Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Prose de Samuel Beckett

 | 
Julien Piat
, 
Philippe Wahl

II. Figures réflexives

Locutions stéréotypées et défigement dans L’Innommable

Pascale Mounier

Texte intégral

Cependant j’ai été suffisamment frappé par certaines expressions pour me jurer, tout en continuant à glapir, de ne jamais les oublier et, qui plus est, de faire en sorte qu’elles en engendrent d’autres et, s’enflant en un tout irrécusable, chassent de ma misérable bouche tout autre discours, de ma bouche usée en vain de vaines fictions tout autre discours que le leur, le bon enfin, le dernier enfin. Mais j’ai tout oublié et je n’ai rien fait, à moins que je ne sois en train de faire quelque chose en ce moment, et je le souhaite sincèrement. (I, p. 36)

1D’un point de vue terminologique et théorique, la notion de locution pose problème. Elle se rapproche d’autres notions, auxquelles on tend parfois à la substituer : celles de lexie complexe, d’unité polylexicale ou de collocation dans une perspective lexicale ; celles de cliché, de stéréotype ou d’idiotisme en analyse stylistique. Pour l’aborder, il est nécessaire de confronter les critères de repérage que proposent les deux grands domaines à s’y intéresser, à savoir la grammaire et l’analyse du discours.

  • 1 Danièle Corbin oppose boire sans soif, non lexicalisé, à boit-sans-soif. Selon elle, pour qu’il y (...)

2La tradition grammaticale, d’abord, a tendance à définir comme tel un groupe de mots inséparables, où aucun n’a d’autonomie et qui forme une nouvelle unité sémantique. Il s’agit ici d’un syntagme figé. Le critère du figement est plus ou moins réalisé en fonction de la fixité de la construction de la séquence. Donner carte blanche et à ses risques et périls n’admettent aucun changement dans l’ordre des mots, aucune forme d’extraction, aucune substitution par des synonymes, aucune translation morphologique et aucune variation en nombre des composantes ; mais soif de savoir a pour équivalent soif de connaissance et une tête d’enterrement peut prendre la forme une vraie tête d’enterrement. En outre, le figement n’équivaut pas nécessairement à la lexicalisation. Si on définit la lexicalisation comme un processus par lequel une suite de morphèmes devient une lexie unique, seules certaines locutions figées sont lexicalisées1.

  • 2 Si on définit la lexicalisation d’un point de vue seulement sémantique, c’est-à-dire comme la créa (...)
  • 3 Même s’il ne les nomme pas toujours, le Grand Robert les recense et en facilite la recherche dans (...)
  • 4 Charlotte Schapira oppose les « locutions grammaticales » – champignon de Paris, le cas échéant(...)
  • 5 Pierre Le Goffic invite à ne pas renoncer à l’analyse pour les locutions lexicalisées, « l’équival (...)

3Prendre la fuite, avoir envie de, à la mode et sans doute sont les équivalents respectifs d’un verbe – s’échapper et vouloir –, d’un adjectif et d’un adverbe ; perdre le nord et à pierre fendre peuvent aussi être glosés par un mot unique mais ces syntagmes possèdent une structure interne. Entendons du coup le figement des locutions comme un phénomène inabouti de lexicalisation2. Cela permet de valider la distinction souvent faite par les dictionnaires entre les locutions verbales, adverbiales, conjonctives ou prépositionnelles, et les simples locutions : d’un côté des éléments lexicaux à part entière, c’est-à-dire des mots quasi composés, dont les éléments sont proches de la soudure, de l’autre des constructions plus souples d’usage courant, que l’on peut considérer comme des séquences figées non lexicalisées3. On peut de fait distinguer les ensembles fonctionnant comme des lexèmes ou des outils grammaticaux des suites de mots convenues qui constituent les alternatives expressives d’un concept pour lequel il existe une ou plusieurs expressions neutres4. Par l’ambiguïté existant entre le processus de figement et son résultat, la locution doit donc être analysée d’un point de vue à la fois interne et global5.

  • 6 Il regroupe dans la catégorie l’ensemble des formules figées : mots composés, proverbes, idiotisme (...)
  • 7 On les distinguera de ce que Schapira appelle les « énoncés stéréotypés », qu’elle classe pourtant (...)
  • 8 Pour les collocations, Riegel, Pellat et Rioul parlent d’« affinités sélectives » (Riegel, Pellat (...)

4La linguistique discursive a ensuite, depuis une quarantaine d’années, étendu le champ d’analyse de la locution. Elle en fait un cliché de langue, autrement dit une suite de mots utilisée par tout le monde – par opposition à une citation individualisée. La prise en compte des usages prévaut ici, ce qui implique une attention fine à l’évolution de la langue : une image peu en usage aujourd’hui peut par exemple être éculée au xixe siècle. L’extension de la notion dans le cadre de l’interprétation sémantique des discours a pour corollaire une attention moindre, voire une indifférence à la morphologie des tours codifiés : Blanche-Noëlle Grunig présente simplement la locution comme un « syntagme complexe inscrit durablement en mémoire6 » (Grunig, 1997, p. 225). Or selon la tradition grammaticale, il ne s’agit que d’un type parmi d’autres de structures préformées : un groupe composé d’au moins deux mots et se ramenant à une unité syntaxique7. La locution stéréotypée est ainsi plus contraignante que la collocation : grièvement blessé et servante accorte fonctionnent comme des syntagmes libres même s’ils connaissent une forme d’usure par le nombre limité de cooccurrences des termes8. À un degré supérieur d’analyse, elle se distingue de ce que l’on peut appeler une simple expression stéréotypée : fleuve sinueux, rochers escarpés et vertes prairies se trouvent dans certains types de discours mais ne constituent pas une nouvelle unité morphologique ; ce sont des groupes nominaux non libres mais non figés.

  • 9 Aux tenants de la compositionnalité sémantique, comme Corbin (1997) et Schapira (1999), s’opposent (...)

5Si l’on croise les approches grammaticale et linguistique, on définira donc – puisque tout est affaire de terminologie – la locution stéréotypée comme un groupement de syntagmes solidaires entre eux mais dont le degré de cohésion est variable – la combinaison est assez stable – et dont un des mots au moins change de sens – le sens de l’ensemble n’est pas prévisible. Cela étant posé, il faut rappeler le problème du sémantisme de la locution : il peut être compositionnel, comme dans le cas de la collocation – preuve de la continuité entre les deux types de syntagmes –, ou non. Ni vu ni connu prend, semble-t-il, le sens de la somme de ceux des composantes, alors que prendre la clé des champs a clairement une acception différente de celles des termes qui constituent la locution9. Le plus souvent, on a affaire à un sémantisme synthétique et non analytique, systématiquement même dans le cas des locutions idiomatiques – locutions propres à chaque langue, du type retomber sur ses pieds. Les locutions ne sont en tout cas pas seulement des tropes usés, c’est-à-dire héritées d’une comparaison, d’une métaphore, d’une métonymie ou d’une hyperbole, comme le pensent Michael Riffaterre (1964) ou Ruth Amossy et Elisheva Rosen (1982, p. 17), même si les idiotismes proviennent d’images.

