Version classiqueVersion mobile

Pour la sociologie urbaine

 | 
Yves Grafmeyer
, 
Jean-Yves Authier

Témoignages

Le mystère Grafmeyer

François Dubet

Texte intégral

1Comment Yves Grafmeyer a-t-il pu échapper au destin qui l’attendait ? Normalien, il appartient à une génération qui a massivement choisi de suivre Althusser, Foucault, Bourdieu et d’autres étoiles. Avec Isaac Joseph, il a préféré le style « a-théorique » de l’écologie urbaine de Chicago, quand elle n’était pas encore devenue, pour les Français, une « école » à la mode. Yves Grafmeyer était « programmé » pour l’ENS, l’EHESS, la Sorbonne et le Collège de France... Or il a choisi de faire sa carrière à Lyon, de se charger de la politique scientifique de son université, de prendre le train pour s’occuper des affaires de la sociologie française et de quelques revues... On me dira que les carrières provinciales sont honorables. Sans doute, et j’aimerais le croire, étant moi aussi dans ce cas. Mais on sait bien, et les sociologues plus que les autres, que la vraie reconnaissance reste, en France, une affaire parisienne.

2Comment expliquer ce mystère ? Comment expliquer qu’un sociologue unanimement respecté et admiré n’ait pas choisi le destin qui l’attendait si l’on en croit les théories des carrières et de la reproduction ?

3Il suffit de lire ce qu’Yves Grafmeyer a écrit sur la ségrégation urbaine pour comprendre une part de l’énigme : la ségrégation désigne tout à la fois la différenciation spatiale, les inégalités d’accès aux ressources urbaines et l’enfermement de certains groupes. Elle n’est donc pas si simple. La ségrégation est produite par l’agrégation de choix individuels et par les décisions politiques, sans que l’on sache de manière sûre si la mixité sociale est aussi bonne qu’on l’affirme... De telles subtilités donnent toutes les chances d’échapper aux lumières de la gloire, qui préfèrent les ghettos de riches et les ghettos de pauvres, les postures, les opinions tranchées, les indignations convenues et les explications simples.

4Une autre part de l’énigme tient sans doute au caractère d’Yves Grafmeyer et, pour employer un langage désuet, à ses vertus. Je ne crois pas qu’il pense que la sociologie soit un sport de combat, et d’abord un sport de combat contre ses collègues ; il n’aime ni les querelles convenues, ni les écoles quand elles sont plus des coalitions d’intérêts que des manières de faire de la science. Le sérieux, l’honnêteté et le sens de l’amitié ont un prix ; Yves Grafmeyer l’a payé argent comptant et probablement d’un cœur léger. Comme Robert Castel et quelques autres, Yves Grafmeyer est un maître qui n’a pas voulu avoir de disciples. Tant mieux pour nous, tant mieux pour tous ceux qui ont eu la chance de le croiser. Alors, merci.

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search