Version classiqueVersion mobile

La Prose de Samuel Beckett

 | 
Julien Piat
, 
Philippe Wahl

II. Figures réflexives

Le grand écart, figure paradoxale de la cohérence dans Malone meurt

Catherine Rannoux

Texte intégral

1Les textes de la trilogie se caractérisent par une densité remarquable de réflexions métadiscursives qui marquent une suspension du dire et mettent à nu les ratés du discours. Cette présence massive participe pleinement de ce que Bruno Clément a analysé à juste titre en termes de mouvement généralisé d’épanorthose : le discours suggère imaginairement que l’œuvre à construire réside en un ailleurs, comme si le texte en cours « n’était qu’un brouillon, qu’un “avant-texte” », « esquisses d’un texte plus beau, achevé, parfait, et dont les productions successives ne sont que des approches maladroites et dérisoires » (Clément, 1994, p. 34 et 136). De l’ailleurs, je ferai non pas la figure du rapport à un extérieur du texte, mais bien une présence constitutive qui travaille l’énonciation et l’organise en une configuration signifiante, grâce à la mise en faisceaux d’éléments qui touchent aux configurations énonciatives, au jeu du sens, à la (dis) continuité narrative, à la cohérence et à la cohésion discursives. Je me propose ainsi d’observer, en privilégiant Malone meurt, comment un ensemble d’éléments s’inscrivent dans une logique de l’écartèlement ou de l’entre-deux, de l’écart petit ou grand qui pourrait sembler mettre à mal la cohérence discursive mais fonde et informe la progression du discours et joue de la cohésion. Fera l’objet de l’observation un ensemble de formes que je réunis sous l’image de la boucle : boucles des gloses méta-énonciatives, boucles lexicales de certaines figures de la répétition, boucles textuelles et boucles interdiscursives qui font jouer les réécritures, mais aussi boucles argumentatives des connecteurs. Tous ces éléments, à leur niveau respectif, reconduisent le principe de l’écartèlement, du tiraillement entre deux mouvements solidaires bien que se contrariant l’un l’autre. Ils témoignent de l’écriture beckettienne comme tension, chaque trait étant pris dans un rapport dynamique avec une polarité contraire dont il s’avère indissociable. Je tenterai ainsi de montrer comment s’opère le passage du local au global, à la configuration, comment, comme l’écrit Jean-Michel Adam, « est progressivement construite une représentation orientée, comment cette orientation (qui tient en quelque sorte lieu de programme) permet d’anticiper sur la suite et sur la cohérence globale du texte » (Adam, 1990, p. 49).

2C’est par les gloses de modalisation autonymique que je commencerai mon observation. Sans vouloir reprendre les analyses déjà menées par la critique beckettienne, je me propose d’observer comment certaines d’entre elles ouvrent sur un ailleurs du sens, par leur aptitude à faire entendre l’équivoque, à l’inscrire sur le fil du discours dont la linéarité s’avère travaillée par une altérité à l’échelle locale. Mais ces gloses appellent également à une lecture rétroactive, à un retour sur le dit, par un effet de boucle. En ce sens, on peut y lire une première manifestation de cette logique de l’écartèlement, de la tension : par le dédoublement énonciatif qu’elles instaurent, ces gloses menacent de « fai[re] vaciller la cohérence textuelle » (Piat, 2009, p. 263). Mais simultanément, ce geste de retour sur le dire en cours simule une quête de la cohérence, pointée avec systématicité comme défaillante mais inlassablement poursuivie : là où le défaut du dire se montre, s’opère en même temps une tentative de ressaisissement, ironique, voire donnée comme aporie, mais exhibée. Les gloses méta-énonciatives constituent la forme visible d’un ratage, ratage qui pointerait vers une autre forme et tenterait simultanément de se circonscrire. Exhibé par la boucle réflexive, le ratage à la fois est mis en scène et semble devoir être conjuré par le commentaire qui le dénonce. Les modalisations autonymiques en X, je veux dire Y, fréquentes dans Malone meurt, constituent un exemple net de ce double mouvement de l’énonciation : il s’agit par la glose de spécifier une référence ou un sens dont elle contribue précisément à pointer, voire à créer le caractère défaillant. L’énonciation s’ouvre alors à un ailleurs interprétatif qui est par le même geste esquissé et annulé. Cette glose stéréotypée marque aussi bien la non-coïncidence entre le mot et la chose que la non-coïncidence du mot avec lui-même, comme l’ont montré les travaux de Jacqueline Authier-Revuz (1995). Dans les deux cas, le commentaire intervient pour tenir à l’écart soit un sens autre, soit une première nomination ; écartant cet autre sens, cette autre représentation, il institue lui-même la relation de tension en rendant perceptible ce qu’il tend à conjurer.

