Version classiqueVersion mobile

Campagnes anti-genre en Europe

 | 
Roman Kuhar
, 
David Paternotte

La Russie comme sauveuse de la civilisation européenne : « genre » et géopolitique des valeurs traditionnelles

Kevin Moss

Texte intégral

Le contexte russe

1Dans l’UE, des mobilisations anti-genre s’opposent à l’égalité de genre et aux droits LGBT. Elles ont généralement pour but de faire changer les politiques de l’État laïc, mais prennent également pour cible les programmes d’études de genre à l’université. En Russie, la situation est très différente, puisque les « valeurs traditionnelles » défendues par les opposant.e.s à l’égalité de genre, aux droits LGBT, à l’avortement et aux droits reproductifs, ainsi qu’à l’éducation sexuelle, sont des valeurs auxquelles souscrivent pleinement et ouvertement l’État, l’Église orthodoxe russe (ÉOR) et même les universités d’État et l’Académie russe des sciences. Dans ce pays, les partisan.e.s de l’égalité de genre et des droits LGBT sont complètement marginalisé.e.s. Au lieu de défendre le genre, la hiérarchie éducative produit des discours anti-genre, comme en témoigne la faculté de sociologie de l’Université d’État de Moscou, et aucune université d’État n’a de département d’études de genre (Sozaev, 2012, p. 9).

2Depuis au moins le milieu des années 2000, les « valeurs traditionnelles » en sont venues à incarner l’idée de la nation russe, déployée au niveau national comme une idéologie populiste pour unifier la Russie, au niveau international comme une sorte de posture exceptionnaliste et messianique destinée à présenter la Russie comme sauveuse de l’Europe et principale défenseuse des véritables valeurs européennes (définies par la famille traditionnelle hétéronormative). L’expression « valeurs traditionnelles » est un terme vague, qui désigne habituellement l’opposition au mariage homosexuel, à l’avortement et à l’éducation sexuelle à l’école. Ainsi, la position anti-genre est au cœur des modes d’identification de soi de la Russie, en opposition à l’Ouest décadent, ainsi qu’au cœur de la stratégie géopolitique russe visant à unir les forces traditionalistes partageant des idées similaires derrière la Russie (cherchant ainsi à la fois à acquérir un statut international de leader mondial et à déstabiliser l’UE en soutenant les factions de droite dissidentes en Europe).

3Ce chapitre décrit le contexte qui a conféré un rôle spécifique aux « valeurs traditionnelles » en Russie au niveau national, et à la Russie sur la scène mondiale. Il examine ensuite les acteurs russes – hommes et femmes politiques, personnalités médiatiques, militant.e.s, ecclésiastiques et universitaires – qui produisent un discours anti-genre et la façon dont ils.elles recyclent les discours anti-genre venus de l’Ouest et les déploient afin de promouvoir le rôle de la Russie comme défenseuse des « véritables » valeurs européennes. Une attention particulière est accordée dans ce texte aux universitaires, dont l’importance dans la croisade contre le genre est propre à la Russie, et au World Congress of Families (WCF), ainsi qu’aux médias russes, qui ont développé une propagande à usage à la fois interne et externe.

4Contrairement à la plupart des pays évoqués dans ce livre, l’influence de l’Église catholique romaine est pratiquement inexistante en Russie, les catholiques ne représentant qu’environ 0,1 % de la population, et l’ÉOR dominante a souvent considéré le catholicisme comme hérétique. Ce contexte complique la réception en Russie des stratégies anti-genre venues d’Europe. Par exemple, des reportages sur le militant anti-genre polonais Dariusz Oko sont accessibles aux lecteur.rice.s russes sur des sites comme katolik.ru, ou des traductions de la revue Polonia Christiana sur inosmi.ru, l’agrégateur de presse étrangère ; de même, les Russes peuvent trouver des traductions du travail de la sociologue anti-genre allemande Gabriele Kuby en passant par un site internet orthodoxe roumain ; mais ces textes n’influencent pas la manière dont les Russes abordent les questions de sexualité (Oko, 2013 ; Kuby, 2010 ; 2011). Au lieu de cela, ils sont perçus comme les descriptions d’une décadence qui se trouve à bonne distance, laissant la Russie indemne. Ils font partie de ce que j’appelle le discours occidentaliste russe sur l’Europe, c’est-à-dire la projection sur l’Europe de fantasmes négatifs qui permet de définir la culture russe comme une image en miroir de l’Europe.

5Le contexte russe diffère également de manière significative de celui des pays de l’UE, y compris de ceux qui ont aussi connu des changements importants après l’effondrement des États socialistes. La Russie / l’URSS sont passées de la position d’acteur majeur sur la scène mondiale et de principal contrepoids aux États-Unis à celle d’un pays beaucoup plus petit et bien moins puissant. De nombreux.ses Russes ont associé cette baisse de l’influence mondiale à l’ouverture et à la libéralisation des années 1990, au moment où les contraintes soviétiques sur la sexualité ont également été levées. Depuis l’arrivée au pouvoir de Poutine, les Russes ont vu la société et l’économie se stabiliser. L’autorité de Poutine s’est encore accrue depuis son retour à la présidence en 2012. Sur la scène mondiale, la Russie a déploré l’asymétrie unipolaire du pouvoir (les États-Unis dominant sans opposition) et s’est montrée empressée de rétablir un équilibre bipolaire, dans lequel la Russie jouerait un rôle plus important. Bien que le parti de Poutine, Russie unie, n’était associé à l’origine à aucune idéologie particulière en dehors de la loyauté envers Poutine, depuis 2011-2012, il s’identifie de plus en plus à l’orthodoxie russe et aux « valeurs traditionnelles ». La Russie peut ainsi se distinguer des États-Unis, de l’UE et de l’Ouest en se posant en leader de sociétés plus conservatrices qui, autour du globe, s’opposent aux droits gay, à la libération sexuelle, à l’avortement, à la maternité pour autrui, etc. (Baunov, 2013 ; Long, 2013 ; Gessen, 2014). En Europe, ce sont les partis conservateurs et d’extrême droite qui, selon Eszter Kováts et Maari Põim, utilisent le genre comme « colle symbolique » (Kováts & Põim, 2015).

6Nombre de chercheur.se.s ont décrit le rôle central du sexe et de la sexualité dans la définition de la Russie et dans ses ambitions géopolitiques. Cai Wilkinson évoque le rôle de l’homophobie politique pour la « souveraineté morale » de la Russie, tandis qu’Alexander Baunov fait référence à la « souveraineté sexuelle comme nouvelle politique étrangère » de la Russie (Wilkinson, 2014 ; Baunov, 2013). Chris Stroop fait remonter les ambitions messianiques de la Russie aux slavophiles et suggère que « l’exceptionnalisme moral » permet à ce pays de se targuer d’être à la tête de la droite internationale (2016). Francesca Stella et Nadya Nartova placent côte à côte les restrictions pesant sur la sexualité et les restrictions des droits reproductifs des femmes pour montrer comment « le sens des “valeurs traditionnelles” russes est construit en opposition à la “démocratie sexuelle” européenne » (Stella & Nartova, 2015). Masha Gessen souligne que les personnes homosexuelles constituent une cible symbolique parfaite à exploiter pour le gouvernement, parce que les personnes s’identifiant comme telles n’existaient pas vraiment en Russie avant les années 1990. Il y avait des personnes qui avaient des rapports sexuels avec des partenaires de même sexe, mais elles étaient invisibles. L’apparition de personnes s’identifiant elles-mêmes comme homosexuelles a donc coïncidé avec ce que les Russes ont considéré comme une expérience ratée visant à adopter les valeurs et les systèmes de gouvernement et d’économie occidentaux, imposés à la Russie par l’Ouest (Gessen et al., 2015).