6La locution stéréotypée constitue un support privilégié de l’imitation déformante dans les discours produits à l’oral comme à l’écrit, spécialement dans les textes littéraires. Il peut être intéressant d’examiner son fonctionnement et son rôle dans un roman qui réfléchit non seulement au langage mais aussi à la langue : L’Innommable, écrit en français par Samuel Beckett en 1949, publié en 1953 et traduit en anglais par l’auteur lui-même en 1958. Point d’aboutissement d’une trilogie romanesque, le récit s’écrit par le détournement continuel de ce type de tours. Des questions se posent d’emblée : en quoi la locution constitue-t-elle ici un des modes de configuration textuelle, autrement dit est-elle un des principes organisateurs du discours ? Quels sont les modalités et les enjeux de son défigement dans le cadre de séquences textuelles restreintes, configurées précisément par leur usage ? Pour y répondre, on remarquera d’abord l’emploi insistant de formules à structure non libre avant de constater le rôle de l’interaction verbale dans la déformation des locutions. Le paradoxe de l’utilisation massive de clichés de langue dans un roman placé sous le signe de la difficulté à parler amènera enfin à considérer la référence des syntagmes modifiés et par là même le mode spécifique de progression discursive.

UNE PROSE DU CLICHÉ : LA SAILLANCE DE LEXIES COMPLEXES

7La prose beckettienne se révèle saturée de différents types de discours préformés : des énoncés ou des expressions stéréotypés et surtout des locutions. Cette mise en relief suppose de s’interroger pour chaque occurrence sur la portée du figement – quelle séquence est exactement affectée ? – et sur ses critères de reconnaissance. Avant d’envisager le défigement en soi, on peut ainsi faire apparaître trois types de marqueurs de fixation d’une suite de mots : énonciatifs, syntaxiques et rythmiques.

Marqueurs énonciatifs

Commentaire métalinguistique

8Indice le plus apparent, une insertion métadiscursive aide à repérer l’usage d’une locution et se propose d’en expliciter le sens :

  • 10 Ici comme dans les autres citations, nous soulignons toutes les locutions des segments de discours (...)

Alors ils pourront se taire, sans avoir à redouter un silence10 gênant, de mort comme on dit, une vraie géhenne. (I, p. 123)

on ne sait pas pourquoi, pour pouvoir se croire dans le bain, c’est-à-dire promis à la vidange [...]. (p. 144)

9Les connecteurs de reformulation, qui conduisent à un emploi autonymique ou en mention des locutions silence de mort et être dans le bain, sont eux-mêmes des formules toutes faites : « comme on dit » constitue une locution stéréotypée et « c’est-à-dire » un marqueur de glose. Dans le premier cas, à gauche, une épithète libre rapportée au nom support (« silence ») donne par anticipation le sens littéral approximatif de la locution et, à droite, une paronomase (« gênant », « géhenne ») lui sert de prolongement en rappelant le lien étymologique entre des mots a priori sans rapport dérivationnel. Dans le second cas, le commentaire de droite donne une fausse explicitation du sens normalement figuré d’être dans le bain (« se croire pleinement engagé dans une affaire ») en déployant l’isotopie de la liquidité (« vidange »). Même si le contexte ne détourne pas forcément le sens de la séquence, la glose prescrit toujours l’interprétation : « Mais ces affamés que la position du menu oblige, qu’ils le veuillent ou non, à se trouver littéralement nez à nez avec moi, devant mon haleine ? » (I, p. 91) Elle incite le lecteur à repérer une expression toute faite (se trouver nez à nez avec quelqu’un) et à s’interroger sur la morphologie et sur son histoire sémantique.

Décrochement énonciatif

10Un peu plus discrète que le commentaire métalinguistique, l’insertion d’une autre ligne énonciative rend saillant l’emploi d’une locution :

Voilà, j’étais tout entier, je cite Mahood, à mon affaire [...]. (I, p. 55)

Le voilà qui me somme d’être bien, à mon aise quoi [...]. (p. 43)

11Les séquences sont prêtées à d’autres locuteurs, comme le signalent les introducteurs de discours rapporté : une incise, « je cite Mahood », ou un verbe résumant les propos, « somme ». La mise à distance des paroles des autres se manifeste par la désolidarisation d’être à son affaire, et par l’interjection « quoi », qui attribue de façon indécidable être à son aise au personnage cité ou au narrateur lui-même qui reformule mentalement les propos de celui-ci.

Marqueurs syntaxiques

Phrase segmentée

12La construction des phrases a aussi son rôle dans la mise en avant des syntagmes figés. Outre les procédures déjà repérées de l’extraction et de la disjonction, l’encadrement par des virgules est souvent exploité :

Si un objet se présente, pour une raison ou pour une autre, en tenir compte. (I, p. 8)

Ah si j’étais en chair, comme ils veulent bien le croire, je ne dis pas, ce ne serait peut-être pas si bête que ça, leur petite idée. (p. 111)

13Dans ces phrases brèves, les formules pour une raison ou pour une autre et être en chair – variante d’être bien en chair – acquièrent une autonomie, ce qui souligne leur caractère codifié. Dans les phrases longues, les tours s’accumulent souvent. Le lecteur est incité à les chercher et à constater leur accumulation entre la majuscule et le point final :

Ça c’est le fort en thème, c’est lui qu’on appelle toujours à la rescousse quand les choses tournent mal, il parle tout le temps de mérite et de situations, il en a sauvé plus d’une, de souffrance aussi, il sait ranimer les courages, arrêter la débâcle, rien qu’en jetant ce gros mot dans la balance, quitte à ajouter, dès que tout est rentré dans l’ordre, Mais quelle souffrance, puisqu’il a toujours souffert, ce qui jette un froid à nouveau. (I, p. 149)

14La segmentation ne participe plus ici à la délimitation des locutions : elle déstabilise leur repérage tout en contribuant par leur mise en chaîne à l’amplification de la prose.