3L’effet produit est souvent comique, dans la mesure où la faille ainsi ouverte révèle un univers interprétatif pire que ce à quoi on peut s’attendre ; il y a manifestement « cap au pire », comme dans cet exemple de glose relative aux relations incestueuses des Louis :

Edmond s’était donc retiré, sans raison spéciale. Il aurait volontiers couché avec sa sœur, le père aussi, je veux dire que le père aurait volontiers couché avec sa fille, l’époque est loin où il aurait volontiers couché avec sa sœur. (MM, p. 68)

4La glose sert ici à marquer la non-coïncidence entre le mot et la chose ; la construction référentielle tient de la tension entre deux possibilités incestueuses, l’une étant simultanément suggérée et annulée, puis simplement décalée dans le temps par le commentaire qui la fait surgir. La glose travaille donc à réduire ce qu’elle montre (et crée) comme un malentendu potentiel, malentendu qui s’avère également, ici, un « bien entendu ». On peut déjà noter que cet ajout de glose qui fait se succéder sur le fil de l’énoncé des commentaires relevant en fait de niveaux énonciatifs distincts entraîne, en même temps qu’une mise au point référentielle, une forme de brouillage fictif par le renversement logique opéré entre le début et la fin de la phrase énoncés par les mêmes mots.

5De manière plus systématique, on peut poser que ce type de glose définit l’énonciation comme lieu de malentendu, menacé par essence par le ratage. Aussi la glose méta-énonciative est-elle susceptible de suspendre le cours de l’énoncé à tout moment, ce qu’elle ne manque guère de faire, même lorsque l’interprétation semble se construire de manière transparente. L’aptitude de la glose à créer une tension interprétative est exhibée : c’est elle qui, se retournant sur le dire, constitue le discours comme générateur d’une opacité qu’il s’agirait de réduire ou de lever. On peut le vérifier dans l’exemple suivant, où l’interprétation du pronom anaphorique « le » ne pose précisément pas de problème :

Et si de prime abord ils n’étaient pas d’accord sur ce qu’ils avaient vu et sur sa signification, ils en parlaient gravement entre eux jusqu’à ce qu’ils le fussent, je veux dire d’accord, ou y renonçassent, pour toujours. (MM, p. 51-52)

6Il s’agit cette fois de réduire ce qu’Authier-Revuz appelle un « non-un syntaxique » (Authier-Revuz, 1995, p. 731), « non-un syntaxique » qu’est censé avoir suscité l’emploi de l’anaphore en « le ».Voici comment l’auteur décrit le fonctionnement habituel de cette spécification du sens :

Il est clair que la figure par laquelle un énonciateur, réflexivement, double le dire d’une unité d’une explicitation univocisante du sens de cette unité dans son dire, constitue, en soi, une rupture du « qui va de soi » du un des mots et de leur sens dans le dire ; à « prendre la peine » ainsi de spécifier le sens d’un élément X, l’énonciateur témoigne de la potentialité non pas « en langue », mais dans ses mots hic et nunc, en contexte, d’un sens autre qu’il y « rencontre », et dont il lui faut activement protéger son dire. (Authier-Revuz, 1995, p. 730)

7Et elle ajoute : « le fonctionnement dominant dans ce schéma est bien celui de l’explicitation du sens p de l’occurrence X, comme écartant ce qui n’est pas p » (Authier-Revuz, 1995, p. 732). Or, il est manifeste que, dans l’exemple cité, l’incertitude interprétative de l’anaphore est inexistante. La glose n’en intervient pas moins pour construire cette représentation d’une tension avec une autre interprétation, laquelle reste ici parfaitement virtuelle, et suggère ainsi l’existence d’un ailleurs interprétatif, qu’il s’agit une fois de plus de tenir à l’écart. La glose apparaît alors comme une forme réflexe de l’énonciation, qui inscrit en son creux cette présence d’une altérité qu’elle construit sans même qu’on puisse lui donner consistance. On retrouve là l’illustration de l’hypothèse formulée par Clément d’une « poétique du leurre » (Clément, 1994, p. 95) qui caractérise l’écriture beckettienne :

