Version classiqueVersion mobile

Penser les frontières sociales

 | 
Lilian Mathieu
, 
Violaine Roussel

Introduction

Au-delà de la métaphore : penser les frontières

Lilian Mathieu et Violaine Roussel

Texte intégral

  • 1 La réflexion qui a conduit à cet ouvrage a été lancée à l’occasion d’un colloque international orga (...)

1Ce livre prend pour objet la notion de frontière pour aborder l’articulation de ses dimensions sociales et symboliques. Il s’inscrit dans la ­continuité d’un ensemble de travaux de sociologie et de science politique qui, ces dernières années, se sont focalisés sur les relations entre les activités spécialisées propres à différents mondes sociaux, et sur les circulations – ou au contraire sur l’expérience des lignes de division – entre ces univers1. Plus spécifiquement, l’ouvrage se centre sur les effets que les processus de professionnalisation et d’institutionnalisation exercent sur la production et la consolidation de frontières sociales. Il s’appuie sur l’exploration de terrains empiriques divers mais relevant, de manière privilégiée, de l’étude des mobilisations politiques et des rapports entre les mondes de l’art et de la politique, définissant ainsi un « terrain saillant » pour l’analyse des lignes de démarcation entre espaces sociaux, de leur traversée, de leur subversion, ou de leur force d’imposition sur les perceptions des acteurs. Nous faisons le pari que les résultats des enquêtes sur ces terrains sont utiles et valides pour saisir plus largement la question des frontières sociales – comme en témoignent les chapitres dont la portée théorique est explicitement plus générale.

2La question des frontières n’est en elle-même pas nouvelle : elle a suscité un large intérêt scientifique et a donné lieu à une multiplicité de conceptualisations. Omniprésente dans les discours médiatiques et politiques, la notion de frontière cristallise en effet, depuis plusieurs années, un intérêt croissant au sein des sciences sociales (Lamont & Molnár, 2002 ; Arnaud & Guionnet, 2005 ; Jeanpierre, 2010). Pour avoir été longtemps l’apanage des géographes (Gottmann, 1980) et des historiens (Febvre, 1962 ; Sahlins, 1989 ; Nordman, 1998), elle a gagné en pertinence et centralité au sein de l’anthropologie et de la sociologie au point d’avoir conquis, du moins dans le monde académique anglo-saxon, le statut non seulement de champ d’études spécialisé mais aussi de concept sociologique (Lamont, 2001).

3Ce succès s’est néanmoins accompagné d’un certain brouillage du sens de la notion, au risque d’un amoindrissement de son potentiel ­heuristique. Utiliser le terme de frontière dans une argumentation sociologique a d’indéniables vertus évocatrices, à même d’éclairer un ensemble de processus de démarcation et de regroupement. Mais l’usage de ce terme – comme d’autres dans le vocabulaire des sciences sociales – renvoie souvent à la pensée par analogie (Passeron, 1982) qui, qu’elle soit analytiquement valide ou non, transporte des cadres de signification. Bon nombre de pratiques sociales de délimitation peuvent ainsi être assimilées au tracé d’une frontière instituant des catégories d’insiders et d’outsiders. Mais toutes n’ont pas pour autant l’objectivité, la stabilité ou encore la force politique du tracé des frontières entre États. Les découpages ordinaires sont souvent beaucoup plus mouvants, malléables et labiles. Objets d’une multiplicité d’usages, ils donnent lieu à des disputes récurrentes, sont redéfinis au fil des pratiques, conduisent à des franchissements routinisés ou à des transgressions tacites, etc. En somme, la commodité de la métaphore frontalière ne doit jamais exempter du contrôle des analogies de mise dans l’écriture sociologique.

4Ce glissement métaphorique a été d’autant plus insensible que le terme de « frontière » a d’abord été étudié et utilisé en sciences sociales dans son sens le plus concret de limite géographique et nationale. Les travaux menés dans cette perspective ont non seulement insisté sur la construction des frontières mais plus encore sur les conflits et les hésitations qui ont entouré, historiquement, la fixation des frontières nationales, tout en montrant comment, localement, celles-ci ont été réappropriées et réinvesties par les habitants, en particulier dans leurs conflits locaux (­Sahlins, 1989 ; Nordman, 1998). Dès lors, la question n’a plus seulement été de comprendre comment ont été instituées des frontières imposées par la logique centralisatrice des États-nations mais de penser la façon dont les groupes sociaux de tailles différentes (à l’échelle de la nation ou du village, mais également des groupes religieux, ethniques, de classe, de genre, professionnels...) sont construits et délimités par ce travail des frontières, et en retour les contestent ou les réinvestissent. Les travaux de Norbert Elias sur la constitution d’un « nous » (1991) et ceux de Fredrik Barth sur les frontières ethniques des groupes (1969) comptent à cet égard parmi les références pionnières.

5L’enjeu des travaux qui ont aujourd’hui recours à la notion de frontière, malgré leur diversité, est de comprendre les divisions sociales et les hiérarchies qui structurent les sociétés, de penser comment un ordre du monde, en particulier un ordre politique, se forme et se maintient ou est à l’inverse remis en cause. Les frontières, parce qu’elles expriment et objectivent des hiérarchies sociales, sont donc un point d’entrée dans la question de la domination et des processus de réarrangement de l’ordre politique. La construction des frontières nationales, bien qu’au cœur de cette exploration, n’est qu’un aspect parmi d’autres de cette question des lignes de partage organisant le monde social et encadrant les pratiques. Ce sont d’autres logiques de démarcation, souvent moins visibles et objectivées, tantôt internes à des espaces nationaux (constitution et délimitation d’espaces de pratiques et d’appartenance subdivisant de diverses manières nos sociétés), tantôt transversales par rapport à ces cadres (formation de groupes mobilisés par-delà les limites nationales), que les contributions ici rassemblées privilégient comme objets.

La « frontière » : concept ou objet(s) ?

6Les frontières peuvent apparaître, dans les travaux qui leur sont consacrés, sous deux modes distincts. La frontière est, d’une part, celle que le chercheur pose pour tracer les contours du réel dont il parle : elle renvoie à la délimitation de phénomènes, de groupes, de mouvements, d’organisations, d’institutions. Tracer des frontières expose alors aux apories bien connues de l’approche classificatoire. Il suffit pour en trouver l’illustration de penser à la définition d’un groupe statistique des « jeunes » (­Thévenot, 1979) ou, dans un autre contexte, à celle d’un « fascisme authentique » et de sa ligne de séparation vis-à-vis des droites radicales françaises des années 1930 (Dobry, 1989). La stabilisation de frontières et de principes de division, par laquelle la démarche de catégorisation opère, n’est pas seulement analytiquement stérile – Dobry montre bien, par exemple, qu’elle conduit au contresens historique qu’est la thèse de l’immunité de la société française des années 1930 au fascisme. Elle rend également aveugle aux effets sociaux de la catégorisation et de ses usages, y compris savants : ces frontières construisent des divisions qui hiérarchisent et qui sont chargées de jugement moral, politique et social ; elles peuvent exprimer la différence entre l’acceptable et l’illégitime.