Rôle de la ponctuation forte

15Les phrases brèves étant les moins nombreuses, le point, quand il est employé, a un rôle disjonctif fort. Amenant une pause dans le discours narratif oralisé et dans la lecture, il paradigmatise en somme les séquences figées :

Eux, oui, eux, ils sont tous maintenant dans le même sac. À Worm de jouer, on lui passe la main, je lui souhaite bien du plaisir. (I, p. 99)

Ce serait gentil. Comme tout. (p. 126)

Avant c’est la nuit des temps. Alors que depuis, quelle clarté. (p. 109)

16La ponctuation forte peut ne pas isoler clairement les syntagmes stéréotypés, comme dans la première occurrence. Dans la deuxième, elle entraîne une hésitation sur la portée de la locution : soit on a affaire au modifieur intensif figé comme tout, soit il faut reconstituer la locution à base adjectivale gentil comme tout en réunissant les contextes de gauche et de droite. Dans le troisième cas, le point dissémine la locution depuis la nuit des temps dans deux phrases, ce qui gêne sa reconnaissance.

Marqueurs rythmiques

Concaténation de séquences

17La saturation fréquente des phrases par des lexies complexes détachées par des virgules a tendance à donner un rythme à la prose :

Heureusement qu’ils sont là, là au sens bien sûr de n’importe où, pour porter la responsabilité de cet état de choses, dont si on ne sait pas grand’chose on sait au moins ceci, qu’on n’aimerait pas l’avoir sur la conscience, l’avoir sur l’estomac suffit. (I, p. 146)

18Les locutions adverbiales bien sûr et n’importe où, l’expression stéréotypée état de choses et le nom composé grand’chose laissent la place à deux locutions stéréotypées. Le phénomène de répétition lexicale et de parallélisme syntaxique – l’avoir sur... l’avoir sur... – fait croire à une simple variation synonymique d’un complément du verbe à l’autre – « la conscience », « l’estomac ». La fausse équivalence incite à appliquer à « conscience » le sème/partie de l’individu/mobilisé dans « estomac ». Le déploiement de périodes syntaxiques, déroutant par l’effacement de repères qu’il induit, va donc de pair avec le jeu de variation lexicale.

Aimantation sonore

19Les échos sonores qui se produisent à l’occasion de l’emploi d’une unité figée à l’autre confirment l’impression d’auto-engendrement du discours. Les locutions de caractère proverbial et familier sont les plus propres à créer cet effet :

Non, ça c’est les rats. J’en ai aperçu, mais ils ont d’autres chats à fouetter. (I, p. 79)

Décidément l’œil se fait tirer l’oreille. (p. 123)

20Avoir d’autres chats à fouetter et se faire tirer l’oreille n’apparaissent dans les phrases que par le déploiement de champs associatifs : les « rats » appellent les « chats » et « l’œil » « l’oreille ». On touche ici à un point limite de l’usage des locutions chez Beckett : une motivation ténue au profit d’une attraction phonique et lexicale entre des signifiants.

21L’avancée du discours n’est ainsi pas forcément mise à mal par l’enchaînement a priori incontrôlé des locutions figées – à structure verbale le plus souvent. Étant isolées, les formules lui donnent une configuration : leur pouvoir structurant se manifeste précisément par leur mise en avant. S’insérant, non sans quelques dérapages ludiques, dans le cours des phrases, elles constituent des îlots stables de forme et de sens que le locuteur principal s’ingénie à défiger.

DÉFIGEMENT ET ORIENTATION PRAGMATIQUE DU DISCOURS : LE STÉRÉOTYPE DANS L’INTERACTION VERBALE

  • 11 C’est le cas dans l’ensemble de la trilogie. Voir Piat, 2009.
  • 12 Tous les stéréotypes sont porteurs du système de valeurs de la société qui les fait circuler. Cela (...)
  • 13 Sur l’importance du cliché en général en rhétorique et en analyse argumentative, voir Amossy & Her (...)

22La narration dans L’Innommable relève du discours au sens donné par Émile Benveniste. Le récit est de fait adressé : un je interpelle un vous – le destinataire-lecteur – ou dialogue indirectement avec un on – une collectivité anonyme énonçant des idées reçues – et avec un ils – les individus étrangers à lui11. Ce choix énonciatif a une incidence linguistique et pragmatique. La communication reprend de fait d’abord des clichés de langue qui véhiculent eux-mêmes des clichés de pensée12. Si l’usage de locutions permet habituellement d’appuyer un propos sur des opinions pour le fonder en vérité13, leur déformation met ensuite à distance l’idéologie qu’elles véhiculent. Il faut donc examiner le rôle que joue ce que l’on appelle communément le défigement, nommé parfois « dénudation » (Dupriez, 1980, p. 148) ou « renouvellement » (Molinié, 1992, p. 291), dans l’interaction verbale.

Unités de diction et de pensée

Indices du raisonnement et de l’énonciation

  • 14 Les expressions stéréotypées fonctionnent comme de purs organisateurs de l’argumentation, signalan (...)

23Le propos prend souvent la forme d’une réflexion, mais il s’agit en l’occurrence d’une pensée en formation. Chaque syntagme figé sert à alimenter le questionnement du narrateur, lui tenant lieu de matériau prêt à l’emploi. La configuration microtextuelle du discours tient à ce que telle ou telle locution y constitue soit une unité de diction, soit une unité de pensée, soit les deux : « Cette histoire ne sert à rien, je suis en train presque d’y croire. Mais voyons de quelle façon elle est censée finir, ça remettra les idées en place. » (I, p. 71) Le syntagme remettre les idées en place renvoie à l’activité métadiscursive du narrateur qui s’interroge sur la manière d’écrire un roman et au souci qu’il a de produire un discours convaincant. Le groupe n’est pas déconstruit : il acquiert plutôt une ouverture sémantique qui lui fait désigner à la fois le fait d’éclaircir un problème et celui d’organiser un propos en agençant les idées les unes par rapport aux autres. La locution exhibe en tout cas le caractère « enquérant » et dialogué du récit, ce en quoi elle a un rôle identique à celui d’un nombre plus important encore de locutions grammaticales et d’expressions stéréotypées14.

Progression de l’argumentation

24Quand la locution est défigée, son rôle dans la structuration de la pensée et du discours est proprement anti-progressif. Elle contribue à nier l’avancée du raisonnement et l’efficacité rhétorique du propos :

que viens-je faire dans ces histoires de Mahood et de Worm, ou plutôt que viennent-ils faire dans la mienne, en voilà du pain sur la planche, qu’il y moisisse. (I, p. 149)

Moi-même j’ai été bâclé de façon scandaleuse, ils doivent commencer à s’en rendre compte, moi de qui tout dépendeloque, mieux encore, autour de qui, beaucoup mieux, autour de qui, homme-pot, tout tourne, à vide, mais, si, ne protestez pas, tout tourne, c’est une tête, je suis dans une tête, quelle illumination, pssit, aussitôt arrosée. (p. 142)

  • 15 Schapira parle de « détournement sémantique » dans les cas d’un changement du sens d’ensemble des (...)