Le texte qui « joue » la transparence, qui donne la sensation, souvent notée par la critique, de faire voir son élaboration, produit, sécrète à chaque moment, cet « autre », cet « ailleurs », cette « autre chose », cette « autre fois », et, finalement, cet « autre texte » dont celui qu’on lit est condamné (c’est l’impression qu’on a fatalement) à fabriquer et déplorer l’absence. (Clément, 1994, p. 95)

8Au-delà encore, la glose de modalisation autonymique opère un brouillage par la spécification du sens ou de la référence, cela grâce à l’étagement énonciatif que permettent la multiplication et l’emboîtement des gloses ou commentaires :

et je n’ai qu’à continuer comme si je devais durer jusqu’à la Saint-Jean, car je me crois parvenu à ce qu’on appelle le mois de mai, je ne sais pourquoi, je veux dire pourquoi je m’y crois parvenu, car mai vient de Maia, merde, ça aussi je l’ai retenu, déesse de la croissance et de l’abondance, oui, je me crois arrivé dans la saison de la croissance et de l’abondance [...]. (MM, p. 98-99)

9Sans vouloir anticiper sur l’observation des connecteurs dans cette mise en place d’une configuration de l’écartèlement, on constate aisément ici combien l’accumulation et la succession des modalisations autonymiques (d’emprunt, ou marquant la non-coïncidence mot/chose), des incidentes et de la conjonction « car » engendrent un double mouvement : à la fois tentative de ressaisissement du fil du discours, de sa cohérence comme de sa cohésion, et instauration d’une discontinuité, voire d’un décousu énonciatif et textuel, précisément par la multiplication des ajustements ou justifications qui sont proposés et dont la présence semble requise par la nécessité de réduire une altérité perçue dans (et construite par) le discours. La tension s’y décline sous des formes variées : tension avec l’ailleurs d’une nomination qui s’effectue par un détour métalinguistique (ce qu’on appelle X : nomination faite ailleurs), tension interprétative qu’il s’agit de réduire par la glose en « je veux dire », mais aussi tiraillement dans l’ajustement à faire des justifications apportées par « car ».

10Une autre façon de construire l’écart au sein même de l’énonciation, par le jeu de la modalisation autonymique, consiste à pratiquer la rature par le recours à la glose en j’allais dire X. Celle-ci a la capacité de poser une nomination tout en l’annulant par le même geste. On se trouve alors dans le cas paradoxal (mais exemplaire dans la perspective de cette écriture) d’une énonciation qui représente en elle-même un trou par la « figure de non-dire d’un élément X présent sur la chaîne » (Authier-Revuz, 1995, p. 638). L’annulation, réalisée par l’emploi de l’imparfait du semi-auxiliaire aller, n’empêche cependant nullement qu’un commentaire se greffe sur cette forme qui, à peine énoncée, est aussitôt récusée :

Un dernier petit coup d’œil et il me semble que je partirais content comme pour — j’allais dire Cythère, décidément il est temps que ça s’arrête. (MM, p. 104)
car ça existe les beaux hommes de six pieds et au-dessus et tout à l’avenant sauf la tête, petite et racée. Et cela fait plaisir de se voir encore une fois en présence d’un de ces immuables rapports aux termes s’avilissant de concert qui font presque qu’on se résigne, les jours de lassitude, j’allais dire à l’immortalité de l’âme, mais je ne vois pas le rapport. (p. 90)

  • 1 Voir l’emploi du tiret cadratin dans le premier exemple donné de Malone Meurt (p. 104).

11L’écart se crée ici entre d’une part ce qui est dit et annulé comme non pertinent, comme le confirment les commentaires à la suite de la glose, et d’autre part la forme qui aurait été pertinente mais reste en suspens1, laissant simplement la représentation de son manque dans l’énonciation. On voit à nouveau comment le texte élabore en lui-même cette présence donnée comme autre, tournée vers un ailleurs, mais qui littéralement informe l’écriture.