7Plusieurs événements montrent comment les politiques russes anti-homosexuelles et anti-Ouest ont été développées de concert. En février 2012, le groupe féministe de punk rock Pussy Riot a organisé une action dans la cathédrale du Christ-Sauveur, incluant une déclaration à propos des Russes gay : « Гей-прайд отправлен в Сибирь в кандалах » (« La fierté gay est exilée et maintenue enchaînée en Sibérie »). Ces femmes protestaient contre les liens étroits de Poutine avec l’Église et ont été poursuivies pour hooliganisme au cours d’un procès largement médiatisé, et condamnées à deux ans de prison en vertu d’une loi contre l’incitation à la haine fondée sur la religion. Un autre événement qui a attiré l’attention des Russes comme du reste du monde a été l’interdiction de la « propagande en faveur des relations non traditionnelles » (c’est-à-dire l’information concernant l’homosexualité) auprès des mineur.e.s, adoptée en 2013. Des militant.e.s des droits humains ont confronté les Russes à la veille des Jeux olympiques de Sotchi, qui étaient censés donner en spectacle l’importance renouvelée de la Russie dans le monde. La même année, dans l’Ukraine voisine, des manifestations ont atteint leur point culminant à la suite de la décision du président Ianoukovitch de retarder la signature d’un accord avec l’UE, tout en flirtant avec l’idée de liens plus étroits avec la Russie. La population ukrainienne s’est retrouvée face à un choix : l’Europe ou la Russie. La propagande russe – même sur les principales chaînes de télévision nationales – a constamment désigné l’Europe décadente comme « Gayrope » au long de cette crise et joué sur des mots qui riment en disant que la route vers l’Europe passait par le cul (« v Evropu cherez zhopu »). Cette phrase a été présentée conjointement à des drapeaux arc-en-ciel, dans une revue de presse anti-ukrainienne de l’émission « Les actualités de la semaine » de Dmitry Kiselev. Ce dernier, loin d’être une figure marginale, a ensuite rapidement été nommé à la tête de tous les médias russes lorsque ceux-ci ont été regroupés au sein d’une même organisation. Un autre moment fort d’hostilité envers l’Europe en rapport avec le genre a été l’Eurovision 2014, lorsque les sœurs Tolmachev, dépeintes comme de pures et innocentes jeunes filles russes venues de province, ont perdu contre Conchita Wurst, la chanteuse autrichienne qui s’est présentée barbue et vêtue d’une robe. La télévision russe assurant la couverture de l’événement en direct a exprimé le choc officiel partagé par tous avec cette remarque du maître de cérémonie russe : « Cette victoire est un diagnostic. C’est l’enterrement de l’UE, un requiem pour l’Europe » (Fomenko, 2014). Le mot « apocalypse » a été fréquemment prononcé. Dans tous ces cas, les peurs liées au genre sont projetées sur l’Europe, tandis que la Russie reste prétendument à la fois hétérosexuelle et respectueuse des normes de genre « traditionnelles » (Healey, 2001).

8Le discours qui émane du gouvernement et du parti au pouvoir, Russie unie, répète cette distinction entre la Russie et l’Europe en termes de sexualité. Dans la rubrique « Principes » du site internet du projet « Set » (Réseau), successeur du mouvement de jeunesse pro-Poutine, Nachi, le premier principe, le « principe moral », débute par ces mots : « Nous sommes contre les mariages des couples de même sexe. Les familles mono-sexe produisent des enfants mono-sexe (Project Network, 2014). » Si on laisse de côté l’étrange logique de ce terme, comment se fait-il qu’il s’agisse du premier principe et de la première phrase pour définir la moralité russe ? La moralité russe est définie par ce qu’elle n’est pas, c’est-à-dire l’Europe. Il s’agit d’une autodéfinition occidentaliste typique, qui s’établit à travers une projection sur l’Autre occidental.

9De la même façon, le ministère de la Culture résume ainsi sa définition de la Russie : « La Russie doit être considérée comme une civilisation unique et distincte, qui ne peut être réduite ni à “l’Ouest” (l’Europe) ni à “l’Est”. Cette posture peut être résumée par la thèse suivante “la Russie n’est pas l’Europe” » (ministère de la Culture, 2014). Parmi les traits qui distinguent l’Europe de la Russie, deux sont liés au genre et à la sexualité : l’Ouest valorise l’individualisme « agressif » (les gens exigent des droits pour tout ce que l’individu veut ou choisit, y compris la sexualité), tandis que la Russie repose sur une identité collective. L’Ouest promeut le multiculturalisme et la tolérance, tandis que la Russie les considère comme étrangers et hostiles à la culture russe : les valeurs morales se fondent sur les valeurs communes de la majorité. D’où la revendication par la Russie d’une « souveraineté sexuelle » (Baunov, 2013) ou « souveraineté morale » (Wilkinson, 2014).

10De même, la tolérance et le multiculturalisme de l’Ouest (parfois désignés par le terme tolerasty, pour rimer avec pédérastie) sont vivement dénoncés lorsqu’ils font référence à la morale sexuelle. La suggestion du ministère de la Culture invite à rejeter les principes du multiculturalisme et de la tolérance, et cite un discours dans lequel Poutine évoque la longue tradition russe de vie collective organique en harmonie avec d’autres cultures, par opposition à « la soi-disant tolérance, asexuée et stérile » (Ministry of Culture of the Russian Federation, 2014). L’intolérance raciale, nationale et religieuse est condamnée, alors que rien ne s’oppose à « l’intolérance contre des phénomènes sociaux qui sont étrangers et dangereux pour la société russe et ses valeurs ». Bien que l’orientation sexuelle et l’homosexualité ne soient jamais mentionnées explicitement, il est assez clair que c’est ce que Poutine et les autres entendent par « tolérance asexuée et stérile de phénomènes étrangers et dangereux pour la société russe » (Ministry of Culture of the Russian Federation, 2014).

Le discours sur l’« idéologie du genre » en Russie

11Compte tenu de la position d’État officielle exposée ci-dessus, il n’est pas étonnant que les personnes susceptibles de défendre l’égalité de genre ou les droits LGBT soient de plus en plus marginalisées et considérées comme « autres », au mieux étrangères aux « valeurs traditionnelles » de la Russie, au pire des agents de l’étranger ou une cinquième colonne. Une recherche Google pour « idéologie du genre » en russe ne donnait que peu de résultats jusqu’à récemment et l’on trouve presque toujours ces termes au sein de descriptions de la société européenne plutôt que russe. Pourtant, l’importance relativement nouvelle (depuis 2012) du sexe et du genre dans la définition de la Russie comme porte-drapeau des « valeurs traditionnelles » et cheffe de file d’une proposition alternative aux démocraties libérales occidentales et européennes sur la scène mondiale signifie que ce pays s’adresse de plus en plus, dans la langue de l’« idéologie du genre », aux traditionalistes en Europe (catholiques tout comme orthodoxes), c’est-à-dire à celles et ceux qui utilisent le genre comme « colle symbolique ». Mais contrairement à de nombreux.ses catholiques, les acteurs russes assument très ouvertement leur opposition à l’« idéologie du genre » au nom des valeurs de l’ÉOR.

12En Europe, l’expression « idéologie du genre » est principalement utilisée par les forces anti-genre comme une tactique basée sur la peur. La Russie pourrait être l’un des rares endroits où l’expression « idéologie du genre » a été utilisée de façon neutre par de véritables chercheur.se.s spécialistes du genre, en particulier pendant les premiers temps des études de genre, c’est-à-dire, pour les Russes, les années 1990 et le début des années 2000. Un manuel intitulé Introduction aux études de genre publié en 2000 contient un chapitre entier sur « L’idéologie du genre en Russie soviétique » (Kostikova, 2000). Une chercheuse russophone de Kharkov, spécialiste du genre, a rédigé une entrée intitulée « Idéologie du genre » pour le Dictionnaire des termes du genre de 2002 (Khrisanova, 2002). Par ailleurs, dans ses ouvrages portant sur l’ONU et sur la conférence de Beijing, Khrisanova donne un sens positif à l’« idéologie du genre » (Livre 1 : L’ONU et les origines de la naissance des principes du genre ; Khrisanova, 2001 a). L’ouvrage révèle le rôle positif de l’ONU dans le processus de formation de l’idéologie moderne du genre. Dans le Livre 2 : la 4e conférence de Pékin et l’idéologie du genre (Khrisanova, 2001 b), elle expose le rôle et l’importance, du point de vue social, que la quatrième conférence mondiale sur les femmes (organisée à Beijing en 1995) a eus dans la naissance de l’idée moderne de genre et de l’idéologie du genre. Plus récemment, en 2006, d’éminentes chercheuses sur le genre de l’Université européenne de Saint-Pétersbourg ont analysé les différentes « idéologies du genre » qui sous-tendent les politiques familiales de Mikhaïl Gorbatchev et de Vladimir Poutine (Rotkirch, Temtkina & Zdravomyslova, 2006).

