Version classiqueVersion mobile

Pour la sociologie urbaine

 | 
Yves Grafmeyer
, 
Jean-Yves Authier

Textes choisis

Le quartier des sociologues1

Texte intégral

  • 1 Publié dans J.-Y. Authier, M.-H. Bacqué & F. Guérin-Pace (dir.), Le Quartier : enjeux scientifique (...)

1Tout comme la ville, dont il est un sous-ensemble, le quartier ne représente pas pour la sociologie un concept, ni même peut-être un objet à proprement parler. On chercherait en vain le terme parmi les entrées figurant dans les dictionnaires usuels de la discipline. Mais il n’en constitue pas moins une unité d’observation, une échelle d’analyse, bref une « entrée » qui a souvent été utilisée par les sociologues pour traiter une large gamme de questions.

2Au point de contact entre l’organisation matérielle de l’espace bâti, les pratiques sociales qui s’y déploient et les images qui lui sont associées, le quartier intéresse au premier chef les spécialistes de sociologie urbaine. Par-delà l’extrême diversité des auteurs, des objets et des traditions nationales, on peut considérer que le champ de la sociologie urbaine est structuré par trois grandes orientations thématiques : la distribution et le mouvement des populations dans l’espace ; les pratiques et les attitudes des individus vivant en milieu urbain ; les actions publiques ou privées qui prennent part à l’organisation de la ville, à son fonctionnement et à ses transformations. D’une manière ou d’une autre, chacune de ces lignes de questionnement rencontre sur son chemin l’échelon du quartier : comme unité de mesure des différenciations sociales au sein de la ville, comme espace de proximité inégalement signifiant selon ses habitants, comme milieu de vie et enfin comme objet d’interventions publiques et cadre – voire enjeu – de diverses formes d’actions collectives.

Une portion de ville

3À considérer la notion de quartier dans ses usages les plus courants, c’est l’impression de foisonnement qui domine. Le quartier peut d’abord être identifié à partir de caractéristiques physiques qui en font une portion d’espace plus ou moins individualisée et repérable au sein de la ville : il peut être central ou périphérique, ancien ou récent, éventuellement délimité par un cours d’eau, une voie ferrée ou toute autre emprise marquant une césure forte dans le tissu urbain. Quand la netteté des contours se conjugue avec une originalité architecturale aisément perceptible et la présence de divers monuments ou emblèmes locaux, l’identité du quartier s’impose avec force aux citadins et leur fournit des repères non seulement pour nommer le lieu mais aussi pour qualifier ce qui s’y fait, voire ceux qui y vivent.

4D’autre part, c’est bien souvent aussi la fonction dominante du quartier ou les caractéristiques sociales de ses habitants qui lui confèrent sa physionomie propre : on parlera de quartier d’affaires, de quartier administratif, de « Quartier latin », de quartier résidentiel..., ou encore de quartier « populaire », « bourgeois », « asiatique », etc. Ces éléments d’identification entretiennent cependant des rapports complexes, instables et parfois très lâches avec les lignes de partage suggérées ici ou là par la géographie physique ou les particularités du cadre bâti. Dans les données factuelles tout comme dans les représentations collectives, la différenciation spatiale des activités et des populations donne à voir des espaces plus ou moins typés ; mais elle laisse ouverte la question des limites qui séparent tel ou tel quartier de ceux qui lui sont contigus. Les contours peuvent être flous et donner lieu à des appréciations variables. Bien plus, beaucoup de portions de l’espace urbain ne se singularisent pas particulièrement ni par l’évidence de leurs limites physiques, ni par la présence de monuments ou autres constructions emblématiques, ni par une spécificité claire de leurs fonctions ou de leur peuplement. Est-ce à dire que seuls certains endroits de la ville ont la consistance et la visibilité qui en font de « véritables » quartiers ? En tout cas, cette idée implicite a bien souvent guidé le choix des terrains d’enquête que les sociologues ont privilégiés dans leurs études localisées de la vie urbaine.