  • 2 « C’est fini sur moi. Je ne dirai plus je. » (MM, p. 183) Et : « Dire je. » (I, p. 7)

12Si les gloses de modalisations autonymiques prennent d’autres formes que les deux types abordés ici (par exemple : comment dire ; ce n’est pas le mot), il semble toutefois que l’écriture de Malone meurt recoure avec une certaine prédilection aux formes qui font appel explicitement au je. Outre je veux dire, j’allais dire, on note les formes en devrais-je dire, je dirais, etc. Soit une insistance à marteler les formes de la subjectivité dans un discours qui, précisément, travaille à ruiner la figure d’un sujet constitué : car, pour figées que peuvent paraître les gloses du type je veux dire, la matérialité du je continue de s’y faire entendre et elles seront d’ailleurs les dernières à se maintenir dans les dernières lignes du roman. À la différence de l’écriture simonienne qui nourrit sa périlleuse construction référentielle par la scansion des ou plutôt, l’écriture de Malone meurt paraît ainsi privilégier la mise en scène d’un sujet de l’énonciation, alors même que l’énonciation tend vers la figuration d’un évanouissement du je2. Se dessine alors la représentation paradoxale, qui s’inscrit dans la logique de l’écartèlement, d’un sujet qui énonce sa propre exténuation en multipliant les marques de la subjectivité.

13À l’échelle microtextuelle, un autre type de forme me semble nourrir cette logique de l’écart : il s’agit de ce que je nommerai des boucles lexicales, fondées sur le principe de répétition à l’échelle de la phrase ou d’un court segment textuel. S’y joue à nouveau un rapport de tension entre deux pôles : cette fois, il ne s’agit plus du rapport entre deux termes dont l’un pointe vers un ailleurs suscité par l’énonciation, mais de la tension qui naît de la reprise dans un contexte restreint de formes identiques jouant de glissements sémantiques. Le même se confronte donc à la différenciation, voire à la contradiction, mettant ainsi en tension d’une part la cohésion fondée par la répétition lexicale, d’autre part la cohérence mise à mal par les conflits de représentation, sinon par les effets de bégaiements textuels produits. En voici quelques exemples empruntés à Malone meurt (je souligne) :

Et cela fait plaisir de se voir encore une fois en présence d’un de ces immuables rapports aux termes s’avilissant de concert qui font presque qu’on se résigne, les jours de lassitude, j’allais dire à l’immortalité de l’âme, mais je ne vois pas le rapport. (MM, p. 90)

car c’est là en effet l’effet qu’il fait [...]. (p. 88)

je continue à tenir dans cette chambre, appelons ça une chambre, ça j’y tiens, et je suis tranquille, j’y tiendrai le temps qu’il faudra. (p. 101)

Et j’ai en effet le temps peut-être, faisons comme si j’en avais le temps, mais n’en faisons rien. (p. 121)

14Et cet autre, pris à Molloy : « Mais ce n’est pas d’elle, je veux parler de cette main, que je veux parler à présent » (M, p. 13).

  • 3 Voir aussi le premier exemple cité : MM, p. 68.

15Si la boucle lexicale peut répondre au jeu de l’antanaclase (littéral/figuré), comme dans l’extrait de Malone meurt à la page 101, elle ne s’y limite pas. La tension sémantique et énonciative qu’elle instaure est apte à suggérer un renversement des représentations entre les différentes occurrences. Ainsi en va-t-il pour l’extrait de la page 121 ou pour l’exemple emprunté à Molloy : la succession immédiate sur la chaîne discursive de constituants relevant de niveaux énonciatifs différents entraîne une apparente contradiction de l’énonciation dont le mouvement semble annuler ce qui vient d’être immédiatement posé3. Bien évidemment, la contradiction ainsi mise en scène repose sur l’étagement énonciatif à rétablir entre, d’une part, des incidentes qui s’insèrent dans le fil du discours et, d’autre part, ce fil qui reprend à leur suite en empruntant les mêmes formes lexicales ou syntaxiques. De la sorte, une tension s’instaure entre la linéarité discursive apparente et les emboîtements hiérarchiques énonciatifs, dont l’ajustement peut par ailleurs être l’objet d’une certaine opacité. Les boucles lexicales sont ainsi à même de créer aussi bien des effets de tautologie apparente que des effets de contradiction, qui chacun à leur façon paraissent mettre à mal le principe de cohérence mais aussi la cohésion : la répétition à l’excès ou l’annulation feinte dans la succession immédiate des énoncés semblent devoir entraver la progression comme la continuité. Menace alors l’effet de non-texte : c’est bien ce qui s’exhibe dans cette proximité textuelle de la répétition. Mais c’est aussi de cette illusion de perte de cohérence que se nourrit une cohérence autre, construite progressivement par le texte, laquelle relève alors de la configuration programmée et organisée par l’écriture.

