Versión clásicaVersión móvil

Des autofictions arabes

 | 
Darouèche Hilali Bacar

Annexes

L’autofiction entre Annie Ernaux et Wafâ’ al-‘Umayr

Al-ayât, Arabie saoudite, 2010

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

Annie Ernaux revient sur les origines de son roman La Place en déclarant dans l’introduction : « Ce livre est né d’une douleur que j’ai ressentie à mon adolescence lorsque la poursuite continue des études et la fréquentation de collègues de la petite bourgeoisie m’ont amenée à m’éloigner de mon père, ancien ouvrier et propriétaire d’un café-épicerie. » On peut dire que, dans la littérature, ce roman est très riche, très varié et proche de la condition humaine. Le texte ne se concentre pas sur la dimension individuelle, personnelle ou égocentrique de l’auteure, comme c’est le cas dans Passion simple, un autre de ses romans, malgré l’omniprésence d’Annie Ernaux. L’écrivaine est l’héroïne de La Place et les autres personnages sont bien son père qui décède et sa mère qui reprend l’épicerie après la mort de son époux. La véritable autobiographie écrite par Annie Ernaux doit beaucoup à ce roman, mais il importe peu de savoir si c’est Annie Ernaux elle-même ou quelqu’un d’autre parce que l...

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search