5Mais le quartier peut aussi correspondre à une circonscription administrative (par exemple un « quart » d’arrondissement dans le Paris d’aujourd’hui). En ce cas, le découpage prend en compte l’espace urbain dans son intégralité et délimite clairement chaque unité. Il n’en a d’ailleurs pas toujours été ainsi : jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, les divisions institutionnelles internes aux villes françaises visaient à organiser des réseaux personnels et des modes de contrôle beaucoup plus qu’à délimiter strictement des territoires. Les découpages auxquels nous sommes accoutumés sont le produit d’une histoire longue, au fil de laquelle l’organisation administrative des villes s’est progressivement territorialisée (Topalov, 2002).

6Envisagé comme simple fragment de ville, sans même préjuger de la nature et de l’intensité de la vie sociale qui s’y déploie, le quartier oscille donc entre plusieurs définitions qui se font écho sans pour autant se superposer. Quel que soit le point de vue adopté, le quartier représente cependant une unité d’observation qui a été mobilisée pour traiter de questions sociologiques très diverses. Pour simplifier, deux principales perspectives peuvent être distinguées. La première considère d’emblée l’échelle de l’agglomération, au sein de laquelle ces unités constitutives font système. La seconde déplace la focale sur tel quartier particulier, éventuellement comparé avec quelques autres, afin de circonscrire un terrain d’enquête approprié à une étude intensive.

7Les questions touchant à la ville – et a fortiori aux quartiers – sont quasiment absentes dans les débuts de la sociologie française, du moins telle qu’elle s’est institutionnalisée comme discipline académique autonome autour de Durkheim et de ses héritiers directs. L’attention que ces derniers portaient à la recherche de lois générales plutôt qu’à la variété des contextes locaux était en soi peu propice au développement de travaux empiriques comparables à ceux conduits dans les années 1920-1930 par les sociologues de Chicago, qui ont vu dans la grande ville moderne leur « laboratoire social » par excellence. Toutefois, dès De la division du travail social (1893, 1978), Durkheim fait explicitement de la ville la figure la plus symptomatique de la densification des rapports sociaux, de la différenciation des activités et des solidarités fondées sur l’interdépendance. Les dispositifs matériels, les structures sociales et les institutions qui forment la ville sont autant de faits morphologiques où la vie sociale se cristallise en substrats relativement stables.

8Le quartier urbain, dans cette perspective, pourrait donc être considéré comme l’une des traductions territoriales de la diversification des groupes sociaux produite par la division du travail. Telle est bien la relecture que propose Maurice Halbwachs (qui a le mieux assumé le programme durkheimien d’analyse des morphologies socio-spatiales) des études réalisées par ses collègues de l’université de Chicago (Halbwachs, 1932). Le point de débat, qu’il développe à la fin de son article rédigé à son retour des États-Unis, porte sur le statut qu’il convient d’accorder selon lui à la « distribution locale des nationalités » dans l’agglomération de Chicago. « Lorsqu’on inscrit, écrit-il, des noms de races ou de nationalités sur les différents quartiers, Chicago ressemble effectivement à une mosaïque. Effaçons ces noms, et disons simplement qu’il y a ici beaucoup de manœuvres, attachés à la grande industrie, là, des artisans, des ouvriers qualifiés, des commerçants, des clerks, des employés, etc. Au lieu d’une série de quartiers juxtaposés, nous apercevons une succession de couches sociales superposées : mais les plus sédentaires, les mieux établies, celles qui constituent réellement le cœur et la substance de l’organisme urbain, sont au-dessous des autres, qui les recouvrent, et qui empêchent, en partie, de les voir. » À la mosaïque bien visible et pittoresque des communautés ethniques doit donc se substituer l’analyse plus sociologique des degrés de participation à la vie urbaine, dont l’expression spatiale est différente et sans doute plus incertaine.

9C’est au début des années 1950, sous l’impulsion de Paul-Henry Chombart de Lauwe et de ses collaborateurs, que se constitue en France un champ de recherches sociologiques spécifiquement consacré à la ville. Bon connaisseur des travaux d’écologie urbaine produits à Chicago, Chombart de Lauwe s’inscrit par ailleurs dans la filiation de Durkheim et plus précisément de deux de ses disciples : Maurice Halbwachs et Marcel Mauss. Avec le premier, il partage un intérêt marqué pour les études de morphologie sociale et pour les conditions de vie de la classe ouvrière ; du second, il retient les apports d’une approche ethnologique des phénomènes sociaux.

