Version classiqueVersion mobile

Campagnes anti-genre en Europe

 | 
Roman Kuhar
, 
David Paternotte

De la chaire à la rue : les positions religieuses ultra-conservatrices contre le genre en Espagne

Monica Cornejo

Texte intégral

1Si les mouvements religieux contre le genre constituent un phénomène transnational, le cas espagnol a été le premier exemple en Europe d’une mobilisation de rue massive de la part du monde catholique (Paternotte, 2015), ce qui a ensuite inspiré d’autres mobilisations sur le territoire européen. En 2005, le Parlement espagnol a légalisé le mariage pour les couples de même sexe dans le cadre d’un ensemble de mesures portant sur l’égalité de genre ainsi que sur les droits sexuels et reproductifs (Pichardo, 2011). Depuis, l’Église catholique espagnole a tenté de faire abroger ces réformes en prenant part à des manifestations de masse ainsi qu’en attisant la contestation contre le mariage des couples de même sexe et les avancées des droits des femmes.

2Néanmoins, l’approche de l’Église a évolué au cours des dix dernières années. Les évêques catholiques et la Conférence épiscopale espagnole (CEE) se sont peu à peu effacés du devant de la scène des mobilisations, tandis que les laïc.que.s catholiques ont gagné en visibilité. Des groupes tels que HazteOír (HO, Fais-toi entendre), le Foro Español de la Familia et le nouveau parti politique Vox partagent ainsi une base sociale, des stratégies et un discours de droite radicale. Ce discours ne porte pas seulement sur des questions religieuses et éthiques, mais exprime également des inquiétudes au sujet de l’identité nationale et des critiques envers le parti conservateur modéré Partido Popular (PP, Parti du peuple), qui est le parti de droite hégémonique.

  • 1  Selon les rapports du Centro de Investigaciones Sociológicas (CIS, Centre d’enquêtes sociologiques (...)

3Bien qu’impressionnantes en nombre, ces mobilisations n’ont pas réussi à infléchir l’opinion publique ni à faire reculer les droits relatifs au genre et à la sexualité. En réalité, le soutien populaire au mariage entre personnes de même sexe n’a pas diminué (une majorité de la population y étant favorable1) et les lois principales dans ce domaine (qui comprennent le droit au mariage pour les couples de même sexe, la pénalisation de la violence de genre, l’égalité de genre dans les programmes scolaires nationaux et l’avortement) ont été maintenues après l’élection du gouvernement conservateur en 2011 (Pichardo & Cornejo, 2015).

  • 2  D’après un rapport du Pew Research Center (2011), l’Espagne est le quatrième pays d’Europe en ce q (...)

4Étant donné que l’Espagne est l’un des pays les plus catholiques d’Europe2, ce chapitre interroge les raisons de cet échec et examine les caractéristiques et le répertoire d’action des principaux acteurs conservateurs. Selon nous, ces tentatives ont échoué parce que les principaux acteurs anti-genre ont adopté une stratégie d’affrontement (Aguilar, 2013), qui a mené à une scission entre acteurs radicaux et modérés. Cette explication s’appuie sur la notion de radical flank effect, qui porte sur les conséquences des actions et des discours des acteurs radicaux sur leur réputation en tant qu’acteurs politiques et sur la perception de la légitimité de leurs revendications (Haines, 1984 ; 2013, p. 536).

5Puisque les questions d’efficacité, de réputation et de légitimité ne peuvent pas être appréhendées séparément du contexte culturel et historique spécifique, nous commençons par donner un aperçu du paysage religieux espagnol. Ensuite, nous explorons la montée et la diffusion de la rhétorique catholique sur l’« idéologie du genre » en prenant en compte les réformes législatives progressistes et pro-genre qui ont fixé le rythme des mobilisations qui s’y sont opposées. Enfin, nous fournissons une analyse détaillée des acteurs, en nous concentrant sur leurs stratégies, leurs comportements et leur évolution entre 2004 et 2015. Nous concluons en rassemblant ces éléments (le contexte, les discours et les stratégies) afin d’expliquer pourquoi l’affrontement et la radicalisation ont participé à l’échec du mouvement anti-genre espagnol jusqu’à présent.

La religion, la société et la politique

6Des sondages récents (CIS, 2015 a) révèlent que 70 % des Espagnol.e.s se considèrent comme catholiques. Cependant, seul.e.s 13,3 % assistent régulièrement à des cérémonies religieuses (CIS, 2015 a), et 53,4 % considèrent que la religion joue un rôle limité ou nul dans leur vie (Bescansa & Jerez, 2013, p. 9). Au vu de ce contexte, les rapports entre l’Église catholique et la société espagnole sont globalement ambigus. Ce fait découle de la proximité entre l’Église et le franquisme pendant la guerre civile espagnole et la dictature qui a suivi (1936-1975). Au début de la guerre civile, l’Église a apporté un soutien enthousiaste au mouvement fasciste (Payne, 1984). Franco s’est ensuite attribué le droit de nommer les évêques (refusant l’autorité de Rome) et a entretenu une coterie loyale d’évêques et d’institutions religieuses nationales. De ce fait, alors que l’Église catholique incarne des valeurs positives telles que la liberté, la tolérance et la démocratie dans des pays tels que la Pologne, l’Église espagnole est souvent associée dans l’imaginaire collectif à la dictature, aux purges politiques et chasses aux sorcières, au sexisme et à la répression sexuelle.

  • 3  D’après les résultats du sondage European Values Survey (EVS) pour l’année 2008, sur une échelle d (...)

7Cet héritage historique est à l’origine du fossé culturel qui sépare les catholiques de l’Église. Il n’existe pas d’information fiable sur le sujet avant les années 1980, puisque le catholicisme était obligatoire sous la dictature et que les citoyens ne pouvaient pas exprimer leur foi librement. Depuis le passage à la démocratie, les sondages de l’opinion publique sur les questions morales tout comme les données sur la tolérance religieuse indiquent que le fossé culturel entre les Espagnol.e.s et l’Église catholique ne cesse de se creuser. Les catholiques espagnol.e.s ne suivent plus la doctrine de l’Église sur des sujets comme les relations sexuelles avant le mariage, l’homosexualité, la contraception, le divorce ou encore l’avortement (Bericat, 2015, p. 14013). Ainsi, le mariage pour les couples de même sexe est largement accepté par les catholiques (48 % des catholiques pratiquant.e.s, 67 % des catholiques pratiquant de manière irrégulière et 69 % des catholiques non pratiquant.e.s ; voir Assiego, 2015). De plus, selon le sondage Univision, l’Espagne est le pays où les catholiques sont le plus disposés à accepter l’idée que les prêtres célèbrent des cérémonies de mariage pour des couples de même sexe, bien que cela soit contraire à la position officielle de l’Église (« Católicos difieren con la doctrina de la Iglesia en temas clave », 2014).

  • 4  L’anticléricalisme politique et révolutionnaire a joué un rôle central dans l’histoire espagnole, (...)

8La grande visibilité des personnes lesbiennes, gay, bisexuelles et transgenres (LGBT) a contribué à créer une large acceptation sociale (Pichardo, 2009), les croyant.e.s faisant passer les droits de leurs ami.e.s ou membres de leur famille non hétérosexuel.le.s avant l’autorité de la hiérarchie catholique. Au cours de notre travail de terrain, nous avons ainsi rencontré une femme qui a grandi avec de fortes convictions religieuses pendant la dictature et a découvert que l’un de ses enfants était gay. Confrontée au dilemme consistant à choisir entre l’autorité de l’Église (et le fait d’endommager la relation avec son enfant) d’une part et l’acceptation de l’orientation sexuelle de son enfant et le maintien de la relation d’autre part, elle a choisi la seconde option (Pichardo, 2009, p. 166). C’est un scénario qui a de fortes chances de se produire à une large échelle, aujourd’hui, dans une Espagne de culture catholique : une importante portion de la société se définit comme catholique mais ne va pas à l’Église. Cet état de fait correspond au modèle culturel traditionnel de l’anticléricalisme populaire (Behar, 1990 ; Cornejo Valle, 2008)4.