16Rappelons ce qu’Oswald Ducrot posait comme conditions pour qu’un discours soit jugé recevable :

  1. Une condition de progrès. Il est interdit de se répéter : chaque énoncé est censé apporter une information nouvelle, sinon il y a rabâchage.
  2. Une condition de cohérence. Nous n’entendons pas seulement par-là l’absence de contradiction logique, mais l’obligation, pour tous les énoncés, de se situer dans un cadre intellectuel relativement constant, faute duquel le discours se dissout en coq-à-l’âne. Il faut donc que certains contenus réapparaissent régulièrement au cours du discours, il faut, en d’autres termes, que le discours manifeste une sorte de redondance. (Ducrot, 1972, p. 87-88)

17Et il ajoute : « La conciliation de ces deux exigences pose le problème d’assurer la redondance nécessaire tout en évitant le rabâchage. » (Ducrot, 1972, p. 88) Le paradoxe de l’énonciation de Malone meurt, à ses différents niveaux, réside dans son aptitude – ou plutôt son soupçon, son apparence – à faire du rabâchage un élément de la définition de ce « cadre intellectuel relativement constant » dont parle Ducrot. La progression se constitue de mouvements d’involution apparente, de retours en arrière nécessités et construits par les différentes boucles évoquées. Ainsi se met en scène la mise à mal du discours, construite de toutes pièces, que ce soit par la figure du ratage, du manque à combler que la progression de l’énonciation ne fait que creuser, ou par les représentations qu’elle élabore.

18Cette figuration de la mise à mal du discours passe par l’inscription insistante et multiple de l’écart, de la tension : écart énonciatif, écart interprétatif mais aussi écart dialogique au sens où l’énonciation s’élabore en partie sur la réécriture d’autres énoncés, qu’il s’agisse d’énoncés empruntés à l’amont du texte ou plus largement d’interdiscours. À une échelle qui déborde désormais le niveau microtextuel, cette relation tensive dialogique s’inscrit sous le signe du ratage ou de la mise à mal, qu’il s’agisse de pointer le défaut dans la relation instaurée ou de construire une représentation du monde où la logique du pire fonde le principe de cohérence.

19Ce rapport de tension se rencontre dans ce que l’on peut appeler des boucles textuelles, qui correspondent à la reprise de segments antérieurs du texte. La réécriture est alors fictionnalisée, intégrée dans le mouvement narratif dont elle devient un objet de discours. L’énonciation de Malone meurt s’attache explicitement à mettre en scène ce retour du même qui achoppe sur le constat d’une différence ou d’une impossibilité dans les passages où le texte « boucle » sur lui-même ; ainsi dans l’exemple suivant, l’énonciation revient sur l’incipit et l’inscrit dans un jeu de décrochements successifs :

Je viens d’écrire, Je crois que j’ai encore dormi, etc. J’espère que je ne dénature pas trop ma pensée. [...] Il doit y avoir plus de huit jours que ça dure, plus de huit jours que j’ai dit, Je serai quand même bientôt tout à fait mort enfin. Mais attention. Ce n’est pas ça que j’ai dit, j’en mettrais ma main au feu. C’est ça que j’ai écrit. Ces deux dernières phrases, j’ai soudain l’impression de les avoir déjà écrites quelque part, ou dites, mot à mot. Oui, Je serai quand même bientôt, etc., voilà ce que j’ai écrit quand j’ai compris que je ne savais plus ce que j’avais dit, au début de mon dit [...]. (MM, p. 57)

