Version classiqueVersion mobile

Des autofictions arabes

 | 
Darouèche Hilali Bacar

Annexes

L’autobiographie dans le roman arabe (2/2) : la plupart des romans arabes sont des « autobiographies déguisées » !

Al-Quds al-‘Arabî, Liban, 2007

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le roman et l’autobiographie arabes modernes sont apparus à la même période. Si le roman connaît un succès mondial, l’autobiographie, elle, reste marginale dans la société traditionnelle. Il est rare de trouver des autobiographies arabes qui rencontrent le même intérêt que celles des écrivains occidentaux, comme Nikos Kazantzakis ou Henry Miller. La littérature intime est toujours interdite dans le monde arabe, à l’exception de quelques œuvres qui bravent cet interdit, comme celles de Mohamed Choukri, Raouf Moussad-Basta et Abdelkader El-Janabi. Pourtant, le monde arabe assume son histoire. La société s’est détachée d’une littérature qui défend les nobles causes comme la condition des femmes, la guerre, la prison, le despotisme, l’exil, les changements démographiques, etc. ; autant de thèmes qui caractérisaient jadis le roman et l’autobiographie arabes. L’individualisme grandissant fait que les écrivains arabes mettent dorénavant l’accent sur le désengagement et l’épanouissement de ...

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search