Version classiqueVersion mobile

La Prose de Samuel Beckett

 | 
Julien Piat
, 
Philippe Wahl

I. Postures d'énonciation

L’oralité dans Malone meurt

Anne-Claire Gignoux

Texte intégral

  • 1 Voir Philippe & Piat, 2009, notamment le chapitre de Gilles Philippe, « Langue littéraire et langu (...)
  • 2 Les critiques notent l’importance de la voix ou des voix dans le roman du xxe siècle, à partir de (...)

1La littérature du xxe siècle cherche à renouveler son langage1 et l’oral apparaît alors comme un « réservoir de littérarité » (Bres, 2002, p. 54). Malone meurt appartient à cette lignée de romans du ressassement qui mettent en scène la voix d’un locuteur2. Ce type de romans a pu être décrit comme un « roman parlant » (Martin, 1998, p. 14), et par la narratologie comme un monologue autonome ou « discours immédiat » pour reprendre la terminologie de Gérard Genette (1972, p. 193) : le personnage principal est un locuteur sans récit encadrant, qui se substitue au narrateur et s’exprime au présent et à la première personne. Cette présence de la première personne et l’envahissement par la subjectivité sont en effet des caractéristiques majeures du roman au tournant du xxe siècle. Christelle Reggiani parle encore de « récit adressé », insistant cette fois sur la deuxième personne et sur la situation de communication qui fonde l’énonciation de tels romans (Philippe & Piat, 2009, p. 151), et évoque la notion de skaz, dont Ann Banfield rappelle qu’il ne s’agit pas d’un récit « oral », mais plutôt « d’une imitation à l’écrit (littéraire) d’un discours, le plus souvent oral, bien sûr, mais éventuellement écrit (comme par exemple une lettre), se déroulant dans le cadre de ce que, d’un point de vue formel, on peut décrire comme de l’ordre de la communication » (Banfield, 1982, p. 260).

  • 3 Voir par exemple Barbéris, Bres & Siblot, 1998.

2Ce type de roman, dont Malone meurt est un exemple, met souvent en scène sa propre énonciation, et de ce fait constitue, pour reprendre la formule de Jean Ricardou, « l’aventure d’une écriture » et non « l’écriture d’une aventure » (Ricardou, 1971, p. 32). La perception d’un discours oral ne se cantonne pas alors aux dialogues éventuellement insérés, mais touche évidemment l’ensemble du texte. Une première définition de l’oralité pourrait être la suivante : une mise en scène de l’oral, exhibée et organisée, qui n’a sans doute pas grand-chose à voir avec une situation d’oral réelle et spontanée, mais qui affiche au travers de certaines configurations syntaxiques et énonciatives des oralitèmes qui, au xxe siècle, deviennent des stylèmes de littérarité identifiables par tout lecteur. Faire entendre une voix, c’est d’abord adopter une énonciation discursive, à la première personne et au présent. Cependant, dans Malone meurt, on verra que le locuteur s’essaie aussi au récit traditionnel au passé simple, mais que sans cesse sa subjectivité s’impose à nouveau dans son récit et vient l’interrompre. Se crée ainsi une tension entre une tentative de récit organisé, et un résultat apparemment désordonné et envahi par l’énonciation discursive. À l’intérieur du texte, les oralitèmes prennent la forme de configurations lexicales ou syntaxiques qui viennent perturber la syntaxe canonique linéaire de la langue littéraire pour lui donner l’apparente spontanéité de l’oral. Nous mettrons en relation ces différents oralitèmes avec l’émergence (paradoxale, dans un texte dominé par la première personne) d’une subjectivité en même ou en idem, pour reprendre un terme de la praxématique3.

L’ORALITÉ AU NIVEAU LEXICO-SYNTAXIQUE

  • 4 « beaucoup d’auteurs semblent considérer qu’il suffit, pour “faire parlé”, d’émailler la graphie o (...)

3On remarquera tout d’abord que contrairement à un Louis-Ferdinand Céline ou à un Raymond Queneau, Beckett choisit de ne pas s’attacher à la prononciation des mots : il n’indique pas d’apocopes ou de syncopes au moyen d’apostrophes4. Et s’il pratique des recherches lexicales qui vont dans le sens de l’oralité, il cultive aussi le lexème rare, soutenu, voire le néologisme.

  • 5 « Manière de voix hétérogène, indice parmi d’autres de résistance à la langue morte, la trivialité (...)

