Version classiqueVersion mobile

Campagnes anti-genre en Europe

 | 
Roman Kuhar
, 
David Paternotte

Biographies

Texte intégral

1Sarah Bracke est professeure associée de sociologie du genre et d’étude des sexualités à l’Universiteit van Amsterdam. Lorsqu’elle a mené sa recherche et rédigé sa contribution pour ce livre, elle était directrice de recherche au Centre d’expertise sur le genre, la diversité et l’intersectionnalité (RHEA) à la Vrije Universiteit Brussel. Elle est titulaire d’un doctorat en études des femmes de l’Universiteit Utrecht et a été professeure invitée à l’University of California, Berkeley (Critical Theory), à la Harvard Divinity School (Women’s Studies in Religion Program) et à la Harvard University (Center for European Studies). Elle a beaucoup écrit sur les notions d’agentivité, de subjectivité, de genre, de religion, de sécularisme et de multiculturalisme en Europe. Elle a également réalisé le documentaire Pink Camouflage (2009) à propos de l’usage de la rhétorique des droits LGBT dans les dynamiques géopolitiques civilisationnelles actuelles.

2Monica Cornejo est professeure associée au département d’anthropologie sociale de l’Universidad Complutense de Madrid. Elle est cofondatrice du groupe de recherche ARESIMA (Institut d’anthropologie de Madrid) et codirige le groupe de recherche GINADYC (Universidad Complutense). Depuis 2002, elle étudie le catholicisme populaire. À partir de 2010, elle a également commencé à travailler sur les spiritualités contemporaines à Madrid. Elle a écrit et dirigé plusieurs livres, dont La Construcción Antropológica de la Religión (Ministerio de Cultura, 2010). Elle est aussi l’auteure de nombreux chapitres de livres et articles scientifiques, dont « Une décennie de croisade anti-genre en Espagne (2004-2014) » (avec José Ignacio Pichardo Galán, Sextant, 2015).

3Wannes Dupont est actuellement boursier du Fonds Wetenschappelijk Onderzoek (FWO) flamand à Power in History, Centre for Political History (Universiteit Antwerpen). À partir de janvier 2019, il sera professeur assistant d’histoire moderne de l’Europe au Yale-NUS College à Singapour. Son travail et ses publications traitent d’histoire de la sexualité et de l’homosexualité, de biopolitique, de religion, de guerre, d’identité et de (dé)construction de la modernité occidentale. Il coordonne également le réseau sur la sexualité de la European Social Science History Conference.

4Sara Garbagnoli est doctorante à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses thématiques de recherche se situent au croisement de la théorie féministe, de l’analyse de discours et de la sociologie des mouvements sociaux et portent sur le processus historique d’émergence du champ des études de genre et les résistances qu’il rencontre. Elle est très engagée dans les débats universitaires et au sein de la société civile en France et en Italie. Parmi ses publications figurent de nombreux chapitres de livres, ainsi que des articles dans des revues telles que Genesis, Religion and Gender et Synergies Italie. Elle a codirigé, avec Vincenza Perilli, l’ouvrage Non si nasce donna. Il femminismo materialista in Francia (Alegre, 2013) et est l’auteure, avec Massimo Prearo, de La Croisade « anti-genre » : du Vatican aux manifs pour tous (Textuel, 2017).

5Alberta Giorgi est professeure assistante de sociologie à l’Università degli studi di Bergamo, membre associée du groupe Sociétés, religions, laïcités (CNRS, Paris), de Policredos – Religions dans l’espace public (Centro de Estudos Sociais, Universidade de Coimbra) et du Contemporary Religions and Faiths in Transition (CRAFT, Università degli studi di Torino). Ses recherches portent sur la religion dans l’espace public et la sphère politique, les débats autour de la laïcité et le rapport entre genre et religion. Parmi ses publications sur ce thème, on trouve les numéros monographiques « Is Secularism Bad for Women ? » (Social Compass, 2017, avec Kristin Aune, Mia Lövheim, Teresa Toldy et Terhi Utrainen), « Donne, Religioni e Relazioni di Genere » (Religioni e Società, 2017, avec Stefania Palmisano), « D come Donne, D come Dio » (Mimesis, 2016, avec Stefania Palmisano) et « Gender, Religion, and Political Agency: Mapping the Field » (Revista Crítica de Ciências Sociais, 2016).