7À distance de cette frontière construite et éventuellement érigée en concept par le chercheur, les frontières peuvent aussi être saisies à travers leurs usages sociaux : les frontières dont il s’agit sont alors celles qui apparaissent aux acteurs sociaux, dont ils parlent, avec lesquelles ils se confrontent, sur lesquelles ils entreprennent d’agir. Ici, la frontière n’est plus outil mais, strictement, objet d’analyse. Cette frontière comme objet existe tout d’abord de manière incorporée : elle est ligne de partage dans les esprits ; elle organise les perceptions, les discours, les pratiques. Elle est constamment négociée, bougée (y compris imperceptiblement) et remise en jeu par ses usages. Ensuite, les activités sociales auxquelles s’attachent des mécanismes d’officialisation, de formalisation et d’institutionnalisation de ces divisions concourent à objectiver ces frontières imaginées. La question des démarcations entre ceux qui sont in et out et les guerres de territoires constituent ainsi des enjeux importants pour analyser la formation de nouveaux groupes sociaux, qu’il s’agisse de groupes de professionnels (Boltanski, 1982 ; Abbott, 1988 ; 1995) ou de groupes labellisés comme déviants (Becker, 1985 ; Goffman, 1975 ; Elias, 1997 ; Clair, Daniel & Lamont, 2016).

8Beaucoup de choses se jouent, au-delà des pratiques ordinaires de distinction par lesquelles on classe et on se classe (Bourdieu, 1979), dans l’émergence de porte-parole qui se font entrepreneurs de l’édiction et de la fermeture des frontières autour (d’une certaine vision) du groupe dont ils se veulent les représentants. Leur pouvoir performatif provient largement de leur autorité politique et sociale, et spécialement de leur reconnaissance comme interlocuteurs légitimes par l’État. Pierre Bourdieu a souvent rappelé, en s’appuyant sur les travaux linguistiques d’Émile Benveniste, combien tracer une frontière est un acte de pouvoir dont l’efficacité dépend directement de l’autorité accordée à celui qui l’accomplit :

Instituer une limite, c’est donc se mettre en position de regere, ce qui est un statut de rex, de roi [...]. Le rex institue un groupe. Il s’arroge, il usurpe – usurpation légitime ou illégitime, toute la question est là – le droit de découper le monde social, de tracer des frontières dans un monde social qui [laisse toujours apparaître] des lignes confuses, embrouillées, en pointillés. Son rôle est d’instituer des divisions là où il y avait du continuum. (Bourdieu, 2015, p. 127)

9La revendication régionaliste ou indépendantiste procède ainsi typiquement d’une contestation du monopole étatique sur le tracé des frontières nationales en entendant lui opposer un autre principe (fondé par exemple sur l’histoire ou la langue) légitimant d’autres découpages et regroupements.

10Il faut également souligner l’importance de la socialisation des membres des groupes ainsi délimités, autrement dit de l’intériorisation des catégories de démarcation et des schèmes de perception des différences entre « eux » et « nous ». Ce travail d’inculcation est mené de manière tant informelle (par exemple dans les interactions familiales quotidiennes) qu’institutionnalisée, dans le cadre notamment de l’école mais aussi, là où elle existe encore, de la conscription. L’étude des multiples dispositifs visant à l’intériorisation du sentiment national par les citoyens – ainsi que de leurs éventuelles défaillances et des résistances qu’ils rencontrent parfois (Kaya, 2013 ; Tarrow, 2013) – apporte un éclairage souvent saisissant sur l’appropriation cognitive et la retraduction pratique des catégories d’origine étatique. Envisager en termes de socialisation les processus par lesquels les individus en viennent à se reconnaître comme membres de leur groupe (et comme étrangers aux autres groupes) offre, en outre, un contrepoint utile aux approches, souvent statiques et réifiantes, centrées autour de la notion d’identité (Brubaker, 2001 ; Lamont & Bail, 2005).

  • 2 Les travaux sur le genre constituent de ce point de vue une référence incontournable lorsqu’ils mon (...)

11D’une manière générale, la mise en forme et la consécration juridiques et bureaucratiques de divisions et, par suite, de hiérarchies et d’inégalités entre différents groupes, contribuent à la fois à stabiliser des rapports sociaux (de domination) et à les naturaliser (en leur donnant une apparence d’universalité)2. Des travaux récents ont démonté ces mécanismes tels qu’ils se manifestent, par exemple, dans le cas de la catégorisation juridique des sans-papiers en France et des luttes de redéfinition et de réaménagement des « frontières intérieures et extérieures de la société française » qui l’accompagnent (Fassin, 2010). Cet usage de la notion de frontière rompant avec les visions essentialisantes des groupes sociaux, notamment des groupes ethniques, fait écho aux problématiques aujourd’hui très présentes de l’exclusion, de la diversité et de la consolidation de « communautés ». Dans ce type d’approche, l’idée de frontière sert à penser la stratification sociale et les divisions entre groupes inégaux (Fassin & Fassin, 2006). Elle pointe vers les activités sociales qui engendrent et entretien­nent des hiérarchies de pouvoir, éventuellement formulées en termes de iscrimination raciale (Bonilla-Silva, 1997 ; Feagin, 2006 ; Omi & Winant, 1994).

12Une dimension importante de l’analyse de la production et de l’objectivation sociales des frontières concerne l’étude des mobilisations qui y concourent. Le phénomène, d’ailleurs, ne procède pas tant d’une démarche délibérée de mouvements sociaux exigeant par exemple la reconnaissance d’identités collectives minorisées que de la logique même de l’action revendicative. La subversion, à laquelle se livre par exemple le mouvement queer, de cette division naturalisée par excellence qu’est celle entre masculin et féminin relève certes d’une contestation radicale d’une catégorisation parmi les mieux ancrées socialement. Mais, ce faisant, elle ne peut manquer de produire une nouvelle catégorisation, éventuellement concurrente d’identifications préexistantes (comme celles de gay et de lesbienne) et constitutives de nouvelles oppositions (comme celle entre queer et « cisgenre » – dont l’identité sexuée est conforme au sexe anatomique), c’est-à-dire de nouvelles délimitations catégorielles (Gamson, 1995).

13Le succès des catégories qui, comme celle de « sans-papiers » ou de « diversité », se sont socialement imposées, renvoie au chercheur des divisions consolidées, qui prennent la forme trompeuse de (pseudo) concepts, qu’il appartient au sociologue de déconstruire pour en comprendre les logiques de constitution et les effets sociaux. À défaut, le chercheur devient le relais des catégories à succès et des frontières dominantes, à un endroit et à un moment, auxquelles il apporte une plus-value de force sociale en les parant de l’autorité de la science. La diffusion de la notion de « judiciarisation du politique », supposée caractériser la France de la fin du xxe siècle notamment, en fournit un exemple : alors que la reprise de cette idée d’un déplacement de la frontière entre justice et politique ne contribue pas à une compréhension réelle de la transformation des rapports entre mondes judiciaire et politique, elle est en revanche porteuse d’effets sociaux et normatifs (elle dénonce tantôt une emprise indue des juges, tantôt une incapacité ou une indignité politique) à distance de l’analyse des processus réels en jeu (Dumoulin & Roussel, 2010).

Frontières sociales, frontières symboliques

14Du point de vue de l’histoire récente des sciences sociales, au sein des travaux consacrés aux frontières, le mouvement général a donc largement été celui de l’abandon d’approches objectivistes, qui saisissent les frontières comme un fait social avéré, en faveur de l’analyse des luttes et concurrences autour de l’émergence et de l’institutionnalisation des divisions sociales « qui comptent ». Les frontières deviennent alors mouvantes, disputées, enjeux et instruments d’affrontements et de transactions. C’est le cas lorsque la notion de frontière renvoie aux réflexions sur la structuration des espaces sociaux et à l’analyse des processus de division du travail et de différenciation sociale. Les notions devenues centrales de « champ » (Bourdieu, 1976 ; 2015), de « système » (Luhmann, 1982 ; Alexander & Colomy, 1990) ou de « secteur » (Dobry, 1992) permettent d’approcher cette organisation de nos sociétés en un ensemble d’espaces d’activités. Bien qu’interdépendants, ces espaces sont largement autonomisés les uns des autres, clos et autoréférentiels, fonctionnant selon des règles du jeu propres. Ces approches soulignent notamment le rôle des mécanismes de séparation ou de « bornage » délimitant ces espaces d’action. Les protagonistes de ces univers agissent pour en défendre les frontières et / ou les faire évoluer selon leurs intérêts et en fixant les canons des modes d’action légitimes.