4Ainsi, on trouve des mots et des locutions familiers tels que « coup de gueule » (MM, p. 57), « histoires à crever debout » (p. 83), « lui mettait le feu au cul » (p. 115), « illustre couillon » (p. 142), « toutes les saloperies et pourritures » (p. 157), « me revoilà dans la merde » (p. 159), « que tout ça foute le camp » (p. 159), qui restituent tous la langue familière ou vulgaire et connotent ainsi l’oralité dans l’écrit (dont ils sont ordinairement proscrits5). Ils cohabitent librement avec des mots rares comme dans les exemples suivants :

Les grands jours de Louis échéaient donc en décembre [...]. (MM, p. 42)

Et au moindre signe de rébellion de sa part il allait dans le lavoir chercher le battoir et la frappait jusqu’à ce qu’elle vînt à résipiscence. (p. 43)

Le fils, ou hoir, était un grand gaillard [...]. (p. 44)

Et il est extraordinaire que Macmann ait pu se hisser, en si peu de temps et après des débuts plutôt difficultueux, à une conception aussi élevée. (p. 148)

  • 6 En voici un autre exemple : « Mais il arrivait quelquefois, avant qu’il se décidât à s’en aller » (...)

5Or tous ces exemples interviennent dans le récit, ostensiblement écrit au passé simple et maniant aisément l’imparfait du subjonctif6 (« vînt »). Le locuteur beckettien joue donc avec son lexique, recherche les contrastes vifs, provoque un surmarquage du récit pour mieux l’opposer au discours spontané et oral, ce qui permet aussi de mieux mettre en relief toute intrusion du discours dans le récit, comme on le verra par la suite.

6On peut encore noter la présence d’archaïsmes et de néologismes qui témoignent de l’intérêt que porte Beckett au lexique :

Elle est peut-être déjà morte, en me prédécédant [...]. (MM, p. 18)

C’est une nuit comme les aimait Kaspar David Friedrich, tempestueuse et claire. (p. 39)

défungeons d’abord, après nous aviserons. (p. 103)

Ce sont mes possessions qui m’ont fait défaillir, si j’en reprends l’énumération je défaudrai à nouveau [...]. (p. 130)

  • 7 Jeanne-Marie Barbéris relève d’autres phénomènes syntaxiques touchant le déroulement phrastique : (...)

7Cependant, c’est surtout dans le domaine syntaxique et dans le travail sur la phrase que l’oralité peut être identifiée facilement par le lecteur. En cela, Beckett utilise des oralitèmes que l’on peut retrouver chez bien d’autres auteurs du xxe siècle, au premier rang desquels la dislocation de la phrase7. Les exemples sont nombreux ; les occurrences répertoriées montrent des dislocations aussi bien à droite qu’à gauche, qui miment la spontanéité de l’oral. L’emphase par dislocation permet la thématisation d’éléments nominaux souvent déterminés par des déictiques (démonstratifs, possessifs de rang 1), qui apparaissent ainsi comme les arguments initiaux de divagations non construites :

Ces événements, je me suis quelquefois amusé à les inventer. (MM, p. 14)

Mais je l’ai visitée, l’armoire, mon bâton l’a visitée [...]. (p. 37)

Même la vitre, je la vois à peine [...]. (p. 56)

Mais elle m’est sortie de la tête, ma petite idée. (p. 84)

Mon cahier, je ne le vois pas, mais je le sens dans ma main gauche [...]. (p. 121)

Cet inventaire non plus je ne l’achèverai pas [...]. (p. 124)

8D’autres phénomènes peuvent venir perturber l’ordre canonique de la phrase tout en feignant l’oralité, comme les répétitions. Il s’agit de réduplications très simples, typiques là encore des tâtonnements du discours en train de se faire, et normalement cachées dans un texte écrit :

Mais je ne crois pas, je ne crois pas me tromper [...]. (MM, p. 7)

Toute ma vie je me suis retenu d’établir ce bilan, en me disant trop tôt, trop tôt. (p. 11)

9Enfin, on constate la présence d’interjections tout au long du livre. Le phénomène le plus fréquent consiste en un simple appui sur une interjection monosyllabique en début de phrase :

Oh je n’ai jamais été même partiellement sourd. (MM, p. 54)

Ah oui, j’ai mes petites distractions [...]. (p. 79)

Ah que je suis stupide [...]. (p. 106)

Oh il ne s’est pas évanoui [...]. (p. 164)

10On a donc retrouvé des oralitèmes dans l’écriture de Beckett qui lui sont personnels ou qui ressortissent à une écriture orale propre à la littérature du xxe siècle. Mais le phénomène ne se cantonne pas dans le choix du lexique et dans l’ordre de la phrase. Il nous faut regarder un peu du côté de la narration et de sa construction.

L’ORALITÉ AU NIVEAU NARRATIF

11L’identification des passages narratifs et discursifs attire en effet l’attention du lecteur, puisqu’ils sont en même temps surmarqués, comme nous l’avons déjà évoqué, et effacés par des phénomènes de brouillage récit/discours – le discours a tendance à envahir les paragraphes réservés au récit.

