Version classiqueVersion mobile

Campagnes anti-genre en Europe

 | 
Roman Kuhar
, 
David Paternotte

« Pire que le communisme et le nazisme réunis » : la guerre contre le genre en Pologne

Agnieszka Graff

Texte intégral

1Ce chapitre étudie la mobilisation contre le « genre » qui s’est développée dans toute la Pologne depuis 2012 et met en évidence à la fois ses spécificités locales et ses liens avec le contexte transnational. Comme nous le montrerons, même si l’« anti-genderisme » polonais fait partie d’une dynamique transnationale plus large (ce qui est resté longtemps invisible aux yeux de la plupart des partisan.e.s libéraux.ales du genre en Pologne), certains aspects de ce phénomène sont bel et bien ancrés localement (Korolczuk, 2014). Si les premiers signes de la nouvelle stratégie de la droite sont apparus dès 2012, la campagne a été officiellement inaugurée le 29 décembre 2013 par la Lettre pastorale de la Conférence des évêques, lue dans les paroisses polonaises. De nombreuses initiatives de la part de l’Église catholique et de groupes conservateurs ont suivi pour lutter contre l’éducation à et les lois sur l’égalité de genre, les droits sexuels et reproductifs, ainsi que l’utilisation même du terme « genre » dans les documents de politique publique et dans le débat public. Les militants anti-genre polonais affirment que leur but est de protéger la famille polonaise (en particulier les enfants) des féministes et du « lobby homosexuel », de défendre les valeurs culturelles polonaises authentiques (qui sont synonymes de valeurs catholiques) contre l’influence étrangère de l’Ouest corrompu et de l’UE libérale, censée avoir remplacé l’URSS en tant que « colonisateur » de la Pologne. Ils prennent notamment pour cible l’éducation sexuelle, la ratification de la convention d’Istanbul et plus largement les politiques d’égalité de genre.

2Dans la première partie de ce chapitre, nous présentons les étapes clés de la guerre polonaise contre le genre, ses principaux acteurs, ses cibles, ses stratégies et ses thématiques, tandis que la deuxième partie dresse un bilan critique des cadres explicatifs qui ont été produits jusqu’ici par les commentateurs et les universitaires libéraux. Nous soutenons que la guerre contre le genre ne procède pas d’une mauvaise compréhension du concept de genre, mais fait plutôt partie d’une mobilisation de droite plus large, au niveau local comme transnational. En Pologne, l’« anti-genderisme » s’est avéré remarquablement efficace sur le plan politique, puisqu’il a permis une alliance politique entre le nationalisme et le fondamentalisme religieux, contribuant ainsi à la victoire électorale de la droite en 2015.

3Selon nous, la vague actuelle de mobilisations anti-genre en Pologne n’est ni une répétition routinière du passé ni une simple vague conservatrice réactionnaire, mais constitue une nouvelle configuration idéologique et politique qui combine avec succès les échelles locale et transnationale et rend possible un mouvement de masse politiquement efficace. Au cours des dernières années, elle a réussi à mobiliser des centaines de personnes sur le terrain local, en faisant appel aux inquiétudes des parents concernant l’avenir de leur famille et de leurs enfants. Nous soutenons que le succès de la mobilisation anti-genre peut s’expliquer par l’habileté de ses dirigeant.e.s à invoquer la dignité des gens ordinaires et leur identité en tant que majorité opprimée. L’« anti-genderisme » se présente invariablement comme une tentative de défendre les valeurs indigènes authentiques contre les forces étrangères et les élites corrompues – un discours que nous interprétons comme une variante de l’appropriation par la droite du cadre anticolonial (Snochowska-Gonzalez, 2012 ; Graff & Korolczuk, 2015 ; Pető, 2015, p. 127).

4L’usage stratégique et la résonance culturelle de l’argument selon lequel le genre est une « idéologie totalitaire » peuvent, eux, être interprétés comme une particularité de l’Europe de l’Est. La déclaration suivante, faite en 2013 par l’évêque polonais Tadeusz Pieronek, illustre cette tendance à discréditer le genre en le rattachant explicitement aux véritables régimes totalitaires qui ont fait des millions de victimes dans la région : « L’idéologie du genre est pire que le communisme et le nazisme réunis » (Sierakowski, 2014 a). Alors que les transformations politiques controversées viennent de l’Ouest et sont présentées comme des impositions occidentales, le « genderisme » (un mot utilisé de manière interchangeable avec le genre) est vu comme un vaste projet d’ingénierie sociale enraciné dans le marxisme et comparable au stalinisme. Cette tension ou cette ambivalence existe dans de nombreux documents et déclarations examinés ici : le genre / le « genderisme » / l’« idéologie du genre » sont diabolisés et présentés comme l’imposition culturelle d’un corps étranger qui est occidental et oriental à la fois.

  • 1  Nous avons étudié des articles et des rapports publiés sur des sites internet qui sont centraux da (...)

5Cette étude s’appuie sur l’analyse textuelle de lettres pastorales, d’articles et de déclarations publiés sur les pages internet de groupes et d’organisations spécifiques telles que Non au genre !, sur des rapports de presse (y compris internationaux), ainsi que sur des recherches existantes sur les mouvements néoconservateurs en Europe et aux États-Unis1. Nous examinons également le nouveau genre littéraire des livres anti-genre, dont beaucoup sont écrits par des femmes, et posons des hypothèses quant à l’influence de cette féminisation sur la forme de la rhétorique anti-genre. Enfin, nous évoquons des événements que nous avons vécus personnellement, en tant qu’observatrices participantes dans les manifestations et dans le débat public.

Principaux acteurs et stratégies de la guerre polonaise contre le genre

6La mobilisation de masse a commencé en 2012. Les principaux acteurs sociaux impliqués dans la campagne comprenaient des prêtres, des politicien.ne.s issu.e.s des rangs conservateurs, des journalistes, des blogueur.se.s mais aussi des militant.e.s de base, dont beaucoup étaient des parents inquiets de jeunes enfants (Fábián & Korolczuk, 2017). Certaines des organisations impliquées ont été créées bien avant le début de la mobilisation anti-genre : Fundacja Mamy i Taty (fondation Maman et Papa) est engagée dans la promotion des « valeurs familiales traditionnelles » et dans l’opposition aux droits des homosexuel.le.s et au divorce depuis 2010 ; Stowarzyszenie i Fundacja Rzecznik Praw Rodziców (fondation Défenseur des droits des parents) a été fondée en 2009 dans le but de contrer la réforme scolaire. D’autres groupes comme Inicjatywa Stop Seksualizacji Naszych Dzieci (l’initiative Stop à la sexualisation de nos enfants) et le réseau Stop Gender ont vu le jour plus tard (2013 et 2014) dans le seul but de résister à ce qu’ils considéraient comme la diffusion du « genderisme » (ils ciblaient spécifiquement l’éducation sexuelle ainsi que l’accès à la contraception et à la fécondation in vitro).

7Ces organisations et ces réseaux semblent très liés les uns aux autres, ainsi qu’à d’influents think tanks polonais de droite comme Instytut Kultury Prawnej Ordo Iuris (Institut de la culture juridique Ordo Iuris) et à des plateformes transnationales telles que CitizenGo.com (basée en Espagne, mais accessible en polonais et utilisée par des groupes polonais pour leurs pétitions). Ce réseau comprend également de nombreux groupes anti-choix comme Stowarzyszenie Rodzin Wielodzietnych (Association des familles nombreuses), Centrum Wspierania Inicjatyw dla Życia i Rodziny (Centre de soutien aux initiatives pour la vie et la famille), Polska Federacja Ruchów Obrony Życia (Fédération polonaise des mouvements pro-vie) et Koalicja Obywatelska Dla Rodziny (Coalition civique pour la famille). Ces organisations et ces alliances jouent un rôle déterminant dans la mobilisation de groupes plus larges, en particulier les parents d’élèves, comme l’a montré le rassemblement de masse organisé le 30 août 2015 à Varsovie contre les modifications du programme d’éducation sexuelle dans les écoles polonaises. La manifestation, dont le mot d’ordre était « Stop à la dépravation dans l’éducation », était organisée par vingt-six organisations et réseaux et accueillait des conférencier.ère.s de Pologne et de l’étranger, pour la plupart des militant.e.s anti-choix renommé.e.s comme Antonia Tully (Society for the Protection of Unborn Children, Grande-Bretagne), Antoine Renard (LMPT, France, également directeur de la Fédération des associations familiales catholiques en Europe) et Christoph Scharnweber (Demo für alle, Allemagne).