25L’activité rationnelle productive dénotée par la locution avoir du pain sur la planche est invalidée par le contexte de droite – « qu’il y moisisse ».La segmentation de la seconde phrase construit et déconstruit les syntagmes au gré de l’avancée du discours, obligeant le lecteur à envisager différentes combinatoires morphosyntaxiques. L’expression « autour de qui [...] tout tourne » peut faire attendre le complément adverbial bientourner bien signifiant « prendre une voie favorable » ; mais la locution tourner à vide invalide cette possibilité et inverse l’axiologie positive de la composante virtuellement convoquée ; l’idée d’inanité de la pensée, les hésitations syntaxiques et l’insertion du substantif « tête » incitent finalement à reconstruire la locution avoir la tête qui tourne. Par un double défigement sémantique et lexical des locutions15, le discours met ainsi en cause sa capacité à progresser. La formulation d’incompatibilités logiques peut passer par ailleurs par la création d’unités dont le sens est problématique :

Pousser au besoin cette compression jusqu’à ne plus envisager qu’un sourd exceptionnellement débile d’esprit, n’entendant rien de ce qu’il dit, ni avant ni trop tard, et n’y comprenant, de travers, que le strict minimum. (I, p. 172)

26Alors que le raisonnement délibératif du narrateur propose une manière de procéder pour mettre en mots l’histoire, en recourant à un infinitif à valeur d’ordre, le tour inventé « ni avant ni trop tard », agglutination de ni avant ni après l’heure et de tôt ou tard, mime sémantiquement la vacuité de l’élan démonstratif.

Chocs de registres de langue et de styles

Entre l’unité défigée et le contexte d’insertion

  • 16 En ce cas elles fonctionnent comme des énoncés liés, c’est-à-dire comme des séquences de lexèmes a (...)

27Les cas de pseudo-figement, c’est-à-dire de création de tours à caractère conventionnel, laissent entrevoir la part d’humour et de jeu dans l’usage beckettien des locutions. L’interaction verbale permet au discours prétendument philosophique et littéraire de s’affronter à des registres de langue et de style variés. Les locutions défigées cessent alors d’être de simples indices de la ratiocination du narrateur pour faire entendre des discours sociaux ou littéraires empruntés à des groupes de personnes ou à des genres de textes16. Un type de détournement est réalisé par ce que Rastier appelle le « contexte concurrent » (Rastier, 1997, p. 314), c’est-à-dire par exemple par la reprise de l’unité dans une autre acception, par sa reprise antonymique, anaphorique ou par la concaténation de lexies complexes. Deux expressions détonnent ainsi dans un passage qui invective des ils souhaitant apparaître dans l’histoire et reprochant au je de ne pas les y mettre :

Ils verront ce que c’est, que ce n’est pas commode, que c’est un goût spécial, que ce n’est pas pour tout le monde, qu’il faut naître vivant, que ce n’est pas une chose qui s’acquiert, ça leur apprendra peut-être, à me foutre la paix. Oui, mais voilà, je ne le pourrai pas, je ne le pourrai plus, je l’ai pu peut-être autrefois, du temps où je m’évertuais, conformément à mes instructions, à ramener au bercail l’être cher, on m’avait dit qu’il était cher, qu’il m’était cher, que je lui étais cher, que nous nous étions chers [...]. (I, p. 155)

28Les locutions foutre la paix et ramener au bercail ne subissent pas de modification morphologique ou sémantique par le contexte d’insertion. La première relève cependant d’un niveau de langue familier, voire grossier, alors que l’isotopie de la distinction sociale (« goût spécial », « ce n’est pas pour tout le monde ») et de l’évolution comportementale (« il faut naître vivant », « ce n’est pas une chose qui s’acquiert ») pose le cadre d’une analyse psychosociologique. Dans la seconde phrase, l’expression stéréotypée l’être cher complétant ramener au bercail fait d’abord penser à la locution de sens spirituel ramener au bercail la brebis égarée ; mais la re-catégorisation en copule et en attribut du groupe nominal être cher ainsi que la déclinaison morphologique aux différentes personnes de l’imparfait de l’indicatif mettent à distance l’acception affective de ramener au bercail et lui donnent un sens ironique. Le tour figé participe donc à la dégradation burlesque du sujet du discours et des langages qui y sont habituellement associés.

Entre l’unité défigée et l’unité inscrite en mémoire

  • 17 Dupriez décrit le même phénomène sous le nom de « substitution » : « La force de la substitution v (...)
  • 18 Rastier (1997) signale trois types d’interprétants : explicites – constitués par du métadiscours o (...)

29Un autre type de détournement utilisé par Beckett passe par ce que Rastier appelle la « modification de la lexie » (Rastier, 1997, p. 313). Le lecteur produit ici une activation mémorielle de la séquence figée dont le syntagme réalisé en discours est la copie déformée17. Comme dans les autres cas, le détournement par ouverture des paradigmes suppose la présence d’interprétants permettant d’abord d’identifier le stéréotype18. La dissonance linguistique se produit alors entre l’unité défigée et l’unité inscrite en mémoire :

On m’a parlé de roses. Je finirai par en sentir, c’est comme ça que ça se passe. (I, p. 105)

De nobis ipsis silemus, décidément ça aurait dû être ma devise. Mais oui, ils m’ont donné des leçons de latin de porcherie, ça fait bien, semé dans le parjure. (p. 71)

Ces orbites ruisselantes, je vais les sécher aussi, les boucher, voilà, c’est fait, ça ne coule plus [...]. (p. 30)

30La locution figée est déformée soit par une dislocation (ne pas sentir la rose), soit par la substitution d’un mot par un autre (latin de cuisine) que renforce une citation dénaturant le latin. Le syntagme « orbites ruisselantes » fait pour sa part penser à différentes unités figées, à savoir les yeux en pleurs, sécher ses larmes et boucher la vue, toutes convoquées par la présence en contexte large de « coule » – à associer aux yeux –, de « sécher » et de « boucher » ; en ce cas les deux composantes de la locution défigée modifient le syntagme d’origine. Les détournements traduisent ici une complaisance pour le répugnant (la saleté ou le macabre), alors que les lexèmes des unités figées sont associés à des réalités nobles – les roses, le latin, les pleurs.

