Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Prose de Samuel Beckett

 | 
Julien Piat
, 
Philippe Wahl

I. Syntaxe et textualité

« Seul » : syntaxe de la sommation dans Compagnie

Franck Neveu

Texte intégral

1Le titre de cette communication cite, comme on l’aura relevé, le dernier mot de l’œuvre de Beckett, Compagnie :

Et comme quoi mieux vaut tout compte fait peine perdue et toi tel que toujours.

Seul. (C, p. 88)

2Eu égard aux attendus scientifiques de ce colloque, qui aborde les faits de configuration et de progression discursives dans l’œuvre de Beckett, il semble pertinent de tenter de caractériser un aspect de la syntaxe beckettienne, qui peut être tenu pour saillant dans les textes narratifs : la syntaxe de la sommation.

3Sommation est à entendre ici non pas au sens d’intimation, d’injonction, mais au sens mathématique, d’« opération par laquelle on fait la somme de plusieurs quantités, notamment la somme des termes d’une série1 ». Cette acception sera dans cette approche adaptée aux phénomènes linguistiques que l’on se donne à traiter. Ainsi la sommation pourra être appréhendée comme une stratégie discursive qui, au plan de la structure propositionnelle, ou causale, vise tout à la fois à condenser et à synthétiser, dans un double mouvement formel syncrétique et résomptif.

4Précisons d’emblée que la notion de sommation n’est pas une extrapolation linguistique de l’auteur de ces lignes à partir du domaine mathématique. Elle peut être tenue pour descriptive de la notion de phrase, parfois définie comme un « synthétiseur » grammatical, voire informationnel :

Il conviendrait, nous semble-t-il, d’insister en priorité sur les vertus propres de ce moule syntaxique qu’est la « phrase » : entité hiérarchiquement supérieure à ses membres, et dont le rôle synthétiseur se reconnaît à une foule de traits [...]. Car la syntaxe est d’abord synthèse, et le mot de « phrase » nous paraît plus propre à rendre compte du phénomène que celui, trop élastique, d’« énoncé ». (Serbat, 1983, p. 50)

5Dans cette perspective, on cherche à souligner la structuration à dominante morphosyntaxique de la phrase : la phrase est décrite comme un « synthétiseur » grammatical, de l’ordre de la sentence, c’est-à-dire comme un ensemble d’articulations liées entre elles par des rapports exclusivement grammaticaux.

6La notion de sommation est également descriptive, à un autre niveau d’analyse, de l’activité de lecture et d’interprétation. On peut définir trois niveaux de lisibilité : (i) la lisibilité-visibilité, c’est-à-dire la perception visuelle des caractères et le déchiffrage ; (ii) la lisibilité-compréhension, car écrire, c’est produire du sens, et la lecture est la recherche de ce sens nécessairement induit par le signe graphique ; (iii) la lisibilité-interprétation, car la compositionnalité du discours génère une stratification du sens, c’est-à-dire une complexité arithmétique, qui requiert de la part du décodeur des sommations. Si celles-ci sont déterminées par la structure formelle du discours, elles sont aussi une intervention du lecteur, qui en assume seul la pertinence et qui fixe lui-même les conditions de réalisation de ces sommations en fonction de sa capacité personnelle à gérer la mémoire discursive.

7Dans cette perspective, le « système de renfort », pour reprendre l’expression de Nina Catach (1998, p. 33), qu’est la ponctuation (plus globalement le « système de renfort » que constituent les frontières graphiques), doit être ainsi nécessairement mis en relation avec les mécanismes interprétatifs.

8On s’intéressera donc ici à certains aspects de la relation complexe entre segmentation graphique, syntaxe et interprétation, et l’on tentera de mettre ces phénomènes en relation avec la sommation.

QUELQUES FAITS D’ÉROSION DE LA RELATION ACTANCIELLE

9Une première caractéristique de la sommation informationnelle dans le texte de Beckett réside dans les faits d’érosion de la relation actancielle.

  • 2 Voir Neveu, 2004, entrée « Actance ».