12La particularité de Malone meurt est en effet d’afficher, notamment par la présence de paragraphes séparés par des blancs typographiques, un découpage entre récits du narrateur à la première personne (au passé simple, évoquant des personnages nommés), et discours au présent égocentrés. Ce découpage est annoncé dès le début du livre, où le narrateur expose son plan, puis rappelé à divers moments du roman :

Donc mes histoires d’abord et en dernier lieu, si tout va bien, mon inventaire. (MM, p. 11)

Il n’y aura donc que trois histoires après tout [...]. (p. 11)

Considérons d’abord cette première phase du séjour de Macmann à Saint-Jean-de-Dieu. Nous passerons ensuite à la seconde, et même à la troisième, s’il faut. (p. 142)

  • 8 Cette dualité ordre/désordre étant évidemment artificielle, puisque, comme le rappelle Bruno Cléme (...)

13Le narrateur s’affiche également comme un narrateur omniscient, capable d’influer sur le destin des personnages qu’il invente : « Moll. Je vais la tuer. Elle s’occupait toujours de Macmann, mais ce n’était plus la même. » (MM, p. 151) Récit construit en apparence, le texte exhibe en même temps son oralité fondamentale, au travers de changements ou de rappels du plan, bref de divers commentaires métatextuels qui viennent perturber l’ordre du récit8 :

Je ferais peut-être mieux de laisser cette histoire et de passer à la deuxième, ou même à la troisième [...]. (MM, p. 24)

J’en reparlerai peut-être, le moment venu. (p. 38)

Elle paraît appelée à jouer un certain rôle dans les remarquables événements qui vont j’espère me permettre enfin de conclure. (p. 138)

14De la sorte, les récits sont déportés vers le discours, ce sont des récits racontés, comme les contes que l’on dit aux enfants le soir ; la présence du locuteur s’y fait toujours sentir par des interventions de type commentatif, au présent d’énonciation, ou à l’impératif, deux marques verbales fortes de la présence subjective du locuteur :

Mais Sapo ne fut pas renvoyé ni alors ni plus tard. Je vais chercher à tête reposée les raisons pour lesquelles Sapo ne fut pas renvoyé [...]. (MM, p. 24)

Mais la muraille était pleine et lisse et couronnée de tessons verts sur tout son pourtour. Mais voyons un peu la grille [...]. (p. 174)

15Ou encore par des phrases nominales, mais dont la connotation autonymique signale la présence d’un locuteur distancié :

Il boxait et luttait bien, était léger à la course [...]. Léger à la course ? Ça alors. (MM, p. 24)

16Ou enfin par des commentaires méta-énonciatifs impliquant, une fois encore, un décrochage énonciatif :

Mais à bien y réfléchir, le départ de Sapo ne devait leur échapper que rarement. (MM, p. 51)

Le vent y soufflait pour ainsi dire sans arrêt, faisant ployer et gémir les arbres les plus robustes, arrachant les branches, secouant les buissons, [...] j’espère que je n’ai rien oublié. (p. 172)

  • 9 Sur l’importance des clôtures de la mise en récit, voir Bres, 2002, p. 56.

17Outre ces interventions en plein cœur des récits, il faut porter une attention particulière aux entrées et sorties des récits9. Les sorties s’y font fréquemment, non quand le récit est parvenu à son aboutissement, mais quand la parole du locuteur-narrateur l’interrompt abruptement. La rupture est notée par un blanc typographique et par l’absence de quelque ponctuation finale que ce soit. Ce sont parfois les circonstances extérieures qui ont mis fin au récit en obligeant le locuteur à revenir à son propre monde :

les apprêter pour l’aube proche. L’aube proche.
Je me suis endormi. (MM, p. 32)

Quand je m’arrête, comme tantôt, les bruits reprennent avec une force étrange [...]. (p. 53)

et elles devraient
Quel malheur, le crayon a dû me tomber des mains [...]. (p. 79)

18Cependant, il s’agit le plus souvent de témoigner d’un découragement, d’une impuissance devant le langage :

Et les chiffres qui alors manœuvraient dans sa tête la peuplaient de couleurs et de formes.

Quel ennui. (MM, p. 20)

Dans son pays, sur le plan alimentaire, les — non, je ne peux pas. (p. 35)

Quel ennui. Si je passais à la pierre ? (p. 69)

19Les reprises du récit ne vont pas non plus sans heurt. Là encore, la présence du locuteur se fait sentir, au travers de répétitions à valeur programmatique, ou de phrases nominales à valeur injonctive :

Sapo aimait la nature, s’intéressait

Quelle misère.

Sapo aimait la nature, s’intéressait aux animaux [...]. (MM, p. 27)

Les Louis. Les Louis avaient du mal à vivre [...]. (p. 41)

Et pour en revenir aux cochons, Louis continuait à entretenir les siens [...]. (p. 43)

  • 10 En effet, l’actualisation du discours oral lui est spécifique et est marquée par l’importance de l (...)

20Ainsi, malgré la présence de récits, l’oralité intervient toujours comme une spécificité du narrateur-locuteur beckettien. Là où le récit se voudrait organisé, linéaire et dénué d’embrayage énonciatif, le narrateur-locuteur nous donne à lire du spontané, de l’improvisé, des digressions incontrôlables et très fréquentes10.

