/notes/massimo-prearo/miur-linee-guida-per-leducazione-al-rispetto-tra-vigilanza-cattolica-differenza-/1504935829598710/ (septembre 2018).

Prearo Massimo (2017 b), « Le cadrage religieux de la mobilisation “anti-genre” : une étude micro-événementielle du Family Day », Genre, sexualité & société, nº 18, en ligne : http://journals.openedition.org/gss/4100 (septembre 2018).

Ratzinger Joseph (2004), Lettre aux Évêques de l’Église catholique sur la collaboration de l’homme et de la femme dans l’Église et dans le monde, Saint-Siège, en ligne : www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20040731_collaboration_fr.html (septembre 2018).

Ratzinger Joseph & Messori Vittorio (1985), Entretien sur la foi, Paris, Fayard.

Rennes Juliette (2011), « Les formes de la contestation. Sociologie des mobilisations et théories de l’argumentation », A contrario, nº 16, p. 151-173.

Saraceno Chiara (2017), L’equivoco della famiglia, Bari, Laterza.

Saraceno Chiara, Lewis Jane & Leira Arnlaug (dir.) (2012), Families and Family policies, Cheltenham, Edward Elgar.

Wittig Monique (1990, 2013), La Pensée straight, Paris, Éditions Amsterdam.

Notes

1  Je tiens à remercier Adriano J. Habed et Yàdad De Guerre pour leur lecture attentive d’une précédente version de ce chapitre et pour leurs précieuses remarques.

2  Tout en mobilisant la notion de « colonisation » contre ses adversaires (Bracke & Paternotte, 2016), le Vatican s’inscrit dans la vaste cohorte des défenseurs d’une « théorie positive » de la colonisation. Un extrait du « Quatrième rapport annuel de la doctrine sociale de l’Église dans le monde » consacré à la question de « la colonisation de la nature humaine » résume bien sa position sur ce sujet : « L’idéologie du gender est un nouveau colonialisme de l’Occident sur le reste du monde. Parmi beaucoup d’aspects négatifs, l’ancienne colonisation a eu aussi des aspects héroïques. Elle était animée par un désir d’exporter quelque chose de significatif, tandis que cette nouvelle colonisation occidentale n’est que l’exportation du néant » (Osservatorio Cardinale Van Thuân, 2012, p. 20).

3  Les termes « anti-genre » et « anti-gender » sont des dérivations de l’expression « gender » telle que le Vatican l’a signifiée.

4  Du nom des premier.ère.s signataires, ces projets de loi ont été respectivement appelés Disegno di legge Scalfarotto et Disegno di legge Cirinnà.

5  L’heure hebdomadaire consacrée à l’enseignement de la religion catholique est emblématique de l’influence du Vatican dans le domaine de l’instruction publique. De la crèche au lycée, les élèves sont obligé.e.s de choisir entre cet enseignement ou un cours dit « alternatif ». 90 % des élèves choisissent la première option. Le cours est dispensé par des enseignant.e.s (prêtres ou laïc.que.s) sélectionné.e.s par la Conférence des évêques et payé.e.s par le ministère de l’Éducation nationale. La présence du crucifix sur les murs des classes est une autre spécificité de la « laïcité à l’italienne ». Par un arrêt du 13 février 2006, le Conseil d’État a affirmé que le crucifix est l’une des « valeurs » de la République, remplissant « une fonction symbolique hautement éducative ». En 2011, la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme a validé la présence de crucifix dans les salles de classes des écoles publiques. L’avocat de la défense était Gianfranco Amato, fondateur de l’association anti-avortement Giuristi per la Vita (Juristes pour la vie) et, dès 2013, leader du mouvement anti-genre.

6  Une loi de 2000, votée par un gouvernement de centre gauche, a institué le système dit de parificazione (mise en équivalence) des écoles privées avec les écoles publiques, autorisant le financement public des établissements scolaires privés.

7  Dans les travaux préparatoires au Code pénal approuvé après l’unité nationale, le ministre de la Justice de l’époque, Giuseppe Zanardelli, exprime très clairement une vision selon laquelle la sexualité doit rester une question relevant du domaine la morale et du ressort de l’autorité ecclésiastique : « Si, d’un côté, il faut bien qu’on réprime de façon sévère les faits qui peuvent produire des dégâts au sein des familles et qui sont contraires à la décence publique, de l’autre, il faut que le législateur n’envahisse pas le champ de la morale. Le Code se taira ainsi sur les actes libidineux contre nature car l’ignorance du vice est bien plus utile que la connaissance des peines qui le réprimeraient de façon exemplaire » (cité dans Dall’Orto, 1988).

