Version classiqueVersion mobile

Des autofictions arabes

 | 
Darouèche Hilali Bacar

Annexes

L’autobiographie dans le roman arabe (1/2) : l’apparition du « je » par son camouflage, entre ce que l’auteur est réellement et ce qu’il s’imagine être

Al-Quds al-‘Arabî, Liban, 2007

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un entretien accordé à un journal juste après avoir reçu le prix Nobel de littérature, en 1982, Gabriel García Márquez, en réponse à une question sur la nature de sa pratique romanesque, le réalisme magique, déclarait qu’il « n’écrit aucune phrase qui ne se réfère à la réalité ». Ainsi raconte-t-il l’épisode personnel qui a inspiré la première ligne de Cent ans de solitude :

Quand j’étais enfant, je confiai à mon grand-père que je n’avais jamais vu la neige. Il m’emmena donc dans un campement militaire où se trouvait une entreprise américaine de vente de bananes et ordonna que l’on ouvre le container de fruits congelés. Il me demanda ensuite d’y plonger la main.

C’est sur cet épisode lointain que s’ouvre Cent ans de solitude : « Bien des années plus tard, face au peloton d’exécution, le colonel Aureliano Buendia devait se souvenir de cet après-midi passé au cours duquel son père l’avait emmené faire la découverte de la neige. »

Márquez reconnaît que son roman Des feuilles dans la ...

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search