Version classiqueVersion mobile

Campagnes anti-genre en Europe

 | 
Roman Kuhar
, 
David Paternotte

Les mobilisations contre « l’idéologie du genre » et la permissivité sexuelle en Croatie : l’embryon, l’ours-centaure en peluche et la Constitution

Amir Hodžić

Texte intégral

  • 1  Pour être parfaitement transparent, le second auteur de ce chapitre a été le coordinateur d’un gro (...)

1Ce chapitre porte sur les origines, les dynamiques et les répercussions sociales d’un nouveau mouvement social contre l’« idéologie du genre » et les droits sexuels et reproductifs en Croatie1. Le cas croate, qui s’inscrit dans un processus plus large apparu récemment dans toute l’Europe, révèle à la fois des similitudes avec d’autres mobilisations européennes contre l’« idéologie du genre » et des stratégies et des discours spécifiques, développés localement. Les premières sont avant tout liées au contexte postcommuniste et au post-conflit (l’éclatement de la Yougoslavie), caractérisés par une montée de l’identification religieuse et de la rhétorique nationaliste. En comparaison avec des pays comme la Pologne, la Hongrie ou même la Slovénie, la guerre d’indépendance croate (1991-1995) a donné lieu à une transformation économique tardive et fortement politisée et à une période prolongée de difficultés socio-économiques liées à la guerre et à la transition. Tout au long des années 1990, la rhétorique nationaliste et les revendications ethnonationales sont restées très présentes dans la vie publique. Durant la même période, l’influence politique et sociale de l’Église catholique croate s’est régulièrement accrue (Perica, 2006), avant tout en raison de son rôle central dans la construction de l’identité collective et de son anticommunisme fervent, qui faisait écho à la politique de centre droit du parti au pouvoir (Union démocratique croate).

2L’analyse présentée ici couvre la période 2012-2014 et se concentre en premier lieu sur les enjeux et les activités locaux. Elle met l’accent sur une transformation importante des stratégies de mobilisation et des campagnes publiques en comparaison avec les formes plus anciennes d’opposition aux droits sexuels et reproductifs. Notre but est de donner un aperçu systématique du développement de ce mouvement, ainsi que des stratégies fructueuses et multiformes qu’il met en place. Le nouveau discours et les stratégies originales employées par le mouvement conservateur, représenté par un réseau d’organisations de la société civile (OSC), ont été cruciaux pour la formation d’un mouvement social contre l’éducation scolaire à la santé et à la sexualité, ainsi que contre le mariage des couples de même sexe. En dépit de sa défense des valeurs catholiques traditionnelles, le mouvement a mis en avant une identité supra-confessionnelle. De plus, certain.e.s des dirigeant.e.s du mouvement ont régulièrement essayé de présenter leurs activités comme indépendantes de l’Église catholique croate, possiblement pour paraître plus inclusif.ve.s et pour attirer un public moins traditionnel.

3Ce mouvement essentiellement catholique, qui partage de nombreuses caractéristiques avec d’autres mouvements conservateurs contemporains en Europe (Feder, 2014 ; Grzebalska & Soos, 2016 ; Hodžić & Bijelić, 2014 ; Kuhar, 2015 ; Stille, 2014), est un exemple de mouvement fondé sur une « identité-résistance » (Castells, 2010) et qui lutte contre la marginalisation liée à la sécularisation dans le contexte croate. Nous soutenons que ce réseau d’OSC conservatrices a tenté d’inverser la dynamique culturelle (occidentale) – caractérisée par un individualisme croissant et une forme de permissivité sexuelle – en utilisant habilement l’action collective traditionnelle (les manifestations et les pétitions) et des mécanismes juridiques. De façon quelque peu paradoxale, ces tentatives de retraditionnaliser la société croate ont été constamment exprimées à l’aide d’une imagerie et de termes étonnamment modernes, qui mettent l’accent sur les droits humains, la liberté de choix et la protection des enfants. Si ces discours et ces stratégies opèrent de façon transnationale au niveau européen (Datta, 2013 ; Grzebalska & Soos, 2016 ; Hodžić & Bijelić, 2014 ; Kuhar, 2015), notre analyse met en lumière leurs formes et manifestations locales et révèle les caractéristiques connexes du contexte social et politique croate.

4Nous commençons par présenter un tour d’horizon de la religiosité et des normes sociales qui régulent les rôles de genre et les droits reproductifs en Croatie. Ensuite, nous établissons une brève chronologie des thématiques et des activités qui ont façonné le mouvement social contre l’« idéologie du genre », l’éducation sexuelle globale et la citoyenneté sexuelle pour la période allant de 2012 à 2014. Dans un troisième temps, nous nous concentrons sur les acteur.rice.s et les réseaux à l’origine de ces mobilisations, sur leurs activités, leurs cibles et leurs stratégies. Contrairement à l’argumentation et aux slogans désuets utilisés par les militant.e.s croates pro-vie et en faveur de l’abstinence dans les années 1990, la rhétorique du mouvement est très moderne et farouchement conflictuelle. En conclusion, nous déterminons les liens existant entre la montée du pouvoir politique et de l’influence socioculturelle de l’Église catholique nationale, d’une part, et le nouveau mouvement conservateur, d’autre part, avant d’aborder brièvement les succès et les échecs du mouvement. Identifiant plusieurs lacunes dans les connaissances actuelles, dont un manque d’information sur les financements et l’absence d’analyse systématique sur la jeunesse urbaine à haut niveau d’instruction qui a participé aux actions collectives organisées par le mouvement, nous ébauchons quelques suggestions pour des recherches futures.

Le contexte

  • 2  La Croatie est un pays à majorité (81 %) catholique romaine (Črpić & Zrinšćak, 2010).

5Les résultats des grandes enquêtes statistiques nationales menées au cours des deux dernières décennies offrent un aperçu des attitudes et valeurs dominantes socialement associées à la religiosité, à l’homosexualité, à l’égalité de genre et aux droits reproductifs. Pendant les années 1990, comme d’autres sociétés postcommunistes d’Europe centrale et orientale (Tomka, 2001) – mais de façon exacerbée par le fait que la religion a servi de marqueur ethnique décisif pendant la guerre de 1991-1995 –, la Croatie a connu un processus de désécularisation. Une hausse substantielle de l’identification religieuse a été observée dans toutes les classes d’âge2. En 1992, 66 % des individus âgés de 18 à 28 ans se considéraient comme religieux, c’est-à-dire 12 % de plus qu’en 1990. En 1995, ce pourcentage a atteint 77 % (Ilišin, 1999). Avec 79 % des participant.e.s à l’étude European Values Study (EVS) de 2008 s’identifiant comme religieux.ses (Črpić & Zrinšćak, 2010), la Croatie appartient à un ensemble de pays européens très religieux. L’influence sociale et politique de l’Église catholique croate – largement perçue comme la gardienne de l’identité nationale croate pendant la période communiste et pendant la guerre d’indépendance de 1991 à 1995 – a augmenté régulièrement du fait de ce renouveau religieux. En outre, dans la seconde moitié des années 1990, l’enseignement religieux a été introduit dans les écoles publiques de tout le pays, comme le stipulait l’accord sur les questions juridiques signé entre la Croatie et le Saint-Siège en 1996 (Ferrari, 1998).

6L’acceptation de l’homosexualité est corrélée négativement avec la religiosité (Adamczyk & Pitt, 2009 ; Pettinicchio, 2012). La majorité des adultes croates interrogé.e.s au cours des vingt dernières années a continuellement exprimé son opposition à l’homosexualité, aux relations sexuelles consenties entre personnes de même sexe et au mariage des couples de même sexe. Dans la plus ancienne des enquêtes comprises dans ce tour d’horizon, la World Values Survey-Croatia de 1995, une majorité relative des participant.e.s (49 %) avait déclaré que l’homosexualité ne pouvait jamais (c’est-à-dire sous aucune condition) être justifiée (Štulhofer, 1999). Plus récemment, dans l’EVS de 2008, la proportion s’élevait à 68 % (Rimac, 2014). Dans le cadre d’une étude comparative entre trente-et-un pays européens, la Croatie a été classée vingt-sixième pour l’acceptation de l’homosexualité et septième concernant la distance sociale envers les gays et les lesbiennes (Štulhofer & Rimac, 2009).