8  Le taux très élevé de médecins sollicitant l’objection de conscience (70 % en moyenne, avec des pics dépassant 83 % dans des régions du sud de l’Italie) limite de manière très sévère l’accès à l’IVG dans de nombreux hôpitaux italiens. En avril 2016, le Conseil de l’Europe a affirmé qu’en Italie, « les femmes continuent à rencontrer des difficultés importantes pour avoir accès à l’avortement » et que « le droit à la santé des femmes y est violé ».

9  Le Parlement est resté imperméable aux revendications d’égalité portées par le mouvement LGBTQI italien. La première proposition de loi réclamant la reconnaissance de la cohabitation entre « deux personnes » date de 1988. De 1988 à 2016, plusieurs projets de loi ont été déposés demandant la reconnaissance des couples de même sexe sous différentes formes juridiques (mariage égalitaire, union ne règlementant que les couples formés par deux personnes de même sexe, unions civiles ouvertes). Aucune de ces propositions n’a été discutée au Parlement, l’opposition ayant réussi à les bloquer en commission parlementaire.

10  C’est en tant que porte-parole du mouvement anti-genre que Toni Brandi, ami très proche de Roberto Fiore, fondateur de Forza Nuova, a été auditionné par le Parlement italien en septembre 2016 au sujet d’une proposition de réforme scolaire intégrant une perspective de genre.

11  Ces accords ont par ailleurs établi un système d’imposition fiscale dit « huit pour mille » de l’impôt sur le revenu. Redistribuées à un certain nombre de cultes, ces recettes fiscales bénéficient de facto à l’Église catholique.

12  Dans le cas du projet de loi sur les unions civiles, Mgr Galantino s’est dit prêt à accepter des formes de reconnaissance juridique dans la mesure où celles-ci seraient radicalement distinguées de l’union matrimoniale.

13  La Démocratie chrétienne a été dissoute en 1994 à la suite de l’enquête « Mains propres » qui a révélé le système de corruption régissant le fonctionnement des partis politiques italiens.

14  Le président de LMPTI, Jacopo Coghe, et son porte-parole, Filippo Savarese, sont membres du Chemin néocatéchuménal.

15  L’adresse du siège social est d’ailleurs celle de son président et les quatre-vingts cercles locaux dont l’association affirme l’existence ne se réfèrent qu’à des adresses de paroisses proches du Mouvement néocatéchuménal ou de membres d’association anti-avortement.

16  Simone Pillon déclarait en janvier 2018 : « la famille est une valeur transversale qui doit être employée pour féconder toutes les différentes réalités politiques » (Francesco Boezi, « I cattolici cercano rappresentanza nel centrodestra », IlGiornal.it, 9 janvier 2018, en ligne : www.ilgiornale.it/news/politica/i-cattolici-cercano-rappresentanza-nel-centrodestra-1481361.html [septembre 2018]) ; et en mars 2018 : « notre comité a réussi à féconder avec ses valeurs les forces du centre-droite » (Michele M. Ippolito, « Il senatore Simone Pillon (Lega): “Mi impegno a rappresentare chi si riconosce nei valori dei Family Day” », La Fede Quotidiana, 13 mars 2018, en ligne : www.lafedequotidiana.it/il-senatore-simone-pillon-lega-mi-impegno-a-rappresentare-chi-si-riconosce-nei-valori-dei-family-day/ [septembre 2018]). Et Massimo Gandolfini affirmait, en mars 2018 : « nous avons fécondé les forces des partis de centre-droite » (« Gandolfini (Family Day): mantenuta la promessa fatta a Renzi e fecondate le forze del centro destra », Comitato Difendiamo i Nostri Figli, 2018, en ligne : www.difendiamoinostrifigli.it/gandolfini-family-day-mantenuta-la-promessa-fatta-a-renzi-e-fecondate-le-forze-del-centro-destra/ [septembre 2018]).

17  Avocat partenaire (allied attorney) d’Alliance Defending Freedom et représentant italien de Advocates International, Gianfranco Amato a été invité par les Conférences épiscopales chilienne et mexicaine pour tenir des conférences sur le genre.

18  Si la mise en équivalence entre homosexualité masculine et pédophilie est un argument récurrent du discours anti-genre, la question de la responsabilité de la hiérarchie de l’Église catholique dans la couverture des crimes pédophiles et des violences sexuelles perpétrées par des prêtres, des religieux.ses ou des laïc.que.s en mission ecclésiale sur des mineur.e.s n’est jamais évoquée dans le débat public.

19  Depuis 2013, Alexei Komov a réalisé plusieurs tournées de conférences en Italie, invité par ProVita Onlus, la Ligue du Nord et l’association culturelle Lombardia-Russia liée à la Ligue du Nord, dont Komov est président honoraire.

20  Costanza Miriano est l’auteure du best-seller antiféministe Sposati e sii sottomessa (Marie-toi et sois soumise). Publié en italien en 2011, il a été traduit en français, en espagnol, en polonais et en hongrois.