15La définition de frontières est alors au cœur des luttes qui donnent leur dynamique interne aux différents mondes sociaux. Aux stratégies de conservation des dominants – qui entendent maintenir en l’état une délimitation de leur univers social, qui leur est favorable – s’opposent les tentatives de subversion des nouveaux prétendants, promoteurs de principes de découpage et de hiérarchisation inédits, mais aussi les menées d’empiètement voire d’annexion des membres de champs connexes. Les phénomènes de scissiparité, ou de création d’enclaves, relèvent de telles dynamiques porteuses de changement social. L’invention de nouvelles délimitations est, de manière privilégiée, le fait de ceux dont la faiblesse des ressources bloque l’accès aux positions dominantes de leur champ d’origine ; l’éventuel succès de leurs tentatives d’institutionnalisation leur permet de se créer une position davantage favorisée dans le nouveau champ dont ils ont défini les limites à leur propre mesure. Les tentatives récentes d’institutionnalisation de disciplines scientifiques nouvelles – la médiologie et la criminologie, par exemple – par des agents aux capitaux académiques limités mais disposant de ressources autres (médiatiques ou politiques, notamment) tout en dépendant d’une homologation universitaire de leurs produits, en sont de bons exemples (Bourdieu, 2015, p. 483 et suiv. ; Abbott, 1995).

16Dans une autre perspective, le concept de « monde social » (Becker, 1984, 1988), dans lequel les pratiques sont coordonnées par des conventions partagées, suggère également d’approcher les divisions qui organisent la société en suivant l’activité (spécialisée) des individus. Cette attention au travail des acteurs a été placée au cœur de travaux plus récents qui, dans une tradition d’analyse inspirée de l’anthropologie culturelle de Geertz, se sont attachés à comprendre les enjeux du marquage de frontières en se situant du point de vue de l’expérience morale des individus. En distinguant les frontières symboliques (c’est-à-dire les distinctions catégorielles que les agents sociaux opèrent dans le cours de leur pratique ordinaire) des frontières sociales (c’est-à-dire les formes objectivées de différenciation sociale), Michèle Lamont vise à rendre compte des théories ordinaires des acteurs et des critères à partir desquels ils se différencient les uns et des autres, et à analyser les procédés et les activités par lesquels s’opère le marquage de ces différenciations collectives (Lamont & ­Fournier, 1992 ; Lamont, 2001 ; Lamont & Molnár, 2002). La notion de « travail de frontière » est centrale dans cette perspective. Mais ce sont avant tout des lignes de clivage mentales et morales au travers desquelles les individus consolident leur statut et leur monopole sur des ressources qui se trouvent ici au centre de l’investigation, indépendamment de la question de la formation de groupes ou d’espaces objectivement dotés de formes de cohérence et d’autonomie.

  • 3 Pour une récente synthèse des approches en termes de frontières symboliques, voir en particulier Br (...)

17Ces deux approches – celle qui regarde comment des frontières sociales s’objectivent et celle qui se concentre sur la manifestation de frontières symboliques – si elles se sont largement construites en opposition et ont fait école en parallèle, n’ont pas encore véritablement été placées en regard l’une de l’autre3. Ce livre se donne précisément pour ambition de penser le lien entre elles, pour mettre à l’épreuve l’alternative qu’elles semblent constituer et donner à voir, au contraire, les relations qu’elles entretiennent. En prenant pour terrains des mobilisations, des engagements politiques ou encore des investissements artistiques diversifiés, les contributions rassemblées ici font le pari de rendre raison des mécanismes et des processus par lesquels les frontières perçues (celles, « symboliques », des croyances et jugements moraux) « se durcissent », prennent des formes matérielles jusqu’à se présenter aux individus comme des obstacles extérieurs auxquels ils se heurtent. Elles s’intéressent également aux mécanismes et contextes sociaux de formation des cadres cognitifs et normatifs en référence auxquels les individus posent des frontières symboliques et font des collectifs en traçant la limite entre « eux » et « nous », « in » et « out », « semblable » et « étranger ». Elles examinent les configurations sociales – qui sont souvent des relations professionnelles ou tout au moins propres à un espace spécialisé – dans lesquelles se situent les luttes et le travail de frontières. C’est donc ce qui est à l’interface entre jugement moral et objectivation des différences qui nous intéresse ici au premier chef. L’enjeu est également d’échapper aux formes de pensée circulaire, qui rendent impossible l’analyse du changement, consistant à expliquer l’inculcation de frontières mentales par l’appartenance à un espace social donné et, en retour, la reproduction des frontières objectivées autour de cet espace comme mise en œuvre des divisions intériorisées – un risque qui n’est pas absent de certains usages de la théorie des champs, notamment.

18Pour éviter de s’enfermer dans cette sorte de cercle vicieux analytique, l’angle d’approche commun aux chapitres qui suivent fait précisément porter l’attention sur les pratiques et les processus qui tiennent ensemble les frontières dans les esprits et leurs manifestations dans les choses. Pour ce faire, les perceptions, expériences et pratiques des frontières nous intéressent au premier chef. La cristallisation de lignes de division sociale procède souvent de la convergence des perceptions au sein de groupes d’acteurs qui sont en situation de « compter » (à un moment, à un endroit), concernant ce que sont ou ce que devraient être les contours de groupes, de « communautés » ou d’espaces. La contagion, la diffusion et l’imposition de cadres symboliques emportent des effets sociaux durables, en particulier à la faveur de leur institutionnalisation et de leur formalisation dans le droit. Par exemple, la succession de scandales politico-financiers dans les années 1990 en France, ou la multiplication des affaires de santé et de sécurité publiques dans la décennie 2000, ont engagé différentes catégories d’intervenants (judiciaires, politiques, médiatiques, économiques, etc.). Leurs confrontations ont progressivement conduit au partage de nouvelles représentations du politiquement et du judiciairement faisable – autrement dit, à la définition collective de nouvelles limites de ce qu’un juge peut faire à l’égard du politique et, inversement, des contours de l’intervention politique faisable et légitime dans le jeu judiciaire –, redessinant ainsi des « frontières » entre les espaces sociaux impliqués dans ces mobilisations (Roussel, 2000 ; 2008). Ces limites du faisable ont d’abord existé (pour les juges) comme sentiment de « ce que faire son métier de magistrat » signifie, et comme évaluation du jouable dans des arènes judiciaires par différentes catégories d’acteurs. D’abord expérimentations pratiques, elles ont ensuite été objectivées via leur inscription dans les nouvelles règles de financement de la vie politique ou dans des dispositifs « de précaution » en matière de santé et de sécurité.