20La figure de l’écartèlement se met en place de façon multiple : écart par le décrochement énonciatif que marquent les différents niveaux de citation, mais aussi écart institué comme tel par le discours entre le dit et l’écrit qui entraîne à son tour de nouvelles tensions de représentation entre cohésion et cohérence. En effet, d’une part le recours à la mémoire textuelle nourrit, grâce à la reprise, la cohésion textuelle ; mais celle-ci semble simultanément contrarier le principe de cohérence puisqu’au niveau local une forme de boucle lexicale (« Il doit y avoir plus de huit jours que [...] j’ai dit » [présupposé] vs « Ce n’est pas ça que j’ai dit ») pose une contradiction apparente entre présupposé puis posé dans les deux tours clivés. Or, cette construction repose sur la mise en scène, une nouvelle fois, d’une tentative de ressaisissement de la cohérence qui suppose le ratage au cœur de la représentation : ratage comme moteur de l’énonciation (« voilà ce que j’ai écrit quand j’ai compris que je ne savais plus ce que j’avais dit, au début de mon dit »), mais aussi ratage comme forme même de l’énonciation, du moins suggérée comme telle dès lors que celle-ci requiert les ajustements en cascade.

21À l’échelle du récit, ce principe de réécriture et de reprise de segments antérieurs se répète en variant la figure de la contrariété. S’y dessine le tramage, entre continuité et discontinuité, de la narration que relaie le jeu du blanc typographique dans Malone meurt. En relèvent les moments du texte où s’interrompt soudain la narration pour laisser place à un commentaire quasi systématiquement dépréciatif qui en dénonce la vacuité, avant que ne reprenne le même fil narratif dès lors déconsidéré :

Sapo aimait la nature, s’intéressait

Quelle misère.

Sapo aimait la nature, s’intéressait aux animaux et aux plantes et levait volontiers les yeux au ciel, de jour et de nuit. (MM, p. 27)

22La discontinuité qui fait brèche dans le tissu narratif ouvre alors à nouveau sur un ailleurs suscité par ces ruptures que souligne le recours au blanc typographique : le modèle des récits réalistes se lit en surimpression des histoires du narrateur, modèle suscité et aussitôt désavoué.

23Dans ce jeu généralisé de la tension instituée entre des mouvements contraires et solidaires, la mémoire textuelle s’articule donc aussi à la mémoire interdiscursive. On peut le vérifier par l’observation des jeux allusifs avec des extérieurs discursifs qui traversent l’énonciation en cours, notamment des lieux communs ou des clichés. Il s’agit cette fois pour l’énonciation de procéder à des réécritures qui instaurent une tension avec un extérieur discursif aisément convocable. S’il sous-tend le dire du narrateur, celui-ci s’attache pour l’essentiel à le contrarier en renversant les représentations qui sont habituellement associées à ces façons de dire communes. Mais simultanément, par la répétition de cette figure de contrariété, se construit une représentation dont la cohérence est alors validée : celle d’une vision du monde fondée sur la dégradation et la logique du pire, prise non comme une fatalité mais comme une aspiration. On peut en observer le jeu dans les réécritures de l’expression commune avoir toute la vie devant soi dans sa version malonienne :

Mais on aurait tort de croire qu’il ne bougera jamais plus, ne changera jamais plus de place ni d’attitude, car il a encore toute la vieillesse devant lui, et puis ensuite cette sorte d’épilogue où l’on ne voit pas très bien de quoi il s’agit et qui ne semble pas ajouter grand’chose au déjà acquis ni lui enlever rien de sa confusion, mais qui a sans doute son utilité, comme on laisse sécher le foin avant de le rentrer. (MM, p. 95)
Parce qu’afin de ne pas mourir il faut aller et venir, à moins d’avoir quelqu’un qui vous ravitaille sur place, comme moi. Et l’on peut rester deux, trois et même quatre jours sans bouger, mais qu’est-ce que c’est, quatre jours, lorsqu’on a la vieillesse devant soi, et puis les lenteurs de l’évaporation, une paille. (p. 95-96)
Car ce n’est pas comme s’il avait les moyens de se procurer, en une seule journée, suffisamment de victuailles pour se maintenir en vie pendant trois semaines ou un mois, et qu’est-ce que c’est, un mois, à côté de la sénescence tout entière, sans parler du séchoir, une misère. (p. 97)

24Les trois réécritures interviennent dans un contexte proche et leur écho peut difficilement échapper au lecteur. On constate ainsi le travail conjoint de la continuité par la reprise de la réécriture, la construction d’une cohérence propre au discours de Malone qui assimile existence et dégradation, et simultanément les glissements d’une réécriture à l’autre qui combinent alors ressassement et progression dans une même perspective de dégradation réjouissante. À côté de la reprise-réécriture du cliché avoir toute la vie devant soi, la variation sur « laisser sécher le foin », comme on a pu l’observer plus haut, entre à son tour dans la mise en œuvre du tiraillement en combinant variation lexicale (« sécher le foin », « paille », « évaporation », « séchoir ») et glissement de niveau syntactico-énonciatif (« le foin », « une paille »).

