Version classiqueVersion mobile

Des autofictions arabes

 | 
Darouèche Hilali Bacar

Annexes

L’autofiction entre Annie Ernaux et Wafâ’ al-‘Umayr

Al-ayât, Arabie saoudite, 2010

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Annie Ernaux revient sur les origines de son roman La Place en déclarant dans l’introduction : « Ce livre est né d’une douleur que j’ai ressentie à mon adolescence lorsque la poursuite continue des études et la fréquentation de collègues de la petite bourgeoisie m’ont amenée à m’éloigner de mon père, ancien ouvrier et propriétaire d’un café-épicerie. » On peut dire que, dans la littérature, ce roman est très riche, très varié et proche de la condition humaine. Le texte ne se concentre pas sur la dimension individuelle, personnelle ou égocentrique de l’auteure, comme c’est le cas dans Passion simple, un autre de ses romans, malgré l’omniprésence d’Annie Ernaux. L’écrivaine est l’héroïne de La Place et les autres personnages sont bien son père qui décède et sa mère qui reprend l’épicerie après la mort de son époux. La véritable autobiographie écrite par Annie Ernaux doit beaucoup à ce roman, mais il importe peu de savoir si c’est Annie Ernaux elle-même ou quelqu’un d’autre parce que l...

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search