7En 2003, une enquête nationale a abordé en détail l’égalité de genre (Brajdić Vuković, Birkelund & Štulhofer, 2007). Une majorité de participant.e.s a systématiquement défendu une position égalitaire par rapport aux rôles de genre (par exemple, 76 % des participant.e.s ne pensaient pas que les études universitaires étaient plus importantes pour les jeunes hommes que pour les jeunes femmes ; 51 % étaient en désaccord avec l’idée que les hommes sont de meilleurs responsables politiques que les femmes). Cependant, quand il s’agissait d’apprécier les attitudes vis-à-vis de l’emploi des femmes, des opinions inverses prévalaient. Par exemple, une majorité de répondant.e.s a soutenu des déclarations telles que « la majeure partie du travail domestique revient naturellement aux femmes » (70 %) et « si seul l’un des époux travaille, ce doit être le mari » (65 %). À la suite des positions ambivalentes sur l’égalité de genre, les opinions sur la question de l’avortement étaient profondément divisées, avec une fragilisation accrue du point de vue pro-choix. Pendant les années 2000, le soutien à la position pro-choix a diminué de 54 % à 47 % (« toutes les femmes non mariées devraient avoir accès à l’avortement ») et de 50 % à 44 % (« les femmes mariées devraient avoir accès à l’avortement »).

Une chronologie des activités et des cibles principales du mouvement

8Au cours de la période analysée (2012-2014), les activités du mouvement se sont orientées vers plusieurs questions découlant des missions d’une nouvelle OSC du nom de « Vigilare », fondée en 2008 dans le but de réagir à la « mise en danger de la tradition culturelle croate » incarnée par le mariage hétérosexuel et le droit à la vie dès le moment de la conception (Vigilare, 2008).

9En janvier 2012, Vigilare a lancé l’initiative civique « I ja sam bio embrij » (J’étais un embryon aussi) en réaction à un nouveau projet de loi sur la procréation médicalement assistée qui rendait possible la congélation d’embryons et l’insémination artificielle pour les femmes célibataires (Vigilare, 2012 a). Ses actions comprenaient une campagne sur Facebook, un plaidoyer en vidéo, la signature en ligne d’une Déclaration sur le commencement et la protection de la vie humaine, un appel à envoyer des courriers électroniques de protestation au Premier ministre et aux députés, ainsi que l’organisation d’un forum de discussion parlementaire, du lobbying auprès du Conseil national de la procréation médicalement assistée et la collecte de lettres de soutien de la part de la Conférence épiscopale croate et des autorités de dix autres communautés religieuses. Lorsque le projet de loi a été adopté en juillet 2012, Vigilare a annoncé que son combat n’était pas terminé.

10En automne 2012, le mouvement a connu un nouvel élan avec la mobilisation intense contre un programme scolaire d’éducation à la santé. Pour cette campagne, une autre OSC a rejoint Vigilare : Glas roditelja za djecu (GROZD, La voix des parents pour les enfants). Elle a été fondée en 2006 pour promouvoir le droit des parents à éduquer leurs enfants conformément au « système de valeurs croate » et elle a participé aux débats sur l’éducation sexuelle en 2006-2009, puis a proposé un programme scolaire d’éducation à la santé avec un module qui préconisait uniquement l’abstinence.

11Ces militant.e.s ont pris pour cible le module d’éducation sexuelle globale qui avait été intégré au programme scolaire et présentait des sujets tels que l’homosexualité, la masturbation, la prévention des agressions sexuelles sur les enfants, la pornographie et la sexualisation dans les médias, ainsi que la distinction entre sexe et genre. Ils.elles affirmaient que l’inclusion de ces thèmes était une façon de sexualiser les enfants et de promouvoir l’homosexualité. Leur répertoire d’action comptait notamment l’envoi de courriers électroniques de protestation au ministre de l’Éducation et d’une lettre ouverte au Premier ministre. Ils.elles ont également distribué, à destination des parents, des enseignant.e.s et des paroisses, une présentation PowerPoint qui présentait l’éducation à la sexualité comme « non scientifique » et dénonçait la promotion de « l’idéologie du genre » (Vigilare, 2012 b).

12En décembre 2012, ces militant.e.s ont organisé des rassemblements autour du mot d’ordre « Ne dirajte im djetinstvo! » (Ne touchez pas à leur enfance !) dans vingt villes du pays. Des enfants et leurs parents ont amené des jouets dans les rues pour symboliser la défense de l’enfance « normale et naturelle » contre l’imposition « violente et perverse » de « l’idéologie du genre ». Sur le tract annonçant le rassemblement, les organisateur.rice.s ont utilisé l’image d’une créature hybride, avec la tête d’un ours en peluche et le corps d’un cheval, qui représentait le supposé endoctrinement (c’est-à-dire l’« idéologie du genre ») à la base du nouveau programme d’éducation à la santé. La légende disait : « Ça n’est pas mon nounours ! » La Conférence épiscopale croate a affiché son soutien et a publié un tract appelant les « parents croyants » à s’opposer activement à la mise en œuvre du programme d’éducation sexuelle. Ce tract a été distribué aussi bien dans les églises que dans les enseignes de la plus grande chaîne nationale de magasins. L’archevêque de Croatie a vivement critiqué ledit programme au cours de la messe traditionnelle de Noël.

  • 3  Au cours du même mois, Vigilare a organisé une campagne contre l’affiche d’une pièce de théâtre qu (...)
  • 4  Reisman s’est à nouveau rendue en Croatie en mai et juin 2014 et a participé à une nouvelle campag (...)
  • 5  Les OSC conservatrices ont cherché à faire valoir qu’une majorité des parents s’opposait au progra (...)

13En janvier 2013, la campagne s’est poursuivie avec une série d’apparitions publiques de Judith Reisman, une polémiste et militante étasunienne connue pour ses attaques contre l’héritage d’Alfred Kinsey. La tournée de conférences de Reisman était organisée par une autre OSC, Centar za kulturnu obnovu (Centre pour le renouveau culturel), fondée par un groupe d’intellectuel.le.s3. Présentée et acclamée en tant qu’universitaire et experte internationale, Reisman a envoyé un message « perturbant » au public croate. Elle a sous-entendu que l’éducation sexuelle croate était « le produit des initiatives criminelles, homosexuelles et pédophiles d’Alfred Kinsey4 ». Plusieurs mois plus tard, GROZD a déposé une plainte auprès de la Cour constitutionnelle, arguant que le nouveau programme d’éducation à la santé n’avait jamais fait l’objet d’un débat public. En mai, la Cour a décidé de suspendre temporairement la mise en œuvre du programme en raison de vices de procédure5. Après un débat public organisé au cours de l’été, le programme a été mis en œuvre dans les écoles croates à l’automne 2013.

  • 6  Le chef de la nouvelle OSC figurait en bonne place lors de la mobilisation contre l’éducation sexu (...)
  • 7  Six mois plus tard, le Parlement croate a adopté la loi sur le partenariat des couples de même sex (...)

14En avril 2013, une nouvelle OSC intitulée U ime obitelji (Au nom de la famille) a tenu sa première conférence de presse, au cours de laquelle elle a annoncé le lancement d’une pétition pour obtenir un référendum sur l’ajout d’une clause dans la Constitution qui définirait le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme6. En deux semaines au cours du mois de mai, avec le soutien ostensible de l’Église catholique, les organisateur.rice.s sont parvenu.e.s à réunir presque 750 000 signatures, deux fois plus que le nombre nécessaire pour que le Parlement organise un référendum. Le référendum s’est tenu en décembre, avec un taux de participation de 38 %. Deux tiers des participant.e.s ont voté en faveur de la clause constitutionnelle proposée7.

  • 8  En mai 2013, lors d’une conférence intitulée « Le festival de la culture progressiste », Rose a dé (...)

