Version classiqueVersion mobile

Le terrain comme mise en scène

 | 
Bernard Müller
, 
Caterina Pasqualino
, 
Arnd Schneider

Alise-Sainte-Reine : polluer les sources ?

Thierry Bonnot

Texte intégral

Ce qu’ils disent fait partie de ce qu’ils font. Je peux certes rendre compte à la fois de ce qu’ils font et de ce qu’ils en disent, et peut-être même dois-je le faire, mais je n’ai pas d’un côté l’action et de l’autre son sens. (Bazin, 1998, p. 29)

1Lorsqu’en septembre 2003, Bernard Müller et moi, nous sommes rendus à Alise-Sainte-Reine pour assister à notre premier « martyre de sainte Reine », nous ne nous doutions pas qu’une dizaine d’années plus tard, nous en serions encore à nous interroger sur la nature de l’événement, ses ressorts politiques et sociaux, sur la transmission d’un texte et d’une gestuelle de génération en génération et sur la meilleure façon de traiter cet objet en anthropologues. Car à Alise-Sainte-Reine, chaque année, à la fin du mois d’août ou au début du mois de septembre, les frontières entre comédiens de théâtre, croyants, figures locales, personnages légendaires, adhérents de l’Amicale du mystère de sainte Reine et spectateurs deviennent plus floues qu’à l’ordinaire. Au milieu, ou à côté de ces catégories poreuses, quelle est la place du chercheur ? « Observer une situation (à la différence d’observer une planète) c’est s’y trouver », précise Jean Bazin (2008, p. 409). Or se trouver dans une situation, c’est potentiellement en modifier le cours et influencer les autres acteurs. Cependant, lorsque la situation en question est un spectacle, lorsqu’acteurs et spectateurs y sont clairement distingués, en quoi l’enquêteur-observateur peut-il modifier quoi que ce soit ?

Un « mystère » en Bourgogne

  • 1 Chiffres de l’INSEE, recensement de 2009.

2Que font-ils, les membres de l’Amicale du mystère de sainte Reine, lorsque le village de 645 habitants1 s’anime singulièrement ? Ils « font le martyre », pour reprendre leurs propres mots. « Faire le martyre », ça n’est pas tant célébrer une sainte patronne que s’impliquer dans un événement local et familial auquel leurs parents et grands-parents participaient déjà. Il existe évidemment plusieurs degrés d’implication. Depuis 1990, l’Amicale du mystère de sainte Reine (désormais AMSR ou Amicale,) est une association de type loi de 1901, dont les membres du conseil d’administration sont particulièrement investis dans la préparation et le déroulement de l’événement. De l’avis général, l’engagement majeur dans le martyre passe par la représentation d’une pièce de théâtre, « la tragédie », le samedi soir, sur la scène en plein air du théâtre des Roches. Ceux qui s’investissent dans le martyre sont les acteurs – et principalement les personnages principaux – de cette pièce, représentée deux fois l’an. En ce sens, « faire le martyre », c’est avant tout jouer un rôle dans la tragédie.

  • 2 Les dates des fêtes et leur fixation par l’AMSR mériteraient un long développement, peu pertinent d (...)
  • 3 La sonorisation du village a toutefois été améliorée en 2009 et l’on saisit désormais beaucoup mieu (...)
  • 4 Les fêtes de 2011 ont toutefois été l’occasion de créer une affiche plus sobre et moins fluorescent (...)
  • 5 La châsse et les reliques de sainte Reine, conservées à Flavigny-sur-Ozerain, ont naguère constitué (...)

3Reprenons d’abord le séquençage des fêtes tel que le propose le programme affiché dans les environs d’Alise-Sainte-Reine par les bénévoles de l’association. Cinq moments rythment les deux journées : le samedi à 20 heures, départ de la retraite aux flambeaux de la chapelle Sainte-Reine ; à 21 heures, représentation théâtrale du martyre (suivi de l’embrasement du théâtre) ; dimanche matin à 9 heures 30, départ du cortège historique aux trois Ormeaux ; dimanche à 11 heures, messe au théâtre des Roches ; dimanche à 15 heures, représentation du martyre. Cette représentation – le point d’orgue des fêtes pour les participants – consiste en la mise en scène d’une tragédie en vers, dont le récit s’appuie sur le canevas traditionnel de la légende de sainte Reine, elle-même très étroitement inspirée de celle de sainte Marguerite d’Antioche (Courtine, 1997). Le canevas en question a été fixé par une succession de textes écrits à partir du xviie siècle, siècle au cours duquel cinq versions de la tragédie sont imprimées (Godin, 1997). Elles sont les œuvres d’auteurs régionaux, et notamment d’un « mathématicien », Claude Ternet, dont la version est celle qui est jouée le plus souvent à Alise à l’époque. Écrite en alexandrins, elle sert de modèle à celle du père dominicain Jean-Baptiste Étourneau, publiée en 1878 et rééditée en 1939, assortie de cet avertissement : « Nous publions aujourd’hui une nouvelle édition de la tragédie du R.P. Étourneau. Nous y avons fait, avec la permission donnée autrefois par l’auteur, quelques changements ; nous l’avons allégée de quelques longueurs » (Étourneau, 1878, 1939, p. 6). À ces allègements du texte « originel », on doit ajouter les biffures et les annotations au crayon portées sur les fascicules faisant aujourd’hui référence. C’est à partir de ces exemplaires ou de photocopies que les acteurs d’aujourd’hui apprennent et répètent leur texte : ce qui est mis en acte n’étant finalement qu’un dérivé d’un texte écrit il y a près de cent quarante ans par le dominicain Jean-Baptiste Étourneau. Lorsqu’on arrive à Alise-Sainte-Reine, le premier samedi de septembre2, en fin d’après-midi, on entend d’abord des chants diffusés par des haut-parleurs, répartis dans la rue principale qui monte sur le plateau du mont Auxois. Même en tendant l’oreille, il est difficile de comprendre les paroles3, mais il s’agit, à n’en pas douter, de cantiques religieux. Sur certaines portes des maisons des rues du Rochon et du Miroir, comme sur les panneaux d’affichage près de la mairie, sont fixées des affichettes de couleur, vertes ou jaunes fluorescentes selon les années4, annonçant : « Alise-Sainte-Reine / Au théâtre des Roches / Le Martyre de Sainte Reine / L’unique Mystère célébré encore chaque année comme au Moyen Âge depuis 866 ». Les choses se précisent peu avant 20 heures, lorsque des gens en costumes commencent à affluer vers la chapelle Sainte-Reine. Ils portent des toges, des sandales, des « uniformes » de soldats romains avec casques, lances et boucliers, ce sont des enfants, des jeunes filles, des jeunes hommes et des personnes d’âge mûr. Chacun va tenir un rôle dans la représentation, mais auparavant, ces derniers doivent se rendre à la chapelle où les reliques de sainte Reine les attendent5.

