Version classiqueVersion mobile

Georges Perec artisan de la langue

 | 
Véronique Montémont
, 
Christelle Reggiani

Approches linguistiques et stylistiques de l’œuvre de Perec : bibliographie indicative

Texte intégral

Ardilla Cordero Antonio, 1994, « Les Choses. Georges Perec : articulación semiótica del discurso descriptivo-narrativo », dans Juan Bravo Castillo (dir.), Actas del II Coloquio sobre los estudios de filología francesa en la universidad española, Cuenca, Universidad de Castilla-La Mancha, p. 79-85.

Beaumatin Éric, 2004, « Le traducteur et l’écrivain : interprétations, récupérations et cohérences textuelles dans la version française de Harry Mathews, Le Naufrage du stade Odradek », Cahiers Georges Perec, no 8, p. 181-202. — 2005, « Le révélé de l’envers : ordre de la langue et ordre du texte chez Gérard de Verlan », Semen, no 19, dossier « L’ordre des mots », Jean-François Jeandillou et Bernard Magné (dir.), p. 413-157.

Bellos David, 1988, « Perec’s Puzzling Style », PN Review, no 62, p. 12-17. — 1990, « Perec et Saussure. À propos de La Vie mode d’emploi », dans Mireille Ribière (dir.), Parcours Perec, actes du colloque de Londres, Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 91-96. — 1992, « “Le moyen fait partie de la vérité...” The Languages of Georges Perec’s Les Choses », Journal of the Institute of Romance Studies, no 1, p. 325-331.

Ben Ouanès Kamel, 2002, « Le roman par tu ou la dramaturgie de l’énonciation dans Un homme qui dort de Georges Perec », dans Rabâa Abdelkéfi (dir.), Travaux du groupe de recherches sur les écritures du moi, Montpellier/Tunis, Université Paul Valéry/Ambassade de France en Tunisie, p. 78-91.

Chauvin Andrée, 2000, « “Les cocotiers sont arrivés” : tentative de reformulation de choses répétées au carrefour de l’altération », dans François Migeot et Jean-Marie Viprey (dir.), Répétition, altération, reformulation dans les textes et les discours, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, p. 81-112.

Constantin Danielle, 2000, « “Ne rien nier. Énoncer.” La mise en place des instances énonciatives et narratives dans les premiers temps de la rédaction de La Vie mode d’emploi », Texte, no 27-28, p. 267-295.
— 2002, « “Le seul véritable problème est bien évidemment de commencer” : sur le travail prérédactionnel et l’entrée en écriture de La Vie mode d’emploi de Georges Perec », Beginnings in French Literature, French Literature Studies, vol. 29, p. 145-154.

De Bary Cécile, 2005, « L’æncrage dans la phrase perecquienne », dans Éric Beaumatin et Mireille Ribière (dir.), De Perec etc., derechef. Textes, lettres, règles & sens. Mélanges offerts à Bernard Magné, Nantes, Joseph K., p. 188-203.

Dubois Philippe, « La lettre et ses miroirs », dans Anne-Marie Christin (dir.), Écritures, systèmes idéographiques et pratiques expressives, Paris, Le Sycomore, 1982, p. 159-193.

Engwall Gunnell, 1977, « Perec, Les Choses : sur quelques aspects quantitatifs », dans Lennart Carlsson (dir.), Actes du VIe Congrès des romanistes scandinaves, Uppsala/Stockholm, Almqvist & Wiksell Internat, p. 67-77. — 1978, « Contenu, vocabulaire et statistique. Illustration de quelques méthodes quantitatives », Cahiers de lexicologie, vol. 33, no 2, p. 71-90 [sur Les Choses de Perec et Le Déluge de Le Clézio]. — 1979, « Valeurs quantitatives et impressions du lecteur », Acta universitatis ludensis, no 30, p. 93-104 [sur Les Choses].

Es-Sette Bouchta, 2002, « De quelques emplois du verbe écrire chez Georges Perec », dans Jean-Luc Joly (dir.), L’Œuvre de Georges Perec : réception et mythisation, Rabat, Publications de la faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Mohammed V, p. 115-128.

Gervais André, 1990, « Perec/White : Trompe l’œil. Le tour de l’angrais et le retour du temps », Études littéraires, vol. 23, no 1-2, p. 169-184.

Greaves Sara, 1995, « De La Disparition de Georges Perec à Vanish’d de John Lee : la traduction traduite », Palimpsestes, no 9, p. 105-115.

Helmlé Eugen, 1987, « Traduire La Vie mode d’emploi », Littératures, no 7, p. 99-103.

Jeandillou Jean-François, 1996, « La définition des noms propres dans Les Mots croisés de Perec », dans Martine Léonard et Élisabeth Nardout-Lafarge (dir.), Le Texte et le nom, Montréal, XYZ, p. 205-218. — 2009, « “Accepter qu’un texte puisse se porter tout seul” : le prétexte onomastique dans les Vœux de Perec », Poétique, no 157, p. 41-51.

