Version classiqueVersion mobile

Des autofictions arabes

 | 
Darouèche Hilali Bacar

Annexes

L’autofiction au cœur d’un débat entre écrivains algériens et européens : le réel à l’assaut de l’imaginaire1

El-Watan, Algérie, 2011

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Faisant suite à l’article précédent, ce texte rend compte des interventions des auteurs qui ont participé aux débats sur l’autofiction dans la littérature contemporaine. Les écrivains algériens reviennent bien évidemment sur le choix de la langue d’écriture, le français, mais également sur le conformisme – qu’il soit religieux, social ou politique – et l’hypocrisie de la société arabe qui empêche l’écrivain comme l’intellectuel et l’artiste de s’exprimer et de dire la réalité des choses.

Image

*

La frontière entre l’autobiographie et la fiction est souvent mince. Le critique littéraire et romancier français Serge Doubrovsky, a inventé un concept qui réunit les deux : l’autofiction. Ce genre littéraire, qui continue à diviser les académiciens, a fait l’objet, hier, à l’hôtel El Djazaïr à Alger, d’un débat organisé par la délégation de l’Union européenne (UE) et des services culturels des ambassades des États membres. Une quinzaine d’écrivains et de chercheurs algériens et européens sont inte...

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search