8Les stratégies du mouvement comprennent le recours à des pétitions, les manifestations, la publication de textes, l’organisation d’ateliers et de conférences ainsi que la prise d’initiatives politiques au Parlement. Les militant.e.s anti-genre ont fait un usage remarquable d’Internet et des nouvelles technologies de communication (sites internet, médias sociaux et plateformes ouvertes) pour la diffusion d’informations et la mobilisation du grand public, qui est appelé à signer des pétitions en ligne, à participer à des manifestations et à s’engager aux niveaux local et national. Parfois, ces communautés numériques sont liées à une organisation spécifique, telle que stopgender.pl et stop-seksualizacji.pl, mais il existe aussi des plateformes ouvertes telles que CitizenGo.org.

9Ces militant.e.s s’opposent aux programmes sur l’égalité de genre et l’éducation sexuelle dans les écoles, aux droits sexuels et reproductifs (incluant non seulement la contraception et l’avortement, mais aussi l’accès aux technologies reproductives comme la fécondation in vitro), à l’égalité des droits pour les minorités sexuelles, au gender mainstreaming et à l’utilisation même du mot « genre » dans les documents publics, les traités internationaux et le discours des médias. Les objectifs déclarés s’attachent à « sauver » les enfants, la famille et en fin de compte la civilisation chrétienne des dangers de l’« idéologie du genre ».

  • 2  GUS, « Stosunek do instytucji państwa oraz partii politycznych po 25 latach », 2014, en ligne : ww (...)

10Ces militant.e.s désignent comme dangereux les féministes, les organisations LGBT, les animateur.rice.s en éducation sexuelle, les fonctionnaires d’État. Bien que les cibles spécifiques soient locales, les racines du mal sont identifiées comme « globales » et « totalitaires ». Ce n’est donc pas une coïncidence si l’opposition anti-genre vise souvent des changements législatifs spécifiques proposés et promus par des institutions et des organisations internationales telles que l’ONU ou l’UE. L’opposition de droite aux politiques de l’UE en matière d’égalité de genre et de droits LGBT a joué un rôle important dans la propagande et la mobilisation anti-européennes dès le début des années 2000 (Graff, 2009 ; 2010). Avant même l’adhésion à l’UE en 2004, les eurosceptiques aimaient qualifier le « lobby homosexuel » et le « lobby pro-avortement » européens comme des menaces majeures pour l’identité nationale polonaise. Cette campagne n’a pas été entièrement couronnée de succès, puisque le degré d’adhésion à l’intégration européenne en Pologne était le plus élevé au sein des nouveaux États membres et l’est resté aujourd’hui : 68 % des Polonais font confiance à l’UE en tant qu’institution2. Cependant, le soutien massif à la modernisation apportée par les financements de l’UE ne signifie pas nécessairement l’acceptation des transformations culturelles et sociales associées à la démocratie sexuelle. Les eurosceptiques polonais.es ont tiré profit de ce décalage en faisant valoir que la Pologne avait le droit de bénéficier de l’intégration européenne sur le plan économique, mais devrait pouvoir conserver son intégrité culturelle en tant que pays catholique. La mobilisation anti-genre représente probablement une nouvelle étape de ces efforts : le concept d’« idéologie du genre » associe explicitement l’homosexualité, l’avortement et la menace présumée de changements de sexe arbitraires à l’Ouest et à l’UE.

Thèmes principaux et évolutions

  • 3  Le processus de ratification a été finalisé en mars 2015, mais le gouvernement de droite, au pouvo (...)
  • 4  Dariusz Kowalczyk, « Rządu troska o geja », Gość Niedzielny, 20 septembre 2012, en ligne : http:// (...)

11Il est difficile de situer le point de départ précis de la mobilisation anti-genre mais une date souvent évoquée est celle d’avril 2012, quand le ministre de la Justice de l’époque, Jarosław Gowin, s’est publiquement opposé à la ratification de la convention sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (convention d’Istanbul), la qualifiant de « véhicule de l’idéologie du genre » (Graff, 2014 ; Grzebalska, 2015). Ces déclarations, que beaucoup ont trouvées déroutantes sur le moment, semblent avoir lancé la campagne anti-genre3. Selon Gowin, la convention servait de cheval de Troie idéologique : son but caché, prétendait-il, était de détruire la famille traditionnelle. Le fait que le texte de la convention contenait le mot « genre » était considéré comme une preuve de ses fondements sociaux-constructivistes. Les féministes et les expert.e.s en éducation sexuelle polonais.es ainsi que le parti libéral-conservateur pro-UE alors au pouvoir, Plateforme civique, étaient dépeint.e.s comme des traîtres, de simples marionnettes aux mains d’un complot international ou même mondial contre l’ordre de genre traditionnel. D’autres discours présentaient une tonalité isolationniste semblable. Par exemple, l’évêque Stanisław Stefanek, représentant du Conseil pour la famille de l’épiscopat polonais, a interprété les tentatives du gouvernement de lancer un débat sur les unions civiles comme la preuve que le parti au pouvoir « appliqu[ait] des directives globales en les déguisant avec des mots à la mode, et v[oulait] faire croire que c’[était] cela le progrès et la liberté4 ».

  • 5  « Pedofilia wśród Księży: Kontrowersyjne słowa abp. Michalika », Polskie Radio, 8 octobre 2013, en (...)

12Une autre thématique saillante dans les débats anti-genre est la question de l’éducation sexuelle, qui est diabolisée comme relevant d’une « sexualisation des enfants ». La thématique générale des « enfants en danger » n’est clairement pas une invention polonaise, puisqu’elle a aussi été utilisée dans d’autres pays comme la Russie, l’Ukraine, l’Allemagne et la France (Höjdestrand, 2015 ; Kováts & Põim, 2015 ; Strelnyk, 2017). Toutefois, il se peut qu’en Pologne, la focalisation sur les enfants soit plus forte qu’ailleurs parce que la phase initiale de la campagne anti-genre a coïncidé avec l’apparition d’accusations publiques contre des prêtres pédophiles (Overbeek, 2013). Par conséquent, beaucoup ont considéré les attaques contre le « genre » comme une tentative de l’épiscopat polonais de détourner l’attention des médias des scandales de pédophilie au sein de l’Église. Le 8 octobre 2013, l’archevêque Józef Michalik a fait une déclaration publique dans laquelle il a décrit les enfants victimes de membres de l’Église pédophiles comme « se cramponnant aux prêtres » afin d’obtenir de l’amour qu’ils ne recevaient pas à la maison5. Par cette déclaration scandaleuse, il tentait de déplacer la responsabilité des coupables en direction des « familles brisées » et des institutions internationales qui « sexualisent les enfants » par le biais de l’éducation sexuelle. Michalik s’est plus tard rétracté en jugeant sa formulation « malheureuse », mais la question de l’éducation sexuelle reste une thématique clé de la mobilisation anti-genre.

13Certaines attaques ont porté sur les programmes d’éducation sexuelle dans les écoles depuis la maternelle et se sont concentrées sur les normes de l’éducation à la sexualité de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) mises en œuvre par des ONG comme la Fondation pour l’éducation préscolaire (Grzebalska, 2015). Le manuel « Równościowe przedszkole » (Les maternelles de l’égalité), publié par des éducatrices féministes en 2011, a constitué une cible centrale qui a été constamment diabolisée et présentée fallacieusement comme incitant à la sexualisation et à la masturbation. Des rumeurs selon lesquelles des animateur.rice.s en éducation sexuelle auraient forcé des petits garçons à porter des robes ont également circulé. Ces attaques contre le « genre » étaient toujours présentées comme des efforts pour protéger les enfants contre le brouillage des rôles de genre à un âge précoce qui les ferait devenir plus tard des esclaves du lobby homosexuel-féministe-anti-Église.