31La combinaison entre les deux grands modes de détournement se produit souvent, spécialement dans les passages qui accumulent les locutions :

Mais pour le moment j’en suis au – au fait, ils sont peut-être plusieurs, tout un consortium de tyrans, divisés entre eux en ce qui me concerne, en délibération depuis un bon bout d’éternité, m’écoutant de temps en temps, puis allant manger et jouer aux cartes, au secret, aux frais de la princesse, à mon insu, à traîner au clair – au pensum, lequel sans déroger je peux rapprocher, il me semble, de cette leçon trop vite abandonnée, trop inconsidérément... (I, p. 40)

32Si le tour aux frais de la princesse est immédiatement reconnaissable, la combinaison de deux lignes énonciatives et un dérapage syntaxique par l’anaphore de « à » posent le problème de l’incidence de la formule : se rattache-t-elle à « manger et jouer aux cartes », du contexte proche, ou à « j’en suis [à] », du contexte éloigné ? Le syntagme « traîner au clair », qui n’existe pas dans la langue mais évoque par paronomase tirer au clair, constitue une locution défigée dont le sens est à inventer par le lecteur : à lui de combiner les deux chaînes associatives présentes dans le contexte, à savoir l’idée de la détente et celle de la volonté de se prononcer sur un sujet épineux. La construction syntagmatique déstructure des associations toutes faites de paradigmes pour en créer d’autres et faire entrer en conflit les discours qui les emploient.

  • 19 Cela incite du coup à réfléchir au problème de l’auto-traduction. Sur la manière de rendre les idi (...)
  • 20 Selon Guiraud (1960, p. 7-9), même si le sens d’une locution est devenu arbitraire, les énonciateu (...)

33La prose est donc saturée d’expressions idiomatiques, ce qui prouve la connaissance intime du français par l’auteur irlandais19. Le défigement touche au plus singulier de la langue : il montre son processus d’évolution – la manière par laquelle une combinaison individuelle libre devient un tour stéréotypé figé – et suggère une compositionnalité de sens de la séquence. Il demande au lecteur une approche diachronique du français, une sensibilité à son histoire20. Possédant une dimension polyphonique, la locution permet en même temps de polémiquer avec différents énonciateurs. C’est ainsi qu’il faut comprendre le traitement ironique de la rhétorique démonstrative par le narrateur : le discours philosophique n’est pas exactement le sien ; il est simplement le langage des autres qu’il imite le plus.

DÉFIGEMENT ET CONSTRUCTION DE LA RÉFÉRENCE : LE RÔLE DU CLICHÉ DANS LA MIMESIS ROMANESQUE

  • 21 Jean-Michel Adam définit la configuration discursive comme la combinaison de différentes séquences (...)

34Après celle de leur motivation sémantique, la question du contenu référentiel des locutions doit être posée en fonction du genre de L’Innommable. Comme l’énonce Paul Ricœur dans une perspective pragmatique, tout récit fictionnel construit un monde : il constitue un « acte configurationnel » (Ricœur, 1983, p. 65-75) en ce qu’il met en intrigue les différents épisodes de l’histoire. Voyons le rôle des locutions défigées dans ce type de configuration, au double niveau local – de la séquence microtextuelle – et global – de leur articulation ou « liage21 » (Adam, 2005) : la stabilité de la référence du cliché de langue a de quoi être ébranlée dans un roman qui s’oppose aux modes traditionnels de représentation.

Déréalisation de l’objet du discours

Auto-correction

  • 22 Selon Amossy et Rosen (1982), le stéréotype participe à la construction d’un monde vraisemblable d (...)

35Le contenu référentiel d’une locution se veut a priori stable. De même qu’elle a souvent un seul sens, la formule figée dénote des choses, des êtres et des situations connus de toute une catégorie de locuteurs. Elle renvoie à une société précise en en montrant les traits principaux, rendus typiques par des habitudes, des pensées et des discours récurrents22. Chez Beckett un procédé habituel consiste à nier le référent de l’unité stéréotypée par un énoncé métadiscursif situé dans le contexte de droite :

Quoi encore, des jugements, des comparaisons, ça vaut mieux que de rire, tout aide, ne peut qu’aider à franchir la mauvaise passe, qu’est-ce qu’il faut entendre, quelle mauvaise passe, ce n’est pas moi qui parle, est-ce moi qui entends, passons [...]. (I, p. 191)

36Dans l’évocation de sa difficulté à écrire, le narrateur-auteur emploie le tour tout fait franchir la mauvaise passe, qui signifie « surmonter une période difficile ». Or la suite de la phrase conteste le sens figuré usuel du cliché par l’introduction ironique d’une interrogation (« quelle mauvaise passe »). Le je refuse ce faisant de parler d’une passe au sens propre, d’un endroit où l’on passe. Le jeu sur les signifiants (« passe », « passons ») confirme sa volonté d’afficher une réalité d’essence langagière comme objet du discours romanesque.

Emploi virtuel et actuel du substantif

  • 23 Voir en particulier Gross, qui définit la locution comme « tout groupe dont les éléments ne sont p (...)

37Il faut aller plus loin dans l’examen de ces passages essentiels où le défigement est souligné par la présence d’interprétants explicites. Dans une locution, le substantif est normalement en emploi intensionnel23. Que la locution soit à support verbal ou nominal, les noms qui y sont employés sont précédés soit d’un déterminant qui n’opère pas de particularisation, soit d’un déterminant zéro. Le référent restant virtuel, la locution devrait participer à la déréalisation du monde romanesque, à ceci près que le détournement de l’unité stéréotypée veut justement redonner à chacune des composantes son poids propre :

Quelquefois je me dis toi, si c’est moi qui parle. Tu touches peut-être au but. Après dix mille mots ? Enfin, à un but, après il y en aura d’autres. (I, p. 39)

La mémoire notamment, dont je pensais devoir m’interdire l’usage, va avoir son mot à dire, le cas échéant. C’est au bas mot mille mots sur lesquels je ne comptais pas. J’en aurai peut-être besoin. (p. 15)

J’ai le temps de la foutre en l’air, cette foire où il suffit de respirer pour avoir droit à l’asphyxie, je m’en dépêtrerai bien, ce ne sera pas comme les autres fois. (p. 60)

38L’auto-correction porte sur des syntagmes verbaux usuels dans le discours oral courant : toucher au but, avoir son mot à dire, foutre en l’air. Elle se manifeste par la reprise à l’identique du nom dépendant du verbe mais avec un autre déterminant (« à un but », « mille mots »), ou par l’insertion de termes appartenant au champ associatif de celui-ci (« respirer », « asphyxie »). La répétition déformante fait ainsi passer le complément prédicatif des verbes supports d’un emploi virtuel à un emploi actuel. Tout en niant l’axiologie méliorative de la formule de base, toucher à un but et avoir mille mots à dire rendent ainsi concrète la difficulté de l’acte d’écriture. Foutre en l’air renvoie pour sa part plutôt à une expérience concrète, même si les termes du contexte concurrent peuvent revenir à un sens figuré en faisant entendre d’autres unités inscrites en mémoire – ne pas pouvoir respirer un moment, être asphyxié par le travail. Il n’y a donc pas ici, comme dans le roman réaliste, une indexation du discours sur un univers de référence familier du lecteur. Postulant l’existence d’un référent à partir d’un syntagme figé qui l’a éliminé, l’auteur choisit de contester la visée des mots des autres pour configurer son propre monde, celui du discours.