9En matière de tolérance religieuse, l’analyse de Gart Pickel pour le Religion Monitor montre que l’Espagne affiche le plus haut degré de polarisation entre les groupes les plus laïcs et les « groupes religieux dogmatiques » en Europe (Pickel, 2013, p. 13) : seul un petit groupe de croyant.e.s est considéré comme « dogmatique », dans la mesure où ces personnes ont tendance à croire qu’elles seront les seules à être sauvées (10 % des catholiques espagnol.e.s ; ibid., p. 35). Cette analyse nous aide à comprendre pourquoi les militant.e.s anti-genre ne représentent qu’une minorité au sein de la population. Le rapport de Pickel confirme également le fait que les valeurs de la laïcité sont largement acceptées : pour la plupart des Espagnol.e.s, la politique et l’État doivent être laïcs, avec une séparation nette entre politique et religion, sans possibilité pour les autorités religieuses d’influencer les décisions du gouvernement (Pickel, 2013, p. 26). Dans ce scénario, le niveau élevé de polarisation religieuse explique également pourquoi les minorités dogmatiques ont fini par adopter des positions extrémistes.

  • 5  Depuis 1992, des droits similaires ont été étendus à la Fédération des communautés juives d’Espagn (...)

10En somme, l’Espagne peut être décrite comme une société largement indifférente à l’Église catholique et où la religion semble avoir peu de répercussions sur la vie quotidienne, les valeurs et la politique. Néanmoins, l’Église demeure un acteur politique de poids. En 1979, un accord a été signé avec le Saint-Siège qui concède à l’Église catholique des droits et des privilèges dans quatre domaines importants : une autonomie légale partielle, l’éducation, le patrimoine culturel et le financement public ainsi que l’aumônerie catholique dans les forces armées, les hôpitaux et les prisons (Moran, 1995, p. 535)5. Ce traitement de faveur accordé par l’État, qui a été maintenu par tous les gouvernements démocratiques, n’est toutefois pas révélateur des attitudes du public envers le catholicisme, mais indique l’intérêt marqué des évêques et de la minorité dogmatique pour la rechristianisation de la société et des politiques publiques (De Andres, 2013). Comme le montrent d’autres cas au niveau international, la volonté de combattre le « laïcisme » a fait des enjeux autour du genre un champ de bataille décisif (Paternotte, 2015).

L’émergence du discours sur l’« idéologie du genre »

11Le terme d’« idéologie du genre » est apparu pour la première fois dans un document de l’Église catholique espagnole en 2001. Dans une instruction pastorale intitulée « La famille, sanctuaire de la vie et espoir de la société », les évêques dénonçaient les tentatives de présenter les différences sexuelles comme un simple produit de la culture, servant prétendument les intérêts du lobby gay et des féministes radicales et visant à troubler les adolescent.e.s et à libérer les femmes (CEE, 2001, § 34). Si le sujet a été traité dans les médias catholiques depuis lors, il n’a pas émergé dans les médias généralistes avant le milieu des années 2000, lorsque José Luis Rodríguez Zapatero a accédé au poste de Premier ministre.

  • 6  Il s’agit de : la loi 13/2005 qui amende le Code civil afin de légaliser le mariage pour les coupl (...)

12Lors de son premier discours, Zapatero a annoncé son intention de légaliser le mariage pour les couples de même sexe et de mettre en place des réformes de grande ampleur pour l’égalité de genre ; ces projets sont devenus des mesures phares de son mandat (Rodríguez Zapatero, 2004, p. 18). Ceci a provoqué une vague de réactions hostiles de la part des partis conservateurs et de l’Église. Dans les mois qui ont suivi, la CEE, dirigée par le cardinal Rouco Varela, archevêque de Madrid, a lancé une campagne médiatique contre ces réformes. Pour donner quelques exemples, le porte-parole de la CEE, Mgr Martinez Camino, a déclaré qu’accepter le mariage des couples de même sexe revenait à inoculer un virus au sein de la société (Bastante, 2004), tandis que Mgr Amigo, archevêque de Séville, a décrit le mariage des couples de même sexe comme un cheval de Troie dissimulant une conspiration contre les chrétien.ne.s (Carmona, 2005). À partir de ce moment, la terminologie de l’« idéologie du genre » est devenue centrale dans le discours des représentant.e.s de l’Église catholique et a été reprise par un petit nombre de militant.e.s de droite radicale. La mobilisation anti-genre a connu trois vagues (2005, 2008-2009, 2012), qui correspondent au calendrier des réformes légales adoptées en Espagne au cours des dix dernières années6.

Les acteurs anti-genre et leurs stratégies

13On peut identifier quatre types de militant.e.s anti-genre en Espagne : la hiérarchie de l’Église catholique, les associations anti-avortement traditionnelles, un nouveau lobby néoconservateur et des partis de droite radicale. Ces groupes se distinguent par leur nature, leur position sociale et politique, les ressources et les stratégies qu’ils mobilisent, mais partagent un air de famille et une opposition impitoyable au mariage des couples de même sexe, à l’avortement, à l’éducation sexuelle et au genre, aux technologies de reproduction, à la maternité pour autrui, à la reconnaissance des violences de genre, aux questions trans* (en particulier dans les services de santé publique) et même à la présence des études de genre dans les universités publiques.

14Ponctuellement, le parti de droite modérée PP a fait alliance avec ces groupes, en particulier sous le gouvernement de Zapatero (2004-2011). En retour, les catholiques ultraconservateurs ont soutenu la campagne électorale du PP pendant les élections nationales en 2011 (permettant au parti de remporter une majorité parlementaire absolue), mais leurs chemins se sont séparés et un parti plus radical, Vox, a fait sécession du PP en 2013.

La hiérarchie de l’Église catholique

  • 7  Pour un point de vue différent, voir Montero, Calvo & Martínez, 2008.

15Dans la mesure où l’État espagnol a traditionnellement accordé un traitement de faveur à l’Église, la CEE est généralement considérée comme un des lobbys les plus puissants du pays. Les médias ménagent une grande place à ses déclarations, en particulier lorsqu’elles sont polémiques, et les changements de dirigeants au sein de l’Église influencent généralement les débats politiques. Cette influence est cependant limitée, car l’activation du clivage autour de l’identité religieuse n’affecte qu’une petite partie de la société, principalement les personnes allant à l’église (13,3 % des Espagnol.e.s), tandis que les autres catholiques ne se conforment pas à la doctrine ou aux opinions des évêques7.

  • 8  Rouco Varela a contribué au livre Eleven Cardinals talk about Marriage and Family, qui constitue u (...)
  • 9  Tels que « Acerca de la objeción de conciencia ante una ley radicalmente injusta que corrompe la i (...)

16De plus, l’élection du pape François a été annonciatrice de changements au sein de l’Église espagnole. En 2014, le controversé cardinal Antonio Maria Rouco Varela, président de la CEE depuis 2008, a été remplacé par Mgr Ricardo Blazquez. Aujourd’hui archevêque émérite de Madrid, Rouco Varela était un adversaire féroce des politiques de genre et l’un des instigateurs des deux plus grandes manifestations contre le mariage des couples de même sexe ainsi que des rassemblements de masse pour la défense de la famille. Il s’est également positionné publiquement contre le pape François à l’occasion des deux synodes sur la famille8. Pourtant, c’est le prétendument modéré Mgr Blazquez qui était à la tête de la CEE durant les périodes de militantisme anti-genre les plus actives (2005-2008), lorsque certains des documents doctrinaux les plus importants sur le sujet ont été publiés9.

