Version classiqueVersion mobile

Campagnes anti-genre en Europe

 | 
Roman Kuhar
, 
David Paternotte

« Changer de genre plusieurs fois par jour » : le mouvement anti-genre en Slovénie

Roman Kuhar

Texte intégral

  • 1  Je remercie David Paternotte pour ses commentaires sur les versions antérieures de ce chapitre.

1Quand l’expression « théorie du genre » est apparue pour la première fois pendant le débat sur le mariage égalitaire en Slovénie en 2012, celle-ci ressemblait à la combinaison fortuite et malencontreuse de deux mots sans signification précise. Cependant, la répétition continuelle de cette expression et l’ambiguïté de son sens, combinées à une connotation clairement négative, ont rapidement suggéré que quelque chose de plus structuré était en train d’émerger. Ce qui ressemblait à un lapsus au premier abord s’est vite révélé être une stratégie bien pensée, un nouveau terme populiste à la mode pour désigner « l’ennemi ».1

  • 2  « Zahtevajte, da poslanci ne ratificirajo kontraverzne Istambulske konvencije », 24kul.si, 2014, e (...)

2Depuis, les militant.e.s anti-genre ont lancé des polémiques à propos de l’école publique, en prétendant que les enfants avaient été exposés à la « théorie du genre ». Ils.elles ont réussi à empêcher la progression d’un projet de loi sur l’égalité de genre au Parlement, en soutenant qu’il instituerait la « théorie du genre » en tant qu’idéologie officielle de l’État. Ils.elles ont aussi demandé – bien que sans succès – au gouvernement slovène de ne pas ratifier la convention d’Istanbul, parce que cette dernière requérait l’introduction des « idées extrêmes de la théorie du genre2 », dans la législation nationale et dans les programmes scolaires. Enfin, ils.elles ont organisé quarante jours de prière devant une clinique gynécologique de Ljubljana et ont projeté un film pro-vie en continu, jour et nuit pendant une semaine, sur les murs extérieurs de l’église franciscaine du centre de Ljubljana, espérant que ces actions empêcheraient des femmes d’avorter. Bien que le mouvement anti-genre slovène ait commencé à attaquer de plus en plus les droits reproductifs des femmes, jusqu’à présent, l’essentiel de leurs actions se résume à deux référendums sur le droit au mariage, dont ces militant.e.s ont obtenu l’organisation en 2012 et 2015.

3Il existe de nombreuses ressemblances entre le mouvement anti-genre slovène et d’autres mouvements de ce type en Europe, en particulier le discours essentialisant et la posture d’autovictimisation face à des élites supposément corrompues. Ces deux caractéristiques, qui constituent une indispensable « boîte à outils de [...] la rhétorique populiste » (Wodak, 2015, p. 4), ont fortement contribué à son succès en Slovénie, ce qu’on ne peut expliquer sans prêter attention au contexte politique et culturel spécifique dans lequel le mouvement a émergé. Je soutiens donc dans ce chapitre que le succès du mouvement anti-genre slovène procède d’une exploration stratégique des opportunités offertes par le projet du gouvernement sur le mariage égalitaire en 2009 et 2015. Cela a ouvert l’espace politique à un contre-mouvement organisé, se mobilisant contre ce qui était perçu comme l’incursion du gouvernement dans les idées et les valeurs hégémoniques naturalistes liées à la famille nucléaire et au mariage, dans le but de dépasser les présupposés hétéronormatifs de ces deux institutions. Le mouvement anti-genre a saisi ces opportunités – qui ont émergé lors d’une période de crise économique sévère et de mobilisations de masse contre les élites économiques et politiques (jugées corrompues) en Slovénie – et a construit une « politique de la peur » (Wodak, 2015), qui s’est manifestée par l’usage de la victimisation (c’est-à-dire l’inversion de la relation entre victime et agresseur) comme approche stratégique pour s’adresser à une « majorité réduite au silence ».

4Le mouvement a aussi réussi à se présenter comme un mouvement non confessionnel de citoyen.ne.s inquiet.ète.s alors que, paradoxalement, cette opération a été réalisée grâce au soutien actif de l’Église catholique slovène. En réalité, comme je le montrerai, une telle coopération avait déjà été envisagée dans le plan d’action de l’Église au début des années 2000, quand celle-ci avait adopté un texte officiel sur la nouvelle évangélisation de la Slovénie pour le xxie siècle. Ce plan d’action s’inscrivait dans la stratégie plus large du Vatican contre le genre, qui était en élaboration depuis le milieu des années 1990 (Buss, 1998 ; 2004 ; Paternotte, 2014 ; 2017). Par ailleurs, en 2010, l’Église catholique slovène faisait face à un scandale financier considérable. En raison de mauvais investissements financiers, cette institution s’était retrouvée avec soixante-dix millions d’euros de dettes ; elle s’est servie du débat sur le mariage comme d’une occasion commode pour détourner l’attention de l’opinion publique et restaurer son statut d’autorité morale.

5Ce chapitre documente l’émergence et le développement du mouvement anti-genre en Slovénie depuis ses débuts en 2009 jusqu’à l’annonce de son entrée en politique en tant que parti politique en 2015. Il met d’abord en lumière le contexte dans lequel le mouvement anti-genre a émergé, ses modes d’action et ses succès. Il examine ensuite les liens entre l’Église catholique et le mouvement et étudie le plan d’action de l’Église pour soutenir les initiatives civiques de laïc.que.s, comme celle qui a émergé lors du premier référendum sur l’égalité en matière de mariage. Dans la troisième partie, il analyse la façon dont la « théorie du genre » est expliquée et cadrée dans le contexte slovène. Enfin, il expose les raisons du succès du mouvement anti-genre et de sa capacité à mobiliser des milliers de personnes pour voter contre l’égalité des droits pour les couples de même sexe aux deux référendums.

Une initiative civique de citoyen.ne.s inquiet.ète.s

6Le mouvement anti-genre slovène est apparu en 2009, lorsque le gouvernement a présenté la réforme du Code de la famille. Ce nouveau code, qui remplaçait celui de 1976, a fait entrer de nombreuses modifications, parmi lesquelles une définition inclusive de la famille comprenant toutes les formes de parentalité biologique et sociale, le mariage égalitaire et le droit à l’adoption plénière pour les couples de même sexe. Ces changements ont fait l’objet de controverses publiques pendant trois ans. Le Code de la famille a finalement été adopté par le Parlement en 2011, mais a été abrogé en 2012 après un référendum public initié par la coalition de « citoyen.ne.s inquiet.ète.s » Civilna iniciativa za družino in pravice otrok (Initiative civique pour la famille et les droits des enfants, CIDPO), qui venait d’être créée.

7En 2015, le Parlement slovène a adopté des amendements à la loi sur le mariage et les relations familiales, faisant ainsi entrer le mariage entre personnes du même sexe dans la loi slovène pour la seconde fois. Toutefois, la même initiative de « citoyen.ne.s inquiet.ète.s » – rebaptisée Za otroke gre (Les enfants en jeu, ZOG) – a de nouveau demandé par pétition un référendum. Ses membres ont réussi à réunir plus de 80 000 signatures – deux fois plus que le nombre requis pour que le Parlement sollicite un référendum. En décembre 2015, la majorité des électeur.rice.s a voté contre le droit égal au mariage.

