Version classiqueVersion mobile

Penser les frontières sociales

 | 
Lilian Mathieu
, 
Violaine Roussel

Des festivals aux frontières floues

Convergences des engagements et clivages sociaux autour du « cinéma social »

Audrey Mariette

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au tournant des années 1990-2000, certains journalistes ont annoncé le retour du « cinéma social » en France. Mal définie et enjeu de débat au sein de la critique (Mariette, 2008, p. 131-237), cette catégorie est globalement perçue comme stigmatisante dans le champ cinématographique français, au pôle « le plus artistique » comme « le plus commercial1 ». Les réalisateurs qui ont été rattachés à ce label se défendent ainsi de faire des films « sociaux », quel que soit leur rapport à l’engagement en faveur des classes populaires (Mariette, 2010 a). Par ailleurs, quand des films mettant en scène des personnages issus des classes populaires dans une esthétique réaliste obtiennent des signes de consécration, à l’image de Rosetta (1999) des frères Dardenne ou d’Entre les murs (2008) de Laurent Cantet, Palmes d’or du Festival de Cannes, ils sont alors généralement dissociés de la catégorie, qui fonctionne plutôt comme une figure repoussoir au pôle de l’art pour l’art : pour les Cahiers du c...

Auteur

Audrey Mariette est maîtresse de conférences à l’Université Paris 8-Saint-Denis et membre du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA, UMR 7217), équipe Cultures et sociétés urbaines (CSU). Ses recherches ont notamment porté sur la question des liens entre art et engagement à partir de la catégorie de « cinéma social » en France dans les années 1990-2000. Elle a publié sur ces questions « Scénariser le “social” pour le filmer : la mise en scène cinématographique des classes populaires entre art et politique » (Raisons politiques, nº 39, 2010), « “Commitment Through the Work of Art”, “Commitment Through the Name”: The Case of French Directors of “Social Films” in the 1990s-2000s » (International Journal of Politics, Culture, and Society, vol. 23, nº 2-3, 2010), et « “Social Cinema” and “Civic Debates”: The Politicization of Films through Festivals in France » (Violaine Roussel & Anurima Banerji [dir.], How to Do Politics with Art, Routledge, 2016). Elle s’intéresse désormais aux politiques locales de santé en territoires populaires.

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search