17Certains évêques sont également devenus des célébrités du militantisme anti-genre en raison de leur rhétorique homophobe et antiféministe. Le cardinal Cañizares, archevêque de Valence, a été formellement accusé par le procureur de Valence de crime motivé par la haine contre les gays et les femmes en 2016 (Ochando, 2016). Juan Antonio Reig Pla, évêque d’Alcalá, qui a présidé la commission Famille et vie de la CEE et contribué à la rédaction du Lexique de la famille, a été l’objet de poursuites judiciaires pour avoir comparé le féminisme au nazisme en 2014 (« Lluvia de querellas al obispo de Alcalá por sus declaraciones sobre el aborto y los homosexuales », 2014). L’archevêque de Grenade, Francisco Javier Martínez, a également été accusé d’incitation à la violence de genre par le bureau du procureur général de Grenade pour avoir publié l’édition espagnole du livre de Costanza Miriano, Cásate y sé sumisa (Marie-toi et sois soumise, Nuevo Inicio, 2013). Enfin, José Ignacio Munilla et Demetrio Fernández, respectivement évêques de Saint-Sébastien et de Cordoue, ont également tenu des propos homophobes et sexistes à de nombreuses reprises et ont régulièrement participé aux événements « pro-famille ».

18Jusqu’à présent, les accusations de discours de haine ou de discrimination portées contre des ecclésiastiques ont toujours été rejetées ou les affaires réglées sans qu’il n’y ait de peine prononcée par les tribunaux en vertu du droit à la liberté religieuse. Cette interprétation judiciaire permet aux ecclésiastiques de produire un discours public de haine sans aucune conséquence légale, politique ou économique, ce qui décourage les militant.e.s féministes et LGBT de saisir la justice. Si les laïc.que.s catholiques sont prudent.e.s face au risque de possibles poursuites judiciaires, les ecclésiastiques peuvent être plus injurieux. Dans le même temps, les Espagnol.e.s constituent pour eux un auditoire captif, par exemple lors des rites de passage à l’occasion d’événements marquants, qui existent dans de nombreux groupes sociaux et sont importants pour la vie sociale des individus. L’Église catholique exerce encore un monopole sur les baptêmes, les premières communions, les enterrements et les rites locaux et traditionnels, et les personnes LGBT doivent se soumettre à ses représentants si elles veulent pouvoir y prendre part (Stéfano Barbero & Pichardo, 2016).

Le Foro Español de la Familia

19Fondé en 2000, le Foro Español de la Familia (FEF) est un réseau constitué de plus de 5 000 associations différentes qui prétendent représenter « plus de 4 millions de familles espagnoles » (Foro Español de la Familia, 2015). Bien qu’elles mettent en avant une approche non religieuse de la famille, les associations les plus influentes au sein du FEF sont explicitement ou implicitement catholiques. Parmi ses membres, on trouve l’Asociación Católica de Propagandistas (Association catholique de propagandistes), l’Asociación Católica de Farmacéuticos (Association espagnole des pharmaciens catholiques), la Confederación Católica Nacional de Padres de Familia y Padres de Alumnos (Confédération catholique nationale des pères et mères de famille et de parents d’élèves — CONCAPA), l’Asociación para la Objeción de Conciencia (Association pour l’objection de conscience), l’Instituto de Vida Familiar – S.O.S Familia (Institut de la vie de famille – S.O.S. famille), et les Formadores de planificación de la familia natural (Formateurs du planning familial naturel). On y trouve également des groupes religieux tels que les Légionnaires du Christ et sa branche de laïc.que.s Regnum Christi (représentée par des fondations telles qu’Altius, Dif), ainsi que des individus appartenant à des groupes comme la Fundación Más Humano (fondation Plus humain) et l’Opus Dei, représenté par l’Evangelium Vitae et la Fundación Familia, Sociedad y Educación (fondation Famille, société et éducation). Le président du FEF, Benigno Blanco, est notoirement surnuméraire de l’Opus Dei.

20Les missions du FEF comprennent la défense de la famille à l’aide des outils terminologiques de l’Église catholique (dont l’« idéologie du genre »), la défense du mariage comme institution « essentielle » (ce qui implique de s’opposer au mariage des couples de même sexe), la défense de la vie humaine comme « inséparable de la famille » (donc l’opposition au féminisme en général et à l’avortement en particulier) et la défense du « droit des parents à éduquer leurs enfants dans la liberté » (opposition à l’éducation sexuelle et au genre dans les écoles).

21Bien qu’il ait souvent recours à un langage défensif, le FEF déclare vouloir « proposer et expliquer des mesures de politique familiale aux partis politiques », révélant ainsi son objectif d’influencer les politiques publiques. Selon la présentation que l’on trouve en ligne, sa « manière de faire les choses » comprend la promotion d’actions spécifiques « qui ont une résonance sociale et publique, telles que la signature de pétitions ou les grandes manifestations... afin de susciter le débat et d’en appeler à la conscience collective » (Foro Español de la Familia, 2009, p. 8).

22En 2005, le FEF a lancé deux grandes campagnes visant à faire basculer l’opinion publique. La première, « No es Igual » (Ce n’est pas la même chose), était dirigée contre le mariage des couples de même sexe. Elle comprenait une iniciativa legislativa popular (initiative législative populaire) visant à modifier le Code de la famille et à bloquer, avec le soutien du PP, la réforme proposée. Le FEF a mobilisé plus de 7 000 bénévoles dans trente-trois villes, recueillant plus d’un million de signatures. Le 18 juillet 2005, le FEF organisait une grande manifestation à Madrid dont le mot d’ordre était « La famille, c’est important », avec le soutien et la présence de membres du PP. Cette manifestation a été suivie par une gigantesque messe publique célébrée par les autorités dirigeantes de la CEE et organisée par Kiko Argüello, le fondateur du Chemin néocatéchuménal. Le taux de participation était élevé (166 000 participant.e.s selon les chiffres du gouvernement, 200 000 selon El País et 1 million selon les organisateur.rice.s ; voir Arroyo, 2005). Le FEF avait fait la promotion de l’événement à l’aide d’une radio commerciale de la COPE (le réseau de radios possédé par la CEE), d’un spot télévisé sur PopularTV et d’un bandeau publié dans le journal conservateur La Razón pendant quatre jours. D’après son propre rapport, le FEF avait été mentionné 1 338 fois dans la presse, y compris sur CNN, BBC, Fox et d’autres médias internationaux.

23Le FEF a mené une seconde campagne contre la loi sur l’éducation de Zapatero au cours de la même année, avec une manifestation à Madrid le 12 novembre 2005, dont le mot d’ordre était « Pour une éducation de qualité dans la liberté ». Elle était menée par l’association de parents catholiques CONCAPA. À nouveau, une foule importante a participé au rassemblement (407 000 selon les chiffres de la police, 375 000 selon El País, 1,5 million selon le gouvernement régional conservateur et 2 millions selon les organisateur.rice.s ; voir Perez de Pablos, 2005), l’événement ayant obtenu le soutien du PP et de la CEE (avec la présence de quatre évêques et de nombreux prêtres ; voir « ¿Quienes se manifiestan contra la LOE? », 2005). Cette campagne a été citée 2 613 fois dans la presse nationale.

  • 10  250 000 participant.e.s selon la police, 1,2 million selon le gouvernement régional conservateur d (...)

24Les activités du FEF se sont poursuivies pendant quelques années avec moins d’impact, mais leur visibilité publique en 2005 a étoffé le profil médiatique de cette organisation et lui a apporté de nouveaux partenaires. En 2009, quand Zapatero a annoncé une nouvelle loi sur l’avortement, le FEF est remonté au front de la mobilisation publique avec une nouvelle manifestation à Madrid le 17 octobre 2009. Cette manifestation bénéficiait à nouveau du soutien du PP et de la CEE10, mais l’impact médiatique a été moindre, avec seulement 300 occurrences dans la presse nationale et internationale (d’après le rapport annuel du FEF pour 2009). Cette campagne, ainsi que d’autres plus petites, étaient généralement complétées par des pétitions.

  • 11  Cité sur le site internet du FEF (Foro Español de la Familia, 2015).
  • 12  Accessibles en ligne sur www.forofamilia.org (septembre 2018).
  • 13  Pour une analyse plus développée, voir Aguilar, 2010 ; 2011 ; 2013, ainsi que Limón, 2013.