14L’idée que les enfants ont besoin d’être protégés contre l’exposition à des programmes d’éducation sexuelle qui les pervertiraient, ou au « langage à caractère sexuel » dans les médias, est au cœur de la politique culturelle conservatrice dans de nombreux contextes. À certains égards, les controverses sur l’éducation sexuelle dans les écoles polonaises ressemblent à la bataille autour de l’éducation sexuelle aux États-Unis dans les années 1990 : dans les deux cas, elles se sont concentrées sur la protection des enfants et sur le droit des parents à décider ce qu’il y a de mieux pour leurs enfants (Irvine, 2002). En outre, dans les deux pays, l’éducation sexuelle dispensée dans les écoles publiques a été présentée comme une forme inacceptable d’intervention de l’État dans la vie privée des citoyen.ne.s. La spécificité de la variante polonaise de cet argument est que cette intervention a ensuite été systématiquement comparée aux tentatives des communistes de contrôler entièrement la vie privée et familiale des citoyen.ne.s. En d’autres termes, l’éducation sexuelle a été disqualifiée comme une imposition venant de l’Ouest libéral (l’ONU, l’OMS, l’UE), mais aussi comme un vestige des pratiques communistes.

15Compte tenu de l’accent mis sur le bien de l’enfant, c’est sans surprise que les partisan.e.s du discours anti-genre sont parvenu.e.s à mobiliser des parents. Le plus célèbre représentant de la campagne anti-genre, le charismatique père Dariusz Oko, a ainsi asséné dans un entretien que :

Personne n’a le droit de pénétrer dans le sanctuaire de la famille en bottes et armé d’un bâton. Par conséquent, nous devons prendre part aux marches et autres formes d’action, écrire des lettres et les envoyer au ministre de l’Éducation et aux autres membres du gouvernement, faire éclater les scandales dans les médias et rechercher de l’aide juridique, sans craindre le combat judiciaire. Nous devons aussi contrôler de près ce qui se passe à l’école, examiner attentivement le contenu des cours. Le directeur n’a aucun droit d’agir dans ce domaine sans l’accord explicite des parents (voir Cichobłazińska, 2013).

16Le projet de « sauver les enfants », qui semble politiquement neutre, renforce l’attrait populaire et assure le soutien des groupes de parents déjà engagés sur d’autres questions, telles que les réformes de l’éducation ou les droits des pères (Korolczuk & Hryciuk, 2017). Deux des principales organisations de parents engagées dans la lutte contre l’« idéologie du genre » en Pologne étaient la Fundacja Mamy i Taty et Stowarzyszenie i Fundacja Rzecznik Praw Rodziców. Cette tendance n’est pas propre à la Pologne : dans de nombreux pays dont la France, l’Allemagne, la Russie et l’Ukraine, des organisations conservatrices de défense des droits des parents sont devenues des acteurs clés dans les campagnes anti-genre (Fábián & Korolczuk, 2017 ; Höjdestrand, 2015 ; Strelnyk, 2017).

17Il n’est pas surprenant que, dans le contexte polonais, l’Église catholique soit devenue la force majeure de soutien de la campagne anti-genre (Case, 2011). La Lettre pastorale de la Conférence des évêques de Pologne, rendue publique et lue dans les églises le 29 décembre 2013, a apporté l’approbation religieuse officielle à cette action. Ce document fournit un bon exemple de la façon dont les militant.e.s de la croisade anti-genre expliquent les origines de l’« idéologie du genre » et montre comment, dans le contexte postcommuniste polonais, l’égalité de genre est disqualifiée à l’aide d’un parallèle grossier avec le marxisme et la propagande communiste. De l’avis de l’épiscopat polonais :

  • 6  Conférence des évêques de Pologne, « Pastoral Letter of the Bishops’ Conference of Poland to be Us (...)

L’idéologie du genre est le produit de plusieurs décennies de changements idéologiques et culturels qui sont profondément ancrés dans le marxisme et le néo-marxisme promus par certains mouvements féministes, et aussi de la révolution sexuelle. [...] Elle soutient que le sexe biologique n’a pas d’importance sociale et que le sexe culturel, que les humains peuvent développer et déterminer librement en dehors de toute condition biologique, est le plus important. [...] Le danger de l’idéologie du genre réside dans son caractère très destructeur pour l’humanité, les liens entre les personnes et la vie sociale dans son ensemble. Les personnes qui ne sont pas sûres de leur identité sexuelle ne sont pas capables de découvrir ni d’accomplir les tâches auxquelles elles doivent faire face dans leur vie conjugale, familiale, sociale et professionnelle6.

18Les évêques polonais soulignent le danger que représente cette prétendue « idéologie » et affirment qu’en niant la différence sexuelle et la complémentarité des sexes, elle élimine l’ordre sexuel existant et constitue une menace majeure pour l’humanité. Selon eux, l’« idéologie du genre » est mise en œuvre dans le monde entier par les institutions internationales (notamment l’ONU et l’UE) et des États nationaux inspirés par des féministes et des défenseur.se.s des droits gay (Buss, 2004 ; Datta, 2013 ; Paternotte, 2014).

19Même si les droits gay n’étaient pas évoqués explicitement dans la Lettre pastorale, il est vite apparu que le danger principal pour les enfants polonais était l’homosexualité, généralement rebaptisée « propagande homosexuelle ». Le père Oko, déjà cité plus haut, est devenu une des principales figures diffusant des discours de haine homophobe dans la sphère publique. Ses prises de parole consistent en des récriminations, dans lesquelles il met en garde contre la pente glissante à laquelle conduit inévitablement la tolérance de l’égalité. Dans une déclaration emblématique diffusée sur la chaîne catholique Radio Maryja, il dénonce le supposé complot homosexuel en ces termes :

  • 7  « Homoseksualiści nie poprzestaną na legalizacji małżeństw », Stefczyk.info, 2015, en ligne : www. (...)

Quiconque se laisse endoctriner par l’idéologie homosexuelle va se trouver le lendemain obligé d’accepter l’inceste, la polygamie, le polyamour – telles sont les conséquences. C’est ainsi que le lobby homosexuel agit toujours. Ce sont les étapes. Ils ne s’arrêteront jamais ; ils veulent une révolution totale7.

  • 8  Le Comité parlementaire contre l’athéisation de la Pologne est un organisme composé exclusivement (...)

20Oko a été un acteur central de la campagne anti-genre dès janvier 2014, quand il a donné une conférence publique sur le genre au Parlement polonais. Il avait été invité à prononcer ce discours devant la chambre basse du Parlement polonais (Sejm) par le comité parlementaire contre l’athéisation de la Pologne et par un groupe de député.e.s s’identifiant comme « pro-vie », dans le but d’attirer l’attention du public sur les dangers du gender mainstreaming et de la « sexualisation » des enfants8. Dans sa conférence, Oko a présenté le genre comme « une terrible menace pour la civilisation », « un grand mal dont il faut parler », avertissant le public que « les genderistes répandent l’inceste, la pédophilie et l’homosexualité » et que « les athées sont les plus grands criminels de l’histoire de l’humanité » (Oko, 2014).

  • 9  Artur Stelmasiak, « Edukacja będzie wolna od gender », Niedziela, 17 novembre 2015, en ligne : www (...)