21Cette problématique se traduit par une opposition binaire entre écrire d’un côté, et parler/dire de l’autre, où écrire relève clairement du récit, et parler ou dire d’une oralisation :

Je ne voulais pas écrire, mais j’ai fini par m’y résigner. [...] Au début je n’écrivais pas, je disais seulement. Puis j’oubliais ce que j’avais dit. (MM, p. 55)

Ce n’est pas ça que j’ai dit, j’en mettrais ma main au feu. C’est ça que j’ai écrit. (p. 57)

22Cependant, derrière l’apparente simplicité de ce dualisme, règne une certaine confusion. Ainsi, des récits peuvent être oraux :

D’ici là je vais me raconter des histoires, si je peux. (MM, p. 8)

Je m’entendrai de loin, l’esprit loin, parler des Louis, parler de moi [...]. (p. 69)

Mais je me dis tant de choses, qu’y a-t-il de vrai dans ce babil ? Je ne sais pas. (p. 102)

23Et à l’inverse, ce qui nous paraît indubitablement oral peut être, selon le narrateur-locuteur, écrit :

Mon histoire à moi aussi je l’ignore, je l’oublie, mais je n’ai pas besoin de la connaître. Et cependant j’écris sur moi, avec le même crayon, dans le même cahier, que sur lui. (MM, p. 55)

Je viens d’écrire, Je crois que j’ai encore dormi, etc. J’espère que je ne dénature pas trop ma pensée. J’ajoute maintenant ces quelques lignes, avant de me quitter à nouveau. (p. 57)

  • 11 « la récurrence de certains patrons langagiers (notamment génétique) dans l’ensemble des trois rom (...)

24Tour à tour le récit comme le discours sont donc évoqués comme oralisés ou comme scripturaux ; tout cela n’est donc pas à prendre au pied de la lettre, il s’agit plutôt de rappeler tout ce que l’oralité a précisément d’artificiel dans la littérature ; comme le propose Julien Piat, on pourrait parler en fait d’« écrit oralisé » pour rendre compte de la « dimension [...] écrite » des textes en même temps que de leur « effet d’oralité11 ». La narration est donc, même quand elle parodie le récit classique au passé simple et au langage soutenu, fortement perturbée par la présence de marqueurs d’oralité dans tout le texte, et particulièrement à ses entrées et sorties.

L’ORALITÉ AU NIVEAU ÉNONCIATIF

25L’oralité, au niveau énonciatif, est à lier à l’omniprésence du je locuteur qui envahit le discours et en devient le thème presque constant, mais aussi à la présence dans le texte de la subjectivité, notamment par les commentaires métatextuels et les corrections ou ratages fréquents de la parole.

  • 12 « Il avait été marié plusieurs fois déjà, avant de fonder, avec une jeune cousine, le foyer où le (...)

26On a vu comment la narration est envahie par le discours dans Malone meurt. Les embrayeurs y foisonnent donc naturellement, et l’on peut relever également des déictiques jusque dans les récits au passé12. Plus caractéristique de l’écriture beckettienne est la présence d’hésitations et de modalisations comme indices de cet envahissement du texte par la subjectivité. L’adverbe modalisateur peut-être est ainsi récurrent, et va de pair avec une utilisation fréquente de verbes de modalité épistémique (se demander, ne pas savoir, supposer, etc.) qui touchent au savoir, au degré de certitude d’une proposition. Un énoncé du locuteur-narrateur s’accompagne très souvent d’une mise en doute, d’une interrogation sur la véracité des propos tenus, alors que l’écrit supposerait plutôt un dépassement de ce stade d’incertitude :

Peut-être s’agit-il d’anormaux. Eux aussi doivent me voir [...]. (MM, p. 15)

Je me dis nonagénaire, mais je ne peux pas le prouver. Je ne suis peut-être que quinquagénaire, ou que quadragénaire. (p. 18)

Je ne sais depuis combien de temps je suis ici, j’ai dû le dire. (p. 18)

27Un autre marqueur stylistique de cette incertitude énonciative serait la présence d’alternatives formalisées par un ou alternatif, comme dans ces quelques exemples :

Ou c’est la tempête qui se lève [...]. (MM, p. 78)

Ou c’est peut-être un soir d’automne [...]. (p. 94)

  • 13 Pour Clément, le discours métatextuel « a constitué, pendant la période de la Trilogie, presque to (...)

28Les incertitudes du locuteur sur son récit viennent évidemment contredire les anciennes certitudes du narrateur omniscient rejeté par les nouveaux romanciers, mais témoignent plus encore de l’oralisation de l’écrit : toutes les scories du récit, pensées ou énoncées par un locuteur, sont exhibées ici par le narrateur beckettien au sein même du texte. Les commentaires métatextuels y sont également nombreux, qui n’ont pas manqué d’être relevés par la critique13.

