Version classiqueVersion mobile

Pour la sociologie urbaine

 | 
Yves Grafmeyer
, 
Jean-Yves Authier

Textes choisis

Identités sociales et espaces de mobilité1

Texte intégral

  • 1 Exposé de soutenance de la thèse pour le doctorat d’État en lettres et sciences humaines, Paris, U (...)

1À l’origine de ce travail – ou peut-être vaudrait-il mieux dire de ces travaux – se trouvait une interrogation générale portant sur la dimension spatiale des activités humaines ou, si l’on préfère, sur l’interdépendance entre les phénomènes sociaux et les espaces dans lesquels ces phénomènes se déploient.

2Par « espace », il faut bien sûr entendre, en un premier sens, l’espace physique, matériel, « sensible », qui doit lui-même être envisagé à la fois :

  • comme source de contraintes spécifiques en raison du jeu des proximités et des distances qu’il impose ;
  • mais aussi comme espace aménagé, construit, perçu et parcouru, c’est-à-dire comme produit social susceptible, à ce titre, d’exercer des effets en retour sur les structures mentales, sur les conduites individuelles et sur le déroulement des processus collectifs.

3D’un autre côté, il se trouve que les constructions théoriques et les outils d’analyse des sociologues engagent un grand nombre de métaphores spatiales diversement assumées selon les cas, mais quasi omniprésentes. Le meilleur exemple que l’on puisse donner de ces espaces en quelque sorte abstraits est sans doute celui des positions sociales et des flux de passage entre positions : représentation spatiale ou spatialisante qui est intimement liée aux théories et aux mesures de la mobilité sociale, et qui en constitue même probablement une condition a priori de possibilité. Mais la métaphore spatiale est encore engagée dans bien d’autres expressions ou concepts : champ de pratiques, espace de jeu ou de négociation, zone d’incertitude, scène d’interaction, réseau, centre / périphérie, etc.

4Or ces divers dispositifs théoriques à connotation spatiale ne peuvent manquer, de leur côté, de poser au détour de telle ou telle recherche le problème de leur articulation aux espaces matériels, sensibles, dans lesquels s’inscrivent les phénomènes sociaux dont ces dispositifs théoriques visent à rendre compte.

5D’une certaine manière, chacun de ces deux types d’espaces, le physique et le métaphorique, le concret et l’abstrait, renvoie donc à l’autre, si bien que leur articulation toujours problématique peut être considérée comme l’un des fils conducteurs utilisables pour aborder un certain nombre de questions familières au sociologue.

6Parmi ces questions, trois ont retenu plus particulièrement mon attention :

  • De quelle manière les conduites individuelles sont-elles contraintes, limitées, mais aussi façonnées et orientées par la vie sociale du fait même que cette vie sociale s’objective et se matérialise dans des espaces (d’habitat, de travail, de rencontre...) ?
  • Quelles sont les logiques qui sous-tendent les phénomènes de mobilité et d’immobilisation, ces termes étant pris dans leurs différentes composantes : la mobilité sociale, la mobilité professionnelle, la mobilité résidentielle, mais aussi la mobilité « mentale » entendue notamment, dans la tradition des travaux de Georg Simmel et de l’école de Chicago, comme capacité plus ou moins affirmée qu’ont les acteurs sociaux à redéfinir au fil de leur biographie le sens des situations auxquels ils se trouvent confrontés, ou encore les enjeux qui leur importent ?
  • Quels sont, au bout du compte, les processus selon lesquels se transmettent, se confortent et aussi se recomposent les identités sociales d’individus qui sont toujours acteurs sur plusieurs scènes, sont soumis à des attentes ou des injonctions parfois contradictoires, et qui sont affectés tout au long de leur existence par une succession d’états et d’événements faisant que leurs positions instantanées ne prennent sens que par référence à des trajets et à des projets ?

7« Identités sociales et espaces de mobilité », tel est donc l’intitulé par lequel j’ai choisi de désigner, faute de mieux, un programme de recherche qui se situe au carrefour des trois questions que je viens de mentionner.

8Pour qu’il y ait recherche, et non pas seulement spéculation, il était bien évidemment nécessaire de se donner des objets d’analyse plus limités, des terrains d’observation particuliers et des méthodes appropriées.