6Agnieszka Graff est professeure associée à l’American Studies Center de l’Uniwersytet Warszawski, où ses enseignements s’inscrivent dans les domaines de la culture, la littérature et le cinéma étatsuniens, des études afro-américaines et des études de genre. Elle est l’auteure des livres Świat bez kobiet (Un monde sans femmes, 2001), Rykoszetem (Balles perdues – Genre, sexualité et nation, 2008), Magma (Le bourbier, 2010) et Matka Feministka (Mère et féministe, 2014), ainsi que de nombreux chapitres et articles dans des livres et des revues telles que Public Culture, Feminist Studies. Agnieszka Graff est aussi militante et commentatrice dans les médias : elle est membre fondatrice de l’Alliance des femmes du 8 mars, co-organisatrice et conférencière du Congrès des femmes polonaises et collabore avec des organisations telles que la fondation Helsinki, la fondation Batory, la fondation Heinrich Boell et Krytyka polityczna. Elle écrit pour les revues et journaux les plus importants (dont Gazeta Wyborcza) et a signé l’introduction aux éditions polonaises de Feminine Mystique de Betty Friedan (2012), Backlash de Susan Faludi (2013) et Sister Outsider d’Audre Lorde (2015). L’article « Gender as “Ebola from Brussels”: The Anticolonial Frame and the Rise of Illiberal Populism », coécrit avec Elżbieta Korolczuk, est paru dans Signs: Journal of Women of Culture and Society (2018).

7Amir Hodžić est titulaire d’un bachelier en sociologie de Sveučilište u Zagrebu (Université de Zagreb) et d’un master en études de genre et études culturelles de la Central European University de Budapest. Depuis dix-neuf ans, il est engagé dans la recherche, l’éducation et le militantisme en lien avec l’égalité de sexe / genre, la santé sexuelle et les droits reproductifs et les questions LGBTQI. Pour plus d’informations : www.policy.hu/hodzic/.

8Elżbieta Korolczuk est sociologue, militante et commentatrice dans les médias. Elle travaille comme chercheuse à la Södertörn Högskola en Suède et enseigne les études de genre à l’Uniwersytet Warszawski. Son travail porte sur les mouvements sociaux, la société civile et le genre (en particulier la maternité et la paternité, les technologies reproductives et les féminismes). Parmi ses publications récentes, on trouve deux ouvrages qui explorent les idéologies, les pratiques et les représentations de la parentalité en Pologne et en Russie, qu’elle a codirigés avec Renata E. Hryciuk, et un livre collectif, Rebellious Parents: Parental Movements in Central and Eastern Europe and Russia (Indiana University Press, 2017, avec Katalin Fabian).

9Eszter Kováts est titulaire d’un master de science politique et d’études françaises et allemandes et est doctorante en science politique à l’Eötvös Loránd Tudományegyetem (Université Loránd Eötvös, ELTE), à Budapest. Elle travaille au Bureau hongrois de la Friedrich-Ebert-Stiftung (FES) depuis 2009 et, depuis 2012, elle est responsable du programme sur le genre de la FES en Europe centrale et orientale. Elle a codirigé le livre Gender as Symbolic Glue: The Position and Role of Conservative and Far Right Parties in the Anti-Gender Mobilizations in Europe (avec Maari Pőim, FES / FEPS, 2015), et dirigé les deux ouvrages : Solidarity in Struggle: Feminist Perspectives on Neoliberalism in East-Central Europe (FES, 2016) et The Future of the European Union: Feminist Perspectives from East-Central Europe (FES, 2017).

10Roman Kuhar, titulaire d’un doctorat de sociologie, est professeur au département de sociologie et doyen de la Faculté des arts de l’Univerza v Ljubljani (Université de Ljubljana), où ses enseignements portent sur le genre, la sexualité, la culture populaire et la vie quotidienne. Il a écrit plusieurs articles dans des revues scientifiques, des chapitres de livres, ainsi que les ouvrages, tous publiés par Peace Institute, Media Construction of Homosexuality (2003) et At the Crossroad of Discrimination (2009). Avec Alenka Švab, il a coécrit The Unbearable Comfort of Privacy (2005). Il a également codirigé, avec Judit Takács, Beyond the Pink Curtain: Everyday Life of LGBT People in Eastern Europe (2007) et Doing Families: Gay and Lesbian Family Practices (2011).