25Le FEF considère que sa contribution principale à la société est de former ses membres à être des défenseur.se.s de la famille, en les « aidant à renforcer et à défendre leurs convictions ». Il se décrit non pas comme un « générateur de militants », mais comme un « groupe de personnes formées à parler de manière compétente et positive de la famille11 ». Dans cet esprit, les ressources économiques et humaines du FEF sont investies dans des conférences et des activités de formation, y compris en communication idéologique pour les médias en ligne et conventionnels. Selon ses rapports annuels12, le Forum organise en moyenne 122 conférences par an (209 en 2010, 63 en 2013). Elles sont en général tenues pendant les périodes de faible mobilisation13.

HazteOir.org : lobby virtuel et nouveau mouvement associatif

26HazteOir.org (HO) est une organisation à la tête de nombreuses initiatives spécialisées qui articulent un front commun contre les politiques de genre, les droits sexuels et d’autres éléments dénoncés par les projets catholiques et de la droite radicale. L’organisation a été créée en 2001, quand un groupe d’amis liés à un think tank néoconservateur américain, le Phœnix Institute, a lancé une « alerte citoyenne » par téléphones mobiles interposés afin d’exiger une « politique familiale globale » de la part du Premier ministre Aznar. L’organisation affirme être actuellement constituée de 520 103 « citoyens actifs » et avoir recueilli près de 50 000 mentions « J’aime » sur Facebook. D’après le site internet de HO, pendant les trois premières années, il s’agissait d’un « projet entre amis » qui s’est transformé en organisation professionnelle après l’élection de Zapatero. Au même moment, HO s’est engagée contre le mariage des couples de même sexe à travers une initiative législative populaire (matrimoniosi.hazteoir.org), qui était en réalité coordonnée par le FEF.

27De 2005 à 2009, HO a continué à travailler pour des campagnes menées par le FEF tout en commençant à lancer ses propres actions. En 2005, l’organisation s’est opposée à la reconnaissance des droits des couples de même sexe par l’Union européenne avec la campagne « Europa así no! » (L’Europe, pas comme ça !) En 2006, elle a lancé une campagne contre l’éducation au genre dans les écoles et a inauguré la plateforme ChequeEscolar.org. En 2009, HO a créé la plateforme anti-avortement DerechoAVivir.org (Droit de vivre) comme une nouvelle marque afin de gagner en visibilité pendant la marche contre l’avortement organisée par le FEF à Madrid. Pendant la préparation de cette manifestation, des membres du FEF ont exprimé leur mécontentement envers HO pour avoir essayé de coopter et de prendre le contrôle de l’ensemble du mouvement pro-famille au seul bénéfice de son image publique. HO a ensuite été forcé de quitter le FEF pour entamer son propre parcours politique (« HazteOír se da de baja del Foro Español de la Familia », 2009 ; Paradinas, 2014).

  • 14  Mariano Rajoy était candidat à un nouveau mandat de Premier ministre pour le PP.
  • 15  Les autorités électorales ont finalement interdit la campagne à la demande du PP (« La Junta Elect (...)

28En 2011, HO a créé la plateforme MasLibres.org (plus libres) pour la défense des intérêts catholiques, en mettant l’accent en particulier sur l’islam et sur l’athéisme. En 2014, cette organisation a lancé la campagne #YoRompoConRajoy (« J’en finis avec Rajoy14 »), harcelant le PP avec des campagnes d’appels téléphoniques à grande échelle pour protester contre la tolérance, entre autres, envers l’égalité en matière de mariage et l’avortement. L’organisation a ensuite apporté son soutien à un parti nouvellement créé, Vox. En 2015, HO a attaqué la candidate du PP à la présidence de la communauté de Madrid, Cristina Cifuentes. Rompant définitivement avec le conservatisme modéré, des membres de HO ont recouvert la ville de banderoles, de panneaux sur les bus et d’affiches portant le slogan « Un vote pour Cifuentes, c’est un vote pour l’avortement »15. Cette campagne s’est révélée être un échec, puisque Cifuentes a remporté plus de voix qu’Esperanza Aguirre, l’autre candidate aux élections municipales (également membre du PP, qui n’était pas boycottée par HO).

  • 16  Alex Rosal, interviewé par Infovaticana (voir Ariza, 2014).

29Ce groupe a développé un réseau complexe d’alliances, tant au niveau national qu’international. Ignacio Arsuaga, le président de l’organisation (et neveu de Rodrigo Rato, ancien directeur général du Fonds monétaire international), a appartenu au Phœnix Institute, dont les membres les plus célèbres en Espagne sont liés au groupe multimédia ultraconservateur Intereconomia et à l’Asociación Católica de Propagandistas (qui possède de nombreuses universités catholiques). Un autre membre du bureau, Alex Rosal, est l’ancien directeur du bureau de renseignements de la CEE et l’actuel responsable du site internet Religión en Libertad (Religion en liberté) ainsi que le président de la Fundación Nueva Evangelización para el Siglo xxi (Fondation nouvelle évangélisation pour le xxie siècle) et du Grupo Libres (Groupe des libres). Connu en tant que membre du Regnum Christi, il a récemment déclaré avoir rejoint le Renouveau charismatique. Il est également un soutien enthousiaste des Légionnaires du Christ16.

30Bien qu’ils s’en soient toujours défendus, plusieurs membres d’HO ont également été accusés d’appartenir à la société secrète El Yunque, un groupe paramilitaire créé au Mexique en 1955. En Espagne, cette société a été dénoncée comme étant une secte recrutant des adolescents (López Luengos, 2010 ; Lobo, 2012 ; 2014). Ce lien a été source d’inquiétude pour de nombreux évêques, et la presse catholique a mis les croyants en garde contre HO (« El arzobispado rechaza a HazteOír por su conexión con El Yunque », 2015). Des détracteurs ont fait remarquer que l’ancien président de la CEE, Rouco Varela, avait soutenu El Yunque et ses activités par le passé.

  • 17  Parmi les membres de son conseil d’administration, on trouve des personnalités de stature internat (...)

31Finalement, HO a accordé une importance particulière à l’action internationale. L’organisation est connue sur le plan international pour sa plateforme CitizenGo.org. Créée en 2013, la plateforme assure être suivie par 2 943 630 personnes dans le monde entier et elle est disponible dans un grand nombre de langues17. HO a également organisé le World Congress of Families (WCF) en 2012 à Madrid et est restée partenaire des éditions suivantes, devenant l’unique association espagnole et l’une des seules associations européennes à être reconnue comme soutien à l’événement. C’est ainsi qu’Ignacio Arsuaga a reçu le premier Natural Family Man and Woman of the Year Award (prix Homme et femme de l’année pour la famille naturelle) au congrès de Sydney en 2013 et qu’il a été l’un des conférenciers d’honneur à celui de Salt Lake City en 2015.

32Jusqu’à présent, l’accent continue à être mis sur l’entretien d’un réseau international. HO a participé au Global Marriage Forum (Forum mondial du mariage) qui s’est tenu en 2014 à Washington et qui est organisé par l’International Organization for Marriage (Organisation internationale pour le mariage, lancée par la National Organization for Marriage étasunienne) et à la European Advocacy Academy (Académie européenne du plaidoyer, organisée en 2014 par European Dignity Watch, Observatoire européen de la dignité). L’organisation a également invité Ludovine de la Rochère à donner une conférence, à l’occasion du voyage de la leadeuse française en Espagne pour soutenir la manifestation organisée par le FEF « Cada vida importa » (Chaque vie est importante) en 2014.

Les partis anti-avortement : l’émergence de la droite radicale et le revirement du PP

  • 18  Certains membres du PP et certains chrétiens démocrates nationalistes du Pays basque (PNV) et de l (...)

