Version classiqueVersion mobile

Pour la sociologie urbaine

 | 
Yves Grafmeyer
, 
Jean-Yves Authier

Prologue

Jean-Yves Authier

Texte intégral

  • 1 Les citations figurant dans ce prologue sont issues des témoignages de ses collègues et amis, que (...)

1Présentateur et traducteur à la fin des années 1970 (avec Isaac Joseph) de plusieurs textes majeurs de l’école de Chicago, auteur au début des années 1990 d’un manuel de sociologie urbaine qui aujourd’hui encore constitue une référence, mais aussi chercheur ayant produit de très nombreux travaux et écrits de premier plan sur les phénomènes urbains (les processus de ségrégation, les logiques de peuplement, les manières d’habiter, les sociabilités urbaines...), Yves Grafmeyer est une figure marquante de la sociologie urbaine française des quarante dernières années et « l’un des plus grands promoteurs » (C. Bonvalet)1 de ce champ en France. Sociologue de la vie urbaine, plus que sociologue de la ville (ou de l’urbain), il est aussi plus largement et avant tout un grand sociologue « unanimement respecté et admiré » (F. Dubet). Premier membre junior en sociologie de l’Institut universitaire de France, invité dans de très nombreux jurys de thèse ou d’habilitation à diriger des recherches (HDR), il a joué un rôle très important dans la promotion de la sociologie en France et dans la formation de plusieurs générations de sociologues. « Chercheur et pédagogue hors pair » (A. Gotman), il a également eu un rôle majeur dans la structuration et l’animation de la recherche (urbaine et en sciences sociales), tant à l’échelle nationale (au CNRS, au sein du Réseau devenu Groupement d’intérêt scientifique Socio-économie de l’habitat...) qu’à l’échelle locale, à Lyon, où il a été pendant dix ans directeur du Groupe de recherche sur la socialisation (GRS), puis pendant cinq ans vice-président à la recherche de l’Université Lyon 2.

  • 2 Cette idée d’ouvrage était pour moi d’autant plus une évidence qu’après avoir été son élève (il a (...)
  • 3 J. Remy, Sociologie urbaine et rurale : l’espace et l’agir, Paris, L’Harmattan, 1998.

2Pour toutes ces raisons, un livre sur cette « figure de référence » (C. Bonvalet) et sur son œuvre s’imposait2. Mais, parmi les grandes qualités humaines qui caractérisent Yves Grafmeyer et que soulignent dans leurs propos ses collègues et amis, figure la modestie. Aussi, lorsque je lui ai soumis l’idée, au cours de l’année 2015, d’un ouvrage qui lui serait consacré, ses premières réponses étaient plutôt réservées : « Tu crois ? », « Est-ce que cela vaut vraiment la peine ? »... Je lui ai alors proposé plusieurs formats de publication et, par amitié sans doute, il a finalement accepté l’idée d’un livre qui reprendrait très largement la forme générale et la structuration d’un ouvrage précédemment publié et consacré à une autre grande figure de la sociologie urbaine (et rurale) : Jean Remy3. Ainsi, comme dans ce dernier ouvrage, deux grandes parties composent notre livre : une partie « Entretiens » et une partie « Textes choisis ».

  • 4 La retranscription des entretiens a été réalisée par Zoé Collins, que nous tenons ici, Yves Grafme (...)

3La première présente le contenu d’une série de six entretiens qui ont été réalisés en 2015 et 2016. Ces entretiens, reproduits au plus près de ce qu’ils ont été4 (même s’ils ont été relus et très légèrement complétés par Yves Grafmeyer), ne sont pas à proprement parler des entretiens sociologiques et ne visent pas expressément à percer « le mystère Grafmeyer », caïman à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, agrégé de philosophie, « “programmé” pour l’ENS, l’EHESS, la Sorbonne et le Collège de France » et qui « a choisi de faire sa carrière à Lyon, de se charger de la politique scientifique de son université, de prendre le train pour s’occuper des affaires de la sociologie française et de quelques revues... » (F. Dubet). Nourris de la lecture d’autres entretiens qu’il a accordés, et mettant en scène deux collègues (et amis) qui se connaissent bien et depuis longtemps, ces entretiens retracent d’abord le parcours (de formation, professionnel et institutionnel) de cet homme « libre, indifférent aux modes, fermement hostile aux simplismes » (J. Lautman), de ses années de formation à l’ENS-Ulm à ses dernières années d’activités à l’Université Lyon 2. Ce premier volet (« Parcours ») fait apparaître le portrait d’un intellectuel fortement épris d’empirisme, tout en donnant à voir, dans une certaine mesure et en écho aux propos de Jacques Lautman, la multiplicité des fils qui tissent sa trajectoire. Il permet d’observer aussi, en toile de fond, les grandes évolutions contemporaines de la sociologie, de la recherche et du monde universitaire, en France comme dans le contexte lyonnais.