29Cela va de commentaires appréciatifs portant sur les propos, leur intérêt, leur véracité, leur pertinence :

Quel à peu près, mon Dieu. (MM, p. 12)

Voilà un joli morceau. Ça ira encore mieux tout à l’heure. (p. 28)

Comme tout ça sonne faux. (p. 127)

30Jusqu’à des commentaires plus précis portant sur un mot, utilisé alors dans un fonctionnement de connotation autonymique :

Vivre et inventer. J’ai essayé. J’ai dû essayer. Inventer. Ce n’est pas le mot.
Vivre non plus. (MM, p. 33)

On appelait le père le gros Louis et, en effet, il l’était. (p. 41)

il ne parlait que du cochon qu’il avait expédié, je dirais dans l’autre monde si je ne savais pas que les cochons n’ont que celui-ci [...]. (p. 43)

31La récurrence du verbe dire dans tout le texte est d’ailleurs frappante ; elle témoigne de l’envahissement du discours par une distanciation métatextuelle qui relève normalement de l’oral.

32L’épanorthose est bien sûr la figure reine des écrivains qui cherchent à donner une impression d’oral, et donc à laisser apparents les tâtonnements métalinguistiques du locuteur. Clément a insisté sur son rôle fondateur dans la trilogie :

L’œuvre se dote, avec l’épanorthose, de la figure qu’exige sa démarche formelle. […] On peut considérer qu’on est en présence d’une des premières tentatives de Samuel Beckett d’« organiser le gâchis » ; que cette figure est bel et bien celle qui inaugure l’œuvre. (Clément, 1994, p. 180 et 182)

33L’épanorthose, sous sa version plus écrite, est introduite par l’adverbe plutôt ; chez Beckett, elle naît le plus souvent d’une simple réduplication corrective, ou encore s’appuie sur un non :

C’est sur le dos, c’est-à-dire prosterné, non, renversé, que je suis le mieux [...]. (MM, p. 19)

et était très demandé, assez demandé [...]. (p. 42)

Mais il arrivait quelquefois, avant qu’il se décidât à s’en aller, avant qu’il s’en allât plutôt, car il n’y avait pas décision [...]. (p. 48)

et menaça de le livrer à nouveau à Jack, non, à Pat, Jack c’est un autre.(p. 170)

34De cette manière, l’épanorthose souligne encore la présence du je locuteur dans son discours, et participe de l’oralité. À l’écrit, le scripteur a le temps de travailler sur son brouillon, de choisir les mots dans un paradigme, de produire un récit où aucun mot n’est plus à changer, alors qu’à l’oral, se produisent les ratages de l’à-dire : le locuteur revient sur son discours, le rectifie ou le corrige.

VERS UNE SUBJECTIVITÉ EN IDEM

35Je reprends à la linguistique praxématique, et notamment à Barbéris, Bres et Siblot (1998), les notions de subjectivité en idem ou en même, et en ipse ou en soi-même. En étudiant des incipit de romans modernes, notamment de Beckett et de Robert Pinget, Barbéris (2004) trouve, malgré l’omniprésence du pronom je, une subjectivité émergente (en idem) qui s’observe dans un discours incomplètement actualisé. Or cette actualisation inaboutie du discours peut être reliée aux effets d’oralité dont nous avons parlé.

  • 14 « Parler d’interaction, c’est concevoir que l’interlocution n’est pas un parler à mais un parler a (...)
  • 15 C’est aussi la conclusion à laquelle arrive Rabaté, par d’autres voies : « Ce monologue éperdu, sa (...)

36La subjectivité en idem est à observer également dans la part d’interaction dialogique14, très présente dans Malone meurt. La position idem est « le lieu des représentations partagées » (Barbéris, 2004, p. 210). La présence d’un allocutaire, qu’il s’agisse d’autrui (le lecteur/auditeur supposé ; l’entourage que le locuteur paranoïaque se crée) ou de soi-même, instaure un dédoublement du sujet qui concourt à sa précarité comme sujet15.

  • 16 « Un sujet constitutivement hétérogène ne peut donner naissance qu’à des discours marqués d’hétéro (...)
  • 17 On rencontre aussi le locuteur et l’auditeur réunis sous le pronom de rang 4 : « Nous tournerons l (...)
  • 18 La fragilité du sujet moderne est ainsi énoncée par Barbéris : « Le sujet est essentiellement :/– (...)

37Beckett joue de tous les pronoms personnels dans Malone meurt16. Le pronom de rang 5, vous, est généralement à lire comme le désignateur du lecteur/auditeur17. La prise en compte de cette instance fictive participe de l’oralité du texte, par sa dimension dialogique, mais rend également plus fragile le sujet parlant en le décentrant18 : « Vous me direz peut-être que ma bottine, car c’était une sorte de bottine, est dans l’armoire. J’ai eu la même pensée. » (MM, p. 37)

38Le pronom on est également fréquent et joue un rôle similaire, mais peut aussi recouvrir, par son indétermination, la personne du locuteur ; il permet ainsi la confusion entre je et les autres, caractéristique de la subjectivité en idem :

Mais sait-on à quelle heure il avait l’habitude d’y arriver ? (MM, p. 62)

Oui, on pourrait parler de gris sans doute, moi je veux bien [...]. (p. 76)

Et on se dit qu’après tout ils ont pu être achetés [...]. (p. 90)

Et il l’aurait fait certainement si elle ne s’y était opposée. On le comprend (elle aussi). (p. 152)

  • 19 Il faudra interpréter de la même façon l’usage du pronom « tous » (là où on aurait plus volontiers (...)