33Le 3 décembre 2014, HO invitait cinq partis politiques opposés à l’avortement à participer à un débat politique dans les locaux de son siège. Modéré par Ignacio Arsuaga, le débat avait pour invités Vox, Alternativa Española (AES, Alternative espagnole), Comunión Tradicionalista Carlista (CTC, Communion traditionnelle carliste), Partido Familia y Vida (FyV, Parti famille et vie) et Solidaridad y Autogestión Internacionalista (SAIN, Solidarité et autogestion internationaliste), qui a finalement refusé de participer (« Tras el #YoRompoConRajoy, sí es posible votar valores innegociables », 2014). D’autres partis de droite ont lutté contre une décriminalisation plus large de l’avortement18, mais les partis invités (à l’exception de SAIN) sont les seuls à s’être opposés clairement et sans relâche à la fois au genre et à l’avortement. La différence la plus importante, cependant, se trouve au niveau de la realpolitik. Les partis modérés sont présents dans les gouvernements nationaux et régionaux, ils sont plus grands et présentent plus de diversité interne, tandis que les partis radicaux sont petits et ne sont pas représentés au sein des institutions formelles, ce qui leur permet d’adopter des positions plus radicales sur des questions controversées.

34Le paysage du discours anti-genre au sein des partis politiques a connu un changement significatif lorsque le PP est entré au gouvernement en 2011. Jusqu’alors, le PP avait tenu une position radicale commune contre les politiques de genre de Zapatero, il avait activement participé aux manifestations organisées par le FEF et ses partenaires et obtenu le soutien des militant.e.s anti-genre aux élections de 2011. Dans cet esprit, le PP a été à l’initiative de deux grandes contre-réformes pendant sa première année au gouvernement. En 2013, il a modifié la loi sur l’éducation pour supprimer l’« éducation à la citoyenneté et aux droits humains » des matières enseignées à l’école et rendre à la religion la même importance dans les programmes scolaires que les autres matières. Cette réforme a également permis l’accès des écoles privées où garçons et filles sont éduqués séparément aux financements publics. Bien que cette initiative se soit heurtée à une forte opposition populaire et politique, c’est finalement la seule qui ait été adoptée.

35Lancée en 2014, la seconde grande opération avait pour but de réformer la loi sur l’avortement de 2010, une manœuvre qui a rencontré beaucoup de résistance dans la rue, dans les médias et même au sein du PP. La première version du projet de loi comprenait l’abolition de l’avortement, conformément aux revendications des groupes anti-avortement les plus radicaux. Un texte largement édulcoré a été adopté en 2015, avec pour résultat des amendements mineurs à la loi de 2010, ce qui a frustré les exigences des groupes anti-avortement. Le PP a également refusé d’annuler la loi permettant le mariage des couples de même sexe. Le Premier ministre Rajoy s’est même rendu à la cérémonie de mariage d’un vice-secrétaire du parti ouvertement gay, Javier Maroto, en 2015. Le PP prenait ainsi publiquement ses distances avec les militant.e.s anti-genre les plus radicaux.les. Bien que le PP se soit engagé dans le militantisme anti-genre avant 2012, le parti s’est déplacé vers le centre du spectre politique lorsqu’il est entré au gouvernement.

36Dans ce contexte, on ne peut identifier que quatre partis anti-genre (CTC, FyV, AES et Vox) qui ne sont pas représentés dans les parlements, qu’ils soient régionaux, nationaux ou européens. Cette faible représentation illustre le faible impact du militantisme anti-genre dans le domaine électoral19.

37Les plus importants parmi ces quatre partis sont AES et Vox. Fier soutien du régime franquiste, AES a été fondé en 2003 en réaction à la prétendue trahison de l’électorat catholique par le PP (Vaquero Oroquieta, 1997). Le parti affiche des alliances intéressantes au niveau européen : AES a été soutenu par le Parti conservateur britannique aux élections européennes de 2009 et a obtenu les suffrages de quelques résident.e.s britanniques (Hannan, 2009). Plus tard, aux élections européennes de 2014, il a rejoint Impulso Social, avec le soutien du Front national de Marine Le Pen. Malgré ces alliances, ses résultats ont diminué en 2009 (17 774 voix, soit 0,11 % du total des votes exprimés).

  • 20  Parmi les membres fondateurs, qui comprennent l’ancien président, on trouve d’éminents membres du (...)

38L’autre parti important est Vox, fondé en 2013 par d’anciens membres du PP et bénéficiant du soutien d’électeur.rice.s déçu.e.s du PP20. HO a été un des soutiens principaux de Vox lors des dernières campagnes électorales (2014, 2015), le présentant comme le seul parti dont le programme aurait pu répondre à tous les points contenus dans son propre « test » électoral, suivi par Ciudadanos et, loin derrière, le PP (Vota Valores, 2015). D’après ce document, Vox est libéral sur le plan économique et conservateur sur le plan moral, favorable à l’Église. Il défend aussi fermement le nationalisme espagnol. Le parti a également apporté des réponses en phase avec le mouvement anti-genre sur les enjeux éthiques. Il s’est récemment allié à Familia y Vida, s’attirant la sympathie de la plupart des médias catholiques (Ariza, 2015 ; « Firme acuerdo provida entre los partidos Familia y Vida y Vox », 2015 ; « Vox y PFyV irán en coalición en algunas de las municipales », 2015).

Expliquer les répercussions limitées d’une forte mobilisation

39Notre analyse du militantisme anti-genre en Espagne a révélé que ses acteurs partagent les mêmes modèles de constestation. Alors qu’ils s’opposaient au gouvernement socialiste pendant les premières étapes de la mobilisation (de 2004 à 2011), ils ont affronté leurs anciens alliés politiques dans la rue, dans les médias et pendant les élections lorsque le PP, un parti conservateur plus modéré, est revenu au pouvoir en 2011. Même si le Foro Español de la Familia a consacré beaucoup de ressources et d’efforts à des campagnes d’information pour promouvoir une forme renouvelée du cadre de référence catholique sur les questions de genre et de sexualité, d’autres stratégies comme les manifestations et les déclarations homophobes et misogynes ont davantage capté l’attention des médias. La réaction est au cœur de ces stratégies, qui constituent surtout des tentatives de s’opposer aux réformes progressistes et ont suivi le rythme imposé par les réformes de l’État, comme l’ont montré les manifestations de rue.

40À la fin de ce chapitre, une question centrale reste ouverte : pourquoi ces initiatives, parfaitement alignées sur la doctrine catholique et soutenues par l’Église, ont-elles eu des répercussions aussi limitées ? Nous soutenons la thèse, étayée par ce chapitre, que ces initiatives ont échoué parce que la stratégie générale d’affrontement adoptée par ces acteurs a mené à une scission entre acteurs radicaux et modérés, ce qui a affecté de manière négative la réputation, la légitimité et l’efficacité des revendications et de l’image de l’aile radicale. C’est ce que Haines a décrit comme le radical flank effect (2013).

41L’application de la thèse du radical flank effect à notre cas exige la présence d’une minorité idéologique, réelle ou perçue comme telle. Comme nous l’avons établi dans la description du contexte espagnol, le taux d’adhésion des Espagnol.e.s catholiques à la doctrine officielle est faible et, par ailleurs, l’opinion publique soutient résolument la séparation de l’Église et de l’État. Au vu des données accessibles, nous estimons que le mouvement anti-genre est composé socialement de la convergence entre les 10 % de « catholiques dogmatiques » (Pickel, 2013, p. 35) et d’une proportion inconnue des 14 % de personnes se rendant régulièrement à l’église (CIS, 2015 a). C’est une nette minorité idéologique : bien qu’elle ait été capable de mobiliser des milliers de personnes dans la rue, elle a obtenu des résultats électoraux décevants et insignifiants.

42De plus, l’opposition au gouvernement socialiste en 2004 lui a valu une certaine sympathie de la part de la droite modérée du PP, qui a profité de la mobilisation des radicaux et les a soutenus. Cependant, après son retour au pouvoir, le PP n’a plus soutenu les franges radicales, qui ont alors mis en place leurs propres stratégies d’affrontement contre leurs anciens alliés. Les militant.e.s anti-genre ont commencé à attaquer aussi bien les mesures politiques que les candidat.e.s du PP et ont apporté leur soutien à d’autres partis politiques. Jusqu’à présent, néanmoins, ces initiatives n’ont aucune répercussion significative sur les processus de décision et le contenu des politiques publiques. De plus, les Espagnol.e.s modéré.e.s et nombre de catholiques les perçoivent comme des fanatiques.