13Néanmoins, l’« idéologie du genre » (гендерная идеология) est apparue dans le discours russe au cours des dernières années pour décrire les problèmes de l’Ouest décadent. Dans leur campagne occidentaliste visant à distinguer les « valeurs traditionnelles » de Russie de celles de l’Europe, les acteurs anti-genre russes ont trouvé une cause commune à défendre avec les détracteurs de l’« idéologie du genre » en Europe. Des journalistes, des hommes et des femmes politiques, des militant.e.s et des universitaires décrivent la menace de l’« idéologie du genre » – mais seulement en tant que symptôme du déclin de l’Europe et non comme un danger pour la Russie, sauf peut-être pour un petit pourcentage de la population : les homosexuel.le.s et les opposant.e.s politiques.

14La mobilisation de ces discours passe par différents canaux : par les discussions théoriques, notamment à la faculté de sociologie de l’Université d’État de Moscou, par la politique, avec des intervenant.e.s à la Douma et à l’Assemblée législative de Saint-Pétersbourg, ainsi que par des organisations officielles comme l’Institut de la démocratie et de la coopération, basé à Paris, qui représente les intérêts de la Russie en Europe. En Russie, des journalistes, en particulier à la télévision, se spécialisent dans la représentation de l’Europe en train de s’enfoncer dans le déclin et le chaos. Parfois, la mobilisation passe par des organisations, dont la plus grande et la plus influente est le WCF. Celles-ci sont soutenues par l’État et l’Église orthodoxe et financées par des oligarques proches du cercle de Poutine. Les relations entre acteur.rice.s et organisations sont complexes et tou.te.s interagissent également avec des acteur.rice.s conservateur.rice.s occidentaux.ales, qui sont invité.e.s à des conférences en Russie ou en Europe pour construire des réseaux avec les Russes et entre eux.elles ou bien sont intégré.e.s à la propagande russe sur les questions liées au genre en Europe.

Homophobie universitaire : l’Université d’État de Moscou

15Contrairement à ce qui se passe en Europe, où les universités et les programmes d’études de genre se défendent contre les attaques visant l’« idéologie du genre », en Russie, l’establishment universitaire est une des principales sources du discours anti-genre. Des revues de l’Académie russe des sciences ont publié plusieurs articles écrits par des académiciens en soutien à l’homophobie d’État russe (Bozhkov & Protasenko, 2012 ; D’iachenko & Pozdniakova, 2013 ; Shchelkin, 2013). La faculté de sociologie de l’Université d’État de Moscou abrite plusieurs éminent.e.s chercheur.se.s pro-« famille traditionnelle » et les psychologues de cette institution ont contribué à définir la « propagande en faveur de la sexualité non traditionnelle » (« Experts Clarify Exactly What Exactly Anti-gay Law Bans, Kind of », 2014). L’un.e des principaux.ales idéologues de la tentative russe de rétablir un monde bipolaire est Alexander Dugin, décrit à l’époque de l’invasion de la Crimée comme le « cerveau de Poutine » (Barbashin & Thoburn, 2014). Dugin promeut le néo-eurasianisme : la civilisation eurasienne est une civilisation terrestre, collective et traditionnelle, par opposition à la civilisation atlantique, maritime, qui met l’accent sur les droits et les libertés individuelles qui comprennent le capitalisme (Tolstoy & McCaffery, 2015). Dugin dirigeait le département de sociologie des relations internationales à la faculté de sociologie de l’Université d’État de Moscou, jusqu’à ce qu’il soit relevé de ses fonctions pour avoir dit que la bonne façon de régler la question de l’Ukraine était de « tuer, tuer, tuer » (« Философ Дугин лишился должности профессора МГУ после призывов “убивать” украинцев » [Le philosophe Dugin perd son statut de professeur de l’UEM après son appel à « tuer » des Ukrainiens], 2014). Avant cela, il avait donné un cours magistral sur la sociologie du genre à la faculté de sociologie (connue pour son conservatisme social) durant le semestre d’automne 2013 (Dugin, 2013). Dugin a commencé ce cours en disant que le genre était le centre de l’attention dans la société et les débats politiques actuels et a donné l’exemple de la France, où selon lui, plusieurs millions de personnes se sont opposées au mariage homosexuel et des militant.e.s brandissaient des banderoles qui indiquaient « Nous connaissons le sexe, mais nous ne connaissons pas le genre » (le slogan avéré était « On veut du sexe, pas du genre »). Une grande partie du cours relève de la sociologie classique et Dugin y souligne les différences entre les sociétés prémodernes (archaïques et traditionnelles), modernes (l’Europe des Lumières) et post-modernes. Il affirme que la postmodernité est une invention de sociologues, un projet de libération qui cherche à remplacer le réel par le virtuel, qui conduit à la perte de l’unité de l’identité, à la fragmentation et à la transformation des identités (comme le fait de changer de sexe) au fil du temps.

16La séance finale du cours se penche sur la question de l’« idéologie du genre ». Elle s’intitule « La déconstruction et la reconstruction du genre. La différence entre l’acceptation du concept de genre (neutre) et son utilisation idéologique (libéralisme de gauche) » (Dugin, 2013, conférence 14).

Le genre comme construction sociale, dit Dugin, est un fait. Et les revendications de droits pour les homosexuel.le.s et les personnes trans se fondent là-dessus dans les sociétés modernes et libérales. Les opposant.e.s naïf.ve.s à ces droits à l’Ouest, tel.le.s que les millions de personnes qui ont soutenu La Manif pour tous, prétendent que le genre est naturel et réel, mais ils et elles ont tort du point de vue scientifique. (Ibid.)

L’argument de Dugin est que le genre est bien une construction sociale et qu’il existe un glissement, à l’Ouest, du déni holistique des droits individuels, LGBT ou fondés sur le genre, vers une attribution libérale de droits basés sur l’individualisme. Pourtant, selon Dugin, nul besoin d’évaluer ce glissement du holisme vers l’individualisme de façon positive – nous n’avons pas besoin de qualifier ce mouvement de moralement bon –, ce serait un jugement de valeur et non une affirmation scientifique. Du point de vue des valeurs traditionnelles, de la religion, des sociétés prémodernes, ce changement peut être considéré comme un pas vers l’abîme. Nous pouvons reconnaître cette idéologie libérale sans en accepter la valeur morale ou éthique. Toutefois, Dugin souligne qu’on ne peut pas jouer sur les deux tableaux : si on accepte les arguments fondés sur l’octroi de droits individuels comme intrinsèquement bons, il faut accepter tout ce qui va avec, y compris les droits des personnes trans et l’adoption par les couples gay.

17Selon Dugin, pour s’opposer au LGBT (il n’utilise que l’acronyme), on ne peut pas rester dans les limites du cadre du libéralisme occidental, il faut mener une révolution anti-occidentale, antilibérale, anti-progressiste, anti-moderniste. Il faut faire une croix sur la modernité tout entière. Il souligne que ce sera très difficile à réaliser à l’Ouest, où l’on voit aujourd’hui l’humanité occidentale se décomposer et disparaître sous nos yeux. Mais, à le suivre, c’est cela ou le LGBT. Ce sera plus facile pour la Russie, car le système libéral moderne y est très superficiel. Il n’existe pas de masse critique – seulement une mince partie des médias, du système éducatif, mais certainement pas du gouvernement. Il suffit d’arracher cette élite anti-russe, anti-nationaliste, anti-Russie à la racine et d’affirmer une identité sociale propre. Mais c’est difficile, parce que l’idée de progrès s’est implantée. Le progrès ne peut aller que vers l’adoption (des couples de même sexe) et le LGBT ; il faut revoir ces principes et revenir aux normes prémodernes, orthodoxes. L’argumentation de Dugin présume que la totalité de son auditoire est d’accord avec sa position, et c’est peut-être le cas. Il n’a jamais besoin d’expliquer exactement ce qu’il y a de si atroce dans l’adoption par des couples de même sexe, il s’en sert simplement comme un mot de code pour décrire le pire avenir imaginable. Il en est de même pour le LGBT, qui n’est jamais défini.

  • 1  L’apparition d’un « expert » américain discrédité rappelle la visite de Judith Reisman en Croatie (...)

18La faculté de sociologie de l’Université d’État de Moscou, où enseignait Dugin, a parrainé divers événements homophobes. En 2008, le département d’histoire et de théorie de la sociologie a organisé une table ronde intitulée « Normes sociales ou anomalies sociales » dont l’invité d’honneur était Paul Cameron, qui s’est exprimé sur le thème « Homosexualité et problèmes démographiques ». Cameron est complètement discrédité aux États-Unis, il a été expulsé de l’American Psychological Association et censuré par l’American Sociological Association. Mais il a été invité par l’Université d’État de Moscou et acclamé en tant qu’expert1. Le panel comprenait également Anatoli Antonov, président du département de sociologie de la famille de la même université, qui est connu pour son travail démographique sur les familles russes et a cofondé le WCF avec l’Américain Allan Carlson en 1995.