19Les contributions qui composent cet ouvrage ont donc en commun de s’interroger sur la manière dont on peut faire dialoguer une perspective macrosociologique et structurelle d’analyse de l’espace social, qui tend à objectiver et à figer des frontières, avec une perspective microsociologique attentive aux jeux sociaux, à la circulation des individus et de leurs perceptions dans cette pluralité d’espaces dont les « frontières » semblent ne jamais cesser de se recomposer. On espère ainsi contribuer à éclairer à la fois la façon dont les sociétés examinées se structurent et la manière dont ces divisions non seulement influent sur les pratiques des acteurs, mais sont façonnées par ces acteurs eux-mêmes. De ce point de vue, les contributions ici réunies partagent l’ambition de dépasser une division stérile entre, d’un côté, examen des frontières des sphères sociales autonomes et, de l’autre, analyse du « travail de frontières ». La question examinée empiriquement dans les chapitres étant de savoir comment articuler entre elles ces dimensions.

Différenciation sociale et expérience des frontières

  • 4 Davantage sous l’angle de la traversée des frontières symboliques, et sur le terrain de la question (...)

20Mais il s’agit également d’aller plus loin. La plupart des travaux existants ont insisté avant tout sur la notion de frontière en tant qu’elle permet de penser la délimitation et la séparation entre espaces nationaux, entre groupes sociaux ou encore entre sphères sociales. La réflexion portera aussi, centralement, dans les pages qui suivent, sur le passage des frontières, sur la circulation entre groupes ou espaces sociaux, en se demandant ce que cette traversée implique pour la définition en retour des groupes ou des espaces concernés, et pour les acteurs qui les franchissent. Cette question de l’articulation entre différents espaces ou mondes sociaux a certes fait l’objet d’investigations fructueuses, notamment dans le domaine de la sociologie des sciences4, mais ces recherches ont été moins axées sur les pratiques des acteurs eux-mêmes que sur les « objets-frontières », c’est-à-dire les équipements et supports matériels de l’action rendant possibles les coopérations et coordinations d’acteurs issus de mondes sociaux distincts (Star, 1988 ; Star & Griesemer, 1989 ; Trompette & Vinck, 2009). D’où l’intérêt que revêt l’accent mis ici sur l’examen des pratiques des acteurs – pratiques aussi bien de distinction que, au contraire, de brouillage voire de subversion – agissant dans une pluralité d’espaces sociaux ou à l’intersection de ceux-ci.

21Il s’agira également de s’intéresser aux groupes ou institutions-frontières et plus globalement aux go-betweens qui, à travers leurs discours et activités, peuvent garder ou modifier des frontières. Attentive aux modalités de constitution et de consolidation des collectifs, la sociologie des mouvements sociaux s’est appropriée le terme de « courtage » (brokerage) pour désigner la connexion de différents mondes sociaux antérieurement sans contact, à même de favoriser leur coalition dans une action commune voire, par un mécanisme de changement d’identité (identity shift), leur unification comme nouvel acteur potentiel (McAdam, Tarrow & Tilly, 2001, p. 142). Les acteurs structuralement situés à l’intersection de différents univers sociaux, et ainsi en mesure de jouer le rôle de « courtiers », se signalent fréquemment par des propriétés sociales particulières telles que des compétences linguistiques ou une mobilité supérieures, favorisant leurs déplacements au sein du monde social.

22Sur un plan plus individuel, la multipositionnalité révèle des mécanismes de franchissement des frontières et de coordination d’univers sociaux distincts, parfois dans le cadre de stratégies de double jeu. C’est spécialement le cas lorsque l’agent multipositionné appartient simultanément à des univers dominants dont il est à même de cumuler les ressources spécifiques (Boltanski, 1973). Ceux qui entreprennent de se transférer d’un champ à un autre doivent veiller à la conversion de leurs ressources, ou capitaux, qu’implique nécessairement le franchissement de la frontière qui les sépare. Les univers hautement institutionnalisés se caractérisent en effet par des instances de contrôle aux frontières (sous forme d’instances de filtrage à l’entrée tels les comités de lecture des maisons d’édition, d’ordres professionnels comme ceux des médecins ou des avocats, ou encore de dispositions légales telles celles régissant le statut des syndicats), susceptibles d’appliquer des taux de conversion particulièrement rigoureux :

Les droits d’entrée, le passage dans des champs connexes, vont impliquer un travail de conversion qui, évidemment, va beaucoup dépendre de la position relative des champs considérés ; le travail de conversion prendra des formes tout à fait différentes et sera plus ou moins long, plus ou moins facile selon, par exemple, qu’il s’agit de convertir du capital économique en capital culturel ou en capital de relations. (Bourdieu, 2015, p. 528)

23Lilian Mathieu montre ainsi dans son chapitre que les leaders de mouvements sociaux qui tentent de convertir en positions électorales le capital de notoriété accumulé dans l’animation de luttes collectives s’exposent à des désillusions lorsque le taux de change appliqué par le jeu politique à leur capital militant s’avère moins profitable qu’anticipé.

24Pour voir le « bougé » des frontières, examiner des situations de tension ou de controverse se révèle particulièrement fécond. Les relations entre jeux sociaux apparaissent alors dans leur complexité, manifestant l’interdépendance entre univers différenciés dont les divisions internes ont également une importance cruciale. Ceci apparaît, par exemple, dans le cas de l’« affaire Wikileaks » de 2010, analysée par Yves Buchet de Neuilly (2014). Ce qui fait la polémique et la réprobation autour de cette « fuite » massive de télégrammes diplomatiques américains publiés par l’organisation Wikileaks ne tient pas tant à l’importance politique intrinsèque des informations révélées qu’aux modalités particulières de la divulgation. L’auteur montre que – contrairement aux mécanismes ordinaires de coopération entre les journalistes (traditionnels) et leurs sources, qui préservent les frontières entre champ diplomatique et champ médiatique et permettent aux uns et aux autres de marquer des points dans leurs univers respectifs – l’illégitimité de la fuite provient ici de ce que la manière dont elle intervient transgresse les règles qui organisent la circulation des informations entre les champs. Elle donne ainsi à voir une division interne au champ médiatique entre les professionnels qui respectent ces règles et ceux qui font fi des rapports intersectoriels préétablis. Au final, « l’affaire Wikileaks » illustre l’existence de frontières (sur plusieurs niveaux : au sein du champ médiatique et entre les champs diplomatique, politique et journalistique) qui passent ordinairement inaperçues et les remet partiellement en cause.

25Ainsi, même les cadres a priori les plus solides, objectivés et légitimés peuvent bouger, que ce soit sous l’effet des activités qui refont imperceptiblement notre monde social au quotidien, ou dans le contexte de transformations plus visibles et radicales. Si les frontières les mieux assurées participent de la structuration du monde social, elles s’exposent dans certaines circonstances exceptionnelles à de brutales déperditions d’objectivité. La fluidification par décloisonnement du monde social – c’est-à-dire par estompement des frontières qui, dans les conjonctures routinières, séparent les différents univers sociaux et règlent leurs relations mutuelles – constitue une des caractéristiques parmi les plus importantes (et les plus effarantes pour leurs protagonistes) des situations de crise politique (Dobry, 1992).

  • 5 Le chapitre de Violaine Roussel dans cet ouvrage rappelle en ce sens que la notion de « sphère publ (...)