  • 2 Institut de recherches et d’études sociologiques et ethnologiques.

9Par la nature même des questions qu’elle mettait en jeu, mon orientation de recherche s’était inscrite assez logiquement dans le champ, lui-même très vaste, de la sociologie urbaine. Tel était bien le cas des premiers travaux empiriques que j’avais conduits, parfois seul, mais le plus souvent en collaboration avec des collègues sociologues et géographes, au sein du Centre d’ethnologie française, puis du Laboratoire de sciences sociales de l’École normale supérieure, et enfin de l’IRESE2 et du Groupe de recherche sur la socialisation de l’université Lumière Lyon 2. L’objectif de ces travaux, auxquels les deux premières parties de la thèse sont sans doute les plus fidèles, était l’analyse de lieux et de milieux urbains particuliers, des enjeux qui s’y nouent et des processus qui en commandent le devenir.

10Au départ, c’étaient plutôt les phénomènes de ségrégation urbaine, les usages de l’habitat et les pratiques de la ville qui avaient retenu mon attention, et donc le choix des terrains et des catégories d’analyse. Je n’en suis venu que plus récemment à étudier aussi un milieu professionnel, en l’occurrence celui de la banque. En effet, l’analyse d’un certain nombre de déterminants de l’action ne peut pas se satisfaire d’une identification sommaire des appartenances socioprofessionnelles. Elle impose de surcroît, y compris à la sociologie « urbaine », d’explorer tout ce qui peut se jouer dans les milieux de travail concrets des citadins.

11Les trois études empiriques qui forment le corps de la thèse diffèrent à bien des égards par la nature du matériau qu’elles ont recueilli, par la manière dont elles construisent plus précisément leur objet et par le traitement auquel elles le soumettent. Mais elles s’inspirent d’un souci commun : explorer la question des identités sociales à travers l’analyse de petites populations qui, au moment de l’enquête, sont toutes insérées dans un même contexte socio-spatial, celui de l’agglomération lyonnaise.

12« Petites populations » : la précision est importante, car elle permet de cerner à chaque fois des constellations de personnes qui peuvent être considérées sous deux angles complémentaires :

  • en tant que populations statistiques, dont la consistance est problématique puisqu’elle ne repose en réalité que sur un critère particulier de sélection, choisi à chaque fois dans un registre différent des pratiques (constellations familiales fortement interconnectées ; lieu de résidence ; milieu de travail) ;
  • en tant qu’ensembles humains de taille relativement restreinte, composés de personnes susceptibles d’avoir entre elles des liens, des relations, des perceptions mutuelles qui peuvent concourir à orienter leurs pratiques et à façonner leurs identités sociales. Autrement dit, les informations statistiques décrivant à grands traits les propriétés des personnes peuvent être ainsi croisées avec l’analyse de structures d’interdépendance, de réseaux d’interconnaissance, et aussi de situations d’interaction allant des plus éphémères aux plus formalisées.

13Les populations retenues ont été définies en fonction de critères différents, qui commandent des approches diversifiées et complémentaires des rapports entre les appartenances familiales, les parcours professionnels et les mobilités spatiales. Dans la mesure du possible, les individus étudiés ont été envisagés dans la durée longue des biographies personnelles et des devenirs intergénérationnels. C’est donc en croisant les descriptions morphologiques, les analyses de situations et une démarche de type longitudinal que je me suis efforcé de saisir les interdépendances, ou du moins les interférences, entre la profession, l’habitat et l’univers de la famille et de la parenté. Ces trois dimensions des existences, privilégiées au détriment d’autres qui auraient certes pu être jugées tout aussi pertinentes, ont été systématiquement prises en compte. Toutefois, elles ont été très inégalement explorées selon le point de vue qui commandait à chaque fois les lignes de force de l’analyse et la richesse de l’information accessible.

14La première partie de la thèse est consacrée à l’étude de quelques milliers d’individus (ou plutôt de familles) appartenant aux couches dominantes de la société lyonnaise et figurant à ce titre dans un annuaire local qui paraît régulièrement depuis le début du siècle, le Tout-Lyon. Pour l’essentiel, je m’en suis tenu ici au traitement statistique de la source, en guise de première étape devant conduire à une étude plus étoffée de milieux et de réseaux locaux dont l’annuaire ne fournit qu’une trace purement comptable et sans doute aussi quelque peu tronquée.

