Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Georges Perec artisan de la langue

 | 
Véronique Montémont
, 
Christelle Reggiani

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Marie Bonnot est agrégée de lettres modernes et membre associé de l’équipe d’accueil « Écritures de la modernité » dirigée par Alain Schaffner (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3). Elle consacre principalement ses recherches à l’écriture du rêve au xxe siècle et prépare actuellement une thèse sur ce sujet. Membre du conseil d’administration de l’Association Georges Perec, elle a écrit plusieurs articles et communications sur cet auteur, mais travaille également sur les œuvres de Marcel Proust et sur l’Oulipo. Elle a rédigé sous la direction d’Alain Schaffner deux mémoires portant sur l’œuvre de Georges Perec : L’Écrivain, la psychanalyse et le rêve : « La Boutique obscure » de Georges Perec, une écriture du déplacement et D’une chambre l’autre. Le thème de la chambre chez Marcel Proust et Georges Perec. Elle a récemment publié un article intitulé « Reprendre, citer et ne pas dire : enquête sur l’intertextualité proustienne dans l’œuvre de Perec », dans Le Cabinet d’amateur : revue d’études perecquiennes.

2Florence de Chalonge est maître de conférences en littérature française à l’Université Charles de Gaulle-Lille III et spécialiste de l’œuvre de Marguerite Duras. Elle a publié en 2005 Espace et récit de fiction : le cycle indien de Marguerite Duras aux Presses du Septentrion et a dirigé plusieurs volumes collectifs et numéros de revue consacrés à cet auteur (Roman 20-50, La Revue des lettres modernes). Elle collabore actuellement à l’édition des Œuvres complètes de Marguerite Duras chez Gallimard, dans la collection de la Pléiade (2011-2014). En ce qui concerne l’œuvre de Georges Perec, elle a codirigé avec Christelle Reggiani le numéro 51 de juin 2011 de la revue Roman 20-50 consacré aux Choses et à Un homme qui dort. Ses recherches portent par ailleurs sur des questions de théorie littéraire et de poétique du récit.

3Isabelle Dangy est l’auteur d’une thèse portant sur le thème de l’énigme dans l’œuvre de Georges Perec, publiée en 2002 chez Champion. Elle est membre du Cierec et son travail actuel concerne l’œuvre de divers écrivains contemporains tels que Jean Echenoz, Olivier Rolin, Christian Garcin, Bertrand de la Peine, Jean-Loup Trassard, Jean-Philippe Toussaint, Patrick Modiano, Christian Gailly, Anne-Marie Garat, à propos desquels elle a écrit un certain nombre d’articles. Ses recherches portent aussi sur des romanciers antérieurs tels que Jules Romains ou André Dhôtel. Elle est membre de l’Association Georges Perec et continue à travailler l’œuvre de cet auteur. Elle s’intéresse également à la littérature japonaise, et aux échanges qui ont lieu à l’époque contemporaine entre la littérature française et les cultures orientales.

4Jacques Dürrenmatt est professeur de stylistique et poétique à l’Université de Paris-Sorbonne. À la suite d’une thèse qui étudiait le rôle esthétique de la ponctuation, il a publié plusieurs ouvrages consacrés aux questions soulevées par la division et la fragmentation du texte romanesque romantique (Bien coupé, mal cousu), aux utilisations esthétiques de l’ambiguïté linguistique (Le Vertige du vague) ou à des questions de stylistique (La Métaphore, Stylistique de la poésie). Il est aussi l’auteur de nombreux articles qui tentent de saisir le goût affiché par l’époque romantique pour expérimentation, excentricité et monstruosité lisibles autant que visibles ou qui s’intéressent à la matérialité du texte littéraire ; ceux-ci sont parus dans Poétique, L’Information grammaticale, La Licorne, entre autres. Il a dirigé par ailleurs deux numéros de revue consacrés au rôle joué par les notes de bas de page, un numéro de Romantisme sur les « polices du langage » et plusieurs collectifs sur des questions de typographie ou de style. Il s’intéresse depuis plusieurs années à ce que la bande dessinée apporte de neuf dans le champ de la littérature et, dans la continuité de plusieurs articles, prépare un livre sur le sujet pour Garnier en parallèle avec un autre sur la ponctuation à paraître chez Ophrys.

