Version classiqueVersion mobile

Des autofictions arabes

 | 
Darouèche Hilali Bacar

Annexes

Ḥabîb Surûrî et la blessure du « moi » yéménite

Al-ayât, Yémen, 2014

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis que Ḥabîb Surûrî a publié sa trilogie romanesque sous le titre de Damlân [Damlân], sa patrie, le Yémen, est très présent dans ses textes narratifs sous une forme très proche de ce que le critique français Vincent Colonna nomme « autofiction spéculaire » [al-takhyîl al-dhâtî al-mir’âtî]. Dans ce genre d’autofiction, le moi de l’écrivain prend la forme d’un spectre qui se présente sous divers aspects pour exprimer ses obsessions, ses préoccupations et ses réflexions à travers des scènes imaginaires dans lesquelles l’écrivain se projette lui-même pour élargir le champ de l’expression. Ḥabîb Surûrî, spécialisé en science de l’informatique qu’il a enseignée en France, porte en lui la nostalgie du Yémen, ses souvenirs d’enfance et d’adolescence étant assombris par un climat d’obscurantisme médiéval, de repli sur soi et d’idées passéistes. Il a ensuite découvert la France, un pays ouvert dont la langue (la langue de l’avenir), la modernité, la liberté du corps et de l’esprit le sédu...

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search