10Refusant toute explication déterministe par les données matérielles (géographiques, techniques, architecturales...), Chombart de Lauwe s’est notamment intéressé à la configuration de l’espace social parisien, dont il s’est attaché à décrire les multiples manifestations (Chombart de Lauwe et al., 1951-1952). Synthèse d’innombrables déterminations, l’« espace social » est en quelque sorte l’enveloppe commune à tout un faisceau de données empiriques portant sur la distribution territoriale des groupes sociaux, mais aussi sur les aspects les plus divers de la vie collective (choix électoraux, pratique religieuse, équipements sanitaires ou culturels, modes de vie, etc.). Il est le reflet, inscrit sur le sol, d’une structure sociale modelée par la division du travail. Par-delà la relative diversité des contextes locaux, ce sont plus encore les grandes lignes de force structurant les rapports sociaux qui trouvent leur traduction dans l’organisation de la ville. Plutôt qu’une mosaïque de petits mondes singuliers, les quartiers de la capitale font apparaître une opposition forte entre l’Est populaire et l’Ouest approprié par les classes supérieures.

11D’autre part, l’équipe de Chombart de Lauwe a aussi utilisé le quartier non plus comme unité de mesure en vue de reconstituer dans sa globalité la morphologie sociale d’une ville, mais comme terrain d’enquête permettant l’observation détaillée des pratiques sociales de ses habitants (modes d’organisation de l’espace domestique, sociabilités, mobilités quotidiennes, usages du quartier et de la ville...). Souvent centrées sur les quartiers à dominante ouvrière, qui intéressaient tout particulièrement Chombart, ces enquêtes ont également porté sur d’autres contextes résidentiels : quartiers bourgeois de l’Ouest parisien ou encore – à Paris, à Nantes, à Bordeaux... – nouveaux ensembles d’habitation marqués par une relative mixité sociale et faisant donc cohabiter des populations qui se distinguent par la manière dont elles organisent leur espace, leur temps et leur budget (Chombart de Lauwe et al., 1959-1960 ; 1961-1962).

12Depuis lors, ces deux modes d’utilisation du quartier à des fins de recherche ont donné lieu à de très nombreux travaux, parfois sources de collaborations entre sociologues, géographes, ethnologues, démographes, économistes et statisticiens. D’une part, dans la mouvance des questions de morphologie urbaine, des typologies de quartiers ont été élaborées, sur la base de diverses données statistiques, pour caractériser et comparer entre elles les configurations socio-spatiales des villes françaises (Mansuy & Marpsat, 1991). D’autre part, les monographies de quartiers urbains ou périurbains ont connu un nouvel essor à partir du tournant des années 1980, à la faveur d’un regain d’intérêt des sociologues pour l’observation localisée des phénomènes sociaux et en particulier des processus de changement social (collectif L’Esprit des lieux, 1986).

Un espace de proximité

13Dans tout ce qui précède, le quartier a été envisagé en quelque sorte de l’extérieur, c’est-à-dire tel que le définissent les représentations communes, les découpages institutionnels ou encore les problématiques des chercheurs. Mais qu’en est-il lorsqu’on adopte le point de vue de ceux qui l’habitent – ou qui le fréquentent régulièrement ? Quelle idée ces derniers se font-ils de « leur » quartier, et quelle place occupe-t-il dans l’ensemble de leur vie de citadins ?

14Envisagé à partir du domicile, le quartier est « l’endroit où l’on habite », un intermédiaire entre le logement et la ville, un espace à la fois proche et familier. L’écrivain Georges Perec le dit à sa manière : le quartier est « la portion de la ville dans laquelle on se déplace facilement à pied ou, pour dire la même chose sous la forme d’une lapalissade, la partie de la ville dans laquelle on n’a pas besoin de se rendre, puisque précisément on y est » (Perec, 1974).