4L’intrigue de la tragédie peut être résumée à partir du programme vendu à l’entrée du théâtre :

La scène se passe à l’époque romaine dans la ville d’Alise, au mois de septembre de l’An 253. En un lieu retiré, à mi-chemin entre Alise et la maison de Philomène, Clément apprend à Léonice que sa fille Reine est chrétienne. Celle-ci, élevée par Philomène, ne veut pas renoncer à sa foi malgré les efforts de ses proches. Pour Clément, le temps presse, car le gouverneur romain Olibrius a demandé la main de sa fille et il compte bien les unir ensemble sans délai. Malgré l’insistance de son père, Reine reste inflexible. Clair, le prêtre, arrive avec quelques chrétiens. Reine, dans une prière émouvante, offre à Dieu son cœur, son corps, son avenir, prête à vivre pour lui, pour lui, prête à mourir.

5Le deuxième acte voit l’entrée en scène d’Olibrius :

À l’intérieur du palais romain, Lorix et Marcus s’affairent à préparer le banquet offert par Olibrius en l’honneur de Reine. Accompagné de ses officiers, le puissant Romain apparaît sur le seuil du palais et harangue ses soldats. Venant seul au festin, Clément, avec beaucoup d’embarras, explique les raisons de l’absence de sa fille. Fluvius, officier vétéran, amène une jeune chrétienne capturée près des « Trois ormeaux »...

6Les points de suspension ménagent un suspens que dissipe la représentation : c’est évidemment Reine qui est démasquée comme chrétienne par le gouverneur romain Olibrius, amoureux d’elle depuis qu’il l’a aperçue gardant ses moutons. Le drame se noue dans ce deuxième acte et l’apogée tragique intervient dans le troisième :

  • 6 Cette source est un élément décisif de la légende de sainte Reine. Réputée guérisseuse, elle est à (...)

À l’issue d’un interrogatoire au tribunal d’Olibrius, Reine, au corps meurtri, est amenée en prison. Malgré sa souffrance et la dernière supplication de son père, elle ne renie pas sa foi. Après un adieu pathétique à tous ceux qu’elle aime et l’ultime menace de mort proférée par Olibrius, elle est abandonnée aux bourreaux qui la conduisent au lieu de son supplice, où sa tête, en tombant, a fait jaillir du sol sanglant une source d’eau vive6.

7Je ne m’attarderai pas ici sur la représentation elle-même et le jeu des acteurs, tous amateurs, évoluant entre la récitation scolaire et les tentatives parfois convaincantes d’incarner leur personnage (Bonnot, 2011 a). Nous avons d’abord été surpris par le contenu de la tragédie, son idéologie très datée, la diction parfois outrée de certains acteurs amateurs dont c’est la seule expérience dramaturgique, l’arrière-plan religieux imprégné de sacrifice et de violence. Nous étions fort troublés par la participation massive des habitants du village à cette célébration qu’on pourrait qualifier de traditionaliste, par l’apparente adhésion collective à un récit vantant les mérites du martyre comme moyen d’accéder au divin. Partagés entre perplexité et crainte, entre rire et stupéfaction, nous abordions ce terrain ethnologique avec l’impression de découvrir à deux heures de chez nous une étrange tribu restée fidèle à un catholicisme daté du xixe siècle, voire du Moyen Âge.

  • 7 Il s’agit du « chant final » de la tragédie, qui figure à la fin du troisième acte dans le texte éd (...)

8Ici, à 60 kilomètres de Dijon, à 15 km de Montbard d’où l’on rejoint Paris en une heure par TGV, des hommes et des femmes, des ouvriers, des artisans, des fonctionnaires, des retraités de la SNCF, des écoliers, des lycéens, des étudiants se réunissent, se costument, interprètent une tragédie en vers écrite au xixe siècle par un dominicain, défilent en sandales ou à cheval dans les rues du village, participent à la messe, grimés, qui en vieillard barbu, qui en armure de centurion romain, qui en vierge martyre vêtue de satin rose, et chantent ensemble un hymne célébrant le « nom deux fois glorieux » de leur « vieille terre d’Alise7 » :

Dignes enfants de notre vieille terre d’Alise,De nos héros imitons la grandeur,Et choisissons cette noble devise :À la Patrie, au Christ amour, honneur !Toujours la France à nos cœurs sera chère ;Sachons pour elle et combattre et mourir. (Étourneau, 1878, 1939, p. 92)

  • 8 Le séminaire de Flavigny-sur-Ozerain est situé à six kilomètres d’Alise-Sainte-Reine. La fraternité (...)

9Ainsi décrites, les célébrations annuelles de ce petit village de l’Auxois ressemblent au mieux à un sympathique folklore, au pire à une survivance entretenue par quelques nationalistes, catholiques conservateurs, fanatiques en paroles sinon en actes. Tel était à peu près notre questionnement après notre premier séjour sur le terrain : dans quel nid d’intégristes avions-nous mis les pieds, à quelques kilomètres seulement d’un séminaire international relevant de la fraternité saint Pie X, d’obédience traditionaliste, fondé par Monseigneur Lefebvre8 ?

Controverse

  • 9 Louis Jovignot, curé d’Alise à partir de 1939, a relancé les fêtes de sainte Reine au lendemain de (...)
  • 10 Premier président de l’AMSR en tant qu’association loi 1901, de 1990 à 2008.