15En 2014, de nouvelles activités ont pris pour cible l’encadrement légal de l’interruption de grossesse. Elles comprenaient des prières publiques quotidiennes devant des hôpitaux qui pratiquent l’avortement (« 40 jours pour la vie », sur la base d’un modèle lancé aux États-Unis en 2004) et une visite soigneusement orchestrée de Lila Rose8, militante anti-choix originaire des États-Unis, qui a déclaré que la « transformation de la loi et la limitation des avortements sont nécessaires » et a appelé à une action publique « contre le massacre des enfants à naître » (Fabrio, 2014). Plusieurs membres éminent.e.s du mouvement ont depuis lors sous-entendu que l’avortement constituerait leur prochaine cible.

16En juin 2014, un autre appel à référendum a été annoncé par U ime obitelji pour changer les règles de scrutin des élections parlementaires en faveur des petits partis et des candidat.e.s indépendant.e.s (contre le monopole des partis). Cette initiative défendait également la représentation proportionnelle et les listes électorales personnalisées, ce qui sous-entendait que les dirigeant.e.s de U ime obitelji se préparaient peut-être à participer aux élections parlementaires de 2015. En décembre 2014, la Cour constitutionnelle a décrété que le nombre de signatures présenté par les organisateur.rice.s n’avait pas atteint les 10 % requis de la totalité des électeur.rice.s.

Les éléments caractéristiques du mouvement

Acteurs et réseaux

17Comme nous l’avons décrit dans la partie précédente, ce mouvement a émergé autour de 2006 et l’association GROZD en a pris la tête. Avant ce moment, l’opposition aux droits reproductifs et sexuels, aux droits des minorités sexuelles et à l’éducation sexuelle globale était fortement individualisée et peu connue du grand public. Bien que certain.e.s militant.e.s aient acquis une notoriété partielle pendant les années 1990 grâce à leur mobilisation contre l’avortement ou pour des programmes prônant l’abstinence comme seule solution, la plupart étaient des individus d’un certain âge, souvent de formation médicale, qui se distinguaient par un manque de compétence en relations publiques. Principalement financé.e.s par des institutions publiques, ces militant.e.s conservateur.rice.s de la première heure montraient peu d’intérêt pour la constitution d’une base de mobilisation.

18Le lien entre ces premier.e.s militant.e.s et le mouvement contemporain est établi par un couple marié, Marijo et Darka Živković, qui a activement défendu le point de vue catholique sur la vie familiale depuis la fin des années 1960. En 1980, ils ont participé au synode des évêques sur la famille chrétienne et ont occupé ensuite, pendant dix ans, une fonction (en tant que l’un des vingt couples mariés internationaux) au sein du Conseil pontifical pour la famille (Bradarić, 2007). En 2003, ils ont créé le Obiteljski centar Zagreb (Centre Famille Zagreb), l’OSC qui a traduit et distribué plus de 200 000 copies de la « Note doctrinale concernant certaines questions sur l’engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique » (Ratzinger, 2002). En 2013, Marijo Živković est devenu le coordinateur croate de l’initiative européenne One of Us (Un de nous), qui vise à faire interdire et à bloquer les financements des activités impliquant la destruction de cellules souches embryonnaires.

19Deux des six enfants des Živković, Mario Živković et Željka Markić, tous deux médecins de formation, ont poursuivi l’engagement de leurs parents pour la protection des valeurs familiales traditionnelles. Željka Markić dirige U ime obitelji et est l’une des fondatrices de Marijini obroci Hrvatska (Mary’s Meals Croatie), la branche locale d’une organisation caritative catholique internationale. La présidente de cette OSC est Renata Planinić, dont le mari (qui est aussi membre du bureau), Krešimir Planinić, est le représentant légal de U ime obitelji et a dispensé des conseils juridiques au mouvement à plusieurs reprises. Marija Ćurlin est une autre membre du bureau de Mary’s Meals (son mari, Krešimir, est trésorier de l’organisation) ; elle dirige également le Centar za prirodno planiranje obitelji (Centre pour la planification familiale naturelle) avec sa sœur Kristina Pavlović. Avec leur frère Ladislav Ilčić, elles ont lancé le TeenSTAR, un programme d’éducation sexuelle conçu aux États-Unis et basé uniquement sur l’abstinence. Depuis 1997, ce programme a été enseigné dans une centaine d’écoles à travers le pays. En 2006, Ilčić et Pavlović ont fondé GROZD, avec Željka Markić comme vice-présidente.

  • 9  Le Mouvement politique chrétien européen est une association politique de partis chrétiens-démocra (...)

20Ilčić et Markić ont aussi été impliqués, en 2011, dans la dissolution du mouvement politique HRAST-Hrvatski rast (Croissance croate), une coalition de partis politiques et d’OSC d’extrême droite défendant les valeurs traditionnelles (« Za sve je kriv pučistički kvartet Ilčić-Markić-Miletić-Ostojić », 2011). Quand ils ont repris l’organisation en 2012, Ilčić a changé le nom de l’organisation (Pokret za uspješnu Hrvatsku, Mouvement pour une Croatie du succès) mais pas son acronyme. Avec HRAST, qui est membre du Mouvement politique chrétien européen9, Ilčić a brigué un siège au Parlement européen lors des élections de 2014, sans succès. L’ancien vice-président de HRAST, Krešimir Miletić – qui a aussi été le directeur exécutif de Vigilare en 2012 – dirige actuellement CroBios–Hrvatski savez za brak i obitelj (l’Alliance croate pour le mariage et la famille), qui fait partie de la Fédération des associations familiales catholiques en Europe. En dehors de CroBios, qui représente un réseau de quinze OSC qui « promeuvent et protègent le mariage naturel et la famille » (Informativna katolička agencija, 2010), Miletić a initié et dirigé les campagnes « J’étais un embryon aussi » (2012) et « Stop à la christianophobie ! » (2011).

  • 10  En décembre 2014, une autre organisation, Judita – Glas žena (La voix des femmes), a été déclarée (...)
  • 11  Bartulica a reconnu publiquement son appartenance à l’Opus Dei (« Svi smo sad Opus Dei! », 2014). (...)

21CroBios est déclaré à l’adresse Grahorova, 4 à Zagreb, avec Vigilare et Centar za kulturnu obnovu (Centre pour le renouveau culturel)10. Les figures de proue de Vigilare et du Centre appartiennent à la diaspora croate et ont des liens étroits avec l’Église catholique croate. Vice John Batarelo, né en Australie, est président de Vigilare et chef du Bureau pour la pastorale de la famille dans l’archidiocèse de Zagreb. Stjepo Bartulica, revenu des États-Unis, a fondé le Centar za kulturnu obnovu et enseigne actuellement à l’Université catholique croate à Zagreb11. Un autre membre du conseil d’administration du centre, Damir Stojić, un prêtre salésien qui a grandi au Canada, est membre du Conseil pour la pastorale des jeunes de l’archidiocèse de Zagreb. Bartulica et Batarelo ont apporté une contribution significative aux nouvelles stratégies du mouvement, en introduisant la mobilisation de masse sur le modèle de la droite religieuse étasunienne et en usant de leurs contacts internationaux pour influencer les débats locaux sur l’éducation sexuelle et l’avortement.

Un discours à plusieurs niveaux

22Le concept d’« idéologie du genre » a été utilisé pour la première fois dans la rhétorique du mouvement lors de la campagne contre le module d’éducation sexuelle en milieu scolaire (Paris, 2013). Il servait à désigner les programmes scolaires qui traitent de la distinction entre sexe et genre, d’homosexualité et de questions transgenres / transsexuelles ; cette rhétorique faisait également valoir que l’« idéologie du genre » endoctrinait les enfants et les désorientait en détruisant les rôles et identités de genre binaires et enfin, qu’elle encourageait l’expérimentation sexuelle avec les personnes du même sexe. Ce discours a été encore consolidé par la traduction en croate des livres et des articles de Gabriele Kuby et leur diffusion sur des sites et des blogs catholiques afin d’alerter les lecteur.rice.s des périls de l’« idéologie du genre » (Anić, 2015).