15La taille et les contours de cet espace de proximité varient très sensiblement selon les individus. Une enquête comparative récemment conduite auprès d’habitants de quelques quartiers anciens centraux le montre clairement : « Parfois le quartier est réduit à la rue, voire à la résidence dans laquelle habite l’enquêté ; dans d’autres cas, à l’opposé, l’entité nommée se confond avec le centre-ville ou, plus exceptionnellement, avec la ville (ou l’arrondissement). » (Authier, 2001) Ces variations ne sont d’ailleurs pas purement individuelles, car elles dépendent dans une certaine mesure des positions sociales et des âges de la vie : ainsi les retraités ont plutôt tendance à avoir une représentation étroite de leur quartier ; à l’inverse, les étudiants privilégient une définition extensive, englobant tout le centre-ville ; entre ces deux extrêmes, « les cadres et professions intellectuelles supérieures sont les plus enclins à avoir une représentation de leur lieu d’habitation conforme à la configuration des quartiers prédéfinis ; tandis que les employés et les ouvriers sont proportionnellement les plus nombreux à n’avoir aucune représentation de leur quartier » (ibid.).

16L’idée même de limites est d’ailleurs inégalement pertinente dans la représentation que tout un chacun se fait de son quartier. Si, pour certains, le quartier est bien circonscrit dans un périmètre clairement identifié, pour d’autres au contraire l’espace considéré comme familier se polarise autour d’équipements ou de monuments emblématiques, ou encore autour de nœuds ou de voies de communication qui peuvent faire référence pour eux, là même où les divisions administratives tracent des frontières entre quartiers. De surcroît, de quel périmètre s’agit-il ? Bien souvent, celui des relations de voisinage ne se confond pas avec celui des achats courants, celui de la paroisse, de l’école... Ces espaces, qui sont diversement vécus et appropriés selon la nature des activités et les temps de la vie sociale, ne se recouvrent pas et ne présentent pas la même importance selon les types d’habitants : le quartier est donc, dans une large mesure, une figure « à géométrie variable » (Benoît-Guilbot, 1982).

17Et surtout, quel que soit le degré d’attachement que le citadin manifeste à l’égard du quartier qu’il habite, une partie de sa vie se déroule en général ailleurs, « en ville ». Selon les individus, le système des activités et des relations se trouve plus ou moins dispersé. Parfois, le quartier n’en joue pas moins un rôle important dans les sociabilités et la transmission des normes, en tant qu’espace d’interconnaissance où se déploient d’efficaces réseaux d’entraide, voire de contrôle social. Dans d’autres cas au contraire, le périmètre du quartier n’est guère autre chose que le cadre d’une sociabilité tout à fait résiduelle, faite de fréquentations très sélectives ou à peine esquissées.

18De très nombreux travaux ont établi depuis longtemps que l’espace proche du logement (voisinage immédiat, quartier) occupe, selon l’appartenance sociale des habitants, une place très variable dans l’ensemble de leur vie relationnelle. Depuis leurs premières études comparatives sur des familles ouvrières et des familles bourgeoises parisiennes jusqu’aux enquêtes de 1968 sur Lyon et Marseille, les travaux de Chombart de Lauwe et de son équipe (Chombart de Lauwe et al., 1959-1960 ; 1961-1962) avaient constaté que les relations interpersonnelles entretenues par les ouvriers se restreignaient en règle générale à des aires plus étroites que celles des autres catégories sociales. Plus récemment, Jean Remy et Liliane Voyé (1992) ont noté eux aussi cette sensibilité socialement différenciée aux contraintes de proximité, et la mettent en relation avec un rapport inégal à la mobilité, aussi bien pour les déplacements quotidiens que pour l’adaptation à un nouveau lieu d’habitation : « Plus on a affaire à une population qui a besoin de repères concrets et non transposables, plus la capacité de mobilité sera réduite ; c’est généralement le cas des groupes sociaux défavorisés qui fondent leur sécurité dans les relations de voisinage et dans la connaissance personnelle. Les groupes sociaux dominants, par contre, possèdent, à des degrés divers, une certaine capacité de délocalisation dans la mesure où leurs réseaux de relation n’est pas fondée sur la proximité spatiale et où ils disposent d’une capacité d’abstraction leur permettant, dans les espaces qu’ils ne connaissent pas, de se repérer aisément à partir d’une grille transposable de lecture de l’espace. »