10En décembre 2009, Bernard Müller et moi avons présenté une partie de nos travaux sur les fêtes de sainte Reine dans le cadre de notre séminaire au musée du quai Branly. Notre point de vue, parti pris assumé, était de décrire scrupuleusement les pratiques contemporaines des acteurs et de prendre en compte la perception de leurs pratiques. Une discussion vive s’est rapidement engagée avec une historienne, spécialisée dans le théâtre religieux, qui nous reprochait de négliger les aspects rituels des processions et la signification symbolique de la tragédie et des séquences du martyre. À toutes les questions posées sur tel ou tel détail, je renvoyais notre interlocutrice à l’ouvrage collectif très complet de Philippe Boutry et Dominique Julia (1997), qui lui fournirait toutes les informations nécessaires sur la légende de sainte Reine et notamment les origines du pèlerinage, la symbolique des lieux et des séquences rituelles. En mentionnant cette référence, je précisais que notre travail ne se situait pas dans la même optique, puisque notre centre d’intérêt était le déroulement actuel du martyre, les rapports sociaux et les enjeux contemporains autour des fêtes de sainte Reine ainsi que la mise en évidence des facteurs favorables à la perpétuation de ce qu’il convient d’appeler – nonobstant les réserves sémantiques habituelles – une tradition. La réaction de mon interlocutrice fut alors assez virulente, énonçant « ce que doit être » le travail d’un enquêteur – historien ou anthropologue – sur ce type de terrain. Le chercheur serait là pour saisir la « symbolique sous-jacente » des rituels, pour expliquer – en se référant à un ensemble de données bien connues relevant de la théologie, de l’histoire des religions, de l’exégèse biblique – le sens des actions. Autrement dit, le scientifique aurait pour tâche de donner ou de retrouver un sens, et ce, quel que soit le degré de conscience des acteurs de l’inscription de leurs actes dans une tradition. Ce qui compte, c’est d’observer de l’extérieur – « Vous n’êtes pas acteurs ! » nous lança-t-elle – cet objet relativement pur parvenu miraculeusement jusqu’à nous depuis le xviie siècle, voire depuis le Moyen Âge. Il apparaît alors évident à notre interlocutrice que la retraite aux flambeaux du samedi soir, menant les acteurs de la prière à la chapelle Sainte-Reine jusqu’au théâtre des Roches, renvoie à la symbolique du feu ; tout aussi évidemment, « l’embrasement du théâtre » renvoie à la symbolique de l’eau, le feu d’artifice figurant quant à lui une chute d’eau sur les roches du décor naturel. Le problème est que la retraite aux flambeaux n’a été intégrée que très tardivement aux fêtes, après que le père Jovignot a fixé le déroulement des séquences rituelles et donc en dehors de tout projet religieux, et que l’embrasement du théâtre est une initiative datant des années 2000, mise en œuvre par les pompiers volontaires du village9. Il est toujours possible d’interpréter ces données comme des références directes à la légende de sainte Reine qui fut suppliciée par le feu et par l’eau, mais pour les membres de l’AMSR, il s’agit surtout d’agrémenter la tragédie afin que le public « en ait pour son argent ». En cela, le but est atteint, car l’esthétique spectaculaire de la retraite aux flambeaux gravissant la rue principale à la nuit tombée et de la pyrotechnie finale clôturant la représentation est très appréciée des spectateurs : en 2003, lorsque Pierre Maillard10 annonça que l’embrasement n’aurait pas lieu, du fait de l’interdiction préfectorale liée à la sècheresse, une rumeur de déception parcourut les gradins du théâtre.

  • 11 Notons que la question du sens et de la signification des actions menées pendant les fêtes est l’un (...)

11Pour en revenir à la discussion avec notre collègue historienne, il est clair que son point de vue faisait peu de cas de notre familiarité avec le terrain. À la seule vue des photos des fêtes, elle était capable de nous donner la signification de tel rituel et de rapporter tel geste à une symbolique déterminée, au point où nous pouvions nous interroger sur nos pratiques de recherche : si l’on peut ainsi, à distance, interpréter et comprendre ce qui se passe, pourquoi aller sur place et s’adresser directement aux acteurs, qui pour la plupart ne savent pas nous dire le sens de ce qu’ils font ? Lorsque nous lui avons parlé de notre projet d’intervention, à la demande de l’AMSR, sur la mise en scène et éventuellement le texte de la tragédie, elle resta stupéfaite : « Mais vous allez polluer les sources ! » ; ce qui ne manque pas de piquant dans le contexte alisien, où la source miraculeuse jaillie lors du martyre de la sainte constitue un élément fort du paysage local, connue aujourd’hui sous le nom de « fontaine Sainte-Reine ». Cette exclamation révélait le point crucial de notre antagonisme : là où nous nous considérions comme des acteurs à part entière de notre propre terrain et où nous cherchions à saisir les motivations et les intentions des autres acteurs – ceux qui composent les cortèges et montent sur scène –, notre interlocutrice critique ne voyait que des enquêteurs évacuant sans vergogne l’arrière-fond symbolique d’une culture demeurée quasi intacte depuis des siècles, négligeant l’essentiel, et prenant le risque par leur projet d’altérer ce que la tradition avait su préserver. Nous touchons, à travers cette dispute, à la tension existant entre notre proposition et la démarche qui « relève encore de l’obstination interprétative ou de l’obsession herméneutique » (Bazin, 2008, p. 463), selon laquelle les actions et le sens des actions sont deux choses distinctes, avec « l’illusion qu’il y a d’un côté le comportement observé et de l’autre son sens11 » (p. 453). Ainsi l’ethnologue assistant à un baptême voit-il faire les acteurs et se sent ensuite en devoir de leur demander d’expliquer ce qu’ils ont fait. « Eux, pourtant, ne sont nullement occupés à donner le sens “baptême” à un comportement : ils baptisent un enfant, c’est tout » (p. 454). Pour paraphraser Jean Bazin, nous pourrions écrire : « À Alise-Saint-Reine, ils font le martyre, c’est tout. » Nous pouvons décrire ce qui se passe parce que, en tant qu’Occidentaux disposant de quelques rudiments de catholicisme et d’histoire des pratiques religieuses, nous possédons les éléments de langage et les codes élémentaires pour le faire. Nous savons notamment ce que sont une procession, une cérémonie catholique, une martyre chrétienne, un reliquaire, et nous savons aussi ce qu’est une représentation théâtrale. Cela nous autorise-t-il pour autant à décréter que ces actions et ces objets ont un sens qui résiderait en dehors d’eux ?

D’une part, ils font des cérémonies, de l’autre ils produisent éventuellement (ou du moins certains d’entre eux) des théologies ou des cosmogonies [...]. Mais il n’en résulte pas que ces cérémonies seraient l’expression manifeste, la mise en acte d’un système de représentations « internes ». (p. 462)

12Toutefois, pour pouvoir décrire correctement ce qu’ils font et donc ce qui se passe à Alise-Sainte-Reine au début de chaque mois de septembre, je dois apprendre comment ils agissent, selon quelles règles, dans quel cadre, dans quel continuum historique. « Plus j’en apprends, mieux je peux décrire ce qu’ils font. Il n’y a pas un résidu descriptible, le “sens”, qui exigerait une opération spéciale dite d’interprétation. Il y a seulement tout ce que je n’ai pas encore appris » écrit encore Jean Bazin (p. 457). Pour apprendre, donc pour décrire, ne faut-il pas alors participer aux actions ? En participant, risque-t-on de « polluer » quelque chose ?

Religion

13Si nous nous en étions tenus au rôle de « pur observateur » (Gold, 1958, 2003, p. 340-349) en rapportant les séquences d’action à un modèle rituel basé sur la symbolique chrétienne, notre première impression, celle d’avoir affaire à une survivance catholique traditionaliste au cœur de la Bourgogne, aurait pu constituer le cœur de l’analyse. Ostension des reliques, processions, cérémonies, chants, autant d’éléments classiques d’un canevas religieux bien connu (Boutry & Julia, 1997). Pourtant, en nous en tenant au seul plan de la terminologie, nous constatons que le programme des fêtes n’évoque aucune « procession », mais une « retraite aux flambeaux » le samedi soir et un « cortège historique » le dimanche matin. Les reliques ne sont plus qu’un élément secondaire du décorum pour les acteurs de l’AMSR :

  • 12 Discussion avec un membre du conseil d’administration de l’AMSR, qui tient un rôle d’officier romai (...)

Les reliques, c’est pas nous, c’est une association de Flavigny qui gère les reliques, elles sont planquées dans le chœur de l’église. Avant, ils voulaient même pas les laisser là le samedi soir, ils avaient peur qu’on les abîme ! Mais les reliques, on s’en fout ! Avant, dans le cortège, on n’avait pas les reliques, on avait le plat à poisson12.