25Sur un autre plan enfin, ce mouvement paradoxal de quête de cohérence et de mise en défaut peut se lire dans le recours insistant aux connecteurs qui scandent la progression du discours en articulant bien souvent des mouvements argumentatifs contraires. La succession des connecteurs semble retisser à gros fils une cohérence textuelle que les gloses et commentaires auraient décousue partiellement, mais leur orientation argumentative contraire inscrit, à leur niveau aussi, la figure du grand écart dans l’appareil argumentatif. Habituellement, les commentaires sur l’écriture de Beckett insistent sur sa désorganisation apparente et sur l’absence de marqueurs logiques. Si l’on observe de près l’écriture de Malone meurt, on constate le recours fréquent, voire massif par moments, à des connecteurs logiques, plus précisément à deux connecteurs logiques, mais et car, nettement privilégiés (le grand écart des mais/car...). Chacun à sa façon opère un mode de retour sur ce qui vient d’être posé en amont pour l’infléchir ou le contredire (mais) ou pour au contraire en justifier l’énonciation (car), d’où l’appellation de boucles argumentatives que je leur donne. Ce retour en arrière, comme on a pu le vérifier dans le cas des boucles réflexives, entraîne mécaniquement un effet de perturbation discursive, qu’il s’agisse de multiplier les mouvements concessifs ou argumentatifs, ou au contraire de revenir sur la justification du dire. Ainsi la suite P car Q appelle rétrospectivement la réinterprétation de P : d’abord posé comme une évidence, P devient objet d’une contestation possible qu’il s’agirait de conjurer. On retrouve là le fonctionnement observé dans le cas de la spécification par je veux dire. En voici un rapide exemple qui permet également de vérifier comment cette boucle argumentative pour le moins perturbante déclenche une cohérence autre :

Elle revint, tenant la lampe en l’air et un peu écartée, afin de ne pas en être aveuglée. De l’autre main elle tenait un lapin blanc, par les pattes de derrière. Car si le mulet avait été noir, le lapin avait été blanc. Il était mort déjà, il n’était déjà plus. (MM, p. 67)

26Le connecteur « car » justifie après coup l’énonciation de ce qui était posé dans l’énoncé précédent et qui ne semblait guère appeler contestation dans le mouvement de la lecture : de la sorte, l’adjectif épithète devient rétroactivement le seul élément focalisé, sur l’énonciation duquel porte la justification. Celle-ci s’avère doublement perturbatrice du point de vue de la cohérence : outre le fait que l’énoncé en « car » introduit le soupçon de contestation là où il n’existe pas, l’emploi du plus-que-parfait rompt la continuité de représentation temporelle avec l’énoncé antérieur. Mais à son tour, l’énoncé suivant restaure a posteriori une cohérence (qui rejoint la logique du pire) : simulant lui-même une forme de ressassement par la paraphrase, il permet en fait de comprendre qu’être mort, c’est ne plus être et dès lors ne plus même être blanc, mais l’avoir été. Aussi, dans cet univers sémantique, Mme Louis peut-elle tenir entre ses mains un « lapin blanc » qui « avait été blanc ».

  • 4 Voir notamment le passage du manteau : MM, p. 88-89.

27La conjonction de ces différents éléments met en œuvre des mouvements contraires mais systématiquement solidaires, qui tous jouent de l’écart, de la tension entre des pôles contraires. Le jeu des connecteurs, lorsqu’il se démultiplie, en devient alors une forme parodique, par `laquelle l’énonciation tourne elle-même en dérision sa propension à ouvrir des voies contraires. Je n’en prendrai qu’un exemple, parmi bien d’autres4, celui de la poule grise dans la cuisine des Louis :