  • 3  En Slovénie, toutes les femmes ont le droit d’avoir recours à la fécondation in vitro depuis les a (...)
  • 4  La prostitution a été décriminalisée en 2003. Cela a conduit à l’émergence d’un mouvement civique, (...)

8Aleš Primc, diplômé de philosophie et bien connu des groupes conservateurs en Slovénie, a été le leader de la CIDPO puis a codirigé le ZOG. En 2001, il a participé activement à la campagne référendaire contre le droit des femmes célibataires à la fécondation in vitro (Hrženjak, 2001)3. Il s’est également opposé à la décriminalisation de la prostitution en Slovénie en 2003, mais il n’a pas pu recueillir suffisamment de signatures pour lancer un référendum public (Pajnik, 2003)4. Par le passé, il a été un membre actif du conservateur Parti populaire, mais se présente aujourd’hui essentiellement comme un père inquiet.

  • 5  « Ustanovljen Glas starih staršev, Združenje starih staršev Slovenije », 24kul.si, 2014, en ligne  (...)

9La nouvelle figure du mouvement, Metka Zevnik, qui est entrée sur la scène médiatique pendant la deuxième campagne référendaire, explique également son engagement politique à partir de son rôle familial, en tant que grand-mère de six petits-enfants et mère de trois enfants. Enseignante à la retraite, spécialiste de l’éducation, elle est aujourd’hui présidente de l’association slovène de grands-parents Glas starih staršev (La voix des grands-parents), créée en 2014. L’association est étroitement liée au ZOG et prétend que le droit slovène évince les grands-parents des familles, car il ne reconnaît pas leur rôle en matière de soin et d’éducation5.

  • 6  De façon intéressante, la couleur jaune a également été utilisée dans la campagne pour la proposit (...)

10Comme d’autres mouvements anti-genre en Europe, la CIDPO utilisait la silhouette d’une « famille normale » comme symbole visuel. Toutefois, ce symbole n’est pas rose et bleu, couleurs habituellement utilisées dans les rassemblements anti-genre dans des pays comme la France, l’Italie, la Croatie ou la Slovaquie, mais jaune6. Lors de la deuxième campagne référendaire, le ZOG a conservé la couleur jaune devenue reconnaissable, mais a remplacé la silhouette de la « famille normale » par le dessin d’un petit garçon et d’une petite fille cachés derrière une main qui stoppe les ravages de la « théorie du genre ». Le passage de la famille nucléaire au dessin du petit garçon et de la petite fille se cachant derrière une main est peut-être lié à la concentration progressive du mouvement sur les grands-parents et la famille élargie, bien que son objectif principal demeure la protection de la famille nucléaire, en particulier des enfants.

11Le mouvement anti-genre a eu recours à différentes stratégies pour diffuser son message, notamment l’organisation de pétitions en ligne, de chaînes de courriers électroniques, de tables rondes et de rassemblements publics ainsi que, comme en Italie (voir le chapitre de Sara Garbagnoli dans ce volume), l’organisation d’une Journée de la famille comme antidote à la Marche des fiertés. Il a également utilisé son site internet pour recueillir des signatures contre le Code de la famille. Bien que dépourvue de valeur juridique, cette collecte a été utilisée stratégiquement, le leader de la campagne montrant des centaines de pages de signatures aux caméras de télévision chaque fois qu’il avait l’occasion de parler.

  • 7  « Informacijska pooblaščena nad nasprotnike družinskega zakonika. Dnevnik », STA, 2013, en ligne : (...)

12Comme les plateformes en ligne CitizenGo ou European Dignity Watch (Hodžič & Bijelić, 2014), la CIDPO a utilisé la tactique des chaînes de courriers électroniques pour diffuser son message auprès de « citoyen.ne.s peu informé.e.s » et celle du « bombardement de messagerie » à destination des hommes et femmes politiques, scientifiques et autres figures publiques qui s’étaient exprimé.e.s en faveur du mariage égalitaire. Ces personnalités ont reçu des centaines de courriers électroniques identiques toutes les heures, ce qui a conduit dans certains cas au blocage complet de leur boîte aux lettres électronique7.

  • 8  Un sondage mené par le principal quotidien, Delo, en 2015, a montré que 59 % des personnes interro (...)

13Les deux initiatives civiques, la CIDPO et le ZOG, se sont avant tout adressées aux « parents inquiets » ainsi que, à partir de 2015, aux grands-parents, qui constituent un vaste réservoir de votant.e.s potentiel.le.s, généralement plus conservateur.rice.s8. Contrairement à la CIDPO qui n’a commencé à évoquer la « théorie du genre » qu’au cours de la dernière phase du débat public sur le Code de la famille en 2012, les références du ZOG à ce concept sont apparues beaucoup plus clairement et beaucoup plus tôt dans la campagne.

14Pendant la première campagne référendaire, le mouvement anti-genre en cours d’émergence a connu une première montée en puissance. Le second référendum a offert au mouvement une nouvelle occasion de devenir un acteur politique important. C’est pourquoi l’annonce de l’entrée en politique du leader du mouvement anti-genre Aleš Primc, qui a rebaptisé son projet Gibanje za otroke in družine (Mouvement pour les enfants et les familles) en 2016, n’a surpris personne. En mai 2016, Gibanje za otroke in družine a présenté son programme intitulé « Deklaracija upanja za otroke in družine » (Déclaration d’espoir pour les enfants et les familles)9. Cette déclaration est un intéressant assemblage d’idées sur de nombreux sujets – depuis la défense des droits des travailleur.se.s et d’un meilleur État-providence jusqu’au rétablissement du service militaire obligatoire pour les hommes –, mais son cadre de référence principal comprend la promotion de la fécondité (les femmes devraient avoir trois enfants en moyenne), un positionnement ferme contre l’avortement, la protection de la maternité et de la paternité, la mise en place d’avantages sociaux pour les familles nombreuses et une compréhension binaire du genre. Elle affirme explicitement qu’« il existe un genre masculin et un genre féminin » et que « la théorie du genre, l’éducation sexuelle radicale, la pratique ésotérique, la littérature pédophile » n’ont pas leur place dans les écoles et les maternelles.

Le mouvement anti-genre et l’Église catholique

15Au cours des deux dernières décennies, l’Église catholique slovène a été de plus en plus confrontée à la sécularisation. Selon une étude de 2000, environ 60 % des citoyen.ne.s slovènes ne sont pas religieux.ses ou déclarent de très faibles degrés de croyance dans des notions comme l’âme, Dieu ou la résurrection (Toš, 2000). En outre, une majorité de citoyen.ne.s – près de 70 % – pense que l’Église n’est pas légitime à s’occuper de questions telles que le droit au mariage et les droits reproductifs des femmes (Ančić & Zrinščak, 2012).

16Toutefois, l’Église catholique slovène – depuis sa réhabilitation après le changement de système politique au début des années 1990 – tente de reconquérir la position sociale qu’elle occupait avant la période socialiste : celle d’un « intellectuel collectif » proposant des solutions à d’importants problèmes politiques et sociaux (Kerševan, 1996). Le mouvement anti-genre semble être un de ses principaux vecteurs pour restaurer sa position d’autorité morale et pour que sa doctrine sur le genre et la sexualité entre dans les normes juridiques de l’État.