14La participation à la cérémonie du samedi soir – qui n’est pas annoncée sur le programme – est considérée comme une obligation liée à certains rôles dans la tragédie, comme nous l’indique cet ouvrier, délégué syndical CGT, pour qui il s’agit du seul moment religieux de l’année :

Le samedi soir, j’étais obligé d’y aller parce que j’encadrais Olibrius ; donc il y avait un officier de chaque côté, donc j’étais à côté d’Olibrius. De par mon rôle, j’étais obligé d’y aller. Bon, ça me dérangeait pas plus que ça, hein, faut pas non plus en faire une... moi j’étais encore dans mon théâtre, et puis voilà.

Chacun insiste, y compris ce père d’une « sainte Reine martyre », lui-même pratiquant : « Je le dis aux gens pour qu’ils viennent : c’est pas religieux, c’est une représentation théâtrale. Pas besoin d’être croyant, non, non, non, non. Venez, vous comprendrez ! » Évidemment, c’était différent du temps du père Jovignot : « La transition après le religieux, ça n’a pas été tout seul. Avant, c’était imprégné de religieux du samedi au dimanche ! C’était le curé qui dirigeait tout ! » Le membre de l’AMSR qui s’exprime ainsi évoque la période allant de 1946 à 1985, au cours de laquelle Louis Jovignot conduisait les opérations. La prise de distance avec la religion faisant suite à cette époque est confirmée par l’ensemble des acteurs et des membres de l’association, pour peu que l’on prenne le temps de dialoguer avec eux et de ne pas en rester à la seule interprétation rituelle. Il ne s’agit pas d’amoindrir ou de nier la portée symbolique des fêtes, mais d’adopter un regard rapproché, qui évite la généralisation et la surinterprétation. Ceci suppose « un travail qui mette sur le même plan l’ethnologue et les personnes concernées par ces dossiers. Dans cette perspective dialogique, qui casse l’image du savant retiré sur son fauteuil sombre, les informateurs deviennent des coauteurs » (Bensa, 2010, p. 42). Ce point de vue nous a permis de mieux saisir les modalités d’attachement des acteurs à cet événement annuel. À travers la mise en scène de leur collectivité, les membres de l’AMSR cherchent à perpétuer ce qu’ils ont reçu de leurs pères et mères. La préservation d’un schéma symbolique est moins en lien avec l’adhésion à une foi sous-jacente qu’elle ne révèle la valeur accordée à un héritage. Dans leur discours, les membres de l’AMSR soulignent avant tout la nécessité de l’engagement collectif et générationnel : « On ne veut pas durer pour durer, mais c’est pour le plaisir de se retrouver chaque année, entre amis du même âge », nous dit l’un des acteurs qui joue la tragédie depuis l’âge de 5 ans et se trouve aujourd’hui âgé de 45 ans. Cet engagement s’épuise chez les plus jeunes : « Certains jeunes ont arrêté parce que leurs copains se moquaient d’eux. » L’ancien président le déplore : « Il n’y a plus la culture de sainte Reine ; nous, on était baigné là-dedans depuis l’âge de 4 ans et demi, alors bien sûr... Mais aujourd’hui, c’est fini... » Ces mots témoignent moins d’une « culture » en lien avec une pratique religieuse, une foi profonde ou encore une croyance dans la légende d’une sainte martyre, qu’ils n’attestent de l’importance accordée à la participation renouvelée aux cortèges et aux représentations théâtrales.

Étrangers familiers

  • 13 Natif d’Alise-Sainte-Reine il y a une quarantaine d’années, Christophe participe au martyre depuis (...)

15Pour illustrer notre familiarité avec les membres de l’AMSR, il me faut revenir sur quelques détails de mon séjour sur le terrain en septembre 2009. Après un entretien avec le père Bégin, prêtre de la paroisse des Laumes-Alésia à laquelle ressortit Alise-Sainte-Reine, je me rends chez Pierre Maillard, qui vient de quitter la présidence de l’Amicale du mystère de sainte Reine après dix-huit ans d’exercice. Il fut notre premier contact à Alise. Les premières rencontres furent courtoises, mais il restait sur la réserve, notamment pour les documents. En ce jour de 2009, il m’ouvre le local de l’association, jouxtant l’ancien théâtre couvert, où sont entreposés les costumes et accessoires ainsi qu’un ensemble d’archives. Me traitant en habitué, il distribue généreusement les plaquettes, affiches et autres documents en plusieurs exemplaires : « Allez-y, servez-vous ! » De sa part, ce degré de confiance m’élève presque au niveau d’un membre de l’association. Les discussions qui s’ensuivent me le confirment : Pierre Maillard se dit plutôt soucieux quant au déroulement des fêtes qui débutent le lendemain et m’avoue que son successeur ne donne pas pleine satisfaction. Christophe Laffage13, que je rencontre quelques heures plus tard lors d’une répétition au théâtre des Roches, me tient le même langage :

Le nouveau président, il est très gentil, je ne veux pas qu’il s’en aille, il est au bureau, c’est très bien, mais s’il ne pouvait pas, il ne fallait pas qu’il accepte. Je n’ai pas voulu y aller, prendre la présidence parce qu’avec le boulot, les enfants, j’avais peur que... mais je crois que je vais reprendre. Ça n’est pas que je sois meilleur qu’un autre, mais bon, il va falloir faire quelque chose. Cette année, c’est un peu une année transitoire.