26Les régimes démocratiques qui semblent les mieux établis, inscrits dans des frontières nationales a priori naturalisées, ne sont jamais à l’abri d’« épreuves d’État » (Linhardt & Moreau de Bellaing, 2005 ; Linhardt, 2012). Dans ces épisodes, qui ont pour enjeu la réaffirmation du monopole étatique de la violence physique légitime, les confrontations peuvent porter sur le placement et le déplacement de la limite entre ceux qui appartiennent à l’État-nation et ceux dont l’appartenance est contestée, fragilisée, objet de conflits, voire déniée – ce que les mobilisations autour des Roms, des migrants ou de la déchéance de nationalité pour les auteurs d’actes terroristes donnent bien à voir. Ces luttes sur les frontières, tout à la fois sociales et symboliques (géographiques, politiques, économiques et autres), nous rappellent qu’il n’est rien de moins évident que l’idée que nous vivrions maintenant dans une « sphère politique mondiale » au sein de laquelle les cadres de l’État-nation et les frontières étatiques-nationales seraient tout bonnement dépassés, sans plus de pertinence ou d’efficacité sociale5. Les dispositifs de gardiennage de ces frontières font au contraire leur indéniable réalité (y compris au travers des débats sur les incertitudes de la « gouvernance », notamment européenne, en la matière). Ceux et celles qui sont constitués comme extérieurs aux communautés ainsi imaginées et instituées sont en situation d’être confrontés au quotidien à la matérialité de ces frontières. L’exploration de ces pratiques et expériences des frontières (au-delà des frontières nationales, celles d’espaces sociaux, de groupes, etc.) est centrale dans les chapitres qui suivent.

27La question de l’expérience des frontières permet également de faire empiriquement le lien entre l’institution de – et la confrontation à des – lignes de division géographiques et la rencontre d’autres types de barrières ou de séparations. En lien avec les travaux sur la « territorialisation » de l’action publique et sur les luttes d’étiquetage de certains espaces comme « banlieues », « cités », « quartiers sensibles », « ghettos », « zones » administrativement labellisées – espaces auxquels sont indissociablement assignés des groupes sociaux particuliers –, une série d’enquêtes a ainsi analysé les modes de désignation des populations qui renvoient à des catégories à la fois bureaucratiques, politiques et symboliques (l’institutionnalisation de la catégorie d’« immigré », par exemple) et qui correspondent à (et dissimulent) des modes de gestion publique de la pauvreté (De ­Barros, 2005 ; Spire, 1999 ; Tissot & Poupeau, 2005 ; Tissot, 2007). Les individus et groupes visés, et leurs soutiens souvent extérieurs mais mobilisés en leur nom, peuvent aussi résister à l’étiquetage et promouvoir d’autres découpages. C’est là encore le comment de l’articulation de ces modes de division et les luttes autour d’eux qu’il nous intéresse de dévoiler pour les dénaturaliser, comprendre ce qui fait leur force sociale et saisir les dynamiques de leur transformation.

Approcher les frontières par le terrain

28Les textes rassemblés dans cet ouvrage explorent ces différentes dimensions de la question des frontières sur des terrains variés : leur ancrage commun, l’enquête de terrain, exprime la conviction que comprendre quelles sont les frontières morales et sociales qui apparaissent aux protagonistes et prévalent est d’abord une question empirique. Ces observations permettent ensuite d’avancer dans l’analyse des mécanismes qui lient perception et objectivation de ces divisions. Pour aborder les relations entre démarcations symboliques et divisions objectivées, les présentes contributions placent la focale tantôt sur les frontières entre espaces sociaux, tantôt sur celles internes à ces espaces, tantôt sur les relations entre les deux. On partage le parti pris analytique selon lequel les frontières ne sont pas a priori justiciables d’une approche ou d’une conceptualisation différente selon qu’on cherche à penser les divisions entre espaces sociaux et celles qui les organisent en interne : au contraire, on suit les acteurs quand ils nomment, classent, distinguent, catégorisent, bougent ou travaillent à institutionnaliser des divisions à différents niveaux de ces jeux encastrés.

29L’un des enjeux est en particulier de discuter comment penser ces « espaces » – aucun terme, y compris ce dernier, n’étant neutre ici, et tous emportant des théories plus ou moins implicites. « Champ », « secteur », « monde », « système », « espace » : les conceptualisations discutées dans les chapitres qui suivent relèvent de différentes manières de penser les frontières, c’est-à-dire leur fabrication, leur altération ou encore leur subversion. Le « bon découpage » est une question pour les acteurs avant de parfois en devenir une pour le chercheur. Ce double niveau, et la question de l’articulation entre la position du chercheur et les perceptions / pratiques des acteurs, sont réexaminés par les auteurs rassemblés ici, sans que ceux-ci aient été tenus de se soumettre à un cadre analytique uniforme. Les approches conceptuelles et les démarches méthodologiques des chapitres qui suivent sont diversifiées et procèdent, dans chaque cas, d’un ajustement aux exigences ou contraintes du travail empirique. Ce respect du pluralisme théorique en sociologie (Passeron, 1994) ne procède pas d’un œcuménisme relativiste mais atteste surtout la transversalité de la question des frontières, prompte à surgir quelle que soit la focale – plus ou moins large ou resserrée – d’analyse adoptée par le chercheur.

30Certaines lignes de force thématiques structurent néanmoins cet ouvrage, sans doute significatives des centres d’intérêt de ses ­coordinateurs. Les études rassemblées ici privilégient les terrains de la politique institutionnelle, des engagements contestataires et des pratiques artistiques, dans des configurations plus ou moins entremêlées. Ainsi, si les trois premiers chapitres abordent, à différentes échelles, la question des frontières étatiques, les suivants privilégient l’appréhension des relations entre action militante et autres domaines d’activité, qu’ils soient professionnels, politiques et / ou artistiques, pour étudier selon quelles logiques et quelles modalités pratiques s’y réalise un constant travail de marquage ou de redéfinition des frontières. Il va sans dire que les perspectives esquissées dans les pages qui suivent espèrent pouvoir démontrer leur pertinence pour l’étude d’autres objets présents sur d’autres terrains.

31Yves Buchet de Neuilly remet en cause dans son chapitre les découpages que présupposent les approches classiques des relations internationales. Celles-ci privilégient soit les représentations pyramidales (du niveau le plus local au niveau supranational), soit les distinctions catégorielles entre ce qui relèverait de la sphère étatique et ce qui lui serait extérieur (organisations non-gouvernementales, entreprises privées, etc.). L’étude du secteur de la sécurité internationale, et plus précisément de plusieurs interventions de maintien de la paix en Afrique, met en lumière d’autres fragmentations et segmentations inhérentes à la constitution de configurations d’interdépendance liant étroitement des organisations et institutions aux statuts distincts. Le travail sur les frontières apparaît dans ce cas comme ce que Goffman (1973) appellerait un « travail de façade » (face work), destiné à maintenir la définition publique que les protagonistes entendent livrer de leur action – comme lorsque la caution de l’ONU et de l’Union européenne est sollicitée par la France pour contourner le reproche de traiter l’Afrique comme son « pré carré ». Traversées par des rapports de force et structurées par des relations de concurrence inter-organisationnelles, ces configurations d’interdépendance n’en disposent pas moins d’une relative stabilité – inhérente à l’enchevêtrement des processus décisionnels dont elles sont le site – et, surtout, laissent apparaître une sectorisation inter-organisationnelle, souvent « subtile et nuancée » mais qui surdétermine les pratiques des acteurs. Ainsi peut-on comprendre que :

  • 6 Yves Buchet de Neuilly, dans le présent ouvrage.

Il y a bien plus en commun (dans leur langage, leurs pratiques, leurs visions du monde, leur interdépendance tactique) entre un responsable des questions droits de l’homme à l’ONU, à l’Union europ éenne et à l’Union africaine, qu’entre un responsable des questions droits de l’homme au sein de l’UE et un responsable du Fonds européen agricole de garantie de cette même UE6.