19Mais si cette capacité à maîtriser les distances, à jouer sur plusieurs espaces demeure inégalement distribuée selon les groupes sociaux, elle tend globalement à s’accroître. Source de déstabilisation des appartenances, mais aussi vecteur d’ajustement à la complexité urbaine, la mobilité sous ses diverses formes fait de plus en plus partie intégrante de l’expérience citadine. Dans la ville d’aujourd’hui, ce sont tous les rythmes de vie qui se diversifient, au gré des attaches qui relient chaque habitant à une multiplicité de territoires : logement et voisinage, lieu de travail, mais aussi lieux de la formation, des approvisionnements, des loisirs, des sociabilités, des origines familiales...

Un milieu de vie

20Faut-il donc adhérer au diagnostic d’une progressive disparition du quartier comme unité pertinente de la vie urbaine ? Il y a près de quarante ans, Raymond Ledrut affirmait déjà : « Il y a deux pôles prépondérants dans la vie des habitants d’une grande cité moderne : la ville, avec des processus d’intégration plus ou moins puissants, et d’autre part le logement, dont la réalité est souvent plus solide que celle de la ville, prise globalement, pour l’individu. Tout ce qui se développe autour du logement a sur le plan social une certaine importance : vie domestique, relations d’amitié, unité de voisinage, etc. L’échelon sociologique du quartier, en revanche, n’a presque aucune existence effective. » (Ledrut, 1968) L’idée n’est donc pas nouvelle, mais elle se retrouve sous la plume de différents auteurs contemporains. Yves Chalas écrit par exemple : « Le quartier, cette forme socio-spatiale si importante dans la ville d’hier, est aujourd’hui en déclin. Parce qu’ils sont mobiles, les habitants des villes ne sont plus guère, ou ne sont plus prioritairement, des habitants de quartiers. » (Chalas & Dubois-Taine, 1997)

21Fait tout à la fois d’ancrages territoriaux et de mobilités, le monde urbain ne se résume certes pas à une simple addition de microcosmes fortement articulés au lieu de résidence. Sans doute n’en a-t-il d’ailleurs jamais été ainsi, dès lors que l’historien de périodes plus ou moins anciennes s’attache à prendre en compte les trajectoires individuelles et les diverses formes de mobilité qui l’invitent à décloisonner les espaces (Pinol, 1991). Réciproquement, l’enquête citée plus haut (Authier, 2001) montre que, dans les sites centraux anciens qui ont été étudiés, le quartier demeure aujourd’hui encore, pour une majorité de ses habitants, un objet d’usages diversifiés et un cadre non négligeable de leurs sociabilités. Et, contrairement à une idée répandue, ce sont les jeunes diplômés et les cadres ou professions intermédiaires qui investissent le plus fortement leur lieu de résidence, et non pas les personnes âgées ou les groupes « captifs ». Pour beaucoup d’entre eux, l’ancrage dans le quartier n’est d’ailleurs nullement exclusif d’un fort investissement dans d’autres espaces de la ville et / ou dans le logement. En revanche, « la figure du citadin nomade et cosmopolite, partagé entre son chez-soi et la vaste ville, mais dépourvu de toute attache avec le quartier dans lequel il est inséré, n’est guère incarnée que par un enquêté sur cinq ».

22La réalité sociologique du quartier apparaît donc toujours problématique. La nature et l’ampleur des pratiques sociales qui s’y inscrivent, la signification qu’il revêt pour ceux qui y sont domiciliés, varient selon les habitants et selon les contextes locaux. Le quartier, tout comme la ville dont il ne peut être séparé qu’artificiellement, n’en constitue pas moins peu ou prou un « milieu interne », au sens durkheimien du terme, fait « de personnes et de choses » (Durkheim, 1895, 1987) rassemblées et agencées selon un certain ordre. Produit d’une histoire accumulée, où s’imbriquent des sédimentations durables mais parfois aussi des mutations brutales, il forme une « unité relative » (Lefebvre, 1967). Au croisement des caractéristiques sociales de ceux qui le peuplent et des éléments matériels et symboliques qui le qualifient, il est au principe d’un ensemble spécifique de contraintes, de possibilités et de représentations.