19Alexei Komov est un autre idéologue de poids qui fait le lien entre le WCF et la faculté de sociologie de l’Université d’État de Moscou. Komov se décrit lui-même comme l’ambassadeur du WCF à l’ONU et rédige actuellement une thèse sous la direction d’Antonov. C’est Komov qui avait lancé le huitième WCF, qui devait se tenir à Moscou en septembre 2014. En tant que représentant russe le plus visible du Congress en dehors de Russie, Komov fait souvent des apparitions en Europe, où il rencontre des militant.e.s anti-genre et anti-LGBT et lance des attaques contre l’« idéologie du genre ». Lors du congrès de la Lega Nord à Turin en 2013, par exemple, Komov a expliqué à la foule enthousiaste que les Russes étaient contre le mariage des couples de même sexe et qu’ils et elles venaient d’adopter la loi contre la « propagande de l’homosexualité ». Il a invité tout le monde à la réunion de 2014 au Kremlin, une réunion « pour ceux qui partagent nos valeurs selon lesquelles chaque enfant a droit à un père et une mère (immense acclamation) » (Komov, 2013). En mars 2015, Komov était en Sicile pour deux conférences et a expliqué en italien pourquoi les Russes occupaient une position unique pour combattre l’« idéologie du genre » : « Nous, qui avons vécu le communisme, avons enduré soixante-dix ans de persécution, nous voulons aujourd’hui aider nos frères et nos sœurs de l’Ouest à défendre les valeurs familiales traditionnelles. Cette bataille spirituelle est importante pour l’avenir de l’humanité » (Komov, 2015 b). Komov cherche clairement à lier « l’idéologie du genre » et le communisme comme système idéologique totalitaire aux conséquences dangereuses ; or, qui est mieux placé qu’un Russe pour expliquer ces dangers à l’Ouest ?

20Komov énonce cette théorie plus en détail dans une interview pour le site orthodoxe pravoslavie.ru intitulée « Élites mondiales, néo-marxisme et idéologie du genre » (Komov, 2013 a). Une fois la guerre froide terminée, les élites mondiales ont eu la main libre pour étendre leur projet au monde entier. Diverses idées révolutionnaires ont des racines néomarxistes remontant à l’école de Francfort (Marcuse, Adorno, Horkheimer, Fromm), qui a combiné Marx avec Freud et produit les révolutions psychédéliques et sexuelles des années 1960. Selon György Lukács, la meilleure façon de détruire l’ordre bourgeois était d’introduire l’éducation sexuelle dans les écoles. Au lieu de lutter dans la rue, ces élites ont entamé à la suite de Gramsci un long parcours à travers les institutions, prenant le contrôle d’institutions hégémoniques comme le cinéma, la télévision, les médias et les universités pour diffuser leurs idées et détruire la morale bourgeoise et les normes chrétiennes.

21Si l’« idéologie du genre » est utilisée par les forces conservatrices pour s’opposer aux droits LGBT et à l’avortement en Europe, pour Komov, du point de vue russe, elle joue un rôle encore plus important en tant que substitut de la stratégie géopolitique de l’Ouest, qui s’exerce en premier lieu contre la Russie. Le discours de Komov au congrès mondial du peuple russe (Всемирный Русский Народный Собор) était intitulé « L’idéologie du genre comme instrument géopolitique » (Komov, 2014). Bien qu’« idéologie du genre » figure dans le titre, Komov ne prononce pas cette formule dans son court discours. À la place, il évoque LMPT, Proposition 8, les élites financières, la censure des opinions traditionnelles dans les médias, l’école de Francfort, Gramsci, l’éducation sexuelle et les soulèvements populaires soutenus par les États-Unis et se servant des réseaux sociaux en Serbie, en Ukraine, en Géorgie et pendant le Printemps arabe. Dans le même temps, il parle de créer un réseau avec les groupes qui ont des idées similaires à l’Ouest et fait la promotion du film Sodom, qu’il dit avoir été traduit dans dix langues et être destiné à une large diffusion dans le monde entier. Sodom est un outil de propagande idéal pour intervenir dans la géopolitique et créer de la « colle symbolique » (voir la partie suivante). Komov a trouvé sa vocation grâce à l’ÉOR, par le biais de liens avec les archiprêtres Dmitri Smirnov et Maxim Obukhov, qui font partie comme lui de la commission patriarcale sur la famille.

Le World Congress of Families

22Le World Congress of Families est « l’organisation la plus grande et la plus influente engagée dans la politique anti-LGBT au niveau mondial » (Human Rights Campaign, 2014). La Human Rights Campaign (HRC), dans son rapport, la qualifie d’« organisation américaine d’exportation de la haine », mais elle a été cofondée par des Américain.e.s et des Russes et, bien qu’elle compte toujours des participant.e.s américain.e.s et entretienne des liens institutionnels avec les organisations étasuniennes Focus on the Family, Alliance Defending Freedom, l’American Family Association et le Family Research Council, la branche russe est devenue particulièrement active au cours des cinq dernières années, avec le soutien de l’ÉOR et du régime de Poutine. Deux rapports ont révélé le vaste réseau d’hommes et femmes politiques, de bailleurs de fonds et de militant.e.s se cachant derrière cette résurgence : « Le réseau russe du World Congress of Families » de Hannah Levintova, publié dans le magazine Mother Jones, et le rapport de la HRC, « Dévoilé : le World Congress of Families, une organisation américaine d’exportation de la haine » (Levintova, 2014 ; HRC, 2014). L’organisation du 8e Congrès mondial, qui devait se tenir à Moscou en septembre 2014, a été l’objet de nombreux efforts. L’annexion de la Crimée, la guerre dans l’est de l’Ukraine et les sanctions de l’Ouest contre certains des oligarques qui soutenaient la conférence ont conduit des participant.e.s de l’Ouest à se retirer, et le congrès a été officiellement annulé. Mais Komov lui-même reconnaît que la conférence a tout de même eu lieu et que le Forum international sur les familles nombreuses et le futur de l’humanité était, en réalité, le 8e WCF : « Officiellement, ce n’est pas le World Congress of Families, mais dans les faits, tous les gens qui voulaient venir y ont participé. » (Komov, 2015 a) Le forum a eu lieu à l’intérieur du Kremlin et en partie dans la cathédrale du Christ-Sauveur, avec le soutien manifeste tant de Poutine que de l’ÉOR. Les sponsors comprenaient Vladimir Iakounine, le PDG de la Compagnie des chemins de fer russes, qui a joué un rôle de premier plan dans les projets de construction de Sochi et dirige le Centre pour la gloire nationale (Центр национальной славы) et la fondation Saint-André le Premier Appelé (Фонд Андрея Первозванного). La femme de Iakounine, Natalia Iakounina, est à la tête d’une organisation caritative appelée la Sainteté de la maternité (Святость материнства). Un autre sponsor oligarque était Constantin Malofeev, qui a créé plusieurs fonds d’investissement, siège au bureau de la « Ligue pour un Internet sûr » et dirige la fondation caritative Saint-Basile-le-Grand (Благотворительный фонд Святителя Василия Великого). Iakounine et Malofeev sont tous les deux sur la liste des personnes sanctionnées par l’Ouest.

23Parmi les invité.e.s à la conférence figuraient non seulement des militant.e.s anti-LGBT américain.e.s comme Brian Brown de la National Organization for Marriage et Scott Lively, que beaucoup considèrent comme la cheville ouvrière de la législation anti-gay ougandaise, mais aussi de nombreux.ses militant.e.s du mouvement contre l’« idéologie du genre » en Europe. L’organisation russe Shaltai boltai a divulgué en ligne certains documents associés à la conférence, dont une liste d’invité.e.s et de celles et ceux qui finançaient leur voyage (Feder & Armitage, 2014 ; Shaltai boltai, 2014). La liste comprend des représentant.e.s des pays suivants : Allemagne, Autriche, Biélorussie, Belgique, Croatie, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Moldavie, Monténégro, Pays-Bas, Pologne, Roumanie, République tchèque, Serbie, Slovaquie, Espagne et Ukraine, pour ne citer que les pays européens. Parmi les noms connus pour être liés au mouvement « anti-idéologie du genre » figurent Aymeric Chauprade du Front national, Elias Kuby (le fils de Gabriele Kuby) et le Croate Marijo Živković.