15Au sein de cette population qui se caractérise globalement par la densité des liens d’interconnaissance et d’intermariage, par un haut niveau de fécondité, par une très forte concentration des résidences et par le poids des positions héritées sur l’orientation des trajectoires individuelles, les professions déclarées par les chefs de ménage introduisent des différences qui sont parfois significatives mais restent le plus souvent de deuxième ordre, hormis les quelques cas très minoritaires où le métier exercé est directement associé à des logiques spécifiques d’inscription dans l’annuaire.

16La deuxième partie analyse les logiques de peuplement, les usages de la ville, les formes de sociabilités et les perceptions mutuelles qui caractérisent les habitants de trois microsecteurs résidentiels du centre de Lyon.

17Sans être emblématiques des « beaux quartiers », les trois sites retenus font néanmoins partie des lieux d’élection de familles souvent établies à Lyon depuis plusieurs générations, qui marquent de leur empreinte les logiques de peuplement et les manières d’habiter qui prévalent localement. Suffisamment proches par leur composition sociale pour être comparés, ces trois groupes d’îlots se différencient cependant par la configuration matérielle de leur cadre bâti, par la structure de la propriété des immeubles, par la manière dont se distribue dans l’espace local la diversité sociale et démographique des ménages, et aussi par la physionomie des quartiers qui leur sont contigus.

18La question était donc de savoir jusqu’à quel point des citadins aux caractéristiques sociales comparables pouvaient témoigner, dans leurs pratiques et dans leurs représentations, des effets exercés par les contextes résidentiels dans lesquels ils se trouvaient placés à cette étape de leur histoire personnelle et familiale.

19La troisième partie se fonde sur une enquête conduite auprès du personnel d’une grande banque régionale, la Société Lyonnaise de Banque. Ici tout comme dans l’ensemble du secteur bancaire, les salariés se caractérisent par une grande diversité des origines sociales et des niveaux d’études. Beaucoup d’entre eux ont effectué la majeure partie de leur parcours professionnel au sein de la même entreprise, mais en y occupant un nombre parfois élevé de postes successifs. Avec le développement des réseaux d’exploitation (agences et succursales) au cours des dernières décennies, cette mobilité fonctionnelle s’est de plus en plus traduite par une mobilité géographique, du moins pour certains types de carrières. Le contexte actuel de redéfinition des tâches multiplie les occasions et les besoins de réaffectation des personnes et en étend les effets à des catégories de plus en plus nombreuses. Ce milieu de travail se prêtait donc particulièrement bien à une analyse de l’interdépendance entre trois éléments :

  • les positions occupées dans la division des tâches et la hiérarchie des statuts ;
  • les caractéristiques sociodémographiques des personnes qui occupent ces positions ;
  • les carrières et les autres formes de mobilité à la faveur desquelles se redéfinissent les identités professionnelles et sociales des personnes.

20Ce n’est pas ici le lieu de détailler les conclusions qui ont pu être tirées de chacune de ces trois recherches. Je me contenterai de souligner brièvement un point qui, parmi quelques autres, m’apparaît tout à fait commun à ces conclusions particulières. Ce que je me suis efforcé de discerner, c’est, en définitive, les règles selon lesquelles tendent à s’opérer localement – c’est-à-dire dans un milieu donné ou un contexte donné – des équivalences ou des échanges mettant en jeu des dimensions apparemment incommensurables des existences individuelles.

21Le mot « règles » doit être entendu ici dans son sens le plus large, ou plutôt dans un jeu combiné de plusieurs sens :

  • d’abord, au sens le plus strict, les règles instituées ;
  • mais aussi les processus et dispositifs plus informels de régulation ;
  • et enfin les simples régularités statistiques qui ne manifestent qu’en termes probabilistes les choix adoptés par les individus.

22C’est sans doute dans la partie consacrée au monde bancaire que cette idée est la plus apparente, et aussi la plus argumentée.