23Dans quelle mesure, et pour qui, la production d’« effets de milieux » se nourrit-elle de processus de territorialisation des ressources, des relations interpersonnelles, des univers mentaux ? Les études sociologiques de contextes locaux ont exploré une large palette de cas de figure plus ou moins typés, que les auteurs ont souvent désignés selon les caractéristiques sociales dominantes de leur peuplement : quartiers populaires traditionnels où s’imbriquent les interconnaissances de voisinage, les liens familiaux et amicaux, les solidarités professionnelles et les réseaux d’entraide (Coing, 1966) ; grands ensembles d’habitat social à la population « préconstruite », qui ont fait coexister dès leur origine des populations hétérogènes (Chamboredon & Lemaire, 1970) ; « beaux quartiers » appropriés par des catégories aisées qui en contrôlent l’accès et y imposent leurs manières d’habiter et de cohabiter (Pinçon & Pinçon-Charlot, 1989) ; « quartiers d’intégration » où se régule, voire se « met en scène », la diversité des origines et des traits culturels (Simon, 1992) ; quartiers « d’exil » ou de « relégation » où la figure de la banlieue devient la métaphore de l’exclusion sociale (Dubet & Lapeyronnie, 1992) ; anciennes « banlieues rouges » où se développent de nouveaux rapports au territoire et de nouvelles appartenances à la faveur de la diversification sociale de leurs habitants (Bacqué & Fol, 1997)...

24Au total, les résultats ainsi accumulés ont permis une meilleure connaissance des processus qui combinent aujourd’hui leurs effets sur le devenir des villes.

25Parmi ces processus, on peut d’abord citer la requalification économique et symbolique d’un nombre croissant de quartiers centraux anciens, qu’elle s’accompagne ou non d’une intervention des pouvoirs publics. La rénovation ou la réhabilitation des secteurs à dominante populaire a souvent eu pour conséquence de désarticuler les liens d’interconnaissance entrecroisant le voisinage, la parenté, l’amitié et les relations de travail. Ceux des anciens habitants qui sont restés sur place doivent partager leur espace de vie avec de nouvelles populations qui apportent avec elles d’autres manières d’habiter et de cohabiter, d’autres modèles de consommation, d’autres modes de définition du public et du privé (Coing, 1966). Le jeu combiné des mobilités, des stabilisations, des rotations, joue globalement dans le sens d’un « embourgeoisement » de ces quartiers centraux. Mais il aboutit aussi à inscrire dans l’espace des divisions sociales tranchées et durables, des microdifférenciations locales qui alimentent des conduites d’évitement entre les diverses populations en présence (Authier, 1993).

26Dans d’autres lieux de la ville prévaut plutôt une logique de reproduction, qui se marque par une relative continuité du peuplement, des formes de sociabilité et des modes d’appropriation de l’espace local. Tel est le cas, en particulier, des quartiers élus par la grande bourgeoisie (Pinçon & Pinçon-Charlot, 1989) ou, plus largement, par les familles insérées depuis plusieurs générations dans les milieux supérieurs ou moyens de la société citadine (Grafmeyer, 1991 ; 1992).

27Inversement, les quartiers dits « sensibles » ou « en difficulté » ont été pris comme cadres d’analyse de processus cumulatifs d’exclusion sociale ayant pour effet d’aggraver – du fait même de leur concentration territoriale et de la visibilité qui lui est associée – les situations de chômage et de pauvreté, l’échec scolaire, les tensions entre voisins et l’image négative de soi. Soucieux de marquer leur distance avec un lieu de vie auquel ils refusent de s’identifier, beaucoup vivent difficilement l’impossibilité dans laquelle ils se trouvent de le quitter. Par-delà l’homogénéité apparente des conditions de vie, les relations locales sont dès lors altérées par diverses formes de microdistinctions, de répulsions mutuelles et de repli sur l’intimité du foyer domestique (Paugam, 1994 ; Villechaise-Dupont, 2000). Toutefois le quartier familier nourrit des attitudes ambivalentes et peut constituer dans le même temps une « ressource » matérielle et identitaire pour certains de ses habitants (Lepoutre, 1997).