17De plus, le débat sur le mariage égalitaire et particulièrement le référendum de 2012 ont coïncidé avec une période pendant laquelle l’Église slovène faisait face aux effets dévastateurs des scandales économiques qui avaient éclaté à la fin de l’année 2010. L’effondrement de la société de placements de l’Église a entraîné des pertes s’élevant à 800 millions d’euros. Près de 60 000 personnes ayant investi dans cette société se sont alors retrouvées sans rien et l’archidiocèse de Maribor s’est retrouvé en faillite. Tout ceci a mené à la destitution de trois évêques slovènes par le Vatican et à la chute du niveau de confiance dans l’Église, qui a atteint son point le plus bas depuis l’indépendance de la Slovénie en 1991. En 2011, le sondage d’opinion publique slovène dans le cadre du World Values Survey indiquait que moins de 25 % des répondant.e.s exprimaient des niveaux de confiance hauts ou relativement hauts dans l’Église, contre 34 % en 2005 et 39 % en 1992 (Smrke, 2014 ; 2016). Dans ce contexte, l’égalité en matière de mariage – à laquelle une majorité de citoyens était opposée – a pu être habilement utilisée par l’Église pour détourner l’attention de l’opinion publique.

18Les liens entre le mouvement anti-genre et l’Église catholique en Slovénie sont très clairs, même si cette collaboration a été initialement démentie. L’acteur clérical anti-genre le plus en vue est le moine franciscain Tadej Strehovec, secrétaire général de la Conférence des évêques slovènes. Professeur-assistant de théologie morale et d’éthique appliquée, il dirige également le Zavod za družino in kulturo življenja (Institut pour la famille et la culture de la vie), créé peu de temps après l’annonce de la réforme du Code de la famille par le gouvernement en 2009. Le site internet de cet institut sert de site officiel au mouvement anti-genre slovène. Comme les positions morales de l’Église étaient affaiblies par les scandales (Smrke, 2016) et qu’un discours basé sur les Écritures avait perdu tout pouvoir de mobilisation (Kuhar, 2015), le fait d’agir principalement dans l’ombre des initiatives civiques de « citoyen.ne.s inquiet.ète.s » de Primc est apparu comme une façon efficace pour l’Église de redorer son image publique endommagée.

19Bien que Strehovec affirme que l’Institut est une initiative privée sans lien avec l’Église catholique, celui-ci est domicilié à la même adresse qu’une des paroisses de Ljubljana et son site internet était initialement hébergé sur le serveur officiel de l’Église catholique slovène. Cet institut a pour but de promouvoir « les valeurs fondamentales : la vie humaine, les droits humains, la famille, la solidarité, la démocratie, la liberté et l’action citoyenne ». On retrouve ici le cadrage caractéristique de nombreuses initiatives anti-genre, qui insistent sur la réappropriation du concept de droits humains – en particulier ceux des enfants – afin de promouvoir leur système de valeurs. Il n’est donc pas surprenant que l’« enfant innocent » ait été mis en avant dans les deux campagnes référendaires.

20En collaboration étroite avec l’Église catholique, les messages du mouvement anti-genre ont été lus pendant les messes dominicales ou mis en ligne sur les sites internet des paroisses locales. Au moment où le mouvement collectait les 40 000 signatures nécessaires pour provoquer l’organisation d’un référendum sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, Strehovec a envoyé une lettre à tous les prêtres de Slovénie, les pressant d’inviter leurs paroissien.ne.s à signer cette pétition en soutien au référendum pendant la messe dominicale, et de les renvoyer au site internet de l’Institut pour plus d’informations. Les prêtres ont également reçu l’instruction d’organiser le transport (en voitures privées ou en cars) de leurs ouailles vers les bureaux municipaux pour valider leur signature.

21La collaboration fructueuse entre les militant.e.s anti-genre et l’Église catholique a été envisagée comme mode opératoire bien avant que les mouvements anti-genre ne commencent à émerger en Europe. En 2002, l’Église catholique slovène a publié un plan d’action global intitulé « Choisir la vie », qui était le document conclusif de l’assemblée plénière de l’Église de Slovénie. Ce document consiste en une description très détaillée, longue de plus de cent vingt pages, d’un plan d’action pour la « nouvelle évangélisation » du xxie siècle, assortie de nombreuses conclusions et recommandations (Kongregacija za škofe, 2002). Il envisage, entre autres, la création d’une multitude d’organisations pour les laïc.que.s – comme l’initiative civique de Primc – qui aideraient à diffuser le message de l’Église.

22De multiples façons, « Choisir la vie » rejoint les « discours et les stratégies produites par le Vatican depuis les vingt dernières années » (Paternotte, 2015, p. 135) et les traduit en actions locales. Ce document appelle à l’instauration d’un « service juridique » au sein de la Conférence des évêques de Slovénie pour surveiller « la création et la modification de dispositions de droit civil, en particulier sur les questions de liberté de culte » (Kongregacija za škofe, 2002, p. 28), mais aussi sur d’autres questions éthiques. Il prête également attention aux médias électroniques, encourage la formation des agents pastoraux à l’usage des médias et défend l’abolition de la différence entre mariage civil et mariage religieux, de façon à ce que le mariage religieux ait des « effets en droit civil » (ibid.).

23Dans son analyse de ce plan, Maca Jogan (2008) explique que la « nouvelle évangélisation » se situe dans la continuité du processus de « re-catholicisation » de la société slovène entamé au début des années 1990. Celui-ci se fonde sur l’idée que les défaillances du communisme doivent être corrigées et la vie publique remise en phase avec la moralité catholique. Ce processus fait des femmes l’une de ses cibles centrales. En effet, l’indépendance économique et l’égalité sociale croissante pour les femmes – promues au départ par le « féminisme d’État » (Jalušič, 2002) de l’establishment socialiste, puis poursuivies dans les politiques de gender mainstreaming de l’UE – posent un problème fondamental pour l’Église, puisqu’elles entrent en contradiction avec le « rôle naturel » des femmes. Pour cette raison, l’Église catholique slovène, en collaboration étroite avec des partis politiques conservateurs (catholiques), a demandé au début des années 1990 une nouvelle loi interdisant l’avortement, prolongeant le congé maternité d’un à trois ans et empêchant l’insémination artificielle pour les femmes célibataires.

24Curieusement, ce plan ne fait référence qu’une seule fois aux partenariats de même sexe : « l’Église a constamment défendu la famille hétérosexuelle monogame et n’accepte donc pas la possibilité de mariages de même sexe ». Il accompagne cela d’une consigne assez obscure : « Il faut surveiller personnellement ce phénomène (c’est-à-dire les mariages de même sexe) dans le champ de la prévention et de l’éducation plus largement. » (Kongregacija za škofe, 2002, p. 65) Toutefois, comme je l’ai montré, l’opposition de l’Église au mariage égalitaire et la collaboration avec les initiatives anti-genre font partie du même processus.

