Versión clásicaVersión móvil

La Prose de Samuel Beckett

 | 
Julien Piat
, 
Philippe Wahl

I. Combinaisons verbales et représentation

La ronde syntaxique du verbe

Agnès Fontvieille-Cordani

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

Au plan global, Molloy offre peu de pauses narratives, l’unité moyenne que constitue le paragraphe ayant disparu au profit d’un « texte-bloc » (Philippe & Piat, 2009, p. 231). Cette continuité, insécable à l’image d’un flux de conscience, ne résulte pas seulement de l’absence de blancs démarcatifs. Elle est le fruit de réseaux lexicaux qui, entrecroisés, font sans cesse rebondir ailleurs la prose beckettienne. Le verbe est un pivot de la transition du texte. Sa structure argumentale complexe, répartie entre sujet et compléments, et sa variabilité temporelle et modale offrent un nombre important de combinaisons possibles. La répétition verbale assure une certaine cohésion textuelle et met à jour la progression du texte beckettien sur le mode du dérapage.

Afin de nous livrer à une analyse locale de ce fait de répétition verbale et de glissement, on regardera de près un extrait qui correspond au moment du récit où Molloy, arrêté pour avoir stationné sur son vélo « les pieds obscènement ...

© Presses universitaires de Lyon, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search