Version classiqueVersion mobile

Penser les frontières sociales

 | 
Lilian Mathieu
, 
Violaine Roussel

Postface

Entretien avec Michèle Lamont

Lilian Mathieu et Violaine Roussel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Michèle Lamont est professeure de sociologie, d’études africaines et afro-américaines, et d’études européennes à Harvard University. Elle a présidé l’American Sociological Association en 2016-2017. Elle a fait partie des chercheurs qui se sont le plus intéressés à la question des frontières, sous l’angle du travail de frontière accompli par les individus mais aussi de la matérialisation des lignes de division ainsi tracées dans des catégories et des répertoires culturels partagés au sein de groupes et de sociétés donnés. Quoiqu’elle place surtout l’accent sur la production de frontières symboliques, son travail soulève aussi la question de leur rapport aux frontières sociales objectivées – question au cœur de cet ouvrage. Michèle Lamont nous a fait le plaisir d’accepter de discuter avec nous des différentes facettes et enjeux de ces relations entre frontières symboliques et frontières sociales. L’entretien synthétisé ci-dessous a eu lieu en deux temps, en septembre et octobre 2016, ...

Auteurs

Lilian Mathieu est directeur de recherche au CNRS (Centre Max-Weber / ENS de Lyon). Il se consacre d’une part à l’étude du monde de la prostitution ainsi qu’aux politiques publiques, mobilisations et controverses dont celle-ci est l’objet. Son dernier ouvrage sur ce thème est Prostitution, quel est le problème ? (Textuel, 2017). Il s’est d’autre part spécialisé dans l’étude des mouvements sociaux (Mai 68, lutte contre le sida, ­mobilisations en faveur des immigrés, altermondialisme, extrême droite groupusculaire, etc.). Il a publié dans ce domaine La Démocratie protestataire (Presses de Sciences Po, 2011) et L’Espace des mouvements sociaux (Le Croquant, 2012), et a récemment coordonné Lyon en luttes dans les années 68 (Collectif de la Grande Côte, Presses universitaires de Lyon, 2018).

Violaine Roussel est professeure de sociologie à l’Université Paris 8-Saint-Denis, membre du LabToP au CRESPPA et professeure associée à l’Université de Californie du Sud. Son travail explore les relations entre art et politique et les logiques de production de la « culture populaire ». Parmi ses publications récentes, on trouve notamment Art versus War : les artistes américains contre la guerre en Irak (Presses de Sciences Po, 2011), How to Do Politics with Art (en codirection avec Anurima Banerji, Routledge, 2016) et Representing Talent: Hollywood Agents and the Making of Movies (University of Chicago Press, 2017). Elle a également dirigé Art et contestation aux États-Unis (Presses ­universitaires de France, 2019).

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search