La bonne volonté du nouveau président, membre de l’Amicale depuis plusieurs années, n’est pas en cause, mais ses erreurs et oublis dans la préparation des fêtes inquiètent. La franchise de tels propos, réitérés à plusieurs reprises durant le week-end alors que je ne suis finalement qu’un visiteur épisodique, me met dans la confidence d’une situation intime de la vie de l’association. Avant l’intéressé et avant la plupart des membres, je sais que l’AMSR changera de président une fois encore d’ici la fin de l’année. D’autre part, Christophe Laffage me confie qu’un cadeau sera remis à Pierre Maillard à la fin de la représentation du samedi. Je me trouve informé de ce qui doit rester secret au moins jusqu’au lendemain. Lorsque j’arrive à la répétition, ou que je croise un habitant dans les rues du village, je constate que la plupart des bénévoles de l’association me reconnaissent désormais : je fais partie du paysage, sinon du décor des fêtes de sainte Reine. Certains même s’en étonnent : « Mais ça fait combien de temps que tu viens ? Tu cherches encore quelque chose de précis ? » La question est d’importance et me laisse, sur le coup, un peu songeur. Un acteur m’interpelle : « Alors, fidèle au poste ?! » ; être considéré comme un fidèle dans le cadre d’un tel événement fait sourire l’athée que je suis. L’accueil est très amical, les gens se montrent touchés, voire surpris par ma persévérance et mon assiduité, à tel point que, pour la première fois depuis 2003, je me sens obligé, dans le sens d’engagé moralement, d’assister à la représentation du samedi soir, alors que ce n’était pas l’objectif principal de ma mission cette année. Je m’y sens obligé parce que mes interlocuteurs ne comprendraient pas que je n’y sois pas et parce que, dès le lendemain, ils vont me demander ce que j’ai pensé du spectacle. Cette relation de confiance tient à notre présence régulière sur place à l’occasion des fêtes et n’est pas altérée par notre absence durant le reste de l’année : pour les participants, la date des fêtes de sainte Reine est synonyme de retrouvailles entre amis d’enfance qui, pour certains d’entre eux, ont quitté le village. C’est le moment des répétitions de la tragédie, des cortèges en costume, mais c’est aussi la fin des vacances, la rentrée des classes et, quelque part dans cette série de repères, j’ai la prétention de croire que ce moment signifie également la visite à Alise des deux chercheurs enquêtant depuis des années sur le martyre ! Mais il apparaît également que si les animateurs principaux de l’Amicale me confient leurs préoccupations sur des sujets qui a priori ne me concernent pas, c’est parce que j’ai su demeurer, paradoxalement, « étranger aux intérêts de tous, c’est-à-dire ni joueur ni arbitre, mais hors-jeu, hors champ, relativement aux rapports sociaux étudiés » (Naepels, 1998, p. 192). Cette position, que Michel Naepels nomme « l’atopie de l’ethnographe », n’est pas une extériorité totale, mais se construit par rapport aux réseaux sociaux observés ; elle est pour l’ethnographe « une idée régulatrice de sa pratique » et la refuser « revient à limiter la science sociale à la description de la trace que l’enquêteur produit sur son objet, à ne décrire que le parcours de l’enquêteur, en renonçant définitivement à dire quelque chose de l’objet » (p. 192-194). Notre objectif est bien de décrire ce qui se passe à Alise-Sainte-Reine pendant et autour des fêtes, pas seulement de réfléchir à notre position locale. Certes, nous avons un rôle dans le martyre – au sens goffmanien du terme –, mais celui-ci s’arrête en deçà des enjeux les plus intimes de la vie collective, c’est-à-dire que nous n’intervenons pas dans les décisions concernant le conseil d’administration, l’attribution des rôles dans la tragédie ou encore le déroulement des cortèges. Il est donc possible d’évoquer devant nous certains sujets épineux – les erreurs du président, les difficultés de tel acteur à interpréter convenablement son personnage, la désignation d’une nouvelle « sainte Reine » – sans risquer de générer un conflit. Cette position distanciée avait déjà été définie par Raymond Gold selon les termes du participant-comme-observateur : « Bien que l’enquêteur de terrain dans le rôle du participant-comme-observateur s’efforce d’amener sa relation avec l’informateur dans le registre de l’amitié, il lui incombe de rester suffisamment un “étranger” pour lui éviter de précipiter en intimité » (Gold, 1958, 2003, p. 345). Trop d’intimité pourrait nuire à la familiarité et conduire à altérer le travail d’enquête.

Vieilles familles

16En dehors des performances annuelles, ce sont les rapports familiaux, amicaux et générationnels qui lient les membres de l’AMSR et en font un groupe. Le culte de la sainte n’est pour ces derniers qu’un élément parmi d’autres de leur quotidien pendant les fêtes de septembre et le reste de l’année. Autrement dit, le groupe qu’ils constituent n’est pas une communauté de croyants, mais un collectif qui se construit par la performance rituelle et théâtrale ; c’est, en quelque sorte, du « collectif performé », pour reprendre les mots de Bruno Latour. Le sociologue de l’acteur-réseau rappelle en effet que « ni l’existence de la société ni celle du social ne sont données de prime abord » (Latour, 2007, p. 54). Des regroupements se font et se défont au fil des actions collectives, dans un mouvement permanent : « les agrégats sociaux ne sont pas l’objet d’une définition ostensive – comme le sont par exemple les tasses, les chats ou les chaises, que l’on peut pointer du doigt – mais seulement une définition performative : ils existeraient en vertu des différentes façons dont on affirme qu’ils existent » (p. 52). Bien au-delà d’une définition constituée a priori et fixe, les moyens par lesquels le groupe manifeste et construit son existence de groupe, et en l’occurrence celui constitué autour du culte, guident notre curiosité de chercheurs.

  • 14 Le vocable « vieilles familles » est utilisé par Norbert Elias et John Scotson (1965, 1997) pour de (...)
  • 15 Pierre Maillard est l’époux d’Henriette Laffage.
  • 16 Laurent Maillard, maire d’Alise-Sainte-Reine, est un bénévole actif de l’AMSR ; il ne tient pour le (...)

17Depuis le début du xxe siècle, quelques familles présentes à Alise se répartissent les responsabilités dans l’organisation du martyre et se transmettent les rôles dans la tragédie de génération en génération. En 2003, notre hôte de Flavigny-sur-Ozerain avec qui nous évoquions le martyre de sainte Reine avait qualifié de « vieilles familles alisiennes » ces lignées d’acteurs et de bénévoles au service des fêtes annuelles, telles que les Laffage, les Maillard, les Barozet... Cette formule, « vieilles familles14 » a été employée plusieurs fois par nos interlocuteurs, et par les acteurs eux-mêmes. Nous avons également entendu la formule « un vieux fonds d’Alisiens ». De multiples indices et anecdotes plus ou moins significatifs permettent de supposer que si les membres de ces familles ne rejettent personne a priori, ni n’interdisent à quiconque de participer au martyre, il existe chez eux un besoin certain d’entre-soi. Ainsi en 2006, lorsque le bénévole qui jouait avec ferveur le rôle important du prêtre Clair dût l’abandonner sous la pression des responsables de l’Amicale, sous prétexte qu’il chantait mal et ne parvenait pas à mémoriser ses répliques. Circonstance aggravante, non explicitée, il n’habitait pas Alise-Sainte-Reine et n’appartenait pas aux « vieilles familles ». Signalons également la gêne du président Maillard au moment de désigner, en 2005, une nouvelle sainte Reine. « On va dire que c’est encore une Laffage15 », avait-il commenté. Enfin, les reproches faits au nouveau président de 2009 visaient quelqu’un reconnu unanimement pour son dévouement, mais qui n’est ni alisien, ni membre d’une « vieille famille ». Ces familles tiennent également une place prépondérante dans la vie de la commune. En mars 2008, c’est l’un des membres d’une de ces familles qui est devenu maire du village16. Il a succédé au frère d’un président de l’Amicale du mystère, qui incarna le rôle d’Olibrius pendant vingt-cinq ans. Son fils, neveu de l’ancien maire, est l’un des dirigeants les plus actifs de l’Amicale. La perpétuation du martyre fait donc partie des éléments renforçant la cohésion du groupe, de cette « communauté » qui se définit notamment à l’aune de l’investissement dans l’organisation du mystère.

  • 17 « À l’hôpital Sainte-Reine d’Alise : Stéphanie Gerson, nouvelle assistante culturelle », Le Bien Pu (...)