43Enfin, le contexte culturel et historique joue un rôle crucial. En Espagne, comme dans d’autres pays, ces militant.e.s suivent la direction idéologique de l’Église. Mais l’image de l’Église espagnole, ternie par le rôle qu’elle a joué pendant la dictature, empêche de faire d’une identité catholique un atout politique et électoral, comme le montrent les faibles résultats aux élections des partis soutenant les revendications des militant.e.s conservateur.rice.s. Pendant la transition vers la démocratie, l’Église espagnole s’est abstenue de soutenir des partis politiques concrets, ne cherchant pas à mobiliser les motivations religieuses des électeur.rice.s (Collado Seidel & Duato, 2007), et les sondages sur la séparation de l’Église et de l’État confirment que cet idéal est toujours fort. Depuis 2004, les militant.e.s anti-genre ont essayé de transformer les relations entre l’Église et l’État en formant des partis religieux, en ayant recours aux médias et aux ressources de l’Église et en incitant les évêques à les rejoindre. La plupart des Espagnol.e.s sont cependant bien conscient.e.s des rapports étroits entre l’Église catholique institutionnelle et la droite espagnole et, malgré la capacité des ecclésiastiques et des laïc.que.s catholiques à mobiliser une large base sociale, la tentative d’activer le clivage religieux a échoué. Ceci a deux conséquences principales : l’identité catholique reste un atout politique peu utile pour s’opposer au genre et les acteur.rice.s anti-genre apparaissent comme un groupe réduit et isolé d’ultraconservateur.rice.s doctrinaires.

44En conclusion, la stratégie de la hiérarchie catholique et de ses alliés dans la société, y compris les associations traditionnelles, les nouveaux lobbys virtuels et les partis politiques, n’a pas été fructueuse. Les raisons ne résident pas seulement dans de mauvais choix stratégiques, mais sont également liées à l’évolution des relations entre ces acteurs, à leurs positions changeantes, ainsi qu’à la gestion de l’opposition et de la belligérance religieuses dans une société tolérante, où les valeurs laïques et le scepticisme populaire vis-à-vis de l’Église cohabitent avec une forme de catholicisme non dogmatique (et dans une certaine mesure, anticléricale).

Bibliographie

Aguilar Susana (2013), « La jerarquía católica española en perspectiva comparada. La confrontación política entre la Iglesia y el Gobierno socialista a comienzos del siglo XXI », Revista Internacional de Sociología, vol. 71, nº 2, p. 309-334.

Aguilar Susana (2011), « El movimiento antiabortista en la España del siglo xxi: el protagonismo de los grupos laicos cristianos y su alianza de facto con la Iglesia Católica », Revista de estudios políticos, nº 154, p. 11-39.

Aguilar Susana (2010), « El activismo político de la Iglesia católica durante el Gobierno de Zapatero », Papers: Revista de Sociología, vol. 95, nº 4, p. 1129-1155.

Álvarez Santaló Carlos, Buxó Rey María Jesús & Becerra Salvador Rodríguez (2003), La religiosidad popular: Antropología e historia, Barcelone, Anthropos.

Ariza Gabriel (2015), « Con la coalición Vox-Familia y Vida ya no caben dudas, es provida. Por Ruben Calvo », Infovaticana, 15 mars, en ligne : infovaticana.com/blog/firma-invitada/con-la-coalicion-vox-partido-familia-y-vida-ya-no-caben-dudas-es-pro-vida-por-ruben-calvo (septembre 2018).

Ariza Gabriel (2014), « Alex Rosal: “No se justifica, en clave de evangelización, todo ese dinero invertido en 13tv” », Infovaticana, 14 février, en ligne : www.infovaticana.com/2014/02/14/alex-rosal (septembre 2018).

Arroyo Marta (2005), « Una multitud pide que se retire el matrimonio homosexual », El Mundo, 18 juin, en ligne : www.elmundo.es/elmundo/2005/06/18/espana/1119111135.html (septembre 2018).

Assiego Violeta (2015), « No todo se acaba con un “Sí, quiero” », El País Digital, juillet 2015, en ligne : http://blogs.elpais.com/metroscopia/2015/07/no-todo-se-acaba-con-un-si-quiero.html (septembre 2018).

Aymans Winfried (2015), Eleven Cardinals talk about Marriage and Family, San Francisco, Ignatious Press.

Bastante Jesús (2004), « La iglesia califica los matrimonios homosexuales de virus de la sociedad », ABC, 28 septembre, en ligne : www.abc.es/hemeroteca/historico-28-09-2004/abc/Sociedad/la-iglesia-califica-los-matrimonios-homosexuales-de-virus-de-la-sociedad_9623876900364.html (septembre 2018).

Behar Ruth (1990), « The Struggle for the Church: Popular Anticlericalism and Religiosity in Post-Franco Spain », dans Ellen Badone (dir.), Religious Orthodoxy and Popular Faith in European Society, Princeton, Princeton University Press, p. 76-105.

Bericat Eduardo (2015), « Valores sociales, diversidad cultural y conflictos ideológicos », dans Cristobal Torres Albero (dir.), España 2015. Situación Social, Madrid, Centro de Investigaciones Sociológicas, p. 1398-1412.

Bescansa Carolina & Jerez Ariel (2013), II Encuesta sobre opiniones y actitudes de los españoles ante la dimensión cotidiana de la religiosidad y su gestión pública, Madrid, Observatorio del Pluralismo Religioso.

Cano Jose A. (2014), « La Fiscalía abre diligencias por el libro “Cásate y sé Sumisa” », El Mundo, 24 janvier, en ligne : www.elmundo.es/andalucia/2014/01/24/52e2caf122601d41328b4575.html (septembre 2018).

Carmona M. J. (2005), « Monseñor Amigo: el matrimonio homosexual es un muro que nos impide ver otras cuestiones », ABC Sevilla, 3 mai, en ligne : http://sevilla.abc.es/hemeroteca/historico-03-05-2005/sevilla/Home/monse%C3%B1or-amigo-el-matrimonio-homosexual-es-un-muro-que-nos-impide-ver-otras-cuestiones_202240040500.html (septembre 2018).

« Católicos difieren con la doctrina de la Iglesia en temas clave » (2014), BBC Mundo, 9 février, en ligne : www.bbc.com/mundo/noticias/2014/02/140209_encuesta_catolicos_yv (septembre 2018).

Ceberio Belaza Monica (2015), « El PP se suma por fin a la protesta », El País, 18 octobre, en ligne : http://elpais.com/diario/2009/10/18/sociedad/1255816803_850215.html (septembre 2018).

Conferencia Episcopal Española (CEE) (2007), « La Ley Orgánica de Educación (LOE), los reales decretos que la desarrollan y los derechos fundamentales de padres y escuelas », déclaration de la Commission permanente de la Conférence épiscopale espagnole, 28 février.

Conferencia Episcopal Española (CEE) (2005 a), « Acerca de la objeción de conciencia ante una ley radicalmente injusta que corrompe la institución del matrimonio », note de la Commission exécutive de la Conférence épiscopale espagnole, 5 mai.

Conferencia Episcopal Española (CEE) (2005 b), « La familia sí importa », note de la Commission exécutive de la Conférence épiscopale espagnole, 9 juin.

Conferencia Episcopal Española (CEE) (2005 c), « Grave preocupación por la LOE enmendada », note de la Commission exécutive de la Conférence épiscopale espagnole, 15 décembre.

Conferencia Episcopal Española (CEE) (2001), « La familia, santuario de la vida y esperanza de la sociedad », instruction pastorale, LXXVI Asamblea plenaria, 27 avril.

Christian William. A. (1996), Visionaries: The Spanish Republic and the Reign of Christ, Berkeley, University of California Press.

Christian William. A. (2015 a), Barómetro de Octubre 2015 (Estudio 3114), Madrid, Centro de Investigaciones Sociologicas.