10L’actance2, ou relation actancielle, en référence à la théorie de la dépendance syntaxique développée par Lucien Tesnière (1959), décrit, comme on sait, les faits touchant aux relations grammaticales qui s’établissent entre un prédicat verbal et les constituants nominaux qui en dépendent. Chez Tesnière, la structuration syntaxique, de conception verbo-centriste, repose sur la connexion structurale et sémantique entre les régissants (constitués des têtes verbale, substantive, adjective et adverbiale des syntagmes) et leurs subordonnés. Les actants, subordonnés du syntagme verbal, se rattachent au verbe de diverses manières, comme sujet (prime actant, selon Tesnière), comme objet direct (second actant) ou comme objet indirect (tiers actant), fonctions pouvant être marquées par les cas dans les langues flexionnelles. Tesnière appelle valence le nombre maximal d’actants qu’un verbe est susceptible de recevoir.

11Comme le précise Gilbert Lazard, les faits relatifs à l’actance et les problématiques qu’ils soulèvent sont cruciaux pour l’étude du langage :

l’actance est au cœur de la grammaire de toute langue. Toute phrase réelle est prononcée afin de transmettre, dans une situation donnée, une certaine information, assertion, question ou autre. Elle a un certain contenu de sens (plan sémantique) et une visée communicative (plan pragmatique). Ce contenu de sens et cette visée communicative, réserve faite de ce qui est d’une manière ou d’une autre présent dans l’esprit des interlocuteurs (données de la situation, expérience commune, etc.), sont entièrement exprimés au moyen de la parole proférée (ou de l’écrit qui la représente), c’est-à-dire des unités lexicales, des modalités grammaticales qui les habillent, des règles syntaxiques qui les organisent et de l’intonation qui module le tout. (Lazard, 1994, p. IX)

  • 3 Clause est pris ici au sens qu’Alain Berrendonner donne à ce terme, à savoir « énonciation atomique (...)
  • 4 Ici et dans la suite de l’article, c’est nous qui soulignons.

12L’érosion actancielle peut être décrite comme un effet spécifique de la segmentation graphique du texte de Beckett. Elle se réalise de diverses manières, mais on peut noter que ces faits sont liés, dans une large mesure, à la structure averbale (parfois monoclausale) de certains segments graphiques. On pensera notamment aux clauses3 infinitives4 :

Une voix parvient à quelqu’un dans le noir. Imaginer. (C, p. 7)

Dans le silence et le noir fermer les yeux et entendre un bruit. Un objet quelconque qui quitte sa place pour sa place dernière. Une chose molle qui mollement bouge pour n’avoir plus à bouger. Au noir visible fermer les yeux et entendre ne fût-ce que cela. Une chose molle pour n’avoir plus à bouger. (p. 24)

Peut-il bouger ? Bouge-t-il ? Doit-il bouger ? Comme ça aiderait. Quand la voix défaille. Un mouvement quelconque si petit soit-il. Ne serait-ce qu’une main qui se ferme. Ou qui s’ouvre si fermée au départ. Fermer les yeux et voir cette main. Creux offert remplissant tout le champ. Les lignes. Les doigts qui lentement se replient. Ou se redressent si repliés au départ. Les lignes de ce vieux creux. (p. 26)

Inventeur de la voix et de l’entendeur et de soi-même. Inventeur de soi-même pour se tenir compagnie. En rester là. (p. 33)

Dans le même noir que sa créature ou dans un autre. Encore à imaginer. (p. 34)

13S’il est aisé d’établir une relation entre ce type de clauses et le discours endophasique (on sait que la structure linguistique du discours intérieur en est saturée ; voir Philippe, 1997), ce qui peut être souligné ici, du point de vue syntacticosémantique, c’est l’indistinction du support actanciel ou la dilution du contrôleur référentiel de l’infinitif.

14Du point de vue de la réception (lecture), la nécessité d’identifier ce contrôleur pour pouvoir se représenter un procès-verbal, et permettre ainsi une interprétation propositionnelle de ces segments, suppose des mouvements de lecture vers l’amont ou vers l’aval (plus souvent vers l’amont), qui vont déclencher des phénomènes de réinterprétation. Par défaut le support de l’infinitif peut être rapporté au support de l’énonciation (je), mais ici l’interprétation doit naviguer entre la possibilité d’un support de 1re, 2e ou 3e personne.

15Dilution et dilatation actancielles ont ici une fonction de ligature interphrastique et concourent activement à la cohésion textuelle et à sa continuité référentielle. Ce qui se met en place, par le développement et la multiplication de ces structures clausales, c’est un système de dépendances syntaxiques et informationnelles interphrastiques qui contribue à faire du paragraphe ou de la courte séquence textuelle la véritable unité d’information du discours, voire la véritable unité prédicative.