39La même indétermination se retrouve dans l’usage d’un ils collectif ou grégaire. La personne de rang 6 n’est en effet pas toujours la stricte reprise anaphorique d’un référent donné précédemment : « La porte s’entrouvre, une main pose un plat sur la petite table. [...] Ils doivent savoir que je n’ai plus de dents. » (MM, p. 16) Ici, c’est par inférence vers l’environnement linguistique précédent (« La porte s’entrouvre, une main pose un plat sur la petite table ») que l’on peut identifier le ils collectif comme les gardiens/soignants du narrateur. Dans l’exemple suivant, avec le déterminant possessif de rang 6, une telle inférence n’est même pas possible ; le référent est à interpréter, et c’est en cela qu’il participe de l’interaction dialogique19 : « Oui, je me suis beaucoup amusé avec leur soi-disant calme, jeune. » (MM, p. 53)

40Enfin, on notera que le locuteur se dédouble dans l’interlocution en s’adressant à lui-même avec la personne de rang 2, ou en usant de la modalité injonctive envers lui-même. Il s’agit donc là pleinement de subjectivité en idem, puisque le locuteur s’adresse à lui-même comme il le ferait à un autre :

Tout seul aussi, bien caché, j’ai fait le fat, tout seul, pendant des heures, immobile, souvent debout, dans une attitude d’ensorcelé, en gémissant. C’est ça, gémis. (MM, p. 33)

Mais est-ce que je ne viens pas de m’éteindre ? Allez, Malone, tu ne vas pas recommencer. (p. 128)

Ne t’emballe pas Malone, ne t’emballe pas charogne. (p. 166)

41Ce dédoublement énonciatif est constant dans Malone meurt, et trouve un procédé privilégié avec la modalité interrogative et l’usage des adverbes oui et non. Le locuteur-narrateur, presque à chaque page, émaille son discours d’interrogations auxquelles il répond généralement (éventuellement par un « je ne sais pas »). La subjectivité en idem se construit ainsi dans l’incertitude épistémique que nous avons évoquée plus haut.

Mais est-ce là des apories, des vraies ? Je n’en sais rien. (MM, p. 10)

D’où me vient-il ? Je ne sais pas. (p. 58)

Si je passais à la pierre ? Non, ce serait la même chose. (p. 69)

Est-ce que ça servirait à quelque chose ? Je suppose que non. Mais je le ferai peut-être. (p. 128)

  • 20 Les questions sont ainsi pour Clément « un moyen de relancer une parole supposée à chaque moment s (...)

42Les interrogations présentent le récit comme étant encore à un stade de l’à-dire20, ce qui nous place toujours dans une textualité en idem : on en retrouve d’ailleurs ici d’autres caractéristiques, comme la présence de nombreuses interrogations averbales ou à l’infinitif délibératif, c’est-à-dire dans un stade où l’actualisation demeure inachevée.

43Une autre caractéristique de l’écriture beckettienne est l’emploi des adverbes oui et non. Ces adverbes, en tant que « marqueurs des actes illocutoires de l’acquiescement et de la dénégation » (Riegel, Pellat & Rioul, 1994, p. 376), présupposent, même si l’interrogation n’est pas explicite, un acte de mise en débat qui ressortit à l’interaction dialogique (quand bien même la mise en débat n’a lieu qu’entre soi et soi) :

Non, j’ai deux vases. (MM, p. 17)

Oui, l’obscurité est complète. (p. 56)

Non, même s’il en restait je n’en mangerais pas. Na. (p. 129)

Lemuel la lui prit et l’en frappa longuement, non, ça ne va pas, Lemuel appela un gardien [...]. (p. 169)

44On le voit, souvent à l’initiale de la phrase mais aussi au milieu, entre des propositions, l’adverbe vient témoigner d’un questionnement intérieur qui montre toute l’incertitude du je, mais participe aussi de l’oralité par ce mouvement dialectique qu’il suppose. Il joue également, toujours dans une imitation de l’oral, le rôle de relance dans le discours.

