Version classiqueVersion mobile

Des autofictions arabes

 | 
Darouèche Hilali Bacar

Annexes

L’Habit, roman de Ṭâlib al-Rifâ‘î ou quand le romancier devient un personnage de fiction par le biais de l’autofiction

Al-ayât, Koweït, 2009

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Plusieurs éléments viennent justifier le choix de Ṭâlib al-Rifâî d’une écriture d’apparence autofictionnelle pour son dernier roman, un choix que l’auteur avait déjà effectué pour son roman précédent, Samar kalimât [Les mots durs]. On sait que ce terme, proposé par le romancier et critique français Serge Doubrovsky en 1977, n’a pas fait de l’autofiction un genre littéraire à part entière, indépendant du roman ou de l’autobiographie. Il n’a pas encouragé non plus les éditeurs [et écrivains arabes] à le légitimer en l’affichant sur la couverture des ouvrages, à l’exception d’Abdelkader Chaoui, qui appose l’étiquette « takhyîl dhâtî » au lieu de « riwâya » sur la couverture de son ouvrage Man qâla anâ [À qui le tour ?]. Ce sont les critiques qui, à travers leurs lectures, ont favorisé la diffusion de ce terme et son usage en dépit de ses nombreuses acceptions. Nous reviendrons sur cette question à la fin de cet article.

Le texte d’al-Thawb [L’habit] est fabriqué au moyen de trois fils ...

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search