Christian William. A. (2015 b), Opiniones y actitudes sobre la familia (II) (Estudio 3032), Madrid, Centro de Investigaciones Sociologicas.

Christian William. A. (2004), Barómetro de Junio (Estudio 2568), Madrid, Centro de Investigaciones Sociologicas.

Collado Seidel Carlos & Duato Antonio (2007), « Ante una iglesia diezmada. Doctrina católica en un estado aconfesional y una sociedad secularizada », dans Walther L. Bernecker & Günther Maihold (dir.), España: del consenso a la polarización. Cambios en la democracia española, Madrid, Iberoamericana, p. 339-377.

Cornejo Valle Mónica (2008), La construcción antropológica de la religión, Madrid, Ministerio de Cultura.

De Andres Javier (2013), « Cuestaciones y quejas. Demandas y movilización social de la Iglesia Católica en España », dans María Luz Morán (dir.), Actores y demandas en España. Análisis de un inicio de siglo convulso, Madrid, Catarata, p. 130-156.

De la Cueva Julio (1998), « Religious Persecution, Anticlerical Tradition and Revolution: On Atrocities against the Clergy during the Spanish Civil War », Journal of Contemporary History, vol. 33, nº 3, p. 355-369.

Delgado Manuel (2001), Luces iconoclastas: Anticlericalismo, espacio y ritual en la España contemporánea, Barcelone, Ariel.

Delgado Manuel (1993), Las palabras de otro hombre: anticlericalismo y misoginia, Barcelone, Muchnik.

Delgado Manuel (1992), La ira sagrada: anticlericalismo, iconoclastia y antirritualismo en la España contemporánea, Barcelone, Humanidades.

« El arzobispado rechaza a HazteOír por su conexión con El Yunque », (2015), ABC Toledo, 23 mars, en ligne : www.abc.es/toledo/20150326/abcp-arzobispado-rechaza-hazteoir-conexion-20150326.html (septembre 2018).

« Firme acuerdo provida entre los partidos Familia y Vida y Vox » (2015), Religión en Libertad, 18 mars, en ligne : www.religionenlibertad.com/firme-acuerdo-provida-entre-los-partidos-familia-y-vida-y-vox-41224.htm (septembre 2018).

Foro Español de la Familia (FEF) (2015), « Quienes Somos », en ligne : www.forofamilia.org/nosotros/quienes-somos/el-foro/ (septembre 2018).

Foro Español de la Familia (FEF) (2009), Memoria 2008-2009, Madrid, en ligne : www.forofamilia.org/wp-content/uploads/2011/12/Memoria-2008-2009.pdf (septembre 2018).

Haines Herbert H. (2013), « Radical Flank Effects », dans Doug McAdam (dir.), The Wiley-Blackwell Encyclopedia of Social and Political Movements, Malden, Blackwell, p. 536-537.

Haines Herbert H. (1984), « Black Radicalization and the Funding of Civil Rights: 1957-1970 », Social Problems, nº 32, p. 31-43.

Hannan Daniel (2009), « Costa Brits! Get out and vote! », Daily Telegraph blog, 11 mars, en ligne : http://blogs.telegraph.co.uk/news/danielhannan/9154143/Costa_Brits_Get_out_and_vote (12 novembre 2015 ; la page n’est plus accessible).

« HazteOir se da de baja del Foro Español de la Familia » (2009), Infocatólica, 29 octobre, en ligne : http://infocatolica.com/?t=noticia&cod=4618 (septembre 2018).

« La Junta Electoral salva a Cifuentes de la campaña de Hazte Oír » (2015), La Gaceta, 8 mai, en ligne : www.gaceta.es/noticias/junta-electoral-prohibe-campana-hazte-oir-cifuentes-08052015-1403 (septembre 2018).

« Lluvia de querellas al obispo de Alcalá por sus declaraciones sobre el aborto y los homosexuales » (2014), La Sexta, 26 septembre, en ligne : www.lasexta.com/noticias/nacional/lluvia-querellas-obispo-alcala-sus-declaraciones-aborto-homosexuales_201409265725e0e06584a81fd883c066.html (septembre 2018).

Limón Pedro (2013), « Del “no a la guerra” a los “indignados”: los debates sobre el espacio público en las movilizaciones en la calle », dans María Luz Morán (dir.), Actores y demandas en España. Análisis de un inicio de siglo convulso, Madrid, Catarata, p. 182-208.

Lobo Jose L. (2014), « El exportavoz de Hazte Oír: “Lo de El Yunque le estallará a la Iglesia igual que la pederastia” », El Confidencial, 7 février, en ligne : www.elconfidencial.com/espana/2012-02-07/el-exportavoz-de-hazte-oir-lo-de-el-yunque-le-estallara-a-la-iglesia-igual-que-la-pederastia_238074 (septembre 2018).

Lobo Jose L. (2012), « Padres católicos denuncian a El Yunque, una “secta secreta” integrista que capta a adolescents », El Confidencial, 31 janvier, en ligne : www.elconfidencial.com/espana/2012-01-31/padres-catolicos-denuncian-a-el-yunque-una-secta-secreta-integrista-que-capta-a-adolescentes_238203 (septembre 2018).

López Luengos Fernando (2010), Análisis del asociacionismo de los laicos cristianos españoles y la intromisión del Yunque, Tolède, Conferencia Episcopal Española.

Maddox Richard (1995), « Revolutionary Anticlericalism and Hegemonic Processes in an Andalusian Town, August 1936 », American ethnologist, vol. 22, nº 1, p. 125-143.

Montero Jose Ramón, Calvo Kerman & Martínez Álvaro (2008), « El voto religioso en España y Portugal », Revista Internacional de Sociología, nº 51, p. 19-54.

Moran Gloria M. (1995), « Spanish System of Church and State », Brigham Young University Law Review, vol. 1995, nº 2, p. 535-553.

Ochando Loreto (2016), « La fiscalía abre diligencias contra Cañizares por un delito de odio contra los gays y las mujeres », Valencia Plaza, 14 juin, en ligne : http://valenciaplaza.com/la-fiscalia-abre-diligencias-contra-canizares-por-un-delito-de-odio-contra-los-gays-y-las-mujeres (septembre 2018).

Paradinas Marcos (2014), « Las luchas de la Iglesia para crear un partido a la derecha del PP, al descubierto », El Plural, 12 octobre, en ligne : www.elplural.com/2014/10/12/las-luchas-de-la-iglesia-para-crear-un-partido-a-la-derecha-del-pp-al-descubierto (septembre 2018).

Paternotte David (2015), « Blessing the Crowds: Catholic Mobilizations Against Gender in Europe », dans Sabine Hark & Paula-Irene Villa (dir.), Anti-Genderismus. Sexualität und Geschlecht als Schauplätze aktueller politischer Auseinandersetzungen, Bielfeld, Transcript Verlag, p. 129-147.

Payne Stanley G. (1984), Spanish Catholicism: A Historical Overview, Madison, University of Wisconsin Press.

Perez de Pablos Susana (2005), « Cientos de miles de personas marchan contra la reforma educativa en Madrid », El País, 13 novembre, en ligne : http://elpais.com/diario/2005/11/13/espana/1131836401_850215.html (septembre 2018)

Pew Research Center (2011), « Global Christianity. A Report on the Size and Distribution of the World’s Christian Population », Washington, Pew Research Center’s Forum on Religion & Public Life.

Pichardo J. Ignacio (2011), « We Are Family (or not): Social and Legal Recognition of Same-sex Relationships and Lesbian and Gay Families in Spain », Sexualities, vol. 14, nº 5, p. 544-561.

Pichardo J. Ignacio (2009), Entender la diversidad familiar: relaciones homosexuales y nuevos modelos de familia, Barcelone, Bellaterra.

Pichardo J. Ignacio & Cornejo Monica (2015), « Une décennie de croisade anti-genre en Espagne (2004-2014) », Sextant, nº 31, p. 177-195.

Pickel Gart (2013), Religion Monitor: Understanding Common Ground – An International Comparison of Religious Belief, Gütersloh, Berteslmann Stiftung.