11Stefanie Mayer a étudié la science politique à l’Universität Wien et a soutenu une thèse de doctorat sur le militantisme féministe blanc et l’(anti-)racisme en février 2016. Ce travail a reçu le prix de thèse du réseau de recherche « Genre et agentivité » de son université et le prix de thèse de la Österreichische Gesellschaft für Politikwissenschaft (Société autrichienne de science politique, ÖGPW). Elle est enseignante et chercheuse au sein du département de management public de FU Technikum Wien (Université de sciences appliquées de Vienne). Ses thématiques de recherche comprennent les théories et les politiques féministes, la recherche critique sur le racisme, l’extrémisme de droite et le populisme de droite, ainsi que les politiques de l’histoire.

12Mary McAuliffe est professeure assistante d’études de genre à l’University College Dublin (UCD). Ses recherches portent sur l’histoire des femmes irlandaises, le féminisme et les politiques féministes, la violence de genre en temps de guerre et de révolution, la mémoire et la commémoration. Elle a codirigé Irish Feminisms: Past, Present and Future (Arlen House, 2015) et Sexual Politics in Modern Ireland (Irish Academic Press, 2015). Parmi ses dernières publications figurent Richmond Barracks 1916: We Were There; 77 Women of the Easter Rising (Dublin City Council, 2016, avec Liz Gillis) et Kerry 1916; Histories and Legacies of the Easter Rising, qu’elle a codirigé (Irish Historical Publications, 2016). Activement engagée en faveur des droits des femmes en Irlande, elle a aussi été consultante en histoire dans le cadre du centenaire de l’indépendance irlandaise. Elle intervient régulièrement dans les médias et sur les réseaux sociaux.

13Kevin Moss est professeur de langues et littérature modernes, titulaire de la chaire Jean Thomson Fulton, au Middlebury College (États-Unis). Il dirige le département de russe ainsi que les études russes et est-européennes et fait partie du programme en études de genre, en études féministes et sur les sexualités. Depuis 1990, il étudie la culture gay et lesbienne en Russie et en Europe de l’Est. Il a édité en 1997 la première anthologie d’écrits gay en provenance de Russie, Out of the Blue: Russia’s Hidden Gay Literature (Gay Sunshine Press). Récemment, ses publications ont porté sur les films d’ex-Yougoslavie et sur les marches des fiertés.

14David Paternotte est chargé de cours (professeur) en sociologie à l’Université libre de Bruxelles, où il codirige la Structure de recherche interdisciplinaire sur le genre (STRIGES) et l’Atelier Genre(s) et Sexualité(s). Son travail porte sur le genre, la sexualité et les mouvements sociaux, et notamment sur le militantisme gay et lesbien transnational. En plus de nombreux articles et chapitres de livres, il est l’auteur de l’ouvrage Revendiquer le « mariage gay » : Belgique, France, Espagne (Éditions de l’Université de Bruxelles, 2011). Il a aussi dirigé un grand nombre d’ouvrages collectifs, parmi lesquels The Lesbian and Gay Movement and the State (Ashgate, 2011, avec Manon Tremblay et Carol Johnson), LGBT Activism and the Making of Europe: A Rainbow Europe? (Palgrave, 2014, avec Phillip Ayoub) et The Ashgate Research Companion to Lesbian and Gay Activism (Ashgate, 2015, avec Manon Tremblay). Il est codirecteur de la collection « Global Queer Politics » (Palgrave).

15Andrea Pető est professeure au département d’études de genre de la Central European University de Budapest et docteure de l’Académie hongroise des sciences. Parmi ses récentes publications figurent le livre Political Justice in Budapest after World War II (Central European University Press, 2015, écrit avec Ildikó Barna) et l’ouvrage collectif Gendered Wars, Gendered Memories: Feminist Conversations on War, Genocide and Political Violence (Routledge, 2016, codirigé avec Ayse Gül Altinay). Elle est également éditrice associée de la revue European Journal of Women’s Studies. Elle a reçu la Croix d’officier de l’Ordre du Mérite de la République de Hongrie de la part du président de la République hongroise en 2005 et le prix Bolyai de l’Académie hongroise des sciences en 2006.

16José Ignacio Pichardo Galán, docteur en anthropologie sociale de l’Universidad Autónoma de Madrid depuis 2008, est professeur d’anthropologie sociale à l’Universidad Complutense de Madrid et codirecteur du groupe de recherche Antropología, diversidad y convivencia (Anthropologie, diversité et intégration). Ses recherches portent sur le genre, la parenté et la sexualité ; dans sa thèse de doctorat notamment, il a examiné l’influence des personnes entretenant des relations homosexuelles sur les conceptions sociales de la famille. Auteur de nombreux chapitres de livres et d’articles sur la diversité sexuelle, les jeunes LGBT, l’éducation sexuelle, les droits liés à la sexualité et l’homophobie, il a codirigé un numéro de la revue Sexualities sur l’Espagne (avec Kerman Calvo, 2011) et a écrit le livre Entender la diversidad familiar: relaciones homosexuales y nuevos modelos de familia (Bellaterra, 2009).