25Pour l’Église, dans le contexte postsocialiste, la « théorie du genre » représente aussi un nouveau bouc émissaire et un nouvel outil de victimisation. Après la disparition de son principal oppresseur, le régime communiste, l’Église utilise la « théorie du genre » comme substitut, censé être produit et entretenu par les mêmes « forces de continuité » (c’est-à-dire les anciens communistes). Il n’est donc pas surprenant que l’Église catholique cherche avec tant de force à comparer la « théorie du genre » à une idéologie totalitaire.

26Tadej Strehovec et Branko Cestnik sont les principaux auteurs anti-genre slovènes au sein de l’Église. Le premier a défini la « théorie du genre » comme le « marxisme 2.0 » et soutient que le « marxisme 2.0 » transforme la lutte des classes en lutte des genres : le conflit n’existe plus « dans la relation entre la bourgeoisie et le capital contre la classe laborieuse, mais dans la relation entre les hommes et les femmes » (Strehovec, 2013, p. 238). De la même façon, le but de la révolution n’est plus le socialisme, mais la prétendue « société du genre ». Cestnik (2013), théologien et philosophe, explique que la « théorie du genre » est issue du raisonnement des socialistes qui se sont aperçus qu’on ne pouvait pas atteindre le socialisme uniquement par la révolution sociale, sans révolution culturelle. La théorie du genre est donc « un projet typique de révolution culturelle », qui vise à changer les mentalités et les façons de penser.

27Selon Cestnik (2015), la méprise originelle du marxisme réside dans « l’erreur cognitive » qui a donné à l’« idée » la priorité sur l’« expérience concrète ». De cette façon, l’idée du socialisme a « colonisé idéologiquement » le monde concret, dans lequel toutes les données factuelles montraient que l’expérience matérielle de la démocratie occidentale était bien meilleure que l’expérience matérielle du socialisme. La « théorie du genre », affirme-t-il, fonctionne de façon très similaire. Cependant, quand il essaie d’avancer une argumentation scientifique pour démontrer que la « théorie du genre » est fallacieuse, il fait curieusement référence à la notion non scientifique de « bon sens » :

La théorie du genre des nouveaux gauchistes contemporains est présentée comme « fondée sur la recherche scientifique », alors que l’on sait sur la base de notre bon sens (niveau empirique) que les garçons sont des garçons et les filles des filles et que tous ont besoin pour leur développement d’un homme et d’une femme, d’un père et d’une mère, sans qui – comme on le sait généralement – ils ne seraient pas venus au monde. (Cestnik, 2015, p. 12)

28De façon intéressante, Cestnik identifie également des facteurs d’émergence de la « théorie du genre » au sein de l’Église catholique. Il accuse les positions patriarcales de l’Église envers les femmes d’avoir servi de source d’inspiration à cette théorie. Pour cette raison, il estime que les réponses aux enjeux relatifs aux femmes et à la sexualité devraient passer par la promotion d’un « féminisme catholique » et l’opposition au « féminisme destructeur issu de l’extrême gauche » (Cestnik, 2013).

Les interprétations et le cadrage de la « théorie du genre »

  • 10  Il n’y a pas de distinction entre sexe et genre dans la langue slovène. Les deux mots sont traduit (...)

29Bien que les racines du mouvement anti-genre en Slovénie soient étroitement liées aux débats sur l’ouverture du mariage et le nouveau Code de la famille (2009-2012), l’expression « teorija spola10 » – parfois également nommée « ideologija spola » (idéologie du genre) et plus rarement « genderizacija » (genderisation) – désigne beaucoup plus que les enjeux autour du droit au mariage. Elle est censée être le plan secret des féministes radicales et des militant.e.s homosexuel.le.s en vue d’une révolution culturelle : la promotion de la fluidité du genre et le déni des réalités biologiques (c’est-à-dire naturelles) de la complémentarité des sexes. La « théorie du genre » est donc construite comme un projet d’ingénierie sociale, où les hommes ne sont plus masculins et les femmes plus féminines et où chacun.e peut choisir librement son genre et son orientation sexuelle, y compris « plusieurs fois par jour » (Debevec, 2015 ; Cestnik, 2013).

30Quand une telle définition est confrontée à la notion de sexe comme catégorie biologique en usage dans le sens commun, elle produit les effets populistes désirés : l’aversion, la colère et la panique morale. Ce cadrage s’appuie sur des peurs profondément enracinées à propos de l’(homo)sexualité et de la nécessité de protéger les « enfants innocents », soit contre l’adoption par des couples de même sexe, soit contre le lavage de cerveau par la propagande homosexuelle dans les écoles ou encore – plus récemment – contre l’avortement par des femmes sans cœur.

31Par ailleurs, la Slovénie étant un pays postsocialiste, l’argument anticolonial de la « théorie du genre » comme idéologie imposée par l’Ouest et par des institutions internationales comme l’UE et l’ONU pourrait accroître le pouvoir de mobilisation de ce discours (voir le chapitre d’Agnieszka Graff et Elżbieta Korolczuk dans ce volume) grâce à l’évocation des souvenirs douloureux du régime communiste. Cependant, le mouvement anti-genre en Slovénie s’est généralement abstenu d’avoir recours à ce type de discours et a plutôt repris l’interprétation maintenant dominante selon laquelle la culture slovène a toujours été européenne (c’est-à-dire progressiste et de l’Ouest). Les Slovènes auraient toujours appartenu à l’Europe (occidentale) si leur véritable identité n’avait pas été brusquement niée, pendant le régime communiste de l’ex-Yougoslavie, avec l’imposition de la culture des Balkans (considérée comme arriérée et corrompue). Pour cette raison, la « théorie du genre » est plutôt présentée comme un nouveau type de marxisme, ce qui produit une résonance et une mobilisation beaucoup plus effective que toute tentative de la présenter comme une forme contemporaine de colonisation par l’Ouest.

32Aujourd’hui, le concept de « théorie du genre » est considéré comme une réalité tangible dans les débats sur les réseaux sociaux, dans les médias généralistes et dans un nombre croissant de livres, tels que les traductions récentes de La teoria del gender e l’origine dellʼomosessualità de Tony Anatrella (Teorija spola : Kulturni izziv La Théorie du genre : un défi culturel, 2015) et Nueva izquierda y cristianismo des philosophes espagnols Francisco Contreras et Diego Poole (2015), qui assimilent l’« ancienne gauche » au marxisme et la « nouvelle gauche » à la « théorie du genre ». Il est intéressant de remarquer qu’aucun des livres de Gabriele Kuby n’a été traduit en slovène, bien que ses écrits soient utilisés comme une source importante d’inspiration pour la définition de la « théorie du genre » sur le site internet officiel du mouvement anti-genre slovène, parmi des traductions de documents de LMPT française, la traduction d’une lettre de la Conférence épiscopale slovaque sur la « théorie du genre », une conférence du linguiste croate Ivan Poljaković sur l’« idéologie du genre » et le documentaire norvégien Likestillings Paradokset (Le Paradoxe de l’égalité)11.