21La conférence d’Oko a constitué un événement important, très commenté dans les médias et qui a marqué la politisation du débat anti-genre. Le même mois, un autre parti d’extrême droite, Solidarna Polska (Pologne solidaire), a créé le comité parlementaire « STOP à l’idéologie du genre », présidé par Beata Kempa. Au cours de la première moitié de l’année 2014 seulement, ce groupe a organisé un colloque avec Gabrielle Kuby comme principale oratrice, ainsi que des rencontres et des ateliers dans plus d’une douzaine de villes polonaises. L’engagement de Kempa dans la campagne anti-genre a porté ses fruits : en novembre 2015, elle est devenue la directrice de cabinet du Premier ministre du nouveau gouvernement de droite. En outre, tandis que le nouveau gouvernement s’installait au pouvoir, la guerre contre le genre, déjà inscrite dans le programme électoral de Prawo i Sprawiedliwość est devenue partie intégrante de la politique officielle du gouvernement, désignée sous le nom de « Changement pour le mieux ». Le 17 novembre 2015, Jarosław Gowin, le nouveau ministre des Sciences et de l’Enseignement supérieur, a annoncé son intention de supprimer les « revues d’études gay et lesbiennes » du classement officiel des revues universitaires. Le même jour, dans un entretien accordé à l’hebdomadaire catholique Niedziela, la nouvelle ministre de l’Éducation, Anna Zalewska, a déclaré : « l’école doit être préservée des diverses idéologies. Les enfants étudieront les matières classiques, normales. Nous nous occuperons de ce problème sans provoquer d’agitation inutile ni de conférences de presse9. »

22Comme la plupart des organisations et des réseaux polonais impliqués dans la mobilisation anti-genre sont liés au mouvement anti-choix national et transnational, il n’est guère surprenant que la question de l’avortement ait été un thème important de la guerre contre le genre dans le pays. Cela est particulièrement important à la lumière des événements ultérieurs. Après la victoire de la droite aux élections de 2015, l’Église catholique romaine et le réseau anti-choix « STOP à l’avortement » ont lancé une campagne massive pour l’interdiction totale de l’avortement. Au printemps 2016, ses initiateur.rice.s (dont bon nombre ont participé à la mobilisation anti-genre) ont commencé à recueillir des signatures en soutien à une proposition de loi citoyenne. Le projet de loi contient une interdiction totale de l’avortement et la menace de poursuites pénales pour les médecins et pour les femmes (jusqu’à cinq ans de prison)10.

23Ce n’était pas la première fois qu’une loi aussi restrictive était présentée au Parlement, mais jamais auparavant les hommes et les femmes politiques à la tête du pays n’avaient apporté leur soutien à ce genre de proposition. La Première ministre polonaise, Beata Szydło, et le président de PiS, le parti au pouvoir, Jarosław Kaczyński, ont déclaré qu’en tant que catholiques, ils soutiendraient l’interdiction totale de l’avortement. Si la loi est votée, elle touchera non seulement les femmes qui cherchent à interrompre une grossesse, mais aussi les patientes traitées pour une grossesse extra-utérine, les cas de malformation physique grave du fœtus comme le spina bifida et les survivantes de viols qui seront obligées par la loi de mener leur grossesse à terme. Rétrospectivement, le lien entre la campagne anti-genre et cette initiative politique est clair : l’interdiction totale de l’avortement s’intègre bien dans l’objectif global de résister aux forces censées favoriser la promiscuité sexuelle, le chaos dans l’ordre du genre et la dépopulation.

L’« anti-genderisme » comme projet intellectuel

24L’« anti-genderisme » n’est pas seulement un champ de bataille politique, mais désigne aussi une lutte pour la légitimité dans le monde académique. Contrairement au backlash des années 1990 aux États-Unis, qui se présentait comme une réaction de bon sens face aux évolutions douteuses et néfastes causées par le féminisme, l’« anti-genderisme » se veut scientifique. Il a même l’ambition de devenir un champ alternatif de production de connaissances (Duda, 2016). Les efforts pour faire de l’« anti-genderisme » un domaine académique et de production intellectuelle légitime consistent à traduire des auteur.e.s étranger.e.s connu.e.s comme Gabrielle Kuby et Marguerite A. Peeters, à publier des livres et des articles d’auteur.e.s polonais.es, à organiser des conférences académiques et à donner des cours dans les universités publiques (par exemple, Dariusz Oko a présenté une conférence à l’Université de Varsovie en octobre 2014). L’« anti-genderisme », en évoluant, s’est constitué en vision du monde cohérente et en domaine d’expertise, un vaste projet d’éducation visant non seulement à discréditer le féminisme et les études de genre, mais également à développer un domaine de connaissances alternatif et peut-être même une nouvelle sphère publique (Graff & Korolczuk, 2015).

25Fait intéressant, le genre joue un grand rôle dans le monde anti-genre : si vous envisagez de devenir une autorité de la lutte anti-genre, il vaut visiblement mieux être une femme. Tandis que la scène anti-genre européenne s’articule autour des femmes expertes Gabrielle Kuby et Marguerite A. Peeters, en Pologne les exemples de femmes que leur opposition au « genderisme » a rendues célèbres incluent des femmes politiques auparavant inconnues comme Beata Kempa, qui est devenue une célébrité anti-genre et a fait par la suite une carrière politique remarquable. Un autre exemple notable est celui de Małgorzata Terlikowska, épouse d’un célèbre journaliste ultraconservateur et mère de cinq enfants, qui a fait connaître son nom grâce à son rôle dans la campagne anti-genre. Trois livres complets contre le genre ont été publiés en 2014, tous écrits par de jeunes femmes journalistes liées à la presse de droite. Agnieszka Niewińska a « infiltré » le programme d’études de genre de Varsovie à l’Institut des études littéraires (PAN) et a produit un « Report o gender w Polsce » (Rapport sur le genre en Pologne) détaillé. Magdalena Żuraw a publié Idiotyzmy feminizmu (Les idioties du féminisme), un pamphlet visant à démasquer les « incohérences et les absurdités » du féminisme en les confrontant au « bon sens ». Marzena Nykiel, peut-être la plus ambitieuse des trois, est l’auteure de Pułapka Gender (Le piège du gender), un brûlot de quelque trois cents pages, révélant au public les horreurs du « genderisme » présenté comme une nouvelle forme de colonialisme et de totalitarisme, un vaste complot et une terrible menace pesant sur la civilisation chrétienne. Le livre se présente sous la forme d’un appel dramatique pour réveiller les fidèles : les lecteurs et les lectrices sont exhorté.e.s à rejoindre la lutte pour défendre la chrétienté avant qu’il ne soit trop tard, la bataille en cours en Pologne étant présentée comme le dernier espoir.

26Les femmes auteures de pamphlets anti-genre sont encensées dans les médias conservateurs comme des Cassandre défendant l’humanité, mais aussi en tant que femmes qui défendent la vraie féminité contre le programme contrefait des genderistes et des féministes. Les femmes apparaissent comme les expertes authentiques de l’« anti-genderisme », parce qu’elles représentent ce qui est perçu comme un savoir empirique, acquis à travers la maternité (réelle ou potentielle). C’est cette prétention à l’authenticité qui élève le bon sens conservateur au rang de dogme. Le féminisme peut ensuite être présenté comme une imposture, une idéologie absurde étrangère à la vie de la plupart des femmes, qui leur est imposée par des hommes gauchistes contre leurs intérêts. Le « genderisme » est censé non seulement faire du mal aux enfants et priver les hommes de masculinité, mais aussi pousser les femmes vers la prostitution, vers le désespoir des mères célibataires, et leur faire perdre le soutien des hommes.

Interprétations de la mobilisation anti-genre : repenser l’exceptionnalisme polonais

27Vue de l’intérieur comme de l’extérieur, la situation polonaise semble souvent particulière, voire exceptionnelle, en ce qui concerne les questions d’égalité de genre et de droits LGBT. Au-delà de la continuité du pouvoir politique et culturel de l’Église catholique, cela touche aussi la politisation du genre et de la sexualité en Pologne pendant la période de pré-adhésion. Depuis le milieu des années 1990, les gouvernements ainsi que les médias ont à maintes reprises présenté le conservatisme de genre comme la clé de voûte de la singularité de la Pologne en Europe, comme une affaire de fierté nationale et de souveraineté nationale dans le processus d’adhésion à l’UE (Graff, 2009 ; 2014).