Un cadre d’action

28Unité d’observation de la complexité urbaine, propice à la mise en évidence de divers processus sociaux qui trouvent dans les territoires de la ville non seulement leur inscription mais aussi leurs conditions concrètes de réalisation, le quartier n’est donc pas qu’un mot. Ou plutôt, disons que ce mot lui-même est porteur d’effets tout à fait tangibles dès lors qu’il est mobilisé par divers acteurs sociaux, individuellement ou collectivement, comme catégorie de perception et d’action.

29Outre les images diffuses qui imprègnent le vécu ordinaire et les pratiques quotidiennes de tout un chacun, le quartier peut aussi, du moins pour certains de ses habitants, représenter le cadre et parfois même l’enjeu tout à fait explicite de diverses formes d’action collective. Dans son ouvrage de synthèse sur la sociologie urbaine, Raymond Ledrut (1968) proposait de distinguer soigneusement deux dimensions de la « vie de quartier » : d’une part les « relations sociales » interpersonnelles qui se nouent au sein de cette portion de l’espace urbain ; d’autre part la « vie collective » au sens strict, qui est fonction du degré de participation des habitants aux diverses organisations locales (associations d’habitants, de commerçants, de parents d’élèves ; associations sportives, organisations religieuses, amicales diverses...). Considérant que « le nombre, le volume et la vie des organisations collectives de quartier jouent un rôle essentiel dans la cohésion du quartier et son individualisation », Ledrut proposait une typologie des quartiers construite en fonction de la manière dont s’y combinent ces deux composantes de la vie sociale de proximité.

30Les actions collectives à base locale forment à elles seules un vaste champ d’étude qui a été considéré tantôt pour lui-même, tantôt dans ses relations avec les autres dimensions de la vie de quartier. Il apparaît d’ailleurs que la plupart des associations, quels que soient les objectifs qu’elles poursuivent et qui fondent officiellement leur raison d’être, ont aussi pour fonction latente d’activer et d’entretenir les liens interpersonnels entre leurs membres. Du coup, la frontière est assez souvent poreuse entre les organisations de type associatif et les sociabilités à caractère informel. C’est, par exemple, en jouant sur les unes et sur les autres que telles ou telles catégories de populations nouvellement installées dans un quartier ont pu tout à la fois en modifier les manières d’habiter du seul fait de leur présence et aussi, par leur action militante, se placer en position de porte-parole des autres habitants et d’interlocuteurs privilégiés des pouvoirs publics (Bensoussan, 1982).

31Car c’est tout autant pour les pouvoirs publics (État et collectivités locales) que le quartier est susceptible de constituer une catégorie pratique, une cible d’intervention, un cadre d’action explicitement associé à des périmètres bien circonscrits : zones de rénovation urbaine ou « d’action concertée », « secteurs sauvegardés », périmètres d’opérations programmées d’amélioration de l’habitat, ou encore, plus récemment, quartiers des politiques de la ville. Même si elle prend de plus en plus en compte aujourd’hui les interdépendances entre les espaces et les solidarités à développer à l’échelle globale de l’agglomération, l’idée même de « politique de la ville » s’est constituée et mise en œuvre selon une logique de territorialisation de nombreux pans des politiques sociales. Oscillant entre la promotion volontariste de la mixité urbaine et la préservation des liens de proximité, entre la lutte contre la ségrégation et la revitalisation de la vie sociale locale, l’action des pouvoirs publics a incontestablement joué dans le sens d’une « relégitimation du quartier » (Vieillard-Baron, 2001).

32Au point de rencontre entre les pratiques des habitants (organisées ou non), les dispositifs institutionnels et tout un ensemble de discours et d’images fortement médiatisés, les « quartiers sensibles » – ou plus simplement encore « les quartiers » – représentent l’avatar contemporain d’une approche territorialisée qui, à travers des portions de ville, tout à la fois désigne des « problèmes sociaux » et, de manière euphémisée, vaut qualification sociale de ceux qui les habitent.

