Version classiqueVersion mobile

Pour la sociologie urbaine

 | 
Yves Grafmeyer
, 
Jean-Yves Authier

Témoignages

Libre, indifférent aux modes, fermement hostile aux simplismes

Jacques Lautman

Texte intégral

1Yves était, jeune, très habile à ce que les agrégatifs de philosophie appelaient « la bataille navale des concepts », technique indispensable pour la rhétorique d’agrégation et qui, pour être maniée avec distinction, suppose un fond certain de culture puisée chez les bons auteurs anciens et modernes. D’aucuns pensaient encore que ce bagage pouvait suffire pour philosopher et c’est ainsi qu’ils s’engageaient, sans vécu digne de réflexion, ni maîtrise d’un savoir scientifique et technique, dans des variantes phénoménologiques ou heideggeriennes de déconstruction du langage. Fort heureusement, quelques-uns qui se comptent sur les doigts de deux mains et ne sont pas devenus des nouveaux philosophes ont fait l’apprentissage de la médecine, de la psychiatrie, du chinois mandarin, de la langue des Védas ou se sont dotés d’un bon niveau en histoire de l’art ou des sciences.

  • 1 Expression de Raymond Aron qui ne prenait pas au sérieux la distinction Théorie (avec un grand T) (...)

2Une brillante équipe avait depuis peu construit avec Louis Althusser un « marxisme imaginaire1 » intéressant et fort éloigné de l’union de la théorie et de la pratique, mais le maître n’avait pas poursuivi l’expérience avec une cohorte plus jeune. Le groupe venait de se diviser entre philosophes et apostats qui, suivant en cela un itinéraire spécifiquement français vers la sociologie, entraient dans le cercle très soudé des disciples du grand maître d’apprentissage, séducteur autant que tyrannique, Pierre Bourdieu, lequel avouait n’avoir à peu près pas lu Marx mais était cependant imprégné de la vulgate marxiste simplifiée bien visible aussi chez nombre d’historiens à commencer par Fernand Braudel. Pour ces sociologues, l’intériorisation subjective des probabilités objectives, l’habitus élevé au rang de valise théorique et le mépris haineux envers la bonne volonté culturelle des petits bourgeois semblaient permettre d’associer une vision quasi déterministe du social à une paradoxale foi dans le pouvoir mobilisateur du dévoilement de la domination.

3Raymond Boudon s’attirait en 1967 l’inimitié définitive de Claude Lévi-Strauss en exposant dans un petit livre clair et d’accès facile qu’à y regarder de près, le structuralisme bien compris n’est pas autre chose que la méthode canonique du progrès des connaissances appliquée aux sciences humaines et sociales. C’était, alors, prêcher dans le désert tant l’ardeur structuraliste à éliminer le sujet, et peut-être même l’histoire, envahissait le monde littéraire et la fraction du monde universitaire qui se vit ou se voit en femmes ou hommes de lettres.

4Un effet de mai 1968 assez nocif pour la sociologie française fut de dévaloriser durablement le travail d’enquête sérieux combinant qualitatif et quantitatif qui fut en bloc taxé de fonctionnalisme parsonien, tandis que la tranche de vie transcrite de façon quasi non contrôlée devenait académiquement recevable.

5La sociologie urbaine fut, temporairement, un étrange petit monde : une demi-douzaine de jeunes ingénieurs du corps des Ponts qui voulaient secouer le conformisme technique et technocratique de leurs aînés avaient réussi à avoir une niche assez richement dotée pour développer des études et recherches dont les résultats contamineraient les bureaux de la direction en charge de l’urbanisme. Un groupe de sociologues adeptes des thèses de Nicos Poulantzas et / ou proches de Manuel Castells s’est imposé comme bénéficiaire quasi exclusif de la manne contractuelle. Le piquant de l’affaire est que les sociologues croyaient manipuler les ingénieurs lesquels pensaient exactement l’inverse. Des pépites en sont sorties, mais bien souvent dans une écriture très insuffisamment élaborée et peu compréhensible en dehors du cercle.

6Yves a certainement fait le tour de ces orientations possibles mais ne s’est dirigé vers aucune. Une hypothèse serait que l’agrégation de philosophie l’aurait protégé contre dogmatismes et simplismes, mais elle est controuvée par plusieurs exemples, dans les deux sens. Se faire sociologue peut, nous le savons, être un choix par défaut. Pour lui non, mais il s’est – et toujours discrètement – voulu homme libre. Il a vite affiché le projet de ne pas rester dans l’empyrée et de se frotter, dès qu’il se sentirait prêt, à des données. Je l’ai rencontré grâce à Jean Cuisenier dont il avait suivi deux conférences à l’ENS et qui l’aurait volontiers pris en thèse, mais ce ne fut pas. De son incursion temporaire (1973-1976) dans la bureaucratie scientifique du CNRS, je suis assez largement responsable. À bien des égards, l’expérience a certainement été positive et lui a donné quelques atouts destinés à se révéler utiles vingt ans plus tard pour ses charges à Lyon 2. Cependant, il a vite vu qu’un universitaire porteur d’un potentiel scientifique court deux risques graves s’il s’incruste chargé de mission : l’assèchement et la servilité obligée. La fonction publique française permet de rester libre dans un poste de responsabilité plus ou moins exposé à deux conditions, le vouloir et être, soit membre d’un grand corps, soit professeur titulaire des Universités ou DR1 d’un établissement public à caractère scientifique et technologique.