33Les articles publiés sous l’onglet « théorie du genre » sur le site internet du mouvement ne décrivent pas explicitement la « théorie du genre » comme une conspiration. Cependant, l’impression générale laissée par ce site internet la présente comme un plan caché et trompeur, conçu secrètement par des élites (de gauche) et aujourd’hui soigneusement mis en œuvre par la pénétration idéologique des programmes scolaires et des documents de politique (trans) nationale. Selon Marjana Debevec, une journaliste catholique, la « théorie du genre » ne concerne pas seulement « quelques personnes avec des idées bizarres. Il s’agit plutôt un plan bien réfléchi » (2015).

Le succès du mouvement anti-genre

34Le succès récent du mouvement anti-genre en Slovénie doit être remis dans le contexte des deux référendums sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Ces deux consultations ont généré un capital politique important pour le mouvement et ses acteur.rice.s, qui tentent maintenant de l’investir dans la transformation de leur mouvement en parti politique et de devenir une figure importante de l’échiquier politique slovène. La forte réaction anti-genre et l’introduction du concept créé de toutes pièces de « théorie du genre » ont été politiquement efficaces pour plusieurs raisons, parmi lesquelles figurent la temporalité du débat, la résonance du discours naturaliste renvoyant au bon sens et la fabrication d’une politique de la peur par la victimisation.

Temporalité

35Parmi les pays de l’UE qui ont organisé un référendum sur le droit au mariage (la Croatie en 2013, la Slovaquie et l’Irlande en 2015), la Slovénie est le seul à en avoir connu deux. L’écart entre le premier (2012) et le second référendum (2015) est l’un des facteurs qui peut expliquer pourquoi la « théorie du genre » a été si facilement introduite dans le discours public et est maintenant utilisée comme un concept valable non seulement par les militant.e.s anti-genre, mais aussi par les hommes et les femmes politiques, les journalistes et même certain.e.s scientifiques.

36La CIDPO de Primc est apparue peu après que le gouvernement slovène a publiquement annoncé la réforme du Code de la famille en 2009. Puisqu’elle englobait l’égalité en matière de mariage et le droit à l’adoption pour les couples de même sexe, cette réforme a fourni au mouvement une question profondément clivante, qui pouvait être facilement transformée en outil de mobilisation. Lorsque le Code de la famille a été adopté par le Parlement (juin 2011) et présenté à un référendum public (mars 2012), la CIDPO de Primc avait construit un vaste réseau de soutien partout en Slovénie, en s’appuyant largement sur les réseaux existants de l’Église et des partis de droite.

37Les mêmes réseaux ont été activés au moment du second référendum, ce qui a permis au mouvement d’affiner ses stratégies en se basant sur l’expérience du premier. C’est ainsi que les grands-parents sont devenus l’un des nouveaux publics cibles. Ils ont été approchés stratégiquement, non seulement en tant que personnes âgées avec des opinions généralement plus conservatrices et en tant qu’immense groupe social au sein d’une société slovène vieillissante, mais aussi parce que les références émotionnelles à l’« enfant innocent » – qui constitue le point d’entrée du discours du mouvement et apparaît dans son logo – pouvaient résonner avec leurs expériences personnelles auprès de leurs petits-enfants.

38Au moment où les mouvements anti-genre en Europe sont devenus des acteurs politiques reconnaissables, le mouvement slovène avait déjà gagné un référendum, gagné en confiance et en poids politique et défini les questions liées à la « théorie du genre » comme un lieu important de contestation politique qui pouvaient mobiliser des milliers de personnes et remporter des référendums. Lors du premier référendum, les opposant.e.s au mariage égalitaire n’avaient pas encore cadré leurs arguments en référence à la « théorie du genre », mais avaient déjà produit une matière discursive qui a par la suite été réinvestie dans la « théorie du genre » lors du second référendum.

Un discours qui résonne

39Puisque le projet du gouvernement sur le mariage égalitaire touchait aux conceptions culturellement hégémoniques de la famille et du mariage comme « institutions naturelles », les acteurs anti-genre ont habilement fondé leur contre-discours sur le renforcement d’arguments essentialistes et naturalistes jugés de bon sens, tout en puisant dans les puissantes émotions sous-jacentes aux croyances et aux valeurs hétéronormatives sur la famille, les enfants ou la nation. Cela a permis à leurs arguments de résonner largement, mobilisant ainsi des foules importantes contre les deux référendums sur le mariage entre personnes de même sexe.

  • 12  Srdič Urša, « V iniciativi pohiteli z zbiranjem podpisov. TV Slovenija, TV Dnevnik, 1er septembre2 (...)

40Le discours essentialisant du mouvement est construit sur deux éléments caractéristiques des approches populistes : la peur et la normalité. La peur fait appel au malaise des gens face à tout ce qui n’entre pas dans la représentation hétéronormative de la nation et, partant, de l’humanité. La structure argumentative de base de toutes les apparitions publiques du mouvement était toujours la même : l’accès égalitaire au mariage représente une menace pour la famille (traditionnelle), la paternité et la maternité, mais surtout pour les enfants innocents et par conséquent pour l’avenir de la nation slovène et ses valeurs authentiques. Il n’est donc pas surprenant que le mouvement anti-genre ait lancé sa campagne référendaire en chantant l’hymne national slovène avec un groupe de gens vêtus de costumes traditionnels slovènes12. En reprenant à leur compte les plaintes nationalistes à propos de la « petite nation slovène » confrontée à un « hiver démographique », les membres du mouvement ont réussi à construire « l’homosexuel » et les couples et familles de même sexe (et plus récemment les personnes transgenres et les militant.e.s pro-choix) non seulement comme l’autre à l’intérieur de la nation, mais aussi comme l’autre contre la nation.

41Les principales figures du mouvement anti-genre n’ont jamais explicitement affirmé que les homosexuel.le.s agresseraient sexuellement les (leurs) enfants, mais elles l’ont insinué. Ce qui était tacite en est devenu d’autant plus efficace : les allusions implicites aux agressions sexuelles (physiques / verbales / symboliques) d’enfants innocents ont invoqué l’imagerie « politiquement incorrecte » (et en tant que telle, informulable en public) des homosexuel.le.s déviant.e.s et contre nature. En d’autres termes, la stratégie discursive populiste des militant.e.s anti-genre était habillée d’arguments apparemment rationnels et même prétendument scientifiques, stratégiquement conçus pour faire appel à des émotions, susciter la peur et mettre en action la force issue des préjugés existants.

42Comme évoqué plus haut, les grands-parents ont été l’un des principaux groupes démographiques que le mouvement a tenté de toucher lors du second référendum. Primc a ainsi été rejoint par Zevnik, qui représentait les grands-parents, pour codiriger le mouvement qui a été renommé Za otroke gre (Les enfants en jeu). Primc et Zevnik ont déclaré que, selon la nouvelle loi, les grands-parents n’auraient pas le droit d’adopter leurs petits-enfants en cas d’accident des parents. Ils ont prétendu qu’à la place, ces enfants seraient adoptés par des couples de même sexe. Bien que les législateurs aient expliqué que cette interprétation était fausse, l’idée a eu un retentissement immense et a été reproduite en boucle dans les médias. Cela constitue un mécanisme typique du discours du mouvement, qui a également été utilisé dans la construction du concept de « théorie du genre » : des faits partiels sont combinés avec des constructions fictives puis façonnés en affirmations de bon sens, continuellement répétés dans les médias et, finalement, transformés en « vérité mobilisatrice ».