23Dans le tract de la Conférence épiscopale croate s’opposant à l’éducation sexuelle de 2012, l’« idéologie du genre » était présentée comme un des thèmes – avec la masturbation, la pornographie, la contraception et l’avortement – qui servirait à « rééduquer les enfants » (Hrvatska biskupska konferencija, 2012). En 2014, la notion d’« idéologie du genre » a été approfondie dans un autre document de la Conférence des évêques croate, « Il les a créés homme et femme ! », adressé aux jeunes catholiques. Le document soulignait que les systèmes éducatif et juridique étaient des vecteurs de mise en œuvre de l’« idéologie du genre », qui dans ce cas était définie plus largement comme un « plan d’action détaillé » et « une révolution radicale et inhumaine » (Informativna katolička agencija, 2014).

24Dans le discours du nouveau mouvement, le concept d’« idéologie du genre » est souvent associé à une rhétorique fortement anticommuniste, liée avant tout à l’ancien système politique, mais aussi au gouvernement social-démocrate actuel.

Aujourd’hui, la coalition au pouvoir, certains « experts » et une partie importante des médias veulent donner à penser que la Croatie devrait accepter l’idéologie homosexuelle [...]. Mais le peuple croate n’a pas oublié qu’on a utilisé exactement les mêmes mots pour nous imposer une idéologie communiste (GROZD, 2013).

25Ce genre d’argumentation a été fréquemment utilisé dans les actions contre l’introduction de l’éducation à la santé et à la sexualité dans les écoles et contre l’adoption du projet de loi pour le partenariat de vie (c’est-à-dire le partenariat civil). Plusieurs présentations PowerPoint produites pour les besoins de ce projet contre l’éducation sexuelle, accessibles publiquement, contiennent des diapositives intitulées « 10 points communs entre l’idéologie du genre et le communisme » (Marušić, 2013), des photos de Karl Marx et de Friedrich Engels, ainsi que des phrases telles que : « Il est intéressant d’observer que certaines idéologies du passé ont lutté pour créer un monde “nouveau et un nouvel être humain, à l’aide d’une vision bâtie sur le conflit social : le marxisme a utilisé la lutte des classes, le nazisme le conflit racial et aujourd’hui le genderisme entame le conflit de genre » (Presko, 2012).

26L’idée selon laquelle la famille hétérosexuelle « naturelle » (et les enfants élevés dans ces familles) est actuellement en danger et doit être protégée est inhérente au discours sur l’« idéologie du genre ». À partir de 2012, avec la campagne publique « Ne touchez pas à leur enfance ! », le mouvement croate conservateur a régulièrement attisé ce sentiment. Une série d’articles en ligne intitulée « Les racines de la pédophilie » et les tournées de conférences de Reisman en 2013 et 2014 ont servi à établir un lien entre les agressions sexuelles sur les enfants et le programme croate d’éducation sexuelle. Ce discours sur la protection des enfants, rendu opérant sous la forme d’une panique pédophile, a trouvé son expression la plus explicite dans un tract de 2014 qui affirmait que « l’éducation sexuelle imposée par le gouvernement croate » incluait, entre autres activités, « d’instaurer un “coin intime” dans les écoles maternelles, où les enfants sont censés se toucher mutuellement les parties intimes » et « un cours comprenant une description explicite et détaillée d’un acte homosexuel » destiné aux enfants de 10 ans (« Građanska inicijativa Ne dirajte djecu! », 2014).

  • 12  Au cours de la période 2012-2014, cette approche a été remise en cause par le ministère de l’Éduca (...)

27Une autre facette de ce discours, utilisée dans les actions contre l’éducation en milieu scolaire à la santé et à la sexualité, insistait sur le droit des parents à décider de l’éducation de leurs enfants. Cet argument avait déjà été employé pendant les débats sur l’éducation sexuelle, entre 2006 et 2009, quand les porte-paroles de GROZD avaient mis l’accent sur la nécessité de respecter les valeurs des parents et la tradition culturelle nationale. Plus précisément, il portait sur le droit des parents à choisir une éducation sexuelle pleinement compatible avec leurs croyances (Hodžić et al., 2012)12.

  • 13  En 2013, la personne chargée de la médiation pour le Bureau pour l’égalité de genre a traité deux (...)

28Cela révèle une autre dimension de ce discours : l’insistance sur la liberté religieuse. Par delà son usage pour défendre les droits des parents, cet argument a aussi été employé dans le cadre d’objections de conscience pour refuser de pratiquer un avortement et / ou de fournir des contraceptifs13 (Bijelić & Hodžić, 2014). Dans chacun de ces cas, les critiques émises à l’encontre des revendications et de la rhétorique du mouvement ont été rapidement qualifiées d’attaques contre la liberté religieuse. Plusieurs campagnes et pétitions virtuelles ont aussi promu le concept de « christianophobie », en alertant sur les cas d’« intolérance et de discrimination contre les chrétiens ». Ces actions de protestation sont allées du soutien à un catéchiste accusé d’avoir fait preuve de discrimination fondée sur l’orientation sexuelle (Vigilare, 2011) à une mobilisation en ligne contre une publicité qui montrait un mouton noir chantant un cantique de Noël (Vigilare, 2013). Bien que défendant les valeurs catholiques traditionnelles, le mouvement insistait sur son identité supra-confessionnelle. Le mouvement a réussi à obtenir le soutien officiel de la plupart des communautés religieuses du pays dans les mobilisations contre la procréation médicalement assistée, l’éducation à la santé et à la sexualité et le mariage entre personnes de même sexe. Cette toile de fond œcuménique a souvent été utilisée par les leader.euse.s du mouvement pour soutenir que le mouvement n’était ni catholique ni religieux.

29Ce mouvement a aussi régulièrement invoqué l’argument de la « majorité silencieuse » qui serait constamment sous la pression d’une « minorité militante » et de politicien.ne.s « endoctriné.e.s par l’idéologie du genre » :

En tant qu’individus, nous pouvons difficilement résister à ceux qui attaquent violemment les valeurs chrétiennes. Cependant, comme nous sommes beaucoup plus nombreux à respecter les valeurs humaines comme la famille, la vie, le mariage et la parentalité, nous pouvons transformer la « majorité silencieuse » en « majorité organisée » avec relativement peu d’efforts. (Portal Hrvatskog kulturnog vijeća, 2011)

30Le potentiel signalé par le chef de la GROZD en 2011 a été reformulé dans les années suivantes à l’aide de la notion de citoyenneté active. Vigilare a décrit son organisation comme un « solide réseau de citoyens déterminés », qui souhaitent vivre dans « une société fondée sur la responsabilité démocratique, c’est-à-dire sur une citoyenneté active, qui exige que certaines normes soient respectées » (Vigilare, 2008). Cette rhétorique a préparé le succès de la mobilisation autour du référendum sur le mariage en insistant fréquemment sur l’importance d’un modèle de démocratie participative. Dans la période précédant le référendum sur la définition constitutionnelle du mariage, un des principaux.ales contributeur.rice.s du site internet Zdravstveniodgoj.com a expliqué que la « question du référendum n’est pas une question morale ou liée à la foi, mais c’est une question de démocratie » (U ime obitelji, 2013 b).

31La manipulation systématique ou une lecture sélective des travaux scientifiques pour légitimer les objectifs du mouvement (Kuhar, 2015) constituent un autre élément de ce discours. L’exemple le plus remarquable fut l’hyper médiatisation de l’étude de Mark Regnerus de 2012, qui rendait compte d’effets néfastes liés à la parentalité des couples de même sexe. Malgré de fortes critiques internationales (voir par exemple Cheng & Powell, 2015) et locales (Croatian Sociological Association, 2013) qui remettaient en question la crédibilité et de la validité de cette étude, les porte-paroles du mouvement en ont régulièrement cité les résultats.

Stratégies

  • 14  D’après une déclaration officielle de U ime obitelji, l’initiative référendaire a reçu près de 20  (...)

32La période suivant 2006 a été marquée par la constitution d’un réseau d’une douzaine d’OSC conservatrices (Petričušić, 2015). Le cœur de ce réseau, comme nous l’avons déjà évoqué, repose sur un groupe de jeunes professionnel.le.s urbain.e.s partageant des liens de proche amitié et souvent de parenté, ainsi que sur trois puissants Croates rentrés de l’étranger. La politique morale contestataire, caractéristique des activités du réseau depuis 2012, se fonde sur les concepts d’engagement public et d’action collective plutôt que sur l’idée de sensibilisation du public, qui avait marqué le militantisme d’avant 2006. Depuis les années 2010, le réseau conservateur s’est attaché à influencer directement l’opinion publique, principalement à travers des actions de protestation. À cet égard, le réseau a réussi à construire un mouvement social qui a connu son apogée au moment du référendum sur le mariage14.