Mais il arrivait quelquefois, avant qu’il se décidât à s’en aller, avant qu’il s’en allât plutôt, car il n’y avait pas décision, qu’une poule, profitant de la porte ouverte, s’aventurât dans la pièce. [...] C’était une poule grise, toujours la même peut-être. Sapo finit par bien la connaître et, il lui semblait, par être connu d’elle. [...] Mais il pouvait y en avoir plusieurs, toutes grises et pour le reste se ressemblant tellement que l’œil de Sapo, avide de ressemblances, ne savait les départir. Quelquefois elle était suivie d’une deuxième, d’une troisième et même d’une quatrième [...]. Mais souvent il ne venait que la grise seule, ou l’une des grises si l’on préfère, car c’est là une chose qui ne se saura jamais, quoiqu’il eût été facile d’en avoir le cœur net, en se donnant un peu de mal. Et il aurait suffi de se trouver là au moment où toutes les poules venaient en courant de tous les côtés vers Mme Louis [...], pour savoir s’il n’y avait qu’une seule poule grise ou s’il y en avait plusieurs. Mais après tout à quoi cela aurait-il servi ? Car il se pouvait fort bien qu’il y eût plusieurs poules grises et que ce fût néanmoins toujours la même qui venait dans la cuisine. Et cependant l’expérience était à tenter. Car il se pouvait fort bien qu’il n’y eût qu’une seule poule grise, même au moment de la pâtée. Ce qui aurait été concluant. Et cependant c’est là une chose qui ne se saura jamais. Car parmi ceux qui le surent, les uns sont morts et les autres ont oublié. (MM, p. 48-49 ; je souligne.)

28Devant la succession des énoncés qui oscillent de « mais » en « car », le lecteur se trouve à peu près dans la situation de l’œil de Sapo en peine de distinguer la différence dans l’apparence de similitude... La progression se construit ici par l’alternance de marqueurs concessifs et de marqueurs de causalité, chaque nouveau marqueur concessif opère donc un mouvement de rétroaction par rapport à l’énoncé précédent, voire de rétractation, jusqu’au prochain qui relance le discours dans la voie précédemment abandonnée. Si les connecteurs sont bien, comme l’écrit Adam, « autant de signaux de révision ou de conservation de représentations établies » (Adam, 1990, p. 113-114), l’alternance quasi mécanique des uns et des autres ici crée une forme d’emballement logique : des énoncés répétés littéralement d’une part figurent dans des mouvements contraires (« Car c’est là une chose qui ne se saura jamais »/« Et cependant c’est là une chose qui ne se saura jamais »), d’autre part ouvrent sur des constructions logiques différentes, pour ne pas dire conflictuelles (la rupture temporelle entre « ne se saura jamais » et « ceux qui le surent », qui instaure une nouvelle tension dans la représentation) ; à l’inverse, des énoncés distincts pris dans un même rapport logique (« Car il se pouvait fort bien qu’il y eût plusieurs poules grises »/« Car il se pouvait fort bien qu’il n’y eût qu’une seule poule grise ») semblent ruiner la progression logique du texte et sa cohérence, alors même que les connecteurs exhibent par leur prolifération une forte structuration argumentative. Ils deviennent par là aussi moteurs d’une relance de l’énonciation qui semble pouvoir pousser jusqu’au bout ce jeu de reprises faussement contradictoires. Ces successions d’énoncés fortement balisés par les connecteurs définissent des séquences qui permettent de « raconter des histoires » (MM, p. 89) : leur combinaison élabore, en exhibant son caractère laborieux, une narration romanesque elle aussi travaillée par les tensions multiples avec des modèles dont la pertinence est mise à mal par cette longue mise en scène d’un ratage habilement construit et reconduit.

*

29On fera alors l’hypothèse que par ces jeux multiples de tension, observés dans les boucles méta-énonciatives, les boucles lexicales, les boucles textuelles et interdiscursives comme dans les boucles argumentatives, c’est moins la langue qui est mise à mal que les modèles discursifs et littéraires, tenus à distance, contestés et ironisés par la mise en jeu des possibles de la langue, jusqu’à épuisement.

Notes

1 Voir l’emploi du tiret cadratin dans le premier exemple donné de Malone Meurt (p. 104).

2 « C’est fini sur moi. Je ne dirai plus je. » (MM, p. 183) Et : « Dire je. » (I, p. 7)

3 Voir aussi le premier exemple cité : MM, p. 68.

4 Voir notamment le passage du manteau : MM, p. 88-89.

© Presses universitaires de Lyon, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search