23On voit bien par exemple comment, au sein de l’entreprise, mais aussi de façon plus différenciée au sein même de chacun des établissements qui la composent, se règle le jeu complexe des combinaisons et des substitutions partielles entre le mérite et l’ancienneté ; entre les titres, les grades et les postes ; entre les savoir-faire commerciaux, les spécialités techniques et les fonctions administratives ; entre l’expérience de terrain et les positions de commandement ; entre les droits acquis et les performances atteintes, etc.

24Les contraintes techniques, organisationnelles, réglementaires, ainsi que toutes celles nées de l’environnement économique et de la concurrence accrue entre banques, pèsent de tout leur poids sur la manière dont se redéfinit au cours du temps le système des positions et le déroulement des carrières. Face à ces contraintes, les acteurs de l’organisation sont souvent amenés, dans la marge de liberté au demeurant fort inégale dont ils disposent, à opérer des arbitrages où leurs intérêts professionnels sont confrontés à d’autres enjeux, par exemple d’ordre familial ou résidentiel. On voit ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, comment la forte mobilité géographique consentie – en dépit de ses coûts familiaux – par un agent dépourvu de qualifications scolaires peut se convertir au fil des ans en aptitude présumée à la mobilité, c’est-à-dire en atout professionnel reconnu par l’employeur qui en tient compte dans l’appréciation de la personne et la gestion de sa carrière. À l’inverse, on voit aussi comment, pour d’autres agents, ou à d’autres étapes d’une même biographie, la mobilité fonctionnelle au sein d’un même ville peut finir par être recherchée moins pour obtenir de nouveaux bénéfices professionnels que pour assurer de meilleures chances à une volonté d’immobilisation résidentielle devenue prioritaire pour des raisons familiales.

25Si ces mécanismes d’équivalences, de substitutions et de reconversions sont ici relativement accessibles, c’est parce que, comme dans toute entreprise, de tels jeux correspondent à des enjeux clairement identifiables tant pour l’organisation que pour chacun de ses membres, et parce que les positions, les changements de position et les rapports institués entre positions peuvent être appréciés jusqu’à un certain point à l’aune de ces étalons généraux que sont la grille des rémunérations et celle des statuts.

26C’est bien, d’une certaine façon, le même mode de lecture qui a été adopté pour l’analyse comparée de quelques microcontextes résidentiels.

27Certes, on ne disposait pas, ordinairement, d’un quelconque « équivalent général » de type monétaire, encore que beaucoup d’interviewés soient susceptibles d’expliciter en ces termes leurs arbitrages entre la propriété et la location, entre les coûts de leur maintien dans les lieux et la satisfaction de leurs projets éducatifs, ou encore entre les avantages d’un logement gratuit et le montant des dettes affectives et relationnelles contractées auprès des ascendants dans les cas où ces derniers les logent sans contrepartie financière.

28De même, on voit bien comment les régisseurs d’immeubles, qui jouent un rôle important dans les processus de peuplement du parc locatif privé, trient les candidats au logement en fonction de grilles d’évaluation de leurs mérites respectifs. Or ces évaluations mettent le critère de pure solvabilité en balance avec d’autres éléments d’appréciation des personnes, et en particulier de leur capacité à cohabiter dans un voisinage donné. En effet, les conflits de voisinage ou la dégradation de l’image sociale d’une résidence peuvent représenter un risque et un coût professionnel spécifique pour ces intermédiaires du marché locatif puisqu’ils sont en même temps les syndics de gestion des immeubles concernés.

29Plus largement, l’étude a montré comment, en combinaison avec les ressources et les dispositions propres à chaque catégorie d’habitants, divers éléments du contexte d’habitat (structure du bâti, régime de propriété, calendrier du peuplement...) pouvaient produire des effets spécifiques sur la perception du voisinage et l’image de soi : dans les secteurs anciens, effets de neutralisation des différences du fait de la grande complexité du cadre matériel et de l’enchevêtrement des statuts juridiques d’occupation ; dans le pâté d’immeubles de construction récente – pourtant plus homogène par sa composition sociale –, effets de surestimation des différences, conduisant à reformuler en termes de distance sociale des inégalités ne tenant guère, objectivement, qu’à la superposition locale des écarts entre les générations, entre les taux de rotation, entre les tailles des logements et entre propriétaires et locataires.

