Version classiqueVersion mobile

Des autofictions arabes

 | 
Darouèche Hilali Bacar

Annexes

Abdelkader Chaoui se singularise dans l’autofiction

Al-ayât, Maroc, 2006

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Abdelkader Chaoui appose sur la couverture de son nouveau roman Man qâla anâ [À qui le tour ?]1 la mention « takhyîl dhâtî », c’est à dire « autofiction », pour en préciser le genre littéraire. Les lecteurs de ses romans précédents, en particulier Dalîl al-‘unfuwân [Guide de la jeunesse], al-Sâḥa al-sharafiyya [Le champ de l’honneur], Dalîl al-madâ [Guide des limites], verront que cette classification générique s’accorde bien avec la confusion de l’auteur dans le récit qu’il fait de son expérience de la prison et du cauchemar que furent les années de plomb au Maroc. Si, avec son premier roman Kâna wa akhawâtu-hâ [Kana et ses acolytes] Chaoui commence par raconter son expérience de la détention, de la torture, de la vie en prison, de la lutte politique, dans les œuvres qui suivent il cherche à s’en libérer pour parler de l’enfance, de l’adolescence, âge d’or de la jeunesse et de ses caprices. Le « moi » entre alors dans l’écriture, la référentialité à la vie personnelle est atténuée ...

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search