Version classiqueVersion mobile

Le terrain comme mise en scène

 | 
Bernard Müller
, 
Caterina Pasqualino
, 
Arnd Schneider

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Chiara Ambrosio est cinéaste et artiste visuelle. Elle réalise des films d’animation, des films expérimentaux, des documentaires explorant la perception, la mémoire et l’imaginaire. Son travail, présenté dans des festivals et des galeries, inclut des collaborations avec des artistes, des compositeurs et des écrivains. Elle vient de réaliser Tierra Inquieta avec Caterina Pasqualino.

2Thierry Bonnot est chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS, à Paris). Il s’attache à considérer les objets dans la totalité de leur biographie et développe une réflexion théorique sur les rapports sociaux aux objets, synthétisée dans un ouvrage paru en 2014, L’Attachement aux choses (CNRS éditions). Ses enquêtes de terrain s’appuient sur une démarche pluridisciplinaire, utilisant les outils de l’histoire et de l’archéologie autant que ceux de l’anthropologie.

3Bernadette Brunner a étudié l’anthropologie sociale, la linguistique anglaise et l’espagnol aux universités de Fribourg et de Murcie. Elle a travaillé comme assistante scientifique au projet « Autoreprésentations audiovisuelles des jeunes – une incitation à l’étude de l’hétérogénéité scolaire » de la Haute école pédagogique germanophone de Berne (PHBern). Elle prépare actuellement une thèse de doctorat au Séminaire des sciences culturelles et d’ethnologie européenne (Seminar für Kulturwissenschaft und Europäische Ethnologie) de l’Université de Bâle, consacrée aux effets induits par la ségrégation résidentielle sur les constructions d’appartenance des jeunes.

4Éric Chauvier est maître assistant à l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles et dirige avec Bernard Traimond la collection « Des mondes ordinaires » chez l’éditeur Le bord de l’eau. Il contribue depuis plus de dix ans au renouvellement de l’anthropologie en élargissant les espaces qu’elle s’attribuait, les façons de l’écrire et le public auquel elle se destine. À mi-chemin entre une écriture ethnographique et littéraire, il propose de nouvelles formes d’écriture qui échappent à la monographie classique. En accord avec les idées de Wittgenstein sur le langage, il porte son attention sur les anomalies, brusque surgissement du réel dans la communication, dans le langage ordinaire, dans le conditionnement qu’établissent les mots.

5Johannes Fabian est professeur émérite d’anthropologie culturelle à l’Université d’Amsterdam, membre de l’Amsterdam School of Social Research. C’est un auteur prolifique dont la contribution à l’anthropologie est originale. Il est tout autant africaniste, chercheur en anthropologie linguistique que théoricien de la temporalité, de la mémoire et de l’altérité. Son ouvrage disponible en français Le Temps et les autres (traduit par Henry-Bossoney et Bernard Müller en 2006, Anarchasis) se concentre sur la temporalité dans l’écriture anthropologique.

6George E. Marcus est professeur émérite à l’université de Californie (Irvine), dont il a fondé le département d’ethnographie en 2005, mais a fait l’essentiel de sa carrière à la Rice University (Houston). Il a puissamment contribué à la critique de l’anthropologie des années 1980 et a formulé les célèbres Writing Culture (avec James Clifford, 1986). Son projet est explicitement collaboratif. Il participe à la réarticulation et à la réinvention des normes et des formes classiques de la recherche en anthropologie sociale et culturelle. Récemment, ses travaux ont porté sur la noblesse portugaise, les hommes politiques européens, les artistes sud-américains, les banquiers nord-américains et les intellectuels brésiliens.

7Ariane Monnier est docteure en anthropologie et écrivain, associée au laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales (IIAC-EHESS-CNRS). Dans le prolongement de sa thèse (La reconstitution des faits dans le procès d’assises : anthropologie d’une performance, EHESS, 2014), elle se tourne vers l’écriture de fiction. Inspirées par la psychanalyse et le théâtre, ses recherches interrogent la part d’indicible que supporte toute scène. Elle est notamment l’auteure d’un essai à mi-chemin entre le journal de terrain et le récit littéraire, Les Procès Colonna, Chaïb, Bissonnet : anthropologie de trois affaires judiciaires (Le bord de l’eau, 2017).

8Morad Montazami est historien de l’art et curator pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à la Tate Modern, à Londres. Rédacteur en chef de la revue Zamân et directeur des éditions Zamân Books, il fut également co-commissaire de l’exposition Unedited History : Iran 1960-2014, présentée en 2014 au Musée d’art moderne de la ville de Paris et au Maxxi, à Rome.

9Bernard Müller dirige depuis 2003 avec Thierry Bonnot le séminaire « Mise en scène et en récit » à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) où il est membre de l’IRIS. Il anime également CURIO, un groupe de recherche par la performance réunissant chercheurs, artistes ou chercheurs-créateurs dans l’idée de favoriser les démarches artistiques qui puisent dans la boîte à outils des sciences humaines (en particulier de l’ethnographie) autant que les projets scientifiques qui assument aussi une dimension artistique. Il envisage la performance comme véhicule de la recherche, et plus généralement l’art comme mode d’exploration et de production de connaissance. Ses terrains sont le théâtre, la performance et le musée.

10Kathrin Oester est docteure en anthropologie sociale et réalisatrice de films, spécialisée dans l’éducation, les médias et les migrations. Elle a étudié l’anthropologie sociale à l’université de Fribourg et à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et a poursuivi des études sur le cinéma aux universités de Cornell et de Yale. Co-auteure d’articles et de livres sur ces thèmes, elle a enseigné l’anthropologie des médias dans diverses universités et est actuellement professeur à l’Institut pour la recherche, le développement et l’évaluation (Institut für Forschung, Entwicklung und Evaluation, IFE) de la Haute école pédagogique germanophone de Berne (PHBern).

11Caterina Pasqualino est directrice de recherche au CNRS, anthropologue et cinéaste. Dans ses livres comme dans ses films, elle s’intéresse à la performance vocale et gestuelle comme enjeu identitaire et poétique (Dire le chant : les Gitans flamencos d’Andalousie, CNRS éditions, 1998). Son travail récent l’a amenée à concevoir le terrain anthropologique comme un dispositif performatif de collaboration, de mise en scène et de reconstitution. Avec Arnd Schneider, elle a dirigé l’ouvrage Experimental film and Anthropology (Bloomsbury 2014). Le documentaire Tierra inquieta, réalisé avec Chiara Ambrosio, fait de la création filmique un mode d’investigation sociale.

12Arnd Schneider est professeur au département d’anthropologie sociale de l’Université d’Oslo. Il rend compte du rapprochement contemporain entre l’anthropologie et l’art à partir d’enquêtes menées en collaboration avec les artistes. Il a co-organisé la conférence internationale « Fieldworks : Dialogues between art and Anthropology » à la Tate Modern (Londres, 2003). Il a dirigé, avec Christopher Wright, Contemporary Art and Anthropology (Berg, 2006) et Anthropology and Art Practice (Bloomsbury, 2013) et, avec Caterina Pasqualino, Experimental Film and Anthropology (Bloomsbury, 2014). Il est également l’auteur de nombreuses publications, dont Appropriation as Practice: Art and Identity in Argentina (Palgrave Macmillan, 2006), et Alternative Art and Anthropology (Bloomsbury, 2017).

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search