5Yvonne Goga est professeur des universités au Département de langues et littératures romanes, à la Faculté des lettres de l’Université Babes-Bolyai de Roumanie. Elle dirige le Centre d’étude du roman français actuel ainsi que l’École doctorale de la Faculté des lettres ; elle est aussi directrice de projets de recherches scientifiques. Ses domaines de recherches sont la littérature française du xxe siècle et le roman français du xxie siècle. Elle a publié dans ce domaine quatre-vingts articles et études, six livres (Tendances du roman français au xxe siècle, Novateurs du discours poétique français, Le Rêve dans le roman de Marcel Proust, Espaces de l’identité, Proust en Roumanie, Moments littéraires) et dix éditions en collaboration.

6Maryline Heck, ancienne élève en philosophie de l’ENS (Lyon), agrégée de lettres modernes, est maître de conférences en littérature française contemporaine à l’Université de Tours. Elle a notamment publié sur Perec, en 2012, Georges Perec. Le corps à la lettre aux éditions José Corti, et dirigé le volume des Cahiers Georges Perec no 11 (« Filiations perecquiennes ») paru aux éditions du Castor Astral. Elle a également coordonné le dossier du Magazine littéraire no 490 (octobre 2009) consacré à Patrick Modiano et, avec Raphaëlle Guidée, le Cahier de l’Herne qui lui a été consacré. Enfin, elle a traduit, avec Jeanne-Marie Hostiou, Everydaylife de Michael Sheringham, qui paraîtra en version française sous le titre Traversées du quotidien aux PUF en avril 2013.

7Julien Longhi est maître de conférences en sciences du langage à l’Université de Cergy-Pontoise (IUT de Cergy-Pontoise). Il est spécialisé en analyse du discours et en sémantique et ses recherches portent sur les mécanismes de construction du sens dans les discours, en particulier politiques et médiatiques. Il a publié deux ouvrages sur la sémantique du discours : Objets discursifs et doxa : essai de sémantique discursive (2008) et Visées discursives et dynamiques du sens commun (2011) dans la collection « Sémantiques » de L’Harmattan, ainsi qu’un Dictionnaire de pragmatique, en collaboration avec Georges-Élia Sarfati (Armand Colin, 2012). Ses travaux portent également sur la linguistique de corpus, et il a dirigé avec Nathalie Garric deux volumes consacrés à cette question : « L’analyse linguistique des corpus discursifs : des théories aux pratiques, des pratiques aux théories », Cahiers du LRL, no 3 (2009), et « L’analyse de corpus face à l’hétérogénéité des données », Langages, no 187 (2012). Enfin, il s’intéresse aussi aux théories énonciatives, et a en particulier édité « L’énonciation et les voix du discours », Tranel, no 56 (2012).

8Lucia Manea a entrepris de s’orienter dans les multiples espèces d’espaces, littéraires ou autres, avant d’étudier les liens entre les listes de lieux et les styles chez Perec. Pour ce faire convenablement, elle s’est d’abord attelée à une thèse, au Québec, sur les espaces de Yourcenar, ensuite à des recherches postdoctorales, en France, sur la spatialité dans le roman contemporain de langue française. Pour arriver à articuler la représentation des lieux et leur écriture, elle a poursuivi son parcours en préparant en collaboration un collectif transdisciplinaire sur les Mémoires de l’espace et les actes du colloque international La Poétique de l’espace dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar. Ses recherches actuelles portent sur les rapports entre espaces, esthétiques et genres littéraires. À l’ATILF (Nancy) elle contribue à la transformation de la base de données Frantext où Perec est bien représenté.

9Véronique Montémont est maître de conférences à l’Université de Lorraine et membre de l’ATILF-CNRS. Spécialiste des récits autobiographiques et de l’œuvre de Jacques Roubaud, elle ne dissimule plus ses sympathies perecquiennes. Elle dirige la base de données Frantext.

10Dominique Moncond’huy est professeur de littérature française du xviie siècle à l’Université de Poitiers. Il travaille sur le théâtre grave et, plus récemment, sur les cabinets de curiosités. Mais il s’intéresse aussi aux formes poétiques (Le Sonnet, Gallimard, « Folioplus classiques », 2005 ; direction du dossier « Le sonnet contemporain. Retours au sonnet », Formules, no 12, 2008), à la poésie contemporaine (articles sur J. Roubaud, P. Lartigue, J. Stéfan…) et à l’Oulipo (Pratiques oulipiennes, Gallimard, « La Bibliothèque Gallimard », 2004), notamment à Roubaud, à Jacques Jouet (il co-organise un colloque qui lui sera consacré à Poitiers en juin 2013) et à Perec (en particulier à Espèces d’espaces, sur lequel il prépare un essai). Il a dirigé ou codirigé plusieurs numéros de la revue La Licorne : « Le tombeau poétique en France », no 29 (1994), « Roubaud », no 40 (1997), « Racine poète », no 50 (1999), « Les camps et la littérature », no 51 (1999) et no 78 (rééd. 2007), « La morale élémentaire. Aventures d’une forme poétique, Queneau, Oulipo, etc. », no 81 (2008).