Création d’un univers de langage

Isotopie de la vision

39Si l’on veut percevoir le maillage qui s’effectue à l’échelle du roman dans son ensemble entre les locutions déréalisantes, on peut examiner deux isotopies en particulier. Le sujet narrant, aux prises avec les difficultés de la création romanesque, s’en sert pour entrer dans la fiction. Il s’y montre assistant aux événements qu’il est censé écrire, surtout par la vue – parfois par l’ouïe –, et comme avançant sur un chemin. Il se figure par exemple dans le premier cas comme une personne invalide se tenant sur un trottoir et dont les parties du corps sont plus ou moins en état de fonctionner. Il peut aussi être le témoin d’événements étranges, à la façon de l’observateur astronomique :

Deux formes donc, oblongues comme l’homme, sont entrées en collision devant moi. Elles sont tombées et je ne les ai plus vues. J’ai naturellement pensé au pseudo-couple Mercier-Camier. La prochaine fois qu’elles entreront dans le champ, allant lentement l’une vers l’autre, je saurai qu’elles vont se heurter, tomber et disparaître, et cela me permettra peut-être de les observer mieux. Ce n’est pas vrai. Je vois Malone aussi mal que la première fois. C’est que, regardant toujours dans la même direction, je ne peux voir, je ne dirai pas distinctement, mais aussi distinctement que la visibilité le permet, que ce qui se passe droit devant moi, c’est-à-dire, en l’occurrence, la collision, suivie de la chute et de la disparition. Leur approche, je ne la verrai jamais que confusément, du coin de l’œil, et de quel œil. (I, p. 16-17)

  • 24 Dupriez signale le cas du défigement du proverbe, qui superpose au sens fixe de la séquence stéréo (...)

40Le passage offre une variation sur le thème narratif traditionnel de la rencontre de personnages, en l’occurrence Mercier et Camier. Deux locutions figées sont convoquées, en plus de la locution grammaticale entrer en collision. L’une d’elle ressortit au niveau de langue familier. La relativisation du sérieux du sujet par une dissonance burlesque se double de la remotivation de métaphores usées : la position du sujet regardant qu’est le narrateur littéralise le sens habituellement figuré des locutions voir du coin de l’œil et entrer dans le champ. Le défigement n’annule pas leur acception première mais donne une référence concrète – anatomique et spatiale – à une opération mentale et cinématographique. Se produit alors une syllepse sémantique dans la mesure où chaque groupe est pris à la fois comme une locution, de sens opaque, et comme une expression libre, de sens compositionnel24.

Isotopie de l’avancée

41La parole prononcée reçoit elle-même un espace pour se développer, ce qui revient à spatialiser l’acte d’écriture. Toutes les étapes du travail narratif sont représentées (ses débuts, son avancée et son achèvement), aussi problématiques soient-elles :

Aller de l’avant, appeler ça aller, appeler ça de l’avant. Se peut-il qu’un jour, premier pas va, j’y sois simplement resté, où, au lieu de sortir, selon une vieille habitude, passer jour et nuit aussi loin que possible de chez moi, ce n’était pas loin. Cela a pu commencer ainsi. (I, p. 7)

et en effet, jamais parlé d’autre chose, on revient de loin, c’est là où il faudrait être, c’est là où on est, loin d’ici, loin de tout, si je pouvais y aller, [...] ça peut mener loin, sur des chemins battus à souhait, on s’y croise souvent, quelqu’un s’y croise [...]. (p. 191)

Me voilà lancé, on ne dirait pas, c’est peut-être mon dernier galop, j’ai toujours senti l’écurie, c’est moi qui sens l’écurie, il n’y a pas d’autre écurie que moi, pour moi. (p. 190)

  • 25 On les trouve souvent sous forme de variantes : « À remarquer, avant d’aller plus loin, de l’avant (...)
  • 26 Le terme vient de prosa, qui désigne dans la rhétorique antique un discours avançant en ligne droi (...)

42Parmi différentes locutions, trois de celles des deux premiers passages présentent le sème/déplacement/. La principale, aller de l’avant, a d’abord un sens figuré, lié à la disposition mentale de l’auteur face à la tâche qu’il a à accomplir (s’engager résolument dans une affaire), puis un sens propre, produisant une métaphorisation de l’acte d’écriture – « faire du chemin en avançant ». Il en va de même pour revenir de loin, qui renvoie au fait d’être sorti d’une très mauvaise situation et à celui d’arriver d’un lieu éloigné, et mener loin, qui signifie « faire réussir » et « conduire dans un lieu éloigné ». Par le jeu des images, commencer à écrire consiste ainsi à sortir de chez soi et construire la fiction, demeurer dans un endroit étranger – c’est-à-dire « passer jour et nuit [...] loin […] de chez [s]oi ». Quant à la métaphore chevaline du troisième énoncé, elle assimile l’auteur à un animal en pleine course qui accélère au moment d’arriver à destination. Dans cette thématisation du pouvoir configurationnel du discours, des modalisateurs – le semi-auxiliaire pouvoir, l’adverbe peut-être – et des commentaires métalinguistiques isolant les composantes des unités stéréotypées – « appeler ça », « il n’y a pas d’autre écurie que moi » – mettent en doute la capacité de l’auteur à suivre un parcours orienté. Mais ces séquences communes, faites de termes simples, apparaissent tout au long du roman25 : elles engagent la macrostructure du texte et invitent le lecteur à réfléchir, au fur et à mesure de son avancée dans la lecture, au caractère proprement progressif de la prose26.

  • 27 Voir les conclusions narratologiques semblables de Casanova, 1997.