Kerbrat-Orecchioni Catherine, 1980, L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin [les p. 147-162 sont consacrées à une analyse de Tentative d’épuisement d’un lieu parisien].

Kislov Valery, 2006, « Traduire La Disparition », Formules, no 10, p. 279-308.

Kleinberger Alain, 1999, « Listes, énumérations, inventaires dans Récits d’Ellis Island de Robert Bober et Georges Perec », Cahiers RITM, no 19, p. 127-143.

Lee John, 1990, « La Disparition : problèmes de traduction », dans Mireille Ribière (dir.), Parcours Perec, actes du colloque de Londres, Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 109-126.

Lejeune Philippe, 2003, « La rédaction finale de W ou le souvenir d’enfance », Poétique, no 133, p. 73-107.

Magné Bernard, 1989, Perecollages 1981-1988, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

— 1993, « De l’exhibitionnisme dans la traduction : à propos de la traduction anglaise de La Vie mode d’emploi », Meta, no 38, p. 397-402. — 1995, « Georges Perec : faire concurrence au dictionnaire », Lexique, no 12-13, dossier « Dictionnaires et littérature », Pierre Corbin et Jean-Pierre Guillerm (dir.), p. 331-341. — 1997, « Là, causent des mots... Le vocable et ses avatars dans l’écriture de Georges Perec », Barca, no 8, p. 63-91. — 2005, « Expressions figées et fonctionnements des contraintes dans La Vie mode d’emploi : l’exemple des couples », Semen, no 19, dossier « L’ordre des mots », Jean-François Jeandillou et Bernard Magné (dir.), p. 15-31.

Milesi Laurent, 1991, « La variante joycienne et perecquienne : études contrastives », dans Daniel Ferrer et Jean-Louis Lebrave (dir.), L’Écriture et ses doubles : genèse et variation textuelle, Paris, Éditions du CNRS, p. 175-213.

Montémont Véronique, 2008, « DicoPerec », dans Jacques Durand, Benoît Habert et Bernard Laks (dir.), Actes du Premier Congrès mondial de linguistique française (Paris, 9-12 juillet 2008), Paris, EDP-Sciences [CD-Rom].

Parayre Marc, 1998, « La Disparition : Ah, le livre sans e ! El Secuestro : Euh... un livre sans a ? », Formules, no 2, p. 61-70. — 2004, « Peut-on traduire un texte soumis à – et généré par – une contrainte formelle ? », dans Jacqueline Michel (dir.), Les Enjeux de la traduction littéraire, Paris, Publisud, p. 57-74.

Parnot Isabelle, 2004, « Procès en règle d’un traduit de justice : Georges Perec, traducteur de Harry Mathews, ou la traduction comme hygiène oulipienne », dans Pierre Nobel (dir.), Textes et cultures : réception, modèles, interférences, 2 : Interférences et modèles culturels, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, p. 207-218. — 2006, « Pano sur un tournage porno : gros plans, gros mots ou quand le traducteur s’égare », Cahiers Georges Perec, no 9, p. 93-107.

Rachid Amina, 2002, « Les Choses de Georges Perec : bonheurs et impasses d’une traduction », dans Jean-Luc Joly (dir.), L’Œuvre de Georges Perec : réception et mythisation, Rabat, Publications de la faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Mohammed V, p. 229-236.

Reggiani Christelle, 1998, « Je me souviens : la rhétorique perecquienne des noms propres », Le Cabinet d’amateur, no 7-8, p. 235-254. — 2002, « Parenthèses perecquiennes », Champs du signe, no 13-14, p. 251-267. — 2005, « L’ordre des signes : fixation de la référence et incipit romanesque dans La Vie mode d’emploi », Semen, no 19, dossier « L’ordre des mots », Jean-François Jeandillou et Bernard Magné (dir.), p. 47-55.

Ribière Mireille, 1998, « Par acquit de conscience : le temps dans W ou le souvenir d’enfance », Le Cabinet d’amateur, no 7-8, p. 255-264.

Rosienski-Pellerin Sylvie, 1989, « Identité et altérité. Énonciation et espace psychologique dans Un homme qui dort », French Forum, no 14, p. 75-84.

Salceda Hermes, « Traduire les contraintes de La Disparition en espagnol », dans Jean-Luc Joly (dir.), L’œuvre de Georges Perec : réception et mythisation, Rabat, Publications de la faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Mohammed V, p. 209-228.

Thomas Jean-Jacques, 1986, « Machinations formelles : sur l’Oulipo », L’Esprit créateur, vol. 26, no 4, p. 71-86.

Yaguello Marina, 1990, Histoires de lettres : des lettres et des sons, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Point virgule ». — 1993, « Les plans d’énonciation dans La Vie mode d’emploi de Georges Perec », Journal of the Institute of Romance Studies, no 2, p. 41-49.

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search