16Ce dispositif se trouve illustré également (on le verra de manière détaillée plus bas) par des clauses nominales, adjectivales ou participiales, qui présentent, à la surface du segment graphique, le même type d’indistinction référentielle, indistinction qui se trouve généralement corrigée par le contexte d’amont :

Il y a bien sûr l’œil. Remplissant tout le champ. Le voile qui lentement se baisse. Ou se relève si baissé au départ. Le globe. Rien que prunelle. Écarquillée à la verticale. Voilée. Dénudée. Voilée à nouveau. Dénudée à nouveau. (C, p. 26)

Inventeur de la voix et de l’entendeur et de soi-même. Inventeur de soi-même pour se tenir compagnie. En rester là. (p. 33)

Et comme quoi mieux vaut tout compte fait peine perdue et toi tel que toujours. Seul. (p. 88)

17On observe ici, comme c’est fréquent dans le discours poétique ou romanesque au xxe siècle, des faits de conflits d’incidence qui induisent des coulissages interprétatifs. Ainsi « remplissant », dans la première des trois précédentes séquences, comme segment caractérisant, peut aussi bien trouver son support dans la clause précédente (« l’œil ») ou dans la clause suivante (« Le voile »).

18D’autres configurations caractérisantes (comme les constructions absolues) participent de ce système de dépendance interphrastique. Par exemple : « L’accoucheur n’était autre que le généraliste Haddon ou Hadden. Moustache grise filandreuse et l’air aux abois. » (C, p. 15)

19On a donc là une première source d’observation du travail de la sommation exercée par la structure syntaxique. Il s’agit de faits syntaxiques et informationnels interphrastiques procédant par masses, qui contribuent à faire du paragraphe ou de la courte séquence textuelle la véritable unité d’information du discours, et qui conduisent à une lecture sommative, imposant des rétroactions interprétatives.

ABSENCE DE FRONTIÈRES GRAPHIQUES INTRAPHRASTIQUES DES SEGMENTS DÉTACHÉS

20Voyons à présent une autre manifestation des faits d’érosion actancielle, qui opèrent au niveau intraphrastique. Il s’agit ici d’un phénomène d’absence de frontières graphiques internes des segments détachés, qui frappe indistinctement :

21– des clauses nominales (en pôle d’ouverture ou de clôture) :

Petit garçon tu sors de la boucherie-charcuterie Connolly en tenant la main de ta mère. (C, p. 12)

Vieillard tu avances à petits pas pesants sur un étroit chemin de campagne. (p. 17)

Autre trait le rabâchage. (p. 20)

Autre trait le ton terne. Sans vie. Même ton terne toujours. Pour ses affirmations. Pour ses négations. Pour ses interrogations. Pour ses exclamations. Pour ses exhortations. Tu fus jadis. Tu ne fus jamais. Fus-tu jamais ? Oh n’avoir jamais été ! Sois à nouveau. Même ton terne. (p. 25)

22– des clauses pronominales (en pôle de clôture) :

Tu es debout le dos à la mer. Seul bruit le sien. Toujours plus faible à mesure que tout doucement elle s’éloigne. (C, p. 74)

23– des clauses adjectivales/participiales (en pôle d’ouverture ou antéposition au support) :

Levant les yeux au ciel dazur et ensuite au visage de ta mère tu romps le silence en lui demandant s’il n’est pas en réalité beaucoup plus éloigné qu’il n’en a l’air. (C, p. 12)

Tu peux t’imaginer ses pensées avant et après pendant qu’il fendait bruyères et genêts. Retour à la maison à la tombée de la nuit et préférant y pénétrer par la porte de service il apprit à sa consternation par la bouche de la bonne que le travail battait toujours son plein. (p. 16)

Sourde comme un pot et nayant pas toute sa tête la maîtresse de maison est au mieux avec ta mère. (p. 20)

Vidé par une telle débauche dimagination il cesse et tout cesse. Jusqu’au moment où repris par le besoin de compagnie il s’engage à appeler l’entendeur M tout au moins. (p. 58)

Assommé par les maux de ton espèce tu soulèves néanmoins la tête de l’appui des mains et rouvres les yeux. (p. 79)

24– des clauses à tête nominale, formant une construction absolue (fonctionnement adjectival) :

Tu t’arrêtes tête baissée au bord du fossé et convertis en mètres. (C, p. 18)