33Au cours de ce processus, le groupe a élaboré de nouvelles stratégies. Un savoir-faire et des efforts considérables ont été investis dans la visibilité publique et médiatique du réseau. Entre 2012 et 2014, le groupe central est parvenu à entretenir un intérêt durable de la part des médias de masse. Conscientes que les activités d’une seule OSC ne pouvaient maintenir l’attention des journalistes et des éditeurs, les OSC membres du mouvement se sont relayées pour publier les communiqués de presse et organiser les conférences de presse, souvent pour annoncer des poursuites en diffamation à l’encontre de journalistes critiques et de militant.e.s progressistes.

34L’usage d’une représentation visuelle attrayante a constitué une caractéristique importante. L’imagerie de la famille, qui reste l’icône centrale du mouvement, est conçue pour un public jeune, urbain et à haut niveau d’instruction. Par exemple, la page internet de GROZD15 représente la famille contemporaine typique d’une manière qui rappelle les publicités commerciales, avec de jeunes parents (et deux enfants) figurant de jeunes professionnels urbains, heureux et énergiques – des gens qu’on pourrait difficilement imaginer être des fondamentalistes religieux, ou s’opposer avec rage à la parole sur la sexualité.

35L’usage intensif des nouvelles technologies de communication par le réseau visait en premier lieu à mobiliser les sentiments de mécontentement et à recruter des partisan.e.s. Agissant par le biais d’un certain nombre de sites internet16, de groupes de discussion en ligne et de commentaires individuels publiés sur les portails d’information, le militantisme sur Internet s’est révélé particulièrement utile pour les campagnes de protestation par courrier électronique (comme lors du débat public relatif au programme éducatif lié à la santé et à la sexualité dans les écoles et au programme scolaire d’éducation civique) et pour l’organisation de manifestations publiques. Nombre d’actions, allant de prières collectives devant des hôpitaux pratiquant des avortements au référendum sur le mariage des couples de même sexe, ont été instrumentalisées pour démontrer l’existence d’une majorité silencieuse réprouvant la moralité sexuelle permissive contemporaine.

36Le recours aux institutions judiciaires, notamment à la Cour constitutionnelle, constitue une autre stratégie novatrice visant à bloquer des innovations éducatives indésirables (dans le cas de l’éducation scolaire à la santé et à la sexualité) et à promouvoir les valeurs traditionnelles (l’amendement constitutionnel sur la définition du mariage). L’expertise juridique du réseau a été démontrée à plusieurs reprises au cours d’attaques, formulées avec soin, contre ses opposant.e.s (pour éviter que des plaintes en diffamation aboutissent) ainsi que lors d’un certain nombre de poursuites judiciaires, intentées ou agitées comme menace, principalement dans le but d’intimider ses détracteur.rice.s.

37Depuis 2012, en particulier après la première visite en Croatie de Judith Reisman, le réseau conservateur s’est livré à l’intimidation systématique de ses opposant.e.s progressistes. Cette stratégie est allée de la tentative concertée de discréditer professionnellement le coordinateur du module d’éducation sexuelle globale en milieu scolaire (Kuhar, 2015) aux poursuites en diffamation contre plusieurs journalistes qui avaient couvert les conférences de Reisman de manière défavorable (Kovacs, 2013), contre une OSC LGBT qui décerne un prix annuel de l’« homophobe de l’année » (Tportal, 2015) et contre un militant progressiste dont la critique des activités de U ime obitelji a été présentée comme un discours de haine (« Udruga U ime obitelji kazneno prijavila Benčić zbog govora mržnje », 2015). Une OSC progressiste a aussi reçu une lettre la menaçant d’une action en justice pour calomnie si un texte, qui disait que certain.e.s membres du réseau agissaient contre les droits sexuels et reproductifs en Croatie, n’était pas retiré de son site internet.

  • 17  En 2016, Bartulica est devenu conseiller chargé des affaires étrangères auprès du nouveau Premier (...)
  • 18  Le livre de Reisman, Sexual Sabotage: How One Mad Scientist Unleashed a Plague of Corruption and C (...)
  • 19  Markić est également membre du Comité citoyen Mum, Dad & Kids qui, en octobre 2015, a lancé l’init (...)

38Comme cela a été observé dans les autres chapitres, la mise en réseau internationale figure parmi les stratégies les plus importantes du mouvement. Ainsi que nous l’avons déjà évoqué, plusieurs membres important.e.s du mouvement sont né.e.s dans des familles d’émigré.e.s et ont été éduqué.e.s à l’étranger (ils.elles sont revenu.e.s en Croatie dans les années 1990), ce qui a été crucial pour le développement du mouvement. Leurs contacts internationaux (surtout ceux de Stjepo Bartulica17, un philosophe politique conservateur membre de l’Opus Dei) ont été déterminants de plusieurs façons. Certains conférenciers internationaux, dont Sophia Kuby (European Dignity Watch), ont été invités dans le pays pour fournir une expertise spécifique ou partager leur expérience personnelle sur des sujets allant de l’avortement et l’agression sexuelle sur des enfants jusqu’au marché libre et à l’État minimal. Dans le cas de l’éducation scolaire à la santé et à la sexualité, Reisman a effectué une tournée à travers le pays pour mobiliser l’opposition18. La tournée a été relatée dans le rapport intermédiaire 2013-2014 du Liberty Counsel – un célèbre cabinet d’avocats à but non lucratif, basé aux États-Unis, qui offre des conseils juridiques sur des questions telles que « la promotion de la liberté religieuse, le caractère sacré de la vie humaine et de la famille » (Liberty Counsel, 2014). Les conférencier.ère.s internationaux.ales s’exprimant sur les questions liées à la morale traditionnelle et sur les idées relatives au marché libre ont également pris une place essentielle lors de l’école d’été du Centre pour le renouveau culturel (le Zadar Freedom Forum) et d’autres événements dont le but était d’éduquer une nouvelle génération de leader.euse.s conservateur.rice.s. La récente invitation du dirigeant de U ime obitelji (Markić) à effectuer une tournée en Slovaquie et à aider à l’organisation d’un référendum sur le mariage des couples de même sexe (BBC, 2015) constitue, à l’inverse, un rare exemple de sollicitation internationale de l’expertise locale19.

39Récemment, plusieurs figures importantes ont tenté d’utiliser la politique partisane parlementaire pour porter leur programme au sein des arènes décisionnaires. Lors des élections parlementaires de novembre 2015, Ilčić a remporté un siège à (l’éphémère) Parlement national. Cela résultait du fait que Hrast avait rallié la coalition gagnante, de centre droit, avant les élections (Arežina, 2014). U ime obitelji a aussi participé aux élections en tant que parti politique nouvellement formé (Projekt domovina, Projet patrie), mais n’a pas réussi à atteindre le seuil électoral.

*

  • 20  Une autre piste de recherche importante concernant le mouvement conservateur croate serait d’évalu (...)