43Le défigement de locutions conventionnelles contribue donc chez Beckett à la création d’un univers fictionnel stylisé : la mimesis romanesque construit un monde non pas abstrait mais réduit à quelques éléments signifiants27. Le discours ne cherche pas la vraisemblance car les traits mis en avant s’appliquent d’abord à un référent virtuel – l’acte d’écriture – et ensuite seulement à un référent actuel – un sujet pensant évoluant dans différentes situations. Il donne à voir au lecteur l’avènement d’un monde méta-énonciatif : le narrateur se représente écrivant et ce faisant crée des personnages, des lieux et des époques.

*

44L’Innommable, le dernier roman de la trilogie beckettienne, est souvent réputé illisible, sans configuration ni progression. Or il nous semble marqué par des effets de structuration aux niveaux micro-et macrotextuels, la locution stéréotypée constituant un des facteurs essentiels de son agencement. Nous avons pu repérer différents types de manipulation des formules : des détournements lexicaux – changements d’un terme – et sémantiques – des expressions de sens figuré prises dans une acception littérale –, mais aussi toutes sortes d’entrées en interférence avec le contexte : des disjonctions syntaxiques, des attractions de signifiants, des reprises antonymiques niant l’axiologie inquiétante ou rassurante qui leur sont associées ou encore des décalages entre niveaux de langue. Si les locutions conventionnelles ne sont pas les seules unités empruntées, les phénomènes de décomposition et de recomposition qui les affectent s’avèrent logiquement plus importants que pour le reste des formules empruntées : plus contraintes que les expressions stéréotypées, elles sont repérables ; offrant une moins grande rigidité que les énoncés usés, elles permettent des combinaisons variées de détournement. Elles ont en outre, comme les autres clichés de langue, une référence rigide que le discours peut déstabiliser pour produire un monde romanesque avec ses repères propres.

  • 28 Dans les pages 178 à 215, où s’achève le roman, des phrases très longues produisent une logorrhée (...)
  • 29 De Maurice Blanchot (1959) et Georges Bataille (1951) à Brian Fitch (2003) et Annette La Motte (20 (...)

45En termes de poétique et d’esthétique, ajoutons que le cliché permet de jouer avec la langue et de dépasser la fatalité de la parole vaine. Le psittacisme final de l’œuvre met précisément fin à son utilisation : au moment où le narrateur renonce au projet d’arriver à raconter, il répète mécaniquement des bribes de discours empruntées sans les configurer en locutions28. Les analyses de narratologie et de philosophie du langage29 se laissent pourtant piéger par la postulation et la mise en scène par l’auteur de son incapacité à nommer. Un passage métadiscursif du roman, que nous avons placé en exergue de cette étude, met précisément en cause le diagnostic de l’écriture sur rien et offre un commentaire saisissant des enjeux de la stéréotypie linguistique chez Beckett. L’auteur y affirme son choix de répéter la langue des autres, dont il ne peut se déprendre, en la mettant à distance – il définit ironiquement la parole étrangère comme « le bon » discours. Il se donne pour but d’éviter de faire des « fictions » comme celles de tout le monde et souhaite orner sa prose – le terme « s’enflant » peut renvoyer à la définition rhétorique du style profus. Donc l’écrivain « fai[t bien] quelque chose » malgré le déni qu’il affiche tout au long du roman.

Notes

1 Danièle Corbin oppose boire sans soif, non lexicalisé, à boit-sans-soif. Selon elle, pour qu’il y ait lexicalisation, il faut que la caractérisation des êtres ou des objets soit poussée au point que « le nom de ceux-ci puisse être fabriqué à partir de la description des procès auxquels les prédicats renvoient » (Corbin, 1997, p. 65). Donc le figement apparaîtrait comme la conséquence, et non comme la cause, de la lexicalisation, qu’elle considère au niveau sémantique. Sur la difficulté que posent les notions, fluctuantes dans leur définition, de lexicalisation et de figement, voir Lecolle & Leroy, 2006, p. 9.

2 Si on définit la lexicalisation d’un point de vue seulement sémantique, c’est-à-dire comme la création d’une nouvelle unité de sens, il est possible de dire que toutes les locutions sont lexicalisées. Mais cela ne fait pas avancer le problème de leur analyse.

3 Même s’il ne les nomme pas toujours, le Grand Robert les recense et en facilite la recherche dans sa version électronique par leur regroupement dans une liste. C’est sur le repérage que propose ce dictionnaire que nous fonderons notre relevé de locutions figées. Voir Rey, 2005.

4 Charlotte Schapira oppose les « locutions grammaticales » – champignon de Paris, le cas échéant – aux « locutions stéréotypées » – nul et non avenu, être tombé sur la tête – qu’elle qualifie d’« expressives » (Schapira, 1999, p. 12-13). Martin Riegel, Jean-Christophe Pellat et René Rioul rassemblent pour leur part le premier type d’unités polylexicales dans la catégorie de la composition, parlant de « noms », d’« adjectifs », de « verbes », etc., « composés » (Riegel, Pellat & Rioul, 1994, p. 548-549).

5 Pierre Le Goffic invite à ne pas renoncer à l’analyse pour les locutions lexicalisées, « l’équivalence avec un mot simple n’exist[ant] qu’à un niveau de paraphrase sémantique » (Le Goffic, 1994, p. 21-22). Corbin (1997) précise que s’il est difficile de décomposer la structure de certaines locutions, c’est que le figement est arrivé à un stade avancé.

6 Il regroupe dans la catégorie l’ensemble des formules figées : mots composés, proverbes, idiotismes, etc.

7 On les distinguera de ce que Schapira appelle les « énoncés stéréotypés », qu’elle classe pourtant parmi les « locutions stéréotypées » : les formules parémiques – proverbes, dictons, adages –, les apophtegmes, les formules de politesse, les slogans et les phrases de routine (Schapira, 1999, p. 13).

8 Pour les collocations, Riegel, Pellat et Rioul parlent d’« affinités sélectives » (Riegel, Pellat & Rioul, 1994, p. 123). Joëlle Gardes Tamine montre que le lien entre les termes tient à ce qu’il y a sélection de certains traits de l’un par l’autre, soit dans les exemples cités du participe par l’adverbe et de l’adjectif par le nom (Gardes Tamine, 1988, p. 130-131).

9 Aux tenants de la compositionnalité sémantique, comme Corbin (1997) et Schapira (1999), s’opposent ceux qui estiment que le figement de la locution implique forcément un sens opaque, comme Gaston Gross (1996).

10 Ici comme dans les autres citations, nous soulignons toutes les locutions des segments de discours relevés : phrases complètes ou bribes de phrases.