25On notera tout d’abord la systématicité du phénomène dans le texte de Beckett. Lorsqu’ils sont intraphrastiques, les segments détachés (ici principalement de type appositif) ne sont pas accompagnés de séparateurs graphiques. On pourrait bien sûr associer ce déficit de signes ponctuants, globalement, au caractère sous-ponctué de l’œuvre narrative beckettienne, c’est-à-dire à l’absence fréquente de signes de ponctuation faibles. Mais on ne tirerait aucun bénéfice d’une telle approche. En fait cette configuration est assez rare dans la prose française moderne, et elle pose problème à bien des égards, non pas que le détachement syntaxique doive être par nécessité graphiquement marqué (ce n’est évidemment pas la ponctuation qui fait la discontinuité, comme ce ne sont pas les virgules ou les tirets qui font la relative explicative, mais bien la relation sémantique lâche, c’est-à-dire non restrictive, entre la proposition et l’antécédent). Dans le mécanisme de discontinuité, les séparateurs graphiques ont pour fonction d’accompagner le mouvement sémantique, et d’aider à son repérage. Toutefois, on tient ces outils que sont les séparateurs pour des auxiliaires précieux de la lisibilité et de l’interprétabilité des structures syntaxiques à l’écrit.

26L’originalité du dispositif réside dans l’effet de lissage des relations interprédicatives. Ainsi, dans le cas des détachements en position frontale, la segmentation graphique des groupes détachés contribue à la construction et au repérage de la continuité référentielle. Elle isole, et donc aide à identifier un prédicat second, et elle permet par là même d’identifier son support, voire son référent. Elle renforce le marquage de la dépendance référentielle du prédicat second à l’égard du contexte antécédent. Elle souligne, de manière iconique, le fait que le domaine d’interprétation du support est à chercher en amont, spécifiant du même coup son accessibilité référentielle et sa saillance, étant entendu (nous le savons grâce au développement des travaux sur le détachement) que la frontalité d’un détachement appositif est un indice de la saillance référentielle de son support.

27Le lissage interprédicatif, dans le texte beckettien, par défaut de frontières graphiques, érode ces phénomènes de saillance. L’interprétation du support et la recherche de son référent n’en sont rendues que plus difficiles. Ainsi, à la surface de la phrase graphique, en apparence, on n’observe aucun marquage de dépendance, mais bien plutôt du liage, pas de fracture prédicative, mais du continu. On se risquerait volontiers à voir dans ce dispositif comme une volonté de penser autrement les relations syntaxiques, en plaçant dans d’apparentes positions argumentales des segments prédicatifs inaptes à toute fonction argumentale. Le travail de sommation prend ici clairement cette fonction de « synthétiseur » grammatical et informationnel, mais au seul niveau phrastique. Rien ne semble déborder du cadre phrastique. La matière n’est pas en excès, elle ne pointe pas vers l’avant ou l’après. Aucune diffraction attentionnelle ou interprétative. En apparence, aucune tension entre un niveau microsyntaxique (le prédicat second dans la séquence phrastique) et un niveau macrosyntaxique qui marquerait une dépendance informationnelle irréductible au format phrastique. Comme si, idéalement, la matière informationnelle de l’énoncé était parfaitement dimensionnée au format de la phrase graphique.

SEGMENTATION GRAPHIQUE EXTRAPHRASTIQUE DES PRÉDICATS SECONDS

28On note que de manière tout aussi originale, le texte de Beckett présente parallèlement la configuration exactement inverse, celle de la segmentation graphique extraphrastique des prédicats seconds (déjà notée plus haut), configuration pourtant tenue pour inadéquate au fonctionnement de ce type de prédicat :

29– constructions absolues :

À gauche les premières pentes. Devant les pâturages. À droite et un peu en retrait l’ombre de ton père. Tant de fois déjà le tour de la terre. Manteau jadis vert raide de pied en cap de vieillesse et de crasse. Melon cabossé jaune jadis et brodequins encore assortis. En chemin depuis l’aube et déjà le soir. (C, p. 30)

30– appositifs nominaux :

Dans le silence et le noir fermer les yeux et entendre un bruit. Un objet quelconque qui quitte sa place pour sa place dernière. Une chose molle qui mollement bouge pour n’avoir plus à bouger. Au noir visible fermer les yeux et entendre ne fût-ce que cela. Une chose molle pour navoir plus à bouger. (C, p. 24)

De derrière un buisson tu observes Madame Coote qui arrive. Petite femme maigre et aigre. (p. 27)