45Enfin, le narrateur-locuteur a conscience de son inaccomplissement en tant que sujet ; sa faiblesse est évidemment thématisée, comme les critiques l’ont montré depuis longtemps, par une existence physique problématique. On note ainsi dans Malone meurt (avant les expérimentations surprenantes de L’Innommable) une fragmentation du corps du narrateur qui aboutit à regarder certaines parties de celui-ci comme étrangères à lui, indépendantes :

Je constate donc, sans émotion, que depuis quelques temps elles [mes oreilles] entendent mieux. (MM, p. 54)

Ma voix s’est éteinte, le reste suivra. (p. 161)

46Mais c’est même sa personne tout entière qu’il considère comme un autre, ayant une existence autonome :

Et je sens même une étrange envie me gagner, celle de savoir ce que je fais, et pourquoi, et de le dire. (MM, p. 32)

La possibilité ne m’échappe pas non plus bien sûr, quelque décevante qu’elle soit, que je sois d’ores et déjà mort [...]. Peut-être ai-je expiré dans la forêt [...]. (p. 74-75)

tout ce qui touche à Malone (c’est en effet ainsi que je m’appelle à présent) [...]. (p. 79)

Puis reviendrai ici, à moi, c’est vague, pour ne plus me quitter [...]. (p. 103-104)

C’est fini sur moi. Je ne dirai plus je. (p. 183)

47Ces exemples s’appuient sur la figure du paradoxe, mais le paradoxe demeure souvent métatextuel : un problème de mots est à l’origine du sentiment d’étrangeté produit par ces énoncés. Le rapport à autrui comme à un autre soi-même (un idem) est également clairement évoqué :

Et à la veille de ne plus être j’arrive à être un autre. (MM, p. 32)

je recommençais, à vouloir vivre, faire vivre, être autrui, en moi, en autrui. (p. 34)

Puis vivre, le temps de sentir, derrière mes yeux fermés, se fermer d’autres yeux. (p. 35)

48Ainsi, je est un autre et un autre est je ; ce rapport à autrui (cette textualité en idem) est la dernière manifestation de l’oralité comme tentative de retranscrire la position interlocutoire du sujet parlant.

*

  • 21 « À travers la syntaxe, c’est un rythme. Et le primat de ce rythme, sa reconnaissance aussi, établ (...)

49Oralité, subjectivité : les deux notions sont étroitement liées dans une forme romanesque comme le skaz, et particulièrement dans ce roman de Beckett qui joue avec les formes du récit et du discours. On a ainsi pu identifier des oralitèmes lexicaux et syntaxiques que Beckett partage avec d’autres écrivains du xxe siècle ; et l’on a montré comment l’usage des dislocations, des répétitions et des interjections venait perturber l’ordre phrastique pour créer des effets d’oralité. Au niveau narratif, l’inflation des commentaires métatextuels et l’irruption du discours dans le récit contribuent à gommer les frontières entre le pensé et le parlé, et à créer ainsi cette oralité qui n’est ni de l’écrit, ni du parlé, pour reprendre les termes d’Henri Meschonnic21. Enfin, l’étude du niveau énonciatif a révélé comment le je locuteur est doté d’une subjectivité encore émergente, celle du même. Marquée par l’incertitude et l’inachèvement, la subjectivité en même participe largement de l’impression d’oralité du roman.

Notes

1 Voir Philippe & Piat, 2009, notamment le chapitre de Gilles Philippe, « Langue littéraire et langue parlée », p. 57-89.

2 Les critiques notent l’importance de la voix ou des voix dans le roman du xxe siècle, à partir de Céline et Queneau : « Le roman parlant pourrait bien être, de ce point d’écoute, au même titre que l’autofiction, une des inventions génériques de la littérature contemporaine. » (Martin, 1998, p. 14) Jean-Pierre Martin, comme Dominique Rabaté (1999), ne manque pas de rappeler la phrase de Beckett dans L’Innommable : « Mais c’est entièrement une question de voix, toute autre métaphore est impropre. » (I, p. 64) Les romans de Beckett, et notamment la trilogie, sont au cœur de leur définition du roman de voix.

3 Voir par exemple Barbéris, Bres & Siblot, 1998.

4 « beaucoup d’auteurs semblent considérer qu’il suffit, pour “faire parlé”, d’émailler la graphie ordinaire de traits phoniques et d’éléments lexicaux populaires. » (Beckett cité par Gadet, 1999, p. 654)

5 « Manière de voix hétérogène, indice parmi d’autres de résistance à la langue morte, la trivialité orale s’impose comme une sorte de dissonance ou de fausse note dans la neutralité apparente du registre. » (Martin, 1998, p. 152)

6 En voici un autre exemple : « Mais il arrivait quelquefois, avant qu’il se décidât à s’en aller » (MM, p. 48).

7 Jeanne-Marie Barbéris relève d’autres phénomènes syntaxiques touchant le déroulement phrastique : « Dans le message parlé, le dire, temps d’élocution du message, s’offre comme support à l’à-dire, temps de programmation. C’est ce qui explique les nombreuses pauses, les ralentissements, les reformulations, les inachèvements » (Barbéris, entrée « Oral », dans Détrie, Siblot & Verine, 2001, p. 220).

8 Cette dualité ordre/désordre étant évidemment artificielle, puisque, comme le rappelle Bruno Clément, « [l]’improvisation est en effet donnée dans cette œuvre comme un principe de composition, comme la seule (et nécessairement imparfaite) technique de narration » (Clément, 1994, p. 172).