40Les récentes mobilisations croates contre l’« idéologie du genre » montrent de fortes ressemblances avec d’autres pays européens (Feder, 2014 ; Grzebalska & Soos, 2016 ; Hodžić & Bijelić, 2014 ; Kuhar, 2015 ; Stille, 2014) et la plupart des stratégies de mobilisation et de contestation ainsi que les outils qui leur sont associés ont été employés dans d’autres contextes. Cependant, on peut considérer pour plusieurs raisons que le mouvement croate a connu un succès particulier. Tout d’abord, il a exprimé avec force son opposition à l’éducation sexuelle globale dans les écoles et a juridiquement bloqué le mariage entre personnes de même sexe. Deuxièmement, il a légitimé un nouveau discours à propos de la morale religieuse et des valeurs traditionnelles. Troisièmement, en exerçant une pression sur ses adversaires progressistes et leurs idées et en prétendant le faire au nom d’une majorité silencieuse, il a ébranlé l’opinion publique ordinaire sur les questions de genre et de sexualité. Le réseau central, composé d’un groupe relativement restreint d’individus unis par des liens familiaux et amicaux, ainsi que par leur affiliation à l’Église catholique croate, s’est montré capable d’organiser un certain nombre d’actions collectives, en réussissant à mobiliser non seulement des personnes âgées, fortement religieuses, mais aussi une jeunesse urbaine à haut niveau d’instruction. Rendu possible par l’usage des nouvelles technologies de communication et d’une imagerie attrayante, et soutenu logistiquement par le clergé catholique, le succès du mouvement à mobiliser des jeunes demeure une question sociologique intéressante et largement ouverte, qui appelle un travail ethnographique plus détaillé20. Bien qu’important, le rôle de la crise économique actuelle dans le pays qui, depuis 2009, a particulièrement affecté les perspectives des jeunes instruits, c’est-à-dire du groupe qui se caractérise par les aspirations les plus élevées, ne doit pas être surestimé. Le fait que de jeunes gens tournés vers la foi aient trouvé une voix (sociale et politique) forte et combative – un cas de formation d’identité-résistance (Castells, 2006) –, qui ne peut plus être ignorée ou tournée en ridicule comme étant désespérément anti-moderne et dépassée, mérite une attention particulière. En effet, cette nouvelle identité collective peut avoir pour effet non seulement une résistance à la sécularisation de la société et à une morale permissive, mais aussi une transformation de la société conformément à la morale de son système de valeurs. Comme un membre éminent du mouvement l’a récemment suggéré, la « civilisation chrétienne » doit être affranchie des restrictions imposées par les lois laïques (Batarelo, 2016).

41À cet égard, il peut paraître paradoxal que ce mouvement conservateur ait pris forme dans un pays très religieux (Črpić & Zrinščak, 2010), dans lequel le pouvoir social et politique de l’Église catholique s’est constamment accru depuis 1989 (Perica, 2006). Nous pensons que ce paradoxe n’est qu’apparent : ce sont précisément le pouvoir politique et l’influence socioculturelle croissante de l’Église catholique nationale, ainsi que la montée de démonstrations publiques de religiosité, qui ont inspiré le nouveau mouvement et renforcé ses actions. Ces conditions ont préparé le terrain pour l’émergence d’une nouvelle génération de militant.e.s conservateur.rice.s. Caractérisé.e.s par des compétences organisationnelles inconnues de leurs prédécesseur.e.s, des liens internationaux solides et l’utilisation d’une rhétorique plus sophistiquée et plus efficace, ces militant.e.s ont réussi à créer un mouvement qui vise à réformer fondamentalement la société croate. Par conséquent, de futures études devront examiner dans quelle mesure les conflits culturels récents – généralement définis comme une opposition entre idées progressistes et conservatrices autour d’enjeux moraux (Irvine, 2000), souvent limitée aux élites de la société (Fiorina, Abrams & Pope, 2004) – et l’action collective conservatrice centrée sur la moralité ont transformé le paysage socioculturel du pays.

Bibliographie

Adamczyk Amy & Cassady Pitt (2009), « Shaping Attitudes about Homosexuality: The Role of Religion and Cultural Context », Social Science Research, vol. 38, nº 2, p. 338-351.

Anić Jadranka Rebeka (2015), « Der Begriff “Gender” als Anathema. Eine Kampagne der kroatischen Bischöfe als Beispiel », Herder Korrespondenz, nº 3, p. 157-161.

Arežina Bojan (2014), « Iličić: Hrast ulazi u koaliciju s HDZ-om », Večernji list, 25 septembre, en ligne : www.vecernji.hr/hrvatska/ilcic-hrast-ulazi-u-koalicijus-hdz-om-predsjednistvo-ilcic-krsi-statut-963176 (septembre 2018).

Batarelo Vice John (2016), « U Hrvatskoj prvo treba promijeniti mentalitet koji odobrava pobačaj, a onda zakon », Bitno.net, 13 mai, en ligne : www.bitno.net/vijesti/hrvatska/vice-batarelo-intervju-promijeniti-mentalitet-pobacaj/ (septembre 2018).

BBC (2015), « Slovakia Referendum to Strengthen Same-sex Marriage Ban Fails », BBC News, 8 février, en ligne : www.bbc.com/news/world-europe-31170464 (septembre 2018).

Bijelić Nataša & Hodžić Amir (2014), « Grey Area »: Abortion Issue in Croatia, Zagreb, Cesi, en ligne : www.cesi.hr/attach/_p/prijelom_pitanje_abortusa_eng.pdf (septembre 2018).

Bradarić Ivan (2007), « Obitelj pred novim izazovima », Veritas, décembre 2007, en ligne : www.veritas.hr/casopisi/2007_12/12_2007_sugovornici.html (septembre 2018).

Brajdić Vuković Marija, Birkelund Gunn Elisabeth & Štulhofer Aleksandar (2007), « Between Tradition and Modernization: Attitudes to Women’s Employment and Gender Roles in Croatia », International Journal of Sociology, vol. 37, nº 3, p. 32-53.

Castells Manuel (2010), The Power of Identity, The Information Age: Economy, Society and Culture, Oxford, Blackwell.

Castells Manuel (2006), « Globalization and identity », Focus: Journal of Contemporary Culture, nº 1, p. 56-67.

Cheng Simon & Powell Brian (2015), « Measurement, Methods and Divergent Patterns: Reassessing the Effects of Same-sex Parents », Social Science Research, nº 52, p. 615-626.

Croatian Sociological Association (2013), « Priopćenje za javnost », document téléchargé en ligne : www.hsd.hr/web/images/Priopcenje%20za%20javnost_HSD.pdf (juin 2016 ; la page n’est plus accessible).

Črpić Gordan & Zrinščak Siniša (2010), « Dinamičnost u stabilnosti: religioznost u Hrvatskoj 1999 i 2008. Godine », Društvena istraživanja, nº 19, p. 3-27.

Ćurić Dražen (2016), « Bartulica postao savjetnik premijera Oreškovića », Večernji list, 2 février, en ligne : www.vecernji.hr/hrvatska/bartulica-postaje-savjetnik-premijera-oreskovica-1059496 (septembre 2018).

Datta Neil (2013), « Keeping it All in the Family: Europe’s Antichoice Movement », Conscience, vol. 34, nº 2, p. 22-27.

Fabrio Bisera (2014), « Aktivistica za zabranu Pobača u Hrvatskoj je abortus industrija: znate li da godišnje ubijate deset tisuća djece?! », Globus, 20 mai, en ligne : www.jutarnji.hr/vijesti/hrvatska/aktivistica-za-zabranu-pobacaja-i-u-hrvatskoj-je-abortus-industrija-znate-li-da-godisnje-ubijate-deset-tisuca-djece/802354/ (septembre 2018).

Feder J. Lester (2014), « The Rise of Europe’s Religious Right », BuzzFeed News, 28 juillet, en ligne : www.buzzfeednews.com/article/lesterfeder/the-rise-of-europes-religious-right (septembre 2018).

Ferrari Silvio (1998), « The Fundamental Agreement Between the Holy See and Israel and the Conventions Between States and the Church Since the Vatican II Council », Catholic University Law Review, nº 2, p. 385-406.

Fiorina Morris P., Abrams Samuel J. & Pope Jeremy C. (2004), Culture War? The Myth of a Polarized America, New York, Longman.

« Građanska inicijativa: Ne dirajte djecu! » (2014), brochure disponible sur le site Laudato.hr, en ligne : http://laudato.hr/pdf-s/letak-(1).aspx (septembre 2018).

GROZD (2013), « Priopćenje za javnost – Nakon referendum o braku », document téléchargé en ligne : www.udruga-grozd.hr/images/file/grozd priopcenje nakon referenduma 4.12.2013.pdf (13 juin 2016 ; la page n’est plus accessible).

Grzebalska Weronika & Soos Eszter-Petronella (2016), Conservatives vs. the “Culture of Death”: How Progressives Handled the War on “Gender”?, Bruxelles, Foundation for European Progressive Studies, en ligne : www.feps-europe.eu/assets/17de2a21-4e6f-4fad-a5b3-c75f009c177e/wg-anti-gender-movements-feps-formatcompressedpdf.pdf (septembre 2018).