18Dans un tel contexte, toute intervention extérieure visant à modifier les fêtes d’une façon ou d’une autre peut être perçue comme une agression. En 2000, une « assistante culturelle » est employée en contrat emploi jeune par l’hôpital d’Alise afin de « développer le produit culturel sainte Reine » et d’améliorer l’attractivité du mont Auxois et d’Alésia. Dans la presse locale, la jeune fille expose ses projets : ouverture d’un musée, création d’un site Internet et « mise en place de spectacles vivants (théâtre, avec notamment une réadaptation plus laïque de la vie de la sainte)17 ». À la lecture de l’article, le sang de Pierre Maillard, alors président de l’Amicale du mystère, ne fait qu’un tour : « J’ai rué dans les brancards ! » Ce dernier organise une réunion à l’hôpital avec le maire, le directeur de l’hôpital et la jeune assistante : l’idée de composer une nouvelle tragédie est désormais écartée. Dans la même logique, depuis l’intervention d’une troupe de théâtre et d’acteurs professionnels dans les années 1940-1950 (Bonnot, 2011 a), il n’a jamais été envisagé de faire intervenir un spécialiste extérieur dans la mise en scène. Pourtant, les plus jeunes sont conscients de la nécessité de « changer quelque chose » et de rafraîchir un peu la tragédie. C’est dans cet esprit que les animateurs de l’AMSR – du moins certains d’entre eux – se sont tournés vers nous.

Intervention

19En 2009, Catherine Euvrard est entrée au conseil d’administration de l’AMSR. Comptable d’une compagnie théâtrale de Dijon, elle avait décidé quelque temps plus tôt de revenir vivre dans l’Auxois où elle est née, appartenant à la grande famille Laffage18. Tout naturellement, elle s’est investie dans le martyre et son arrivée a suscité quelque espoir chez ceux qui déplorent l’immobilisme des fêtes, notamment chez les plus jeunes qui nous disent chaque année, en le regrettant, que « rien n’a changé », que « rien ne change jamais » ou encore que « ce serait bien que ça change un peu », sans jamais vraiment préciser ni la nature de ce changement espéré ni ce qui en est attendu. Pierre Maillard nous avait déjà parlé il y a quelques années de cette nièce qui « était un peu dans le théâtre ». Lors des fêtes de 2009, Christophe Laffage nous confie quant à lui : « Il y a ma cousine (Catherine) qui a déménagé, qui est revenue s’installer ici, elle est entrée au bureau de l’association, elle a pas mal d’idées... » Cette année-là, Catherine est venue aux répétitions, accompagnée d’un ami, Philippe Nicolle, qui se présente à moi comme un artiste, un « théâtreux » venu de Dijon19. Il me dit ne pas savoir ce « qu’ils attendent de [lui] », venu apparemment à la demande de certains acteurs. Selon lui, il faut conserver l’amateurisme de la chose, sa naïveté et sa spontanéité : par exemple, il pense que supprimer les micros rendrait une partie de son authenticité au mystère ; c’est une concession à la modernité qui met trop de distance avec l’émotion qui émane de la scène. Mais supprimer les micros demanderait un travail important du point de vue de la diction, du souffle ainsi que de la gestuelle.

20Un mois et demi plus tard, en octobre, nous sommes invités au traditionnel buffet de l’Amicale, soirée conviviale au cours de laquelle on fait le point sur les fêtes, l’affluence qu’elles suscitent, les conditions de leur déroulement, leurs retombées médiatiques. Ce moment donne l’occasion de remercier les bénévoles en produisant un petit bénéfice financier pour l’association. Catherine s’est attablée à nos côtés et au fil des discussions ont émergé quelques idées, plus ou moins précises, dont il ressort une demande d’appui sur le plan de la mise en scène et du texte même de la pièce. Bernard Müller est alors plus directement concerné que moi, ayant déjà une certaine expérience théâtrale. Il est convenu qu’il vienne à la prochaine assemblée générale, prévue en novembre, pour présenter le projet sur lequel ils échangeraient entre temps. Il s’agissait d’abord de mettre en place plusieurs séances de travail pour définir ce que l’AMSR attendait ; les fameux « changements » espérés devaient venir d’eux, en fonction de la façon dont ils souhaitaient se réapproprier le texte et la mise en scène.

21Il est important de souligner que l’initiative à l’origine de notre projet d’intervention vient des membres actifs de l’AMSR. C’est parce que nous avons construit des liens de familiarité avec eux qu’ils nous ont confié ce projet, qui ne peut être mené qu’avec leur étroite collaboration. La relation de travail s’est établie au fil des ans au contact de gens de notre génération – entre 30 et 45-50 ans pour les plus âgés –, avec qui nous partageons certains codes quant au culte lui-même, un rapport distancié à la foi et à l’Église. Leur autodérision s’accorde parfaitement avec notre intérêt critique. Nos interlocuteurs sont tout à fait conscients du caractère désuet, voire archaïque de leur mystère, mais nous sont reconnaissants de notre intérêt renouvelé et jamais condescendant, ni moqueur, ni méprisant, quoique ironique parfois – ironie qu’ils partagent largement. Ils apprécient notre véritable respect pour leur fête. Cette relation de confiance, car le mot amitié (Naepels, 1998, p. 197) me paraîtrait ici un peu fort, les a amenés à se tourner vers nous pour tenter de changer quelque chose alors qu’il y a une dizaine d’années, le seul fait d’évoquer dans la presse une modification du texte de la tragédie avait provoqué la colère du président de l’Amicale.

22En juin 2011, une journée de travail est organisée à Alise-Sainte-Reine. Nous proposons une lecture à voix haute du texte de la tragédie par les acteurs eux-mêmes, afin qu’ils se réapproprient ce récit. Selon les mots d’Élie Laffage, cela permet de ne plus simplement dire son texte

comme une chanson qu’on connaît depuis qu’on est tout petit. Parce que quand on est petit, on chante une chanson, on ne comprend pas les paroles, mais on les connaît par cœur et là, c’est exactement ça ! On a 30, 40 ou 50 ans et on connaît ça depuis qu’on est tout petit, ça nous berce, on suit les rails, on ne se pose pas de question.

