Version classiqueVersion mobile

Des autofictions arabes

 | 
Darouèche Hilali Bacar

Annexes

L’autofiction dans la presse arabe : actualité littéraire et débat critique (2006-2014)

Texte intégral

1Conscient que les indications bibliographiques données plus haut peuvent être sujettes à discussion, notamment parce que certains textes sont à tort ou à raison reçus par la critique arabe comme des romans autobiographiques ou comme des autobiographies fictionnelles, il m’a donc paru nécessaire de donner au lecteur un aperçu du débat critique portant sur l’autofiction dans la littérature arabe. Pour ce faire, j’ai fait le choix de privilégier ici la presse écrite au détriment des ouvrages critiques, mais aussi au détriment des blogs et des sites personnels, qui représentent également des sources indispensables de l’actualité littéraire sur l’autofiction dans le champ culturel arabe contemporain.

2Extraits des journaux les plus lus dans le monde arabe sous format papier ou numérique, ces articles sont dans leur ensemble des chroniques littéraires. Ils sont classés par ordre chronologique et par pays, ce qui permet de montrer que l’autofiction en tant que phénomène littéraire n’est pas propre à une région spécifique du monde arabe ni à une forme particulière d’expression. L’autofiction se pratique au Maghreb, au Proche-Orient, dans les pays du Golfe aussi bien dans la production romanesque d’expression française que d’expression arabe.

3Hormis peut-être Fayçal Métaoui et Nacima Chabani, les auteurs de ces articles de journaux sont des critiques littéraires et des écrivains célèbres – à l’exemple de Mohamed Berrada, figure de proue de la littérature arabe marocaine – et sont pour la plupart romanciers, nouvellistes ou encore poètes prosateurs. C’est donc en leurs qualités de théoriciens et d’écrivains qu’ils s’intéressent à l’autofiction en tant que concept et pratique littéraire. Ils soulèvent la question de l’autofiction et s’interrogent sur la mise en œuvre des nouveaux outils théoriques établis par la critique française pour interroger leur pratique romanesque et plus largement la production romanesque qui défraye la chronique arabe parce qu’elle passe essentiellement par une écriture intimiste et transgressive. Ces analyses pertinentes donnent à voir la singularité de quelques œuvres contemporaines dont les stratégies narratives et les techniques d’écriture peuvent se rapprocher de l’autofiction. Mohamed Berrada qualifie le roman d’Abdelkader Chaoui d’« autofiction romanesque » (takhyîl dhâtî riwâî) et celui de Ḥabîb Surûrî d’« autofiction spéculaire » (al-takhyîl al-dhâtî al-mir’âtî) quand Kamel Riahi et Fahd al-‘Atîq se contentent dans leurs études respectives de présenter les textes d’Abdeljebbar El-Euch et de Wafâ’ al-‘Umayr comme de véridiques autofictions. À la lecture de ces analyses, on peut penser qu’il y aurait deux grands courants dans la critique arabe : ceux qui défendent une autofiction fictionnelle et ceux qui plaident pour une autofiction référentielle. Il n’en est rien. Aucune conception de l’autofiction n’est privilégiée. Les auteurs de ces articles adoptent une définition à la fois stricte et extensive, donnant ainsi l’impression que c’est parce qu’il est ambigu et surtout flexible que le concept d’autofiction s’adapte facilement au roman arabe. Cette fausse impression est vite balayée par les articles de Nâẓim al-Sayyid, dans lesquels l’auteur tente d’établir la genèse des écritures du moi dans la littérature arabe en proposant un tour d’horizon rigoureux des différentes formes de l’écriture autofictionnelle dans la littérature arabe moderne et contemporaine, de l’« autobiographie déguisée » (sîra muqanna‘a) à l’« autofiction » (takhyîl al-dhâtî). Loin de connaître une évolution linéaire, l’écriture autofictionnelle arabe s’inscrit dans un processus de création littéraire qui passe de la référentialité à la fictionnalité et de la fictionnalité à la référentialité. Le phénomène n’échappe pas aux auteurs de ces articles qui, à l’instar de Mohamed Berrada et de Kamel Riahi, étudient les stratégies narratives pour comprendre les mécanismes d’écriture chez Abdelkader Chaoui, Abdeljebbar El-Euch, Ṭâlib al-Rifâ’î et Ḥabîb Surûrî.

4Avec la traduction des articles que nous proposons ici, le lecteur francophone peut mieux comprendre le débat provoqué par l’autofiction dans la critique arabe. Il peut également juger des critères esthétiques et thématiques retenus par la critique arabe pour qualifier un roman de takhyîl dhâtî, c’est-à-dire d’autofiction, que ce soit dans la conception défendue par Serge Doubrovsky ou dans celle proposée par Vincent Colonna et Gérard Genette.

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search