43Le second élément sur lequel le discours du mouvement se construit est la normalité. Celle-ci renvoie à des faits biologiques soi-disant incontestables sur les hommes et les femmes, pour démontrer la radicalité extrême des tenants de la « théorie du genre » dans leur tentative de changer le monde tel qu’il est depuis toujours (voir les chapitres de Paula-Irene Villa et de Stefanie Mayer et Birgit Sauer dans ce volume). Bien qu’il existe un consensus au sein du mouvement sur la nécessité d’une forme d’égalité entre hommes et femmes, celle-ci ne peut surpasser les rôles de genre « naturels ». Ainsi, les partisan.e.s de la « théorie du genre » sont vu.e.s comme trop radicaux.les dans leur quête d’égalité. Ils.elles sont présenté.e.s comme totalement déconnecté.e.s de la réalité empirique et incontestable du système de genre binaire. Par conséquent, le mouvement anti-genre serait le dernier bastion du bon sens et de la normalité.

44Ses défenseur.se.s suggèrent également que les féministes radicales ont la mainmise sur la production du savoir. Ainsi, le discours anti-genre est présenté comme scientifique et ses promoteur.rice.s ont déjà commencé à travailler sur une sorte de science parallèle ou à relayer des auteur.e.s (américains) qui, bien que discrédité.e.s académiquement dans leur environnement local, arrivent à promouvoir efficacement leurs idées en dehors de leur pays d’origine (voir Kuhar, 2015 et Amir Hodžić et Aleksandar Štulhofer dans ce volume). La fameuse étude de Mark Regnerus (2012) a par exemple été citée sans cesse lors de la campagne référendaire en Slovénie. En d’autres termes, le mouvement anti-genre en Slovénie n’est pas seulement une lutte qui porte sur le cadre juridique des politiques de citoyenneté sexuelle, mais aussi un combat autour de la production du savoir. L’un des premiers groupes que le mouvement a pris pour cible fut les universitaires qui avaient dénoncé l’usage abusif et populiste de la recherche scientifique par les acteurs du mouvement.

Victimisation

45Cela nous amène au dernier élément lié au succès du mouvement anti-genre : la victimisation. Le mouvement est apparu pendant la crise économique. Des mesures d’austérité strictes ont attisé le mécontentement général sur la situation politique et économique. Selon l’Eurobaromètre 82 (Commission européenne, 2014), 58 % des Slovènes pensent qu’en Slovénie, les choses « ne vont pas dans la bonne direction ». Plus de 10 % des Slovènes étaient sans emploi en 2013 et le taux de chômage chez les jeunes atteignait presque 22 %13. Tout ceci a créé un contexte explosif, dans lequel les élites dirigeantes ont fait face aux manifestations populaires les plus massives depuis l’indépendance de la Slovénie. En 2012 et 2013, toutes les villes importantes de Slovénie ont connu des mouvements spontanés de protestation, qui n’étaient pas organisés par les partis d’opposition ou les syndicats, mais par différents groupes sociaux. Même si les manifestations connues sous le nom de « Soulèvement slovène » partageaient un objectif commun – renverser les élites politiques en raison de la pauvreté, du chômage et de la destruction de l’État social –, les visions du monde des manifestant.e.s allaient du moralisme au nationalisme en passant par la transformation sociale (Kirn, 2013). Le mouvement anti-genre n’était pas un acteur visible au sein du Soulèvement, mais le cadre discursif général de la contestation était suffisamment large pour reproduire l’un des messages principaux du mouvement anti-genre, celui de la corruption des élites. Le Soulèvement slovène et le mouvement anti-genre ont tous deux réussi à créer cette image d’une majorité opprimée face à des élites corrompues.

46Au premier abord, il peut paraître surprenant qu’un concept aux accents universitaires comme le genre ait été utilisé pour mobiliser les masses. Il a en réalité permis de renforcer l’allégation du mouvement selon laquelle les élites corrompues (académiques comme politiques), qui produisent ces idées dans les tours d’ivoire des universités et des instances politiques (trans)nationales, sont entièrement coupées des gens ordinaires et sont tout simplement « allées trop loin ».

47Ainsi, le mouvement anti-genre a offert aux gens la promesse d’un avenir meilleur. Mais cet avenir est dans le passé : notre société, affirment ses militant.e.s, doit revenir à ses valeurs indigènes et à l’ordre naturel des choses. C’est sur ces deux terrains (les peurs et le mécontentement) que le mouvement anti-genre a créé des alliances avec des acteur.rice.s de la droite nationaliste et les autorités religieuses.

48Le mouvement a produit un discours victimaire à deux niveaux. D’une part, il a dépeint les élites corrompues comme une menace pour les « gens ordinaires ». Le concept d’élites était toutefois utilisé de manière assez fluide : en fonction du contexte, les élites représentaient de nombreux groupes – des politicien.ne.s et des universitaires jusqu’aux militant.e.s non gouvernementaux.ales et aux journalistes. D’autre part, le discours de victimisation s’adressait particulièrement aux catholiques. Le mouvement a fait connaître le terme de « christianophobie » comme l’antithèse de l’homophobie, afin de montrer que les vraies victimes du débat sur le mariage égalitaire étaient en fait les catholiques, qualifié.e.s d’homophobes seulement parce qu’ils.elles désapprouvent le mariage des couples de même sexe. On leur refuserait le droit à la liberté d’expression et ils.elles seraient stigmatisé.e.s comme arriéré.e.s et comme tel.le.s, repoussé.e.s dans les marges de la société.

49L’idée d’un « nous », « nos enfants » et « notre nation » mis en danger (par les homosexuel.le.s, les musulman.e.s, les féministes radicales, etc.) – un cadrage typique des discours populistes – a réussi à germer, puis s’est consolidée lors des deux référendums et a encore été alimentée par la crise migratoire récente. C’est ainsi que le discours victimaire du mouvement anti-genre – qui se situe également dans le contexte plus large de la montée de la droite radicale en Europe (Lazaridis, Campani & Benveniste, 2016) – a réussi stratégiquement à mobiliser 279 937 électeurs (55 %) lors du premier référendum et 394 482 électeurs (64 %) lors du second pour voter contre l’égalité des droits et tout ce que la « théorie du genre », en tant que catégorie théorique fantasmatique, est venue à représenter.

*

50Le débat politique sur le mariage égalitaire – une question qui divise la société slovène depuis plus de dix ans – a favorisé l’émergence du mouvement anti-genre. Quand le nouveau Code de la famille a été présenté en 2009, près de 70 % des citoyens slovènes étaient en désaccord avec le mariage et l’adoption par les couples de même sexe (Pečauer, 2009). Bien que le soutien au mariage des couples de même sexe ait augmenté au cours des années suivantes, l’adoption reste inacceptable pour une majorité de Slovènes. Pour cette raison, l’image de l’« enfant innocent », habilement associée aux premiers effets palpables de la crise économique et plus tard à la nécessité pour l’Église de restaurer son autorité morale après la révélation accablante des scandales financiers, a produit un terreau fertile pour l’essor du mouvement anti-genre.