28En Pologne, la plupart des commentateur.rice.s, des universitaires et des journalistes ont interprété la mobilisation anti-genre comme un phénomène local, un signe du provincialisme intellectuel et social polonais et peut-être aussi comme un signe de crise ou de division entre la population et l’épiscopat. L’« anti-genderisme » a été considéré comme une vaine tentative de dissimuler les scandales de pédophilie et les transactions financières douteuses de l’Église catholique polonaise. L’article publié en janvier 2014 dans le New York Times par Sławomir Sierakowski, célèbre intellectuel polonais et fondateur du think tank de gauche libérale Krytyka Polityczna (Critique politique), constitue un exemple frappant de cette argumentation :

L’orchestration de cette mobilisation trouve sa cause dans les problèmes récents de l’Église. Les Polonais.es ont été scandalisé.e.s par la fraude financière menée à grande échelle par la commission chargée de la reprivatisation des biens de l’Église saisis dans le passé par le gouvernement communiste. Les Polonais.es continuent également à être troublé.e.s par les révélations de plus en plus fréquentes de cas de pédophilie dans l’Église (Sierakowski, 2014 b).

29Sierakowski n’a pas été le seul à imputer la campagne anti-genre à des dynamiques locales (Kuisz & Wigura, 2014). Cette idée reçue s’est aussi matérialisée dans les efforts bien intentionnés de la ministre Agnieszka Kozłowska-Rajewicz, alors plénipotentiaire du gouvernement chargée de l’égalité de genre, pour expliquer le genre aux personnes mal renseignées. En partant du principe (ou en faisant mine de penser) que la Lettre des évêques résultait de leur ignorance ou d’un malentendu malheureux, Rajewicz a répondu par des explications calmes et a publié sur le site du ministère le B.A.-BA des études de genre. Elle a expliqué que le genre n’était pas une menace, mais une des catégories de base des sciences sociales et que le gender mainstreaming était une politique de l’UE et non un complot international contre la famille. Le site du ministère proposait aussi un glossaire des termes liés au genre destiné à éclairer les personnes mal renseignées. Parmi les exemples d’actions reposant sur l’idée d’un exceptionnalisme polonais, on trouve également la lettre ouverte adressée par le congrès des femmes polonaises (la plus grande organisation de défense des droits des femmes du pays) au pape François, l’alertant des méfaits des évêques polonais (28 novembre 2013) :

  • 11  « Letter from the Congress of Women to His Holiness Pope Francis », Congrès des femmes polonaises, (...)

Cette haine folle à l’encontre de l’« idéologie du genre » – qui est en réalité une haine des femmes et des idéaux égalitaires – s’est abattue largement sur la Pologne et attise une peur qui empoisonne l’âme des gens et détruit le débat civique. Conséquence inévitable, l’opinion publique comme les représentant.e.s de l’État en Pologne commencent à craindre non seulement de parler de « genre », mais également de non-discrimination et d’égalité même s’il s’agit, fondamentalement, d’idéaux chrétiens11.

30Ce document postulait implicitement que la guerre contre le genre était une invention polonaise, que le Vatican ne connaissait et ne soutenait pas, mais les recherches existantes démontrent le contraire (Case, 2011).

31Au départ, les interprétations et les réactions ont souligné l’importance du contexte local, mais ont ignoré les dynamiques plus larges qui, depuis, sont apparues clairement. Même dans des pays qu’on associe généralement à la laïcité comme la France, une nouvelle vague de néoconservatisme, souvent fondée sur la doctrine religieuse, prend de l’ampleur. Éric Fassin (2014) parle d’un « sens commun religieux » qui aboutit à des convergences intéressantes quant à l’importance de la nature, du mariage hétérosexuel et de l’ordre de genre « traditionnel » dans la doctrine de représentant.e.s de différentes confessions, comme le montre bien le « réseau baptiste-burqa » analysé par Clifford Bob (2012). Il s’agit sans doute d’une transformation majeure du débat public au plan mondial, qui comprend la redéfinition et la reconfiguration des notions de genre, de nation et de démocratie.

32Au fur et à mesure de la progression de la guerre contre le genre, les intellectuel.le.s libéraux.ales ont développé leurs propres interprétations. Dès le départ, beaucoup ont trouvé évident que la mobilisation anti-genre participait d’un conflit culturel plus large sur la modernité : le « genre » est une catégorie élastique dans laquelle sont projetées les peurs collectives du changement, de la perte de l’identité nationale, d’une influence excessive de l’Ouest et de son expansion culturelle. L’individualisme effréné de la culture contemporaine, l’érosion de la communauté et la précarité grandissante de la vie quotidienne constituent des sources d’inquiétude cruciales. Les détracteur.rice.s de l’« idéologie du genre » attribuent ces phénomènes à l’influence du féminisme et de la révolution sexuelle plutôt qu’au néolibéralisme. L’« anti-genderisme » peut toutefois être interprété comme une réponse néoconservatrice à la globalisation néolibérale (Pető, 2015). Les anti-genderistes font souvent un usage stratégique de références à la communauté, à la famille et à la valeur de la maternité, par exemple pour mobiliser des groupes de parents, mais ils.elles tiennent aussi sincèrement à ces valeurs qui sont centrales dans leur vision du monde. La famille traditionnelle est pour eux.elles le dernier bastion à défendre contre les assauts de la modernité (Fábián & Korolczuk, 2016 ; Höjdestrand, 2015).

33La masculinité constitue un élément particulièrement vulnérable de la vision du monde traditionnelle : l’autorité et la dignité des hommes sont menacées tant au sein de la famille que dans l’espace public. Au cœur du discours contre le genre se trouve la foi renouvelée dans la dignité de la masculinité et de la paternité. Cela explique pourquoi, dans le contexte polonais, des organisations conservatrices de défense des droits des pères comme Papa courageux (Dzielny Tato) ont rejoint la campagne anti-genre (Korolczuk & Hryciuk, 2017). David Ost a depuis longtemps observé qu’il était plus intéressant de voir la « guerre culturelle » en cours en Pologne comme un conflit de classe (2005). Cependant, nous pensons qu’il faut combiner l’économie avec les normes sociales de genre pour comprendre les phénomènes à l’œuvre. L’accent mis sur la masculinité implique une dimension économique, puisque la capacité à remplir le rôle de « soutien de famille » est un principe central de la masculinité traditionnelle. Selon nous, il est clair que l’homophobie et le masculinisme virulents au cœur du nouveau nationalisme extrémiste sont motivés au moins en partie par la frustration de jeunes hommes en manque de perspectives économiques. L’idéologie d’une nouvelle masculinité fondée sur les valeurs patriarcales et le culte du héros nationaliste offre une raison d’être et une forme de respect de soi qui ne s’acquièrent pas sur le marché.

34Ces remarques s’appliquent à la plupart des contextes culturels, mais certains aspects de l’« anti-genderisme » semblent propres à la Pologne, un pays où le renouveau nationaliste en cours s’appuie fortement sur un sens de la victimisation et une soif de reconnaissance, et où l’Église catholique est à la fois un acteur politique clé et une institution culturelle influente. Un des éléments essentiels de la version locale de l’« anti-genderisme » est qu’elle investit beaucoup la polonité authentique, définie non seulement comme une identité nationale, mais aussi comme une forme de dignité morale, attaquée dans le passé par l’Est et de nos jours par l’Ouest, en particulier par l’UE.