4Ces entretiens présentent ensuite la genèse, les objets, les enjeux et les résultats des travaux de recherche d’Yves Grafmeyer, de sa thèse d’État, « Identités sociales et espaces de mobilité : approche longitudinale de quelques milieux lyonnais », soutenue en 1990, à ses derniers travaux consacrés à la sociologie de Lyon. Ce deuxième volet (« Travaux ») passe ainsi en revue ses différentes recherches sur la bourgeoisie lyonnaise, les manières d’habiter à Lyon, les gens de la banque, les statuts résidentiels, les pratiques d’hébergement, les relations de voisinage, etc. Il montre l’ampleur et la richesse d’une œuvre sociologique fondamentalement attachée, à la fois, à saisir les interdépendances entre les activités sociales et les espaces dans lesquels ces activités se déploient, et à comprendre les activités sociales des individus au carrefour de deux ordres de déterminants : d’une part, les déterminants collectifs des conduites individuelles, et d’autre part, les effets agrégés qui émergent de la combinaison de ces conduites. Ce deuxième volet laisse également entrevoir, au passage, l’évolution des manières de faire (de la recherche) des sociologues, de la fabrication artisanale (pixel par pixel) des fonds de cartes d’Habiter Lyon (1991) à l’usage du logiciel R pour la réalisation des cartes de Sociologie de Lyon (2010) !

5Enfin, le troisième volet de ces entretiens (« Mots-clés ») est centré sur les notions sociologiques majeures mobilisées par Yves Grafmeyer (la socialisation, la ségrégation, la sociabilité...) et propose des définitions synthétiques de ces notions – qui pourront sans doute être davantage utiles aux étudiantes et étudiants en sociologie que celles que l’on peut trouver dans le Larousse ou sur Wikipédia !

6La présentation de ses travaux et mots-clés permet ainsi d’entrer dans l’œuvre d’Yves Grafmeyer et constitue une introduction à la lecture, ou à la relecture, de ses textes figurant dans la deuxième partie de cet ouvrage. Celle-ci est composée d’une sélection (effectuée en commun) de huit textes s’étalant de 1990 à 2012 et particulièrement significatifs de sa production (présentée de façon exhaustive dans la « Bibliographie d’Yves Grafmeyer »). Le premier est une reproduction, inédite, de l’exposé de soutenance de sa thèse d’État, qui présente son projet scientifique d’ensemble, centré sur l’analyse des rapports entre les processus sociaux et les espaces matériels dans lesquels ils se déploient. Les cinq textes suivants ont trait à ses thématiques de recherche privilégiées : les phénomènes de ségrégation, les sociabilités urbaines, les formes de coexistence en milieu urbain, le quartier et les choix résidentiels. Le septième est une recension, relativement récente, d’un ouvrage important dans le champ de la sociologie urbaine (L’Aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés), qui donne à voir ses centres d’intérêt et ses modes de réflexion, ainsi que ses grandes qualités de lecteur. Le huitième et dernier texte est consacré, tout naturellement, à « la sociologie urbaine dans le contexte français ».

7Ce livre montre en définitive la très grande richesse du parcours et des travaux de ce « sociologue très urbain » (aux deux sens du terme) « qui honore l’université et la sociologie » (B. Lahire). Pour moi, et je pense aussi pour Yves Grafmeyer, le temps de son élaboration a été un vrai moment de bonheur. Souhaitons maintenant qu’il en soit de même à sa lecture !

Notes

1 Les citations figurant dans ce prologue sont issues des témoignages de ses collègues et amis, que le lecteur trouvera dans les dernières pages du livre. Ces témoignages ont été sollicités sur la base d’une courte liste de noms suggérés, à ma demande, par Yves Grafmeyer.

2 Cette idée d’ouvrage était pour moi d’autant plus une évidence qu’après avoir été son élève (il a été mon directeur de thèse puis mon garant d’HDR), j’ai eu ensuite la chance et l’immense plaisir d’enseigner et de travailler avec lui dans le cadre de diverses opérations de recherche et de publication, et de pouvoir ainsi apprécier pleinement, tout à la fois, sa très grande culture, sa « générosité intellectuelle » (C. Bonvalet), son « extraordinaire qualité d’observation, de méthode et d’écriture » (A. Gotman) et ses grandes qualités humaines.

3 J. Remy, Sociologie urbaine et rurale : l’espace et l’agir, Paris, L’Harmattan, 1998.

4 La retranscription des entretiens a été réalisée par Zoé Collins, que nous tenons ici, Yves Grafmeyer et moi, à remercier.

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search