HINA (2015), « Bandić oslobođen: “Poklon” Željki Markić nije kazneno djelo », Tportal.hr, 17 juillet, en ligne : http://m.tportal.hr/389538/Odbacena-optuznica-protiv-Bandica.html (septembre 2018).

HINA (2013), « Ispričavam vam se u ime svojih sugrađana: Bandić uručio Reisman Medalju Grada Zagreba », Jutarnji list, 31 janvier, en ligne : www.jutarnji.hr/gradonacelnik-bandic-urucio-judith-reisman-medalju-grada-zagreba/1082311/ (septembre 2018).

Hodžić Amir & Bijelić Nataša (2014), Neo-conservative Threats to Sexual and Reproductive Rights and Health in the European Union, Zagreb, Cesi, en ligne : www.cesi.hr/attach/_n/neo-conservative_threats_to_srhr_in_eu.pdf (septembre 2018).

Hodžić Amir et al. (2012), « The Politics of Youth Sexuality: Civil Society and School-based Education in Croatia », Sexualities, nº 15, p. 494-514.

Hrvatska biskupska konferencija (Conférence épiscopale croate) (2012), « O program zdravstvenog odgoja u školama », prospectus, en ligne : www.zg-nadbiskupija.hr/UserDocsImages/stories/Download/letak_zdravstveni_odgoj.pdf (septembre 2018).

Ilišin Vlasta (1999), Mladi na marginama društva i politike, Zagreb, Alinea.

Informativna katolička agencija (2014), « Muško i žensko stvori ih! », IKA, 23 octobre, en ligne : www.ika.hr/index.php?prikaz=vijest&ID=164250 (septembre 2018).

Informativna katolička agencija (2010), « Zagreb: Utemeljen Hrvatski bračni i obiteljski savez CRO-BIOS », IKA, 13 février, en ligne : www.ika.hr/index.php?prikaz=vijest&ID=119531 (septembre 2018).

Irvine Janice M. (2000), « Doing it With Words: Discourse and the Sex Education Culture Wars », Critical Inquiry, nº 27, p. 58-76.

Kovacs Sanja (2013), « Tužit ću sve koji su me nazvali hodajućom sprdnjom », Jutarnji list, 8 février, en ligne : www.jutarnji.hr/reisman-protiv-medija-tuzit-ce-sve-koji-su-pisali-kako-je-antisemitkinja-i-one-koji-su-ju-nazvali-lazljivicom-/1083919/ (septembre 2018).

Kuhar Roman (2015), « Playing with Science: Sexual Citizenship and the Roman Catholic Church Counter-Narratives in Slovenia and Croatia », Women’s Studies International Forum, nº 49, p. 84-92.

Kuštreba Igor, Elezović Ines & Štulhofer Aleksandar (2015), « Parents’ Attitudes Toward School-based Sexuality Education in Croatia », Sexuality Research and Social Policy, vol. 12, nº 4, p. 323-334.

Liberty Counsel (2014), « Mid-year Partners’ Report 2013-2014 », rapport, en ligne : http://lcsandbox.info/Uploads/files/Liberator0614EndOfYear.pdf (15 juin 2016 ; la page n’est plus accessible).

Marušić Matko (2013), « Osnovne istine o “znanstvenoj” osnovi spolnog odgoja (4. modul) », en ligne : www.slideshare.net/Uimeobitelji/matko-marusic-spolni-odgojpdf (septembre 2018).

Ombudsperson for Gender Equality (2014), « Izvješće o radu za 2013 », en ligne : www.prs.hr/attachments/article/997/Izvjesce o radu za 2013 Pravobraniteljice za ravnopravnost spolova.pdf (septembre 2018).

Paris Lidija (2013), « Rodna revolucija », Zdravstveniodgoj.com, 17 janvier, en ligne : http://zdravstveniodgoj.com/news/rodna-revolucija (26 août 2015 ; la page n’est plus accessible).

Perica Vjekoslav (2006), « The Most Catholic Country in Europe? Church, State and Society in Contemporary Croatia », Religion, State and Society, vol. 34, nº 4, p. 311-346.

Petričušić Antonija (2015), « Religiopolitics through Law: Use of Legal Norms and Institutions by the Croatian Conservative Social Movement », thèse de doctorat non publiée, Central European University.

Pettinicchio David (2012), « Current Explanations for the Variation in Same-sex Marriage Policies in Western Countries », Comparative Sociology, nº 11, p. 526-557.

Portal Hrvatskog kulturnog vijeća (2011), « Održane tribune udruge GROZD u Zadru i Splitu », Hkv.hr, 22 mars, en ligne : www.hkv.hr/reportae/ostali-autori/7980-odrane-tribine-udruge-grozd-u-zadru-i-splitu.html (septembre 2018).

Presko (2012), « “Gender” ideologija », en ligne : www.slideshare.net/presko/gender-ideologija-prezentacija (septembre 2018).

Ratzinger Joseph (2002), « Doktrinalna nota o nekim pitanjima vezanim uz sudjelovanje Katolika u političkom životu », Family Center, Croatia bishops’ conference, en ligne : http://obitelj.hbk.hr/datoteke/doktrinalna_nota.pdf (septembre 2018).

Regnerus Mark (2012), « How Different are the Adult Children of Parents Who Have Same-sex Relationships? Findings from the New Family Structures Study », Social Science Research, nº 4, p. 752-770.

Rimac Ivan (2014), « Komparativni pregled odgovora u anketi Europska studija vrednota 1999. i 2008 », dans Josip Baloban, Krunoslav Nikodem & Siniša Zrinščak (dir.), Vrednote u Hrvatskoji u Europi, Zagreb, Kršćanska sadašnjost, p. 309-473.

Romić Tea (2014), « Sabor usvojio Zakon o životnom partnerstvu osoba istog spola », Večernji list, 15 juillet, en ligne : www.vecernji.hr/hrvatska/sabor-usvojio-zakon-o-zivotnom-partnerstvu-osoba-istog-spola-950588 (septembre 2018).

Stille Alexander (2014), « An Anti-gay-marriage Tea Party, French style ? », New Yorker, 18 mars, en ligne : www.newyorker.com/news/news-desk/an-anti-gay-marriage-tea-party-french-style (septembre 2018).

Štulhofer Aleksandar (1999), « Postmaterialism and Social Organization of Sexuality », dans Djurdja Bartlett (dir.), Body in Transition, Zagreb, Faculty of Textile Technology, p. 145-156.

Štulhofer Aleksandar & Rimac Ivan (2009), « Determinants of Homonegativity in Europe », Journal of Sex Research, vol. 46, nº 1, p. 24-32.

« Svi smo sad Opus Dei! » (2014), Dnevno.hr, 2 juin, en ligne : www.dnevno.hr/vijesti/hrvatska/svi-smo-sad-opus-dei-124191 (septembre 2018).

Tomka Miklos (2001), « Religious Change in East-Central Europe », dans Irena Borowik & Miklos Tomka (dir.), Religion and Social Change in Post-communist Europe, Cracovie, Nomos, p. 11-27.

Tportal (2015), « Karolina Vidović Krišto dobila spor protiv Zagreb Pridea », Tportal.hr, 10 juillet, en ligne : www.tportal.hr/vijesti/hrvatska/388683/Karolina-Vidovic-Kristo-dobila-spor-protiv-Zagreb-Pridea.html (septembre 2018).

« Udruga U ime obitelji kazneno prijavila Benčić zbog govora mržnje » (2015), Slobodna Dalmacija, 13 juin, en ligne : http://m.slobodnadalmacija.hr/Novosti/Najnovije/tabid/296/articleType/ArticleView/articleId/288963/Default.aspx (septembre 2018).

U ime obitelji (2013 a), « Hvala svima! », U ime obitelji, 16 juin, en ligne : http://referendumobraku.uimeobitelji.net/2013/06/16/hvala-svima/ (11 août 2015 ; la page n’est plus accessible).