35Bruxelles est souvent désignée comme le nouveau colonisateur et comparée à l’URSS. La droite considère que l’Ouest a trahi et notoirement manqué de respect à la Pologne à de nombreuses reprises. Ainsi, les appels à la dignité et les proclamations de fierté nationale s’adressent non seulement aux compatriotes polonais.ses, amené.e.s à rejoindre la lutte, mais aussi à d’imaginaires touristes anglophones, dont l’arrogance est critiquée. C’est ce qui explique que de nombreuses banderoles exhibées lors des manifestations anti-genre soient bilingues. Par exemple, lors d’un grand rassemblement contre l’éducation sexuelle le 30 août 2015 à Varsovie, les manifestant.e.s arboraient les pancartes suivantes en polonais et en anglais : « Gender-danger » ; « Gender – l’idéologie des chiffes molles de l’Ouest n’est pas pour les Polonais vigoureux » ; « Gender + Convention sur les soi-disant “violences contre les femmes et violences dans la famille”, c’est l’Ebola de Bruxelles pour la Pologne ».

36La version de la polonité que ces manifestant.e.s cherchent à défendre contre les « chiffes molles de l’Ouest » et « l’Ebola de Bruxelles » est solidement ancrée dans le catholicisme. La théologienne féministe Zuzanna Radzik (2013) a fait valoir qu’il ne faut pas considérer l’Église comme un monolithe idéologique à cet égard : en réalité, l’aile conservatrice et nationaliste de l’Église utilise l’« anti-genderisme » pour faire entrer les dissident.e.s libéraux.ales dans le rang. C’est la nouvelle version d’une ancienne polarisation qui est à l’origine de la dynamique actuelle : le « genre », affirme Radzik, a simplement remplacé les Juif.ve.s et les homosexuel.le.s en tant qu’ennemi.e.s diabolisés de l’aile conservatrice de l’Église catholique polonaise. Cette analyse est également précieuse en ce qu’elle attire l’attention sur les reliquats d’antisémitisme au sein de la campagne anti-genre polonaise. Sans être centraux, ils sont néanmoins présents, ce qui explique pourquoi des personnages tels que Michel Jones, un Américain d’extrême droite qui accuse les Juif.ve.s d’avoir détruit la culture occidentale, sont invités dans les cercles polonais anti-genre.

37Des chercheur.se.s ont également souligné les liens entre l’« anti-genderisme » et les controverses en cours sur les techniques reproductives, en particulier sur la fécondation in vitro en Pologne. L’anthropologue Magdalena Radkowska-Walkowicz (2014) a émis l’idée que l’« anti-genderisme » serait une réponse aux inquiétudes causées par les récentes évolutions de la biotechnologie et par les changements fondamentaux qu’elles ont provoqués dans le domaine de la parenté, de la reproduction et de la famille (Stawiszyński, 2013). S’opposer au constructivisme du genre serait une tentative de ramener de la stabilité dans le monde de plus en plus instable de la reproduction humaine, où la division entre nature et culture a cessé d’être évidente. Cette interprétation, qui s’applique à la plupart des contextes culturels, est particulièrement pertinente pour la Pologne où la biotechnologie a été l’objet de débats éthiques et politiques houleux au moins depuis 2007 (Gunnarsson-Payne & Korolczuk, 2016 ; Radkowska-Walkowicz, 2012).

38Certain.e.s commentateur.rice.s ont mis l’accent sur le rôle des dynamiques économiques dans le développement de l’« anti-genderisme ». La politiste Dorota Szelewa (2014) émet l’hypothèse que les attaques contre le genre participent en fait d’un processus historique plus long, lié à des tournants économiques. Elle affirme que l’antiféminisme qui a sévi dans la région au début des années 1990 à la suite de l’effondrement du socialisme d’État a permis de justifier le retour à un modèle de politique sociale reposant sur la famille et que la vague actuelle d’opposition au genre est liée à la crise économique globale de 2008. Dans cette optique, l’« anti-genderisme » ouvre la voie à la poursuite des mesures d’austérité dans les politiques sociales, comme les coupes budgétaires dans les services de garde, ce qui conduit au renforcement de l’ordre de genre traditionnel. Nous convenons que la campagne anti-genre, en mettant l’accent sur les valeurs familiales et sur la maternité, a pour but de renforcer l’ordre familial traditionnel, mais cela n’aboutit pas nécessairement au prolongement des politiques d’austérité. Au contraire, les récents changements de politique comportent souvent une hausse substantielle des dépenses publiques (par exemple, le prolongement du congé maternité et parental introduit en janvier 2014 par la Plateforme civique alors au pouvoir et les allocations familiales de 500 zloty par enfant mises en place par le gouvernement de PiS au printemps 2016).

39Enfin, selon certain.e.s chercheur.se.s, l’« anti-genderisme » est réellement ce qu’il prétend être : une réaction conservatrice aux politiques de gender mainstreaming de l’UE, au développement et à l’influence culturelle croissante des études de genre dans les universités, et surtout à l’éducation à l’égalité de genre dans les écoles et les maternelles (Grabowska, 2014). Il est vrai que la visibilité des études de genre a considérablement augmenté au cours des dernières années, mais les chercheuses féministes considèrent avec raison qu’elles restent marginales au sein de la culture académique extrêmement conservatrice de la Pologne. À notre avis, présenter les spécialistes du genre et les chercheuses féministes comme puissantes et influentes a pour objectif de faire des groupes d’opposition au genre les victimes d’un colonisateur culturel ou d’un ennemi puissant agissant depuis l’étranger, auquel ils résisteraient. Cependant, Grabowska (2014) souligne à juste titre que depuis que la religion a été introduite dans les écoles polonaises dans les années 1990, l’éducation reste un espace incontesté de transmission de la religion et des valeurs catholiques auprès des enfants. C’est ce qui explique pourquoi les tentatives d’intégrer des leçons sur l’égalité à l’éducation des jeunes enfants ont été perçues comme une ingérence violente dans la culture nationale et contre l’innocence des enfants et pourquoi cette question est devenue le principal champ de bataille de la campagne anti-genre.

*

40Avec l’accent qu’elle met sur la fierté nationale, son usage de la rhétorique néoconservatrice sur les « valeurs familiales » et son insistance à dire que la chrétienté est en danger, la mobilisation anti-genre polonaise se situe à l’intersection entre des influences conservatrices globales et la résurgence locale d’un nationalisme genré. Dans un premier temps, beaucoup de commentateur.rice.s en Pologne ont interprété cette mobilisation comme un phénomène local, une tentative de dissimuler les scandales de pédophilie qui émergeaient au sein de l’Église catholique polonaise. Aujourd’hui encore, beaucoup de libéraux polonais restent attachés à l’hypothèse de l’exceptionnalisme et voient l’« anti-genderisme » comme un symptôme de l’ignorance et de l’obscurantisme propres aux courants conservateurs du catholicisme polonais, bref comme une anomalie. Nous contribuons à remettre en cause cette perspective, qui nous paraît trop limitée. La campagne anti-genre polonaise doit être mise en lien avec les événements qui se déroulent en Europe et au-delà, par exemple les manifestations de masse de parents inquiets telles que LMPT en France, les déclarations du Vatican prenant le genre pour cible, ainsi que les attaques récentes contre « le programme du genre » aux États-Unis et le backlash anti-LGBT et antiféministe dans la Russie de Poutine, en Ukraine ou en Géorgie, ainsi que les mobilisations anti-genre dans d’autres régions, dont l’Afrique. Les initiatives polonaises participent d’un renouveau plus large de l’extrême droite et du fondamentalisme religieux, une tentative transnationale coordonnée d’affaiblir les valeurs libérales par des moyens démocratiques. Comme nous l’avons montré ailleurs, cette stratégie repose en partie sur un usage opérant du cadre anticolonial dans lequel le « genderisme » est présenté comme une force globale malfaisante, une nouvelle forme de pouvoir colonial exercé par l’ONU, l’UE et l’OMS contre les pauvres au niveau mondial, en particulier contre les pays d’Afrique en développement (Graff & Korolczuk, 2015). L’Europe de l’Est occupe une place spécifique dans cette géographie du genre, en tant que partie du monde qui n’a pas été touchée par la révolution sexuelle et a résisté au marxisme ; elle porte donc l’espoir de sauver l’Ouest de sa propre décadence. Cette idée de la singularité de la région et de l’importance spécifique de la Pologne comme pays catholique imprègne la version locale du discours anti-genre et lui donne une tonalité urgente et dramatique. Aux yeux du clergé catholique polonais et des militant.e.s de droite, les études de genre sont comparables aux idéologies totalitaires telles que le stalinisme et le nazisme, les athées deviennent des meurtriers de masse et l’éducation sexuelle peut être assimilée à un « viol collectif organisé sur l’âme de l’enfant » (« zorganizowany, zbiorowy gwałt na duszy dziecka » ; Oko, 2014).