Les animateurs les plus actifs des fêtes sont présents, certains lisent leur propre rôle – Olibrius, Léonice, Reine – tandis que d’autres lisent ceux des absents. L’exercice est plutôt concluant puisqu’il conduit à s’interroger sur le caractère ambigu de certains personnages, sur le sens de mots un peu vieillis, sur les incohérences logiques du récit et sur le fondement religieux de l’ensemble. Les participants redécouvrent ainsi « leur » tragédie, au point de s’exclamer, tel Élie Laffage, « Finalement, il est super ce texte ! »

Blocage

23Mais à l’heure où j’écris ces lignes, le processus est au point mort. La séance de travail de juin 2011 est la seule à avoir eu lieu, sans que cela change quoi que ce soit au déroulement du mystère en septembre. L’un des acteurs, Didier, a refusé d’entrer dans le jeu, claquant la porte de l’assemblée générale de novembre 2010 lorsque le projet a été présenté. Doté d’un charisme certain, s’investissant dans son rôle de Clément (père de Reine) bien davantage que les autres acteurs, gagné peu à peu par le mysticisme du fait de participer au martyre, il est décrit par les autres comme « d’un caractère difficile » et se situe clairement en dehors du noyau dur de l’Amicale. Il est le plus souvent absent des réunions de l’association, du buffet de fin d’année, de tous les moments « hors martyre ». Il ne réside pas à Alise et n’en est pas natif. Au cours d’un entretien réalisé en 2005, Didier définit son rôle selon les mots suivants : « Disons que dans tout groupe, il faut quelqu’un qui prenne en main la coordination ; ça demande beaucoup de diplomatie, mais ça, moi ça me va ! » Dans les faits, nous avons pu constater au fil des ans de quelle manière celui qui joue le rôle sans doute le plus important dans la tragédie – le personnage le plus dense et le plus complexe – est devenu le véritable metteur en scène, donnant durant les répétitions des indications sur la gestuelle, le positionnement, les déplacements sur scène. Informé du projet de travail de la tragédie avec Bernard et moi, il refuse d’en parler, prenant l’initiative comme un affront personnel. Bien que personne ne souhaite évincer Didier et qu’il est indispensable à l’AMSR, ce dernier ne souhaite pas coopérer à ce projet de refonte. Comment le convaincre ? À ce jour, les tentatives de médiation sont restées lettre morte ; Didier a participé aux fêtes de sainte Reine 2011 comme si de rien n’était, et les membres de l’Amicale n’ont pas souhaité lui reparler du projet. Il semble bien que cette intervention ait fait ressurgir des sentiments demeurés invisibles jusqu’alors. Dans une discussion tendue avec l’un des acteurs, Didier a en effet rappelé son souhait de voir sa fille jouer sainte Reine lorsqu’elle en avait eu l’âge. N’étant pas native d’Alise, le rôle avait été attribué à une autre. L’acteur en a conçu une amertume certaine, dont il ne nous avait jamais parlé jusqu’alors – et qui constitue un indice supplémentaire de l’importance accordée aux « vieilles familles » dans le cadre du martyre.

*

24Notre position d’étrangeté est ici en cause, faisant écho aux notions travaillées par Michel Naepels : « Construire notre atopie revient à faire admettre à nos interlocuteurs que nos intérêts d’enquêteur se limitent à notre désir de savoir et que nous n’interférons pas en tant que concurrent, qu’atout majeur ou qu’arbitre dans le champ étudié » (Naepels, 1998, p. 194). Didier a-t-il eu le sentiment que nous étions entrés en concurrence avec lui ? Ceux qui nous ont sollicités pour « donner un coup de jeune » au martyre nous ont-ils pris pour des « atouts majeurs » ? L’important, pour parvenir à une certaine intimité avec nos interlocuteurs, est de leur montrer que nos intérêts diffèrent des leurs, qu’ils ne les contrarient pas, de nous montrer à la fois extérieurs et désintéressés. Dans un tel contexte, théâtral et performatif, où les agents se mettent en scène, il est quasiment naturel de s’en tenir à un rôle de spectateur ; c’est finalement ce que demande le terrain et ce à quoi s’attendent les acteurs. Historiquement, cela correspond à une réalité. À partir de 1945, l’abbé Jovignot crée artificiellement un théâtre à l’antique et fait aménager une scène et des gradins où il n’y en avait pas (Clerc, 1997 ; Bonnot, 2011 a). Il souhaite alors s’affranchir de l’amateurisme naïf des représentations du mystère dans les rues du village pour pouvoir accueillir les nombreux pèlerins et garantir à terme le succès des fêtes de sainte Reine. Là où il y avait un mystère, avec ce que cela implique de mélange inextricable entre habitants, acteurs et fidèles, l’abbé Jovignot installe un théâtre, en plein air, mais aux accès contrôlés – l’entrée est payante –, à l’écart des habitations, doté des éléments indispensables à un espace de mise en scène. Il instaure une distance tangible entre acteurs et spectateurs. Dès lors que nous répondons positivement à une demande de l’AMSR pour aider les acteurs à renouveler leur façon de représenter la tragédie, nous quittons les gradins du théâtre pour les coulisses. Notre présence influence alors nécessairement les perceptions de nos interlocuteurs. De spectateurs, nous devenons acteurs, si l’on admet que le metteur en scène est un acteur de la performance théâtrale. Toutefois, je ne crois pas que cette initiative, cette expérience très stimulante pour l’AMSR comme pour nous a « pollué » quoi que ce soit. Cela signifierait qu’il existe un objet « pur » susceptible d’être altéré, alors même que l’ensemble des séquences rituelles, le texte lui-même et sa mise en scène sont en perpétuelle évolution, et ce, bien que la plupart des spectateurs et acteurs estiment que « rien ne change ». Nous n’avons rien pollué, parce qu’il n’y a rien à polluer. En revanche, le tour donné à l’enquête a permis de faire émerger des enjeux qui nous échappaient jusqu’alors, des conflits latents, des tensions, des réticences. La suite nous dira si ces obstacles sont insurmontables et si l’avenir du mystère peut en pâtir.

Bibliographie

Bazin Jean (2008), Des clous dans la Joconde : l’anthropologie autrement, Alban Bensa & Vincent Descombes (avant-propos), Toulouse, Anacharsis.

Bazin Jean (1998), « Questions de sens », Enquête, nº 6, p. 13-34.

Bensa Alban (2010), Après Lévi-Strauss : pour une anthropologie à taille humaine, Paris, Textuel.

Bonnot Thierry (2011 a), « Alise-Sainte-Reine : rituel patrimonial et martyre théâtralisé », dans Marie-Christine Bordeaux, Jean Caune & Marie-Madeleine Mervant-Roux (éd.), Le Théâtre des amateurs et l’expérience de l’art : accompagnement et autonomie, Montpellier, l’Entretemps, p. 53-64.

Bonnot Thierry (2011 b), « Le plat au poisson d’Alise-Sainte-Reine : indice archéologique, emblème et relique », dans Fabienne Wateau (dir.), Profils d’objets : approches d’anthropologues et d’archéologues, Paris, de Boccard, p. 133-143.

Boutry Philippe & Julia Dominique (dir.) (1997), Reine au mont Auxois : le culte et le pèlerinage de sainte Reine des origines à nos jours, Paris, Éditions du Cerf.

Clerc Jean-Paul (1997), « Le pèlerinage de sainte Reine après 1945 », dans Philippe Boutry & Dominique Julia (dir.), Reine au mont Auxois : le culte et le pèlerinage de sainte Reine des origines à nos jours, Paris, Éditions du Cerf, p. 351-359.