24Le document adopté à la fin de la conférence, « Un appel urgent aux nations du monde », ne mentionne pas l’« idéologie du genre », bien que la version russe dénonce « l’ingérence idéologisée et soutenue par l’État dans la vie privée des gens, dans une tentative d’imposer à la majorité les préférences sexuelles spécifiques de la minorité » (WCF, 2014). À la place, l’appel critique un phénomène qui est étroitement lié et auquel la projection russe de la déchéance de l’Europe consacre plus d’intérêt : le post-modernisme.

Nous observons avec regret la politique systémique menée par l’élite dirigeante dans les pays développés du monde afin de mettre en œuvre la « théorie de la société postmoderne » – en substance, une « société de consommation effrénée », une politique visant à créer une société d’individus qui sont absolument indifférents à l’avenir et qui se concentrent uniquement sur la satisfaction de leurs désirs égoïstes du moment.

Ce langage occidentaliste typique ressemble beaucoup à celui de Dugin.

25On retrouve un autre lien entre le Forum et les attaques européennes contre l’« idéologie du genre » dans un film de propagande savamment réalisé, dont la première a eu lieu pendant la conférence : Sodom (Mamontov, 2014). Réalisé par Arkady Mamontov, l’un des présentateurs les plus homophobes de la télévision russe qui avait déjà fait un « documentaire » visant à traîner les Pussy Riot dans la boue, le film décrit les horreurs de la vie gay aux États-Unis, en Europe et ailleurs, là où les politiques pro-gay font des ravages. Parmi les participant.e.s européen.ne.s, on trouve les Italien.ne.s Luca di Tolve, qui prétend avoir guéri du sida et de son homosexualité par la prière, et Barbara Bianchi, qui déclare que l’école que fréquente son enfant lui a envoyé des formulaires avec les mentions « parent 1 » et « parent 2 » au lieu de mère et père ; se trouvent aussi Evgeni Martens, qui a été incarcéré en Allemagne parce qu’il a refusé que sa fille suive des cours d’éducation sexuelle à l’école et Gabriele Kuby elle-même. Kuby critique Hillary Clinton pour avoir déclaré que les droits gay sont des droits humains et fustige également la promotion des droits gay à l’étranger par les États-Unis, soutenue selon elle par des élites milliardaires. Kuby est bien connue des partisan.e.s de la « famille traditionnelle » en Russie. De fait, le premier résultat d’une recherche sur l’« idéologie du genre » en russe est une traduction de son article de 2008, « Gender Mainstreaming—The Secret Revolution » (« Gender mainstreaming – La révolution secrète », Kuby, 2011).

26Un second « documentaire » mettant Komov en scène est sorti en juin 2015 et porte cette fois sur l’Europe : Politiques du genre en Europe : rien que les faits. Un film documentaire (Гендерная политика в Европе, только факты. Документальный фильм, Prokopenko, 2015). Ce « documentaire » occidentalisant se concentre sur le genre et la sexualité et sur les horreurs que les politiques européennes du genre infligent aux citoyen.ne.s hétérosexuel.le.s. Dans toute l’Europe, on donne aux enfants des livres qui représentent des parents de même sexe. Selon Komov, il s’agit d’un complot visant à désorienter et à isoler les gens pour mieux les contrôler. Les enfants ne seraient pas élevés comme des êtres masculins ou féminins, mais comme des êtres neutres. Tout aurait commencé avec la « théorie du genre » venue des États-Unis, qui soutient que le sexe ne dépend pas de comment on est né, mais de comment on est élevé. Ces problèmes découleraient de la conférence de Beijing en 1995. Komov présente enfin son argument favori, selon lequel il n’y a pas de démocratie en Europe, ce qui a été prouvé lorsque des millions de personnes sont descendues dans la rue pour LMPT contre le mariage et l’adoption des couples de même sexe, mais que leurs souhaits ont été ignorés par le gouvernement. Ce second documentaire, bien qu’il se concentre sur l’Europe et porte le titre de Politiques du genre, semble s’adresser exclusivement à un public russe. Il mêle des thèmes spécifiques au contexte russe (la justice pour mineurs, les orphelinats, le complexe d’infériorité vis-à-vis de l’Europe) et n’est pas traduit ni promu auprès d’un public international. Il démontre en revanche comment la vision occidentaliste du spectre de la « théorie du genre » et de ses excès en Europe peut être utilisée pour rallier des soutiens à la Russie et lutter contre l’Europe.

Les politicien.ne.s, la constitution de réseaux politiques et l’Église orthodoxe russe

27L’idéologie anti-genre et anti-LGBT n’est pas circonscrite au monde universitaire, à la propagande médiatique et aux projections occidentalisantes sur l’étranger. Des hommes et des femmes politiques ont promulgué des lois restreignant les droits des personnes LGBT en Russie et on estime que l’homophobie d’État encourage l’homophobie et la violence sociale. Le plus célèbre défenseur des lois homophobes russes est Vitaly Milonov, membre de l’Assemblée législative de Saint-Pétersbourg. Il y a été le fer de lance du processus d’adoption de la loi anti-propagande. Celle-ci avait été adoptée auparavant dans plusieurs villes russes, mais c’est la campagne visant à faire passer la loi dans la deuxième capitale russe entre novembre 2011 et mars 2012 qui a provoqué la plus grande vague d’indignation internationale. Cette loi interdisait « la propagande de la sodomie, du lesbianisme, du bisexualisme et du transgenrisme auprès des mineurs ». Milonov a également menacé d’intenter des procès à Madonna et à Lady Gaga, entre autres coups médiatiques.

28Au niveau fédéral, la loi contre la « propagande homosexuelle » a été présentée par Elena Mizulina, présidente de la commission chargée des affaires familiales, des femmes et des enfants de la Douma. La loi fédérale, adoptée en juin 2013, était rédigée de façon plus vague que la première proposition. Elle interdisait la « propagande en faveur des relations sexuelles non traditionnelles ». La collègue de Mizulina, Olga Batalina, a pour sa part introduit la « loi des bâtards » ou « loi Dima Yakovlev », qui restreint les possibilités d’adopter des orphelin.e.s russes dans les pays qui autorisent le mariage des couples de même sexe (cette loi a été mise en place en réponse à la liste Magnitsky des États-Unis, qui sanctionnait un petit nombre de politicien.ne.s russes, bien que le lien soit difficile à saisir).

  • 2  François Legrier (Mouvement catholique des familles), Hugues Revel (Catholiques en campagne), Odil (...)

29En juin 2013, Mizulina a invité cinq militant.e.s catholiques français.e.s à exposer les dangers du mariage gay devant la Douma2. Leur visite a été financée par la fondation Saint-Basile-le-Grand de Constantin Malofeev. Aymeric Chauprade y a fait l’éloge du patriarche pour avoir été touché par LMPT et Fabrice Sorlin y a exprimé l’espoir que « la Russie, qui avait sauvé l’Europe de la destruction à plusieurs reprises par le passé, soit capable de sauver la civilisation européenne du “suicide” » (Sokolova, 2013). En juillet de la même année, Mizulina et Batalina se sont rendues à Paris, à l’Institut de la démocratie et de la coopération, dirigé par Natalia Narochnitskaïa, pour assister à une conférence sur « La défense de la famille et des droits de l’enfant : une lutte commune en Russie et en Europe » (2013). Visiblement, des soutiens de LMPT demandaient à la Russie de sauver la démocratie française : des manifestant.e.s se tenaient devant l’ambassade de Russie à Paris avec des drapeaux de LMPT et une pancarte sur laquelle on pouvait lire : « S.O.S. Russie : la démocratie française est en danger ! » (Gofman, 2013).

30Narochnitskaïa, Mizulina, et Batalina ont fait plus tard une apparition lors d’un rassemblement à Leipzig en novembre 2013. Celui-ci était sponsorisé par la revue de droite de Jürgen Elsässer, Compact, créée « pour contrer la propagande anti-Russie et anti-Poutine » (Compact, 2014). Cette rencontre s’intitulait « Pour l’avenir de la famille : les nations européennes sont-elles menacées de disparition ? » (Lichert, 2013). Der Spiegel l’a qualifiée de « festival allemand pour les homophobes et les populistes » (Langer, 2013). Diverses personnalités d’extrême droite étaient présentes et un solide groupe de manifestant.e.s, pour la plupart des antifascistes allemand.e.s, est venu perturber la rencontre. En Russie, les membres de ce groupe ont tou.te.s été décrit.e.s comme des militant.e.s LGBT violent.e.s. Wanja Kilber, un Russe gay vivant à Berlin, a effectivement interrompu Mizulina avec un drapeau arc-en-ciel et de la peinture rouge sur les mains en disant qu’elle avait le sang de victimes LGBT sur ses mains, mais il a été évacué et Mizulina a pu continuer son discours. Narochnitskaïa a pourtant, déploré la violence des gays politisés de l’Ouest, agressifs et violents (« Скандальная конференция в Лейпциге, на которой ‘избили’ депутатов, готовилась в России » [La conférence scandaleuse de Leipzig, où des députés ont été « battus », était organisée depuis la Russie], 2013).