« ¿Quiénes se manifiestan contra la LOE? » (2005), El Mundo, 11 novembre, en ligne : www.elmundo.es/elmundo/2005/11/11/espana/1131712793.html (septembre 2018).

Rodríguez-Zapatero Jose Luis (2004), « Discurso de investidura del candidato a la presidencia del gobierno », Madrid, PSOE / Oficina de Prensa Federal.

Stéfano Barbero Matias & Pichardo J. Ignacio (2016), « La extraña pareja: religión y lesbianas, gays, bisexuales y transexuales en España », dans Rosa Parisi (dir.), Famiglie, omesessualità, genitorialità: Pratiche e narrazioni del vivere assieme, Florence, SEID, p. 63-75.

« Tras el #YoRompoConRajoy, sí es posible votar valores innegociables » (2014), HazteOir.org, Noticias, 3 décembre, en ligne : www.hazteoir.org//noticia/63434-yorompoconrajoy-si-es-posible-votar-valores-innegociables (septembre 2018).

Vaquero Oroquieta Fernando José (1997), « Entrevista a Rafael Lopez-Dieguez: la conquista de un espacio », Arbil, nº 97, en ligne : www.arbil.org/97vaqu.htm (septembre 2018).

Vidal Jesús M. (2014), Rouco. La Biografía no autorizada, Barcelone, Ediciones B.

Vota Valores (2015), « Guía del voto », en ligne : http://votavalores.org/?page_id=3716 (septembre 2018).

« Vox y PFyV irán en coalición en algunas de las municipales » (2015), La Gaceta, 16 mars, en ligne : http://gaceta.es/noticias/vox-pfyv-iran-coalicion-listas-municipales-16032015-1952 (septembre 2018).

Notes

1  Selon les rapports du Centro de Investigaciones Sociológicas (CIS, Centre d’enquêtes sociologiques), en 2004, 66,2 % des Espagnol.e.s étaient en faveur du mariage pour les couples de même sexe et 26,5 % s’y opposaient (CIS, 2004). Onze ans plus tard, en 2015, 63,6 % étaient en faveur du mariage pour les couples de même sexe et 22,3 % s’y opposaient (CIS, 2015 b).

2  D’après un rapport du Pew Research Center (2011), l’Espagne est le quatrième pays d’Europe en ce qui concerne l’importance de sa population catholique, après l’Italie, la France et la Pologne.

3  D’après les résultats du sondage European Values Survey (EVS) pour l’année 2008, sur une échelle de 1 à 10, l’acceptation du divorce en Espagne est de 6,9, un chiffre qui contraste avec des moyennes plus basses en Italie (4,7 sur la même échelle), en Irlande (5,3), en Pologne (4,5) et en France (6,6). Cette tendance se retrouve sur d’autres sujets, mis à part l’avortement puisque la France est plus tolérante (6,0 en moyenne) sur la question que l’Espagne (4,9), qui à son tour est plus tolérante que l’Italie, l’Irlande ou la Pologne. Pour plus de détails : Bericat, 2015 ; Collado, Seidel & Duato, 2007.

4  L’anticléricalisme politique et révolutionnaire a joué un rôle central dans l’histoire espagnole, en particulier sous la Deuxième République, durant laquelle des ecclésiastiques, des religieuses, des lieux et des objets sacrés furent violemment attaqués et profanés (De La Cueva, 1998). Un tel anticléricalisme révolutionnaire n’existe plus, mais de nombreuses études anthropologiques indiquent la persistance d’un anticléricalisme latent dans la culture catholique espagnole (Behar, 1990 ; Maddox, 1995 ; Christian, 1996 ; Alvarez Santalo et al., 2003 ; Cornejo Valle, 2008 ; Delgado, 1992 ; 1993 ; 2001).

5  Depuis 1992, des droits similaires ont été étendus à la Fédération des communautés juives d’Espagne, aux Organismes religieux évangéliques et à la Commission islamique espagnole. Cependant, ces accords diffèrent du concordat avec l’Église catholique dans la mesure où ce dernier constitue un traité international conclu avec un État étranger, tandis que les accords avec les autres communautés religieuses relèvent de la législation nationale ordinaire.

6  Il s’agit de : la loi 13/2005 qui amende le Code civil afin de légaliser le mariage pour les couples de même sexe ; la loi sur l’éducation 2/2006, qui comprend des articles concernant l’éducation sexuelle, l’égalité de genre, la diversité des familles et la lutte contre l’homophobie ; la loi sur la santé sexuelle et reproductive 2/2010, qui inclut une nouvelle réglementation sur l’avortement ; la loi pour l’amélioration de l’éducation 8/2013, qui élève la « religion » au statut de matière dans les écoles publiques ; et un projet de loi (20/12/2013) pour la « protection de la vie des enfants à naître et des droits des femmes enceintes », qui aurait placé la décision finale d’un avortement entre les mains des médecins et réduit le champ de l’avortement légal. Le projet de loi a été retiré en 2015.

7  Pour un point de vue différent, voir Montero, Calvo & Martínez, 2008.

8  Rouco Varela a contribué au livre Eleven Cardinals talk about Marriage and Family, qui constitue une tentative conservatrice d’influencer le synode sur la famille (Aymans, 2015). Pour plus d’informations sur Rouco Varela, voir Vidal, 2014.

9  Tels que « Acerca de la objeción de conciencia ante una ley radicalmente injusta que corrompe la institución del matrimonio » (CEE, 2005 a) ; « La familia sí importa » (CEE, 2005 b) ; « Grave preocupación por la LOE enmendada » (CEE, 2005 c) ; « La Ley Orgánica de Educación (LOE), los reales decretos que la desarrollan y los derechos fundamentales de padres y escuelas » (CEE, 2007).

10  250 000 participant.e.s selon la police, 1,2 million selon le gouvernement régional conservateur de Madrid et 2 millions selon les organisateur.rice.s (Ceberio Belaza, 2005).

11  Cité sur le site internet du FEF (Foro Español de la Familia, 2015).

12  Accessibles en ligne sur www.forofamilia.org (septembre 2018).

13  Pour une analyse plus développée, voir Aguilar, 2010 ; 2011 ; 2013, ainsi que Limón, 2013.

14  Mariano Rajoy était candidat à un nouveau mandat de Premier ministre pour le PP.

15  Les autorités électorales ont finalement interdit la campagne à la demande du PP (« La Junta Electoral salva a Cifuentes de la campaña de Hazte Oír », 2015).

16  Alex Rosal, interviewé par Infovaticana (voir Ariza, 2014).

17  Parmi les membres de son conseil d’administration, on trouve des personnalités de stature internationale telles que Luca Volontè et Brian Brown. Ignacio Arsuaga et Alvaro Zulueta sont tous deux connus au niveau international.

18  Certains membres du PP et certains chrétiens démocrates nationalistes du Pays basque (PNV) et de la Catalogne (CIU).

19  D’après les chiffres officiels du ministère de l’Intérieur (disponibles sur www.interior.gob.es/), Vox a remporté 1,56 % des suffrages aux élections européennes de 2014.

20  Parmi les membres fondateurs, qui comprennent l’ancien président, on trouve d’éminents membres du PP tels que Alejo Vidal-Quadras, Jose Antonio Ortega-Lara et Santiago Abascal.

Auteur

Monica Cornejo est professeure associée au département d’anthropo­logie sociale de l’Universidad Complutense de Madrid. Elle est cofondatrice du groupe de recherche ARESIMA (Institut d’anthropologie de Madrid) et codirige le groupe de recherche GINADYC (Universidad Complutense). Depuis 2002, elle étudie le catholicisme populaire. À partir de 2010, elle a également commencé à travailler sur les spiritualités contemporaines à Madrid. Elle a écrit et dirigé plusieurs livres, dont La Construcción Antropológica de la Religión (Ministerio de Cultura, 2010). Elle est aussi l’auteure de nombreux chapitres de livres et articles scientifiques, dont « Une décennie de croisade anti-genre en Espagne (2004-2014) » (avec José Ignacio Pichardo Galán, Sextant, 2015).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search