41Rétrospectivement, on constate que les luttes contre le genre ont servi de tremplin pour la carrière politique de politicien.ne.s de droite moins connu.e.s auparavant, comme Beata Kempa. Cependant, les enjeux excèdent largement les carrières individuelles. Il faut souligner que la campagne anti-genre et la mobilisation de masse autour de cette question ont eu des conséquences politiques réelles en Pologne. Cela est dû en partie à l’efficacité de l’appropriation du discours anticolonial, où les « genderistes » figurent dans le rôle des colonisateurs, tandis que la droite conservatrice joue le rôle des défenseurs de la culture locale authentique. Le discours de la dignité assiégée, de la fierté blessée, de la panique morale et de la juste colère renforce la polarisation du débat public et du champ politique du pays. L’« anti-genderisme » a fourni une « colle symbolique » (Pető, 2015) qui a facilité l’alliance entre « l’autel » et « le stade », c’est-à-dire entre le clergé catholique, les organisations anti-choix et les extrémistes de droite, dont les supporters de football. En raison de sa concentration sur les enfants, la campagne a également attiré de nombreux groupes de parents inquiets. Ils se sont unis pour défendre les enfants polonais en danger et les valeurs familiales traditionnelles (assimilées au catholicisme) menacées au cours de réunions publiques tenues dans les paroisses, de manifestations patriotiques dans les rues des grandes villes polonaises, dans les studios de télévision et, de plus en plus souvent, en ligne. L’alliance stratégique forgée entre ces différents groupes conservateurs a contribué au triomphe politique de la droite polonaise lors des élections présidentielles et législatives de 2015.

Bibliographie

Bob Clifford (2012), Global Right Wing and Clash World Politics, New York, Cambridge University Press.

Buss Doris E. (2004), « Finding Homosexual in Women’s Rights. The Christian Right in International Politics », International Feminist Journal of Politics, vol. 6, nº 2, p. 257-284.

Case Mary Ann (2011), « After Gender the Destruction of Man—The Vatican’s Nightmare Vision of the “Gender Agenda” for Law », Pace Law Review, vol. 31, nº 3, p. 802-817.

Cichobłazińska Anna (2013), « Gender Ideology Destroys a Cradle of Humankind—a Family. Anna Cichobłazińska talks with Fr. dr. hab. Dariusz Oko from the Papal University of John Paul II », Niedziela, 26 novembre, en ligne : http://sunday.niedziela.pl/artykul.php?dz=spoleczenstwo&id_art=00672 (septembre 2018).

Datta Neil (2013), « Keeping It All in the Family. Europe’s Antichoice Movement », Conscience, nº 2, p. 22-27.

Duda Maciej (2016), Dogmat płci. Polska wojna z gender, Gdansk, Katedra Wydawnictwo Naukowe.

Fábián Katalin & Korolczuk Elżbieta (2017), Rebellious Parents: Parental Movements in Central-Eastern Europe and Russia, Bloomington, Indiana University Press.

Fassin Éric (2014), « Same-sex Marriage, Nation, and Race: French Political Logics and Rhetorics », Contemporary French Civilization, vol. 39, nº 3, p. 281-301.

Grabowska Magdalena (2014), « Cultural War or Business as Usual? Recent Instances and the Historical Origins of the Backlash Against Women’s Rights and Sexual Rights in Poland », dans Anti-Gender Movements on the Rise? Strategising for Gender Equality in Central and Eastern Europe, nº 38, Berlin, Heinrich Böll Foundation, p. 64-74.

Graff Agnieszka (2014), « Report from the Gender Trenches: War Against “Genderism” in Poland », European Journal of Women’s Studies, vol. 21, nº 4, p. 431-435.

Graff Agnieszka (2010), « Looking at Pictures of Gay Men: Political Uses of Homophobia in Contemporary Poland », Public Culture, nº 3, p. 583-603.

Graff Agnieszka (2009), « Gender and Nation, Here and Now: Reflections on the Gendered and Sexualized Aspects of Contemporary Polish Nationalism », dans Elżbieta H. Oleksy (dir.), Intimate Citizenships: Gender, Sexualities, Politics, Londres, Routledge, p. 133-146.

Graff Agnieszka & Korolczuk Elżbieta (2015), « Facing an Illiberal Future. Conceptualising the Polish Gender Crusade in a Transnational Context », communication présentée à la conférence « Contradictions: Envisioning European Futures », Paris, 8-10 juillet.

Grzebalska Weronika (2015), « Poland », dans Eszter Kováts & Maari Põim (dir.), Gender as Symbolic Glue: The Position and Role of Conservative and Far Right Parties in the Anti-gender Mobilizations in Europe, Bruxelles / Budapest, Foundation for European Progressive Studies / Friedrich-Ebert-Stiftung, p. 83-103.

Gunnarsson-Payne Jenny & Korolczuk Elżbieta (2016), « Reproducing Politics. The Politicization of Patient Identities and Assisted Reproduction in Poland and Sweden », Sociology of Health and Illness, nº 7, p. 1-18.

Höjdestrand Tova (2015), « Moralne odrodzenie i obywatelski aktywizm: ruch społeczny rodziców we współczesnej Rosji », dans Renata Hryciuk & Elżbieta Korolczuk (dir.), Niebezpieczne związki. Macierzyństwo, ojcostwo i polityka, Varsovie, Warsaw University Press.

Irvine Janice M. (2002), Talk about Sex: The Battles Over Sex Education in the United States, Oakland, University of California Press.

Korolczuk Elżbieta (2014), « The “War on Gender” from a Transnational Perspective — Lessons for Feminist Strategising », dans Anti-Gender Movements on the Rise? Strategising for Gender Equality in Central and Eastern Europe, Berlin, Heinrich Böll Foundation, p. 43-53.

Korolczuk Elżbieta & Hryciuk Renata E. (2017), « The Polish Father Takes to the Streets: Fathers’ Activism in a Post-Socialist Context », dans Katalin Fábián & Elżbieta Korolczuk (dir.), Rebellious Parents: Parental Movements in Central and Eastern Europe and Russia, Bloomington, Indiana University Press.

Kováts Eszter & Põim Maari (dir.) (2015), Gender as Symbolic Glue: The Position and Role of Conservative and Far Right Parties in The Anti-Gender Mobilizations in Europe, Bruxelles / Budapest, Foundation for European Progressive Studies / Friedrich-Ebert-Stiftung.

Kuisz Jarosław & Wigura Karolina (2014), « Poland’s Gender Dispute. What Does it Say About Polish Society? », Eurozine, 28 mars, en ligne : www.eurozine.com/articles/2014-03-28-wigura-en.html (septembre 2018).

Oko Dariusz (2014), « Wykład w Sejmie », conférence devant le Parlement polonais, YouTube, 23 février, en ligne : www.youtube.com/watch?v=gDMMuS32ysE (septembre 2018).

Ost David (2005), Defeat of Solidarity: Anger and Politics in Postcommunist Europe, New York, Cornell University Press.

Overbeek Ekke (2013), Lękajcie się! Ofiary pedofilii w polskim Kościele mówią, Varsovie, Czarna Owca.

Paternotte David (2014), « Christian Trouble: The Catholic Church and the Subversion of Gender », Critcom, 8 mai, en ligne : http://critcom.councilforeuropeanstudies.org/christian-trouble-the-catholic-church-and-the-subversion-of-gender/ (septembre 2018).