9 Sur l’importance des clôtures de la mise en récit, voir Bres, 2002, p. 56.

10 En effet, l’actualisation du discours oral lui est spécifique et est marquée par l’importance de l’« à-dire » : « La spécificité de la parole orale est visible aussi dans son mode d’actualisation. Celui-ci s’insère, comme la production de l’écrit, dans le temps opératif de l’à-dire, du dire et du dit. » (Barbéris, entrée « Oral », dans Détrie, Siblot & Verine, 2001, p. 220)

11 « la récurrence de certains patrons langagiers (notamment génétique) dans l’ensemble des trois romans paraît imposer un recentrage autour de la notion syncrétique d’écrit oralisé – pour tenir à la fois compte de la dimension nécessairement écrite de ces textes et de leur effet d’oralité. » (Piat, 2009, p. 277)

12 « Il avait été marié plusieurs fois déjà, avant de fonder, avec une jeune cousine, le foyer où le voilà encore. » (MM, p. 41) ; « il se mettait sans raison à sourire, comme maintenant, comme alors, car il y a loin déjà de cet après-midi » (p. 109-110).

13 Pour Clément, le discours métatextuel « a constitué, pendant la période de la Trilogie, presque tout le discours » (Clément, 1994, p. 36). Piat constate également que « le métadiscursif peut donc devenir la matrice même du texte beckettien » et propose de distinguer « la glose » comme « relation d’équivalence ou de spécificaiton », du « commentaire » comme « retour modalisant et évaluatif » (Piat, 2009, p. 266 et 259).

14 « Parler d’interaction, c’est concevoir que l’interlocution n’est pas un parler à mais un parler avec : un interlocuteur n’est pas émetteur et récepteur successivement mais simultanément ; l’interlocuteur participe activement à l’énoncé du locuteur (notamment par les régulateurs) de même que le locuteur anticipe sans cesse sur la réception (de son propre message) qu’il prête à son interlocuteur, ce qui fait que tout énoncé peut être considéré comme dialogique. » (Bres, entrée « Interaction verbale », dans Détrie, Siblot & Verine, 2001, p. 152-153)

15 C’est aussi la conclusion à laquelle arrive Rabaté, par d’autres voies : « Ce monologue éperdu, sans lieu fixe, est aussi un monologue perdu, parole qui voit se déconstruire l’unicité du sujet parlant. Une voix y parle, s’y écrit mais elle ne saurait être dite monologique, tant elle est habitée par d’autres voix, par les mots des autres. Elle semble les traverser à la recherche d’elle-même ; elle va ainsi vers l’exténuation du silence dont la fin de L’Innommable nous donne une idée bouleversante. » (Rabaté, 1999, p. 71)

16 « Un sujet constitutivement hétérogène ne peut donner naissance qu’à des discours marqués d’hétérogénéité, où plusieurs voix, plusieurs points de vue entrent en contact. » (Barbéris, entrée « Subjectivité », dans Détrie, Siblot & Verine, 2001, p. 326)

17 On rencontre aussi le locuteur et l’auditeur réunis sous le pronom de rang 4 : « Nous tournerons le dos à ce petit nuage, mais nous l’aurons à l’œil. » (MM, p. 26)

18 La fragilité du sujet moderne est ainsi énoncée par Barbéris : « Le sujet est essentiellement :/– une instance non pas une et monolithique, mais clivée en même et autre ;/– une dynamique qui obéit constamment, dans la dialectique entre même et autre, à un jeu d’identification et de différenciation, d’inclusion et d’exclusion, pouvant se maintenir soit dans une position instable (même-autre : idem-aliud), soit mener à un dépassement : c’est alors l’atteinte de la position soi-même (ipse), dont le symbole, du moins dans l’expression de la subjectivité en langue française, est le je. » (Barbéris, entrée « Subjectivité », dans Détrie, Siblot & Verine, 2001, p. 326)

19 Il faudra interpréter de la même façon l’usage du pronom « tous » (là où on aurait plus volontiers attendu tout le monde) dans : « Laissez-moi dire tout d’abord que je ne pardonne à personne. Je souhaite à tous une vie atroce » (MM, p. 9).

20 Les questions sont ainsi pour Clément « un moyen de relancer une parole supposée à chaque moment sur le point de s’évanouir » (Clément, 1994, p. 43).

21 « À travers la syntaxe, c’est un rythme. Et le primat de ce rythme, sa reconnaissance aussi, établit une oralité spécifique. Elle n’est ni le parlé, ni l’écrit. Et peut avoir lieu dans l’un comme dans l’autre. La subjectivité d’une écriture s’impose, c’est-à-dire que la littérature impose de cesser la confusion coutumière, de renoncer à la bipartition de l’oral et de l’écrit. Mais de postuler une tripartition : “l’oral”, “le parlé” et “l’écrit”. » (Meschonnic, 1987, p. 17)

© Presses universitaires de Lyon, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search