32Le chapitre suivant, de Clemens Zobel, aborde pour sa part une dynamique intra-étatique, en l’occurrence le processus de la décentralisation malienne étudiée au travers des tentatives de contrôle municipal sur l’extraction aurifère. L’enjeu n’est pas qu’institutionnel et ne relève pas que d’une querelle de légitimité entre niveaux étatique et communal ; il est également encastré dans des relations de parenté et, surtout, dépend de croyances concernant l’état des transactions entre humains et esprits exerçant une tutelle sur l’exploitation de l’or. L’observation d’une réunion locale destinée à l’élaboration d’une convention pour l’exploitation d’une mine d’or et la gestion de ses bénéfices permet de déployer les différents principes et niveaux de maîtrise sur ce bien commun qu’est la ressource aurifère, mais aussi d’identifier les ressorts d’une souveraineté qui reste marquée par le poids de l’histoire, en particulier coloniale. S’exprime une tension entre une conception de l’État comme force coercitive et la valorisation récente d’un idéal démocratique fondé sur la liberté individuelle, que vient complexifier le soupçon de corruption ou de détournement pesant sur toute collecte fiscale. Une pluralité de frontières entremêlées se révèle alors : entre État, collectivité territoriale et associations ou ONG, entre autorités traditionnelles et légales-rationnelles, entre citoyens et État, entre impôts et bien commun et, enfin, entre espaces transactionnels visibles et invisibles.

33La contribution d’Assia Boutaleb tranche par l’adoption d’une approche plus resserrée, à la fois parce qu’elle s’intéresse à ces « street level bureaucrats » (Lipsky, 1980) que sont les employés des hôpitaux publics marocains, mais également par le choix d’une démarche ethnographique, attentive à la manière dont les frontières (ici entre professionnels de santé et patients) s’imposent, mais aussi se troublent et se redéfinissent, dans le cours des interactions en situation. Les infirmiers apparaissent ainsi comme des acteurs essentiels de la production des frontières, à la fois en tant que gardiens des limites qui structurent le travail médical (guichets, seuils des salles d’attentes et de consultation) et comme guides des déplacements des patients dans l’espace matériel et symbolique de l’hôpital. L’ordre de l’interaction n’est cependant pas seul à jouer puisque ce sont aussi leurs propriétés sociales, et spécialement une proximité d’origine et de condition avec les patients, qui habilitent ces infirmiers à jouer leur rôle de personnage-frontière, à la fois suffisamment proche du public pour l’orienter et pleinement intégré à l’institution pour en imposer les règles de fonctionnement.

34Ce sont ensuite les rapports entre le jeu politique partisan et les mouvements sociaux qu’aborde Lilian Mathieu dans ce qui est également une réflexion critique sur les apports et les limites de la théorie des champs de Pierre Bourdieu. Surtout élaborée et mobilisée pour l’étude d’univers sociaux dominants et institutionnalisés, celle-ci apparaît d’un usage malaisé lorsqu’elle entend rendre compte de domaines de pratique davantage informels et hétéronomes. L’espace des mouvements sociaux est l’un de ces univers faiblement objectivés, dont les limites procèdent davantage d’un travail de bornage que d’un véritable contrôle aux frontières. Le cas du mouvement altermondialiste et de ses rapports, complexes car déséquilibrés, au champ politique permet d’observer le travail pratique par lequel les agents de certains univers tentent de produire et de maintenir leur autonomie au sein du monde social.

35Violaine Roussel explore la transformation actuelle des formes d’engagement en regard de la consolidation et de l’institutionnalisation croissante des frontières séparant l’espace politique d’autres univers professionnels. À partir de plusieurs enquêtes empiriques, elle s’intéresse au rapport entre la stabilisation de telles frontières sociales et les formes que peut aujourd’hui prendre, aux yeux des acteurs, l’exercice de la citoyenneté. Une enquête sur les mobilisations d’artistes aux États-Unis a permis de montrer comment les identités et les configurations professionnelles entraient en tension directe avec les intentions civiques ou militantes des participants. D’un côté, l’identité d’artiste est ce qui fonde l’accès à des espaces publics et donne, dans une certaine mesure, un titre pour parler. De l’autre, dans le même temps, préserver son existence et son crédit professionnels suppose pour le créateur de ne pas être perçu comme pratiquant un « mélange des genres » politique et esthétique qui l’assimilerait à l’amateur, et de ne pas être étiqueté comme artiste politique / militant. Ce chapitre tire les leçons de ces rapports paradoxaux entre métier et engagement, en identifiant ce qu’ils révèlent de l’importance des divisions structurant les « sociétés de professions » dans lesquelles nous vivons pour comprendre ce qu’« être citoyen » peut y signifier.

36Ce sont également des engagements d’artistes qu’étudie Bleuwenn Lechaux dans un chapitre ancré dans l’étude du monde théâtral new-yorkais. Celui-ci est structuré par des frontières, au sens fort de ce terme : la différenciation entre Broadway, off-Broadway et off-off-Broadway s’inscrit dans la géographie d’un quartier dédié au spectacle et dessine des enclaves où se déploient activités et sociabilités professionnelles. Se superpose à ce découpage territorial une division des sous-espaces théâtraux selon des frontières sociales (des modes d’exercice du métier théâtral) et des frontières symboliques (des conceptions du théâtre) qui, elle-même, imprègne des rapports contrastés à l’engagement – plutôt consensuels à Broadway, davantage transgressifs au sein de off-off-Broadway. De fait, chacune des subdivisions du monde du théâtre new-yorkais appréhende différemment son rapport à une autre frontière, celle qui la distingue de l’engagement public, et toutes ne peuvent s’autoriser l’affichage d’une porosité entre pratique artistique et investissement militant. Par suite, saisir les conditions de l’engagement des artistes impose non seulement de reconstituer leur trajectoire et leur position au sein de leur univers de référence mais également de mesurer le degré d’institutionnalisation de ce dernier.

37La catégorie de « cinéma social », objet du chapitre d’Audrey Mariette, a été consacrée en France par l’organisation de festivals spécialement dédiés. Travail de consécration ambigu, cependant, puisqu’il s’accomplit contre les principes de hiérarchisation internes au champ du cinéma, où ce label est déprécié, et en s’appuyant sur les ressources des mondes du militantisme et des sciences sociales. Le « cinéma social » apparaît situé à un point d’intersection entre ces trois univers, et tiraillé entre les exigences esthétiques de l’art cinématographique, les attentes de validation ou d’illustration de thèses sociologiques et les offres d’engagement des entrepreneurs en mobilisation. Si sa promotion implique un travail de démarcation (tant vis-à-vis de la politique partisane que d’un cinéma à visée purement esthétique), elle n’en est pas moins le fait d’agents multipositionnés et pour cela à même de réunir réalisateurs de films, animateurs de mouvements sociaux et professionnels des sciences sociales. La dimension performative des festivals – qui font exister le cinéma social en le dotant de traits spécifiques – ne parvient cependant pas à surmonter une frontière d’un autre ordre, celle inhérente à la forte homogénéité sociale de son public.

38C’est également à la constitution d’un sous-espace du monde de l’art qu’est consacré le chapitre de Francesca Quercia, en l’occurrence celui de l’action théâtrale. Celui-ci réunit des troupes dont l’activité artistique se voit assigner une mission sociale à destination des habitants des zones urbaines défavorisées. Cet univers apparaît lui aussi comme une zone interstitielle, à cheval entre monde du théâtre, secteur de l’animation socioculturelle et politiques urbaines, et impose à ceux qui y évoluent un constant travail de définition et de démarcation. En France comme en Italie, la pratique d’un théâtre à vocation sociale impose des présentations de soi variables selon les interlocuteurs, destinées tant à se distancier des images les plus dépréciées d’un théâtre sans ambition esthétique qu’à attester le bien-fondé d’une action auprès d’habitants de condition modeste. Le succès de la délimitation d’une sphère de pratique distincte n’empêche pas l’existence de rapports de dépendance à l’égard des dispositifs institutionnels (comme, en France, ceux de la politique de la ville) et des fluctuations du jeu politique – une dépendance à laquelle peuvent cependant espérer échapper ceux en mesure de jouer de la porosité entre ces univers.