31Une autre rencontre, tenue secrète, a eu lieu à Vienne en juin 2014 ; elle était financée par Constantin Malofeev (Odehnal, 2014). Il a été rendu hommage à des politicien.ne.s européen.ne.s de droite tels que Heinz-Christian Strache (du parti d’extrême droite autrichien FPÖ) et Marion Maréchal-Le Pen (Front national) au palais Liechtenstein à Vienne, où Ilya Glazunov et Alexander Dugin figuraient parmi les invités d’honneur. Le lobby gay et les dangers du libéralisme européen faisaient partie des sujets de discussion.

32D’autres militant.e.s et politiques français.es se sont rendu.e.s en Russie. Marine Le Pen était dans le pays en 2013, où elle a donné une conférence à l’Institut d’État des relations internationales de Moscou, au cours de laquelle elle a parlé de la « théorie du genre » (Le Pen, 2013). Selon elle, l’UE « nous impose la théorie du genre, impose le mariage des couples de même sexe, et l’adoption par ces couples ». En outre, la « théorie du genre » venue des États-Unis serait arrivée en Europe et on devrait à présent expliquer aux enfants qu’ils n’ont pas de sexe, que tout est unisexe et que leur père peut porter une robe. Un an après la visite de la délégation française à la Douma en 2013, une deuxième délégation de catholiques français associés à LMPT a été invitée à Moscou par le patriarcat de l’ÉOR (Poujol, 2014). Les médias russes ont souligné que les délégué.e.s considéraient la Russie comme « l’un des rares pays du monde chrétien qui a[vait] annoncé, au niveau de l’État et de la société, qu’elle allait défendre les lois naturelles du développement de la personnalité humaine » (Riabykh, 2014).

33Ce ne sont pas uniquement les personnes, mais aussi les informations et les symboles qui circulent puis reviennent en Russie, comme le montrent deux incidents de l’été 2015. Après que la Cour suprême des États-Unis a invalidé l’interdiction du mariage des couples de même sexe et alors que Facebook était inondé de drapeaux arc-en-ciel, un graphiste russe a créé un outil permettant aux Russes de superposer le drapeau russe à leur photo de profil (Seddon, 2015). Le même été, les Russes du parti de Poutine, Russie unie, ont décidé d’organiser une célébration du mariage hétérosexuel sous la forme d’une marche des hétérosexuel.le.s au cours d’une journée de célébration de la famille traditionnelle. Le dirigeant moscovite de Russie unie, Alexeï Lisovenko, a affirmé que LMPT leur avait accordé la permission d’utiliser leur drapeau, auquel ils ont ajouté un enfant de plus et le mot-dièse #НастоящаяСемья (#VraieFamille). Lisovenko a ainsi expliqué cette action : « C’est notre réponse au mariage des couples de même sexe, à cette parodie du concept de famille. Nous devons prendre conscience de la fièvre gay dans notre pays et défendre les valeurs traditionnelles » (Ivushkina, 2015). Buzzfeed a découvert qu’ils n’avaient jamais obtenu cette permission. Un porte-parole de LMPT a déclaré qu’ils n’accepteraient jamais de s’associer à un parti politique, insistant sur leur « désaccord avec la façon dont ils utilisent [leur] drapeau » (Armitage & Senecot, 2015).

34Bien qu’il y ait eu en Russie des opposant.e.s aux droits LGBT et liés au genre qui étaient ostensiblement laïc.que.s et avaient des motivations politiques, la plupart des partisan.e.s les plus actif.ve.s de l’idéologie anti-genre et anti-LGBT sont directement lié.e.s à l’ÉOR. L’ÉOR a intensifié ses actions de lobbying sur la scène internationale et a de plus en plus coopéré avec le Vatican contre les droits LGBT. En 2011, après une rencontre avec le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétien.ne.s, le patriarche Cyrille a déclaré :

l’Église orthodoxe russe et l’Église catholique romaine peuvent dès à présent interagir étroitement dans les domaines où leurs positions coïncident, tels que la protection des valeurs chrétiennes traditionnelles en Europe... [qui] peuvent servir de base pour le développement ultérieur d’une coopération utilisant les plateformes fournies par les organisations internationales : les Nations unies, l’OSCE, les organes de l’UE » (Sozaev, 2012, p. 11).

L’ÉOR a réussi à faire pression pour que les « valeurs traditionnelles » soient intégrées aux discussions sur les droits humains menées au Conseil des droits de l’homme de l’ONU (Sozaev, 2012, p. 12). Le patriarche Cyrille est même allé jusqu’à accuser les défenseur.se.s des droits humains d’« hérésie globale d’anthropolâtrie » (человекопоклонничество), puisqu’ils.elles placent les droits humains au-dessus la volonté divine. (« Патриарх Кирилл призвал к защите веры от “глобальной ереси человекопоклонничества” » [Le patriarche Cyrille a appelé à la protection de la foi contre « l’hérésie mondiale de l’humanisme »], 2016) La coopération entre l’ÉOR et le Vatican a abouti à la rencontre entre le patriarche Cyrille et le pape François en février 2016, à La Havane, et à l’adoption d’une résolution commune, dont l’un des points principaux était la défense du mariage contre sa comparaison avec les unions de couples de même sexe (« Joint Declaration of Pope Francis and Patriarch Kirill of Moscow and All Russia », 2016).

*

  • 3  Parmi les conservateur.rice.s étasunien.ne.s qui ont applaudi la loi russe contre la « propagande (...)
  • 4  Plusieurs ONG de promotion des droits LGBT en Russie ont été obligées de se déclarer en tant qu’«  (...)

35En Russie, le gouvernement, le parti au pouvoir, les oligarques, l’Église d’État, les établissements d’enseignement et de recherche de l’État et les médias parlent tous d’une seule voix. Il n’y a ni dialogue, ni tentative de dissimuler les sources de l’idéologie anti-genre. Les militant.e.s russes recyclent la propagande anti-genre venue d’Europe et trouvent un terrain d’entente avec le Vatican, les partis et les militant.e.s de droite dans l’UE et aux États-Unis. La loi contre la propagande en faveur des sexualités non traditionnelles bâillonne les voix pro-égalité et pro-LGBT russes et la Russie se présente comme la défenseuse des valeurs européennes, y compris de la démocratie, en marginalisant les revendications des militant.e.s pour les droits humains et en les contestant devant l’ONU. Les forces anti-genre en Europe et aux États-Unis acclament la position de la Russie comme sauvant la civilisation européenne du suicide3. La position anti-genre ne s’accorde que trop bien avec l’occidentalisme et l’exceptionnalisme russes, ainsi qu’avec les ambitions géopolitiques de la Russie : devenir le chef de file mondial des « valeurs traditionnelles ». Toute opposition aux « valeurs traditionnelles » en Russie peut être qualifiée de position anti-Russe et tout soutien aux personnes étiquetées « non traditionnelles » sera également considéré comme une ingérence dans les affaires russes et une tentative de saper la souveraineté en matière de sexualité de la Russie4. Cette situation n’est pas près de changer et l’influence mondiale de la Russie continuera d’englober le soutien – moral, politique et financier – au militantisme anti-genre en Europe et ailleurs.

Bibliographie

Armitage Suzie & Senecot Adrien (2015), « Russia Now Has a Flag to Celebrate “Real Families” and Warn against “Gay-fever” », Buzzfeed, 8 juillet, en ligne : www.buzzfeed.com/susiearmitage/russia-now-has-a-flag-to-celebrate-real-families-and-warn-ag#.pcBoJDYEo (septembre 2018).

Barbashin Anton & Thoburn Hannah (2014), « Putin’s Brain: Alexander Dugin and the Philosophy Behind Putin’s Invasion of Crimea », Foreign Affairs, 21 mars, en ligne : www.foreignaffairs.com/articles/russia-fsu/2014-03-31/putins-brain (septembre 2018).