21  Le président de Circolo Pink (Cercle Pink) de Vérone a par exemple été interpellé par des agents de police alors qu’il protestait contre une veillée des Sentinelle et s’est vu infliger une sévère amende en raison de son refus de quitter les lieux.

22  En décembre 2013, des militant.e.s de Forza Nuova participant à une veillée avec des livres publiés par des éditeurs d’extrême droite ont été expulsé.e.s de la manifestation. À la suite de cet incident, les militant.e.s néofascistes ont fondé le groupe Le Sentinelle – Cattolici in Piedi (Les Sentinelles – catholiques debout).

23  L’expression « le gender, fumier du diable », utilisée lors du Family Day de juin 2015, s’inspire d’un discours du pape François citant la phrase de Basile de Césarée qui définit l’argent comme « le fumier du diable ».

24  Massimo Prearo montre comment les réactions d’adhésion de l’auditoire à l’intervention de Kiko Arguëllo, guitare à la main et grande croix à ses côtés, ont rendu manifeste la forte présence des membres du Renouveau charismatique et la manière par laquelle leur savoir-faire communautaire a contaminé les formes de participation aux Family Days (Prearo, 2017 b).

25  Il est intéressant de remarquer que ces deux variantes de nationalisme sexuel présentant l’Europe comme une « exception sexuelle » reposent toutes deux sur la mise en altérité des personnes de culture ou d’origine musulmane. La notion de « nationalisme sexuel » a été conçue pour penser les articulations entre les processus de construction de l’« identité nationale » d’un pays et l’élaboration d’une norme sexuée et sexuelle pensée comme légitime au sein d’un tel contexte national (Jaunait, Le Renard & Marteu, 2013).

26 Cette forme de nationalisme sexuel coexiste avec une stratégie d’implication des personnalités musulmanes (par exemple, Souad Sbai, présidente de l’Associazione della Comunità Marocchina in Italia delle Donne ou Ben Mohamed Mohamed, président de l’Associazione Culturale Islamica in Italia). En 2015, les Sentinelle in Piedi de Brescia ont invité les membres du Centro Islamico à co-animer une de leurs veilles.

27  On en trouve des exemples significatifs dans les textes accompagnant deux propositions de loi demandant l’inscription dans la Constitution italienne de la « différence sexuelle » comme fondement du mariage (propositions de loi Calderoli de 2002 et Malan de 2009) et dans plusieurs essais écrits par Alfredo Mantovano (2004 ; 2006 ; 2007).

28  Voir www.gazzettaufficiale.it/eli/id/2016/05/21/16G00082/sg (septembre 2018).

29  « Primo sì alle unioni civili, Ala decisiva per quota 161 », Agenzia Nazionale Stampa Associata (ANSA), 26 février 2016, en ligne : www.ansa.it/sito/notizie/politica/2016/02/25/unioni-civili-intesa-pd-ncd.-renzi-esulta-stasera-la-fiducia-in-senato_64f38249-e81b-4661-8155-fa0916a4abfa.html (septembre 2018).

30  La note ministérielle est accessible en ligne : www.miur.gov.it/documents/20182/0/Linee+guida+Comma16+finale.pdf/c1dd73b7-e8dc-4486-87d8-9969db64f01a?version=1.0 (septembre 2018).

31  Dans son ouvrage Gender-genere: chi vuole negare la differenza maschio-femmina? L’allenza tra femminismo e Chiesa cattolica, Giulia Galeotti, historienne proche de Lucetta Scaraffia, présente le féminisme comme « l’allié de l’Église catholique » contre le genre. On voit bien à quel type de féminisme pense cette auteure (2009).

32 Après le Family Day de janvier 2016, Vacca a déclaré que ces manifestations ne doivent pas être définies comme réactionnaires, car elles constituent des expressions de protestation contre la « dérive nihiliste et individualiste » qui menace nos « fondements anthropologiques ».

Auteur

Sara Garbagnoli est doctorante à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses thématiques de recherche se situent au croisement de la théorie féministe, de l’analyse de discours et de la sociologie des mouvements sociaux et portent sur le processus historique d’émergence du champ des études de genre et les résistances qu’il rencontre. Elle est très engagée dans les débats universitaires et au sein de la société civile en France et en Italie. Parmi ses publications figurent de nombreux chapitres de livres, ainsi que des articles dans des revues telles que Genesis, Religion and Gender et Synergies Italie. Elle a codirigé, avec Vincenza Perilli, l’ouvrage Non si nasce donna. Il femminismo materialista in Francia (Alegre, 2013) et est l’auteure, avec Massimo Prearo, de La Croisade « anti-genre » : du Vatican aux manifs pour tous (Textuel, 2017).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search