11 C’est le cas dans l’ensemble de la trilogie. Voir Piat, 2009.

12 Tous les stéréotypes sont porteurs du système de valeurs de la société qui les fait circuler. Cela apparaît ouvertement pour les formules parémiques, comme le montre Greimas (1960, p. 313) : les proverbes et les dictons traduisent la doxa, l’ordre moral stable de la société dont ils émanent. On notera cependant avec Schapira que certains « stéréotypes de pensée » ne se traduisent pas par des « stéréotypes de langue » (Schapira, 1999, p. 1-2) : on ne dit pas avare comme un Polonais.

13 Sur l’importance du cliché en général en rhétorique et en analyse argumentative, voir Amossy & Herschberg Pierrot, 1997, p. 100-106.

14 Les expressions stéréotypées fonctionnent comme de purs organisateurs de l’argumentation, signalant un changement d’objet de la réflexion, une conclusion, etc. Voir par exemple les outils grammaticaux et les syntagmes lexicalisés, qui proviennent souvent de locutions stéréotypées, comme le remarque Schapira (1999, p. 20) : « après tout » (I, p. 41 et passim), « à vrai dire » (p. 66), « en fin de compte » (p. 202), « de là à » (p. 41), « tout compte fait » (p. 147), « ainsi de suite » et « quoi qu’on dise » (p. 194). Voir par ailleurs les expressions stéréotypées relevant de ce que Gross appelle les « constructions prédicatives à verbe support » (Gross, 1996, p. 77), par opposition aux locutions verbales, dont la forme est plus contrainte : « en rester là, pour le moment » (I, p. 41), « loin de mon propos aussi, retournons-y » (p. 174), « Sus maintenant aux choses sérieuses. » (p. 86)

15 Schapira parle de « détournement sémantique » dans les cas d’un changement du sens d’ensemble des locutions et de « détournement lexical » dans les cas d’une substitution d’une des composantes par un autre mot (Schapira, 1999, p. 145).

16 En ce cas elles fonctionnent comme des énoncés liés, c’est-à-dire comme des séquences de lexèmes associées à une situation déterminée. Voir Corbin, 1997.

17 Dupriez décrit le même phénomène sous le nom de « substitution » : « La force de la substitution vient de la présence, dans l’inconscient collectif de l’auditeur, d’une séquence signifiante quasi identique, en sorte qu’on lui donne à la fois du connu et de l’inconnu. » (Dupriez, 1980, p. 366)

18 Rastier (1997) signale trois types d’interprétants : explicites – constitués par du métadiscours ou une isotopie présente en contexte –, implicites – faisant appel à la connaissance de normes sociales – et situationnels – impliquant la prise en compte de la situation d’énonciation.

19 Cela incite du coup à réfléchir au problème de l’auto-traduction. Sur la manière de rendre les idiotismes dans Watt, voir Montini, 2007, p. 224-241. Il apparaît que Beckett a plusieurs manières de rendre les locutions, non traduisibles littéralement, par des termes équivalents : quand il ne trouve pas d’expressions de même sens en anglais, notamment pour les formules populaires, il a tendance soit à en inventer, soit à les traduire littéralement de façon comique, soit à les supprimer, ce qui participe alors à l’allégement et à l’épuration du texte anglais. La liberté de sa traduction lui fait aussi en ajouter à d’autres endroits. Les relevés de locutions que nous avons faits dans L’Innommable contredisent par ailleurs en partie l’affirmation de Pierre Guiraud (1960, p. 18) selon laquelle le français tend à l’abstraction et l’anglais à la concrétude.

20 Selon Guiraud (1960, p. 7-9), même si le sens d’une locution est devenu arbitraire, les énonciateurs tentent toujours de lui trouver une motivation, même fausse. Par exemple, belle à croquer est habituellement rattaché au domaine alimentaire alors qu’il vient du domaine artistique.

21 Jean-Michel Adam définit la configuration discursive comme la combinaison de différentes séquences qui construisent l’« unité compositionnelle » du texte (Adam, 2005, p. 175-192). La sémiotique et la linguistique textuelle se rejoignent donc ici sur le terrain de la narratologie.

22 Selon Amossy et Rosen (1982), le stéréotype participe à la construction d’un monde vraisemblable dans le roman réaliste. Il renvoie à une culture extérieure au récit dont il garantit la véracité par le moyen de la convention. L’utilisation du cliché peut évidemment être critique de la part des romanciers : chez Balzac et Flaubert, son emploi massif est une manière de démystifier la société qu’il contribue à représenter.

23 Voir en particulier Gross, qui définit la locution comme « tout groupe dont les éléments ne sont pas actualisés individuellement » (Gross, 1996, p. 14). Dans prendre une veste, il n’y a ainsi pas de renvoi à un objet indéfini « veste » du monde − à la différence de prendre sa veste ; dans de longue date, l’absence de déterminant marque le renvoi au contenu notionnel du terme « date », sans actualisation du nom.

24 Dupriez signale le cas du défigement du proverbe, qui superpose au sens fixe de la séquence stéréotypée celui de la séquence manipulée, toujours plus riche : « il semble avoir un sens fixe, en réalité il prend des sens contextuels [...] pléniers » (Dupriez, 1980, p. 367).

25 On les trouve souvent sous forme de variantes : « À remarquer, avant d’aller plus loin, de l’avant » (I, p. 8) ; « Malheureusement j’ai peur, comme toujours, d’aller plus loin. Car aller plus loin, c’est m’en aller d’ici » (p. 26) ; « Aller de l’avant, j’appelle ça de l’avant, je suis toujours allé de l’avant, sinon en ligne droite, tout au moins selon la figure qui m’avait été assignée. » (p. 56) Elles sont employées spécialement au début et à la fin, preuve du rôle configurationnel de l’isotopie de la progression au niveau de l’œuvre entière.

26 Le terme vient de prosa, qui désigne dans la rhétorique antique un discours avançant en ligne droite, sans retour en arrière.

27 Voir les conclusions narratologiques semblables de Casanova, 1997.

28 Dans les pages 178 à 215, où s’achève le roman, des phrases très longues produisent une logorrhée sans autre objet que l’innommable. Voir par exemple : « je vais y aller, je vais essayer d’y aller, pas la peine d’essayer, j’attends mon tour, mon tour d’y aller, mon tour d’y parler, mon tour d’y écouter, mon tour d’y attendre mon tour de partir » (I, p. 205).

29 De Maurice Blanchot (1959) et Georges Bataille (1951) à Brian Fitch (2003) et Annette La Motte (2004). Mais Stéphane Chaudier (2008) signale à l’occasion la part de l’humour dans le roman.

© Presses universitaires de Lyon, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540