11Marc Parayre est docteur en littérature, maître de conférences en langue et littérature françaises à l’Université de Montpellier 2 et membre du LIDERF-ALFA (Laboratoire interdisciplinaire de recherche en didactique, éducation & formation/Équipe activité, langage, formation). Outre que La Disparition n’a plus de secrets pour lui, celui qui se définit comme un « obsédé textuel » s’intéresse également à la littérature jeunesse, aux problèmes de traduction littéraire et aux procédures linguistiques complexes mobilisées, entre autres, par les chansons de Boby Lapointe.

12Isabelle Parnot est agrégée de lettres modernes, docteur ès lettres et membre du LASELDI (Besançon). Ses thèmes de recherches sont, dans l’ordre alphabétique, l’altération, l’altérité, l’anglais, l’écriture à contrainte, l’étrangeté, la textualité, la traduction ; combinaison suprêmement perecquienne qui ne pouvait que la mener vers l’étude des Revenentes.

13Paulette Perec, conservateur en chef honoraire à la Bibliothèque nationale de France, a réalisé, avec la collaboration d’Ela Bienenfeld et de Bianca Lamblin, un inventaire des papiers de Georges Perec (manuscrits, correspondance reçue, photographies) en dépôt à la Bibliothèque de l’Arsenal. Elle est l’auteur d’une « Chronique de la vie de Georges Perec » publiée dans l’ouvrage Portrait(s) de Georges Perec (Paris, Bibliothèque nationale de France, 2001), qu’elle a dirigé.

14Catherine Rannoux est professeur de langue française et stylistique à l’Université de Poitiers. Ses travaux portent notamment sur le dialogisme et la polyphonie, les phénomènes de représentation de discours autre (dans la filiation des travaux de Jacqueline Authier-Revuz), les rapports entre style et genèse, et la question de l’imaginaire de la langue chez les écrivains français des xxe et xxie siècles (Annie Ernaux, Laurent Mauvignier, Claude Simon, Jacques Roubaud, Sylvie Germain, etc.).

15Christelle Reggiani est professeur de langue et littérature françaises à l’Université Charles de Gaulle-Lille III. Elle a notamment publié, outre de nombreux articles sur l’œuvre de Georges Perec, Rhétoriques de la contrainte. Georges Perec, l’Oulipo (Éditions InterUniversitaires, 1999), Éloquence du roman. Rhétorique, littérature et politique aux xixe et xxe siècles (Droz, 2008), L’Éternel et l’Éphémère. Temporalités dans l’œuvre de Georges Perec (Rodopi, 2010).

16Matthieu Rémy est maître de conférences en langue et littérature françaises à l’Université de Lorraine. Il a consacré sa thèse de doctorat à une comparaison entre les parcours d’écrivains de Georges Perec et Guy Debord. Ses recherches se concentrent aujourd’hui sur la représentation de la société de consommation dans le roman contemporain, des Choses aux récits de l’extrême-contemporain.

17Hermes Salceda est professeur de langue et littérature françaises à l’Université de Vigo. Il s’occupe essentiellement des textes de Raymond Roussel et de Georges Perec en tant que traducteur et en tant que critique. Il s’efforce, comme traducteur, de transposer en espagnol la complexité textuelle des écrits de ces auteurs en respectant leurs contraintes d’écriture souvent difficiles. Il l’a fait pour le grand lipogramme de Perec qu’est La Disparition, pour les Textes-genèse de Roussel et pour Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? de Perec. Il est aussi l’auteur de divers travaux sur des problèmes concernant les rapports de la contrainte au récit, le statut du paratexte et la problématisation de la traduction à travers des textes à contraintes. Il codirige la série Raymond Roussel de La Revue des lettres modernes publiée par les éditions Minard et la revue Formules, publiée par les Presses universitaires du Nouveau Monde (New York).

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540