51L’émergence simultanée de débats politiques et de campagnes référendaires similaires ailleurs en Europe montre que les mobilisations slovènes ne sont pas uniquement locales, mais font partie d’un phénomène global d’opposition aux élites corrompues, où les « gens ordinaires » ont fini par trouver une façon d’exprimer qu’ils en ont assez. Les autres mouvements anti-genre en Europe ont fourni au mouvement slovène de nouveaux sites à partir desquels importer idées, concepts et arguments. Mais les transferts de discours et de stratégies n’ont assurément pas été unidirectionnels, bien que les membres visibles du mouvement slovène ne jouent pas de rôle important au niveau européen : par exemple, aucun.e ne figure parmi les initiateur.rice.s de l’Initiative citoyenne européenne Mum, Dad & Kids.

52La situation est très différente au niveau local. Le mouvement anti-genre slovène a acquis un pouvoir politique symbolique important au cours de ces dernières années et s’est développé sous la forme d’une opposition visible composée de citoyen.ne.s inquiet.ète.s, qui influence les politiques familiales et en matière d’égalité. Certains membres du mouvement sont aujourd’hui membres de conseils d’expert.e.s auprès du gouvernement, tels que le conseil d’expert.e.s pour la famille du ministère du Travail, de la Famille et des Affaires sociales et le conseil d’expert.e.s sur le sida du ministère de la Santé. Le mouvement est aussi devenu un acteur reconnu sur les questions de citoyenneté sexuelle : ses représentant.e.s sont invité.e.s au Parlement lors de la discussion de propositions de loi sur les politiques familiales, la santé reproductive, la lutte contre les discriminations et l’égalité de genre.

53L’initiative civique de Primc constitue le cœur du mouvement anti-genre en Slovénie et l’Église lui sert d’arrière-base, même si d’autres groupes, partis politiques et acteur.rice.s se joignent parfois à ses activités. La « théorie du genre » constitue donc une « colle symbolique » (Kováts & Põim, 2015), un cadre commun qui condense les différents discours de ces groupes en une seule grande menace, comprise comme une attaque contre la nature, la nation ou la normalité. Les élites sont la source de cette menace, mais – à la différence de certains autres pays de l’UE – il ne s’agit pas tant des élites de Bruxelles que des élites locales – à la fois présentes (comme les élites politiques et universitaires de gauche) et passées (le mouvement et les partis de droite prétendent souvent que les anciennes élites communistes – les « forces de continuité » – agissent toujours en coulisse). Dans une telle configuration, les militant.e.s anti-genre ne cherchent pas seulement à protester contre ces élites, mais cherchent aussi à les remplacer. C’est pour cette raison que leur décision de rejoindre la politique partisane apparaît comme une évolution logique.

Bibliographie

Anatrella Tony (2015), Teorija spola: kulturni izziv, Ljubljana, Novi svet.

Ančić Branko & Zrinščak Siniša (2012), « Religion in Central European Societies: Its Social Role and People’s Expectations », Religion and Society in Central and Eastern Europe, vol. 5, nº 1, p. 21-38.

Buss Doris E. (2004), « Finding the Homosexual in Women’s Rights: The Christian Right in International Politics », International Feminist Journal of Politics, vol. 6, nº 2, p. 257-284.

Buss Doris E. (1998), « Robes, Relics and Rights: The Vatican and the Beijing Conference on Women », Social & legal studies, vol. 7, nº 3, p. 339-363.

Cestnik Branko (2015), « Predgovor k slovenski izdaji », dans Francisco José Contreras & Diego Poole (dir.), Nova levica in krščanstvo, Ljubljana, Družina, p. 7-20.

Cestnik Branko (2013), « Kaj je spol? », Branko Cestnik blog, en ligne : http://branenacesti.blogspot.si/2013/09/kaj-je-spol.html (septembre 2018).

Commission européenne (2014), Eurobarometre Standard 82, en ligne : http://ec.europa.eu/commfrontoffice/publicopinion/archives/eb/eb82/eb82_publ_fr.pdf (septembre 2018).

Contreras Francisco José & Poole Diego (2015), Nova levica in krščanstvo, Ljubljana, Družina.

Debevec Marjana (2015), « Teorija spola – prazen strah? », Radio Ognjišče, 14 avril, en ligne : http://radio.ognjisce.si/sl/165/komentarji/16885/ (septembre 2018)

Hodžič Amir & Bijelić Nataša (2014), Neo-conservative Threats to Sexual and Reproductive Health & Rights in the European Union, Zagreb, CESI.

Hrženjak Majda (2001), « Legitimiziranje neenakosti », Poročilo Skupine za spremljanje nestrpnosti, p. 104-113.

Jalušič Vlasta (2002), Kako smo hodile v feministično gimanzijo, Ljubljana, /*cf.

Jogan Maca (2008), « Rekatolizacija slovenske družbe », Teorija in praksa, vol. 1, nº 2, p. 28-52.

Kerševan Marko (1996), « Cerkev v postsocializmu », Družboslovne razprave, nº 21, p. 43-56.

Kirn Gal (2013), « The Slovenian Popular Uprising within the European Crisis », CritCom, 26 novembre, en ligne : http://councilforeuropeanstudies.org/critcom/the-slovenian-popular-uprising-within-the-european-crisis/ (septembre 2018).

Kongregacija za škofe (2002), « Izberi življenje: Sklepni dokument Plenarnega zbora Cerkve na Slovenskem », en ligne : http://katoliska-cerkev.si/media/datoteke/Dokumenti%20in%20publikacije/SDPZCS.pdf (septembre 2018).

Kováts Eszter & Põim Maari (dir.) (2015), Gender as Symbolic Glue: The Position and Role of Conservative and Far Right Parties in the Anti-Gender Mobilization in Europe, Bruxelles / Budapest, Foundation for European Progressive Studies / Friedrich-Ebert-Stiftung.

Kuhar Roman (2015), « Playing with Science: Sexual Citizenship and the Roman Catholic Church Counter-narratives in Slovenia and Croatia », Women’s Studies International Forum, nº 49, p. 84-92.

Lazaridis Gabriella, Campani Giovanna & Benveniste Annie (dir.) (2016), The Rise of the Far Right in Europe: Populist Shifts and « Othering », Londres, Palgrave Macmillan.

Pajnik Mojca (2003), « Polarizacija prostitucije: biznis ali javna morala », Medijska preža, nº 17-18, p. 7-8.

Paternotte David (2017), « Défendre la famille, (ré)évangéliser l’Europe », Problèmes d’histoire des religions, nº 24, p. 209-222.

Paternotte David (2015), « Blessing the Crowds: Catholic Mobilizations against Gender in Europe », dans Sabine Hark & Paula-Irene Villa (dir.), Anti-genderismus: Sexualität und Geschlecht als Schauplätze aktueller politischer Auseinandersetzungen, Bielefeld, Transcript, p. 129-147.

Paternotte David (2014), « Christian Trouble: The Catholic Church and the Subversion of Gender », CritCom, 8 mai, en ligne : http://councilforeuropeanstudies.org/critcom/christian-trouble-the-catholic-church-and-the-subversion-of-gender/ (septembre 2018).

