Version classiqueVersion mobile

Des autofictions arabes

 | 
Darouèche Hilali Bacar

L’autofiction en pratique

Les cas de Mohamed Choukri, Sonallah Ibrahim et Rachid El-Daïf

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des auteurs d’autofictions

Les rares chercheurs et critiques littéraires qui se sont engagés dans l’étude de la question de l’autofiction dans la littérature arabophone ont voulu en établir la genèse. Leurs travaux portent sur deux aires culturelles du monde arabe et ne font généralement que souligner la singularité d’un écrivain dans sa pratique romanesque de l’écriture du moi.

En effet, certains chercheurs limitent leur champ d’étude au Moyen-Orient en raison d’une longue tradition autobiographique dans la littérature du Bilad Cham et de l’Égypte, mais aussi en raison de l’apport significatif des écrivains de ces régions à la production romanesque arabe depuis le xixe siècle. Dans ses travaux, Boutros Hallaq1 attribue, par exemple, la paternité de l’autofiction arabe à al-Shidyâq et établit une filiation en montrant des similitudes entre l’entreprise littéraire mise en œuvre par le prosateur libanais à la fin de la première moitié du xixe siècle et celle des écrivains contemporains ...

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search