30En se fondant sur l’exploitation d’un matériau presque exclusivement statistique, et donc de portée plus limitée, l’étude consacrée à l’annuaire du Tout-Lyon n’en suggère pas moins elle aussi, à sa façon, selon quelles règles et dans quelles limites peuvent être comparées, substituées ou échangées des propriétés aussi hétérogènes que l’ancienneté de la famille (ou de la belle-famille...) dans la bourgeoisie locale, la notoriété du patronyme, l’appartenance à l’aristocratie, l’affiliation à des cercles ou clubs reconnus, le prestige de la profession caractérisant en propre le chef de ménage, ou encore l’exercice de responsabilités publiques plus ou moins valorisantes.

31Ce jeu d’équivalences et de convertibilités relatives a été exploré à trois niveaux :

  • celui des catégories de jugement mises en œuvre par l’éditeur quand il sélectionne les candidats à l’inscription dans l’annuaire : catégories de jugement qui, en définitive, jouent à la manière d’un système implicite de comparaison et de compensations possibles entre les diverses propriétés sociales dont les solliciteurs sont inégalement dotés ;
  • celui des éléments de présentation de soi que chaque ménage figurant dans l’annuaire décide de rendre visible, ou, au contraire, de passer sous silence dans la rédaction de sa notice ;
  • sur le long terme, celui de la reconduction ou, à l’inverse, de la recomposition des attributs sociaux des familles, tant dans la succession des générations qu’à l’occasion des échanges matrimoniaux.

32En définitive, c’est bien d’une certaine façon par le biais de telles opérations d’équivalence ou d’échange que se jouent pour partie les identités des personnes qui sont impliquées dans les milieux, les contextes locaux ou les systèmes d’interaction dont il a été question tout au long de cet ensemble de recherches.

33Ce travail représente une étape. Il m’a permis de roder sur des matériaux assez divers un même type d’approche. Il m’a permis aussi de préciser quelques questions d’ordre méthodologique auxquelles je souhaiterais continuer à me confronter. Il a enfin posé des jalons pour les futures recherches.

34Parmi les questions de méthode, j’en mentionnerai deux qui correspondent à des moments distincts mais complémentaires de l’analyse du social.

35Le premier ordre de questions a trait aux logiques d’action, au sens revêtu par les conduites individuelles telles que le sociologue peut les interpréter, voire les formaliser. À ce propos, je me contenterai d’énoncer quatre points qui me paraissent mériter une plus grande attention :

  • Quels sont les rapports entre, d’une part, les déterminants des conduites qui peuvent être référés à la position occupée par des acteurs dans une structure d’interaction donnée ; et, d’autre part, tout ce qui, au-delà de la situation, de la scène ou du système d’action plus particulièrement observés, engage en même temps d’autres dimensions des personnes, dimensions avec lesquelles ces dernières sont parfois amenées à composer.
  • La question invite du même coup à prendre en compte les trajectoires qui donnent sens aux positions instantanées. Non pas seulement pour intégrer à l’analyse l’incidence des ressources et dispositions incorporées aux personnes en quelque sorte à leur insu, mais aussi pour prendre en compte le rapport parfois beaucoup plus explicite que les personnes entretiennent avec leur propre passé et leur avenir probable ou souhaité, pour repérer ce qu’elles en savent ou en préjugent chez autrui, et enfin pour mieux analyser comment les différents acteurs sont en mesure de jouer de tout cela dans leurs interactions.
  • Dans quelle mesure les attitudes et les conduites apparaissent-elles comme tributaires de processus de socialisation qui dicteraient en définitive les choix, ou bien comme susceptibles d’être analysées en termes de calcul rationnel et de stratégie explicite ? Les trois recherches présentées, du moins les deux dernières, m’ont à peu près convaincu que ce n’est pas au sociologue, en tout cas pas à lui seul, d’en décider. C’est d’abord en prenant au sérieux les propos tenus par les enquêtés que l’on peut se faire une première idée de ce qui, selon les cas,
  • s’apparente à des stratégies à peu près réductibles à un calcul utilitariste ;
  • ou bien traduit l’adhésion à des valeurs et à des normes ;
  • ou encore, pour rester fidèle aux catégories de Weber, relève plutôt de l’affectivité ou du poids des habitudes acquises.
  • « Prendre les énoncés au sérieux » ne signifie pas les prendre au pied de la lettre. Bien au contraire, c’est en prenant au sérieux tout ce qui est dit par l’enquêté que l’on a les meilleures chances de saisir les conditions sociales de production de son énoncé, et donc les raisons qui le font adopter tel registre de discours de préférence à tel autre pour parler de ses pratiques.