Pečauer Marko (2009), « Gorenje in Mura sta šele uvod v širše nemire », Delo, 28 septembre, en ligne : www.delo.si/novice/slovenija/gorenje-in-mura-sta-sele-uvod-v-sirse-nemire.html (septembre 2018).

Regnerus Mark (2012), « How Different are the Adult Children of Parents Who Have Same-sex Relationships? Findings from the New Family Structures Study », Social Science Research, vol. 41, nº 4, p. 752-770.

Smrke Marjan (2016), « The Decapitation of Slovenia’s Catholic Church: Social Factors and Consequences », Religion, State and Society, vol. 44, nº 2, p. 152-171.

Smrke Marjan (2014), « Impact of the Holy Crash on Trust in the Church in Slovenia », East European Politics and Societies, vol. 28, nº 1, p. 119-136.

Strehovec Tadej (2013), « Zakonska zveza v perspektivi drugega vatikanskega koncila », Bogoslovni vestnik, vol. 73, nº 2, p. 233-249.

Toš Niko (2000), « Primerjalna analiza religioznosti v Sloveniji in državah Srednje in Vzhodne Evrope », Teorija in praksa, vol. 37, nº 2, p. 197-228.

Wodak Ruth (2015), The Politics of Fear: What Right-Wing Populist Discourses Mean, Londres, Sage.

Notes

1  Je remercie David Paternotte pour ses commentaires sur les versions antérieures de ce chapitre.

2  « Zahtevajte, da poslanci ne ratificirajo kontraverzne Istambulske konvencije », 24kul.si, 2014, en ligne : http://24kul.si/zahtevajte-da-poslanci-ne-ratificirajo-kontroverzne-istambulske-konvencije (septembre 2018).

3  En Slovénie, toutes les femmes ont le droit d’avoir recours à la fécondation in vitro depuis les années 1970. Une nouvelle loi a été adoptée en 1999, sous un gouvernement conservateur, pour limiter le droit à l’insémination artificielle aux seules femmes étant dans une relation hétérosexuelle. Des partis de gauche ont proposé un amendement qui permettait l’accès à la fécondation in vitro à toutes les femmes. Celui-ci a été rejeté par la majorité conservatrice, qui a lancé un référendum public. Après un large débat public, 73 % des électeur.rice.s ont rejeté l’amendement. Le taux de participation était de 36 %.

4  La prostitution a été décriminalisée en 2003. Cela a conduit à l’émergence d’un mouvement civique, également dirigé par Aleš Primc, qui a affirmé que la décriminalisation allait contribuer à la propagation incontrôlée de maladies et que les prostituées allaient dorénavant travailler ouvertement dans les rues, près des écoles et des aires de jeu.

5  « Ustanovljen Glas starih staršev, Združenje starih staršev Slovenije », 24kul.si, 2014, en ligne : http://24kul.si/ustanovljen-glas-starih-starsev-zdruzenje-starih-starsev-slovenije (septembre 2018).

6  De façon intéressante, la couleur jaune a également été utilisée dans la campagne pour la proposition 8 en Californie, en 2008. Si le mouvement slovène n’a pas utilisé le rose et le bleu, c’est peut-être parce que le logo de LMPT – qui a été repris par de nombreux mouvements nationaux en Europe – n’existait pas encore au moment où la CIDPO a été créée. La Californie a donc pu fournir une première source d’inspiration aux militant.e.s slovènes.

7  « Informacijska pooblaščena nad nasprotnike družinskega zakonika. Dnevnik », STA, 2013, en ligne : www.dnevnik.si/clanek/1042418946 (septembre 2018).

8  Un sondage mené par le principal quotidien, Delo, en 2015, a montré que 59 % des personnes interrogées (N = 400) soutenaient le mariage des couples de même sexe et 38 % soutenaient l’adoption par les couples de même sexe. Les personnes les plus âgées, les hommes et les sympathisant.e.s des partis de droite étaient plus enclins à ne pas soutenir le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe (Zoran Potič, « Anketa Dela: Večinska podpora istospolnim porokam », Delo, 2015, en ligne : www.delo.si/novice/politika/anketa-dela-vecinska-podpora-istospolnim-porokam.html [septembre 2018]).

9  Disponible en ligne : www.zaotrokeindruzine.si/programska-deklaracija/ (septembre 2018).

10  Il n’y a pas de distinction entre sexe et genre dans la langue slovène. Les deux mots sont traduits par spol. Dans la langue courante, spol fait référence à (ou est compris comme) une catégorie biologique, mais spol peut être le sexe ou le genre. Pour éviter la confusion, les textes scientifiques différencient le spol biologique (c’est-à-dire le sexe) et le spol social (c’est-à-dire le genre), mais cette distinction est inconnue du grand public. Contrairement à certains autres mouvements anti-genre, qui utilisent le terme « gender » dans sa langue originale, le mouvement slovène utilise principalement le terme traduit « teorija spola ». En outre, l’expression « théorie du genre » est plus souvent utilisée qu’« idéologie du genre ». La version slovène de Google a généré environ 188 000 résultats pour « teorija spola », 84 000 pour « ideologija spola » et seulement 63 pour « genderizacija » (le 12 août 2016). Les raisons de la prédominance de « théorie du genre » ne sont pas claires. Une explication possible peut être liée au conflit initial entre la CIDPO et une partie de la communauté universitaire slovène en 2009, quand plusieurs professeur.e.s éminent.e.s ont accusé la CIDPO de faire un usage abusif de la recherche scientifique. Depuis ce moment, la CIDPO, et plus tard le ZOG, ont tenté de montrer que ces professeur.e.s sont membres de l’« élite corrompue » et auteur.e.s d’une « théorie du genre controversée ».

11  Voir la section sur la théorie du genre du site 24kul : http://24kul.si/teorija-spola (septembre 2018).

12  Srdič Urša, « V iniciativi pohiteli z zbiranjem podpisov. TV Slovenija, TV Dnevnik, 1er septembre2011, en ligne : www.rtvslo.si/slovenija/prvi-dan-zbranih-vec-kot-10-000-podpisov-za-referendum-o-druzinskem-zakoniku/265276 (septembre 2018).

13  Eurostat, « Unemployment Statistics », 2016, en ligne : http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Unemployment_statistics (23 septembre 2016 ; la page n’est plus accessible).

Auteur

Roman Kuhar, titulaire d’un doctorat de sociologie, est professeur au département de sociologie et doyen de la Faculté des arts de l’Univerza v Ljubljani (Université de Ljubljana), où ses enseignements portent sur le genre, la sexualité, la culture populaire et la vie quotidienne. Il a écrit plusieurs articles dans des revues scientifiques, des chapitres de livres, ainsi que les ouvrages, tous publiés par Peace Institute, Media Construction of Homosexuality (2003) et At the Crossroad of Discrimination (2009). Avec Alenka Švab, il a coécrit The Unbearable Comfort of Privacy (2005). Il a également codirigé, avec Judit Takács, Beyond the Pink Curtain: Everyday Life of LGBT People in Eastern Europe (2007) et Doing Families: Gay and Lesbian Family Practices (2011).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search