  • 2 Y. Grafmeyer & I. Joseph, L’École de Chicago : naissance de l’écologie urbaine, Paris, Éditions du (...)

7À l’étonnement de beaucoup des Parisiens qui le connaissions, Yves, caïman à l’ENS, décide de retourner à Lyon et assemble avec Isaac Joseph, prématurément disparu, ce petit bréviaire d’une sociologie modeste et féconde qu’est L’École de Chicago : naissance de l’écologie urbaine. « La ségrégation et l’exclusion ne peuvent pas être conceptualisées à partir d’un modèle purement agrégatif, comme si le résultat d’ensemble était seulement l’effet non voulu de l’addition des comportements individuels. La ségrégation et l’exclusion peuvent aussi être consciemment recherchées, en tant que manifestations d’un vouloir vivre ensemble2. »

8Dans le compte rendu des Annales de la géographie de 1979, Pierre George, homme de petite taille mais le grand mandarin de la discipline ouvert à la sociologie salue : « la combinaison d’une approche plus ou moins systématique de l’espace urbain considéré comme multifonctionnel et la recherche de la différenciation d’un contenu humain dans ses rapports quotidiens avec le contenant qu’est la ville ». La formule, peu élégante, cible bien, dans sa brièveté, la ligne de force constante de celui qui m’a dit récemment être en train de devenir « un intermittent de la sociologie urbaine » : la mise en évidence de déterminants socioéconomiques et d’effets pervers ne rend pas compte des trajectoires individuelles.

  • 3 J.-D. Reynaud & Y. Grafmeyer (dir.), Français, qui êtes-vous ? Des essais et des chiffres, Paris, (...)

9Peu après, Jean-Daniel Reynaud, admirable d’acuité et de sûreté de jugement, embarque Yves, sur la suggestion ou du moins en accord avec Henri Mendras, dans une entreprise collective qui produit Français, qui êtes vous ?3 Pour son doctorat, il s’adresse au socio-démographe Alain Girard qui disait des thésards de doctorat ès Lettres « je ne les dirige pas ; ils me confient leurs intérêts ».

10Jean-Yves Authier m’ayant demandé un témoignage personnel, je dis le plaisir que j’ai eu à retrouver en privé, à côté d’Yves, Danielle Dehoux, la jeune femme dont la grande leçon d’oral d’agrégation avait, peu de temps avant, été marquante pour Marcel Roncayolo et moi. Dans les années où je devais souvent aller à Lyon, je descendais chez eux sans vergogne et nos conversations du soir à trois comptent pour moi parmi les bons moments d’amitié. Le livre qu’ils ont écrit ensemble et qui a été publié dans la collection de Raymond Boudon et François Bourricaud, Les Gens de la banque, manifeste bien, au-delà de leur intimité profonde avec Lyon et ses milieux humains subtilement cloisonnés, la capacité, le goût partagés à trouver femmes et hommes derrière des données statistiques ainsi que l’attention à la multiplicité des fils qui tissent les trajectoires sociales individuelles dans le temps de la vie.

11À la relecture de plusieurs des livres d’Yves, la mise en forme des acquis sociologiques vers la synthèse conceptuelle est dominante. Philosophe en sa jeunesse, devenu sociologue, il le reste, peut-être plus qu’il ne le croit, à moins qu’il ne soit dans l’ordre de la nécessité que la bonne sociologie ait partie liée avec l’anthropologie philosophique.

Notes

1 Expression de Raymond Aron qui ne prenait pas au sérieux la distinction Théorie (avec un grand T) et théorie (avec petit t) mais qui a toujours porté un vif intérêt aux marxismes hétérodoxes ; voir R. Aron, D’une Sainte famille à l’autre, essais sur les marxismes imaginaires, Paris, Gallimard, 1969.

2 Y. Grafmeyer & I. Joseph, L’École de Chicago : naissance de l’écologie urbaine, Paris, Éditions du Champ Urbain, 1979, p. 30. Ces lignes ont dû frapper Marcel Roncayolo, géographe atypique qui les a citées au moins deux fois, la dernière récemment dans sa contribution à Territoires, Paris, Presses de l’ENS, 2016.

3 J.-D. Reynaud & Y. Grafmeyer (dir.), Français, qui êtes-vous ? Des essais et des chiffres, Paris, La Documentation française, 1981.

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search