Baunov Alexander (2013), « Сексуальный суверенитет родины как новая внешняя политика России », Slon, 21 août, en ligne : http://slon.ru/world/novaya_vneshnyaya_politika-980570.xhtml (septembre 2018).

Bozhkov Oleg B. & Protasenko Tatiana Z. (2012), « Однополые браки – сюжет, который навязывается обществу: Кому это надо? », Социологический журнал, nº 2, p. 156–169, en ligne : http://jour.isras.ru/index.php/socjour/article/view/473 (septembre 2018).

« Скандальная конференция в Лейпциге, на которой ‘избили’ депутатов, готовилась в России » (2013), Gay.ru, 25 novembre, en ligne : www.gay.ru/news/rainbow/2013/11/25-27606.htm.

Compact (2014), « Magazine Released to Counter Anti-Russian, Anti-Putin Propaganda », Facebook, 19 juin, en ligne : www.facebook.com/Compact.Magazin/posts/682725055109783 (septembre 2018).

D’iachenko Anatolii P. & Pozdniakova Margarita E. (2013), « О социальных предпосылках регулирования пропаганды гомосексуализма и иных сексуальных девиаций », Социологическая наука и социальная практика, nº 3, p. 109-123, en ligne : www.isras.ru/files/File/SNSP/3_2013/Dyachenko.pdf (septembre 2018).

Dugin Alexander (2013), « Курс профессора А.Г.Дугина “Социология гендера” МГУ Осенний семестр (14 lectures posted by Евразийский союз молодежи) », YouTube, en ligne : www.youtube.com/watch?v=QbeMJAaCM9M (septembre 2018).

« Experts Clarify Exactly What Exactly Anti-gay Law Bans, Kind of » (2014), Queerussia.info, 6 janvier, consulté le 9 avril 2016, cet article est archivé en ligne : https://web.archive.org/web/20170707005725/http://queerussia.info/2013/12/24/3311/ (septembre 2018).

Feder J. Lester & Armitage Suzie (2014), « Emails Show “Pro-family” Activists Feeding Contacts to Russian Nationalists », Buzzfeed, 8 décembre, en ligne : www.buzzfeed.com/lesterfeder/emails-show-pro-family-activists-feeding-contacts-to-russian#.olQ5rkJD5 (septembre 2018).

Fomenko Mikhail (2014), « Трэш-шапито ЧАСТЬ 2: Разрыв пуканов после финала Евровидения 2014 », YouTube, 11 mai, en ligne : www.youtube.com/watch?v=KSfHlrfxOe4 (septembre 2018).

Gessen Masha (2014), « Russia is Remaking Itself as the Leader of the Anti-western World », Washington Post, 30 mars, en ligne : www.washingtonpost.com/opinions/russia-is-remaking-itself-as-the-leader-of-the-anti-western-world/2014/03/30/8461f548-b681-11e3-8cc3-d4bf596577eb_story.html?utm_term=.a199dd297311 (septembre 2018).

Gessen Masha et al. (2015), « Panel Discussion: Who Is Afraid of Gayropa ? », The School of Abducted Europe, Biennale de Kiev, 9 octobre 2015, YouTube, en ligne : www.youtube.com/watch?v=kLMPB5D0wBI (septembre 2018).

Gofman Patrick (2013), « Devant l’ambassade russe à Paris », L’Écho Parisien, 30 mai, en ligne : http://parolesdemilitants.blogspot.com/2013/05/devant-lambassade-russe-paris.html (septembre 2018).

Healey Dan (2001), Homosexual Desire in Revolutionary Russia: The Regulation of Sexual and Gender Dissent, Chicago, University of Chicago Press

Human Rights Campaign (2014), « Exposed: The World Congress of Families. An American Organization Exporting Hate », en ligne : www.hrc.org/resources/entry/exposed-the-world-congress-of-families (septembre 2018).

Institute of Democracy and Cooperation (2013), « La défense de la famille et des droits de l’enfant : une lutte commune en Russie et en Europe, en ligne : www.egaliteetreconciliation.fr/Table-ronde-sur-la-famille-en-Russie-et-en-Europe-4-juillet-2013-18958.html (septembre 2018).

« Патриарх Кирилл призвал к защите веры от “глобальной ереси человекопоклонничества” » (2016), Interfax.ru, 20 mars, en ligne : www.interfax.ru/russia/499346 (septembre 2018).

Ivushkina Anna (2015), « В России разработали флаг натуралов », Известия, 8 juillet, en ligne : http://izvestia.ru/news/588533 (septembre 2018).

« Joint Declaration of Pope Francis and Patriarch Kirill of Moscow and All Russia » (2016), Vatican Radio, 2 février, en ligne : http://en.radiovaticana.va/news/2016/02/12/joint_declaration_of_pope_francis_and_patriarch_kirill/1208117 (septembre 2018).

Khrisanova Svetlana Fedorovna (2002), « Гендерная идеология », dans Словарь гендерных терминов. М: Восток-Запад, en ligne : www.owl.ru/gender/213.htm (septembre 2018).

Khrisanova Svetlana Fedorovna (2001 a), Книга 1 “ООН и истоки рождения гендерных принципов”, В серии « Драма Прекрасной Дамы: Парадоксы современного равенства мужчин и женщин. Гендерный подход к известной проблеме » (Livre 1 : L’ONU et les origines de la naissance des principes du genre), en ligne : www.owl.ru/content/library/books/p3063.shtml (septembre 2018).

Khrisanova Svetlana Fedorovna (2001 b), Книга 2 “IV Пекинская конференция и гендерная идеология” В серии “Драма Прекрасной Дамы: Парадоксы современного равенства мужчин и женщин. Гендерный подход к известной проблеме » (Livre 2 : la 4e conférence de Pékin et l’idéologie du genre), en ligne : https://web.archive.org/web/20160627040326/http://e-mereja.org/panna/ann_panna.html (septembre 2018).

Komanov Miloš (2013), « Dr. Paul Cameron – Tri prijetnje zapadnoj civilizaciji », PEV.com, 10 novembre, en ligne : http://pev.com.hr/dr-paul-cameron-tri-prijetnje-zapadnoj-civilizaciji/ (septembre 2018).

Komov Alexei (2015 a), « Плод веры. Посол Всемирного конгресса семей в ООН Алексей Комов », TV-Soyuz, 13 juillet, en ligne : http://tv-soyuz.ru/peredachi/plod-very-posol-vsemirnogo-kongressa-semey-v-oon-aleksey-komov-chast-2.

Komov Alexei (2015 b), « PAlingenesi – Alexei Komov », YouTube, en ligne : www.youtube.com/watch?v=5xVNJCmwLYU (septembre 2018).

Komov Alexei (2014), « Гендерная идеология как инструмент геополитики », Всемирный Русский Народный Собор, Ставропольский форум: Глобальные вызовы, русский отв, YouTube, 26-27 novembre, en ligne : www.youtube.com/watch?v=9hyEMonyuSk (septembre 2018).

Komov Alexei (2013), « Мировые элиты, неомарксизм, и гендерная идеология », (Entretien d’Anton Pospelov), Pravoslavie.ru, 5 septembre, en ligne : www.pravoslavie.ru/63855.html (septembre 2018).

Kostikova Irina Viktorovna (2000), Введение в гендерные исследования: Учеб. Пособие для студентов вузов [Introduction aux études de genre : manuel pour les étudiants], Moscou, MGU, « Глава 6. Гендерная идеология в советской России » [Chapitre 6. L’idéologie du genre en Russie soviétique], en ligne : http://pedlib.ru/Books/1/0384/1_0384-77.shtml.

Kováts Eszter & Põim Maari (dir.) (2015), Gender as Symbolic Glue: The Position and Role of Conservative and Far Right Parties in the Anti-Gender Mobilization in Europe, Bruxelles / Budapest, Foundation for European Progressive Studies / Friedrich-Ebert-Stiftung.

Kuby Gabriele (2011), « Призрак бродит по миру – гендерная идеология », Pravoslavie.ru, 24 mars, en ligne : www.pravoslavie.ru/jurnal/45514.htm (septembre 2018).

Kuby Gabriele (2010), « O fantomă bântuie lumea: ideologia “genului” », Familia ortodoxă, en ligne : www.familiaortodoxa.ro/2010/04/20/o-fantoma-bantuie-lumea-ideologia-%E2%80%9Egenului%E2%80%9D/ (septembre 2018).