36Par exemple, j’ai été frappé de voir combien les enquêtés les mieux dotés en ressources de tous ordres, ceux dont le destin social semble objectivement le mieux assuré, sont souvent aussi les plus enclins à parler de hasards (souvent heureux...), de contingences des situations, ou encore d’assentiment tout naturel à ce qui va de soi plutôt que de stratégies.

37Inversement, la socialisation professionnelle spécifique au milieu de la banque paraît développer, chez beaucoup d’agents et en particulier chez ceux, peu dotés en ressources scolaires, qui ont trouvé dans les années de forte croissance les opportunités d’une promotion sociale qui n’allait pas de soi, une aptitude toute particulière à parler en termes d’arbitrages, de calculs coûts / avantages, de gains ou de perte au change, de négociation, d’investissement, de valorisation de soi, de « crédit auprès de l’employeur »... Dans les interstices de ces raisonnements de parfaits calculateurs, il devenait alors intéressant de déceler ce qui conférait simultanément d’autres sens aux conduites, par exemple lorsqu’au langage du coût acquitté dans l’immédiat et du bon placement pour l’avenir se superposait, avec une grande régularité, celui des « sacrifices » qu’il convenait de consentir dans la sphère domestique.

38Le deuxième ordre de questions concerne les logiques structurales qui commandent la configuration et la dynamique de ces populations locales, c’est-à-dire à la fois les principes de mise en rapport des individus et les processus découlant en retour de la combinaison de leurs conduites. En particulier, j’ai rencontré à chaque fois le problème de l’imbrication entre des logiques de marché et des logiques de réseaux :

  • d’un côté, marché immobilier et marché locatif, marché matrimonial, marché du travail, ou encore logiques de marché ou de pseudo-marché s’instaurant dans les interstices de l’organisation bancaire tant à l’occasion de prestations mutuelles entre agents que dans les dispositifs de gestion collective de leurs mobilités ;
  • d’un autre côté, réseaux de parenté, de solidarité, d’interconnaissance, de recommandation, d’information mutuelle..., réseaux multiples et multiformes qui font que, là-même où il y a marché, ce dernier peut rarement s’analyser comme mise en présence aléatoire de purs atomes sociaux.

39Cette question est aujourd’hui dans l’air du temps, ce qui ne signifie pas qu’elle soit pour autant dépourvue de pertinence. Elle représente en particulier un thème de dialogue fécond entre économistes et sociologues, ce qui m’intéresse depuis longtemps.

40Telles sont donc les questions, familières à tout sociologue, que j’aimerais approfondir, toujours à travers l’analyse de populations locales au sens où j’ai entendu ce terme, c’est-à-dire en tant qu’agencements originaux et relativement stables de trajectoires, de dispositions et de conduites.

41Dans l’immédiat, je compte m’intéresser, avec un certain nombre de collègues, à trois types de milieux diversement articulés à l’espace lyonnais, mais susceptibles de comparaisons avec d’autres contextes locaux :

  • les anciennes et nouvelles couches dominantes, que je n’ai fait qu’effleurer à travers le traitement statistique d’un annuaire ;
  • le monde des étudiants, saisis dans leur double rapport à l’université et à la ville ;
  • et, sans doute aussi, quelques autres milieux professionnels.

42Ces entrées multiples, intéressantes en soi, convergeront-elles de surcroît vers l’analyse plus englobante d’une véritable logique d’agglomération, mettant en jeu, au minimum, la redéfinition simultanée des activités tertiaires, des groupes sociaux et des espaces ? Je le souhaite. Mais je crains que ce soit là une tout autre histoire, de celles que seuls savent vraiment nous conter les bons historiens.

Notes

1 Exposé de soutenance de la thèse pour le doctorat d’État en lettres et sciences humaines, Paris, Université René Descartes, 1990.

2 Institut de recherches et d’études sociologiques et ethnologiques.

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search