17Birgit Sauer est professeure de science politique à l’Universität Wien. Elle a étudié la science politique et la littérature allemande à l’Universität Tübingen et à la Freie Universität de Berlin. Elle est l’une des fondatrices du caucus Genre et politique au sein de l’Association allemande de science politique et a dirigé l’école doctorale Genre, violence et agentivité à l’ère de la globalisation (GIK). Depuis 2014, elle est porte-parole du réseau de recherche Genre et agentivité de l’Universität Wien. Parmi ses thématiques de recherche figurent le genre et la gouvernance, les politiques publiques d’égalité de genre, le genre et les émotions au sein des organisations, le genre, la religion et la démocratie, le populisme de droite et le racisme, les théories de l’État et de la démocratie. Récemment, elle a publié A Man’s World? Political Masculinities in Literature and Culture (Cambridge Scholars Publishing, 2014, codirigé avec Kathleen Starck) ; Politics, Religion and Gender: Framing and Regulating the Veil (Routledge, 2011, codirigé avec Sieglinde Rosenberger).

18Michael Stambolis-Ruhstorfer est maître de conférences en études américaines à l’Université Bordeaux Montaigne. Il est titulaire d’un doctorat de sociologie de l’University of California de Los Angeles (UCLA) et de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Ses recherches étudient le traitement de la famille et de la sexualité par les institutions, les organisations et les individus dans différents contextes nationaux. Dans sa thèse de doctorat, il a comparé le rôle des « experts » dans les débats français et américain sur la reconnaissance légale de la parentalité et de l’union des couples de même sexe. Il a écrit et coécrit des articles publiés dans Sociological Forum, l’Annual Review of Sociology et l’American Journal of Cultural Sociology.

19Aleksandar Štulhofer est professeur de sociologie et directeur de l’unité de sexologie à la Sveučilište u Zagrebu (Université de Zagreb). Il est membre de l’International Academy of Sex Research et a cofondé l’Association croate des sexothérapeutes. Depuis 2005, il est consultant pour l’Organisation mondiale de la santé dans le domaine de la surveillance comportementale liée au VIH. Parmi ses thématiques de recherche actuelles se trouvent la prise de risques sexuels à l’adolescence, les troubles de la santé sexuelle, la surveillance comportementale du VIH parmi les populations les plus à risque, l’hypersexualité et les effets de la consommation de pornographie sur la socialisation sexuelle. Il est membre du comité scientifique de la Fédération européenne de sexologie et fait partie du comité éditorial des revues Archives of Sexual Behavior, Journal of Sex Research, et Sexuality and Culture.

20Josselin Tricou est doctorant au sein du département de science politique de l’Université Paris 8 et membre du laboratoire d’études de genre et de sexualité (CNRS-UMR 8238). Il prépare une thèse sur les masculinités dans l’Église catholique. Il a écrit de nombreux chapitres de livres et articles dans des revues telles que Sextant, tic&société et Estudos de Religião.

21Paula-Irene Villa a été formée aux sciences sociales à l’Universidad de Buenos Aires et à la Ruhr-Universität de Bochum. Elle a obtenu son habilitation en sociologie à la Leibniz Universität Hannover. Après avoir occupé plusieurs postes universitaires en Autriche, en Allemagne et en Suisse, elle a été nommée titulaire de la chaire de sociologie et d’études de genre du département de sociologie à la Ludwig-Maximilians-Universität München en 2008. Ses recherches portent sur la théorie sociale et sur le genre, l’incarnation (embodiment), la biopolitique, le care et les études culturelles. Actuellement, elle est porte-parole du réseau de recherche multidisciplinaire sur le genre et le care « ForGenderCare », membre élue du bureau de l’Association allemande de sociologie (DGS) et membre fondatrice et ancienne membre du bureau de l’Association allemande d’études de genre. Elle a écrit ou dirigé dix ouvrages, dont (Anti)Genderismus. Sexualität und Geschlecht als Schauplätze aktueller politischer Auseinandersetzungen (transcript, 2015, codirigé avec Sabine Hark) et publié de très nombreux articles et chapitres de livres.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search