Pető Andrea (2015), « “Anti-Gender” Mobilisational Discourse of Conservative and Far Right Parties as a Challenge for Progressive Politics », dans Eszter Kováts & Maari Põim (dir.), Gender as Symbolic Glue: The Position and Role of Conservative and Far Right Parties in the Anti-Gender Mobilizations in Europe, Bruxelles / Budapest, Foundation for European Progressive Studies / Friedrich-Ebert-Stiftung, p. 126-131.

Radkowska-Walkowicz Magdalena (2014), « Frozen Children and Despaired Embryos in the “New” Post-Communist State: Debate on IVF in the Context of Poland’s Transition », European Journal of Women’s Studies, nº 4, p. 399-414.

Radkowska-Walkowicz Magdalena (2012), « The Creation of “Monsters”: The Discourse of Opposition to in vitro Fertilization in Poland », Reproductive Health Matters, nº 40, p. 30-37.

Radzik Zuzanna (2013), « Skąd się bierze nagonka na gender czyli przepis na wroga », Tygodnik Powszechny, nº 44, en ligne : www.tygodnikpowszechny.pl/przepis-na-wroga-20971?language=pl (septembre 2018).

Sierakowski Sławomir (2014 a), « Gender Kościoła Polskiego », dans Gender. Przewodnik Krytyki Politycznej, Varsovie, Wydawnictwo Krytyki Politycznej, p. 8-13.

Sierakowski Sławomir (2014 b), « The Polish Church’s Gender Problem », New York Times, 26 janvier, en ligne : www.nytimes.com/2014/01/27/opinion/sierakowski-the-polish-churchs-gender-problem.html?_r=4 (septembre 2018).

Snochowska-Gonzalez Claudia (2012), « Post-colonial Poland—On an Unavoidable Misuse », East European Politics and Societies, nº 4, p. 708-723.

Stawiszyński Tomasz (2013), « Czemu służy straszenie ideologią gender? Rozmowa z Magdaleną Radkowską-Walkowicz », Dziennik Opinii Krytyki Politycznej, 12 décembre, en ligne : www.krytykapolityczna.pl/artykuly/opinie/20131212/czemu-sluzy-straszenie-ideologia-gender (septembre 2018).

Strelnyk Elena (2017), « “For The Sake of Our Children’s Future”: The Conservative Parents’ Movement in Ukraine », dans Katalin Fábián & Elżbieta Korolczuk (dir.), Rebellious Parents: Parental Movements in Central and Eastern Europe and Russia, Bloomington, Indiana University Press.

Szelewa Dorota (2014), « The Second Wave of Anti-Feminism? Post-Crisis Maternalist Policies and the Attack on the Concept of Gender in Poland », Gender, Rovne Prilezitosti, v yzkum Rocnik, nº 2, p. 33-46.

Notes

1  Nous avons étudié des articles et des rapports publiés sur des sites internet qui sont centraux dans la mobilisation anti-genre (www.stop-seksualizacji.pl ; www.stopgender.pl) et dans des organes de presse catholiques et de droite (www.fronda.pl ; www.niedziela.pl ; www.naszdziennik.pl ; http://gosc.pl ; www.wsieci.pl ; www.ekai.pl, www.poloniachristiana.pl), ainsi que des publications et des débats sur l’« idéologie du genre » dans les grands médias (www.rp.pl ; www.gazeta.pl ; www.tvn.pl) tout au long des années 2013 et 2014. Nous nous sommes concentrées sur les matériaux qui comprenaient les mots-clés « genre », « genderisme » et « idéologie du genre » et avons cherché à produire une analyse compréhensive des principaux acteurs, arguments et évolutions de la mobilisation, ainsi que des cadres d’interprétation utilisés.

2  GUS, « Stosunek do instytucji państwa oraz partii politycznych po 25 latach », 2014, en ligne : www.cbos.pl/SPISKOM.POL/2014/K_068_14.PDF (septembre 2018).

3  Le processus de ratification a été finalisé en mars 2015, mais le gouvernement de droite, au pouvoir depuis novembre 2015, a annoncé son intention de retirer la Pologne de l’accord.

4  Dariusz Kowalczyk, « Rządu troska o geja », Gość Niedzielny, 20 septembre 2012, en ligne : http://gosc.pl/doc/1295964.Rzadu-troska-o-geja (septembre 2018).

5  « Pedofilia wśród Księży: Kontrowersyjne słowa abp. Michalika », Polskie Radio, 8 octobre 2013, en ligne : www.polskieradio.pl/5/3/Artykul/950644,Pedofilia-wsrod-ksiezy-Kontrowersyjne-slowa-abp-Michalika (septembre 2018).

6  Conférence des évêques de Pologne, « Pastoral Letter of the Bishops’ Conference of Poland to be Used on the Sunday of the Holy Family », 2013, en ligne : http://episkopat.pl/pastoral-letter-of-the-bishops-conference-of-poland-to-be-used-on-the-sunday-of-the-holy-family-2013/ (septembre 2018).

7  « Homoseksualiści nie poprzestaną na legalizacji małżeństw », Stefczyk.info, 2015, en ligne : www.stefczyk.info/publicystyka/opinie/ks-prof-oko-homoseksualisci-nie-poprzestana-na-legalizacji-malzenstw,14174536655 (septembre 2018).

8  Le Comité parlementaire contre l’athéisation de la Pologne est un organisme composé exclusivement de député.e.s du parti de droite Prawo i Sprawiedliwość (PiS, Droit et Justice, qui a remporté les élections plus d’un an plus tard, en automne 2015).

9  Artur Stelmasiak, « Edukacja będzie wolna od gender », Niedziela, 17 novembre 2015, en ligne : www.niedziela.pl/artykul/19103/Edukacja-bedzie-wolna-od-gender.

10  Cette proposition de loi citoyenne (nº 784) peut être consultée en ligne : http://orka.sejm.gov.pl/Druki8ka.nsf/0/CDB8B631C2EFE830C1258014002A4E47/%24File/784.pdf (septembre 2018). La loi polonaise limite déjà strictement l’accès à l’avortement, qui est illégal en-dehors des trois exceptions suivantes : si la grossesse est le résultat d’un viol ou d’un inceste prouvé, si la vie de la femme est en danger ou si le fœtus est « sérieusement malformé ».

11  « Letter from the Congress of Women to His Holiness Pope Francis », Congrès des femmes polonaises, 2013, en ligne : www.kongreskobiet.pl/en-EN/news/show/letter_from_the_congress_of_women_to_his_holiness_pope_francis (septembre 2018).

Auteur

Agnieszka Graff est professeure associée à l’American Studies Center de l’Uniwersytet Warszawski, où ses enseignements s’inscrivent dans les domaines de la culture, la littérature et le cinéma étatsuniens, des études afro-américaines et des études de genre. Elle est l’auteure des livres Świat bez kobiet (Un monde sans femmes, 2001), Rykoszetem (Balles perdues – Genre, sexualité et nation, 2008), Magma (Le bourbier, 2010) et Matka Feministka (Mère et féministe, 2014), ainsi que de nombreux chapitres et articles dans des livres et des revues telles que Public Culture, Feminist Studies. Agnieszka Graff est aussi militante et commentatrice dans les médias : elle est membre fondatrice de l’Alliance des femmes du 8 mars, co-organisatrice et conférencière du Congrès des femmes polonaises et collabore avec des organisations telles que la fondation Helsinki, la fondation Batory, la fondation Heinrich Boell et Krytyka polityczna. Elle écrit pour les revues et journaux les plus importants (dont Gazeta Wyborcza) et a signé l’introduction aux éditions polonaises de Feminine Mystique de Betty Friedan (2012), Backlash de Susan Faludi (2013) et Sister Outsider d’Audre Lorde (2015). L’article « Gender as “Ebola from Brussels”: The Anticolonial Frame and the Rise of Illiberal Populism », coécrit avec Elżbieta Korolczuk, est paru dans Signs: Journal of Women of Culture and Society (2018).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search