U ime obitelji (2013 b), « U ime obitelji: Gdje je nestala demokracija? », U ime obitelji, 20 novembre, en ligne : http://referendumobraku.uimeobitelji.net/2013/11/20/u-ime-obitelji-gdje-je-nestala-demokracija/ (21 août 2015 ; la page n’est plus accessible).

Vigilare (2013), « Božićna čestitka za TELE2 », Vigilare, 17 décembre, en ligne : http://vigilare.org/akcije/bozicna-cestitka-za-tele2/ (septembre 2018).

Vigilare (2012 a), « Građanska inicijativa “I jasam bio embrij” », Vigilare, 16 janvier, en ligne : http://vigilare.org/akcije/gradanska-inicijativa-i-ja-sam-bio-embrij/ (septembre 2018)

Vigilare (2012 b), « Sve o spolnom (pre)odgoju u kurikulumu », Vigilare, 22 octobre, en ligne : http://vigilare.org/akcije/sve-o-spolnom-preodgoju-u-kurikulumu/ (septembre 2018)

Vigilare (2011), « Akcija “Stop kršćanofobija” », Vigilare, 1er mars, en ligne : http://vigilare.org/akcije/akcija-stop-krscanofobiji-2011/ (septembre 2018).

Vigilare (2008), « Tko smo », Vigilare, en ligne : http://vigilare.org/tko-smo/ (septembre 2018).

« Za sve je kriv pučistički kvartet Ilčić-Markić-Miletić-Ostojić » (2011), Hrvatski Fokus, 2 septembre, en ligne : www.hrvatski-fokus.hr/index.php/intervjui/3149-za-sve-je-kriv-puistiki-kvartet-ili-marki-mileti-ostoji (14 août 2015 ; la page n’est plus accessible).

Notes

1  Pour être parfaitement transparent, le second auteur de ce chapitre a été le coordinateur d’un groupe d’expert.e.s qui a développé le module d’éducation sexuelle, l’un des quatre modules du programme d’éducation à la santé actuellement enseignés dans les écoles primaires et secondaires de Croatie. Le premier auteur, quant à lui, a pris part aux débats concernant l’éducation sexuelle en Croatie depuis 2002.

2  La Croatie est un pays à majorité (81 %) catholique romaine (Črpić & Zrinšćak, 2010).

3  Au cours du même mois, Vigilare a organisé une campagne contre l’affiche d’une pièce de théâtre qui montrait deux statues de la Vierge Marie en train de s’étreindre : http://vigilare.org/akcije/kazaliste-gavella/ (septembre 2018). Les pressions ont conduit au retrait de l’affiche.

4  Reisman s’est à nouveau rendue en Croatie en mai et juin 2014 et a participé à une nouvelle campagne (« Ne touchez pas aux enfants ! ») organisée par une autre OSC confessionnelle (Laudato). Le tract mettait l’accent sur les « fondements pédophiles » du module d’éducation sexuelle. En 2013, le maire de la capitale croate décerna à Reisman la médaille de la ville de Zagreb pour ses efforts dans la lutte contre « l’éducation à la pédophilie et à la sexualité » (HINA, 2013).

5  Les OSC conservatrices ont cherché à faire valoir qu’une majorité des parents s’opposait au programme d’éducation à la santé et à la sexualité, ce qui ne semble pas être le cas (Kuštreba, Elezović & Štulhofer, 2015). Pour plus de détails sur l’histoire récente des affrontements autour de l’éducation sexuelle en Croatie, voir Hodžić et al., 2012.

6  Le chef de la nouvelle OSC figurait en bonne place lors de la mobilisation contre l’éducation sexuelle.

7  Six mois plus tard, le Parlement croate a adopté la loi sur le partenariat des couples de même sexe présentée par le gouvernement de centre-gauche (Romić, 2015).

8  En mai 2013, lors d’une conférence intitulée « Le festival de la culture progressiste », Rose a décerné un « prix qui reconnaît la promotion de la dignité humaine et de la culture de la vie » à une sage femme croate qui avait été temporairement suspendue de ses fonctions, après qu’elle avait refusé d’assister la pratique d’un avortement en raison de ses croyances religieuses.

9  Le Mouvement politique chrétien européen est une association politique de partis chrétiens-démocrates, d’OSC et de groupes de consultation au niveau européen. Fondé en 2002 et enregistré en 2005, il a obtenu le statut officiel de parti politique européen et le soutien financier du Parlement européen en 2010.

10  En décembre 2014, une autre organisation, Judita – Glas žena (La voix des femmes), a été déclarée à la même adresse.

11  Bartulica a reconnu publiquement son appartenance à l’Opus Dei (« Svi smo sad Opus Dei! », 2014). Jusqu’en 2015, il a été conseiller personnel, préposé aux communautés religieuses, du président de la République de Croatie.

12  Au cours de la période 2012-2014, cette approche a été remise en cause par le ministère de l’Éducation, qui a mis l’accent sur le droit des enfants à l’information, fondé sur la convention relative aux droits de l’enfant.

13  En 2013, la personne chargée de la médiation pour le Bureau pour l’égalité de genre a traité deux affaires relatives à l’objection de conscience : l’une concernant une pharmacie qui avait refusé de délivrer une ordonnance de contraceptifs hormonaux et l’autre à propos d’un médecin qui avait refusé de prescrire un contraceptif d’urgence (Ombudsperson for Gender Equality, 2014).

14  D’après une déclaration officielle de U ime obitelji, l’initiative référendaire a reçu près de 20 000 € de dons, dont environ la moitié versée par des entreprises, 26 % par des particuliers et 24 % par des groupes et organisations religieuses (U ime obitelji, 2013 a). Les rapports financiers accessibles publiquement pour 2013 et 2014, présentés par les quatre principales OSC représentant le mouvement (U ime obitelji, GROZD, Vigilare et Centar za kulturnu obnovu), évoquent les dons d’« entreprises et autres entités juridiques » et de « citoyens et de foyers » comme des sources de financement majeures. Bien que le budget total et le ratio entre dons en provenance d’entreprises et dons de citoyens varient selon les organisations, les sources de financement non gouvernementales prédominent. En 2014, les quatre OSC ont déclaré des recettes annuelles allant de 22 000 à 100 000 €. Les dons privés, incluant ceux d’organisations internationales, représentaient entre 60 et 99 % du budget annuel. En juillet 2015, le tribunal cantonal de la ville de Zagreb a suspendu le procès contre le maire de la ville, qui était accusé de complaisance envers le mouvement (HINA, 2015). Les accusations faisaient référence à plus de 40 000 € du budget de la ville alloués à la logistique liée au deuxième référendum organisé par cette OSC en 2014.

15www.udruga-grozd.hr (septembre 2018).

16  Voir par exemple : vigilare.org, uimeobitelji.net, www.udruga-grozd.hr, www.cok.hr, www.laudato.hr et narod.hr (septembre 2018).

17  En 2016, Bartulica est devenu conseiller chargé des affaires étrangères auprès du nouveau Premier ministre (Ćurić, 2016).

18  Le livre de Reisman, Sexual Sabotage: How One Mad Scientist Unleashed a Plague of Corruption and Contagion on America (La Subversion sexuelle née des rapports Kinsey : comment un savant fou a soumis l’Amérique à une épidémie de corruption), a été rapidement traduit en croate, publié et présenté publiquement par l’auteure au cours de sa deuxième visite dans le pays en mai 2014.

19  Markić est également membre du Comité citoyen Mum, Dad & Kids qui, en octobre 2015, a lancé l’initiative européenne pour protéger le mariage et la famille.

20  Une autre piste de recherche importante concernant le mouvement conservateur croate serait d’évaluer ses sources de financement et ses liens avec l’Église catholique. Ces deux questions n’ont été que brièvement traitées dans cette étude.

Auteur

Amir Hodžić est titulaire d’un bachelier en sociologie de Sveučilište u Zagrebu (Université de Zagreb) et d’un master en études de genre et études culturelles de la Central European University de Budapest. Depuis dix-neuf ans, il est engagé dans la recherche, l’éducation et le militantisme en lien avec l’égalité de sexe / genre, la santé sexuelle et les droits reproductifs et les questions LGBTQI. Pour plus d’informations : www.policy.hu/hodzic/.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search