39Le chapitre de Georges Meyer fait ressurgir la figure de l’État, en l’appréhendant cette fois au travers de ses rapports avec le champ du cinéma. Souvent assimilée à la censure, la Commission de contrôle des films cinématographiques, dont les classements des années 1960 sont ici étudiés, apparaît en effet comme un « poste frontière » exerçant un pouvoir d’institutionnalisation sur le monde du cinéma : ne deviennent des films à part entière, et ne sont en mesure de rencontrer un public, que les œuvres dont elle a autorisé l’exploitation commerciale. La commission réunit des agents situés des deux côtés de la frontière qui sépare l’État du monde du cinéma puisqu’y siègent (outre des personnalités morales et des experts) des représentants des ministères, des producteurs et des réalisateurs. Elle est le site de négociations, de transactions et d’hybridations dont les effets sont loin d’être univoques. L’exemple bien connu de La Religieuse de Rivette atteste certes que l’État peut directement influer sur le contenu des œuvres, mais l’évolution des décisions révèle une progressive esthétisation des schèmes de classement des censeurs.

40Enfin, le chapitre de Bernard Lahire aborde lui aussi la question de l’autonomisation, au sein de nos sociétés, d’une sphère artistique, mais en l’appréhendant sous l’angle de l’instauration de valeurs hiérarchisées appuyant des rapports de domination. Le monde artistique s’est en effet constitué au travers d’une sacralisation des artistes et de leurs œuvres qui, comme toute sacralisation, implique une claire séparation d’avec l’univers des profanes – spectateurs, lecteurs ou auditeurs assignés à une position de récepteurs plus ou moins passifs et admiratifs. L’art se constitue comme tel par le tracé d’une frontière entre l’œuvre et son public – une frontière qui se matérialise par le cadre des tableaux, les murs des musées ou encore les limites des scènes de théâtre – qui rappelle et consolide le rapport de soumission que le second se doit d’adopter devant la première. Si, comme on le sait depuis Durkheim (2013), c’est la séparation qui fonde la sacralisation, celle-ci apparaît par suite comme un ressort constitutif des rapports de domination.

41Clôturant l’ouvrage, Michèle Lamont revient sur le destin du concept de frontières symboliques, plus de quinze ans après la parution de son article sur « l’étude des frontières » cosigné avec Virág Molnár (2002). Différentes dimensions transversales à cet ouvrage sont passées au crible dans l’entretien qu’elle nous a accordé : celle du rapport entre la perception des frontières et leur objectivation, celle des rôles respectifs de l’État et des mobilisations sociales dans la stabilisation de certaines frontières plutôt que d’autres, celle des relations entre analyse des frontières et approches de la domination, celle du pouvoir symbolique des artistes en matière de traçage de frontières. En discutant ces questions avec celle qui a sans doute le plus contribué à leur appréhension sociologique, tout comme en rassemblant les contributions composant ce volume, nous souhaitons contribuer au dépassement d’une opposition stérile entre « frontières sociales » et « frontières symboliques », au profit d’une exploration des dynamiques de leur interdépendance et de leur constitution réciproque.

Bibliographie

Abbott Andrew (1995), « Things of Boundaries », Social Research, vol. 62, nº 4, p. 857-882.

(1988), The System of Professions: an Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, University of Chicago Press.

Alexander Jeffrey C. & Colomy Paul B. (1990), Differentiation Theory and Social Change: Comparative and Historical Perspectives, New York, Columbia University Press.

Arnaud Lionel & Guionnet Christine (dir.) (2005), Les Frontières du politique : enquête sur les processus de politisation et de dépolitisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Barth Fredrik (1969), Ethnic Groups and Boundaries: the Social Organizations of Culture Difference, Londres, Allen & Unwin.

Becker Howard S. (1985), Outsiders : études en sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

(1984, 1988), Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion.

Boltanski Luc (1982), Les Cadres : la construction d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit.

(1973), « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de sociologie, vol. 14, nº 1, p. 3-26.

Bonilla-Silva Eduardo (1997), « Rethinking Racism. Toward a Structural Interpretation », American Sociological Review, vol. 62, nº 3, p. 465-480.

Bourdieu Pierre (2015), Sociologie générale, 1. Cours au Collège de France 1981-1983, Paris, Éditions du Seuil.

(1979), La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

(1976), « Les modes de domination », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 2, p. 122-132.

Brubaker Rogers (2001), « Au-delà de l’“identité” », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 139, p. 66-85.

Bryson Bethany (2016), « Symbolic Boundaries », dans David Inglis & Anna-Mari Almila (dir.), The Sage Handbook of Cultural Sociology, New York, Sage, p. 349-362.

Buchet de Neuilly Yves (2014), « Wikileaks, les médias et la diplomatie. La fuite comme enjeu de consolidation et de brouillage des frontières sociales », Genèses, nº 94, p. 140-158.

Clair Matthew, Caitlin Daniel & Lamont Michèle (2016) « Destigmatization and Health: Cultural Constructions and the Long-Term Reduction of Stigma », Social Science & Medicine, nº 165, p. 223-232.

De Barros Françoise (2005), « Des “Français musulmans d’Algérie” aux “immigrés”. L’importation de classifications coloniales dans les politiques du logement en France (1950-1970) », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 159, p. 26-53.

Delphy Christine (2013), L’Ennemi principal, 2. Penser le genre, Paris, Syllepse.

(2008), Classer, dominer : qui sont les « autres » ?, Paris, La Fabrique.

Dobry Michel (1992), Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de Sciences Po.

(1989), « Février 1934 et la découverte de l’allergie de la société française à la “Révolution fasciste” », Revue française de sociologie, vol. 30, nº 3-4, p. 511-533.

Dumoulin Laurence & Roussel Violaine (2010), « La judiciarisation de l’action publique », dans Olivier Borraz & Virginie Guiraudon (dir.), Politiques publiques, Paris, Presses de Sciences Po, vol. 2, p. 243-264.

Durkheim Émile (1912, 2013), Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Presses universitaires de France.

Elias Norbert (1991), La Société des individus, Paris, Fayard.

(avec Scotson John L.) (1997), Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard.

Fassin Didier (2010), Les Nouvelles Frontières de la société française, Paris, La Découverte.

Fassin Didier & Fassin Éric (dir.) (2006), De la question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, Paris, La Découverte.

Feagin Joe R. (2006), Systemic Racism: A Theory of Oppression, New York, Routledge.

Febvre Lucien (1928, 1962), « Frontière : le mot et la notion », dans Pour une histoire à part entière, Paris, Sevpen, p. 11-24.

Gamson Joshua (1995), « Must Identity Movements Self-Destruct? A Queer Dilemma », Social Problems, vol. 42, nº 3, p. 390-407.

Goffman Erving (1975), Stigmate, Paris, Éditions de Minuit.

(1973), La Mise en scène de la vie quotidienne, 1. La Présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit.

Gottmann Jean (1980), « Les frontières et les marches. Cloisonnement et dynamique du monde » dans Haruko Kishimoto (dir.), Geography and Its Boundaries: in Memory of Hans Boesch, Berne, Kummerly & Frey, p. 53-58.