Courtine Nicole (1997), « Sainte Reine et la tradition écrite », dans Philippe Boutry & Dominique Julia (dir.), Reine au mont Auxois : le culte et le pèlerinage de sainte Reine des origines à nos jours, Paris, Éditions du Cerf, p. 29-60.

Elias Norbert & Scotson John L. (1965, 1997), Logiques de l’exclusion : enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, Pierre-Emmanuel Dauzat (trad.), Paris, Fayard.

Étourneau Jean-Baptiste (1878, 1939), Le Martyre de sainte Reine, Dijon, Jobard.

Godin André (1997), « La dramaturgie de sainte Reine », dans Philippe Boutry & Dominique Julia (dir.), Reine au mont Auxois : le culte et le pèlerinage de sainte Reine des origines à nos jours, Paris, Éditions du Cerf, p. 217-242.

Gold Raymond (1958, 2003), « Jeux de rôles sur le terrain : observation et participation dans l’enquête sociologique », dans Daniel Cefaï (éd.), L’Enquête de terrain, Paris, La Découverte / MAUSS, p. 340-349.

Latour Bruno (2007), Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

Naepels Michel (1998), « Une étrange étrangeté : remarques sur la situation ethnographique », L’Homme, vol. 38, nº 148, p. 185-199.

Notes

1 Chiffres de l’INSEE, recensement de 2009.

2 Les dates des fêtes et leur fixation par l’AMSR mériteraient un long développement, peu pertinent dans cet article. La sainte Reine calendaire se situe le 7 septembre, les fêtes ont eu lieu depuis 1945 le week-end précédent ou le suivant cette date, mais les nouveaux responsables de l’association ont décalé l’événement au dernier week-end d’août pour diverses raisons pratiques. Ceci étant, la plupart des fêtes auxquelles nous avons participé depuis 2003 ont eu lieu les premiers samedis et dimanches de septembre.

3 La sonorisation du village a toutefois été améliorée en 2009 et l’on saisit désormais beaucoup mieux les paroles du principal chant diffusé, intitulé « Salut, ô chapelle » : « Salut, ô Chapelle,/ Chère à notre cœur,/ Reine nous appelle,/ Redisons en chœur : (Refrain) À toi, ô Reine,/ nous avons recours / Dans notre peine,/ Sois notre secours. » Le reste du chant, qui comprend 25 couplets, raconte la légende du martyre.

4 Les fêtes de 2011 ont toutefois été l’occasion de créer une affiche plus sobre et moins fluorescente.

5 La châsse et les reliques de sainte Reine, conservées à Flavigny-sur-Ozerain, ont naguère constitué un enjeu dans les rapports entre les deux villages. Depuis le début des années 1970, la « translation » s’effectue chaque année au moment des fêtes et depuis 2002, les reliques restent à Alise entre le samedi soir et le dimanche pour être matériellement présentes durant les deux cérémonies. Voir Clerc, 1997.

6 Cette source est un élément décisif de la légende de sainte Reine. Réputée guérisseuse, elle est à l’origine de la renaissance du pèlerinage au xvie siècle (voir Boutry & Julia, 1997, p. 18). La source « miraculeuse » est située sur l’esplanade de la chapelle Sainte-Reine, mais il y a autour d’Alise plusieurs fontaines dites guérisseuses, comme la fontaine des Dartreux.

7 Il s’agit du « chant final » de la tragédie, qui figure à la fin du troisième acte dans le texte édité en 1939 par l’abbé Masson, et emprunté à la pièce de l’abbé Joly publiée en 1897. Il est chanté en chœur par l’ensemble des acteurs après la représentation et clôt celle-ci.

8 Le séminaire de Flavigny-sur-Ozerain est situé à six kilomètres d’Alise-Sainte-Reine. La fraternité saint Pie X fondée en 1971 par Marcel Lefebvre compte six séminaires internationaux. Cet évêque, proche de l’extrême-droite, était opposé aux réformes de Vatican II ; il fut excommunié en 1988 pour avoir ordonné quatre évêques sans l’accord du Vatican. Monseigneur Lefebvre est mort en 1991.

9 Louis Jovignot, curé d’Alise à partir de 1939, a relancé les fêtes de sainte Reine au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en fixant le déroulement des séquences rituelles et en sollicitant l’intervention d’acteurs professionnels pour les représentations de la tragédie (voir, Bonnot, 2011 a). Il a dirigé l’Amicale du mystère avant qu’elle ne devienne association loi 1901, jusqu’à son décès en 1985.

10 Premier président de l’AMSR en tant qu’association loi 1901, de 1990 à 2008.

11 Notons que la question du sens et de la signification des actions menées pendant les fêtes est l’une des préoccupations du prêtre de la paroisse des Laumes-Alésia, avec qui je me suis entretenu en 2009. Son ambition était de « redonner du sens à la procession » en réintroduisant les reliques, car « le premier signe, c’est quand même les reliques ».

12 Discussion avec un membre du conseil d’administration de l’AMSR, qui tient un rôle d’officier romain dans la tragédie en septembre 2007. Sur le plat au poisson, voir Bonnot, 2011 b.

13 Natif d’Alise-Sainte-Reine il y a une quarantaine d’années, Christophe participe au martyre depuis son enfance. Il incarne le rôle d’Olibrius depuis plus de vingt ans et joue un rôle majeur dans l’association, dont il est finalement devenu président à la fin de 2009.

14 Le vocable « vieilles familles » est utilisé par Norbert Elias et John Scotson (1965, 1997) pour dessiner l’opposition entre établis et marginaux à Wiston Parva. Le système d’antagonismes mis en évidence nous paraît toutefois trop fort pour être transposé dans ce contexte.

15 Pierre Maillard est l’époux d’Henriette Laffage.

16 Laurent Maillard, maire d’Alise-Sainte-Reine, est un bénévole actif de l’AMSR ; il ne tient pour le moment pas de rôle dans la tragédie mais s’occupe de l’installation technique (sonorisation, éclairage).

17 « À l’hôpital Sainte-Reine d’Alise : Stéphanie Gerson, nouvelle assistante culturelle », Le Bien Public / Les Dépêches, 9 septembre 2000 (archives de l’Amicale du mystère).

18 Cousine germaine de Christophe et Élie, nièce de Pierre Maillard. À noter qu’Élie Laffage, âgé de 30 ans, participe au martyre depuis son plus jeune âge. Il incarne depuis plusieurs années le bourreau de Reine martyre. Il appartient parallèlement à une troupe de théâtre amateur et a été figurant dans plusieurs films et téléfilms tournés dans la région.

19 Voir la page Wikipédia de cet artiste : http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Nicolle (octobre 2017).

Auteur

Thierry Bonnot est chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS, à Paris). Il s’attache à considérer les objets dans la totalité de leur biographie et développe une réflexion théorique sur les rapports sociaux aux objets, synthétisée dans un ouvrage paru en 2014, L’Attachement aux choses (CNRS éditions). Ses enquêtes de terrain s’appuient sur une démarche pluridisciplinaire, utilisant les outils de l’histoire et de l’archéologie autant que ceux de l’anthropologie.

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search