Jusqu’à ce qu’elle aussi se ferme pour ainsi dire. Comme se fermerait la fenêtre d’une pièce sombre et vide. L’unique fenêtre donnant sur le sombre dehors. Puis plus rien. Non. Malheureusement non. Lueurs d’agonisant encore et tressaillements. Informulables soubresauts de l’esprit. Inapaisables. (p. 29)

Il s’écoula des journées entières sinon des semaines avant que tu eusses le courage de retourner à la cage. Tu n’as jamais oublié ce que tu trouvas alors. Tu es sur le dos dans le noir et n’as jamais oublié ce que tu trouvas alors. Cette bouillie. Cette infection. (p. 41)

M jusqu’à présent comme suit. Sur le dos dans un lieu noir à la forme et aux dimensions encore à imaginer. Entendeur par intermittence d’une voix dont parfois il se demande si elle lui est destinée à lui plutôt qu’à un autre logé à la même enseigne. (p. 60)

31– appositifs adjectivaux/participiaux :

Tu es debout le dos à la mer. Seul bruit le sien. Toujours plus faible à mesure que tout doucement elle s’éloigne. (C, p. 74)

La voix lui parvient tantôt d’un côté tantôt d’un autre. Tantôt amortie par l’éloignement tantôt chuchotée à l’oreille. (p. 19)

Lueurs d’agonisant encore et tressaillements. Informulables soubresauts de l’esprit. Inapaisables. (p. 29)

32On relève que cette segmentation extraphrastique des prédicats ne se limite pas aux détachements appositifs. Elle s’ouvre aussi, largement, aux circonstants :

Le monde te regarde. Depuis l’eau lointaine. Depuis la terre ferme. (C, p. 23)

33Il s’agit donc d’un phénomène qui ne se réduit pas à un type de prédicat.

34Quelle intention communicationnelle assigner à cette fragmentation prédicative ? On y verra sans doute un marquage répondant à une stratégie d’orientation attentionnelle de la part du scripteur (disons, un procédé de mise en relief). Mais, au-delà de ce marquage, ce qu’il convient de souligner, c’est cette discontinuité énonciative, cette linéarisation stratifiée, qui à elle seule conduit à promouvoir la subjectivité énonciative dans le texte. Une linéarisation stratifiée qui, du fait même qu’elle isole des prédicats dépendants en chaîne, dessine à la surface de l’énoncé un assemblage en maillons qui, paradoxalement, produit un effet de resserrement, de densité textuelle, où se perçoit ce que l’on a appelé ici la sommation. Stratégie de pontages multiples, qui dilate la caractérisation sur l’ensemble de la séquence textuelle, mais qui renforce la configuration résomptive du texte, sans que la clarté sémantique et informationnelle ait à en souffrir (le contrôleur référentiel du prédicat second reste identifiable sans difficulté).

35Inversement aux faits relevés précédemment, cet éclatement des structures prédicatives signale un manifeste débordement de la matière informationnelle par rapport au format graphique de l’énoncé. Une très intéressante simplicité formelle en résulte.

36Sur le plan linguistique, il ne s’agit plus ici de détachements, mais plutôt d’isolats, qui sont autant de capteurs contextuels requérant pour être textuellement intelligibles d’être réunis dans un même mouvement interprétatif. La mémoire discursive est ainsi toujours activée, et le tissu textuel rendu d’autant plus dense.

*

37On en vient ainsi à l’idée que la segmentation graphique chez Beckett est clairement exploitée comme un marquage iconique de la structuration informationnelle du texte. Derrière l’apparente simplicité formelle de la syntaxe se dessine une organisation textuelle complexe où alternent des formats continus et des formats discontinus. Balancement configurationnel qui n’est pas sans effet sur la tension de la lecture.

38Le texte progresse par masses, expliquions-nous plus haut. La dissémination prédicative concourt à la production des ensembles interprétatifs mieux que l’eussent fait une image textuelle conforme aux cadres standards et une segmentation graphique enveloppante.

39Pour cela, on s’autorisera à parler de stratégies segmentales chez Beckett. C’est peut-être ce qui reste de la notion de phrase dans Compagnie.

Notes

1 Entrée « Sommation » du TLFi disponible sur Internet : http://atilf.atilf.fr (consultéenfévrier2013).

2 Voir Neveu, 2004, entrée « Actance ».

3 Clause est pris ici au sens qu’Alain Berrendonner donne à ce terme, à savoir « énonciation atomique » (Berrendonner, 1990).

4 Ici et dans la suite de l’article, c’est nous qui soulignons.

© Presses universitaires de Lyon, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540