Ignatiev Noël (1995), How the Irish Became White, New York, Routledge.

Jeanpierre Laurent (2010), « Frontière », dans Olivier Christin (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris, Métailié, p. 157-169.

Kaya Sümbül (2013), « Conscription et patriotisme. Le cas de l’armée turque », Critique internationale, nº 58, p. 35-51.

Lamont Michèle (2001), « Symbolic Boundaries: Overview » dans Neil Smelser & Paul Baltes (dir.), International Encyclopedia of the Social and Behavioral Sciences, Amsterdam / Paris / New York, Elsevier, p. 15341-15347.

Lamont Michèle & Bail Christopher A. (2005), « Sur les frontières de la reconnaissance. Les catégories internes et externes de l’identité collective », Revue européenne des migrations internationales, vol. 21, nº 2, p. 61-90.

Lamont Michèle & Fournier Marcel (dir.), 1992, Cultivating Differences: Symbolic Boudaries and the Making of Inequality, Chicago, University Press of Chicago.

Lamont Michèle & Molnár Virág (2002), « The Study of Boundaries in the Social Sciences », Annual Review of Sociology, nº 28, p. 167-195.

Linhardt Dominique (2012), « Épreuves d’État. Une variation sur la définition wébérienne de l’État », Quaderni, nº 78, p. 5-22.

Linhardt Dominique & Moreau de Bellaing Cédric (2005), « Légitime violence ? Enquêtes sur la réalité de l’État démocratique », Revue française de science politique, vol. 55, nº 2, p. 269-298.

Lipsky Michael (1980), Street Level Bureaucracy. Dilemmas of the Individual in Public Service, New York, Russell Sage Foundation.

Luhmann Niklas (1982), The Differentiation of Society, New York, Columbia University Press.

McAdam Doug, Tarrow Sidney & Tilly Charles (2001), Dynamics of Contention, Cambridge, Cambridge University Press.

Nordman Daniel (1998), Frontières de France, de l’espace au territoire : xvie-xixe siècle, Paris, Gallimard.

Omi Michael & Winant Howard (1994), Racial Formation in the United States: from the 1960s to the 1990s, New York, Routledge.

Passeron Jean-Claude (1994), « De la pluralité théorique en sociologie : théorie de la connaissance sociologique et théories sociologiques », Revue européenne des sciences sociales, nº 99, p. 71-116.

(1982), « L’inflation des diplômes : remarques sur l’usage de quelques concepts analogiques en sociologie », Revue française de sociologie, vol. 23, nº 4, p. 551-583.

Roediger David (1991), The Wages of Whiteness: Race and the Making of the American Working Class, Londres, Verso.

Roussel Violaine (2008), « Scandales et mutations de la responsabilité politique : redéfinitions de la responsabilité des hommes politiques dans le cadre des affaires de santé et de sécurité publiques », Revue française de science politique, vol. 58, nº 6, p. 953-983.

— (2000), « Scandales politiques et transformation des rapports entre magistrature et politique », Droit et Société, nº 44-45, p. 13-39.

Sahlins Peter (1989), Boundaries: the Making of France and Spain in the ­Pyrenees, Berkeley / Los Angeles / Oxford, University of California Press.

Spire Alexis (1999), « De l’étranger à l’immigré : la magie sociale d’une catégorie statistique », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 129, p. 50-56.

Star Susan Leigh (1988), « The Structure of Ill-Structured Solutions: Boundary Objects and Heterogeneous Distributed Problem Solving », dans Michael N. Huhns & Les Gasser (dir.), Distributed Artificial Intelligence, Menlo Park, Kaufmann, p. 37-54.

Star Susan Leigh & Griesemer James R. (1989), « Institutionnal Ecology, “Translations” and Boundary Objects: Amateurs and Professionals on Berkeley’s Museum of Vertrebate Zoology », Social Studies of Science, nº 19, p. 387-420.

Tarrow Sidney (2013), The Language of Contention: Revolutions in Words 1688-2012, Cambridge, Cambridge University Press.

Thévenot Laurent (1979), « Une jeunesse difficile. Les fonctions sociales du flou et de la rigueur dans le classement », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 26-27, p. 3-18.

Tissot Sylvie (2007), L’État et les quartiers : genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Éditions du Seuil.

Tissot Sylvie & Poupeau Franck (2005), « La spatialisation des problèmes sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 159, p. 4-9.

Trompette Pascale & Vinck Dominique (2009), « Retour sur la notion d’objet-frontière », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 3, nº 1, p. 5-27.

Notes

1 La réflexion qui a conduit à cet ouvrage a été lancée à l’occasion d’un colloque international organisé en 2009 par Claire de Galembert, Violaine Roussel et Frédéric Zalewski à l’Université de Nanterre (« Comment penser les frontières sociales ? », Institut des sciences sociales du politique, 15 juin 2009).

2 Les travaux sur le genre constituent de ce point de vue une référence incontournable lorsqu’ils montrent combien la division naturalisée entre masculin et féminin est simultanément une hiérarchisation ; dans ce processus – ainsi que dans d’autres, par exemple de racialisation – le classement est indissociable de la domination (Delphy, 2008 ; 2013).

3 Pour une récente synthèse des approches en termes de frontières symboliques, voir en particulier Bryson, 2016.

4 Davantage sous l’angle de la traversée des frontières symboliques, et sur le terrain de la question ethnoraciale, une série de travaux ont également porté, aux États-Unis, sur les identifications individuelles ou collectives à des groupes ethnoraciaux et leur transformation. Par exemple, Ignatiev, 1995 ; Roediger, 1991.

5 Le chapitre de Violaine Roussel dans cet ouvrage rappelle en ce sens que la notion de « sphère publique transnationale », dont la constitution est parfois rapportée à la généralisation des nouveaux outils électroniques, peut fonctionner comme une illusion savante – ceci n’empêchant en rien que l’idéologie de la mondialisation politique soit porteuse d’effets sociaux.

6 Yves Buchet de Neuilly, dans le présent ouvrage.

Auteurs

Lilian Mathieu est directeur de recherche au CNRS (Centre Max-Weber / ENS de Lyon). Il se consacre d’une part à l’étude du monde de la prostitution ainsi qu’aux politiques publiques, mobilisations et controverses dont celle-ci est l’objet. Son dernier ouvrage sur ce thème est Prostitution, quel est le problème ? (Textuel, 2017). Il s’est d’autre part spécialisé dans l’étude des mouvements sociaux (Mai 68, lutte contre le sida, ­mobilisations en faveur des immigrés, altermondialisme, extrême droite groupusculaire, etc.). Il a publié dans ce domaine La Démocratie protestataire (Presses de Sciences Po, 2011) et L’Espace des mouvements sociaux (Le Croquant, 2012), et a récemment coordonné Lyon en luttes dans les années 68 (Collectif de la Grande Côte, Presses universitaires de Lyon, 2018).

Violaine Roussel est professeure de sociologie à l’Université Paris 8-Saint-Denis, membre du LabToP au CRESPPA et professeure associée à l’Université de Californie du Sud. Son travail explore les relations entre art et politique et les logiques de production de la « culture populaire ». Parmi ses publications récentes, on trouve notamment Art versus War : les artistes américains contre la guerre en Irak (Presses de Sciences Po, 2011), How to Do Politics with Art (en codirection avec Anurima Banerji, Routledge, 2016) et Representing Talent: Hollywood Agents and the Making of Movies (University of Chicago Press, 2017). Elle a également dirigé Art et contestation aux États-Unis (Presses ­universitaires de France, 2019).

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search