Langer Annette (2013), « Right Wing Provocation: German and Russian Populists Meet », Spiegel Online International, 25 novembre, en ligne : www.spiegel.de/international/germany/a-german-jamboree-for-homophobes-and-populists-a-935494.html#ref=nl-international (septembre 2018).

Lega Nord (2013), « Congresso Federale Lega Nord 2013 – Ambasciatore Russo Nazione Unite Aleksey Komov », TouTube, en ligne : www.youtube.com/watch?v=DsgJtcNZZwQ (septembre 2018).

Le Pen Marine (2013), « Марин Ле Пен: гендерная теория навязывается Европе из США », Телестудия МГИМО, 20 août, YouTube, en ligne : www.youtube.com/watch?t=81&v=nbfRANKVE08 (septembre 2018).

Levintova Hannah (2014), « How US Evangelicals Helped Create Russia’s Anti-gay Movement », Mother Jones, 21 février, en ligne : www.motherjones.com/politics/2014/02/world-congress-families-russia-gay-rights (septembre 2018).

Lichert Andreas (2013), « Compakt-Konferenz in Leipzig – Erfahrungsbericht », Die Russlanddeutschen Konservativen, consulté le 16 janvier 2016, car article est archivé en ligne : https://web.archive.org/web/20160324091909/http://www.volksdeutsche-stimme.de/analyse/compakt_2013de.htm (septembre 2018).

Long Scott (2013), « Population Panic: Homophobia, Islamophobia, Anti-feminism, and the New Right-wing Politics of Birth », Paper Bird, 20 octobre, en ligne : http://paper-bird.net/2013/10/20/population-panic-homophobia-islamophobia-anti-feminism-and-the-new-right-wing-politics-of-birth/ (septembre 2018).

Mamontov Arkadii (2014), Sodom, en ligne : http://rutube.ru/video/484822fffa25f2b95883cfa0ff088f0e/.

Ministry of Culture of the Russian Federation (2014), « Материалы и предложения к проекту основ государственной культурной политики / The Foundations of State Cultural Policy: Materials and Recommendations », Izvestiia, 10 avril, en ligne : http://izvestia.ru/news/569016 (septembre 2018).

« Философ Дугин лишился должности профессора МГУ после призывов “убивать” украинцев » (2014), « Философ Дугин лишился должности профессора МГУ после призывов “убивать” украинцев », Newsru.com, 10 juin, en ligne : www.newsru.com/arch/russia/27jun2014/nodugin.html (septembre 2018).

Odehnal Bernhard (2014), « Gipfeltreffen mit Putins fünfter Kolonne », Tages Anzeiger, 3 juin, en ligne : www.tagesanzeiger.ch/ausland/europa/Gipfel treffen-mit-Putins-fuenfter-Kolonne/story/30542701 (septembre 2018).

Oko Dariusz (2013), « Гендерная революция », InoSMI, 12 mars, en ligne : http://inosmi.ru/world/20130312/206853289.html (septembre 2018).

Poujol René (2014), « Reçue à Moscou, la Manif pour tous en voie de poutinisation », L’Obs, 29 mars, en ligne : http://rue89.nouvelobs.com/2014/03/29/manif-tous-voie-poutinisation-251066 (septembre 2018).

Project Network / Проект сеть (2014), en ligne : http://проектсеть.рф (septembre 2018).

Prokopenko Igor (2015), « Гендерная политика в Европе, только факты. Документальный фильм. Территория заблуждений », RenTV, juin 2015, en ligne : www.youtube.com/watch?v=Dw26PS5pHB8 (septembre 2018).

Riabykh Igumen Filipp (2014), « В Европе становится небезопасно иметь моральные убеждения и высказывать их », Официальный сайт Московского патриархата, 28 mars, en ligne : www.patriarchia.ru/db/text/3613491.html (septembre 2018).

Rotkirch Anna, Temkina Anna & Zdravomyslova Elena (2006), « Кто поможет униженной домохозяйке? Комментарии к демографической речи Владимира Путина » (16 janvier 2016 ; la page n’est plus accessible).

« Russian Foreign Ministry Blasts British Embassy for Supporting LGBT Festival » (2016), « Russian Foreign Ministry Blasts British Embassy for Supporting LGBT Festival » The Moscow Times, 4 avril, en ligne : www.themoscowtimes.com/news/article/russian-foreign-ministry-blasts-british-embassy-for-supporting-lgbt-festival/564678.html (septembre 2018).

Shchelkin Aleksandr (2013), « Нетрадиционная сексуальность (опыт социоло-гического анализа) », Социологические исследования, nº 6, p. 132-141, en ligne : www.isras.ru/files/File/Socis/2013-6/Schelkin.pdf (septembre 2018).

Seddon Max (2015), « A Russian Man Created a Tool to Counter All the Pride Profile Pics on Facebook », Buzzfeed, 28 juin, en ligne : www.buzzfeed.com/maxseddon/facebooks-pride-flag-is-driving-some-russians-crazy#.hv24OQaM8 (septembre 2018).

Shaltai boltai (2014), « Черный Интернационал:Малофеев и Дугин », Leaked, 27 novembre, en ligne : https://b0ltai.wordpress.com/2014/11/27/черный-интернационалмалофеев-и-дуги/ (septembre 2018).

Sokolova Maria (2013), « Семья не традиция – семья жизнь », Парламентская газета, 20 juin, en ligne : www.pnp.ru/newspaper/detail/23183 (septembre 2018).

Sozaev Valerii (2012), « Russia in the 21st Century: A Culture War Caused by Traditionalist Re-vanchism », dans Russian LGBT Network (dir.), The Situation of Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender People in The Russian Federation (Last Three Months 2011-First Half 2012), Moscou, Moscow Helsinki Group, p. 6-18, en ligne : www.lgbtnet.org/sites/default/files/mhg_eng_bez_glossariya_0.pdf (septembre 2018).

Stella Francesca & Nartova Nadya (2015), « Sexual Citizenship, Nationalism and Biopolitics in Putin’s Russia », dans Francesca Stella et al. (dir.), Sexuality, Citizenship and Belonging: Trans-National and Intersectional Perspectives, Londres, Routledge, p. 17-36.

Stroop Christopher (2016), « A Right-Wing International? Russian Social Conservatism, the World Congress of Families, and the Global Culture Wars in Historical Context », The Public Eye / Political Research Associates, février, en ligne : www.politicalresearch.org/wp-content/uploads/2016/02/PE_Winter16_Stroop-1.pdf.

Tolstoy Andrey & McCaffery Edmund (2015), « Mind Games: Alexander Dugin and Russia’s War of Ideas », World Affairs, mars-avril, en ligne : www.worldaffairsjournal.org/article/mind-games-alexander-dugin-and-russia’s-war-ideas (septembre 2018).

Wilkinson Cai (2014), « Putting Traditional Values into Practice: The Rise and Contestation of Anti-homopropaganda Laws in Russia », Journal of Human Rights, nº 13, p. 363-379.

World Congress of Families – WCF (2014), « Воззвание Urgent Appeal », en ligne : http://cnsr.ru/press-tsentr/novosti-fonda/vozzvanie-/ (septembre 2018).

Notes

1  L’apparition d’un « expert » américain discrédité rappelle la visite de Judith Reisman en Croatie pour plaider contre l’éducation sexuelle (voir le chapitre sur la Croatie dans ce volume). À l’invitation de l’Église baptiste, Cameron s’est également rendu en Croatie pour plaider contre les droits gay à la veille du référendum contre le mariage (Komanović, 2013).

2  François Legrier (Mouvement catholique des familles), Hugues Revel (Catholiques en campagne), Odile Tequi (Alliance Vita), Fabrice Sorlin (Dies Irae), Aymeric Chauprade (à l’époque au Front national).

3  Parmi les conservateur.rice.s étasunien.ne.s qui ont applaudi la loi russe contre la « propagande homosexuelle », on trouve Alan Keyes, Scott Lively, Brian Brown, Larry Jacobs, Bryan Fischer, Franklin Graham et Patrick Buchanan.

4  Plusieurs ONG de promotion des droits LGBT en Russie ont été obligées de se déclarer en tant qu’« agents étrangers ». Le ministère des Affaires étrangères a critiqué l’ambassade britannique pour son soutien à un festival de films LGBT, qualifiant cette prise de position de « tentative de démolition des valeurs traditionnelles, morales et familiales de la Russie » (« Russian Foreign Ministry Blasts British Embassy for Supporting LGBT Festival », 2016).

Auteur

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search