Bibliographie

Authier J.-Y. (1993), La Vie des lieux : un quartier du Vieux-Lyon au fil du temps, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Authier J.-Y. (dir.) (2001), Du domicile à la ville : vivre en quartier ancien, Paris, Anthropos.

Bacqué M.-H. & Fol S. (1997), Le Devenir des banlieues rouges, Paris, L’Harmattan.

Benoît-Guilbot O. (1982), préface Cahiers de l’observation du changement social, vol. 6.

Bensoussan B. (1982), « Le recours au quartier : enjeux et changement social en milieu urbain », Cahiers de l’OCS, vol. 16, p. 183-227.

Chalas Y. & Dubois-Taine G. (1997), La Ville émergente, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Chamboredon J.-C. & Lemaire M. (1970), « Proximité spatiale et distance sociale : les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, vol. 11, nº 1, p. 3-33.

Chombart de Lauwe P.-H. et al. (1951-1952), Paris et l’agglomération parisienne, 2 vol., Paris, Presses universitaires de France.

Chombart de Lauwe P.-H. et al. (1959-1960), Famille et habitation, 2 vol., CNRS Éditions, Paris.

Chombart de Lauwe P.-H. et al. (1961-1962), Recherches sur l’évolution sociale en milieu urbain, 4 vol., Paris, Centre d’étude des groupes sociaux.

Coing H. (1966), Rénovation urbaine et changement social, Paris, Éditions ouvrières.

Collectif (1986), L’Esprit des lieux : localités et changement social en France, Paris, CNRS Éditions.

Dubet F. & Lapeyronnie D. (1992), Les Quartiers d’exil, Paris, Éditions du Seuil.

Durkheim É. (1893, 1978), De la division du travail social, Paris, Presses universitaires de France.

Durkheim É. (1895, 1987), Les Règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Grafmeyer Y. (1992), Quand le Tout-Lyon se compte : lignées, alliances, territoires, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Grafmeyer Y. (1991), Habiter Lyon : milieux et quartiers du centre-ville, Lyon / Paris / Villeurbanne, Presses universitaires de Lyon / CNRS Éditions / Programme pluriannuel en sciences de l’homme.

Halbwachs M. (1932), « Chicago, expérience ethnique », Annales d’histoire économique et sociale, nº 4, p. 11-49.

Ledrut R. (1968), Sociologie urbaine, Paris, Presses universitaires de France.

Lefebvre H. (1967), « Quartier et vie de quartier », Cahiers de l’IAURP, nº 7, p. 9-12.

Lepoutre D. (1997), Cœur de banlieue, Paris, Odile Jacob.

Mansuy M. & Marpsat M. (1991), « Les quartiers des grandes villes : contrastes sociaux en milieu urbain », Économie et statistique, nº 245, p. 33-47.

Paugam S. (1994), La Disqualification sociale : essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, Presses universitaires de France.

Perec G. (1974), Espèces d’espaces, Paris, Éditions Galilée.

Pinçon M. & Pinçon-Charlot M. (1989), Dans les beaux quartiers, Paris, Éditions du Seuil.

Pinol J.-L. (1991), Les Mobilités de la grande ville. Lyon (fin xixe-début xxe siècle), Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Remy J. & Voyé L. (1992), La Ville : vers une nouvelle définition ?, Paris, L’Harmattan.

Simon P. (1992), « Belleville, un quartier d’intégration », Migrations Société, vol. 4, nº 19, p. 45-68.

Topalov C. (dir.) (2002), Les Divisions de la ville, Paris, Unesco / Maison des sciences de l’homme.

Vieillard-Baron H. (2001), Les Banlieues : des singularités françaises aux réalités mondiales, Paris, Hachette.

Villechaise-Dupont A. (2000), Amère banlieue : les gens des grands ensembles, Paris, Grasset.

Notes

1 Publié dans J.-Y. Authier, M.-H. Bacqué & F. Guérin-Pace (dir.), Le Quartier : enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, 2007, p. 21-31.

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search